Les très inquiétantes dérives de la CIPAV

Pour François Le Président, pédalomane des univers parallèles, aucun doute n’est possible : la France va mieux. Pour les Français de ce monde-ci, en revanche, la situation ne cesse de se dégrader. Et pour les Français établis en profession libérale, en indépendants ou en auto-entrepreneurs, à la dégradation économique de la situation on doit ajouter celle, bien plus irritante, des services publics, qui semblent se battre pour faire toujours pire.

C’est ainsi que le RSI, le Régime Social des Indépendants, se classe sans conteste comme la pire branche de sécurité sociale que l’administration française peut imposer à ses ressortissants, comme j’ai pu le relater à plusieurs reprises dans ces colonnes.

Il serait cependant dommage d’oublier l’aspect dynamique de la conjoncture française actuelle : la course à la catastrophe administrative est lancée et si, indéniablement, le RSI tient sans conteste le haut du podium dans la médiocrité du service rendu et dans la dangerosité de ses exactions envers ses cotisants, l’organisme est de plus en plus talonné par une autre magnifique construction sociale aux délires administratifs totalement incontrôlés.

foutralys

La CIPAV, la « caisse interprofessionnelle d’assurance-vieillesse », est la plus importante caisse de retraite des professions libérales et regroupe plus de 300 professions libérales. Et à bien y regarder, elle semble faire à peu près tout ce qu’elle peut pour modifier durablement l’opinion publique à l’égard du RSI en fournissant plus de cas tordus, plus d’affaires litigieuses, plus de scandales, plus d’exactions financières que le tenant du titre, pourtant en mode turbo, n’est déjà capable de fournir.

Depuis 2014, on savait déjà de source sûre que la CIPAV était – euphémisme puissant – « mal gérée », grâce à un rapport particulièrement circonstancié et sans la moindre ambiguïté de Didier Migaud, président de la Cour des Comptes, qui y dénonçait « la gestion désordonnée, les graves dysfonctionnements et le service déplorable de la plus grosse des caisses de retraite des professions libérales ».

Fin 2015, on apprenait, aussi consterné que pas du tout surpris, que les dirigeants de cet établissement étaient condamnés à des amendes pour des faits graves de favoritisme, après avoir passé plusieurs millions d’euros de commandes sans passer d’appel d’offres : Jean-Marie Saunier, aujourd’hui directeur de la caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales(CNAVPL), à laquelle est justement rattachée la CIPAV, a été condamné à 15.000 euros d’amende et deux mois de prison avec sursis pour avoir passé 22 millions d’euros de commandes (une paille) sans avoir publié d’appel d’offres alors qu’il dirigeait le groupe Berri, groupe chargé de mutualiser la gestion du personnel et le système informatique de quatre caisses de prévoyance … Dont la CIPAV, déjà épinglée par Migaud. À côté de Saunier était aussi condamné François Durin, aujourd’hui à la retraite, et alors son successeur dans le groupe Berri.

Rassurez-vous : d’une part, les condamnations des coupables n’ont pas été portées à leur casier judiciaire, parce que, parce que bon… Et d’autre part, la CIPAV n’a pas jugé utile de se porter partie civile dans l’affaire, parce que, parce que bon, aussi. On pourra sourire de la mansuétude de la justice tout en oubliant que certains individus, poursuivis par le RSI, l’URSSAF ou la CIPAV, auraient sans doute aimé bénéficier de la même largesse d’esprit.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et, pourrait-on croire suite au rapport dévastateur de la Cour des Comptes et ces délicates affaires judiciaires, l’organisme s’est attelé à améliorer ses pratiques pour, enfin, fournir des prestations à la hauteur des Services Publics Que Le Monde Entier Nous Envie.

Manque de bol, les responsables ont eu poney et les pratiques catastrophiques continuent donc de plus belle. C’est la conclusion qu’on peut tirer de l’intéressante lecture d’un très récent article de Capital au sujet de la CIPAV et qui revient en détails sur des cas, aussi édifiants que consternants, illustrant à quel point rien n’a véritablement changé.

Du reste, il suffit de parcourir la presse régionale ou les commentaires de ces articles pour trouver de nombreux autres exemples, là encore tout à fait d’actualité, qui brossent un portrait sans guère de zones floues : cette caisse, qui gère les professions libérales, est devenue un véritable enfer de mauvaise gestion, de dossiers égarés, de prestations calculées de travers, d’appels de cotisations fantaisistes et autres poursuites juridiques farfelues entraînant parfois des situations invraisemblables et particulièrement épuisantes pour les administrés clients usagés pigeons professionnels confrontés à ce déraillement de train au ralenti.

Epic Fail

Le pompon est sans problème atteint lorsqu’on sait que la CIPAV impose désormais le prélèvement automatique à ses affiliés. Autrement dit, lorsque l’organisme se trompe dans sa ponction (et apparemment, ô combien il se trompe !), le compte de l’affilié se voit vidé sans qu’il ne puisse rien dire, et il lui est pour ainsi dire impossible de se faire rembourser sans en passer par la case Procès, longue et coûteuse au moins nerveusement.

