L’occupant intérieur saigne le pays à blanc

« Ça va mieux ! » Pour le président François, même s’il n’est évidemment pas question de trépigner de joie, les remontées d’informations que lui fournissent ses administrations, ses ministres et ses conseillers sont claires : ça va mieux. Pour la plupart, ce constat – en violente contradiction avec la réalité palpable du terrain – démontre un déni de réalité catastrophique de la part du chef de l’Exécutif. Cependant, peut-être le président François ne met-il pas exactement ce qu’on croit derrière cette expression.

Ainsi, si, derrière son « ça va mieux », le président exprime un soulagement de constater que la situation économique du pays est maintenant meilleure, nul doute qu’il affabule ou qu’il a été intoxiqué par des informations lénifiantes de son staff ou des mets trop capiteux de ses cuisines. En revanche, s’il signifie par là que les administrations retrouvent un peu de marge de manœuvre financières, peut-être n’a-t-il pas tort.

hommage hollandesque

Eh oui : peut-être ces administrations, la fiscale en premier, annoncent-elles au chef de l’État qu’après de rudes campagnes de harcèlement du contribuable, du cotisant ou du contrevenant, l’argent parvient à s’extraire de leurs poches pour renflouer les caisses d’un État exsangue ?

Hypothèse hardie, voire absurde ?

Pourtant, et je l’avais mentionné dans des précédents billets, tout indique que l’administration du pays, se comportant maintenant en véritable occupant intérieur, cherche par tous les moyens à conserver son pouvoir ainsi que ses rentes et n’hésite plus à passer le turbo dès qu’il s’agit de faire pleuvoir taxes, rappels de cotisations souvent farfelus, contredanses et autres vexations fiscales diverses et variées. Utilisant le peuple comme un réservoir inépuisable de richesses dans lequel elle pourra puiser tant qu’il ne grognera pas, elle semble s’en donner à cœur joie.

Très concrètement, on découvre par exemple que l’Inspection du Travail vient récemment de décider d’appliquer à la lettre un décret du Code Rural de 1995, portant sur la taille minimale (9 m² par occupant) des chambres pour les vendangeurs. Jusqu’à présent jamais appliqué pour les vendangeurs champenois en vertu de dérogations qui permettaient aux vendangeurs saisonniers de dormir chez l’habitant ou dans des dortoirs ad hoc, le décret sera donc minutieusement vérifié par l’Inspection du Travail qui pourra s’empresser de dresser procès-verbal avec amende à la clef (par ici la bonne monnaie) pour tout vigneron chopé en faute.

Bien évidemment, ceci se traduira directement dans le nombre de chambres disponibles pour les vendangeurs ; on estime que 8500 d’entre elles ne pourront être offertes puisque ne répondant pas au décret en question. Pour l’administration, une fois les amendes dressées et l’argent récolté, à l’évidence, « ça ira mieux ». Pour les vignerons et la cuvée champenoise de cette année, pourra-t-on en dire autant ?

Du reste, la méticulosité presque autiste avec laquelle l’administration va maintenant s’attaquer aux vignerons champenois n’est pas du tout spécifique, puisqu’on retrouve le même acharnement à faire cracher au bassinet les entreprises qu’elle s’empresse de contrôler avec une ardeur renouvelée.

Ce n’est en effet pas pour rien qu’on apprend que, sur l’année écoulée, les redressements opérés par l’Inspection du Travail pour « travail dissimulé » ont augmenté de 13% en 2015 pour atteindre le chiffre record de 460 millions d’euros. « Ça va mieux », non ? Pour une fois qu’une administration peut se targuer de son efficacité, voilà qui devrait mettre en joie… Et c’est vrai qu’il faut se réjouir de voir qu’une administration combat aussi efficacement le travail (fut-il dissimulé) dans un pays qui ne compte très clairement pas assez de chômeurs. C’est vrai qu’il faut se réjouir que des entreprises soit ainsi poursuivies, sanctionnées et finissent, souvent, par baisser définitivement le rideau au lieu d’employer directement des gens qui, s’ils n’étaient justement pas dissimulés, n’auraient aucun autre moyen pour survivre que les aides de l’État.

Quant à la fonction sociale du travail, il importe bien qu’elle soit correctement combattue, depuis les organisations syndicales jusqu’aux pointilleuses administrations en charge des vérifications de normes, de codes et de règlements toujours plus touffus. Pour le social, seul l’État sait y faire, et du reste, seul l’État en a le droit.

Le colonisateur, qui ne doit sa survie qu’au pillage permanent des richesses produites par chacun des administrés, contrevenants, contribuables et autre cotisants, redouble d’effort à mesure que, justement, le nombre d’administrés, de contribuables ou de cotisants s’étiole. On le comprend : pour que « ça aille mieux », il ne faut pas faiblir.

bureaucratie : rien ne pourra plus l'arrêter !

Ah, bien sûr, il y a quelques dommages collatéraux. Il y a, de temps en temps et à la faveur d’une notule journalistique un peu terne, des grumeaux de réalité piquante qui remontent au dessus de la sauce lisse du vivrensemble républicain surtaxé. Mais comment s’en étonner ? Qui peut croire que le suicide d’un patron ne soit pas, quelque part, bien mérité ? Après tout, c’était un patron, il devait plus que probablement gruger les URSSAF, l’Inspection du Travail, le fisc ou je ne sais quelle administration à l’acronyme ridicule.

L’occupant n’a, en réalité, que faire de ces petits ennuis collatéraux parfaitement passagers. Peu importe même lorsque, pourtant, c’est bel et bien les administrations, les services de l’État, qui, sans aucune microscopique ambigüité, poussent certains à l’irréparable.

« L’État m’a tué ! Notre administration m’a tué ! La DREAL m’a tué. Diriger une très petite entreprise de nos jours est devenu très difficile et infernal si l’entreprise est classée. »

Et lorsque les administrations tombent sur un individu solvable, favorablement inconnu des services de police, patron d’une petite entreprise, il n’est pas question d’y aller avec le dos de la cuillère. Un patron, c’est probablement pire qu’un violeur multirécidiviste, et on pourra sans problème convoquer « Cinquante gendarmes, trois agents DREAL, un procureur, un préfet… » Lorsqu’une administration tient un si beau poisson, un de ceux qui ne mettront pas toute une cité « sensible » en feux, un qui n’a pas toute une famille pour organiser le blocage d’une autoroute, alors l’administration cogne.

