Mille mercis à la SNCF !

Ah, la SNCF ! À lire les nombreux articles de presse, les plaintes récurrentes d’associations d’usagers (usagés ?), les épais dossiers concoctés par les journalistes (et la présente enquête de Contribuables Associés n’y échappe pas), on en vient assez vite à croire que la Société Nationale des Chemins de Fer est une plaie, un de ces maux insupportables que la société française se doit de supporter sans même pouvoir grincer des dents. À en croire tout ce monde, si la SNCF devait être résumée en une phrase, celle-ci serait écrite avec des mots découpés dans un journal, remplie de mots grossiers, collés de travers sur une carte postale défraichie arrivée froissée avec quinze ans de retard à son destinataire.

La barque, ou plutôt le tender, ici, est chargé. Et lister l’ensemble des problèmes que trimballe, fort péniblement, la société publique de transports ferroviaires ressemble chaque jour un peu plus à une séance de tir sur la proverbiale ambulance.

Le Train Français, un Grand Bon En Avant !
Le Train Français, un Grand Bon En Avant !

Pourtant, ce serait malhonnête d’oublier tous les bons côtés de la SNCF. Ce serait même dommage d’omettre tous les aspects bénéfiques que l’entreprise nationale aura permis de développer grâce à son mode de fonctionnement et de management si particulier, qui font vraiment de l’exception française une réalité reconnue de tout le reste du monde.

Et des aspects bénéfiques, il y en a.

Prenez les horaires, rarement tenus. Eh bien grâce à eux, les entreprises ont appris à s’adapter à tout ; si c’est bel et bien un facteur de stress supplémentaire, c’est aussi une méthode (pas très agréable mais diaboliquement efficace) pour forcer ces entreprises à penser à toutes les redondances possibles dans leurs chaînes logistiques, à ne surtout pas les faire reposer uniquement sur les services souvent calamiteux fournis par la SNCF ou ses amusantes filiales, ou encore à proposer aux employés-clés des solutions nombreuses de télétravail, les rendant moins sensibles à ces variations d’horaires, dont la société nationale n’est jamais responsable (pardi !).

Les grèves ont poussé les uns et les autres à trouver d’efficaces systèmes de contournement. Entre la marche, le vélo ou la voiture, on ne compte plus le nombre de Français qui grâce à la SNCF, ont durablement appris à se passer de ses services.

Et bing le train !De ce point de vue, ses tarifs illisibles et prohibitifs, ainsi que la fermeture régulière de petites lignes inter-régionales, ont permis l’émergence d’une concurrence solide et directe de la voiture et de l’avion. C’est ainsi que les low-costs se sont développés précisément pour proposer un prix inférieur à celui des trains : bien qu’élevés, ils restaient inférieurs à ceux des lignes régulières. Et même lorsque les compagnies aériennes régulières parvenaient à s’aligner avec les tarifs de la SNCF, leur éloignement des centres-ville jouait en leur défaveur. Il fallait un prix franchement inférieur pour justifier l’avion plutôt que le train. Dans ce cadre, le temps que la SNCF a mis pour comprendre sa clientèle aura laissé une marge de manœuvre décisive aux compagnies aériennes à bas coût dont on connaît, maintenant, la réussite. A posteriori, ces compagnies peuvent dire merci à l’entreprise nationale.

En outre, le développement du covoiturage doit beaucoup au fléau SNCF. Blablacar est un concurrent direct de la SNCF (cette dernière s’en plaint même) et cette société constitue une alternative solide qui n’aurait pu émerger dans un contexte où le train serait rapide, ponctuel, efficace et bon marché. À la limite, les Français peuvent clairement bénir la SNCF pour ce gain en autonomie insoupçonnable qu’ils auront développé, contraints et forcés, grâce aux surprises permanentes que leur a imposées l’entreprise publique.

Et comment oublier que ces grèves, et ce covoiturage sont un vecteur évident de lien social ? Combien de couples se seront formés grâce au covoiturage ? Combien d’usagers ulcérés et de consommateurs bafoués auront appris à former une association loi 1901, à rassembler leurs innombrables plaintes et à rediriger leurs multiples frustrations par des actions de groupe ? N’y-t-il pas là autant d’opportunités pour les Français de se parler, de se grouper, de se retrouver et de discuter pour savoir comment se passer de la SNCF, ou en obtenir réparation ?

Enfin, cette multiplication des grèves et des incidents de travail permettent de diffuser une image assez exacte et de plus en plus précise de la valeur des syndicats de la maison.

Qui aurait cru, il y a trente ou quarante ans, que ces syndicalistes se battraient pour le maintien, à tout prix, d’une liste d’avantages de plus en plus en décalage avec les réalités que connaissent les Français du secteur privé ? Sans la multiplication de leurs actions souvent iniques ou scandaleuses, qui aurait pu croire que ces syndicats roulaient non sur des rails, mais sur l’or et sur les riches dotations que l’entreprise leur octroyait pour assurer une (toujours plus fragile) paix sociale ?

Bactéries de Syndicalus Profitans

Ainsi, chaque nouveau conflit, chaque nouveau jour d’arrêt de travail pour des demandes toujours plus révoltantes ou loufoques, auront augmenté le nombre de contribuables et d’usagers de leurs sévices décidés à leur faire rendre gorge. Chaque entreprise qui aura mis la clef sous la porte par la faute, directe ou indirecte, de l’un de ces conflits à rallonge de la SNCF, c’est autant de salariés et de patrons marqués à vie par l’idée qu’une privatisation de tout ce bazar s’impose au plus vite. Chaque étudiant qui aura loupé son examen ou son concours parce qu’arrivé en retard (ou pas du tout) suite à « un mouvement de grève d’une certaine catégorie de personnel roulant », c’est autant de personnes dont la vie, dramatiquement impactée, ne versera pas une larme lorsqu’il s’agira de démanteler cette entreprise.

Alors oui, certes, la SNCF apporte presque tous les jours son lot de misères à ceux qui doivent en devenir l’usager. Mais comme le dit l’adage, les poisons qui ne tuent pas rendent plus fort. En matière de transports, grâce à la SNCF, les Français sont devenus des demi-dieux.

