Une vraie chance de médaille d’or

Il a rapidement été entendu qu’en l’échange de votre argent, l’État s’occuperait de votre sécurité par une armée solide et entraînée. Puis on a convenu aussi vite que la justice, la diplomatie, la monnaie, l’éducation, la culture et la santé pourraient bénéficier de ses bons offices. Les impôts ont augmenté en conséquence, et l’État s’est retrouvé propulsé premier intermédiaire dans toutes ces interactions sociales. Comme il est enfin apparu que faire des activités physiques, c’était aussi une bonne façon de conserver la santé, pouf, il fut décidé que l’État s’occuperait aussi du sport.

Mais bon, force est de constater que faire en sorte que l’État s’occupe du sport, c’est un peu comme mettre Marc Dutroux à la tête d’une école maternelle : les effets de bords seront nombreux.

Losing : if at first you can't succeed, failure may be your style.

Ainsi, demander à l’État de s’occuper du sport à l’école, c’est s’exposer à une gangrène intellectuelle de l’activité physique, par exemple via l’explosion de termes alambiqués et ridicules qui imposeront aux jeunes sportifs de « devoir traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête dans un milieu aquatique profond standardisé » (nager dans une piscine), de « rechercher le gain d’un duel médié par une balle ou un volant » (jouer au tennis), ou de « vaincre un adversaire en lui imposant une domination corporelle symbolique et codifiée » (i.e. faire de la lutte).

Ainsi, demander à l’État de s’occuper du sport dans la société, c’est s’assurer que le contribuable ne prendra plus jamais plaisir à exercer une activité physique. D’ailleurs, il n’a plus le choix : même en ne faisant rien, il participe un peu à tout et devient au moins sur le plan fiscal un athlète de haut niveau inscrit à toutes les fédérations, tous les sports, toutes les passions avec et sans élasthanne moulante aux couleurs fluo. En effet, toutes les occasions sont bonnes pour qu’enfin, l’argent de tous puisse irriguer les lubies de certains. Magie du sponsoring public, l’État est devenu partie prenante ou plutôt « donnante » de matchs sportifs, de compétitions locales, régionales, nationales ou internationales, au travers de collectivités territoriales toujours plus endettées.

Youpi ! Enfin le contribuable peut participer, si ce n’est en présence ni en adhérant, mais au moins financièrement et volens nolens, aux concours boulistes, aux tournois de pelote, aux compétitions footballistiques qui arborent fièrement l’étendard de la ville, du département ou de la région où il paie ses impôts. Plus joyeux encore, le contribuable frétillera d’aise en apprenant que les fédérations qu’il soutient le plus de ses deniers (en proportion de leur budget) ne sont pas forcément les plus démocratiques ou les plus pratiquées puisqu’on retrouve en tête de liste le pentathlon moderne, la lutte, l’aviron, le ski nautique ou l’escrime. Mais baste, qu’à cela ne tienne puisqu’en application étrange d’un principe olympique, l’important pour les collectivités n’est pas de gagner (en équilibre comptable), mais de participer (financièrement) !

Logiquement, les associations, voyant débouler cette manne quasi-inépuisable dans leurs caisses, ont enflé leurs demandes, grossi leurs dépenses et se sont habituées à flirter dangereusement avec des pratiques comptables douteuses. On ne compte plus les malversations, magouilles et autres coups de force dans certaines associations ou fédérations pour s’assurer un accès privilégié au robinet à subsides, depuis les boulistes méridionaux jusqu’aux fédérations de danse.

epic failOn retrouve bien sûr les mêmes mécanismes plus loin, plus haut et plus fort, au niveau des institutions internationales : quelques décennies ont suffi pour transformer les États en aspirateurs à finances indirectes pour le compte de la Fédération internationale de football association (FIFA) et du Comité International Olympique (CIO), soit lorsqu’il engagent les deniers publics pour aménager les infrastructures des manifestations que ces associations organisent, soit lorsqu’il s’agit de verrouiller à tout prix la tenue de ces manifestations avec des arguments sonnants et trébuchants.

Là encore, on ne doit pas écarter l’aspect bénéfique de cette implication du contribuable aux niveaux les plus élevés du sport mondial puisque cela lui permet d’être réellement concerné par le curling (après tout, cette belle piste lisse et glacée, c’est lui qui l’a payée), le lancer de marteau (après tout, ce joli gazon verdoyant qu’on va trouer à coup de boulets, c’est lui qui l’a payé), ou ces myriades de disciplines qui, si elles n’avaient pas les solides béquilles de la subvention publique, auraient disparu depuis longtemps.