L’occupant intérieur n’a pas le temps de s’embarrasser avec ces détails. De toute façon, les dommages collatéraux sont trop disséminés et trop discrets pour poser un vrai problème. Et puis, même à un mort tous les deux jours, 3 à 4 par semaines, qui s’en inquiétera ? C’est un peu comme le pillage du patrimoine, là encore opéré par le même occupant intérieur, qui s’en souciera vraiment ?

Quand un arbre tombe dans une forêt, s’il n’y a personne pour l’écouter, fait-il vraiment du bruit ?

demotivateur bureaucratie

Commentaires173

  1. Aristarkke

    Le fisc cherche du pognon partout.
    C’est ainsi que ma mère a reçu un « rappel » de taxe d’habitation pour les treize garages qu’elle possède avec moi et qui sont à six kilomètres de son domicile…
    Contestation des prétentions du fisc gagnante mais il recommencera ailleurs…

      1. Aristarkke

        Pour louer, je demande un dossier avec preuve de domicile, avec les mêmes références que celle de l’Administration.
        Mais la taxe d’hab pour les garages est une quête incessante du Trésor Public parce que j’ai reçu en 2014, un commandement (direct sans autre courrier préalable) pour la taxe d’hab de quatre boxes que j’aurais loués à moi tout seul et à mon seul bénéfice à Lille…
        J’ai répondu en mettant l’inspecteur au défi de prouver sérieusement et autrement que par ses divagations que j’étais locataire ainsi à 280 kms de mon domicile d’autant qu’en tel cas, la taxe d’hab n’est de toutes façons, pas dûe au delà d’un km du domicile…
        C’est d’ailleurs un foyer de « perte fiscale » qui finira bien par être comblé, hélas!

        Pour les lecteurs du blog qui louent un garage dans la même commune que leur domicile, vérifiez (pas sur les avis que vous recevez où tout est judicieusement cumulé mais au centre des impôts) que l’on ne vous colle pas une taxe d’habitation sur le box bien que celui-ci est est à plus d’un km de distance/terrain dudit domicile).
        C’est fou comme les agents du fisc violent la loi sans frémir en pareil cas.

        1. Greg

          « Les agents du fisc ne sont en aucun cas tenus de donner des arguments légaux, c’est à la personne contrôlée de prouver que les arguments sont illégaux, ce faisant cette même personne s’expose à des pénalités de mauvaise foi » dixit l’Inspecteur des impôts qui a coulé notre société familiale en saisissant tout nos actifs via ATD prétextant une case non cochée sur une déclaration de TVA… Mon avocat, mon comptable et moi-même avons cru à une blague quand il nous a dit çà. Nous avons compris que nous nous trompions quand nous avons reçu le nouvel avis de redressement nous donnant raison sur le fond et donc déduit des erreurs (malversations?) du FISC mais additionné d’une pénalité de mauvaise foi qui ramenait le montant final à la même somme initialement demandée… La mafia ne ferait pas mieux…

            1. zelectron

              LES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES TUENT LES ENTREPRISES

              http://www.ifrap.org/budget-et-fiscalite/dette-dexploitation-de-nos-administrations-publiques-770-milliards-deuros

              À RAJOUTER AUX 2100 MILLIARDS DE LA DETTE PUBLIQUE sans oublier les dettes des mairies, des départements, des régions, des ex-entreprises soit-disant dénationalisées, EDF en tout premier lieu ainsi que la kyrielle des SNCF, Radio-France Télévisions, RATP et je m’arrête là tellement ça va loin … Par ailleurs je n’oublie pas les ventes subreptices du gouvernement actuel, de châteaux, demeures et autres domaines du patrimoine national, aéroport, tant en France qu’à l’étranger (ambassades).

          1. BDC

            Détail intéressant, les fiscalistes dans les entreprises sont … avocats, et non comptables. La fiscalité relevant du droit et non de la compta, certains sont en effet plus égaux que d’autres.

              1. BDC

                Sans compter les honoraires d’avocats pour se défendre face au fisc, dans ma boîte ils sont démesurés par rapport à ceux du commissaire aux comptes, et on a quand même un IS de TPE.
                Et c’est pas les médias qui vont expliquer que les dividendes sont calculés sur le NET IS, qu’une ponction IS de « seulement » 33% représente autant que 50% de dividendes, plus les charges salariales et patronales, et la CVAE qui impose sur de l’impôt, c’est bien l’Etat qui siphonne les entreprises.

                1. BDC

                  Erratum … Je voulais dire « dividendes calculés sur le net de CHARGES d’IS », différent de l’IS réellement ponctionné. GO va me recaler à l’examen d’apprentie comptable sinon.

      2. Aristarkke

        Pour info, à Lille, la TH de garage monte couramment à l’équivalent de deux mois du loyer courant.
        Avec la TF qui vaut facilement aux alentours de 1,5 à 2 mois de loyers, les collectivités territoriales mangent sans mal ni douleur l’équivalent de plus d’un trimestre de loyer…

        1. René-Pierre Samary

          Pardon de faire appel à la vaste science des intervenants de ce merveilleux forum, tenu de main de maître par son audacieux patron (lick, lick…), mais mon âge avancé me met dans l’état d’envisager un avenir qui ne soit plus nautique…
          J’envisage (entre autres) d’acquérir un container en fin de vie (dans les 1000 E), de le poser dans un terrain non constructible (quelque part en Grance), pour y stocker mes quelques biens. Quid de cette idée ?
          PS : j’y accrocherais une petite lanterne rouge, ce sera pimpant, n’est-ce pas, Pheldge, le dit vin du rein.

          1. sam player

            En extérieur j’en ai utilisé 2 de 40 pieds pour stoker des archives.
            Ils étaient en bon état et étanche mais ça n’a pas empêché de la condensation (chaud froid) à l’intérieur et on a donc installé une clim.
            Donc au minimum prévois un déshumidificateur…
            On en trouve à ce prix là en bon état et c’est en général parce qu’ils ont été surchargés et les pièces de coin sont abîmées.

          2. Pheldge

            RPS, Camarade RPS, puisque tu sollicites mes conseils, lis attentivement : tu comptes sérieusement finir ta vie en clochardisant dans un container, qui sera glacé l’hiver, intenable l’été, malgré les aménagements ? non, donc, vis et profite tant que tu peux, et choisis de partir dignement le moment venu, comme les Natives Americans jadis allaient retrouver le Grand Manitou .

