Fleur Pellerin taxe les toners et veut censurer les interwebs

Le Parti officiellement socialiste se déchire : il faut bien s’occuper, le peuple n’ayant pas d’intérêt entre deux élections. Pendant ce temps, Fleur Pellerin, l’actuel prétexte au ministère de la Culture, n’est plus pilotée par personne. Elle peut donc faire ce qu’elle veut (tant qu’elle ne fait pas trop parler d’elle) et se permet donc d’envisager des trucs rigolos et des bidules qui le sont un peu moins.

Dans la catégorie des trucs rigolos, on trouvera sans problème la dernière lubie de Fleur. Comme d’habitude, à tout problème complexe et provoqué par une gestion idiote de l’État, on va proposer rapidement une solution simple, étatique, et elle aussi parfaitement idiote en espérant, une fois le tout lancé dans l’azur bleuté, que cela retombe proprement à sa place dans les petites cases prévues à cet effet.

Ici, le problème auto-posé concerne le financement du Centre National du Livre dont l’action décisive, ces 68 dernières années, a été telle que plus personne ne peut ignorer que ce Centre existe. Et d’ailleurs, pas besoin de rappeler qu’il a été fondé au sortir de la guerre — pas du Golfe, hein, la seconde mondiale — que son rôle est de soutenir l’ensemble de la chaîne du livre (avec le succès qu’on lui connaît, le nombre de librairies, d’imprimeries et d’éditeurs florissant en France), et qu’il fait tout ça avec de la poudre de perlimpinpin les sous du contribuable qui en a largement pour son argent (ben oui, 29 millions d’euros annuels, une broutille), n’est-ce pas, youpi, youkaïdi, youkaïda, mais justement, de l’argent, il en manque un bon paquet, alors signez ici, merci.

Government Demotivator

Et ce n’est pas parce le reste monde se passe fort bien de ce genre de Centres nationaux (et leurs bébés régionaux, ne l’oublions pas), ce n’est pas parce que des millions d’exemplaires de livres, sous toutes les formes, électroniques comprises, arrivent pourtant à s’écouler sans eux qu’il faut pourtant laisser tomber l’idée même d’un financement public massif. L’austérité aidant, il était plus que temps d’accroître les moyens du CNL. Et comme – horreur – ce CNL se finançait jusqu’à présent par une taxe sur les moyens de reproduction, que ces moyens sont de moins en moins utilisés à la suite de la numérisation massive de la société, et qu’ils sont remplacés par des moyens de production papier au plus proche de l’utilisateur, Fleur a finement suivi les idées d’un rapport de 2010 (parce que même poussiéreuses, les idées pourries de taxation supplémentaires sont toujours les bienvenues pendant les disettes budgétaires).

Bienvenue, donc, à une nouvelle ponction sur les consommables d’impression ! Et dans la bouche de Pellerin, ça donne à peu près ceci :

« Le ministère étudie actuellement pour les prochaines années la possibilité de modifier la taxe affectée pesant sur les appareils d’impression et de reproduction qui pourrait inclure les consommables de ce type de matériels. Le taux pourrait en conséquence être diminué. »

Fleur PellerinNotez bien les termes employés : on va modifier la taxe, son taux va diminuer, là où en pratique on va en étendre l’assiette. Et le bilan est bien évidemment une augmentation des moyens du CNL, à hauteur de 10 à 15 millions d’euros qui ne proviennent pas, eux, de l’impression de petits billets monétaires, mais bien directement de la popoche du consommateur de cartouches d’encre, déjà fort chères. Ouf, le CNL est sauvé par les cartouches d’encres de Robert et Monique qui impriment les photos de leurs petits-enfants. Rapport avec le livre ? Aucun, mais s’il en fallait un en France, un vrai, pour taxer, ça se saurait.

Fleur PellerinBien sûr, le risque est que le consommateur, lassé d’une nouvelle taxe accroissant le prix d’un bien déjà fort cher, s’en aille acheter sa cartouche à l’étranger, les vendeurs en ligne pullulant, comme il le fait déjà pour les disques durs et les cartes mémoires. En outre, avec l’augmentation continue des moyens de reproduction électronique (c’est-à-dire, sans passer par l’étape papier), l’utilisation des cartouches d’encre est vouée à diminuer. Du reste, l’évolution mondiale ne laisse guère de doute puisque la tendance globale des marchés de l’impression et du consommable, même s’ils sont robustes, est tout de même à la baisse depuis quelques années.

