Ivre, la NASA prédit encore la fin de la civilisation

« Selon une étude » … Ah, que n’a-t-on écrit comme âneries journalistiques intersidérales en commençant par cette expression chapeautant un tissu d’approximations pour l’enrober d’un semblant de solidité scientifique nappé d’une bonne couche de conditionnel gluant ! Et lorsqu’on a une solide pincée de noms prestigieux comme « NASA » qui balancent du steak, une lourde brouettée d’alarmisme qui cogne et de la bonne grosse étude avec des mathématiques à base de variables, de petits graphiques proprets et de notations scientifiques avec des E et des virgules flottantes, là, on décroche le bingo et tout le monde s’empresse de relayer. C’est formidable.

Moyennant quoi, deux phénomènes sont alors à l’œuvre : d’un côté, les chercheurs qui ont produit le papier s’empresseront de tout faire pour le marketer comme il faut et s’assurer d’un maximum de couverture, quitte à utiliser des moyens rhétoriques un tantinet douteux, et de l’autre, les journalistes, armés d’une titraille puissamment ridicule, se chargeront d’amplifier les quelques éléments scientifiquement ouverts à débat pour en faire des certitudes monumentales avérées, de préférences grotesques mais qui frappent les esprits. Ça vend mieux.

no-wayEt cette semaine, la conjonction de ces deux phénomènes n’aura pas permis de nous éviter une fin de civilisation quelque part dans quelques années, avec pertes et fracas, et de préférence irréversible, offerte par le Goddard Space Flight Center (et aussi un peu par la NASA, d’où sa présence dans le titre pour attirer le lecteur parce que moi aussi, je suis un vil commercial de mes petits articulets). L’information apparaît de façon étrange au milieu du Guardian, qui est à la presse scientifique ce que le fromage fondu d’un BigMac est à la gastronomie française. On y apprend qu’une étude prévoirait (notez le conditionnel) l’effondrement de notre civilisation industrielle dans les prochaines décennies. Cette étude a été financée par le Goddard Center et donc aussi la NASA. Et comme la NASA, c’est du sérieux, l’étude est (forcément) du sérieux aussi.

Ici, tout concourt à semer l’effroi dans la tête du lecteur, en badigeonnant l’ensemble d’un gros conditionnel qui tache. L’utilisation de l’argument d’autorité, classique mais omniprésent dans tous les articles qui traiteront ensuite de l’étude en question, permet de confirmer l’aspect solide et sérieux des affirmations (conditionnelles) de l’étude (qu’on ne détaillera pas, qu’on ne linkera pas, qu’on ne sourcera pas, circulez, y’a rien à lire). Toutes proportions gardées, c’est un peu comme si une étude, financée par la NASA, découvrait que Johnny Halliday avait jadis été blond, et que nos journaux titraient « La NASA déclare que Johnny Halliday, astronaute potentiel, aurait eu des cheveux naturels ».

well done old chapLa suite, Facebook, Twitter et les habituels guignols journalistiques vous l’ont fait connaître : moyennant un titre idoine et subtil (« La NASA prévoit la fin de la civilisation« , boum badaboum, ou « Pourquoi la Nasa prévoit la disparition de notre civilisation« , patatras), on rameute du chaland, on provoque du clic, on déclenche du like, on titille le partage et le retweet, c’est magique.

C’est aussi parfaitement con, et à plus d’un titre.

Et avant toute chose, il est nécessaire de se référer à l’étude elle-même qui se trouve ici. Vous y découvrirez, dans 27 pages serrées comme l’Apocalypse de St Jean, la description de calculs théoriques, écrit par un triplet de joyeux bricoleurs qui sont partis d’hypothèses assez réductrices (pour ne pas dire caricaturales), poussées dans un modèle mathématique dont la pertinence est assez légère tant il est simpliste, et qui permettent d’affirmer qu’avec ces paramètres-ci, on obtient ce résultat-là, et guère plus. La douzaine de graphiques disponibles illustre de façon colorée la façon dont une civilisation exploserait en vol ou se stabiliserait autour d’un optimum quelconque après des phases de yoyo plus ou moins fortes voire invraisemblables, et, bien évidemment, une dose non nulle de misère certaine pour un bon nombre d’entre eux.

Surprise : le triplet de chercheurs appartient à des domaines aussi variés que les sciences politiques, la sociologie, les politiques publiques et la climatologie, parce que le climat dirige tout le reste et mène à tout, semble-t-il.

yes-wayOn ne peut s’empêcher de penser à ces autres modèles, eux aussi trempés par le talon dans le Styx de la politique, de la sociologie et de la climatologie de synthèse et qui donnèrent ces magnifiques graphiques, eux aussi colorés, que le GIEC employa jadis dans ces publications qui firent rigoler un paquet de monde et déclenchèrent, on s’en souvient, la petite vague de catastrophisme climatique ridicule où des millions de gens, plutôt que s’auto-flageller et foutre la paix aux autres, choisirent unanimement d’emmerder les autres et de flageller leurs autos. Et puis la NASA qui paye pour avoir du modèle mathématique qui aboutit à la conclusion qu’on va tous mourir (incessamment sous peu mais ne retenez pas votre souffle), ça vous a un petit parfum de déjà vu, déjà lu, déjà entendu…

Parfum confirmé par l’existence fort amusante d’un précédent papier, pondu il y a deux ans par la même équipe de joyeux drilles, au sujet remarquablement proche, et aux conclusions à peine différentes : moyennant un beau modèle mathématique (le même), des hypothèses finement choisies (les mêmes), on aboutit à la mort du petit cheval plus ou moins vite que c’en est tout tristounet.