              1. Pheldge

                moi c’est la lanterne rouge évoquée, qui m’a mis la puce à l’oreille : il finira par s’y retrancher, quand il ne pourra plus manœuvrer le bateau …

          3. MCA

            @René-Pierre Samary – 26 avril 2016, 17 h 23 min

            Mmmm, de la part d’un vieux loup de mer, finir dans un container ça me paraît bien triste comme naufrage; c’est un peu comme si le rêve d’une sardine était de finir dans une boite!

            Allez, le container pour l’éternité viendra bien assez tôt, inutile de provoquer le sort en s’entraînant avant! :o)))

            Pour une vieux loup de mer je verrais bien mieux une paillotte sur une île (non déserte je précise, car comme dit le très sage proverbe arabe : « méfie de toi d’un paradis où tu es seul car c’est un enfer ») ombragée par les cocotiers, l’Océan Pacifique à perte de vue quand on ouvre la porte le matin, une eau à 28°C toute l’année pour se tremper, le bruissement des feuilles de raisiniers comme mélodie quotidienne, une corbeille de fruits tropicaux pour le petit déjeuner
            ( pouah! le frutose! cf le billet de H16 sur le sujet),

            Ah! tiens, petit arbre tend l’oreille… :o)))

            Un bon vivaneau grillé arrosé au citron vert accompagné d’un gratin de cristophines pour le midi, enfin… une vie digne d’un bourlingueur qui pose sa valise quoi!…. pas un container… quand même!!!!.

            Bon, à propose de valise, l’envie de me faire la malle recommence à me chatouiller.
            _______________________________________________________________

            @BDC

            Alors 1984? c’en est où depuis qu’on ne s’est vu? :o)))

            1. René-Pierre Samary

              Merci Sam, Pheldge, MCA…. Non, je n’ai pas l’intention d’habiter dans un container. Bien que le styliste, je veux dire, stylite, habitait bien en haut d’une colonne (pas trop pointue, j’espère)…
              Il s’agit juste de stockage, la lumière rouge, c’était juste pour énerver Pheldge, le devin du rein.
              Non, je veux juste changer de voyage. Dix ans de bateau à temps partiel, seize ans à temps plein, il est logique, à 74 balais (mais bon pied bon oeil, prenez note Mesdames), de changer de trajectoire.

              1. Pheldge

                T’en as loupé une bonne sur moi : « le devin du rien » que tu pourrais caser comme : Pheldge, le vain du rein, le devin du rien ! 😉

    1. Pheldge

      Las, tu jettes enfin le masque, vil bourgeois repus, ignoble propriétaire exploiteur et profiteur ! et tous ces biens acquis frauduleusement avec l’argent volé aux travailleurs ? à mort le sale bourgeois pourri, à mort ! 😀

  2. Le Gnôme

    Le vigneron champenois a plus d’un tour dans son sac, il est prévu de faire appel à des sociétés des pays de l’est qui logeront leur personnel en camping. Bénéfice pour l’Etat, zéro, des chômeurs en plus et pas de rentrées de cotisations sociales. On dit bravo.

    1. Petitpatapon

      Bravo, je pense qu’ils ne seront pas les seuls vignobles à se tourner vers la prestation de services pour les prochaines vendanges ça évitera de se coltiner les problèmes de pénibilité et de mutuelle pour tous.

      1. Deres

        Le résultat du harcèlement de l’Etat est toujours la destruction des « petits » aux profits des « gros » contrairement à l’objectif affiché. C’est le même mécanisme qui en définitive favorise les crèches devant les nounous, favorise les sociétés de services devant les auto-entrepreneurs, les grandes surfaces devant les petites (par exemple en détruisant les parkings en centre-ville).

        1. sam player

          « … les grandes surfaces devant les petites (par exemple en détruisant les parkings en centre-ville). »

          Etonnant qu’on n’entende pas plus que ça les commerçants sur ce sujet

    1. Hang’em high

      « Cinquante gendarmes, trois agents DREAL, un procureur, un préfet… »

      Comme disait ce grand humaniste de Pierre Bergé, à propos de la Manif pour Tous :  » si… etc… je ne pleurerais pas »‘….

      Summum jus, summa injuria…. que Mitterrand – je sais que cette référence va toucher Harry, son fan de toujours – avait traduit intelligemment par « La Force Injuste de la Loi »….

      1. Aristarkke

        Tu quoque mi ami
        (comme disent les Floridiens)
        Maintenant, tu complotes avec Phledge pour faire monter ma tension en parlant de l’Arsouille???
        Tu ne prétendrais pas à une part du capital de Soylent Green que je représente, par hasard ???
        Méfie-toi!
        Le gratteux ultramarin veille sur son héritage putatif, jalousement et férocement!!!

        1. Pheldge

          Papet, ta tension, elle est tellement mon thé, que tu jaspines un latin de cuisine ! en vrai latin, c’est « amicus » et au génitif, ça te fait « amici ».

          J’espère que ton alcoolyte, le samouraï azuré, saura te frotter les oreilles comme tu le mérites !

          1. Aristarkke

            Comme toi, je ne résiste pas toujours à l’appel d’un jeu de mots un peu vasouillard.
            Vu l’infiniment ultra bas niveau atteint dans les abysses par certaines de tes productions, je te trouve subitement sourcilleux…

            Pourquoi donc regardes-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, mais ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ? 42 Comment peux-tu dire à ton frère : ‘ Frère, permets que je retire la paille qui est dans ton œil ’, alors que toi, tu ne vois pas la poutre qui est dans ton œil ? Hypocrite ! retire d’abord la poutre de ton œil, et alors tu verras clairement comment retirer la paille qui est dans l’œil de ton frère Luc 6 41,42

            1. Pheldge

              oui, pardon, j’ai un peu oublié les différentes déclinaisons latines depuis 40 ans , et j’ai mal interprété l’originale. merci de m’avoir permis de remettre le nez dedans !

                1. Pheldge

                  Rosa, rosa, rosam, rosae, rosae rosa, rosae, rosae, rosas, rosarum, rosis rosis, votre grandeur .
                  Ah et puis y’a dominus domine dominum domini domino domino, domini domini dominods , dominorum dominis dominis j’ai bon ? et j’ai pas triché 😉
                  J’avais présenté le Latin en option au Bac, en « candidat libre », parce que le prof de terminale était trop nul. J’avais travaillé avec un camarade copain pour préparer les textes et je m’en suis sorti honorablement.

