Une écologie cohérente

J’en ai eu assez de lutter. L’écologie étant partout, et comme était évidente sa nature intrinsèquement bonne et humaniste, je me suis décidé, d’un coup d’un seul, à embrasser autant que je le pouvais cette nouvelle Religion de Paix, d’Amour et de Dépollution Carbonée.

Mon engagement n’est pas feint : je multiplie les gestes écolos !

Ainsi, je prends tous les jours mon vélo pour aller travailler. Avec l’habitude, il ne me faut plus que deux minutes pour le rentrer dans mon coffre de voiture. Elle était jadis à essence, mais comme cela produit trop de CO2, je suis passé au gasoil. Bien sûr, cela fait plein de microparticules et maintenant que tout le monde a suivi mon chemin, grâce au tabassage taxatoire permanent de l’essence, ceci provoque un peu de pollution atmosphérique. Alors je compte repasser bien vite à l’essence lorsque les autorités jugeront cela nécessaire. Mon apostolat écologiste est à ce prix : je sais qu’elles ont toujours raison et tout bien planifié. Par exemple, en introduisant un sévère malus sur les véhicules polluant, le gouvernement m’a clairement indiqué que les voitures françaises, fort peu écologiques, ne méritaient pas mon achat. J’ai opté pour une Allemande : avec le bonus écologique, je m’en sors mieux qu’avec ces monstres carbonogènes français.

J’ai commencé à trier méticuleusement mes poubelles. Fini ce temps idiot où je déposais mes cochonneries dans un sac plastique unique qui était incinéré pour produire de l’électricité. À présent, je les répartis dans une demi-douzaine de sacs plastiques de différentes teintes. Cette multiplication d’emballages plastiques colorés est judicieuse puisqu’elle permet enfin de mettre à profit les quantités industrielles de film plastique qu’on produit tous les jours. Pour faire des sacs. Et puis, elle est fort pratique puisque cela permet par exemple à un gros camion poubelle de récupérer les vieux papiers dont je me débarrasse. Et quelle meilleure idée écologique que de cramer 50 litres au 100 dans un camion benne pour ramasser, éparpillés dans toute la ville, des gros sacs plastiques pleins de papier à recycler ?

ecology save a tree eat a beaver

À présent, ma maison rutile avec ses lampes « basse consommation » réparties dans toutes les pièces et qui produisent une douce lumière. Ne vous inquiétez pas ! J’ai un sac plastique spécifique pour jeter ces coûteuses lampes lorsqu’elles arriveront (rapidement) en fin de vie. Il ne faudrait pas que les métaux lourds, les gaz rares et les substances toxiques qui les composent soient relâchées dans la nature. Heureusement, on a su se débarrasser des vilaines ampoules Edison, ces horreurs polluantes qui ne produisaient que de la lumière, de la chaleur et un tout petit peu de dioxyde de carbone, ce gaz dont les plantes se nourrissent et qui provoque le réchauffement climatique qu’on n’observe plus depuis 17 ans.

Avec ces ampoules pleines de mercure, ma consommation n’a guère baissé mais peu importe : pour les alimenter, j’ai mis des panneaux solaires partout sur la toiture. Les terres rares dont ils sont composés, et qui ont probablement intoxiqué quelques imprudents Chinois à l’autre bout du monde, ne m’inquiètent pas : j’ai, là encore, un sac plastique spécifique. Je sais que les rendements catastrophiques ne me permettent pas l’indépendance énergétique tant souhaitée pour alléger mes factures. Mais ce n’est pas grave : le contribuable est un bon ami qui me paye de fortes sommes pour racheter mon électricité quand, en même temps que des millions d’autres petits producteurs, je revends mon surcroît d’énergie.

Et vous allez aimer : l’écologie passe aussi dans mon éolienne qui, avec ses jolies hélices blanches, fait honneur à Gaïa en décapitant l’occasionnel oiseau de proie et en fournissant cette électricité qui fait tant défaut à notre pays, surtout quand le vent souffle un peu (au printemps et en automne, c’est-à-dire au moment où j’ai le moins besoin d’électricité). Là encore, le contribuable, un ami très cher, m’aide bien dans cette démarche d’éco-conscientisation qui fait du bien à mon patrimoine financier.

