Mur de Cons : c’est celui qui dit qui l’est

Intéressante affaire que ce Mur de Cons : elle permet de rappeler qu’il faut abandonner toute idée de Justice impartiale tant la magistrature française est orientée politiquement. Mais les scories de cette affaire, et son développement du côté de France3 permettent par ricochet d’apprécier l’ampleur de l’hypocrisie qui règne chez une bonne partie des journalistes.

Le malaise, déjà grand au sein de la majorité, et qui aura touché même une ministre pourtant toute acquise aux frasques idéologiques des magistrats, se sera donc étendu, assez rapidement, du côté des journalistes lorsqu’on a appris que les images polémiques avaient été prises par l’un d’eux, le scélarat, le traître, l’impudent, un certain Clément Weill-Raynal, salarié de France3 depuis plusieurs années (en plus !). Sapristi.

Le parcours de la vidéo en question est intéressant puisqu’elle a bien été remise à Atlantico par un magistrat dont on ne saura pas plus. Le coupable de cette fuite ne pouvant pas être identifié facilement sans faire cracher le morceau à la rédaction du média en ligne, la meute des bien-pensants, outrés d’être ainsi clairement dévoilés, se sera reportée sur la source initiale, celui qui fut, à l’évidence, l’auteur des images en question, et qui était bien plus facile à identifier.

Une fois chopé, la machine médiatique s’emballe sans problème : « suite aux premiers éléments de l’enquête interne menée à propos de la vidéo dite du mur des cons » (parce que, comprenez-vous, il fallait une enquête, absolument, pour savoir QUI avait ainsi osé faire un tel acte abominable), la direction de France3 décidera d’une sanction disciplinaire (ou pas) à l’encontre de l’auteur de la vidéo, qui « a fait le choix d’en dissimuler l’existence à sa hiérarchie », parce que la garder pour lui et la transmettre à un magistrat qui, lui, ne l’a pas gardée pour lui, constitue un acte absolument déloyal. Et puis, surtout, empêche tout étouffement.

Bref. On reproche, à l’évidence, l’absence de déontologie du journaliste qui a été prendre des images en cachette pour les faire fuiter et de ne pas en avoir informé sa chaîne : « On ne vole pas des images et on ne les donne pas à un autre média que le sien. »

Et puis c’est tout non mais alors à la fin zut.

Ceci n’a évidemment rien à voir avec le fait que c’est une attaque directe contre un syndicat de gauche (le Syndicat de la Magistrature), ami d’un autre syndicat de gauche (le Syndicat des Journalistes CGT). Cela a tout à voir avec le fait, nous dit-on, que ce sont des images prises, pardon, volées dans un cadre privé, voyons !

Pignouferies de presse

C’est bel et bien bon, mais y a-t-il eu vol ? Et le journaliste a-t-il transmis les images à « un autre média que le sien » ?

Pour cette deuxième question, cela reste toujours à prouver puisqu’autant Atlantico que le journaliste expliquent être passés par un intermédiaire, un mystérieux magistrat apolitique, qui aura d’ailleurs attendu plusieurs semaines avant de transmettre la vidéo. Ce qui voudrait donc dire que le journaliste n’a pas transmis les images à un autre média : peut-on raisonnablement qualifier un magistrat apolitique « d’autre média » sans passer pour un gros lourd empli de la mauvaise foi la plus crasse ?

Pour la première question, à savoir si ces images furent volées ou non, un récent article de Contrepoints éclaire assez bien la situation :

Le local syndical est un lieu privé. Le délit reste privé si l’écrit injurieux est uniquement accessible à des personnes liées par une communauté d’intérêts, celle-ci étant définie par la jurisprudence comme « un groupe de personnes liées par une appartenance commune, des aspirations et des objectifs partagés, formant une entité suffisamment fermée pour ne pas être perçue comme des tiers par rapport à l’auteur des propos mis en cause » (V. crim. 28 avril 2009, n° 08-85249). Mais l’injure devient publique dès qu’il est établi qu’une personne étrangère au groupe en a eu connaissance (Crim. 15 juillet 1981, bull. crim. n° 232). Or, apparemment, la porte du local n’était pas fermée à toute personne n’appartenant pas au syndicat. Dès lors, la condition de publicité est remplie.

Donc non : il n’y a pas eu vol. Du reste, on se demande comment on peut qualifier ça de vol alors que tout le monde savait que le preneur d’images était journaliste et qu’il l’a fait ouvertement, en présence de personnes du syndicat à ce moment là…

Mais surtout, on aimerait que cette déontologie dont se réclament bruyamment les accusateurs de Clément Weill-Raynal s’applique aussi pour eux. Ils réclament des sanctions disciplinaires contre le journaliste (pour avoir fait son travail un peu trop correctement, sans doute), on aimerait qu’ils se sentent à leur tour aussi coupables lorsqu’ils firent fuiter des images de Sarkozy sur France 3, le 30 juin 2008, prises à son insu et avant son interview en direct, dans lesquelles on découvrait le président de la République s’emporter, notamment parce qu’on ne lui répond pas alors qu’il salue un technicien.

Oh, à ce propos, cette dernière affaire avait conduit à un … non-lieu. Double standard ? Non ?

On pourrait aussi parler de l’affaire Bettencourt dans laquelle un enregistrement clandestin avait déclenché les suites judiciaires que l’on connaît. Mais à l’époque, aucun syndicat des journalistes pour venir lever la voix contre ceux qui firent fuiter l’enregistrement. Ah, oui, c’est vrai, j’oubliais : Edwy Plenel est du bon côté, dans le Camp du Bien, chez les Gentils. Lui, il a le droit. Deux poids, deux mesures ?

D’autant que le même Plenel nous avait proposé l’exercice correspondant avec un enregistrement fuité entre Cahuzac et son gestionnaire de fortune, montrant que la nature du camp attaqué (ici, un socialiste) pouvait varier sans conséquence gênante : tant que le porteur de message (volé ?) est, lui, estampillé À Gauche, il ne risque pas de déroger à la sacro-sainte déontologie.

Edwy Plenel : heureusement que tu n'as pas tout misé sur le journalisme !

Bien évidemment, je n’irai pas jusqu’à rappeler l’enregistrement obtenu à l’insu d’un homme de droite qui le plongea dans la tourmente pour avoir estimé, à voix haute, qu’un Auvergnat, ça va, mais c’est quand il y en a plusieurs qu’il y a des problèmes. Au fait, cet homme de droite s’est retrouvé sur le Mur de Cons. Voilà qui devient fort gênant, non ? Les faiseurs de Murs ont des droits auxquels les Cons ne semblent pas pouvoir prétendre…

Toute cette cohérence, toute cette équité, tous ces jugements impartiaux égrenés en quelques affaires médiatiques bien établies permettent d’affirmer sans le moindre doute que le Syndicat des Journalistes est, il faut bien le dire et en toute honnêteté, un nid de gauchistes patentés, manipulateurs éhontés, se drapant d’une vertu outragée alors que tous ses membres l’ont perdu il y a fort longtemps, sans doute à la faveur d’une de ces lâches compromissions qui leur a permis de perdurer jusqu’à maintenant, le bain dans les subventions publiques n’étant pas la moindre.

Et puis tant qu’on y est, on pourrait parler, aussi, de la belle et noble cohérence d’un syndicat de salarié qui réclame la tête de l’un d’eux.

Bravo, chère CGT, bravo, cher syndicat de parvenus gauchistes ! Vous démontrez ici, devant tous, ce que vous valez vraiment, de quoi sont faites vos motivations, et quels jus délétères parcourent vos tripes ! Pour vous passent avant le salarié les principes et l’idéologie du syndicat : il vaut mieux, de loin, un salarié viré avec pertes et fracas (et sanction, même, si possible), afin de protéger la philosophie que vous engrainez chez vos syndiqués plutôt que la protection d’un salarié. Si, maintenant, la CGT devait vraiment aider et protéger les salariés, ça se saurait.