                  1. Hang’em high

                    point n’est-ce ce que j’insinuais, faisant allusion à une extroversion assez contraire à la nature du « sub rosa »….

                    1. Bonsaï

                      Vous avez bien raison d’insister ici de manière presque extravertie à pousser plus loin l’exploration de l’inquiétante duplicité psychologique de notre ami ultramarin, qui semble ici nous promener en bateau…

  3. Olivier Vitri

    Le parasitisme (du grec παρά / para, « à côté » et σῖτος sitos, « blé, pain ») est une relation entre deux êtres vivants et où un des protagonistes (le parasite) tire profit (en se nourrissant, en s’abritant ou en se reproduisant) aux dépens de l’autre (l’hôte).

    Les organismes qui ne sont pas parasites sont qualifiés de « libres ».

    — Qu’on se le dise. Mais ça ne purgera pas pour autant.

  4. Gastoon

    Mais du fric il y en a…
    http://www.lemoniteur.fr/article/piscines-privees-la-france-2e-marche-au-monde-derriere-les-etats-unis-3178576
    Pourquoi se gêner ?

    Par ailleurs, la boite pour qui je bosse a vu un drastique changement dans son environnement réglementaire il y a un mois. En une semaine, demi-tour complet sur certaines règles de la profession. Et vous savez quoi : ça a été fait, sans rien dire.
    Donc pour eux c’est facile : les entreprises font les efforts, les gens font les efforts, donc ils peuvent continuer. Du point de vue de l’occupant, c’est feu vert pour en rajouter encore et encore.
    Toujours plus de pression : rienafout’ : le privé encaisse encore et toujours…

    Combien de temps ça tiendra ? Eh bien plus ça va plus je me dis que y’en a encore pour un bon moment (cf premier paragraphe : du fric il en reste, plein.)

    1. MadeInCH

      Un ami me disait quelle était la philosophie des « profiteurs » Certains directeurs, responsable ressources humaines, directeurs financiers. Mais je pense que ça s’adapte à bien des choses dans vien des cas:
      10 On augmente de 1~2~3%.
      11 rem (temps de travail, taxes, effort à fournir, baisse de salaire)
      20 Wait(un_peu)
      30 If ça_tiens=TRUE goto 10
      Je ne connais pas la routine en cas de ELSE.

        1. doumet

          if ca_passe_pas accuser_l_europe
          if ca_passe_toujours_pas dire_que_ca_va_bientot_marcher then wait_until_pressure_decreases
          printf « de toute façon c’est pas ma faute »
          end

        2. Aristarkke

          Trop vague.
          Personnaliser l’accusation type célafotasarko avec des itérations pour au moins trois à cinq redites.
          Double avantage : cela donne un ennemi à flinguer et cela le plombe pour une résurrection politique ultérieure

    2. Vassinhac

      S’il y a beaucoup de piscines, est-ce que ce n’est pas le signe de l’absence de projet d’investissement ? Quand on a 50 000 € à placer, plutôt que d’acheter un studio (en province) à mettre en location et ne pas vraiment en voir les bénéfices, on préfère faire des travaux chez soi : cuisine, piscine, garage, etc.

  5. Aristophanedecarotte

    vu hier, jour du kg de pubs dans la boite aux lettres, l’une d’entre elles, le printemps arrivant, pour des cabanes de jardin de…4.95 m2..surtout pas 5.05 m2…

    1. albundy17

      C’est suffisant pour ranger une pelle !

      même chose pour les « piscines », inférieure à 8 m² de surface, elle sortent du foncier et de toutes les démarches d’autorisations.

      j’en ai fait le choix il y a quelques années car les cerfa m’emmm, ça rafraîchit et la nage à contre courant palit efficacement les 4 m de longueur

          1. Venant de cette petite crotte sociale-démocrate sèche de BRP, j’avoue que cela a de quoi faire sourire : pour que même lui remarque le côté nauséabond du truc, c’est que ça devient vraiment gros.

                1. Bonsaï

                  Oui, mais il faudrait surtout que les gens se penchent un peu plus sur la signification des mots.
                  Fascisme, par exemple, fait dans un premier temps référence à l’Italie de Mussolini et à ses symboles (fascio = faisceau). Maintenant ce terme est utilisé à tort et à travers.

                  1. Peste et coryza

                    Propagande educ naze oblige….

                    Est que Lordon se prend pour un gourou et veut monter sa vague ? Se serait drôle à voir…

                2. JuJu

                  L’expérience de la troisième vague n’a rien de totalitaire pour moi, et ne comporte qu’un soupçon de fascisme.

                  Même si ces anti-fa sont nos fascistes aujourd’hui, ils n’ont rien du mouvement fasciste d’origine,pas de discipline, pas de rupture, peut être la mise en avant de la jeunesse, mais une jeunesse déraciné donc bon!
                  Rien non plus d’anarchiste..Du trotskisme de connivence?Je sais pas trop…

          2. MadeInCH

            « […] nous n’apportons pas la paix,[…] »
            Un autre est arrivé, il y a ~1’400 ans en disant :  » Allah a envoyé un prophète de paix et vous l’avez refusé. Alors allah m’envoie en prophète de guerre. » Ou quelque chose de similaire.
            Au moins, c’est franc et clair.

    2. Aristarkke

      Mine de rien, la précision est d’importance car le fabricant qui avait soigneusement dessiné ses plans en prenant la base ronde de 5,00 m² est bon à jeter son travail et sa production au rebut.
      Et pour vendre, n’en parlons pas.
      Je suppose qu’il faudra demander systématiquement une facture très détaillée et conserver tous documents attestant de la surface officielle.
      Attention toutefois que l’Administration ne réclame pas une possibilité d’erreur et de tolérance à 5% comme souvent en matière légale…

      1. Deres

        C’est toute la splendeur des effets de seuil, systématiques dans toute loi ou décrets français. ‘est l’exemple le plus criant de perturbation des marchés et de ruine des entrepreneurs, forcés à investir inutilement pour s’adapter aux normes changeantes au lieu d’innover ou de suivre la demande …

  6. Nomi

    Tiens, pour moi ce billet illustre exactement ce que je disais hier: pour l’état, l’économie lui appartient, incluant tout ce que la France compte d’entreprises et de salariés, et donc a fortiori NOS économies, lui appartiennent. Un bon gros gâteau qu’il a donc tout loisir de bâfrer tant et plus. Une seule solution: empoisonner le gâteau.

