Un prix mondial du médicament ?

Le premier mai ne fut pas qu’un jour férié et la fête du travail, ce fut aussi l’occasion pour le Président François de pondre un petit édito dans The Lancet, prestigieuse revue scientifique médicale. La nouvelle, passée très discrètement en France, n’en contenait pas moins une pépite : le pédalomane proposait ainsi de lutter « contre le prix prohibitif de certains nouveaux médicaments tout en favorisant l’innovation ».

Ah, il y avait longtemps qu’on n’avait plus vu le fier Chevalier de l’Ordre Républicain du Socialisme Décontracté monter sur son petit poney de combat pour aller abattre l’un ou l’autre moulin que le méchant monde capitaliste met régulièrement devant ses pas courtauds mais déterminés ! Et quel meilleur combat que celui contre la vie chère, la santé coûteuse et les médicaments ruineux, surtout lorsqu’on entre dans un troisième âge où leur consommation augmente notoirement ?

L’objectif du Président François est donc clair : il va falloir mobiliser les pays du G7 qui doivent se réunir les 26 et 27 mai prochains au Japon, afin de tacler cet épineux problème. Le pédalomane enthousiaste écrit donc :

« Pour la première fois cette année, une réunion des ministres de la Santé des sept pays les plus riches de la planète devrait amorcer un dialogue et une coordination entre autorités de régulation, industrie pharmaceutique et patients. »

Ah, sacré Hollande, si on oubliait qu’il est activement entré en campagne électorale, on pourrait presque admettre que cette nouvelle joute est noble. Bien évidemment, notre fier pédalonaute a fait le calcul simple qu’en défendant des prix de médicaments modiques, il flatte la partie de son électorat confrontée à des maladies coûteuses, et rejoint donc discrètement la Ligue contre le Cancer qui s’opposait dans une polémique récente à la Fédération des Entreprises du Médicament (LEEM) en la dénonçant pour des prix « inaccessibles à de nombreux malades atteints de cancer, les condamnant à une mort certaine ». En période électorale et alors que sa popularité est microscopique et décroissante, c’est une manœuvre compréhensible : réclamer des médicaments abordables peut toujours passer pour une excellente intention.

gifa yeah ok shkreli

Or, l’enfer est, dit-on à raison, pavé de ces bonnes intentions, et François Hollande n’est pas le dernier des paveurs : pendant qu’il écrit son petit édito pour The Lancet, il semble oublier les petits effets indésirables de la « solution » qu’il préconise.

Oh, certes, pour le moment, notre marin d’eau douce à bouées intégrées se borne à demander l’ouverture des débats au sein du prochain G7, mais le but final est clair, déjà posé et explicité : mettre en place un processus décrété « irréversible » par le président lui-même afin d’aboutir à une régulation internationale du prix des médicaments.

Oui, vous avez bien lu : la régulationnite a encore frappé, et au-delà de nos frontières qui plus est. Pas d’échappatoire, pour obtenir des médicaments abordables, il faut un contrôle des prix, c’est évident.

Crony-Capitalism-Phony-CapitalismIci, je comprends bien que les libéraux, éternels défaitistes et toujours opposés à l’interventionnisme étatique, rappelleront sans hésiter qu’une telle régulation ne fera qu’alimenter le capitalisme de connivence qui sévit déjà de façon endémique dans tout le secteur médical. Et c’est vrai qu’en première analyse, le fait de bloquer les prix incitera grandement les industries productrices à graisser les pattes des politiciens pour s’assurer que leurs médicaments seront vendus à bons prix.

Au lieu de laisser faire le marché et la concurrence, au lieu de mettre en place des solutions à la fois innovantes et peu coûteuses comme le Crowdfunding (oui, même pour le cancer), au lieu d’assouplir les normes existantes, étouffantes, ou d’en ralentir l’avalanche qui interdit la mise sur le marché de solutions pourtant éprouvées, on choisira de tout réguler encore un peu plus. Il sera alors bien plus simple (et moins coûteux) pour une Big Pharma de s’entendre avec l’un ou l’autre élu pour s’assurer d’un confortable monopole sur un produit, ou un prix garanti judicieusement placé dans sa fourchette de rentabilité.

Cependant, ces libéraux auront tort, parce que l’idée vient d’un champion du Camp du Bien, qu’elle part d’une Bonne Intention, et qu’elle est destinée à sauver des vies. En conséquence de quoi, le capitalisme de connivence n’aura pas lieu. C’est comme ça.

