Même les moulins à vent ont leur Journée !

Aujourd’hui, selon la résolution des Nations Unies A/RES/66/127, c’est la journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées. C’est sans doute pourquoi, dans une logique un peu trouble, l’Association Européenne de l’Énergie Éolienne (EWEA) organise et anime ce même jour la Journée Européenne de l’énergie éolienne.

Peut-être est-ce un humour cynique qui pousse les organisateurs de cette Journée du Vent à se greffer sur celle de la lutte contre les maltraitance aux personnes âgées, faisant ainsi passer le message que ce combat ne serait qu’un déplacement d’air chaud. Peut-être est-ce la réalisation, mal assumée mais lucide, que les personnes âgées, plus faibles que les autres, sont maltraitées par les éoliennes dont les effets sur leur santé sont de plus en plus discutés partout où elles s’installent. Peut-être…

En tout cas, le fait est que ce n’est pas par la délicatesse que le lobby éolien brille encore une fois avec cette initiative dont le but est, officiellement, de faire prendre conscience des « immenses bénéfices » qu’on pourrait retirer de l’exploitation de cette source d’énergie.

Bien évidemment, on se doute ici que l’étude des « désagréments » (même les petits) n’est pas à l’ordre du jour puisque l’organisation qui est derrière, l’EWEA (European Wind Energy Association), n’est pas tout à fait une sympathique association à but non lucratif destinée à informer aussi impartialement que possible les citoyens européens des tenants et des aboutissants de la question éolienne, mais bien un lobby qui comprend notamment des constructeurs et des associations massivement subsidiées par les pouvoirs publics (pour la France, on retrouve des acteurs comme EDF, Engie — anciennement GDF Suez — et même des agences régionales comme celle du Pays de Loire).

Autrement dit, le but de cette belle Journée des Moulins à Vent est de propager un message simple : l’éolien, c’est supayr bien, quitte à sombrer dans la pure propagande puisqu’il s’agira aussi de « souligner la popularité de l’éolien auprès du grand public ».

Et c’est là que les choses se compliquent. Si, pour la première partie du discours (les « immenses bénéfices »), il est assez facile d’entourlouper le citoyen et, plus sûrement encore, le contribuable qui finira toujours par payer en bout de chaîne, il est plus compliqué de pipeauter l’individu qui se retrouve directement confronté à ces éoliennes de façon personnelle.

En effet, pour les « immenses bénéfices », il suffira de partir du postulat que le vent est gratuit (ça ne mange pas de pain), et d’inonder toute récrimination sur les calculs de rentabilité effective derrière une cataracte de chiffres sur (par exemple) les coûts pharaoniques de démantèlement des centrales nucléaires (parce que, comprenez-vous, il faut démanteler), ou les miyards et les miyards de subventions pour le nucléaire, le pétrole, le charbon ou le gaz. Moyennant quoi, tout le monde devra absolument convenir que tout se vaut et qu’on peut donc bien faire un petit effort pour les moulins à vent. C’est évidemment ridicule (même lourdement taxé, le pétrole par exemple permet de produire tous les jours des TWh d’électricité, alors que même lourdement subventionné, l’éolien peine à produire quelques GWh intermittents et compensés par des centrales au charbon).

En revanche, concernant la « popularité auprès du grand public », il va falloir batailler de plus en plus sec : petit-à-petit, il apparaît que l’impact des éoliennes n’est neutre ni en terme d’environnement, ni en terme d’écologie, ni en terme sanitaires. Pour l’environnement, il est assez clair que certaines implantations modifient suffisamment le paysage pour que de vifs débats s’installent. Pour l’écologie, outre les problèmes récurrents d’insertion de ces éoliennes dans la faune locale et leur impact sur le nombre d’oiseaux et de chauve-souris, on ne peut pas oublier l’impact écologique catastrophique de la production des génératrices.

Les éoliennes, catastrophes écologiquesEnfin, la popularité des éoliennes s’arrête assez vite lorsqu’il s’agit d’en installer une dans son jardin. À mesure que les moulins se répandent augmentent aussi le nombre de plaintes d’habitants alentours se plaignant d’effets secondaires désagréables voire handicapants même à posologie réduite. En Allemagne, pays particulièrement enclin jusqu’à récemment à installer des éoliennes, l’assemblée des médecins réunis en mai en congrès à Francfort a ainsi lancé une alerte concernant l’impact néfaste sur la santé de l’implantation d’éoliennes à proximité des habitations, et urge les autorités publiques à effectuer des recherches en matière d’impact de ces éoliennes sur la santé des individus à proximité. Notons au passage que les travaux de l’ordre allemand des médecins n’a pas fait grand bruit en France au contraire d’autres pays (comme l’Australie, par exemple).

De façon plus pragmatique encore, on ne peut que noter qu’à la multiplication des implantations correspond aussi une multiplication des actions de citoyens qui n’entendent pas laisser les municipalités installer des turbines un peu partout sans émettre leur opinion (et ce, d’autant qu’en général, les intérêts économiques bien compris de certains maires, commodes propriétaires des terrains où s’érigeront les éoliennes, entrent en ligne de compte). Et ce qui est vrai en France l’est du reste un peu partout ailleurs.

Non, décidément, le principe de précaution, c’est pour absolument tout le reste mais surtout pas lorsqu’il s’agit des « solutions » proposées par le Camp du Bien. Pour les éoliennes, même devant l’évidence de leur impossible rentabilité économique, de leur rendements catastrophiques, des impacts néfastes tant à la production des turbines, qu’à leur construction, pendant leur exploitation ou à leur démantèlement, et alors même que leur impact sanitaire n’a pas été le moins du monde évalué, on se contentera de hausser les épaules et on continuera comme si de rien n’était.

En définitive, le pompon de l’affaire éolienne est exprimé par Nicolas Hulot lui-même, lorsqu’il remarque que, je cite :

« Au départ, l’énergie éolienne est une très bonne idée, mais à l’arrivée, c’est une réalisation tragique. Si on nous disait au moins que cela permettrait de fermer des centrales, mais ce n’est pas le cas. »

Et le pire, c’est qu’à la base, ce n’est même pas une très bonne idée.

les éoliennes sabotent le paysage

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires318

  1. Le Gnôme

    Notons toutefois que pour brasser du vent, les gouvernements sont les rois. Si l’énergie dégagée par les paroles oiseuses et les petits mouvement de bras ou de menton était récupérée, nous ne saurions pas quoi en faire.

    1. Caton

      C’est cela, le vrai problème avec les éoliennes: elles sont mal placées! Mettons une éolienne devant le parlement, une autre devant le sénat, et on aura doublé la production. Insérons des éoliennes dans les gros micros mous, et on pourra fermer quelques centrales nucléaires.

      1. Calvin

        Proposons de mettre des éoliennes dans les jardins des élus ou près de leurs résidences secondaires, style Île de Ré, ou Luberon.
        Attendons et publions leurs réactions et les gens comprendront qu’on se fout de nous.

  2. Aristarkke

    Peut-être que cela répond à l’ ancien souhait d’ Attali de lancer une production industrielle de Soylent Green, version escrologique???

    1. Black Mamba

      Pourtant il serait simple de mettre en place une production de industrielle de Soylent Green, il suffirait de mettre tous les papis et les mamies sur des vélos équipés de dynamo , ils produiront de l’électricité jusqu’au moment où leur cœur ne pourra plus suivre la cadence . On pourra ensuite recycler les cadavres et les transformer soit en engrais soit en biscuit … :mrgreen:

      1. Superseb34

        Soleil vert…

        C’est déjà un peu parti pour soleil vert d’ailleurs avec le don d’organes par défaut combiné avec la possibilité d’achever quelqu’un sans son accord ni celui de ses parents, parce que « la plus haute autorité administrative » la permis (si l’administration le permet hein…).

        Ce pays est fasciste.

        1. Pheldge

          A la place de certains, je ne veux nommer personne,mais quelques vieillards grecs plus ou moins ferrailleurs ou tuyauteurs, devraient commencer à faire de l’huile … 🙂

          1. Aristarkke

            Non mais ho! Un peu de patience, l’ ultramarin! Aujourd’hui, c’est LA journée de lutte contre la maltraitance des vieillards séniles ou non! Mon royaume pour un CERFA de dénonciation à l’ ONU!

            1. Calvin

              Vous êtes prié d’apporter votre Cerfa au Foyer Collectif le plus proche.
              Votre temps d’attente est de 25 minutes, mais agrémenté par de la musique classique (6 ième symphonie de Tchaïkovski puis 6 ième de Beethoven).

              1. Popeye

                Et si ça dure un peu plus longtemps, c’est les 4 saisons de Vivaldi qui enchantera vos oreilles.

                Ne quittez pas, nous allons prendre votre appel. Ne quittez pas…

        2. Aristophanedecarotte

          j’ai lu en partie le rapport des juges de la cour européenne enfin celui des 5 juges ayant refusé a la médecine de laisser mourir Lambert. C’est dingue!
          en 2013 les médecins avaient déja essayé en le privant de nourriture et avec seulement 1/2 litre d’eau jour. Il aurait du mourir à ce régime en env 10 jours. tjrs selon les médecins……..ils ont du le réalimenter au 31e jour car il était encore vivant………
          je précise qu’a ce jour les fonctions respiratoires et digestives de ce pauvre gars fonctionnent normalement

  3. acarel

    l’énergie des éoliennes n’est pas stockable.
    En Belgique , en passant devant des éolienne 4 à 6 fois par jour, je ne les ai pas vu tourner souvent…et pourtant , il y avait souvent du vent…

    1. Calvin

      Il faut qu’il y ait :
      – assez de vent,
      – pas trop de vent,
      – pas de maintenance,
      – pas de vol de cuivre,

      Mais quand ça ne tourne pas, c’est plutôt bon signe : parfois, on utilise l’électricité pour les faire tourner au ralenti…

    2. Gerldam

      « L’énergies des éoliennes n’est pas stockable ». Comme toute énergie électrique, mon bon monsieur. Ce qui montre que, dès qu’on parle d’éoliennes on entend les pires âneries, ce qui n’empêche pas de ne pas les aimer, mais une bonne partie des arguents sont faux ou idiots.

      1. Pat

        Ce n’est pas une ânerie, sachant que, avec la plupart des autres moyens de production, on produit quand c’est nécessaire, et seulement quand c’est nécessaire. On stocke l’eau des barrages, essayez donc de stocker le vent.

    3. mlallier

      Ne soyez pas surpris : pour avoir le maximum de subventions, les éoliennes ne doivent pas dépasser une certaine quantité d’électricité dépendant des lieux d’implantation.

  4. Aristarkke

    Un aspect a été oublié, Monseigneur: le nombre effarant d’ élus embringués dans des affaires de corruption, prise illégale d’ intérêts, etc… au sujet de ces éoliennes. Sur Smartphone, je ne peux fournir de lien mais il me semble qu’un article de Contrepoints récent parlait de cela. Une bonne âme y palliera ???

    1. royaumont

      C’est un peu comme les ronds-points dans les années 80, mais en mieux, on peut rafler des mises beaucoup plus importantes avec moins de risques (le kandubien se charge de pourchasser les plaignants éventuels)

        1. Calvin

          On voit où vont tes lectures, GO :
          Libération…
          Sale collectiviste !
          :mrgreen:
          (Article : circulez, ronds-points à voir de mai 2005)

  5. Calvin

    Je suis déçu : pas de doodle chez Google pour illustrer la très importante journée des moulins à vent modernes. Avec la toujours sympathique Ségolène en guest star…

      1. Calvin

        Ce doit être elle qui a eu l’idée des doodle, elle qui a prétendu qu’Obama s’était inspiré de sa campagne de 2007.

  6. nana

    Le problème ce n’est pas les éoliennes en elles mêmes mais plutôt leurs subventions et l’obligation aux compagnies d’acheter la production éolienne a un prix ridiculement haut.
    Et puis, je trouve bizarre pour des libertariens de demander plus de règles pour les installer… Le problème du bruit et les dégâts sur le paysage doivent être traites comme pour n’importe quel autre industrie. Sinon ils vont encore nous pondre une salve de lois débiles et contradictoires.

    1. « Le problème du bruit et les dégâts sur le paysage doivent être traites comme pour n’importe quel autre industrie »
      Tout à fait.
      Pour le moment, ce n’est pas le cas du tout.

      1. Gerldam

        Ce n’est pas tout à fait exact. Depuis un bon moment, les développeurs doivent faire établir par un tiers une carte du bruit généré par un groupe d’éoliennes en fonction des dB émis par chaque éolienne, leur sommation et des modèles qui ont maintenant fait leurs preuves. Par ailleurs, les constucteurs d’éoliennes, conscients du problème, proposent des modes dégradés pour réduire le bruit émis. On peut donc fonctionner en mode dégradé (moins de bruit mais moins de production) par exemple la nuit.
        Le problème est que touts ces nouvelles réglemnetations n’étaient pas en place il y a dix ans. Ceux qui se plaignent aujourd’hui sont souvent des voisins de parcs anciens, composés de plus petites éoliennes , tournant plus vite et émettant plus de bruit.
        Comme dans toute activité privée, les acteurs ne cessent d’innover et d’améliorer leurs produits.

          1. Deres

            C’est une activité privée basée sur l’exploitation d’un vent de subvention. Mais le gisement de sousous gratuits risque de bientôt être épuisé …

            1. Théo31

              A Toulouse, le maire a décidé de fermer le robinet d’argent gratuit qui alimentait la chaine télé créée par Baudis. Evidemment, il y a des grincements d’anus et les profiteurs du système sont vite allés chialer chez Fleur. Le tribunal de commerce avait laissé un sursis le temps qu’un repreneur se présente. Curieusement, personne n’a envie de mettre un brouzouf dans cette télé que plus personne ne regarde depuis des années.

      2. AE

        Pour ce qui est de l’implantation sur le territoire, les éoliennes sont un cas très différents de l’industrie. Les interprétations de la loi par le gvt et le Conseil d’état permettent de les installer à peu près partout, dans des zones inconstructibles pour toutes les autres activités : zones naturelle ou agricole des PLU, zones protégées par la loi montagne et dans certains cas la loi littoral, forêts, parcs naturels régionaux …

        1. Jiff

          Surtout que les 1,500m de distance minimale par rapport aux habitations ont été réduits à 1,000m (soit +77% de sites possibles…)

          1. Calvin

            Puis à 500m.
            Les députains godillots ont décidé de s’asseoir sur le principe de précaution, cette fois.
            Le camp du bien a tous les droits.
            Surtout ceux de nous enlever les nôtres.