    1. theo31

      On ne le répètera jamais assez : l’Etat devient toujours le domaine privé de la nomenklatura socialo-communiste nationale. L’armée rouge était une armée privée, le KGB était une politice politique privée et l’Etat était le domaine privé du parti communiste. Quand tout va bien les dividendes vont dans les poches des apparatchiks, quand tout va mal (déficit, dettes), c’est toujours pour la poche des autres. Ca ne vous rappelle pas un événement très récent traité hier par l’homme au masque ?

  7. hub

    « ça va mieux », pas question de préciser ce que c’est que « ça »… c’est l’art du flou et de la molle expression du jargon politique

    1. bibi

      Hé Oh, Hé Oh
      Nous sommes les gauchos
      On crée des impôts à vau-l’eau
      Hé Oh, Hé Oh Hé Oh Hé Oh Hé Oh, Hé Oh
      Des taxes par Mons et par vaux
      Nous sommes les rois du pipeau.
      Hé Oh

      Hé Oh Hé Oh
      On vaincra le boulot

      1. Aristarkke

        😆
        pour H16, Albundy et Bibi dont le talent de parolier de ritournelle débute bien…

        J’ai l’impression qu’elle colle (ou pourrait coller) avec la chanson des sept nains, retour de leur boulot, dans Blanche Neige…

        Mais prière de laisser les pauvres villes de Mons (en Baroeul, en Grance et « tout court » en Belgique) hors de ce coup là.

        Mélusine une tchotte correction, stp…, serait la bienvenue…

          1. Pheldge

            Tu parles de « Blanche Neige et les sept … » qui était classé X en son temps ? un collector !
            Enfant, j’avais été impressionné par le titre sur l’affiche, c’était la grande vague du X, et à côté un autre titre dont je me souviens encore ; « Aïe docteur, ne coupez pas ! »

            Bon, je vais me faire assaisonner …

        1. bibi

          Mons c’est pour Saint-Pierre de Mons petite bourgade socialiste de Gironde (un détour par le site web de la mairie aide à comprendre)

    2. Deres

      Le message est clair. De toute façon, Flamby va se représenter, donc la gauche doit dès maintenant se ranger docilement derrière lui pour répéter tous en cœur les messages officiels que cela va mieux et que c’est un réformateur courageux. Sinon, la distribution de soupe va s’arrêter. Ils ne font que souffler la fin de la récréation.

  8. Bonsaï

    Et à toute cette jungle de lois s’ajoute tel le couvercle sur la marmite, l’éventail déployé des diverses normes et réglementations européennes.
    Mais pour un pays qui dispose d’une armée de fonctionnaires qu’il faut bien occuper quelques heures par semaine, cette abondance n’est pas à dédaigner. Comment les occuperait-on s’il n’y avait toute cette manne législative ?
    Il faut voir tout l’assemblage un peu comme un planeur gigantesque qui serait alimenté par le pédalage à vide des fonctionnaires de l’absurde…
    Maintenant, un autre problème se pose : les peuples peuvent-ils encore se révolter au 21ème siècle, et plus précisément sur le continent européen ?

    1. Aristarkke

      Et cette armée dont vous parlez, Nano-Gingko, n’est même pas satisfaite de la vague de normes et autres contraintes européennes qui nous submerge à l’occasion puisqu’elle y rajoute les siennes propres qui paralysent un peu plus, tout cela sous le couvert de bons et généreux sentiments…

      1. Hang’em high

        Bureaucratisme…. Puritanisme…. même combat, en fait : ce « holier than thou » qui fait le fond de l’éthique bureaucratique, spécifiquement hexagonale, mais étendue maintenant à l’Europe, avec quelques indulgences plénières pour les amis…

        Eh! comment supporter ces stupides sectaires,
        Souillant les livres saints de sanglants commentaires,
        Qui. toujours dans le meurtre, et toujours louant Dieu,
        Font des sermons sans fin, et puis, trichent au jeu!

        Cette arrogance, basée sur une « self-righteousness » contemptrice de toute initiative privée… On a parfois le sentiment de vivre à Salem, circa 1692…

        On ne brûle plus, on se contente de pousser au suicide…

        « Puritanism: The haunting fear that someone, somewhere, may be happy… » Mencken, un vieil homme qui avait déjà compris, il y a un siècle ou presque…

        1. Aristarkke

          Werther, je te soumets une version plus ancienne, toujours d’actualité…

          Alors Jésus parla aux foules et à ses disciples, en disant : 2 “ Les scribes et les Pharisiens se sont assis sur le siège de Moïse. 3 Donc, tout ce qu’ils vous disent, faites-le et observez-le, mais ne faites pas selon leurs actions, car ils disent mais n’accomplissent pas. 4 Ils lient de lourdes charges et les posent sur les épaules des hommes, mais eux-mêmes ne veulent pas les bouger du doigt Matt 23:2 à 4

            1. Hang’em high

              Totalement HS, mais j’aime bien cette dédicace, très puritaine en fait :

              Carte postale qui reproduit en fac-similé la célèbre dédicace de François Mauriac au lieutenant Heller sur l’exemplaire de son roman La Pharisienne, paru en 1941 avec le visa de la Propaganda Staffel :

              « au lieutenant Heller / qui s’est intéressé au sort de / La Pharisienne / avec ma gratitude / François Mauriac »

              La dédicace est suivie de ces indications imprimées : « Dédicace de M. François Mauriac, homme de lettres, administrateur du Figaro, au Lieutenant Heller chargé de la Censure Allemande pendant l’Occupation »

    2. Peste et coryza

      Non
      La pression fiscale n’a jamais été aussi importante, et les peuples n’ont jamais été aussi calmes.

      Lors des phases de mécontentement populaire, un taxateur avait intérêt à se faire oublier… c’est ainsi qu’on a perdu Lavoisier, ou que Thomas Cromwell a perdu plusieurs de ses amis.

    3. Lorelei

      @ Bonsai .Ma réponse est « non », en France. Les gens ont peur de perdre: emploi, allocations, subventions… Quand je discute, je m’aperçois que mes interlocuteurs ont peur de la liberté et n’abandonneront pas la sécurité de l’Etat-maman avec sa sécurité sociale, son pôle-emploi, ses retraites, le travail salarié etc.
      Quand je dis qu’au Luxembourg, on licencie du jour au lendemain, qu’il n’y a pas de tribunal des prud’hommes: je sens l’inquiétude et l’indignation, même si le corollaire est un smic bien plus élevé et surtout la possibilité de retrouver du boulot le lendemain pour ceux qui ont un métier et de la volonté.

