Le dentiste au Facebook cruel

Il y a des faits divers qui ont le chic de résumer, en quelques grandes lignes, quelques uns des travers les plus saillants de notre pays. C’est le cas de la mésaventure arrivée mercredi dernier à un dentiste et qui promet de rebondir encore péniblement dans l’actualité prochaine.

Les faits se déroulent à Nancy, mais on comprendra très vite qu’ils auraient pu avoir lieu n’importe où ailleurs en France, puisque c’est d’un vol, un banal vol de sacoche dont il s’agit ici. La scène se déroule chez un dentiste qui est affairé à soigner une personne. Dans la salle d’attente, une femme en profite pour lui dérober sa sacoche, qui contenait, selon lui, des chèques de patients libellés à son nom, 1.000 euros en liquide et des papiers professionnels.

Cependant, la salle d’attente dispose d’une caméra de surveillance qui a tout enregistré. La lecture de l’enregistrement ne laisse aucun doute puisqu’on y voit clairement la femme entrer, s’accouder au comptoir et après un temps d’hésitation, disparaître derrière le guichet avant de ressortir avec une sacoche à la main.

Le dentiste, découvrant le vol puis l’enregistrement, décide alors de porter plainte mais ne s’arrête pas là puisqu’il décide de publier les images sur son compte Facebook avec le message suivant :

« Chers amis, chers confrères, voici la personne qui m’a volée ma sacoche cet après-midi, alors même que je soignais une personne dans la pièce à côté. Si l’un d’entre vous la reconnaît, je vous serais infiniment reconnaissant de m’en faire part.Cette vidéo est à partager au maximum. »

Après plusieurs milliers de partages sur les réseaux sociaux et autant de visionnages, la vidéo atteint assez rapidement sa cible puisque la Nancéenne concernée s’est présentée d’elle-même le vendredi suivant à l’Hôtel de police de Nancy et y a été entendue en audition simple par un enquêteur de la Brigade criminelle de la Sûreté départementale. Ses explications sont sans surprise :

« Je l’ai fait sur un coup de tête, par opportunité et par besoin. Je suis passée devant ce cabinet par hasard, j’avais besoin de prendre rendez-vous pour des soins. Il n’y avait personne à l’accueil et j’ai vu cette sacoche… Je m’en suis débarrassée un peu plus loin mais je n’ai rien pris à l’intérieur, il n’y avait pas d’argent liquide. »

Ben voyons. Mais ce n’est pas tout : pour faire bonne mesure, la pauvrette en a profité pour porter plainte contre le dentiste. Eh oui, que voulez-vous, « Cette diffusion est illégale et cruelle. Cela revient à se faire justice soi-même. Être victime ne confère pas tous les droits sinon c’est le chaos ! »

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Or, qui mieux que la République Française du Bisounoursland peut protéger les délinquants quand ils sont victimes de leurs victimes ? Surtout qu’en l’occurrence, ne mâchons pas nos mots, il s’agit ici d’une véritable vengeance de la part du méchant dentiste, d’une pulsion infâme qui l’a poussé à se faire justice soi-même (cette dernière consistant donc essentiellement à essayer de retrouver l’auteur du vol, apparemment). Pour notre délinquante devenue pauvre victime, qui a ouvertement reconnu le vol, il y a bien atteinte à la présomption d’innocence et à sa vie privée avec une telle diffusion. C’est vraiment trop injuste.

Il y aura donc deux procès. Le premier pour, je suppose, déterminer quelles sanctions devront être retenues contre la voleuse, et savoir si de l’argent liquide a bien disparu ou non. Le second devrait être celui du dentiste pour son acte abominable. Pensez donc ! Ruiner la présomption d’innocence d’une personne qui s’est elle-même déclarée coupable ! Exposer la vie privée d’une personne qui s’est pointée dans un cabinet de dentiste pour lui dérober ses effets personnels !

Tout ceci sentirait presque bon la grosse comédie de boulevard, avec un petit côté caricatural si ce n’était qu’il s’agit bel et bien de faits réels, et, pire que ça, relativement banals en eux-mêmes. Comme je le mentionnais en introduction, cela illustre malheureusement des problèmes saillants qui ont cette fâcheuse tendance à se répéter un peu trop en France.

Ainsi, il y a le constat, lourdement rappelé par les journalistes qui rapportent les faits, que les victimes (le dentiste dans notre cas, ne l’oublions pas) auront toujours tort de ne pas entièrement s’en remettre à l’État, omniscient et omnipotent en semaine de 9h à midi et de 14h à 17h sauf le vendredi où il ferme à 16h. C’est l’État qui règle les histoires de police, c’est lui qui cadence les enquêtes, planifie les arrestations, produit les cerfas et organise les procès. Tout manquement à cet ordre provoque des soubresauts dans une machine par ailleurs bien huilée. En conséquence de quoi, la diffusion de cette vidéo crée une grave entorse à la bonne tenue de la justice :

« Ce genre de diffusion doit se faire par un vecteur officiel, avec autorisation du Procureur de la République ou d’un magistrat, dans le cadre d’une enquête. »

… Enquête qui sera menée, n’en doutez pas, par un staff minutieusement dimensionné, aux horaires étudiés, et à l’expertise immédiate. Un vol de sacoche chez un dentiste ? Vite, dépêchez Les Experts Nancy, on va chopper l’impétrante que ça ne va pas trainer !

Moui.

