Il n’y a pas de situation grave qu’un bon protectionnisme ne saurait empirer

Sapristi, le pédalo France n’avance plus, il recule ! Le dernier calcul du baromètre de l’attractivité de la France de Ernst & Young montre ainsi un recul de 13% des implantations internationales en 2012 (contre une moyenne de 3% sur 44 pays d’Europe) et en termes d’emplois, une baisse de 20%. Il faut dire que le chômage bat de funestes records, que les déficits continuent à se creuser, bref, que la situation n’est pas bonne. Pour les membres du gouvernement, l’heure est grave : que faire ? Heureusement, Arnaud Du Redressement de Montebourg Productif a la solution : un bon protectionnisme bien solide.

Cela faisait quelques jours que l’attention du public ne s’était pas portée sur le minustre en charge de redresser le pays de façon productive avec force moulinets oratoires et vibrantes joutes verbales. L’actualité s’étant malencontreusement déportée de sa personne pour s’attarder sur les sujets d’importance habituelle comme les agressions d’extrémistes par des extrémistes et les propos décousus de l’une ou l’autre starlette improbable de téléréalité, il était couru d’avance que, tôt ou tard, le sémillant quinqua allait tonitruer ou se laisser happer par une quelconque interview et se laisser bercer par un gros micro mou enjôleur.

Arnaud peut donc dire merci au FMI d’avoir balancé quelques évidences épineuses qui lui permettent donc de répondre avec sa verve habituelle, c’est-à-dire avec son talent périplaquiste de surfeur de la néo-économie. En effet, dans son dernier rapport sur la France, le FMI préconise pour la France une plus grande concurrence dans le secteur des services afin d’augmenter sa compétitivité (et, par voie de conséquence, son attractivité qui, on l’a vu, est un chouilla en berne). Pour appuyer son rapport, le FMI prend l’exemple de l’entrée de Free dans le marché de la téléphonie mobile avec les baisses occasionnées et l’amélioration du pouvoir d’achat des Français. On se rappelle d’ailleurs de Montebourg qui admettait il y a un an et demi que Xavier Niel, le patron de Free, avait plus fait pour ce fameux pouvoir d’achat avec cette entrée fracassante que Sarkozy en cinq ans :

Mais interrogé sur l’analyse du FMI, d’ailleurs partagée par l’OCDE et la Commission européenne, le Montebourg de juin 2013 crache copieusement à la moumoute frisée du Montebourg de janvier 2012 puisqu’il répond en invoquant les « risques de l’augmentation de la concurrence, qui sont parfois destructifs et qui empêchent finalement les entreprises d’investir. » Ce n’est pas la première fois. C’est même devenu une habitude et le Montebourg parvient ainsi à conserver ses doigts dans des douzaines de dossiers tout en retournant régulièrement sa veste, ce qui suppose des talents de contorsionnistes assez exceptionnels.

montebourg sur Free

Mais à côté de ses palpitantes analyses de la concurrence interne en France, Arnaud nous livre aussi ses profondes pensées sur la concurrence internationale. Et là, comme d’habitude en France, et comme d’habitude avec Arnaud, ça envoie du steak de bœuf cheval bien serré. Mais avant de se cogner de la protéine montebourgeoise en paquets d’une livre, un peu de contexte s’impose.

Comme vous le savez sans doute, l’Union Européenne a décidé que les consommateurs européens ne claquaient pas assez de pognon dans l’achat de panneaux photovoltaïques ; ces derniers, provenant de Chine, sont fabriqués bien moins cher que localement, en France ou en Allemagne. Ces prix chinois peu élevés permettent d’ailleurs assez scandaleusement à des propriétaires — sans le moindre scrupule de classe — d’afficher leur richesse (c’est très con, les panneaux photovoltaïques chinois, mais ça fait cossu) en en faisant monter toute une série sur leur toit afin de générer de l’électricité qu’ils pourront, ces gros fourbes capitalistes, revendre aux anciens monopoles énergétiques dont les factures augmentent actuellement pour compenser, justement, les reversements à ces profiteurs turbolibéraux.

La Commission européenne, voyant que tout ceci était complètement fou (des gens qui tentent de rentabiliser des énergies vertes par nature non rentables, mais où va-t-on ?), voyant que tout ceci permettait à des Chinois de faire du business et de sortir de la pauvreté (on va où ?), voyant que des gens tentent à la fois de faire de l’électricité et de moins polluer (mais franchement, où va le monde ?), cette Commission a donc décidé de faire exploser immédiatement les droits de douane sur ces fichus panneaux du diable. Et toc.

Il faut dire que les instances politiques, tant au niveau européen qu’au niveau de chacun des pays, n’ont pas vu venir, malgré leur sagacité légendaire, la montée en qualité des productions chinoise. Et ce sont d’ailleurs les mêmes élites, stupéfiantes de lucidité, qui considèrent toujours aujourd’hui que la production de panneaux photovoltaïque est une industrie d’avenir. Soit. C’est donc avec la même lucidité et la même sagacité qu’ils ont violemment taclé les Chinois.

Immédiatement, et de façon pas du tout prévisible, Pékin a décidé de se donner la possibilité d’augmenter sauvagement les taxes sur les vins européens. Malin, la France, principale maître d’oeuvre dans l’augmentation des taxes sur les panneaux solaires, est aussi le principal exportateur de vin vers la Chine. Et si la filière des panneaux emploie quelques milliers de personnes (peut-être une ou deux), celles des vins en compte des centaines de milliers, ce qui rend tout de suite l’affaire plus croustillante.

ProtectionnismeC’est dans ce contexte que notre Arnaud national intervient donc. Ayant déjà habilement fusillé un nombre assez consternant de dossiers et de négociations délicates par l’ouverture intempestive de sa grande jatte, il n’y a donc plus qu’à attendre pour le feu d’artifice sino-français. Mais déjà, dans une interview accordée il y a quelques jours, on sent frémir le coucou : pour lui, les frontières européennes sont ouvertes aux Chinois à plus de 99%, fermer un petit bout par-ci par-là ne peut pas faire de mal.

Pour Montebourg, et, du reste, comme pour une assez longue liste d’élus tous aussi dogmatiques et populistes les uns que les autres, c’est entendu : le libre-échange, c’est vraiment trop dangereux. Peu importe qu’il ait été prouvé depuis bien longtemps que même dans le cas ultra-défavorable où nous ouvririons 100% de nos frontières et les Chinois, eux, fermeraient 100% des leurs, le commerce nous serait profitable. Peu importe que l’engouement des Français pour les panneaux solaires chinois provient du fait que nos propres panneaux sont produits avec le boulet du prix local du travail, de cotisations sociales ahurissantes et de règlementations tatillonnes et coûteuses. Peu importe que cet engouement soit, du reste, propulsé par des foultitudes de subventions diverses tant à la production qu’à la consommation et une doxa écologiste mal digérée. Peu importe : il va falloir s’y résoudre, les prix des panneaux monteront en flèche.

Le consommateur européen achètera ses panneaux nettement plus cher… Ou plus du tout. L’industrie correspondante, déjà mourante, va définitivement claboter (le toucher montebourg, c’est une vraie calamité). Et pour faire bonne mesure, les viticulteurs en prendront aussi pour leur grade, dans l’autre sens, en n’arrivant plus à écouler leur production chez d’anciens bons clients.

Pas de doute : quand une situation est grave, rien de tel qu’une bonne dose de protectionnisme pour la rendre catastrophique.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires160

  1. Deres

    Nos bons socialistes adorent l’international. Ils peuvent raconter n’importe quoi en prenant des postures agressives et décidés. Contrairement aux débats français internes, cela est bon pour leur image. le fait que ce soit les français qui en assument les conséquences à court ou à long terme ne les intéressent pas.

    C’est très net au niveau européen où Flamby a dévasté nos liens privilégiés avec les allemands et les anglais sans créer l’alliance des pays du Sud dont il rêvait. Idem au niveau international avec Fabius qui nous a fait perdre toute crédibilité dans le dossier syrien ce qui ne l’empêche pas d’en parler comme si tout le monde l’écoutait attentivement. Idem au Mali où derrière l’action militaire triomphante ou constate un vide politique effrayant (et cela repart déjà en sucette …). Le protectionnisme est donc seulement l’application commercial de ce principe en version guerre économique. Cela permet de se construire une réputation d’homme à poigne sans en porter soi-même les conséquences.

    1. Deres

      J’ajoute que si on voulait vraiment faire du protectionnisme, on le ferait correctement … Le faire ouvertement de cette manière entraîne nécessairement des rétorsions. Les chinois et les américains le font eux de manière beaucoup plus subtils via les réglementations et les normes. Ce genre de chose montre bien que ces mesures sont prises pour des raisons de politique interne uniquement.