Mais voilà : il y a deux ans, la NASA, le Goddard Space Flight Center et la NSF n’étaient pas impliqués dans l’histoire. Les conclusions, encore plus enrobées de conditionnel, n’ont pas su déclencher la panique chez le lecteur et, de fait, attirer la sympathie des journalistes en mal de sensations fortes. Difficile, dès lors, de faire parler de son papier ailleurs que dans les milieux autorisés…

Entendons-nous bien ici : les résultats discutés par l’équipe sur son modèle mathématique ne sont pas faux ; les calculs semblent corrects, les graphiques effectivement représentatifs de ces calculs et les conclusions tirées ne sont pas invraisemblables au regard des hypothèses et des résultats formulés. En revanche, le choix de ces hypothèses, la nature même du modèle et la façon dont il a été construit indiquent plusieurs choses de façon limpide. D’une part, un modèle mathématique n’est que ça : un modèle. Et lorsqu’il est à ce point grossier, comme celui-ci, basé sur 4 petites lignes d’équations (i.e. dépourvu d’un degré de finesse propre à réellement représenter le réel ou une sous-partie d’icelui), les calculs menés ne permettront pas de tirer la moindre conclusion opérationnelle sur les sociétés humaines en général et la nôtre en particulier. Le mieux qu’on pourra bâtir ici est une réflexion d’ordre philosophique sur une représentation idéalisée d’une société éthérée.

Les hypothèses, de leur côté, montrent là encore une simplification qui ne permet en rien de tirer des conclusions ; le taux de renouvellement de « la nature », par exemple, est parfaitement arbitraire, et son évolution est commodément impactée par une variable « pollution », dont le nom, la valeur et le comportement en disent en réalité bien plus long sur les expérimentateurs que sur le modèle lui-même. Le découpage de la société étudié est, là encore, aussi arbitraire que représentatif d’une certaine vision du monde : des « élites » d’un côté, des « roturiers » de l’autre, et une exploitation des premiers par les seconds plus ou moins forte, plus ou moins gentille, plus ou moins kikoolol.

oh noesEt bien sûr, les conclusions sont étonnement proches d’une doxa qu’on connaît assez bien : on va certes vers la catastrophe, de façon inéluctable, mais ce sera bien pire pour les sociétés inégalitaires, capitalistes, consuméristes et qui font du mal à Gaïa. Oh. Zut alors ! Voilà qui change profondément du discours habituel qu’on peut lire sur les journaux qui ont bruyamment relayé l’étude et qui disent pourtant qu’on va à la catastrophe avec nos sociétés inégalitaires, capitalistes, consuméristes et qui font du mal à Gaïa !

Enfin, ajoutez à cela une écriture confuse et volontairement compliquée (sérieusement, dire qu’on commence avec y(0) = 1.0 x 10E+2 loups au lieu de dire 100 loups , c’est poétique, vous ne trouvez pas ?) pour dire, finalement, de grosses banalités (si on mange toutes nos ressources, on n’a plus de ressources et on ne peut pas manger toutes nos ressources donc on meurt), et vous avez une belle recette pour un enfumage dramatisant.

Pignouferies de presse

Soyons clairs : non, la NASA ne prédit rien du tout, elle ne prévoit rien non plus et n’a pas écrit que la fin de la civilisation était inéluctable, qu’il ne nous restait que quelques dizaines d’années ou autres fadaises lues à droite ou à gauche. Le monstre mathématique, une fois étudié en pleine lumière, montre que c’est un petit truc mou et baveux, sans grand intérêt tant il est simpliste. Et cet exercice n’est, encore une fois, qu’une démonstration de mathématisation outrancière sur des systèmes extrêmement complexes (écologiques, économiques et sociétaux) qu’une poignée d’équations décrits en une vingtaine de pages ne sauraient synthétiser de façon réaliste.

Ivres, les journalistes ont donc, encore une fois, montré leur parfaite incompétence, du choix de leur titraille à la formulation de leurs articles, en passant par le sujet.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires137

      1. Duff

        Ha oui mais le premier toutou est magique. Et puis ça change, illustrer le propos avec des chattons c’est trop mainstream, écolo-bobo-socialo-compatible, même si c’est bon d’affronter ses adversaire frontalement, il est bon de rappeler qu’aussi les clebs ont leur mot à dire…

  1. Duff

    Seule certitude absolue : Dans 4 à 5 milliards d’années le soleil deviendra une géante rouge absorbant Mercure au moins avant de péter un grand coup. Faut-il prévoir un impôt anti supernova?

    1. gameover

      On parle souvent de cette dilatation des couches externes du Soleil qui va absorber toutes les orbites comme une géante rouge dans 5Mds d’années… mais c’est sans compter que dans 500 millions d’années ce sera…. déjà cuit, vaporisé !

      1. Duff

        Alors même que personne ne s’indigne de l’endettement du pays qui n’est qu’un impôt différé sur la génération suivante, il est assez logique que personne ne s’indigne du fait que dans quelques millions ou milliards d’années, la vie terrestre disparaîtra. Les futures générations comme les jeunes actuellement peuvent légitimement s’indigner de l’absence et/ou de la raréfaction de l’investissement qui prépare l’avenir: Comme le dit magnifiquement Charles Gave, la génération 68 a non seulement vécu au delà de ses moyens et de la richesse qu’elle produisait mais elle a aussi endetter la suivante c’est à dire lui a volé ce qu’elle produisait et ce qu’elle allait produire. C’est quand même un comble que ça ne se matérialise pas dans les urnes!

        1. gameover

          Tu auras noté que les devoirs de vacances 2013 de nos minustres étaient : imaginez la France de 2025…

          Peut être une bonne thérapie contre le cancer en phase terminale… puisqu’il paraît que le mental c’est le principal…

          1. hussardbleu

            Au fait, j’ai mis dans l’urne le maintenant célèbre bulletin de vote H16… dommage qu’il n’ait pas prévu les élections municipales… et je me réjouis de la tête du dépouilleur….

            1. Duff

              Chez moi c’est machine à voter, dans le doute qu’il y ait inscrit « bande d’enculés » sur le bouton 5 ou 6 (peu de listes à Suresnes) je me suis royalement abstenu.

            2. La Coupe Est Pleine

              Vous étiez totalement libre d’en adapter un vous-même !
              Ce que j’ai fait, compte tenu des particularités politiques de mon patelin …. J’espère que le petit laïus que j’ai glissé sera versé au reste des bulletins blancs de mon canton dans les archives de la préfecture. Ce sera la bien maigre satisfaction que j’aurai, par rapport à mon incapacité de foutre hors d’usage cette pègre locale qui nous gouverne ….

      2. Théo31

        « cette dilatation des couches externes du Soleil »

        Celle des anus des trois prochaines générations de Français ne s’arrêtera pas aux couches externes.

  2. tess

    Cette étude est aussi sérieuse que les prédictions de fin du monde de Paco Rabanne (les formules mathématiques compliquées ça fait sérieux mais on arrive toujours à la même conclusion, c’est de la merde).
    Quant à nos experts qui ne savent que prédire le passé …..