Bien sûr, dans le monde réel, sans cette vidéo, la probabilité de retrouver la voleuse était strictement nulle. Avec la vidéo, et en se contentant de la remettre à la police, la probabilité de retrouver la voleuse ne variait pas non plus puisqu’aucun des rouages mentionnés (à commencer par le Procureur de la République) n’aurait utilisé Facebook ou un réseau social pour diffuser la vidéo cette dernière risquant, on le rappelle, de porter atteinte à la présomption tagada et de faire appel à la délation tsoin-tsoin (la délation, c’est exclusivement pour le fisc et l’inspection du travail, n’est-ce pas). Jalousement regardée par des personnes autorisée, ou diffusée dans un cadre très contrôlé, elle n’aurait atteint personne susceptible de faire avancer l’enquête qui se serait terminée, comme l’écrasante majorité des enquêtes de ce type, en affaire classée sans suite (pour rappels, 87% des cambriolages restent sans suite en France en moyenne).

En fait, ce fait divers illustre de façon parfaitement claire la dissymétrie flagrante qui existe entre ce que la justice française peut faire pour les victimes et ce qu’elle permet aux délinquants : pour les premiers, à peu près rien sauf à s’inscrire sur des durées extrêmement longues. Pour les seconds, à peu près tout puisque seront facilement identifiées les deux parties. Et personne ne s’étonnera qu’une coupable (ici, la présomption ne joue plus puisque la personne s’est livrée, rappelons-le) puisse utiliser les conséquences de son acte délictueux pour déposer plainte, à l’instar d’un voleur de voiture qui se retournerait contre son légitime propriétaire parce que les freins ayant lâchés, il a mis sa vie en danger…

Enfin, au-delà de ces considérations de justice, on ne pourra s’empêcher de remarquer la légèreté avec laquelle la coupable s’est retournée contre sa victime, ni la honte de son geste vil, ni celle de s’être fait prendre aussi facilement ne semblant submerger cette mère de famille qui réussit, de surcroît, à entraîner ses deux filles dans son nouveau combat. Quel bel exemple pour elles ! Quel magnifique marqueur de l’état général d’une société dans laquelle l’indécence même des comportements de la voleuse ne l’a pas immédiatement empêchée de déposer plainte contre sa victime…

« Corruptissima respublica plurimae leges. » Tacite

Commentaires122

  1. Le Gnôme

    Cui bono ? A la voleuse probablement qui va empocher des dommages et intérêts pour atteinte à son image. Entendre les couinements de sa famille à la radio est un vrai bonheur, salauds de dentistes nantis qui abusent des sans dents.

    D’ailleurs, les sondages prouvent que le Français croit moricus à la lutte des classes. La propagande commencée à l’école n’a pas fini ses ravages. Avec une mentalité pareille, il n’est pas étonnant que ce pays soit foutu.

    1. Aristarkke

      Petit homme, ne pensez vous pas qu’écrire moricus est peu prudent dans le contexte du billet du jour ???
      Certains qui s’invitent chez nous pourraient vous imaginer mal pensant à leur égard et trouver oreille compatissante et bras armé chez le monopole je de la légale force…

      1. Pheldge

        ça y est, il commence à radoter, la fin est proche, âmes sensibles écartez-vous des écrans, ô Patron, prépare le cierge et la chapelle ardente virtuelle. Et un peu mieux que quand le GO il nous avait trucidé le Hussard, ça serait pas de trop ! 😉

        1. Aristarkke

          Il y a encore loin de ma coupe de Soylent Green à tes lèvres.
          C’est simplement que je suis dans la Bretagne profonde où la civilisation parait fort éloignée du lieu. Il y a donc un temps important entre l’envoi du message et son retour visuel dans le fil des échanges. Ce qui m’a enduit d’erreur comme tu le dis spirituellement certaines fois, d’où duplication…
          Bis repetita placent, non ???

  2. Pheldge

    On lit la citation « voici la personne qui m’a volée … » Harry, Werther, ne regardez pas, ça va vous faire mal …

    1. Aristarkke

      Merci de t’être dévoué à nous prévenir.

      Mes pauvres yeux n’auraient pas supporté, n’ayant que trop souvent leur (mé)content grâce à ta prose… ;-(

      1. Pheldge

        Camarade papet, je te renvoie le commentaire qu’on me fit naguère :
        h16free.com/2016/04/28/52628-une-etonnante-resilience/comment-page-1#comment-551838

  3. Calvin

    Quelle abjection cette femme…
    Elle si peu d’honneur, de moralité ou de conscience qu’elle pourrait être élue, c’est dire !

    1. Bonsaï

      Tout à fait.
      Le « repentir » c’est plus qu’une perversion, c’est devenu une forme de business model. On a vu ces dernières années se multiplier ce genre de personnage à priori antipathique, toujours dans la délation et sachant tourner sa veste à la faveur du vent.
      En particulier odieux, ceux qui sans être des lanceurs d’alerte, balancent leur employeur pour des motifs bassement pécuniaires…

    1. kekoresin

      Ho oui « Les deux jeunes victimes » alors que les petites vermines étaient en récidives de cambriolages. Le traitement journalistique est typique de notre beau pays qui a toujours hâte de se ranger aux côtés des minorités soit disant oppressées par le méchant peuple qui paye ses impôts et va voter quand on lui ordonne de le faire. Ces petites merdeuses pour qui la délinquance est un art de vivre générationnel, s’en tireront avec les honneurs pour avoir survécu aux assauts du vilain chasseur de nuisibles. Autre remarque, les roms ont toujours moins de 13 ans quand ils se font serrés. Dans un reportage un flic exerçant dans le métro explique qu’il arrête toujours les mêmes filles depuis plus de 5 ans et qu’elles sont foutues dehors parce qu’elles ont 12 ans! Les Roms doivent tous naitre un 29 février.

