Une Fleur sur le Net, un autre type de sexisme

C’est alors que Google fêtait, avec un doodle adapté, la 107ème année de naissance de Grace Hopper, une des toutes premières informaticienne et l’initiatrice des principes de base du COBOL, langage informatique encore massivement utilisé de nos jours, que Fleur Pellerin a décidé de saisir le Conseil National du Numérique. Paf. Comme ça.

google Grace HopperQuelle guêpe a piqué Fleur ? Pourquoi s’est-elle ainsi propulsée dans les jupons de Najat Vallaud-Belkacem pour que l’une et l’autre, bras-dessus, bras-dessous, aillent saisir le Conseil trucumuche pour une de ces missions si essentielles à la bonne marche de la République ? Eh bien c’est très simpliste et c’est expliqué dans quelques petites lignes serrées ici ou : nos deux ministres ont décidé qu’il fallait occuper le Conseil avec une vraie belle mission d’intérêt général, à savoir « travailler sur l’image des femmes dans le Web ».

Notez au passage l’usage de la préposition « dans » (« des femmes dans le web »), usage amusant qui me fait irrésistiblement penser à « des pépins dans les groseilles », « des ministres dans la tourmente », ou « des scaphandriers dans les profondeurs » ; car oui, de nos jours, les femmes ne vont pas sur Internet, elles n’évoluent pas en ligne, elles sont plongées dans les intertubes du cyberespace. Avec un masque, un tuba, et des palmes, le tout estampillé Hello Kitty parce que le Web est sexiste. Si si. Vous allez voir.

Cet instant fugace de poésie, offert pour une fort modeste indemnité ministérielle, étant passé, essayons à présent de savoir ce que veulent précisément dire Fleur et Najat. Pour elles, tout part du constat d’évidence que, je cite toujours — déformer serait amoindrir l’humour involontaire :

« On trouve dans le numérique la même proportion de machistes ordinaires qu’ailleurs. C’est pourtant un secteur tourné vers l’avenir, qui peut être associé à une forme de modernité dans sa façon de penser la société. Or ce n’est pas le cas »

Que voilà un problème bien posé et qui méritait largement qu’on s’y attarde. Je le résume rapidement : sur les intertubes, entre deux lolcats pas toujours drôles et des sites d’information au contenu d’une morosité attristante, les femmes qui surfent innocemment tombent parfois sur de gros lourds, des vilains, des méchants et des machos. Et lorsqu’on regarde les entreprises qui produisent du contenu, comme Les-Journaux-Sur-Internet.org, Les-Blogs-De-Tuning.net ou Jeux-Vidéos-Qui-Cognent.com, eh bien le tableau est encore pire : on n’y trouve que des garagistes, des camionneurs, des motards, des soldats et des ingénieurs informaticiens qui se racontent des histoires de blondes idiotes.

chaton gros camionneur

L’effarement compréhensible de Fleur ne s’arrête bien sûr pas là. En effet, même si constater que les entreprises du numériques sont, finalement, comme le reste des autres entreprises, ce qui constitue déjà un outrage assez violent au vivre-ensemble, il en faut plus pour qu’une ministre saisisse à pleines mains le Conseil National du Numérique. Non, ce qui va décider nos deux passionarias de la lutte anti-sexisme sur les intertubes, c’est que souvent, il ne se passe rien. Alors, il faut agir !

« Comment réagir lorsque les réseaux sociaux ou les jeux vidéo répandent des clichés sexistes, alors qu’il n’y a pas forcément de dépôt de plainte ? »

cerfa contre les bobos psychologiquesOui, c’est vrai, ça, Fleur, comment faire lorsque personne ne réclame rien et qu’on voudrait tant que quelqu’un réclame un truc, n’importe quoi, histoire de déclencher des souffrances, des demandes de réparation et le remplissage frénétique de Cerfa contre les blessures psychologiques ? Quel angle d’attaque peut-on trouver pour battre en brèche la réalité et s’inscrire obstinément en faux contre les allégations perverses du réel qui refuse de se plier aux injonctions pourtant humanistes et nécessaires du socialisme égalisateur triomphant ? Bien sûr, on comprend au milieu de cette soupe pleine de pâtes-alphabet que la petite Fleur tente de faire passer un message simple : les jeux vidéos sont horriblement sexistes, les réseaux sociaux véhiculent des messages qui offensent les femmes, et tout ça.