            1. Jiff

              Effectivement, mais il-y-a fort à parier que si un projet devait trop se rapprocher de la villa d’un politocard, il ne se ferait pas.

    2. Gerldam

      « Prix ridiculment haut »: 8cts/kWh, contre 4cts/kWh pour les centrables nucléaires hors démantèlement dont le coût est en réalité inconnu, mais 8cts/kWh pour l’électricité qui sera -peut-être – un jour produite par l’EPR de Flamanville. Certes l’électricité produite par les centrales à charbon est encore moins chère (2-3cts/kWh) mais les rejets (et je ne parle du CO2, inoffensif) sont passablement nocifs (oxydes de soufre ou d’azote et autres saloperies). Si on tente de « filtrer » toutes ces cochonneries, le prix de revient du kWh grimpe en flèche, selon le dégré de « filtration ».

      1. J’adore le coût de démantèlement que personne n’arrive jamais à estimer correctement, mais qu’on place toujours haut. J’adore aussi le principe qu’il faille absolument démanteler une centrale, alors que l’autre option (upgrade, notamment) n’est même pas envisagée. Et puis, vous avez oublié aussi le petit crincrin sur « oui mais le nucléaire a été très très subventionné, si on devait en faire autant pour les ventilos magiques, on aurait déjà des installations rentables. »

        Et puis avec un facteur de charge de 20% pour les éoliennes, je ne vois pas par quel miracle ça peut être rentable un jour.

        1. royaumont

          Sans compter que les éoliennes ont elles aussi, un coup de démantèlement… Je doute que démonter un engin pareil soit gratuit.
          Ça n’est cependant jamais évoqué.

            1. Black Mamba

              La proposition est pourtant géniale, et en plus, nullement besoin de verser un salaire, aucune charge sociale … quoique .

            2. royaumont

              🙂
              Mais ça pourrait aussi marcher pour les centrales nucléaires. En plus, pas de soucis d’expulsion si on n’a pas penser à arrêter la centrale à temps…

        2. Deres

          Dans les centrales nucléaires, je crois que la cuve en acier du réacteur ne peut pas être changé car elle se trouve dans l’enceinte de confinement. C’est sa durée de vie qui fixe actuellement celle des centrales. Le souci est que son métal est altérée par les radiations. Les réparations in situ ont leurs limites. Mais il n’est pas dit que la technologie ne puisse pas résoudre ce problème purement technique.

        3. bibi

          Et d’abord pourquoi fichtre diantre saperlipopette vouloir démanteler aujourd’hui une centrale nucléaire on peut la laisser un moment dans l’état ou elle se trouve au moment de l’arrêt de la production et attendre d’avoir des gentils robots pour démonter l’ensemble (la seule chose qui peut mal vieillir ce sont les tours réfrigérantes mais le béton ça se démantèle sans problème) le reste étant sous terre et bien confiné on a le temps de trouver des solutions plus adéquates pour tout ce qui est radioactif que celles dont on dispose maintenant.
          Tchernobyl avec son joli sarcophage ne pose aujourd’hui aucun problème environnemental alors pourquoi toujours se préoccuper d’un problème (le démantèlement) qui n’en est pas vraiment un.

            1. tschok

              Pourquoi démanteler?

              En France on sait pourquoi: parc en fin de vie.

              Au moment de l’édification des centrales, le constructeur a répondu à une spécification technique sur la durée de vie de ses installations. On y est.

              Pour aller au delà, il faut voir avec les hommes de l’art et des sciences: les ingénieurs en sûreté nucléaire. Eux peuvent dire si on continue l’exploitation et dans quelles conditions de sécurité ou si on met la centrale à l’arrêt, ce qui veut dire la démanteler à plus ou moins court terme.

              C’est une dialectique: l’exploitant est tenté de coller une rustine, pour faire durer le vieux pneu, et l’autorité de sûreté doit évaluer un risque et au besoin être capable de dire non.

              On est entré dans cette phase dialectique avec l’ensemble du parc, même si on n’en a pas l’impression.

              Pour l’instant, la dialectique se révèle pour les éléments les plus critiques du parc, genre la centrale de Fessenheim, mais en réalité c’est tout le parc qui est concerné.

              L’industrie nucléaire est peut être quelque chose de durable, mais notre parc nucléaire n’est pas le bon cheval de bataille qu’il faut enfourcher pour le proclamer.

              En matière de sûreté nucléaire, on ne fait pas du neuf avec du vieux.

              1. bibi

                Pourquoi démanteler une centrale à l’arrêt?
                En quoi laisser une centrale nucléaire à l’arrêt telle quelle pendant plusieurs décennies représente un risque?
                Pourquoi vouloir s’empresser de démanteler une centrale nucléaire?

                Quand on voit le fiasco qu’a été le désamiantage de Jussieu (alors que l’amiante floqué ne représente quasiment aucun danger) non seulement en terme de coût mais aussi pour la santé publique avec la dissémination de fibres d’amiantes on se dit que ne rien faire d’extravaguant et surveiller les installations présentant un risque potentiel quasi nul reste de loin la meilleure des solutions.

                Mais comme il y a gros contrat avec de l’argent public gageons que nos gouvernants s’empresseront de faire le nécessaire pour que les centrales nucléaires soient démanteler à grand frais avec de jolies rétro-commissions et l’ajout de quelques lignes sur les factures d’électricités.

                1. tschok

                  Dans une centrale nucléaire vous avez un circuit primaire que vous devez purger si vous arrêtez la centrale.

                  Pourquoi? Dans ce circuit primaire, il y a des fluides très radioactifs mais surtout très instables chimiquement parlant. Ils ne peuvent pas rester dans les tuyaux très longtemps sans que ça fasse un truc dégueux assez rapidement.

                  Une centrale nucléaire, c’est un truc conçu pour marcher, pas pour être à l’arrêt. C’est une bombe sale dont l’explosion est empêchée par son exploitation normale. Si vous arrêtez l’exploitation normale de la centrale, vous lancez le chrono de la bombe sale.

                  Quand vous purgez le réacteur, vous enclenchez une logique économique qui est dictée par la radiation.

                  La radiation est contaminante: si vous manipulez un déchet radioactif avec une pince, la pince devient radioactive, donc elle devient un déchet. Pour une grue, pareil. Pour un bulldozer de 15 tonnes, pareil.

                  En clair, vous démarrez le chantier avec mettons 1.000 kg de déchets, vous le terminez avec 1.000 tonnes de déchets radioactifs. Et ça dure des siècles.

                  Cette loi d’airain de la nature implique un modèle économique soutenable que le simple consommateur ne peut imaginer, même pour les pires déchets qu’il peut produire (piles, antibiotiques) et, clairement, on n’est pas prêts.

                    1. tschok

                      Dans un circuit primaire, il y a un fluide colporteur.

                      Quand ce colporteur est de l’eau et que le chaudron est nucléaire, cette eau est radioactive.

                      Soit cette eau vous la laissez là où elle est et vous mettez un sarcophage dessus, soit vous la videz pour la retraiter.

                      Si vous la laissez là où elle est, il ne faut pas oublier quelque petites propriétés de l’eau: elle s’évapore, elle gèle, elle se dilate ou se contracte, elle oxyde les métaux, elle favorise l’apparition de micro organismes. Elle mouille ce qu’elle touche et elle se mélange spontanément avec tout ce qui traine dans l’atmosphère.

                      Non, l’eau n’est pas particulièrement stable.

                      Et cette conne est attirée par la gravité: elle coule, elle s’infiltre.

                      Je crois que vous ne vous doutez pas des problèmes que pose l’eau, surtout quand elle est radioactive.

                      Les Japonais ont découvert le problème. Mais avant ils étaient comme vous. Sûrs de vaincre. On change d’avis sur les choses.

                    2. gameover

                      Tschock, tu nous prends pour des abrutis ou bien ?

                      L’eau des circuits primaires n’est pas plus ni moins radioactive que l’eau normale. Ce sont les poussières et particules dissoutes dedans qui le sont.

                      Après un premier filtrage on utilise la bentonite qui agglomère les élements radioactifs et depuis peu l’oxyde de graphène qui les agglomère en quelques minutes.

                  1. bibi

                    @tschok
                    C’est pour ça que SuperPhénix est à l’arrêt depuis 20 ans et la le fluide caloporteur j’avoue qu’il est un peu méchant vu que c’est du sodium mais sur les réacteurs classiques c’est de l’eau certes radioactive mais ça n’est que de l’eau.
                    A Fukushima les réacteurs à l’arrêt sont un énorme souci tout le monde en convient n’est-ce pas?

                    Mettre une centrale à l’arrêt ça ne pose aucun problème et on peut la laisser dans cet état pendant des décennies.

                    C’est inutile de venir raconter n’importe quoi sur la dangerosité d’un réacteur à l’arrêt vu que c’est une procédure normale régulière pour tout ce qui est maintenance et remplacement du combustible.

                    1. tschok

                      Chuis OK.

                      Mettre un réacteur à l’arrêt ça se fait assez facilement.

                      Le maintenir à l’arrêt en étant prêt à la remise en marche immédiate, je connais pas le délai. Une semaine ou 48h? Je sais pas. Six mois? Peut-être.

                      Le mettre à l’arrêt dans la perspective d’une fin de vie, sans y toucher, je connais pas le délai non plus.

                      Ce que je sais c’est qu’un réacteur nucléaire ne peut pas être arrêté durablement sans qu’on s’en occupe.

                      je peux remiser instantanément mon scooter dans mon garage et même le couler dans un bloc de verre pour l’éternité, là tout de suite, sans dommage pour l’environnement. Et je peux faire la même chose avec mon rasoir électrique.

                      J’ai jamais entendu dire qu’on puisse faire pareil avec un réacteur nucléaire. On peut compter mes poils sous mes aisselles, je crois que cela n’y changera rien.

                    2. À l’arrêt ne veut pas dire à l’abandon.

                      « J’ai jamais entendu dire qu’on puisse faire pareil avec un réacteur nucléaire. »
                      Il ne s’agit pas de ça.

                    3. Black Mamba

                      Et pourquoi pas, le seul risque est que la végétation reprenne ses droits… La nature évolue constamment, un peu de radioactivité lui fera un plus grand bien .

                  2. MadeInCH

                    tschok – 15 juin 2015, 14 h 05 min
                    « La radiation est contaminante »
                    C’est quoi, cette connerie?
                    La radioactivité c’est une émisison de Alpha, Bêta ou Gamma.
                    Dans un seul cas la radioactivité peut être contaminante: Radioactivité avec émission de Alphas. Et c’est très très rare.
                    Dans presque tout les cas, sauf de l’uranium dans un coeur de réacteur, l’émission c’est un Bêta ou un Gamma. C’est ionisant, mais ça ne transforme PAS un coeur d’atome, donc ça ne rend pas un truc radioactif.
                    La radioactivité n’est PAS contagieuse! (Sauf cas très aprticulier)
                    Sauf si le matérieux radioactif est pulvérulent ou mouillant, et que des éléments radioactifs restent sur vous. Mais dire qu’une pince va devenir toujours radioactive, c’est faux!
                    Donc un morceau d’acier ou de béton radioactif (car soumis à un flux d’Alphas) n’est pas « contagieux »!
                    Ragardez donc une table des nucléïdes!!!
                    Et un bloc de déchet radioactof vitrifié n’est pas contagieux! Il est dangereux, avec une dangerosité qui baisse avec le temps (radiation -> désintégration-> mutation en quelque chose d’inerte au final), mais pas contagieux!
                    Posez-le sur une table, et il sera dangereux de s’approcher de la table.
                    Prenez ce même morceau avec des pincettes pour le mettre ailleur, et ni la table ni les pincettes ne seront plus dangereux!
                    (Sauf cas très particuliers)
                    Les déchets radioactif, activés par un flux de Alphas, ne sont PAS eux-mêmes émetteurs de Alphas, donc PAS CONTAGIEUX!
                    .
                    Encore un mensonge anti nucléaire.
                    .
                    Comme le mythe du « déchet très radioactif longtemps ».
                    Radioactivité = énergie qui se libère -> énergie qui se consumme.
                    « Très radioactif » = énergie qui se libère vite. Donc réserve d’énergie qui s’épuise vite.
                    « Radioactif lontemps » = énergie qui se libère sur un temps très long -> réserve d’énergie qui s’épuise longtement.
                    « Très radioactif longtemps » = Waow! ça en fait de l’énergie! J’en veux un pour chauffer ma maison/quartier/canton/pays!

                    1. tschok

                      Voilà ce que je vous propose: on va se baigner ensemble dans une piscine d’AREVA: moi je vous regarde faire un plongeon au milieu des futs en vous attendant sagement sur le bord (je m’occuperai du barbecue et du péro).

                      Si à la fin de la journée vous brillez pas la nuit, c’est que vous avez raison.

                      Le béotien que je suis a lu dans le journal que la radioactivité est contaminante soit par rayonnement, soit par particules.

                      Vous me dites que j’ai tout faux et que je suis victime de la propagande anti-nucléaire (encore un coup des Russes!). Bonne pomme, je vous crois.

                      Mais j’en connais un qui va briller la nuit…

                    2. bibi

                      @tschok
                      Pas de problème c’est quand vous voulez je me rappelle bien avoir vu les militants de Greenpisse se baigner dans au sortir d’une canalisation de l’usine de retraitement de La Hague qui relarguait de l’eau méchamment radioactive ils étaient en maillot de bain donc ça doit pas être très dangereux sinon je pense qu’ils auraient mis une combinaison anti-radiation ou alors c’est qu’ils sont vraiment cons.

              2. Bonsaï

                En tant que très proche voisine de la France, ça fait déjà un moment que je me fais des petits scenari catastrophe avec tout ce parc nucléaire incontrôlé à proximité.
                En fait, depuis Tchernobyl.
                A voir le temps qui est généralement mis pour prendre des décisions urgentissimes, sans parler de l’incompétence des personnels façon « époux Thurange » et du manque de sous pour rénover, ça promet !