      1. Nomi

        Ben oui c’est voulu: les parents envoient leurs gamins commettre les larcins, charge à eux de ne pas se faire prendre. S’ils se font prendre, c’est tant pis pour eux et 2 taloches pour leur apprendre… à ne plus se faire prendre. Sinon, bien joué et par ici la monnaie, et plus vite que ça… tu me prends pour un idiot, vide tes poches et donne-moi TOUT ce que tu as ramené vermine de gamin ingrat!

        On croit que je blague sans doute, mais c’est du vu et vécu. Des gamins de 10-12 ans que je trouvais dans les couloirs de l’hôtel chic du quartier latin où je travaillais, à se faufiler et fouiner dans les chambres. Et la grosse mémère en chiffons dans la rue dehors, qui les attendait en faisant la manche.

      2. mario nettiste

        Notre bon parlement ne pourrais pas faire une loi style tatouage de chaque date d’ arrestation sur l’ épaule? On finirait par être sur un beau matin de 2025 que la gamine serré le 01er avril 2016 à onze ans peut être estimer en avoir vers les 17/18 ans (pour tenir compte du principe de pré caution)…

      1. sam player

        C’est pour cela que j’ai pris cet article là, on les voit bien les sacs. Il y a 3 liens en bas de l’article qui détaillent mieux le mode opératoire des apprenties.

  4. kobus van cleef

    dérive nord américaine?
    tiens , oui , ça en a tout l’air

    il y a quelques années , un cambrioleur nord américain avait porté plainte et intenté une action contre son volé au motif que , s’étant introduit en fraude chez lui , il n’avait pu en sortir et n’avait dû son salut qu’à la présence de croquettes pour chien et d’eau du robinet dont il s’était sustenté en attendant qu’on puisse le délivrer

    avis aux proprios de maisons avec garage …..prévoyez TOUJOURS un petit casse croûte , goûteux de préférence , pour le cas où un monte en l’air resterait coincé chez vous

    avis aux dentistes lorrains ……prévoyez de flouter le museau des voleurs que vous prenez en vidéo , avant de faire tourner

    1. kekoresin

      Dérive de rien du tout. En France, c’est monnaie courante. Si un conard vient vous cambrioler, j’espère que vous avez bien ranger le râteau car s’il se blesse, vous allez ramasser grave. Autre cas: la protection des piscines. Si l’indésirable vous pique votre tv, bascule dans votre piscine et se noie sous le poids de votre écran géant (cochon de bourgeois), vous allez direct en taule si votre installation n’est pas 100% aux normes. Autre cas: la protection de votre mur contre la vermine escaladeuse. Vous avez mis des petits picots sur le dessus de votre mur de clôture et qu’un visiteur non accrédité se pique fort les doigts dessus. Priez pour que les flics ne l’arrêtent pas car il portera plainte contre vous et vos dispositifs létaux non homologué par maman état. S’il n’est pas arrêté et en mesure de rentrer chez lui pour mettre des pansements scoubidou sur ses outils de travail, RAS. Quand la police et la justice deviennent les ennemis du citoyen…

      1. theo31

        Il ne faut plus parler de juges mais de commissaires politiques. Dès lors que les flics enregistrent la plainte de la femme, le dentiste devient de fait le salaud de service : il sera condamné à coup sûr non pour ce qu’il a fait mais pour ce qu’il est.

        Vychinsky n’est pas mort.

  5. Cincinnatus

    J’attends avec une grande impatience la faillite définitive de cet Etat obèse, totalitaire et irresponsable mais il faut bien reconnaître que cela ne se fera que dans la douleur et que la période de transition va être très très dure pour le citoyen lambda, d’autant que les délinquants chevronnés (déjà dans une immunité quasi-absolue) et ceux d' »opportunité » comme dirait l’ignoble voleuse de l’article vont pouvoir se faire bien plaisir !

  6. Pheldge

    Je prévois que la justice sereine et indépendante va relaxer la voleuse, car le dentiste ne pourra pas prouver qu’il y avait 1000 € dans la sacoche, et que comme elle l’a rendue, le doute lui profite, et que par contre, au vu des certificats médicaux et psychiatriques présentés par la dame, le préjudice qu’elle a subi est bien réel, et le dentiste devra payer pour réparation de blessure morale. é
    Je prends les paris, tout en regrettant l’absence du Camarade Major, ou du Camarade Kazar, dont les analyses auraient été croustillantes à lire !

    1. J’ai aussi cette impression. Dommages de la voleuse qualifiables, donc indemnisables. Ceux de la victime, non, donc oubliés.

