C’est difficile, de faire des économies

Bon, le budget, aussi pourri soit-il, a fini par passer à Bruxelles. C’était parfaitement prévisible, et le psychodrame en carton n’a trompé que les plus naïfs. Cependant, le problème initial (trouver des sous) reste entier. L’État est exsangue, et avec la brochette de clowns de compétition qui le gouvernent, on se demande exactement comment il va parvenir à boucler son année.

Le plus drôle, dans ce constat économique désolant, est la propagande détendue dont font preuve les médias qui, il faut bien le leur accorder, ne savent absolument pas où donner de la tête. Noyés dans des informations contradictoires qui leur arrivent en vrac, délivrées par des politiciens tous plus avides d’exposition médiatique que de souci de cohérence, nos fiers organes de presse subventionnés se relaient pour expliquer aux Français que, si la situation est critique, elle n’est pas désespérée et que, déjà, on aperçoit des lueurs d’espoirs.

Je n’ai pu ainsi m’empêcher de glousser en tombant sur les différents articles relatant, avec de gros titres bien aguicheurs, toutes les économies enfin générées par le fameux choc de simplification que nos preux gouvernants ont provoqué à la force de leurs petits bras musclés.

Pour les Échos, on apprend ainsi que l’économie globale, pour la France, des gros paquets joufflus de mesures annoncés ces douze derniers mois aurait atteint 2,4 milliards d’euros, selon un chiffrage aux petits oignons effectué par les services de l’État, pas du tout juge et partie dans l’affaire. Pour rappel, en avril dernier, une cinquantaine de mesures avaient été présentées par Mandon, le secrétaire d’État en charge de cet épineux dossier, mesures que le papier des Échos ne rappelle pas en détail (c’est dommage), et qui se contente de claironner, de concert avec Bercy, quelques conditionnels putatifs hypothétiquement probables sur les gains réalisés, en notant toutefois que « parmi les mesures présentées en avril, très peu sont appliquées à ce jour », sans pour autant s’étonner qu’on ait déjà pu économiser autant.

Pour Le Figaro, c’est 11 milliards d’économies qu’on atteindra courant 2017. La trajectoire est connue, le guidon est fermement tenu, les petites jambes pédalent, la tête est baissée, et … l’article enfile alors des mesures qui, si elles simplifient assurément la vie des Français concernés, laissent franchement perplexe en ce qui concerne les 11 milliards annoncés, qui ne sont pas du tout, contrairement à ce que la tendance actuelle laisse penser, une petite somme : congés d’été des boulangers organisés librement, apprentissage assoupli pour les mineurs, petit nettoyage de la définition de « jour » dans le code du travail, différents bricolages technoïdes (oraux du bac par visioconférence, « chat » avec Paul Employ, etc.)… Bref, on peine franchement à voir dans cette litanie de petits ajustements certes utiles mais vraiment pas fondamentaux autre chose qu’une amélioration à la marge des conditions dantesques des contraintes bureaucratiques et administratives en France. Quant à croire que ceci va vraiment permettre d’économiser 11 milliards d’euros, cela relève d’un vœu pieux quasi enfantin.

ministère des petites économies

Par analogie, ce choc de simplification représente tout au plus le dépôt d’un peu d’huile dans les rouages d’une porte de prison aux 58 verrous. Ils seront plus faciles à fermer et à ouvrir (chouette !), la porte ne grince plus lorsqu’elle se referme (youpi !) et ce nettoyage de la cellule assure une hygiène décente (hourra !), mais les murs sont toujours aussi épais, et les gardiens se foutent toujours aussi ouvertement de votre gueule.

Car pendant le temps où on nous détaille les calculs de Bercy concernant ce fabuleux choc de simplification, on découvre que les (encore très) hypothétiques économies réalisées seront bien vite englouties dans différentes gabegies dont l’État a le secret.

remuneration ministeriellesPar exemple, comment ne pas mettre en face de ces économies les émoluments en hausse croissante des conseillers ministériels ? Pendant que Bercy prétend économiser des milliards avec des « tickets resto dématérialisés », la rémunération des conseillers ministériels a augmenté en moyenne de 7,1% entre 2013 et 2014 et leurs primes ont grossi de 4,3% sur la même période, soit une augmentation moyenne de 6,5% de plus cette année que l’an passé.

Par exemple, comment oublier, d’un coup, le magnifique fiasco de l’écotaxe qui va, selon toute vraisemblance, coûter à l’État français (et donc, à tous les contribuables) largement plus que les modiques économies réalisées par ces petits ajustements paperassiers ? Eh oui : cette taxe, que les camions (puis les voitures) n’auront finalement pas à payer le sera, de façon détournée, par l’ensemble des contribuables à la suite d’un procès qu’on sent déjà long, riche en rebondissements débiles, en déclarations ridicules et en petites phrases stupides, entre l’État (et son actuel gouvernement) et la société Ecomouv’, officiellement en charge de la collecte de la défunte taxe.

ecomouv

Et lorsqu’on voit les sommes en jeu, on comprend qu’il va y avoir du sport, ne serait-ce que dans les estimations de ce que tout ce bordel endimanché va nous coûter, la presse, comme à son habitude, barbotant dans l’incertitude et l’approximation globale. Pour Le Monde, ce sera plus de deux milliards d’euros. Peut-être. En tout cas, HuffPost évoque un milliard, et Le Figaro, certainement plus d’un. En tout cas, difficile de faire la part des choses entre la bêtise de nos dirigeants lors du précédent gouvernement et celle de ce gouvernement-ci. Le capitalisme de connivence, bien gras, bien dégoulinant, qui aura présidé à l’instauration de cette taxe idiote et la création de la société collectrice se dispute avec les manœuvres gênées des actuels dirigeants qui, après deux ans d’atermoiements pathétiques, se décident à laisser tomber le bazar, une fois que toutes les infrastructures sont en place et que les salariés sont déjà en poste. Le temps de réaction de ces gens (pour une facture minimale de 800 millions, quoi qu’il arrive, je vous le rappelle) laisse perplexe dans un monde qui va toujours plus vite. Et lorsqu’on apprend que ces mêmes mollassons vont triturer le contrat (au demeurant signé en juillet 2013 par … Bernard Cazeneuve) par tous les bouts pour tenter d’y trouver une faille et se sortir du pétrin dans lequel l’autre majorité d’abrutis les a poussés, on voit déjà se dessiner la coûteuse bérézina.

Mais ne vous inquiétez pas. Entre les petites réductions des uns, les petites augmentations des autres, les ajustements micrométriques ici et les nano-rabotages par là, tout se passera bien, forcément. S’il faut des miracles pour sauver le pays, le gouvernement fera des miracles. Je vous le rappelle :

Le socialisme, vraiment, c’est magique™.

socialisme magique

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires230

  1. Aristarque

    A lire la Presse et à la croire sur parole ou article, le summum d’ économies rapportera en trois ans, un petit 15 à 20% d’ un seul des déficits annuels durant la même période… C’est bramer d’ accepter de renoncer à la nappe pour conserver le foie gras ET le Sauternes…

  2. Le Gnôme

    La décomposition, lente au début, s’accélère franchement au fur et à mesure que le mur se rapproche. Même la police n’a plus les moyens de renouveler ses véhicules, hors les voitures radars, bien sur. Avec tout ce qui est ponctionné, le budget devrait être en gros excédent si le pays était géré comme une entreprise.

    Mais demander à un socialiste, de’ gauche comme de droite, de gérer, c’est impossible.

    1. Calvin

      Quand, en France, on dit « gérer », en fait, on veut dire qu’on va bouffer du « riche »…
      Et quand on dit gestion, il nous vient plutôt des vomissements…

  3. Villon89

    Ce matin, je viens d’apprendre que ma voisine vient de perdre son emploi à la Chambre de Commerce. Hier j’apprenais que ma belle-sœur faute de ne plus pouvoir rembourser, revendait son appartement,malgré un poste à plein temps en tant que professeur dans une école privée (1850€/mois). Ma femme vient de perdre son emploi d’Assistante de Direction et moi-même en tant qu’entrepreneur, je viens d’apprendre que mes dividendes vont être bientôt taxés au même titre qu’un salaire.
    C’est ça la France aujourd’hui : Tout est fait pour vous dégoûter de faire quoique ce soit. Et pendant ce temps là : on nous dit que la dette continue de se creuser…
    Jusqu’où faudra t-il descendre pour obtenir une réaction ? Homme politique est-il le seul métier d’avenir en France ?