Autrement dit, Fleur Pellerin bondit d’une taxation obsolète sur les photocopieuses et autres matériels de reproduction graphique vers une taxation des consommables d’impression elle aussi appelée à devenir assez vite obsolète. Mais l’idée est là : taxons, taxons, taxons, il en restera toujours quelque chose (?) …

Parallèlement, et alors que cette histoire de taxation des toners et cartouches a fait frémir les réseaux sociaux, on s’étonne du peu de réaction qu’a suscité l’idée pourtant aussi orwellienne que lourde de conséquences de la même Fleur Pellerin, qui s’est déclarée récemment favorable à l’introduction de listes noires de sites à bannir, listes qui seraient tenues à jour par l’inénarrable HADOPI qui a largement démontré son extraordinaire efficacité jusqu’à présent.

hadopi la creature d'aujourd'hui la censure de demain

En substance, il s’agirait de désigner de façon publique les listes de sites qui contreferaient massivement des données électroniques, parce que, vous comprenez, les lois qui existent actuellement ne suffisent pas (bien sûr). Rassurez-vous, tout sera établi dans le respect des lois, de la liberté d’expression, de diffusion de l’information, bisous, circulez, ce sera bien fait.

Les internautes semblent assez sensibles à l’introduction d’une nouvelle taxe, dont on imagine sans mal que les effets assez prévisibles et franchement délétères vont – à l’instar de la taxe sur la copie privée – encore une fois ridiculiser l’action du ministre qui l’a mise en place. C’est bien fait, rigolons-en déjà, elle le mérite bien.

De façon plus préoccupante cependant, la même personne, qui propose, depuis le même ministère, une restriction grave et importante de nos libertés, qui essaye de mettre en place un système de censure et de listes noires tel qu’il serait envisagé en toute décontraction dans l’une ou l’autre dictature que cette planète compte encore, ne semble pas réussir à mobiliser plus qu’un petit haussement d’épaules.

fascism

Les nombreux participants des réseaux sociaux, ayant bien compris le potentiel de drôlerie que renfermait cette proposition ridicule de taxe sur les toners, n’ont pas hésité à relayer l’information en la commentant de façon plus ou moins acide et amusée. Parallèlement, peu (pour ne pas dire aucun) de ces mêmes acteurs ont diffusé la volonté affichée de mettre en place ces listes noires, embryon d’un contrôle serré d’Internet au niveau gouvernemental.

Logo HADOPI : haute autorité destinée à observer les petits internautesIl faudrait être naïf pour croire que les agitations taxatrices débiles de Fleur Pellerin doivent tout au hasard, et oublier que cette méthode, éprouvée, est une des plus efficace pour focaliser l’attention sur un point de détail, nouvelle paille taxatoire sur une meule déjà géante de ponctions diverses… Attention qui ne se portera donc pas sur les travaux, en coulisse, bien plus porteurs de sens et de conséquences néfastes que ces petites effervescences fiscales ridicules.

Quoi qu’il en soit, que Pellerin lance une nouvelle taxe parce que cela fait partie d’une pulsion politicienne plus forte que tout et parfaitement habituelle, ou que ce soit par calcul médiatique pour couvrir les démarches en cours avec la HADOPI afin de fournir un moyen étatique de contrôler les interwebs, le résultat est le même … Souriez, vous allez être un peu plus taxés, et un peu plus surveillés.

Le socialisme, vraiment, c’est magique.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires71

  1. gameover

    Dans le lien de Numerama, c’est moi ou il y a un lapsus de clavier :

    « …la ministre de la culture et de la communication a confié avoir trouvé des suggestions lui paraissant « extrêmement intéressantes et censées »  » à mettre en place au nom de la protection du droit d’auteur. »

  2. Gerldam

    On comprend chaque jour un peu plus que ceux qui ont deux ou trois neurones fonctionnels quittent ce pays de cinglés collectivistes et fascisants.

    1. Théo31

      Pourquoi fascisants ? Ne tournons pas autour du pot, ce sont des fascistes : « Tout dans l’Etat, rien contre l’Etat, rien en dehors de l’Etat ».