Peut-être le nouveau contrôle dont l’institution fait l’objet permettra de remettre en question les affirmations de Capital et les témoignages pourtant nombreux de dysfonctionnements, mais le simple fait que le rapport suite à ce contrôle aurait dû être publié depuis plusieurs semaines et soit toujours en cours d’élaboration laisse présager de nombreux points encore litigieux.

Quoi qu’il en soit, le petit historique présenté ci-dessus amène quelques réflexions.

Comment se fait-il qu’encore une fois, une institution chargée de gérer un aspect de la couverture assurantielle d’individus non salariés soit le cadre de dérives aussi manifestes, d’une gestion aussi déplorable de ses prestations, d’une qualité de service à ce point mauvaise ? Comment ne pas noter le parallèle saisissant qu’il peut y avoir avec le RSI ?

Or, alors que le RSI est devenu une véritable « cause nationale » dont le premier ministre s’est emparé, combien de maux, de procès, de misères la CIPAV devra-t-elle déclencher pour que nos politiciens se penchent sur son cas ?

En réalité, on assiste au naufrage complet, inéluctable et catastrophique de toute la partie assurance maladie et vieillesse des professions libérales. Rendons-nous à l’évidence : les autorités ont très manifestement choisi de favoriser les salariés dans le sauve-qui-peut des administrations pour tenter de camoufler la déroute complète du système de Sécurité Sociale.

Sécurité socialeCe sera, bien sûr, insuffisant, trop peu, et trop tard : les différents gouvernements ont choisi de faire durer l’agonie aussi longtemps que possible, dans une magnifique resucée d’Après Moi Le Déluge mâtinée d’un petit Plus Près De Toi Mon Dieu rendu célèbre par un naufrage titanesque, plutôt que favoriser un retour à la liberté des Français de s’assurer comme ils le souhaitent.

Ce pays est foutu.

Commentaires97

  1. Le Gnôme

    Ce serait une caisse privée que les dirigeants seraient déjà en taule, les unes de la presse hurlant au scandale innombrables et les appels à la nationalisation plus qu’insistants.

    Là, rien, le néant, pas le moindre entrefilet, et pas le moindre appel à la privatisation, à la mise en concurrence. Le mouton est là pour se faire tondre, voire pour se faire abattre comme dans un abattoir indigne.

    1. theo31

      On a dépassé le stade de la tonte : l’éviscération en bonne et due forme sauf que les organes ne repoussent pas. De nombreux entrepreneurs préfèrent en finir avant d’être suppliciés de la sorte. Mais en France, on s’en fout d’un chef d’entreprise qui crève, on fait préfère se branler le neurone avec des histoires de chats éclatés sur des murs.

    2. kekoresin

      Hé oui petit humanoïde facétieux, c’est comme dans un accident de voiture, quand y’a un chien qui pendouille ensanglanté par la vitre arrière de la twingo, ça donne une dimension bien plus dramatique au carambolage qui a fait 18 morts.

      Les français n’aiment pas ce qui est « libéral », on le sait depuis longtemps. C’est donc à propos que l’on a nommé les « professions libérales » alors que très règlementées par les collectivistes en charge. Comme cela, la majorité des crétins électeurs qui se s’autoproclament salariés honnêtes exploités, n’en a rien a carrer du sort des entrepreneurs pourris, des artisans escrocs ou des commerçants voleurs. Pour ces parias, la punition administrative et fiscale ne sera jamais assez sévère. Bien sur, quand leur progéniture chérie cherchera du taf, elle pourra toujours aller poser son cul place de la république, se tricoter une écharpe à pompon et se laisser pousser les poils. Ce pays est assis et bientôt couché!

      1. Aristarkke

        Ils n’ aiment pas les libéraux sauf quand ils ont besoin d’un dépannage de plomberie urgent…

        1. Higgins

          Si j’en crois mon plombier (avant-hier), ils sont mal barrés.
          Ce dernier, comme la plupart de ses collègues artisans, est en butte au zèle imbécile des abrutis préposés au stationnement illicite. Le moindre fourgon déchaîne leur furie taxatoire. J’ai fait donc remarquer à mon plombier que si la situation persistait, ses collègues et lui feraient bien de blacklistés tous ces cons (maire en tête). Il a acquiescé en me faisant remarquer que je prenais le taureau (vu la psychologie des ces abrutis, le terme boeuf – sans attribut – me paraît plus adapté) par les cornes. J’espère avoir été entendu vu que là où j’habite, des artisans refusent desormais de venir travailler en ville.