                1. Calvin

                  Non, Bonsaï.
                  La plus grande catastrophe pour la Suisse, c’est un afflux de sans dents miséreux à l’assaut d’un petit pays riche.
                  Heureusement, votre armée s’entraîne face à cette issue (Saonia).

                2. bibi

                  Vous vivez tellement loin de l’Ukraine, de la Bulgarie ou de la Roumanie et de leurs réacteurs de conceptions soviétiques que vous avez raison de vous préoccuper à ce point du risque d’un accident nucléaire en France.
                  Quand on voit les conséquences de Tchernobyl sur la population (aucune sur mortalité détectable) il y a vraiment de quoi avoir peur ça c’est sur.

                  1. Bonsaï

                    Mais ça c’était de la qualité russe, mon ami. D’ailleurs, les agriculteurs du secteur sont ravis : tous les végétaux ont une croissance démultipliée, et les animaux se reproduisent comme au Paradis.
                    Statistiquement, comme il n’y a jamais eu d’incident notoire en France, ça pourrait bien se produire, et même en chaîne.

                    1. Aristophanedecarotte

                      sans compter qu’on n’a pas besoin des phares de la voiture pour chasser la nuit les lapins.

                    2. gameover

                      à Bonsaï 14 h 40 : Je me faisais la même réflexion sur tes commentaires. On devrait en avoir bientôt un d’intéressant !

                  2. Jiff

                    @bibi: « conséquences de Tchernobyl sur la population (aucune sur mortalité détectable »

                    Ça doit-être pour ça que le ministère de la santé a fait disparaître le dossier de l’association des médecins Corses sur les cancers de la thyroïde; pas de données, pas de problème (et puis de toute façon, il est bien connu que les nuages radioactifs n’ont pas la permision des douanes françaises pour traverser la frontière…)

                    1. bibi

                      @Jiff
                      Il n’y a pas une étude épidémiologique qui conclue que la hausse observée des cancers de la thyroïde serait du à Tchernobyl.
                      Vous pouvez toujours jouer à vous faire peur avec des chiffres de hausse des cancers de la thyroïde mais cette hausse est de 7% par an depuis 1975 et aucune inflexion de cette hausse n’ a été constatée depuis 1986.
                      De plus le cancer de la thyroïde qui représente la bagatelle de 1% de l’ensemble des cancers diagnostiqué en France est principalement féminin et sa hausse est parfaitement corrélé avec la hausse des cancers du sein.
                      Toutefois je vous l’accorde il y a une hausse des cancers de la thyroïde chez l’homme en Corse mais le lien avec Tchernobyl est loin d’être prouvé, vu que chez des populations étrangères ayant reçu la même dose de radiation cette hausse des cancers de la thyroïde chez l’homme n’est absolument pas observée.

                    2. Jiff

                      @bibi

                      « Il n’y a pas une étude épidémiologique qui conclue que la hausse observée des cancers de la thyroïde serait du à Tchernobyl. »

                      Et pour cause, personne ne veut financer cette étude.

                    3. Vous voulez dire qu’avec tous les opposants au nucléaire, Greenpeace, WWF, Les verts et tout le tralala, « personne ne veut financer cette étude » ?

                      Allons. Un peu de sérieux, là.

                    4. Jiff

                      @h16: « Vous voulez dire qu’avec tous les opposants au nucléaire… »

                      D’abord, il-y-a une question de brouzouffs; une étude sur 30 ou même 50 ans, ça coûte très cher.

                      Ensuite, il-y-a une question de pressions (tout comme une même étude au sujet des vaccins); pas dans le genre méchantes, juste du genre: « tu sais que si tu t’aventurais sur cette pente, tu aurais 100% de chances de ne pas la remonter ».

                    5. bibi

                      @Jiff
                      Donc en fait depuis 30 ans dans l’ensemble des pays européens on arrive à museler les médecins pour ne pas qu’ils disent ce que vous vous savez à savoir qu’il y a une augmentation anormale des cancers depuis 1986 et en particulier de la thyroïde parce qu’il est facile de mettre aux arrêts de rigueurs l’ensemble des oncologues européens.
                      Cette hausse des cancers est tellement importante selon vous qu’aucun groupe d’intérêt qui verrait d’un bon oeil l’abandon du nucléaire civil n’est capable de réunir des fonds pour réaliser une étude sur la chose, impossible d’aller taper une petite dizaine de millions à des majors pétrolières ou à des états membres de l’OPEP pour discréditer à jamais le nucléaire civil.
                      La j’avoue que je suis sur le cul par une telle démonstration de l’existence d’un complot mondial pour sauver le nucléaire civil.

              3. Calvin

                @tschok
                Parc en fin de vie ?
                Parce qu’on a demandé que cela dure au moins 40 ans, il faut démanteler à 40 ans ??
                L’obsolescence programmée est donc bien une volonté des écolos !!
                Et d’eux seuls.

                1. tschok

                  C’est pas exactement ça.

                  Au départ vous avez un maître d’ouvrage qui exige des spécifications sur la durée de vie de ses installations.

                  Le temps passe, que les écolos le veuillent ou non.

                  Donc, à un moment on arrive en fin de durée de vie telle que spécifiée. Se pose alors la question de savoir si on ne peut pas durer encore un peu au-delà de la date limite, comme avec les yaourts dans notre frigo.

                  Si les yaourts ont une qualité industrielle au top, on peut les faire durer au delà de la date limite, sans risquer une diarrhée.

                  Sauf qu’avec les centrales nucléaires, le risque n’est pas la simple diarrhée: Paris, par exemple, est ceinturé de centrales nucléaires. Si l’une d’elles pète, la totalité de l’agglomération parisienne peut devenir no life pour longtemps.

                  On considère que c’est plus grave qu’une diarrhée.

                  Donc les règles de sécurité sont plus exigeantes.

                  Mais je suis d’accord avec vous: on peut très bien continuer à dire que les écolos sont des cons. je trouve ça d’ailleurs très bien, moi, ça me délasse.

              4. Fll

                Heeuuu Wokayyy, sauf que l’autorité de sureté nucléaire donc, à dit que cette centrale pouvait bosser 60 ans de plus sans problème … étrange, double discours ?
                Bref, pouquoi démanteler sans raison démagogique SVP ?

                1. tschok

                  Oh alors ça, j’ignore d’où vous tenez ce scoop.

                  L’ASN est un félin qui a la prudence d’un notaire de province; Je la vois mal s’engager les yeux fermés pour 60 ans sur la sécurité d’une centrale nucléaire vieillissante ayant subi des incidents sérieux, dont le dernier date de février 2015.

                  Suffisamment sérieux pour provoquer l’arrêt du réacteur.

                  Vous voyez ce que ça veut dire? L’opérateur a un gros bouton rouge sur son pupitre: normalement il ne doit pas appuyer dessus. Là, il l’a fait.

                  1. Caton

                    Le seul incident recensé par l’ASN en février 2015 à la centrale de Flessenheim n’a pas entraîné d’arrêt de la centrale. Voir ici : asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Ecart-de-configuration-d-un-robinet

                    1. tschok

                      Wiki signale ça:

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Fessenheim#2015

                      Je vous copie le passage:

                      « Le 28 février, EDF communique qu’un défaut d’étanchéité sur une tuyauterie a conduit à l’arrêt du réacteur n°1. La salle des machines est innondée par plus de 100 m3 d’eau, ce qui éclabousse un circuit électrique et déclenche une alarme en salle de commande. Le 5 mars, l’Autorité de sûreté nucléaire réalise une inspection, qui met en évidence un manque de rigueur dans le processus de traitement des écarts et la prise en compte du retour d’expérience. Quelques minutes après l’inspection se produit une seconde rupture de canalisation sur la même tuyauterie que le 28 février. Lors de cet incident, le personnel croit qu’il s’agit d’un essai de sirène et n’évacue pas. »

                      L’info est sourcée par Le Monde, en lien dans l’article (note 61).

                      L’incident a été qualifié de bénin par EDF.

                    2. gameover

                      @ tschok, ce n’est pas correct de dire que si on met une unité à l’arrêt c’est un incident grave et dans le cas présent l’incident n’a aucun rapport avec la partie nucléaire de l’installation même si de loin elle participe à son fonctionnement. Et même un arrêt automatique suite à la défaillance d’un relais n’est pas un incident, c’est juste que les multiples sécurités ont joué leur jeu.

                      Autant dire que quand tu appuies sur ta pédale de frein c’est un incident… Chérie, j’ai eu un incident en allant au boulot, j’ai freiné ! Rhoooo, j’ai failli être veuve alors ?

                      Pas étonnant qu’avec de tels zozos on en arriverait presque à masquer des incidents et provoquer des accidents : c’est bien souvent ce qui se passe dans l’industrie lorsque quelqu’un essaie de cacher une erreur.

                    3. Caton

                      @tschok

                      L’ASN n’a pas émis de rapport d’incident correspondant. Voir ici: asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires puis faites une recherche avancée sur le site de Fessenheim. Vous ne trouverez aucun avis d’incident.

                      L’article de l’Immonde utilisé comme source précise que l’incident a eu lieu hors zone nucléaire. La lettre de suite de l’ASN montre qu’il y a eu deux problèmes de plomberie loin du nucléaire. Mais Wikipedia et la presse jouent à faire peur.

                    1. tschok

                      @ Gameover,

                      (je perds le fils des coms)

                      La bonne analogie c’est pas « appuyer sur le frein ».

                      C’est: alors que vous roulez normalement, vous êtes obligé de couper le contact tout de suite et, après, d’arrêter le véhicule, pour éviter que la voiture prenne feu à la suite d’une alerte qui vous laisse croire qu’elle peut prendre feu.

                      C’est peut-être bénin (la cause de l’alerte) mais cela ne fait pas partie du mode de fonctionnement normal.

                      ici l’alerte déclenche un protocole de sécurité qui prescrit l’arrêt complet de l’unité.

                      On sait tous que ça sent le gaz ce genre de situation (quand on coupe tout, ça veut dire qu’un truc grave peut se produire).

                      Sinon, pour les fluides colporteurs primaires dans un réacteur nucléaire: vous dites qu’ils ne sont pas radioactifs et qu’on peut se laver les dents avec, ou tout comme.

                      Perso, j’en voudrais même pas dans le biberon de vos gosses, mais vous prenez les risques que vous voulez.

                      Pour info, le circuit primaire est au plus près de la réaction nucléaire.

                      C’est un peu comme Black Mamba qui me répond que ce que je dis sur les piscines d’AREVA est un peu con. Moi je veux bien, mais alors, pourquoi ils font des piscines? C’est le comité d’entreprise qui a fait des siennes?

                      Pourquoi le mec qui me fait une radio de mon râtelier porte une blouse en plomb? C’est la mode chez les radiologues?

                    2. Non, vraiment, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Arrêtez, vous allez vous rendre vraiment ridicule.

                    3. Black Mamba

                      Alors là, le coup du tablier en plomb pour les radios du crânes c’est encore n’importe quoi … Votre radiologue se la joue, les émissions de rayons X sont infimes , un chirurgien dentiste conseil vient tout juste de nous confirmer que les précautions à prendre pour une femme enceinte sont une légende … On met le tablier juste pour ne pas entrer dans les polémiques débiles .

                    4. gameover

                      Tschok, si tu pouvais éviter les fluides « colporteurs » c’est caloporteurs hein…

                      Ton truc du gars qui coupe le contact avant que la voiture soit arrêtée, ça me rappelle une info : un couple qui s’était disputé et la femme avait retiré à pleine vitesse la clef du Neiman… direction bloquée… elle est morte dans l’accident…

                      Pour le reste tu prouves juste que tu n’as aucune connaissance des modes de fonctionnement des processus industriels : jette un oeil au GEMMA (Guide d’Etude des Modes de Marche et d’Arrêt) pour commencer.

                    5. Quiet Desperation

                      A propos des blouses en plomb : le grand-père de ma femme avait été médecin radiologue entre les années 20 et la fin des années 50 : les précautions évoquées ci-dessus étaient quasi nulles à cette époque, au moins au début (Colette, l’écrivain, qui fut aussi esthéticienne (!), prônait pour la peau sa « crème au radium » vers 1925).

                      Le grand-père, que j’ai bien connu, à part des taches sur les mains, n’est pas mort d’un cancer, mais bien de chagrin après la mort de sa femme, à 86 ans….

                  2. Calvin

                    Bon, maintenant, on sait que dans les centrales, les opérateurs utilisent une messagerie où le bouton « envoyer le mail » est rouge.

                    1. sam00

                      @tschok

                      Pour simplifier les choses et vous donner l’opportunité d’être gagnant autant que nous dans cette discussion :

                      Il existe en Fraônce une autorité de sûreté nucléaire (ASN certains en ont parlé ici).
                      Faisons simple:
                      – soit cette autorité est constituée du nullards de la pire espèce et il faut de toute urgence la supprimer (et supprimer les salaires des nullards au passage, ainsi que les impôts qui les payent).
                      – soit l’ASN est composée de personnes compétentes et au meilleur niveau de connaissances sur le sujet, et alors il nous faut leur faire confiance.

                      En tant que contribuable, je veux savoir.
                      Soit l’ASN ne sert à rien et on la supprime et on supprime la part d’impôts correspondante.
                      Soit l’ASN est compétente, et à partir de là on écoute ses recommandations …

                  3. Fll

                    HAAAA AU TEMPS POUR MOI … c’est 40 ans, pas 60 … merde, heureusement que ce monopole de google à bien voulu m’aider pour faire la recherche … trop compliqué pour d’autre, pétri de certitudes …

                    L’ASN a autorisé la prolongation jusqu’à 40 ans la vie des réacteurs de 900 mégawatts, sous réserve que l’exploitant EDF effectue un certain nombre de travaux à Fessenheim pour renforcer la sécurité. L’autorité indépendante, qui avait passé en revue le parc nucléaire après la catastrophe de Fukushima, a recommandé pour Fessenheim un «système d’appoint ultime d’eau en cas de problème, ce qui a été mis en oeuvre fin 2012». L’ASN demande également le renforcement du radier, le socle de béton sur lequel repose la cuve du réacteur numéro un, avant le 30 juin 2013.

                    http://www.leparisien.fr/societe/centrale-de-fessenheim-pas-de-fermeture-possible-avant-cinq-ans-selon-l-asn-15-01-2013-2483293.php

                    1. Black Mamba

                      Erratum : Google n’est pas un monopole , Allez, il faut relire le billet d’H16 sur le sujet, tu n’as pas bien appris ta leçon …
                      Vilain garçon !