  3. Kolia Karamazov

    Personnellement, je n’ai pas besoin de la NASA pour savoir que la civilisation est en train de disparaitre.
    Après faut s’entendre sur ce qu’on appelle « civilisation ». C’est sûr que ceux qui pensent que civilisation = jets massants dans la baignoire, ne doivent pas trop s’inquiéter.

    1. vengeusemasquée

      Et quelle serait votre conception de la civilisation, partant ? Personnellement, je trouve que les jets massants constituent un bon signe de civilisation et je regrette beaucoup de point en avoir mais c’est parce que je suis une infâme consumériste superficielle.

      1. Kolia Karamazov

        Pour moi, un homme civilisé c’est une personne capable de s’asseoir bien droite, sur une chaise peu confortable et d’attendre longtemps dans cette position, en silence.
        Un homme qui pousse des soupirs quand il apprend que la salle de bain mise à sa disposition n’est pas équipée de jets massants, a donc peu de chance de se qualifier.

        1. hussardbleu

          tu n’as pas peur des escarres de la civilisation ? et puis aussi… avec ton avatar, ton personnage immobile me semble implorer le Nagant par derrière…

      2. Aristarque

        La providence des plombiers, les machins (douche ou baignoire) à jets massants. Ce système = quantité de joints, de raccords, busettes qui finissent toujours mal avec le tartre, pompe à pression itou… Que du bonheur pour le pro, surtout quand le dysfonctionnement est du mauvais côté du contenant (contre le mur) et qu’ il faut donc tout démonter/remonter pour dix minutes d’intervention avec une baignoire qui a été rentrée au chausse-pied dans le cabinet de toilettes…. Y a bon, la civilisation… 😉

    2. Théo31

      « Après faut s’entendre sur ce qu’on appelle « civilisation » »

      Etats-providence nationaux-socialistes fondés sur une spoliation et redistribution massives et un endettement gigantesque.

      L’empire romain a mis près de cinq siècles dans sa partie occidentale à s’effondrer, la RDA à peine quelques jours. Hormis ses méthodes d’espionnage, de la pollution et des usines toutes pourries, qu’a légué la RDA à la postérité ?

      1. hussardbleu

        Gibbon General Observations On The Fall Of The Roman Empire In The West

        « The decline of Rome was the natural and inevitable effect of immoderate greatness. Prosperity ripened the principle of decay; the causes of destruction multiplied with the extent of conquest; and as soon as time or accident had removed the artificial supports, the stupendous fabric yielded to the pressure of its own weight. The story of its ruin is simple and obvious; and instead of inquiring why the Roman empire was destroyed, we should rather be surprised that it had subsisted so long. The victorious legions, who, in distant wars, acquired the vices of strangers and mercenaries, first oppressed the freedom of the republic, and afterwards violated the majesty of the purple.

        As the happiness of a future life is the great object of religion, we may hear without surprise or scandal that the introduction, or at least the abuse of Christianity, had some influence on the decline and fall of the Roman empire. The clergy successfully preached the doctrines of patience and pusillanimity; the active virtues of society were discouraged; and the last remains of military spirit were buried in the cloister: a large portion of public and private wealth was consecrated to the specious demands of charity and devotion; and the soldiers’ pay was lavished on the useless multitudes of both sexes who could only plead the merits of abstinence and chastity. Faith, zeal, curiosity, and more earthly passions of malice and ambition, kindled the flame of theological discord; the church, and even the state, were distracted by religious factions, whose conflicts were sometimes bloody and always implacable; the attention of the emperors was diverted from camps to synods; the Roman world was oppressed by a new species of tyranny; and the persecuted sects became the secret enemies of their country.

        This awful revolution may be usefully applied to the instruction of the present age. It is the duty of a patriot to prefer and promote the exclusive interest and glory of his native country: but a philosopher may be permitted to enlarge his views, and to consider Europe as one great republic, whose various inhabitants have attained almost the same level of politeness and cultivation. The balance of power will continue to fluctuate, and the prosperity of our own or the neighbouring kingdoms may be alternately exalted or depressed; but these partial events cannot essentially injure our general state of happiness, the system of arts, and laws, and manners, which so advantageously distinguish, above the rest of mankind, the Europeans and their colonies. The savage nations of the globe are the common enemies of civilised society; and we may inquire, with anxious curiosity, whether Europe is still threatened with a repetition of those calamities which formerly oppressed the arms and institutions of Rome. Perhaps the same reflections will illustrate the fall of that mighty empire, and explain the probable causes of our actual security.

        If a savage conqueror should issue from the deserts of Tartary, he must repeatedly vanquish the robust peasants of Russia, the numerous armies of Germany, the gallant nobles of France, and the intrepid freemen of Britain; who, perhaps, might confederate for their common defence. Should the victorious barbarians carry slavery and desolation as far as the Atlantic Ocean, ten thousand vessels would transport beyond their pursuit the remains of civilised society; and Europe would revive and flourish in the American world, which is already filled with her colonies and institutions.

        Ergo : la Nasa…

  4. Paroxystique

    La Nasa ne s’occupe-t-elle pas de l’espace? En effet les variations solaires ne sont pas prises en compte dans le modèle, la terre y est représentée avec une stratosphère murée avec du béton ou que sais-je…

    Lors de la prochaine période glaciaire (tout les 5000 ans d’après les carotteurs de banquise) on ne parlera plus de réchauffement climatique.

    Le soleil n’a donc aucune influence sur nous dans cette étude de la … Nasa… Big Fail…

    1. Othello

      Mmmm, un peu light j’en ai bien peur. Ma parano naturelle m’amènerait plutôt à penser que les ONG écologistes sont le bras armé des USA pour pérenniser leur main-mise sur l’économie Européenne.

      Ainsi que H16 l’écrit dans son article, le quasi-même rapport avait déjà été publié mais n’avait pas fait beaucoup de bruit. Zut. Rajoutez donc NASA dessus ça devrait mieux le faire 🙂

      Petit lien intéressant sur le sujet : http://jacqueshenry.wordpress.com/2013/01/27/greenpeace-cest-quoi-une-entreprise-opaque-et-mafieuse/

      Pour résumer, pouquoi et comment Greenpeace a-t-elle réussi à quasiment faire interdire en Europe les OGMs et l’exploitation du gaz de schiste alors que ça ne lui pose aucun problème aux USA?