          1. Aristarkke

            Quand je travaille à Paris, je majore mon prix horaire de 5€ rien que pour le stationnement. Surtout que maintenant la gestion des PV a été confiée à Rennes et non plus au service spécial de la Vde Paris. Ont ils viré les fonctionnaires? Il faut absolument recommencer à engorger ce service là, (pour l’instant ronflant mais il n’a pas beaucoup d’antériorité dans ce domaine), comme cela est arrivé à celui de Paris. Finalement les seuls automobilistes totalement poursuivis à donf étaient les Parisiens, les banlieusards y échappant (à condition de ne pas flancher au premier rappel ni aux suivants) sauf à avoir une liste de PV longue comme un jour sans pain…

        2. kekoresin

          Oui et ils font ce qu’ils savent le mieux faire: couiner! Tout devient hors de prix ou inaccessible à cause de l’état et les porcinets couinent pour plus d’état. L’assurance maladie est merdique, vite plus de cotises pour les autres. Les retraites c’est n’importnawak, vite obligeons les autres à cotiser plus fort, plus loin et plus long. Autrui est un con et on est toujours l’autre de quelqu’un. Au bout, c’est tout le monde qui se fait enculer et ceux qui en ont 10 cm de plus dans le fion envient ceux qui en on 5 de moins!

          1. René-Pierre Samary

            Les retraites ? Cela marche à merveille, quoi que les grincheux prétendent. Grâce à l’excellente gestion des caisses, c’est même un elixir de longue vie. De nombreux centenaires en profitent, notamment de l’autre côté de la Méditerranée.

  2. JiJiBé

    Le RSI et la CIPAV sont dans le même bateau…
    Tous les deux tombent à l’eau…qu’est-ce-qu’il reste à faire ?

    A boire le TASS !

  3. Nomi

    Vivement la Bérézina! Que tout ce bordel et toute cette clique de voleurs irresponsables s’écroulent pour de bon. Ce ne serait qu’un prélude à tout ce qui reste à libérer dans ce pays, mais quelle beau prélude ce serait! Imaginez seulement: un film dont l’introduction serait la défaite éclatante du gros méchant, et le reste du film serait encore plus jouissif!

    On peut rêver, c’est justement les rêves qui animent notre monde. En attendant, in dominicus vino veritas. C’est dimanche, reprenons le sujet d’hier: apéro! et santé!

  4. Higgins

    Rien à ajouter. Le dernier billet de Bruno Bertez traite de la bérézina parisienne. C’est du même ordre.
    Sinon, l’Esprit public sur France Cu. reçoit ce matin Mario Vargas Llosa. Il est rare d’entendre une voix libérale surtout sur le sévice public. C’est passionnant.

    1. Aristarkke

      Quant au dernier billet de Nicoulaud sur Ordre Spontané, il n’est pas mieux dans l’horreur. Voir tous les pays du Nord de l’ Europe (les buveurs de bière!) entasser ceux du Sud (buveurs de vins) et pas qu’un peu!…
      Et au passage, vu le pénible 40% de la population percevant un revenu d’activité, on retrouve bien ce qui avait été déjà débattu ici, savoir que, fonction publique retirée du total et compte tenu de son poids disproportionné en Grance, il n’y a guère que 20 à 25% de la population qui a charge réelle de toutes les autres couches sociales… Comme il conclut, ce n’est pas avant longtemps qu’on verra de la croissance autre qu’anémique, atteindre ce pays…

      1. Gomuge

        Environ 25% qui travaillent dans le privé et parmi lesquels environ la moitié payent des impôts. Un travailleur imposable dans le privé paye pour près de 7 autres personnes.

  5. Pheldge

    oui, bin, la CIPAV, merci … j’ai ,eu droit à un ATD copieux pour rappel d’années de cotisations, évaluées au forfait (dont deux années d’inactivité totale, taxées d’office ) , ceci combiné avec une radiation d’office pour les périodes concernées.
    Le tout pour avoir 220 €/mois à 67 ans … c’est Byzance ! que me plains-je 😉

      1. Pheldge

        Mon papet, ça donne surtout une bonne dose de cocktail Fentanyl+Nembutal en réserve pour partir raidement le jour où je ne pourrai plus suivre ! c’est la conclusion à la j’ai rapidement abouti.

        1. Lancaster

          mouai fentanyl tant qu’a faire, prend un bon gros shoot d’héroïne alors ça sera plus intense au moins …. 🙁

  6. kekoresin

    Bon, ça y’est, ma société est officiellement anglaise. Kékorésine et moi-même sommes gérants anglais et le RSI devra trouver des rectums plus faciles à élargir que les nôtres. J’ai encore une ardoise chez ces mafieux mais ils y vont tout doux depuis que je les ai menacé de régler mes comptes à l’ancienne, façon moyenâgeuse avec des moyens modernes et efficaces! Une récente visite d’huissier est devenue très courtoise et compréhensive lorsque le petit préposé au courrier gestapiste a vu mon panneau sur mon portail « Ici y’a pas d’or…que du plomb! »

