Le racisme de l’anti-racisme et la divergence des luttes

« Si tu ne sais pas quoi faire cet été, que l’ennui te guette, si tu as un trou dans ton emploi du temps, si, toi aussi, tu es salement victime du racisme d’État (et quoi que cela puisse être), nous avons une solution : toi aussi, participe à notre Grand Camp d’Été de Décolonisation strictement interdit aux Blancs. Et si tu es blonde à forte poitrine, tu peux venir aussi ! »

Oui, je sais, certains peuvent être choqués à la lecture du paragraphe précédent.

Certains seront évidemment choqués par la découverte que des individus réussissent à avoir un trou dans leur emploi du temps. En ces temps modernes où notre attention est sans arrêt accaparée, une telle occurrence semble impossible voire presque indécente. D’autres seront tourneboulés de voir qu’on peut encore écrire des saillies machistes sur les blondes à forte poitrine alors que tout, dans ce siècle et en France en particulier, a déjà été fait pour éradiquer ces comportements abominables. On pourra probablement trouver quelques individus interlopes réfrénant un hoquet en apprenant qu’on peut ainsi faire un camp d’été sur la « décolonisation », pendant que d’autres paniqueront à l’idée qu’il existerait un racisme d’État.

Et bien sûr, si vous êtes choqué par l’interdiction faite aux Blancs de participer à ce happening citoyen, festif, et trié sur le volet, vous pouvez bien aller vous faire brosser.

En tout cas, une chose est absolument certaine : si mon premier paragraphe ne déclenche pas quelques apoplexies et la haine viscérale d’un quarteron de gauchistes, ce ne sera pas faute d’avoir essayé. Mais, d’un autre côté, j’admets bien volontiers n’être qu’un petit joueur à ce pathétique jeu-là : ceux qui l’ont lancé trottinent depuis bien trop longtemps dans cette dimension parallèle pour que je puisse avoir l’espoir de les rattraper.

Pour le cas qui nous occupe, tout commence il y a quelques jours, au milieu de ces Nuits de Boue où la fine fleur de nos étudiants marxisés tentent de refaire le monde à coup de psychotropes pas tous légaux et d’actions aussi vagues et inopérantes que possibles. Parmi eux, au milieu de la grande majorité de branleurs d’innocents grégaires aux buts timidement sexuels, on retrouve bien sûr les éternels habitués des luttes (peu importe lesquelles) dont certain-e-s se font fort de chercher l’idée qui leur permettra de rassembler quelques ouailles obéissantes pour enfin former un mouvement capable de déclencher l’attention médiatique et, de fil en aiguille, s’assurer une part de pouvoir ou, au minimum, un levier de nuisance.

fascism - socialism

Dans ce cadre, on ne peut qu’admirer la tentative de deux militantes parfaitement raccord avec la couleur rougeoyante typique de ces manifestations houblonnées aux senteurs de merguez d’habitudes caractéristiques d’émanations syndicales : Fania Noël et Sihame Assbague, en lançant leur Kamp d’État pardon Camp d’Été de Décolonisation, ont réussi a faire un peu parler d’elles. Notons que nos deux impétrantes ne sont pas complètement novices en la matière. La deuxième se présente comme une farouche militante antiraciste et se déclare proche du PIR, ce qu’une courte réflexion permet de confirmer (le PIR étant bien sûr à venir, puisqu’il s’agit du Parti des Indigènes de la République). Quant à la première, elle revendique haut et fort d’être afro-féministe anti-capitaliste anti-colonialiste anti-impérialiste anti-mixité, ce qui lui donne des cartes de visites au format Michelin, et fait partie du collectif MWASI, prouvant au-delà de toute espérance pour n’importe quel humoriste à moitié compétent que nos deux protagonistes ont un talent évident pour choisir des accointances à sonorité rigolote.

Le grotesque n’étant pas mortel (et heureusement), notre sémillant attelage d’anti-tout a donc choisi d’organiser un rassemblement estival qui vise à faire « converger les luttes », « décoloniliser la gauche radicale blanche », « apprendre sur le marxisme et l’antiracisme », etc…, mais sans Blancs, merci, ces derniers n’étant pas, jamais, victimes de racisme, et surtout pas de racisme d’État dont la définition, d’un collectif à l’autre (mwasi ou pas), varie suffisamment pour qu’on ne soit jamais exactement sûr de ce dont on parle.

brune magazine, raciste ?Ici, bien sûr, je pourrais épiloguer quelques paragraphes sur l’idée de base, relativement nauséabonde, qui consiste à constituer un groupe essentiellement basé sur une discrimination raciale dont l’activité consistera en substance à inciter à la haine d’un autre groupe de personnes. On a déjà vu ça, tout comme on continue de voir s’installer une forme subtile de racisme naissant sur le terreau d’un anti-racisme de combat particulièrement virulent, forme subtile qu’on retrouve affichée avec une décontraction assez déconcertante dans certains journaux ou magazines. Du reste, ces mouvements ne sont pas les premiers dans l’Histoire, et il est assez difficile d’imaginer que cela se termine bien, d’autant plus s’ils en appellent à l’action qui a toutes les chances de tourner violente lorsqu’il s’agira de bien faire comprendre son poing de vue. La différence avec n’importe quel autre groupe d’action fasciste sera alors bien mince.