Merci à la SNCF !
—-
Ce billet a servi de chronique pour les Enquêtes du Contribuable

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires168

  1. Calvin

    A lire, en contrepoint, un article sur CP qui montre que, contrairement à l’adage populaire, le chemin de fer peut être amélioré, ce que les japonais ont prouvé.

    1. Aristarkke

      Oui mais ils n’ont pas vraiment fait dans la dentelle diaphane avec leurs cheminots… Faut dire aussi qu’étant dans l’hémisphère sud avec le sang qui monte à la tête, les choses doivent y être différentes… 😉

        1. Calvin

          Demande à Duflot qui a formellement affirmé que le Japon était dans l’hémisphère sud au JT.
          Mais bon, ils tiennent car ils ont des semelles collantes comme les mouches.

  2. Calvin

    A noter que si h16 est férocement ironique, les médias restent furieusement cyniques.
    J’ai entendu un commentateur, à la radio, qui disait que les lignes de bus allaient avoir un impact favorable pour les consommateurs, mais que le modèle qui allait en pâtir le plus, ce ne serait pas la SNCF mais Blablacar.
    Il a énuméré des tas de raisons, mais je me fichais pas mal de celles-ci : ce qui m’a choqué, c’est que le transport en bus a été brimé en France pour satisfaire le lobby du train, mais qui ne serait donc pas vraiment menacé (pour cause de complémentarité), mais que si des entrepreneurs essaient de pallier aux manques des trains, alors là, Ok, on peut autoriser la concurrence.
    La réalité, c’est que l’on a bétonné le statut de la SNCF, qu’on accroitre les subventions pour celles-ci (avec l’argent des autres, hein !), et qu’on va demander au privé de se livrer à des guerres de prix, de productivité, de services, dont est exempte la société nationale des crétins finis.

    1. Adrien

      C’est tout à fait vrai. Le principal problème de la SNCF aujourd’hui est de faire rouler des trains avec un déficit compris entre 15 et 20 euros du kilomètre (pour les TER hors IDF en tout cas). Il faut donc que quelqu’un comble le trou, aujourd’hui c’est les régions, mais in fine c’est évidemment le contribuable et le salaud de patron.

      Pour comparaison, un bus ou un car, c’est 2 à 3 euros de subvention au kilomètre dans des réseaux publics, et même 0 quand on ne pratique pas forcément des tarifs à la con ou « sociaux ». Alors évidemment ça va moins vite qu’un train (encore que…), et ça implique des réfections plus rapprochées des chaussées dont les coûts sont supportés par la puissance publique, mais d’un point de vue purement économique, la circulation actuelle de nombreux TER est une aberration. A tel point que certaines collectivités locales qui estiment que le service ferroviaire est insuffisant ont le plus grand mal juridique à faire circuler des bus ou des cars, la SNCF montant juridiquement au créneau en disant « hop hop hop, monopole sur cette liaison, c’est nous et pas vous ».

      1. Calvin

        Dans mon coin, sur l’autoroute entre Plan de Campagne et Marseille, la bande d’arrêt d’urgence sert au passage des bus…
        Véridique et validé par la Préfecture…

  3. Kloupa

    C’est quand même incroyable que depuis des décennies que le service se dégrade, que la SNCF affiche des pertes, années après années, malgré un subventionnement public de plus en plus élevé, et que le transport ferroviaire devrait être ouvert à la concurrence, aucun des dirigeants qui se sont succédé en France n’a traité une bonne fois le problème. Quelle incapacité et quel manque de courage! Aucun n’a été à la hauteur de ses responsabilité, et le dossier SNCF en est un bel exemple.

  4. Le Gnôme

    Sans compter les subventions grasses et épaisses de cette société à but déficitaire, à peu près 12 myards de brouzoufs par an pour un service nul sur les lignes les plus fréquentées que je prends, celle de la région parisienne.

    Il conviendrait que ces services soient soumis à appel d’offres et ne plus essayer de remplir le tonneau des Danaïdes.

    1. Golum

      L’Etat a ponctionné les dividendes comme un gros et gras Kapitaliste sur « ses » entreprises Étatisées, laissant aux con-tribuables le soin de boucher les trous des dettes dues à la gestion calamiteuse de ces vieux débris d’entreprises nationalisées.

      Ce système « parfait » ne laisse plus de place au doute, ni même au hasard !

      Au moins il y a des certitudes qui peuvent faire avancer les choses. Peut être…

      Le train qui vole est la solution, certainement.

          1. Honorbrachios

            tss, calvin, luttons contre cette idée répandue par les crapules politiciennes mais complètement fausse :
            Tout le monde paye des impôts :
            je ne vais pas refaire un listing que nous connaissons tous ici, mais, en vrac : TVA, TIPP, 50% sur l’électricité, 60% sur l’eau, sur les telecoms, sur la TV, sur les banques, etc…

              1. gameover

                Pas sûr, même en pourcentage… puisque ce sont les dépenses « contraintes » qui sont le plus taxées (surtout l’énergie)… et pour citer un exemple, les dépenses de carburant ne sont pas strictement proportionnelles au revenu surtout que ce pourrait même être l’inverse car passé un certain niveau de salaire ;

                – il y a des voitures de fonction donc essence gratos.
                – souvent les gens avec un bas salaire habitent très loin de leur lieu de travail.
                – souvent les gens avec un bas salaire ont des voitures qui consomment beaucoup plus.

                – Idem pour l’isolation des logements et la dépense d’énergie.

                Sur des dépenses mensuelles de carburant de 200E il y 120E de taxes ce qui représente plus de 10% d’un SMIC. Si on rajoute toutes les taxes payées par un smicard (il suffit de rajouter encore une centaine d’euros) il serait facile de montrer que ça représente 25% du salaire… donc une tranche à au moins 30%.

                1. Black Mamba

                  Chut ! Malheureux, ils seraient capables de nous faire un tarif différencié selon notre niveau de revenu ! Mazette ! Stop !