    Il me semble que les victimes du RSI sont bien trop dociles, préférant le suicide à l’action vindicative de celui qui n’a plus rien à perdre (ou plutôt de celui à qui on a tout pris). Quand je conseille mes amis entrepreneurs de monter leur boite à l’étranger avec une succursale en France, ils pignent et gémissent qu’ils n’ont pas le temps et que l’assurance privée c’est pas très sécure. Alors imaginer que ces moutons consentant à la sodomie administratives vont se rebeller…Ce pourrait être efficace cependant. Quelques centaines de milliers qui refusent de cotiser et le système serait sur le dos en moins de deux. Pas assez de grattes papiers, pas assez de TASS, pas assez de juges, d’avocats, d’huissiers, de prisons…

      1. kekoresin

        La belle justice française si clémente avec les bourreaux et impitoyable avec les victimes. Pour ma part, je fais comme lorsque j’étais gamin dans la cour d’école, je n’ai pas une attitude de victime. Quand un petit représentant de l’administration pointe son groin, je lui fais comprendre que la partie n’est pas gagnée d’avance. Un merdeux venu contrôlé mon établissement pour l’accès handicapé il n’a pas été déçu du voyage. Ce sous-fifre de la bienpensance est venu me voir car je n’ai pas envoyé le cerfa ERP (établissements recevant du public). Ce trou de cul a commencer par me parler de sanction pénales! Je lui ai dit d’aller se faire enculer par son chien et, une fois la saillie terminée, de revenir avec une commission rogatoire. A défaut, il pouvait bien entrer mais je ne garantissais ni sa date de sortie, ni son état de santé. Ce petit résidu de capote est resté sur le trottoir et m’est avis que ça se bouscule pas pour rendre visite à Kéko!

    1. theo31

      « les victimes du RSI sont bien trop dociles »

      +1000.
      On ne négocie pas avec ses bourreaux. Les chefs d’entreprises ne l’ont pas encore compris, ils préfèrent être des bons petits collabos du MSQLMNE et pourrir la vie de leurs concurrents, emportant leurs salariés (quand il en ont) dans le naufrage.

    2. Nomi

      Je peux poster ton message sur le mur Facebook des libérés de la sécu? Ca leur élargirait un peu les écoutilles, les pauvres!

    3. Aristarkke

      Keko, ton montage résulte de quelle source ? J’ai reçu des offres espagnoles et anglaises pour monter une société pour opérer en Grance mais je ne sais pas déterminer si c’est du sérieux ou des escrocs qui tentent d’appater…

      1. kekoresin

        Bon, j’avais fais un post là dessus. En fait, la difficulté n’est pas de créer sa boite à l’étranger, ça c’est super facile, mais de faire un montage qui créé un siège social, et de faire en sorte que l’établissement existant devienne une succursale. Ensuite, il faut faire une transmission universelle de parts et enfin dissoudre la structure initiale. Çà, c’est dans le cas où l’on souhaite conserver puis transférer ses contrats. J’exerce dans une profession règlementée, et j’ai rendu fou les papivores de la CCI. Au bout du bout, ça fonctionne et c’est légal. Sinon, la soluce c’est de déposer le bilan, dissoudre sa boite et créer son siège ailleurs. Si on vous interdit d’être gérant après coup, pas grave, vous devenez « director »!

        Perso, la perfide Albion est super. 24 h pour monter sa boite une fois que les statuts sont posés et traduits (oeuf corse maille dire!) Ensuite, obtenir un numéro de siret du tribunal de commerce et commencer à bosser. Après, faire traduire le bilan une fois par an et l’envoyer par dessus la Manche. Comme les bénefs sont entièrement réalisés Ripoublic Bananière Fraonçaise, aucune imposition ni taxe ni punition ni vexation n’est infligé par le fisc anglais. Cerise sur le cake, pas besoin de capital social, et même si on décide de bloquer un peu de thune, c’est récupérable sans frais.

        Attention cependant, ce n’est pas et ne doit pas être assimilé à de l’évasion fiscale. Les boites qui fleurissent sur le net invitent à faire ses courses sur les comptes d’un siège à l’étranger, mais lorsqu’on commence à faire payer des loyers et autres frais d’une structure à l’autre, pan pan cucul par la brigade financière. Panama, c’est pour les gros poissons, trop gros pour être déglutis par les requins du fisc et leurs amis politiques. Eux ne risquent que du sursis et une période de brimade, pour la friture c’est la prison ferme et la saisie!

        1. Aristarkke

          Pourrais-tu remettre ta référence de post ou peut-être qu’une recherche goog.e pourrait y arriver???

        2. Jiff

          À noter, pour ceux qui sont vraiment pressés, qu’on peut aussi se rendre chez un attorney at law et pour environ £1,000 (sans doute un peu plus, mon chiffre date) repartir 1/4 d’heure plus tard avec une société toute faite, déjà immatriculée (et des fois depuis longtemps, pratique quand on veut jouer sur la date d’ouverture), aux statuts ouverts à 360°.
          Ceraux sur la gâtise: c’est en général lui qui s’occupe de faire le transfert de propriétaire auprès du bureau d’enregistrement (bon, on paye pour ça, mais pour une centaine de GBP, et si c’est fait avant 15:00, tout est bouclé le soir même.)