Sauf qu’aussi alambiqué soit un discours touillé avec la ferveur d’une ministre dont l’exposition médiatique est une des clefs pour éviter l’éjection lors d’un prochain remaniement, il n’en est pas forcément vrai. Je passerai rapidement sur le soi-disant sexisme des jeux ; les pratiquants principaux concernés savent ce qu’il en est vraiment : si certaines ministres s’offusquent facilement des attributs anatomiques de Lara Croft, on n’entend pas trop leur opinion concernant ceux des héros masculins d’autres jeux, dont le muscle est assez souvent mis en avant au détriment d’une intelligence que le scénario n’arrive pas toujours à faire décoller. Croire que les réalisations comme Mirror’s Edge, qui proposent une héroïne plutôt qu’un héros au pratiquant de jeu vidéo, sont rares ou sexiste est une interprétation qui doit bien plus à la nécessité compulsive d’exister médiatiquement — quitte à dire des âneries — qu’à une quelconque réalité.

Et lorsqu’on lit la suite des balbutiements ministériels, on comprend encore une fois que le but n’est qu’une loi, une régulation supplémentaire. Lorsque Fleur Pellerin déclare :

« Il faut rappeler les dirigeants à leurs responsabilités. »

… il n’est guère difficile d’entendre « Vite, une loi » en fond sonore. Mais au fait, les dirigeants de quoi ? Des entreprises de jeux vidéo, des réseaux sociaux ? Étrange demande qui oublie trop facilement que ces dirigeants mettent à disposition d’une population croissante d’individus des deux sexes des jeux et des plateformes qui rencontrent un succès grandissant, et démontrent par là qu’ils sont assez proches de ce qu’attend le public (la moitié des joueurs est composé de femmes, eh oui), chose que nos politiciennes n’arrivent même pas à toucher du doigt en rêve ou sur console, les urnes n’ayant décidément pas la même force…

Et puis, quelles sont donc ces responsabilités qu’invoque ainsi la ministre ? Celles qui consistent à édulcorer la société selon ses goûts à elle ou une partie de la population ? Doit-on sucrer les violences, éliminer tel ou tel type de stéréotype parce que ça déplaît à certains ou certaines ? En vertu de quoi, de qui ? Ainsi, doit-on ne pas montrer de violences ? Ou juste entre des mecs, des virils, des costauds, ça, c’est permis ? Ou au contraire, toutes les violences, partout, comme en réalité ? Ou non ? Ou quoi ? C’est confus, ça, madame !

Bien sûr, le pompon est atteint lorsqu’on revient, fermement, sur le plancher des vaches non numériques. Derrière tout ça, il y a aussi, en plus de bornes et de lois qu’on renifle à cent mètres, quelques actions de communication pas piquées des hannetons :

« Et réfléchir à la manière d’inciter les jeunes femmes à embrasser ces carrières et à rejoindre la French Tech via une campagne de communication avec des portraits d’entrepreneuses, de développeuses. »

Sapristi. Et rien pour les inciter à devenir grutier, à travailler dans la voirie, la plomberie, la charpenterie ou à faire des chantiers. Pourquoi ? Ce n’est pas assez … glamour peut-être ?

Mais … Mais … Mais c’est sexiste, ça, madame Pellerin !

chaton grutier

J'accepte les Bitcoins !

16VmcAbN7GRjkohTSQP68SNUSLTJjZkWfB

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires252

    1. doh

      Enorme le « Et votre bilan M. le Ministre ? » Cet été, montéàl’envers revendiquait 65k d’emplois sauvés, mais ça doit être comme le nombre de personnes sauvés grâce aux radars.
      Pour info, Free Mobile utilise en majorité du matériel NSN (Nokia Siemens Network) et le reste vient d’Alcatel-Lucent.

  1. Hervé

    Une preuve de plus, s’il en fallait encore, que nos braves élu(e)s s’emmerdent 100 sous l’heure.
    Enfin, quand je dis 100 sous, c’est une expression hein, pas leur vrai paie vous l’aurez compris 😀

  2. amike

    « les femmes dans le web »…
    Ca m’a fait pensé au Muppet’s show : les Cochons dans l’espaaaace….

    Les femmes dans la toile, ça fait un peu minellien aussi…

  3. Korrigan

    Bien sûr, le pompon est atteint lorsqu’on revient, fermement, sur le plancher des vaches non numériques et à cet instant fugace de poésie grâce au grand Georges permettez moi d’y ajouter ceci :

    Une jolie Fleur dans une peau d’Najat
    Deux jolies vaches déguisées en fleur
    Qui font les belles et qui vous attachent
    Puis, qui vous mènent par le bout du leurre

    Elles n’avaient pas de tête, elles n’avaient pas
    L’esprit beaucoup plus grand qu’un dé à coudre
    Mais pour la bourre on ne demande pas
    A ces filles d’avoir inventé la poudre.

