L’Etat vous aime. Il veut votre bien. Quitte à vous tuer.

Aujourd’hui, détachons nous l’instant d’un billet de la politique politicienne franco-française. Nous aurons l’occasion d’y revenir, la semaine prochaine, au vu de l’avalanche continue de mesures débilissimes que le gouvernement nous inflige sur un rythme de championnats olympiques. Je vous propose de découvrir deux petites histoires de l’étranger qui illustrent comiquement ou tragiquement ces dérives lamentables que des hommes font subir à d’autres simplement parce qu’on leur en a donné le pouvoir.

Bien sûr, en France, on a une idée assez précise de ce que le trafic d’influence, l’abus d’autorité ou le détournement de pouvoir à des fins ou des lubies personnelles peuvent donner ; il suffit d’aller remuer quelques secondes les petites nouvelles locales pour se rendre compte que le moindre anus frétillant opérant dans une administration quelconque peut se réveiller un beau matin et vous coller – par exemple – une demande de cotisation de 222.252€ pour s’assurer d’une réaction de votre part. Je n’exagère pas ; c’est en France, c’est l’URSSAF et c’est ici.

Mais même si la France se comporte réellement comme un phare du monde moderne en matière de débilité bureaucratique, il ne faut pas oublier que chaque organisation étatique, chaque institution de par le monde va tenter, à son niveau, de relever le défi.

Le Royaume-Uni actuel est bien placé. Je passe rapidement sur la santé publique, véritable ode vibrante à l’incompétence bureaucratique, pour me concentrer sur le cas assez symptomatique de la petite famille composée par Charlie Hague et Megan Williams, âgés tous les deux de 25 ans, et de leur bébé Eli, d’un an, qui ont eu la curieuse idée de construire leur maison, depuis les fondations jusqu’au toit, en utilisant exclusivement des matériaux naturels. Le résultat est à l’évidence très différent de ce qu’on trouve ailleurs, mais pour peu qu’on aime le style, on ne peut s’empêcher d’admirer le résultat.

round house

Manifestement, des gens qui se débrouillent par eux-mêmes et prennent des initiatives et leurs responsabilités, c’était assez agaçant pour quelques fonctionnaires locaux, à commencer par un certain Iwan Lloyd, qui a bien gagné son salaire puisqu’après une procédure lancée contre le jeune couple et son enfant, il aura réussi à leur imposer la destruction de leur maison. En effet, cette maison, si elle a bien été construite sur un terrain leur appartenant (à Glandwr, dans le Comté de North Pembrokeshire), elle l’a été sans permis préalable. Notez au passage que cette maison était passée inaperçue tant elle était loin d’autres habitations et des voies de passage.

Pas de permission de construire sur votre propre terrain ? Alors vous détruisez. C’est simple, c’est magique, c’est la loi, et c’est parfaitement inique puisqu’en l’occurrence, c’est sur leur terrain, que ça ne gêne personne à l’exception, bien sûr, de Iwan Lloyd qui n’existerait pas sans le pouvoir qui lui fut conféré, et qui a certainement éprouvé un vague plaisir à l’exercer ainsi.

Nous avons ici l’exemple d’un couple qui résout, seul et sans déranger personne, son problème de logement. Heureusement que l’État est intervenu ! Si tout le monde faisait ça, bientôt, les gens n’auraient plus besoin de lui pour résoudre les problèmes qu’il nous crée !

J’ai parlé, en introduction, de deux histoires ; la seconde (qui n’est pas récente, mais qui mérite qu’on en reparle) concerne un cycliste à New-York et son aventure démontre encore à qui ne le comprendrait pas trop bien que non, les Etats-Unis ne sont pas l’espèce de caricature libéralo-libertaire où tout se règle au mieux à coups de flingue, au pire avec des avocats, dans une absence de règles et de lois jugée revigorante par ces turbolibéraux un peu niais.

En réalité, la ville est même connue pour ses nombreuses taxes, lois et règlements assez farfelus qui se sont empilés aux cours des années. Et ici, nous allons parler des pistes cyclables. Ça tombe bien, c’est très facilement transposable à toutes les grandes métropoles modernes qui frétillent d’aise à l’idée de barbouiller leurs voies de circulation de bandes blanches et de pictogrammes rigolos, tout en diminuant la taille des voies de circulation pour les voitures ; cette méthode participe d’un double but, machiavélique : rendre la circulation des voitures de plus en plus compliquée, en réduisant les débits, en accroissant les embouteillages afin de rediriger les méchants individualistes fous du volant vers les transports en commun. Et de l’autre, permettre au maire de claironner à ses administrés qu’il a multiplié les facilités pour les cyclistes et que sa ville est donc plus verte, plus familiale et plus éco-friendly, bisous.

Bon, certes, c’est un échec : d’une part, les gens ne peuvent tout simplement pas tous passer par les transports en commun, qui, de toute façon, subissent eux aussi les embouteillages. Et d’autre part, les voies cyclables ne sont pas toujours aussi sécurisée qu’il le faudrait. Pire, elles sont souvent dangereuses.

C’est d’ailleurs l’expérience faite par Casey Neistat, un cycliste un peu extrême puisqu’il prend son vélo même quand il pleut des gouttes d’eau humide sur sa tête, le fou. Obligé de slalomer et pas toujours sur la dite piste, il s’est fait attraper par un policier qui l’a donc verbalisé pour n’avoir pas roulé comme il le fallait, c’est-à-dire bien dans sa petite partie.

Le monsieur a débordé. Le monsieur n’a pas pédalé comme il fallait, et le monsieur s’est pris une prune.

Certes, c’est un cycliste, engeance difficilement supportable pour tout automobiliste qui se respecte, et la prune de 50$ était donc méritée de par la simple existence du bidule à roue entre ses jambes. Na. Mais tout de même, il faut reconnaître que l’argumentation du pédaleur masochiste tient la route. Je vous la présente ici, en vidéo :

Eh oui : si vous offrez une piste cyclable, il faut encore qu’elle soit praticable. Et si elle ne l’est pas, il revient à la police de sanctionner non pas ceux qui s’adaptent, mais ceux qui, finalement, forcent les autres à des comportements illégaux.

Mais comme dans le cas précédent, le pouvoir qui est conféré aux policiers ne sert évidemment pas à rétablir la justice. Ici, comme en France avec les radars, il s’agit surtout de collecter des fonds pour les bonnes œuvres locales. Le cycliste, dans ce cas, est simplement « fair game »…

Je le redis : ces deux histoires ne sont pas, à proprement parler, ni récentes, ni uniques, ni même forcément représentatives des pays dont elles proviennent. Mais elles montrent toutes les deux la même chose, cette vérité indépassable que nous vérifions actuellement en France, tous les jours et d’autant plus que le pays s’enfonce mollement dans la médiocrité et le n’importe quoi : plus vous donnez de pouvoir à l’État, plus il en prend.

Et un État qui est assez puissant pour tout vous donner l’est aussi pour tout vous reprendre.

Socialisme

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires198

    1. aristarque

      Mais comme il y en a de plus égaux que les autres, des « sommités » de la politique ou du show biz n’ encourent pas exactement les mêmes peines que le lambda du coin. Drucker avec sa villa du Lubéron et bien d’autres ont pu mesurer le 2P2M en vigueur…

      1. SebMtp34

        selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cours vous rendront blanc ou noir…

        C’est pas de moi, c’est de Jean de La Fontaine… donc pas nouveau, hélas.

  1. Tribuliste

    L’étroitesse d’esprit rend ces gens nimbus d’eux même…
    Il m’a été refusé de réaliser une cave de 2.20m sous plafond lors de la construction de ma maison. Raison évoquée par la Madâme peu urbaine qui gérait mon permis de construire : « Cela va altérer la pente naturelle du terrain » (elle évoquait l’écoulement souterrain des eaux de ruissellement)… Stupeur et agacement passés, modification du projet avec réalisation d’un vide-sanitaire…de 2.20m, le plus officiellement du monde 😆

      1. aristarque

        C’est tout bêtement dû à la qualification administrative des éléments de bâtiment: une cave sous entend un local clos et selon l’ acception moderne, étanche. Autrefois, ce n’ était pas ainsi car les sols des caves étaient laissés en terre battue et une bonne ventilation était chargée de remédier aux ennuis d’ humidité ou d’ eau résurgente. En qualifiant le même local de vide sanitaire, il promet les mêmes conditions techniques que les caves ancienne façon. Comme cela, la fonctionnaire a un dossier parfaitement nickel par rapport aux prescriptions d’ urbanisme du cru et Tribuliste gagnera l’ économie de quelques euros de TF et TH. Tout le monde est content !

    1. Pirouli

      J’ai vu pire.
      Mon épouse avait un société de paysagiste de 10 salariés.
      Un client voulait implanter sa piscine et elle m’avait chargé d’entreprendre les démarches auprès de la DDE.
      Résultat. Si la piscine touchait le mur d’enceinte elle devait obligatoirement avoir une marche !!!
      C’est à dire, deux niveaux.
      J’ai donc rien dit et j’ai juste imprimé une photo aérienne de google earth sur laquelle on voyait au minimum 20 piscines qui ne respectaient pas leur règlement.
      Je suis retourné à la DDE en leur expliquant que si ils n’accordaient pas le permis de construire de la piscine, il faudrait engager une vingtaine de procédures concernant les autres implantations.
      Du coup, le permis est passé.

      Une autre fois, ils voulait élargir la route devant chez moi. Le terrain en face m’appartenant et étant classé à bâtir. Ils m’en offraient 10 euros le m2 alors que le moindre lopin du coin se vend 110 euros du m2.
      Je n’ai pas répondu et j’ai juste déposé deux permis de construire sur mon terrain que le Maire ne pouvait me refuser.
      Résultat : Ils se sont alignés sur le prix en vigueur.

