Immobilier : des loyers bien encadrés, des contribuables bien ponctionnés

Un texte de Nafy-Nathalie et h16

Ah, l’encadrement des loyers ! Quelle aventure et surtout, quels résultats ! Tiens, justement, cela fait maintenant un an que l’encadrement est en place à Paris. Il est donc grand temps de faire un premier bilan.

Encadrera, encadrera pas

manuel valls tristounetTout avait pourtant bien mal commencé. Le 29 août 2014, Libération titrait en effet : « Immobilier : Valls déloge la loi Duflot ». La Tribune parlait alors de « marche arrière » et de « quasi abandon » : Manuel Valls revenait sur une mesure phare de la loi Duflot à savoir l’encadrement des loyers.

L’affaire n’est cependant pas complètement pliée puisqu’il décide d’une expérimentation à Paris pour un an, à compter du 1er août 2015, et explique son geste par un manque « de recul pour juger des difficultés de sa mise en œuvre » et aussi par le fait que « les conditions techniques ne seront pas réunies avant des mois, voire des années ».

L’encadrement des loyers aura donc bien lieu, mais seulement à Paris comme le détaille un article de Contrepoints du 31 juillet 2015.

Depuis le 1er août 2015, c’est chose faite. Il ne faudra pas longtemps pour qu’Emmanuelle Cosse, ministre du logement, annonce une réussite triomphale : interviewée par le Monde le 23 mars 2016, elle déclare en pétulant :

« L’expérimentation a démarré à Paris, où les loyers avaient flambé de 34 % en dix ans. Je constate que c’est efficace(…) »

Forcément, c’est efficace

valls miniL’expérimentation d’un an à peine bouclée, les rapports non pondus, les concertations non faites, le gouvernement – ne reculant devant rien – sait déjà malgré tout que son dispositif est concluant et a un impact positif. Louons donc les capacités d’anticipation de la ministre Cosse, prédisant l’efficacité d’une mesure avant qu’elle ne soit évaluée. Mais foin de mauvais esprit : puisque le gouvernement le dit, c’est que c’est vrai ! Cet encadrement a résolu à lui tout seul le problème du logement parisien et puisque ça marche, dans un bel élan de générosité, il est décidé d’en faire bénéficier toutes les villes.

Toujours aussi pétulante, Emmanuelle Cosse annonce donc le 29 juin 2016 l’extension de la mesure à toute la petite couronne parisienne. Sur le site de son ministère, on peut même lire dans une publication mise à jour le 4 juillet 2016 que :

« L’agglomération parisienne connaît un marché locatif tendu, où les loyers grèvent durement le budget des ménages. Je me félicite de cette étape décisive vers l’encadrement des loyers sur ce territoire. (…) L’observation, puis l’encadrement des loyers à Paris – où les loyers avaient augmenté de 34% en dix ans – ont démontré l’efficacité de ce dispositif. »

Hum.

Du côté des professionnels de l’immobilier, l’analyse diffère quelque peu. Pour eux, se gargariser d’une baisse des loyers suite à l’expérimentation est ridicule. Selon le Président de la FNAIM,

« L’observation statistique, notamment celle de notre fédération, mais aussi des autres sources, atteste que les loyers se sont stabilisés ou ont baissé depuis quatre ans. La temporalité de la politique n’est pas celle de l’économie, et depuis que le candidat Hollande a promis en 2011 un encadrement – loyalement inscrit dans la loi ALUR par Cécile Duflot -, il s’est passé cinq ans ! Cinq ans que le marché a mis à profit pour se calmer. La bride de l’encadrement n’est plus utile, et elle va seulement donner le sentiment, une fois encore, qu’on tracasse les propriétaires, au risque avéré de les éloigner de l’investissement locatif privé. »

En effet, selon l’observatoire CLAMEUR de la FNAIM, les loyers ont progressé en moyenne de 1,6% par an en moyenne entre 2011 et 2016 dans Paris et seulement de 0,6 % en France entre juin 2015 et juin 2016, et de 0,9 % en Île-de-France. Si on regarde du côté de l’Observatoire Parisien des loyers (l’OLAP), on voit également une « quasi-stagnation des loyers des logements privés dans l’agglomération parisienne » selon leur communiqué de mai 2016. Il indique même le 8 juillet 2015 une « Décélération des loyers des logements privés dans l’agglomération parisienne confirmée en 2015 ».