                    2. Fll

                      BM c’est exactement pour cela que je le dis !! c’est google est un monopole, comme la centrale de fessenheim est sur le point de s’effondrer a cause de sa vetusté .. c’etait un clin d’oeil !! RHHHOOOOO (penser à l’image du gros crétin à l’assemblé)

                  4. Deres

                    C’est très important de suivre les incidents mineurs de près car ils sont beaucoup plus nombreux et statistiquement significatifs que les incidents majeurs. Si vous faites l’inverse, vous allez avoir l’impression que tout va pour le mieux et cela va vous exploser à la gueule brutalement. Comme les incidents majeurs sont généralement des concordances d’incidents mineurs simultanés, les centrales étant fortement redondés, diminuer la fréquence d’occurrence des incidents mineurs améliorent notablement la sécurité y compris sur les incidents majeurs. La sécurité (safety en anglais) est une science complexe.

            2. Deres

              De toute façon, tout démantèlement commence par une longue période d’attente car cela permet de faire baisser rapidement la radioactivité des éléments à courte demi-vie qui sont eux-même les plus dangereux.

              Sinon je pense que c’est purement une question légale. Le démantèlement est obligatoire ne France avec retour au statut initial du terrain je crois. D’ailleurs, toutes les raffineries ayant fermés en France sont conservés avec une activité minimale afin d’éviter de démantèlement couteux.

              Finalement, comme dit plus haut, les centrales ont une durée de vie limité car la chaudière nucléaire ne peut pas être changé et vieillit sous l’effet des radiations.

          1. Chieur chiant

            Le démantèlement se passe en plusieurs étapes, on commence par les bâtiments annexes, puis petit á petit on se rapproche de la zone chaude et plus dangereuse, on se réserve le dessert pour la fin, la cuve du réacteur et le circuit primaire, en effet ça prend beaucoup de temps et d’argent… parole de décontamineur… ;o)))

      2. scaletrans

        Le coût du démantèlement est connu car des centrales de même technologie ont déjà été démantelées aux USA. En fait, si ce coût est -relativement- fixe, son incidence ne cesse de baisser avec la prolongation de la durée de vie des centrales, durée de vie conditionnée uniquement par la tenue de la chaudière.

      3. douar

        A Brennilis, le coût du démantèlement a explosé « grâce » aux multiples recours des associations écolos qui ont retardé les dossiers.

      4. MadeInCH

        + Plus on attend pour démanteler, plus la radioactivité aura baissée, plus ce sera facile.

        – Plus on attend pour démanteler, plus les normes sociales et de protection des travaillerus se seront durcies et plus ce sera difficile.

        +Plus on attend et plus des nouvelels techniques viennent pour démanteler (robots).

  7. Gerldam

    On peut être contre les éoliennes, mais rabâcher que les éoliennes sont des « hachoirs à oiseaux » comme le font les écolos-gauchistes est une pure invention. Les oiseaux ont une très bonne vue (un oiseau myope est un oiseau mort) et voient fort bien ces grands machins qui tournent. Toutes les études faites par des universitaires danois (pas les gens des lobbies) ont montré que, dans ce pays (le Danemark) qui a la plus forte densité d ‘éoliennes au monde, il y avait un nombre négligeable d’oiseaux tués. Certains ont même argué que ceux qui se faisaient happer étaient sans doute les plus faibles qui n’auraient pas survécu à la migration (10-20% de morts par épuisement en moyenne). Une chose est certaine: le nombre d’oiseaux migrateurs qui traversent les champs d’éoliennes n’ont pas bougé entre avant, sans éoliennes, et maintenant, tel que comptés par la LPO.

    1. Là encore, ce n’est pas le souci réel. Le souci réel est que ces éoliennes sont placées « pour la nature » / « pour gaïa » / « pour sauver la planète et les petits chatons », et qu’en réalité, comme toute solution humaine, elle a ses bons et ses mauvais côtés. Or, subitement, dès qu’il s’agit d’une solution estampillée Camp du Bien, pouf, les mauvais côtés disparaissent.

      Le principe de précaution ? C’est pour les autres, pardi !
      Le fait qu’on pollue pour produire les génératrice ? Même pas mal !
      Des magouilles au niveau des maires ? Sans importance !
      Des oiseaux, des chauves-souris mortes ? Peu importe.

      Si les centrales nucléaires tuaient des oiseaux, on en entendrait parler sur toutes les ondes. Des centrales nucléaires installées sur des terrains loués par des maires, on en entendrait parler sur toutes les ondes. Des centrales nucléaires installées sans étude d’impact (santé, environnement), on en entendrait parler sur toutes les ondes.

      C’est ce deux poids / deux mesures qui est particulièrement scandaleux.

      1. Gerldam

        On voit bien que vous n’avez jamais eu une étude d’impact de parc éolien entre les mains. Certes, c’est un peu moins épais que pour une centrale nucléaire, mais cela fait une bonne dizaine de kilos tout de même. Surtout depuis que les éoliennes sont considérées comme des établissments classés, donc polluants par nature.
        Ce qui n’empêche pas qu’il y ait effectivement des magouilles avec certains maires et des gens qui ont gagné pas mal d’argent dans le secteur; mais beaucoup moins aujourd’hui.

        1. Normal : les subventions diminuent, l’argent du public vient à manquer, la supercherie commence à se voir. Les faits sont têtus : les rendements sont mauvais, la production est intermittente, la pollution entraînée par la production et le démantèlement des génératrices n’est pas pris en compte dans les petits calculs écolos.

          Dans 10 ans, je vous parie qu’avec l’essoufflement des théories catastrophistes sur le climat, la mode des éoliennes sera passée. Il subsistera quelques gros machins rouillés qui tournent pour rien. L’humanité aura juste perdu du temps et de l’argent, comme souvent avec les bonnes idées socialistes.

        1. DoS

          Je ne savais pas qu’un Bonsaï pouvait tomber amoureux 😉

          Bon, il est vrai que selon notre hôte lui même (vu sur Twitter), il est carrément bien comme il faut niveau glands (c’est un mutant, il en a 4).

          Perso je lui ai déjà proposer d’aller en Sibérie avec moi pour manger de la bouillie de céréales et philosopher toute la journée. A priori, H n’aime pas la bouillie de céréales, ou peut être ne m’aime t’il pas (je suis instable et fou, la pluspart du temps).

          Bref, tout ça pour dire, si vous nous faites des petits chênes (à glands), gardez moi une jeune pousse (forcement libérale), je la mettrai dans mon jardin.

          Qui sait, dans 300 ans un arbre nous montrera peut être le chemin !

          1. Black Mamba

            Mon petit Golum ne change pas constamment d’identité , tu risques de lui faire peur, la Dame te gardera un gland si tu te tiens tranquille .

            1. DoS

              Et Pourtant vous ne me connaissez pas 🙂

              Par contre je sais que vous êtes armée jusqu’aux dents et également la belle amazone accessoirement body Gard de H.

              Hélas si je vous touche WP me tranchera les couilles et me les fera bouffer….

              Bref, je préfère rester le multifaces God !

              Sinon j’ai une ambition dans la vie:

              Mourir en paix avec moi même au cours d’une méditation de 3 jours. De préférence tres tres vieux et avec une vue sur la mer. Le reste….

    2. MadeInCH

      Oui.
      La nature s’adapte bien à ce genre de choses.
      Commes les animaux sauvages qui font leut terriers entre les rails d’une ligne de train régulière.
      Quant aux énergies fossile, c’est vrai que l’éolienne ne ferme PAS les centrales, mais permet au moin d’en diminuer l’utilisation.
      .
      Ensuite, si sur le fond, je suis pour les éoliennes, et que j’en pendrais bien une chez moi, le fait de vouloir en imposer à ceux qui n’en veulent pas , et de poser des régulations limitatrices à ceux qui en veulent, c’est crétin.
      Pourquoi ne pas laisser les gens décider, simplement?
      Ah, ce serait trop simple…

      1. Pat

        « Pourquoi ne pas laisser les gens décider, simplement? »
        Ça va pas, non ? Il y a ceux qui savent ce qui est bon pour nous, qui voient l’avenir et les futures catastrophes de dans 20 ans, ceux-là doivent décider pour nous, doivent nous sauver avec de bonnes grosses taxes et des subventions judicieusement placées.
        Les gens ? Tout ça les dépasse.

      2. Calvin

        Lol
        Tu ne peux pas en mettre chez toi puisque c’est interdit d’en installer à moins de 500 mètres d’une habitation.
        Le Sénat l’avait relevé à 1km mais l’assemblée l’avait rabaissé sous pression du SER (syndicat du crime, pardon, des énergies renouvelables).
        Détail piquant, c’est le sénateur socialiste Jean Germain qui avait imposé la limitation du kilomètre, au grand dam des écolos, sous prétexte que sous une éolienne géante « le bruit est infernal ».
        C’est, par ailleurs, l’élu qui s’est suicidé pour l’affaire des mariages chinois.

        1. Calvin

          De toute façon, 500 ou 1000, c’est un faux problème : on devrait plutôt utiliser un multiple de la hauteur de l’éolienne, donc variable.

          1. Deres

            Ce genre de valeur fixé par la loi est idiote. Il faudrait surtout fixer une valeur de bruit maximum au niveau des habitations. Sinon, tu n’incites pas la technologie à progresser pour diminuer le bruit ou autre effets indésirables. Sinon, comme tu le soulignes, ils mettront des éoliennes plus grandes ou plus bruyantes …

            1. AE

              Bien sur qu’une limite de bruit existe ( + 3 db la nuit par rapport au bruit ambiant, mais seulement si on dépasse 35 db, en dérogation du droit commun ou c’est 30 db merci NKM). Mais comment le calculer avant ? Mesure du bruit ambiant (ou, combien de temps, par quel temps, quel vent, quelle saison …), avec quel logiciel, quel coef de résonnance du sol, ou est l’origine du bruit (moyeu, le long des pales …), dans quelles fréquences, problème des infrasons …
              Et comment, quand, par qui le contrôler après.
              Mission impossible.

              1. Deres

                Cela se calcule. A charge pour l’installateur de prendre une marge. Et d’avoir un procès en cas de dépassement. Avec destruction de l’éolienne en cas de faute avéré et de dédommagement sinon.

                1. AE

                  10 ans de procès, 10 à 20 mille euros de frais d’avocat … Et même si la faute est avérée cela ne vaut pas permis de démolir …

    3. mlallier

      Intéressant la référence à LPO. A 50 000 € en moyenne pour une étude de quelques jours payée par le promoteur éolien, cette association est prête à prouver n’importe quoi, pourvu que les soussous continuent de rentrer.

  8. Gerldam

    Enfin, il y a un pays où tous les arguments concernant les centrales de back up aux énergies fossiles tombent à l’eau (sans jeu de mot), cest le cas du Brésil. Dans le nord du Brésil le vent souffle fort et régulièrement pendant toute la saison sèche (9 mois environ). Les rares variations sont compensées par des centrales hydrauliques. Et, pendant la saison humide, ce sont les centrales hydrauliques qui produisent à plein bouillon. Pas un kilo de charbon de brûlé. Le prix du kWh éolien payé aux producteurs privés? Moins de 4cts/kWh. Il y a zéro subvention.
    Sur ce, j’arrête.

    1. Tant mieux. Mais dans ce cas, on pourrait parler du réacteur nucléaire naturel en Afrique, ou d’autres cas similaires à la fois très rares et si spécifiques qu’impossibles à reproduire ailleurs ou presque.

      1. DoS

        Ou la Norvège qui a de l’eau qui coule des belles montagnes, et du pétrole qui remonte du sol.

        En France on a une grande richesse:
        Le socialisme !

        C’est une puissance incroyable pour faire du sur place ou régresser.

        L’immobilisme est contre les lois de la nature, mais nous Grançais sommes plus fort que ça.

        Alors, Grançais, c’est plus fort que toi ?

        1. Calvin

          Qui te parle d’immobilisme ?
          Là, les écolos veulent aller vite et fort :
          – démanteler tout le parc nucléaire,
          – subventionner des emplois verts qui coûtent entre 2,5 (pays avec peu de charges) et 6 (ex : France) emplois dans le privé,
          – imposer la décroissance, et au final, la précarité pour tous.

          1. DoS

            Ouai c’est fastoche pour eux, ils ne savent ce qu’est une facture.

            Qu’elle fusse d’électricité, d’eau, de transport, de nourriture, de logement….

            D’ailleurs sans compte en banque ni voiture ils n’ont aucun complexes à avoir à nous matraquer de taxes, des lois, de flashs.

            Vivant en HLM avec vue sur la Tour Eiffel (quand même faut pas pousser), nos Élus savent ce qu’est le progrès. Alors, voyons, voyons, jeune ingrat.

            Ayant reçu mes 1er impots : taxe hab et tv, je pense envoyer un chèque plein de colle baveuse de mon papier tue mouche. Si ça marche chez moi, il devrait bien avoir deux ou trois grosses larves à Bercy pour s’y faire prendre !

            Imaginons le droit de propriété en France. Ce droit napoléonien très fort que l’on doit payer 3 fois.
            Credit ha, foncier, habitation, tv….et quoi encore ?

            Est ce encore un droit, ou devrions nous dire une servitude, ou location à l’Etat. Le temps d’une vie de merde.

            1. Calvin

              Ton droit de propriété, tu le payes une quatrième fois s’il est squatté (et cinq fois en prenant en compte les frais de justice qui t’incombent à toi seul).

      2. Nathalie

        Peut-être alors que la solution des énergies réside dans l »étude locale des possibilités du pays . Vent et hydraulique au Brésil, panneaux solaires en Afrique et dans les régions avec un ensoleillement suffisant, marée motrice pour d’autres etc… Notre erreur est sans doute d’appliquer à tous les pays les mêmes solutions… Charbon, nucléaire et pétrole pour tous.

    2. Pat

      En gros, donc, des entreprises privées non subventionnées peuvent installer des éoliennes rentables dans des régions très spécifiques, comme le nord du Brésil. Donc pas besoin d’intervention de l’Etat ou d’associations écolo pour forcer les choses.