Bien sûr, toute cette affaire médiatico-juridico-politique n’est qu’un énième avatar de poudre de perlimpinpin qu’une bonne partie de la société du spectacle française nous offre afin de ménager le bastringue dont on sent, tous, les dernières heures approcher. Bien sûr, la découverte du Mur de Cons, de celle de syndicats partisans et hypocrites, de syndicalistes roulant pour des idées de plus en plus nauséabondes et délétères, toutes ces découvertes n’en sont pas pour qui veut voir. Et ces « découvertes » sont autant de diversions des problèmes graves qui bloquent complètement le pays en l’arc-boutant sur un passé révolu, nécrosé et en pleine putréfaction.

Mais ne boudons pas notre plaisir : le tapis est soulevé et toutes les petites bestioles putrides qui n’aiment pas la lumière se débattent pour regagner leurs sombres abris. Et surtout la prise de conscience par le peuple de l’ampleur de l’hypocrisie de ces castes qui le manipulent est absolument indispensable si on veut arrêter un jour de dire que ce pays est foutu.

consistency : it's only a virtue if you're not a screwup

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires157

  1. Baichette

    Ouh la la! Comme vous y allez fort M. H16 sur ces gens!!!! C’est qu’ils n’ont pas l’habitude de se faire mettre le nez dans leur caca aussi brillamment.

    Je me demande si un bonhomme avec un masque à gaz ne va pas apparaître bientôt sur ce mur des cons! Finalement ce doit être un honneur d’y figurer.
    Encore bravo

    1. mlallier

      Aux dernières nouvelles, il a été démonté.

      Possiblement reconstruit ailleurs, dans un local fermé à clef, interdit aux personnes ayant un QIG* inférieur à 120.

      *QIG quotient intellectuel de gauche, la définition de la base 100 est tenue secrète pour ne pas mettre en porte-à-faux les journalistes.

  2. Emma

    Excellent billet, cher H16. Merci de cette brillante analyse. Merci aussi à Clément Weill-Reynal pour avoir révélé cet odieux mur des cons, ce qui lui vaut d’être lynché par ses confrères et son employeur, ce qui n’est pas digne d’une démocratie adulte.
    Mais comme vous le soulignez, tout cela n’est que diversion : «Et ces « découvertes » sont autant de diversions des problèmes graves qui bloquent complètement le pays en l’arc-boutant sur un passé révolu, nécrosé et en pleine putréfaction.»

    1. Black Mamba

      d’être lynché par ses confrères

      Oui, il devient un nouveau Martyr, On en a besoin pour faire avancer les choses

      1. Black Mamba

        Petite note,
        Un vrai journaliste est un martyr.
        Un martyr (du grec ancien μάρτυς / mártus (« témoin »)) est celui qui consent à aller jusqu’à se laisser tuer pour témoigner de sa foi, plutôt que d’abjurer. « Martyr » appartient essentiellement, et à l’origine, à la terminologie chrétienne ; il doit être différencié du martyre qui est l’acte même de mise à mort ou les tourments infligés.

    2. PhD

      Ces découvertes ne sont pas des diversions, mais des signes.
      Si CPEF, c’est en grande partie à cause de cette idéologie socialo soixante-huitarde dont les affaires récentes sont un révélateur.
      Cette idéologie a gangrené la magistrature, les journalistes, des pans entiers de notre société, société qui a fini par porter au pouvoir les représentants affichés de cette idéologie.
      Et ça coince parce que en réalité, le peuple (la masse des gens qui se lèvent pour aller bosser ou pour réellement chercher un boulot) est resté globalement épargné par l’idéologie soixante huitarde, mais pas par l’idéologie socialiste hélas.
      En travaillant sur ce rejet de 68, il est peut-être possible de provoquer un début de rejet du socialisme.

      1. JS

        Vous avez raison mais n’oublions pas que la droite Etatiste à bien fait sa part du boulot aussi pour couler ce pays doucement mais surement..

        1. PhD

          Je mettais l’UMP et autres dans le même sac concernant l’idéologie socialiste et si j’ai souligné que la vermine rose verte revendique ouvertement l’aspect soixante huitard, je sais aussi que la pseudo droite ne revient jamais sur toutes les conneries initiées par la gauche, si ce n’est par des rodomontades non suivies d’actes.

  3. YP

    Désolé de vous rappeler à la dure réalité française, mais « la prise de conscience par le peuple de l’ampleur de l’hypocrisie de ces castes qui le manipulent » est plus qu’embryonaire en dehors de deux ou trois pelés qui ne consultent la presse et la tv française que pour en rire…

      1. laglute

        Malheureusement, c’es tellement lent et progressif que le jour ou les poules auront des dents, il sera trop tard…
        Un peu comme un cours de bourse qui casse son support : quand c’est cassé, c’est cassé, vous avez beau faire tout ce que vous voulez, ça se casse la gueule. Et là, une nouvelle réalité, un nouveau paradigme émerge, le retour au glorieux passé est impossible.

    1. doh

      Partiellement vrai. La prise de conscience devient réelle, mais au profit des « extrêmes », qui ne sont guère mieux.
      Il faut faire tourner les articles d’H16 et contrepoints, entre autre.

    2. JS

      C’est clair que quand on voit que pour un bonne part des Français Merluchon serait le 1er ministre idéal et que les 32 Hrs sont la solution à la « crise » çà fait un peu froid dans le dos la « prise de conscience » qd-mm.

  4. corto74 (@corto74)

    quand je pense que quelques gauchistes blogueurs m ont traité de débile pour avoir fait le parallèle avec les enregistrements Bettencourt… Ton compte est bon, H16, tu es bon à enfermer !

  5. Hella

    un message SMS bien personnel avait était publié, (message on ne peut plus personnel) les journaleux n’avaient pas été bouleversés le moins du Nouvel Obs ! Mais comme vous le disiez hier, de gauche on peut tout faire ; on est le bien le bon et le droit !

  6. Guillaume_rc

    bravo pour ce billet mais, n’oubliez pas :
    « être pris pour un con par un imbécile est un plaisir de fin gourmet ».

    1. simine

      Je dirais plutôt que les « cons » se nichent de part et d’autre. Après tout, n’alimentent-ils pas (quasiment) tous le même système (socialisme de gauche, socialisme de droite).
      Le message, c’est qu’ici l’impartialité ne devrait souffrir d’aucune forme de laxisme sous peine de voir l’opinion venir siffler la fin de la récréation.

      Au final, je pense que les cons, c’est…nous (l’opinion)!

  7. Aristarque

    Peut-on supposer que si pareil mur avait été découvert chez un syndicat mal-pensant ou un parti politique aussi peu respectable, le traitement médiatique eût été le même? M’est avis qu’ en ce cas, le journaliste aurait été couvert d’ éloges par sa direction au lieu d être voué aux Gémonies, laquelle direction se faisant toute une gloire d’ avoir un si probe découvreur de méfaits sachant ne pas fermer les yeux et la caméra…

    1. PhD

      Comme le montrent tous les reportages en caméra cachée (si ce n’est pas du vol, ça…) réalisés sur les soubresauts d’une bête immonde qui n’en finit pas de bouger, et diffusés à des heures de grande écoute

  8. Atypik

    Très bon article. Moi ce qui m’est venu à l’idée et qui est actuellement une habitude chez les journalistes et émissions tesl que Envoyé Spécial, Zone interdite, Capital, et toutes les émissions « Enquête de quelque chose » c’est l’utilisation systématique de caméras cachées (caméras discrètes désormais) pour dénoncer telles ou telles chose Et ça ne choque aucun syndicat de journalistes ou de magistrats. D’ailleurs, les floutages laissent souvent à désirer. Donc, comme tu le dis, il faut arrêter l’hypocrisie !

    1. Zendog

      Et comme ces émissions sont en général uniquement à charge de quelque chose ou de quelqu’un, on (je) ne les regarde plus.