      1. gameover

        « Le fascisme est le système de gouvernement qui cartellise le secteur privé, planifie l’économie en vue de subventionner les producteurs, exalte l’État policier comme source de l’ordre, nie les droits et les libertés fondamentales des individus, et fait de l’exécutif le maître sans bornes de la société. Cela décrit le courant dominant de la politique en Amérique aujourd’hui. Et pas seulement en Amérique. C’est également vrai en Europe. Cela fait tellement partie de la pensée dominante qu’on ne s’en rend pratiquement plus compte. […] Si le fascisme nous est invisible, c’est vraiment le tueur silencieux. Il greffe sur le marché libre un État énorme, violent et pesant qui draine son capital et sa productivité comme un parasite mortel sur son hôte. C’est pourquoi l’État fasciste a été appelé l’économie vampire. Il suce la vie d’une nation et conduit une économie jadis prospère à une mort lente. »
        — Llewellyn H. Rockwell, Qu’est-ce que le fascisme ?

      2. ironbooboo

        Non. Les fascistes sont fâchés. Là c’est le kandubien, ils sont gentils et c’est sympa. C’est quand même pas la Corée du nord non plus (cqfd vlan!).
        Vous seriez pas en train de critiquer le kandubien ? On se demande ce que fait Hadopi. Vivement qu’on ferme ce rassemblement d’éborgneurs de chatons turbo-satanistes ! … heu, libéral pardon.

  3. petit-chat

    Bientôt un VPN pour consulter le site de h16, hébergé bien sûr hors de fRance, quitte à participer financièrement à sa délocalisation. Au final, p-e cela contribuera-t-il à faire une vraie communauté libérale, avec des écoles privées hors contrat, des assurances hors sécu…
    ‘Faut bien essayer de trouver des trucs positifs…

    1. MadeInCH

      Lorsque les FAI auront proxysé TOUTE les connections internet, alors la possibilité d’utiliser une communication un peu cryptée sera réservée « aux abonnements professionnels ».
      .
      =-> Tu pourras te gratter, pour le VPN.

      1. simple-touriste

        Même à travers un proxy, tu peux encapsuler du trafic TLS dans autre chose. Cela rajouterait une surcharge protocolaire, mais avec le très haut débit cela n’a plus aucune importance.

  4. sam00

    Je pense que la vive réaction du net français vis à vis de la taxe sur les cartouches d’encre est due à une forme lattente de lassitude des personnes face à la manie du « un faux problème, hop une nouvelle taxe et ta gueule c’est magique »

    Un certains nombre d’internautes voient aussi un peu confusément que cela ne règlera rien, mais contribuera à laminer un peu plus le commerce en france tout en améliorant celui de nos voisin d’outre manche ou d’outre rhin.

    Je pense qu’il y a une forme de prise de conscience, encore très diffuse, qu’a force de tout mattraquer de taxes, on ne résoud rien et que l’on coule un peu plus le pays.

    C’est un ressentis personnel, mais je vois dans mon entourage que les personnes deviennent de plus en plus rétives à l’impôt et surtout aux taxes farfelues.

    Pour ce qui est des listes noires de sites, cela semble tellement idiot et grotesques, que ça fait plus rire les personnes qu’autres choses.
    Les gens avec qui j’en parle me disent souvent « sérieux? Mais ça ne sert à rien, ça sera contourné aussitôt » .. Et il y a aussi les idiots qui disent « on s’en fout, ça concerne que les pédophiles, les nazis, et les terroristes » …

    Pourtant H16, je pense que vous avez raison de vous allarmer sur la surveillance généralisé qui se met en place. Et toutes les infos que je peux avoir tendent à montrer que ce n’est que le début.

    Par contre, je confirme mon propos de vendredi sur la ministricule : y’a pas mal d’acteurs investis dans les pôles « french tech » qui l’ont mauvaise (j’en ai croisé un notamment qui plaque tout), et ils ont bien senti qu’on était en train de leur élargir le fondement

    1. Lafayette

      Bientôt ce sera une taxe au stylo à invention et qui sait après une taxe au papier à facture.

      Méfiez-vous avec ces gens là, un jour c’est la main, le lendemain, c’est le bras.

      Il n’y a que la bêtise qui soit sous taxée, redressons cette disparité.