    3. Deres

      L’éolien peut parfois être la meilleure solution. Mais avec nos méthodes socialistes, on ne fait pas dans la subtilité du calcul de rentabilité. Soit c’est la solution du camp du bien, donc on la généralise en l’inondant de subventions, soit c’est celle du camp du mal dont on l’interdit purement et simplement.

    4. RTP

      Dire qu’il suffirait pour nous d’installer des chutes d’Iguazu et on vivrait le rêve écologiste… L’Arabie Saoudite aussi pourrait faire un effort dans ce sens, notez.

  9. DoS

    Oui, bon….il y avait mieux aujourd’hui.

    Par exemple Valls qui nous explique que l’Etat laïc est compatible avec la religion et vice versa. Je me demande bien comment il pense.

    A t’il des petites Éoliennes dans le cerveau pour déchiqueter toute idée constructive ?

    Finalement le socialisme est une éolienne par définition, quoi de plus logique que d’en mettre de partout.

    Ça avec des portiques à camions, des boîtes à flash, des boîtes noires sur les FAI. Etc….

    Bref, notre monde part en vent. Reste plus qu’à voler. (Ou flotter à cause de la mer qui monte)

    Au fait, on peut faire du steak haché avec les oiseaux. Non ?

  10. cretinusalpestris

    J’ai la triste impression que l’objectif premier de l’éolienne est purement publicitaire.

    Elle ne sert qu’à tenter de démontrer à la population que les gouvernements anticipent la grande carence énergétique qui nous guette, tout en « préservant » l’environnement.

    Dans dix ans, on se rendra compte que tout cela n’aura servi à rien… mais les « décideurs » auront gagné… dix ans.

    D’ici là, les habitants de cette planète se seront gentiment habitués à ne plus consommer d’énergie la nuit (finies les soirées TV jusqu’à 1h du matin) et n’utiliser leur électricité qu’à certaines heures pour cuisiner ou se chauffer.

    Sans nucléaire (ou une autre technologie découverte entre-temps), il n’y aura pas assez d’énergie pour 8, 10, 20 milliards d’humains.

    1. Balthazar

      Le jour où il n’y aura plus assez de… (eau, énergie, nourriture…) le problème de surpopulation se résoudra de lui même pour arriver au bon étiage
      Faut il encore que ce moment-là arrive

      1. cretinusalpestris

        Effectivement, le temps vient à bout de tous les problèmes… d’une manière ou d’une autre.

        Autant commencer à ne rien faire tout de suite. De cette façon, le problème sera résolu plus rapidement.

        1. tschok

          « Autant commencer à ne rien faire tout de suite. De cette façon, le problème sera résolu plus rapidement. »

          Je la garde!

          En contrepartie, je vous en donne deux autres, que vous ne connaissez peut-être pas:

          Pour qu’une erreur soit juste, il suffit que celui qui l’a commise se soit trompé.

          Et, ma préférée, d’Alan Greenspan: « Si vous m’avez bien compris, c’est que je me suis mal exprimé »

          1. cretinusalpestris

            Ah, joli ! Je note également.

            Ces citations pourraient faire l’objet d’un recueil que l’on mettrait à disposition en ligne et qui faciliterait ainsi leur usage.

            Usage qui risque de devenir de plus en plus fréquent, ces prochains temps… j’en ai la désagréable impression.

          1. cretinusalpestris

            Entre le début et la fin, il existe une période qui s’appelle « la vie » dont la plupart des bénéficiaires reconnaissent sans ambages qu’ils préféreraient qu’elle ne se déroule « pas trop mal ».

            1. Calvin

              Oui

              C’est pour cela que les élus ne raisonnent qu’à court terme et accusent les autres (entrepreneurs, citoyens) de faire comme eux… à tort.

    2. L’éolienne, c’est au niveau mondial ce que les châteaux d’eau font en France : de la pub pour la municipalité qui l’installe.

  11. tschok

    On peut upgrader une centrale nucléaire pour tout ce qui concerne le circuit vapeur (les turbines) et la génération électrique. Et on peut aussi récupérer des calories au niveau des tours de refroidissement.

    Le gain de production est de l’ordre de 20%.

    Upgrader le cœur du réacteur et tout ce qui est le circuit primaire doit être, je pense, équivalent à un démantèlement pur et simple: changer la cuve du réacteur, c’est simplement changer le réacteur et tout ce qui l’entoure.

    Une centrale doit être démantelée dans trois cas:

    – quand elle vous pète à la gueule: il faut arrêter la réaction nucléaire, donc démanteler à la brutale;
    – quand elle arrive en fin de vie, car nothing on earth endures forever, it is what a pity et c’est very chiant mais c’est comme ça;
    – quand une norme obligatoire nouvelle s’applique à une installation ancienne de façon incompatible avec la poursuite de son exploitation.

    A ce sujet, EDF et AREVA ont un incident industriel majeur sur une centrale qui n’est pas encore en service: l’EPR de Flamanville, où on expérimente le concept de work in progress sine die. Les normes ont changé entre le moment de la conception et l’installation de la cuve.

    Ce qui n’était pas un défaut au moment de sa conception est considéré comme un défaut aujourd’hui.

    Sinon, pour prendre le cas d’une centrale en service, on trouve celle de Fessenheim: la poursuite de son exploitation a été subordonnée à la mise aux normes de son radier et des installations de secours.

    1. Caton

      L’épaisseur du radier, « l’une des leçons de Fukushima »… Le jour où un tsunami de 30 mètres de haut arrive à Flessenheim, la centrale nucléaire sera le cadet de nos soucis.

      1. gameover

        Avec les normes qu’on applique aux centrales nucléaires, s’il y a un tremblement de terre force 9.9, alors le seul endroit sûr sera la centrale nucléaire du coin…

      2. tschok

        Je ne pense pas que le changement de la norme soit dû à la prise en compte d’une vague, même si la centrale de Fessenheim est installée à proximité d’un cours d’eau, en contrebas.

        Un réacteur nucléaire peut exploser pour des raisons… chimiques. M’enfin bref, c’est une explosion, livrée avec tous ses accessoires, notamment une onde de choc qui peut briser l’ossature des bâtiments et rendre inopérants les dispositifs de sécurité.

        Dans les failles, se glissent alors les matières radioactives qui peuvent contaminer l’atmosphère et le sol, donc les eaux, puis les corps.

        L’idée, c’est de rajouter une couche permettant d’absorber les chocs et de rendre plus robustes les dispositifs de sécurité.

        Comme on n’a pas tous envie de terminer comme Marie Curie, dans l’ensemble on trouve que l’idée est plutôt bonne.

        1. Fll

          Faudrait penser à ne plus marcher aussi hein, parce que certains sont morts en tombant et en se faisant le coup du lapin… C’est dangereux de marcher ! zutalafin !

          1. MadeInCH

            Et tout ceux qui meurent en tombant de leur lit.
            Pis, tout ceux qui meurent DANS leur lits!
            Et on ne compte PAS ceux qui meurent DANS des hopitaux!
            .
            Mais il y a pire!
            Où mettre ses parents en sécurité? Vous n’y pensez pas, malhereux! Avez-vous pensé à tout ceux qui meurent dans des homes????
            .
            Supprimons les cimetierres! Ainsi nous supprimerons la Mort!

        2. Higgins

          Une centrale nucléaire ne peut pas exploser par conception. Ce n’est en aucun cas Hiroshima. Le réacteur peut s’emballer et le cœur peut fondre. Si la centrale de Fukushima avait été construite sur la falaise et pas au bord immédiat de l’océan, les dégâts auraient été risibles.

          1. tschok

            « Une centrale nucléaire ne peut pas exploser par conception. »

            Si vous en croisez une, dites-le lui (par construction, un train ne peut pas dérailler, pourtant, ça arrive).

            Les accidents Tchernobyl et Fukushima ont donné lieu à des explosions (pour des causes chimiques).

            Ces faits ont été constatés et même filmés: ça fait boum!

            Il ne s’agit pas d’explosion nucléaire à proprement parler (ni fission ni fusion explosive) mais d’évacuation de matières radioactives à la suite d’explosion pour autres raisons (chimiques).

            A ce moment là, la centrale se transforme en « bombe sale ».

            Ce qui est tout à fait différent d’une arme nucléaire qui produit une explosion nucléaire à l’aide d’un explosif chimique.

            1. Ananke

              Dose reçue lors d’un mammogramme: 400uSv
              Dose reçue au centre ville de Fukushima dans les deux semaine qui ont suivi l’accident: 100uSv

              Il est probable que sur le site lui même quelques personnes aient reçu des doses plus importantes mais à ma connaissance il n’y a pas eu de morts.

              Combien de morts par an dans les mines de charbon?
              Quelle quantité de radioactivité relachéee chaque année par une centrale à charbon?
              Je vous laisse répondre à ces deux questions.
              Pour mémoire, pour sa « transition énergétique » l’Allemagne a dû contsruire de nombreuses centrales à charbon supplémentaires et fermer des réacteurs nucléaires.

              http://blog.xkcd.com/2011/03/19/radiation-chart/

              1. tschok

                @ Ananke

                Votre science m’impressionne et me fait penser que les autorités japonaises ont été bien sottes de faire évacuer la zone, puisque la population ne risquait pas plus que lors d’un examen médical.

                Et en plus c’était trois fois rien: 110.000 personnes dans un rayon de 20 km.

                Ces Japonais sont décidément des idiots. Et on se demande bien pourquoi ils se donnent du mal pour traiter des dizaines de milliers de tonnes de flotte contaminée, alors qu’un commentateur, très savant lui aussi, m’a claqué le beignet en me prouvant par A+B que que la contamination radioactive n’existait pas, ou alors très rarement.

                Non seulement j’admets mon ignorance, mais en plus je me range à votre opinion, en me disant d’ailleurs que les soviétiques ont, eux aussi, été très cons de faire évacuer Tchernobyl.

                Ne parlons même pas des liquidateurs, on se demande bien pourquoi ils sont suivis médicalement.

                Ah! Si tous ces imbéciles avaient pu faire votre connaissance avant moi, ils se seraient épargné bien des épreuves.

                Cela dit, il y a peut-être une autre façon de voir les choses: considérer que la radioactivité est une chose sérieuse et que ce n’est pas en minimisant constamment les problèmes qu’elle pose qu’on parvient à les résoudre.

                En tant que partisan de la filière nucléaire, j’ai moi-même dépassé le stade du déni depuis longtemps et je conserve toujours une opinion favorable à l’égard de cette industrie.

                Le fait d’avoir compris que le fonctionnement d’une centrale nucléaire génère plus de radioactivité que celui d’une montre à quartz m’a même, d’une certaine façon, rassuré.

                Sinon, la transition énergétique allemande a une logique: elle mise sur des modes de production alternatifs, donc des technologies nouvelles. Le gouvernement allemand ayant pris la décision de fermer les centrales nucléaires avant l’arrivée à maturité de ces nouveaux modes de production, il faut faire la soudure avec du charbon ou du gaz. Et vu les cours, du charbon.

                En ce sens, l’Allemagne n’a pas « dû » fermer des réacteurs nucléaires, elle a pris la décision de le faire, mais a dû construire des centrales conventionnelles, d’ailleurs modernes.

                Normalement, cette phase est transitoire, mais elle devient, comme on dit, du provisoire qui dure.

          1. Jiff

            Ça doit-être pour ça que le chercheur Russe qui a le premier conduit des études locales et tiré la sonette d’alarme sur les radiations nucléaires de basse intensité est assigné à résidence chez lui avec interdiction de parler à la presse…

            L’idée de laisser un gamin jouer avec un bâton de dynamite ne viendrait à personne, puisqu’on sait exactement ce qui peut se passer; c’est pourtant ce que l’Homme fait avec le nucléaire avec encore moins de connaissances.

  12. Duff

    Suis passé il y a peu à côté de la centrale du tricastin. J’ai explosé de rire en voyant à côté 2 ou 3 éoliennes.. Je me suis immédiatement imaginé qu’elles étaient alimentées par la centrale nucléaire pour tourner..

    L’inertie bureaucratique et médiatique atteint des sommets vraiment inquiétants.

  13. Jean-Charles DUBOC

    Dans dix ans, on fichera toutes les éoliennes à la ferraille car les énergies type FUSION FROIDE auront pris le dessus :

    http://euroclippers.typepad.fr/exopolitique/2014/10/e-cat-un-r%C3%A9acteur-%C3%A0-fusion-froide-%C3%A0-la-maison-i.html

    Auparavant, il faudra briser les résistances de l’industrie du pétrole, du gaz, du nucléaire… C’est à ce coût que va émerger le « monde d’après » tout du moins dans le domaine de l’énergie…

        1. Jiff

          Pourtant, lors de la dernière conférence sur le sujet, il y avait ~ 300 chercheurs d’un peu tous les pays (et pas des moindres) présents.
          Annoncer un réacteur était sans nul doute très prématuré, mais que des gouvernements continuent les recherches sur la fusion chaude alors que les variations des plasmas sont sujettes à la théorie du chaos (et que les champs de confinement devraient donc réagir à des vitesses impossibles à atteindre), c’est un peu comme clamer que super-phoenix sera un jour opérationnel.

    1. royaumont

      La fusion froide (comme la fusion tout court, d’ailleurs) est une sorte de pierre philosophale. On en entend parler régulièrement, mais ça se dégonfle à chaque fois.
      J’ai du en entendre parler il y a 25 ans quand des chercheurs affirmaient y être parvenus. Et depuis, rien…

      1. Val

        @royaumont , voler a été un rêve depuis que l’homme regarde le ciel . Il ne fait pour moi aucun doute que nous trouverons d’autres formes de sources d’énergie. Il est par contre impossible de prévoir ni quoi ni comment ni quand

          1. Calvin

            L’avantage, c’est que pour chaque pilote dépressif, cela ne fait qu’un passager mort.
            Et pour faire Paris-Lisbonne, tu as un mois de vie de sursis (sauf s’il veut direct s’écraser sur la Tour Eiffel) !
            :mrgreen:

    2. tschok

      Je me garderais bien de faire la moindre prédiction, même à 10 ans.