  9. doh

    Ce que je trouve hallucinant, c’est la vitesse (croissante) à laquelle s’enchaînent les diverses affaires, toujours pour faire oublier un peu plus la/les précédentes et ne pas parler de ce qui est important. On en est même plus au rideau de fumée à ce niveau là.

  10. max

    Faut être un peu con pour faire un mur des cons en pensant que ça ne se saura pas un jour.
    Ça n’est pas rassurant de savoir que des lissencéphales puissent être juges.

    Je propose qu’ils remplacent les photos du mur par un grand miroir.

  11. Sisyphe

    Le mur a vite vite disparu, on se demande bien pourquoi.
    Je leur conseille de le remplacer par un miroir avec le même titre.

    1. Aristarque

      Cela permettra de dire sous peu que ce n’ était qu’ un vil bidouillage de film par un journaliste en quête de son quart d’ heure de gloire médiatique. On fournira la parole à des experts en image qui utiliseront les films des manifs anti mariage gay et qui expliqueront que c’ est possible, comme à la SNCF que des trains y circulent, de truquer…

  12. Le Gnôme

    Je n’ai jamais eu confiance dans la justice de ce pays, trop d’exemples dans l’histoire ont montré que les juges étaient à géométrie variable, surtout dans la périodes des HLPSDNH.

    Je n’ai pas confiance dans la presse, trop prompte à raconter ce qui arrange la doxa du moment.

    Heureusement, il y a le net, mais pour combien de temps ?

  13. infraniouzes

    Bof ! On est toujours le « con » de quelqu’un… Et tous les cons du mur vont s’en aller dîner ensemble et bien rire de ce mur, qui en rappelle un autre en matière de fascisme, et qui a fini par tomber sous l’irrésistible poussée de la liberté. Le fascisme pousse toujours mais jamais là où on l’attend.
    Mort aux cons !

  14. PIB

    Quel billet! Quel résumé brillant de la tristesse affligeante de notre pays. Une question me taraude pourtant, je n’arrive pas à comprendre pourquoi les français ne pètent pas un plomb avec toutes ces histoires plus délirantes les unes que les autres?
    Pourquoi les biens-pensants (qui sont censés être des gens instruits à défaut d’être intelligents) sont hypocrites comme ça?
    Quel est le moteur de ces gens?
    Sommes-nous si mauvais que ça pour pratiquer et laisser passer tout ça?
    OMG ce si beau pays qui a tant œuvré est foutu!

    1. Black Mamba

      Le problème dès que l’on ose crier à l’injustice très vite, très vite des groupes se forment pour te descendre dans tous les sens du terme.
      Il faut du courage pour oser dire ses opinions qui ne sont pas conformes aux autres donc il est préférable pour survivre de faire semblant de penser comme ceux qui ont le pouvoir.
      On devient des collabo ou des lâches

        1. paf

          c’est pas grave, fermer sa gueule est bon pour la sante.Le budget pour toutes ces conneries va bientot disparaitre de toute facon.

    2. max

      Une autre histoire amusante, un ex-ministre de l’intérieur qui s’emmêle les pinceaux dans ses explications comptables, une caisse noire pour les pourboires non déclarés, un zeste de soleil libyen pour réchauffer l’atmosphère.

      Avec eux, plus besoin d’importer des séries policières américaines, celles françaises sont à l’échelle 1, fini la fiction, du réel solide en 3D.

      Après saison 1, le cas Cahu, saison 2, Guéant la collec.

    3. Nocte

      Pourquoi les Français ne pètent pas un plomb ?

      Relativement simple :
      – on attaque dès la maternelle
      – l’argent et ceux qui en possèdent sont montrés du doigt,
      – une personne n’est plus que le membre d’un tout, avant d’être un individu libre de penser et d’agir par lui-même, et par voie de conséquence doit être représentée (quitte à ce que se soit un syndicat qui ne représente rien sauf lui-même)
      – grâce aux aides sociales et autres subventions, la masse bêlante doit tout à l’Etat (son travail, sa sueur, son domicile, etc…)
      – on instille que la redistribution c’est le Bien Absolu, que l’individualisme c’est de l’égoïsme
      – on a fait disparaître la charité au profit de la solidarité en ajoutant un anathème sur celui qui refuserait d’être solidaire
      – on bousille les bases économiques pour que les piponomistes ne ressemblent pas à de (mauvais) clowns
      – on nous parle d’égalité alors qu’il s’agit d’égalitarisme

      enfin bref, on peut en sortir des tonnes comme ça, la France, c’est devenu l’incarnation de la Caverne de Platon

        1. bob razovski

          Sérieusement, bien sûr qu’il existe des Français qui pètent les plombs. Dès leur crise passée, ils s’en vont de france. Tout simplement.

      1. max

        Pourquoi les Français ne pètent pas un plomb ?

        C’est fait, mais sur le mode résignation, plus discret, comme un sucre se dissout.

        1. Aloux

          Peut-être pas à ce point-là, enfin sauf une petite fraction d’indécrottables gauchistes, mais sinon les autres sont victimes d’une forme de résignation, et se laisse facilement leurrer par de fausses solutions. Beaucoup se disent on va voter FN pour foutre en l’air le système, mais au fond d’eux-mêmes ce qu’ils espèrent c’est plutôt qu’un vote extrémiste (FN ou FdG) loin de détruire le système, le sauvera. Je trouve ce système bien plus pervers qu’une dictature assumée : on canalise la colère des gens sur des fausses alternatives, des options anti-systèmes en fait parfaitement intégrées au système, puis au bout de quelques années à voir que quelque soit l’équipe de brigands au pouvoir rien ne change, ils finissent par désespérer et se désintéresser de la politique.
          Pendant ce temps les vrais bénéficiaires sont bien planqués, comme ces petites bestioles putrides qui n’aiment pas la lumière, et vivent tranquillement du fruit de leurs rapines.

    4. laglute

      Disons que les gens se disent que tant qu’ils ont du pain, ça va. Peut être pensent-ils que si le système s’effondre, ça sera pire ensuite, le temps qu’un nouveau système se mette en place.
      Ce sont des raisonnements à la Gribouille qui ne font que retarder l’échéance fatidique…

    5. JLT

      Je crois que les biens pensants intelligents (ceux qui savent ne pas se laisser dominer par l emotion au détriment de la raison) se rendent bien compte qu ils font partie du système.
      Deux choix s offrent donc à eux :
      – avoir des burnes et admettre qu’ils se trompent. Mais ils risquent de se faire répudier, lincher, … par leurs anciens amis, famille. C est socialement très courageux.
      – continuer comme si de rien n’était, fermer les yeux, arrêter de penser, s’indigner en permanence, continuer de boire la soupe car elle est bonne, …

      Évidemment, il faut rajouter le constant et depuis le plus jeune âge, lavage de cerveau, les biais inhérents à l’être humain (confirmation, dissonance cognitive, effet de mode, illusion des séries, …), …

    6. Eole

      @PIB: « Pourquoi les Français ne pètent pas un plomb…? » Mais par que ce sont des VEAUX comme l’aurait dit déjà le grand Charles! 😉

    7. Théo31

      « pourquoi les français ne pètent pas un plomb avec toutes ces histoires plus délirantes les unes que les autres? »

      « on asservit bien mieux les peuples avec la pornographie qu’avec les miradors »
      Alexandre Soljenitsyne

      Avez-vous vu à quelle vitesse les gens ont réagi quand on a parlé censure du porno sur le net au parlement européen ? Tant que les frigos et le réservoir d’essence seront remplis, que les DAB fourniront des billets et qu’il y aura du X sur le net et à la télé, il ne se passera pas grand chose et le syndicat de la chiassature pourra coller des vignettes sur le mur de son local, à nos frais évidemment.