    Une jolie Fleur dans une peau d’Najat
    Deux jolies vaches déguisées en fleur

    1. Higgins

      Les dénégations de Maryse Lebranchu sur ce dossier sont absolument pitoyables (http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20131210.OBS9000/lebranchu-le-jour-de-carence-un-superbe-marche-pour-les-assureurs.html). Sur BFM Business, hier, il était mentionné que ce recul était très politique et avait été initialisé pour assurer la continuité du blocage du point d’indice pour la fonction publique (un rendi-renda avec les syndicats). Il était ajouté également que, financièrement parlant, l’impact était assez minime (moins de 100 millions d’euros) pour les finances de l’état. Je ne pouvais cependant m’empêcher de penser aux dégâts collatéraux chez les « usagers » des services dits publics, contraints par cette mauvaise habitude, de reporter leur visite ou leur démarche suite à l’absence du pauvre fonctionnaire.

  4. cyprus ill

    Bon, excellent article comme d’hab. Merci H16.
    Mon commentaire : « la nature a horreur du vide » est un principe expliquant bien des phénomènes en sciences physiques, comme par exemple qu’un flacon rempli d’eau renversé à l’envers sans ouverture sur le dessus ne verra pas son liquide se déverser, car cela aurait pour effet de laisser du vide à la place. Il faudra donc ouvrir le flacon par le dessus (en plus du dessous) pour permettre à de l’air de remplacer le liquide qui se déverse.
    Eh bien voici un nouveau principe : « le gouvernement a horreur du vide » explique lui bien des phénomènes en sciences politiques, comme par exemple qu’une fleur devenue ministre, à qui rien n’avait été demandé, laisse son cerveau fécond nous pondre un tas d’âneries que H16 nous a parfaitement résumées. Cela vient certainement combler comme un « vide » qu’il devait y avoir sur le sujet au gouvernement : on n’est vraiment plus à une connerie près. Par contre, cela étant sorti du cerveau de ladite ministre, la question à se poser : qu’est-ce qui a bien pu y entrer ?

  5. tess

    Je suis entrain de lire « Les illusions des théories politiques ». Il dit une chose très juste et appropriée à nos clowns à roulettes.
    Je cite : « Ce qui illusionne souvent sur le rôle utile des gouvernements, et les limites de ce rôle, c’est que leur puissance, faible pour le bien, est au contraire considérable pour le mal. Il fut toujours aisé de détruire et difficile de bâtir. Aujourd’hui, nous n’avons pas à nous défendre seulement contre les rigides nécessités économiques de l’heure présente, mais encore contre le zèle désastreux de législateurs légiférant au hasard, suivant les impulsions du moment. »

  6. Moggio

    Cher h16, Votre vigilance lucide, opiniâtre et piquante est une fleur rare qui s’épanouit en toute saison, au profit de notre information et de notre esprit critique. Merci à vous.

  7. JS

    Ce matin sur RMC j’écoute une intervention qui me semble faites par une jeune journaliste debutante faisant ses premiers pas, rependant maladroitement des lieux communs socialo-compatibles….apres un moment il s avère qu’il s’agit d’une ministre de notre beau pays (ecologie il me semble, mais pas certain que ce ministere existe..). Ca fait peur autant de mediocrite a la tete de l etat..

  8. Lambda Expression

    Très chers tous,
    Le meilleur pour la fin de journée…

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/12/10/01016-20131210ARTFIG00486-pour-la-premiere-fois-en-france-la-justice-reconnait-un-prejudice-de-deception.php

    Ben vla ti pa (suis Normand) une nouvelle cagade… Ladies & gents veuillez applaudir à la naissance de la derniere connerie: le préjudice de déception.

    Ca va creuser le déficit publique ça car des demain j’attaque l’etat pour m’avoir salement decu.
    Si le dédommagement est à la hauteur du préjudice, je le fait sauter . head shot.

    1. Grass

      Bon il est vrai que les boites qui apatent les mamies avec des courriers ou elles sont sensées avoir gagné des millions, dans l’espoir de leur soutirer quelques sous en les embrouillant, méritent une petite claque de temps en temps (une grosse plutot, a mon avis). Dont acte.

  9. Grass

    Les commentaires des internautes sur tous les journaux sont a peu près unanimes; peut être sont ils tous des libéraux, mal localisés a droite donc probablement a l’extrême, comme nous.

    Tous en ont marre des exercices de branlette ministérielle, fussent t’ils faits a deux, fille et garcon.

    On voit le résultat en terme de popularité pour ce gouvernement. A part quelques associatifs agités adeptes de l’eugénisme mental, et qui se rêvent en goebbels de l’action ministérielle, aucun applaudissement.

