Grâce aux dockers syndiqués, les ports français périclitent

Jadis, la France, bénéficiant d’une situation géographique honteusement favorable, pouvait s’enorgueillir de ports de commerce puissants, bien outillés et répondant à une demande croissante. Mais ça, c’était avant.

SNCM-1.jpgPour illustrer la dégringolade du pays dans la gestion de ses ports, on pourrait revenir en détail sur la passionnante (et triste) histoire de la SNCM comme je l’ai déjà fait dans ces colonnes (ici ou par exemple). Après une odyssée oscillant mollement entre le lacrymal et le pathétique, la société maritime vogue maintenant de galère en galère et droit vers les récifs tranchants de la liquidation pure et simple. Pour le moment, la société, agonisante, est autorisée à continuer son (in)activité jusqu’au 28 novembre prochain, mais lorsqu’on prend connaissance des jugements rendus dernièrement par le tribunal de commerce de Marseille, on comprend que ce n’est qu’un sursis tant sont incertaines et fragiles les conditions de reprises par les trois candidats déclarés à ce jour.

De la même façon, on pourrait détailler les consternants rebondissements dans la gestion de Seafrance, une autre entreprise de ferries, elle aussi française et elle aussi soumise aux dictats des syndicats et à la capacité assez phénoménale de sa maison-mère d’alors, la SNCF, à rester aussi loin que possible du bon sens en matière de gestion d’entreprise. Éloignement qui provoquera une belle liquidation en 2012 (que j’évoque au passage ici), qui aboutira à la création, tant bien que mal et par les salariés de la société défaillante, de la SCOP SeaFrance qui aura pour objet d’exploiter les ferries de MyFerryLink.

SeaFrance - (Le Honzec)Du reste, MyFerryLink, filiale d’Eurotonnel, s’est rapidement retrouvé dans un imbroglio juridique avec l’Angleterre : l’Autorité de la concurrence britannique (CMA) avait ordonné à la compagnie de stopper ses activités de ferry à partir du 9 juillet prochain, jugeant la concurrence déloyale avec les autres entreprises de ferry (DFDS et P&O), ces dernières ne pouvant bénéficier, au contraire de la filiale MyFerryLink, des facilités offertes par Eurotunnel. La décision vient d’être cassée. Mais comme entre temps, Eurotunnel a décidé de se séparer de cette compagnie, l’avenir apparaît, là encore, particulièrement épineux pour les salariés tant de MyFerryLink que de la SCOP SeaFrance. D’autant que cette dernière entreprise, placée en procédure de sauvegarde depuis le 10 avril, est (comme c’est ballot) en pleine tempête, ses dirigeants s’entredéchirant.

Ces compagnies maritimes et leurs déboires n’ont en réalité rien d’exceptionnel. Elles sont simplement la partie médiatisée et visible d’un iceberg d’échecs répétés, iceberg qui encombre maintenant les ports français bien plus sûrement que la proverbiale sardine dans celui de Marseille.

L’une des causes saillantes de cet état de fait dramatique est la position clef que tiennent les syndicats, en premier lieu ceux des dockers, au sein de la gestion des ports français. De façon générale, les dockers n’ont jamais été réputés pour être de tendres travailleurs, ce qui certes s’explique par un métier effectivement difficile (aux conséquences sanitaires lourdes puisque l’espérance de vie y est notoirement réduite), mais qui ne justifie pas tout. En France, sur les dernières décennies, ces syndicats de dockers se sont surtout illustrés assez régulièrement par leur capacité de nuisance.

Grutier : un emploi d'avenirEntre les grèves et les opérations coups de poings à répétition sur toute entreprise qui aurait eu l’impudence de tenter de se passer de leurs services, les dockers français ont réussi à se tailler une réputation si sulfureuse que la plupart des ports du pays ont connu une chute régulière et marquée de leur fréquentation, au profit d’autres ports plus sûrs, mieux tenus et plus à même de garantir les contrats des compagnies de fret maritime.