  15. Curieux

    Pourquoi ne pas étaler au grand jour la liste nominative (pléonasme assumé) de ces tristes sires, fossoyeurs de leur propre métier, qui bafouent tous les jour leur serment « Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de garder religieusement le secret des délibérations et de me conduire en tout comme un digne et loyal magistrat » qui font leur la harangue d’Oswald Baudot « Soyez partiaux.[…] Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l´enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l´ouvrier contre le patron, pour l´écrasé contre la compagnie d´assurance de l´écraseur, pour le malade contre la sécurité sociale, pour le voleur contre la police, pour le plaideur contre la justice ».

  16. Mominette

    Allons, restons positifs dans cette bananeraie gauchiste !

    Toute personne moins à gauche que Staline pourra désormais, en cas de procès, demander la récusation de ces magistrats syndiqués « dans le bâtiment, spécialité décorations murales » 🙂

    On parle aussi de l’affreux, l’abominable, celui par qui le scandale arrive, le traitre à l’omerta … Mais on oublie que toute personne ayant pu voir cet affichage public du manque d’objectivité de certains juges, et qui ne l’a pas dénoncé, est légalement complice.

    Les avocats vont pouvoir s’en donner à coeur joie …

  17. jacqueshenry

    J’ai écrit ça dans mon blog hier :

    La France ressemble maintenant à une banale république bananière dirigée par des margoulins sans foi ni loi qui s’engraissent sur le dos des contribuables, et le président donne l’exemple ! Après Cahuzac, Guérini, le fils de Fabius et bien d’autres, c’est maintenant le tour d’un proche de Hollande qui se fait rattraper par la justice, le dénommé Teulade qui a trempé dans des combines glauques couvertes par son ami Hollande sans parler de la maîtresse du locataire de l’Elysée qui émarge aux frais de la République alors qu’elle n’a aucune existence légale en regard de la loi. Combien faudra-t-il encore de scandales pour que ce président potiche finisse par comprendre qu’il devrait démissionner. Dans n’importe quel pays anglo-saxon, il serait déjà sous le coup d’une procédure de destitution ou « impeachment » lui qui au cours de sa campagne a clamé qu’il se plierait aux décisions de justice … mais ce n’était qu’une rhétorique électoraliste démagogique ! Quant à la justice, n’en parlons même pas puisqu’elle est au service d’un pouvoir syndical marxiste-léniniste mafieux. Va-t-il y avoir implosion ou explosion ?

    Share this:

    1. Hella

      Je comprends pas que cela ne fasse pas couler plus d’encre l’histoire de la maitresse reconnue mais pas inclue dans la déclaration d’impôts. Comment cela se fait il que l’opposition ne soit pas plus virulente à ce sujet ?

      1. Nocte

        Quand on se tient tous par les burnes grâce à des casseroles (voire des chaudrons), on évite de la ramener pour éviter que les siennes soient exposées en place publique.

      2. Parce qu’elle est complice des mêmes faits, détournements, etc… Une affaire Thomas Fabius qui sort quand une affaire Claude Guéant prend de l’ampleur, en réponse à une affaire Cahuzac ou je ne sais plus (on s’y perd), on voit que ce sont des tacles de part et d’autre.

        Trierweiler & Hollande, c’est très très gros. Personne n’ose. Pour le moment.

        Notez que l’affaire commence à faire parler d’elle à l’étranger (on en parle en Angleterre et en Espagne, à présent).

        1. Eole

          @H16: par curiosité, j’avais fait un tour sur Mediapart où une blogueuse avait fait circuler votre article sur les « toutereaux » de l’Elysée, et en avais lu quelques réactions, et bien ce n’est pas encore pour demain que cette affaire pourrait devenir très publique. Vous et la blogueuse y étiez attaqués avec une violence inouie. Comment peut-on oser s’attaquer à FH et sa pouff? On avait l’impression que les commentaires avaient été dictés par Plenel lui-même!

        2. Greg

          J’ai même lu une toute petite note à propos de cette affaire dans la version suisse romande du quotidien gratuit 20 minutes.
          Le simple fait que cela y soit m’a surpris. Qu’aucun collègue n’ait relevé, beaucoup moins, mais nous sommes suisses en Suisse, donc comme on aime à dire, à chacun sa merde…

    2. max

      C’est quand même épatant ces affaires qui poussent comme des champignons, quel style flamboyant. Les allemands sont des petits joueurs à côté, un président qui démissionne pour un séjour de 500 euros, c’est tout ce qu’ils savent faire…

  18. gem

    Sur Europe 1, hier (ou la veille ?), ils ont, comme il est bien normal, interrogé quelqu’un de la maison pour savoir pourquoi ce conseil de discipline. On s’attend à ce que la réponse vienne de la direction, et à ce que dans un deuxième temps, un syndicaliste défende le journaliste. Normal, quoi.
    Et bien non. La direction n’est pas là (ils doivent manquer de professionnel des médias pour faire passer le message, à la direction de fRance 3 🙂 ), et c’est un syndicaliste qui … réclame la sanction.
    J’en conclus que la direction de FR3, en réalité, c’est le syndicat en question 🙂

  19. JS

    Très bon billet, perso j’adore le dernier paragraphe.

    On peux aussi rapprocher cette affaire et l’indignation à géométrie variable des détenteurs de la Morale Officielle du hack du site du FN il y a qq années avec publication dans tous les journaux des emails envoyés par à MLP par les sympathisants FN.

    Là on ne parlait pas de vol bien évidement.

  20. hussardbleu

    La Chambre Sociale de la Cour de Cassation a donné sa bénédiction au vol de documents dans une entreprise, lorsque le salarié a « besoin desdits documents pour défendre sa cause » pardevant les Prudhommes…

    Par extension, on pourrait très valablement blanchir le bon WR, attendu qu’il a agi dans l’intérêt de tous les justiciables de droite… si tant est qu’on ose vraiment le poursuivre : ce que je ne crois pas, à raison du scandale qui serait alors suscité…

    1. Aloux

      Pourquoi risquer un procès qui se verrait immédiatement soupçonné d’être un procès politique ? Le fautif va être muté dans un quelconque placard à balai (ça doit pas être ce qui manque à Fr3) d’où il ne pourra plus nuire et le tour est joué sans faire de vagues. En fait je les trouve déjà maladroit de l’avoir ainsi attaqué en public.

      1. Pandora

        En parlant de placard, un syndicaliste de FR3 déplorait le suicide d’un des journalistes de la chaîne car il était dans un placard depuis 12 ans…. payé à ne rien faire depuis tout ce temps avec l’argent de ma redevance, je ne compatis pas vraiment.

        1. Je ne comprends pas comment, de nos jours, on peut, une fois être mis au placard, se trouver malheureux. Soit on n’aime pas, et on se barre. Soit la soupe est trop bonne et dans ce cas, une connexion internet suffit pour pouvoir faire plein de trucs tout ce qu’il y a de plus sympathique. Les malheurs de gens riches ont énormément de mal à m’émouvoir.

          1. Lib

            La sécurité de l’emploi est une prison.

            12 ans à ne rien faire est un supplice. Plus le temps passe, plus il est difficile d’en sortir, car plus on est inadapté au monde réel.

            Notre droit du travail rend difficile voire inconcevable la meilleure des options en cas d’insatisfaction professionnelle : le départ. Dans les pays où le droit du travail est libre, les employés sont plus heureux.

            1. Évidemment, mais justement. 12 ans à ne rien faire, c’est au moins 10 de trop. Et soit il pouvait trouver à faire (de nos jours, c’est facile). Soit il partait.

          2. Black Mamba

            C’est quand même stupide !
            C’est de l’égoïsme, il n’a pas pensé à son entourage, sa famille, ses amis.
            Par son attitude, il a juste rendu service à ceux qui l’on mis dans ce placard

        2. Aloux

          J’ai l’impression qu’il y a quand même une certaine mentalité derrière ce genre de cas, qui s’est bien diffusée en France, une sorte de sclérose mentale quand on est planqué trop longtemps. Je ne compatis pas non plus, il avait quand même plein d’autres solutions, mais je crois que je peux comprendre ce qu’il se passait dans sa tête.