    1. Deres

      Les hommes politiques ont de gros revenus tout comme les entrepreneurs car ils prennent des risques personnels. Un jour ou l’autre, une partie d’entre eux finira à l’échafaud. D’un point de vue libéral, je trouve qu’ils se mettent à mériter leurs avantages car le risque augmente à grande vitesse …

      1. yp

        Quand même, tout un pays mis en coupe réglée par un groupe de chapons (vous savez, la version écouillée de ces fameux animaux insolents qui malgrès leurs pieds dans la merde, s’évertuent à attirer l’attention en chantant plus fort que leur voisin). Il n’est même pas nécessaire de leur couper la tête pour les voirs courrir dans tous les sens. C’est un spectacle assez saugrenu !

        J’espère me tromper, mais je ne suis pas convaincu qu’un cheptel qui accepte de se faire humilier de cette façon ait la capacité de protester (et je ne parle pas de résister, encore moins de combattre…)

        1. Théo31

          Les révolutions se produisent dans les pays où les écarts de richesse sont faibles, ce qui explique que les révolutions française et russe (majorité écrasante de paysans) et où l’avortement est interdit. En France, ce n’est pas le cas sauf dans certaines zones où l’avortement est très très mal vu, si vous voyez de quoi je parle.

      2. lolo

        L’entrepreneur n’aura pas de bataillon de gardes mobiles ou de mercenaires privés, je ne suis franchement pas inquiet pour la sécurité des politiques, voire déçu.

        1. Aristarque

          Blaise C. Burkinabè, pensait ne pas avoir de problème avec ses moutons jusqu’à ce que son meilleur pote général ait envie d’ avancement…

  4. Calvin

    Pardon ?
    Je lis 11 milliards d’économies ?
    Mais ça ne serait pas une cagnotte pour 2015, genre préparer quelques élections ?
    11 milliards pour accepter plus de dépenses publiques, car l’austérité, ça suffat comme ci.
    Bisous.

  5. Caton

    Dans le passé j’ai noté une certaine connivence entre les media et le gouvernement : souvent, le ton de certaines émissions permet d’anticiper les brimades à venir. En l’occurrence, le numéro de Zone Interdite d’hier soir, avec matraquage préalable sur les « patrons-escrocs », est un signal clair. La répression fistale fiscale va être renforcée, et Paul Emploi s’apprête à radier massivement.

    1. barbatruc

      Oui excellente soirée télé sur M6 , on apprend consterné que désormais les gens du fisc sortent avec un flingue chez les contribuables suspect. Belle époque …

      1. sam00

        Quoi Quoi Quoi?

        Depuis quand les agents du fisc ont-ils le droit d’être armé d’autre chose que d’un cerfa?

        Si la mafia de la rapine étatique peut être armée, là on franchit un cap!

        1. Caton

          Oh, il a été franchi il y a bien longtemps… sous Jospin si ma mémoire est bonne… Simplement, le processus de diabolisation de la « fraude » (hors syndicats, partis, entreprises du CAC40 et, bien sûr, polytiques) est désormais suffisamment avancé pour qu’il ne soit plus considéré utile de le cacher.

        2. barbatruc

          En fait il s’agit d’un service spécialisé de la brigade financière d’une bonne cinquantaine de personnes , visiblement les effectifs et les moyens sont en très nette augmentation.

          Ce service est composé pour moitié d’anciens agents du fisc , et pour l’autre moitié de fonctionnaires de police, formés aux technique de redressement.

          1. Caton

            Sur le site du ministère de l’intérieur, dans la rubrique organisation et structure de la police judiciaire, on trouve la description suivante :
            l’office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) au sein duquel sont placées la brigade centrale pour la répression des fraudes communautaires (BCRFC), la brigade de recherches et d’investigations financières nationales (BRIFN) et la plate-forme d’identification des avoirs criminels (PIAC) ;
            Le service d’une cinquantaine de personnes dont vous parlez, c’est la BRIFN de la DPRJ de Paris. Combien d’autres services y a-t-il en France?

        3. Pascal

          Et on oublie les douanes, qui ne l’oublions pas sont un service du ministère des finances, et qui ont toujours eu tous les droits de la police, plus d’autres mal connus (compétence sur tout le territoire, à n’importe quelle heure, droit d’entrer partout sans exception…
          Un professeur de la faculté de Droit de Nancy, (à l’époque où on disait encore « faculté ») avait coutume de commencer son cours sur le droit douanier par la phrase : « Il est juridiquement impossible à un douanier d’abuser de ses pouvoirs…car il les a tous ».
          Et numériquement, fin des frontières et Shengen ou pas, on parle ici d’effectifs d’un autre ordre qu’une cinquantaine de personnes : plus de 15000…

          1. gameover

            Oui pour les douaniers c’est énorme les pouvoirs. Le douanier au contraire du policier n’a même pas besoin d’avoir un ordre de mission pour fouiller tous les véhicules qui lui passent devant le nez ou juste celui sur lequel il a des suspicions (notion très très vague).

            Ils sont allés jusqu’à ouvrir le mobile de mon fils pour voir s’il n’avait pas planqué de la dope dans son mobile à la place de la batterie vu que le portable ne fonctionnait pas (batterie déchargée). Et pour finir ils ont cassé le plafonnier de la voiture en le démontant pour la même raison… et vaut mieux pas discuter si on est pressé sinon c’est l’immobilisation du véhicule.

    2. Deres

      Sapin l’a affirmé haut et clair. Ils ont prévu des dizaines de milliards de recettes supplémentaires avec la diminution de la fraude fiscale. les articles sur la courbe de Laffer sont claires. La position du sommet de la courbe dépens fortement des punitions quand on se fait attraper. Leur analyse de cette courbe n’est donc pas celle des libéraux qui veulent diminuer les impôts pour revenir avant le sommet mais celles des étatistes qui veulent repousser le sommet vers les 100%.

      1. Deres

        Avec la peine de mort pour les fraudeurs et une police des fraudes relativement efficace, la courbe devient une belle fonction linéaire …

        1. Lafayette

          Ça va être a récréation de l’emploi, le moment ou tout le monde se demande ou est mon travail…

          Oh mon patron à fraudé, je suis perdu…

  6. Aristarque

    Railler les augmentations des salaires des conseillers ministériels. Vous êtes d’ un mesquin, H16! De pareils cadors dans l’ inventivité et la créativité fiscale et fistale!

    1. Aristarque

      Probablement veulent-ils conserver la même rémunération nette d’impôt sue celle d’ avant les effets de leurs créations… Des cadors, vous dis-je, des cas d’ or!

    2. Aristarque

      Imaginez que la Suisse ou la GB, pays aux impôts dramatiquement faibles qui les empêchent de s’ en sortir, décident de nous les piquer, ces ca cadors, pour les mettre à leur service… Il faut donc payer ce qu’ il faut pour les empêcher de céder aux sirènes du capitalisme UNLA…

    3. Deres

      Et puis au bout d’un an ou deux quand le salaire ne leur suffit plus, ils se font nommer à un placard doré de la République. C’est là qu’ils commencent à toucher sérieusement. En plus, ces postes les amèneront bien au-delà de 2017. Le turn-over des conseillers de L’Elysée par exemple est très important. Ce n’est pas la crise pour tout le monde.

  7. royaumont

    Ce qui m’épate, c’est la capacité du gouvernement et des média à faire passer cette collection de tripatouillages et d’ajustements pour une réforme stratégique.
    La mise en ligne de tel ou tel formulaire administratif est certes une bonne chose, mais c’est un projet pour un sous-chef de bureau adjoint. Qu’un président de la république le présente comme la pierre angulaire de sa stratégie politique est plus inquiétant que rassurant.

    Mais quand on a des gonades en sucre, qui fondent dès qu’elles se mouillent, il faut être prudent.

    1. RBF

      La mise en ligne des formulaires est une bonne chose. Le problème c’est que les fonctionnaires ne sont pas recyclés.

      Il y a en France des sous-préfectures qui abritent des salariés qui ne font rien, car les « services » ont été délocalisés dans les préfectures de région. Ils attendent la retraite à ne rien faire.

      On peut faire toute les simplifications du monde. Mais si derrière on ne réduit pas le personnel, cela ne sert absolument à rien.

    2. David

      Rassurez-vous : pour les entreprises, la mise en ligne des formulaires n’empêche pas la version papier de ces mêmes formulaires d’exister. Et on se retrouve avec 2 formulaires à gérer, au lieu d’1.

      Le « choc de simplification » qui va nous faire « économiser » 11 myards !

      1. Lafayette

        Le fainéantise de la simplification est de changer le support. Sans compter embrouillamini que représentera la mise à jour de centaines de site pour un changement administratif.

        L’économie d’aujourd’hui nous asservira encore plus demain.

  8. LeRus

    C’est surtout difficile de porter à bout de bras des mensonges par paquets de 12.