Le souci de ce pouvoir de nuisance est qu’à la fin, il nuit vraiment. Il nuit d’abord à la bonne marche des opérations d’un port, puis au commerce qui y a lieu, puis, enfin, à l’emploi que ce commerce génère. À ce titre, la SNCM ou SeaFrance en sont d’excellents exemples. De fil en aiguille, dirigés par des syndicats totalitaires, jusqu’au-boutistes et violents, les dockers ont en réalité signé leur propre perte : on n’emploie pas de dockers dans des ports qui ne reçoivent plus de fret, et l’attrition importante (ils étaient plus de 13000 au début des années 80 et on en compte à peine 3500 de nos jours) ne favorise plus du tout leur cause.

La Cour des Comptes a d’ailleurs régulièrement listé les problèmes des ports français : des prestations et une manutention plus coûteuses qu’ailleurs, des coûts d’immobilisation de navire élevés alors que les terminaux à conteneurs sont loin d’être saturés, une organisation des ports peu compétitive face au reste du monde, une fiabilité douteuse (près d’une escale sur cinq a été marquée par un incident entre 2000 et 2004), bref, c’est toute une bonne brochette de raisons qui conduisent à la perte de vitesse dramatique des ports français. Bien sûr, toutes ces raisons ne sont pas causées exclusivement par le comportement de certains dockers et de leurs syndicats, mais ce dernier n’aide certainement pas à améliorer la situation, au contraire.

À ce titre, on ne s’étonnera pas de découvrir, dans une presse qui s’est faite extrêmement discrète sur la question, qu’un récent conflit dans le port d’Ouistreham a opposé ces fameux dockers avec Brittany Ferries, qui bloquaient depuis plusieurs jours un des navires de la compagnie. Il a fallu l’intervention directe du président et des actionnaires de cette compagnie dans la nuit de samedi à dimanche pour libérer le bateau de son séquestre par les dockers.

Au passage, notons que l’action de ces dockers s’inscrivait bien sûr dans le strict cadre de la légalité et de l’État de droit qu’on connaît en France, État de droit qui n’a pas hésité à ne rien faire du tout pendant plusieurs jours devant l’arraisonnement d’un bateau. Notons aussi que les demandes des dockers étaient encore une fois frappées au coin du bon sens :

« Leurs demandes correspondent à une augmentation supplémentaire des salaires nets de l’ordre de 5% mais sont irrecevables alors que la compagnie sort d’une crise financière très grave. Par ailleurs, les négociations annuelles venaient de s’achever dans le cadre desquelles ont été prévus des efforts salariaux équitables pour tous les salariés, dockers, marins, sédentaires »

Shipment of fail !

Tant les histoires de la SNCM ou de SeaFrance que celle, plus récente et de fin heureuse, des Brittany Ferries, montrent l’étendue de la maladie qui s’est développée dans les ports français : le collectivisme, une mentalité marxiste galopante, une lutte permanente pour des droits acquis de plus en plus en décalage avec les réalités de terrain et la concurrence mondiale, et l’incapacité à se réorganiser et gagner en productivité ont amené, plus sûrement qu’une gestion irresponsable ou un capitalisme maladroit, les ports français à leur médiocre place actuelle et, à terme, à leur faillite.

Dans ce domaine comme tant d’autres, il est urgent que des syndicats fossilisés sur des pratiques d’un autre temps (voire carrément mafieuses) disparaissent, que soient révolus des corporatismes délétères pour enfin redonner leur place à la libre entreprise et au marché concurrentiel, comme l’ont choisi les autres ports européens, à leur avantage.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires78

  1. Le Gnôme

    Dans mes vertes années, j’importais des marchandises surgelées en provenance d’Argentine qui arrivaient au port du Havre. Les problèmes étaient tellement nombreux, les retards tellement importants qu’il revenait moins cher de faire décharger la marchandise à Rotterdam, où les dockers bataves travaillaient 24 heures sur 24 sans grèves surprises et de l’acheminer par route jusqu’à Paris.

    La CGT avait le monopole d’embauche à cette époque, et on peut rajouter le déclin des ports français à la longue liste de ses méfaits.