          1. Pandora

            Le suicide est une solution un peu trop définitive.
            Un peu trop facile aussi : on se débarrasse de ses problèmes sans chercher une autre voie (ou une autre activité, même moins bien payée).

            HS Un policier témoignait sur RMC ce matin et affirmait que les enveloppes de liquide circulait toujours.
            Ainsi, ces braves fonctionnaires au service du pays payés par des contributions des moutontribuables (mal apparemment) bénéficient aussi de primes qui ne participent pas à l’effort collectif de solidarité obligatoire des assurances sociales.
            D’un autre côté, ça fait des économies pour la Nation.
            Mais c’est encore une preuve que l’Etat (ou plutôt les bureaucrates qui le représentent) est le plus mauvais payeur et le plus gros mafiosi du système et que les politiques sont risibles quand ils veulent que nous soyons exemplaires.

            Quand on veut nettoyer un escalier, on commence par le haut.

  21. calc80

    Très bon billet, merci H16.
    Je suis pessimiste et crains que la publicité de ce genre de forfaiture dans les services de la république n’ait aucun effet à terme (à part, comme justement dit, de nous détourner temporairement des vrais problèmes).
    Par essence, le Soviet Central aime ce genre de « broutilles », utiles à raviver la flamme du Bien contre le Mal, à permettre de mieux compter les siens et, enfin, à revigorer les loyautés (voire, à définir les Grandes Causes).
    Le pire est que ces syndicats n’ont aucune honte de ce qu’ils font (l’idée même ne les effleure pas) : ils vivent, comme Soviet 1er, une guerre idéologique pour le Bien (en novlangue, on dit une lutte) qui leur donne le bon droit de tout dire, tout faire. Car c’est pour le Bien, enfin.
    La « gauchure » (en opposition à droiture, concept en vigueur depuis quelques milliers d’années) de la société est tellement bien engagée, notamment grâce à l’action de l’ednat’ où nos petites têtes blondes sont si bien édu-cassées (avec ADN politiquement modifié), qu’il sera difficile de chasser les malfaisants.
    Ce n’ai pas avec cette édu-cassons qu’émergera dans les années à venir des êtres de qualité à même de relever ce défi.
    Une solution ?

    1. Pascale

      Ce qui est aussi intéressant c’est qu’en latin gauche se disait « sinister ». D’où l’adjectif français sinistre. En effet, dans l’imagerie populaire la gauche est synonyme de malheur et de quelque chose de sinistre.
      De nos jours on voit bien que l’idéologie de gauche est mortifère, qu’elle n’est pas dans la vie, qu’elle ne respecte pas les individus, qu’elle rend les gens tristes, envieux, jaloux et ne fonctionne qu’à travers le concept de luttes et d’affrontements entre les hommes. D’un pessimisme absolu.

      1. calc80

        Merci pour ces belles observations.
        La jalousie et l’envie sont malheureusement de puissants moteurs.
        Ils mettent en avant les médiocres et participent à la ringardisation de l’effort.
        Au même moment, les (vraies) valeurs de partage, de bonté, voire simplement de courtoisie passent de mode, jugées trop « à droite », conservatrices, dans le camp du mal.

    1. Black Mamba

      Super! Au moins, on a en cours le droit de courir.
      Donc pourquoi, on me contrôle chaque fois que je suis dans ma BMW: j’ai le droit de rouler sans avoir me justifier que je suis l’heureux propriétaire de ce véhicule.

          1. Nocte

            Merci je viens de découvrir… l’économie circulaire ! c’est beau tout ce vide de sens et la tentative de justement trouver un sens à tout ce vide…

            Après, l’économie solidaire,
            Après, l’économie équitable,
            Voici l’Economie Circulaire ! grâce à elle, vous nourrirez un député écologiste et sa famille (…et ses amis, et les amis de ses amis), si vous avez l’impression qu’on vous prend pour un con, parce que vous payez des taxes de recyclage, des impôts pour la déchetterie de votre C2C, pour la collecte des ordures ménagères qui ne doivent pas dépasser 1m3 pour laquelle vous devez en plus vous inscrire, sinon, vous devez aller à la déchetterie sus-nommée, et qu’en plus, la déchetterie revend la matière première que vous avez acheté puis le recyclage que vous payez, alors vous avez compris le concept d’économie circulaire ! Cependant, vous irez en cours de néophilosophie, à vos frais, et vous payerez BHL ou un de ces comparses nouveaux penseurs, sans oublier, bien entendu, l’amende, et les frais de justice pour avoir penser…

            Accessoirement : « Pour François-Michel Lambert, député écologiste des Bouches-du-Rhône, président de l’institut de l’économie circulaire, cette nouvelle taxe est « indispensable ». « Il est inimaginable de continuer à jeter sans qu’il y ait une réelle prise de conscience. Le fait qu’il y ait une éco-fiscalité va permettre de changer le sens de choses, c’est-à-dire de donner de la valeur à ce que l’on disait être des déchets. » »
            Préparez-vous à bouffer de la merde… 🙂

          2. Black Mamba

            Il est inimaginable de continuer à jeter sans qu’il y ait une réelle prise de conscience.
            Les ordures sauvages ne sont pas prêtes de s’arrêter.
            Pourquoi s’emmerder?

      1. carpe diem

        misérable capitaliste! vous avez payé cette abomination avec le sang du prolétariat… oh la la, revendez la et achetez une 2 cv, ça rappellera des souvenirs aux gauchiasses quand madame Fabius se baladait en dodoche pour faire « peuple » sous les regards béats des français crédules des années 1980…

        1. Black Mamba

          Dautant plus que je viens du petit peuple d’en bas, j’ai gravis les échelons de la société à la sueur de mon frond !

    2. Aloux

      Quand je vois ce genre de cas je finis par comprendre la démission des flics…
      N’empêche je me demande d’où vient cet amour des rouges pour tout ce qui est voleurs, petites frappes, racketteurs de toutes sortes. On peut certes envisager une forme de sympathie vu que les rouges ne sont fondamentalement que des voleurs un peu plus subtils, mais tout de même je me demande aujourd’hui à quoi ça avance un magistrat de rendre ce genre de jugement.
      De toutes façons je vais me démerder pour être loin le jour ou les juges devront en découdre eux-mêmes avec leurs petits protégés, pas sûr que ces derniers se montrent reconnaissants. Le spectacle promet d’être intéressant.

      1. Pascale

        Ils s’imaginent etre des « humanistes », des vrais.
        Alors que le véritable humaniste ce n’est pas monter les hommes les uns contre les autres, comme les gauchistes font, mais respecter l’individu dans son humanité c’est à dire sa liberté et sa capacité de créer. Les gauchistes ne croient pas en l’Homme car ils ne croient pas qu’il soit capable de créer. Ca nous a valu les 35 heures très malthusiennes : on partage mais on ne crée pas.
        Là encore, tout le pessimisme et la mesquinerie de la gauche s’expriment parfaitement.

      2. Théo31

        http://fr.liberpedia.org/Socialement_proche

        La différence : les juges ont le pouvoir, les voyous non. Vous noterez qu’ils les défendent mais quand le fils de Présigland Ier se fait tirer son vélo ou son scooter, tout est mis en oeuvre pour retrouver les impudents ayant commis le crime suprême. On ne vole pas le camp du bien voyez-vous.

        Vous noterez également la diligence mise par les flics de fRance pour mater les éruptions cutanées d’urticaire anti-socialiste alors que sous la droite socialiste ils y allaient avec des gants.

        La gauche est la salle d’attente du fascisme.

        1. Aloux

          Oui je connais cette théorie des socialement proches, mais quand un juge décide de relâcher des voleurs chopés en flagrant délit pour un vice de forme aussi grotesque, je me demande ce qu’il a dans la tête. Je veux dire, il y aurait eu pas mal d’autres moyens d’aider les petits chéris plus discrètement, pourquoi le faire de façon aussi directe, à part pour faire un énorme doigt aux flics qui les ont arrêtés, à la victime du vol et aux citoyens honnêtes ? Est-ce que ces connards s’imaginent qu’ainsi ils précipiteront la révolution ?