    2. Diasw

      Ça devait arriver : quand on voit le degré de socialisme des français et de leurs dirigeants, le clash devait venir un jour où l’autre.
      Tip : s’attendre à de la francophobie plus tenace en Europe dans les années à venir, vu qu’on a un amour invétéré pour la dépense et que quand y a déficit c’est toujours parce que le riche ne s’est jamais assez fait plumé, la question d’une dérive des dépenses est taboue.

  2. jacqueshenry

    Les Chinois vont aussi surtaxer les berlines de luxe, pas françaises mais allemandes, et Merkel va apprécier, l’économie allemande présentant des signes de faiblesse évidents. Pour ce qui est du vin (et champagne et spiritueux) français, le lobby très puissant des viticulteurs va rajouter une bonne couche de mécontentement hexagonal. Au fait, c’est pour quand la dégradation de la note de la dette française pour apporter le coup de grâce final à ce gouvernement d’incapables ?

    1. YB69

      Merkel choisi en 2011 de saborder son industrie photovoltaïque au profit de son industrie auto, elle va perdre sur les deux tableaux.

    2. Deres

      Les chinois sont justement très subtils. Ils tapent sur les français sachant que nous sommes fragilisés au niveau européen et manquons d’influence. On paye déjà nos faiblesses et le peu de considération de Flamby à l’international. C’est aussi cela d’avoir un dirigeant ridicule qui ne fait pas peur : le pays entier devient ridicule et on n’hésite pas à lui marcher dessus. Les allemands fournissent aussi beaucoup de matériels au chinois dont ils ont vraiment besoin pour leur développement voir leurs avancés militaires (machine outils, électroniques, …). Résumer cela aux Merco est un peu réducteur …

        1. aristarque

          Avec à leur tête un pépère même pas capable de faire tenir tranquille ses concubines, ex, en cour et future(s), comment peut-on paraître sérieux face à un peuple où garder la face est le maintien obligatoire en société?

          1. vengeusemasquée

            Ouais enfin, il n’a même pas compris que le Japon et la Chine sont deux pays différents alors faut trop en demander non plus. -_-

        2. parisien9999

          Je n’arrive pas à y croire. Hollande confond le peuple chinois et japonais. La fatigue a bon dos. Quand en plus on connait les rapports conflictuels entre ces deux pays et leur détestation mutuelle… Mais que fait un guignol comme ça à la tête de l’Etat ? Comment fait-il aussi pour avoir cette tête d’attardé sur toutes les photos ?

          1. parisien9999

            Dans l’article du Figaro, un commentateur a comparé Hollande à Nabila. Pas faux… En revanche niveau physique…

      1. channy

        @Deres
        « Ils tapent sur les français sachant que nous sommes fragilisés au niveau européen et manquons d’influence. »
        Bon il faut dire que le gouvernement chinois s’est bien calmé depuis l’ élection du gros mou à teinture..du temps de talonnette 1er le matraquage était intensif
        Après sur la question du vin, on exporte surtout des grands crus pour l’instant,donc cela vise une clientèle haut de gamme qui de toutes façons paiera le prix pour avoir ce qu’elle veut..Par contre cela stoppera tout net l’accès au marché pour les vins moyen de gamme visant une clientèle classe moyenne..ces vins seront éjectés du marché chinois au profit des vins australiens,sud africains,chiliens..( de toutes façons c’est déjà le cas dans l’Asie du Sud-Est, pour d’autres raisons)
        Pour les Mercedès il me semble qu’il y a déjà une usine en Chine(mais que beaucoup de chinois préfèrent encore la Merco made in germany) au final les Allemands n’ont pas trop de soucis à se faire..

    3. Guillaume

      De toute façon, la taxe chinoise concerne les véhicule de plus de 2 litres, alors que BMW va remplacer certains L6 par des 3 cylindres turbo de 1.5 litre de cylindrée (dont on peux sortir 200cv sans aucun problème).

  3. Jesrad

    « Il faut dire que les instances politiques, tant au niveau européen qu’au niveau de chacun des pays, n’ont pas vu venir, malgré leur sagacité légendaire, la montée en qualité des productions chinoise. »

    Ni, en leur temps, la montée en qualité des produits japonais dans les années 80, ni celle des produits coréens dans les années 90 ; ni celle des produits est-européens dans les années 2010, ni celle des produits sud-américains dans les années 2020.

    « la concurrence empêche parfois les entreprises d’investir »

    Et voilà l’explication de cet échec permanent de nos zélites: ils n’ont même pas un début de commencement d’ombre de compréhension de l’économie.

    Nous sommes d’autant plus riches que la même quantité d’efforts et de ressources rares produit d’autant plus de richesses, cela implique forcément qu’investir plus n’est pas forcément bon, tandis qu’investir mieux signifie souvent investir de manière plus diverse et distribuée.

    Que cela dégrade inévitablement la position dominante des grandes entreprises, ça lui fait u nsecond anus, à la Montecourge.

    1. JS

      « Nous sommes d’autant plus riches que la même quantité d’efforts et de ressources rares produit d’autant plus de richesses »

      Malheureusement vous parlez d’un pays ou 90% des gens pensent que continuer a employer qq’un pour un boulot qu’une machine peut faire mieux et pour moins cher cree de la richesse et « de l’emploi »… Facepalm

  4. LaM

    Le protectionnisme il aurait fallu l’instaurer au tout début de l’UE, quand on avait encore une crédibilité politique et économique.
    Si possible de manière un peu plus subtile que « MAINTENANT ON TAXE LES CHINOISERIES ».
    C’est beau de vouloir poser ses couilles sur la table, dommage que ça fasse un petit bruit de noisettes au contact du bois.

    1. simine

      Et la PAC (Politique Agricole Commune, plus gros budget européen!), vous en avez entendu parler ou pas? Ne serait-ce pas, un chouya, du protectionnisme?

      1. LaM

        Je trouve la PAC tout à fait légitime.
        Il y’a évidemment des dysfonctionnements et des dérives comme dans toute bonne usine à gaz mais l’idée est clairement défendable.
        Garantir l’autosuffisance alimentaire de l’UE et subventionner pour booster les innovations et les conduites éco responsables je trouve ça tout à fait louable.

        Ouais ça coute moins cher de faire venir des produits d’Amérique du Sud arrosés par ces connards de Monsanto mais la facture humaine et écologique est clairement pas la même.
        Monsanto trimballe un peu trop de casserolles pour cautionner leur vision de l’agriculture.

        En Europe c’est clairement pas rose non plus, mais pousser pour que ça soit mieux je vois pas où est le problème.
        Puis les aides de la PAC sont aussi largement taclées par la spéculation sur les matières premières.

        1. simine

          Moi, je ne trouve pas « légitime » qu’on prenne du fric de la poche de x pour le mettre,(souvent arbitrairement!), ici, dans celles, de plus en plus gloutonnes, de lobbies du secteur agricole. J’crois que je caricature à peine!

          Tout ce que vous évoquez, écologie, autosuffisance,..ne peut-il pas se régler autrement que par l’intervention intempestive et surtout infectieuse de bureaucrates?.

          1. JS

            Il y a bien longtemps un ami post-soixante-huitard est parti elever des chevres dans le Larzac (non ce n’est pas une blague). Comme son activite n’etait absolument pas rentable, plus de la moitie de ses revenus provenait d’aides europeenes diverses et variees.

            Je l’aimais bien avec ces lubies mais j’ais toujours + ou – eu le sentiment de payer pour ses caprices..

          2. LaM

            Quels lobbies du secteur agricole ?

            Concrètement ceux qui bénéficient le plus de la PAC sont ceux qui utilisent ces matières premières pas chères, pas ceux qui les produisent.

            Et honnètement, je vois pas comment développer une autosuffisante européenne relativement respectueuse de l’environnement. La pression des coûts est juste trop importante et les marges trop faibles pour essayer des méthodes plus vertes.
            Même avec les outils financiers dont les paysans disposent pour prédire plus ou moins leurs cashflow, pour qu’une exploitation soit rentable il faut investir des sommes ahurissantes.