      L’Europe, première zone économique mondiale, faut-il le rappeler, est la seule à se tirer régulièrement des balles dans tous ses pieds en suivant la voie de la décroissance préconisée par ces crétins utiles.

      1. Nocte

        Il faut dire aussi que l’interventionnisme étatique en Europe permet beaucoup de latitude à ces saloperies d’associations de malfaiteurs.

    2. bob razovski

      C’est exact. Et depuis la mise au ralenti des programmes spatiaux, la nasa a besoin de trouver de l’argent ailleurs.

  5. Hervé

    Sachant que toutes les grandes civilisations se sont écroulées sous leur propres poids à un moment ou à un autre, pas besoin de faire des études pendant 10 ans pour annoncer que ça va se répéter.
    Ensuite, à chaque fois qu’une de ces civilisations a « disparue » (schématisons, après tout on n’est pas à ça près), une autre à pris le relai.
    Une sorte de changement de pôle économico-culturel.
    Rassurons-nous, la France n’étant plus dans le haut du panier depuis un moment, nous ne serons que spectateurs impuissants prenant quelques claques au passage, mais ma foi pas volées, puisque ce n’est pas en flânant le cul à l’air dans les herbes hautes qu’on construit son avenir.

    1. vengeusemasquée

      En l’occurrence, ce serait plutôt le cul à l’air sur la place de la République, festive et citoyenne je pense.

    2. Kuing Yamang

      Hervé « Sachant que toutes les grandes civilisations se sont écroulées sous leur propres poids à un moment ou à un autre… »
      ———–
      Non, elles ne se sont pas « écroulées », elles se sont modifiées, elles sont mutées en d’autres civilisations.

      1. Dr Slump

        Euh, pardon, mais pour la Rome antique, il me semble bien qu’elle s’est plutôt écroulée sous l’action conjuguée de sa décadence et des invasions « barbares ».

        1. Duff

          La chute de l’empire romain est un très bon exemple de décadence : une centaine de jours fériés, niveaux abyssaux d’impôts, protectionnisme etc. Toute ressemblance avec ce qui arrive aux pays occidentaux actuellement n’est nullement fortuite.

          1. Peste et coryza

            Au moyen age aussi…
            Ey à l’antiquité, ça n’empêchait pas certaines régions d’être très productives et très riches (Afrique du nord, orient)

            Vous oubliez un facteur de taille : la productivité misérable, due au manque d’énergie (= ben oui, les moissons à la main, ça fatigue)
            Mais cela est compensé par un cout de la main d’œuvre tout aussi misérable.

            Ce qui a coulé l’empire… ce sont les couts de fonctionnement. Trop d’armée et d’administrateurs, une économie complétement dépendante de l’extérieur.

          1. Théo31

            Tout à fait : les Francs préféraient construire leurs maisons en bois plutôt qu’en pierre comme les Romains car le bois était disponible de suite à moindres frais. Ca explique pourquoi on retrouve les maisons romaines, non celles des Francs.

            De l’autre côté, le peste noire n’a pas fait disparaitre la civilisation médiévale.

            1. Kuing Yamang

              Théo31 « les Francs préféraient construire leurs maisons en bois plutôt qu’en pierre comme les Romains car le bois était disponible de suite à moindres frais.  »
              ————
              Parce que toi tu crois que tous les Romains avaient des belles maisons en pierre ? 😉 Ben non, la plupart des gens vivaient dans des maisons merdiques, seuls les riches (toujours le fameux 1% ^^) pouvaient avoir des maisons en pierre, celles dont ont connait les ruines, mais le ‘peuple’, non. Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas.

          2. Dr Slump

            Je ne suis pas d’accord. On parle bien de « chute de l’empire romain », de « décadence », de défaites militaires, d’invasions, etc. Bien sûr que les gens ne se sont pas évaporés, mais la civilisation romaine dont on parle, avec son fonctionnement politique et social, ses caractéristiques, les qualités et les forces qui ont fait son rayonnement et sa durée, a bel et bien disparu.

            1. Duff

              Hahaha il y a dans le débat un air d’interrogation sur le conservatisme : Soit on laisse tout muer soit on reconnaît que nous sommes tributaires de ce qu’on nous a légué. C’est pour ça que je suis plutôt conservateur et amusé de lire des libéraux centristes attachés à défiscaliser l’héritage tout en nous parlant d’évolution et de mutation de la société à encourager et à suivre… J’y vois une jolie contradiction.

            2. ph11

              C’est qui « on » ?

              L’histoire peut être interprétée de diverses manières.

              Rome s’est « effondrée » parce que son modèle de base était mauvais. Un modèle basé sur l’expansionnisme militariste pour nourrir un peuple d’assistés du fruit des conquêtes et des esclaves, donner du pain et des jeux… Cela finit par aboutir à une fuite en avant de l’expansionnisme : les rentrées augmentent mais les couts aussi, nécessitant à terme plus de rentrées et donc plus de conquêtes. Mais rendements décroissants obliges, il y a un moment où l’expansion s’arrête et recule.
              Les rentrés n’augmentent plus, mais les couts de l’Empire continuent à augmenter.
              La bureaucratie ne se réforme pas, devient de plus en plus lourde, le fisc de l’époque devient de plus en plus oppressant (tortures, etc…) et les peuples accueillent à bras ouverts les francs.
              Sinon, on peut aussi corréler la décadence de l’Empire Romain avec le déclin de l’optimum romain…

            3. gameover

              Duff c’est vrai que ce type d’études semble sous-tendue par : « devenons progressiste (*) de peur de devenir décadent. »

              (*) : progressiste : terme ayant remplacé le mot « socialiste » qui ne fonctionnait pas (le mot hein pas le système).

              Faux ami : Si le progrès remplit le portefeuille des autres c’est du progressisme. S’il ne remplit que celui de ceux qui travaillent c’est du libéralisme.

              Exemple :
              « À la suite de son départ du Parti communiste, dont il fut dix ans le secrétaire général puis le président, Robert Hue créé en 2009 le Mouvement unitaire progressiste (MUP) »

              Les-Progressistes.fr est une un parti politique fondée en septembre 2007 par Éric Besson. (Besson à ne pas confondre avec faux ami).