                  1. gameover

                    Justement, le tarif différencié ne s’applique pas à celui qui travaille (au SMIC) mais à celui qui ne branle rien…

                    1. Black Mamba

                      Pas en ce qui concerne le tarif du carburant si je ne m’abuse , à moins que je ne dois un train en retard sur l’actualité …

                    2. gameover

                      Il ne me semble pas que le chèque transport (incluant les carburants) ait pris plus que ça vu que d’une part c’était optionnel et distribué dans des cas très particuliers (horaire, transports en commun) et que d’autre part c’était éxonéré d’IR dans la limite de 100E par an.

                      Pas trop étonnant puisqu’une entreprise privée ne peut discriminer ses employés et doit donc accorder les mêmes avantages à tous (il y a quelques entorses) mais le public ne se gêne pas pour discriminer les fonctionnaires (aide par enfants par exemple).

                      Mais le but premier de mon message de 15h25 BM, et qui t’était adressé était de dire qu’il n’est pas sûr que les bas salaires paient moins d’impôts et que justement ils en paient certainement plus et qu’ils seraient certainement gagnant dans un système de flat tax… même si ça reviendrait à faire payre de l’IR à des gens qui n’en paient pas actuellement mais qui ne se rendent pas compte qu’ils en paient 2 fois plus d’un autre coté, mais c’est de l’impôt invisible car c’est des taxes.

                    3. Black Mamba

                      Oui, j’avais saisi le message mais je tape quand même petits poings sur la table pour dire que c’est intolérable de payer autant d’impôt !
                      Sgreugneugneu !

                1. Black Mamba

                  O.K 🙄
                  C’est noté … j’avais déjà entendu cette expression mais, jusqu’ici, je ne l’avais jamais utilisé par écrit …

      1. gameover

        « Le train qui vole » ça serait pas mal comme titre d’article… et on peut faire une série avec « la voiture qui roule », « le bus qui flambe », « le taxi qui maraude »

        C’est marrant cette ambivalence des mots…

        marauder (larousse)
        Voler des fruits, des légumes dans les jardins, dans les fermes.
        En parlant d’un taxi, circuler lentement à la recherche de clients.

        LOL

        1. Pheldge

          C’est aussi le terme utilisé à Paris, pour les patrouilles des « bleus » ( les keufs punis, en uniforme grisâtre, ceux qui ramassent les clodos ) ainsi que pour le SAMU social .

    2. Aristarkke

      Et le pire, c’est que la SNCF exploite des lignes privatisées en compagnie de la RATP aussi mal foutue qu’elle, au pays du libéralisme débridé (vu de Grance) , i. e. la Grande Bretagne…

    3. Jiff

       » à peu près 12 myards de brouzoufs par an »

      Remarque qu’il-y-a une limitation des dérapages, puisque en 89 c’était FRF80Md/an ;-p)

      1. gameover

        A mon avis on est loin du compte et dans ces 12Mds il doit manquer la subvention des régions. Ansi au détour d’un article du Monde on apprend que les régions donnent 4Mds à la SNCF uniquement pour l’achat et l’exploitation des TER.

        « Les régions, qui consacrent chaque année 4 milliards d’euros à l’achat des trains régionaux, à l’infrastructure ou encore aux frais de fonctionnement de la SNCF, veulent désormais mieux équilibrer financièrement leurs relations avec l’exploitant des TER. »

  5. channy

    Helas combien d usagers dans le monde doivent subir une# sncf locale #comletement a la ramasse.. le service offert par notre sncf est indigne d un pays dit riche et se rapproche de ceux du tiers monde ..la seule difference c est que la Sncf indemnise les retards.

    Il est vrai que les compagnies aeriennes low cost ont profite des carences des compagnies ferroviaires mais aussi des compagnies de ferries maritime qui n ont souvent rien a envier dans leur gestion aux compagnies ferriviaires( philippines, Indonesie,Malaisie en sont un bon exemple avec air asia).

    La concurence avec les Bus sera une bonne chose,plus de frequences,plus de destinations ,des prix plus bas( enfin j espere)..J espere juste que l Etat ne viendra pas foutre ses gros doigts boudines dans le bazar.

  6. Monsieur Degré, 1er du nom

    Cher Monsieur Seize,

    Je ne comprends pas comment vous pouvez faire ainsi l’éloge de la SNCF.

    Notre compagnie nationale, certes, se compare favorablement aux sociétés ferroviaires de nombreux autres pays. Je pense à la Société des Luges, Traineaux et Chemins de Fer de Terre Adélie, à la célèbre Vaticani Hamaxostichi Corporatio où à la compagnie AMTRAK par exemple.

    Néanmoins, les sociétés de chemin de fer moins performantes que la notre restent l’exception plus que la norme. Il est donc ridicule d’affirmer come vous le faites que le bilan de la SNCF soit globalement positif. Suggérer que Blablacar doit son succès à la SNCF me semble ainsi relever de la pure invention. Du reste, je ne trouve nulle mention sur le site de Blablacar d’une quelconque origine anti-ferroviaire du concept. Au contraire, il semble bien que ce soit le désir d’éviter d’avoir à écouter France Info pendant le trajet qui ait motivé les fondateurs, et non les grèves de la SNCF. Je vous prie donc de vérifier vos sources.

    De même, s’il est certain que les grèves forcent les entreprises à s’adapter, on ne peut certainement pas en attribuer le mérite à la seule SNCF. Les autres sociétés de transport sont elles aussi tout à fait compétentes en grévocratie zélée, De plus, les syndicats ont réussi à s’adapter fort efficacement aux contre-mesures anti-grèves, par exemple en enlevant les patrons ou en tabassant les transporteurs alternatifs. La grévologie de haut niveau n’est donc pas l’apanage de la seule SNCF. Il faudrait voir à remercier aussi les camarades dockers, les camarades camionneurs, les camarades aiguilleurs du ciel et pilotes, ou encore les camarades chauffeurs de taxi. Eux aussi ont fait leur part du boulot, ne l’oubliez pas!

    Mais ce qui me fâche le plus dans votre article, c’est l’évocation des compagnies aériennes à bas coût, que vous semblez presque considérer comme quelque chose d’utile à la société! Franchement, vous trouvez que le timbre-poste thon pas frais-mayonnaise rance à 17€ sur un low-cost, c’est du progrès social par rapport au demi-quart de triangle plastique de mie-jambon synthétique de la SNCF, qui lui ne coûtait que 16€50? À cause de la SNCF, des recettes qui sont une vraie insulte à la gastronomie française sont maintenant inévitables aussi dans le ciel, alors qu’il serait si simple de servir un petit sandwich de chez Bocuse. Je vous dis, on affame le peuple, et les profiteurs comme vous applaudissent des deux mains! Je ne vous félicite pas!