    4. Gerldam

      Bravo! Foutre le camp de chez les cons, la seule issue dès lors qu’on a plus de 10 ans, vu le temps qu’il faudra pour nettoyer les écurie’s d’Augias de ce pays qui pourrait être fomridable si..;, si… et si… (liste quasi infinie).

  7. Higgins

    Il me paraît de plus en plus évident que nous assistons au chant du cygne de la collectivisation socialiste française. Les caisses sont atroceusement vides et il n’y a rien à l’horizon pour les remplir. Toute chose égale par ailleurs, je dirai que la France est l’Argentine de l’Europe: tout pour réussir à l’exclusion de sa classe politique. Je recommande vivement d’écouter Mario Vargas Llosa sur France Cu. Ca fait vraiment du bien d’entendre une pensée libérale.
    Un peu HS mais je suis allé voir le dernier épisode des Visiteurs, celui qui se passe en 1793, non pas que j’espérais voir un grand film mais la quasi-unanimité des critiques m’indisposait. Sous couvert de comédie, c’est un film assez politique où Christian Clavier règle ses comptes avec la gauche boboïde caricaturée, à peine, dans les figures de notre glorieuse révolution : on veut bien être peuple mais on veut péter dans la soie!!! J’ai mieux compris la virulence de certains écrits. Clavier met le doigt où ça fait mal.

    1. theo31

      « il n’y a rien à l’horizon pour les remplir »

      Vraiment ? 12 000 milliards de patrimoine en France. Ils ne vont pas se gêner vu ce qui s’est passé avec les fonds de pension en 1941. Chypre sera une broutille à côté.

      Un socialiste devient plus dangereux à mesure que sa fin approche.

      1. Higgins

        La chypriasation a été votée par les TDC, elle aura lieu, je n’en doute pas un instant mais ça ne fera que prolonger l’agonie.

      2. Aristarkke

        Theo, la grosse majorité de ce patrimoine est de l’ immobilier. Sa valeur totale étant estimée à partir des prix des ventes marginales, son niveau véritable est forcément nettement inferieur. De plus, cette valeur ne vaut que tant que les ventes restent marginales. Si demain l’ Etat exproprie en masse pour se procurer de la thune, qui va aller acheter dans de pareilles conditions, même bradées à outrance…

            1. theo31

              Il est déjà moindre puisque les pauvres financent les HLM des riches copains du pouvoir.

              Mais ils feront comme en 40 : pillage après réduction de la population.

    2. MadeInCH

      Vu que qujourd’hui, j’ai l’impression qu’un film français ne peut être « gros » que si de la bonne couleur politique, je ne pensais pas aller le voir.
      Mais là, vous me faites un peu envie…

    3. zelectron

      non seulement les caisses sont vides, mais les socialistes contractent des dettes à qui mieux-mieux (sauve qui peut), sans compter sur les ventes de participations des ex-nationalisées, d’immeubles, résidences et autres châteaux y compris à l’étranger, le nombre de fonctionnaires devient insupportable ainsi que les créations de comités de ceci ou cela ou encore observatoires spécifiques par ex. celui du papillon névrosé d’Afrique (sujet qui intéresse la quasi-totalité des français) . Les socialistes ont créé nombre de postes artificiels du genre président adjoint de région ! en n’oubliant pas les tous derniers marocains qui génèrent ainsi des retraites insensées . . .

    1. Higgins

      C’est leur prêter une intelligence qu’ils n’ont pas. Entre le machiavélisme et la connerie, c’est le deuxième paramètre qui l’emporte toujours de très loin.

      1. petit-chat

        Indéniablement, les résultats obtenus de notre point de vue dénotent une intelligence approximative, par ailleurs non nécessaire, voire nuisible, pour exécuter les ordres. Les absoudre de leurs trahisons au nom de leur connerie me paraît d’un magnanimité suspecte : il est sans doute plus confortable d’évacuer ainsi tous les éléments pourtant évidents.
        Etre « complotiste », terme à la mode d’une rare stupidité, est probablement n’être simplement pas crédule.

  8. Adrien

    Aaaah, la CIPAV. Je crois que ce sont mes préférés… AE depuis quelques années, je n’ai accès à mon décompte de trimestres cotisés auprès de la vénérable institution que depuis quelques semaines, et encore, pas pour 2009, ni pour 2015 (sans doute un problème avec les années impaires). Ça viendra plus tard, faudrait pas en demander trop non plus ! On note d’ailleurs, hagard, qu’en cas de problème dans le décompte il est recommandé de contacter… l’URSSAF. Abaoui cépanou voucomprené ! Une jolie partie de ping pong administratif en perspective, à la française comme il se doit, à coup de courriers recommandés, d’erreurs de traitement, de demandes de remboursements d’indus, et tutti quanti. Pour quasi rien au final, puisqu’à CA déclaré équivalent, un AE gagne beaucoup moins de points qu’un non-AE.