    1. Bruno

      Une affaire au long cours, qui remonte à la posture de « Finlandisation » prise par de Gaulle, anticipant la nouvelle collaboration qu’il envisageait de pratiquer envers Staline dès Yalta en succédant à Pétain, qui lui, le vilain, collaborait avec Hitler.
      Voici, recopié des Contribuables, ce qu’en dit le Camarade Chérèque:
      « Depuis la Libération, nous sommes dans un syndicalisme unique où c’est la CGT qui fait les embauches. Le système syndical dans les ports n’est pas tout à fait démocratique. »
      François Chérèque, secrétaire général de la CFDT à propos du monopole de la CGT et de ses pratiques.
      Le syndicat CGT du Livre est toujours vivant, lui aussi. . .
      Le comité d’EDF aussi.
      On connait les grèves SNCF. . .
      Cela fait soixante dix ans que personne en France n’a seulement essayé de virer cette maffia stalinienne.
      Seule en GB la Dame de fer a osé s’attaquer à l’équivalent mis en place par Attlee et les travaillistes.
      Personne en France n’est capable de soutenir une telle bataille. . .
      CPEF

      1. JOYCE Josyane

        Vous devriez tenter de lire sur le Net la grève des traminots toulousains qui ont ces mêmes avantages et ont perçu 20% d’augmentation en 5 ans, du temps de la municipalité de gauche….
        Comme ils n’arrivent pas à leur fin, (ils veulent 5% d’augmentation de salaire et n’en auront que 0,6%) ils ont entraînés dans leur grève les chauffeurs de Mobibus, transport toulousain des personnes âgées et handicapées dans une grève illimitée, alors que ces chauffeurs n’ont AUCUN de leurs avantages!
        Je suis utilisatrice
        Marre de ces ponctionnaires!

        1. Deres

          Sachant que ce métro a été mis en service fin 2010, il est assez croustillant de voir que les abus sociaux et syndicaux ont donc commencé immédiatement …

    2. Toro Er

      Je confirme. Il y a une quinzaine d’années, en mission au port d’Anvers, j’ai été accueilli avec ces mots: « Nous sommes le premier port français ».
      Je parie que c’est toujours le cas.

  2. Bonsaï

    Tout cela est palpitant, comme un bon feuilleton. Et romantique en diable !
    Le décor est campé d’un trait suggestif, on a le milieu corse, des noms qui chantent à nos oreilles expertes, Ange-Toussaint Federici … une vieille connaissance.
    Ah! le fameux gang de la Brise de Mer, dont les péripéties face aux gendarmes continentaux ont avantageusement remplacé les attaques du train postal par les Comanches.
    Un dimanche qui s’annonce bien, grâce à H16 le Magicien …

  3. Caton

    Je travaille en ce moment avec des ports Africains, et plus particulièrement des terminaux à containers. En Afrique francophone les mêmes problèmes se posent, seul le caractère légèrement moins démocratique de ces pays permet d’éviter la catastrophe. Étrangement ce problème ne se pose ni en Afrique anglophone, ni lusitanienne.

    1. Higgins

      En caricaturant, je dirai que la seule chose qu’on ait laissé en Afrique en quittant les colonies, c’est des syndicats corporatistes. Le résultat est dramatique (je pense à la voie ferrée Abidjan-Ouagadougou entre autres).

      1. Caton

        C’est un rien plus complexe dans ce cas particulier : l’imposition d’un président burkinabé a conduit certains ivoiriens à saboter cette ligne.

        1. Pheldge

          Comment , du racisme, de l’intolérance, et aucun caucasien mis en cause ? vous ne pouvez que vous tromper, mon brave !

        2. Jiff

          « C’est un rien plus complexe… »

          Non, ça fait bien longtemps que c’est comme ça, particulièrement là-bas.

          Au tout début des années 80, 2 containers de noix de coco (30T) laissés au soleil pendant 48H à cause d’une grève syndicale en côte d’ivoire; perte suivant de très près pratiquement la même dans le port du Havre (de mémoire, peut-être était-ce Dunkerque, sèpu, ‘toute façon, c’est pareil).