      Et spécifiquement à propos de la prédiction que vous mettez en avant, je ferais plutôt les remarques suivantes:

      – La fusion froide est un procédé à très haut contenu technologique et scientifique sur lequel pèsent toutes les hypothèques qu’on rencontre en pareil domaine: dire qu’on parviendra à un résultat rentable à 10 ans, c’est tracer des plans sur la comète.

      Mais surtout:

      – la fusion froide telle qu’on la conçoit aujourd’hui est un procédé de production d’énergie qui correspond à un modèle pyramidal centralisé: une grosse installation qui alimente un secteur. Or, tout ce qui se développe aujourd’hui est horizontal et en réseau intelligent.

      C’est comme si vous disiez: dans 10 ans le Minitel va triompher, alors qu’on cause sur Internet depuis 20 ans.

      Ou bien: dans 10 ans, le Bi-bop va triompher, alors qu’on a tous des smartphones et que seuls ceux qui ont de la mémoire savent ce qu’est un Bi-bop.

      Vous voyez? L’architecture du truc va pas.

      En fait, l’éolienne est très souple et en plus elle est mature. A la base, c’est une génératrice avec une hélice devant. L’hélice dérange, mais n’empêche que ça fait tourner la génératrice.

      Bon, si on n’aime pas les hélices, on peut mettre autre chose devant, mais ç’a déjà été fait.

      1. Caton

        Voir le lien au-dessus. Lockheed Martin annonce des petits réacteurs d’environ 100 MW chacun, de la taille d’un semi-remorque. On est bien dans l’horizontal en réseau intelligent.

        1. tschok

          Lockeed Martin, c’est pas la boîte qui produit le F 35?

          C’est des parfumeurs: ils vendent du rêve; Un peu enfumeurs aussi.

            1. tschok

              Je sais pas, chuis pas dans leur conseil d’administration. Mais à mon avis, s’ils vendent de la fusion froide, là, tout de suite, c’est qu’ils doivent espérer beaucoup plus de la crédulité de leur acheteur que de la valeur de leur produit.

              1. AlainCo

                Lockheed martin, contrairement a ce que certains mauvais journalistes répètent, ne propose pas de fusion froide mais une fusion par confinement magnétique plus compacte, idée russe, possible désormais grâce aux nouveaux aimants électromagnétique.

                Néanmoins juste il y a un mois (21Mai), Michael McKubre a fait une présentation dans les bureaux de Lockheed Martin à Palo Alto
                http://www.lenr-forum.com/forum/news/index.php/News/92-Lockheed-Martin-Palo-Alto-Colloquia-May-21-%E2%80%93-Low-Energy-Nuclear-Reactions-LENR-D/

                contactez Jean Francois Geneste d’Airbus et ils vous expliquera le contexte…

                sinon lisez les gazettes scientifiques de 1900 à 1920, et riez.

                lisez aussi cet article sur la vrai méthode scientifique
                https://associationslibres.wordpress.com/2015/06/15/accepter-lechec-les-neuroscience-du-foirage/

                j’y reconnais tout ce que la fusion froide a expériment, et même ses problème actuels…

          1. Là, c’est le contraire : l’éolienne n’est en moyenne jamais rentable (il y a des cas où on peut monter une éolienne rentable parce qu’il y a toujours du vent, mais dans les cas qui nous occupent, i.e. en France, on peut oublier).

            1. tschok

              L’éolienne est un système complexe.

              Pour que ça marche il faut:

              – un système de gestion intelligent qui optimise l’affectation de la ressource aux emplois (bon, ça on l’a pas, mais c’est en route),

              – Une capacité de stockage de l’énergie électrique ( ah ben tiens, on l’a pas non plus, et tout le monde le cherche comme le Saint Graal),

              – Un réseau de transport dit « intelligent » qui, entre autres choses, sera capable de ne pas dissiper dans le câble 60% de l’énergie produite (je ne sais même pas si quelqu’un travaille sur le sujet).

              Clairement, il manque plein de trucs pour que ça marche. D’où les subventions.

              Mais l’éolienne a pour elle qu’elle est une hélice devant une génératrice et que le concept marche bel et bien.

              1. gameover

                « Clairement, il manque plein de trucs pour que ça marche. D’où les subventions. »

                MDR… il manque tout en fait ! Et donc tu valides le système de subventions à tout ce qui n’est pas viable… va en falloir des sous !

              2. Vous oubliez quelques détails : si vous stockez l’énergie électrique (sous forme potentielle typiquement), cela alourdit globalement le coût de l’éolienne. Le point de rentabilité s’éloigne d’autant. Or, par construction, , une éolienne fournit de façon intermittente. Vous aurez toujours besoin d’un stockage, et de l’efficacité de ce stockage dépendra la rentabilité de votre installation. Comme il n’y a en France aucun stockage, ce n’est jamais rentable.

                1. Deres

                  Et donc pour le moment, la solution encore plus économique que le stockage est tout simplement une centrale à gaz ou à charbon en doublon des éoliennes pour la même puissance. On se rend vite compte que l’éolienne ne sert donc pas à grand chose … En donnant sa pleine puissance seulement 30% de l’année, ce ne sera pas elle le fournisseur principal en réalité mais elle sera uniquement pour l’appoint.

              3. sam00

                Déjà, ce n’est pas 60% qui se perd dans les câbles, c’est 10% nominal … et c’est déjà beaucoup.

                EDF travaille dessus depuis des années pour créer des lignes THT à 1MVolt mais ils ont quelques petits problèmes pour trouver les bonnes solutions d’isolation.

                Pour ce qui est du stockage de l’électricité, il n’y a pas 50 solutions
                – Sous forme chimique (batteries, générateur d’hydrogène stocké pour pile à combustible)
                – Sous forme électrostatique (condensateurs)
                – Dans un aimant supraconducteur
                – Sous forme mécanique (volant d’inertie, remontée de l’eau dans un barrage, etc …)

                C’est à peu près tout.

                La seule forme praticable à une échelle qui ne soit pas ridicule pour pouvoir stocker l’électricité que produiraient des millier d’éoliennes, c’est de remonter de l’eau dans un barrage … mais ça trouve très vite sa limite.
                Le reste est anecdotique et le restera très longtemps sauf saut technologique majeur.

                Dit autrement : sans méga-révolution dans le stockage de l’électricité, l’éolien (et à fortiori le solaire photovoltaïque) n’ont aucun avenir.
                Corollaire : Quitte à dépenser des milliards, au lieu de dépenser ces milliards en subventions pour des éoliennes ou du photovoltaïque, il serait plus efficace de dépenser cet argent pour de la recherche sur le stockage de l’électricité.

                1. Black Mamba

                  « Corollaire : Quitte à dépenser des milliards, au lieu de dépenser ces milliards en subventions pour des éoliennes ou du photovoltaïque, il serait plus efficace de dépenser cet argent pour de la recherche sur le stockage de l’électricité. »
                  Oui, le stockage serait bien plus intéressant surtout que les éclairs sont une source naturelle en électricité…

                  1. deres

                    Se plaindre d’un côté de l’intermittence des éoliennes et vouloir de l’autre capter les éclairs … Je suis le seul à voir la contradiction ?

                    1. MadeInCH

                      Pas vraiment.
                      BM souligne que trouver un moyen de stockade d’électricité réglerait beaucoup de problèmes pour beaucoup de sources intermittente.

                  2. MadeInCH

                    L’énergie des éclairs…
                    J’y ai toujours cru, et c’est impressionnant dans les films.
                    Un ami qui s’est spécialisé dans les éclairs m’a dit que, en fait, l’énergie est faible.
                    La puissance est trèS élevée, car la puissance, c’est l’énergie sur (divisée) par le temps.
                    L’éner est très faible, mais le temps enst vachement beaucoup plus petit.
                    (petite Energie[J])/(très petit Temps[s])=(grande Puissance[W])
                    Mais n’empêche que l’Energie est que juste quelque Joules. C’est à dire rien.
                    .
                    J’ai été très surpris, mais je le crois.

                    1. cretinusalpestris

                      Si je peux me permettre…

                      L’éclair n’est que la partie visible et sporadique.

                      La différence de potentiel entre les nuages et le sol, elle, est toujours présente.

                      Il suffirait donc d’imaginer un dispositif conducteur qui permettrait de récupérer cette gigantesque différence de potentiel.

                      Par exemple, un javelot équipé d’un câble que l’on tirerait en direction du gros nuage noir. Les électrons libres n’auraient alors plus qu’à suivre ce câble jusqu’à un accumulateur, ou un immense condensateur, où ils seraient capturés.

                      Là aussi, hélas, on reste néanmoins dépendant de la météo.

                2. zelectron

                  « EDF travaille dessus depuis des années pour créer des lignes THT à 1MVolt mais ils ont quelques petits problèmes pour trouver les bonnes solutions d’isolation ».
                  Siemens, General Electric et autres ont résolu ces problèmes depuis longtemps, mais puisqu’il faut ABSOLUMENT une solution française . . .

                  1. sam00

                    @zelectron

                    Ne vous méprenez pas, je n’ai rien contre les solution venant d’autres pays et/ou acteurs …
                    J’ai connaissance qu’il y a une ligne 1100kV en service au japon me semble-t-il et que d’autres acteurs que EDF bossent sur le sujet et ont des solutions (EDF/ERDF aussi me semble-t-il)

                    J’ai un peu raccourci mon propos qui était déjà suffisamment long … le problème n’est pas la seule faisabilité, mais la rentabilité de la chose.
                    D’une certaine façon cela rejoint aussi la problématique de l’article et des commentaires. L’important n’est pas que ce soit faisable, mais que le rapport coût/bénéfice soit rentable

                    Le coût pouvant d’ailleurs prendre en compte d’autres aspect que le simple coût financier :
                    – impact écologique (pollution, retraitement des déchets, noyer une vallée, …
                    – impact visuel de la ligne THT ou du champ d’éoliennes, …
                    De même que pour les bénéfices qui ne sont pas forcément financiers uniquement:
                    – meilleure stabilité d’approvisionnement et/ou diversification
                    – régulation du débit d’un cour d’eau
                    – …

                    Pardon pour mon raccourci :-/

                    1. cretinusalpestris

                      Intéressant.

                      Je pense d’ailleurs que l’on peut probablement trouver des différences de potentiels utilisables dans notre environnement ailleurs que dans l’air… par exemple, entre les différentes strates géologiques qui composent une montagne.

                    2. gameover

                      @cretinusalpestris
                      Il y a des différences de potentiel dans l’air car c’est un isolant. Il faut une certaine charge ou une modification locale pour que l’air devienne conducteur, un peu comme un condensateur qui claque lorsque la tension entre les armatures est trop élevée.

                      Les cailloux c’est certes d’une part beaucoup moins isolant mais leur conductivité dépend aussi de leur humidité et des matériaux environnant… et comme on a rarement vu quelqu’un finir électrocuté en pissant du haut d’une montagne… ni un torrent créer un arc électrique… j’ai juste un doute mais tu as un lien ?

                    3. cretinusalpestris

                      @gameover

                      Je n’ai pas de liens, c’est une pensée qui m’est venue comme ça.

                      La différence de potentiel s’accroît avec la distance. Raison pour laquelle, elle n’est pas ressentie si « on urine par terre » car elle est infime.

                      Par contre, si l’on pouvait uriner sur plusieurs kilomètres, le choc pourrait être mieux ressenti par l’expérimentateur.

                      Evidemment, la qualité de l’isolation entre les deux électrodes dépend de la matière qui les sépare (comme l’électrolyte d’un condensateur) : roche, terre, minerais…

              4. Pat

                « Clairement, il manque plein de trucs pour que ça marche. D’où les subventions. » Etrange… Je ne comprends pas cette logique.

              5. Deres

                En fait, les seules endroit où les éoliennes sont rentables sont des endroits isolés, de petite taille et venteux. Etant isolé, ils ne sont pas reliés au réseau d’électricité et les coûts d’acheminements de carburant sont importants. Etant de petite taille, il ne sera pas possible de créer une grosse centrale efficace. Etant venteux, ils seront en marche plus de 30% du temps. Donc en augmentant la rentabilité des éoliennes et en diminuant celles des énergies alternatives, le vent peut devenir une solution rentable. Mais c’est un marché de niche, pas une solution globale. Et il faudra de toute façon gérer l’intermittence …

                1. Jiff

                  Oui, il existe d’ailleurs un très beau documentaire sur El Hierro, qui est presqu’entièrement autarcique (mais l’île a une conformation très spécifique qui seule a permis ce résultat.)

              6. Val

                Franchement tschok la nouvelle énergie sera forcément de rupture . Vous en voyez une vous entre l éolienne à grand papa et les nôtres ? C est juste la même à peine customisee. C est comme si vous vouliez faire rouler un tgv tire par 10 00 0 chevaux …

                1. Deres

                  C’est un peu facile de dire cela … Si ta nouvelle énergie est « de rupture », c’est qu’elle résout pleins de problème des existantes ! Mais cela ne se commande pas les innovations de rupture, cela se produit généralement sans pré-avis, à l’inverse de al tendance a actuelle qui veut nous faire croire qu’il suffit d’arroser une technologie à coup de subvention pour qu’elle devienne concurrentielle.

                  1. Bonsaï

                    @ Tschok, 17 juin, 16:57
                    Je vois ici un autre disciple du génial professeur Varoufakis, spécialiste de la théorie mathématique des jeux …
                    Pour l’instant, ça roule …

                2. tschok

                  @ Val,

                  L’éolienne n’est effectivement pas une rupture: on continue à faire tourner un générateur comme on le fait déjà avec une turbine hydraulique, à vapeur ou à gaz. Ou avec un bête moteur à pistons.

                  Mais l’éolienne est une rupture parce qu’elle appartient à la catégorie des producteurs nets d’énergie (l’input est gratuit) mais dans la famille à empreinte légère. C’est à dire que l’éolienne n’est pas comme un barrage par exemple: pas besoin d’inonder une vallée entière.

                  Ainsi l’éolienne, dans ses versions les plus modernes, peut s’installer en ville, alors que les centrales classiques sont loin de la ville.

                  Et on peut même dire que son plus gros défaut, l’intermittence, est en soi une rupture, puisqu’elle oblige à concevoir un réseau électrique plus sophistiqué, et de nouveaux modes d’utilisation de l’électricité.