Devant ces constats, on ne peut arriver qu’à une seule conclusion : l’État, systématiquement placé entre les sportifs, les spectateurs, les adhérents et les organisateurs, est devenu l’intermédiaire incontournable de tous les sports, et mécaniquement, le seul sport planétaire qui peut se targuer de rassembler autant de monde, de toutes origines, de tous les sexes et de tous les âges ou à peu près, c’est ce sport magique de La Chasse à l’Argent Public. Il s’agit d’une discipline olympique vieille comme le monde mais devenue récemment professionnelle, et qui consiste à trouver son bonheur et sa richesse dans la poche des autres en prétextant pratiquer l’une ou l’autre activité sportive qui, moyennant un peu de lobbying, pourra prétendre intéresser quelques électeurs, et donc quelques politiciens, et donc tous les contribuables.

On peut croire à une boutade, mais il n’en est rien. Cette discipline n’est pas à négliger : en l’espèce, elle est la seule qui assure à la France une médaille d’or, tant nos équipes de Chasse à l’Argent Public sont extraordinairement encadrées, coachées, surentraînées et superbement motivées. Et en cette période de crise, de doutes et d’interrogations devant un avenir incertain, quel meilleur message envoyer à nos compatriotes que celui d’une fiscalité vigoureuse, d’un lobbying pétulant et d’une dépense publique tonique ?

Corruption : j'en veux moins, ou plus d'opportunité pour en profiter
—-
Ce billet a servi de chronique pour Les Enquêtes du Contribuable.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires71

  1. majorhiggins2015

    Les vacances seraient-elles terminées ? Heureux de retrouver ta prose toujours aussi mordante et juste.
    Pour le sport à l’école, vu le comportement des enseignants et de son imbélicité chronique (pour ne pas parler de son incohérence), l’année dernière, je me suis arrangé, bien qu’il m’en coûte car contre mes principes, pour faire dispenser ma fille de sport à l’école toute l’année. L’activite sportive est avant tout liée à l’effort (apprendre à se faire mal), pas le succédané de cours de macramé qu’est le sport vu par l’EN.

  2. Calvin

    Il fut un temps (que je n’ai pas pu connaître) ou le Maire d’une ville était aussi le président du club de foot local qui lui assurait sa réélection.
    L’argent passait de la ville au club comme le ballon du goal à l’attaquant.

  3. DoS

    Concernant la corruption, c’est po’ vrai ! Les méchants c’est nous….les gentils, eux, dépensent notre argent pour notre bonheur. Bref, c’est de l’ingratitude que vous nous faites ici…..et puis pour l’État c’est gratuit d’abord.

    Il y a des gros changement en ce moment pour le partage du territoire, un super killer à la tête du renseignement, Hadopi qui cache son réel jeu dans l’espionnage massif. etc….et Macron, Macron pffff. Ils nous font des PACKs de lois maintenant. Un bon millier d’articles sinon rien. Même avec le code civil c’est du caca mou.

    Je me demande pourquoi aucun hackeur attaque l’usine à flash de France. C’est pourtant le truc le plus drôle à faire !

      1. Pheldge

        Hey, BM, incitation au vice d’un mineur, c’est la taule direct , sans passer par la case départ , ni toucher 20 000 ! 🙂

        1. Black Mamba

          Tout de suite l’esprit tordu qui se pointe pour me faire des menaces …
          Même si il a la tête d’un playmobil , mon interlocuteur est majeur et vacciné .

          1. Pheldge

            Vas-y t’es gonflée ! c’est toi qui parle de « sport de chambre » ! moi, j’ai la gentillesse de te prévenir des risques que tu encours, et je me fais remballer.

              1. Pheldge

                J’espère que tu es un peu plus avenante avec les clients, parce que tu frises le niveau zéro en politesse et en correction. Là aussi ! Je pensais que ces vacances auraient apaisé ta hargne surréaliste à mon encontre. Je vois avec tristesse que ça redémarre au quart de tour.

                1. Hussard Bleu

                  Faut te faire à cette idée, mon pauv’ Pheldge : question phéromones, t’es plus dans la course….

                  Disons aussi que tes hommages successifs et appuyés à tous les jupons qui hantent ce Blog, c’est un peu visible, n’est-ce pas ?

                  Tu devrais te jouer un petit coup de « Under my thumb » pour entretenir la petite flamme vacillante de l’espoir…

            1. Theo31

              Presque pareil sauf les piercings (Beurk).

              Pour le sport, j ai épuisé mon quota de pétasses des cinquante prochaines années.

  4. Anatole

    H16 le retour! Et en forme apparemment, chic alors!
    A quand un papier enflammé sur les bienfaits du bitcoin?
    J’ai encore de gros doutes sur la sécurité offerte aux détenteurs de cette monnaie.