        2. simine

          @ LaM, pas cher dites-vous? Le budget de la Pac dépasse de très très loin celui de la Justice! Inquiétant non?
          Et puis, les Néo-Zélandais y sont parvenus, semblerait-il, à une « autosuffisance relativement respectueuse de l’environnement », sans subvention particulière pour le secteur. Certes, avec, encore, le vilain réflexe protectionniste, semble-t-il, dommage!
          T’façon, je digère plutôt mal les fruits, légumes et autres produits laitiers mis sous perfusions (« subventions et protectionnisme »). Et peu importe que les pochettes de ces perfusions ont de jolies étiquettes colorées ou estampillées  » écolo-compatible et tout le toutim habituel… « 

          1. LaM

            Pas chères à l’achat voyons.
            L’intérêt de la PAC c’est que les producteurs puissent vendre au prix du marché sans être déficitaires.
            La PAC couvre la différence entre cout de revient et prix de vente.

        3. Laurent

          La PAC est un monstre qui n’aurais jamais du existé et qui est à l’origine de tous les ennuies des agriculteurs européens en plus de semer la désolation dans les pays émergeant. Il faut la supprimer au plus vite. c’est possible, voir la Nouvelle Zélande

        4. channy

          Si vous voulez dire que l’alimentation est une « arme » je suis d’accord..
          Après on a été trop loin dans le n’importe quoi..un agriculteur français il cherche la prime avant décider ce qu’il va planter , au lieu de chercher a satisfaire une demande du marché..
          Il faut clairement TOUT remettre a plat et reconsidérer ce qui est stratégique et ce qui ne l’est pas( comme le pinard par exemple).

          1. vengeusemasquée

            @LaM : « Et honnètement, je vois pas comment développer une autosuffisante européenne relativement respectueuse de l’environnement. La pression des coûts est juste trop importante et les marges trop faibles pour essayer des méthodes plus vertes. »

            Par les mécanismes de marché, tout simplement. L’ajustement de l’offre et de la demande permet d’atteindre cet objectif tout simplement parce que très nombreux sont les français qui souhaitent cette autosuffisance et des productions respectueuses de l’environnement. Pas besoin de subventionner pour cela.

            En attendant, la PAC a ruiné l’agriculture française, encourageant des productions qui ne répondent pas à la demande locale ainsi que des conduites, pour le coup, pas du tout éco-responsables avec des structures énormes dont les choix de culture sont uniquement des décisions d’opportunité suivant les choix bureaucratiques de la Commission.
            Puis y’en a que pour l’agriculture et rien pour l’élevage. C’est complètement arbitraire et injuste.

            @H16 : tu devrais faire un sujet sur l’agriculture et la PAC à l’occasion parce qu’en matière de collectivisation, y’a du contenu.

        5. Théo31

          En France, pour être agriculteur : il faut un diplôme. Pour acheter un tracteur, il faut prouver qu’on est effectivement agriculteur. Pour créer une exploitation agricole, il faut une autorisation préfetctorale. En outre, il est interdit de récupérer une partie des graines d’une année sur l’autre : si les paysans se font sodomiser par Monsanto, ils peuvent remercier ce qui prétendent les défendre.

          Libre à vous de payer cher pour avoir de la merde dans votre assiette.

          1. Il faut arrêter avec cette légende urbaine d’une interdiction de replanter les graines machin truc. Y’a pas besoin de cette interdiction. Les rendements dégringolent très vite si on replante sa moisson d’une année à l’autre.

          2. Totallystone

            En fRance pour être agriculteur il n’y a pas besoin de diplôme. Par contre si vous voulez être classé comme jeune agriculteur et profiter des rabais et des subventions qui leur sont destinés alors il vous faudra un diplôme.
            La question du tracteur est liée à sa carte grise, mais comme c’est simple d’être agriculteur, ce n’est pas une barrière sérieuse.
            Alors effectivement il faut un autorisation d’exploiter. C’est rarement refusé, mais c’est tout de même un contrôle étatique.
            Les histoires de récupération de graines et le diabolisme de monsanto c’est de la connerie. Il y a d’autre marchands de grain, chacun fait ses choix en connaissance de cause.

        6. gnarf

          La PAC est precisement du dumping. Subventionner les producteurs locaux pour qu’ils puissent vendre en dessous du cout de revient hors des frontieres.

    2. Le protectionnisme, ça ne marche pas. Comme le socialisme, du reste. Jamais, même par erreur, même sur un malentendu. C’est une erreur logique et mathématique.
      C’est comme dévaluer une monnaie en croyant faciliter les exportations.

      1. LaM

        Tout dépend ce que vous entendez par « marcher ».
        Pour y avoir vécu, au Danemark le socialisme marche très bien.

        Est-ce que vous pouvez étayer pour la dévaluation par contre ?
        Ca me parait un sujet un peu trop complexe pour être balayé d’une réponse aussi catégorique.

        1. simple citoyen

          Il faut faire attention à ce qu’on entend par « marche ». On a tendance à se focaliser sur le financement par la dette. Celui qui provient de la consommation de capital est tout aussi néfaste et occulte tout aussi bien la réalité.

        2. Le Danemark est plusieurs rangs de magnitude plus libéral que la France. Rien que le système d’indemnisation du chômage ne souffre pas des mêmes tares grotesques que celui des Français.
          http://h16free.com/2010/08/17/3994-observations-danoises-sur-le-chomage

          Pour la dévaluation : le premier mois, tout va bien (votre monnaie est faible). Le second mois, il faut importer des trucs & des machins pour fabriquer les bidules qu’on revend à l’exportation. Et là, on les paye avec une monnaie qui ne vaut plus rien. Ouch. Le bénéfice du premier mois est largement annulé. Si la dévaluation marchait, toutes les monnaies dévalueraient tout le temps. Ce n’est pas le cas et comme par hasard, tout le monde comprend (même confusément) que c’est une opération dangereuse. Du reste, les Allemands ont très bien pu exporter leurs productions même avec un mark très fort.

          1. LaM

            Oui évidemment pour la dévaluation. Elle ne marche que quand on achète local pour produire.
            Certaines entreprises bénéficient d’une monnaie forte, d’autres d’une monnaie faibles, ce qui rend en général l’équation trop complexe pour « on révalue / on dévalue ». Mieux vaut avoir une monnaie stable.

            Au Danemark le socialisme (50% de taxes sur le travail, des bourses de 800 euros mensuelles pour étudier …) s’appuie sur l’économie compétitive.
            En France l’économie s’appuie sur le socialisme branlant.

            Le Danemark a aussi qq mesures protectionnistes (notamment au niveau de l’immigration) qui rendent viable ce mode de vie.

            Bref un pays qui partait pas avec les meilleurs cartes où l’immense majorité des habitants mène une vie paisible.

          2. vengeusemasquée

            La dévaluation ne fonctionne pas parce qu’on n’achète jamais que local. C’est complètement absurde. De telles décisions se terminent toujours de la même manière : nouvel ajustement des monnaies et équilibres rétablis, avec à la marge, des épargnants ruinés et quelques opportunistes enrichis sans bouger le petit doigt. Ah la belle affaire !

      2. Deres

        Ceci dit, un protectionnisme temporaire et intelligent destiné à monter une filière nationale ou à lui permettre de se réformer peut être une manière intelligente et moins coûteuse pour les finances étatiques de subventionner un secteur. C’est exactement de cette façon que les chinois réalisent une grande partie de leur montée en gamme. les importations automobiles et aéronautiques en Chine sont par exemple fortement encadrées.

        Bine sûr, chez nous avec le manque de vision long terme de nos politique, ce n’est pas le cas. Le protectionnisme sert juste à protéger des intérêts particuliers et à récompenser des clients au frais des consommateurs … En France, l’Etat stratège est un bonne blague servant à justifier les nationalisations rampantes ..

        1. Guillaume

          On l’a vu avec le plan informatique francais dans les années 60 et après… Alors que dans les années 80, le secteur des jeux vidéos francais était l’un des plus puissants au mondes, sans subvention!

          Le protectionnisme, temporaire ou pas, ce fini TOUJOURS en copinage. Du coup tout le monde en pati : le consommateur et le pays. CF le cloud francais, dont on attend toujours les offres.

          1. Deres

            Je ne pense pas que tout ait été perdus dans ces plans des années 60. Même si cela a largement périclité depuis, nous avons eu une forte industrie électronique pendant très longtemps. Cela continue me^me dans le militaire et l’aéronautique.

            Le problème est que l’on fait du protectionnisme comme on distribue des subventions. Rien à voir avec de la stratégie, c’est juste des chèques.