  5. Higgins

    Dommage, elle faisait intelligente dans ce gouvernement d’abrutis. Ca nous changeait un peu. Elle a du être contaminée par le virus.

    1. Mouais. Il y a des liens sur les précédentes exactions de la Pellerin, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle était intelligente tant qu’elle ne l’ouvrait pas.

  6. La Rédac des News du Système

    Dans la série ubuesque et kafkaïen…

    ••• Ils repeignent leur portail et subissent 14 années de tracasseries administratives

    Réunis autour d’un kir en ce début d’après-midi, Henriette et Jean-Paul Bonnefoy savourent tranquillement un répit plus que mérité. Ce couple de retraités, la petite soixantaine chacun, habite depuis plus de 30 ans un coquet pavillon d’un lotissement de Quetigny, commune de 10 000 habitants située en banlieue de Dijon. Ils étaient bien loin de se douter de l’emballement administratif qu’ils allaient déclencher, ce dimanche de mai 2000, lorsqu’ils décidèrent de se lancer dans la réfection du portail de leur maison, aidés de leur fils Eric alors étudiant… « Il y avait un grand et beau soleil », se souvient Jean-Paul, « et cela faisait quelques temps que j’avais dans l’idée de le remettre à neuf. C’était l’occasion de le faire en famille en profitant de la météo favorable pendant quelques jours ». Décapage, ponçage, application d’une nouvelle couche de peinture, l’affaire est rondement menée. Le couple en profite pour changer légèrement la teinte, passant d’un blanc brillant à un crème mat « plus chaleureux et plus en accord avec le reste de la maison » selon Henriette. Un geste tout à fait anodin en apparence… mais le début d’un cauchemar qui se termine à peine, 15 ans plus tard.

    La suite sur http://wp.me/p55j1d-5v 😉

    1. Kekoresin

      Rien à voir avec la choucroute mais très bon quand même. J’adore « Myriam Gauthier, vice-présidente UMP en charge des solidarités solidaires ». Les solidarités solidaires?!? Encore une taxophage qui s’est trouvée une belle petite planque à 5000/mois qui te caresse dans le dos avec la main gauche et te pique ton pognon avec la droite, persuadée qu’elle est au service de quelque chose de plus grand qu’elle à savoir un tas de merde un peu plus lourd que sa masse adipeuse. Voilà peut être le lien avec le post dénonçant ces petits ponctionnements cumulatifs indispensables au vivre ensemble et au rayonnement du Conarland!

    1. gameover

      Rien que les interventions du CNL c’est 42ME (dixit leur site)… et il n’y a pas là dedans les frais de fonctionnement et de salaire de ses 70 employés.

      J’ai commencé à lire leur site…

      « Créé en 1946… » ouille ouille ouille…

      1. Adolfo Ramirez Jr

        créé en 1946…
        Centre National du… ouille ouille ouille….

        Dès qu’il y a un centre national, c’est un gros bazar collectiviste qui sert à rien sinon à incinérer du pognon à haute température.

        1. David

          Des « Centres Nationaux », il y en a à la pelle ; outre le CNES et le CNRS, bien connus :

          de la Danse, des Arts du Cirque, du Microfilm, du Cinéma, de la Propriété Forestière, du Lait (oui, du Lait …), de la Documentation Pédagogique, de la Mer, de la Préhistoire, de l’Enseignement à Distance, du Chèque-emploi-service (émanation de l’URSSAF), de Gestion de la fonction publique hospitalière, de la fonction publique territoriale, des essais de produits de santé, des costumes de scène, de l’information routière, de l’Apprentissage, du Livre (on vient d’en parler), de danse contemporaine (à ne pas confondre avec le Centre National de la Danse), de l’information indépendante sur les déchets, de la Recherche Météorologique (à ne pas confondre avec le CNRS, hein, on mélange pas les torchons avec les serviettes), des ressources en agriculture biologique, d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles, de la Création Musicale, pour le développement du sport, du musée Jean Jaurès, d’Information sur le Médicament, etc. etc. etc. etc.

          Et je vous fais grâce des Centres Régionaux.

          Tout cet indispensable petit monde s’active à redistribuer NOTRE pognon, pour notre plus grand bonheur et sans nous demander notre avis.