  5. Nathalie

    Billet musclé pour nous mettre en jambes !
    Je bénéficie ainsi que toute ma petite famille du club de natation subventionné par ma commune. Cela nous permet de profiter de cours de bon niveau toute l’année. Sans cette aide, ce ne serait pas envisageable. En revanche, si on payait moins d’impôts, de charges, et qu’on ne ponctionnait pas le contribuable pour tout et pour rien, ce serait sans doute tout à fait possible…

    1. Val

      @Nathalie +1 , 🙂 bon résumé de la manipulation étatique .Il vous attache à une chaise les bras dans le dos et apres le boureau attend votre merci (vote dans la « bonne » direction) quand il vous détache un bras pour jouer au ping pong .

  6. Nyamba

    Mes pupilles s’étrécissent, mon pouls accélère, mes canines s’allongent… Sire Hash est de retour, et ça fait du bien même si ça fait mal. C’est donc ça, un fix ?

    1. Hussard Bleu

      Voui, bon d’accord… Son Eminence est sortie de sa retraite de Saint Bertrand de Comminges (où il va être remplacé dans la crypte de cette secrète thébaïde par nul autre que le Président de la République, lassé des plages habituelles, mais chuuuttt !)…. On me permettra de m’étonner de cette mystérieuse alliance du Sable et du Vermillon… mais bon !

      Nan, mais ce qui me bouleversifie vraiment, c’est le côté franchement anodin, presque bisounours, de cette chronique : certes, les magouilles du Sport étatique, c’est tlès tlès méchant, mais, bon, si on voulait rester dans ce domaine, il y avait la FIFA sur laquelle on pouvait déblatterer à l’aise, le dopage dans le cyclisme et l’athlétisme, et autres viols de jeunettes tenniswoumennes ou gymnastes….

      Mais surtout – je veux bien qu’il s’agisse d’une mise en jambes, hein, qu’on ne recommence pas trop fort après la cure de chaste silence, et toussa – mais bon, les hyperboles de la plupart des commentateurs me semblent en quelque sorte surfaits, consciemment ou pas : il faut l’encourager, M. de Seize, mais on le fait d’un ton un peu gêné… ses batteries n’ont pas tenu la charge, on dirait, nan? il aurait vieilli ? la maladie du Légionnaire dans ces enceintes monacales confinées, peut-être ?

      Pasque, n’est-ce-pas, , avec tout ce qui se passe au niveau politique et fiscal, ces niveaux de corruption jamais encore atteints, Lorélie gravide jusqu’aux yeux, Don Bartoloné sur son petit 14 mètres qu’est même pas à lui, mais à des copains, et Philae disparue, et j’en oublie… avec un champ de tir pareil, notre noble prélat, il y a quelques semaines encore, aurait fait un massacre, à côté duquel la St Barthélémy eut fait figure de bergerade…

      Reste un espoir, quand même, le 24 août, c’est justement la St B. : reprenez vous vite, Votre Eminence, il reste deux semaines, louez ou volez une MG42, embauchez Teddy de Montreal, et servez-nous du véritable saignant !

      1. Eh oui, l’œil averti du hussard a noté que le billet n’était pas exactement synchro avec l’actu. Comme les années précédentes, je pars en ayant un billet d’avance qui paraît le jour où je reviens. Les billets à venir, déjà en file, seront progressivement plus en phase avec l’actu, je pense. J’espère que le niveau vous satisfera 🙂

        1. Hussard Bleu

          Nul doute, nul doute, Votre Eminence…. c’est donc que j’avais eu tort, homme de peu de foi, de douter… et pourtant, je le savais bien :

          « Ne jugez pas témérairement », disent l’Evangile et M. le cardinal, répondit Athos

          1. Hussard Bleu

            « Les billets à venir, déjà en file, seront progressivement plus en phase avec l’actu, je pense. »

            Intéressantes révélations sur la confection de ces chroniques qui font notre joie : ainsi, la H16 Inc. travaillerait à la chaîne ? la concoction suivrait la concaténation ? Mirabile dictu (actu…).

            1. Pour différentes raisons, plusieurs billets sont préparés le week-end, puis répartis en semaine, auxquels j’ajoute des billets confectionnés en semaine. Des fois, l’actualité ne permet pas de placer l’un ou l’autre billet (ou un impose un autre).

              1. Hussard Bleu

                impressionnant d’efficacité, et très classe… me rappelle la méthode d’un vieux Normalien, prénommé Marcel, qui rédigeait ainsi d’avance ses éditoriaux de toute la semaine… iconoclaste, natu… fini au couvent… notez bien qu’Aramis… aussi…

                  1. Bonsaï

                    C’est mal parti pour une petite guerilla entre les classiques et les « modernes », sachant que ce sont les classiques qui détiennent les clés de la modernité et qui savent les manipuler…
                    Et ce n’est NVB qui risque de changer cette configuration.