    2. Higgins

      Le camarade major, qui lit tous les billets quotidiens pour son plus grand plaisir mais qui a moins le temps de commenter, s’inscrit en faux contre certai’es des assertions de ce billet. Ce qui est, à mon sens, assez imbuvable, c’est que la voleuse (pas la présumée car elle a été filmée) ait eu l’outrecuidance de déposer plainte. Cela dit, ça ne signifie pas grand chose et j’ose espérer qu’il se trouvera un parquetier intelligent emprunt de bon sens (il y en a beaucoup ce que Dieu ne plaise) qui classera la dite plainte sans suite (je rappelle que le Parquet a l’opportunité des poursuites). J’ignore par ailleurs sur quel fondement juridique la plainte a été déposée en dehors de « l’humiliation » de la dite voleuse. Maintenant, si la plainte est déclarée recevable, j’ignore devant quelle juridiction le procès aura lieu, civil ou pénal (au pénal, c’est le ministère public qui poursuit après instruction) et si l’avocat à la base de cette démarche recherche avant tout un coup de pub ou non. Quant à la décision éventuellement rendue, elle dépendra avant tout de l’existence ou non de textes condamnant cette pratique.
      En ce qui concerne l’exploitation des bandes vidéos, elle est réelle et permet de condamner bon nombre de petites frappes, globalement assez peu intelligentes et oubliant l’existence de nombreuses caméras de surveillance. Maintenant, les politiques votant sans arrêt des lois pour relâcher les condamnés et ayant oublié de gonfler le parc pénitentiaire, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre comment beaucoup de ce genre d’affaire se termine. Les magistrats que je côtoie très régulièrement sont tout sauf laxistes quoique beaucoup de monde puisse en penser.

      1. sam player

        Ah mais vous n’y êtes pas Major !
        Y avait-il la fameuse affichette pour avertir le brigand de grand chemin qu’il y avait de la video-surveillance ? Tout ceci avait-il été déclaré à la CNIL ? Les images étaient-elles effacées périodiquement ?

        1. Hang’em high

          Les parquetiers sont rarement des gens empruntés, vu qu’ils examinent les empreintes digitales des « emprunteurs » avant de les relâcher, non par laxisme, mais au contraire pour les inciter à la récidive, et donc pour les condamner plus sévèrement la fois suivante*, comme disait Jorge Semprun….

          https://fr.wiktionary.org/wiki/emprunt%C3%A9

          http://www.comptoirdesdessous.com/les-marques/empreinte-1.html

          ce second étant dédié au Roi Créole….

          * ah vouiiiii, j’oubliais :

          https://en.wikipedia.org/wiki/Three-strikes_law

        2. Higgins

          Pheldge, je ne suis pas aussi naïf. J’ai trouvé !ogique de rappeler quelques évidences. Quand un Garde des Sceaux émet une directive qui prescrit par une ordonnance de ne pas incarcérer les personnes condamnés à moins de deux ans de prison ferme, il est difficile, voire impossible de s’y opposer quelque soit les raisons invoquées. Et ce n’est qu’un exemple. Le code penal a double de volume en trente ans. Je peux assurer que ce n’est pas le fait des juges mais la loi reste la loi même si elle est inique parfois.

          1. Pheldge

            donc la madame voleuse ne sera pas punie, et le salaud de dentiste lui écopera d’une solide amende plus dommages et intérêts parce que c’est un nanti ! merci pour la confirmation Major. Les magistrats appliquent la loi et les textes. La justice , c’est une notion tellement subjective qu’on ne s’arrête pas à cette futilité …

            1. Pheldge

              Major, je regrette l’absence du Camarade Kazar ( qui doit être au défilé de Marine ou de Jean Marie 🙂 ) pour apporter un éclairage complémentaire au tien. Je regrette de maintenir mes propos : le juge dit le droit … quid si le texte est ubuesque, absurde ? et pas en théorie, en pratique, avec des magistrats surchargés, démotivés, dans le meilleurs des cas ?

              1. Higgins

                Nous sommes donc bien d’accord: le pb, c’est avant tout le texte pas celui qui est obligé de le mettre en oeuvre. Merci de reconnaitre une réalité. Je vis au quotidien avec cette réalité d’où ma réaction. Depuis bien des mois, ma douce a enfin un week-end normal. Pour les textes ubuesques ou absurdes, voir avec la représentation nationale (on a des cas d’espèces avec les litiges propriétaires/locataires). Dans notre cas, j’ignore s’il existe un ou des textes sur le sujet. Je fais malheureusement confiance à notre représentation pour en écrire un au besoin.
                Très sincèrement, il ne faut pas voir dans mes propos une quelconque animosité. Il y a des points au niveau Justice avec lesquels je ne suis pas en accord avec les pratiques. Parfois, elles ne répondent plus, je crois, aux exigences ou aux attentes de la société (je prends pour exemple un procès gagné où la puissance publique se défausse sur le gagnant pour récupérer ce qui lui est dû : tu obtiens d’un jugement une condamnation de 1000 euros de ton adversaire, débrouille-toi avec un huissier pour les avoir. Plus adapté à notre époque. Moi, libéral, j’attends de la puissance publique l’exécution de la décision: elle récupère manu-militari la somme comme elle sait le faire en cas d’impôts impayés et me la donne).
                Dans le domaine de la Justice, le discours est facile mais l’art reste très difficile. Je sais qu’il est plus aisé d’être dur en parole (surtout si on en prend pas la décision) qu’en acte.

          2. Kazar

            Encore une fois, je ne suis pas d’accord. Les juges ont un large pouvoir d’appréciation, sauf bien sût à penser que l’indépendance de la justice est une vaste fumisterie, mais ce n’est pas possible, pas en France !!! (ironique).

      2. rico

        Quand j’ai emménagé l’été dernier sur Tours je me suis empressé de parcourir la ville à vélo… Et d’aller à la piscine par le même moyen…

        Le magnifique parking à vélo situé en face ne fait pas illusion, tout pour attacher, caméras de vidéosurveillance et tout le tralala.

        Bon quand on ressort de la piscine et que les vélos ont disparu on se dit que l’on a pas de chance et on s’empresse d’aller déposer plainte. Et c’est là que l’on apprend que ces fameuses caméras sont juste factices… Le truc qui est censé rassurer les gentils et faire peur aux méchants, ne protège pas le gentil et rend service au méchant…

        Le citoyen se fait couillonner, pas le voleur… Qui est reparti tranquille avec nos beaux deux roues après avoir découpé trois antivols…

        Bien à vous.
        Rico.