    Entre ça et la CAF qui n’a qu’une connaissance très limitée de la façon dont fonctionne un travailleur indépendant, qui confond BNC, CA et d’autres notions, et qui galère pour gérer la prime d’activité (désormais ouverte — en théorie — aux non salariés ayant des revenus modestes) reconnaissant qu’il y a des « anomalies » pour les TNS dans ses calculs ou que ses conseillers ne sont « pas encore tous » formés, je crois que le monde va finir par ne plus nous envier grand chose.

    « Face à ces nombreuses accusations, les auto-entrepreneurs sont bien en peine de se défendre. Cinq ans après la création du régime, ils ne sont toujours pas représentés au sein du conseil d’administration de la Cipav, doté de 26 membres répartis en quatre groupes. Une absence totalement assumée par Jacques Escourrou qui précise ne pas vouloir y voir siéger des « branleurs » (sic). » (extrait d’un article de 2014 qui donnait bien le ton)

    1. Bonsaï

      Il faut dire qu’avec cette jungle d’abréviations et de sigles que seule la France a su construire en quelques décennies, il y a de quoi rendre fous même les éléphants. Rien que dans votre commentaire ci-dessus j’en compte sept !

  9. lafayette

    De tout façon on peut tourner le problème des retraites dans tout les sens le jour ou il y a aura un maximum de ceux qui ont cotisé qui seront les bénéficiaires il faudra trouver des employés pour cotiser à la hauteur. Autant dire qu’une quinzaine d’année cela passe vite.

  10. Calvin

    Ces dérives sont un premier rempart. Tout est fait pour que les salariés soient protégés.
    Quand les indépendants seront laminés, ces dérives concerneront les salariés. Tout est fait pour que les chômeurs soient protégés.
    Quand les salariés seront laminés, ces dérives concerneront les chômeurs.
    Tout est fait pour que les fonctionnaires soient protégés.

    1. Higgins

      Je ne te suivrai pas entièrement sur ce plan. Je dirai simplement que, devant l’évolution de la bataille, les troupes se replient sur des positions préalablement « préparées » à l’avance (je fais explicitement référence à la période de mai-juin 40).

    2. lafayette

      C’est une possibilité à ne pas négliger, mais on ne peut pas que comparer des rentiers de première classe avec des mangeurs de riz. Le système est fait pour limiter aussi la fracture sociale, car en cas de crise le libéral ne fera pas long feu seul contre tous…

      1. kekoresin

        En cas de crise, personne ne fera long feu. Les premiers à se taper sur la gueule seront les pauvres. Le système tient grâce à l’extorsion de fond des classes impopulaires en priorité. Quand le racket paye moins, et c’est le cas, la paix sociale aura du plomb dans l’aile. Le fragile équilibre repose sur la capacité de la France à emprunter, s’appuyant sur l’épargne. Quand cette source se tarira, plus de RSA, plus d’alloc, plus d’aides au logement. Des propriétaires en faillite, des crèves la dalle de partout et une occlusion intestinale qui risque d’être fatale. Les responsables laisseront la main en s’envolant vers des rivages plus propices au halage des peaux fripées où leurs capitaux sont bien au chaud. Pour les autres, démerdez vous!

        https://www.qwant.com/?q=emeute%20stalingrad&t=videos

  11. zelectron

    – « à la hauteur des Services Publics Que Le Monde Entier Nous Envie »… ou nous jalouse ?
    – le pommier miniss s’est emparé du cas RSI ?… de profundis !!!

  12. Pheldge

    HS : un commencement de lucidité ? après la surréaliste prestation du gos nul :
    lepoint.fr/politique/pour-anne-hidalgo-l-alternance-en-2017-est-inevitable-16-04-2016-2032802_20.php

    1. scrooge

      Je copie le FIgaro qui se met à faire du Canard Enchainé .
      Prestation de Mollande « Après la nuit debout, l’ennui assis ».

      Coté soc, si des gros rats quittent déjà officiellement le navire, l’année qui vient promet de beaux moments d’éthique…

      Coté retraite et en tant que salarié cadre, je vois se passer les discussions agirc et arco et cela va faire mal.

      On est tous dans le même bateau, troué de partout et l’eau monte. On entend plus gueuler la cale que le pont pour l’instant mais il y aura assez d’eau pour tout le monde..

        1. BDC

          Ah non, pas toi Calvin ! C’est insupportable cette image de H16 avec Nabilla. M’en fiche, le Patron a déjà dit qu’il trouvait les histoires de starlettes « navrantes ».