Cependant, force est de constater qu’aussi fétides ces idées soient-elles, et aussi méphitiques les discours qui les enrobent, tout cela n’en reste pas moins encadré dans la liberté d’expression que, normalement, tout le monde devrait chérir en France. Contentons-nous simplement de remarquer qu’une telle liberté de ton, une telle violence et une telle discrimination seraient absolument impossible à afficher pour un groupe de Blancos, de White comme dirait Manu le Premier. Cette liberté-là n’est plus qu’à sens unique en République Française.

Oui, il y aurait de quoi écrire.

Mais plutôt que ce thème, évident, j’aimerais surtout pointer que ces discours, aussi virulents (et, soyons lucides, aussi stupides) soient-ils, n’en restent pas moins les suites logiques d’une déliquescence complète de la pensée de gauche traditionnelle, avatars d’une métastase cancéreuse carabinée : à force de vouloir égaliser tout le monde tout en tenant compte, paradoxalement, de la moindre petite parcelle de différentiation possible afin d’obtenir qui une prébende, qui un maroquin, qui un privilège, qui une facilité ou qui une exposition médiatique, on en arrive à ce que j’avais précédemment décrit comme la lutte du Camp du Bien contre le Camp du Bien dans un précédent billet, où tous les miasmes du marécage socialoïde s’accusent les uns les autres de provoquer les PIR pires maux.

Or, si l’on peut certainement pouffer devant le ridicule achevé de ces guerres picrocholines derrières lesquelles se dessinent surtout de petites luttes de pouvoir malsaines pour obtenir exposition médiatique et/ou fonds publics (selon les cas), on ne peut pas non plus passer à côté de l’aspect clivant de ces imbécillités répétées un peu partout, sur les plateaux télés, en radio, dans les journaux ou au travers de ces pensums dont on nous assomme régulièrement.

L’absence dramatique de toute colonne vertébrale aux mouvements politiques en France laisse un vaste champ d’expériences possibles, notamment à l’extrême-gauche, là où elles ont toujours été bouillonnantes mais jusqu’à présent contenues par des appareils un minimum outillés pour les canaliser. Concrètement et de façon progressive, on assiste à un phénomène inquiétant où les franges extrêmes du pays se radicalisent encore plus qu’elles ne l’étaient déjà, et l’affichent de plus en plus ouvertement, quasiment prêtes à en découdre, physiquement.

La non-réaction de l’État, ou, pire encore, sa réaction biaisée et asymétrique n’augurent rien de bon pour l’avenir proche.

Tout ceci va très bien se terminer.

tout va bien se passer

Commentaires109

      1. BDC

        Joyeux anniversaire Bonsaï ! Vous en avez de la chance, aujourd’hui aucune vacherie pour vous. Que boit-on à votre honneur ? C’est l’apéro !

        1. Bonsaï

          Merci Belle des Champs !
          Si vous cherchez un apéro original, vous pourriez tester la tequila (ou mescal), tiré d’un cactus nommé Agave Tequilana et dont le nom en nahuatl signifie « travail au champ ».

      2. sam player

        Bon anniversaire Bonsaï.
        Je me suis demandé ce matin quel cadeau je pouvais te faire… et j’ai pensé à du compost… je le mets de côté depuis ce matin… je te l’envoie où ?

                    1. Hang’em high

                      les souvenirs d’enfance du gros Lulu, en Chine d’avant Mao, valent la lecture, chère Lady B…

                1. Aristarkke
      1. Bonsaï

        Merci beaucoup !
        Je vais quant à moi faire un peu de complotisme afin de connaître la vôtre (date d’anniversaire) afin de pouvoir vous la souhaiter à mon tour…

  1. Le Gnôme

    L’avantage d’être dans le camp du bien, c’est que tout est permis. Imaginons un camp d’été joyeux et festif réservé aux blancs, j’imagine d’ici les flots d’encre et de paroles indignées, la garde à vue et le procès qui s’ensuivrait.

    En attendant, une fille se fait tabasser pour porter une jupe et la justice nous informe avec sérieux qu’il n’y a pas de connotation religieuse, un serrurier se fait casser la gueule pour une pub sur une radio juive et un nom d’une consonance israélite, et ça ne fait qu’un entrefilet dans les journaux et on nous affirme que le vivrensemble ne s’est jamais mieux porté.

    La Gatling de la petite dame de la fin de l’article risque de ne pas suffire. La guerre civile est en route et ce ne sont pas les propos lénifiants de nos zélites qui vont l’arrêter? Casser le thermomètre n’a jamais guéri un malade.

    1. theo31

      « Imaginons un camp d’été joyeux et festif réservé aux blancs »

      Il existe déjà : c’est Nuit Debout, interdit aux salariés, aux bronzés et aux Juifs.