Tant et si bien que j’ai voulu investir, dans l’immobilier qui, m’a-t-on dit, ne baisse jamais. Mais attention : je ne voulais pas froisser Gaïa et là encore, j’ai bien suivi les recommandations et les obligations légales sur le bâti qui m’intéressait. J’ai consulté, j’ai évalué toutes les normes qu’il fallait remplir. J’ai bien compris qu’une maison, de nos jours, ne pouvait plus se permettre d’être un gouffre énergétique dispendieux avec des trous partout, véritable orgie polluante en puissance. Je ne voulais pas repeindre mon investissement du sang de ces petits oursons polaires massacrés par le gaspillage énergétique qu’une maison mal isolée entraînerait à coup sûr. Cependant, j’ai fait mes comptes : avec ces contraintes, je n’avais pas encore vendu assez d’électricité à l’État pour remplir toutes les conditions d’un immobilier éco-irréprochable. J’ai préféré remettre à bien plus tard cet achat délicat. L’immobilier écologique va bien de toute façon, il n’a pas besoin de moi pour offrir, tous les jours, de somptueuses résidences aux milliers de Français qui en recherchent. Et tant pis pour l’emploi, l’écologie passe avant tout, non ?

nature is not always perfect

Maintenant, j’attends sereinement l’avenir, qui sera plein de bonnes surprises. Il y a vingt ans, on pouvait encore être inquiet devant les menaces climatiques du futur et trembler à l’idée qu’on manquerait peut-être d’énergie. Mais de nos jours, comment douter qu’on détient vraiment LA solution avec toutes ces taxes et toutes ces contraintes légales ? Comment douter qu’en interdisant enfin l’exploitation des gaz de schiste, du nucléaire, du charbon, du pétrole et de l’hydro-électrique qui défigure nos vallées, on allait diriger intelligemment les investissements d’avenir vers les vraies bonnes solutions ? Bien sûr qu’avec les malus écologiques et une sévère taxe carbone, qu’avec des éoliennes et des panneaux solaires, le réchauffement climatique sera empêché, et que l’écologie vaincra !
—-
Ce billet a servi de chronique pour les Enquêtes du Contribuable

J'accepte les Bitcoins !

1M1SXu1yPRuaXvfAi7LjEcGzGmV9XAWcis

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires40

  1. Paroxystique

    Bon retour pour une rentrée qui s’annonce déjà croustillante en Fraonce… Les dossiers politicomiques s’amoncellent !

  2. carpe diem

    Bon retour h16.
    pour ma part, je vais rouler plein pot dans ma vieille zx diesel de 301000 kms année 1992, voiture de collection bien sûr. Demain, je brûlerai des branches dans mon jardin en faisant une belle fumée, c’est interdit je sais, mais j’em……… le totalitarisme vert. Près de chez moi, il y a 5 éoliennes, le mec qui assure la maintenance, arbore fièrement le logo « énercon » sur son camion, ça ne s’invente pas. Bon Dimanche.

    1. Théo31

      Idem pour moi. Demain autoroute a fond les ballons avec ma vieille 205 essence pour aller tailler des haies avec un appareil thermique et brûler les chutes afin de faire un doigt d’honneur magistral à tous ces enculés de fachauds verdâtres.

  3. Calvin

    Tricheur ! Déjà lu sur Contrepoints cette semaine.
    Bon retour chez les fous.

    C’est vrai que Ségolène nous mitonne une écologie rétrograde tandis que les autres dirigeants européens en sont à douter.
    CPEF.

    1. channy

      Moi j attends toujours que la dingo du poitou s occupe du pouvoir d achat en rétablissant les cabines téléphoniques à pièces comme elle avait promis de le faire en 1993
      Sur les sacs en plastique on se rappellera les hurlements des écolos quand Leclerc avait décidé de ne plus en distribuer gratos aux caisses..car le sac en plastique c était super pratique pour les courses et on le recyclait en sac poubelle à la maison.

  4. Quiet Desperation

    Voui, voui… malgré le pénible troisième degré, on sent bien le Libéral qui se prépare à trahir pour un plat de lentilles vertes, comme Esaü…

    A propos d’Esaü, au demeurant, je trouve personnellement que la ch’tite photo « Nature is not always perfect », n’est-ce pas, ça fait un peu affiche antisioniste… genre Pr. Montandon

    Je savais bien que du Kamtchatka, il serait difficile de revenir intact…

  5. turlututu

    Bon c’est vrai c’est du recyclé (d’aucun l’avaient même accusé de travailler au black durant les vacances) mais cela ne fait que renforcer le nouvel engagement en vert et contre tous de H16. Il devrait d’ailleurs se précipiter chez le liquidateur de MIA qui pourra lui faire un bon prix sur les bagnoles de l’autre folle du poitou !