            4. Peste et coryza

              Vous avez vu la courbe de population de l’empire romain et de Rome ?

              Les gens ne sont pas évaporés : ils sont morts en masse.

          3. Hervé

            Kuing > Personne n’a parlé de « disparition » au sens strict, et lorsque j’ai écrit « disparue » il me semble qu’une parenthèse explicative du terme a été ouverte 😉

        2. Korsor

          Un livre intéressant sur cette invasion barbare, « barbares » d’Alessandro Barbero – non non c’est pas une blague… 😀

      2. Hervé

        Kuing > Elles se sont écroulées, puisqu’elles étaient au top puis au tapis. C’est comme un château de cartes, effectivement tes cartes n’ont pas disparues lorsque le courant d’air fut venu mais ton château n’existe plus. Du coup tu décides de faire un solitaire : les mêmes cartes mais plus le même jeu 😉

  6. Dr Slump

    Ce genre d’études catastrophistes (et catastrophiques) qui reparaissent à intervalles réguliers commencent à me sembler parfaitement calculées. C’est une stratégie: on commence par invoquer des problèmes climatiques, on y rajoute la future pénurie de pétrole (alors que des alternatives techniques de remplacement existent), et toute sorte d’autres menaces potentielles, puis on emballe tout ça dans un package estampillé « fin de civilisation ». Face à ce péril on réclame alors à grands cris la création de comités mondiaux afin que les spécialistes-copains payés par le contribuable globalisé décident des nouvelles règles et lois internationales nécessaires pour le bien de tous les peuples. On exhibe des risques, on joue sur des peurs, on fait passer des hypothèses (des vessies) pour des réalités avérées (des lanternes), on conditionne l’opinion publique et on stérilise la critique, puis on appelle les copains qui arrivent en nombre, installent leur organisation internationale, imposent leurs lois et avancent tranquillement leurs pions vers un gouvernement international, non-élu, non-représentatif, et totalitaire. J’exagère? C’est quoi l’UE? Un gouvernement européen non-élu, non-représentatif, expansionniste, inatteignable et inattaquable du point de vue du citoyen lambda, à tendance totalisante. Si ça marche pour l’Europe, pourquoi n’essaierait-on pas pour le monde?

    1. hussardbleu

      « Civilization, in fact, grows more and more maudlin and hysterical; especially under democracy it tends to degenerate into a mere combat of crazes; the whole aim of practical politics is to keep the populace alarmed (and hence clamorous to be led to safety) by menacing it with an endless series of hobgoblins, most of them imaginary. »

      Mencken, toujours…

  7. Lafayette

    Entre l’oracle de Delphes, les diseuses de bonne aventure, la lecture de l’avenir dans le mare de café et enfin les mauvais présages qui lisent dans les blocs de glace, avouez qu’il y a non seulement une ressemblance mais aussi une continuité.

    Quel dérèglement provoque l’étude du dérèglement ?

    1. Dr Slump

      Pour moi ce concept de « dérèglement » est symptomatique de la « pensée » socialiste, qui croit qu’il peut et doit tout réguler, du climat à la conscience en passant par la consommation électrique de ton frigo.

      Avez-vous remarqué ce que répètent constamment les présentateurs météo dans leur bulletin? Des températures inférieures ou supérieures « aux normales saisonnières » : comme si les températures étaient fixes, régulières, et « normales » ou « anormales ». Le climat obéit certes à des cycles identifiables, mais reste complexe, changeant, et n’est en aucun cas immuable ou « normal ». Normal, c’est une vue de l’esprit, pas une réalité taillée dans le marbre de la toute-puissance de la science, ou du socialisme.

      1. Théo31

        Le socialiste croit à la pensée magique et à l’arrivée d’avions cargos.

        Quant à la climato/météo, c’est d’abord une histoire de pression atmosphérique, pas de températures.

    2. hussardbleu

      « Le plus grand dérèglement de l’esprit, c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet. »

          1. Riguite

            Plus que jamais d’actualité.

            Si notre monde devait s’éteindre, ma joie serait de penser que tous ces abrutis qui nous gouvernent partiraient aussi… Quel soulagement pour la planète !

      1. FaLLaWa

        @ hussardbleu

        En anglais: wishful thinking 🙂

        Sinon ca me fait penser aux « rules » enoncees dans les romans de fantasy d’un auteur que j’adore:
        http://terrygoodkind.com/rules.shtml

        La 1ere c’est: « People are stupid, they will believe a lie because they want it to be true; or they’re afraid it’s true. »

        Dans votre proposition, n’est pas consideree la possibilite que l’on est tendance a croire quelquechose parce que l’on redoute que ce soit vrai, ce qui est un procede puissant de manipulation.

    1. Dr Slump

      Non non, pitié, pas au chômage, cela donnerait lieu à des manifs revendiquant des « droits » supplémentaires à des exceptions, des subventions, des lois aboutissant à encore plus de clientélisme et d’interventionnisme « égalitaire ». Plutôt qu’être mis au chômage, les journalistes doivent être mis au même régime fiscal et législatif que tout le monde, et on doit abolir le fonctionnement clientéliste de l’obtention de la « carte de journaliste ».

  8. Black Mamba

    Dennis Meadows est l’un des auteurs du fameux livre de 1972 « Les limites à la croissance dans un monde fini ». Partant de l’idée de bon sens que la croissance indéfinie est impossible dans un monde fini, les auteurs, un groupe de scientifiques du M.I.T. américain, utilisaient une modélisation des interactions entre ressources, technologie, pollution et population au niveau du monde entier pour tenter de caractériser des « avenirs possibles » du système économique, de la population humaine et de la planète. Leurs résultats les amenèrent à alerter sur le risque qu’en continuant un développement économique sans limite, l’humanité risquait d’épuiser les ressources de la planète et même de dépasser la capacité de la nature à se renouveler elle-même.
    http://mobile.agoravox.fr/actualites/environnement/article/nous-n-y-pouvons-rien-faire-148245

    C’est un lien que j’ai récupéré chez le Contrarien sur le même sujet .

