Les rebondissements de Bitcoin

Depuis quelques jours s’accumulent différentes nouvelles au sujet de Bitcoin. Il faut dire que la monnaie numérique, relativement sage depuis le début de l’année, recommence à marquer quelques signes de fébrilité avec une volatilité en hausse marquée ces derniers jours. Parallèlement, le monde politique semble à nouveau se pencher sur son existence…

Et depuis la fin du mois de mai, on observe une brusque montée dans le cours du Bitcoin. Depuis le début de l’année, la monnaie numérique oscillait doucement atour de 400€ par Bitcoin, avec une tendance, assez calme, à une hausse modérée. Depuis le 25 mai, en revanche, le prix d’un bitcoin en euros et en dollars a subitement grimpé, affichant rapidement 450€ puis 500€ par bitcoin, pour atteindre plus de 600€ à l’heure où ces lignes sont écrites.

chart - bitcoin juin 2016

Cliquez pour agrandir

Bien entendu, on peut très bien mettre cette brusque hausse du cours du Bitcoin sur le compte de la jeunesse de cette monnaie, sur une nouvelle poussée de fièvre plus ou moins irrationnelle. On peut aussi noter que deux phénomènes entretiennent justement cette hausse.

Le premier tient probablement à la ruée des Chinois sur la monnaie numérique : tout indique en effet (à commencer par les volumes traités par OKCoin Exchange, une plateforme chinoise d’échange de Bitcoin) que certains d’entre eux ont jugé le temps venu d’acheter des bitcoins pour échapper aux contrôles des capitaux que les autorités chinoises sont en train de mettre en place en République Populaire. Et même s’il s’agit d’une faible proportion de Chinois qui s’intéressent à ce marché, et même s’il s’agit d’une faible proportion de leurs liquidité, la quantité totale de Chinois et la quantité totale des liquidités disponibles (on parle en trillions de dollars), ajoutés à la relative étroitesse du marché Bitcoin entraînent inévitablement des effets importants sur les cours… Qui bondissent.

Du reste, cette explication permet aussi d’expliquer, au moins en partie, que le cours de l’Ethereum a récemment subi, lui aussi, une hausse notable. Monnaie numérique répondant à des critères différents de Bitcoin, et résolument orientée vers la notion de « smart contract », cette monnaie en plein développement attire un intérêt marqué qui lui permet de se placer actuellement dans le sillage de Bitcoin. En outre, son cours plus modeste (on tourne autour de 18$ actuellement par Ether) offre une entrée plus facile aux investisseurs débutants.

chart - euthereum juin 2016

Cliquez pour agrandir

À ceci s’ajoute pour une bonne part l’anticipation de la prochaine opération d’importance sur la production de Bitcoin : dans un peu plus d’une vingtaine de jours, la récompense pour le minage des blocs va être divisée par deux (« halving »). Rappelons que la monnaie numérique est basée sur la technologie de la blockchain dont la sécurisation est assurée par le minage, c’est-à-dire la vérification d’un bloc de transactions et son ajout au reste de la blockchain. Vérification qui, lorsqu’elle est menée à bien, permet à ceux qui la réalisent de toucher un nombre fixe de bitcoins : 50 depuis la création de Bitcoin, puis 25 à partir du 28 novembre 2012, et normalement 12,5 autour du 10 juillet 2016.

Assez mécaniquement, les bitcoins nouvellement produits seront donc moins nombreux. La production devenant plus faible, le prix devrait sensiblement augmenter (ce qui avait d’ailleurs été observé lors du précédent « halving », le bitcoin gagnant près de 10% autour de cette date), et ce d’autant plus si la demande, elle, continue d’être ferme comme on l’observe actuellement.

bitcoin coins and bars

Parallèlement, le monde politique recommence à s’agiter sur ces questions de monnaie numérique. Peut-être sont-ce ces mouvements de hausse et cette volatilité qui ont poussé certains politiciens à émettre des borborygmes au sujet de la monnaie numérique ? En tout cas, questions gargouillements impromptus, nous avons été servis du côté du Front National qui n’a pas pu s’empêcher d’expliquer vouloir une loi pour interdire cette abomination en France.

Peut-on s’en étonner ? Par nature, Bitcoin permet l’affranchissement des individus de toute tutelle étatique en séparant de façon étanche leurs activités financières des doigts particulièrement rapaces (et boudinés) de l’État omniventripotent. Un parti qui a placé si haut le rôle de l’État au point d’en faire l’alpha et l’oméga de toute solution aux problèmes des Français ne peut guère laisser se développer une telle technologie, surtout si, in fine, elle remet clairement en cause la façon dont peut être collecté l’impôt (toujours citoyen, toujours festif, toujours légitime et toujours consenti, bien sûr).

De façon diamétralement opposée, notons l’incroyable proposition d’une dizaine de députés LR emmenés par Laure de la Raudière qui souhaitent donner une valeur probante aux enregistrements de transactions authentifiés par une technologie de type blockchain. Deux amendements (n°227 et 229) à l’actuelle loi de modernisation de la vie économique ont en effet été déposés en ce sens et permettraient par exemple d’utiliser une blockchain pour des transferts de propriété, que ce soit des actions ou des biens immobiliers, en remplacement de certains actes (notariés, typiquement).

gifa partying

Certes, l’actuelle écriture de ces amendements laisse une place extrêmement large à la notion même de blockchain et la lie à une définition établie par décret en Conseil d’État, ce qui peut aboutir à tout et surtout n’importe quoi comme le législateur nous y habitue de façon assez régulière. Il ne faudra pas se réjouir trop vite.

Cependant, l’existence même de ces deux amendements permet d’entrevoir comme une lumière au bout d’un long tunnel d’obscurantisme où, enfin, certains députés ont pris la mesure du siècle dans lequel ils s’inscrivent et tentent de s’accommoder des nouvelles technologies. Si, de surcroît, ils font pour une fois l’effort d’incorporer celles qui sont les plus révolutionnaires dans leurs réflexions, on ne peut que les en féliciter.

D’autant que ces amendements signent, en pratique, la fin des monopoles plus ou moins clairs de certaines professions lourdement réglementées qui interviennent lors des passations de propriété, depuis les courtiers boursiers jusqu’aux notaires, et depuis l’achat ou la vente d’actions jusqu’à celles de propriétés immobilières. En pratique, ces deux amendements pourraient provoquer une véritable révolution en France qui prendrait alors une très sérieuse avance dans la maîtrise des technologies à base de blockchain.

Cependant, ne rêvons pas. Ces députés novateurs sauront largement rencontrer l’imputrescible résistance du conservatisme le plus banal dans cette vieille République. Jean-Jacques Urvoas, actuel Garde des Sceaux, faisant preuve de toute l’opacité mentale qu’il faut pour justifier son poste, a d’ailleurs largement fait comprendre qu’il était densément, farouchement et obstinément contre ce genre d’aventure numérique. Devant les notaires, le politicien s’est bien gardé de donner la moindre marge de manœuvre à cette idée abominable pour la corporation en place.

Pour le brave Jean-Jacques, la député voudrait « permettre à la France de prendre une avance juridique en ce qui concerne la reconnaissance des effets juridiques de l’utilisation de la « blockchain » dans les opérations sur instruments financiers et devises », et voyez-vous mes petits amis, « prendre une avance juridique » est quelque chose qu’en France, on ne fait pas : on commence comme ça et, de fil en aiguille, on se modernise, on simplifie la bureaucratie, on élague les vieux machins pourris, on nettoie que dis-je, on kärcherise, et pouf, le pays n’est plus le même et frise l’efficacité. Impensable.

gifa epic fail gym

La révolution Bitcoin continuera donc sans les Français, correctement protégés par Urvoas et sa clique. Pour les autres, Chinois en tête, ils y verront l’occasion d’échapper au contrôle des capitaux et peut-être même de se faire une coquette plus-value…

Commentaires168

    1. Bien évidemment, c’est le risque. Mais la bonne nouvelle, c’est que certains députés commencent à comprendre que cette blockchain pourrait être le levier nécessaire pour faire sauter certains verrous, tout comme Uber le fut pour bien saper les bases du monopole des taxis en France.