À présent, je sens que les mêmes libéraux viendront me seriner que le contrôle des prix entraîne régulièrement des pénuries et un étranglement de la concurrence. Pfouah ! Individus égoïstes de peu de foi ! Tout le monde sait que les expériences de régulation de prix qui n’ont pas fonctionné doivent exclusivement leur échec à la mauvaise volonté du peuple, à l’existence de salauds de riches accapareurs et autres spéculateurs aux doigts crochus. Si le socialisme ne fonctionne pas, si le collectivisme s’écrase avec la misère des peuples et la mort des révolutionnaires, c’est parce qu’on n’est pas encore allé assez loin. À chaque fois. Pas de bol, que voulez-vous.

Hollande, capitaine de pédalo CCCPMais cette fois, c’est différent.

Avec Hollande comme Grand Timonier, nul doute que les négociations aboutiront à un Nouvel Ordre Mondial du Médicament, doté d’une Administration Efficace qui planifiera avec justesse la quantité, la qualité et les prix des drogues qui seront distribuées avec équité.

Bien évidemment, pour qu’un tel contrôle fonctionne, il semble impératif qu’on empêche une fois pour toute les consommateurs d’aller acheter leurs médicaments au prix le plus bas, qu’on peut pourtant facilement trouver sur internet. Cela supposera donc qu’il faille surveiller un peu plus étroitement internet et les moyens modernes de communication, mais c’est à ce prix que votre Santé n’aura pas de coût.

Vous verrez, tout se passera très bien, et ça ira mieux.

Hollande fucking loves cocaine
La solution préconisée par Hollande n’est en réalité qu’un énième avatar d’un dogme bien établi, celui qui veut que la santé n’ait qu’un coût et surtout pas de prix, ce dogme qui a petit à petit introduit une telle distorsion entre les consommateurs et les producteurs que, dans le meilleur des cas, les dettes s’empilent sur le système à un rythme effrayant, ou, dans le pire des cas, les patients n’ont tout simplement plus les moyens de couvrir leurs besoins.

Avec la taxation tous azimuts, le contrôle des prix représente l’alpha et l’oméga des « solutions socialistes » lorsqu’on parle du marché. En effet, pour les tenants de cette idéologie mortifère, le marché ne sera jamais capable de répondre aux besoins de tous et il faut donc absolument y intervenir massivement et le réguler, même si toute l’Histoire prouve le contraire et démontre l’erreur dramatique que constitue cette posture. Hollande, socialiste parfaitement dogmatique, ne déroge pas à la règle et n’hésite donc pas à tenir cette posture et proposer, encore une fois, cette « solution socialiste ».

Et en définitive, le problème n’est bien sûr pas qu’il propose cette « solution », mais bien qu’elle puisse s’étaler dans une revue scientifique de valeur qui ne devrait pas s’embarrasser de politique surtout lorsqu’elle a été prouvée catastrophique et qui devrait s’en tenir aux faits, peu tendres pour les aventures collectivistes.

Le sillon est donc tracé, les graines seront plantées, et, soyez-en sûrs, le bon gros socialisme fleurira avec vigueur. Franchement, qu’est-ce qui pourrait bien foirer ?

socialisme : des idées si géniales qu'elles doivent être imposées !

Commentaires127

  1. Le Gnôme

    Si Hollande le propose, il y a peu de chances que ce soit adopté, les étrangers connaissent l’état de la France.

    1. petit-chat

      Espérons, car de nombreuses Nations ont adhéré au délire du « changement » climatique organisé par le foutraque en place à l’Elysée.
      ‘sont capables de tout, entre copains, rappelons aussi le défilé de charlie-berk avec tous les escrocs planétaires.

  2. Aristarkke

    Nous faisons encore partie des sept pays les plus riches?
    Et d’être aussi discriminant pour le reste des autres pays ne gêne pas notre Peak de la Faribole ???

    1. BLACK MAMBA WARRIOR

      C’est la même question que je me posais … avec moult effort de la classe politique , nous serons bientôt classés dans la catégorie pays pauvre 😕

      1. Theo31

        C’est déjà fait. Tu vas au salon de l’automobile à Genève, on te répondra qu’en France sont fabriquées des voitures de pauvres.

          1. Aristarkke

            Déjà, elle est hors production depuis un bon quart de siècle et les dernières produites sortaient depuis longtemps du Portugal, ce qui ne les rendaient grançaises que de façon un peu douteuses…

            1. Bonsaï

              N’étant ici qu’une ignorante novice, j’en profite pour vous demander d’où vous vient cette curieuse habitude de convertir le « f » de France en « g ».
              Puis-je espérer une réponse à ce grand mystère de votre part ?