        2. channy

          @Deres
          Tout dépend de ce que l’on entend par « temporaire »
          La Malaisie pour promouvoir son secteur automobile et son constructeur Proton crée de toutes pièces par le gouvernement en 1983 à instaurer des droits de douane de 200%..
          Résultat? Proton essuie de lourdes pertes depuis des années ces voitures sont à chier( look des années 80, mécanique pas fiable etc)
          Pour faire bon effet le gouvernement malaisien via proton racheta le constructeur anglais Lotus en 1998..Résultat Lotus n’a jamais gagné un penny depuis 1998
          Les malaisiens payent leur voiture bien plus cher que les autres pays de la région, ils payent pour unc anard boiteux qui va en prendre plein la tronche quand les barrières douanières seront levées et au final il paiera encore plus pour sauver ce qui est un symbole nationale de l’inefficacité étatique.
          30 ans c’est un peu long pour du temporaire non?
          @ »chez nous avec le manque de vision long terme de nos politique, »
          la dessus je vous suis a 300%…

          1. Deres

            Les coréens ont fait pareil au début. Chez eux, il n’y avait longtemps presque que des voitures locales toutes pourris (Pony, Pony 2, …). Mais comme ils avaient une vision à long terme, ils sont monté en gamme et on exporté, ce qui était leur objectif. Leur industrie se porte très bien merci.

  5. JS

    Qu’en ait il des accusions de « dumping » ?

    Dans cette histoire ca n’est pas un peu les politocards Fr (protectionisme) qui repondent aux politocards Chinois (Dumping) avec les memes recettes/reflexes ?

      1. Fergunil

        Si le gouvernement chinois veut envoyer de l’argent gratuit en europe pas des subventions à l’exportation, on serait bien con de refuser ..

  6. Docteur Ngongo

    L’affaire Méric quelle blague.
    Là, les trouduculs de gauche vont avoir un os a ronger pendant 4 ans, c’est tellement plus important de lutter contre la haine et le fascisme que de trouver des solutions pour sauver le pays.

    Pour conclure : « Coucou c’est Clément Méric en direct du cercueil, quelqu’un peut me filer mon Ipad ? Je l’ai perdu dans le caniveau gare St Lazare »

      1. Guillaume_rc

        @ Docteur Ngongo
        Autant la récupération politique de cette affaire me fout la gerbe (il n’y a pas d’autre mot), autant je trouve votre commentaire final déplacé.
        On parle de la mort d’un gamin quand même.
        Certes militant chez des bas-de-plafond, mais qui n’a pas fait de bêtises à 18 ans ?

          1. Australopiteque

            Exact, le deux poids deux mesures prend des proportions ahurissantes. Francois Noguier, eleve ingenieur du meme age, tué pour une cigarette le meme jour, pas un mot dans les medias.
            La mort de Clement est dramatique mais le jeu des medias, de Valls et de toute la clique sur cette affaire montre bien que l’orchestre joue de plus en plus fort pour masquer le naufrage du bateau France.

          2. Duff

            Entièrement d’accord avec Peste et Australopiteque. On dérive du sujet initial mais le tweet de Pierre Bergé traitant Frigide Barjot « d’immonde » récoltant le sang qu’elle voulait révèle une fois de plus le stratagème infâme dont les médias complices relaient immédiatement. Le barge et immonde des deux, ça ne fait pas un pli dans mon esprit…

            D’ailleurs chez les esprits faibles ça fonctionne : Mes collègues bobo-éco-équitable festifs ont longtemps cru que je roulais pour Marxine puisqu’on leur a appris qu’après le centre il n’y a qu’un immense espace appelé « extrême droite »! C’est vrai que lorsqu’on gobe toutes les théories basées sur de la jalousie planquée derrière la rhétorique (citation réaménagée de Thomas Sowell, qui pour des raisons sociologiques est une erreur de la nature puisque noir, issu d’un milieu défavorisé et au final économiste libéral disciple de Friedman) on peut mieux comprendre pourquoi un élu UDI ou UMP peut être assimilé à dangereux néo-fasciste turbo-libéral.

            Jamais nos ardents défenseurs des vraies valeurs et de la vraie morale n’établissent le lien entre les deux « Fronts ». Depuis que les cocos s’appellent « Front de gauche » je trouve qu’il y a une clarification honnête en assumant être le pendant (finalement proche cf « Marxine ») de gauche de l’autre front. Mais la dissymétrie se poursuit : Celui de gauche peut avoir ses martyrs, de jeunes et brillants militants à qui on promet un avenir radieux frappé en plein vol par d’abrutis décérébrés qui se rasent les cheveux parce qu’ils ne savent pas comment se coiffer. Le bon front a toujours le droit de dire le bien et le mal à la TV tandis que l’inénarrable Jean-Michel Apathie consacre 100% de son interview d’hier matin à chercher à piéger Marxine avec une avalanche de sous-entendus foireux, des raccourcis qui font honneur à la sainte profession, etc…

            Mon esprit pervers et totalitaire me commandait pourtant de zapper pour une autre radio et pourtant j’ai voulu savoir jusqu’où le Pic de la Mirandole d’RTL irait. Au final je me suis dit après que ça doit être chiant d’être un militant d’êxtrêêêême droite. On doit se justifier sur tout, répondre à tous les mensonges et raccourcis idéologiques nauséeux, on n’a pas une seconde au final pour placer quelques mots pour chanter à la gloire du IIIème Reich!

        1. Tea Party

          Mauroy, Méric, sale temps pour la gauche et ses extrêmes pro coco ! Cela vous plait mieux Guillaume_rc ? Vous ne comprenez pas, que chaque action entraîne des réactions ? Que si celles ci, ne sont pas verbales, nous aussi, nous pourrions … Glisser. La cocote minute va exploser ! Nous sommes en overdose complète. Ils en ont trop fait dans l’hystérie collective, hier, avec Méric, sans ne rien connaître des faits réels.
          Avez vous été étudiant, face à ces gens là ? Vous seriez moins conciliant. Je viens de l’écrire, sur Contrepoints, nous étions au mieux 1 contre 100, là ils se sentent forts, puissants ces grands démocrates, ces anti facho, qui n’existaient pas ! Je n’étais même pas politisé à l’époque, mes centres d’intérêts prioritaires étaient les toutes nouvelles mini-jupes et surtout celles qui les portaient ! mais je fus classé  » Facho  » car mon père était un entreprenant, et que je venais sur le campus avec une moto. (rien de changé, de nos jours, vous me direz) Deux ou trois fois, j’ai échappé à des guet-apens, des amis n’ont pas eut cette chance ! Raison pour laquelle mon père, m’a directement transféré pour mon plus grand bonheur aux USA.
          Là bas, la plupart des étudiants ont un petit job, d’appoint pour payer au moins le superflu, cela laisse moins de temps, pour militer toute la journée, comme toute cette racaille gauchiste française nauséeuse, réellement dangereuse mais que nul n’envisage dissoudre, il faut bien qu’ils prévoient la reléve.

        2. Raynote

          « On parle de la mort d’un gamin quand même. »

          Que voulez-vous, nous sommes en guerre! Guerre larvée, certes, mais guerre tout de même. Et durant les guerres il y a des morts, c’est certain.

  7. Nocte

    Définitivement :

    Le Fléau ou les Zergs, une nuée nocive et destructrice, sans réflexion, juste l’agression pour la domination.

    1. peste et coryza

      @nocte
      Les zergs, pas plus que les tyranides d’ailleurs (d’autres trucs plein de crocs, de chitine, d’armes biologiques et à mauvaise haleine, pour ceux qui ne connaissent pas), ne sont pas destructeurs : ils veulent simplement la domination de leur essaim sur les autres espèces, ce qui suppose l’éviction de tout rival potentiel. A titre de comparaison, va voir les fourmilières/termitières/ruches pour voir les guerres qu’elles se font pour dominer un territoire… la société perdante est en général purement et simplement exterminée.

      La recherche de la domination est un fait partagé par toutes les sociétés.
      Y compris les terrans et les protoss, d’ailleurs.

      @simine
      La PAC est une arnaque, car elle est attribuée au proprio de terres agricoles. Ces principaux bénéficiaires sont des boites de transformation de MP, la reine d’Angleterre, le prince de Monaco, des gros céréaliers… par contre les petites exploitations et les éleveurs peuvent crever la gueule ouverte.

      La plupart des économies dans le monde sont protectionnistes, sous diverses formes (y compris les USA, qui ont parfois des taxes entre états !). La Corée du sud, elle, protège son économie par sa législation alambiquée. Bien sur, ça fait l’objet de manips politiques, comme les panneaux solaires/pinard, et avant cela le burger/roquefort.
      Bref, on en revient à coopération/rivalité. La règle du jeu étant : « tu me taxes mes produits, attends voir, je vais taxer les tiens § »

      Avant, les marchés « ouverts » étaient le fait des vainqueurs : « si tu ne veut pas que je te pille/brule tout/massacre/etc…, alors tu me fais des tarifs préférentiels. Et puis tiens, donne moi ton or au passage ». Technique très usitée jusqu’à assez récemment.