      2. Bonsaï

        Selon certaines rumeurs, la notoriété de notre hôte l’aurait conduit à accepter un job de très haute volée mais gourmand en plages horaires. C’est ainsi qu’il aurait été conduit nolens volens à confier l’exécution de certains articles mineurs à de jeunes nègres encore peu aguerris au style unique du maître.
        Mais c’était compter sans le seul animal qui cumule à la fois deux qualités essentielles, l’œil du rapace et le flair du chien de chasse de bonne race.
        J’ai nommé le lecteur !

        1. Pheldge

          « De jeunes nègres … » c’est très stigmatisant et très vilain de dire ce mot là le « N word » comme ils disent chez l’Oncle Sam .
          Et puis tant qu’à faire la revue de la ménagerie, tu aurais pu ajouter la ruse du renard, la perfidie de la hyène, le parfum du putois, la blancheur de la colombe et son inséparable acolyte, la bave du crapaud 🙂

          1. Bonsaï

            Certes.
            L’idée de base étant néanmoins que l’afficionado averti est un redoutable Hercule Poirot auquel aucun détail n’échappe, tout en étant bien entendu dans les meilleures dispositions à l’égard du grand Auteur.

            1. Bonsaï

              Exemple d’enquête éclair : on peut discerner dans le profil Augustine C. ci-dessus la mythique blogueuse plus connue sous le pseudonyme de Black Mamba. En effet, son gravatar plusieurs fois exposé par le passé, l’atteste sans l’ombre d’un doute.
              Observation et mémoire sont les meilleurs alliés du petit détective, toi aussi tu peux te lancer…

      3. Nyamba

        Et puis, M. HB, la coupe, l’ivresse, tout ça…
        L’actu est laide en permanence, et à trop lui être exposé l’on s’y désensibilise. Ce type de billets intemporels, en revanche, peut être diffusé et discuté en toute indépendance de la source d’indignation du moment. C’est aussi bien – tout à fait adapté à un futur « Libéralisme pour les Nuls », le livre.

  7. Bonsaï

    Notre chamane est de retour et les augures sont propices pour une nouvelle saison de grand style !
    Enquêtes et révélations au menu, turpitudes politiques et petits arrangements entre copains. Un citoyen averti en vaut dix, c’est bien connu et ça dérange…

  8. Pheldge

    Bon, ça va ? ça y-est ? c’est fini les lamentations ? on peut commencer les commentaires sérieux siouplé ? 😉
    Le Hache il est rentré, de retour au turf, après s’être doré la pilule à Cuba où il est traité comme le nouveau Messie ! le Che ( le a est éludé pour la bonne cause commune du verlan, et du porte-monnaie du taulier 😉

  9. carpe diem

    hello: et bon retour parmi nous. Vous avez le blues de l’ex-vacancier ?,vos tongs vous manquent ?: allez, un remède infaillible, allez vous poiler sur le site de Jean Claude Crystal, le spécialiste des chanteurs morts (dixit le zig).
    http://www.jc-crystal.com/ L’individu sévit dans l’ouest de la France où son look d’une élégance extrême nous séduit toutes. Bisous à tous et bon courage à tous les damnés du boulot.

  10. Le Gnôme

    Je suis le sport de très, très loin, mais je suis un peu surpris que des « champions » soient souvent membres de l’administration et bénéficient d’un traitement pour s’entraîner plutôt que de travailler pour le bien public.

    C’est pas grave, c’est le tribuable qui paie.

      1. Schoeffler

        Vous êtes en Sovietie. Comme au bon vieux temps à l’Est où le sport était un outil de puissance (voir les nageurs est allemands gonflés non pas aux hormones mais au CO2) et de propagande. Ici nos succès dûment subventionnés servent à cacher la merde au chat à savoir les grandes gamelles du rejeton de madame Loïc.

  11. René-Pierre Samary

    Le sport et le contribuable… Je déteste mettre la main à la poche pour soutenir l’équipe de foot de la ville. Je comprends qu’électoralement, ça rapporte.
    Cela dit, sans infrastructures dédiées, pas de pratique sportive possible. Et je suis plutôt pour. Le problème, comme toujours, ce sont les dérives clientélistes.
    Combien ça coûte, Paris-Plage ? Et une candidature aux JO ? etc etc…

    1. sam player

      Bonjour,
      Vous c’est l’équipe de foot, et moi, en plus, je ne veux pas payer pour la piscine ou la salle des fêtes et je suis carrément pour que ce soit des équipements privés sans aucune subvention. Ca vous gênerait de ne pas faire du sport avec mes sous et de payer l’entrée de la piscine 12E si c’est le prix que ça coûte ?

  12. Peste et coryza

    Mais ça permet d’assurer la réélection…

    « Voyez, chers administrés, comme je m’occupe de vos bambins, et en plus c’est gratuit ! »
    Ce n’est que quelques années plus tard que la facture est présentée… et entretemps, ça a fait tourner les boites de BTP locales, dont les patrons votent et filent des enveloppes à qui il faut…

Laisser un commentaire