    F. Hollande s’est fait élire en mentant sur toute la ligne (il va jusqu’à tromper sa maîtresse, il est fortiche le bougre). Il se retrouve acculé comme un lapin faisant face à deux phares sur une départementale de nuit.

    Dans une cours de récréation, il se serait faire casser la gueule dans les grandes largeurs. Mais comme la bande d’en face est elle aussi déconnectée de la réalité, on continu comme si tout allait bien.

    Il ne peuvent pas savoir ce que dire la vérité donnerait, ils n’ont jamais essayé!

    Mais Fat Tony, à qui tous ces br*nleurs doivent de l’argent les attend à la sortie de l’école, et tôt ou tard il faudra passer à la casserole.

    Pour ceux qui peuvent, faites le mur! 🙂

  9. Pat

    « Les sites d’hébergements devront collecter la taxe de séjour auprès de leurs clients. » (source : les échos). Voilà une belle nouvelle source d’économies.
    C’est comme si on demandait aux bijoutiers de collecter l’impôt sur la fortune de leurs clients… Ou à votre jardinier de collecter votre taxe foncière.
    Ils n’ont même pas compris que ces sites ne sont que des prestataires de service, qui servent très rarement d’intermédiaire pour le paiement des location, et que service serait immédiatement abandonné par leurs clients si cet amendement imbécile était adopté.

    1. Higgins

      Une simple taxe, même modique, sur la connerie politique suffirait à résorber les problèmes de budget du pays.

        1. Caton

          Mais non. Tout comme la modération des allocations familiales, une exemption serait immédiatement votée pour les ponctionnaires, voyons.

    2. Caton

      Le but est de protéger une clientèle, en éliminant la concurrence. Ils ont donc très bien compris, au contraire.

      1. Pat

        Ce sont de simples sites d’annonces, au départ. Ils ne disparaîtront pas. Ils abandonneront simplement leur activité d’intermédiaire financier entre locataires et propriétaires, une activité qu’ils essayent de développer depuis quelques années seulement.

        1. Caton

          La concurrence, ce n’est pas le site d’annonces, c’est le propriétaire capable de gérer une vente, une location, une prestation par lui-même…

    3. Kekoresin

      La taxe de séjour existe déjà et est collectée par les hébergeurs pour être reversée au fisc. Si les pro sont serrés de près (contrôles du fisc du travail qui est fait gratuitement en son nom), les particuliers sont miraculeusement épargnés. Pourtant, on dipose de toutes les infos sur les sites de locations de particuliers (nom, adresses, tel, mails…) Mais bon, les élus locaux ne veulent pas se mettre à dos leur clients électeurs. Une fois de plus, on s’aperçoit que l’entreprise est l’ennemi à abattre!

      Il faut cependant bien faire le distingo entre la location et le fait de vendre sont propre bien. La location est bel et bien une activité commerciale qui génère un profit soumis à cotisations et impôts. Je suis contre ces prélèvements pour tout le monde mais il n’y a pas de raison qu’une partie s’en exonère de fait. C’est un peu la même chose avec les entreprises qui ne sont pas imposées aux mêmes taux selon qu’il s’agisse d’une petite boite ou du CAC 40.

      La réalité c’est qu’il faut baisser la taxation globalement et faire en sorte que les entreprises puisse dégager plus de marge, embaucher et mieux payer ses employés. Mais là, on est aussi loin d’y arriver qu’un singe de sauter jusqu’à la lune!

      1. Caton

        En ce qui concerne la location, un propriétaire gérant directement sa location n’est exonéré d’aucune cotisation ou impôt — sauf qu’il ne paye pas de TVA sur les prestations qu’il n’achète pas à une agence immobilière. C’est le « manque à gagner » évoqué à tous les étages.
        L’objectif, c’est de rendre quasiment impossible pour un propriétaire de gérer la location de son logement par lui-même, en partie pour pouvoir taxer, en partie pour protéger une clientèle électorale. Toutes ces débilités vont en réalité conduire les propriétaires à arrêter de louer et essayer de revendre (malgré la loi ALUR), mais si un polytichien comprenait quoi que ce soit à l’économie, ça se saurait.
        Après, la vraie question qui se pose, c’est quelle est la clientèle électorale la plus importante pour la « gauche », les agences immobilières ou les loueurs particuliers? En fonction de la réponse il est possible de prévoir le dénouement final de cette dernière farce législative.

        1. Kekoresin

          La taxe de séjour ne concerne que la location touristique.

          Les fruits de cette activité sont, comme tous les revenus, assujétis à CSG CRDS, deux fumeuses cotisations de racket national.

      2. Pat

        Il ne faudrait pas confondre les sites d’hébergement (au sens Internet, comme Abritel, pour ne citer qu’un des plus connus) qui n’hébergent que des annonces, et ne payent évidemment pas de taxes de séjour, et des hébergeurs immobiliers (particuliers ou autres) qui sont censés payer la taxe de séjour. Pour la chasse aux fraudeurs, les sites d’hébergement ne pourront certainement pas remplacer le fisc.

        1. gameover

          Sur la taxe de séjour il y aurait quand même quelques questions à se poser : vous ne payez pas la taxe de séjour de l’ami que vous invitez chez vous, alors pourquoi l’hôtelier devrait la payer ?

          Cette taxe est censée permettre de financer les équipements nécessaires aux zones touristiques mais il me semble que les hôtels paient déjà une TVA de 20% et qu’ils fournissent un emploi à quelques salariés locaux et qu’ils accueillent des touristes qui vont dépenser des sous… Merci à eux, ce n’est pas la peine d’en rajouter… Il faudrait juste que la perception de ces taxes et iRPP soit relocalisée localement.

          1. Kekoresin

            Ce qui est hilarant, c’est que la taxe de séjour concerne également les particuliers qui accueillent des potes ou de la famille. Bon, ça c’est dans le texte et heureusement ne s’applique pas (à ma connaissance). Je suis contre cette taxe de séjour, mais si les pros la payent, les particuliers qui en font commerce doivent y passer aussi.

            Dans un monde idéal et libéral, personne ne devrait payer cette connerie, mais les pros sont soumis à beaucoup de règles absurdes et couteuses. Soit on se dit que tous les pros doivent disparaitre, soit on soumet tout le monde aux même règles commerciales, soit on abolit les contraintes débiles…

            Je fais parti du commité de direction de l’office du tourisme de ma ville et je vois bien comment est utilisé ce fric. Une bonne partie est destiné à financer les offices départementaux, régionaux et national remplis de copains aux affaires et de fonctionnaires aussi efficaces qu’un chien de garde sans patte!

            1. Higgins

              Donc la solution la plus intelligente et qui aurait le mérite de mettre tout le monde d’accord (sauf ceux qui en vivent) serait de supprimer la taxe de séjour. Ce pays est dirigé par des débiles.

            2. gameover

              Nan sans dec’ Kekoresin dans les textes c’est écrit que les gens qui sont hébergés dans leur famille devraient la payer ?

              Je sens qu’un de ces 4 je vais aller me coucher dans mon frigo. Vous me réveillerez quand ils auront fini leurs conneries.

              1. Kekoresin

                Perso, je dors déjà dans le frigo où sont stockés mes apéros favoris. Mais oui, sans dec’, la taxe de séjour est prévue pour tous les résidents de passage! C’est juste navrant hein?

                Je cotoie de temps en temps des présidents de CDT ou DRT (commités départementaux/régionaux du tourisme) et ils ont un bon coup de fourchette ces goinfres encostumés. Ces branles couilles essayent à chaque fois de me convertir aux bienfaits de ces hautes instances inutiles et à chaque fois je les envoie chier (oui Kéko est parfois excessif) C’est du tragicomique, à la fois jouissif et désolant! Ca passe son temps à enfiler des perles, bouffer au resto, sortir des stats inutiles, changer de système informatique et faire voter des budgets pour faire des pubs ineptes pour promouvoir leur région. C’est un peu comme les administrations qui chauffent les fenêtres ouvertes pour que leurs subventions chauffage ne diminue pas l’année d’après. Ces pognonphages n’en ont jamais assez, et vendent l’idée maintenant de créer des offices du tourisme inter communaux histoire de caser plus de potes. Pour cela, une petite obole supplémentaire sera inévitable…

                Ce pays de petits chefs adoubés par d’autres petits chefs commence vraiment à me porter sur les nerfs, surtout avant l’heure de l’apéro 🙂

    1. douar

      Pfff… des arguties tout ça.
      Des « études d’impacts »: selon la conclusion que l’on veut, on orientera l’étude d’impact dans un sens ou dans un autre.
      Aujourd’hui, la Terre est sacrée, surtout ne rien aménager, bref, d’être un peu intelligent sous peine de déclencher les foudres telluriques ou tout le tralala.