      Le problème de la France, là dedans, est simple et date presque d’avant la première guerre mondiale : elle fait peu de haut gamme industriel, comparativement à l’Allemagne.

      @h16
      La guerre économique reste la guerre. Les finalités sont les mêmes que la guerre conventionnelle au sens de Clausewitz : rechercher la domination.

      1. douar

        Qui profite de la PAC? on montre effectivement les bénéficiaires importants (Le Reine etc…), mais les « petits » en profitent aussi. Sans les aides, beaucoup auraient déjà quitté le métier. Les aides PAC permettent de cacher la misère. Le problème, c’est qu’on peut penser qu’elles freinent la modernisation de l’agriculture. Les réduire, pourquoi pas, mais en même temps, il faudrait lâcher les contraintes administratives, environnementales qui coûtent finalement un bras. Je ne suis pas certain qu’on en prenne le chemin: notre ministre Le Foll, n’a que le concept d’agro écologie dans la bouche: il a trouvé ça joli et le ressort à chaque intervention.

      2. eheime

        @ peste

        En economie tout s’équilibre toujours, malgré toutes les lois, barrieres et frontieres.

        Toute action a une conséquence.
        Les « actions magiques » (l’interventionisme) ont toujours leurs conséquences « invisibles ».

        Les « guerres économiques » ont un coût : l’acceptation d’un niveau de vie moindre pour le pays qui la mène. Soit par ceux qui la mènent directement sous forme de salaires bas , soit en reportant le coût sur tout le pays par la subvention (donc autant d’impôts).

        Donc :
        – soient certains chinois acceptent de travailler moins chers pour fabriquer nos panneaux solaires
        – soient l’ensemble des chinois financent une partie de nos panneaux solaires.

        Est-ce un mal pour nous ?
        Pour les acheteurs assuremment, non.

        Pour les producteurs ?
        A court terme, assuremment.
        Alors penchons nous sur cette question

        D’abord il faut comprendre que c’est, au moins au debut, une necessite pour les pays peu developpés.
        Ils sont obligés de mener ce genre de guerre car ils doivent compenser leur manque de savoir faire et de productivité par l’acceptation d’une rémunération moindre. Dans l’espoir ensuite d’acquérir une certaine maitrise et des volumes.
        Il n’y a rien de négatif. Les pays qui l’ont fait sont riches aujourd’hui (France Allemagne dans les 50′, puis Japon dans les 60′, puis Chine Corée dans les 80′, etc …

        Vient tout de suite la question : « et si on laisse les chinois produire tout pas cher ? On ne fabriquera plus rien et on sera pauvres ? Où est la limite ? »

        Il est clair qu’on ne fabriquera pas longtemps des produits concurrencés pas des faibles couts. Du coup il faut fabriquer des produits à valeur ajouté. Et ce qu’on fait (Airbus, Volkswagen, Bouygues, machines outils, vins, mode, etc …).

        Est-ce un mauvais deal ?
        Non ! Au contraire. Cela explique notre niveau de vie assez elevé ! Et c’est aussi un bon deal pour les chinois qui peuvent acceder à notre technicité.

        Et si les chinois s’attaquent aux produits à forte valeur ajouté ?
        On ne vendra plus rien alors qu’il faudra bien qu’on les paie avec quelque chose.
        Ils n’accepteront pas bien longtemps de bosser sans contrepartie.

        Par exemple , bien que nous ayons un savoir faire industriel évident que l’Ethiopie n’a pas, nous n’inondons pas l’Ethiopie de produit français. Parce que ça ne paie pas assez.

        C’est ce qui se passe aux USA avec la Chine. Bien que criticable sur d’autres aspects, l’emission monétaire américaine est assez intelligente sur ce plan. Les américains disent aux chinois : « vous voulez vraiment bosser pour nous gratos ? Pas de probleme, on va vous payer en papier-cul. » Ce qui est beaucoup plus intelligent que de fermer les frontières car la production (et donc le savoir faire et le niveau de vie) ne s’effondre pas d’un coup, ni d’un coté, ni de l’autre.
        Et comme par hasard, les chinois commencent à se concentrer sur la demande interieure.

        Mais meme si les USA n’avaient pas imprimé, cela serait arrivé tout de meme un jour ou l’autre faute d’argent pour payer, faute de revenus. L’erreur des américains a été d’avoir une politique facilitant l’endettement, ce qui a contribué à faire perdurer la situation.

        1. peste et coryza

          @douar
          j’ai pas mal d’agriculteurs dans la famille. Même avec ces aides, ils ne s’en sortaient pas (sans compter les loups). A la fin, ils vendaient les animaux au noir.

          @eheime
          Merci pour ces explications.
          Somme toute, on en revient à la base : vae victis.

          1. Deres

            J’ai vu combien de reportage sur des jeunes voulant faire de l’agriculture et n’arrivant pas à s’en sortir avec leurs maigres produits bios. Quand on entend leurs prix de ventes, on réalise vite qu’il faudrait en vendre plusieurs tonnes par mois pour en vivre seulement au SMIC. Mais eux en vendent seulement quelques dizaines de kilos … et vivent de subventions. de toute évidence personne ne leur a explique que même pour une activité agricole il faut faire un business plan. C’est aussi cela la modernité avec une forte productivité qui détruit les activités artisanales non rentables.

      1. eheime

        @ Elphyr

        C’est la meme chose

        Un roi riche EST un état obèse
        (et l’inverse est vrai aussi : un état obèse créé une nomenclatura riche)

          1. Nocte

            Un Deus Ex Human Revolution ou une tranche d’Eve Online plutôt qu’un film moyen, je prends direct !
            Ca reste un loisir au même titre qu’une séance de cinéma.

  8. Mominette

    Un superbe sans faute :
    -on va très provisoirement « sauver » quelques emplois verriers en attendant que la fermeture soit inexorable vu la chute programmée de la demande
    – on va mettre sur le flanc toute la filière « installation et entretien »
    – on va alors sans doute subventionner ce « made in France » à grands frais.
    – on va saigner le consommateur, du moins s’il ne renonce pas.
    – et en apothéose, tout cela pour une technologie déjà dépassée, puisque nous sommes au photovoltaïque souple, qui se pose comme un film sur les façades, les toits, etc, en quelques minutes et à vil prix.

    Bref, pour soutenir des allumeurs de réverbères, la France se tire une fois encore une balle dans le pied, avec son protectionnisme à la noix, et tire encore l’Europe vers le bas.

    1. peste et coryza

      Sachant, qu’en plus, progrès de la robotique oblige, si les usines reviennent en France, elles n’embaucheront pas car elles seront très fortement mécanisées.

      http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.humanoides.fr/wp-content/uploads/2013/05/humanoides_fr_robot_nextage_glory_2.jpg&imgrefurl=http://www.humanoides.fr/2013/05/24/robots-humanoides-ouvriers-usine-japon/&h=481&w=610&sz=61&tbnid=uDRhrESAzy9TNM:&tbnh=95&tbnw=120&zoom=1&usg=__tC2J-jj6dBNq4vtMTb2zwgeucDY=&docid=3mI1YwcV528KeM&sa=X&ei=OJ-xUe3NC8K6hAf1xIGwAQ&ved=0CDsQ9QEwAw&dur=2429
      Ce machin coute 60000 dollars à l’achat, et 13 à la maintenance tous les mois…

      Avec les couts de travail et de capital français, il n’y a pas photo entre ça et un ouvrier humain.
      A quand le retour des luddistes ?

      1. JS

        Et vous allez voir que tous ceux qui se battent contre les conditions de travail difficiles seront contre les robots qui affranchiront les humains de ces taches a l’avenir…

        1. peste et coryza

          Ben en fait, ça pose un problème :
          Celui de la reconversion de la main d’œuvre.

          1 : Celle de l’agriculture avait été assurée par les usines… mais celle des usines et des services, où va t-elle aller ?
          2 : L’un des solutions serait de reformer les gens en masse vers des métiers où il y a des besoins réels et importants. Vous voyez nos dirigeants mettre en place cela ? Et puis, vous voyez cela assuré par l’ednat ?
          3 : du point de vue des dirigeants toujours, que faire de cette masse désormais inutile ? Les laisser pourrir dans des zones de relégation, les envoyer/faire crever, ou les abrutir sont des solutions envisagées (cf : Rockfeller, Brezinski, et autres « philanthropes »).
          4 : sans compter la démographie…
          5 : sans compter la pression sur les ressources…

          Ne pas oublier que du point de vue d’un dirigeant, un peuple oisif est une menace : ils sont du temps pour apprendre et réfléchir. Qin Shi Huandji est le premier à l’avoir compris.