              1. Peste et coryza

                Il y a aussi la conversion du F en R, ou l’accolage d’un A au F.

                Le salon de l’auto de Genève… OMG, des courtisanes habillées en Kim Kardashian et des vieux prétentieux… un pauvre sandwich à 50 balles… manquait plus que Paris Hilton (et je suis sur de l’avoir vu !). Inutile de dire que je n’y ai jamais remis les pieds : la fête du village de Haute Luce, c’est quand même plus sympa.

                1. Pheldge

                  attends que je comprenne bien : tu y étais à ce salon de Genève ? c’était l’occasion d’en profiter pour faire des rencontres ! au lieu de pleurnicher ici que le monde est dur et injuste! faut forcer le destin parfois !

              2. Pheldge

                Tiens, comme je suis gentil je te mets le lien où cékesse que le sujet fut absorbé :
                h16free.com/2016/04/28/52628-une-etonnante-resilience#comment-551684
                😉

                1. Aristarkke

                  Pheldge : il y a au moins deux ou trois ans que je baptise ce pays Grance vu son cousinage de plus en plus éhonté avec la Grèce…
                  Je n’en ai d’ailleurs pas l’exclusivité d’emploi.

                  1. Pheldge

                    oui, je sais, mais la « svelte Helvète » qui ne grandit plus , semble avoir zappé le commentaire que je donne en lien où tu expliques rapidement le pourquoi de la chose. Tu me connais, moi, quand il s’agit de rendre service , et pro bono … 😉

                    1. Bonsaï

                      Il y a déjà 2 G : Grèce & Grande-Bretagne (voir Wikipedia).
                      Donc, ça va devenir compliqué d’y introduire la France (PIFGGS) et ça n’aura plus la tonalité comique. Le concours est donc ouvert pour trouver autre chose…

                    2. sam player

                      Bonsaï la GB est très loin d’être dans les PIIGS… (Portugal, Italy, Ireland, Greece and Spain)

                  1. Bonsaï

                    Mon info vient de Wikipedia en français, 21:45. Il y est précisé que les deux orthographes sont admises, selon qu’on y ajoute la Grande-Bretagne ou non.
                    Buenas noches amigo.

                    1. Bonsaï

                      erratum : ma requête était sur Wiki en anglais.
                      « Sometimes a second G (PIGGS or PIIGGS), for Great Britain, was also added. In 2012, Patrick Allen writing for CNBC suggested that France should be added to the list ».

                    2. sam player

                      Merci du lien. Je n’en avais jamais entendu parler et j’ai donc remonter la source qui provient en 1er d’un journal indien : The Hindou Business Line… bof bof le rédacteur a voulu faire un jeu de mot anticolonial certainement car si tu te réfères au graphique fourni à droite de la page de ton lien la dette UK était de 70% du PIB environ et y avait pas l’feu au lac 😀
                      Même l’Allemagne à l’époque avait un déficit vs PIB plus élevé que l’UK.

      1. Pheldge

        Vous ? explique un peu, t’as volé un passeport étranger ? tu as été adopté par une helvète complaisante et végétale-rabougrite ? (ce qui expliquerait tes dernières tirades et déclarations enflammées ) 😉

          1. Bonsaï

            Disons freinée sur un certain plan de développement, à savoir la taille. Ce qui ne peut que renforcer d’autres plans, je vous laisse deviner lesquels…

          2. Pheldge

            Comment t’as deviné que ça roulait fort entre la Bonzaye et le sam en tas ? t’as mérité le surnom de Père spicace 🙂

  3. Lambda Expression

    Développer une nouveau médicament coûte un méga over blinde sa race.
    Alors qu’est ce que je vais me faire chier a la claquer cette blinde si au bout on m’impose un prix de vente qui pourrait, au pire, ne pas couvrir mes frais ?
    Ou alors j’ai pas compris le sujet.

    1. « Développer une nouveau médicament coûte un méga over blinde sa race. »
      Oui et non. Ça dépend. Trouver une molécule coûte cher (mais pas toujours). La mettre sur le marché, en revanche, coûte toujours une blinde à cause des normes imposées par l’État. Il y a donc une partie variable (la création/découverte de la molécule, parfois coûteuse, parfois pas trop) et une partie fixe (la mise sur le marché). Au lieu de jouer sur la partie fixe directement dépendante de l’État, ce dernier espère que les industries joueront sur la partie variable. C’est un pari débile.