      1. gameover

        Pas de subventions : problème réglé, c’est économiquement viable ou pas c’est la seule question que les intéressés ont à se poser.
        ___________
        Ce qui est assez marrant c’est l’opposition des intérêts de ceux qui sont pour le barrage : les uns sont pour faire des lâchers d’eau en été alors que pour les autres, ceux qui financent en partie c’est en hiver que la production d’électricité est rentable… il faut donc faire 2 barrages !

    2. amike

      Ah, elle est belle et autonome, la région… Elle tente de se défausser sur l’état plutôt que défendre le droit.

      J’ai entendu un « économiste » de chez Alteréconomie attaquer l’agriculture subventionnée. Bizarrement, l’éolien ou le photovoltaïque où on subventionne à plein pot par idéologie ne lui posent aucun problème !

    3. Kekoresin

      La dictature verte est en marche! Ces sombres crétins sont contre tout, tout le temps. L’hydroélectrique mesuré est une source d’énergie intéressante. L’éolien et le photovoltaïque sont polluants et inefficaces. La transition énergétique s’apparente au casse du siècle et justifie toutes les bonnes taxes qui vont assurément sauver la planète. http://www.youtube.com/watch?v=zBLTDscToOo

      Bref, ce micro projet vite fait abandonné devant une poignée de beatniks est l’illustration d’un pouvoir inexistant doté de petits raisins secs en guise de couilles.

    4. max

      Ce barrage ne sert à rien, si il manque de pluie, Hollande ira faire un discours sur place et la pluie tombera.

      1. douar

        Ce n’est pas un barrage hydroélectrique.
        C’est un barrage pour le stockage de l’eau, comme il en existe des dizaines en Espagne et comme on a fait en France au XIX et début du XX, pour l’approvisionnent en eau, l’étiage des rivières. Raisonner sur 10 ans, c’est idiot; ce type de retenue s’inscrit dans une durée de plusieurs dizaines d’année minimum.
        J’aimerai bien que les acteurs locaux puissent décider seuls et financer également seuls, malheureusement, l’État met toujours ses grosses pattes sales pour faire exploser les coûts. Après, les zécolos (et certains libéraux, hélas) viennent avancer les coûts pour contester ces projets.
        Si on ne peut même plus investir pour se prémunir de risques, où allons nous?

      2. Higgins

        Oui. On murmure qu’il a pris de cours chez des chamans indiens au cœur de la forêt vierge. En tout cas, ce type est un remède à la sécheresse.

  10. Pat

    Peut-être… Si c’est leur but, c’est perdu d’avance alors, une telle mesure étant d’évidence impraticable. Outre le fait que chaque propriétaire utilise plusieurs sites d’annonces en France, il existe une multitude de sites étrangers, et faire appel à eux est (heureusement) tout à fait légal.

    1. Caton

      Oui, et le régime au pouvoir respectera toujours, quoi qu’il puisse arriver, la liberté individuelle, surtout sur Internet!

      1. Pat

        Sachant qu’on passe des annonces sur des sites étrangers pour, justement, trouver des clients étrangers, donc de gentils touristes qui viendront dépenser leur argent en France, toute initiative étatique visant à limiter ce genre d' »abus » n’arrangera certainement pas les comptes de nos vampires…

        1. Caton

          …dont les compétences en économie sont proverbiales, on le voit tous les jours : jamais aucune décision gouvernementale n’a été prise sans en connaître bien à l’avance les éventuels effets secondaires.

          1. Pat

            Il faut dire « effets pervers », c’est-à-dire non prévus par nos politiques. Exemple : permettre aux locataires mauvais payeurs de rester dans leur logement plusieurs années, ou interdire aux propriétaires de chasser les squatters, a pour effet « pervers » de tuer le marché locatif. Étrange, non ?
            Heureusement de miraculeuses incitations fiscales vont remédier au probleme.

            1. Quiet Desperation

              Mon vieil ami Me Gaétan Athanase Malicorne a rédigé ce court synopsis pour expliquer à ses clients le déroulement prévisible d’une procédure envers un locataire défaillant : vous pouvez en faire votre profit, jeunes investisseurs….

              1/ le commandement de payer, visant la clause résolutoire du bail et les différents textes obligatoirement reproduits dans l’acte, est délivré le 1er octobre de l’année 0

              2/ deux mois plus tard seulement, au minimum, le débiteur peut être assigné pardevant le Tribunal d’Instance, assignation dénoncée par LRAR au Préfet qui saisit les organismes sociaux

              3/ l’assignation est donc délivrée le 8 décembre pour une audience à – obligatoirement – deux mois de date, soit le 15 février de l’année 1

              4/ pour autant qu’il n’y a pas de renvoi ou de demande de délais avec suspension de la clause résolutoire, l’affaire est jugée le 15 février, le jugement étant mis en délibéré au 15 mars

              5/ pour autant encore que le juge n’accorde pas, même d’office, de délais suspensifs, le bail est résilié selon le jugement du 15 mars, signifié au débiteur, le temps d’obtenir du greffe la copie exécutoire, le 25 mars

              6/ le délai d’appel est d’un mois à compter du 25 mars, donc, au 26 avril, on demande au greffe de la Cour d’Appel cette fois, le Certificat de Non Appel

              7/ il faut en général un mois pour obtenir ce CNA….

              8/ vers le 30 mai donc, on peut délivrer le Commandement de Quitter les Lieux, qui ouvre un délai de deux mois au locataire pour quitter volontairement les lieux ; commandement dénoncé – là encore – au Préfet pour qu’il saisisse derechef les organismes sociaux…

              9/ vers la fin juillet, le locataire est toujours dans les lieux comme le constate l’Huissier : il requiert donc l’appui de la Force Publique auprès de la Préfecture.

              10/ le Préfet dispose de deux mois pour « instruire » l’affaire, et accorder ou non la Force Publique

              11/ ce n’est donc qu’à début octobre de l’année +1 que l’on est en droit de mettre en cause la responsabilité de l’Etat, si la FP n’est pas accordée

              12/ si elle l’est, l’expulsion peut être exécutée, mais les frais de serrurier, de déménageur, d’éventuel garde-meuble et de décharge sont avancés par le bailleur…. Sans grand espoir de les récupérer jamais…

              NB :

              a/ Si le commandement évoqué en 1 ci-dessus avait été délivré le 2 novembre par exemple, toute la procédure aurait été décalée d’un mois : ce qui nous amenait au 2 novembre de l’année +1… or, le 1er novembre est le début de la « trêve hivernale » et donc la fin des expulsions, renvoyées au mieux au 1er avril de l’année +2

              b/ le déroulement de la procédure tel qu’évoqué ci-dessus peut être qualifié d’idyllique hypothèse, c’est-à-dire sans demande de délai du débiteur, oui de délais accordés par le Juge d’Instance, ou de saisine du JEX après le commandement de quitter les lieux, ou de mauvais vouloir de la Préfecture, ou d’Appel par le débiteur, qui peut demander l’Aide Judiciaire, toutes ces options parfois successives pouvant rajouter un voire deux ans aux délais susmentionnés…

              c/ dernière fantaisie judiciaro-administrativo-législative : si, pendant les deux mois suivant le commandement, le débiteur dépose un dossier de surendettement, qui est validé (déclaré recevable) par la Commission de Surendettement à l’intérieur de ce même délai, la clause résolutoire ne peut plus jouer, le débiteur « n’ayant plus le droit de privilégier et payer une dette par rapport à une autre ». Dès lors qu’il y a impossiblité légale de payer, on ne peut – naturellement – lui reprocher de ne pas payer sa dette, et en conséquence de quoi la clause résolutoire est inapplicable… irréfutable logique…

              d/ mieux encore, si , sur proposition de la Commission de Surendettement, le Juge ordonne le Redressement Personnel (sans liquidation ) mais avec effacement de la dette, on ne peut plus se prévaloir de la dette ancienne pour demander la résiliation du bail, et les loyers ayant couru pendant la procédure entrent également dans le quantum de l’effacement (arrêt Cour d’Appel de Dijon du 7 octobre 2014, 1ere chambre civile, 13/00583, confirmant jugement du 21/3/2013) On notera que la débitrice avait naturellement obtenu l’aide juridictionnelle totale…

              Au vu du parcours accompli par le bailleur, parcours délibérément semé d’embûches et de traquenards légaux, afin de favoriser le locataire indélicat et éviter toute expulsion, on se demande comment il se trouve encore assez de naïfs pour donner à bail leurs logements…

                1. Quiet Desperation

                  Fausse bonne réponse : il suffit que le locataire saisonnier s’incruste, et vous êtes parti pour une procédure d’un an….