      3. Nathalie MP

        « Les magistrats que je côtoie très régulièrement sont tout sauf laxistes quoique beaucoup de monde puisse en penser. »
        Je ne côtoie pas des magistrats aussi régulièrement que vous, mais j’ai assisté à plusieurs reprises à des séances de comparution immédiate. J’en suis systématiquement ressortie avec l’idée, que je n’avais pas au départ, que les juges n’étaient pas particulièrement laxistes, au contraire.
        A mon avis, le problème se situe plus au niveau de l’application des peines qu’au niveau des jugements.

              1. Nathalie MP

                A propos de l’article Lordon, je vais vous raconter une petite anecdote.
                Dans les commentaires on m’a demandé si j’avais seulement lu un de ses merveilleux livres. Question un peu idiote, car je suis partie de ses discours à « La nuit debout. » Il me semble que c’était clair, et que c’était surtout très révélateur.
                Mais il se trouve que j’ai bel et bien lu un de ses ouvrages (en diagonale je l’avoue, le conatus spinozien version Lordon, c’est particulièrement chiant et prétentieux).
                Pour mes 50 ans, j’ai eu droit à une fiesta surprise et parmi les cadeaux reçus, un ami qui me veut du bien a cru me faire plaisir en m’offrant deux livres :
                – « Sans tricher » d’Eva Joly (son livre profession de foi pour la présidentielle de 2012; on était un peu avant les élections)
                – Et « Capitalisme, désir et servitude » de Lordon, qui avait dû sortir peu de temps auparavant.
                Vous parlez d’un cadeau sympa !
                Bref, je me souviens très bien que le bouquin de Lordon a une couverture verte. Et depuis mon article, je le cherche partout sans succès.
                A la réflexion, je crois l’avoir donné aux enfants avec celui de Joly et d’autres pour qu’ils les vendent sur eBay pour se faire de l’argent de poche. Maintenant, je frémis d’horreur à l’idée qu’on aurait pu payer des taxes sur ces ventes ! Vraiment la double peine ! (Bon, ce n’est pas trop HS comme commentaire, j’espère que M. h16 m’excusera, ça colle plus ou moins avec l’article suivant 🙂 )

                1. Pheldge

                  Et bous leur avez fait quoi exactement, à ces amis, pour mériter de pareils cadeaux (empoisonnés) ? ça sent la jalouseté féminine à plein nez 😉

                  1. Nathalie MP

                    Non, non, la part féminine de l’assemblée s’était heureusement occupée d’un cadeau commun, ce qui m’a valu un magnifique sac à main (pas du groupe LVMH, je le précise à l’intention de Frédéric Lordon qui a fait de ce groupe son ennemi personnel et le symbole de l’exploiteur du peuple).

                    Il faut peut-être que je précise que l’ami en question, à l’occasion d’un anniversaire de mon mari, était arrivé à la maison avec une grosse caisse en carton à l’intérieur de laquelle on devinait un certain raffut. Et de fait, il en fit sortir une poule au stade poulette, toute noire avec aigrette, de la race Padoue. On s’est dument extasié sur la beauté de la demoiselle et l’originalité du cadeau, mais très vite la situation est devenue complexe : la poulette était en fait un coq et vers 5, 6 heures du matin il avait des habitudes bruyantes qui n’ont pas vraiment plu à nos voisins. Les vacances d’été arrivant, j’ai ramené le coq chez le dit ami (qui avait offert un gardiennage pendant les vacances; il est véto à la campagne et sa maison est un véritable zoo). Et je ne suis jamais retournée le chercher. Il n’est pas impossible que l’affaire du coq ait joué dans le choix des livres (en plus de tenter de me remettre sur le droit chemin). Mais un coq en ville, vous parlez d’un cadeau ! 🙂

    3. Kazar

      Bonjour, bonjour, de retour après quelques jours de vacances. Point d’analyse, juste une remarque : la routine habituelle quoi !!!
      Hier au square avec ma fille, deux racailles (jean à moitié baissé, autre côté de la Méditerranée, bref des « marrons » comme dit ma fille) se pointent, 12-13 ans, vont dans la petite maisonnette en bois ou jouent les gamins (souvent de 2 à 10 ans) et ont des canettes. Évidemment, canette finie, ils partent et l’un deux revient exprès en arrière historie de laisser sa canette sur place. Comme vous pouvez vous en doutez, je lui lance un « hep jeune homme, la canette ça va dans la poubelle », en prenant soin de ne pas être agressif. Il la reprend et arrivé au milieu du square la balance par terre juste pour me provoquer, et montrer qu’ils ne respectent pas les adultes (ni quoi que ce soit d’ailleurs), et ça marche… Je me lève lui demande de la ramasser, et les deux se barrent en courant en m’insultant, normal, ce à quoi je réplique en les traitant de racailles. Bien sûr « ils vont chercher leur grand frère et je ne ferai pas le malin ». Y’a pas, ça énerve, mais au moins ça m’a permis d’expliquer à ma fille qu’il y a des enfants qui ne sont pas élevés et se comportant comme des porcs, même si leurs parents exècrent l’animal. Je vous laisse imaginer ce que ça donnera à 15-16 ans…
      CPEF, même l’ouest parisien commence à être envahi.