      1. Peste et coryza

        Dans la recherche médicale, ce sont les tests précliniques qui coutent le plus cher et toute la paperasserie qui va avec, de très loin (on a même créé des jobs spécifiques pour gérer cela : des ARC (attachés de recherche clinique)).
        La découverte et la caractérisation des molécules n’est pas la partie la plus couteuse, loin de là. Mais, d’après les stats, sur 1000 molécules découvertes, une seule obtiendra l’AMM.

      2. Gerldam

        Dans son avant dernier livre (Croissance zéro) Patrick Artus argumente que les molécules efficaces et faciles à trouver l’ont quasiment toutes été et que les nouvelles molécules coûtent effectivement fort cher à développer, indépendamment du coût exhorbitant de la mise sur le marché. Ce qui est certain, c’est que les marges des big pharma décroissent chaque année.

      3. Lambda Expression

        Ça me le laisse quoi….
        J’imaginais que la source des tracas du pedalomane était le prix dingue de certains médicaments récents.
        Hors, pour ceux ci, je pensais que le coût principal était en r&d.

          1. Lambda Expression

            ouch… sorry guys. shame on me.
            Sur « quoi » j’avoue. Sur « or » ou « hors » je pensais qu’on pouvait mettre l’un ou l’autre. Or, il n’en est est rien, j’en reste coi 🙂

      4. Aristarkke

        En présentant les choses ainsi, PDLF dédouane élégamment l’ Etat qui ne serait donc en rien responsable des coûts finaux et donc des prix de vente…

        Pendant qu’il y est, il pourrait aussi parler de sucrer l’ application de la TVA sur tous les médicaments, même si elle est dans les taux réduits pour tous ceux qui sont remboursables…

  4. sam player

    Je n’ai rien lu dans ce billet sur le fait que ce soit l’état qui accorde un privilège sous la forme de brevets et qui vient ensuite se plaindre du prix qu’il a lui-même contribué à s’établir à un niveau élevé.

    1. Le billet est déjà long, et j’avais l’intention d’en parler, mais ça aurait nécessité au moins 200 mots de plus. Le crowdfunding permet d’envisager de se passer de brevet, au passage.

  5. Royaumont

    Petite devinette : en 75 de régime soviétique, combien l’URSS a-t-elle inventé de molécules ?

    0.

    Pourquoi se priver d’un système aussi efficace, je vous le demande ?

    1. Peste et coryza

      C’est à minorer : Ils ont fait autrement. La recherche sur les bactériophages a été très poussée en URSS.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Phagoth%C3%A9rapie#Inconv.C3.A9nients_de_la_phagoth.C3.A9rapie
      Dans l’ouest, les phages sont tombés dans l’oubli avec l’avènement des anti biotiques (Eli Lilly en produisait encore avant la seconde guerre mondiale).

      Pareil pour la RPE, l’équivalent russe de la RMN.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sonance_paramagn%C3%A9tique_%C3%A9lectronique

    2. Hermès

      De mémoire ils étaient néanmoins très avancés sur la recherche en virus bactériophages. Recherches qui avaient été abandonnées dans le monde occidental quand les médicaments de synthèse s’étaient avérés plus faciles et moins coûteux a produire.
      J’ai lu quelques articles récemment qui disaient que les recherches sur les « phages » ont été relancées, car ils ont l’avantage de bouffer les bactéries ayant développé des résistances aux médicaments de synthèse.

    3. UnLorrain

      @ Royaumont…ahem,excusez du peu,un reportage entrevu sur canal il y a pas deux ans,un monsieur avec une très vilaine plaie a un pied,mal soigné en fait,parisien cet homme,il part se faire soigner en Georgie(methode russe je suppose?)grâce a des«phages»(semble être un bouillon de culture de bacterie conçu dans un labo,délabré ce labo mais fonctionne encore)il faudra plusieurs mois de traitement mais il sera guerit.
      Le reportage montrait aussi le cas d’une jeune fille avec un grave problème aux yeux,même méthode de soin appliqué façon collyre,pendant 15j elle sera soigné.
      Quel est la méthode la plus efficace peut-on se demander? Molécules vs bacteries ou bacterie vs bacterie?
      J’ai bien aimé un jour ce chercheur Allemand vu a la télé qui disait « n’oubliez pas que les bacteries etaient là avant vous et seront là après vous»…ça donne confiance en ce genre de chercheur ce type de propos,de constat je devrais ajouter.

      1. UnLorrain

        Excusez des fautes…surtout a «quel au lieu de quelle!!»
        Si vous avez du temps,allez écouter sur litteratureaudio Aurelien Scholl et son «un cas de névrose»,très cynique ce Aurelien,a propos de maladies,renommées pour avoir de nouveau une vogue prodigieuse..au moins pour quelque temps,ça a 130 ans son vieux pamphlet.