                  Par ailleurs, en tant que mode de production décentralisé, l’éolienne est d’essence libérale et individualiste, contrairement à la centrale électrique qui, comme son nom l’indique, renvoie à un centre, donc à une construction technocratique, et alimente un secteur, donc un ressort administratif.

                  Cette nature libérale, qui rompt avec tout ce qu’on a connu jusqu’à présent, colle bien avec nos sociétés actuelles et l’esprit du temps.

                  je suis d’ailleurs assez étonné par le très mauvais accueil qu’a réservé un blog aussi libéral que celui de H16 à ce mode de production de mouvement rotatif, auquel on reproche sa coloration vaguement écolo et son financement, à base de subventions.

                  Si j’ai bien compris, ces deux éléments constituent le socle du rejet qu’inspire cet engin, auquel se combinent des critiques d’ordre esthétique ou liées à la santé publique ou à la gestion des nuisances sur l’environnement.

                  Si la critique est parfaitement légitime, il est tout de même étrange de vouer totalement cet engin aux gémonies, parce que techniquement parlant, il fait bien son travail et c’est tout ce qu’on lui demande.

                  1. Calvin

                    Tu ne lis rien et ressasses les mêmes erreurs… Navrant de bêtise.
                    Input gratuit : mais le coût d’exploitation est exorbitant.
                    Éolienne décentralisée : non, bien sûr, pas de règles, pas de normes, pas de subventions….
                    Bon j’arrête, tu n’es même plus drôle…

                    1. Black Mamba

                      Un nettoyage anti Troll semble nécessaire, il risque de contaminer les pauvres âmes en errance sur ce blog …

                    2. tschok

                      Calvin,

                      Bon, je n’insiste pas, je vois que ta religion est faite et que rien ne peut la troubler. Mais je suis heureux de t’avoir fait rire ou sourire, j’aurais au moins gagné ça.

                      PS: ne pas confondre centralisation et normalisation ou réglementation, c’est différent.

                  2. Sérieusement, arrête un peu avec ta « rupture ». C’est un truc vieux, l’éolienne. Même le principe du ballon (cf ceci : http://www.engadget.com/2012/04/22/helium-filled-floating-wind-turbine-renewable-energy-with-style/ ) est plus inventif, plus disruptif, et ça a déjà plusieurs années… Et encore une fois, le souci provient toujours du même point : ce n’est pas économiquement rentable puisqu’intermittent. Même un barrage fait mieux.

                    « je suis d’ailleurs assez étonné par le très mauvais accueil qu’a réservé un blog aussi libéral que celui de H16 « 
                    Parce que sans subvention, PERSONNE n’installe ce bidule, c’est aussi simple que ça. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas rentable du tout. Les éoliennes NE SONT PAS une solution pour les besoins énergétiques actuels (problème de stockage, d’empreinte économique, de volumes délivrés).

                    1. robert

                      Visiblement tschok est un essai d’intelligence artificielle qui a mal tournée. Il ne reste que l’artificiel.
                      @tschok, surtout ne répondez pas, vous n’êtes plus drôle. La « radiation contaminante » est une trouvaille interessante (heureusement que vous avez épargné l’air qui nous entoure dans votre raisonnement, sinon on était mal barré).

                    2. tschok

                      @ H16

                      Je vais essayer d’aborder le truc sous un autre angle, sans te gaver.

                      Je suis d’accord avec toi sur tous les défauts de l’éolienne: c’est intermittent, c’est cher, c’est moche, c’est vieux dans le concept (moulin à vent), c’est subventionné, ça pollue, ça produit pas beaucoup, c’est pas rentable, bon, bref on s’est compris: dressons le bûcher et brûlons cette gueuse.

                      Mais, juste avant de craquer l’allumette, jetons un coup d’œil chez nos voisins allemands et essayons de nous demander pourquoi ces espèces d’imbéciles heureux y croient, eux.

                      Serait-il possible que, par le plus grands des hasards, ces Teutons demeurés aient pu trouver des solutions aux problèmes que posent les éoliennes et soient parvenus à les intégrer à un mix énergétique économiquement rentable?

                      Des solutions que le génie français, dans la splendeur de son isolement, se refuserait à seulement examiner objectivement, tant il les juge indécentes, voire obscènes?

                      Y-a-t-il dans leur expérience des leçons à tirer, des idées dont on pourrait s’inspirer pour ne pas commettre les mêmes erreurs qu’eux? Pourquoi pas, être meilleurs?

                      Et puis, a-t-on véritablement d’autres choix qu’un mix énergétique qui comprendra nécessairement sa part d’éoliennes?

                      Enfin, n’y-a-t-il pas là une occasion d’avoir confiance en l’avenir et dans la valeur de nos propres solutions technologiques, plutôt que de tout rejeter en bloc, comme ça, d’un revers de la main légèrement dédaigneux?

                      Et si, dans 20 ans, on se rend compte que l’éolienne était l’une des solutions à trouver et qu’on l’a manquée, comme on a loupé le coche du PC, de l’Internet, du téléphone portable et j’en passe, n’éprouvera-t-on pas ce sentiment d’amertume mêlé de regrets qui, si souvent, nous étreint?

                      Et d’où nous vient cette idée de nous battre contre des moulins à vent? De notre esprit Don Quichotte? Mais, on est des cartésiens: on doit examiner sérieusement l’option éolienne avec un esprit scientifique et pas un esprit de clan et de parti pris.

                    3. Les Allemands y croient ????
                      Mais tu es en retard de plusieurs années, mon pauvre. Entre le vice-chancelier qui estime que cette transition énergétique fut une folie, et la grogne croissante des populations contre l’éolien et les centrales à charbon qu’ils sont obligés d’ouvrir pour compenser les intermittences, plus les associations de médecins (lien dans l’article) qui expliquent les problèmes de santés potentiels liés aux éoliennes, ça commence à faire beaucoup. Je passe sur la facture entre le coût du charbon, du gaz, qui a fait mal aux ménages allemands, et le coût des achats en catastrophe d’électricité outre-Rhin pour compenser, je crois qu’on peut dire que non, les Allemands ne sont pas du tout un bon exemple.

                      Si tu ne lis pas les liens suivants, je serais obligé de couper court à la conversation :
                      https://www.contrepoints.org/2014/04/29/164531-le-vice-chancelier-allemand-spd-la-transition-energetique-est-une-folie
                      http://www.contrepoints.org/2014/09/24/182200-allemagne-le-reve-dun-parc-eolien-offshore-geant-tourne-au-cauchemar
                      http://www.contrepoints.org/2012/09/09/96674-allemagne-de-nouvelles-centrales-a-charbon-pour-compenser-les-echecs-eolien-et-solaire
                      http://www.contrepoints.org/2012/02/09/68401-allemagne-le-scepticisme-climatique-eolien-et-solaire-gagne-du-terrain
                      http://www.contrepoints.org/2015/05/10/207365-transition-energetique-warum

                    4. tschok

                      @ H16

                      Ce n’est qu’une amiable conversation à propos d’un sujet qui, sur un plan rationnel, ne devrait normalement susciter ni invective, ni menace de rompre le dialogue.

                      Il n’y a rien d’inconciliable dans ce que je dis avec ce que tu dis toi-même puisque je fais mien tes arguments, très négatifs, sur les éoliennes en général et le modèle allemand en particulier.

                      Je te remercie d’ailleurs pour les docs en lien, que j’ai lus, et qui confirment ce que je disais précédemment: il serait opportun de tirer les leçons de l’expérience allemande, car à l’évidence des erreurs ont été commises.

                      Notamment, les Allemands n’ont pas correctement apprécié la difficulté des défis technologiques qu’il faut relever pour parvenir au mix énergétique qu’ils visent: 80% d’électricité « renouvelable » en 2050. C’est kolossal, 80%. J’ignore si un autre pays dans le monde met la barre aussi haut, mais c’est à l’évidence un défi similaire dans son ampleur à celui de la réunification.

                      L’expérience allemande doit donc se regarder de près.

                      Pour commencer, on peut se faire une première réflexion (et je m’arrêterai là): l’Allemagne a une stratégie énergétique à long terme. Pour nous Français, le fait d’avoir une stratégie, en plus à long terme, est devenu inconcevable.

                      Notre analyse de l’expérience allemande pâtit de cette difficulté intellectuelle à concevoir le phénomène stratégique dans sa dynamique longue: on photographie la transition énergétique allemande au temps T, on constate que ça déconne, donc on en tire la conclusion que ça ne marche pas et qu’il ne faut pas le faire nous-mêmes.

                      Ce problème de méthodologie nous fait oublier notre question à nous, celle qui nous concerne: de quoi doit être fait notre mix énergétique?

                      Si on met de l’éolienne dans notre mix énergétique – et on sait qu’on devra le faire – combien on en met? Moins de 5%? Plus de 10%? Voire 20% ou 30%?

                      Renouer avec la pensée stratégique de long terme dans un domaine aussi crucial que celui de l’énergie nous obligera à un mode de réflexion sans doute plus rébarbatif que celui que tu adoptes sur ton blog, où la jubilation dans la critique acerbe fait partie du spectacle.

                      En tout cas, je te remercie de l’attention que tu m’as accordé.

                    5. « Si on met de l’éolienne dans notre mix énergétique – et on sait qu’on devra le faire – combien on en met? Moins de 5%? Plus de 10%? Voire 20% ou 30%? »
                      Mais sacrebleu, pourquoi « on devra » ? Si vous partez de ce que vous devez démontrer, y’a aucun raisonnement à tenir.
                      J’ai montré, en long et en large que l’éolienne n’est pas viable économiquement. PAS VIABLE, par construction.

                      C’est quoi, qui coince, dans « PAS VIABLE, par construction » ?

                    6. tschok

                      Il n’y a rien qui coince, j’ai saisi le concept.

                      Mais on ne fonctionne pas pareil: pour moi, l’affaire n’est pas tranchée.

                      Au début de l’aviation, les partisans des plus légers que l’air et des plus lourds que l’air s’affrontaient.

                      Bien malin celui qui aurait pu dire, à cette époque, qui de l’avion ou du ballon allait l’emporter.

                      Peut-être que l’éolienne finira comme le ballon dirigeable: techniquement au point, mais trop de contraintes donc, utilisation marginale. J’en sais rien. Pour l’instant je regarde le match, je compte les points et je constate que l’éolienne existe, c’est tout.

                      Pour ce qui est du mix, on doit le faire parce que, suivant la formule célèbre, « la France n’a pas de pétrole, mais elle a des idées »: si on avait sous notre cul les mêmes nappes de pétroles que celles que les émirs d’Arabie ont sous le leur, je dirais volontiers que le mix énergétique est un gadget.

                      Comme on les a pas, faut bien se démerder, vu qu’on connecte notre besoin d’énergie à la souveraineté nationale.

                      On veut être souverain, pas serviteur des émirs.

                    7. « Il n’y a rien qui coince, j’ai saisi le concept. » mais « l’affaire n’est pas tranchée »

                      Pas rentable par construction. Ergo, le concept n’est pas saisi.

                    8. tschok

                      Arf!

                      J’explique: on met tous les deux dans le périmètre de l’analyse les mêmes éléments.

                      Sauf que j’y rajoute une chose: Je donne à l’éolienne sa chance sur le temps long en prenant en compte le fait que le design du modèle éolien n’est pas figé, par construction: c’est un processus évolutif qui peut aller vers le mieux.

                      En clair, je fais un pari.

                      Il est possible que je me goure: après tout, au bout du compte, il faudra peut être bien se résoudre à enterrer cette option et à ce moment là je regretterai de ne pas l’avoir fait plus tôt.

                      Ce moment peut arriver, alors pourquoi je fais ce pari?

                      Dans une partie d’échecs, c’est à dire dans un jeu de stratégie, le joueur qui gagne a de plus en plus de coups à jouer, et des coups gagnants, alors que celui qui perd, de moins en moins et surtout des coups perdants.

                      L’idée est que la bonne stratégie est celle qui ouvre des portes, alors que la mauvaise est celle qui les ferme.

                      Je me pose donc la question suivante: que me coûte de laisser la porte ouverte? Pas grand chose finalement. Ca ne m’empêche pas d’investir dans les centrales nucléaires à sel liquide, par exemple. Ou dans le photovoltaïque. Ou dans n’importe quoi d’autre.

                      En revanche, un programme pharaonique comme l’EPR a un effet d’éviction sur tout le reste. Et c’est pas réversible. Si je mise sur cette option j’ai vraiment intérêt à ce que ça marche.

                      Question: ça marche pour l’instant, l’EPR? A terme on l’espère, mais la prise de risque n’est pas du tout la même.

                      De fait, côté éviction on voit qu’Areva ne sait pas faire autre chose que du nucléaire et ses investissements dans le secteur alternatif a surtout contribuer à accroître ses pertes.

                      Côté réversibilité, l’incident industriel auquel Areva est aujourd’hui confronté montre bien que quand un truc va pas sur une élément fondamental de la centrale, c’est la survie de l’entreprise qui est en jeu.

                      L’option éolienne n’évince rien et elle est réversible. Si elle marche pas, on remballe. C’est l’empreinte légère.

                      A mon tour de te poser la question: tu saisis ou pas ce que je te raconte?

                    9. « Il est possible que je me goure »
                      Non, tu ne comprends pas. Ce n’est pas un pari, c’est certain, comme il est certain que tu te goures. L’éolienne a une probabilité de 100% de ne pas être rentable. C’est ce que veut dire « par construction ». Ce n’est pas une question de temps long, de design ou d’innovation. À ceci s’ajoute les frais de construction, de démantèlement, et d’entretien qui font que le rendement global de ton truc est toujours <1. La seule amélioration possible ne vient pas du procédé éolien, mais d'un truc périphérique, le stockage, qui ne dépend donc EN RIEN de l'éolien. Et c'est pareil pour le photovoltaïque en pire. L'énergie mobilisée pour créer la turbine, pour l'installer, la maintenir, la démanteler est strictement supérieure de plusieurs facteurs à l'énergie que tu pourras en retirer dans son fonctionnement même si tu te places dans les meilleures conditions d'exploitation possibles. Par construction.

                      Donc tu peux tortiller le truc dans tous les sens, tu peux attendre encore 1 siècle ou mille ans, tu ne retrouveras JAMAIS tes petits.