Si même l’Observatoire le dit, c’est une bonne nouvelle… À ceci près qu’elle ne corrobore en rien l’énorme flambée dont le Ministre du logement nous parle pour accréditer ses mesures.

Grâce à l’encadrement, les prix… augmentent !

Autre point problématique : selon la FNAIM, l’encadrement parisien des loyers a poussé les investisseurs vers la banlieue… Et malgré l’augmentation consécutive des loyers, cette dernière non seulement ne s’en plaint pas, mais ne semble pas avoir demandé l’application de la mesure parisienne.

Pourtant, la loi révisée par Manuel Valls laisse aux maires le choix de l’initiative de la création d’un observatoire des loyers qui est un préalable indispensable à la mise en place de l’encadrement dans leurs communes. Si les maires de la communauté urbaine du Grand Paris se sont saisis de cette possibilité, ils ont été plus que discrets et, à vrai dire, personne n’en a entendu parler, malgré une campagne de la CLCV pour inciter les consommateurs à militer dans ce sens auprès de leurs édiles.

D’ailleurs il est amusant de constater qu’au 5 juillet 2016, seuls 4 observatoires locaux des loyers sont créés et agréés : l’OLAP pour Paris et sa zone urbaine, l’ADIL du Nord pour la ville de Lille, l’ADIL de l’Orne pour la zone urbaine d’Alençon, l’ADIL de l’Ille-et-Vilaine pour Rennes métropole.

L’analyse des associations de consommateurs (comme la CLVC) sur le bénéfice de la mesure d’encadrement prête doucement à sourire.

« Premier constat : sur un an, l’indice de référence des loyers – qui sert à fixer l’augmentation maximum annuelle des loyers (pour les baux en cours et la majorité des logements à la relocation) – est quasi nul (0,0175 %). Les loyers auraient donc dû rester très proches de ceux de l’année précédente. Or, sur 80 quartiers parisiens, seuls 5 affichent une stabilité (+ 0,04 %) et 6 une baisse de 0,11 % en moyenne. Dans tous les autres quartiers, les loyers augmentent de 0,2 % à 1,18 %. Si l’on regarde plus en détails, on observe que les évolutions sont très variables selon la taille des appartements et leur année de construction. Ainsi, dans 11 quartiers qui comprennent les Grands Boulevard, le Haut-Marais et la Sorbonne, les studios construits avant 1946 ont vu leurs loyers bondir de près de 7 %. Dans 7 quartiers du 19e, 20e et du 13earrondissement, les loyers des 2 pièces construits entre 1946 et 1970 grimpent de 4,15 % et ceux des 3 pièces de 5,92 %. »

Saperlipopette : la régularisation légale des loyers semble aussi jouer au profit du bailleur, vers la hausse ! Certains propriétaires ont ainsi l’idée de revaloriser à la hausse leurs loyers trop longtemps sous-évalués par rapport à l’encadrement légal. Bien joué !

chaton youpi encore une mission réussie

Pour encadrer, observons. Pour observer, encadrons !

Dans la loi ALUR (du 24 mars 2014), l’encadrement des loyers nécessite avant tout un observatoire, ce qui parait logique. Mais de manière surprenante, l’article 17 de cette loi induit que l’existence d’un observatoire des loyers agréés implique la mise en place d’un encadrement, à l’instar d’un patient qui aura droit après son examen au traitement prévu, indépendamment du fait qu’il soit malade ou non, ou qu’il lui faille un autre traitement. Emmanuelle Cosse, en arrivant dans ses locaux de Ministre, comptait revenir sur ce point. Étrangement, il n’en fut rien. Mais plus curieux encore, on découvre sur le site du gouvernement que l’arrêté d’extension des compétences de l’OLAP qui induit l’extension de la mesure d’encadrement a été signé par Emmanuelle Cosse le 29 juin dernier après une demande de l’Observatoire lui-même, du 7 avril 2016. Délicieuse situation où ceux qui en profitent sont ceux qui la créent.

Reste que ces observatoires, destinés à définir les loyers acceptables, ne sont pas prêts. Ils doivent être financés, créés et alimentés en données. C’est la raison pour laquelle la mesure adoptée cet été n’entrera en vigueur officiellement qu’en 2018 (autrement dit, après l’élection présidentielle). Et si ces observatoires étaient opérationnels, on peut parier sans risque qu’ils indiqueraient l’absence de problème de loyer, ceux-ci baissant depuis 4 ans.