      1. Bonsaï

        Oui, dans nos sociétés modernes, on tient les gens par le collet. Nous sommes tous plus ou moins pris dans des toiles d’araignée administratives complexes qui paralysent nos réactions.
        Il n’y a finalement que les très jeunes gens qui n’ont rien à perdre, comme Nuit Debout. Et encore, je suppose qu’ils ne font pas grand chose à part fumer des joints…

        1. petit-chat

          C’est beau l’insouciance (je reste poli) de la jeunesse.
          Un tas de branleurs abondés par papa-maman et dont le Pouvoir aimerait qu’ils représentent la fRance de demain (2017), je rigole.
          L’échec, en plus d’être cuisant, est risible. Comme les Khonneries des Panama-torche-cul.

        2. Peste et coryza

          Et oui, être libre signifie souvent crever de faim.

          Un Loup n’avait que les os et la peau ;
          Tant les Chiens faisaient bonne garde.
          Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
          Gras, poli (1), qui s’était fourvoyé par mégarde.
          L’attaquer, le mettre en quartiers,
          Sire Loup l’eût fait volontiers.
          Mais il fallait livrer bataille
          Et le Mâtin était de taille
          A se défendre hardiment.
          Le Loup donc l’aborde humblement,
          Entre en propos, et lui fait compliment
          Sur son embonpoint, qu’il admire.
          Il ne tiendra qu’à vous, beau sire,
          D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
          Quittez les bois, vous ferez bien :
          Vos pareils y sont misérables,
          Cancres (2), haires (3), et pauvres diables,
          Dont la condition est de mourir de faim.
          Car quoi ? Rien d’assuré, point de franche lippée (4).
          Tout à la pointe de l’épée.
          Suivez-moi ; vous aurez un bien meilleur destin.
          Le Loup reprit : Que me faudra-t-il faire ?
          Presque rien, dit le Chien : donner la chasse aux gens
          Portants bâtons, et mendiants (5) ;
          Flatter ceux du logis, à son maître complaire ;
          Moyennant quoi votre salaire
          Sera force reliefs de toutes les façons (6) :
          Os de poulets, os de pigeons,
          ……..Sans parler de mainte caresse.
          Le loup déjà se forge une félicité
          Qui le fait pleurer de tendresse.
          Chemin faisant il vit le col du Chien, pelé :
          Qu’est-ce là ? lui dit-il. Rien. Quoi ? rien ? Peu de chose.
          Mais encor ? Le collier dont je suis attaché
          De ce que vous voyez est peut-être la cause.
          Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
          Où vous voulez ? Pas toujours, mais qu’importe ?
          Il importe si bien, que de tous vos repas
          Je ne veux en aucune sorte,
          Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.
          Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

          1. Aristarkke

            Vous êtes désespérant, P&C.
            Abandonnez votre biologie et mettez-vous en formation d’un des métiers en manque chronique de M.O. qui puisse aussi s’envisager en TNS et on en reparle…

            1. Peste et coryza

              – non, je ne suis pas désespérant. Bon si, mais il n’empêche que la liberté au sens de cette fable a un cout extrêmement élevé. Ne servant personne, ne devant allégeance à personne, le loup ne peut compter que sur lui même.
              – mais j’y pense. Cela dit, TNS ? En ce moment Adaming consulting recherche des ingés non informaticiens. Je vais creuser.

              Sinon, il y a le Lion façon Leonid Biliunov. Le lion, c’est celui qui ne paie personne.

              1. theo31

                Les socialistes sont comme les clébards : ils frétillent de la queue devant une gamelle d’argent gratuit, l’argent étant évidemment plus important que celui qui remplit l’écuelle.

      1. Aristarkke

        MDR

        Cela fait au moins trente cinq ans que tous les débarqués des grèves à la SNCF, interviewés par les Pravda, ne sont jamais mécontents d’aller à pinces, de se payer du taxi ou des heures d’embouteillage, comprennent les grévistes, etc, etc, etc…

        On se demande pourquoi on s’obstine à faire rouler des trains et des métros entre deux grèves tellement que le bon peuple paraît content de recourir à d’autres soluces…
        Cela supprimerait des déficits dans la joie et la liesse, non ???
        😕

        1. René-Pierre Samary

          Oui, Aristarkke, ces porte-coton/porte-micros tombent toujours sur des personnes très compréhensives. Et puis aussi, on sélectionne au montage.
          Mais il faut aussi envisager la lois des probabilités. Pour Agnès, comme pour d’nnombrables personnes, une journée de perdue n’est pas une journée de travail perdue.
          Travailleur indépendant, je fulminais de devoir faire la queue à la Poste (queue qui s’allongea nettement après les 35 h.) Retraité, ces longues attentes née du « partage du travail », je les ai prises avec patience, me divertissant aux conversations entendues, avec l’attrait supplémentaire d’une immersion linguistique

      2. Aristarkke

        Agnès va devoir économiser son souffle car le Parisien annonce déjà la reprise pour le 10 Mai puis à partir du 18 Mai, là en beaucoup plus dur. La cause en serait la renégociation de la Convention collective…

  9. mlallier

    Il y a une source de pognon disponible en France : les syndicats, qui ne représentent plus guère qu’eux-mêmes et pourtant roulent sur l’or. Leurs comptes sont des plus opaques, ce qui devrait, en toute logique, ravir n’importe quel inspecteur des impôts.

    On peut aussi chercher – et facilement trouver – le travail dissimulé des fonctionnaires « prêtés » à ces syndicats.

    Egalement chercher les nombreuses entorses à la législation du travail.

    Mais bon. Tant qu’il y aura des patrons…

    1. Pheldge

      Les syndicats garantissent, ou du moins ils le prétendent, la paix sociale…. c’est le bluff qui marche le mieux depuis la fin de la deuxième guerre.