        1. Peste et coryza

          Un phage n’est pas une bactérie, mais un virus. Une jolie nanomachine faite de protéines, désignée pour reconnaitre, se fixer, et injecter son matériel génétique dans une bactérie spécifique.
          http://sites.crdp-aquitaine.fr/stl/files/2013/11/Bacteriophage2.jpg
          Un virus ne mange pas, ne respire, n’a aucune activité, et est incapable de se reproduire par lui même : il lui faut impérativement un hôte. Une bactérie, a contrario, peut se répliquer en colonies faisant la masse de la terre si on leur donne assez de bouffe.

          Les bactériophages utilisés en thérapie sont des parasitoides : ils tuent systématiquement leur hôte.
          Le parasitoïde le plus connu est sans doute celui là :
          http://www.journaldugeek.com/files/2014/01/alien___h_r__giger_bar_usa.jpg

          Le virus se fixe sur la bactérie, et injecte son matériel génétique. Celui va s’insérer dans l’ADN bactérien, et va détourner la machine cellulaire à son profit. La bactérie va donc devenir une usine à virus, et ceux ci (des milliers) seront libérés lors de la mort de bactérie (provoquée par le virus).

          1. Aristarkke

            Quand on doit les désigner, vos machins choses en phage, on ne commence par une racine socialis + quelque(s)chose(s)???
            On devrait! Parce que cela indiquerait immédiatement leur nature… 😆

          1. UnLorrain

            Il existe aussi audiocité,oui le site dont je parle est très intéressant,je me dois au fait,de redonner une petite contribution pour ces donneurs,euses,de voix qui se font entendre,et même,font connaître des auteurs..essayez de trouver ce peu connu, Zo d’Axa,son «vous n’êtes que des poires»a propos d’élection,vous rendra curieux de cet homme(anar,au contraire de Mirbeau il eut des actions condamnables.gallica offre quelques PDF sur Zo d’Axa,son journal,la feuille,l’En-dehors,se lisent comme un excellent blog…)

  6. Peste et coryza

    @H16
    50% des publis des revues scientifiques médicales sont considérées comme fausses ou comportant de sales erreurs… et ne sont pas exempts de biais idéologiques (le gauchisme socialiste fait aussi la loi dans les labos de recherche français).

    Et l’auteur de l’article n’est autre que F Hollande lui même… et c’est une édition spéciale.

    L’article de Seralini a été republié après correction, c’est dire.
    http://scholarly-journals.com/sjas/archive/2016/January/pdf/Gl%C3%B6ckner%20and%20S%C3%A9ralini.pdf
    Le journal a un impact factor de 1,3725. On est loin d’un Science, mais c’est quand même pas mal.

    1. doumet

      Quel journal a ce facteur d’impact ? Lancet est à 45.217, 4ème IF au monde, mieux que Science (à 33.611) mais les premières places sont toujours squattées par la médecine, donc pas très étonnant. Je n’ai pas trouvé le Scholarly Journal of Agricultural Science dans la liste des IF de 2014, dernière publiée en date…

      Ceci dit, la notion même d’IF concerne la recherche… je ne pense pas que l’édito en question rentre dans ces statistiques…

  7. Mickey

    Il y a un antalgique qui a été découvert, une molécule pas tout à fait morphine, mais de puissance équivalente, et qui existe dans plusieurs pays. En France, ce médicament est introuvable car l’HAS a exigé un prix de vente au niveau des génériques des médicaments existants.
    Nouveauté ? Alternative ? innovation ? Tolérance ? Allergie ? Aucun argument n’a pu leur faire changer leur point de vue que si un médicament existe, aucun n’ayant la même fonction ne peut être plus cher que le générique déjà existant.

    Bref, vous ne voulez pas de morphine ? Souffrez donc…

    1. Peste et coryza

      Son nom ?
      Sinon, il reste l’aspirine… ah non, elle a été interdite (anticoagulante, donc inutilisable avec des dispositifs médicaux).

