Sommet climatique : le Monde nous propose une petite vidéo mensongère

La France est riche et François Hollande entend bien le faire savoir au reste du monde, en lui faisant verser un milliard d’euros contre le réchauffement climatique, paf, comme ça, cash, parce qu’il est généreux, le père François. C’est au lancement du Sommet pour le Climat à New-York que le très charitable Chef de l’État a fait cette annonce fracassante (pour les finances publiques), alors que tout indique pourtant que ce sommet sera un fiasco mou. Pourtant, tout a été fait pour sensibiliser lourdement les masses bêlantes de citoyens écoconscients.

Tenez, prenez la dernière vidéo du Monde sur le sujet. C’est une de ces petites vidéos dont l’organe de presse se fend régulièrement, avec ce petit côté propagandiste léger comme un loukoum plongé dans un baril d’huile de vidange, qui donne tout son sens aux subventions versées par millions pour compenser le manque chronique de lectorat. On se rappelle en effet d’une précédente édition qui tentait de nous présenter l’économie de la Culture et qui se transformait en ouragan de facepalms dévastateurs.

Foucart et Huet, triples & volaillesEt donc cette fois-ci, la fine équipe de barbouilleurs vidéos du Monde, fièrement aidée d’un Stéphane Foucart toujours aussi consciencieusement à côté de la plaque, réalise l’exploit de renouveler leur performance consternante en se penchant sur le sujet du réchauffement climatique. Seul souci : sur les quatre minutes de vidéo, il ne s’en passe pas une sans que l’une ou l’autre affirmation péremptoire vienne heurter le crépi douloureux de la réalité de plein fouet, fesses nues en avant. C’est, véritablement, une festival de matraquage écologiste à la petite semaine, où tous les poncifs du genre sont agglutinés pour tenir dans le format indigent des quatre minutes d’une vidéo pour le web, telle une enfilade de perles anti-scientifiques formant au final un magnifique collier de nouilles réchauffiste.

Et quand je dis qu’il ne s’écoule pas une minute sans une contre-vérité navrante, il suffit d’écouter les 10 premières secondes pour s’en rendre compte, puisque la vidéo commence son voyage inter-sidérant par, je cite :

« 97% des scientifiques travaillant sur le changement climatique estiment que la Terre se réchauffe en raison des activités humaines. »

al gore climate changePatatras, ça commence très mal. Et pendant que retombe doucement la peau de banane sur laquelle vient de glisser l’équipe du Monde, Foucart en tête, rappelons à toutes fins utiles que ce fameux taux de 97% est une parfaite foutaise. En réalité, comme le dissèque David Friedman dans un article que ni Foucart, ni la plupart des fervents réchauffistes n’ont lu ou même étudié, le taux provient d’une analyse particulièrement large (pour ne pas dire grossière), sur un ensemble de papiers scientifiques déjà assez mal qualifié. En outre, ce 97% ne veut à peu près rien dire puisque pour rappel, la science n’est jamais une affaire ni de majorité, ni de consensus, mais de théories, réfutables, de faits et d’expériences reproductibles. Or, en face de ces prétendues pléthores de scientifiques qui seraient tous d’accords avec a/ le fait que la Terre se réchauffe et que b/ ce serait en raison des activités humaines, on trouve une autre grosse palanquée de scientifiques (plusieurs dizaines de milliers) qui n’acquiescent pas soit à a/, soit à b/, soit au deux. Tant pour le 97% que pour le consensus, on repassera donc.

Bien évidemment, le reste de la vidéo est à l’avenant. Il serait longuet de revenir sur toutes les torsions de faits qu’elle rassemble, mais on doit cependant évoquer, au moins en passant, l’effet de serre, phénomène physique qu’elle décrit avec aplomb… alors que c’est, comme beaucoup de phénomènes physiques complexes liés au climat, encore un domaine largement ouvert au débat. Il est dès lors atterrant de constater que la vidéo, comme tout le discours écologique actuel, passe toute prétention de scientificité par la fenêtre et ne se concentre plus que sur le seul CO2, oubliant par exemple la vapeur d’eau alors qu’il en serait, selon les tenants de ce fameux effet de serre, son principal contributeur.

Et c’est vers la quarantième seconde de purée vidéographique rigolote qu’on apprend, au sujet de l’effet de serre, que « c’est justement cette mécanique que l’Homme a déréglée ». Moui, bon sauf que justement, alors même que le reste est ouvert à débat, l’affirmation que l’Humanité aurait déréglé quelque chose est elle-même le point principal de la controverse. Ici, pour Foucart et sa brochette d’intermittents de la science, « Science is settled« , et il n’y a donc pas besoin d’y revenir : déforestation (mais pourquoi la Terre reverdit-elle, alors ?) et agriculture intensive sont des causes évidentes, point, n’en parlons plus.

