Filippetti, le fascisme à la portée des caniches

Parce que maintenant, en France, le Politiquement Sain, Propre et Bon a gagné, parce qu’il doit absolument écraser de sa botte virile les petits cancrelats qui ne sont ni bons, ni sains, parce que nos élites savent maintenant ce qui est bon pour le peuple et qu’ils en ont assez que ce dernier s’avachisse dans des savoirs alternatifs, interlopes, ou douteux, et parce que la censure a posteriori ne suffit plus, Filippetti, la piètre excuse en charge du Ministère de la Culture, a décidé de sortir de son silence.

Elle n’aurait peut-être pas dû ; après tout, un doute sur ses motivations intellectuelles pouvait subsister tant qu’elle conservait le silence (et puis, lorsque sa mâchoire est fermée et ses cordes vocales à l’arrêt, rien n’empêche d’imaginer qu’un cerveau fait du crawl entre ses deux oreilles). Mais elle n’a pas pu s’en empêcher. La trop forte pression de paroles idiotes et d’inepties politiques, conjuguée à des concepts rhétoriques mal maîtrisés qui ont fait catalyseur, le tout dans la chaleur torride d’une actualité grotesque auront provoqué une véritable explosion de n’importe quoi bruyant au cours d’une émission télé sur BFTM-TV dont la vidéo, disponible ci-dessous, ne laisse aucun doute sur ce qui s’est produit dans ce studio.

C’est ainsi que vers 6:18, on entend nettement la pauvrette déclarer en évoquant l’interdiction des spectacles quenelliers, je cite en allant me chercher l’éosine pour mes oreilles qui saignent :

« C’est une grande avancée pour la République, c’est une victoire collective de l’état de droit »

Jeune : la loppsi te protège contre les pedonazisMais bien sûr. C’est aussi une déroute en rase campagne de la réflexion individuelle. C’est une défaite de ceux qui pensaient que les gens sont assez intelligents pour se faire une opinion par eux-mêmes. C’est une branlée mémorable de ceux qui croyaient encore les politiciens capables d’indépendance tant est flagrante la soumission d’Orélifilipéti, l’onomatopée attribuée actuellement à la Culture, aux âneries de Valls, elle qui se comporte ici comme une véritable voiture balai du cortège hurlant du ministre de l’Intérieur en chasse contre les nazis d’internet.

Par la suite, comme elle était bien lancée et qu’elle devait absolument combler le vide intersidéral de sa pensée par l’émission intempestive de sons en rapport vague avec le contexte, elle a continué en disant (7:00) :

« Une idéologie abjecte, le négationnisme, n’a pas de droit de cité dans notre pays. Cet encadrement de la liberté d’expression en y mettant une frontière qui est justement celle de la négation de crimes contre l’humanité, de génocides, a été réaffirmé par le Conseil d’État. »

Tiens, après l’antisémitisme, Dieudonné est maintenant négationniste ? Décidément, moins il fait de spectacles, plus il franchit les limites, dirait-on … Et pour sûr, comme le dit Orélifilipéti, il n’y a rien de mieux que l’encadrement de la liberté d’expression parce que chacun sait que trop de liberté d’expression tue la liberté d’expression. D’ailleurs, plus cette liberté est encadrée, et plus les pays sont libres, comme le montre régulièrement la Chine, Cuba ou la Corée du Nord qui ont trouvé des moyens plus virils encore que ceux que propose l’Onomatopée. Je passe rapidement sur le fait que pour qu’un délit soit caractérisé, il faut encore qu’il soit commis, ce qui me semble difficile pour une décision prise alors que le spectacle n’avait pas encore eu lieu. Du reste, sentant qu’elle entrait sur le terrain glissant de cette fameuse limitation, elle a bien vite expliqué son point de vue (vers 7:50) :