  8. Bonsaï

    Pour commencer, merci à l’Auteur de lutter vaillamment contre les forces maléfiques qui voudraient tant étouffer cette voix dérangeante s’élevant jour après jour pour démontrer les ravages d’un régime corrompu.
    Sachez-le, bande de loups, le Gourou ne fait pas que méditer…

  9. hoh hup

    Yann Barthès va quitter « Le Petit Journal » de Canal+
    L’animateur Yann Barthès a annoncé à l’Agence France-Presse qu’il allait quitter « Le Petit Journal », l’émission satirique culte de Canal+ qu’il animait depuis 2011, et dont il présentera la dernière le 23 juin.
    « Je ne présenterai plus “Le Petit Journal” la saison prochaine. Je souhaite écrire avec les équipes de Bangumi [la société de production de l’émission] une nouvelle histoire et vivre de nouvelles aventures », a-t-il déclaré.

    encore une victime de bolloré ?

        1. BLACK MAMBA WARRIOR

          Non même pas !
          J’ai été très poli … Je t’ai sorti la version soft de mon désappointement face à ce énième hors sujet merdique …

    1. Calvin

      Pour une fois que hop hup edt raccord avec le sujet du jour.
      Et oui, le « Petit Journal » est un puissant anesthésiant.

  10. almerick

    A un moment donné, il y’a un problème de compatibilité entre profit et avancée de la recherche. Je ne saurais dire si cette video est un « fake » mais le principe n’en est pas moins tout à fait « valable »

    http://www.dailymotion.com/video/x5ak5o_cancer-du-sein-et-loi-du-marche_webcam

    Bref venir faire le guignol et annoncer une régulation des prix… c’est peut être même pas son idée, mais en tout cas, c’est en effet une énième brique de bêtise à ajouter à son palmarès.

    1. La vidéo présente un pan du problème : un médicament qui soigne très bien 1 type de cancer n’est pas rentable. Pas en lui-même, mais simplement parce que les coûts d’AMM sont prohibitifs (c’est ce morceau qui n’est pas montré). Autrement dit, si l’Etat n’était pas là pour accroître indûment les prix de mise sur le marché, plein de molécules trouveraient preneurs et seraient rentables.

      1. Peste et coryza

        Faut voir les effets secondaires. Les premiers anticancéreux tuaient parfois plus que les cancers qu’ils étaient sensés traiter…

        Et les normes se sont durcies : je ne suis pas sur que l’aspirine, pourtant médicament éprouvé, recevrait son AMM si elle devait être découverte aujourd’hui.

      2. sam player

        Oui sinon ce serait incompréhensible qu’une potentialité d’un marché de 600 millions soit laissée de côté vu que les frais de R&D ont déjà été engagés. C’est donc bien que les frais pour aller jusqu’à la commercialisation sont prohibitifs vs le gain escompté en tenant compte du fait que le médicament in fine ne reçoive pas son autorisation.
        En résumé : mettre 100 millions pour avoir une chance sur 4 d’être autorisé et ce pour un marché de 600 millions dont la marge brute sera de 60% c’est cher payé.

  11. Bonsaï

    Il faut bien que les industries pharmaceutiques rentrent un peu dans leurs frais pendant que leurs marges le permettent ! Or ces marges sont étroites dans le cas des brevets généralement de 20 ans.
    Le cauchemar des pharmas c’est le « patent cliff », l’expiration des brevets. La perte totale des labos pharmaceutiques s’est par exemple élevée à 120 milliards de US$ entre 2011 et 2015.
    En fin de compte, il s’agit donc plus du délicat équilibrage des ententes entre les diverses assurances et les pharmas, que de l’intérêt du patient lui-même qui n’est ici comme ailleurs que le dindon de la farce.

    1. sam player

      « La perte totale des labos pharmaceutiques s’est par exemple élevée à 120 milliards de US$ entre 2011 et 2015. »

      Appeler une perte un mankagagner dû à l’expiration des brevets, c’est à quelle ligne dans un bilan comptable ?

      1. Pheldge

        Ahhhh ça y’est , le grand mot est lâché : « la comptabilité » … Comment peux-tu être aussi bassement terre à terre quand il s’agit de la santé mondiale , tu n’as aucune ambition pour le bien de l’humanité, aucune grandeur d’âme ! 😀

    2. bibi

      Non le problème c’est le temps entre la découverte d’une nouvelle molécule et la mise sur le marché qui est de 10 ans grâce aux autorités de santé, qui pour chaque pays ont un processus différent d’ou le fait que certaines molécules soient disponible seulement dans certains pays, favorisant ainsi le capitalisme de connivence et l’entente entre les groupes pour ce partager certains marchés, il n’est pas rare de voir un médicament Sanofi autorisée en Europe et interdit aux USA quand son concurrent de chez Pfizer aura une autorisation pour le marché US et un refus pour le marché européen.