                  1. gameover

                    HB oui, depuis la loi Boutin (connasse) la législation est beaucoup moins souple pour les meublés, aussi bien pour la durée que l’expulsion.

                  2. Pat

                    Un locataire saisonnier qui s’inscruste, je n’ai encore jamais vu (mais tout est possible). Le probleme pour lui, c’est qu’il risque de se retrouver face au locataire saisonnier suivant qui risque de prendre très mal le fait que ses vacances doit gâchée.

                    1. Quiet Desperation

                      Dans le Var, et lus généralement sur la Côte, les bailleurs louent hors saison pour plusieurs mois, les locataires devant libérer les lieux entre disons avril et octobre… L’incruste est le vrai danger, les tribunaux ne pouvant que requalifier en bail de 3 ans…

              1. Jean Bon

                « Au vu du parcours accompli par le bailleur, parcours délibérément semé d’embûches et de traquenards légaux, afin de favoriser le locataire indélicat et éviter toute expulsion, on se demande comment il se trouve encore assez de naïfs pour donner à bail leurs logements… »

                > parce que dans 95% des cas, ça se passe bien (ou à peu près).
                Seuls les 5% dégoutés vendent, souvent avec pertes et fracas et font de la mauvaise publicité autour d’eux.
                Cette mauvaise publicité dissouade de nombreux bailleurs potentiels. Ceux qui tentent tout de même le coup seront contents dans 95 % des cas :
                – concurrence entre bailleurs très limité à cause du faible nombre de candidats en raison de l’effet de peur,
                – bonne rentabilité quoi qu’on dise, tant que le prix de l’immobilier se maintient, dans les zones peuplées, car avec les taux faibles, les loyers remboursent presque les remboursements et à la sortie de prix de l’investissement a souvent monté (et c’est pas près de s’arrêter puisqu’il est difficile de louer, ce qui force les locataires potentiels à acheter, surtout compte tenu du faible differentiel loyer/remboursement). Le jour où prix baisseront franchement, il y aura une nouvelle donne, avec des bailleurs dégoutés bien plus nombreux, et des locataires en masse qui voudront acheter.

                1. Pat

                  Désole, mais mon expérience personnelle approcherait plutôt les 20 % de mauvais payeurs (1 sur 5), mais quel que soit le pourcentage, les conséquences pour le propriétaire sont catastrophiques. Quand on perd seulement 2 ou 3 mois de loyers, on est super content.

              2. Aristarque

                Je vois qu’ il y a eu encore quelques zakouskis croustillants mitonnés tous unidirectionnellement, par rapport àma période ADB/syndic… Et les mêmes de s’ étonner ensuite du parcours de combattant imposé aux candidats locataires par les fous désireux de rester bailleurs…

                1. Quiet Desperation

                  Ben non, c’est ballot, hein ? je crois qu’on a pas le droit… Mais Jean le Bon doit le croire… aaaah! Poitiers, la rançon, création du Franc et des impôts….

                  1. Quiet Desperation

                    Marrant, je lisais COINTELGRAPH comme CO INTEL GRAPH et non pas COIN TELEGRAPH comme il se doit …

                    Je me demandais, n’est-ce pas… ce que le FBI pouvait faire sur ce coup… Les lecteurs d’American Tabloid comprendront…

              3. Deres

                Et même Wiki précise :

                Refus du Préfet de prêter assistance à l’huissier

                Dans certains cas, le refus du Préfet que la police assiste l’huissier est motivé par de potentiels troubles à l’ordre public : ceux-ci peuvent par exemple se produire si des enfants en bas âge se trouvent parmi les expulsés et qu’une manifestation spontanée du voisinage risque d’éclater, ou lors d’un rassemblement organisé par une association de droit au logement pour empêcher le départ de(s) l’occupant(s).

                Donc de toute façon, il ne faut pas compter sur les forces de l’ordre contre des locataires déterminés. Et il ne faut jamais louer à un couple avec des enfants en bas âge ou en situation d’en avoir. Dans les faits, ils ont inexpulsables même en dehors de la trêve hivernale.

                1. gameover

                  En théorie l’état devrait indemniser ceux qu’il laisse dans la panade quand il n’applique pas les décisions de justice. Qu’en est-il ?
                  Jamais entendu parler d’une indemnisation.

                  1. Quiet Desperation

                    Elle existe pourtant, mais ce n’est pas le problème d’autant qu’elle limitée au maximum dans les faits.

  11. David

    Comment oublier que la modulation des allocs’ a été calibrée pour épargner les hauts salaires de fonctionnaires qui accumulent les primes non fiscalisables ? (en ce qui me concerne, le moindre centime d’€ que je perçoit en tant qu’entrepreneur est soumis à impôts + taxes + charges sociales)

    lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/marylise-lebranchu-ministre-de-l-injustice-sociale-27-10-2014-1875883_2428.php

    Et comment oublier que le « supplément familial de traitement » (une alloc’s-bis, réservée aux fonctionnaires) n’est pas concerné par cette « réforme » ?

    Quelle honte. Quel scandale. Comment les pignoufs qui nous gouvernent peuvent-ils s’imaginer 1 seule seconde que nous ne voyons pas tout cela ???

    1. Caton

      Comment dire… les élections présidentielles et législatives de 2012 sont un indice, voire un élément de réponse.

      1. Nocte

        Pour ma part, je considère que ça fait au moins 40 ans (et plutôt 70 si on considère que la naissance de la 5ème ripoublique a permis l’avènement de la toute puissance des syndicats mafieux)

    2. gameover

      Il semblerait bien que la modulation des allocs puisse être anticonstitutionnel car il s’agit d’une cotisation et qu’à ce titre on ne peut pas mettre de critères sur la redistribution.

      Le seul petit hic est que c’est une cotisation uniquement patronale alors qu’en réalité elle est bien payée par le salarié, mais je ne pense pas qu’il sera nécessaire d’aller jusque là.

      Au cas où, comme dit Laurent C., ça permettra aux libérés de la sécu de s’affranchir de ce régime.

    3. val

      @David , vous seriez surpris du nombre de gens qui ignorent cela . Il est vrai que le voile de l’ignorance commence à tomber car les sérial-taxés (nous) commencent (enfin) à vouloir ouvrir les yeux.

    4. Higgins

      Cette histoire de « supplément familial de traitement » est, pardonnez-moi, un faux problème. Comme vous, je trouve inique la mise en œuvre de la modulation des allocations familiales par, cruelle ironie, un gouvernement dit « de gauche ». Pour info, ces allocations n’ont pas une vocation verticale (du plus riche vers le plus pauvre) mais horizontale: à situation égale, rétablir un semblant d’équilibre entre, je suis vieux jeu, un couple sans enfant et un couple avec enfant. Point barre. On a le droit d’en discuter le principe encore faut-il le rappeler.
      Pour le SFT, on a également le droit d’en discuter mais il a été mis en place à une époque où les traitements des fonctionnaires étaient moindres que les salaires du privé (à travail égal si ce concept a encore un sens). Après tout, de nombreux salariés du privé touchent un 13ème mois, voire plus parfois, sans compter les avantages liés à l’existence d’un CE généreux (j’exclurai celui d’EDF ou de la SNCF). Certes, tous les salariés du privé ne sont pas logés à la même enseigne. Personnellement, j’éviterai de tomber dans le piège grossier d’un égalitarisme à tout crin, compréhensible vu le contexte économique, mais destructeur in fine en matière de liberté, ce à quoi les libéraux sont farouchement opposés. Comme l’a très bien dit Charles Maurras (ouah, un pestiféré!): « L’égalité ne peut régner qu’en nivelant les libertés, inégales de leur nature. »

      1. val

        @Higgins ,désolée , sans vous blesser , vous donnez droit dans leur panneau , il ne s’agit pas ici d’égalité mais d’équité . Cette différence de statut : privé /public est une aberration (sauf pour le régalien, j’en conviens qui reste particulier). Contrat de travail unique , statut unique , point barre . A plus forte raison quand le confort des un est payé par les restrictions qui pèsent sur les autres , ce que nous vivons en France est tout simplement inique . Il est tout à fait captivant qu’en plus , on nous interdise tout en nous culpabilisant d’en débattre ….. cela donne la mesure du brainwashing ambiant ….