  2. tabbehim

    ce n’est que l’expression de ces pov’ chance pour la france, elles veulent juste être plus égales que les autres, et bien montrer qu’elles sont du KampDuBien ^^
    Bon, 12g de Padamlgam, 10g de poudre de vicitmisation et 150mL de sirop de bon sentiment est hop, ça passe tout seul ^^
    sérieusement, c’est un racisme électoralement profitable pour nos glands électoraux => ils ne feront rien, ils encourageront l’initiative comme ça a été fait avec les « concours miss blacks » » (je n’invente pas le nom *.* )
    Le pire est que ces entailles au fait que « toutes personnes naissent libre et égaux et blabla », c’est devenu par trop usuel.

  3. Nomi

    Le sujet du jour est inattendu, mais tombe juste comme d’habitude. Evidemment, rien de ce qui est ici décrit ne serait possible si l’état s’abstenait d’y fourrer son groin et ses grosses pattes, piétinant grossièrement ce qui restait de « paix sociale » dans ce pays.

    Dans un autre domaine, mais tout à fait dans le même style, j’ai lu ça récemment:

    http://www.dereferer.org/?http%3A%2F%2Fhumanite%2Efr%2Fles%2Driches%2Destiment%2Dquils%2Dont%2Dtous%2Dles%2Ddroits%2D604453

    Bref, j’ai tout compris: d’après nos illuminés de gauche, pour que le monde nage dans la félicité, la guimauve et les fraises tagada, il faut:

    1° – supprimer les riches
    2° – supprimer les blancs
    3° – supprimer les riches blancs

    Vu? allez, je file à l’apéro, bon dimanche!

    1. Tribuliste

      Si ces imbéciles n’étaient pas subventionnés il y en aurait moins et on ne les entendrait guère… Quand je pense que mes impôts les soutiennent, que mes impôts les nourrissent et les logent, et que mes impôts alimentent les journaux qui leur donne tribune là je sens vraiment que le moment de s’enfuir approche.

      1. Laurent

        La République Démocratique Française à grand besoin d’idiots utiles donc si il n’existe pas il faut en créer (même si c’est jste pour le show)

  4. Pere Collateur

    Incroyable! Ce sont vraiment les idiots utiles du racismes, à ce point stupide qu’ils donnent en quantité industrielles les bâtons pour se faire battre à leurs futurs bourreaux.

    Quelle idée stupide de la ramener comme ça, alors que la dernière couche de vernis de se qui reste de civilisation est en train de sauter dans tous les camps qui se regardent actuellement en chiens de faïence.

    Mesurent ils le niveau de haine que ce genre de trucs peut générer? Surtout en ce moment? Je ne le pense pas.

    Pour moi la messe est dite. Et je suis sur que ces cons, quand les boucheries auront démarrées, se demanderont pourquoi ils se font dé-souder et pourquoi on est si méchant avec eux…

    Délirant et navrant.

  5. Peste et coryza

    Ils n’ont qu’à faire le camp sur L’ile du Diable. Bien sur, juste un aller simple.

    Tout ça va mal finir…

    Dans le même temps, Boris le Lay, crêpier exilé au japon, se prend 2 ans ferme pour propos racistes sur Youtube… rappelons qu’un violeur lambda n’est plus condamné à du ferme pour son premier crime s’il a les bonnes circonstances (mon père a vu un dégénéré notoire ne prendre que 6 mois du sursis + stage de réinsertion (aka planche à voile)).

    1. Le Gnôme

      Après une petite recherche, votre Le Lay a l’air autant crêpier que moi archevêque. Il n’a pas été condamné sans raison.

      1. albundy17

        là n’est pas le débat, il a pris 2 ans ferme pour propos raciste tandis que d’autre violent pour des montants de peine identique, ou que d’autres font des kamp raciste en toute impunité (et sans doute avec un peu de pognon public dedans

        1. barbatruc

          Non, Boris Le Lay n’ pas tenu de propos raciste ,mais a simplement fait remarquer qu’ il n’existait pas de Celtes noirs. Énoncer une vérité historique, ne fait pas forcement de son auteur un raciste.

            1. BDC

              Oui, la police de la pensée veille. On n’a pas le droit de désigner la couleur de la peau comme une caractéristique physique, interdit de dire « le monsieur noir », comme on dit « la dame blonde ». Parce que la double-pensée boboïde inclut systématiquement une idée de race derrière la couleur de peau, et qui sont les racistes ? Le cas le plus intéressant est celui d’un humoriste du Kampdubien qui s’est fait lynché sur Pravda 2 parce qu’il a désigné un « monsieur Noir », comme il aurait dit « le monsieur au pull rouge », la hyène Aymeric Caron était déchaînée sur le pauvre type (de la catégorie « orthodoxe », si bien décrite par Aloux), il poussait de petits cris sous la torture « mais je suis de gôche … je suis du Kampdubien … ». Atroce à regarder, rarement vu un programme aussi violent, le type ne recommencera pas.

  6. sam player

    Ce que j’aime bien c’est que tout se retourne contre ceux qui soutiennent ceux qui légifèrent dans des domaines étrangers à leur compétence.
    Normalement ces groupes ne devraient pas tarder à nous faire des statistiques ethniques.

    MWASI hi hi hi je n’avais pas réagi en lisant ça il y a quelques jours !