    2. Deres

      Surtout qu’avec la nouvelle augmentation des heures syndicales suivant l’ajout d’une taxe syndicale sur les salaires, ces derniers n’ont pas à se plaindre. C’est même l’opulence : ça va mieux …

  10. Aristarkke

    Un article dans le droit fil du sujet du jour.
    Entendons-nous.
    Cela ne me choque pas que l’Etat vende éventuellement un bien lui appartenant dont il n’a plus l’usage puisqu’un propriétaire privé ferait exactement pareil. Mais qu’il le fasse dans des conditions « douteuses » et plutôt en catimini qu’en le claironnant…
    Surtout que l’acheteur, même su ses poches sont profondes, est lui-même douteux…

    http://www.lepoint.fr/societe/quand-fabius-vendait-en-catimini-un-joyau-francais-au-qatar-24-04-2016-2034508_23.php?

    1. Deres

      C’est un échange avec les achats d’armement, c’est vraiment clair. A chaque contrat avec les pays du Golfe, va savoir ce qu’ils ont acceptés en échange dans les coulisses. Cela mettra des années à filtrer.

  11. MJ

    « au lieu d’employer directement des gens qui, s’ils n’étaient justement pas dissimulés, n’auraient aucun autre moyen pour survivre que les aides de l’État »
    Pas d’accord, le gus touche les aides, par exemple au motif qu’il n’a pas d’emploi et bosse au noir à côté.

  12. Aristarkke

    Je trouve que sur votre photo-comparatif, Kim-Jong Eun est égal à (au moins *) deux affidés…

    Peak de la Faribole lui, n’est l’égal de quiconque, en toute modestie, bien sûr…

    (D’ailleurs, une barrière le sépare du commun des autres mortels, pour les ceusses durs de la comprenure…)
    (* la photo cadrée plus large est-elle disponible?)

    1. Pheldge

      Tu n’as pas connu Mitterrand et sa deuxième famille, logée à portée de l’Elysée, la sécurité de Mazarine, tout ça ? le papet pourra t’en dire plus que moi, lui qui est un adorateur du grand personnage …

        1. Pheldge

          Oh p’tain ! ça veut dire que tu pourrais être mon fils, ou bien l’arrière petit fils de « pendez les haut et court » , quant à Aristarque, ça fait un paquet de générations pour remonter à lui …

    2. bibi

      Le fait que les services de l’état prenne en charge la sécurité de la compagne officielle du président me parait tout à fait normal que cela soit Valérie ou Julie.
      Ce qui l’ait moins évidemment c’est que Moi présigland ne fasse pas de déclaration commune d’ISF avec ses concubines notoires.

      1. Peste et coryza

        Non… la loi est prévue pour sa femme au sens légal, pas sa maitresse, sa gueuse ou sa p*te mondaine.
        Et imaginez que DSK soit passé président… vous vous rendez compte du nombre de femmes à qui il aurait fallu payer une protection + le train de vie ? Rien qu’avec les gagneuses de Dédé la saumure et les stagiaires de l’Élysée, ça en fait des centaines !

        1. bibi

          Il n’y a rien dans la loi non plus pour la sécurité de la femme du président (la première dame/premier époux n’a aucune existence légale) il se trouve juste que tous les présidents de la Vème république jusqu’à Sarkozy ont été marié durant tout leur mandat et que la sécurité de leur femme était à la charge des services de l’état.

          Je trouve normal que les services de l’état prenne en charge la sécurité de la compagne officielle du président qu’il soit ou non marié et la première dans ce cas fut Carla Bruni et cette époque pourtant pas si lointaine je n’ai pas vu grand monde s’offusquer du fait que les services de l’état assure la sécurité de la future femme du président.

          Quand je parle de la compagne officielle vous noterez le singulier et que par conséquent cela ne peut s’appliquer aux maitresses.

    3. Deres

      Le vrai souci est que comme cette maîtresse est officieuse, c’est la porte ouverte à une corruption sans limite. On a bien vu qu’avant que cela soit connu elle allait bénéficié d’une nomination prestigieuse. Et la fulgurance de sa carrière depuis le début de sa relation (actrice et productrice) dans un monde du cinéma français pas du tout irrigué de flot d’argent public n’est pas vraiment innocent.

    1. Aristarkke

      Ce n’est pas aussi simple que cela de faire un classement par le seul taux d’imposition.
      Il faut prendre aussi le loyer fiscal du bien auquel s’applique le taux.
      Un classement pertinent serait d’examiner la taxation réelle au regard du prix du m² dans chaque catégorie de biens mais cela devient beaucoup plus compliqué et beaucoup moins parlant en termes d’écarts…
      Connaissant bien Lambersart, la fiscalité locale y est élevée pour des raisons économico-politiques.
      Mais vous pouvez avoir une commune dont le taux moyen est « dans les clous » mais qui n’est qu’une moyenne entre deux extrêmes comme ma chère LIlle aux mains de Méremptoire qui, sur ce coup-là, n’a pas cherché à se distinguer de Peter (pas Pan).
      Vous taxez à donf les quartiers qui ne votent pas bien (i.e. le secteur nord et est de Lille) et vous taxez au minimum syndical les bons quartiers qui votent comme il faut (i.e. les secteurs sud et ouest)…
      Vous ajoutez en sus une forte distinction entre la TH payée par les électeurs et la TF payée par les affreux propriétaires bourgeois (chers, forcément chers à Yrr) qui, forcément, ne votent guère pour vous mais qui sont moins nombreux et pas tous inscrits chez vous…

      Il faut bien payer les dix mairies annexes en sus de la principale qui ornent cette bonne ville mais si possible par ceux qui n’en profitent que très peu, sinon ce n’est pas de jeu…

      Et je pourrai continuer des tomes sur les méfaits du socialisme en action dans le Nord

      1. Aristarkke

        Par exemple qu’à Lille, il s’y trouve un agent municipal par quarante habitants (presque 5.100 agents pour un tout petit peu plus de 200.000 habitants) alors qu’à Lambersart, les pôvres, ils doivent faire avec un agent par cinquante cinq habitants (525 pour 28.(et des) habitants)…

  13. Bonsaï

    HS : J’espère que le Boss a mis les bouteilles de champagne au frais !
    La France remporte le jackpot pour 50 mia d’euros et des milliers d’emploi avec la construction de 12 sous-marins nucléaires en Australie !

    1. Calvin

      Ouais, on va dire que c’est grâce à Ayrault « Tom » Âne.
      Quand ça marche c’est toujours grâce à l’Etat Stratège. Quand ça foire ben euh non.