      1. Peste et coryza

        Et quand ils auront 18 ans, maman état se démènera pour leur trouver des jobs de glandeurs bien payés, tandis que braves gars diplômes végéteront au RSA et finiront par se suicider.

    1. Hang’em high

      Mais même ainsi, il nous faudrait les juges de Berlin*… (es gibt ein Rechtkammer)

      *Le roi, parcourant les environs de sa résidence de Sanssouci, à Potsdam, au sud-ouest de Berlin, se trouva gêné par la présence d’un moulin, qui déparait la vue et dont le bruit gênait ses invités. S’adressant à son propriétaire, il lui déclara : «Je suis le roi, et désire acquérir votre bien. Décidez vite votre prix, car je ne tarderai pas à m’en saisir ! ».

      À quoi le meunier Arnold rétorqua : «Sire, vous oubliez qu’il y a des juges à Berlin !». Le roi fut si impressionné de cette répartie qu’il renonça à son entreprise…

        1. Pheldge

          Je te rassure papet, et ton pote l’Iron man bleuâtre (dans la BD , il y a eu « l’homme cobalt », mais sels quelques initiés s’en souviendront ), moi je suis du « bon côté du rein … » . je ne développe pas, y’a des dames qui lisent 😉

          1. Aristarkke

            En ce qui concerne la pauvre Laure T. tu es surtout à côté (de la plaque).
            Finalement, anticiper la préparation d’une place en maison mortuaire n’est pas exagéré…

            1. Pheldge

              vas-y t’es re-du avec moi ! y’a une petite erreur de typo bicauze mon éclairage défaillant ( tiens défaillant, ça me rappelle quelqu’un 🙂
              Et je réclame des droits d’hauteur pour avoir baptisé « Laure Tograff « ©

  7. theo31

    La femme aurait fait la même chose à un gros sac à merde genre L. Rossignol, elle aurait ramassé. En socialie, on ne vole pas les voleurs du Kampdubien.

  8. Vincèn Pujol

    Cette voleuse a visiblement tous les critères de malhonnêteté nécessaire pour réussir une brillante carrière dans le monde politique français ! Vive la république bananière française 🙁
    Et on s’étonne de l’explosion de la délinquance (les malfrats sont plus protégés que les victimes….

  9. christophe

    Un expression synthétise ce pays : « sida mental ».

    Il n’y a plus rien à espérer… Sauf un décès rapide du patient…

    Qu’on en finisse, et vite.

  10. zelectron

    dat veniam corvis critica censura columbis (la critique indulgente au noir corbeau s’acharne sur la blanche colombe) c’était déjà comme ça, il y a bien longtemps…

  11. paf

    voila ce que c’est de n’avoir personne a l’accueil.J’aime pas les endroits ou l’on ne vous accueille pas, ou mal, comme par exemple la fRance….

    1. Black Panda

      En effet, plus personne à l’accueil… une caméra de surveillance… une sonnette pour prévenir d’une présence. Quelle tristesse !!!
      Malheureusement, le personnel est devenu trop cher (par toutes les contraintes sociales : charges, horaires, indemnités, risques de plaintes en tout genre).
      D’où la raréfaction des offres d’emploi, et donc une demande de « protection sociale » sans cesse grandissante.
      Un cercle vicieux !!!
      Un peu de patience (combien de temps ?) et le système s’effondrera.

      1. Peste et coryza

        Faut raison garder.
        Une secrétaire médicale, c’est pas cher. Sans doute moins qu’un étudiant de l’ENA, qui pourtant trouvera grâce dans le monde entier et nous cocufiera dès qu’il aura son diplôme.

        1. Black Mamba

          Ce n’est pas tant que ça le prix mais les contraintes que cela impose … Une assistante ou une secrétaire avec qui tu ne t’entends pas … C’est un véritable boulet qui peut te conduire au prud’homme pour un oui ou pour un non …

  12. Aloux

    On remarquera que sur les articles en lien, on trouve encore pas mal des commentaires désormais habituels en ce beau pays pour dire que le dentiste est un gros vilain probablement fasciste sur les bords, et que les poursuites à son encontre sont parfaitement justifiées.

    A côté de ça, on m’a volé une sacoche d’ordinateur le mois dernier, et aucun commissariat n’a voulu prendre ma plainte en plein centre de Paris (il était 20h30…). En passant par le dépôt de plainte en ligne, j’ai fini par pouvoir déposer… 2 semaines après les faits.

    Avant je plaignais les Français. Maintenant je me dis « bien fait ».

    1. Higgins

      Pour un dépôt de plainte, mieux vaut le faire sur la toile. Elle sera nécessairement enregistrée. Je considère au vu de mon expérience personnelle que la France a un gros problème avec sa Police, du moins, avec ses appendices visibles style commissariat. Le contraste est flagrant avec la Gendarmeriece qui n’est pas sans poser de problème au ministère de l’intérieur.

      1. Aloux

        Je l’ai fait… deux fois. La 1ère plainte en ligne s’est perdue quelque part en court de route, le temps que je m’en rende compte, que j’en dépose une nouvelle et qu’on me donne un rdv au commissariat, il s’est écoulé environ 2 semaines.

        Bon en même temps c’est pas comme s’ils allaient vraiment faire quelque chose hein…

  13. Adolfo Ramirez Jr

    J’ attends avec impatience le jour oú un pédophile attaquera l’état en justice pour les memes motifs car on aura fait diffuser son portrait robot dans les médias dans le cadre d’une alerte enlevement.