      Comme le régulateur c’est rendu compte que la durée de mise sur la marché était trop longue et que durant la moitié de vie du brevet les labos ne peuvent tirer aucun bénéfice il est instauré un certificat complémentaire de protection portant la durée du brevet à 25 ans portant ainsi à environ 15 ans la durée sur laquelle un labo doit faire son bénef.

  12. jeans82

    pour info, l’article est aussi visible ici https://ambafrance-us.org/spip.php?article7488 car sur TheLancet l’accès restreint

    C’est intéressant comme l’article commence par vendre notre système de santé si merveilleux et que tout le monde nous envie.
    François le Mou 1er du nom sauveur de la France et du reste du monde maintenant du dans l’article : « La France est déterminée à lutter contre le prix prohibitif de certains nouveaux médicaments, tout en favorisant l’innovation. » Ça sent la contradiction mais nul n’est parfait.

    Il faut aussi apprécier le donneur de leçon : « Je demande maintenant à la communauté internationale à assumer ses responsabilités »

    Il ne manque que le couplet « après avoir sauver les retraites, le système de santé et l’emploie en France, moi président….. » Mais François est si modeste.

    1. sam player

      Et on dit « Je demande maintenant à la communauté internationale à d’assumer ses responsabilités » car le sujet qui demande n’est pas le même que celui qui assume !

      jeparlelafrance.com

    2. john

      Les socialistes adorent cette expression d’assumer ses responsabilités.
      Ils ont créé des pertes de niveau de vie et de tentions partout à travers le monde mais n’en assument jamais aucune.
      Mais ça le sempechent pas de demander des comptes aux autres

  13. cherea

    « médicaments qu’on peut pourtant facilement trouver sur internet »

    On imagine déjà la boutique des fabricants indiens qui pompent les brevets des big pharma de l’ouest sur Open Bazaar, bref demain, avec un peu de volonté chacun pourra trouver les médicaments qu’il veut pour 100€ par mois.

      1. jeans82

        Le problème des médicaments sur internet c’est d’être sur avoir le bon et pas un produit contrefait ou sans consistance.
        Il faut dire que le gouvernent a déjà communiqué sur les méchants sites de vente de médicaments par internet et lutte contre le risque de voir de faut médicament inonder le marché et indirectement de perdre sa main mise sur la santé.
        Il me semble qu’il y a des contrôles cibles par les douanes sur les colis pouvant contenir des boites de pilules très facilement identifiable aux rayons x.

        1. bibi

          Non car vous pouvez trouver la plus part des molécules produites par les majors (qu’elles soient brevetés ou dans le domaine public) à moindre cout selon les pays.

          On se rappellera de Shkreli qui en rachetant l’unique producteur aux USA de pyriméthamine en augmenta le prix de plus de 5000% en passant la pilule de 13,50 à 750USD quand dans le même temps la molécule produite par GSK se vendait au Mexique et au Canada aux environs 1USD et à 0.1$ en Inde par un entreprise spécialiste en générique.

          Je pense qu’à 1USD la pilule GSK canadienne il n’est pas utile d’aller s’approvisionner en Inde dont on peut avoir des craintes légitimes non pas sur la fabricant mais sur le circuit de distribution.

        1. Royaumont

          Quand j’entends ActUp, je sors mon pistolet. Ils veulent être entendus, mais eux n’écoutent personne. Si leur stratégie était efficace, on aurait eu le temps de s’en rendre compte, mais non, ils continuent à jouer les donneurs de leçon.

      1. Pheldge

        Sam, je lis jean82 plus haut : « Il me semble qu’il y a des contrôles cibles par les douanes sur les colis pouvant contenir des boites de pilules très facilement identifiable aux rayons x … » Fais gaffe désormais quand tu te commandes ton « Maximen Pills », mec, sinon tu vas te faire pécho ! Bon, pour le téflon ça va encore … 😉

  14. jeans82

    Il y a aussi un passage qui devrait plaire aux professionnels de santé rémunérés par les cotisations des travailleurs laborieux.
    « Ceci est également la condition de former correctement et rémunérer les travailleurs de la santé qui manquent cruellement dans les pays à ressources limitées. »
    Bon là ce n’est pas de chance il fait référence au personnel de santé des pays pauvres…. Mais en France tout va bien non ?

    1. Aristarkke

      Au Val-de-Grâce et autres Hôpital Américain, il y a toutes les spécialités médicales dont leurs Éminences peuvent avoir besoin.
      Plus le médecin élyséen pour les dépannages d’urgence.
      Tout baigne donc…

  15. Pere Collateur

    Admettons que ca se fasse. On fixe un prix pour chaque médicament, prix qui sera considéré comme pas cher pour les pays du G7.