      Je suis actuellement en guerre contre la communauté d’aglo qui vient de récupérer l’assainissement. J’ai 300 mètres de tuyaux de 100 qui traversent ma propriété et jamais aucune servitudes n’a été enregistrée (à l’époque je m’étais arrangé avec le Maire pour de menus services).
      Donc : Où il me reclassent 9000 mètres qu’ils m’avaient déclassé ou je fais venir une CAT de 25 tonnes pour déglinguer leurs tuyaux.
      Ils se mettront les EU de 150 maisons dans les poches le temps que le tribunal administratif prenne une décision 🙂

          1. Exodus 61

            Bonjour,(on se lève de ce côté ci de l ‘atlantique )

            certains semblent changer d’avatars comme d’autres de culottes!
            Je sais,c’est facile et bas, voire sous la ceinture.

            Bonne journée.

      1. gem

        Cet exemple de piscine est parfait en ce qu’il démontre le cheminement du règlement
        1) au départ une observation : si la piscine touche un mur, vous ne pourrez pas sortir de l’eau (ou faire sortir quelqu’un en difficulté) par ce côté. C’est un danger parfaitement inutile, à éviter, donc. La prescription « soit la piscine ne touche pas le mur (n’importe quel mur, pas seulement celui de la clôture !) soit vous mettez une marche » est parfaitement sensée.
        2) donc on la rend obligatoire (mais pas partout, hein seulement sur un cas particulier) ; d’autres façons d’éviter le danger, pouvant aussi bien faire l’affaire, sont ignorées, au passage.
        3) tout le monde oublie pourquoi elle était obligatoire. Alors que c’était la seule chose importante.
        4 a) Le proprio ne voit plus qu’une prescription qui le fait chier, sans voir l’intérêt qu’elle pouvait présenter pour lui, et cherche à y échapper.
        4 b) le fonctionnaire ne voit plus qu’une obligation à suivre, point barre.
        5) tout le monde se fait copieusement chier
        6) le règlement n’est pas respecté, et le danger est présent.
        Epic fail.
        Tout ça parce qu’on a une fois encore confondu le spirituel et le temporel, ce qui est de l’ordre du conseil amical (« tu devrais faire ça, voici les explications que je peux te donner, à défaut de comprendre juste fais moi confiance et tu verras ») et ce qui est un ordre (« obéis, petit con »)

        1. Calvin

          Et pour conclure, la plupart du temps, les gens écouteront un conseil avisé d’un proche ou d’un pro, mais rarement les règlements obligatoires sans explication (sauf les plus timorés).

  2. Fred

    Ah ! Dissuader les voitures en ville ! Tel est le crédo de nos chers élus ! Sur le futur parcours de la ligne T7 du tram parisien, les imbéciles d’ingénieurs ont eu l’heureuse idée de mettre des coins bizarres au niveau des stations et des carrefours, les automobilistes étant contraints par le force des choses de les contourner de manière pas toujours très légales, à moins de défoncer leur châssis. Ah ! La la ! Heureusement que l’Etat veille sur notre bonheur ! 🙂

    1. aristarque

      Vous les avez expérimentés aussi ?
      Concrètement, ces petits ouvrages réduisent les deux files à une seule praticable, vraisemblablement non pas pour créer du bouchon mais pour réduire les vitesses à pas grand chose…
      Une nouveauté qui fait son apparition, c’est le mini dos d’ âne moins élevé que les dos d’ éléphants habituels pour lequel aucun balisage peint n’ est appliqué. De jour, cela va. De nuit, comme hier soir dans une rue mal éclairée, je l’ ai vu trop tard et hop, un joli bond avec tout le chargement en lévitation instantanée et un bon coup dans mes reins.
      J’appelle dos d’ éléphant les ahurissants dos d’ âne, calibrés tellement haut qu’ on y dépasse le niveau du trottoir piéton… 😐

      1. Nyamba

        Tiens, vous les avez aussi, ceux-là ? Je croyais que c’était une spécialité des entreprises mandatées par leurs copains de mairie à la Réunion quand elles avaient besoin de sous…
        Y a pas une norme ISO-machintruc qui réglemente la hauteur de ces horreurs ? Que fait donc l’Inspection Générale des Routes, Sentes et Chaussées ?

        Enfin, l’idée reste la même : nos gouvernants veulent gérer les routes, et le font. Mal.

      2. Higgins

        Personnellement, je suis pour les dos d’âne en ville afin que les limitations de vitesse soient respectées, par exemple, aux abords des écoles ou dans les fameuses « zone 30 » (quand ces dernières sont justifiées ce qui est rarement le cas). Il faut être bureaucrate ou élu pour penser qu’un simple panneau suffira à calmer les ardeurs des automobilistes (cette remarque n’est pas pour vous Aristarque, j’ai failli ou me suis fait avoir plus d’une fois par ces pièges sournois).
        L’existence de ces panneaux dédouane simplement l’administration de ses responsabilités et permet, pour les plus sournoises d’entre elles, de se doter de piège à automobiliste aussi rentable qu’inutile. Bref, nous sommes bien en France, ce pays où la lettre prime largement sur l’esprit.

        1. Bob Razovski

          pour les dos d’ânes ??

          C’est bien.

          On en parlera lorsque, comme ce fut le cas pour moi, vous vous taperez 140 (oui, cent quarante) dos d’âne par jour, sur un trajet de 18 km.

          Comment peut-on cautionner une connerie pareille ?

      3. vengeusemasquée

        et les coussins berlinois alors ? Vous savez que le Code de la route interdit explicitement qu’ils soient en caoutchouc ? Pourtant c’est le cas de la moitié.

      4. Fausto Consolo

        Ces ralentisseurs les gros 4×4 les passent à toute vitesse… et dedans ils rient, accompagnés de belles femmes parfumées.
        Moi je me tape un coup de pied au Q chaque fois dans mon Fiorino. Il y en a dans tout les pays, même en Allemagne, des ralentisseurs. Au cas où on irait plus vite en caisse qu’à pieds et pour nous faire bien dépenser toute notre essence en 1ere 2nde.

  3. zen aztec

    Ouais pas mal ,mais je préfère quand vous cognez sur nos débiles au gvt
    Pour ce qui concerne les permis de construire,c’est pas tot à fait inutile,ça évite aux moinsles constructions bizares ou dangereuses

    1. aristarque

      H16 cogne sur les conséquences des actions des débiles du machin baptisé gouvernement. Comme ils font du n’ importe quoi en série, le moindre élu ou fonctionnaire avec sa petite parcelle de pouvoir entend bien s’ en servir à l’ avenant puisque le bon exemple vient d’ en haut. Exemple à Paris (je sais, c’est vraiment trop facile avec la gestion des Dames -Delanoë /Hidalgo, ci devant adjointe à l’ urbanisme): au long du bld des maréchaux de la porte de Vincennes à la porte de Versailles, le tramway a été l’ occasion de fournir aux badauds des trottoirs gigantesques ( dans les 10 m de large) + piste cyclable + qq places de livraison, à peu près une tous les 100m au mieux et riquiqui en longueur de surcroît (il faut faire un créneau pour s’y mettre) + 0 place de stat. auto, bien sûr. Comme il y subsiste des commerces, que font les livreurs en majorité: ils s’arrêtent au plus près de la boutique… et que fait la vaillante police… elle les fait circuler sans ménagements et illico presto, si elle est mal lunée…
      Il est vrai que Hidalgo a la soluce à l’ épineux problème des livraisons : créer des RER pour les marchandises qui seraient débarquées la nuit dans les stations et acheminées quand et comment, nul ne le sait, même pas cette retraitée de 51 balais…
      Du moment que les bobos frétillent devant ses insanités qui ronflent bien…
      Alors avec de tels guignols à la tête, que peut-on attendre des échelons en dessous ?… 🙁

        1. Eole

          @mlallier: Avec les syndicats… y aurait bientôt plus du tout du travail de nuit. Ce sera interdit, un point c’est tout! Rompez !!! 😉

      1. Higgins

        Les débiles m’ont donné un jour le prétexte de ne pas donner suite à un projet immobilier mal emmanché. Le projet était la construction d’une maison moderne avec Velux sur le toit. L’abruti de service voulait absolument greffer sur la maison des fenêtres en chien assis au prétexte que le terrain choisi se situait en limite et à l’intérieur de l’ère de périmètre de protection (soit environ 800 m) d’une église classée. Jusque là, rien d’anormal, me direz-vous sauf que l’église était situé au pied d’une falaise et le terrain sur le plateau adjacent, hors de vue de l’église. J’ai failli, peut être aurais-je, du me fendre d’un courrier où, tout en la remerciant de sa décision (qui m’a permis de me sortir du faux-pas où je m’étais engagé), l’ironie l’aurait disputé au sarcasme pour faire sentir à cette personne son raisonnement était foireux et qu’elle n’était qu’une grosse c…. imbue de ses prérogatives.

        1. trottinette

          y a les même sur Orléans, des imbus d’eux même, des architectes (qu’ils s’appellent), il a fait démonter un rideau sur une fenêtre de toit sous prétexte trop près d’une cathédrale 800m. Le plus beau, la propriétaire l’avait acheté 2-3 ans auparavant, pas de problème. Une lubie d’un c….rd du service.

          1. Higgins

            Sur le plan vertical, la future construction était à une vingtaine de mètres au-dessus du monument situé au pied de la falaise. Si cet abruti nous lit, merci.

      2. bob razovski

        La connerie n’a pas de limite.

        J’ai eu droit, dans cette belle ville de paris, à la mise en fourrière de ma camionnette de livraison. Stationnée sur un emplacement livraison.