        1. Bonsaï

          Au sens de violence incontrôlable.
          Dans la cycle de Dune que tu connais bien, on peut en trouver une excellente analogie, celle des Honorées Matriarches aussi qualifiées par le Bene Gesserit de « Catins de la Dispersion ». A la fin des « Hérétiques de Dune », elles détruisent la planète Dune…

          1. Greg

            J’y pense, je vais emmener la totale Dune à la plage bientôt. Depuis ma première lecture à 18 ans donc il y a presque 30 ans, j’ai beaucoup oublié.
            Or, avec tout ce que nous entendons à propos de jihadistes, il est temps que je médite à nouveau sur le rôle de la religion comme instrument de contrôle des populations, ce que Dune décrit avec beaucoup de points de vues intéressants…

            1. Hang’em high

              Entendre, c’est bien, voir c’est mieux… un ami m’a envoyé une série de scènes d’exécutions filmées par nos amis à turbans/keffieh et autres coiffures exotiques… vu la moitié seulement, because vomitif… pourtant, j’ai le coeur bien accroché…

  7. Tribuliste

    Il me faut louer votre courage pour accorder autant de votre attention et de votre temps à de si piètres entités. Le sujet est dérangeant ,mais fondu dans la masse abjecte de l’intelligence médiatique il passe inaperçu.
    Finalement tout ceci n’est que divertissement, agitations stériles de clowns d’état dont le but est bien entendu de masquer le démantèlement économique et social de notre écosytème.
    Heureusement que notre bô pays sauve la face à l’étranger, le quai d’orsay y veille.

  8. kekoresin

    Je m’extasie toujours un peu plus devant ces abrutis qui couinent contre le vilain capitalisme tout en réclamant de la thune pour leur « combat juste et bon ». Ces bipolaires en dreadlocks qui pleurnichent pour plus de tolérance mais gare à toi si tu ne rejoins pas le camp du bien. Ces petits éternels étudiants biberonnés à l’état qui revendiquent la liberté d’expression, enfin pour ceux qui pensent comme eux. Tous ces crétins boutonneux ou/et nostalgiques du fantasme trotskiste qui seuls savent appréhender le monde de façon éclairée et qui souhaitent en faire bénéficier les myopes de la félicité universelle en partageant un petit joint, ou à coups de manche de pioche pour les plus rétifs.

    Autrefois, on avait peur à la vue d’un bomber surplombé d’un crâne d’oeuf mais au moins on les voyait venir de loin. Aujourd’hui, une joyeuse bande en poncho, bonnet de laine et une barbe mitée d’acné, peut te faire la peau si tes idées ne sont pas raccord avec la secte. Le pire est bien évidemment le traitement médiatique qu’aurait un tel drame. On qualifierait certainement la victime, retrouvée avec une flute de pan dans le cul et étouffée par 3 kg de quinoa bio équitable, de provocatrice. En gros, le syndrome de la mini jupe et du viol.

    1. Hang’em high

      59%, c’est plutôt conséquent, non ? quant aux traces d’ADN d’Afrique du Nord, les Vikings ramenaient des esclaves, de temps à autre… parlez-en à Molière qui venait à Caen, ou à la veuve de Céline…

  9. Kloupa

    La drague en sous-main opérée par certains hiérarques socialistes auprès des activistes gauchistes de Nuit Debout est à mourir de rire, mais aussi signe que leur bateau coule et que c’est la panique au PS et autres assimilés. Sans doute rêvent-ils d’un coup politique génial qui leur permettrait de se remettre en selle?
    Mais a-t’on vu Siryza sauver le PASOK, ou PODEMOS sauver le PSOE? A suivre, néanmoins, Hollande et Cambadélis étant spécialistes des coups fourrés politiques à la sauce mai 68.

  10. Wonk

    Bizarre de lire un blog libéral conclure qu’il est inquiétant que l’état de réagisse pas.
    Heureusement que c’est nuancé, on aurait pu se croire dans un édito étatiste.

    1. BDC

      Oui, je n’aurais pas conclu comme ça. En fait H16 n’a peut être pas la chance de fréquenter le métro parisien et ses affiches anti-discrimination à l’embauche, en plus de ces honteuses campagnes anti-racistes à la télé, parce que moi j’en conclus que c’est l’Etat qui est à l’origine de ce genre d’initiative en victimisant sans cesse les « opprimés » depuis 2012. Le discours de ces deux jeunes femmes est tellement extrême qu’il en est ridiculement caricatural. Tant mieux finalement qu’on en voie les conséquences, parce que oui maintenant qu’il y a le feu on peut réclamer une réaction de l’Etat pour éteindre l’incendie qu’il a lui-même provoqué.

      1. « c’est l’Etat qui est à l’origine de ce genre d’initiative en victimisant sans cesse les « opprimés » depuis 2012 »
        Oui oui. C’est précisément l’asymétrie de ses réactions qui provoque le problème.

    2. Ma conclusion n’est pas « l’état ne réagit pas, c’est skandaleux » mais « l’état réagit de façon asymétrique, c’est dangereux ». Ou bien il ne devrait pas réagir du tout, jamais (liberté d’expression, mon opinion), ou bien il devrait interdire de façon systématique (bon courage pour lui, et réaction néfaste à mon opinion).