  1. Aloux

    Il y a quelque mois tout le monde se gaussait d’un Bitcoin empêtré dans la guerre pichrocholine de la taille des blocs, mais manifestement il n’a pas dit son dernier mot. En plus maintenant qu’ethereum a prouvé qu’il y avait de la place pour des crypto conceptuellement différentes je ne vois vraiment plus ce qui pourrait ralentir le progrès des cryptomonnaies.

  2. Aristarkke

    La nouveauté que constitue la blockchain en matière de sécurisation ne pourrait-elle pas être mise à profit par des aigrefins pour escroquer en en faisant passer pour telle une autre méthode sans aucune équivalence sauf l’ apparence???
    Qui garantira que la blockchain utilisée est authentique???

    1. Justement : n’importe qui peut voir toutes les transactions d’une blockchain donnée. Pour bidonner une blockchain, il faut une puissance de calcul supérieure ou égale à la moitié de la puissance de calcul disponible pour une chaîne cible. Autrement dit, pour BTC, il faudrait disposer d’une puissance de calcul de 75.000 Terahash/seconde actuellement. Ça représente un petit investissement de base pour l’aigrefin.

        1. sam player

          Celui qui le ferait avec le bitcoin verrait son portefeuille ne plus avoir de valeur (perte de confiance)… donc quel intérêt puisque le but serait théoriquement l’inverse ?

          1. yjtr

            Déglinguer la monnaie, tout rafler quand les cours se sont crashés, puis attendre que ça remonte, revendre ou maîtriser la monnaie.

            1. albundy17

              Sorros, sort de ce coprs.

              Je ne comprends rien aux blockchain(s), mais si c’est si sécurisé, ne devrions nous pas l’appliquer aux votes, ça terminerait les bourrages d’urnes ou leurs suspicions ?

              Je vois qu’en autriche, devant des 146 % de vote pour tel parti a certains endroits, ça crée un peu de foutoir

              1. GrosBen

                Oui un système à base de blockchain publique serait parfait pour avoir un système électoral inviolable.
                Mais bon, quand nos politiciens voudront moderniser le vote, ils préfèreront un système électronique fermé conçu par des sociétés amies.

            2. sam player

              yjtr
              Dézinguer cette monnaie oui pour la mettre à tere.
              Mais spéculer sur une hausse après l’avoir mise à zéro faut pas rêver, la confiance aurait disparu.

              1. yjtr

                Vous préjugez de l’intelligence humaine, vous devriez regarder les résultats électoraux sur quelques décennies pour vous rafraîchir la mémoire.

    2. Aloux

      Justement ce qui garantit l’intégrité d’une blockchain c’est le « token » utilisé pour récompenser les mineurs, dont le plus connu est… Bitcoin. La blockchain de Bitcoin est aujourd’hui la plus sûre et de loin, parce que les mineurs ont des incitations puissantes à conserver la confiance dans la blockchain.

      En plus, ils sont nombreux et en concurrence pour aligner la plus grande puissance de calcul possible, ce qui rend une attaque 51% particulièrement complexe et surtout coûteuse !

      En fait retirez le token avec une valeur de marché, et votre blockchain devient une base de données distribuées relativement falsifiable. Quelque chose me dit que pour les banques ce serait plus une feature qu’un défaut de conception.

      1. GrosBen

        Il ne faut pas oublier toutefois que les mécanismes de marché font que les mineurs de Bitcoin se concentrent au même endroit. 95% des bitcoins sont minés en Chine par 2 ou 3 sociétés différentes qui s’installent où l’électricité est en surplus.
        Si demain la Chine fait fermer ces fermes de minage, cela va poser un gros problème car le réseau sera paralysé et il sera impossible de le faire repartir sans disposer de ce matériel de minage spécialisé (le matos informatique standard est devenu dérisoire pour miner). Le paradoxe étant qu’il faut continuer à miner des blocs pour voir la difficulté baisser.
        Et sans même parler d’intervention étatique, en cas de crash du cours du BTC pour x raison il est possible qu’il devienne inintéressant pour ces sociétés de miner, ce qui paralyse le réseau et donc fait baisser le cours… cercle vicieux. Ce mécanisme a déjà mis à mort plusieurs alt-coins (d’où l’invention du Kimoto’s gravity well).
        Il s’agit là d’une erreur de conception à ne pas sous-estimer, à l’heure actuelle il est faux de dire que le BTC est décentralisé. Je trouve que l’Ethereum est beaucoup mieux foutu à ce niveau avec une première phase POW qui permet une large distribution initiale de la monnaie puis le passage au POS permettant d’éviter la centralisation des mineurs et de faire taire les critiques sur le gaspillage énergétique.

        1. Hum. Si demain, les principaux mineurs chinois (qui représentent un peu plus de 70%, pas 95%) sont retirés, le hashrate s’effondre (mais le minage continue ailleurs). Dans les heures qui suivent, la difficulté s’effondre aussi (par protocole) ce qui va modifier la donne de façon notoire. Pour le POS d’éthereum, pour le moment, on est sur de la pure spéculation.

          1. GrosBen

            Non la difficulté ne baisse pas dans les heures qui suivent. L’ajustement se fait tous les 2016 blocks, cela prend 2 semaines en temps normal, beaucoup plus si le hashrate s’effondre. Aussi, la difficulté ne peut être divisée que par 2 maximum (ou 4 je sais plus) à chaque ajustement.
            95% minés en Chine c’est le chiffre que j’ai entendu après la fermeture de KNC, c’est peut-être exagéré en effet.

            1. Kazar

              Avec des considérations aussi techniques et peu accessibles au commun des mortels, convenez que l’utilisateur informatique lambda ne soit pas encore prêt à utiliser le bitcoin…

              1. Pheldge

                l’utilisateur informatique lambda, il lui manque un support physique … quand albundy il parle de l’avion, l’avion, tu le vois, tu peux le toucher. Le BTC a ce coté abstrait irréel … et puis c’est sorti comme ça , tout d’un coup, alors que la monnaie physique est aussi vieille que l’humanité …

                1. Jiff

                  « l’utilisateur informatique lambda, il lui manque un support physique »

                  Rien n’empêche de construire un porte-monnaie sécurisé qui tient dans la poche (mais pas comme bull avec l’ancètre de monéo) – reste que ça nécessite d’avoir une relative confiance dans les fabricants (chose impossible depuis longtemps dans le hard informatique.)

                  De toute façon, quand le besoin s’en fera vraiment sentir, des gens trouverons bien une solution facile à utiliser (bon, p’têt pas dans le pays où l’on étouffe l’innovation et la création, mais sûrement ailleurs;-p)

                  1. Pheldge

                    ce que je voulais dire c’est qu’il y a une tradition et des habitudes millénaires dans l’utilisation du cash … et en face avec le BTC, cépapareil ! 🙂

                    1. Jiff

                      « cépapareil »

                      C’est parce que tu raisonnes en terme de pièces et billets, mais c’est exactement la même chose avec BTC; c’est même beaucoup moins visible.
                      Et la transaction n’exclue en aucune manière la subrogation, comme un retour aux chèques non-barrés.