          Ma cousine a tout repris en main, déplacée tous les arrivages sur Antwerp, reportée tous les contrats de transports maritimes sur des compagnies étrangères n’ayant plus aucune escale (même technique) dans un port francophone et supprimée tout transport aérien étant en pool avec des compagnies françaises – depuis ce réajustement, jamais plus un seul problème majeur ne s’est manifesté.

  4. Higgins

    La CGT dockers est plus efficace que la plus puissante flotte de guerre. Sans bruit, sans trop de vagues, ce syndicat a réduit la puissance maritime française à zéro. Total respect. Quand son action se combine à l’inaction étatique, rien ne résiste.

  5. Golum

    Je confirme pour Marseille.
    Nous pourrions supputer:

    Trafics de drogues, mafia, vol des colis postaux, trafic humain….

    A tel point que certaines entreprises refusent le transit par Marseille, meme pour un colis postal.

    L’Etat n’est plus responsable….de plus, il a moins de thunes à récupérer:

    Le transit étant faible, il devient plus difficile de cacher la drogue.

    De la, c’est sur c’est foutu pour Marseille !
    Double fail !!!

      1. Bonsaï

        Il m’est revenu aux oreilles que le nouveau Parrain de Massilia / Marseille se fait appeler VinCal 68.
        Si j’en crois mes informateurs, c’est un tordu, expert dans l’art de l’embrouille. On ne sait jamais quelle carte il va sortir de sa manche. Ce nouveau patron de la pègre est déjà entré dans la légende, même le patron de la PJ marche sur des œufs avec lui : on les a récemment vus ensemble, jouant au scrabble en sirotant un pastaga à l’ombre d’un parasol. C’est dire !

        1. Bonsaï

          Om me dit que mes fiches sont incomplètes.
          Ce n’était donc pas un pastaga que savouraient ensemble le chef de la police marseillaise et le baron de la maffia locale, mais bien une « mauresque ».
          VinCal 68 aurait en effet un goût immodéré pour le sirop d’orgeat …

          1. Golum

            Le tout avec un gros joint de 12 feuilles. Attention, c’est de la bonne à Marseille !

            D’ailleurs, j’y pense, c’est pas pour ça qu’ils ont enlevé le Paris Dakar ?
            A cause de la traversé de Marseille et des vols de véhicules….ouahahahaha.

            Ce pays est trop LOL

  6. Winch

    Bof, encore quelques années et ne ne parlera plus des ports français, sauf pour les touristes avides de friches industrielles.
    On a ce qu’on mérite, et quand la classe politique cède le pouvoir aux syndicats, que voulez-vous qu’il arrive de bon?
    Et qui vote pour ces politiciens incapables ?
    Les français. Alors…

    1. Dr Slump

      Oui mais non, ça se sont les mauvais communistes. Les bons communistes, ils ont des milices, maiiiiiiis tu connais la suite!

    2. Caton

      Ces milices sont surtout protégées par l’état. Lorsqu’une opposition existe elles sont curieusement dociles. Pensez au SAC par exemple…

      1. Dr Slump

        Opposition , quelle opposition? Il n’y a pas d’opposition dans notre république, pas besoin, tout le monde est d’accord sur ce qu’est le bien. Si une quelconque critique s’élève, c’est juste un marginal, un nazi qu’on a oublié de bâillonner. :-p

  7. Dr Slump

    On peut peut-être se réjouir que les ports français finissent par tomber comme des fruits pourris. Avec eux tomberont syndicats et dockers, et on peut espérer que des chinois ou des américains les rachètent pour une bouchée de pain, pour enfin les faire tourner correctement, au bénéfice de la France.

    1. Black Mamba

      Si c’est les chinois oui, pourquoi pas par contre si ce sont les pays arabes, je ne donne pas cher pour la France …

  8. Pheldge

    Petites scènes de la vie ultramarine indo-océane : les marchandises « tombées du camion » comme on dit ici ! le fret étant assuré , les aconiers préfèrent fermer les yeux sur certaines « marchandises abîmées » et acheter ainsi une relative paix sociale …
    Le gendre d’une ex était manutentionnaire dans une société de produits des pêches australes ( légines, langoustes …) . J’ai beaucoup mangé de langoustes pendant cette période …
    L’insularité décuple le pouvoir de nuisance de la CGT Ports et Docks, la moindre rumeur de grève , répandue instantanément, provoque panique et ruée vers les magasins …

    1. Jiff

      « L’insularité décuple le pouvoir de nuisance de la CGT Ports et Docks, »

      Je confirme, j’ai vécu ça il-y-a une trentaine d’années chez les Guadelou-P4.