      Donc relisez mieux 🙂

  11. tabbehim

    joyeux anniversaire petit arbre, votre terreaux du jour est à base de bonsentiment et de padamalga, sans oublier du sirop de bon sentiment servit la louche depuis le gros baril de 159L 😉

    1. Val

      @meslet oui moi ! Rien n est jamais « foutu » , c est un chemin avec ses montées , ses descentes , ses précipices et rivières mais aussi les plages et le soleil et les joyeux ou pas compagnons de route .

      1. meslet

        Oui bon, c est pas en faisant de l’image « littéraire » ou « poétique » qu’on répond aux délires surréalistes de la société dans laquelle on vit…:)

  12. vitautas

    Nous glissons toujours un peu plus dans la fange. Je ne suis pas pessimiste mais difficile ne serait-ce que d’imaginer une solution.

    J’ai découvert un fossile récemment, quelque chose que je pensais disparu depuis quelques décennies déjà : un « trotskyste ». Il n’a pas apprécié lorsque j’ai critiqué l’URSS et ses camarades fondateurs, en faisait référence à A. Soljenitsyne. Cet homme, 30-40 ans, travaillant dans une startup en informatique, est cultivé, lit et semble bien sympathique a priori. Faut dire que Staline l’était aussi (peut-être pas très sympathique, même à ses débuts). Je vous raconte ça parce qu’il y a une menace : l’histoire se répète et il y aura toujours des personnes pareilles pour sortir des tréfonds. Dans notre pays de bisounours, nous sommes tout de même confrontés aux « socialiste-bien-pensants » (typique de notre époque) et autres bobos, prêts à défendre à coups de bec et plumes dans le Monde ou Libération à peu près tout ce qu’il y a de plus aberrant. Nous ne sommes pas prêts à faire face à des révolutionnaires sanglants, qui vous enverraient au Goulag pour avoir eu le malheur d’être un peu trop riche ou nés de « koulaks ».

    Pour info, cet homme décapiterait sans doute volontiers dans une situation un peu plus violente, révolutionnaire. Il est suédois (je vous laisse imaginer ce qu’on peut trouver en France) et son ultime argument était tel : « Soljenitsyne, vous ne le savez peut-être pas, était bourgeois ».
    À mon avis, notre pays s’enfonce toujours plus profond et ce sont ces fous qui sortent de leur tanière quand l’occasion se présente, et elle n’est pas si loin que ça, quand bien même l’Europe, la paix et les bisous.

    1. kekoresin

      T’emballe pas trop, les soit disant combattant de la liberté n’ont pas les moyens de leurs ambitions. Ces bébés roses couinent au moindre coup de matraque. Cela dit, l’effet de meute peut ponctuellement égratigner le bourgeois riverain qui proteste pour un peu de sommeil. La grosse différence entre l’avènement du stalinisme c’est le confort dont jouissent ces niaiseux. A l’époque, l’alignement des planètes était favorable et les hommes assez fous et désespérés pour suivre un plus fou qu’eux. Les petits idéalistes au stand de merguez ne sont fédérés en rien et sur rien. Ce mouvement est creux, vide de sens et encadré pas de tantouzes de bans d’université qui dépendent de l’argent de poche des parents et des prestations sociales. Certes quelques casseurs viennent mettre un peu de pep à toute cette farandole de bobos intellos, mais ça reste à la marge. Si ces sans couilles avaient autre chose que des dents de lait, ils iraient secouer les grilles de Élysée ou du sénat au lieu de faire chier les commerçants et les riverains. Pour moi, la lutte finale ressemble plus à une cour de CM2…

      1. Nomi

        Tu en tires un bon portrait. Dans la photo de famille, on peut ajouter tous les « zadistes », antifa et autres crasseux qui débarquent casser du « facho » à chaque fois qu’il y a un meeting FN dans leur ville.
        Le pire, c’est qu’ils se prennent pour des « résistants » les cons. Des résistants! S’ils savaient, les pauvres!

    2. Droopyx

      « Soljenitsyne, vous ne le savez peut-être pas, était bourgeois ».
      Ce qui démontre bien la mansuétude du communisme qui ne l’a condamné qu’au goulag et non à la peine de mort.

    3. Aloux

      En parlant de Soljenitsyne… Je suis en train de lire l’Archipel du Goulag, tout est génial mais il y a 2 chapitres qui ont particulièrement retenu mon attention :
      – Celui sur les « socialement proches »
      – Celui sur les « orthodoxes »

      Les premiers sont les voyous et truands qui étaient instrumentalisés par l’administration des camps pour terroriser la majorité des détenus « politique » (les « article 58 »). Ils écopaient de peines 4 ou 5 fois plus courtes que les politiques pour des vols, des viols ou des meurtres, étaient régulièrement amnistiés et jouissaient de toutes sortes de protection au camp. Globalement, ils trouvaient tous une planque, travaillaient peu ou pas, et étaient mieux nourris que la moyenne.