                      Et puis, du moment que le café-pipe est payé, le meilleur moment, c’est quand même lorsque tu le savoures 😉

                    2. Pheldge

                      je n’ai pas besoin d’être convaincu, je pense à M. Lambda, qui aime bien être rassuré avec des pièces et des billets dans sa cheu-po … je parle de la sensation physique, du plaisir tactile de palper des biffetons ..

                    3. Pheldge

                      @ Bonzaye : « Un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras. » et un bon zaye, ça vaut mieux que deux quoi ? 😉

                    4. Aloux

                      Sur la soi-disant tradition millénaire du cash, le papier-monnaie que M. Toutlemonde trouve si rassurant aujourd’hui était encore regardé avec méfiance il y a 3 générations en Europe. Ce genre de choses changent, ça prendra sûrement 1 ou 2 générations mais il me paraît probable qu’un jour les crypto seront un objet du quotidien pour une majorité de personnes.

                      Ce qui ne veut pas forcément dire qu’ils comprendront son fonctionnement d’ailleurs (demander à un passant s’il comprend d’où sort le billet de 20€ qu’il a dans la poche aujourd’hui…)

                    5. Pheldge

                      @ Aloux : ça prendra sûrement 1 ou 2 générations … » oui, et il peut y avoir d’autres innovations dans le domaine des crypto-monnaies … Je dis seulement qu’en dehors des geeks, l’engouement va prendre du temps …

  3. Calgon

    Euuuuuh, j’y connais à peu prêt rien en économie de marché et échange boursier mais la hausse du bitcoin ne serait-elle pas aussi un peu liée à la dévaluation de l’€ par les super et multiples QE de notre bonne BCE ?

    1. yjtr

      Ca pourrait être l’euro qui baisse en effet, mais le BTC augmente également par rapport aux autres monnaies, donc il n’y a pas que ça.

      1. albundy17

        L’or aussi grimpe, il faut remonter à plus de trois ans pour avoir les mêmes cours, peut être que les gens fuient vers ce qui risque de rester après.

  4. Peste et coryza

    Suite à l’article de Nathalie MP sur contrepoint, j’avais posé une question, mais j’ai été censuré. Je la repose ici.

    De nombreuses professions (juge, le travail de l’oncle des deux enfants échangeant du bitcoin) sont payées par l’impôt.
    Mais c’est aussi le cas des policiers, députés, etc.. or le bitcoin est fait pour échapper aux griffes des états, si j’ai bien compris. Cela pose problème… car c’est nouveau : l’état, du mamamouchi Hollande au mafieux en costard, ne vit pas du commerce ou de la création de richesse, mais des taxes et du pillage, voire du commerce « d’assurances ».

    1. « le bitcoin est fait pour échapper aux griffes des états »
      Non, c’est un sous-produit de l’absence de tiers de confiance. Il n’a pas été conçu pour échapper à l’Etat, mais pour se passer de tiers de confiance, dont l’État.

  5. Pere Collateur

    Ok, c’est prometteur comme techno, mais ca restera infiniment marginal pour encore un sacré bout de temps.

    Parce qu’il faut bien savoir que l’écrasante majorité des gens, ayant encore un mal de chien à réaliser des choses simples, comme browser les reseaux wifi à proximité et s’y connecter, vous imaginez bien qu’on est pas pret de les voir comprendre le principe des crypto monnaies.

    Et même si ils comprennent, ils n’en voudront pas, car la premiere reflexion que vous aurez, c’est, « qu’est ce qui se passe si internet est coupé ».

    Et on ne peut pas leur donner tord. L’acces à internet, c’est actuellement très fragile, et je ne vois pas la chose s’améliorer. Se rendre dépendant de quelque chose d’aussi peu fiable est à mon sens, une erreur monumentale.

    Je le déplore, mais les temps sont plus aux survivalistes plutot qu’au progres scientifique et technique. Ca reviendra peut etre apres le grand nettoyage, mais en attendant, bitcoin, le commun s’en rebat les miches.

    1. Pheldge

      réflexion frappée au Bitcoin du bon sens 😉
      Au passage mon Père, c’est « avoir tort » pas « tord » bien que la racine soit la même, on écrit ça-comme. Vous nous f’rez 35 ave pour vot’ pénitence 🙂

    2. sam player

      Ne pas comprendre le fonctionnement du moteur à explosion n’empêche pas d’acheter une voiture ni de l’utiliser (j’en ai plein d’autres des exemples).

      Quand au réseau internet il est bâti sur des noeuds, donc à moins qu’une pelleteuse sectionne votre câble final, la liaison passera par un autre noeud, tout comme si la route vers votre domicile est coupée vous pourrez quand même le rejoindre ce domicile en passant ailleurs.

      Et s’il n’y a plus d’internet c’est comme si il n’y avait plus d’essence… votre problème de base ne sera pas le manque d’essence.

      1. Pere Collateur

        Sauf que, sauf que, il y a peu, il y a eu pas mal d’innondations dans notre beau pays, et que même dans la forêt ou je vis, le ternet, ben y en avais plus. Et comme c’est de la bonne fibre avec une bonne box, qui fournit telephone, Tv et le ternet, ben tout ca, bye bye. Et que ca a mis le temps à revenir. Genre 3 jours.

        Ensuite, les temps etant troublés, et comme de plus en plus de gens, je pense que ca va tanguer sévère, vous pensez bien que la maintenance des réseaux, si tout le monde en est à tenter de trouver à bouffer, ca va pas être la priorité.

        Du coup entre les survivalistes et leurs piécetes brillantes, voir dorées, et les Chinois qui stoquent plutot en bitcoin, ne m’en voulez pas, mais moi, je mise sur les premiers.

        Et je ne suis pas technophobe. Bien au contraire, puisque je suis du métier, même que j’y était déja dès 1983. Comme vous je me désole que le potentiel de ces technologies soit si peu exploité. Mais on vit dans la réalité, et celle ci nous dirige vers le mode de vie de nos grand père, et pas vraiment vers une société à la Star Treck.

        Par contre, si vous me proposer de signer un papier magique qui ferait que toutes mes prévisions funestes soient fausses et qui fait également que toutes celles à venir le seront tout autant, je vous le signe directement! Et gratos en plus.

        1. albundy17

          S’il y a une grosse panne internet comme vous l’évoquez, votre CB est également morte, et ce n’est pas votre banquier qui vous filera des biffetons, non ?

          1. sam player

            Et je raouterai à l’attention de Père Collateur que si tu n’as plus d’internet à la maison (inondations) tu ne peux pas faire d’achat depuis ton domicile… et ça m’étonnerait que tu aies un distributeur de billets à ta porte.
            Je souhaite juste informer, et non faire changer d’avis.
            La seule question à se poser avec bitcoin est : le système sera-t-il pérenne ? Et de comparer avec le système actuel puis de placer ses actifs en conséquence.

          2. Pere Collateur

            On est là en terrain connu, et il reste toujours le liquide.

            Par contre, pour le numerique, on est, pour l’écrasante majorité des gens en terrain inconnu, car en dehors de leur zone de confort.

            Que le distributeur ne fonctionne pas, le commun sait que ca peut arriver, que ca arrive et que ca arrivera encore. Et donc il a toujours un peu de cash dans un coin.

            En ce qui concerne internet et tout ce qui s’y passe, c’est limite un autre monde pour la majorité. Et il ne sont pas du tout, mais alors pas du tout à l’aise avec ca. Et donc méfiance, ce qui est tout à fait humain.