          1. Duff

            Pour ériger de telles usines futuristes, il faudra du capital et du cash flow. Ce qui fait cruellement défaut aux entreprises PME/PMI/ETI françaises… Le raisonnement « comment on va reconvertir les gens » ne se pose pas. Quand la première révolution industrielle a fait passer le pays de 90% de travailleurs dans l’agriculture à disons 40, on a créé des emplois nouveaux. Il n’y a pas de finitude du travail comme gâteau à partager sinon les 35h auraient marché!

            Mais ne vous inquiétez pas, on trouvera bien une activité aux français : Devenir les larbins des autres. Sur l’Apec on voit maintenant des offres de postes d’ingénieurs qui exigent explicitement la maîtriser la langue allemande…

          2. vengeusemasquée

            « L’un des solutions serait de reformer les gens en masse vers des métiers où il y a des besoins réels et importants.  » il n’y a rien d’autre à faire. A vrai dire, il n’y a rien à faire du tout. S’ils n’étaient pas aussi assistés, ils le feraient spontanément, un point c’est tout.

          3. Nocte

            @VM : en effet. Il suffit de voir un changement de poste prévu de longue date, le jour J : je c pas faire je conné pa excel et powerpoint g droa a 1 formation.

            6 mois que le changement était prévu mais pas la moindre idée de prendre un bouquin et s’ autoformer…

        2. Le Gnôme

          Déjà les canuts détruisaient les machines à tisser Jacquard. Cela n’a pas empêché la mécanisation de l’industrie. Ils ont trouvé d’autres emplois, c’est tout. Vouloir empêcher la robotisation, c’est du combat d’arrière garde.

          1. peste et coryza

            Les canuts n’ont tous pas retrouvé d’emploi lors de la seconde révolte : 10000 ont été déportés, et 600 sont morts.

  9. eheime

    Montebourg c’est la carricature du socialisme.

    Pas de cerveau
    Des paroles dans tous les sens, contradictoires évidemment
    Un maximum de destruction avec un minimum de moyens
    Au final, l’accouchement d’une souris faisant que même les actions préconisées génialement idiotes ne sont pas faites

    1. aristarque

      « Là où le cirque Montebourg s’ enclenche, les entreprises calanchent » conviendrait bien comme bannière pour ce clown. Non ?

    1. eheime

      oui, je suit d’aquord. Ils nous repraisente bien. Il a réson car les chinois sais tous des cons. Et les zamériquins aussi par la mème occasion. Et les allemand aussi dailleurs. Et aussi les anglais. Et les grecs et les italiens et les espagnols aussi car sais à cause deux qu’on et obligé de fair de l’ostérité alors que on sais très bien que sa marche pas. Et aussi les patrons en france. Et les zotoentrepreneurs aussi. Et aussi les salariés qui son pas solidères parsqu’il fond pas la greve. Enfin pour résumé : tout les gens qui son pas de gauche (et qui sont pas fransais sauf si y vivent en france et kill vote à gauche). Montebourg 2017 !!!

  10. Guillaume_rc

    Mais ce crétin flamboyant de Montebourg ne s’arrête pas là. J’ai failli m’étrangler de rire ce matin en l’entendant sur Europe 1 vanter le modèle japonais.
    Oui oui vous avez bien lu, la relance à la japonaise c’est la solution pour Montebourg !
    Et la fin du « papier » d’Europe sur la chute du Nikkei a achevé de me faire rire.

    1. LaM

      Vivement les déplacements au Zimbabwe. Qu’on entende enfin qu’on devrait plus s’inspirer de leurs politiques économiques.

    2. Deres

      La relance keynésienne est la solution, MAIS quand elle se passe chez nos voisins ! C’est une bonne chose que les japonais grillent du pognon à foison si ils nous achète des trucs avec !!! Idéalement pour nous, il faudrait que les allemands fassent une méga-relance de la mort mais ne rêvons pas …

      1. Non : comme c’est la même monnaie que nous, ça nous entraînerait au fond (d’ailleurs, c’est pour ça que les conneries françaises ne les enchantent pas du tout).

      2. eheime

        Souhaiter que l’autre tombe pour se sentir plus haut …
        Definitivement pas ma facon de voir.
        D’autant que le peuple Japonais est des plus sympatique et a déjà beaucuop souffert.
        Non vraiment, je ne pourrais pas m’en réjouir.
        Imaginons le contraire : s’ils s’en sortaient, ils nous montreraient le bon chemin. Ce ne serait pas mieux ?

        1. Vodkaman

          ah, si seulement les français avaient le 10ème de la notion d’intérêt général et du bien commun que peuvent avoir les japonais…

          c’est toujours un grand moment, quand j’explique à beau-papa (qui est japonais) le pourquoi d’une grève ou du rejet d’une réforme en France…

          il avait du mal à concevoir le concept des 35 heures lui qui était plus dans les 115 h / semaines

    1. Elphyr

      Oh non, il ne faut surtout pas avoir peur d’aller dans le mur. C’est notre seul espoir.

      Imaginez un instant qu’ils se calment, qu’ils adoptent une politique budgétaire rigoureuse (qui sera toujours un fail, mais un fail rigoureux, à l’allemande).
      Les socialistes (de droite ou de gauche) regagnent en popularité, gagnent les élections et hop on est reparti pour cinq années…

      Le mur, la défaite économique, c’est ce dont la France à besoin pour repartir sur des bases saines.

      1. JS

        Ce qui m’inquiete reellement c’est qu’ils sont en train de ressortir le gaz de schiste l’air de rien…si ils le font on peut dire a toute reforme et le jour ou on percutera le mur l’impact sera encore plus violent..

        Je vous laisse imaginer tout ce pognon gratuit venant du sous-sols, tout ce que ces baltringues pourraient en faire.

        1. peste et coryza

          Il y a un espoir :
          La seule chose que l’on sait, c’est qu’on a de la roche mère. Rien ne dit qu’il y ait du gaz exploitable.

          1. aristarque

            On espère l’ explosion en vol du socialisme type RDA que nous concocte Normal 1er et ses sicaires avant que ce ne soit la France qui explose et se désintègre, option déjà bien trop avancée à mon goût.

  11. peste et coryza

    Le mur peut arriver vite :
    Vu la taille des banques françaises et japonaises, et que tout se tient par la barbichette, si l’un des deux pays saute, le monde sautera avec.

    Le grand reset fera mal, mais sera l’occasion en or de faire le ménage.

  12. aristarque

    Je ne sais pas si la dégringolade du marché des panneaux photovoltaïques est réellement dûe au dumping chinois éventuel. En fait, je galége parce que je suis plutôt tenant du fait de l’ abaissement de la subvention en général comme coupable de ce crime. Si en effet cette filière dégageait une rentabilité quelconque, même minime, l’ abaissement du coût du composant principal de la machinerie aurait renforcé la profitabilité (honnies soient les âmes sensibles qui me lisent) et les entreprises chinoises exploseraient de profits. Tel n’ est pas le cas puisqu’elles sont elles-même en difficulté!… bien avant l’ apparition d’ une taxation supplémentaire. Sur ce coup là, les Chinois ont omis ou tenu pour négligeable que la filière ne tenait que par l’ octroi massif de subventions sous une forme ou sous une autre, à moins qu’ils n’aient pensé que les délires ecologico-socialistes atteindraient plus tard le tarissement de l’ argent des autres.
    De plus, dans ce dossier, il faut mettre aussi en avant les coûts d’ installation très largement évalués qui ont dû permettre de belles marges aux entreprises spécialisées. On peut aussi arriver à tuer la poule aux oeufs d’ or en exigeant d’ elle trois oeufs quotidiens au lieu d’un…

    1. duff

      J’ai rencontré des chercheurs dans le domaine solaire l’an dernier. Pour eux, le photovoltaïque c’est intéressant au Sahara… Libre à vous de poser un panneau solaire sur votre toit pour chauffer (un peu) votre eau. Le rendement est faible et l’installation coûteuse. On ne parlera pas du rachat par EDF qui n’est qu’une atrocité bobo-écolo-irresponsable.

      1. peste et coryza

        Chez nous, on peut faire de la mini éolienne et/ou du microhydraulique. Voire même combiner les deux.

        Et pourquoi pas avec un montage poelle à bois + circuit d’eau/vapeur + turbine avec alternateur.

        1. hussardbleu

          Ouais, c’est bien beau, vos profonds raisonnements, mais vous êtes tous passés à côté d’une citation d’Audiard dans l’article de H16 : à quoi ça sert qu’il se décarcasse, alors, le HacheSeize, pour vous faire rire ?