        1. Higgins

          Equité ou égalité? Nous sommes face à un devoir de philosophie. Personnellement, je vois plus dans ce débat une énième resucée du cauchemar de l’égalité dans ce pays qu’un simple problème d’équité. Les malades qui dirigent ce pays sont tellement déconnectés de la réalité qu’ils vont jusqu’à piétiner ce qu’ils prétendent défendre. Quand un individu déclare qu’on est riche à partir de 3 ou 4000 euros par mois, on est en droit de s’interroger sur sa santé mentale (surtout quand on connait l’étendue de sa fortune et la plus-value voisine de zéro qu’il a apporté au pays depuis trente ans) et sa probité intellectuelle. Maintenant, on peut discuter de ce sujet comme de tous les autres mais j’attirai simplement l’attention sur le fait que les raisonnements simplistes ne sont pas nécessairement les meilleurs. Dans la fonction publique, les traitements de base sont plutôt modiques et ils ne deviennent intéressants que parce qu’il y a des primes. Là réside à mon sens l’incongruité du système mis en place par les communistes à la Libération.

          1. gameover

            Les salaires moyens de la fonction publique sont déjà nsupérieurs à ceux du privé. Tu parles d’une différence qui n’existe plus.

            Qu’une société privée décide qu’un employé gagnera 200E de plus parce qu’il a 2 enfants c’est son problème mais que l’état le fasse… oops… et qu’en plus il ne le fasse que pour ses employés et qu’en plus il décide que ce complément familial sera proportionnel au salaire !

            Le but du complément dans ce cas est juste d’accroitre une soi-disant inégalité donc elle est de mon avis triplement injustifiable.

          2. val

            Désolée de plussoyer sur GO Higgins , je trouve tres interessant que l’on nous ait habitué à considérer ceci comme normal (ie. iniquité public/privé), et que l’on attaque l »opposant » lui envoyant un discours sur le thème : « vous divisez , vous créez la discorde : c’est mal » . Il est d’ailleurs philosophiquement intéressant de voir que cet argument de division est une récupération de la doctrine chrétienne qu’ils honnissent par ailleurs …. bel exemple de perversité , mécanique intellectuelle très amusante à analyser , et assez efficace je dois en convenir.

      2. Pat

        Il ne faudrait pas oublier que les privilèges du public sont directement financés par le privé, notamment par les entreprises. Ce n’est pas seulement une question d’équité. On retrouve un esclavagisme de type communiste, où les planqués de l’économie, les fonctionnaires, les syndicats, les politiques, vivent au dépens des autres. C’est pourquoi ce qu’on appelle austérité, jamais appliquée en France, consiste bien prioritairement à réduire ce parasitage.

    1. Kekoresin

      Oui, je suis avec assiduité son aventure qui n’est qu’un long parcours du combattant dans notre belle dictature. A lire aussi cette missive à la députain du Lot originaire de l’alourdissement des peines pour les gens qui veulent exercer leur liberté, crime de lèse majesté dans le pays des droits de l’homme pour peu qu’il soit politique ou syndicaliste!

      http://www.contrepoints.org/2014/10/26/185956-repression-des-liberes-de-la-secu-lettre-ouverte-a-mme-orliac-deputee-du-lot

    2. petit-chat

      Merci pour le lien, vraiment ébouriffant.
      On sent bien la panique chez les mafiosi.
      Et chapeau à Laurent C, si un de nos gouvernants avait autant de c…, le pédalo percé coulerait moins vite.

      1. Nocte

        Nan, ils foutraient en taule tous leurs opposants et fermeraient les frontières, car ils n’ont pas pour but de gérer la France mais de s’en servir et de l’asservir (c’est déjà fait, mais l’étape d’après, avec les petits goulags joyeux, ils manquent de couilles pour la mettre en place).

        1. Théo31

          ils n’ont pas pour but de gérer la France mais de s’en servir et de l’asservir

          Merci de rappeler cette vérité. Rien à branler de gérer le pays, tenir 24 mois juste pour se goinfrer et se reproduire … jusqu’à la mort de l’hôte.

          « Feed me more » comme dirait l’autre à la WWE.

  12. Deres

    Pour l’écotaxe, ils vont probablement refuser de payer et aller au tribunal. Le but est juste d’avoir un perte de procès après les élections de 2017 pour ne pas faire figurer ces milliards en déficit d’ici là. La patate chaude reviendra au suivant.

    Quand aux conseillers du premier ministre, je rappelle que la PLF2015 affirme sans même se cacher que 10 000 personnes travaillent pour le PM et que cela va augmenter de 100 personnes l’année prochaine. Derrière le PM, il y a une ville entière qui travaille pour ne rien produire …

    1. Lafayette

      Bon le principe écotaxe de mettre des douanes dans une communauté européenne qui prône la libre circulation, c’est contradictoire, peut être même incompatible.

      1. Deres

        Bien vu.
        Comme les taxes au frontières sont interdites, ils veulent en fait mettre des taxes internes … Cela me fait penser aux taxes de passage de l’ancien régime …

  13. Rougoucan

    Et des contrats stupides qu’il va falloir annuler à prix d’or vont encore sortir sous peu : en particulier celui des éoliennes off shore; Dans un éclairant article, le dernier bulletin de l’IFRAP nous apprend que le le prix garanti aux producteurs (= le prix auquel EDF et les autres distributeurs d’électricité seront contraints d’acheter la production de ces ruineux moulins à vent) sera de l’ordre de 220 € le MWh alors que l’électricité « classique » ne coûte à EDF que 53 € le MWh . Ce qui met l’électricité idéologico-vento-marine à 4 fois le prix du marché. Et compte-tenu des investissements annexes (entre autres, construction de centrales classiques pour pallier l’intermittence du vent), le prix de vente au consommateur devrait être non pas 4 fois le prix de l’électricité classique, mais 8 fois ! Et l’Etat a garanti par contrat le prix d’achat de 220 € le MWh aux producteurs pour une durée de 20 ans !!! Je vois mal comment, vu l’état des finances du pays et de ses habitants, une telle gabegie pourrait passer sans heurts, même enrobée de beaucoup de vaseline écolo-responsable et tout et tout ….

    1. Lafayette

      surtout qu’avec a route du rhum, il va falloir les assurer avant qu’un cata marrant se fende la quille.

  14. NicolasPimprenelle

    Il n’est pas trop aberrant de voir ce gouvernement multiplier les conseillers ministériels dans la mesure où nos minustres n’ont aucune compétence.
    Une porte-parlote qui devient minustre d’Etat de l’Education Nationale est l’exemple type des petits arrangements entre amis : on récompense les fidèles et on sanctionne les frondeurs; mais on se fout de leurs compétences !
    Ceci dit, cette explication n’exclue pas de s’insurger sur cette multiplication de conseillers qui, au final, sont payés par nos sous …

    1. Nocte

      ça montre surtout que l’individu n’est vu que pour son côté utilitaire : l’homme-boulon si cher à staline.

              1. Lafayette

                faux dieu, non, mais auto complaisance dans l’escroquerie de masse. Ou comment se donner bonne conscience dans le profit sans création de valeur.

    1. Aristarque

      Il y a déjà eu un paquet de billets dont le dernier ne doit remonter qu’ à quelques mois, tout au plus… Comme le GIEC radote, sûrement en réaction à la baisse de la thune qui le finance, cela ne mérite pas plus qu’ un haussement de sourcil…

        1. Calvin

          Tu es la mémoire de ce blog depuis la vacance de BM.
          Étonnant d’ailleurs vu l’âge vénérable de la dite mémoire…

          :mrgreen:

            1. Quiet Desperation

              Souci de respectabilité petite-bourgeoise : il s’est répandu que l’épouse – bien comme il faut – du dentiste d’à côté faisait des posts osés, sous un pseudonyme de serpent, chez un type portant un masque à gaz.

              Évidemment, on a jasé… et WP a pris enfin l’ascendant sur son épouse, en l’enfermant dans sa cave.

              Il se dit que parfois, il sort de cette cave comme des grincements mélancoliques…. et que les lampes du cabinet dentaire s’illuminent plus brillamment.

              1. val

                Prière chinoise :
                Ô Panda blanc si tu nous entends , libère notre bien-aimée BM , elle nous manque cruellement.

    2. royaumont

      De mon coté, j’hésitais entre nos amis du GIEC (qui ne loupe pas une occasion de nous faire rire) et leur cousins écolo-anarcho-bobo qui mettent à sac les centres-ville pour affirmer leur respectabilité. Avec les journalistes qui leur donnent implicitement raison.
      Encore une belle brochette de Tartuffe en action !

      1. Flo

        En effet. Mais ce qui est inquiétant pour lui c’est que ça s’adresse en principe à des personnes de haut niveau.
        Là il est en seulement au stade « création » d’entreprise. Un petit stage à l’apce (si elle n’a pas encore fait faillite) ou l’achat de leur guide de l’année devrait suffire.