    1. Pheldge

      Hélas, là ce n’est pas l’état qui est en cause, mais un particulier. Et si tu transposais la situation, il faudrait que la vidéo montre le dit pédophile en action et ça serait immédiatement censuré sur les rézosocios …

    2. sam player

      Je m’étais posé la question quand ils diffusaient récemment les photos de terroristes un peu à tort et à travers jusqu’au moment où… ils ont diffusé pendant 2 mois la photo d’un gars qui n’avait rien à voir avec !

  14. Aristarkke

    La remarque de la voleuse vaut son pesant de cacahuètes : être victime ne confère pas tous les droits sinon c’est le chaos. Elle se condamne en fait elle-même puisque si elle s’était abstenue de voler, le dentiste ne serait pas devenu victime. Elle aurait empêché le Mal de naître!!!

    1. sam player

      C’est un peu comme les commerçants qui affichaient les chèques en bois dans leur devanture, j’avais trouvé cela assez génial… je ne sais pas si « il y en a qui ont eu des problèmes »…

      (même si ça m’est déjà arrivé d’avoir fait un chèque en bois par erreur en utilisant un vieux carnet)

      1. Pheldge

        Que non, mon brave : sam, explique nous en détail comment tu peux faire un chèque en bois avec un compte provisionné et un vieux carnets de formules, dudit compte bien garni, ça nous intéresse, nous les profanes 😀

            1. sam player

              Les relations avec une banque sont souvent fonction des relations que tu as développées avec ton chargé de clientèle et en général elles ne résistent pas à un changement. J’avais développé de tellement bonnes relations avec la mienne qu’elle est même venue me voir en Australie hihi

                  1. Pheldge

                    Il y a bientôt deux ans, j’avais retrouvé sur un « site de rencontres » une nana des impôts qui m’avait fait une belle saloperie (toute l’histoire se résumait à un recommandé avec un AR que j’aurais signé, j’étais encore convalescent et j’ai accepté la peine, alors que la signature de l’AR n’était pas la mienne , ni celle de proches ). J’étais encore trop faible, mais ça m’a tenté …

  15. Pheldge

    Harry, non : « Je l’ai fait sur un coup de tête, par opportunité et par besoin … » la pauvrette a été victime 1/ de folie passagère 2/ du piège que lui avait tendu ce vicelard de dentiste et 3/ elle l’a fait « pour la bonne cause » parce qu’elle était dans le besoin ! alors ? Bin, c’est la faute à … la société qui a failli à son devoir de lui donner un revenu décent, comme ça tout le monde est d’accord, et l’honneur est sauf !

    1. Aristarkke

      Les tenants du Revenu Universel vont trouver cet argument à leur goût…
      Instaurons le RU et la criminalité disparaîtra…
      Il suffit juste de baptiser les ponctions arbitraires sur le travail des Autres comme non criminelles et les contradicteurs et autres opposants seront faits comme des rats (qu’ils sont de ne pas vouloir partager)…

  16. René-Pierre Samary

    Dans un pays où règne le banditisme d’Etat, comment ne pas comprendre que cette malheureuse ne cède pas à « un coup de tête », une sorte d’impulsion en somme ?
    Quelques infanticides sont savamment baptisés « dénis de grossesse », et l’affaire est dans le sac, si j’ose dire…
    Laisser une sacoche (sans doute luxueuse, saloperie de bourgeois) à portée d’une main innocente, n’est-ce pas de la provocation ?
    Je soutiens cette femme, son honorable réputation désormais entachée, qui a perdu l’estime de sa concierge, mère exemplaire…

    1. Aristarkke

      Heureusement que le Patron a bien précisé que cela se passe dans l’Est sans changer les lieux comme les noms…
      Il aurait mentionné les Yvelines et paf! deux lecteurs perdus pour son blog, couverts de honte…
      (enfin, on l’espère pour l’édification de nos jeunes lecteurs).

      Dentiste+déficience d’accueil (taulière aux antipodes)+ sac à main luxueux ciblaient définitivement le protagoniste « victime » bourgeois (roulant BMW sûrement !)

    2. Pheldge

      Ah, enfin un peu de bon sens ! merci RPS , oui c’est un salaud de bourgeois provocateur ! la guillotine devrait être ressortie …

        1. Pheldge

          Farpaitement, c’est pas interdit de posséder autant de cash ? c’est de l’argent du terrorisme, ou au mieux de la drogue ! qu’attend la police pour agir et enfermer cet menace pour la société ?

  17. Coup de pied occulte

    Et voilà… Maintenant, cette tireuse de sacoche va avoir une dent contre son dentiste.
    Innovation de rupture: maintenant on ne dit plus « mentir comme un arracheur de dent ». On dit désormais: « mentir comme une arracheuse de sacoche »

  18. petit-chat

    La victime n’a aucun droit quand son pendant est une minorité insolvable
    Ce n’est pas parce que’on est pauvre qu’on n’a pas le droit de vivre comme un riche
    Qui vole un beauf gagne un bœuf
    Il est criminel d’exposer à la tentation ce dont un assisté est privé

    1. Aristarkke

      Art 315-2 du CPP : Ne peut bénéficier de la qualification de victime , au sens des articles 127 alinéa 3, 128 alinéa 4 et 5, toute personne ayant un revenu supérieur à deux SMIC, ayant subi une opération directe de rééquilibrage d’ injustes conditions économiques par un damné de survivant terrestre bénéficiant de moins de deux SMIC.