    Enfin, pour terminer, je tiens à souligner que même votre information scientifique semble datée. La plupart des locomotives actuelles n’ont plus de tender, car elles fonctionnent à l’électricité et tirent donc leur énergie d’un pantographe ou d’un troisième rail. Et je ne comprends pas du tout ce que vient faire une barque dans une histoire de chemin de fer. Je crois que, faute d’argument solides, vous tentez le nuage de fumée…

    En espérant que vous aurez le courage de répondre point par point à la cinglante attaque que je viens de faire de votre très peu convaincante démonstration, veuillez agréer, cher Monsieur Seize, l’assurance de mon incompréhension la plus intense.

        1. Dr Slump

          « la Société des Luges, Traineaux et Chemins de Fer de Terre Adélie… »

          Ca c’est un petit morceau d’anthologie qui a sa place au panthéon des « Audiard awards » 😀

    1. channy

      @Franchement, vous trouvez que le timbre-poste thon pas frais-mayonnaise rance à 17€ sur un low-cost, c’est du progrès social par rapport au demi-quart de triangle plastique de mie-jambon synthétique de la SNCF, qui lui ne coûtait que 16€50#
      C est sur que dans les deux cas, la bouffe servie a bord des trains un peu partout dans le monde et celle servie sur les vols low cost ont un point commun, elles sont cheres et en plus elles sont infectes

      1. gameover

        Je ne comprends pas trop pourquoi il n’y a pas de simples distributeurs de boissons et sandwiches dans les trains. Car soit il y a une wagon restaurant qui porte très mal son nom d’ailleurs (voiture bar conviendrait mieux), soit la plupart du temps il n’y a rien de rien même sur des trajets de 400km.

        On comprend bien qu’une voiture bar ça doit coûter la peau des fesses à exploiter (matériel, personnel, attelage, ROI) et que ce n’est même pas rentable, mais un distributeur ça tient pas de place et ça coûte que dalle… mystère…

        Ah… le temps où le chariot passait dans les couloirs de compartiment… et ce service n’était même pas subventionné à l’époque…

          1. gameover

            Tu n’y es pas. Ce n’est pas de la mélancolie de ma part.
            C’est juste qu’un service par distributeur automatique ou « à la place » serait bénéficiaire. Qui ne rêverait pas d’avoir de tels clients captifs ?
            Sur un trajet Paris-Lyon tu ferais facile 200 euros de bénéf à l’heure.

              1. Calvin

                Oui : comment contrôle-t-on qu’un enfant ne va pas boire un soda (trop sucré), sinon ?
                Le mangerbougisme, c’est important.

            1. Pheldge

              « Sur un trajet Paris-Lyon tu ferais facile 200 euros de bénéf à l’heure » , OK, seulement , GO, ce n’est pas le but de la SNCF que de gagner de l’argent . Elle,la SNCF, elle fait dans le Service Public …. alors cépapareil et même sana rienavouar 🙂
              Faut tout t’esspliquer … 😉

            2. Dr Slump

              A dire vrai, les clients sont déjà captifs. Les rares fois où j’ai pris le train, que ce soit sur un grand axe type Paris-Lyon, ou un moins fréquenté type Lyon-Besançon, si tu attends un peu trop avant d’y aller, tu vois la queue jusqu’au wagon suivant, et à chaque fois le bar était pillé, littéralement vidé. Avec 1 ou 2 employés, vu le prix de ce qu’ils vendent, je crois que c’est déjà tout bénéf., foi d’ancien manager de cafétéria.

        1. channy

          Dans certains pays d Asie, a chaque arret ou presque il y des vendeurs ambulant qui montent dans les trains pour vous vendre a manger, idem quand vous vous arretez dans les grandes gares..c est toujours meilleur que la bouffe du wagon restaurant,c est moins cher, et en plus cela donne du boulot a quelqu un.

  7. Pat

    Vous n’avez pas parlé du « droit de retrait », un nouveau droua que les contrôleurs SNCF appliquent à la moindre agression d’un des leurs, comme si les autres voyageurs de la région devaient être punis à chaque incident.

      1. Pheldge

        Euh … mon ex faisait souvent valoir un « droit de retrait » 🙂
        Tu verras , mon petit Calvin, il faut Luther lutter … les femmes c’est merveilleux, indispensable, mais, entre les indispositions, les maux de tête, et la pleine lune, c’est parfois … compliqué 🙂

        1. gameover

          Pheldge, fallait lui poser le soir un cachet d’aspirine sur la table de nuit et un verre d’eau…

          – Bah pourquoi tu me poses un cachet ?
          – Bah pour ton mal de tête
          – Bah je n’ai pas mal à la tête
          – Chic !

          1. Pheldge

            Merci GO, mais c’est un peu tard ! 🙂 🙂
            « Ô rage ô désepoir, ô migraine ennemie, n’ai-je donc tant vécu que pour que cette femme-ci ? et ne suis-je blanchi en travaux ménagers, que pour voir-re enfin, l’utilité d’un cachet ! »

          2. Aristarkke

            Un truc comme cela, ça marche UNE fois. La première. Après c’est gravé dans son esprit jusqu’à la nuit des temps… et plus moyen de réutiliser cette astuce…

  8. Grenouille Bouillie

    À chaque fois qu’on parle des défauts de la SNCF, je repense au jour où la SNCF a failli me tuer. C’était sur un train Nice – Lyon, arrivée prévue à Paris Gare de Lyon. Et à un moment, je regarde par la fenêtre, et je vois au loin les fumerolles de la centrale du Bugey…

    Je trouve ça bizarre, je n’avais pas le souvenir qu’on les voyait aussi bien. Je regarde, je repère à la limite de mon champ de vision ce qui semble être la gare de Lyon Satolas, et je me dis « merde, je me suis trompé de train, j’ai un train qui va à Satolas et pas Part Dieu. Le temps de chercher furieusement mon ticket pour vérifier, et nous subissons un arrêt d’urgence du TGV. J’avais jamais fait ça, ça décoiffe. Je crois que dans ce cas, il s’arrête en moins d’une minute…

    Rien pendant deux minutes, puis une annonce. « Suite à un incident technique, notre TGV est immobilisé en pleine voie. Veuillez ne pas sortir du train ».