« La liberté d’expression je la défends, je la promeus, … la liberté de création artistique. Mais là, Dieudonné n’est plus un artiste. Ce n’est ni un artiste, ni un martyr. Il a franchi toutes les limites de ce qui est acceptable dans une société démocratique comme la France, qui a vécu pendant la dernière guerre mondiale des événements tragiques et dramatiques. »

Parce qu’Orélifilipéti sait ce qu’est un vrai artiste. Elle le sait très bien puisqu’elle en subventionne des milliers, alors d’abord ! Et elle sait fort bien qu’un artiste, un vrai, un gentil, ça raconte exclusivement des choses qui sont douces aux oreilles du pouvoir. Un artiste, ça ne cherche pas à se mettre à dos les autres, le peuple, en maltraitant une religion par exemple ou en osant un humour impossible avec des thèmes trop lourds de malheur et de signification !

Oh. Wait.

charlie hebdo hitler

Oh. Wait.

piss christ

Oh. Wait.

charlie hebdo dur d etre aime par des cons

Ah oui, je sais, ce n’est pas la même chose parce que vous comprenez … il y a d’un côté les bons artistes humoristes et les mauvais artistes humoristes. Les bons artistes humoristes, ils rigolent certes de tout, mais pas avec tout le monde. Alors ils ont le droit de s’exprimer. Alors qu’en face, les mauvais artistes, là, ils rigolent de tout, hein, mais vraiment de tout, et ils ne le font pas avec tout le monde, si vous voyez ce que je veux dire, hein, n’est-ce pas ? Et c’est pas drôle. Alors que les bons, si.

Vous me suivez ? La liberté d’expression, décidément, ce n’est pas pour tout le monde. Il y a un tri.

Dès lors, Orélifilipéti n’a pas Free mais elle a quand même tout compris : il faudra poursuivre les octets et les bits de l’internet qui ne sont pas orientés comme il faut. Il faudra donc censurer proprement les images intolérables au nom de la dignité humaine parce que voilà. Oui, vous avez bien lu :

« il faut prendre les dispositifs qui sont particuliers au net, et notamment à travers les hébergeurs, pour que cela ne puisse pas se répandre quand il y a des attaques contre la dignité de la personne humaine. »

Rassurez-vous : cette petite excroissance de liberté qui vous permettait, jadis, de juger pour vous-même ce qui est ou non visible par vos propres yeux, cette petite tumeur ridicule qui vous autorisait bêtement à cliquer ou non sur une vidéo que vous soupçonniez d’être un peu indigne sur les bords, ne vous inquiétez pas, Orélifilipéti va l’ablater sans attendre. Une petite excision rapide, et il n’y paraîtra plus et vous vous en porterez mieux, parce qu’Orélifilipéti sait, elle, ce qui est digne ou pas (et pas vous, petit coquin).

Sentez-vous le scandale qui se cache derrière ces paroles, derrière ce suivisme et cette servilité de la minustre derrière celui de l’Intérieur ? Comprenez-vous ce qu’il y a d’aberrant à ce qu’une ministre de la Culture dégoise ainsi avec tant de décontraction d’incroyables ignominies ?

Car elle, ministre de la Culture, devrait se battre pour le droit d’expression. Mais non.

Le ministère de la Culture qui se bat pour la censure, pour la limitation explicite du droit d’expression, ça ne se retrouve que dans les régimes totalitaires ou fascistes. Oui, le constat est là, implacable, sans la moindre ambiguïté : lorsque la Culture s’empresse d’intervenir pour dire ce qu’on a le droit de lire, d’écrire, de voir, d’entendre, c’est qu’on n’est plus dans la culture, mais dans la propagande.

Entendons-nous bien : que le ministère de l’Intérieur fasse cette immondice ne surprend finalement pas ; c’est l’aboutissement triste et banal d’un travail de répression et de contrôle des foules auquel aboutit inévitablement un pouvoir faible qui devient policier, quasiment par obligation. Il est méprisable, mais il s’inscrit malheureusement dans la logique de ce à quoi ce ministère sert habituellement. En revanche, dès lors que ce même travail est entrepris avec application par le ministère de la Culture, on sombre effectivement dans ce que le pouvoir fait de pire : la manipulation ouverte de l’information, la censure instituée non par désir de contrôle des foules (rôle d’une police de la pensée, se plaçant a posteriori) mais comme nécessité pour l’éduquer (rôle d’une formation des esprits, se plaçant a priori).