    2. Aristarkke

      Art 327 du CPP : La qualification de victime s’ appliquera de plein droit à tout honorable élu du peuple dès le premier centime d’ euro dérobé à icelui, en numéraire ou en valeur de bien.
      Art 328 du CPP : La qualification de juste rééquilibrage des conditions économiques, pour l’ application de l’ art 327, ne pourra pas être retenue quel que soit le niveau de revenu du commettant, même inférieur à deux SMIC.

  19. Jeans82

    Si la justice fontionnait bien en France la moitié des politicards dont nous subissons le pouvoir seraient condamnés et sanctionnés a de vraies peines ! Le petit Nicolas en particulier

  20. Alecton

    Le pauvre dentiste est déjà mal barré au regard du code pénal :

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006165309&cidTexte=LEGITEXT000006070719

    Article 226-1 : « Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait, au moyen d’un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui : …2° En fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l’image d’une personne se trouvant dans un lieu privé. »

    Article 226-2 : « Est puni des mêmes peines le fait de conserver, porter ou laisser porter à la connaissance du public ou d’un tiers ou d’utiliser de quelque manière que ce soit tout enregistrement ou document obtenu à l’aide de l’un des actes prévus par l’article 226-1. »

    Seule la réalité ou non du préjudice (enfin ce que le proc va gober, au regard de ses convictions….) va sauver ou couler notre valeureux pourfendeur de caries.
    Pauvre gars je n’aimerais pas être à sa place.

  21. Kazar

    En tout cas, c’est chouette, on part une semaine, on revient, et rien n’a changé, c’est toujours la même m…. !!

    1. René-Pierre Samary

      Fais comme moi, cher Kazar. Pars quelques années, et tu verras que rien ne change. La marée de merde a un peu monté, mais rien de fondamental. Tout ce qui a été prévu, décrit, analysé, se produit. Seuls varient quelques détails d’éxécution, qui mettent un peu de pittoresque dans un paysage immuable ; celui de la dégénérescence programmée d’une société, d’un groupe humain (pour ne pas dire d’une race, vade retro).

  22. jeans82

    Tous les justifiables ne se valent pas. Si vous avez de l’argent il sera plus facile de faire appel à un pointure du barreau.
    C’est ce que l’on assiste avec le marché très lucratif des avocats spécialisés dans les infractions routières. Que vous soyez coupable ou pas cela n’a pas d’importance. L’important c’est le chèque que vous pouvez faire à votre avocat !
    Les condamnations, c’est pour les pécores !

  23. jeans82

    Si par exemple vous devez vous défendre avec un avocat avec l’aide juridictionnelle, ne vous attendez pas à des miracles. Il vaut mieux que vous prépariez vous-même votre dossier. L’avocat se chargera au mieux de faire le tri pour le rendre plus présentable et vous donnera peut-être quelques conseils pour orienter le montage du dossier.
    Comte tenue de notre justice, la meilleure méthode est d’éviter d’y avoir recours. De la même façon que les gendarmes ne sont pas là pour vous protéger mais pour vous verbaliser. Ni la police municipale qui s’occupe surtout de vous distribuer des prunes. Ni la police nationale qui se contente d’enregistrer des plaintes quand elle ne vous fait pas souffler dans le ballon a 1km de chez vous.
    Il ne faut rien attendre d’eux en cas de besoin. Sauf si vous avez déjà un couteau enfoncé dans le ventre, ils vont éventuellement étudier votre cas pour tenter de faire quelque chose contre votre agresseur. Quand ils ne verbalisent pas, ils ne font que de la figuration.
    Les juges, eux, vont dans le sens du plus procédurier ou de celui qui arrive à se métamorphoser en victime. Les preuves comptent si peu.
    Exemple :
    Rappel à la loi contre une mère qui a dénoncé des attouchements du père de sa fille lors d’un droit de visite ch son père.
    Baisse d’un révision de pension alimentaire pour les enfants d’un mère sur simple dire que la nouvelle compagne du père était au rsa et des justificatif de revenu de plus de 2 ans.
    Aucune action contre un père qui a violenté une mère de famille au moment du droit de visite malgré certif médical et plainte.

  24. Buck Danny

    Vous anticipez beaucoup dans cet article.

    Oui la voleuse a porté plainte, c’est son droit après tout, ça ne présume en rien des suites qui seront données à la dite plainte.

    Le Procureur de la République peut tout à fait décider de classer cette plainte sans suite, et décider de ne pas poursuivre le dentiste en question. C’est d’ailleurs probablement ce qui va arriver.

    S’il décide tout de même de poursuivre, le dentiste devra encore être condamné par un tribunal… Dans le cas loin d’être certain où ça arriverait, la peine serait seulement symbolique et m’étonnerait fort que la voleuse parvienne à obtenir le moindre centime de dommage et intérêt.

    Bref un article, qui vous hisse au même niveau que la lie journalistique de notre beau pays : exagérations, buzz, sensationnalisme, et démagogie populiste.

    Quant à jeans82 qui explique qu’un avocat ne sert à rien, car on peut monter son dossier soi-même.

    Oui Monsieur vous pouvez, à condition d’être pas trop con, de connaitre un minimum le fonctionnement de la justice, et la logique qui régi le droit. Ce qui exclu environ 80% de la population française, qui est complètement perdue devant un Tribunal. Libre à vous donc à l’image d’un Julien Courbet, d’expliquer aux gens, qu’ils peuvent avec de bonnes chances de succès défendre un dossier seuls devant un Tribunal…

    Oui ils peuvent, et ça peut même fonctionner. Ou alors, n’y connaissant rien, ils vont faire de grosses boulettes et perdre une affaire qu’ils auraient du facilement gagner. Mais bon si ça économise l’avocat hein…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.