      1. Othello

        C’est de plus complètement crétin, le jour où l’on saura maitriser la fusion, et on s’en rapproche à grand pas (ils viennent aux USA de réaliser une expérience à bilan énergétique excédentaire, en truandant un peu la définition du rendement de l’expérience il est vrai : http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/02/17/fusion-nucleaire-degagement-d-energie-record_4368133_1650684.html), une énorme partie des problèmes liés à la surexploitation des ressources naturelles de la planète disparaitra d’elle-même.

        Enfin c’est vrai qu’il y a 40 ans c’était de la science-fiction, mais raisonner sur le futur sans prendre en compte la possibilité d’une révolution scientifique relève au mieux de la bêtise et au pire de l’escroquerie.

    1. Dr Slump

      Le sujet est complexe, mais il me semble que le risque invoqué est plus dû à l’explosion démographique mondiale. En écologie (la science, pas la tartufferie politicarde), on reconnait que quand la population d’une espèce animale prolifère, cela nuit à l’équilibre de l’écosystème, et engendre des mécanismes naturels qui conduisent à la réduction de cette population, et le retour à un équilibre. Je pense qu’il pourrait arriver la même chose à la population humaine, qui exerce une pression exagérée sur les écosystèmes. Que faire? Imposer un gouvernement mondial? Laisser faire, au risque de laisser se développer famines, guerres d’accès aux ressources, hécatombes démographiques? Ou bien laisser faire, confiants dans les capacités des humains à trouver des solutions dans le futur? Favoriser le développement de techniques, d’innovations, permettant de réduire l’impact des activités humaines sur la nature? Ce n’est pas simple, mais invoquer les risques ne doit pas conduire à se soumettre à encore plus de contrôle des états, dont on connait l’efficacité…

      1. Black Mamba

        D’après Dennis Meadows il est de toute façon déjà trop tard, bon, j’attends la rencontre du troisième type pour partir de la planète :mrgreen:

      2. Nyamba

        Au sujet de la prolifération de l’espèce humaine, il me semble que ce n’est pas tout à fait le cas : la baisse des taux de fécondité nous amènerait gentiment vers une stagnation des effectifs à 9 milliards (de mémoire ; j’avoue n’avoir pas mis à jour ma bibliographie et avec Alzheimer qui me guette, je vais devoir vérifier tout ça). Mais j’imagine du coup un monde du futur peuplé de petits vieux très bêtes qui vivraient très longtemps, ce qui serait absolument choupinou.

        1. Zendog

          @ Nyamba: Surtout que les transhumanistes de chez Google cherchent à faire vivre les gens jusqu’à mille ans grâce aux nanotechnologies, aux biotechnologies, à l’informatique, et aux sciences neurologiques. Ce sera un vrai cauchemar !

        2. Sansintérêt

          C’est l’immigration qui maintient la démographie des pays développés. Il est là le péril apocalyptique : que les humains ne fassent plus assez d’enfants.

    2. gameover

      Croissance infinie dans un monde fini ?

      La finitude n’est que dans les termes utilisés et relève donc d’un esprit étroit, fini.

      Les chasseurs-cueilleurs s’ils avaient eu du temps pour glander auraient certainement convenu qu’au-delà de 50 millions, ça allait être la décroissance.

      1. hussardbleu

        Tiens, je viens de trouver une BD intéressante (1951) : « La Guerre du Feu » par Pellos, d’une fidélité absolue à Rosny… pas comme ce magistrat bordelais d’Annaud…

      2. Sansintérêt

        Les chasseurs-cueilleurs avaient plus de pétrole que nous et n’avaient qu’à ce baisser pour le récupérer. Idem pour le charbon, les minerais, etc.. La seule chose qui distingue leur économie de la nôtre, c’est la connaissance.
        Même quand le prochain James Watt nous offrira un moyen de transformer les cailloux en source d’énergie quasi-illimité, les écolos continueront de prétendre que la croissance est impossible. Tant que la connaissance humaine n’est pas limité, la croissance ne le sera pas non plus. J’ajoute qu’on ne peut être décroissant que si l’on a pas connu la misère.

  9. Dahu

    Je croyais révolue l’époque des tarés voulant modéliser le monde à base d’équations…. Après, on imagine bien que la NASA file du fric dans divers programmes de recherches, et que les zigotos ayant pondu ce papier ont du gratter dans les surplus des financements non attribués pour réclamer leur salaire !

  10. tabbehim

    🙂
    super, des bouts de régressions pseudo linéaire, quelques dérivés, et ils en ont simulé la fin d’une civilisation 🙂

    je ne sais pas quoi dire…. http://tinyurl.com/nblg7om

    bon, déjà, quand dans la conclusion on dit que les sociétés égalitaires et sans élites ne subiront que peu de conséquences vis-à-vis d’un effondrement quelconque (leur postulat ne me parait pas qu’un peu partisan) me parait énorme. mais qu’en une petite dizaine d’équation ils arrivent à prouver quelque chose d’aussi complexe qu’un mouvement de déclin, alors là, chapeau bas ! soit c’est des génie, soit ce sont des charlatans qui ferait mieux de retourner lire les inscriptions de fins des temps maya….

    1. tabbehim

      « As is the case with all independent research, the views and conclusions in the paper are those of the authors alone. NASA does not endorse the paper or its conclusions. »

      héhé, j’avais pas vu ça 🙂
      d’un côté, la NASA est dans les remerciements dans le papelard que H16 a donné ^^

      1. Peste et coryza

        Effectivement…
        – Peut être que certains ont peur de perdre des crédits ?
        – Ou que les auteurs ont fait du forcing pour obtenir une bonne publicité façon souris OGM (rappelez vous, cette étude fr avec des OGM et des souris issues de lignées prédisposées au développement de tumeurs).

  11. Aristarque

    Je n’ arrive pas à comprendre pourquoi la NASA et le Goddard Space Flight Center dont l’ objet social est officiellement l’ astronautique, les voyages spatiaux, etc… peuvent gaspiller de leurs crédits de fonctionnement dans des études non seulement peu sérieuses mais aussi éloignées de leurs préoccupations stipendiées? … N’ y-a-t-il donc personne dans les instances officielles de contrôle, de pilotage pour, au minimum, s’ étonner de pareilles dérives de dépenses dans des directions qui n’ ont rien à voir avec ce pour quoi les budgets sont alloués? Et nos grandes consciences journaleuses d’ en perdre le sujet pour ne retenir que le sensationnel rempli de vacuité? Serait-ce effectivement, comme le suggèrent certains ici, qu’ il faut perpétuer le déversement de pognon gratuit sur ces officines lucratives sans but ? Plaider une disparition de la Terre pour justifier l’ organisation de colonisation d’ autres planètes ou la construction de stations orbitales, façon Etoile Noire ?