  14. Patatrac

    Il y a une certaine noirceur, presque un sentiment de résignation, dans le billet du jour, et par certains aspects, la réalité du pays et de ses habitants nous montre son visage tel quel. On ne peut exclure une vague de révolte, non celle des montons-contribuables et moutons-corvéables, ils ne bougeront jamais ; mais bien celle de leurs opposants, les hôtes du système. Car les choses pour ces derniers ne vont pas assez loin. Un déclencheur serait bien le revenu garanti à vie, son avatar à plus petite échelle est déjà en test pour les étudiants. Un revenu inconditionnel, voilà l’unique proposition qui reste aux politiques de gauche ou de droite en vue de 2017. Ceux qui regardent la réalité n’auraient que larmes et efforts à proposer, et ça ce n’est pas très bisou comme le rappelle souvent le maître de céans.

  15. René-Pierre Samary

    Capitalisme de connivence… Il semblerait qu’Axelle Lemaire défende les intérêts des opérateurs de télécom. Entre les DOM et la métropole, les communications passent par le roaming, ce qui rend ces communications beaucoup plus chères. Une loi, rendue effective en 2017, devrait changer cet état de choses. Déjà, entre les Canaries et l’Espagne, pas de roaming. Mais Axelle traîne des pieds. On peut légitimement se demander pourquoi…
    (article de France Antilles de ce jour http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/economie/fin-du-roaming-les-operateurs-tirent-le-frein-356416.php

    1. Aristarkke

      Je croyais -naïvement- que toutes ces îles réclamaient leur indépendance???
      Elles l’ont déjà dans le domaine du téléphone et cela ne leur convient pas ???
      Mais c’est toujours le premier pas qui coûte, semble-t-il…

      1. Pheldge

        « Je croyais -naïvement- » à ce stade, c’est plus de la naïveté, c’est de la veuglement idéologique, Camarade travailleur plombier

      2. René-Pierre Samary

        Les danseuses des DOM jouent le jeu que les danseuses en tutu joue(ai)nt aux vieux messieurs.
        – Je te quitte.
        – Non, je t’en prie, je t’aime.
        – Non, tu es trop radin.
        On imagine la suite.
        Les indépendantistes (comme Marie-Jeanne) ne le sont que pour se poser. Un référendum, et la population remet les pieds sur terre. Les îles de Sainte-Lucie, de Saint-Vincent, de la Dominique, sont là, toutes proches, pour servir de repoussoir : pour bouffer, il faut travailler.
        Cela dit, les tensions ethniques montent, et pour beaucoup, l’idéal, ce serait l’argent des métropolitains sans les métropolitains.

          1. Pheldge

            Au nom de « l’égalité réelle », nous réclamons que la neige tombe plusieurs fois par an, comme ça installer le chauffage créerait des emplois et de l’activité !
            Et puis, on veut notre industrie spatiale aussi parce que comme on dit ici : « nous lé pas plis, nous lé pas moins, respekt à nous » !

            1. lafayette

              La neige au soleil en somme ?
              C’est un peu contre nature de demander qu’il y ai de l’argent en circulation, vu que nous ne sommes pas tous autant équipé pour le capter avec des pompes à fric…

            2. Pheldge

              camarade Lafayette, j’essayais de reproduire un discours classique. J’ai aussi entendu hier sur RTL où Domenach s’égosillait à désigner les grandes fortunes , sous entendu : il faut leur prendre ce qu’ils ont pour abolir leurs privilèges… « je n’aime pas les riches … » disait l’autre !

              1. lafayette

                En effet c’est du n’importe quoi , les excès ne se corrigent pas par des traitements anormaux d’exceptions, mais plus par une vraie politique pour qui ne favoriser encore plus ces exceptions. Les années de laxisme ne se rattrapent pas en gesticulant au feu.

  16. Higgins

    Bien sûr que ça va mieux. Les chiffres du chômage viennent de tomber. Que du bonheur pour nos clowns. Pour autant, je sens l’entourloupe et le tripatouillage derrière ces chiffres mirifiques.

    1. Deres

      En sus des tripatouillage, il n’y a rien de vraiment étonnant à ce que le chômage augmente moins vite si on a plus de 1% de croissance pendant plus d’un an. Il parait qu’il faut 1.5% de croissance pour stabiliser le chômage. le problème est justement qu’avec ses mesures idiotes, ils augmentent la croissance nécessaire à une vrai baisse structurelle du chômage.

  17. barbatruc

    Billet bien inspiré! Agrémenté de la chambre réglementaire de 9 m2 pour le vendangeur Roumain, venant couper le Pinot , pour que la bulle soit fine et agréable.

    Une bonne machine à vendanger , bien réglée et le problème de la taille de la chambre du Roumain venant gagner 3 sous est réglée.

    Il est à noter que pour que le vendangeur soit en forme le matin, il est préférable de le faire coucher dans une chambre confortable , bien chauffée, et que son repas soit copieux. Ceci n’étant bien entendu pas décompté sur la paye.

    Mais comme les services de l’inspection du travail savent mieux que tous, et en toutes circonstances ce qui est bon pour un salarié, alors les viticulteurs Champenois, déduiront du salaire les avantages en nature , ce qui n’a jamais été de mise chez un vigneron digne de ce nom.

    Nous avons employé des Espagnols dans les années 70, nous allions les chercher dans le Médoc, nous les logions, nourrissions à nos frais, et leur payons le billet de train retour vers l’Espagne.

    Aujourd’hui ils ne viennent plus, mais je suis toujours invité à Valence , car nous avons gardé d’excellentes relations avec les anciennes familles de vendangeurs Espagnols.

    Le lien social, c’est surtout ça.

    1. MCA

      9m2 la chambre de vendangeur?, ça m’a fait rire ce matin car au marché j’en ai appris une bien bonne :

      Pour que les œufs aient droit à l’appellation « œuf de plein air » il faut que la poule dispose d’au moins 10m2 pour se promener; en dessous l’appellation est interdire sous peine de sanction.

      Par contre pour la nourriture, elles mangent la même farine que dans les pauvres bestioles en batterie…

      On nous prend vraiment pour des C***!

  18. lafayette

    J’aime bien le titre, il fait un peu oublier l’immigration le temps d’un instant. Même un brin raciste, pourquoi pas le pays de gens de couleurs pendant qu’on y est.

    Le politique inexistant sur les question de société, travail et santé, cela résume tout sur l’absence de meneur à la fonction fonctionnariale.

Laisser un commentaire