    2. Nyamba

      Entendu une rumeur concernant les petits arrangements entre dockers et certaine famille de quincaillers bien connue sur l’isle Bourbon : si de la concurrence se pointe sans « autorisation » expresse, sa marchandise n’est jamais délivrée. Rumeur, certes ; mais je soupçonne que la même chose s’appliquerait fort bien à quelques acteurs-clés du crony capitalism qui nous est si ch€r.
      En attendant, aujourd’hui, il neige, youhouuuu !

      1. Pheldge

        Comme dit le proverbe , belge je crois , « neige en mai, Noêl en décembre ! » 🙂
        Au moins, ou pourras touzours raconter que ou la vu la « neize », la vraie, pas l’espèce verglas que la tombe sur l’île par 2 fois ces 5 dernières années … ( la faute au réchauffement clitomatique 😉
        Tiembo la ramp ! 🙂

  9. zelectron

    encore un p’ti effort de la CGT communiste et s’en sera fait de nos ports, du commerce autour et alentours ainsi que des entreprises françaises de ce secteur.
    Le socialisme est décidément bien mortifère quand il n’est pas teinté de fascisme qui ne dit pas son nom

  10. Golum

    C’est HS, mais je me demande (c’est dimanche !).
    Hollande est il machiavélique ou complètement con ?

    SI vous étiez lui (bon, imaginons…) que feriez vous ?

    Perso, je ferais semblant de croire encore à cette pseudo démocratie.
    Je laisserais comme la mitte, la place à la drouate.

    Cette stratégie du hasard, me laisse dans le doute total.

      1. Golum

        Bon, ok.
        Mais à son age, on tire un coup et on recharge une semaine.

        Après il fait quoi bordel ?

        80% des Français veulent sa peau.
        Si il n’a pas d’honneur pour sa fonction, son pays, sa personne….il pourrait au moins faire semblant (bordel)

        1. Calvin

          Ben, le reste du temps, il s’en br….
          Il n’a jamais rien foutu de sa vie, c’est pas pour maintenant le changement.
          Il monte des coups tordus, tente des synthèses pitoyables, lance de ridicules réformes sociétales, etc.

        2. Deres

          Sinon, il se fait faire des gueuletons 5 étoiles à tous les repas par le cuisinier de l’Elysée. Il invite sous les dorures des personnes du show biz, du business et de la finance. Il fait des petits voyages avec Air Flamby One pour sa campagne électorale.

          1. Pheldge

            Il reçoit le gratin de la société : Joey Starr ( qui vient pour se « fracasser » comme il le reconnait …) Jamel , qui lui donne des conseils pour améliorer son « art de l’improvisation » qui fait l’admiration de Valls …
            A propos de Joey , vous ne connaissez pas encore sa soeur Bobbi ? Faites la recherche, ça vaut le détour ! 🙂 voir : bobbistarr.com/tour/

        1. Golum

          A moins qu’il soit phobique de quelque chose. Y parait qu’ils y en a beaucoup dans la haute administration.

          Même, ils n’aiment pas avoir de compte en banque. Enfin, en France du moins. Ils doivent être fous….

          C’est vrai que lorsque « c’est gratuit » c’est l’Etat qui paye permet de vivre entièrement aux crochets d’une bande de con-citoyens, pourquoi se priver.

          Un buisson, pervers et piquant. Donc !

          1. Mickey Mahousse

            Emile Buisson, qui était un « pays », à mon avis, les dockers, il les aurait éparpillés façon puzzle…. mais bon, de nos jours, n’est-ce pas, ce n’est plus trop la mode…. mais ça peut revenir, sait-on jamais ?