  6. Higgins

    Une petite bouffée d’oxygène (que j’avais lue sur Contrepoints), qui plus est d’excellente facture. Merci, le besoin devenant crucial.
    Vivement le prochain billet.

  7. Aristarque

    Finalement, l’ écologie active, c’est la production intensive de sacs plastiques de tous les genres et couleurs…
    Tout ça pour ça, finalement est ce que cela valait la peine de tout ce tralala… ;)

  8. Nyamba

    Billet déjà dévoré en effet, il y a quelques jours… mais demeurant un plaisir à la lecture.
    Merci, et bonne reprise, M. Hash ! :)

  9. Nachu

    le contribuable est un bon ami qui me paye de fortes sommes pour racheter mon électricité quand, en même temps que des millions d’autres petits producteurs, je revends mon surcroît d’énergie.
    Vous avez mal compris,il n’est pas question de revendre votre surcroît d’énergie,mais TOUTE votre production.
    EDF vous l’achètera 27,37c€ (intégration au bâti) le kw,ou 13,96c€(intégration simplifiée au bâti) le kw.
    De votre côté,vous achèterez à EDf le kw 6,10c€ en heures creuses et 9,98 en heures pleines.
    La différence sera prise en charge par les clients d’EDF,rubrique CSPE sur votre facture.

    1. Kekoresin

      Je revends 0.59 reuro, ayant installé mes panneaux au temps de la fête du slip et du sirop de grenelle.

      Merci aux autres de payer plus cher leur pour mon enrichissement personnel!

      Merci Bercy, merci la Chine, merci les verts, merci le soleil…

  10. Kekoresin

    On sent la dure réalité rattraper le vacancier! C’était comment tes vacances au Groenland? Ha bon, il a disparu? Moi qui voulais des chaussures en bébé phoque pour cet hiver! Ha bon, y’a plus d’hiver non plus! Autant (au temps, ô-tan, haut tend – demandons au Hussard) pour moi, je me contenterai d’un T-shirt et d’un sac poubelle en cas de pluie. Pour l’éclairage, de la graisse de baleine fera l’affaire, de toute façon, elles vont toutes mourir, hachées menu par les hydroliennes :)
    Pour le recyclage des ampoules du diable, je suggère un bombardement massif de la préfecture la plus proche histoire d’intoxiquer au mercure nos trop nombreux grattes cul de fonctionnaires territoriaux! Encore que, vu le prix de ces saloperies on aurait plus vite fait de balancer les bons vieux thermomètres/baromètres qui traînent chez mémé récemment DCD d’une violente et culpabilisante canicule carbonique.

    Bon retour parmi nous. Les prisonniers de l’état français, les forçats des cotisations obligatoires et des financement de coûteux plans quinquénaux d’un an te saluent.

  11. Lafayette

    Moi ce que j’aime dans le vélo écolo, c’est qu’il coûte en essence plus de kilomètre qu’il n’en parcourra jamais dans tout sa vie.

    Vive le sport avec deux pédales !

  12. JF

    Pour ce qui est du recyclage, je trouve l’argument du camion de ramassage un peu court…Si vous avez des articles chiffrés avec comparaison production / recyclage je suis preneur. A ce que j’ai pu lire, ça dépend beaucoup du matériau recyclé mais par exemple pour l’aluminium (recyclable à l’infini ou presque), on dépense beaucoup moins d’énergie à le recycler qu’à en produire depuis du minerai, je n’ai malheureusement pas le temps de chercher des articles pour argumenter…Et puis l’aluminium ça brûle mal en incinérateur :D Je suis d’accord qu’il y a beaucoup de clichés dans l’écologie mais attention aussi aux clichés anti-écolo…

  13. gameover

    Consternant : un nouvel âge géologique inventé pour identifier le passage dévastateur de l’homme sur Terre.

    Au passage on notera que la thèse de la disparition des dinosaures à cause d’un astéroïde est validée.

    Et tout ça validé par la revue Sciences… on sait maintenant où sont les 50 kilos de coke disparus à la brigade des stups.

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/08/03/01008-20140803ARTFIG00103–l-action-de-l-homme-equivaut-a-celle-de-l-asteroide-qui-a-mis-fin-aux-dinosaures.php

  14. Karamba!

    Autrefois on hospitalisait les personnes atteintes de troubles mentaux. Désormais on tient compte de leurs élucubrations pour fixer notre politique énergétique pour les décennies à venir…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)