      Soljenitsyne dit qu’on lui a rapporté un cas où ces truands, encouragés par l’administration du camp, se sont montrés tellement odieux avec les politiques que ces derniers ont fini par se rebeller et tenté de les lyncher. Heureusement la garde du camp a ouvert le feu pour protéger les « socialement proches »…

      Quant aux orthodoxes, ce sont les « bon soviétiques », staliniens tellement fanatiques que même déportés en Sibérie pour un prétexte bidon ils ne pouvaient pas admettre que le système puisse être si injuste. Ils le répétaient d’ailleurs à l’envie aux autres détenus, « vous méritez ce qui vous arrive ». Ils ne pouvaient expliquer leur internement que par une trahison de « socialement étrangers » (des éléments bourgeois sont infiltrés dans l’appareil soviétique pour le détruire de l’intérieur), ou alors par une sorte de mise à l’épreuve de leur foi (Staline veut éprouver la foi communiste de ses serviteurs, les orthodoxes pensent que si il reste imperturbables dans leur foi on les libérera, avec les honneurs).

      Bien entendu, ce sont le plus souvent les membres de l’administration, des procureurs, des juges, des diplomates et des intellectuels. D’après Soljenitsyne, même au camp ils n’éprouvaient aucune forme de pitié ou de solidarité avec les autres détenus, et faisaient d’excellents mouchards…

      Quand j’aurai fini l’Archipel…, j’attaquerai les Récits de la Kolyma de Chalamov.

      Mais bien entendu, tout ce qui est raconté dans ces livres n’a jamais existé. Il ne s’agit que de ragots colportés par la CIA. Comme la dénonciation lucide de la « Révolution Culturelle » par Simon Leys, la CIA tout ça.

      D’ailleurs la mairie de Paris s’est bien faite tirer l’oreille pour nommer une rue en l’honneur de Soljenitsyne, du fait des communistes qui renâclaient à honorer un écrivain « intégriste », « antisémite » (comme Allende ? mais attendez c’est le camp du bien c’est pas pareil !) et « franquiste » (WTF ?!). Il paraît que les jardins de la porte Maillot ont été rebaptisés, j’imagine qu’ils n’ont pas trouvé plus discret… Quant à Simon Leys, je n’ai pas eu vent d’hommage particulier. A comparer à l’escroc Hessel, qui a eu sa place bien en vue dans le 14e juste après sa mort.

      1. Val

        @aloux cette  vision : « socialement proches » et « orthodoxe » est très intéressante : elle montre que ds tout mouvement totalitaire il y a les opportunistes qui ne cherchent aucune autre vérité que celle de leur intérêt propre  et les idéologues qui sont sûrs d avoir trouvé la Vérité universelle . Les deux font une alliance objective pour martyriser les autres : les premiers  pour leur faire les poches, les seconds pour leur faire ingurgiter La Bonne Parole .
        Bref je me méfie des gens qui ne cherchent pas tout comme de ceux qui sont sûrs d avoir trouvé

    4. Hang’em high

      C’est dans Philarète Chasles – qui s’y connaissait un peu, par tradition familiale – que j’ai trouvé cette formule que j’aime assez, à propos des tentatives révolutionnaires de 1832 :

      « On y voyait ces figures atroces, qui semblent sortir du pavé les jours d’émeute »…

  13. Calvin

    J’aime ces militants de combat rebelles qui osent affronter des ennemis apathiques donnant eux – mêmes le bâton pour se faire battre plutôt que d’affronter leurs vrais ennemis, en Syrie, en Irak ou au Qatar.
    Dommage que le RER ne s’arrête pas à Bagdad…

    1. Nomi

      Ben si, enfin dans le même coin: tu prends le métro lignes 7 ou 14, station Pyramides: ca y est, t’es au Caire, ouarf!

      Sinon pour les nerds de SF y’a métro Châtelet direction Cassiopée, ma favorite.

      1. Bonsaï

        Ah! je vois que les grands esprits se rencontrent !
        J’ai toujours pensé (et mon père me l’avait déjà enseigné) que ceux qui ont lu de la SF au 20ème siècle seront les seuls à avoir un début d’approche de compréhension du 21ème siècle…

        1. Nomi

          Je sais pas si je comprends quoi que ce soit à ce siècle, en tout cas lire de la SF et du roman fantastique est pour moi, en France, signe d’une ouverture d’esprit qui manque souvent dans ce pays.

          Sinon, bonaniversère!

        1. Nomi

          C’est pas jeune mais ça garde le parfum de ma jeunesse perdue… reste à savoir si Besson ne va pas en faire un de ses tracts cinématographique façon « the filth element »

  14. MCA

    Je souhaite un bon anniversaire à notre petit arbre helvétique et lui souhaite plein de produits bio (à la façon MCA), breuvages du même producteur, itou, itou et comme cadeau, un rayon de soleil en live de mon île bordée par l’océan atlantique.