                      A contrario, le pétrole a des rendements très supérieurs à ses coûts d'extraction et d'acheminement, et le nucléaire dépasse encore tous ces ratios de très loin. S'il n'y avait pas le politique et toute la merde autour, le nucléaire (& notamment les TWR, moins avec les EPR) permettrait des productions à des coûts très inférieurs à 1 c du KWh.

                    10. Black Mamba

                      Tschok est un véritable moulin à vent … Il ne sait pas quand il faut rendre les armes pour garder le peu de crédibilité .

                  3. Calvin

                    @Tschok :
                    Non, je n’ai pas de religion.
                    J’analyse les faits.
                    Je préférerai qu’on se passe de nucléaire et du copinage que cela induit, je n’aime pas voir le fond souverain norvégien alimenté.par l’or noir, etc…
                    Mais la décroissance imposée, non.
                    Que le max de gens s’équipe en PV d’appoint, ça me va. Mais sans subvention, sans rachat d’électricité.

                    1. tschok

                      @ Calvin,

                      Je ne suis pas un adepte de la décroissance. La destinée de l’humanité, c’est la conquête spatiale. Je ne vois pas comment on peut aborder cette prochaine étape du développement humain avec un modèle de décroissance.

                      La décroissance, pour moi, c’est un autre mot pour dire végéter. D’ailleurs dans la décroissance on fusionne avec les végétaux: on devient végétarien, on cultive notre potager dans nos bacs Riviera, etc. C’est sympa mais on s’emmerde vite.

    3. AlainCo

      Citer un site UFO n’est pas top.
      On peut citer le site de l’énergéticien suédois Elforsk
      http://elforsk.se/LENR-Matrapport-publicerad/

      Celui de la société des ingénieurs norvégien NTVA
      https://portal.tekna.no/ikbViewer/Content/917462/LENR%20Seminar%20Oslo%205%20%20Nov%202014%20EN%20(2).pdf

      Parle du chief scientist de Airbus Group (une personne fort sympathique)
      http://www.lenr-forum.com/forum/index.php/Thread/1337-LENRG-G-Day-Milano-Airbus-and-LENR/
      de l’université de tohoku
      http://www.tohoku.ac.jp/en/news/research/news20150406_1.html
      désolé je ne parle pas des l’universités UK, et Italienne, vous n’avez qu’a aller aux conférence LENRG et écouter ce que les journalistes invités n’ont jamais relayé (moi non plus d’ailleurs , j’ose pas)…

      Lire aussi une revue scientifique indienne de référence (cherchez pas US/UK comme pour d’autres affaires scientifiques il y a des interdits/dogmes)
      http://www.currentscience.ac.in/php/feat.php?feature=Special%20Section:%20Low%20Energy%20Nuclear%20Reactions&featid=10094
      ou Japonaise
      http://dx.doi.org/10.7567/JJAP.52.107301

      évidemment entre les ambitions des salops de capitalistes et les difficultés à maitriser une phénomène pour lequel on n’a pas de theorie (merci a ceux qui ont interdit la recherche dessus, sous peine d’excommunication – ca vous rappelle rien?), ca prend du temps…
      mais ca avance… sauf évidemment si comme pour les frères Wright en 1908 on ferme les yeux pour ne pas voir, ne pas lire.

      en tout cas c’est une questions de trimestres… mais c’est long de se battre contre les consensus.

  14. Jiff

    L’un explique peut-être l’autre, on balance les vieux dans les pales de l’éolienne et hop, plus de problèmes de retraites, à manger pour les mouettes et le tout sans aucune maltraitance (que celle des pales, mais bon, si on fait ça sans le fauteuil roulant ni les cannes, ça ne pose aucun souci), que du positif!
    (bon, d’accord, je =>[] ;-p)

      1. Jiff

        À ton avis, pourquoi sur le tabac (par exemple), on ne fait qu’une « prévention » extra-light ?

        On pourrait continuer comme ça longtemps: pourquoi avoir remplacé le plomb tétraéthyle en partie par du benzène… qui est un poison violent ?
        Pourquoi continuer à dire que le fluor c’est bon pour les dents, alors que fin 2013 une étude comparative est parue sur les villes américaines qui ajoutent du fluor à l’eau courante, et montre que fluor=50% de plus de caries… etc.)

          1. DoS

            D t’façon les vieux, y ont plus de dents !

            Je suis un peu de l’avis de Jiff. Le vieux n’est pas utilisé comme il faut de nos jours.

            Le vieux a une tendance à perdre le sens de la vie, il fait la morale sans cesse aux djeunes, garde argent et pouvoir, et surtout reste devant sa TV à râler. Pire il vote souvent FN ou PS.

            Bref, il faut vraiment voter une loi pour résoudre ce problème.

          2. Jiff

            C’est amusant de voir les réactions des personnes peu habituées à la mort (et ayant souvent très peur de la leur.) La déflexion est toujours leur paravent…

            1. Black Mamba

              Tu restes dans le vague , tu ne me réponds désolé mais je n’ai pas le même type de neurone que toi …
              Moi pas comprendre … Peux tu décoder ou tu fais exprès de rester dans le flou , mec !

                  1. Jiff

                    Puisqu’il faut mettre les points sur les i…

                    C’était une réflexion sur le fait que si les vieux viennent à disparaître prématurément, ça fait plus l’affaire des politocards que s’ils passent les 100 ans (et tant qu’à faire, autant agir de même avec les jeunes, d’où le fluor.)

                    1. Black Mamba

                      Ton commentaire sur le fluor ne m’a pas convaincu , enfin bref tu as fait quand même un petit effort pour te dépatouiller :mrgreen: et pour les petits vieux menu haché je faisais ma prude juste pour le fun, je serais prête à donner ma grand mère pour ton expérience 👿

                    2. Black Mamba

                      Oui ! Et alors je ne l’aime pas et elle le sait , elle aura beau me demander pardon pour toutes les crasses qu’elle m’a faite mes sentiments ne changeront pas .
                      Elle sait que son heure approche et elle espère la rédemption … Niet !

                    3. Bonsaï

                      Méfiez-vous de la belle Mamba au cœur de pierre, messire Jiff. Elle cherche à marier ses filles, fuyez pendant qu’il est encore temps …

                    4. Black Mamba

                      Pour le moment aucune ne veut se marier et encore moins d’avoir d’enfant . Il ne risque rien avec mes filles par contre leur mère 😈

                    5. Jiff

                      @Black Mamba: « je ne l’aime pas et elle le sait »

                      Je te plains (j’ai été élevé par la mienne et elle me manque terriblement.)

                      @Bonsaï: « Elle cherche à marier ses filles »

                      Yapadrisk, je suis mythridatisé 😉 (et trop vieux pour elles.)

                    6. Black Mamba

                      J’ai été élevé aussi par la mienne mais elle a pourri ma vie d’enfant et de jeune femme .

    1. Pheldge

      Merci pour cette excellente idée ! je vais m’empresser de proposer à notre sénile de plombier grec, une mission de réparation sur des éoliennes de ma connaissance, faites de bouts de tuyaux assemblés ( de gros tuyaux, mais bon ça reste son domaine ) Après, y’a plus qu’à s’assoir et attendre 🙂

    2. DoS

      Solyent Green ?
      Puis on en fait du steak haché.

      Il est important de recycler. L’on ne va pas laisser cela pourrir au soleil.
      Quand même !

  15. carpe diem

    il y a 4 éoliennes pas très loin de chez moi, régulièrement je vais faire de la marche au pied des machins. C’est moche, mais par contre je n’entends aucun bruit, même par grand vent, même à 3 kilomètres de distance aussi bien qu’au pied du truc. L’autre jour, il y avait un technicien qui fouillait le ventre de la bête, il faut dire que seules 2 sur 4 fonctionnaient. Le nom de la boîte inscrit sur le camion est « Aircon », ça ne s’invente pas j’aurais eu un marqueur j’aurais rajouté « j’ai l' », dommage.

  16. JJB

    A la lecture de tous ces commentaires autant éclairés qu’aérés, en définitive c’était la journée des moulins à poivre et sel qui était célébrée.

  17. Jiff

    « par contre je n’entends aucun bruit, même par grand vent, »

    Tes ch’tites noreilles n’ont pas la capacité de capter les infra-sons (lis les liens donnés par notre hôte) – grâce aux IS, les éléphants communiquent à plus de 20km (et peut-être même jusqu’à 50!), les baleines aussi.

    Il-y-a un vieux fait divers là-dessus: après l’établissement d’une usine à quelques kilomètres d’un élevage de poulets, ils sont tous morts; les mesures ont montré que l’usine émettait des IS à 7Hz, qui se trouve être la fréquence de résonance de la boîte crânienne desdits poulets (ça va toujours… mon poulet ? ;-p)

    1. DoS

      Ou alors il s’agissait d’un élevage de poulets BIO…..
      sans vaccins, ni antibio, le poulet aura claqué dans d’atroces souffrances.

      Au fait vous avez déjà vu les oreilles d’un poulet ?

      1. Jiff

        « Au fait vous avez déjà vu les oreilles d’un poulet ? »

        Non, mais dans un autre ordre d’idées, je dirais qu’à vu d’oreilles, manuella est candidat ;-p)

    2. gameover

      Ah une nouvelle piste pour la disparition des dinosaures qui ne sont jamais que de gros poulets… un pet cosmique à 7 hz…

      1. Jiff

        « un pet cosmique à 7 hz… »

        Mais ça, ça serait accréditer l’existence de Dieu (et des fayots cosmiques par la même occasion).

  18. Calvin

    @jiff
    il te dit qu’il n’y a pas d’étude prouvant la hausse des cancers en question et tu réponds :
    Faut la payer cet étude.
    Merci pour cet aveu.
    On dirait du Séralini….

      1. bigredebougre

        Black Mamba 15 juin 2015, 21 h 23 min
        Jiff devrait se lancer dans la politique, il est doué, une vrai langue de pute .

        Il serait souhaitable de mesurer vos propos BM, ce site n’est pas un échange digne des anciennes maisons closes, et je me dois de vous rappeler que dans « langue de pute », il y a « pute » aussi…

    1. Jiff

      Comprenons-nous bien, je parle d’une étude épidémiologique à long terme (voire très long terme) qui serait publiée régulièrement comme il se doit, et qui a systématiquement été tuée dans l’œuf par le CEA à l’origine, puis par ses rejetons, notamment à cause des « stockages » sauvages sur le territoire et ailleurs, et pour les mêmes raisons que les détecteurs de chocs sont installés soigneusement là où le rayonnement est le plus faible (il existe un très bon documentaire où un type de la CRIIRAD balade un détecteur qui hurle à 7m de celui du CEA (qui, là où il est placé, ne voit rien.)

      Pour ce qui est des médecins Corses, même si ça n’était pas une étude à proprement parler mais plutôt une accumulation de chiffres et de réponses sur des questions ciblées (« avez-vous continué à manger des légumes, des champignons », etc), elle montrait une marche très marquée à partir de quelques mois après Chernobyl, en constante augmentation.

      Et si je n’ai pas répondu, c’est parce qu’il me semblait que les corrélations n’étaient pas la bienvenue ici (à moins, bien sûr, qu’elles ne soient permises qu’à certains.)

        1. Jiff

          Et… ?

          Je ne condamne pas le nucléaire parce que c’est sale, seulement les gens qui s’acharnent à cacher les conséquences d’un évènement qui a quand même fait date dans son histoire. Pas plus que je n’adule Greepeace, pour les mêmes raisons.

          Si le monde était Manichéen, ça se saurait; c’est pour cette raison que mettre les gens dans des petits casiers est un signe de confusion mentale.

      1. gameover

        C’est bien Jiff, tu as fait toi même ton diagnostic : « …mettre les gens dans des petits casiers est un signe de confusion mentale. »

            1. Jiff

              Mais c’est justement ce que je fais, je recoupe toujours les infos, même avec des sources qui ne me plaisent pas.

              Et au sujet de la CRIIRAD, c’était plus que flagrant: le type pose son compteur exactement en dessous de celui du CEA, 2-3 chocs par secondes; puis, il le déplace à 7m, le long du mur d’enceinte d’une maison et là, feu d’artifice.

              Maintenant, si ça ne te défrise pas que tes mômes puissent jouer sur une terre radioactive (ou pire, trouver « de belles billes argentées » dans une friche industrielle, qui se sont avérées être des sources de Cobalt 60) et si tu souhaites les gaver d’ogms, libre à toi; moi, non.

              1. gameover

                Un compteur de désintégrations ça coûte 300E environ. Tu en as un ? Non. Donc c’est que ce n’est pas un problème si important que ça pour toi.

                Feu d’artifice ? C’est une nouvelle méthode de comptage ?

                1. Jiff

                  En fait, j’en ai deux, un de poche en µS/hr et un gros en mR/hr, qui nécessite un étalonnage tous les 3 ans.
                  Et non, ça n’est pas professionnel.

                  1. gameover

                    Bon alors tu sais comment faire pour passer de 2-3 désintégrations par seconde à 15-20 sans changer de place… Fut un temps je m’amusais à faire peur comme ça…

              2. gameover

                « Maintenant, si ça ne te défrise pas que tes mômes puissent jouer sur une terre radioactive… »

                Stratagème XV
                Utiliser des arguments absurdes

              3. Sérieusement, il faut arrêter avec les CRII/RAD/GEN : ce sont des officines politiques qui n’ont rien de scientifique. Oubliez-les.

              4. gameover

                « Mais c’est justement ce que je fais, je recoupe toujours les infos, même avec des sources qui ne me plaisent pas.

                Là, au moins c’est clair !

    1. gameover

      J’aime bien le gars qui ne veut pas dire qu’il a voté cette délibération. Pour un peu on croirait qu’on lui a imposé cette éolienne du jour au lendemain.

  19. zelectron

    C’est triste que la géothermie soit à ce point oubliée ! Il faut dire que l’expérience de notre « champion » national (EDF) en ce domaine n’est pas probante à tout le moins, mais peut-on demander à un pâtissier-charcutier de s’y connaitre aussi bien en gardiennage de chèvres que dans sa (soit-disant) spécialité ?

  20. Nathalie MP

    J’aimerais beaucoup donner ce texte en lien à titre d’exemple dans un article que je suis en train de préparer sur un thème qui n’a rien à voir avec les éoliennes ou l’énergie, mais sur les atteintes à la liberté d’expression et aux principes démocratiques.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.