      2. Calvin

        Il va faire mentir l’adage :
        « Celui qui part de rien pour n’arriver à rien, n’a de merci à rendre à personne. »
        Nono va juste nous coûter cher…

        1. Nocte

          « nono va juste continuer à nous coûter cher »

          C’est plus proche de la réalité, mon petit Calvin :mrgreen:

            1. Nocte

              Imagine le gus avec son diplôme de l’Insead, on ne pourra plus lui reprocher son manque d’expérience : il a le diplôme, donc il est capable de monter une boite et de la gérer, ça lui suffit amplement (la réalité est un peu plus tordue), mais ça lui permettra de vomir ses idées de blaireau décérébré en disant que fort de son expérience, telle taxe et telle contrainte n’empêchera pas une entreprise de fonctionner.

              Autre hypothèse : il se prépare un petit rachat de société privée dont 100% du CA se fait avec les subventions de l’Etat, ou bien il espère être appelé à des responsabilités dans une entreprise du CAC40 suite à un retour d’ascenseur.

              1. Calvin

                Les deux hypothèses pouvant se cumuler.

                Et je valide les deux.
                Ce type est capable de tout (d’ailleurs, c’est à ça…)…

              2. Higgins

                En Grance, tout passe par le diplôme. Enfin, en quatre semaines, il ne va pas sortir avec un MBA, c’est déjà ça.

                1. Vodkaman

                  Je passe devant tous les jours pour aller et revenir du taf. Promis, si je le vois, je pense que j’aurais une panne de freins….

                    1. vodkaman

                      de toutes façons, je dois aller chez le carrossier pour réparer une aile avant et un pare chocs à cause d’une saleté de chevreuil. faudra juste qu’ils ne fassent pas d’analyse ADN 🙂

    1. Aristarque

      Il restait une place libre pour le cursus… Yield management et toussa… Cela permettra à l’ INSEAD de se faire une pub du tonnerre en disant un, qu’ elle ne refuse personne malgré de lourds antécédents (le vivrensemble , quoi) et si jamais Descendhameau termine convenablement, effet kisscool garanti, deux, sur le mode d’un percheron, nous avons fait un demi-sang…

      1. Higgins

        Perso, depuis que j’ai appris que Normal 1er himself était diplômé d’HEC, compte tenu de sa vision de l’économie et des résultats mirifiques qu’il engrange sur ce plan, la réputation de cette école en a pris un sérieux coup.

        1. douar

          Il a juste fait un cursus à HEC pendant sa troisième année de l’IEP, ce qui lui permet d’avoir un diplôme HEC.

          1. Deres

            C’est possible de faire des cursus de pleins d’école en troisième année histoire d’avoir quatre ou cinq bac+5 ? C’est un peu se foutre de la gueule du monde. Enfin, c’est un peu le principe des écoles d’application de l’X.

    2. gameover

      Suivant différentes sources son diplôme c’est 35,000E pour 4 semaines.
      Il a l’intention de monter une boîte dans l’imagerie médicale.
      Il m’est plutôt d’avis que des créateurs l’ont intégré dans le business plan pour profiter de ses contacts et que cette société va vivre sur la dépense publique. On est bien dans le capitalisme de connivence, faut-il s’en étonner ?

      1. Higgins

        Des journaleux ont titré: « Montebourg et son cartable ont repris le chemin de l’école ». Vu les prestations de l’impétrant, je préférerai que seul son cartable reprenne le chemin, je serai plus tranquille.

    3. Kekoresin

      Infiltration discrète dans les milieux capitalistes. Il sera vite démasqué quand il entrainera toute la cantine en chantant « lalalalalalalèèèèèèèère’ tout en agitant ses petites mains au-dessus de sa cafetière cabossée.

      Pauvre Burno-Monte-Bourre!

      1. calc80

        Quand il était minustre du redressement, il avait clairement montré une admiration pour les « grands capitaines d’industrie », bref les boîtes dans lesquelles l’Etat a une influence quant au choix du PDG (capitalisme de connivence). M’étonnerait pas que la galette et le prestige l’intéresse…

      2. Nocte

        Au contraire, pas démasqué, mais recherché : réseau (surtout fiscal), passe droits, subventions, etc…

  15. Aristarque

    Montebourg se désole quand il se regarde et se console quand il se compare à ses ex-potes de ce qu’ il est convenu d’appeler gouvernement…

    1. Aristarque

      C’est maintenant que nous avons dépensé des fortunes en parfums pour ces dames qu’il est perçu que le litre de parfum est vendu bien plus cher que le litre d’after-shave ? Mettons fin à cette discrimination qui nous ruine !!! Sus à la pink tax! 😥

    2. Lafayette

      mais attention au déception, le résultat, c’est de taxer plus la différence entre les sexes…

  16. hop hup

    Taxe rose »: certains produits pour femmes sont plus chers, Bercy lance une enquête
    Par L’Expansion.com avec AFP, publié le 03/11/2014 à 13:35, mis à jour à 15:22

    Certains produits de consommation courante, comme les rasoirs, sont plus chers pour les femmes que pour les hommes. Le ministère de l’Economie se penche sur cette woman tax.

    ha je crois que nous allons de nouveaux être taxer au nom de l’égalité

    1. Nocte

      Hum… rien de choquant : les rasoirs n’ont pas les mêmes formes (bien plus de plastiques, travaillés qui plus est, sur les rasoirs des femmes), et les bandes de « protections » ont d’autres produits que ceux utilisés pour les hommes ou dans des proportions plus importantes…

      Mais j’y pense… pourquoi chercher une réponse rationnelle à une connerie sans nom…

      1. Aristarque

        Beaucoup de femmes se contentent d’ emprunter les coupe-choux de leurs époux. Des avaricieuses! Voilà ce qu’ elles sont en empêchant Bercy d’ empocher de la TVA! :mrgreen:

      2. Higgins

        Sans être couturier, il me semble qu’un chemisier femme est plus complexe qu’une chemise homme (notons au passage la délicieuse inversion des genres entre les deux substantifs. La langue française recèle toujours des petits trésors) ne serait-ce qu’au niveau de la poitrine.
        La dernière phrase est lumineuse de clairvoyance.

    2. Aristarque

      Taxés deux fois : le prix des rasoirs masculins (enfin décrits comme tels) sera aligné sur ceux du genre 1 et la TVA suivra la même pente. L’ enquête de Bercy vise à voir pour aligner le prix de ceux du genre 2 sur celui de ceux du genre 1, sinon nous aurons bientôt l’ antienne que Bercy subit de la dépense fiscale anormale, bref qu’il y perd… 😥

    3. gameover

      Depuis que j’ai vu dans le billet de ce jour que l’état s’occupait des vacances annuelles des boulangers (je croyais que c’était une blague mais j’ai vérifié, c’est vrai sur Paris au moins), je pensais que plus rien ne pourrait m’étonner, mais là pour les rasoirs, les bras m’en tombent…

      1. Deres

        Il y a eu un contrôle des prix en France en particulier sur le pain jusqu’en 1978. Après une bonne génération, il est donc prévisible que les vieilles lunes resurgissent. En effet, nos « vieux » hommes politiques n’ont jamais connu dans le détail les effets de ces contrôle, ils étaient trop jeunes.

  17. hop hup

    Un enfant né en 2014 a toutes les chances de connaître l’apocalypse climatique puisque, sur le siècle écoulé, la teneur en dioxyde de carbone est supérieure à celle produite pendant 800.000 ans.

    A mon avis c’est pauvres enfants connaîtront surtout des apocalypses énergétiques sociales économiques avant de connaitre celle du réchauffement climatique…

  18. Higgins

    Toujours HS mais une bonne nouvelle: la SNCM a déposé son bilan officiellement (entendu il deux minutes sur FIP).

    1. NicolasPimprenelle

      Bigre !!!
      Après les incendies des batiments publics, il faut maintenant craindre les plasticages des Corses maintenant …

      Le peuple est vraiment trop méchant en Socialie, ils ne supportent plus nos bisous.

        1. Lafayette

          mais d’ici là les magouilles de Corsica Ferries vont finir le travail. Vu qu’ils ne transportent que des handicapés subventionnées.

      1. sscrit

        bof, le 1 er janvier 2015 ils vont toucher 0,02% de chaque salarié prélevé directement par l’URSSAF, mais astucieusement masqué/melangé dans la ligne « simplifié » prélèvement sociaux

        http://www.legisocial.fr/actualites-sociales/1199-le-financement-des-syndicats-par-une-cotisation-urssaf-entre-en-vigueur-le-1er-janvier-2015.html

        bon soit, pour moi c’est 1a 3 €, mais meme le medef va toucher les sous /o\, soit 20M€/mois dont 130 000 pour des travaux d’appart

    2. RBF

      Enfin, un boulet de moins pour les contribuables.

      Encore la SNCF, la RATP, Air France, et quelle bouffée d’air. Que le parfum sera agréable quand nous serons débarassés de ces parasites.