          Je vous donne un indice, bande de nuls : dans le dialogue original, on y parlait de canards (c’est le mot remplacé), et Belmondo tenait une carabine et le petit artiche…

          et à propos d’extrémistes…. Ouais… « nipped in the bud », ce petit Méric… à étudier son profil, on se rend compte qu’il était tout à fait dans le sillage glorieux d’un Dray, d’un Assouline, ou d’une Batho :

          On commence par faire l’anti-fasciste, pour se donner un impeccable background politique… on mijote quelques courtes années dans le triste bouillon des AG, manifs et squats (en taisant ses délicates réticences de bourge – parents profs de Droit – quant à l’hygiène et aux odeurs fortes des camarades), puis on fait de l’entrisme au PS, parti qui vous garantit ces élections pépères dans des circonscriptions acquises…

          et on finit Sénateur et Ministre vers 40/45 ans, avant que d’aller vers une très confortable semi retraite, agrémentée de ces petits extras qui font le charme de la vie… les « suceuses de ministres » (mot de Geneviève Dormann) et autres hétaïres journalistiques…

          Quoique le jeune Clément ait eu, selon la presse, des faiblesses pour Act Up… disons, alors, des « suceurs de »…

          Le Cursus Honorum vous a de ces allures, de nos jours… avec le tropisme mode, celui des montres suisses de luxe (Dray, Cahuzac, Moscovici…même combat…)…

          J’entendais hier Valls à la radio, sur Rance Info, dans un interminable tirade en hélicoïde, où il revenait sur des « éléments de langage » prévisibles (le faascisme assassin, or words to that effect) mêlés d’une sorte de gêne réticente à décrire les circonstances exactes de la bagarre… impression bizarre à l’écouter… one track mind, mais prêt à dérailler, se retenant à des mots d’ordre… curieux personnage, le Manouel…un petit côté Robespierre, on l’imagine assez bien en perruque poudrée à frimas…

          Amusé d’entendre aussi un interviouvé, syndicaliste étudiant (sic) pénétré de son importance et de la bonté de sa cause, évoquant d’un ton pointu le « fassissme », prononciation précieuse qui signe son intello de gauche, bien loin du gros « fââchisme » des anars d’origine prolo…

          Pauvre pays, pauvres gens…
          Et un pauvre petit Rastignac, trop tôt enlevé à notre affection…

          1. peste et coryza

            C’est sur, ça change du cursus honorum romain…
            Et eux, au moins, allaient sur le champ de bataille… le chef qui sent la crasse et la sueur a toujours fédéré les troupes.

          2. Tea Party

            Édifiante la photo, sur le site fdesouche. La bande du Saint-Sauveur, à laquelle appartenait Méric, a comme emblème sur leur tee-shirt, un gros point américain. Il vaut mieux que je m’abstienne de commentaire …http://www.fdesouche.com/

          3. peste et coryza

            Il y a des perles sur ce site, dites donc :

            « C’est le premier meurtre en temps de paix depuis les années 30. » – Jean-Christophe Cambadélis (fumeur de crack ?)
            « Un flic, une balle, justice sociale ! » – gauchiste à capuche (remarquez l’humanisme et la retenue)

            La dernière c(l)ownerie de la Najat
            http://www.fdesouche.com/379433-pas-damalgames-entre-extreme-droite-et-extreme-gauche (alias : promotion canapé)

            Tout ça pour un gus qui s’est fait exploser comme des dizaines chaque jour…

          4. Tea Party

            Même le très UMP, Rioufol, qui certes est un des rares à dire des vérités, qu’il ne faut pas dire, s’y met :  » Non, ce n’est pas le fascisme qui menace la France, comme le clame la gauche après la mort de Clément Méric. Le jeune militant a été la victime, à Paris, d’une rixe entre groupuscules d’extrême droite et d’extrême gauche. Ce qui menace la république est ailleurs, dans la montée de l’islamisme.  »

          5. hussardbleu

            En effet, Eugène de Rastignac est excellent, mais c’est une habitude chez l’ami Stéphane, ce garçon qui devrait être à l’Académie Française depuis fort longtemps, s’il ne pensait pas aussi mal… d’autant que, par surcroît d’infamie, Rastignac n’est que l’un de ses avatars parmi les plus bénins. Pauvre défunt ADG m’en avait signalé d’autres…

            Mais le déguisement permet de dire des choses fort saignantes….

            Au fait, rien à voir, la citation d’Audiard, c’était dans « 100 000 dollars au soleil »… « les canards, c’est con, mais ça fait cossu »…

      2. Black Mamba

        Mon époux avait essayé d’installer des panneaux photovoltaïques, il avait commander sur Ebay des panneaux pour 10 000 euro
        Il avait demander à EDF donc d’installer un nouveau compteur pour être aux normes.
        Il n’a jamais reçu les panneaux, il n’a jamais pu récupérer l’argent.
        Le nouveau compteur est là et miracle sans panneau notre facture EDF est devenu pourtant moins importante.
        Comme quoi!

        1. Black Mamba

          Et j’ai ma coiffeuse ( une mine d’information), elle a une quantité de clients qui regrettent d’avoir installer les panneaux, une arnaque totale;
          Elle m’a dit que même si nous avons perdu 10 000 euro dans l’histoire nous nous en sortant plutôt à bon compte, cela aurait pu être pire

      3. Tea Party

        Vous auriez pu aussi parler de la fiabilité et de la robustesse du photovoltaïque, si on ose dire ! Une cata ! Un représentant d’une société allemande, qui m’avait prospecté, (j’ai un petit pied à terre dans un DOM, assez ensoleillé !) sur ses brochures annonçait lui même une perte de 10 %, d’efficacité tout les ans ! Et qu’effectivement, la durée de vie ne pouvait pas dépasser 8 – 10 ans, surtout, tout prés des  » cinquante pas du roi  ».
        Quant à mon voisin un peu écolo sur les bords, qui ne traitait quasiment de con, de ne pas l’avoir installé comme lui, il ne me dit plus bonjour !! cela n’a jamais fonctionné !!! Quel plaisir !!! Il est en procès avec l’installateur ! Agrée !! Ce qui ne m’empêche pas de lui demander régulièrement, quand il retire la verrue hideuse, de son toit. qui m’écorche les yeux ! Nous ne boirons jamais le  » Ti-punch » traditionnel ensemble !!

        1. Vodkaman

          Et puis ce qu’il y a de bien avec le photovoltaïque, c’est que la corrélation entre les besoins et l’offre (jour/nuit, nord /sud).

          C’est comme si j’installais une usine de production de climatiseurs à Reykjavík, ou de lait en poudre pour bébé au Sahel…

        2. parisien9999

          Autant vous avez raison sur le photovoltaïque, autant le solaire thermique fonctionne très bien et est très rentable (d’autant que c’est peu cher). Il faut dire que c’est assez rudimentaire, et que ça ne tombe donc pas en panne.

  13. Helena Blavatsky

    Il est mal tombé pour le coup, les Chinois vont dévorer la France entière et recracher du MonteBourg production 1962.

  14. LeRus

    Ce type est ce qui se fait de pire en politique: incompétent, charismatique avec des idées dangereuses.

    Malheureusement, non seulement il devient un modèle pour les plus jeunes (Filipetti, Vallaud-Belkacem) mais ils doivent surrenchérir face aux plus vieux, S. Royal en tête.

    Ce serait une bonne idée d’organiser un conseil des ministres à Smolensk…

  15. Buchanan

    Les panneaux solaires chinois sont 30% moins chers. Si l’euro valait 1pour 1 avec le dollar, les panneaux solaires chinois seraient au même prix que les nôtres. C’est tout le problème de l’euro. On a une monnaie d’allemands, alors que l’on n’est pas des allemands. On est des français, ou des italiens, ou des espagnols et comme on n’aime pas les réformes, on dévalue la monnaie pour rester compétitifs. Comme on l’a fait depuis des décennies. Et personne n’est mort.
    http://www.contrepoints.org/2013/06/05/126713-le-franc-de-1945-a-1998-le-serpent-et-le-systeme
    Sauf qu’avec l’euro, on ne peut pas. Et du coup, on se retrouve avec un taux de change a 1,30 une OAT 10 ans a 2% et une banque centrale qui fait figure d’idiot du village mondial. Est-ce que la France, avec des déficits structurels depuis 40 ans, une dette qui approche les 90 % du Pib, un discours économique préhistorique et un cout du travail parmi les plus élevés au monde, mérite un taux de change de 1,30 et des intérêts a 10 ans de 2% ? La question n’est pas de dévaluer. La question est de laisser le marché fixer librement la valeur de notre monnaie et de nos taux d’intérêts. Le marché aujourd’hui n’est pas libre d’attribuer à la France un taux de change et des taux d’intérêts qui reflètent notre économie, à cause de l’euro. Mais le marché finira toujours par avoir raison. Et l’ajustement sera violent. Sauf si on réforme rapidement. Ce qui n’arrivera pas.