          1. sam00

            La liste est impressionante!
            Elle elle n’est pas complète semble-t-il … Existe-t-il une liste complète de ces centres nationaux ( je n’ose demander pour les régionaux), ainsi que de leurs missions et budgets?

            Le centre national du lait, il fait quoi?
            Et le centre nationnal du chèque emploi service universel, il fait quoi celui là ??

            Le centre national du costume de scène … J’y crois pas!
            C’est quoi ce pays? Au fou!!

          2. sam00

            Oh là là …
            Je viens d’en trouver plein d’autres sur wikipedia!

            – Le centre national de ressources textuelles et lexicales.
            – Le centre national de la mémoire arménienne.
            ….

            Mais à quoi servent tout ces machins?

              1. sam00

                Certes oui

                J’étais juste un peu stupéfié de voir que la liste des termites qui ronge la coque du navire était encore plus longue que je ne l’imaginais …

                Je me demande par moment si nos élus eux même en ont conscience …

                C’est juste effrayant et ça confirme le CPEF

                Vu le nombre de structures parasites, plus rien ne peux sauver ce pays

                  1. gameover

                    Oui c’est ce que je me dis parfois…

                    J’ai fait quelques calculs : il faudrait conserver au maxi 500,000 fonctionnaires… ça veut dire en licencier 9 sur 10 dans un premier temps… la moitié retrouverait un travail dans le privé dans un deuxième temps…

      2. Adolfo Ramirez Jr

        extrait de sa page wikipédia:
        « Sa vocation et son rôle sont de soutenir l’ensemble de la chaîne du livre (auteurs, éditeurs, libraires, bibliothèques, promoteurs du livre et de la lecture), et notamment la création et la diffusion des œuvres les plus exigeantes sur le plan littéraire. Il attribue des prêts et des subventions après avis de commissions spécialisées. »

      1. Duff

        j’ignorais son existence jusqu’à la sortie florale. Ce fut ma première réaction, idem pour le cinéma CNC et autre saloperies dont le but est de vivre aux crochets des autres!

        1. Ano59

          A noter concernant le CNC que c’est une des rares émanations de l’Etat qui croule tellement sous le fric qu’il n’arrive pas à le dépenser assez vite. Un comble !

          Bien sûr ce ne sont pas les dépenses qui sont basses, mais les recettes par ponction qui sont extraordinaires.

          Cela ne les a pas empêché de réclamer une extension de taxe il y a pas très longtemps (quand leurs bénéfices taxatoires insolents se sont juste un peu modérés).

      1. gameover

        Exactement comme le CNC avec les films. Subventionner ce qui ne se vend pas. Je suis allé voir quelques titres sur Amazon, ils sont inconnus donc n’ont peut être pas encore été écrits ou édités 1 an après l’aide (2013).
        Beaucoup d’aides sont orientées vers la jeunesse (BD, Livres)… je ne te dis pas pourquoi !

        Les aides sont invariablement de 3,500E, 7,000E, 14,000E, 21,000E, 28,000E par écrivain… zont du mettre 3,500 en facteur constant et ils ne savent plus comment l’enlever.

  7. Moggio

    Un projet d’une mesure fiscale de plus qui s’ajouterait aux plus de soixante mesures fiscales qui existent en France dans le domaine culturel et qui font de ce pays le champion du monde en la matière, loin devant la Chine et la Russie avec vingt-quatre mesures fiscales recensées. Voir cette étude s’il y a trois ans : http://www.forum-avignon.org/sites/default/files/editeur/EY_International_tax_survey_on_tax_policies_in_the_cultural_sector_2011.pdf .

  8. Aristarque

    A l’ époque des liseuses électroniques, des IPad et autres smartphones, des médiathèques en redondance dans les communautés de communes, prétendre agir pour le Livre en faisant mine de croire qu’on bouffe encore de la cartouche d’imprimante pour lire en loucedé des livres ou des journaux…
    Est-ce là un élément représentatif de l’ avant-garde éclairée auto-proclamée dont elle se croit membre… Ou peut-être bien trop représentatif, finalement… Dommage! Comme Higgins, je pensais qu’ elle relevait la moyenne des branques du gouvernement. Encore une illusion perdue…

    1. Ano59

      A la rigueur, l’idée de « piratage de livres » sur des liseuses est plausible de nos jours – elle n’est néanmoins pas une excuse valide pour une énième taxe.