    Plusieurs minutes se passent, puis le TGV repart à une allure d’escargot, rejoint je ne sais pas comment une vieille ligne de chemin de fer passant par Bron pour finir par rejoindre la Part Dieu avec une bonne heure de retard. Pas une fois ils n’ont annoncé dans le haute parleur qu’il y avait eu une erreur d’aiguillage sur un TGV lancé à pleine vitesse, et que ça leur avait pris 20 minutes ou plus pour découvrir leur erreur…

  9. theotimedesavoie

    C’est sûr il faut choisir : soit prendre le risque de réformer l’irréformable SNCF, soit passer son temps à se sodomiser entre haut-fonctionnaires socialistes et énarques. M. Pépy a choisi, il y a fort longtemps.

    Remarquez, la sodomie à forte intensité, c’est aussi dangereux que de réformer la SNCF!

  10. gameover

    Pour la petite histoire, la SNCF a racheté il y a 3 ou 4 ans le premier site de convoiturage qui s’appelait 123envoiture.com et l’a renommé après 2 ans Idvroom.com… Le but était de saboter le concept… mais pas de bol puisque ça a permis l’émergence du 2ème : blablacar.

    Faut voir le site Idvroom… à vous dégoûter du covoiturage. Il semble que la SNCF a modifié ce site pour juste le covoiturage de proximité (aller en gare en groupe, trajet travail…) et on peut raisonnablement se demander pourquoi le rachat du site d’origine vu qu’avec sa visibilité initiale la SNCF aurait pu faire beaucoup mieux sans ça…

    Un Paris Lyon sans date renvoie 1322 réponses sur blablacar et 4 complètement anonymes et plus chères sur Idvroom , sans même une évaluation d’ailleurs, ce qui prouve bien que pour la SNCF la façon dont le client décide et le retour client ce n’est pas important et qu’elle raisonne comme 30 ans en arrière…

          1. Black Mamba

            Pff ! Jalouse de ses blagues pourries, non , sans façon ! Je préfère mille fois celles de Calvin, elles sont plus subtiles …

            1. Pheldge

              Puis-je me permettre de te faire remarquer que mes aimables plaisanteries ultra-marines ne sont ni ultra , ni Marine ! 🙂

              Nous , au moins, dans l’Océan Indien, connaissons le sens des mot modestie et politesse. 😉 cépa comme des certains qui se prennent pour des Américains ! 🙂

  11. gameover

    Faut voir aussi combien de temps ça a demandé à la SNCF pour penser à mettre des prises de courant en 220V dans les trains. Je dis bien « penser » car on en trouve parfois dans les 1ères (1 fois sur 2) et très très rarement dans les 2ndes.

  12. vegeta

    Ils ont gardés les méthodes des nazis, celle de déporter les gens d’un point A à un point B dans les pires conditions possible.

  13. Aristarkke

    Monseigneur, SNCF signifie officiellement Société Nationale des Chemins de fer Français. Peut-être une petite correction par Mélusine interposée???

  14. Adrien

    HS mais toujours dans la droite ligne de l’impossibilité de réaliser la moindre économie sérieuse de dépenses publiques, voici des nouvelles de Montluçon. Je résume : on demande d’éteindre la lumière avant de partir et d’imprimer recto/verso en qualité brouillon tout en ne réglant aucun problème de fond (effectifs notamment), on fait intervenir le grand frère parlementaire pour pleurer auprès du grand argentier, et on trouve des moyens pour récupérer quand même des sous des autres. Du classique.

    (…) Pour faire des économies, Montluçon racle ses fonds de tiroirs. La ville située dans le département de l’Allier, en Auvergne, doit trouver 1,2 million d’euros pour boucler son budget 2015. Elle a donc décidé de se passer d’une partie de ses feux tricolores, afin d’alléger sa facture d’électricité (…). Sachant que les 52 carrefours où sont situés des feux lui coûtent 17.000 euros de consommation par an. (…)

    Un récent rapport du Sénat s’inquiétait de voir les collectivités locales précipitées dans «l’impasse financière». (…)

    Manuel Valls a reçu en fin de semaine dernière une délégation de l’Association des maires de France (AMF), à qui il a promis la création d’un fonds de soutien à l’investissement des communes et intercommunalités doté d’un milliard d’euros pour qu’elles puissent tenir leurs engagements malgré cette perte de ressources. (…)

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/06/07/20002-20150607ARTFIG00072-face-a-la-baisse-des-dotations-de-l-etat-montlucon-supprime-des-feux-tricolores.php

    1. gameover

      Les feux tricolores… LOL fallait y penser !

      Combien de morts avant qu’ils ne se rendent compte que c’est débile… mais bon, pas grave, le but est bien de montrer qu’on ne peut absolument pas réduire les dépenses et donc de justifier les hausses…

      Les morts seront à charge du libéralisme…

      1. Greg

        Tiens, là vous m’étonnez, GO…

        Je pensais que vous feriez partie de ces gens qui savent que dans les villes où les feux tricolores ont étés enlevés, tant les bouchons que les accidents ont diminués…

        Rien que chez moi à Lausanne il y a 2-3 ans, panne générale de feux dans tout le centre ville pendant 3 heures de 9h à midi un jour de semaine :
        aucun accident, bien moins de bouchons.
        Mais la police a crié au miracle qu’il ne faudrait surtout pas tenter de renouveler, parce que sinon, comment empocher tous ces bons soussous qui rentrent chaque fois qu’un malheureux a oublié que là où il y a des flasheurs, le temps d’orange a été raccourci…
        Et pis celui qui plante parce qu’il y a un flasheur et qu’il sait que l’orange est vachement court, il se fait enculer et là bingo, soussous encore pour celui derrière qui perd maîtrise du véhicule….
        Alors non, enlever les feux et remettre les conducteurs à être attentifs, la police n’est pas d’accord !