        Selon l’homme grand fort beau et intelligent représentant la force publique, les emplacements de livraison ne servent qu’à déposer la marchandise sur le trottoir, puis ensuite il faut quitter l’emplacement.

        Si on livre seul (ce qui est généralement le cas), il faut aller se garer sur un emplacement prévu à cet effet, puis revenir s’occuper de la livraison. ce que je n’avais pas fait.

        J’avais préféré accompagner ma marchandise jusqu’à l’échoppe destinataire (je sais, je suis coupable, j’ai ignoré la loi…). Oh, pas méchant, dans les 300m aller retour avec 70/80 kg sur le chariot.

        Temps total passé, poignée de main au gérant du magasin et tamponnage du bon de livraison inclus : 10 minutes

        Temps pour l’établissement du PV et de la mise en fourrière : 8 minutes. J’étais battu.

        1. aristarque

          Théoriquement, il y a un délai de grâce entre le moment où l’ agent réclame l’ intervention de la fourrière et celui où la fourrière a le droit de lever la voiture. A Paris, les véhicules de fourrière patrouillent sans cesse ni relâche, en particulier ceux de la fourrière Europe (au dessus de la gare St Lazare) parce que les chauffeurs ont des primes importantes de rendement, si bien que le délai de quinze minutes est rarement respecté. Il se murmure que :
          Les agents reçoivent des (menus) cadeaux destinés à entretenir l’ amitié et surtout le zèle au travail…
          Des chauffeurs en maraude détectant un contrevenant AVANT la flicaille, les préviennent en attendant benoîtement à côté de leur prise que la police vienne leur délivrer le bon à enlever… Perso, j’extrapole un peu pour la deuxième assertion à partir d’ avoir été témoin d’ une voiture de fourrière bloquant une Mercedes en l’ empêchant de pouvoir se dégager (chauffeur absent tout de même) avant que la Police volante passe « par hasard » dans la rue… et hop, une prise.

          1. Black Mamba

            Oh! Une vrai mafia! Quels bandes de requins !
            Mon époux avait juste eu un petit autocollant indiquant que sa plaque d’immatriculation avait été enregistré par scanner et qu’il allait recevoir un doux billet de relation pour regulariser l’infraction … 🙄
            Ils ne fatiguent même plus à remplir un bloc note, tout est informatisé pour être super rentable, il m’avait dit qu’il avait même pas laisser la voiture plus d’un quart d’heure 😯

        2. aristarque

          Vous deviez être sur un emplacement avec une bande longitudinale pleine en plus du rectangle barré classique des emplacements de livraison. J’ai payé pour apprendre que sur ceux-là, tout véhicule fermé , même utilitaire, sans son chauffeur à côté est verbalisé sans pitié parce que considéré comme en stationnement. Z’ont rien à foutre que soit vous laissiez le chargement sur le trottoir, soit que vous accompagnez ledit chargement à sa destination… Il est vrai que l’ on s’inquiéte pour un rien, la Police terrorisant à l’ évidence les malandrins….

    2. Les gens sont adultes. Ils font des constructions bizarres ou dangereuses ? Ils seront directement responsables de tout ce qui leur arrivera (à eux ou aux autres). Et là, on parle d’une bâtisse loin de tout.

      L’idée même que l’Etat, qu’un type derrière un bureau, loin de chez vous, qui n’a rien vu de l’endroit où vous habitez, a un droit de regard sur votre maison, votre terrain, juste « Parce que », ça ne vous défrise pas ?

      1. mps

        Non, H-16, il faut d’abord voir si ce terrain était en zone à bâtir ou non (s’il est loin de tout, on peut douter). On peut être propriétaire d’un zone agricole, boisée, d’une réserve, sans avoir le droit de construire.

        Puis viennent toutes sortes de droits et obligations : si la commune autorise à bâtir (conformément aux plans de secteur auxquels elle ne peut déroger, – elle doit vérifier si il existe un accès public à cette bâtisse (pas question de passer par une propriété privée) ; si le chemin est large d’au moins 4 mètres, pour laisser passer les pompiers. Cette maison ne sera sans doute par relier aux égouts : il faut donc vérifier qu’elle dispose bien d’une fosse septique ou d’un lagunage. Puis il y a les obligations de fournir de l’eau, de l’électricité : les gens s’installent n’importe où, puis jouent les martyrs et exigent des raccordements in-amortissables.

        Bref, le baba cool a ses limites. Ceci dit, la maison semble charmante, mais là n’est pas le sujet, elle aurait aussi pu être ignoble 🙂

        1. Magnifique commentaire périplaquiste. Actuellement, il faut un permis, vous me répondez sur le fait qu’on ne peut pas faire ce qu’on veut, gnagnagna.

          Je vous dis : il est parfaitement anormal que le permis de construire existe. Vous n’apportez aucun argument permettant de prouver qu’avec un permis, on est plus à l’abri que sans de (au choix)
          – des éboulements
          – des glissements de terrain
          – des lutins facétieux
          – de Godzilla.

          Tout ce que vous citez, ce sont des accords et des facilités qui peuvent être passées de gré à gré, devant notaire par exemple pour officialiser les choses.
          Mieux : citez moi les lois relatives au permis de construire au Moyen-âge … L’époque, plus civilisée par bien des aspects, renvoyait là encore le bâtisseur à ses responsabilités. Charge à lui de s’assurer qu’il n’empiétait pas sur les voisins, ne prenait pas de risques en faisant n’importe quoi, etc… Et ça, ça a disparu au profit d’un organisme d’état qui a plus ou moins de droits. En France, il est devenu exorbitant, comme au R.U. avec les dérives qu’on constate.

          Je ne comprends pas comment vous pouvez même trouver cette situation vaguement normale.

    3. douar

      J’avais écouté il y a un certain temps sur FC, Roland Castro qui ne peut être considéré comme turbo libéral, dire qu’à Paris, pour une extension de 40 m2 maximum, il faudrait lâcher la bride aux propriétaires afin de développer l’offre locative et ainsi faire baisser les prix des locations. Et même si l’esthétique n’était pas toujours au rendez vous car il ne voulait pas faire de Paris, un musée.
      Bien sûr, cette proposition a été farouchement combattue avec succès, par les architectes. Il faut bien vivre.

  4. Guillaume_rc

    H16, il manque un bout à votre phrase : « rendre la circulation des voitures de plus en plus compliquée, en réduisant les débits, en accroissant les embouteillages afin de rediriger les méchants individualistes fous du volant vers les transports en commun »…. pour ensuite venir au secours de l’industrie automobile dirigée par des entrepreneurs beaucoup moins compétents que le 1er Montebourg venu.

    1. Calvin

      Guillaume il manque un bout à ta phrase :
      « pour ensuite venir au secours de l’industrie automobile dirigée par des entrepreneurs beaucoup moins compétents que le 1er Montebourg venu « … et devoir collecter des taxes sur les carburants, voire même, selon les milieux autorisés, augmenter celle du diesel pour faire rentrer plus d’argent dans les caisses de l’Etat.

  5. Le Gnôme

    Ah, la circulation douce dont la feuille de chou locale me rabat les oreilles à longueur de page. Dans la commune où je réside, les cyclistes ont le droit de prendre certains sens interdits, avec balisage marqué au sol et tout et tout. Le seul problème est qu’une voiture et un cycliste ne peuvent pas se croiser compte tenu de l’étroitesse de la chaussée, et que les noms d’oiseaux fusent rapidement, signe que la circulation est parfaitement douce et apaisée.

    Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument. Le moindre gratte-papier derrière un bureau doté d’un tampon se prend pour Dieu le père.

    1. bob razovski

      Vous habitez Asnières, dans le 92 ?

      Ayant habité cette ville soviétique, je reconnais là son torchon local propagandiste.

      Ils ont même inventé la zone « 20 », où les vélos vont plus vite que les véhicules à moteur…

      1. Le Gnôme

        C’est soviétique, mais ce n’est pas Asnières. Nous avons même une place Lénine, c’est t’y pas beau. Bon, ils ont débaptisé le stade Joseph Staline, faut pas se plaindre.

        1. aristarque

          Les cocos n’ osent plus mettre le bon Joseph Vissarionovitch sur les plaques de rue ou ailleurs, sauf par le biais de Stalingrad… Il a tué un peu trop et surtout trop de communistes pour cela. Mais si cela peut vous consoler ou vous atterrer au choix, il n’ est nul besoin d’ avoir une mairie progressiste pour les circulations douces et autres billevesées du même tonneau. Même les réactionnaires le font très bien aussi, comme à Lambersart officiellement UDI…

          1. Le Gnôme

            Bah, il y a toute la panoplie, de Rosa Luxemburg à georges Dimitrov, en passant pas tous les caciques du PCF décédés, ainsi que ceux de la CGT. Mais pas le Crabe Zuki.

            1. aristarque

              A Villejuif, on trouve même une rue au nom de Felix Dzerjinski, le fondateur de la Tcheka devenue Guépéou (qui inspira si bien le compagnon des yeux d’ Elsa) devenue NKVD devenue… Voir Alexandre S. pour les menus détails des morts…

            2. Bob Razovski

              Une rue Dzerjinski ? A Villejuif ?

              Non, mais ils sont complètement siphonnés !

              Pourquoi pas une rue Goering pendant qu’on y est ? On reste dans le club fermé des inventeurs de polices politiques. Et je pense même que Valls rêve d’y entrer.

          2. Duff

            Ha pardon, il n’y a pas que des communistes à Bobigny : Il y a aussi des communistes résistants genre le gymnase Jean-Pierre Timbaud. La piscine c’est Jacques Brel, médaille d’or du 128 m brasse en 1128 et si un jour la commune s’offre un opéra Nabilla on sera bien.