            Notre problème ici, c’est qu’on est majoritairement technophile, et à l’aise avec ces choses là et qu’on pense naivement que c’est le cas de tous.
            Détrompez vous! Beaucoup viennent à peine de découvrir la chose, et l’utilise un peu comme un truc ou on peu trouver des produits moins cher, des trucs et astuces en cuisine, bricolage, jardinage etc…
            Il y a aussi la decouverte de facebook pour s’echanger des conneries avec les voisins/amis/famille et le mail ne sert qu’à se faire passer de powepoint rigolos avec des chats mignons et des histoires de méchants musulmans qui envahissent la france et qu’on en a marre non mais Ho! Votez la marine!

            Mais de là à confirer ses sous si cherement acquis à ce truc ludique, mais qui inspire pas confiance…

            Vous n’imaginez pas le nombre de ces internautes qui refusent d’acheter quoi que ce soit en ligne.

            En plus, à chaque fois qu’il y a un truc, genre icone plus là, c’est la panique et on va taper à la porte du « mec qui s’y connait » du coin.

            Bref, la majorité n’accorde aucune confiance ni aucun crédit à l’informatique. Et même ceux qui en sont s’en méfient. Moi même, libriste convaincu, j’ai viré parano depuis bien longtemps.
            Et donc comment voulez vous donc qu’un truc comme bitcoin ait plus qu’un succès d’estime dans ces conditions?

            1. albundy17

              « j’ai viré parano »

              Pas assez apparemment, vous avez encore un banquier.

              Quand je vois toutes ces banques qui se mettent en faillite depuis le début de l’année rien qu’en zone euro, avec comptes bloqués et les yeux pour pleurer pour les clients.

              Je n’ai pas encore sauté le pas et m’interroge a poser un pognon soit dans des banques à priori solides, soit dans de la cryptomonnaie (perdu pour perdu, de toute manières)

              Le merdier avec les banques solides, c’est la paperasse et la distance. Le bitcoin m’enmerde surtout par sa variabilité.

                1. albundy17

                  Les banques suisses n’ont plus trop le droit de blanchir comme par le passé, leurs marges vont être bien impactées et je ne penserai pas a la suisse pour me mettre a l’abri..

                  ça dégraisse à mort d’ailleurs

                2. Royaumont

                  @Bonsaï.
                  Crédit Suisse n’a pas l’air en super-forme… Et avec des taux à 10 ans négatifs, ça n’augure rien de bon.

                  1. Kazar

                    Pour les assureurs aussi c’est chaud. D’ailleurs, le gouvernement prépare doucement la spoliation des épargnants histoire d’essayer d’éviter leur faillite (et donc de celle des banques également, vu les liens existant entre la banque et l’assurance).
                    http://www.insolentiae.com/suspendre-retarder-ou-limiter-votre-acces-a-votre-assurance-vie-la-nouvelle-loi-dont-personne-ne-vous-a-parle-ledito-de-charles-sannat/
                    http://www.lefigaro.fr/assurance/2016/06/14/05005-20160614ARTFIG00186-assurance-vie-vers-une-forte-baisse-de-la-remuneration-des-fonds-en-euros.php

              1. Pere Collateur

                Effectivement j’ai encore un banquier… Parce que c’est obligatoire en France. Un employeur ne peut pas vous payer en liquide (contrairement à l’Allemagne par exemple). Croyez bien que si je pouvait recevoir mes retributions en physique, que ca ferait longtemps que je l’aurait exigé. Au moins en France.

                Du coup, question banque j’en ai même plusieurs, afin de répartir les risques. Même si je sais que c’est en ce moment totallement illusoire.

                D’ailleurs pour rester sur le sujet, je vais vous raconter une annectdote:

                J’ai un compte Bink, sur lequel je n’ai plus de positions depuis 2011. Cependant ces derniers temps, je pense qu’ils ont pas mal de problèmes, car j’ai recu une salve de mails de leur part me disant que mon nouveau compte a bien été activé. Puis un erratum de leur part me disant de ne pas tenir compte des mails précédents.

                Etant « parano », j’ai immédiatement tenté de me connecter et, je vous le donne dans le mille, nada, pinuts. Ca refuse mon login/passord.
                J’ai donc demandé un reset du password. Jamais eu le mail promis.
                J’ai écrit au service client: Jamais eu de réponse.
                Ca dure comme ca depuis deux semaines.

                Bon, je vais devoir leur passer un coup de fil (j’aime pas ca le telephone moi) et ca me gonfle deja par avance.

                Tout ca pour dire que les banques en lignes, c’est bien beau, mais si ca se met à déconner, c’est tout de suite moins marrant.
                Par contre la banque physique, je sais ou elle est, et en cas de probleme je peux leur exprimer tout le bien que je pense de leur non services.

                Et ca rejoint l’immaterialité (sais pas si ca existe ce mot ^^) de bitcoin si loin, là bas, dans les bits du ternet, et que si je me fait arnaquer, j’ai personne à massacrer pour me passer les nerfs.
                Ce raisonnement est très répandu, et c’est ca qui me permet de dire que le temps des bitcoin et cie, c’est pour dans très très longtemps et dans une lointaine galaxie.

                  1. sam player

                    Si internet ne fonctionne pas, ta carte bleue non plus, le distributeur de billets idem.

                    PS : la wifi n’est pas un faisceau !

                    1. sam player

                      Bonsaï
                      Un faisceau est par nature concentré. Pour une antenne on parle normalement de rayonnement et de diagramme de rayonnement. C’est un abus de langage de parler de faisceau et je suppute que c’est pour éviter dans le commerce d’utiliser le mot rayonnement.

                      Quand on parle de rupture de faisceau c’est en général entre station d’émission et réception avec antennes paraboliques, soit en liaison directe par un faisceau sur distance de quelques km en terrain libre, soit par l’intermédiaire d’un satellite sur grandes distances ou en zone urbaine.

                      C’est ce qui rendait assez drôle ton commentaire. Je te voyais bien aligner ton ordi au mm près avec ta box… hihi
                      Le rayonnement des antennes des box est multidirectionnel et de 30m au grand maxi.
                      Perso comme j’ai un grand terrain j’ai mis une antenne polarisée (V30, H30) additionnelle sur ma box et mon PC et j’arrive à prendre le signal même depuis mon boulot. La portée théorique est de plus de 5km et là on pourrait plus parler de faisceau. Mais 30° ça me laisse pas mal de latitude pour positionner le PC et à 1km le débit est encore correct.

                    2. Bonsaï

                      Merci pour ces infos mais je ne débarque pas de Vega de la Lyre et j’ai donc une petite idée de la largeur et de la profondeur d’un faisceau (et de sa bande passante).
                      J’ai aussi vu les étudiants travailler sur des bancs, près d’une bibliothèque ou autre pour profiter d’un faisceau Wifi…
                      Ton problème est que tu as tendance à sous-estimer l’interlocuteur et à prendre un ton didactique quelque peu déplacé…

                    3. sam player

                      Je suis profondément marri l’arbre si mon ton vous a déplu et je veillerai à l’avenir à faire plus attention pour ne pas vous heurter.

                    4. sam player

                      C’est mon ex-femme qui m’avait aussi demandé de changer de thon… et du coup on a divorcé…

                1. albundy17

                   » j’ai immédiatement tenté de me connecter et, je vous le donne dans le mille, nada, pinuts. Ca refuse mon login/passord.
                  J’ai donc demandé un reset du password. Jamais eu le mail promis.
                  J’ai écrit au service client: Jamais eu de réponse.
                  Ca dure comme ca depuis deux semaines. »

                  Marrant, on dirait un scénario de phishing….