    3. gem

      Mais vous êtes fous, les gars. Dans quel sorte de pays les flics arrêtent les gens sur un soupçon, pour chercher ensuite le délit qu’on peut leur reprocher ? Le fait que le soupçon s’avère justifié n’est pas une excuse pour ce comportement illégal.
      Le juge a bien jugé, il a appliqué la loi, et la loi est en l’occurrence bien faite : un contrôle d’identité doit reposer sur un délit constaté d’abord, et des éléments permettant de penser que la personne qu’on se propose de contrôler a un lien avec le délit. Pas de délit, pas de contrôle. Si contrôle sans délit, à la poubelle la procédure. Et si procédure -> poubelle, coupable libre. C’est con, oui, mais ce sont les flics qui ont mal fait leur boulot, pas le juge, et le SM n’y est pour rien.
      Il leur suffisait (pas compliqué quand même ! ) de consulter le magasin d’abord afin de s’informer du vol, puis de suivre les témoignages (le leur !) permettant de d’identifier des suspects, etc. Et les coupables seraient en tôle (peut-être …)

        1. gem

          Pour qu’il y ait flagrance il aurait fallu savoir qu’il y avait eu vol ; donc passer par le magasin d’abord.

          « Le contrôle judiciaire intervient dans un contexte lié à la commission d’une infraction » et « Ce contrôle doit être justifié par des « raisons plausibles ».  » .
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Contr%C3%B4le_d%27identit%C3%A9_en_France
          Courir n’est pas une raison plausible qu’on a commis un délit. C’est ce qu le juge a dit, et il a bien fait AMHA.

          Encore une fois : il aurait suffit que les flics passent par le magasin. Mais on connait les fonctionnaires (fussent-ils de police), n’est-ce pas.

  22. Duff

    Merci pour le billet, il nous semblait à tous évident que les conséquences médiatiques inonderait l’univers des médias justement…

    En fait je pense que la crise que nous vivons n’est pas seulement économique, nous assistons juste à l’effondrement de 30 ans de mensonges qui avaient réussi à nous faire croire que la gauche était dans le camp du bien. Depuis le scandale sexuel d’un certain ancien directeur du FMI les scandales s’enchaînent. Le ministre en charge de la lute contre la fraude fiscale planque son blé en Suisse, les magistrats sont politisés, les médias complaisants de ce système etc…

    Que finalement Hollande tourne en rond avec son pédalo finit par être la conséquence de tout ce déballage et non la cause.

    Débat intéressant :

    http://www.france24.com/fr/20130425-syndicat-magistrature-avocats-gauche-droite-sarkozy-hollande-gouvernement

    Claude Weill, gêné au possible se fait pulvériser par l’œil toujours aussi alerte du truculent Philippe Tesson. A force de minimiser et de circonvolutions douteuses, Weill inspire presque la pitié. Mais doit-on en avoir quand on connaît les conséquences dramatique de cette opération qui a réussi à nous faire croire que le camp du bien était la propriété exclusive d’une caste qui depuis 30 ans échoue sur tous les plans?

    Pour finir en grec le mot krisis veut dire décider, juger.

    Crevons l’abcès et décidons enfin de nous reprendre en main.

  23. Jay Bee

    Super article !
    J’adore : « les petites bestioles putrides qui n’aiment pas la lumière se débattent pour regagner leurs sombres abris ». Tout est dit.

  24. Australopitheque

    Excellent billet.
    Mes amis Australiens me demandent souvent pourquoi j’ai quitte le berceau des droit de l’homme, ses rillettes et son rosé.
    J’ai eu du mal moi meme a le comprendre mais je suis un putain de refugié politique. Je ne les supportais plus ces syndics, justice, fonctionnaires, medias, tous unilateralement gauchistes. Les politiques carrieristes et les asssocs de merdes. Ce pays envahis par une immigration delirante – seul pays a etre incapable de decider qui avait le droit de venir chez lui.
    Bref mes amis australiens, je leur ai dit : je suis un refugié politique. Je ne viens pas pour votre pognon, vos femmes ou votre bouffe, je viens pour la liberté. Ok, rine n’est parfait nulle part, mais comparé ou lavage de cerveau soft a la francaise, wow , quel bonheur !!

      1. Alex6

        Ils sont surtout d’une constance incroyables. Toutes les annees sont bonnes, il est presque inutile de s’attarder sur la date, surtout que ce ne sont pas en general des vins de garde.
        Par contre cette stabilite entraine une bien moins grande diversite, c’est extremement restreint par rapport a l’extraordinaire diversite des vins francais.
        De toutes manieres, on trouve des vins francais a peu pres au memes niveaux de prix que les vins australiens et pour une qualite equivalente. Les vins australiens sont tres chers.

    1. Totallystone

      Bonjour, je cherche justement à m’exiler en Australie, auriez-vous la gentillesse de faire partager quelques tuyaux?
      J’abuse un peu de l’hospitalité d’H16 mais l’occasion est trop belle.
      Merci

      totallystone(at)hotmail.com

      1. Black Mamba

        Connaitre l’Anglais
        Si tu as entre 20 et 30 ans : tu peux y aller pendant un an pour travailler
        Si tu as 30 – 45 ans pour y résider et travailler il faut monter un dossier pour le service d’immigration voir si ton boulot fait partie de la liste de ceux qu’ils recherchent
        Si tu as du fric , tu peux y aller en tant que retraité

        Ils sont devenu très sélectif

        1. Totallystone

          Pour l’anglais c’est OK, le working-holiday je l’ai déjà fait là bas avec ma femme et le choix est fait. On y va pour y résider et travailler, mes compétences rapportent beaucoup de points mais je ne suis pas dans un secteur spécifiquement recherché.
          Ce qui je cherche ici ce sont des contacts et des infos un peu plus poussées, par exemple le consul de Perth est un gars intègre et utile, ou pas. Es-ce qu’il vaut mieux rentrer par la petite porte puis une fois sur place upgrader son visa ou mettre le paquet dès le début.
          Merci quand même pour la contribution.

          1. Black Mamba

            Il faut te trouver un employeur sur place dans n’importe quoi, ne pas faire le difficile , le reste de fera de lui- même

      2. Alex6

        Certains secteurs sont encore en penurie de main d’oeuvre mais il faut bien etudier ca avant de partir car les secteurs ou le chomage augmente en ce moment n’embauchent plus du tout et ont amorce des reductions d’effectifs assez drastiques (ingenierie en general, secteur minier hors minerai de fer sur Perth, industrie en general et tout ce qui touche a la fabrication industrielle, vente au detail genre vetements, secteur bancaire, etc…) Il est presque impossible de decrocher un visa en sponsor dans ces secteurs en ce moment sauf a se trouver dans un secteur de niche tres particulier.
        Les secteurs qui embauchent toujours: tout de qui est lie au medical, recherche et laboratoire (Sydney et Brisbane surtout) et les business lie a la pollution et l’environnement (merci la taxe carbone que le Labor avait promis de ne pas instaurer)
        Sinon il y a effectivement l’option de monter sa boite mais la aussi, c’est la guerre en ce moment pour decrocher les contrats et sans experience locale et connaissance des reseaux, c’est la encore extremement difficile actuellement.
        L’Australie est un pays tres reactif cote immigration et des qu’il s’agit de proteger l’emploi local, ils reduisent fortement le nombre de visa delivre. J’ai eu la chance de venir au moment du debut du boom des matieres premieres il y a 6 ans, ou tous les secteurs etaient en penurie d’ingenieurs. Du coup, aucun probleme a obtenir un sponsor puis un visa permanent et aujourd’hui la nationalite.
        Il y a quelques mois, le consulat francais m’a gonfle au-dela du possible pour le renouvellement de mon passeport. Ca a ete un plaisir incommensurable que de leur dire poliment d’aller se faire foutre. Ils ont toujours mon application mais peuvent rever pour que je paye les frais.
        J’ai ensuite applique et recu mon passeport australien en dix jours (premiere application, pas un renouvellement…)

    2. JS

      En effet pas mal d’émigrés Français sont des genres de réfugiés politiques en fin de compte.