            1. vengeusemasquée

              Et les gymnases Henri Barbusse, Paul Eluard, Henri Wallon etc. Les collèges sont sympas aussi avec Timbaud justement, mais aussi Delaune et Pierre Sémard. Une vraie pluralité quoi.
              Y’a aussi Thorez mais c’est un collège de Stains. :mrgreen:
              Crabe Zuki, ça viendra. Encore que, maintenant c’est plutôt les meufs qui ont la cote pour les noms de bahuts.

            2. Duff

              C’est important le conditionnement, regardez, j’ai passé une grande partie de ma jeunesse dans la rue « de » Toqueville 🙂 (c’est vrai en plus!). Sans vouloir relancer la polémique sur le sectarisme supposé plus marqué chez certains, ma ville (Suresnes) garde encore des noms des concepteurs de la cité communiste heu pardon jardin des années front populaire alors que mon charmant maire de droite est aux manettes depuis exactement 30 ans et qu’il se représente. J’ajoute en passant que ma taxe d’habitation constitue une incitation à me marier avec un autre homme tant je me soumets à une pratique sexuelle courante chez les gays si je compare à ce que je payais à Paris…

              Voilà qui m’amène à penser que les parisiens éliront probablement la socialiste brune à la blondasse rousse. Tant qu’on ne paie pas la vraie facture, on préfère le socialisme festif et eco-citoyen à l’imitation…

            3. vengeusemasquée

              C’est marrant ça ma maman a aussi habité la rue de Tocqueville dans sa jeunesse. Moi je n’ai jamais eu les moyens d’habiter Paris, ça règle la question. Dans mon p’tit bled ultra-conservateur, rien de super marrant niveau toponymie à ma connaissance.
              Ce qu’il y a de bien avec Paris et sa banlieue, c’est que tout le monde paye pour se faire emmerder un maximum par Paris et les parisiens qui, bizarrement, se font moins fister que nous, immondes banlieusards à peine humains. C’est magnifique tout de même.

            4. Duff

              Vengeuse, j’ai tenté péniblement d’éviter d’employer l’anglicisme « se faire fister » mais croyez bien que j’y ai très fortement songé! 😉

              D’après ce que j’ai lu cette semaine, les méthodes expéditives de NKM sur le mode, vous êtes des cons et moi j’ai raison, risquent de lui valoir des listes dissidentes de droite l’an prochain. Et pas uniquement dans le VIIème où le parachutage de la cumularde en chef Dati est mal passé, même dans le XIVème où elle se présente, NKM en négociation avec Marielle de Sarnez risque d’affronter une liste dissidente, un joli camouflet en perspective…

              Je fais la BO du film : Le PS va prendre une raclée historique aux municipales mais comme la bonne ville de Paris représentante de la France reste gentillement à gauche, aucun message politique n’a été envoyé à notre estimable président qui peut donc, les coudées franches, poursuivre le redressement de la Fraônce dans la justice et l’égalité et les bisous compassionnels jusqu’à la prochaine échéance…

            5. vengeusemasquée

              « Vengeuse, j’ai tenté péniblement d’éviter d’employer l’anglicisme « se faire fister » mais croyez bien que j’y ai très fortement songé! »

              j’avais bien compris :mrgreen:

        2. Fred

          A Clermont-Ferrand, vous avez toujours l’avenue de l’Union Soviétique. En même temps, vu les dinosaures socialistes qui y règnent encore…..

            1. Fred

              Il me semble que la raison invoquée par la municipale pour conserver un tel nom est que les soviétiques ont participé à la libération de l’Europe par les Nazis… Beh voyons… Le plus drôle, c’est que la même avenue a vraiment un aspect soviétique de par son architecture, comment dire, Brejnevienne…

            2. Fred

              Désolé, j’ai mis n’importe quoi dans mon commentaire… Je me reprends donc… Il me semble que la raison invoquée par la municipalité pour conserver un tel nom est que les soviétiques ont participé à la libération de l’Europe occupée par les Nazis… Ça va déjà mieux…

            3. aristarque

              Avant d’aller en occuper eux mêmes (les Soviétiques) quelques morceaux de cette Europe libérée. Mais c’était pour leur bien…

          1. Aloux

            Je crois qu’il y en a une à Toulouse aussi. Récemment j’étais à Fontaine, dans la banlieue de Grenoble, pour aider un ami à emménager. À quelques rues de chez lui, la rue Lénine, le square Karl Marx, et une place toute neuve au nom de l’ancien maire communiste qui a semble-t-il régné pas mal de temps. Et on voit le résultat, pour ce que j’en ai vu en tout cas c’est vraiment une ville à chier : sale, beaucoup de bâtiments en mauvais état, peu de commerces et d’animation en général, par contre une jolie permanence du PC avec les affiches « je suis communiste, et ça fait du bien »

            1. Black Mamba

              « les affiches « je suis communiste, et ça fait du bien »  »
              J’ai vu aussi ces affiches dans mon département :-(. BEURCK!
              Et la touche couleur avec des personnes ethnies africaines pour bien montrer l’opposition des idées avec le FN , c’était vraiment du racolage! 👿

  6. NOURATIN

    La Démocratie est ainsi conçue que les citoyens en demandent toujours plus à l’état, lequel, par politicards interposés, l’y incite au delà de toute raison. Du coup, l’andouille de citoyen finit piégé de tous côtés et, au lieu de tenter de s’en sortir, s’enferre de plus belles.
    Par exemple, l’électeur français, mécontent – à juste titre- de ses anciens gouvernants les a remplacés par des collectivistes pur jus.
    C’est ce qu’on appelle tomber de charybde en scylla, c’est ballot, tout de même!

  7. mps

    Vraiment pas d’accord !!!

    Dans tous les pays du monde, construire sans permis d’Urbanisme, même su son terrain, est interdit, et expose le bâtisseur anarchique à la démolition. Mais l’Urbanisme lui-même présente déjà une possibilité de recours, sous forme de « régularisation » , si le bâtiment ne présente pas d’inconvénient majeur. Si au lieu de cette maison très créative vous aviez vu la photo d’une baraque en tôle, « roms look », vous seriez d’accord.

    Pour NY, ce n’est pas Paris ou Bruxelles, et leurs bordels permanents.
    Pour les cyclistes, les onéreux aménagements de pistes cyclabes ont pour seul but de réduire le nombre de pédaleurs en bouillie qu’il faut ramasser chaque jour. Exactement comme le piéton est incité à marcher sur les trottoirs et non au milieu d’avenues à 8 voies …

    Et NY n’a pas que des transpire-en-commun (surabondants et excellents), la ville regorge de taxis bon marchés. Ils représentent au moins 70 % de la circulation automobile.

    1. Higgins

      « Pour les cyclistes, les onéreux aménagements de pistes cyclabes ont pour seul but de réduire le nombre de pédaleurs en bouillie qu’il faut ramasser chaque jour.  » Vous expliquerez votre concept aux cyclistes à Paris ou ailleurs. Ou il leur manque un gêne ou ils n’ont pas été soignés après un terrible accident de poussette (ou de tricycle, la c… n’attend pas le nombre des années). Pour le moment, à Paris, c’est plutôt le contraire qui se passe. Ecoutez ce qu’en dit Philippe Manière dans sa chronique hebdomadaire sur France Cu: http://www.franceculture.fr/emission-les-idees-claires-de-philippe-maniere-quand-le-feu-rouge-ne-veut-plus-dire-stop-2013-09-24. Ça lui a valu une volée de bois vert de la part des bobo-écolo-fluffy-compatibles. Il ne fait pas bon à penser de travers en Socialie.
      Sinon, courageux, notre cycliste new-yorkais pour se gameler ainsi à répétition.

      1. Nocte

        Il y a aussi le sens interdit plus interdit pour les cyclistes, mais sans prévenir les automobilistes qui empruntent la voie dans le bon sens… un moyen comme un autre d’avoir une voiture avec un capot et une calandre unique, une forme d’art moderne peut-être ?

    2. Elphyr

      Parce que les bidonvilles font l’objet de permis de construire ? Et pourtant, y’en à de plus en plus.

      Une maison, éloignée de TOUT, sans vis-à-vis, sans matériel dangereux, quel est le problème ?
      Ils auraient construit une centrale nucléaire sans permis ok on accepte que l’état s’en mêle (quand bien même les gens dans les 20km aux alentours s’en seraient mêlé avant l’état). Pour une simple maison, de bois ou de pierre, d’acier ou d’argile, quel est le problème ?
      C’est de la deresponsabilisation de bas étage. « Maman État vous dit que vous n’êtes pas assez Instruit pour savoir si vous avez le droit de construire sur votre terrain donc maman État va vous guider. »
      C’est minable.

      Pour New-York, justement, les coûteuses pistes n’ont pas l’effet escompté. Elles ne sont pas rentables et rien ne justifie leur existence.

      1. aristarque

        Les centrales nucléaires et autres lieux de production électrique dont dispensés de permis de construire. Comme l’ Etat est le décideur d’ un bout à l’ autre de la chaîne…

        1. Elphyr

          C’est pas faux.

          Je voulais juste signaler le fait qu’une maison, surtout en bois, n’est pas dangereux.

          (Une structure en bois brûle beaucoup moins rapidement qu’une en acier.)

          1. vengeusemasquée

            Les collectivités n’en sont pas dispensées non plus. J’ai suffisamment eu d’emmerdes dans le domaine pour pouvoir dire que les services de la préf et des villes en charge de l’instruction des PC ne font de cadeaux à personne, en particulier quand les couleurs politiques sont éventuellement différentes.

    3. « Dans tous les pays du monde »
      Non.

      Pour NY, ce n’est pas Paris ou Bruxelles, et leurs bordels permanents.
      Pour avoir vécu dans les trois villes, je peux dire que la différence se joue vraiment à la marge.