    1. Black Mamba

      « Plaider une disparition de la Terre pour justifier l’ organisation de colonisation d’ autres planètes ou la construction de stations orbitales, façon Etoile Noire ?  »
      Les deux, mon capitaine, il faut justifier les futures dépenses. .. et la peur est le meilleur moyen pour contrôler les dépenses :mrgreen:

      1. Black Mamba

        la peur est le meilleur moyen pour contrôler les esprits faibles. ..
        Un bon moyen refaire repartir la consommation et donc la croissance…
        Pourquoi économiser si on doit mourir demain… et on contrôle aussi les naissances, pas la peine d’investir son temps et son argent sur les générations futures… il n’y a plus assez pour nous alors pour eux, pensez vous ma bonne dame …

        1. hussardbleu

          What is not true, as everyone knows, is always immensely more fascinating and satisfying to the vast majority of men than what is true.

    2. Curieux

      Le Goddard Space Flight Center a été dirigé par un certain James Hansen, afficionado de l’annonce (par lui-même) de la fin du monde, réchauffiste militant – c’est lui qui a lancé le mouvement dans son fameux « témoignage » au Congrès en plein été et en ayant coupé la clim… Repris à l’unissons par les écolos et les journalistes. Et voilà.

      1. Zendog

        James Hansen est celui qui a inventé la « fameuse crosse de hockey » supposée montrer l’augmentation rapide de la température. C’était une grande arnaque bien sûr et les réchauffistes ont finalement dû l’abandonner.

  12. Karamba!

    Théorie avérée. La civilisation industrielle moderne française est déjà effondrée puisqu’on a démantelé toutes nos grosses usines. Nous avons déjà fait le choix des bisounours, qui est de transformer notre civilisation en société du loisir avec plein de touristes chômeurs voués à mourir de faim à l’entrée de Disneyland Paris faute de pouvoir payer le billet d’entrée…

  13. val

    Annoncer la fin du monde a toujours fait vendre, c est vieux comme le monde, le marronnier le +vieux de l humanité. Rien de neuf sous le soleil.

  14. BenOui

    Il n’y a pas besoin de Maths pour comprendre que notre présence sur terre est improbable à plus 0,0000001 %! Et pourtant, nous sommes bien là depuis quelques millénaires !!

    Si si, même les bobos, qui doivent pulvériser les records d’improbabilités. Mais ils ont la triche avec eux.

    1. gameover

      « …improbable à plus 0,0000001 %…. » avec 2 bras et 2 jambes et autant de probabilités avec une distribution des organes différents et donc en final une queue de dsitribution qui fait qu’on avait peut-être plus ou autant de chances d’exister que de ne pas exister.

      Les longues queues sont à la base de la création de sociétés comme Apple, eBay, Google et surtout Amazon : Quelle probabilité qu’un concept fonctionne en fondant son modèle économique en distribuant 7 exemplaires d’un même livre par an ? 7/7,000,0000,000 = 0.000000001%

      1. BenOui

        Hello Gameover ,

        La longue traîne, encore un phénomène qui bouscule la compréhension du politique dans l’évolution des données informatiques. Droite un jour, gauche toujours… D’y voir une longue queue à la traîne, cela ne fait aucun doute 🙂

        1. BenOui

          Bonsoir, hussardbleu.

          « Les Queues de Kallinaos ? »

          De l’avoir devant ou derrière ne change même pas la proba de l’avoir dans le baba, c’est dire…

  15. labolisbiotifool

     » fin de civilisation quelque part dans quelques années, avec pertes et fracas, et de préférable irréversible,  » ce serait pas
     » de préférence  » une fois ?
    Cette  » étude  » a été reprise par un nombre effarant de sites
    à cause de l ‘ étiquette Nasa ( Naza pour les conspis ) .
    L ‘ argument d ‘ autorité ? S ‘ appliquant à cette agence , ça fait
    doucement rigoler : )

  16. Cyrille

    Rien de nouveau depuis Malthus, en somme… Et puis c’est quoi une ressource naturelle ? Les ressources dites naturelles n’ont de valeur que par ce que l’intelligence humaine est capable d’en faire. Plus il y a d’hommes capables de penser et d’échanger librement et plus il y a de richesses créées.

  17. calc80

    Pour revenir à l’étude, objet du billet, tout est question de point de vue.
    J’affirme ici que d’ici, dans quelques dizaines d’années, si, si, ce sera la FIN dU MONDE… pour moi. Vieillesse oblige. Pas besoin d’étude, de journaleux, de la NASA pour le savoir.
    C’est écrit dans mes gènes.
    Il y a longtemps de cela, étudiant, j’ai tenté d’analyser cette fatalité. Une absorption hydro-alcoolique à base de raisin m’y a bien aidé.
    Plus tard, j’ai pris conscience de cette inéluctable fatalité un matin, où, entrant dans ma salle de bain, je me suis surpris à dire bonjour au type dans le miroir, me demandant ce qu’il foutait chez moi.

    Changeons le titre : La fin du monde dans quelques décennies, c’est NASe.

    Restons optimiste : tant qu’il y aura des Etudes Journalistiques sur Nos Lendemains Enchantés ou de Géniaux Pipolitiques Super Doués, H16 continuera à nous alimenter avec joie, pour notre bonheur à tous.

  18. calc80

    Ça alors ! plus personne ne commente H16 !?
    Ben, où êtes-vous ?
    C’est vrai, il est passé 20h, soir d’élection.
    Personne ne vote mais tout le monde est devant sa télé…

    1. Black Mamba

      C’est dimanche , le jour du Seigneur. On a le droit à un peu de repos.
      Je visionnais Total Recall 2012. :mrgreen: il y avait des hommes qui portait des masques à gaz .