        1. Calvin

          +1 avec Greg mais…
          Je ne pense pas que les feux resteront juste éteints.
          Il y aura des ronds points plus ou moins chers.

        2. Deres

          Souvent, le feu n’est nécessaire qu’aux heures de pointe. Il y a de nombreux endroits où en dehors des heures de pintes, les feux sont oranges clignotants et cela fonctionne très bien.

  15. Grenouille Bouillie

    Le gag SNCF du jour. La page permettant de « trouver le point de vente SNCF le plus près de chez vous » (http://aide.voyages-sncf.com/points-de-vente-sncf) ne donne pas, comme tout site évolué, la possibilité d’entrer son code postal pour que le système trouve tout seul la gare la plus proche. Non non non.

    À la SNCF, vous cliquez sur votre région, et vous obtenez la liste des gares en format PDF, écrit en tout tout petit, triée par ordre alphabétique. Si ça ce n’est pas une façon pratique de trouver la gare la plus proche de chez soi qui donne envie de tuer des chatons mignons en les faisant avaler à un webmestre, je ne sais pas ce que c’est!

    1. Grenouille Bouillie

      Précisons par ailleurs que si j’ai besoin de ce « service », c’est parce qu’il n’y a pas de « e-billet » pour les petits voyages. Donc pour un trajet Cagnes-Nice que mon gamin doit faire demain, 5€50 au total, je dois me farcir en gros 30 bornes en voiture aller-retour pour aller chercher le billet à la « gare la plus proche ». La plus proche équipée d’une borne de distribution automatique qui va bien, bien sûr, la gare la plus proche étant ouverte du lundi au vendredi de 6h30 à 14h40, des horaires comme ça, ça ne s’invente pas…

      1. Black Mamba

        J’ai essayé une fois d’acheter un billet de train sur internet , c’est fini , on ne m’y reprendra plus …
        Ton billet pour le récupérer, tu dois aller à la gare et utiliser la même carte bleu , donc devoir faire une manœuvre avec ta carte complètement con, il est impossible du coup de payer un billet de train à une tierce personne à l’autre bout de la France pour la dépanner …

          1. Black Mamba

            Ça se peut , mon expérience date, il y a au moins 4 ans si ce n’est plus, les grognements ont réussi à se faire entendre .
            Le comble , j’avais exprimé l’absurdité du système et l’employé au guichet m’a dit que c’était une question de sécurité, au cas où quelqu’un aurait volé ma carte bleu, je leur ai dit que ce n’était pas eux de gérer ma vie privée…

            1. gameover

              « …au cas où quelqu’un aurait volé ma carte bleue.. »

              Il faut dire que coté voleurs tu as eu affaire à des experts !

            2. Jiff

              Ce qui est « marrant », c’est que leur système informatique présent a été dérivé de celui d’air-france en 79 (d’où les billets imprimés sur des boarding passes de l’époque) et qu’ils ont pris ce qu’il-y-avait de plus nul et jeté tout ce qui marchait bien (notamment le pre-paid).

  16. zelectron

    les monopoles socialo-communistes qui ont été instauré à la libération sous l’influence du CNR (d’obédience quasi stalinienne) continuent aujourd’hui encore à produire leur effets méphitiques

  17. hop hup

    Les électeurs luxembourgeois se sont massivement prononcés par référendum dimanche contre l’octroi du droit de vote aux étrangers, qui représentent 46% de la population, selon des résultats portant sur 91% des bureaux de vote, donnant le « non » à 77,98%.

    Les deux autres questions posées dans cette consultation populaire pour « moderniser » le Grand-Duché ont également été rejetées. Elles portaient sur l’abaissement à 16 ans de l’âge du droit de vote et sur la limitation des mandats de ministres à dix ans consécutifs.

    up
    ils sont assez conservateurs les luxembourgeois

    1. gameover

      Conservateur c’est vraiment utilisé à toutes les sauces.

      Si votre partenaire genre 1 ne veut pas essayer la sodo ou autres pratiques, dites lui qu’elle est conservatrice, ça devrait la faire changer d’avis !

      Et juste après dites lui que vous avez apprécié son progressisme… avant de lui dire d’aller faire sa lessive, pour compenser.

      1. Dr Slump

        Ca ressemble drôlement à un programme électoral socialiste ton affaire là. Cela trahirait-il un penchant suspicieux, une sympathie gauchiste? Caramba, on est infiltré!

  18. Kuing Yamang

    « ses tarifs illisibles et prohibitifs »
    ———-
    Ben en fait, pour l’utilisateur, c’est bien moins cher que ce que ça devrait être sans le fric des contribuables. C’est même un socialiste qui le dit : « par exemple un billet de train Bordeaux – Lyon coûte 137 euros au client de la SNCF auxquels il faut ajouter 280 euros de subventions par le contribuable ! » –>
    http://rutube.ru/video/30ede1975a15a5f3db3baec845eb0575/

      1. Kuing Yamang

        Pour 137 + 280 euros (le vrai coût, donc 417 euros), tu as un vol Paris Pékin Aller Retour sur Austrian Airlines.

  19. Calvin

    La SNCF aurait pu transporter Valls jusqu’en Allemagne pour aller voir la finale de foot.
    A moins que cela ne rappelle que trop les HLPSDNH…

  20. Bonsaï

    Voilà, ça faut bétaillère et c’est beaucoup trop long !
    Mais n’était-ce pas un privilège d’offrir cette innocente petite distraction à un Premier Ministre qui se sacrifie pour son pays ?

  21. Aristophanedecarotte

    zetes petits bras les gars!

    ici en vallée d’aspe ils sont entrain de refaire une voie ferrée abandonnée depuis le déraillement d’un train depuis les années ola la…pfiuuu !
    un bus faisait la navette pour remplacer ce train. le bus à en moyenne 2 passagers + le chauffeur. (ligne oloron bedous)

    il fallait bien le remplacer par le train…..

    http://www.sudouest.fr/2013/05/07/oloron-bedous-mythes-et-realites-1046098-4321.php

    les travaux de réouverture, c’est en ce moment.