  13. Higgins

    Un mien ami m’a transmis ce lien fort instructif: « L’Acoss (Agence Centrale des Organismes de Sécurité Sociale) est un établissement public à caractère administratif (EPA) crée en 1967 dont la mission historique est la gestion de trésorerie du régime général de la sécurité sociale (ordonnance 67-606 du 21 août 1967, et article L-225 + D225-1, D225-3, D253-38, D253-41 du code de la Sécurité Sociale). » (http://www.acoss.fr/home/investisseurs.html)
    En grattant un peu, on y découvre les bailleurs de fond comme là (http://www.acoss.fr/home/investisseurs/billets-de-tresorerie.html) ou là (http://www.acoss.fr/home/investisseurs/euro-commercial-paper.html)

  14. Helios

    Si, il y a un service public qui fonctionne très bien: la direction générale des finances publiques. Site internet parfait, productivité en amélioration constante dans le recouvrement des impôts.

  15. bob razovski

    « Jean-Marie Saunier, aujourd’hui directeur de la caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales(CNAVPL), à laquelle est justement rattachée la CIPAV, a été condamné à 15.000 euros d’amende et deux mois de prison avec sursis pour avoir passé 22 millions d’euros de commandes (une paille) sans avoir publié d’appel d’offres »

    Dans cette vertueuse maison, on a fait sienne la devise française :

    CIPAVu, pas pris

    Bob, ancien affilié à ce racket officiel

  16. La Coupe Est Pleine

    « plutôt que favoriser un retour à la liberté des Français de s’assurer comme ils le souhaitent. »
    A t on réellement les moyens de faire machine arrière ?
    Peut-on réellement renvoyer dans leurs pénates les millions d’employés du bouzin ?
    Peut-on faire face aux pensions restant à verser aux actuels bénéficiaires tout en laissant les actifs s’assurer ailleurs ?
    Faire un seul pas en arrière coûte une blinde dans cette affaire. Mais ne rien faire est un naufrage total garanti à terme.
    Quelqu’un a-t-il déjà chiffré une solution ?

    En savoir plus sur http://www.contrepoints.org/2016/04/17/247782-les-tres-inquietantes-derives-de-la-cipav#HKwTtQ0K935Gzy0C.99

    1. Questions qui ont déjà été répondues dans l’histoire, soit de France, soit dans le monde (Chili pour les retraites, NZ pour la santé, etc… par exemple).

    2. sam player

      Ce qui fausse votre jugement c’est que vous raisonnez à PIB marchand constant.
      Avec une libéralisation de l’économie, une vraie, ce PIB double en 5 ans facile.

    1. Pheldge

      Grincheux , si tu veux je t’envoie copie des actes d’huissier … fais moi passer une adresse mail par le Patron ( bénie pour toujours est la maison qui l’a vu naître )

      1. Le Grincheux

        Un ATD est un papier établi par un huissier du trésor public pour une dette fiscale et rien d’autre. Tu peux avoir un huissier qui passe pour la CIPAV (avant ou après passage dans le tribunal de république bananière qu’est le TASS), mais celui-ci ne pourra pas délivrer un ATD. En effet, l’ATD est défini dans le livre des procédures fiscales et il s’agit d’un titre exécutoire qui peut être émis même sans mise en demeure préalable.

        1. Pheldge

          J’avais je crois lu ton article à l’époque des premières visites d’huissiers, et cela m’avait un peu rassuré, mais peu après il y a eu une saisie attribution sur deux de mes comptes au bénéfice de la CIPAV . Ce que je sais c’est que mon pognon est parti ! peut-être ai-je utilisé à tort le terme ATD en confondant avec une autre procédure ( URSAFF ou CRC c’est au choix y’a personne d’autre 🙂 )

          1. Jiff

            Je plusseois sur ce que dit Le Grincheux, mais il reste un risque: que ledit huissier te fasse signer une soit-disant réception qui n’en soit pas une (où presque tout est, en général, possible (et va attaquer un huissier…))

            1. Le Grincheux

              Ça, ça se fait… Maître S. se souvient de mon passage depuis qu’il passe sa retraite (forcée) à titiller le goujon. Et si l’huissier est à ta porte, il n’est jamais trop tard pour faire traîner les choses. Il ne fera une saisie-attribution que si tu as ignoré un papier quelque part.

              1. Jiff

                « sa retraite (forcée) »

                Tu as réussi à lui mettre le museau dedans ‽
                Si oui, chapeau bas.

            2. Pheldge

              Pour conclure mon histoire, je fais actuellement les papiers et démarches pour obtenir le recalcul de ma dette et éventuellement le remboursement du trop perçu ( rappel , suite à ma « négligence pour raisons de santé » j’ai été taxé forfaitairement sur 5 années dont 2 de déficit et 3 sans activité ). J’ai du louper un truc pour me faire coincer ça comme, mais bon au final, c’est réglé, on ne m’emm3rde plus avec ça !

              1. Jiff

                Il est clair que de tout temps, enfin post-WWII, et à cause de l’influence communiste (donc socialiste, puisqu’ils sont comme cul et chemise, même qu’on sait plus qui est la chemise), les administrations ont tiré à boulet rouge sur les entreprises en général, les entrepreneurs en particulier, et par voie de conséquence sur tout ce qui est libéral (vraisemblablement une allergie à la racine de ce mot.)