                  Pour ce qui est de la banque avec votre agence locale et tout et tout que vous allez pouvoir engueuler, aller demander aux clients d’Optima ce qu’ils en pense (je cite optima car c’est la plus recente)

                2. Waren

                  Egalement client chez Binck et j’ai aussi reçu le « faux » mail d’activation suivi du mail d’excuse. Aucun problème pour se connecter, et j’ai également fait un reset du mot de passe sans soucis.

          3. Calgon

            Ce que souligne notre Père (colateur) est relatif – il me semble – à l’intangibilité de la chose. Etant donné que le Bitcoin (ou tout autre monnaie électronique dont l’euro sur son compte en banque) n’a pas d’existence physique, difficile de se reposer dessus car il dépend directement de l’infrastructure qui permet d’y avoir accès (a contrario d’une liasse de billets ou d’une poignée de Napoléon).

            En tout cas, c’est pour cette raison que j’ai du mal à m’emballer pour ce truc.

            1. albundy17

              Il me semble, le patron me contredira, qu’il y a quelque part dans le monde des distributeurs de morceaux de bitcoin.

              La liasse de billets est aussi sujette a disponibilité, et a variabilité (le vénézuéla, j’ai cru entendre de l’inflation à 700%)

              le napoléon garde sa valeur depuis suffisamment longtemps (enfin ce qu’il contient) pour garder ma préférence, mais si on doit l’utiliser à distance, c’est pas top pratique, et en circuit court, comme y disent, c’est un bon moyen pour se faire trucider des fois que t’en a des tonnes

            2. Pheldge

              je crois que ce qui manque pour convaincre « notre Père qui est au pieu » , c’est des distributeurs qui convertissent directement le BTC en monnaie classique.

              1. Pere Collateur

                En effet. Ca serait un grand pas en avant dans l’acceptabilité de la chose par le plus grand nombre. Et si ca convertit en Napoléon aussi, on leur en voudra pas ^^

                1. sam player

                  @ PColl
                  Il existe des distributeurs qui convertissent le BTC en espèces et inversement mais juste pour la forme.
                  Si je te comprends bien et si l’état mettait fin au cash les 2 systèmes (€ et BTC) se retrouveraient au même niveau pour toi.

                  1. Pere Collateur

                    « Si je te comprends bien et si l’état mettait fin au cash les 2 systèmes (€ et BTC) se retrouveraient au même niveau pour toi. »

                    C’est déjà le cas. La confiance que j’ai en la monnaie papier est actuellement au plus bas. Je garde un pied dans le systeme via mon emploi, mais parallelement, je tente toutes les alternatives possible en fonction de mes moyens.

                    Sérieusement, pensez vous que les impressions massives de papiers avec rien derriere, qui se font actuellement, ne vont pas avoir d’influence sur la valeur de nos monnaies? Déjà, avec les taux négatif, on est entré en terra incognita.
                    Tout ce qui est assis sur un versement d’intéret s’écroule. Du coup les allocations de capitaux se font n’importe comment et il est impossible de former des prix ayant la moindre signification.
                    Rien que du coté boursier, pensez vous vraiment que les valorisations des entreprises des indices phare ait quoique ce soit à voir avec la réalité?
                    Tout ceci ne peut que mal finir, facon ecroulement de l’URSS ou siège de Sarajevo. J’en tire donc les conclusions qui s’imposent: Systeme out -> plus d’internet -> et donc plus de bitcoin -> Preferer le tangible.

                    Des bitcoins, j’en ai quelques pouillemes que j’avais miné il y a un paire d’années. Je ne sais meme pas ce que ca vaut, c’était juste pour le fun. Je ne compte absolument pas là dessus en cas de passage de nos monnaies en mode PQ total.

                    L’erreur commise, à mon avis, est de penser que les bitcoins seront toujours accessibles en cas de problemes.Or les problemes risquent fort, justement, de mettre tous les resaux Out pour un certains temps; que ce soit internet, l’eau, l’électricité, les transports et donc tous les approvisionnements.

                    Après, ca n’enlève rien aux qualités de la techno. C’est juste que dans le contexte actuel, c’est hors sujet.

                    1. Pheldge

                      Je vois qu’on envisage que la Divine Colère du Très Haut va s’abattre uniformément sur tout le globe, et que rien ni personne ne sera épargné … en un mot l’Apocalypse, bien mon Père, bien …

          4. Kazar

            D’où l’intérêt d’avoir des pièces d’or physique… Je rejoins Pere Collateur sur le côté dépendance à la technologie. Exemple : plus d’élec = plus de Bitcoin.
            Autre exemple : le Britannique qui avait jeté son disque dur et perdu ses bitcoins. Crash de DD = perte des bitcoins.
            Sans parler de la complexité de la techno et du caractère spéculatif.
            J’adore les outils informatiques, internet, mais pour la monnaie, il me semble que vu le contexte, rien de tel que du palpable.
            Suite à un précédent article d’H16, j’avais lu « La seconde d’après », cité par H16, ça fait froid dans le dos…

              1. Kazar

                Impossible ? Dès lors que le gus perd ses bitcoin en ayant jeté son DD, je suppose qu’on peut aussi les perdre si la DD crashe. Sur l’histoire du britannique, une simple recherche google te fournira les détails.
                Après, j’ai cru comprendre qu’on pouvait les laisser sur une plateforme, mais j’ai aussi cru comprendre qu’une telle plateforme pouvait faire faillite ! MtGox.
                Mais bon, peut être que le bitcoin a évolué depuis, je suis loin d’être un spécialiste du sujet.

                1. albundy17

                  Kazar, je ne comprends pas grand chose, mais comment perdre quelque chose d’immatériel ?

                  Si les transactions sont vérifiables via les blockchains, il doit forcément être possible de voir l’historique, et donc le solde.

                  MtGox, je ne me rappelle plus, faudrait que je relise un billet qui a été fait a ce sujet ici même

            1. Un crash de disque ne fait pas perdre de bitcoin. Une perte de la clé privée, si. C’est la clef privée qu’il faut pouvoir conserver, et typiquement, il existe des backups « papier ».

              1. Kazar

                Merci pour cette précision H16, donc le gars avait balancé le DD sur lequel était stocké sa clef privée. Cela dit, quand je pense au nombre de personnes que je connais qui ne font pas de sauvegardes…
                D’un autre côté, on peut penser que le mec assez technophile pour avoir du bitcoin fait systématiquement des sauvegardes ?
                Avis aux posteurs : qui fait régulièrement une sauvegarde de son DD ?

                  1. Oui, le vol est possible, bien sûr. Mais bon, là on parle quasiment de voler des BTC comme on « volerait » des billets qui tombent au sol.

                1. Pere Collateur

                  De tous les DD, non. Ca pese trop lourd, et même en rsync, ca prendrait trop de place et trop de temps. Par contre j’ai une liste de répertoires qui partent en backup incrémental auto tous les jours sur des NAS cryptés.

                  Le systeme en lui même, il me faut 1h30 pour réinstaller une debian complete. C’est acceptable.

                  1. Waren

                    Ma banque Bitcoin à moi, c’est le wallet.dat (64K) codé en AES-256, copié sur mon NAS (backupé en incrémental), dans le cloud, ainsi que sur une clé USB et sur mon smartphone, avec 3 historiques. Bien entendu, le fichier ne s’appelle pas wallet.dat. C’est amusant de se la jouer banquier, et rien de bien compliqué en fait. Par contre, la blockchain commence à prendre beaucoup de place, plus de 40Gb, mais bon c’est du facultatif.

            2. Aloux

              Exact, les bitcoins sont toujours là, prêt à être dépensés, c’est comme si le mec avait perdu la clef de son coffre.