Dès lors, le reste est du velours. Partant de la certitude que l’effet de serre fonctionne bien comme la vidéo le croit, partant du principe que le CO2 est le principal coupable, partant de l’idée affirmée avec force que l’Homme est responsable, on peut sans sourciller balancer, entre deux rots qu’on pourra faire passer pour une vérité scientifique :

« Ces gaz à effet de serre s’accumulent et atteignent des niveaux record »

Drôle de record, parce que selon les études géologiques longues, les taux observés actuellement sont franchement pépères. Pour mémoire, si nous atteignons actuellement 400 parties par million de CO2 dans notre atmosphère, l’activité proutogène (ou industrielle, allez savoir) des dinosaures du Crétacé (1700 ppm) ou du Jurassique (1950 ppm) devrait rétrospectivement nous terrifier, ou, plus logiquement, nous rassurer : nous avons encore de la marge, et compte tenu de la santé pétulante des dinosaures de l’époque, on peut raisonnablement admettre que même en multipliant la quantité de CO2 dans l’atmosphère par deux ou trois, on resterait très sage par rapport à nos lointains ancêtres.

taux co2 geologique
Au passage (vers 1:10), je note rapidement les petits dessins illustrant, dans la vidéo, l’effroyable passage de 270 ppm de CO2 au début du siècle au taux actuellement observé de 400 ppm, qui donne ceci :

video lemonde - petite escroquerie au passage

La représentation, jusque là aimablement croquignolette, passe dans le domaine du farfelu, sachant que, tout bien considéré, passer de 270 à 400 devrait plutôt donner ceci :

video lemonde - sans la petite escroquerie

Conséquence de cette (énhaurme) hausse pour la fière équipe de propagandiste du Monde ? Les températures ont déjà augmenté de 0.8°C depuis le début du siècle (sauf sur les dix-sept dernières années où les températures ont refusé de monter, selon le GIEC lui-même, zut alors), et les épisodes caniculaires sont plus fréquents (même si aucune preuve ne vient étayer cette affirmation). Et si l’on part de l’hypothèse tout à fait réaliste d’un doublement de la concentration de CO2 d’ici 2100 (date pratique puisque tout ceux qui ont fait la vidéo et ceux qui l’écoutent seront vraisemblablement morts ou n’en auront plus rien à faire), alors la température augmentera dans une fourchette de 1.5° à 4.5°. Admirez à la fois la précision diabolique (au demi-degré près), la minceur de la fenêtre (3 gros degrés joufflus), et la date de la prévision (plus de 80 années dans le futur). Pas de doute, la climatofumisterie a encore de beaux jours devant elle.

Ce n’est malheureusement pas la seule conséquence de tout ce méchant CO2 rejeté dans l’air : à ces températures subitement élevées, il faudra ajouter la montée irrémédiable des océans à cause de la fonte … des banquises (diable, même les banquises sont mises à contribution dans ce foutoir !), des glaciers et des calottes polaires, ce qui est évidemment une catastrophe parce que tout le monde sait que le froid et l’eau gelée, c’est bien plus agréable à la vie comme en atteste la faune et la flore luxuriante des pôles. Mais bon, d’un autre côté, rassurez-vous : si le niveau des océans monte (peut-être), en tout cas, il ne le fait pas autour des îles. Ouf. C’est déjà ça. Ça explique sans doute l’absence joyeuse de millions de réfugiés climatiques pourtant garantis sur facture par l’ONU au début du siècle.

Pignouferies de presse

Et puis ces catastrophes (températures élevées, hausse des océans, Noé qui n’a toujours pas fini son arche pour des raisons de paperasserie administrative, etc…), il faudra bien sûr ajouter l’inénarrable acidification des océans (dont les effets sont inconnus mais forcément néfastes avec plein de conditionnels lourds de menace) qui tue les coraux, les ours et les manchots, et l’augmentation des méchantes sécheresses que n’expliquent pas ce satané reverdissement de certaines parties du Sahara, mais baste, si on devait s’encombrer de faits et de réalité, cette vidéo n’aurait plus ni queue.

Après presque quatre minutes de navrantes affirmations du même acabit douteux, la vidéo rend les armes sur un avenir sombre dépeuplé des espèces animales, marines ou non, détruites par cette méchante humanité qui pollue à coup de CO2. Et alors que le Président vient d’engouffrer un milliard virtuel dans une lutte climatique de plus en plus absurde, Le Monde, phare moderne de la pensée francophone, continue son devoir messianique de propagande climato-alarmiste en proposant ce genre de vidéos.

Joie ! L’argent du contribuable a été bien dépensé et les subventions continueront donc à tomber.

valls au bord du suicide

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires235

  1. lxy

    Le Monde a raison. Enfin quoi notre monde serait vachement plus sympa si la banquise ne fondait pas, si nos côtes restaient à leur place, si il n’y avait plus d’industries qui polluent, de guerres, de maladies, de misére, de légumes qui n’ont plus de goût, si tout lemonde était heureux, joyeux, bien logé dans des villes agréables sans voitures, sans Co2, et que surtout la température ne change plus et qu’elle reste à tout jamais la même qu’ aujourd’hui. Le rêve !