                Cependant, on peut lire de plus an plus ici et là (désolé, c’est paumé dans mes bookmarks et je n’arrive plus à mettre la main dessus), dans des articles écrits par des gens assez sérieux pour être pris en considération (sociologues, ethnologues, statisticiens), que la fuite des capitaux et des cerveaux a un débit méchamment plus élevé que ce qu’on nous serine (pas vraiment une surprise) – D’ailleurs Nicolas Doze annonçait un chiffre de bercy assez intéressant il-y-a 2 jours dans son intro: baisse de 8% des con-tribuables payant plus que €200,000 en… 2014; gageons que 2015 sera une bien meilleure cuvée.

                Donc, ces articles expliquent que non-seulement les meilleurs s’en vont, mais qu’en plus ils manifestent ouvertement une volonté d’effectuer un trajet en aller-simple (ce qui est relativement nouveau.) Ajoutons ça au pourcentage d’illettrés (plu fassil a manhnicopulller <= aurtaugrraf nvb nainufaresk™- © 2016) qui a certainement du exploser depuis que yoyo a planqué le rapport OCDE exposant pas moins de 40% de la population, et là tu commenceras seulement à toucher du bout des didis la crême que tu as en face de toi (quand on se sait même pas faire une règle de trois, difficile de s'y retrouver dans le maquis des pourcentages, planchers et autres plafonds.)

                Tout ça pour dire que tu as intérêt à recalculer tout ça au poil, parce qu'en face on s'en tiendra sûrement à ce que le juge exprimera, faute de savoir/vouloir le calculer correctement, le tout avec une mauvaise foi évidente – cf la "réponse" de l’épave la cipav que Le Grincheux a publié en une sur son site (ainsi que ses savoureux commentaires.)

                C’était mon gloubi-boulga à même pas 2 ¢, parce que bon, j’ai un peu perdu le fil en faisant 3 choses à la fois; mais comme ça tu vois que tu as au moins un supporter ;-p)

    2. Aristarkke

      Ayez pitié du taulier en pensant à la difficulté de choisir le thème du billet du jour parmi la masse hallucinante des sujets de mécontentement, ceux qui ne sont jamais comptés du reste, qui encombrent l’ espace grançais…

      1. sam player

        Y a ce sujet là…
        Le gouvernement lance sa campagne contre les discriminations à l’embauche
        … mais pas la peine de le traiter car eux mêmes disent que ça ne sert à rien.

        Mais ce que j’ai bien aimé c’est ça :
        « «Envoyer de faux CV, sachant que ce type de document contient souvent beaucoup de mensonges, ne va pas aider ceux qui ne peuvent compter que sur leur CV justement pour se faire recruter» craint Xavier Camby expert en ressources humaines et directeur d’Essentiel Management. »

  17. Jules

    « […]le RSI est devenu une véritable « cause nationale » dont le premier ministre s’est emparé […] »
    A bras-le-corps ?

  18. Tourgueniev

    Je n’ai pas lu dans le billet ni dans les commentaires que les organismes de prévoyance tels le RSI ou la CIPAV sont contrôlés par un organisme dépendant du Ministère de la Santé:

    « La Mission nationale de contrôle et d’audit des OSS », située dans Paris 14

    Ils ne répondent jamais au téléphone; je suis allé les voir vers Noel en désespoir de cause: Ils étaient tous à boire du Champagne pendant les heures de service! Ils étaient indisponibles. Par ailleurs la Cour des Comptes a révélé des relations incestueuses entre cet organisme et la CIPAV sous forme de passerelle pour un contrôleur vers l’organisme contrôlé, ce qui est strictement interdit.

    Quelle est l’utilité de cet organisme?

  19. Jean-Marc Fichet

    La CIPAV me réclame 7658,35€ calcul fait sur des années où j’était déficitaire. Hier un huissier est venu me porter une signification de contrainte???
    J’avais envoyé un courrier en AR avec mes déclarations d’ISR. mais non rien pas de réponse.
    je suis la tête en dehors de l’eau l’eau et eux appuis fortement ce sont des criminels.

  20. Julien

    Il y a des solutions à cette kleptocratie et mythomamie gouvernementale. Il suffit d’ouvrir son entreprise dans un autre pays. Hong Kong par exemple offre un statut social avec 0% d’impot et de charge social sur le chiffre d’affaire fait à l’étranger. Plutôt que de vivre l’enfer fiscal, allons dans des paradis fiscaux et payons làbas, même si on a aucun service dérière on à le stresse en mois et l’argent et liberté en plus ! Je pense ouvrir mon entreprise depuis un moment à HK et aujourd’hui j’ai recu un courrier de la CIPAV me réclament plus de 500€ pour rien donc merci l’Etat de me motiver à quitter le pays pour produire ailleur !

Les commentaires sont fermés.