            1. Mickey Mahousse

              Heureusement la Gendarmerie veille, comme on vient de le voir avec le procès qui s’est tenu en Franche Comté cette semaine, où quelques guignols un brin limités se sont fait condamner à la prison ferme, sans avoir jamais commis un délit autre qu’intellectuel, si l’on peut dire…

              La Gendarmerie les avait surveillés pendant deux ans, avant de les arrêter : on respire enfin… il est vrai, en revanche, que nos mêmes services de sécurité ne mettent hors d’état de nuire les djihadistes qu’après coup, ou par hasard…

                1. Mickey Mahousse

                  estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2015/05/23/neonazis-20-mois-ferme-pour-le-leader-de-combat-18

                  Pour ce qui est de Nasica, à part Scipion ?

                  1. Bonsaï

                    Merci pour votre réponse.
                    Quant à Pierre Nasica, c’est le nom du jeune homme tué à coups de couteau par son ami Sid Yacine. Lequel a été récemment condamné à vingt ans par la cour d’assises de la Haute-Saône et Territoire de Belfort.

                1. Dr Slump

                  Yeah yeah, the burning bush, God’s voice and all. Folks were probably high on magic herbs back then. We also all knew an american Bush, but that one wasn’t very bright. Anyway, I don’t play in the bush.

      2. Honorbrachios

        ben comme dit golum, la place est bonne et sauter Julie et bien d’autres stagiaires et journalistes a du bon, surtout quand on a une tronche de cake comme lui…pour le rechargement de la machine, il y a le viagra…et penser qu’il enc…le 65millions de français assez cons pour l’avoir élu doit être bien stimulant aussi!

        1. Pat

          « 65millions de français assez cons pour l’avoir élu » ?
          Résultats 1er tour 2012 : 10 273 582 votes pour François Hollande. Il y a 55 millions de français en trop dans votre estimation.

    1. Jiff

      « Je laisserais comme la mitte, la place à la drouate. »

      Il semble que tu aies une vision sensiblement floue de la poliotique française.

      Droite, gauche, centre, pmu, ps, fn, extrêmes, toute cette faune-là a des buts qui n’ont strictement rien à voir avec un éventuel bien-être de la population; objectif premier: se faire ré-élire (comme le disait CDG, « la soupe est bonne »), n°2: laisser une trace (par exemple son nom sur une loi, particulièrement débile de préférence), n°3: se remplir les poches, n°4: utiliser le clientélisme des lobbies, juste au cas où ça merdouille lors des prochaines élections, histoire de se replacer, etc [NB: l’ordre de priorité change suivant le bord du délinquant.]

      Il suffit de regarder pour voir que ce gouvernement continue dans la même ligne ce que le précédent avait fait (avec la finance notamment.) Un exemple flagrant: le silence gêné et général lors de l’affaire Cahuzac; et pour cause: sa couverture était due à un renvoi d’ascenseur entre droite et gauche.

      Dernier point remarquable et symptomatique d’une gangrène profonde: si tout ce petit monde se tire joyeusement dans les pattes (tout du moins en apparence), il n’y en a eu qu’un seul à traîner les pieds (voter blanc hein, pas contre) lors de la dernière auto-amnestie des parlementaires – c’est-y pas formidable ça, mon bon monsieur, un pays où l’on peut se goinfrer de pognon public, enfreindre les lois qu’on a fait voter sans ciller et sans rien craindre, commettre des crimes financiers qui enverraient n’importe qui pour 6 à 8 ans fermes en taule, et en fin de parcours, s’auto-amnistier.

      Par ailleurs, nous sommes au XXIème siècle, celui où les organisations pyramidales sont toutes en train de se reconfigurer en organisations horizontales (voire atomisées, cassées puis entièrement reconfigurées public/privé) et il est évident comme le nez au milieu de la figure que les énarques n’ont pas le quart de la moitié d’un neurone prenant cela en compte. Croire qu’un changement de majorité/président modifiera quoi que ce soit, c’est un peu comme croire à la mouche qui pète tout en chantant la Marseillaise en Breton.