    3. David

      HAAAAAA ! j’ai lu trop vite, j’avais compris : « la sncF a déposé son bilan officiellement »

      faut pas me faire ce genre de truc, c’est trop d’émotions …

    4. calc80

      La SNCM coule ? J’espère que c’est à l’occasion d’une grosse fête CGT à bord…
      Ils se sont tous penchés du même côté pour apercevoir leurs châteaux sur la côte (« Regarde, c’est là qu’on a prévu, bobonne et moi, de prendre nos six mois de vacances », « Ben nous, ça y est, on y est a temps plein ! »)…
      Pas assez de bouées de sauvetage ? Ah, mince alors…

  19. Higgins

    Sur la taxophilie galopante de nos zélites, cette phrase (qui montre qu’ils sont décidément plus c… que je le pensais): «Incroyable, hallucinant : si la France stoppe la taxation sur les billets d’avion, ce serait une annonce dramatique et majeure, dit-il à Libération. Jamais un président ni un Premier ministre n’ont remis en cause la taxe sur les billets d’avion, qui plaçait la France comme pionnière en matière de financements innovants.» Phillipe Douste-Blazy dans http://www.liberation.fr/economie/2014/11/03/si-on-supprime-la-taxe-sur-les-billets-d-avion-c-est-un-scandale_1135316

    Taxer à tout crin est donc la marque d’un financement innovant. C’en est désespérant.

    1. hop hup

      suit curieux de savoir combien elle a la rapporté cette taxe et combien d’argent a été cramé en pure perte ?

      1. hop hup

        Mais il propose une autre assiette et souhaite l’adosser dans le projet de loi de finances 2016 sur la grande distribution. «Le secteur a réalisé 310 milliards de chiffre d’affaires en 2012. Ponctionner 200 millions,

        on comprend mieux pouquoi il veulent la surpimer

    2. gameover

      Douste Blazy qui dit que ça aurait un effet dévastateur… ben oui, il faudrait qu’il cherche un autre job ! P’tain de république des copains.

      « Le député PS ne veut pour autant pas «remettre en cause» cette source de financement innovant. Mais il propose une autre assiette et souhaite l’adosser dans le projet de loi de finances 2016 sur la grande distribution. «Le secteur a réalisé 310 milliards de chiffre d’affaires en 2012. Ponctionner 200 millions, c’est 0,05%», assure le patron des députés PS. »

      Sauf qu’un groupe comme Casino fait 48Mds de CA et seulement 851M de résultat net. ce qui veut dire qu’une taxe de 0.05% ferait 24M et 3% du résultat. Pour Carrefour idem.

      Ce sont les employés qui le paieront. Ils prennent pas l’avion… pas grave !

  20. Mifn

    La CGT bien malmenée ces temps-ci!!!2014 n’est pas pain béni…

    En juin: le tribunal pour des »malversations??? » CE EDF
    En Octobre: les travaux de Vincennes
    En Novembre: la SNCM
    C’est presque triste tout ça puisqu’il s’agit toujours de notre porte monnaie

    1. calc80

      Reste à s’occuper du syndicat du Livre, suppôt de la CGT, si ce n’est la CGT elle-même. Après ça, on pourra enfin penser que la courbe de la CGT, inclinée vers les lendemains lumineux, s’est inversée…

    2. Calvin

      En tout cas, le dernier appel appel à la grève semble en voie de faire un flop.
      Les vendeurs de merguez vont être mécontents.
      Vite, une subvention !

      1. Higgins

        Oui mais on ne parle pas de toutes les grèves larvées qui existent çà et là comme à EDF (j’ai un exemple dans ma famille). Les élections professionnelles ont lieu, je crois, en fin de mois. Ceci explique cela.

  21. Kazar

    J’en ai lu une bien bonne :
    « Jamais un président ni un Premier ministre n’ont remis en cause la taxe sur les billets d’avion, qui plaçait la France comme pionnière en matière de financements innovants ».
    Pour Douste-Blazy (surnommée « la douste » dans les milieux bien informés), une taxe est un « financement innovant » 🙂

    1. val

      @kazar , oui oui , tout est en ordre , d’ailleurs on nous a expliqué que l’état fait des « économies » grâce aux nouvelles taxes , c’est dans la ligne (on n’ose imaginer laquelle d’ailleurs , blanche peut être ?)

    2. RBF

      C’est tellement innovant, qu’à l’aéroport binational de Bâle-Mulhouse, 80% des compagnies aériennes ont préféré le côté suisse de l’aéroport.

      Le consentement à la taxe innovante est tel, que Paris a décidé de manière parfaitement unilatérale de soumettre toutes les entreprises du complexe sous fiscalité française.

      L’enjeu, oh pas grande chose, pensez donc. Juste quelques milliers d’emplois, on ne va chipoter pour si peu au pays du plein emploi…

      Lors de l’annonce, la compagnie EasyJet a immédiatement suspendu tous ses investissements à Bâle-Mulhouse.

      Bien joué, encore une belle victoire, avec plein de morts d’un seul coup.

      Vive la France, et vive la République.

        1. RBF

          Pas sûr d’avoir tout compris… Je n’ai jamais dit qu’EasyJet n’était qu’à Bâle-Mulhouse…

  22. Lafayette

    Moi j’aime l’inversion de la courbe du chômage, si on retourne le graphique en effet elle descend….

    C’est un miracle, avec trois fois rien, le socialisme change tout.

  23. David

    Le titre du billet (« C’est difficile, de faire des économies ») fait référence, je pense, au style très ‘personnel’ de la prose hollandesque (anaphore, et tout ça …).

    Allez, je nous la refais encore une fois, on ne s’en lasse pas :

    http://www.youtube.com/watch?v=L4x-K8vDHLU

    Quel métier difficile, mes aïeux !

  24. gameover

    Nième reculade : la taxe sur les transactions financières

    « Le ministre des Finances Michel Sapin proposera vendredi à ses homologues européens d’appliquer la taxe sur les transactions financières (TTF) aux seules actions cotées et à certains CDS, des contrats d’assurance contre le défaut de paiement d’une valeur, selon une tribune publiée lundi sur le site internet des Echos.

    « La base de la nouvelle taxe, ce sera de taxer les transactions sur les actions cotées. (…) Nous devons aussi taxer les dérivés qui contribuent à la spéculation. Je propose de taxer les transactions sur ce qu’il est convenu d’appeler les Credit Default Swaps qui ne passent pas par des chambres de compensation. Ces transactions sont purement spéculatives et extrêmement dangereuses », explique le ministre. »
    __________
    Pour info les CDS c’est que dalle dans la masse des dérivés.
    Et les CDS sont peut être ce qu’il y a de plus utile car ce sont eux qui mettent en exergue très rapidement le risque de défaut des emprunteurs… dont les pays… mais c’est que de la méchante spéculation, méchante, méchante, méchante…

        1. Quiet Desperation

          hmmm…. j’aime bien… et, à mon avis, tu vas avoir un swoon de Barbara sur ce trait là…..

          Au fait, mon petit Calvin, si tu vois une dame d’âge mûr essayer de te donner des bonbons, tout en minaudant qu’ « une rose d’automne est plus qu’une autre exquise »…. souviens-toi de te méfier….

          1. Calvin

            Oui papy, je tâcherai d’être méfiant.
            Mais ce qui me gêne, c’est la définition d’âge mûr…
            Pour moi, 20 ans c’est déjà blet…

          2. Aristarque

            Ne sont-ce pas dans les vieux pots que les meilleures soupes sont faites? Ne mets pas trop d’ idées négatives quant à l’ avancement en âge dans le crâne de ce jeune cabri! Dix ans lui paraissant trop usant comme un siècle, il n’ a que trop tendance à nous croire égrotants et rangés des voitures…

  25. petit-chat

    Pour faire des éconocroques à la sauce habituelle, et c’est pas facile, je propose à la saga-cécité du zélu une nouvelle taxe qui serait supportée par chaque être humain, en attendant la taxe sur la respiration (fonction de l’activité, de la spirographie, de l’âge du capitaine…)
    http://www.liberation.fr/terre/2014/11/03/en-trente-ans-l-europe-a-perdu-421-millions-d-oiseaux_1134981
    C’est bien la preuve qu’on peut lutter contre ceux qui volent.

  26. hop hup

    La taxe sur les résidences secondaires pourrait augmenter de 20%
    VIDÉO – Le gouvernement s’apprêterait à instaurer une surtaxe sur les biens non loués situés dans les «zones tendues». La mesure pourrait rapporter 150 millions d’euros, selon Les Échos.

    de quoi plomber un peu plus le marché de l’immobilier

Les commentaires sont fermés.