      Pour les cyclistes, les onéreux aménagements de pistes cyclabes ont pour seul but de réduire le nombre de pédaleurs en bouillie
      Non. Les aménagements ont un but exclusivement politique. C’est tout. La sécurité, ils s’en foutent.

      la ville regorge de taxis bon marchés
      Way overrated. Ils ont des problèmes tout à fait similaires à Paris (avec un ou deux ordres de magnitude en moins, certes, mais tout de même), d’où les prix des cab licences. Quant à 70% de la circulation, c’est juste nimp.

      1. gem

        « Pour les cyclistes, les onéreux aménagements de pistes cyclables ont pour seul but de réduire le nombre de pédaleurs en bouillie ».
        grand naïf.
        les piste cyclable sont souvent partagées avec … les bus. le plus gros et le plus dangereux véhicule pour les cyclistes . Avec ce magnifique cycle tellement sécurisant
        1) le vélo double le bus à l’arrêt
        2) le bus qui roule double le vélo (avec queue de poisson de série)
        Et (spécialité parisienne) le changement de file : la piste cyclable est tantôt à droite de la chaussée, tantôt au milieu.
        Magnifique.

    4. bob razovski

      Vous n’avez pas dû y mettre les roues depuis quelques temps.

      NYC est devenu comme paris, en pire.

      Transformation de time square en zone quasi-piétonne (fallait oser !), hausse perpétuelle des péages urbains. Transport en commun minables (taxi surbookés, évidemment, sauf à les chopper devant les hôtels en filant une gratte au portier, portiques de métro qui déconnent une fois sur deux quand on n’a pas le NYC pas…)

      Cette ville est devenue une horreur socialiste, à l’image des villes « apaisées » françaises. Beuuarrrk !

    5. Monoï

      Ah oui, l’apologiste du « c’est pour votre bien » de service.

      Ce qui gêne, ce n’est pas nécessairement l’existence des pistes cyclables, c’est l’obligation de les utiliser. Vous trouvez ça bien et utile, personne ne vous empêche de les utiliser. Mais le socialiste, de gauche ou de droite ne peut s’empêcher de forcer ceux qui savent faire du vélo de faire de même. C’est la ou le bat blesse.

      De même pour le permis de construire. C’est votre terrain, vous en faites ce que vous voulez tant que ça ne nuit pas aux autres.

      Ce qu’il faudrait, c’est rendre toutes les règles optionnelles. On s’apercevrait vite qu’il y en a un tout un fatras qui ne seraient plus suivies parce qu’elles sont inutiles.

      Mais ça, ça rendrait le fonctionnaire inutile aussi, en plus ça se verrait, et on ne peut pas permettre ce genre de choses!

    6. Duff

      mps : J’ai pris le métro à NY pour voir. Comme à Londres d’ailleurs, je n’ai pas été bousculé au moment de sortir des rames. Pour plein de raisons, Paris c’est la savane.

      1. Théo31

        Viendez prendre le métro à Toulouse, vous ne serez pas déçu. En quelques minutes, vous aurez un aperçu de ce que ce pays de cons peut produire de plus débile malgré des affiches placardées partout, des messages audio diffusés au taqué et des pompiers mis à contribution pour réguler le trafic.

        1. Duff

          J’ai habité Toulouse, si Paris est un enfer, il n’y a plus de mots pour Toulouse. En plus les rames du métro sont très étroites et ne contiennent rien alors que la ville était déjà paralysée au moment de sa construction.

          C’est tout de même un fait criant : Pendant des décennies Alstom a fabriqué les métros, trams, trains en France et il n’y a pas 2 villes qui disposent des mêmes matériels! la variété du matériel roulant en IDF est la démonstration que jamais un cahier des charges sérieux n’a été établi et qu’on a tranquillement laissé Alstom expérimenter sur les individus ces couillonneries!

          Ceci-dit, de mémoire, à Toulouse c’est du Siemens. Comme quoi les allemands ne produisent pas que des trucs de qualité bien pensés mais ils sont assez malins pour profiter de la crédulité (pour rester soft) des collectivités françaises…

          1. Fred

            Oui. Il en est de même pour les trams, ce truc à la mode qui plombe les finances publiques locales. Tenez, je vais prendre en exemple le T2 du tram parisien. Devenu obsolète depuis que la ligne a été prolongée à Bezons. Les rames et les fréquences n’ont pas été changées alors que le trafic a plus que sensiblement augmenté. Conclusion : vous ne pouvez prendre le tram aux heures de pointe sans en laisser passer 2 ou 3 auparavant devant vos yeux.

            Je citerais également en exemple le tramway clermontois, sur pneu celui-là. Un fameux Translohr (racheté par Alsthom en 2012, mais de force, car l’Etat lui a mis un flingue sur la temps à ce moment là…) couleur « fleur de lave » (sic), qui ressemble à un véritable tape-cul en plastique (permettez moi l’expression) alors qu’ il a connu plein de déboires (incendie inopiné d’une rame en fonctionnement ; »déguidages » du tram, ce dernier étant guidé par un rail central, etc….), sans compter qu’il ne peut fonctionner en cas d’averses de neige alors que Michelin City est une ville qui peut être particulièrement neigeuse l’hiver.

            Quant à son entretien, ce dernier est particulièrement onéreux, entre le changement régulier des pneus et des pièces diverses et variées, le pire étant la réfection régulière de la voie qui s’abîme prématurément là où les roues passent (phénomène d’orniérage) et j’en passe (c’est le cas de le dire). Au surcroît, ce tram a été financé en parti par des crédits toxiques pour quelques dizaines de millions d’Euros…. En un mot, la cata !

            1. Duff

              Je prends le T2 et le T1 tous les jours. Le T2 est une merveille de technologie à côté pourtant il y fait 450 °C alors que le T1 est correctement ventilé…

              On a même l’impression qu’il n’y a aucun retour d’expérience, de capitalisation des savoir-faire!

          2. Théo31

            La ligne A a plus de 20 ans et devinez ? Les pièces pour assurer le SAV ne sont plus fabriquées depuis longtemps. S’ils n’ont pas fait de stock chez Tisseo, le jour où il y aura une grosse couille, ça risque d’être rock’n’roll déjà que le métro tombe en panne quasiment tous les jours.

    7. Fausto Consolo

      Permettez moi d’émettre un avis opposé,
      Personnellement j’aime les villes anarchiques, colorées, aux fils aériens délirants. J’aime aussi le style XVIIe que l’on voit dans ma belle province d’Aquitaine. Les favelas ne choquent pas mon sens de l’esthétique. La ville doit être entropique et vivante. Les projets archi/ urbanistes ne fonctionnent que parce qu’ils sont détournés. Oui au Paris Haussmannien je préfère les 3 et 4e, et je déteste les cités « pensées » grands ensembles de banlieue.

      1. vengeusemasquée

        @ Fausto : je suis d’accord, même si j’aime aussi le Paris Haussmannien (mais n’y vivrais pour rien au monde).

        Je supporte très mal les coins où toutes les habitations sont identiques, où tout est uniforme et bien aligné. On dirait que c’est tout mort.
        Je suis allée passer un week-end en Bretagne il y a quelques semaines. Je connais à peine la Bretagne, précisons-le. Néanmoins, passé le premier moment de satisfaction devant les jolies maisons, je me suis vite lassée devant la monotonie architecturale. Evidemment, tout est réglementé. Il ne doit y avoir qu’un seul plan pour construire des maisons dans cette région si bien qu’elles ont toutes la même tête, la même couleur, les mêmes proportions. Au bout d’un moment, c’est ridicule.
        En revanche, je suis allée faire un tour en Corrèze plus récemment et là, architecturalement, j’ai davantage apprécié parce qu’il y a une plus grande variété, une plus grande spontanéité dans les constructions. Evidemment, cela concerne essentiellement les constructions anciennes puisque le neuf, c’est majoritairement du pavillon en crépi jaune poussin (mais pas que, ça dépend des villes).

        Bref, tout ça pour dire que je déteste les grands projets urbanistes. C’est complètement artificiel. Je suis récemment passée au Plessis-Robinson, dans le 92, par exemple, et j’ai trouvé terrifiantes toutes ces constructions neuves rigoureusement identiques et bien collées les unes aux autres, sur des quartiers entiers avec espaces verts (énormes et super coûteux) et scrogneugneus architecturaux intégrés. C’est grotesque. On se croirait à disneyland.

        http://www.ecocompactcity.org/Plessis-Robinson/New_Eco_Compact_City_Plessis_Robinson.html

        1. Duff

          J’aime bien la petite rivière artificielle… Au bout de quelques années faute d’un ruineux entretient elle sera vidée parce que trop puantes attirant des bêêêêtes immondes!

    8. Vodkaman

      ha mais attention !!!
      Ce n’est pas parce que vous avez un permis de construire en bonne et due forme que vous ne commettez pas un crime architectural…

      Jetez un œil au show room Citroën sur les Champs-Élysées pour vous en convaincre… bon ok, les gouts et les couleurs… et celui d’à coté et aussi moche, mais quand même.
      On est dans un périmètre archi protégé avec les ABF et le conseil du vieux Paris à se farcir et pourtant cet immeuble est loin de faire l’unanimité

  8. Marabout

    Merci pour ce billet (excellent as usual) Je me permettrai toutefois une petite remarque : Glandwr, est, comme son joli nom à peine prononçable le laisse deviner, au Pays de Galles, et non en Angleterre ! (on va pas commencer à mélanger lesCeltes avec les angles ! :P)

  9. FaLLaWa

    C’est exactement le sujet d’une émission de John Stossel que j’avais vue il y a quelques temps à propos d’un couple ne pouvait construire sur leur terrain parce qu’il fallait un permis et patati et patata.