    1. jyb

      Les commentaires des internautes sur tous les journaux sont a peu près unanimes, mais vous avez omis une chose : personne ne les écoute. Vous pouvez, nous pouvons nous époumoner à crier au fou, ils ont coupé la prise. Ils sont en mode «cause toujours». Presque chaque jour, j’ai l’amertume de ce référendum confisqué. Je n’arrive pas encore à réaliser qu’on a mis fin, un jour d’avril 2005, à la souveraineté populaire. Qu’on se soit assis dessus. On a mis des têtes au bout des piques pour moins que ça. Mais non, c’est rentré comme dans des parts de cerveau rammolis par qui vous savez.

      La coupure entre le peuple (mot ordinairement entouré d’une connotation respectueuse mais devenu presque synonyme de « bovins bas du front ») et l’élitocratie est totale. Ils ont entrepris de le changer par l’ingéniérie sociale. Leur constructivisme frise l’eugénisme, surtout (mais pas seulement) quand ils touchent aux mélanges de populations. Un peu de ceci, une pincée de cela, je touille, je chauffe… ça fout franchement la trouille. Vous aimez ça, vous, être des rats de laboratoire? Moi pas.

      Il y a quelque chose de malsain à nier l’anthropogie, et aussi un orgeuil démesuré. Qui sont-ils pour décider de l’évolution de l’homme? Ce ne sont pas des choses qu’on décrète à coup de doctrines et de lois, mais des processus lents, complexes, devant lesquels il faut s’incliner. Corriger, le cas échéant, par petites touches, d’une main tremblante dirait Montesquieu. Un Badinter sut le faire. Une Taubira s’y est grillée. La civilisation ne se décrète pas. Et surtout pas par des hystériques militants/teus plus prompts à échafauder des chimères qu’à conduire une grue. J’ai comme l’impression que l’anthropologie, la vraie, va leur revenir violemment dans la gueule, et dans la nôtre en premier.

      1. Grass

        Oui il y a des communautés constituées qui se reconnaissent très bien entre elles, et se reconnaissent comme extérieures et hostiles a la société francaise;

        Et pour lesquelles les atermoiements et l’éternel repentir généreux et pseudo humaniste de la société française n’est qu’un méprisable aveu de faiblesse, et mieux : c’est LE biais par lequel il faut l’attaquer.

  10. hipparchia

    J’adore le concept de Fleur. J’aimais déjà pas mal Rachida, en son temps, mais avec Fleur, il y a un petit côté qui confine au sublime presqu’agréable.

    En effet, n’est-il pas plaisant de s’entendre donner des leçons sur la méchante stigmatisation dans les jeux-vidéos de la part d’un gouvernement qui n’hésite pas à placer l’asiatique à la lutte contre les ordinateurs, la geekerie et la méchante la vie virtuelle qui n’est même pas réelle ?

    Sinon, moi, pour info’, je suis Madame le professeur mais ça c’est juste parce que n’étant pas issue de la cotorep, je sais que c’est pas du masculin mais du neutre. Franchement, les combats féministes sont des combats d’ignorants auxquels je préfère nettement les combats des femmes.

  11. lars

    très bien résumé jyb. Légiférer brutalement la nature humaine est dangereux et forcer les gens à abandonner leur spontanéité et particulièrement liberticide et frustrateur. Décidemment, la dictature socialiste ne fera jamais confiance au peuple.

  12. Grass

    Belkacem ce matin :

    « Najat Vallaud-Belkacem veut interdire les concours de mini-miss »

    Eh bien elle ébulitionne du cerveau en ce moment. Qu’est ce qu’elle a? Elle se transforme en Stalinette, ou bien comme le sugère H16, elle fait du bruit pour survivre au remaniement ministériel??

    Elle croit que le fait d’interdire tous azimut nous la rend sympathique?? Ah non, il ne s’agit pas de nous plaire, mais de plaire au maître…

    Le maître n’a pas compris que nous commencons tous a être allergiques (commentaires des internautes a l’appui) au mot « interdire » dans son acception faite par les socialos?

  13. VicoNounours

    « elle (Vallaud-Belkacem) dit sa volonté de réhausser le taux d’emploi des femmes, inférieur à celui des hommes. « En résorbant cet écart, on peut gagner 0,5 point de croissance par an pendant dix ans », dit-elle, se fixant pour objectif d’y parvenir en moins de dix ans. ».
    C’est beau les conjectures étatiques, reste à savoir sur quoi elle se base..
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/12/12/le-gouvernement-envisage-une-reforme-fiscale-pour-favoriser-l-emploi-des-femmes_4332658_3224.html

Laisser un commentaire