  15. Taisson

    Décolonisation…
    Terminée depuis un demi-siècle ! Pendant lequel l’incapacité (complètement inexplicable, peut être quasi congénitale ) de ces pays à créer des simples structures de fonctionnement à été totalement démontrée !! En dépit d’une main d’œuvre abondante, toujours Incapables de faire une vraie route supportant les transports vitaux pour leur survie, incapables de creuser des écoulements pour leurs excréments, incapables simplement de se nourrir sans l’aide permanente de ce monde « blanc » qu’ils haïssent plus que tout, justes capables d’exporter leur nullité… Et leur haine jalouse de ce monde occidental, qui n’à en fait qu’une seule responsabilité, celle de leur expansion démographique….
    Le fait d’être né dans cette société « occidentale » ne change rien pour leurs descendants qui n’ont rien appris…Toutes les théories humanistes d’intégration, ou d’assimilation « républicaine » s’effondrent les unes après les autres.
    C’est le triomphe du racisme, dans le monde de ceux qui ne veulent pas comprendre que ce sentiment n’est pas diabolique, mais instinctif chez tous les êtres vivants, (même les végétaux !!) , et que seul un comportement « civilisé » peut permettre de d’accepter l’autre, et de modérer ce sentiment « animal »
    Mais on devrait pouvoir les comprendre facilement .
    Qui aurait envie de faire partie d’une société qui s’ignore elle-même et qui n’a plus de tradition, ni d’histoire fédératrice, même romancée ?
    Chacun se raccroche donc à son appartenance supposée et/ou a sa culture d’origine, merveilleuse excuse pour expliquer ses difficultés :
    C’est par ce que je suis : noir, musulman, femme, homo , trop petit, trop gros, que je lis le blog d’H16, et/ou qu’on m’aime pas…etc.
    Plus facile à énoncer que de s’avouer que l’on est bon à rien !
    Les apprentis sorciers qui exploitent ces sentiments sont parfaitement cohérents avec leur objectif qui est la destruction de la société occidentale, industrielle et marchande, d’inspiration judéo-chrétienne. Ils ont mis des costumes et des cravates, ils profitent de l’argent gagné par cette société qu’ils veulent détruire, mais ils sont régulièrement remis au pouvoir par le système « démocratique » dont ils s’assurent le contrôle absolu par petites touches progressives.
    Il n’y à pas de sortie en vue : le patriotisme est devenu ringard, le nationalisme st un péché, le simple travail correct et le commerce sont devenus suspects, quand à s’avouer être de culture chrétienne, même en étant totalement incroyant sera certainement bientôt répréhensible…
    Mais rien ne peut ouvrir les yeux de nos « élites » réfugiées dans leur verbalisme écolohumanisteresponsable, qui n’est en fait que de la lâcheté intellectuelle, bien pire que la lâcheté physique. Ils trouveront surement sympa l’affutage de la lame qui les égorgera !
    Il n’y aura pas de vraie guerre civile, l’invasion est progressive, par petits morceaux de territoires irréversiblement conquis, et les cas isolés qui essaieront de se défendre seront éliminés par les collabos qui jugent au « nom du peuple français ». Les autres essaieront de fuir, jusqu’à ce que plus personne ne les accepte. Ce pays est foutu…Amen !

    1. Val

      @taisson je lis bien tout ce que vous écrivez, et malgré tout j essaye de ne pas verser dans ce pessimisme . L’histoire humaine est farcie d’exemples similaires (les egyptiens, les assyriens , les babyloniens , les perses , les grecs ,les celtes , les romains , les chrétiens, les musulmans , les ottomans etc et je ne parle pas d’orient ) . Nous nord -occidentaux sommes déclinants , c’est un fait. Nous avons donné ce que nous pouvions, je crois . Alors moi j’essaye de leur dire , ok les gars c’est vous le sang neuf , allez y parce que nous on est vieux et c’est votre tour de porter l’avenir si vous le souhaitez . J’essaye ainsi de retracer l’histoire des peuples sur la durée, que chaque civilisation s’est enrichie de la précédente et que c’est à la suivante de choisir de relever le gant si je puis dire, les challengers sont en lice on les voit bien: les chinois ? les indiens ? les perses ? les arabo/musulmans ottomans ? en tout les cas aucune ne partira de rien et elles auront toutes intégré une part de la notre .

      1. Taisson

        @Val
        Merci de me lire. Vous avez raison, bien sur que toutes les civilisations ont un début et une fin, mais je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup qui ont couru joyeusement vers leur disparition en faisant tout pour la précipiter ! Rien ne se fait en un jour, tout le monde sera remplacé. Rien n’est non plus inévitable, et on pourrait au mois essayer de limiter les dégâts… Souhaiter laisser un pays à ses descendants n’est pas non plus une idée extravagante…Les quelques dizaines d’années ou ils seront contraints de cohabiter avec de plus en plus d’infériorité avec ceux qui viennent « relever le gant » ne vont pas être très bisous ! Les rêves égalitaristes seront bien loin. Mais peut être que grâce à l’active participation de l’EDnat, par la réécriture de l’histoire, la pilule sera plus facile à avaler ??
        Quand à la part de notre civilisation qui restera, pour s’en faire une idée, il suffit de voir ce que sont devenues toutes les grandes cultures du moyen orient que vous citez, après l’islamisation…Perse, Egypte, etc..Voir aussi Chypre il y à bien moins longtemps…Bonjour l’enrichissement !
        Tant qu’à être éliminés, ça aurait eu plus d’allure de l’être par une civilisation supérieure, plutôt que par des prédateurs armés d’une idéologie moyenâgeuse, auquels rien ne nous obligeait à faire allégeance … Mais bon, j’ai surement tort…