      Par contre pour l’immigration je ne vous suis pas, le problème spécifique de l’immigration en France est bien justement que l’Etat y a bien trop mis ces gros doigts pour inciter à coup d’allocs, logements sociaux, regroupements familial et autre. L’origine de la catastrophe est bien là.

      Pdt que l’Allemagne et le Japon automatisaient leurs usines, nos politocards que le Monde nous envie faisaient venir de la main d’oeuvre peu qualifié à bas cout…dont on n’a plus aucune utilité 30ans plus tard !

      Epic Fail

  25. zebgg

    Ce qui est formidable dans cette affaire est la suite que cela peut avoir dans les prochains scandales judiciaires. Toutes les personnes qui se sont retrouvées sur le « mur des cons » ont un grand avantage à tirer de cet affichage. Je pense principalement aux hommes politiques qui ont des risques (semble-t-il plus importants que le citoyen sans grand pouvoir sur l’action économique) de se retrouver un jour devant les tribunaux. Ces politiques auront le loisir de vérifier si un magistrat en charge de leur dossier ne fait pas, par hasard, partie du Syndicat de la Magistrature et démonter la procédure pour défaut d’impartialité. Cela augmentera le discrédit, à la fois de la politique et de la justice.

  26. Australopitheque

    @ totallystone
    Oui, le consul est integre et partage nos opinions. Mais il est inondé de demande de renseignements.
    Le mieux c’est de venir jeune, avec un boulot ABSOLUMENT et au moins $3000 par tète et par mois pour le temps d’acclimatation.
    Il y a ici a Perth des quantités de jeunes francais completemetn paumes qui pensaient que le WA les attendaient, certains avec un beau diplome d’ingé, et se retrouvent a poil apres plusieurs centaines de cv et de mois de recherches. Je ne parle meme pas des sups de co qui s’apercoivent que on se fout comme de l an 40 de leur diplome. La seule chose qui compte c est l’experience. Il faut avoir au moins deux a cinq ans d’experience. A Sydney c est moins dur car l’economie est plus proche de celle de la France, plus diversifiee et digitale. Ici en Wa, faut s’accrocher. Mais meme apres 40 piges c est possible si on a la niaque, un gros paquet d’economies et une famille soudée.
    Mais attention : n’esperez aucune aide des compatriotes deja installés : personne ne les a aides et le plie se prend vite : chacun pour soi et Dieu pour tous.

    1. Alex6

      Aucune aides il ne faut pas exagerer quand meme. Je donne tres souvent un maximum de renseignements et une vision realiste de la situation ici a ceux qui me le demandent. Apres une fois qu’ils sont ici c’est clair que je ne serais pas capable de leurs trouver un boulot!
      Sinon d’accord avec toi, il faut se battre pour faire sa place ici, personne ne nous attend et les diplomes francais sont au mieux consideres comme n’importe quel diplome d’un pays developpe. L’experience locale est indispensable pour des questions de confiance surtout, il faut donc en general accepter de commencer en faisant un boulot bien en-dessous de ce que l’on faisait en France (question de langue aussi, le niveau d’anglais des Francais est tres mauvais mais ils ne le savent pas…)
      Le jeu en vaut quand meme la chandelle tant l’ambiance de vie y est possitive et sereine en comparaison de l’etouffoir Francais. Pour les couples celibataires, le niveau de vie est presque deux fois plus eleve qu’en France. Pour les familles avec enfants la difference est plus faible car il y a beaucoup moins d’aides qu’en France. Mieux vaut le savoir avant de venir.
      Dernier point; il faut imperativement etre dans une relation de couple tres solide ou les deux partenaires sont fortement motives a emigrer et surtout se soutiennent de maniere inconditionnelle l’un et l’autre (ce qui n’est en general pas le cas dans les relations de couple entre Francais). Ca prend du temps de se creer un reseau d’amis ici (comme partout bien sur) et la distance avec la France peut rendre l’experience desastreuse en cas de difficultes.

      1. Totallystone

        @ Australopitheque et Alex6
        Merci de vos réponses instructives, je prévois de partir dans un an et demi, avec mon doctorat en poche, je n’ai absolument pas envie de rester encore dans le coin, donc tant pis pour l’expérience professionnelle. L’objectif c’est effectivement de mettre ce temps à profit pour me faire recruter. Pour l’anglais j’ai de la chance, je suis aussi néerlandais et j’ai travaillée avec et dans des labos (notamment suisses) 100% anglophones, ça devrait le faire.
        Encore merci et à bientôt!

  27. oli71

    Cher H16,
    Il semblerait que notre inénarrable Ministre du Dressement Reproductif ait eu l’envie subite de vous donner un sujet d’article pour les jours à venir…

    1. Duff

      Montebourg est un sujet sans fin. Après les gazouillis aux entrepreneurs, la moindre cohérence aurait été de le vider du gouvernement en compagnie des sinistres crétins Hamon et Dufflot.

    2. Alex6

      Il va encore reussir a couler les boites francaises qui marchent bien cet abruti! N’importe quelle boite reverait de recevoir une offre d’achat de Yahoo. Il faudrait aussi qu’il oblige Dailymotion a changer de nom parceque ce nom anglais, c’est quand meme pas terrible. Je propose « Action journaliere » ou « Mouvement quotidien », non?
      Et pour etre honnete, je ne savais meme pas que c’etait Francais, comme quoi ca importe assez peu…

  28. Pandora

    Le titre est très bien trouvé.
    Quand on connaît le premier sens de con désignait le sexe faible (donc féminin), on goûte l’ironie de cette histoire de potaches et de testostérone.

      1. mlallier

        Con vient de connil, gentil petit lapin tapi au fond de son trou.

        Il a donné le verbe conniller dont la définition de la 4e édition de l’Académie nous ramène au thème de ce billet : « Chercher des subterfuges & des ruses pour esquiver, soit dans la dispute, soit dans un procès. Il ne répond pas directement, il ne procéde pas franchement, il ne fait que conniller. Il est vieux. »

        En argot, signifie « baiser en prenant son temps ». Tout un programme, en un sens pas loin de l’agonie du pays.

        1. hussardbleu

          Cela vient de plus loin encore, étant sans doute d’origine indo-européenne (« cunt » en anglois)… en tous cas, Cicéron recommandait à Atticus, je crois, de ne pas commencer une lettre par « Cum nos » (une sorte de « bien chers tous » latin) qui pouvait être pris en fort mauvaise part….

      1. Black Mamba

        1. Subst. Personne idiote, bête. Vieux con, espèce de con :
        4. « Mon cher maître, vous avez un merveilleux talent pour faire le portrait de vos amis. Quelle magistrale galerie de cons! » E. et J. de Goncourt, Journal,1894, p. 589.

        1. Black Mamba

          B.− P. méton., au fig., vulg. [P. réf. au sexe de la femme pris comme symbole de l’impuissance et de la passivité]

          Ceux qui se trouvaient sur ce mur étaient loin d’être passif

  29. NOURATIN

    Hélas, le bon peuple ne réalise pas à quel point ce pays a sombré dans le totalitarisme gauchiste. S’il en avait conscience, il risquerait de faire la
    révolution à rebours…ça viendra peut être à la longue mais faudrait pas attendre encore trop longtemps.