    On se s’en rend pas compte mais dans certains coins des Etats Unis, il semblerait que s’y abritent des bureaucrates assez psychopates.

    Un ami à moi qui habite Hawaii me dit qu’il est possible de prendre une amende si l’on ne traverse pas sur les passages cloutés. Et meme les citoyens lambda se feront un plaisir de vous apostropher si vous faites quelquechose de pas permis, meme si ca ne fait chi*r personne. Ca en dit long…

    Mais je crois que ceux qui gagnent la palme au niveau du petit fonctionnaire qui jouit de son petit pouvoir ce sont les customs aux frontieres (avec les mesures de lutte contre le terrorisme ils ne se sentent plus). C’est vrai que sur ce cas-là ils ont des circonstances attenuantes mais bon, de là à se comporter comme des gros maniaques…

    Je ne sais pas trop quoi en penser. Les Americains seraient-ils tombés dans le totalitarisme? Ou sont-ils tous maniaques?

    1. aristarque

      En Suisse alémanique ou en Teutonie, les ceusses des piétons qui traversent les rues au vert pour les voitures, même si de voiture il n’ y a point, sont aimablement qualifiés automatiquement de Français… Donc pas besoin d’ aller aux îles Hawaï pour se faire taxer…

      1. Le Gnôme

        Je plussoie, et j’ajoute que j’étais tout surpris de voir que les voitures s’arrêtaient pour me laisser passer alors que j’attendais le moment propice pour m’engager sur le passage protégé.

          1. Le Gnôme

            Non, je n’était pas troufion, j’étais chez des amis allemands, qui m’ont copieusement engueulé alors que je passais au petit bonhomme rouge alors qu’il n’y avait même pas une voiture à 200 m. Ils m’ont dit que le Français était toujours indiscipliné, et je leur ai rétorqué qu’effectivement, le drill à la prussienne ne faisait pas partie de l’éducation de base. Sur ce, nous avons été boire une bière.

    2. bob razovski

      Il y a des pays où le code de la route d’applique à TOUS les usagés de la route, pas seulement les véhicules immatriculés facilement retrouvables par photo.

      Et rappelons que les articles R412-37 et R412-38 du Code de la route sont toujours en vigueur en france, même si les bobocompatibles nous serinent le contraire depuis au moins 20 ans.

      Donc un piéton, lorsqu’il doit traverser la chaussée, est soumis à un code. Ca n’a rien de totalitaire.

      De plus, les pays qui respectent à fond ce système créent un climat piéton / voiture bien plus apaisé que dans nos villes à dérive totalitaire anti-bagnole.

      1. aristarque

        Il y a du boulot pour aller expliquer cela à la faune multi ethnique qui se presse sur les trottoirs ultra-fréquentés comme ceux de la rue de Mogador ou de la Chaussée d’Antin, secteur des Grands Magasins. S’ il n’y avait pas des flics en quasi permanence et qui s’ en prennent tout aussi bien aux piétons qu’ aux Velib (qui grillent le feu pour traverser le Bld Haussmann), jamais un automobiliste ne pourrait s’ y engager sauf « de force » avec nettoyage du capot ensuite…

          1. Black Mamba

            C’est normal ! Pour les japonais, ils sont respectueux envers les lois que si tout le monde joue le même jeu .
            S’ils voient que c’est la loi de jungle qui prime alors ils adoptent la loi de la jungle , ils savent s’adapter pas besoin de leur faire un dessin :mrgreen:

      2. vengeusemasquée

        C’est-à-dire que respecter le code de la route aurait un sens si l’Etat le respectait lui-même (signification et localisation des panneaux par exemple). Je suis d’accord sur le fait qu’on peut envisager un certain nombre de règles et s’attendre à ce qu’elles soient respecter par tous les usagers mais il faut qu’elles aient un sens et que ceux qui nous font chier avec s’y astreignent eux-mêmes, sous peine de perdre toute crédibilité.

      3. Fausto Consolo

        Piétons cyclistes, femmes, handicapés, députés sont surprotégés par des lois spéciales qui dérogent aux générales. C’est le bordel français des niches, des passes droit : des privilèges.

  10. Peste et coryza

    @mps
    Certe,s il y ales normes, mais on ne peut ignorer le poids de certains lobbys du BTP à les faire appliquer au détriment du bon sens.

    Je gage que la maison en bois ou en torchis façon bilbo le hobbit est bien mieux est plus écolo que la m*rde en béton plastique que n’ont impose à longueur de temps.

    @h16
    Les transports en commun sont à éviter en général… surtout en fonction des quartiers.
    La bagnole est simplement trop précieuse dès que l’on vit près d’un quartier pourri : ça permet d’éviter les mauvaises rencontres.
    Pour illustrer cela : pas plus tard qu’hier, je tente d’aller au boulot à pied (1/2 heure de marche,s ans avoir à traverser le quartier pourri en question). Résultat : un dégénéré en streetwear (inutile de dire d’où il est originaire…) m’a suivi pendant 20 minutes, stalker style…

  11. Mortimer

    Parfois aussi les aménagements routiers en faveur des cyclistes est fait en dépit du bon sens.
    Dans ma ville, ils ont refait récemment une portion routière en ajoutant sur les côtés des pistes cyclables. Je ne vois déjà pas beaucoup de cyclistes dans ce coin là, mais pourquoi pas!
    Seulement, comme ils ont « rogné » sur la route pour faire les pistes, ils ont créé un goulot d’étranglement à l’approche d’une bifurcation.
    Résultat: là où la circulation était très fluide auparavant, nous avons aujourd’hui des embouteillages à n’importe quelle heure (et toujours pas de cyclistes en vue!!).

    1. bob razovski

      Non, ça n’a rien d’un « dépit de bon sens ».

      C’est 100% voulu. Il faut scléroser la circulation.

      Deux de mes amis, machinistes (chauffeur de bus en langage ratp) ont des consignes claires lors des arrêts. Ne pas se coller au trottoir, ce qui permet de bloquer la circulation derrière le bus.

      1. aristarque

        Ok, je comprends mieux maintenant pourquoi je peste devant ceux que je prends pour des empotés et des malotrus sans gêne… 🙁

    2. vengeusemasquée

      « Résultat: là où la circulation était très fluide auparavant, nous avons aujourd’hui des embouteillages à n’importe quelle heure (et toujours pas de cyclistes en vue!!). »

      Tout autour de mon quartier, la circulation était autrefois parfaitement fluide. Maintenant, quelle que soit la direction, je suis cernée de bouchons pour cause de pistes cyclables que personne n’emprunte. Du coup, je cherche à déménager. J’en ai trop marre.

      « Deux de mes amis, machinistes (chauffeur de bus en langage ratp) ont des consignes claires lors des arrêts. Ne pas se coller au trottoir, ce qui permet de bloquer la circulation derrière le bus. »

      C’est parfaitement vrai. C’est la même chose pour les camions poubelle Suez et Veolia.

  12. Yrreiht

    Je note dans plusieurs commentaires, sur ce blog et sur d’autres, ce que j’ai moi-même constaté dans ma ville : la suppression systématique et sans aucun soucis de justification logique du plus grand nombre possible de places de parking à chaque réfection de trottoir ou de rue.

    Quelqu’un a-t-il enquêté sur le sujet ? Si cela a lieu simultanément partout en France, c’est bien que les maires obéissent à des consignes nationales. Je vais me faire traiter de complotiste mais d’où viennent ces consignes ? Et le but est-il simplement d’enrichir les sociétés de parking privé comme chez moi ? Ou autre chose de plus idéologique ?

    1. rasrhum

      nan nan c’est bien pour faire plaisir à vinci park ^^
      Depuis que nono est à la mairie à Paris j’ai vu tout plein de parking souterrains avec le petit logo…
      Un autre exemple flagrant à Chartres, ils ont refait le centre ville, viré toutes les places de parking en surface qu’étaient plus ou moins gratos pour « orienter » les automobilistes vers le nouveau parking souterrain de chez vinci…
      Mais bon là c’était pour redonner accès aux piétons au centre ville…

      1. Fll

        Avec un message clair de jp George, maire de Chartres, on s’en tout que les commerces crèvent, d’autres viendront.
        Ce maire est un pourri sans nom.

  13. Nyamba

    Il y a des frontières à ne pas franchir : la destruction d’une maison de hobbit en est une. Mon cœur saigne…
    Pour continuer la discussion autour de ces étranges lubies des communes quand elles organisent leurs voies de circulation, je pense que la multiplication aberrante des plots, extensions de trottoirs et parterres – de toutes formes et tailles, mais toujours pénibles – sur des places de parking pourtant bien pratiques, fait aussi partie du complot anti-automobiles…

    [Juste au passage, une petite erreur dans le texte : « Et d’autre part, les voies cyclables ne sont pas toujours aussi sécurisée » <– manque le "s"]

    1. Peste et coryza

      Sachant que chaque aménagement peut être sujet à de la prévarication ou des dessous de table.

      La pissotière à roulettes à fait des émules depuis Marseille…

    2. vengeusemasquée

      Oui et des trottoirs surélevés également. Je pleure encore du jour où, voici quelques années, ma municipalité a décidé de refaire les trottoirs autour de mon immeuble : maintenant, c’est une galère sans nom pour se garer dans les emplacements dans la rue, pour accéder au parking en sous-sol et pour marcher puisqu’on bute dedans. Mais c’est sûr, c’était IN-DIS-PEN-SABLE.

      J’aime beaucoup les parterres qui délimitent fermement les voies de circulation. Comme ça, lorsqu’il y a un obstacle (bus arrêté, mec en panne, accident…) on reste coincé indéfiniment derrière, puisqu’on ne peut plus déborder sur l’autre voie. C’est une véritable tendance. Ils font ça partout.