    1. Deres

      Oui, sauf que tout cela était très clair et accepté quand on est passé à l’Euro. On savait très bien que l’on perdait la possibilité de dévaluer. On savait donc très bien qu’il fallait faire converger les économies et que cela serait facile car on bénéficierait de taux d’intérêt faible donnant des marges de manoeuvre. Mais si certaines réformes ont été faites par tous les pays pour entrer dans l’euro, les réformes suivantes pourtant promises la main sur le cœur furent immédiatement oublier. Et le pain blanc des taux d’intérêt faible fut consommé dans la foulée avec délectation sans faire de réforme de convergence.

      1. Buchanan

        Oui c’est vrai, mais comme on ne fera rien, on est cuits. Une dévaluation c’est plutôt un effet qu’une cause. C’est parce qu’il s’est passé plein de choses avant, qu’on dévalue. Et on dévalue parce qu’avant, on a défendu une position de change qui est devenue intenable et qui ne correspond pas à la réalité économique du pays. Si le franc se dévalue par rapport au DM, on achète du DM pour défendre la position, etc…De toute façon, on ne peut dévaluer que lorsque l’on n’a pas laissé le marché fixer librement le taux de change. C’est comme une cocotte-minute. La pression monte, pour tout un tas de raisons, plein de fonctionnaires bien gras, retraite avant tout le monde, on vit sur nos acquis, un code du travail qui fait 3000 pages, une fiscalité kafkaïenne, etc… etc…Pendant ce temps, on se glorifie en disant qu’on a une monnaie forte et on bidouille sur les marchés pour défendre la monnaie. Monnaie forte, économie faible, ça marche pas comme ça. Et puis un jour, le gouvernement appuie sur le bouton poussoir pour relâcher la pression. On a dévalué ! En fait on a juste laissé le marché s’ajuster et dans 100% des cas, il s’ajuste vers le bas. C’est la position antérieure qui n’était pas correcte. Si on ne fait rien, ou on attend trop longtemps, les déséquilibres, montent et s’accumulent et on a droit à l’autre option, qui est que la casserole nous pète en pleine poire. C’est ce qui va nous arriver avec l’euro.

        1. « Et on dévalue parce qu’avant, on a défendu une position de change qui est devenue intenable et qui ne correspond pas à la réalité économique du pays. »
          Là, c’est un rattrapage, on est bien d’accord. Dans un cas normal, une monnaie fiat fluctue en fonction de l’offre et de la demande. Si le gouvernement fixe un plancher, c’est une erreur et la dévaluation est la correction de l’erreur. Mais il n’y a pas de plancher dans le cas de l’euro.

      2. La convergence aurait dû être fiscale. Et ça, c’est un no-go absolument impossible à dépasser pour les états (souveraineté, cordons de la bourse, tout ça …)

        Bref : l’euro était voué à l’échec dès le départ.

        1. Buchanan

          Avec le recul, c’est sûr. Mais à l’époque, on étaient tous d’accord, moi le premier, c’était cool, plus d’argent à changer, plus de bouchons interminables a la frontière au Perthus, libre circulation des personnes et des marchandises, c’était grandiose, on avait l’impression de vivre un moment historique , les Etats Unis d’Europe. Aujourd’hui on se rend compte qu’on a créé un monstre et comme le dit Deres, on a bouffé toute la chair , il ne reste que le noyau , on ne veut pas l’admettre et on ne sait pas comment s’en débarrasser.

          1. Duff

            @Vengeusemasquée : Le drame n’est pas de savoir si on savait que c’était une connerie, c’est de ne pas avoir prévu de porte de sortie. Du fait de la grande inter-pénétrabilité des économies de la zone euro, si un Etat en sort, genre un petit comme la Grèce on pourrait trouver un moyen mais une désintégration complète de la zone semble impossible est trop risquée économiquement et politiquement. C’est bien en cela qui fonde le Frankenstein financier de l’euro!

    2. Ds

      N’oubliez pas que cela augmente le prix des importations, notamment de l’énergie ce qui serait un coup terrible pour la France.
      Ce qu’il faut c’est réformer, diminuer les coûts administratifs, exploiter nos ressources en gaz et pétrole de schiste.
      La dévaluation c’est un constat d’échec et un appauvrissement.

  16. bob razovski

    « le toucher montebourg, c’est une vraie calamité »
    Si seulement il pouvait faire un « touché » à flanby, que le pédalo coule définitivement

    1. aristarque

      Un pédalo ne tient pas la haute mer et pas davantage la houle… Même pas besoin d’un coup de Trafalgar pour l’ envoyer par le fond. Une risée de taux d’intérêt suffira.

  17. Stephane

    De toute façon, concernant les panneaux solaires, le problème est bien en amont de ce qu’ il se passe aujourd’hui. Comment des politiques peuvent-ils favoriser un marché, une économie du solaire sans que leur pays soit prêt à relever le défi industriel? Résultat: une industrie inexistante en France, et une épargne qui depuis 10 ans part directement en Chine. 27000 euros l’ installation. Et aujourd’hui on nous parle d’ augmenter de 10% le tarif bleu pour entretenir et moderniser le parc nucléaire. Je dis YOUPI. Peut-être que le protectionnisme est valable quand il n’ est pas réactionnaire comme aujourd’hui. Personnellement, j’ en ai plein le c… d’ entendre parler de la Chine et de ne voir que leurs produits sur les étales.

    1. Tea Party

      Et alors ? Si vous s’aviez le plaisir que l’on éprouve a sodomiser un bébé phoque, juste avant qu’on lui donne un coup de batte de base-ball, pour le dépecer bien sur ?
      Je me masturbe devant les oiseaux hachés menu-menu par les éoliennes, surtout les espèces protégées bien sur, qui sont légions.
      Je suis écolo, moi monsieur ! Merci pour la vérité de dire que je suis un Khmer vert !

  18. gnarf

    Le pire avec les panneaux solaires, c’est que les producteurs chinois ont depasse le niveau technologique des producteurs europeens. Leurs panneaux sont a la fois moitie moins cher ET plus performants. La Chine est en train de se constituer une classe moyenne qui est l’avenir des producteurs europeens. L’Allemagne exporte deja pour 140 milliards d’euros vers la Chine.
    Pendant 20 ans les producteurs europeens ont forcement souffert de la concurrence chinoise avec un tres faible niveau de vie. Maintenant que le niveau de vie augmente la-bas, c’est le moment ou la Chine apporte des millions de consommateurs aux producteurs europeens. Se priver de ce nouveau marche par le protectionnisme serait une idiotie abyssale.

    1. Duff

      Le plus hallucinant dans l’histoire c’est qu’en menaçant tour à tour le pinard et les berlines de luxes de mesures de rétorsion, un pays non démocratique donne une leçon d’équité commerciale. En fait devrait-on dire, un régime non démocratique fait la leçon à une commission qui ne l’est pas plus, c’est comme ça que j’interprète le message : Hé ho français, allemands, ne vous laissez pas dicter vos politiques commerciales par ces gugus de Bruxelles, une façon aussi de pouvoir négocier directement avec les Etats plus faibles individuellement qu’avec un unique représentant de la première puissance économique du monde.

      C’est énervant mais bien joué de leur part…

      1. gnarf

        D’un autre cote, les vins francais sont deja taxes a mort en Chine. J’ai entendu l’autre jour que la bouteille la moins chere coutait 40 euros la-bas. Le libre marche c’est quand ca les arrange.

  19. Fausto Consolo

    Reconnaissez tout de même qu’il sont forts dans ce gouvernement !

    Même Blanqui serait meilleur !

    Préparez vous ce n’est que le début :

    A crise de société exceptionnelle une réponse politique exceptionnelle devrait naitre d’ici peu :

    Le Front Populaire (libéralisme ? non).

    Mélanchon récupèrera les voix FN et ce sera boulevard (du crépuscule).

    Alors les chinois et les ricains vont rire car ils boiront nos Bonnes Mares et autres Lynch Bages en francs. Comme Cuba vendait aux étrangers ses divins Partagas. Pour nous, un franc bien dévalué.

    Leur objectif : utopique, forcément utopique,

    Ce qui va vraiment advenir : un état entre Argentine et Venezuela.

    Ami entends tu le son du vuvuzela (vous l’aviez oublié ce génial instrument à vent) dans nos plaines ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.