    Mais ce qui n’est pas cher pour un citoyen d’un pays du G7, ca peut etre tres cher pour un Indien ou un Bingladi etc…

    Du coup on fait quoi? On fixe un prix pas cher en fonction du PIB des différents pays? Du coup tout le monde va acheter les médocs la ou ca coute des clopinettes…

    Y a rien a faire, ces socialo constructivistes sont vraiment tres tres cons.

    1. bibi

      Allons, allons ne soyez pas médisant, on a bien vu en URSS que l’administration avait une capacité à fixer le prix juste des choses avec une étonnante acuité, au point que tout le monde pouvait acheter la même chose à part égale à savoir rien.

      1. Aristarkke

        Oh! Mais c’est pas un peu fini de passer votre temps à médire sur le socialisme et ses bienfaits.

        J’ai posté un commentaire définitif dénonçant cette attitude injuste pas plus tard que la semaine dernière et v’là-t’y-pas que vous récidivez!!!

        Avec la dernière illustration, vous surpassez votre niveau habituel de médisance à l’ encontre du socialisme, Patron!
        Vous tenez en fait l’ illustration concrète que le planisme prolétarien aboutit exactement à la production juste calibrée aux stricts besoins de la population d’ un endroit donné. Si bien qu’après que les courses sont faites, il est normal qu’il ne reste rien en rayon.
        Pas de gas-pi-lla-ge sous le règne du socialisme, voilà une de ses supériorités…
        Voilà ce que vous pourriez lire sous la plume d’un gauchiste patenté….
        Bon évidemment, pour satisfaire les petites envies de petits extras par rapport à l’ ordinaire ainsi balisé, il y a encore besoin de quelques réglages mais Paris ou Caracas ou Moscou ne s’est pas faite en un jour…

        Qu’est ce premier siècle où les bons réglages n’ont pas été atteints au regard des millénaires de l’histoire humaine???
        Voyons!!!
        Un peu de patience et à long terme, nous serons tous morts, le nirvâna soce sera immanquablement atteint…

  16. hoh hup

    Accusé d’agressions sexuelles, Denis Baupin renonce à la vice-présidence de l’Assemblée nationale

    voila qui va faire tache chez les écolos

    1. bibi

      Ce n’est pas pour défendre Baupin mais en plus d’être écologiste il est marié à Emanuelle Cosse, ce qui est quand même signe qu’il souffre d’une grave maladie mentale.

      1. Pheldge

        m’est avis que côté plumard, il doit être frustré ! c’est pas sa faute donc ! On ne se rend pas compte des sacrifices qu’ils font pour nous ces politiques : Cosse y a perdu sa ligne (dans tous les sens possibles du terme 😉 ) et donc son époux , lui a du compenser et reporter ses besoins affectifs … c’est dur ! ils font ça pour notre bien ! et on les villipende avec ingratitude au moindre faux pas …

        1. Peste et coryza

          Non, Cosse a perdu sa ligne car il ne l’a lutine pas assez, et elle s’est remplie d’orgueil et d’idées creuses.
          En même temps, qui voudrait de Cosse ? Même moi j’en veux pas.

          Baupin est un pervers polymorphe, un de plus… on le castre, et on n’en parle plus.

        1. Pheldge

          Ah … moi on m’a dit qu’il se serait confié « faut comprendre, j’ai des besoins d’homme, et c’est pas avec ce que je gagne que je peux me payer des escorts comme Zahia, je suis pas footballeur moi ! »

  17. Pheldge

    HS : un espoir pour Hollande au cas où ça ne se passerait pas bien pour 2017 :
    lefigaro.fr/flash-actu/2016/05/09/97001-20160509FILWWW00213-bresil-le-president-de-l-assemblee-annule-le-vote-des-deputes-sur-la-destitution-de-rousseff.php

    1. Aristarkke

      UN qui n’a pas compris le sens de « Je suis leur chef, donc je les suis… »
      (Peut-être que le portugais ne rend pas convenablement la locution française…)

      Remarquons que laisser des députés destituer un membre éminent du Kamdubien, risquerait de créer un précédent (fâcheux) et pas seulement qu’au Brésil…

  18. Pheldge

    Une autre raison d’espérer :
    lefigaro.fr/flash-actu/2016/05/09/97001-20160509FILWWW00206-le-president-islandais-renonce-a-etre-candidat.php

  19. albundy17

    Pépère s’est fendu d’un tweet le 8 mai : « nous continuons d’avancer, sans regrets ni calculs »

    Bon résumé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.