      1. Black Mamba

        « J’aime beaucoup les parterres qui délimitent fermement les voies de circulation. »
        Cela fait en gros 5 ans que nous avons vu se multiplier ces parterres pour délimiter des zones de stationnement, et les zones sont placées en quinconce à des distances permettant le passage d’un bus scolaire. Autrefois on n’avait aucune difficulté pour circuler mais maintenant on a même des micro bouchons à la campagne .
        On veut nous faire partager la joie de se prendre plein la tronche les gaz d’échappement. 🙁

  14. mlallier

    Aaaaah ! l’État nous aime. Ses représentants ne savent plus quoi inventer pour nous protéger. Dernière en date : interdire aux piétons de téléphoner en marchant.

    Cette nouvelle œuvre d’art : http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ131008369&idtable=q274632|q272471|q271908|q271049|q270122|q277601|q275008|q274094|q272403|q270352&_s=07003H&rch=qa&de=19780101&au=20131004&dp=1+an&radio=deau&appr=text&aff=sep&tri=dd&off=0&afd=ppr&afd=ppl&afd=pjl&afd=cvn

    Ouf !

    1. mlallier

      Comme l’url n’est pas très explicite, voici donc le texte

      « Question écrite n° 08369 de M. Pierre Bernard-Reymond (Hautes-Alpes – NI)
      publiée dans le JO Sénat du 03/10/2013 – page 2862

      M. Pierre Bernard-Reymond demande à M. le ministre de l’intérieur s’il n’estime pas utile, pour assurer une meilleure sécurité des piétons, de leur interdire l’usage du téléphone portable lorsqu’ils empruntent des voies ouvertes à la circulation automobile ou lorsqu’ils utilisent des passages protégés pour les traverser.

      En attente de réponse du Ministère de l’intérieur
      »

      1. Pc

        Je propose d’interdire tout appareil électronique au sein de l’hémicycle pour cause de distraction.

        Plus de tweet débiles, plus de scrabble.

        1. Duff

          C’est lamentable. Il y a un an ils ont passé la nuit à débattre de la niche fiscale sur les canassons de course alors qu’on devrait baisser les dépenses publiques d’au moins 300 milliards en moins d’une dizaine d’année pour remettre le pays en état de fonctionner.

          1. bob razovski

            Sauf que les canassons, ils les payent avec les milliards dont vous parlez. Alors faudrait pas commencer réduire les rentrées fistales.

    2. mlallier

      Ce sénateur est vraiment marrant. Outre le fait qu’il a réussit à poser 128 questions en 6 ou 7 ans (H16 fait la même chose en moins d’un mois, a priori sans coût pour le contribuable), on remarque une série de perles dignes de vidangeurs de fosses septiques.

      Le Sénateur pose des question qui montrent à quel point il aime le train train :
      Les maires devraient pouvoir limiter la vitesse des trains qui passent sur leur commune. (Chouette !)
      Longueur des voies uniques non électrifiées. (achement important)
      Mesures de secours aux clients.
      Projet de tunnel ferroviaire.
      Coût des TGV (quand on en sait la pertinence)
      Villes préfectures et sous-préfectures desservies par le train qui sont situées à plus de deux heures de chemin de fer d’une gare TGV.

  15. Black Mamba

    Bon avec ma petite expérience d’hier sur Paris pour aller à Neuilly sur Seine ; cauchemar à magnitude 10 sur 10 .
    Mon GPS complètement naze m’a fait faire le tour des périphérique extérieur et intérieur au moins deux fois puis il s’est décidé sur une sortie après quelques minutes je me rends compte que je pars complètement au Sud pour aller vers Bordeaux et pour m’éviter de me trouver à perpete les oies j’ai pris la sortie direction Rungis .
    J’ai roulé un bon moment avant de trouver un où me stationner pour demander ma route direction Neuilly sur Seine.
    Le monsieur qui m’a renseigné ma dit « oh, ma petite dame vous n’êtes pas sorti de l’auberge et à cette heure ci vous n’y êtes pas prête d’y arrivé.
    Après moults explications je reprends ma route me retaper tout le chemin en sens inverse et je me suis arrêté à la porte Maillot pour redemander mon chemin …la foire totale pour se garer. Je me suis arrêté comme une sauvage et j’ai joué à la charmeuse de serpent au premier venu . Avec mes beaux yeux comme dit le monsieur il n’a pas pu me laisser en plan , il sait dévoué pour être mon chauffeur sur mes derniers kilomètres pour m’éviter de m’égarer de nouveau.
    :mrgreen:
    Vu la circulation dans Paris et alentours si un jour on doit évacuer la population en urgence en cas de menace nucléaire ou autre et bien les gens sont foutus d’avance.
    Impossible de circuler en temps de paix alors en cas de guerre … 🙁

    1. Peste et coryza

      @BM

      Tant mieux !
      Tout le pouvoir de la clique est concentré à Paris dans approximativement dans 1.5 km2.
      Vu votre description de la circulation parisienne, ils ne pourraient s’échapper en cas de problème.

      1. Fausto Consolo

        Paris c’est délirant: 10 ans dans cette ville sublime m’ont tué. Je témoigne que NY est moins embouteillé, et je pense que São Paulo est au même niveau sachant que mon expérience est encore fraiche. Pour mémoire SP=17 myons d’h. minimum.
        Les décisions débiles vont détruire la plus belle ville du monde bravo.

    2. Nocte

      Paris + périph + a86 c’est une zone de guérilla routière, une guerre perpétuelle, point de paix (sauf les trèves entre 1h et 4h du mat et au mois d’aout)

      1. Black Mamba

        Querella routière ! 😈
        Je n’aurais pas pu trouvé mieux !
        Encore heureux que j’ai d’excellent coups de volant , j’ai réussi à ne faucher aucun motard!
        J’en avait eu trois d’un coup ,nune brochette à éviter , si bien que le peloton de voiture derrière moi m’a laissé tout un couloir pour manoeuvrer, ils ont du sortir l’adage  » Femme au volant, la mort au tournant :mrgreen: « 

            1. Black Mamba

              Mon correcteur d’orthographe automatique ne fait qu’à sa tête!!!
              Et la relecture d’une dyslexique ne remarque pas tout de suite les fantaisies orthographiques de mon smart phone 😳

      2. Guillaume_rc

        et encore au mois d’Août, on pouvait rouler AVANT que Delanoë nous fasse son « Connerie-Plage » et ses travaux hystériques.
        Plus de voies sur berge + davantage de gens qui bossent en août + mobilier urbain inepte + tram sur les boulevards (et non sur la petite ceinture) = bouchons au mois d’août !

      3. Wapi

        Le Québec routier c’est survivre à la charge de l’orignal furtif, la biche figée dans le faisceau lumineux de mes phares, l’ourson vadrouilleur ( habituellement suivi de sa Moman de très mauvaises humeur ) le raton laveur , la moufette qui vous gratifie d,un dernier jet puant avant de passer sous vos roues, les castors besogneux et surtout myopes, plus rares coyotes et meutes de loups, et les milliers d’ecureuils suicidaires…guerilla animale vs guerilla routière Parisienne…. Je ne change pas!

    3. Elphyr

      Vous n’avez peut être pas beaucoup voyagé, perso j’ai des souvenirs magiques de Beyrouth (en 2005-06) en voiture.

      Deux moyens d’avoir la priorité : avoir une belle voiture (Mercedes 70s) ou un camion militaire/tank.
      J’avais de la chance d’être dans le premier cas et d’avoir un très bon chauffeur libanais. C’est le genre d’expérience qui mérite d’être vécue 🙂

      Ma mère a vu aussi le cauchemar de l’Inde dans le même genre (là bas, ils veulent interdire les vélos). C’est folklo.

      1. Black Mamba

        Habituellement dans de très forte densité de circulation , je ne prends pas le volant, je suis en général le copilote avec 2 GPS et même carte routière de secours ….
        C’est la première fois que j’ai circulé toute seul dans Paris et même si j’ai galéré pas un accrochage et je n’ai causé aucun accident
        Pour le Liban je suis allée, il y a trois ans en arrière et Wouah !!! La troisième file qui se crée toujours entre deux files existantes et balisées , les voitures à contre sens , oh , tout à fait normal, les piétons qui traversent des voies rapides interdits aux dits piétons .
        Nous avons évité un accident qui auraient pu être mortel car j’ai eu le réflexe de hurler dans la voiture quand notre chauffeur a quitté du regard la route pour nous parler alors que nous etions sur les sieges arrières et en face il y avait une voiture à l’arrêt sur une voie rapide à 110km/h….

        1. vengeusemasquée

          « La troisième file qui se crée toujours entre deux files existantes et balisées , les voitures à contre sens , oh , tout à fait normal, les piétons qui traversent des voies rapides interdits aux dits piétons . »

          tiens ça me fait penser au Caire. D’ailleurs, quand une voiture passe entre deux voies, j’ai tendance à dire qu’elle prend la voie égyptienne. Comme quoi…

          1. Black Mamba

            Au retour du Liban , nous avons dû réapprendre à être des « conducteurs responsables et civilisés » , nous avions pris quelques faux plis de la conduite libanaise. :mrgreen:

    4. Duff

      @BM; c’est pas de chance, Neuilly est la seule ville limitrophe qui dispose d’un métro correct! Trouver une place dans le bois de Boulogne ou à côté du jardin d’acclimatation est facile honnêtement… Sinon c’est exact que rouler en IDF est un enfer.