      Ce pays a besoin d’un(e) costaud(e) non-politisé(e) et prêt(e) à faire le boulot, à la tronçonneuse si ça s’avère nécessaire, et sans aucune autre considération que le résultat final – autant dire que ce pays est complètement foutu jusqu’à son explosion, et qu’après, ses chances de se relever sont infimes tant que les gens: 1- ne s’apercevront pas que les poliotiques et syndicats (du moins dans leur forme actuelle) sont le problème et en aucun cas une éventuelle solution,
      2- qu’ils continueront à aboyer sans se sortir les doigts des sphincters (c’est d’ailleurs l’une des raisons de l’arrêt des Tondus, évoqué dans le précédent article.)

      1. floriska

        Je suis à 100% d’accord avec vous, Cela fait 20 ans que je ne vote plus. J’ai voté une fois en 88 pour étrenner ma carte d’électeur mais j’ai compris très vite qu’il n’y avait rien à attendre des politiciens et rien des électeurs. Ils attrapent les mouches soit par des projets iniques (la gauche) soit par des promesses qui ne seront jamais honorées (la droite). Leur seul objectif est d’assurer leurs rentes point barre.

      2. Nyamba

        « toute cette faune-là a des buts qui n’ont strictement rien à voir avec un éventuel bien-être de la population » : Je veux bien croire que certains éléments de cette « faune » (probablement une large minorité) sont encore convaincus d’oeuvrer pour le bien de leurs électeurs – même si la plupart du temps leurs choix sont éclairés d’une lumineuse incompétence, merci EdNat ? Néanmoins, ce sont, je crois, les mêmes ressorts collectivistes qui opèrent chez ces gentils con-vaincus et leurs amis psychopathes en costard : il me semble que, de maniere générale, les collectivistes ressentent essentiellement envers l’individu un souverain mépris – au mieux travesti en une bienveillance paternaliste (bien que systématiquement doublée de méfiance), au pire en le voyant comme un nécessaire mais pénible marchepied vers ce qu’ils considèrent comme le succès (pour les politiciens ou leurs éminences grises, je suppose que succès = pouvoir, bien que je remarque que chez beaucoup l’argent soit aussi une fin en soi). Laisser le bénéfice du doute à un individu face à ses choix, c’est une lubie de libéral… L’individualisme (la philosophie, j’entends), en France ? c’est juste papossib.
        Quant à l’idée du « costaud non politisé prêt à faire le boulot » (le dictateur éclairé, en somme), elle relève de plus en plus du domaine de la foi. Non, CPEF, c’est tout.

  11. acarel

    La Cour des Comptes a d’ailleurs régulièrement listé les problèmes des ports français : des pre…..A quoi sert cette cour des compte si elle n’a aucun pouvoir.On paie des gens juste pour dire que ça ne va pas ?

    1. Calvin

      Dans 80% des cas, les rapports de la CC débouchent sur des actions… mais des politiques.
      Donc, la plupart du temps, ces mesures sont encore plus désastreuses.

  12. Gerldam

    En fait l’histoire des ports français est une expérience en réduction de ce que tente les socialos-marxistes avec tout le pays.
    Vu le succès éclatant dans les ports, on peut gager qu’il en sera de même avec le pays tout entier.
    Et si on remplace Hollande par Jupé, c’est gagné à tous les coups
    CPEF.

    1. Calvin

      Une expérience mais pas en réduction !
      Mais comme cela ne touchait pas l’ensemble du pays, ces pillards se servaient sur le reste de la bête.
      Désormais, l’école est communiste, la santé est communiste, l’industriel l’est quasiment et on sombre droit vers la faillite totale.

  13. Droopyx

    Si on avait suivi les annonces de Sarkozy lors de la libération du Pascal Paoli par le GIGN en 2005 (les assises pour piraterie maritime), celà aurait peut-être eclairci le contexte. Bon finalement correctionnelle et :
    « Des peines de 18 à 24 mois avec sursis avaient été requises par le procureur de la République à l’encontre des quarte marins. La justice a finalement été plus clémente ».
    1 an et 6 mois avec sursis, 2 relaxes.

    En matière maritime (donc les ports) on devrait donner compétence à la Royale en rétablissant le chatiment de la « grande cale » !

  14. Mickey Mahousse

    I see my red door I must have it painted black
    Maybe then I’ll fade away and not have to face the facts
    It’s not easy facing up when your whole world is black….