  2. Pat

    Quand je pense à tous ces pays qui se décarcassent pour conserver ces îles presque disparues, la Guadeloupe, la Martinique, les Malouines, Hawaï… Dépêchons d’y prendre des photos souvenirs pour nos enfants qui ne les connaîtront jamais. C’est trop triste.

  3. denise paucher

    Résumons: Selon d’éminents scientifiques ,il y a eu 10 glaciations ce qui signifie qu’il y eu 10 réchauffements. Le dernier se situerait (environ) à la période de la venue de l’Homo sapiens sapiens. Conclusion: Le réchauffement climatique et l’élévation du taux de CO2 est dû aux activités
    industrielles de Pappy Cro-magnon . Ne cherchez plus le coupable. Commençons sans plus tarder son procès .

  4. John

    Attention à ce genre de message erroné.

    Oui la pCO2 a déjà dépassé les 400 ppm mais sous un autre climat et un tout autre environnement, il ne reste que très peu de survivant de ces époques….. Mais ca ici on en parle pas ? C’est pas sérieux.

    C’est le plus souvent les modifications du climats qui sont à l’origine des extinctions, et depuis 400 Ma, des extinctions massives il y en a eu beaucoup (Devonien Carbonifère, Permien Trias, Trias Jurrasique…. etc…)

    Il faut arrêter de croire aux théories de conspirations….. si 97 % des scientifiques donnent ces infos, c’est vrai. Il n’y a pas de coalition démoniaque dans le but de volez votre argent (en plus bcp de travaux du GIEC sont fait pas des chercheurs bénévoles).

    Les chercheurs ne sont pas des pigeons ayant subit un lavage de cerveau, s’il n’y avait pas de risque, il n’y aurait pas un tel consensus.

    1.  » si 97 % des scientifiques donnent ces infos, c’est vrai. »
      Mais justement. Il n’y a pas ce consensus, il y a en outre 37.000 scientifiques qui ne sont pas d’accord et l’ont dit, et ces 97% sortent bien d’un chapeau. Vous avez lu les liens ou vous débarquez juste pour le fun ?

  5. chris

    un cours pour former les apôtres du réchauffement avec package argumentaire à destination des sceptiques : https://www.edx.org/course/uqx/uqx-denial101x-making-sense-climate-4371#.VCnI0ucVdxU

    … you’ll learn the critical thinking needed to identify the fallacies associated with the myth. Finally, armed with all this knowledge, you’ll learn the psychology of misinformation. This will equip you to effectively respond to climate misinformation and debunk myths…ouaf !

  6. Capitaine Haddock

    Une image qui en dit long.

    Merci pour cet article et tout particulièrement pour avoir eu l’œil avisé au point de déceler la supercherie jusque dans l’image des erlenmeyers (<- ce mot la j'ai du le chercher). En effet, j'ai beau m'intéresser à tout il faut bien admettre que je suis spécialiste en rien et face à un argumentaire trop technique je ne puis que constater mon incompétence à juger.
    Je ne peux pas juger mais j'ai besoin d'une opinion, je veux connaitre la vérité ou tout du moins m'en approcher. Malheureusement, sans certaines compétences c'est impossible à moins qu'un blogueur attentif mette le doigt sur un point qui me permette de déceler le vrai du faux et c'est justement le cas de cette image. Je suis parfaitement à même de juger si oui ou non on me ment.

    Vous vous en doutez la réponse est oui, on me ment et sciemment en plus.
    J'en tient pour preuve l'aspect infantile et distractif de l'image dans son ensemble quand elle devrait être rigoureuse et scientifique, les courbes, diagrammes et autres graphiques précis ont étés remplacés par deux erlenmeyers histoire de rappeler que c'est "très très scientifique", je pourrais aussi parler de la brume crasseuse du co2 obscurcissant les blancs nuages, une datation plutôt large d'un coté et intemporelle de l'autre, ont peut même aller jusqu'au choix des couleurs, rose pale pour ce qui est acceptable et rouge sang pour ce qui ne l'est pas, sans oublier bien sûr la disproportion entre les chiffres et l'image que vous soulignez si justement dans votre article.
    Non vraiment une telle disproportion n'a pas pu échapper à tous ceux qui ont travaillés sur ce docu-fiction à commencer par le graphiste qui à réalisé l'image en prenant soins d'ajouter aux fioles une graduation certes incorrecte mais qui, si il s'y était fié, m'aurait évité d'écrire ces quelques lignes.

    Bon voila qui est dit, juste pour conclure je met en lien un twit (que j'ai eu du mal à retrouver) relayant une image du même acabit, je vous laisse apprécier.
    erreur humaine?

Laisser un commentaire