              Puis il existe quand même un certain nombre de moyen de faire des back up de clef privée, y compris sur papier. Si on fait un peu attention ça n’est vraiment pas pire que de protéger son cash ou son or…

      2. Aristarkke

        Comme exemple, ne pas comprendre les femmes mais chercher néanmoins à en avoir une…
        Très courant, en plus, comme exemple.
        En fait, un maximum d’ hommes sont dans ce cas…
        😉

      3. René-Pierre Samary

        Si, si, tout le monde peut comprendre le fonctionnement d’un moteur à explosion. Enfin, presque tout le monde. Je veux dire, presque tous les hommes. Pour les dames, je propose des cours du soir : la bielle, le piston, le vilebrequin et toussa…

  6. Bonsaï

    Ne m’en voulez, je m’aventure…
    Si j’ai bien compris, n’importe qui pouvant se rendre témoin d’une blockchain donnée, aucune transaction en bitcoin ne peut dès lors se faire dans la discrétion, l’opacité, voire le secret. Il y aura donc toujours un témoin possible pour certifier qu’à telle heure, tel jour, on a vu transiter tel montant dans telle blockchain.
    Pour la béotienne que je suis, il me semble que les systèmes actuels (cash ou carte de crédit) sont plus discrets, moins visibles et n’appellent aucun témoin dans une transaction privée.
    Mais peut-être que mon point de vue est mal informé ?

    1. sam player

      Sauf que quand j’ai voulu faire marcher la garantie d’un appareil acheté plus de 18 mois auparavant et pour lequel je n’avais plus la facture je me suis pointé à Géant Casino. lls m’ont demandé comment j’avais payé (avec CB) et après avoir introduit ma carte dans le lecteur ils m’ont sorti tout l’historique de mes achats depuis 10 ans… Hum !

      La blockchain note simplement les transactions d’un compte à un autre et une transaction d’un compte A vers un compte B ne présume pas que tu aies acheté quelque chose auprès d’un marchand ou que tu te sois versée de l’argent à toi-même. Donc en final on ne sait pas à qui appartient le compte B. S’il est à toi, il suffit d’avoir un compte C pour faire tes paiements compte que tu alimenteras avec le compte B.
      Tout ça peut être géré directement par ton logiciel de portefeuille pour ajouter un tas de comptes intermédiaires qui empêcheront quiconque de savoir qui est entre le compte A qui t’alimente et le compte Z avec lequel tu paies.

      1. Bonsaï

        Tout ça peut être géré directement par ton logiciel de portefeuille pour ajouter un tas de comptes intermédiaires qui empêcheront quiconque de savoir qui est entre le compte A qui t’alimente et le compte Z avec lequel tu paies.
        Tu vois mon cher Sam, nous avons au moins un point commun : moi aussi, je suis parano. Eh! oui ! et c’est bien pour ça que je ne m’embarrasserai pas d’un système, dans lequel je dois en plus jouer au Petit Poucet en semant des leurres (« tas de comptes intermédiaires »). J’ai franchement mieux à faire.
        Par ailleurs, je me demande bien quel genre de CB tu as, pour qu’une caisse enregistreuse de Géant Casino puisse en lire tout l’historique sur 10 ans !
        Je comprends mieux pourquoi certains répètent à l’envi que CPEF !

        1. sam player

          L’historique de ma carte n’a pas été lu sur la carte mais dans leur système de facturation. Une simple requête facture & paiement CB & CB=4578 9547 1254 4780. Ils en feraient autant avec la tienne.

          1. Les cartes à puce actuelles disposent de ~10Mb d’espace. Il est plus que probable que l’historique était stocké dans la carte elle-même.

              1. C’est bien de ça qu’on parle, des transactions (chaque transaction datée doit prendre moins de 100 octets – 56 si ma mémoire ne me trahit pas) et avec même quelques centaines de Kilos, y’a largement de quoi stocker 4 ans de transactions (ce qui est la durée de vie de la carte).

                1. Jiff

                  Ben nan, parce que pépère dit que le SM a retrouvé son achat dans SA base, à partir d’un n° de CB.

                  J’avais entendu cela, il-y-a un certain temps dans un reportage (ou lû dans un doc, sèpu), que certaines chaînes de SM avaient une autorisation pour apparier/garder les achats payés en CB avec les factures; à l’époque, j’avais pensé appeler la cnil pour vérifier et puis ça m’est sorti de la tête.

                  D’ailleurs, je me souvient d’un commentaire qui s’inquiétait du devenir de telles informations en de « mauvaises mains » (y compris gouvernementales) – notamment vis-à-vis des bouquins, qui peuvent en dire long sur vos opinions.

                  Il semble donc que tout ça soit vrai, et ça me paraît tout particulièrement inquiétant – rappelons au passage le commentaire de ce gros @#!% de charasse là-dessus lorsqu’il était minustre: « je paye tout en espèces »…

                  1. albundy17

                    « que certaines chaînes de SM avaient une autorisation pour apparier/garder les achats payés en CB  »

                    Voilà qui va inquiéter le vieux Pheldge et ses pratiques déviantes :mrgreen:

                    1. Jiff

                      Wèmènan, parce que chez lui, tu troques (Ex: un café pipe contre une cueillette de piments au fond du jardin; la cueillette APRÈS, évidemment – vaut mieux:)

                    2. Pheldge

                      espèce de mauvais disant ! le SM c’est plutôt le rayon de ta copine noire serpente, du moins s’en vante-t-elle …

                    3. Pheldge

                      @ Jiff : moi je ne fais rien de tout ces choses que vous dites disez , je donne conseils, formations initiales et continues, et protection. Je ne suis pas commerçant, moi Môssieur Jiff, j’opère dans le tertiaire 🙂

                    4. Pheldge

                      @ Jiff : ne confondons pas le tertiaire avec le triolisme !
                      Blague à part, Camarade Jiff, je suis entièrement d’accord !

            1. sam player

              Oki, h16 je ne savais pas qu’ils gardaient un tel historique sur la carte. Mais là il y avait le détail du ticket (ma liste de courses!) et il n’y avait d’affiché que mes tickets de cet hypermarché donc je pense que c’était plutôt issu de leur compta.
              Ce qui m’étonne aussi c’est que l’accès à l’historique de la CB pourrait se faire sans accord et sans code ? J’ai un gros doute là.

              1. Jiff

                « Ce qui m’étonne aussi c’est que l’accès à l’historique de la CB pourrait se faire sans accord »

                À moins qu’il n’y-ait eu un changement de politique drastique, c’est impossible sans une carte supplémentaire spécifique et un terminal spécial.

                Ce que tu as vu est plus vraisemblablement ton historique d’achat, extrait de leur DB, où il est également lié à ton numéro de CB; le lecteur ne servant qu’à extraire le n° de la CB pour le joindre à la requête… (et ça, j’aime pô 🙁

                1. sam player

                  Oui Jiff ça voudrait dire qu’ils gardent cette info plus de 18 mois (je m’en souviens car c’était un appareil garanti 2 ans et j’étais à quelques semaines de la fin de garantie avec une dead line de Noël+2).
                  Mais d’un autre coté on se demande comment ils pourraient faire leur balance de compta sans mettre une référence de paiement référençant justement une carte identifiée par son n°.

                  1. Jiff

                    « faire leur balance de compta sans mettre… »

                    Nan, on n’utilise pas un n° de CB dans une compta normale, juste une mention: « achats payés par CB »; pas plus qu’on ne lie ce n° à quoi que ce soit, parce qu’il faut une autorisation de la cnil pour pouvoir le faire.