  15. lxy

    « Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme !
    On pouvait dire… Oh! Dieu!… bien des choses en somme.
    En variant le ton,par exemple, tenez »:

    – l’Economie de la France est sinistrée
    – son Commerce extérieur est sinistré
    – son Industrie est sinistrée
    – son Système de retraite est sinistré
    – son Régime d’indemnisation du chômage est sinistré
    – ses Finances publiques sont sinistrées
    – son Système de santé est sinistré
    – ses Entreprises sont sinistrées
    – son Education nationale est sinistrée
    – sa Recherche est sinistrée
    – son Université est sinistrée
    – sa Formation professionnelle est sinistrée
    – sa Presse est sinistrée
    – ses Ports sont sinistrés

    Le mot « sinistré » vient de « gauche »..Et comme par hasard tous ces secteurs sinistrés sont depuis très longtemps pris en otage par la gauche syndicale, politique, idéologique, médiatique.

    1. Dr Slump

      Tout juste! Senestre étant le côté gauche, le côté du coeur, par opposition à la dextre, le côté droit, celui de la raison. Quand on donne trop de poids à ses bons sentiments au détriment de la raison, ça se termine en sinistre, comme toujours avec la gauche qui a, comme chacun s’en souvient, « le monopole du coeur ». A ton bon souvenir, François la Francisque, perfide malin!

  16. lxy

    Précisons que la SNCM « bénéficie » de la triple peine : pour les opérations portuaires elle est tributaire de la CGT portuaire, pour ses équipages elle est l’otage de la CGT Marins et du STC…ce qui est encore pire (=syndicat des travailleurs corses). Si le droit s’appliquait la Sncm aurait dû disparaître depuis longtemps…mais elle est -par quel miracle – autorisée à continuer à fonctionner jusqu’en Automne (combien tout ça coûte au contribuable ?).

    1. albundy17

      Il viennent tout juste d’obtenir l’annulation de la dette de 400 millions que bruxelles avait jugé illégale dans un premier temps

    2. Deres

      Cette compagnie a survécu aussi longtemps uniquement car elle bénéficie d’avantage sur la desserte de la corse avec versement d’argent liquide pour financer ses dessertes déficitaires (service public de continuité territorial).

  17. Can-Eye

    Depuis 10 ans ma petite entreprise fait produire des composants en Chine destinés à être assemblés dans une usine française basée à …Marseille.
    Voici le plan de route optimisé pour la marchandise :
    Shanghai – Rotterdam en conteneurs
    Rotterdam – Marseille en camion.
    La CGT dockers contribue grandement à l’émission de particules fines !

  18. albundy17

    Ma femme, travaillant pour un groupement de dockers, me raconte des anecdotes rigolotes. La dernière en date concerne un affréteur qui exigeait le port du casque pour le déchargement d’un navire.

    Mais un casque, ça donne chaud, donc les dockers se sont mis en grève jusqu’à obtenir une « prime casque » de 500 euros.

  19. royaumont

    L’action mortifère de la Centrale des Grèves Tournantes dans les ports est d’autant plus préjudiciable que les enjeux sont colossaux. 90% du fret international emprunte la voie maritime à un moment. Toute la richesse du monde prend le bateau…
    De plus, le déficit est tel, en France, que le potentiel de croissance du secteur est important : il pourrait doubler sans trop d’effort. A la clé, il y a tout de même la création nette de 100 000 emplois directs.

    Mais non, on laisse ce secteur en jachère, sous tutelle d’une société d’état incapable de gérer la situation.

  20. Raph

    Cher H16, votre image de palmier est très très loin du compte… Un grutier dans un port français c’est jusqu’à 14000€ par mois avec les primes. C’est le port le plus cher de France: 6000€ le salaire moyen (sans les primes). J’ai nommé le port de Fort de France, où les dockers sont les nababs de l’île, et le chef de leur syndicat surnommé « le dictateur ». La soupe est bonne, et ils se la partagent: un tiers d’entre eux sont de la même famille (il n’y a pas que dans le show biz et la politique: et oui, les dockers aussi!)

Laisser un commentaire