        1. Bonsaï

          Le fait est qu’un élément nouveau vient s’ajouter ici au processus classique de grandeur-décadence : il s’agit de ce nouveau concept de mondialisation, sciemment véhiculé par certains milieux pour des raisons qu’il serait trop long d’aborder ici.
          Ce concept s’est maintenant durablement installé dans le paysage, et s’il ne dépeint pas vraiment une réalité, il contient du moins un principe auto-réalisateur qui arrange bien les gouvernements impuissants devant les phénomènes migratoires de grande ampleur observés actuellement.

        2. Val

          @taisson je suis d accord avec vous sur le fait que le chemin ne sera pas couvert de pétales de roses… mais je reste confiante , pour faire court : les totalitarismes ont toujours rapidement fait ch**r tout le monde et l islam politique radical ne fera pas exception.

          1. MadeInCH

            A part la Turquie (Ataturk doit se retourner dans sa tombe ä voir ce qu’il en est aujourd’hui!), je ne connais pas d’exemple ou l’islam politique s’est retiré par la volonté politique et populaire locale.

      2. bob razovski

        « L’histoire humaine est farcie d’exemples similaires »

        Certes mais de notre côté, nous allons surtout être farsi 😉

  16. René-Pierre Samary

    La stupidité (celle que manifestent les abruti(e)s dans ce billet distrayant) n’a pas de fond. Des imbéciles, il y en a toujours eu. Ce qui est particulier à notre époque, c’est que la bêtise prend peu à peu le pouvoir. C’est flagrant en ce qui concerne nos « élites », c’est aussi le cas parmi ces masses décervelées d’où sont issues ces Fania Noël et Sihame Assbague, fortes de leur crétinisme, de leur antiracisme, de leur féminisme et de leur capacité à faire parler d’elles.
    La montée de la merde rend peu à peu l’atmosphère irrespirable, c’est une chose entendue. Mais je crois que ces discours ne sont pas seulement « les suites logiques d’une déliquescence complète de la pensée de gauche traditionnelle », comme le dit le patron. C’est une déliquescence de la pensée tout court. Cela a probablement commencé dans les années vingt, de façon insensible. L’actuelle invasion participe à la décadence, mais sans celle-ci, il n’y aurait pas eu cette invasion.

  17. René-Pierre Samary

    En lisant le billet de notre hôte, une impression de « déjà vu ». Il y a 8 ans, une émission sur une chaîne de télé martiniquaise, où les intervenants se plaignaient d’un « génocide culturel » : en cause, la présence trop importante de blancs dans ce département français. Extraits, texto :
    « C’est pour cela qu’on va être acculés, cela se fait lentement mais c’est évident. Je vois, au Diamant, la population est en majorité blanche aujourd’hui. Il y a beaucoup de gens qui viennent de l’étranger et qui s’installent au Diamant. Dans mes classes, il y a presque autant de petits Blancs que de Martiniquais »
    Un professeur : « Il faut mettre tous ces gens dans des charters et les renvoyer en France. »
    Une sociologue : « Il ne faut pas généraliser. Il y des Français qui s’intègrent très bien. J’ai des amies, elles sont arrivées ici il y a quatre ou cinq ans, elles sont devenues Martiniquaises comme vous et moi. Elles sont mariées avec des Martiniquais…».
    L’antiracisme, pour beaucoup de gourdes, c’est de b…er avec un noir, comme ces « blondes à forte poîtrine » invitées à montrer ainsi leurs convictions.
    Tout, sauf un mâle blanc, dit Lauvergeon.
    « Niquer la France, guerre raciale, flippe pour ta femme, la France est une pute, les noirs faites des gosses à leurs blanches, on verra bien qui prendra leurs places », éructe un rappeur.
    Il y aurait de quoi écrire. En effet, il y a de quoi écrire.

  18. ironbooboo

    @ Pheldge :

    J’étais sûr de vous retrouver sur un jeu de mot autour du patronyme de Mme Analring, mais rien.
    Suis-je donc le seul à être hilare devant tant de bêtise ? xD

  19. vitautas

    C’est justement ce que j’entends souligner ici : nous connaissons tous les bisournous, résistants et combattants du bien, qui vivent aux crochets des états et de leurs parents. L’homme dont j’ai parlé n’est pas de ceux-là. Il est intelligent, compétent et se débrouille bien sans la moindre de l’état. Sans verser dans la peur, je pense qu’il bon de savoir que ces personnes existent.

    1. Hang’em high

      J’entendais ce matin sur Radio Bolcho une volaille, confite en obligatoire admiration, expliquer que ce grand humaniste défunt était célèbre pour son tube mondial « Mr and Mrs Jones »… pas même foutue de lire une dépêche AFP…

Laisser un commentaire