      1. Black Mamba

        Je déteste les transports en commun, la faune locale a toujours l’air d’être affamée .
        Même si je ne manque pas de courage, je trouve très agaçant de faire d’énormes sourire pour amadouer les vicelares qui ont la bave aux lèvres 😈

  16. Bruno

    Ces deux cas sont encore assez bénins comparé à ce dont sont capables les nazillons potentiels que sont les gabelous et assimilés. Relisez à ce sujet l’excellent « Crainquebille » d’Anatole France, ou « Le directeur d’Auschwitz vous parle ». Je vous citerez l e cas d’une dame âgée dépendante d’un médicament que le labo a cessé de produire. Heureusement pour elle, un pharmacien -labo autrichien contacté par relations, a bien voulu racheté le stock nécessaire auprès du labo d’origine et fabrique à la demande et selon toutes les règles européennes, ce médicament. Envoi par la poste, facturation en règle. . .
    Et voila qu’apparaît le nazillon à casquette. Le gabelou, doté par Giscard d’un pouvoir arbitraire absolu, jamais remis en cause depuis.
    il met la main de l’Etat sur l’enveloppe, convoque la vieille dame, la menace des menottes et de la garde à vue, la met plus bas que terre pendant plus de deux heures (oui, deux heures), et détruit devant elle les gélules une par une. . . En plus des symptômes graves de sa privation du médicament, elle a développé un zona sévère et souffert d’insomnie quasi totale pendant des semaines. Sans compter que d’avoir été vaille que vaille respectée toute sa vie de femme honnête pour subir ce traitement digne d’une entrée à Dachau de la part d’une tête de porc en casquette lui aura causé un traumatisme dont on se remet mal à cet âge.
    Vive la république, vive la france et ses salauds de parasites nuisibles, voraces et malfaisants!

    1. Jules

      L’état et ses représentant si prompts à écraser les honnêtes gens et tellement absents quand il s’agit de les défendre … A croire qu’il faut échouer au test de Milgram pour devenir fonctionnaire !

  17. Calvin

    On aura beau dire, beau faire.
    Je trouve génial (si, si !) d’obliger Amazon à faire payer les livraisons de tous les pékins en France, et de limiter les zones de livraison des commerces de proximité.
    On est pas loin de Devos et de sa place avec 4 voies, 4 sens interdits.

    1. Jules

      Le débit de conneries est trop rapide, j’étais passé à coté de cette information. un nouveau :facepalm: puissance 10
      Ces imbéciles veulent sauver la pellicule à l’heure de numérique …
      Non seulement ils ne pourront pas sauver les librairies qui n’offrent pas un service différent d’Amazon (conseil, spécialité, proximité etc …) mais ils vont accélérer la mort du patient qu’ils feignent sauver.

  18. Théo31

    Concernant le flic de NYC, aurait-il été aussi véhément si le « criminel » était un noir et que cela se passait dans le Bronx ?

    1. Black Mamba

      Pour moi ce qui m’a étonné c’est la décontraction devant la caméra, c’était tout à fait normal.
      Ici en France les flics ne supportent pas d’être filmé, 😉 « allez hop direct au trou et la caméra confisquée. » 🙁

  19. val

    La deuxième histoire me parle bien : je me suis faite verbalisée à pieds à Bruxelles pour avoir traversé sur les clous sur une route vide mais … le petit bonhomme était rouge !!!!! 60 euros pour ce grave délit. J’ai un peu aggravé mon cas en demandant au policier s’il n’avait rien de plus urgent à faire de sa journée et j’ai fini au poste . La je suis restée coite parce que j’ai vu le coup où j’allais finir en garde à vue … (déménageant tout le temps mon passeport avait des adresses fantaisistes ) Bref , la France n’a pas le monopole de la bêtise policière.

      1. val

        C’est sûr !!!!! Ne donnez pas de mauvaises idées au gouvernement . Quoi que , la France a bien trop besoin de sous , cela nous préserve de mesures musclées pour le moment.

    1. Black Mamba

      Ma jeune soeur qui était allée au Canada m’avait raconté qu’il n’était pas question de traverser n’importe où et qu’il fallait aussi attendre le bonhomme vert sinon on se faisait verbaliser.
      😉

        1. Black Mamba

          Elle est marié et a quatre enfant .
          Par contre très coincés , une vraie « libanaise » alors moi j’ai pris le côté brésilien de la famille . Elle dit blanc moi je dit noir ! 😕

    2. Fred

      L’Etat français a sans cesse besoin de nouvelles recettes… Votre mésaventure risque de devenir courante en France d’ici quelques temps…

        1. Fred

          Déjà qu’ils parlent de généraliser l’amende administrative de € pour les gens qui ne déposent pas de déclarations de revenus… On n’est plus à ceci prêt…

  20. val

    Chez nos amis les belges , si on est inscrit sur les listes électorales et que l’on ne vote pas , on a une prune.
    Voila voilou, les amis préparez vous a pas mal de nouvelles amendes tordantes .
    En plus comme ils ont une administration comique et créative , ils sont capables de vous avoir inventés comme votant et inscrit alors que vous ne résidiez pas encore dans le pays (cela m’est arrivé)

  21. sylvain rodrigue

    L’ennui avec la justice et le crime en général, c’est qu’il n’est pas possible de définir objectivement ce qui est légal et ce qui est illégal, vous le savez aussi bien que nous.

    Dès lors, il existe un flou, un ligne vague, quelle que soit la loi (ou presque) et c’est pour interpréter ce flou ou cette ligne que des juges sont nommés.

    En gros, vous pouvez traiter votre conjointe de toutes sortes de noms mais vous ne pouvez pas tout faire à son propos. Si vous la tuez, c’est clair, vous méritez la prison. Mais si poussez le bouchon presque au point de la tuer, il faudra un juge pour déterminer si vous dépassez les bornes ou pas.

    Pour les maisons et les abris, c’est kif kif : on ne vous permettra pas de bâtir une cabane chancelante ou la maison de Bilbo Baggins à la Défense ou à Versailles – et tout le monde sera d’accord. L’ennui ici aussi, c’est que la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable ne peut être définie puisqu’il est contextuel.

    Règle générale toutefois, si votre projet est sensé, aucune municipalité ne le refusera. Il vous en coûtera bien sûr (il faut quand même provisionner les retraites des urbanistes), mais vous obtiendrez l’autorisation dans l’année qui vient. Ce couple a décidé de s’en passer et en paie maintenant le prix.

    Votre article me semble racoleur.

    1. Bon. Vous dites des bêtises. Ce n’est pas grave jusqu’à :

      « Votre article me semble racoleur. »
      Deuxième commentaire, identique au précédent.
      Vous me semblez bien coincé sur un thème : mes articles sont racoleurs.

      Ok. Apparemment, ça marche, vous êtes tout racolé.

      1. sro65

        Quelques années plus tard 🙂

        Je viens de lire votre réponse, cher H16. Désolé du délai.

        Je suis donc disqualifié parce que j’ai dit à propos de deux de vos articles qu’ils étaient « racoleurs » ?

        Ça me semble un peu court comme jugement. Je lis votre chronique avec intérêt depuis fort longtemps et j’achète vos livres parce que je rigole bien en les lisant.

        Deux fois en désaccord avec vos articles, et allez hop-zou-bing, aux oubliettes ?

        Vous me décevez un tantinet.

        1. Dr Slump

          « Je suis donc disqualifié parce que j’ai dit à propos de deux de vos articles qu’ils étaient « racoleurs » ? »

          Oui, (parce que c’est faux, lisez la définition du mot) mais pas seulement.
          C’est surtout que votre bouillie relativiste ne tient pas la route une seconde. Les cas présentés sont loin d’être « flous » comme vous dites, ni d’avoir la complexité propre à rendre difficile la définition des responsabilités et des préjudices subis. Et en l’occurrence, ce sont de mauvaises lois et leur application bornée qui causent là des préjudices.

          Et je vais l’illustrer de façon simple parce que ça a l’air vraiment compliqué dans votre tête:

          Devant la maison de ce jeune couple, quelqu’un de bien se contenterait de dire « oh, vous n’avez pas demandé l’autorisation administrative, ce n’est pas grave. Etant donné que c’est chez vous, que vous êtes une honnête famille et que vous n’avez en rien contrevenu à l’ordre, je vais vous délivrer les autorisations pour qu’on ne vous cause pas bêtement des ennuis ». Mais ce fonctionnaire n’était pas quelqu’un de bien.

            1. René-Pierre Samary

              C’est là toute la question, en effet. La justice, de nos jours, se préoccupe peu de savoir s’il tel ou tel acte lèse une personne. Elle condamne avant tout l’éventualité d’une atteinte à autrui ; éventualité que le législateur est supposé peser avec de fines balances, pour notre bien, naturellement.
              Hors de toute autre considération (celle de remplir les poches de l’état, celle d’employer un grand nombre de fonctionnaires qui sont autant de clients), il est plus expéditif pour le pouvoir de sanctionner la désobéissance à un règlement, aussi absurde qu’il puisse être, que de sanctionner une conduite effectivement répréhensible, dans le sens où il y a une victime bien réelle.
              La justice-sanction d’une atteinte à autrui a fait place à une justice-sanction pour atteinte à un règlement. C’est l’Etat-préventif, toujours plus contraignant, et fabriquant toujours plus d’irresponsables, qu’il s’agira, toujours plus, d’enfermer dans un réseau de règlements, pour en arriver à cette absurdité, qu’illustre ce billet : on peut tuer, ou se faire tuer, du moment qu’on respecte tel ou tel règlement.
              L’état-préventif, c’est l’état-maman, à l’image de ces mamans qui disent au petit garçon : « Ne cours pas, tu vas tomber ». L’enfant n’apprend pas à courir, et il tombe, en effet. N’avais-je pas raison ? se dit la maman, contente d’avoir fabriqué un infirme, qui lui ressemble.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.