  19. tmtisfree

    NASA Clarifies Its Role in Civilization-Collapse Study

    NASA officials released this statement on the study today (March 20): « A soon-to-be published research paper, ‘Human and Nature Dynamics (HANDY): Modeling Inequality and Use of Resources in the Collapse or Sustainability of Societies’ by University of Maryland researchers Safa Motesharrei and Eugenia Kalnay, and University of Minnesota’s Jorge Rivas, was not solicited, directed or reviewed by NASA. It is an independent study by the university researchers utilizing research tools developed for a separate NASA activity. As is the case with all independent research, the views and conclusions in the paper are those of the authors alone. NASA does not endorse the paper or its conclusions. »

    http://www.space.com/25160-nasa-statement-civilization-collapse-study.html

  20. Calvin

    Merci pour ce billet que je trouve en revenant de WE, loin de tout bureau de vote.
    Oui, la force des modèles dits prédictifs, mais qui restent en panne, des formules magnifiques mais periplaquistes, a encore frappé.
    Et ce qui est derrière tout cela, c’est la volonté, encore une fois de s’appuyer sur un argument d’autorité pour imposer « un changement comportemental », sinon « c’est trop tard ».
    Pauvre science, dévoyée à ce point. Par des gens qui ne se sont pas posé la première question : une civilisation, quelle qu’elle soit, a-t-elle les moyens pour apprécier sa propre fin ?

  21. La Coupe Est Pleine

    « Et ce qui est derrière tout cela, c’est la volonté, encore une fois de s’appuyer sur un argument d’autorité pour imposer « un changement comportemental », sinon « c’est trop tard ». »

    => Ce qui est génial c’est qu’une fois de plus les pastèques millénaristes et malthusiens ont réussi le coup de maître !
    Arriver à fabriquer une évidence acceptée par tous, à partir de simples approximations bidons. Comment ont-ils réussi à impliquer des fonds de la NASA dans une foutaise de cette espèce ?

    Comment un symposium de l’écosystème planétaire du BIO à pu se tenir dans les locaux de l’ONU, pour donner vie à une légende immortelle : « Oui l’agri-BIO peut nourrir la planète, et c’est l’ONU qui le dit » ….. Comment font-ils pour relever de pareils défis de communication ?

    Donc partant de là, maintenant que la caisse de résonance a commencé à raisonner …. vous aurez beau vous débattre en explications rationnelles, références historiques, démonstrations scientifiquement prouvées …. rien à faire ! Désormais : « La NASA a prévu la fin du monde capitaliste ! »

    C’est consternant, mais c’est irréversible !

    C’est hallucinant de voir comment ce genre de choses montées en épingles arrivent à tenir debout !
    J’espère vivre assez longtemps pour connaitre le fin mot de toute cette machination. Il est désormais clair que quelque chose tire les ficelles. Tous les GreenPeace, FOE, et autre MMR, ne sont que les marionnettes d’un jeu de scène bien rodé …

  22. dede

    « sérieusement, dire qu’on commence avec y(0) = 1.0 x 10E+2 loups au lieu de dire 100 loups , c’est poétique, vous ne trouvez pas ? »

    Nom d’un p’tit bonhomme! Soyez precis, H16 : y(0), ce sont les lapins et il y en a 1000! les loups, c’est x(0)…

  23. ph11

    Ça y est, la fin du maooooonde va arriver ! (encore une fois)
    L’homme est coupaaaable, parce qu’il ose exister et qu’il pèche dans le kapitalimse.
    Qu’il se repente éternellement dans la souffrance, le sacrifice, renonce à toute élévation, se contente de paier la dime des prêtres de l’Eglise de l’escrologie et finance la construction de cathédrales avec hachoirs géants !

    Avec de telles thématiques religieuses aussi prononcées dans ces théories, comment peut-on encore appeler ça de la science ?

  24. FaLLaWa

    Excellent article H16! Vous vous etes surpassé! Je savoure encore vos tournures de phrase et assemblages insolites de mots 🙂

    Vous expliquez fort bien le problème de la mathématisation à outrance des problématiques économiques. Vous auriez je pense pu élargir en conclusion sur les modèles mathematiques faux (car hypotheses irrealistes bien que le modele soit coherent mathematiquement) qui font « consensus » actuellement (exemple l’aberration de la concurrence pure et parfaite qui etait encore enseignee qd jetais en ecole en 2007, qqn sait si ca l’est toujours?).

    Mes respects 🙂

  25. JF

    Un modèle mathématique qui prévoit l’évolution d’une civilisation, ça me fait penser à la psychohistoire de Asimov, c’est de la science-fiction !

  26. Peste et coryza

    Comme je le disais sur Contrepoint, peu importe que les gus ont été sérieux ou sont juste partis à la course aux crédits.

    Ce genre de rapports montre que ça commence à paniquer dans les hautes sphères, sinon personne ne se donnerait la peine de financer ce genre d’études.

  27. Stalker

    … des « élites » d’un côté, des « roturiers » de l’autre, et une exploitation des premiers par les seconds …

    Malheureusement , je crains que ce ne soit le contraire (i.e. il me semble que le sens de l’exploitation est inverse)

    Serait-ce là une sorte d’acte manqué M. H16 ?

  28. Sansintérêt

    Toute la question est de savoir si un décroissant court plus vite qu’un lion.
    Et si il va pleuvoir le 23 janvier 2745 (ce qui expliquerait que le Front de Gauche ne soit pas en tête à ce moment là selon les modèles). C’est embêtant la dérégulation climatique, ça oblige à ré-réglementer les modèles.

  29. gameover

    Il semblerait en fait que celui qui a fait l’étude a bénéficié d’une bourse de la NASA.

    La façon dont on est parti de:

    « une étude ayant bénéficié d’une bourse partielle de la NASA : la civilisation industrielle en route pour un effondrement irréversible ? »

    pour arriver à :

    « LA NASA ANNONCE LA FIN DU MONDE  »

    Pour qu’enfin la NASA déclare :

    « Les travaux […] n’ont été ni réalisés à la demande de la NASA, ni dirigés par les NASA, ni révisés par la NASA. C’est une étude indépendante menée par les chercheurs de l’université en utilisant des outils de recherche développés pour une activité distincte de la NASA. […] La NASA n’endosse pas la responsabilité de ce papier ni de ses conclusions.  »

    est joliment décrite sur ce site qui envoie du babybel…

    http://www.klaire.fr/2014/04/02/nasa/

    Une spéciale dédicace pour l’image :

    http://www.klaire.fr/wp-content/uploads/2014/04/MOURIR.gif

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.