                    1. sam player

                      Bah explique moi alors comment ils ont fait s’ils n’archivent pas le n° de CB dans le champ de la transaction. Si tu as un Géant à coté de chez toi, fait l’essai. Mais je suppose qu’à Leclerc ça doit être pareil.

                    2. Jiff

                      @sam player

                      C’est justement le truc qui me fait bondir: pour exhumer ton historique, la seule façon de faire est de garder ton n° de CB dans leur DB (et c’est justement ce que j’avais entendu/lu.)

              2. Ah oui s’il y avait le détail des tickets, alors oui, c’était issu de leur base à eux. Et dans ce cas, ils n’ont besoin que du n° de carte, pas plus.

                1. BDC

                  Moi aussi ? Faut se dépêcher juste avant les soldes parce qu’après il n’y a plus rien, je peux donner mon 06 pour le 3D secure.

              1. Pheldge

                P’tain, la méga-teuff qu’on va se faire, avec la teu-car à sam ! elle va fer-chau grave ! Viendez, viendez tous, c’est la tournée à sam ! :-G

    2. albundy17

      Cash et bitcoin ont l’air d’être les deux seuls moyens de ne pas être tracés.

      Les cartes de crédit, de débit, de fidélité, de santé sont toutes nominatives et vous traceront sans failles.

      ça me rappelle le pépère tapie, grillé pour un passage autoroutier….

      HS: bonne nouvelle pour les helvètes et risque d’arrivée dans ce pays d’un certain îlien, un premier café pipe s’ouvre à Genève (et ce n’est pas pour du tabac)

        1. albundy17

          Je n’avais pas vu ça sous cet angle, les fondateurs non plus apparemment, vu que ce n’est pas le client qui officie.

          Chacun ses gouts

        2. Peste et coryza

          L’argument est intéressant… Est-ce que les boites suisses vont engager en masse des prostituées ?

          Sodome sur le Léman. N’ont-ils pas peur de la Colère de Dieu ?

          Cela dit, aucun problème de recrutement à l’horizon : avec tous les albanais que compte la Suisse, le pays doit être très bien pourvu en esclaves.

      1. Pheldge

        Cher ami, mes petites étudiantes, mes protégées, font des prestations sur-mesure, d’accompagnement personnalisé. C’est pas l’usine à glory-hole , ni le bar à gâteries et « dessous de tables » !

        1. Peste et coryza

          Étudiantes, prestations… que de mots clés ! Étiez vous directeur de l’UFR de lettres à Grenoble en 2009 – 2010 ?

        2. Pheldge

          Non, Abélard, je n’étais pas à Grenoble encore moins dans un UFR de lettres … 🙂
          Par contre je compte fonder la chaire de « proxo-logie » à » l’université de la Fourre niaise » (précision pour HB & HS nos Chevalier et Laspalès du Blog, Ari & Werther )

      2. Jiff

        « Les cartes de crédit, de débit, de fidélité, de santé sont toutes nominatives et vous traceront sans failles. »

        Non, d’abord, il-y-a les cartes que l’on peut acheter (cher, la comm actuelle étant de 5%), par exemple au supermarché, et qui sont pré-remplies (et en dessous de la limite de paiement cash); ensuite, certains pays permettent les cartes de débit au nom de l’entreprise mais sans mention nominative aucune.

        Également, et à condition que bitcoin ne soit pas en chûte libre, on peut tout à fait, non-pas tranférer des fonds à quelqu’un, mais lui transférer tout son porte-feuille, ce qui ne laisse absolument aucune trace (puisque le blockchain n’est pas sollicité.)

        1. GrosBen

          Transférer un portefeuille en cadeau pourquoi pas, mais pour une transaction c’est stupide. Rien ne vous prouve que votre partenaire commercial n’a pas conservé les clés privées.

        2. albundy17

          Renseignez vous, ces cartes prépayées ont fait l’objet de l’attention de berci et tracfin, (des fois que t’achètes une kalash avec).

          carte au nom de l’entreprise, donc pisté sans prob

          1. Jiff

            « ont fait l’objet de l’attention de berci et tracfin »

            Tout dépend d’où la carte a été achetée, où elle est utilisée et pour quoi.

            Quant au tracking de l’entreprise, ça ne pose pas de problème à partir du moment où le(s) porteur(s) de parts sont anonymes.

  7. sam00

    En parlant d’argent et de « bonne gestion » par l’état stratège, une petite news intéressante sur la façon dont l’état emprunte en ce moment : http://www.lepoint.fr/politique/le-tour-de-passe-passe-de-hollande-pour-maquiller-la-dette-15-06-2016-2046939_20.php

    Si je comprend bien, l’état émet des OAT à 6% pour récolter plus d’argent pour limiter l’augmentation de son encours de dette … laissant le soin au suivant de régler les intérêts? Et les mêmes viennent nous dire qu’en ce moment ont emprunte à pas cher??

  8. Taisson

    Il y à un truc que je ne comprends pas dans l’idée de l’anonymat des transactions..
    Un moyen de paiement, sert bien à acheter quelque chose ?
    Si je commande un produit et que je me le fais livrer, il n’y à plus d’anonymat !
    Quel que soit le type de paiement, tous les commerçants du monde conservent le maximum de données sur leurs clients, il suffit de voir les relances qui finissent toujours par vous parvenir, par téléphone, email, ou autre.
    Si je dois me déplacer pour aller chercher mon achat à Hongkong ou Vladivostok, il faut bien avouer que ce n’est pas pratique…
    Autre chose, je cite Sam player qui dit : « Ne pas comprendre le fonctionnement du moteur à explosion n’empêche pas d’acheter une voiture ni de l’utiliser (j’en ai plein d’autres des exemples) ».
    Je suis d’accord, tout le monde peut être amené à utiliser un outil qu’il ne maitrise pas totalement, ou même pas du tout.
    Et donc de l’utiliser mal… l’exemple de la voiture, est particulièrement démonstratif.
    Quand on voit les difficultés et les fréquences d’incidents survenant à ceux qui ne comprennent rien à l’auto, par rapport au confort de ceux qui maîtrisent le sujet, on peut trembler quand on pense à un système plus sophistiqué comme le bitcoin !
    Quand à la comparaison de quelqu’un d’autre avec l’avion, ça ne va pas : On peut rien ne comprendre à l’aéronautique, tant que l’on reste passager. C’est-à-dire inactif.
    Non l’usage du bitcoin n’est pas simple, ni plus rassurant que les autres formes de transactions.
    Et n’importe quel Etat peut interdire à ses commerçants nationaux de l’utiliser !
    Mais, bien sur, de la même manière que les autres choses que l’on ne comprend pas, on peut l’utiliser. Il suffit de taper » obtenir des bitcoins » sur son moteur de recherches, et c’est bon…
    Mais pas pour ceux qui aiment le concret, et avoir au moins un minimum de prise sur leurs actes.
    Reconnaissons aussi que pour tous ceux qui ne sont pas des geeks de centre ville, les connexions peuvent être très fragiles, ce qui pose des problèmes énormes, et pas seulement pour les bitcoins !
    Je ne suis pas du tout négatif sur le sujet, mais il faut bien reconnaître que l’avenir de ce genre de moyen de transactions n’est pas du tout évident.

    1. Aloux

      Oui à tout, mais… quand les monnaies fiat commenceront à se transformer de plus en plus vite en PQ, Bitcoin et les autres cryptomonnaies vont offrir une porte de sortir plus commode et discrète que l’or à un paquet d’individus (même si ceux qui n’ont pas de connexion internet seront laissés de côté, certes). Cf ce qui se passe en ce moment-même en Chine.