      Par contre lors de la création de la taxe d’origine, je sais pas où ils sont allés pêcher le scénario des livres de contrebande massivement photocopiés chez l’imprimeur du coin. Certes les photocopies illicites ont toujours existé, mais ça m’a toujours semblé un phénomène très marginal – je connais peu/pas de gens ayant « piraté » sauvagement des livres ainsi.

      1. David

        [je m’auto-dénonce] Moi je l’ai fais, pour mes études années 80 : 1 bouquin de stats/proba, et 1 de sociologie … gulp ! j’en suis pas fier (m’avait coûté une fortune : + cher que l’achat des bouquins ; quel con !)

  9. Libertador

    Mais bon sang, mesdames et messieurs les ministres, un peu de courage ! Arrêtez de faire encore de la même chose en espérant faire croire que l’effet pourrait être differérent. Je ne doute pas de votre mauvaise foi car ce serait faire injure à votre brillante intelligence que de penser que vous êtes sincères. Donc nous sommes tous bien d’accord, il faudrait passer le CNL par zéro puisque ce « machin » ne sert à rien. Mais voilà, pour faire ça il faudrait du courage. Et vous n’avez pas cet article en stock ! Alors, après vous le déluge, et mettez-ça sur notre compte ! Profitez tant que la maison fait encore crédit, mais votre crédit personnel, lui est épuisé.

  10. Libertador

    Quant à tenter de rogner peu à peu sur nos libertés, souvenez vous que nous sommes en France et qu’il y a des sujets avec lesquels vous auriez vraiment tort de plaisanter. Un tour de force politique peut vite se transformer en tour de con social. Il y a des envies de descendre dans la rue qui pourraient devenir irrépressibles.

  11. Karamba!

    Nos abrutis de socialistes voudraient ordonner à Google ce que son moteur doit référencer ou pas. Je pense qu’ils vont se faire encore envoyer bouler, façon bovin qui écarte machinalement les moustiques d’un coup de queue…

    1. Ano59

      Je prie souvent pour que la presse française subventionnée retente ce qu’elle a déjà essayé et ce que la presse belge (via CopiePresse) a déjà tenté aussi : faire raquer Google pour son apparition dans Google News.

      En effet, lors de l’affaire CopiePresse, Google avait purement et simplement blacklisté les protagonistes. Voir les grands pontes du capitalisme de connivence français abandonner leur dignité et supplier Google de les réintégrer serait un doux spectacle.

      1. petit-chat

        19 juillet 2011 :
        « Voici ce qu’indique Lesoir.be concernant ce retournement de situation :

        … dans un communiqué, Google annonce que Copiepresse a donné au géant américain l’assurance de pouvoir inclure à nouveau leurs sites dans l’index de Google sans devoir appliquer les pénalités ordonnées par la justice. »

        Dommage, tous dé-référencés, ça aurait laissé de la place à des vrais médias pas subventionnés…

  12. Kekoresin

    J’attends de voir la petite Pellerine s’envoler avec une délégation de parasites normalisés pour rendre visite à Vlad pour lui expliquer qu’il y a trop de pirates dans son pays d’alcolos! J’espère que Raspoutine les enverra au goulag, ça nous fera faire des économies pour financer d’autres crétineries…

  13. Christophe

    Jusqu’à la lie.

    Et un gros caillou dans les chaussures de celles et ceux qui « pensaient » que Fleur serait différente, plus douce, plus réfléchie que la précédente hystérique qui occupait cette rente, pardon ce poste.

    Fleur est faite… au moule.

    Sa mission est donc de défendre le fromage de ses patrons mafieux : donc le livre machin, les musées trucs, le statut des intermittents bidule, les petits fours, les chauffeurs, la coke et les filles.

    Voilà exprimée de façon simple l’ontologie de tout ce merdier.

    Retour aux basiques donc. C’est eux contre nous.

    Nous devons détruire le ministère de la soit disante « culture », expression orwélienne désignant une annexe (avec plug anal, c’est mode) de la Maison Mère, c’est à dire la mafia.

  14. Jhonn Lénine

    J’aurais proposé une migration d’H16 dans un serveur TOR (hiden services) oui, ça parait un peu extrème, mais face à ce qui nous attend ….. ça aura aussi le mérite d’emmerder un peu les services de renseignements.

Laisser un commentaire