    1. Calvin

      Ils disent qu’il y a en réalité jusqu’à 50 passagers par jour (admettons) mais que la ligne sera très déficitaire, plombant les finances globales.
      Et cette ligne ferrée doublonnera la ligne de bus…

      1. Aristophanedecarotte

        il ya 7 allers et retours par jour soit 14 trajets.
        50 voyageurs divisés par 14 égal 3 voyageurs , 5……….

        1. Pat

          Un demi-voyageur, c’est horripilant. Ça prend un demi-siège, ça te regarde de travers, ça n’arrête pas de faire des mauvaises blagues : « ce voyage, il m’a coûté un bras! ». Insupportable…

    2. gameover

      P’tain 24 km entre Oloron et Bedous… et plus de 100 millions d’euros… et 18 millions de coût d’exploitation par an !

      Faut leur acheter une voiture chacun avec un chauffeur chacun payé à l’année !

      1. Calvin

        On voit que les réunions d’utilité publique ne servent à rien quand tout est déjà décidé.
        Et sont devenues des : réunions d’inutilité publique.

  22. CitoyensDebout

    [Warning ! troll inside]
    Selon certaines mauvaises langues, ça s’explique fort bien si on donne leur traduction de SNCF :
    SNCF = Sur Neuf Cinq Faignants

    Mais ça reste une rumeur hein !?
    [/Warning]

  23. Can-Eye

    Du vécu sur un Paris-Marseille le vendredi 24 avril 2015 : je me retrouve avec un e-billet de place non-attribuée.
    Oui, du surbooking une veille de week-end, ça peut arriver sur une compagnie turbolibérale nationale…
    Pas de place, des gens assis partout dans les couloirs… ça peut aussi arriver dans un pays en voie de sous-développement.
    Et là, miracle, j’aperçois 2 places libres, entourées d’un caisson grillagé jaune et portant l’enseigne « POINT INFORMATION ». Les 2 portes du caisson étant ouvertes et les places non numérotées, comme mon billet, je n’hésite pas à prendre place…
    Et là, débarque un contrôleur fou furieux  » Qui c’est qui vous a autorisé à vous mettre là ? ».
    Moi : « Ben, j’ai payé mon billet… »
    Lui :  » Vous n’avez pas à vous mettre là ! Allez, libérez la place ! »
    Après avoir manifesté vertement mon mécontentement au crétin casquetté et montré ma carte d’usagé « grand Voyageur plus » je me résigne à partir.
    Et là que fait-il ?
    Fou de rage, il bloque les portes du caisson grillagé en les entourant avec du gros ruban adhésif de chantier, pour que ces places restent définitivement vides.
    Vides, comme sa tête parcourue par le mistral de la vallée du Rhône.
    Véridique, je l’ai pris en photo.

    1. Black Mamba

      AH ! Je me disais bien que je ne trouvais pas de lien pour mettre un commentaire…
      Le sujet est trop pétillant …

  24. Sémaphore

    Pas possible que Sego ait contaminé le taulier ? Inaugurerait il un système de commentaires payants ? A force de parler de la ponction du pognon des autres….

    1. Calvin

      Ça permet de gonfler les commentaires sur ce billet du dimanche, avant d’autoriser ceux sur Ségolène, une valeur sûre du blog !!
      😉

  25. Bonsaï

    Là, là, il va être content du tout, le Maître, quand il va revenir. Et voir le boxon que l’intérimaire (la fameuse Rara, peut-être ?) lui a mis dans son univers si bien organisé.
    Cela promet du spectacle…

  26. Dahu

    La seule fois où j’ai pris le train (de nuit) pour faire Paris-Toulouse, c’est lorsque j’ai raté mon avion (dernier vol) à Roissy …. à cause du RER de la SNCF ! A se demander si la SNCF ne fait pas exprès pour vous empêcher de prendre un avion.

    Pour le reste, comment comparer 50 minutes de vol à 25€ et 5 heures (minimum si tout va bien) de train pour le double du prix…

  27. Lorelei

    Moi, je voudrais comprendre pourquoi un aller-retour Metz-Paris, en train, coûte 80 à 100 € avec une carte de réduction et un vol Air France Paris-Barcelone coûte un peu plus de cent Euros.
    Les kilomètres ne sont pas les mêmes mais le prix est semblable et il me semble qu’un avion coûte plus cher à entretenir qu’un train….

      1. Deres

        Il n’y a pas que les rails … Il y a des aiguilles, les caténaires et leur alimentation énergétique, des gares, des passages à niveau, des tunnels, des ponts, des talus, des clôtures et tout le système de signalisation.

  28. AbbeyRoadNW8

    Mon expérience d’aujourd’hui :

    Je suis malheureusement obligé, de par mon boulot, de faire très régulièrement et en train le Voyage Saint-Quentin – Bordeaux avec correspondance à Paris.

    Permettez-moi de vous raconter mon expérience d’aujourd’hui (une parmi tant d’autres, pas la première et hélas sûrement pas la dernière non plus) :