      Il va y avoir un clash avec les Etats, mais il n’est pas du tout dit que ces derniers en sortiront vainqueurs.

    2. albundy17

      « Et n’importe quel Etat peut interdire à ses commerçants nationaux de l’utiliser ! »

      Heuuu… Comment ? Couper l’internet n’est pas envisageable.

      Et ceux qui aiment le concret et se baladent avec une bourse remplie de pièces d’or et d’argent se font monnaie rare. Les autres utilisent une cb ou des cheques, en payant le service de plus en plus cher. Et se voient aussi de plus en plus refuser des virements, les retraits ça devient le délire (limitations, tracfin, toussa)

      1. Bonsaï

        Mais où va-t-on si les banques dont nous sommes le Client, à savoir le donneur d’ordre ne l’oublions pas, se mettent à refuser de nous servir du cash !
        Vous n’avez pas des distributeurs automatiques devant les banques et dans les centres commerciaux pour retirer du liquide ?
        Demandez-vous aussi s’il ne s’agit pas d’une nouvelle stratégie de Mario dans le cadre de sa petite cuisine de sorcier black hat…

        1. Jiff

          « se mettent à refuser de nous servir du cash »

          Malheureusement, tu n’es pas cliente de ta banque, tu en est créancière; c’est là toute la différence…

      2. Taisson

        @albundy17 – 16 juin 2016, 18 h 46 min
        Comment?
        Parce que les commerçants n’ont bien sur pas de compte bancaire ou l’on peut vérifier l’origine de tous fonds …
        Il y à aussi les factures…
        A tout moment, l’état peut contrôler l’origine et l’état de la trésorerie !
        Il ne sera pas trop difficile à un agent du fisc de considérer comme bitcoin tout ce qui n’est pas identifié, et si c’est interdit: Paf ! Grosse amende !!
        Jusqu’à preuve du contraire, avoir un compte bancaire est une obligation, même pour ceux qui veulent rester » concrets ».
        La question n’est pas un choix entre la bourse moyenâgeuse à la ceinture ou le bitcoin dématérialisé, mais de savoir si l’on peut se passer ou pas d’intermédiaire « de confiance ».
        D’ailleurs, le fait que les états s’y intéressent n’est pas bon signe.

        Dans l’état actuel, seuls une poignée, d’initiés peuvent utiliser à peu près correctement ce type de paiement. C’est juste ce que je voulais dire.

        Mais on peut être certains que sitôt que ça cessera d’être marginal, les moyens de contrôle se déplaceront vers l’usager final dont on contrôlera l’origine des revenus.

        Un simple changement d’imprimé de déclaration fiscale pourrait suffire !

        Ne croyez pas non plus trop aux miracles technologiques, sans couper l’internet, des limitations sont possibles, d’autres pays l’ont fait!

        1. sam player

          Au niveau de l’anonymat (plus haut) on s’est mal compris (avec Bonsaï aussi).
          Bien sûr que si je commande un sextoy sur sexyavenue.fr en payant avec des btc ou ma CB, plein de gens seront au courant de mon achat et de mon adresse*.
          La différence c’est qu’avec btc mon banquier ne le saura pas, ni mon percepteur s’il lui venait à l’idée de vérifier mon niveau de vie vs mes achats. Les banques font pas mal d’analyse sur le type de dépenses de leurs clients afin de les classer.
          L’autre différence est qu’il n’est pas possible de connaître le montant du compte principal de quelqu’un s’il utilise des comptes auxiliaires pour payer alors qu’avec votre CB n’importe quel fournisseur peut avoir des infos par l’intermédiaire de votre banque.

          Fiscalement il est certain que 2 personnes qui utilise le btc pour opacifier leurs transactions ne vont pas se mettre à se faire des factures.

          * concernant l’adresse de livraison je verrais bien le développement à venir de boîtes « postales » par des sociétés privées style consigne temporaire avec simplement un code pour prendre livraison du produit. Ca serait un plus pour diminuer les coûts (centralisation) et pour l’anonymisation complète de la transaction. Je m’y collerais bien mais j’ai déjà d’autres projets en cours.

  9. albundy17

    HS, mais ça me fait rire, depuis quelques temps je me fait linkeder par des tas de banquiers hong kongais, chinois et malaisien, c’est le nouveau facebook, faut des amis.

    A moins qu’ils ne rachète le sud ouest et aient besoin d’un plombard ?

  10. regis33

    Créateurs de fuites ? ah , ils travaillent indirectement pour Pampers ?
    Bon , vu l’âge canonique , voir antédiluvien de certains  » plombards » ici , ce n’est pas étonnant .

    1. Je peux émettre l’hypothèse suivante, sans aucune garantie : un Brexit entraînerait potentiellement une plongée de certains taux (on a des passages en négatifs ces derniers jours, on sent les financiers très tendus et la recherche du refuge assez forte). Ce qui provoque un effet de bord : même des fonds placés en or coûtent moins en gardiennage qu’acheter des bons du trésor à taux négatifs (Bund allemand, bons suisses typiquement). Si c’est vrai pour l’or, c’est encore plus vrai pour le BTC dont les rendements sont actuellement particulièrement faramineux comparés au marché.

      1. Desintox

        Donc si je vous suit, vous êtes plutôt d’accord que l’appréhension du Brexit a un effet très important sur la hausse de BTC, du fait de la recherche de placements refuges?

        Je demande car j’essaie d’évaluer la correction qui aurait sur BTC au cas ou le remain l’emporterait. J’ai du mal a démêler l’effet brexit des effets causés par les autres facteurs (halving, Chine, etc…)

        1. albundy17

          Il est à noter qu’hier, suite a l’annonce de la mise en stand by du référendum brexit, les bourses ont repris un sacré coup de fouet à la hausse, l’or s’est prit une claque, mais que le bitcoin n’a pratiquement pas été influé.

          1. Desintox

            @ albundy17

            Tout à fait exact!

            Par contre en début de semaine, le BTC avait bondi au moment où les sondages ont commencé à pointer en faveur du Brexit.

            Les signaux sont contradictoires

  11. sam player

    HS

    Faudrait un jour faire une liste de toutes les taxes que l’on ne voit pas.
    On croit souvent que sur l’limentation il n’y a que la TVA à 5.5% mais en fait j’avais vu il n’y a pas longtemps qu’il y a des taxes sur l’huile alimentaire (toutes les huiles) et là à l’occasion d’un article du Figolu sur la consommation de pain je viens de voir qu’il y a une taxe sur les farines.

    Extrait de Légifrance :
    « Le montant de la taxe est fixé à 15,24 € par tonne de farine, semoule ou gruaux.

    Sachant qu’un kg de farine industrielle pour le pain par exemple coûte environ 20 centimes ça fait une taxe de près de 8% en plus de la TVA… et comme cette taxe est perçue en début de chaîne, elle grève tous les produits avec en plus les coeff multiplicateurs… comme pour l’huile.
    Cette taxe est prélevée à la production pour justement impacter toute l’alimentation dérivée (pain, biscuits, plats préparés…)

    « La taxe sur la farine grève les producteurs nationaux. Son montant entre 62 et 64 millions d’euros représente la moitié de notre excédent brut d’exploitation.  »
    (Le Figaro)

        1. sam player

          Cette taxe plombe la production de farine et même celle importée
          Par contre elle n’impacte pas les produits finis importés à base de farine comme le pain de mie ou les biscuits…
          Ce qui veut dire qu’en final ces types de taxe sur la production de matière première favorisent les importations…. faut le faire quand même !

          1. sam player

            …favorisent les importations de produits finis.
            Comme en Afrique en fait, il vaut mieux importer que fabriquer sur place.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.