  30. Matthieu

    Dans un soucis de transparence, et afin que le SNJ-CGT France télévisions ne tombe pas dans les travers qu’il dénonce, c’est à dire, dénoncer sans dire son nom en signant « SNJ-CGT » son communiqué demandant le lynchage disciplinaire d’un salarié, je propose de dire qui écrit de tels communiqués, voici donc les camarades en cause:
    Bureau national Snj-cgt :
    Secrétaire général : Emmanuel Vire
    Tel. : 06 31 04 35 36

    Secrétaire général d’ajoint, chargé de l’audiovisuel : Jean-François Téaldi
    Tel. : 06 08 94 55 30

    Secrétaire général ajoint chargé de l’organisation et trésorier : Jean-Gérard Cailleaux,
    Tél. : 06 86 07 97 01

    Dominique Candille
    Maria Carmona
    Elisa Drago
    Michèle Herzberg
    Patrick Kamenka
    Emmanuel Le Coz
    Laurent Mardelay
    Denis Perez
    Patrick Pinault
    Thomas Ribolowski
    Jean-François Ropert
    Jean Tortrat

    Voilà rendons à César ce qui est à César n’est-ce pas?

    1. Duff

      Joli!

      Notez que le dirigeant s’appelle Vire, indicatif présent du verbe qui risque de s’appliquer au malheureux journaliste ayant osé contrevenir aux règles de déontologie minimale du communisme.

      Cdlt

  31. Kolia Karamazov

    Ce double standard qui semble guider certains magistrats et les journalistes est peut être une conséquence de leur égalitarisme.

    Ils postulent que tous les humains sont égaux. Mais il y a quand même un certain nombre de personnes qu’ils ne peuvent admettre comme égales. Les « cons » du « mur » en font partie. Pour rester consistant avec leur principe de départ ils sont obligés de destituer ces gens de leur humanité.

    Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’ils se permettent des choses qu’ils ne tolèrent pas lorsqu’elles sont le fait de sous-humains.

  32. ODE

    cher monsieur
    merci pour vos billets qui se lisent toujours avec intérêt et jubilation. Cette affaire ainsi que les quelques commentaires que j’ai lus me font penser à vous suggérer de venir vous pencher un jour, cher analyste patient et drôle de la bêtise humaine, sur la guerre entre l’enseignement public et l’enseignement privé.
    Dans le domaine de l’enseignement, donc, où j’officie, la situation va également très mal: on en est à recruter des profs ayant eu 6 au CAPES dans la matière qu’ils vont enseigner… ou à en recruter via des annonces à Pole emploi, faute de candidats.
    Même les grands établissements privés, traditionnellement formateurs d’une élite plus à droite que celle issue de l’enseignement public, renient ce legs en professant des opinions plus à gauche que la gauche ou n’ont de toute façon plus assez d’argent pour entretenir leurs locaux ou faire quelque innovation que ce soit. L’avantage malgré tout, c’est qu’il peut s’y trouver un directeur ou une directrice entreprenant(e) malgré tout, et donc de belles surprises, dans la mesure où un lycée peut se gérer comme une entreprise: tel lycée par exemple, pour conserver une fiilière littéraire et malgré tout garder ses 100% de réussite au bac, imagine de proposer une option cinéma en signant un accord avec une école de cadrage ou de montage afin d’assurer des débouchés aux élèves: on est là dans une vraie stratégie entrepreneuriale, avec une prise de risques décidée en fonction de valeurs et de résultats.
    Bref, une situation très inquiétante. Des possibilités cependant.
    Mais une guerre idéologique hallucinante qui empêche finalement toute évolution: les gens du privé n’aiment pas ceux du public et ceux du public n’aiment pas ceux du privé. A tel point que, par exemple, si un établissement public qui ne trouve aucun professeur veut recruter un enseigneant du public qui, lui, ne trouve aucun poste correspondant à ses diplômes, c’est la direction diocésaine qui risque d’y opposer un refus, et l’inverse serait vrai aussi.
    sans parler des nouvelles venues, les écoles hors contrat, vivier passionnant de recherche pédagogique, d’autant plus passionnant qu’il vit et prospère sans aucune subvention. Des parents de tout bord, des très catholiques français-de-souche aux mères de Villeneuve la Garenne, sont intéressés par l’entreprise. Qui répond à un vrai besoin des vraies gens, à un vrai désir de la majorité des parents de trouver un enseignement correct et adapté à leurs enfants. Des personnes prêtes à payer un peu plus (pas tellement plus) pour bénéficier de cette offre.
    cet enseignement hors contrat se voit comme une bonne occasion pour l’enseignement sous contrat de se remettre en question, en tout cas d’être amené lui-même à se renouveler, à ne pas vivre sur ses acquis.
    le croirez-vous? Cette belle initiative, totalement au service des gens, est excessivement mal perçue par beaucoup d’acteurs de l’enseignement public ou privé, et par un certain nombre de « nos concitoyens ». On parle de dérive fasciste!!
    Le croirez-vous également? c’est en train de changer! « les gens » se rendent compte qu’on leur ment… tout doucement.
    Le croirez-vous encore? Le « service public » n’est pas au service des gens, en fait. Mais d’abord de la préservation d’une idéologie.

    pardon pour cette digression.

    1. Alex6

      Le corps enseignant francais est massivement responsable de la deroute actuelle. Verole par une proportion importante de glandeurs n’ayant choisi ce metier que pour les vacances et la securite de l’emploi, ils ont tue chez beaucoup tout esprit d’initative et surtout toute confiance en soit par un acharnement a mettre en avant les lacunes des eleves.
      J’ai entendu en boucle, surtout au college et au lycee, que je n’avais pas les capacites a faire des etudes, que je serais incapable de parler une langue etrangere correctement et que globalement, ca allait etre tres difficile pour moi dans le monde du travail. Bien sur, aucun de ces cretins que je salue bien bas n’a jamais eu la moindre experience dans ces domaines. Je me rends aussi compte du niveau lamentable des profs d’anglais qui osaient me faire la morale.
      Le probleme c’est que quand on a 10 ans, il est tres difficile de ne pas croire ce que vous disent les adultes, surtout quand on vous a appris a les respecter. Ceux qui n’ont rien fait dans leurs vies peuvent en grande partie etre reconnaissant de ce travail de sape des enseignants du secondaire. Je ferais tout mon possible pour que mes enfants n’aient jamais a subir cette mentalite de looser pessimiste.

      1. Black Mamba

        + 1
        Surtout que lorsqu’un enfant demande de l’aide et qui a le courage de lever le doigt pour demander d’éclaircir un peu plus le sujet et qu’un prof de math lassée de répondre toujours à ce même élève que cela ne sert à rien de lui répondre car de toute façon il n’a pas la capacité de répondre en lui disant que son cerveau est défaillant devant ses camarades de classes.
        Rire dans la classe
        Moi , qui était à côté de cet élève, j’ai eu pitié d’elle je me suis levé pour dire qu’il était honteux de la part d’un enseignant de rabaisser ainsi une élève car elle ,au moins , avait le courage de lever le doigt et que nous autre à force de voir comment on était traité par les prof (car on ne comprenait) et bien on osait plus lever le doigt. Il était indigne de faire d’elle la tête de turc des autres
        Silence dans la classe

    2. Digression intéressante cependant.
      J’ai parlé, plusieurs fois, dans ces colonnes, de l’éducation. C’est un très vaste sujet sur lequel je reviens assez régulièrement.

      Pour traiter du sujet (et particulièrement de la guerre privé/public), cela se fait mieux au détour d’une actualité ou d’une bonne moisson de liens. Gageons que les prochaines exactions de Peillon m’en donneront l’occasion.

  33. Black Mamba

    Le croirez-vous encore? Le « service public » n’est pas au service des gens, en fait. Mais d’abord de la préservation d’une idéologie.

    Oui, nous le croyons, mais tant que les politiques seront corrompus , il sera difficile de faire évoluer ce doit disant service public.

  34. Stephane

    L’ idéologie d’ un syndicat de gauche ( CGT) au détriment d’ un individu, fût-il de ce même syndicat me fait penser à la façon dont l

    1. franciskus

      Qu’on est con. Le mur des cons c’est comme le mur de berlin, en fait c’était pour le bien des gens… fous que nous étions, aveuglés par la haine antisocialiste, hermétiques à ces facéties bienveillantes de ces juges prolétariens…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.