    Gare de Saint-Quentin (02) : le train n’a toujours pas démarré 5 mn après l’heure prévue (Départ 7h47, arrivée prévue à 9h26)
    On nous annonce enfin que le train est immobilisé « suite à l’attente de personnel ».
    Le train démarre enfin avec 15 mn de retard.
    J’ai une correspondance entre Gare du Nord et Montparnasse d’un peu moins d’1h car je dois prendre le TGV pour Bordeaux de 10h21.
    J’arrive à attraper le contrôleur au vol alors qu’il passe en coup de vent pour lui faire part de mon inquiétude de rater ma correspondance.
    Il a l’air de s’en soucier comme d’une vieille paire de chaussette et m’annonce que le train arrivera à l’heure prévue Gare du Nord avant de se sauver.
    A Compiègne on nous propose de changer de train pour prendre un direct qui arrivera plus tôt à Paris.
    Aucune excuse ne nous a été présentée.
    Les 1ères voitures sont condamnées, le train est bondé, c’est l’affluence pour monter. Je choppe un contrôleur et lui explique mon problème. Il me dit d’aller au guichet de la Gare du Nord et pense que je risque de rater ma correspondance (mais n’est pas sûr).
    Le train étant bondé et la moitié des voitures condamnées je lui demande s’il est possible de s’installer en 1ère. Refus de sa part.
    Je trouve finalement un compartiment à moitié vite en queue du train.
    Le train fait des arrêts en pleine voie et finit par arriver Gare du Nord vers 10h avec 3une trentaine de minutes de retard par rapport à mon horaire.
    Le contrôleur fait une annonce et explique que le retard est dû à l’affluence des voyageurs en gare de Compiègne !!! Ils n’ont vraiment honte de rien !
    Je file au guichet et fais la queue 10 mn.
    L’employé me dit qu’il ne peut rien faire pour moi, que je dois régler le problème à la gare Montparnasse !!! J’ai perdu 10 mn.
    Au passage, le train initial n’est évidemment toujours pas arrivé.
    Je n’ose imaginer le retard final qu’il a eu à l’arrivée…
    Je file à Montparnasse. Pendant le trajet en métro j’ai l’occasion de voir les affiches de la SNCF dans le métro : « Le TGV c’est la fête ». Ca promet…
    J’arrive à la gare vers 10h30. Mon TGV (10h21 – 13h42) est évidemment parti depuis 10 mn.
    Je vois que j’ai un autre TGV (non direct) 10 mn plus tard (10h41). Je fonce au guichet. Heureusement, pour une fois, il y en a un de libre.
    L’employée me délivre une AUTORISATION (Madame est trop bonne) de circuler dans le TGV en question sans garantie de place assise et me demande de prendre contact avec le contrôleur. N’ayant pas trop le choix (le TGV suivant partant au moins 1h après) ni le temps de discuter je prends son papier et je monte dans le TGV in extrémis, qui est bondé, et je vais voir le contrôleur.
    Bien que j’aie payé ma place et ma réservation pour une place assise et que j’ai raté ma correspondance à cause de la SNCF celui-ci m’affirme avec aplomb que mon billet me donne seulement le droit à voyager dans ce TGV sans garantie de place assise, et me propose un strapontin.
    De très mauvaise grâce et sur mon insistance (je commence un peu à m’énerver, là) il finit par me trouver une place assise après avoir refusé ma demande d’avoir une place en 1ère en cas d’absence de place assise en seconde.
    Comme le TGV n’est pas direct j’arrive à enfin Bordeaux à 14h32 soit avec près d’1h de retard, sans avoir obtenu la moindre excuse, sans parler d’indemnisation et en ayant été traité comme un malpropre.

    Et j’ai le statut Grand Voyageur… Franchement, la SNCF, j’en peux plus…

    Excusez-moi pour le laïus mais ça fait du bien…

    1. J’ai eu il y a quelques années l’occasion de goûter la SNCF sur des trajets assez longs pendant 6 mois (plus de 1000 km à chaque fois). Il y avait des « soucis » sur 2/3 des trajets effectués. Je vous comprends.

      1. Black Mamba

        Hier, un monsieur me disait que selon ses horaires de boulot (il fait les 3 -8) il utilisait soit sa voiture soit il prenait le train .
        Je lui ai demandé si il n’était pas trop pénalisé lors des grèves … Il me répond :  » Je suis cheminot et je suis déjà emmerdé » .

  29. AbbeyRoadNW8

    Nouvel épisode hier, même trajet :

    Arrêtés en gare de Creil : caténaire arrachée. Trafic interrompu sur toute la ligne. On nous annonce qu’il y a également des gens qui se baladent sur les voies du côté du stade de France (mais que fait la police ?). On nous annonce une durée d’attente indéterminée.
    Finalement on repart avec un retard de 35mn. On s’arrête ensuite 30 mn en pleine voie. Excuse invoquée : difficulté de gestion du trafic.
    On repart en roulant au ralenti, je peux compter les graviers sur le ballast.
    On arrive enfin Gare du Nord avec 1h30 de retard.
    J’ai évidemment manqué ma correspondance pour Bordeaux.
    J’arrive à Montparnasse et cette fois je vais au salon Grand Voyageur où ils sont un peu plus aimables.
    Après avoir fait la queue l’employé me dit qu’ils ne sont pas équipés pour effectuer des « opérations complexes ». Oui, je m’en doutais un peu…
    Je dois donc faire la queue à l’accueil principal de la gare.
    C’est la peine d’avoir une carte Grand Voyageur…
    Je lui explique que j’ai déjà récupéré mon enveloppe « régularité » à Paris-Nord (de toute façon, je sais que je ne récupèrerai que trois cacahuètes en bons de transport) et que je veux seulement changer mon billet pour le prochain TGV.
    Là, l’opération n’est finalement pas trop complexe et j’obtiens mon billet avec place assise, s’il vous plaît !
    Je prends mon TGV pour Bordeaux.
    Mais ce n’est pas fini.
    De nouveau arrêt en pleine voie.
    On nous annonce : « Nous sommes retardés par un TGV qui nous précède mais nous n’avons toujours pas de retard ». Les paradoxes de la SNCF, je suppose, à moins que ça ne soit de la logique shadok…
    Plus tard on nous annonce quand même un retard de 15 mn qui sera actualisé à 25 mn vers la fin du trajet.
    Finalement on nous explique qu’il y a eu une panne de moteur à Saint-Pierre-des-Corps ainsi qu’une intervention des forces de l’ordre en gare sur le TGV nous précédent.
    J’arrive finalement à Bordeaux avec un retard cumulé de 2h30.
    Il est 21h, les guichets de la gare Saint-Jean sont tous fermés et je ne parviens à trouver aucun agent SNCF dans toute la gare. Je ne peux donc pas récupérer d’enveloppe « régularité ».
    Ce n’est pas trop grave, j’ai un billet électronique, je pourrai donc (en théorie) le faire en ligne sur le site de la SNCF…

    1. gameover

      Nouveau ! Si vous voulez que le train parte, votez !… sinon il est annulé…

      « Le site Internet TGVpop.com est désormais disponible. Les voyageurs potentiels peuvent visualiser la jauge indiquant le taux de places «votées» par train, donc les chances qu’il parte ou pas. »

      http://www.lefigaro.fr/societes/2015/06/17/20005-20150617ARTFIG00206-tgvpop-l-arme-de-la-sncf-contre-le-covoiturage.php

      PS: le site c’est …pop.com et non …pop.corn hein… c o r n

Laisser un commentaire