Fini les pedonazis grâce à la loppsiJe le dis ici : ce pays sombre doucement mais sûrement dans un fascisme qui se cachera derrière tous les pédonazis de l’internet, qui se travestira derrière les pages les plus veloutés de l’antifascisme, qui se parera des beaux discours de la sécurisation d’Internet contre les hordes du Mal, protéiformes et toujours désignés par un gouvernemaman bien renseigné, qui pavera notre enfer de ses meilleures intentions.

Filippetti s’est mise à aboyer servilement derrière un gouvernement dont le ministre de l’Intérieur s’est laissé piéger dans une démarche judiciaire délétère et suicidaire ; ce faisant, elle a emboîté le pas de Valls dans une démarche qui ne pourra conduire le pays qu’à la catastrophe ou la risée ou les deux. Car ou bien nos deux ministres en perdition intellectuelle se rendent compte de la dérive consternante qu’ils ont entraînée, et le rétropédalage promet d’être épique et projettera le pays dans des sommets de ridicule, ou bien ils persistent, s’enfoncent et emmènent tout le monde avec eux vers des contrées malheureusement très connues et pas du tout bisou.

Regardez où va le pays, où ces buses néfastes nous emmènent, ouvrez les yeux : le petit chemin qui sent de moins en moins la noisette termine dans un gouffre.

J'accepte les Bitcoins !

19V8znigrVJ3AqoyN4PMb1gQkXdkwbqyi3

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires280

    1. Je n’ai malheureusement déjà pas assez de temps pour couvrir correctement l’actualité politique en France, alors en Belgique … 🙁
      Désolé.

  1. Fred

    J’ai adoré les 10 minutes de propagande du 20 heures de TF1. Du discours de Hollande, je ne retiens que deux choses : l’euthanasie pour tous et sa rupture imminente avec Valoche ! Le changement, c’est maintenant ! :p

    1. pi31416

      Il va euthanasier Valoche? Le métier de première poule du chapon n’est plus la sinécure qu’il était. Il ressemble de plus en plus à celui d’oncle du Guide 🙁

  2. LeRus

    Il faudrait flynteriser ce gouvernement, les scruter, les observer, et dénoncer leurs postures et mensonges. Le photographe qui vient de révéler l’affaire de la nouvelle courtisane devrait être décoré. C’est le seul moyen de lutter contre ce type de nuisibles. Il n’y a qu’à voir la panique qu’inspire Navalny en Russie, alors que le type n’a aucun programme et ne représente que lui même.

    Si nos ministres avaient peur de se retrouver en première page d’un site internet pour leurs patrimoine, voyages ou train de vie, ils la ramèneraient peut être un peu moins.

    Une nouvelle section sur le site H16 peut être? 🙂

      1. LeRus

        Merci Nyamba, j’avais oublié ce site qui, il est vrai, est salutaire.

        Mais j’ai en tête quelque chose de beaucoup intrusif: des photos de votre maire en vacances avec sa voiture de fonction, la note de restaurant de votre députée avec des membres de son équipe, la photo d’un ministre sur la plage lors d’un voyage officiel au bout du monde, le détail de l’emploi du temps des ministres (et pas seulement ce qu’ils veulent bien nous dire), la copie de leur feuille d’impôt, etc.

        Ils devraient, comme le dit H16, avoir peur de faire un écart, un peu comme un présidentiable américain conservateur évite à présent d’employer des wet-backs.

    1. Oui, les politiciens devraient entrer dans la « carrière » la peur au ventre. Voilà qui redonnerait un peu de valeur à cette profession de malfrats.

Laisser un commentaire