Une mesure purement politique…

Dès lors, la mesure d’encadrement apparaît pour ce qu’elle est : une mesure relevant plus d’une nécessité politique que sociale comme l’explique une tribune de Capital du 4 juillet dernier : cette mesure, c’est avant tout un effet d’annonce qui concerne 4 millions minimum d’électeurs. Dans une élection serrée comme un café de George, ce n’est pas rien.

Effet d’annonce qui se confirme en filigrane des déclarations pétulantes de Cosse en Mars dernier :

« Les locataires qui font des recours devant la commission de conciliation obtiennent des baisses importantes de loyers. (…) On ne bloque pas les loyers, on élimine les plus excessifs (…) ce qui redonne du pouvoir d’achat, notamment aux jeunes. »

… aux résultats bien maigres

Formidable résultat, que les chiffres du monde réels tendent à calmer : en février, 28 locataires seulement ont pris la peine de saisir la Commission de conciliation, ce qui est plutôt anecdotique. D’ailleurs, la Confédération nationale du logement 75 reconnaît, un peu déconcertée par le peu d’actions menées, que « c’est plutôt maigre », expliquant cela par la peur du locataire de voir son bail résilié en représailles.

Nationalement, on ne compte que 1200 actions sur l’ensemble du territoire en 2014. Comparé à l’ampleur supposée du problème, là encore, « c’est plutôt maigre ». On pourrait même se risquer à imaginer que si les locataires attaquent si peu, c’est peut-être que le montant des loyers n’est pas un problème si grave.

À tel point qu’on en vient à souhaiter la suppression du dispositif, d’ailleurs financé par le contribuable mais inapplicable en l’état, parfaitement inutile pour le marché et souvent rédhibitoire pour les investisseurs. « L’impact ne sera pas forcément très important, mais c’est un signal négatif envoyé aux investisseurs, à un moment où le climat s’améliorait », regrette Eric Allouche, directeur exécutif du réseau d’agences immobilières ERA.

Un signal négatif envoyé au plus mauvais moment ? On dirait la marque de fabrique de ce gouvernement…

socialisme magique

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires122

  1. M51

    Moi j’ai mieux, pour annuler un loyer saisir la banque de France pour sur endettement. Si le propriétaire a des soucis financiers par la suite il lui est conseillé de faire la meme chose.

    1. kekoresin

      Malheureux, tu n’y penses pas. Les loyers des sénateurs et autres parlementaires superfétatoires ne sont pas plafonnés, tout comme les salaires de jardiniers et autre caresseurs de testicules ministérielles. Il est donc normal que les taxes et impôts ne soient pas bridées par des lois censées faire chier le commun de mortel. Le train de vie des dieux de l’Olympe, les gâchis faramineux sans enrichissement perso (hum!hum!), les placements au Panama (tient, silence radio des médias)…tout ça se doit d’être financé par les abrutis trop cons pour comprendre les factures de frais de bouche des sénilateurs! Alors de grâce, pas d’atteinte au pouvoir d’achat des traiteurs et des putes de luxes…

  2. Val

    Il faudrait vraiment que l’on pense à encadrer l’exploitation de l’image des animaux et en particulier celle des chatons . Par ailleurs il y aurait beaucoup à dire sur la discrimination et la sous représentativité des autres animaux sur ce site . Mon chien a déposé une plainte pour discrimination , il est aux taquets .

      1. Val

        Ouf H, tu l’as échappé belle., il m’a rendu sa pétition destinée à la LICRA (Ligue Internationale Canine de la République Animalière) moyennant croquettes qd même .

        1. MadeInCH

          C’est HXVI qui a payé pour les croquettes?
          Ah, là là. La corruption tout de même. Si même un honnête toutou en vient à abandonner ses conviction contre des croquettes, via le prétexte d’une image…

    1. albundy17

      C’est fait, deux réformes cette année, apl diminué si le logement est jugé trop cher, et la deuxième qui vient de passer, prise en compte du patrimoine total du locataire (30.000 à gauche, révision de l’apl, jusqu’à suppression si t’en as vraiment trop (j’ignore combien)

        1. Doumé

          C’est une façon comme une autre d’attaquer le « riche ».
          Tout le monde sait que l’APL, soumis à un plafond de revenus, bénéficie aux plus aisés.

  3. Gerldam

    L’encadrement des loyers n’a jamais marché, nulle part. Tout comme le socialisme. Que peut-on d’ailleurs attendre de gauchistes aux gros derrières?

        1. Aristarkke

          Perso, je tiendrai pour « asservir pour mieux se servir »…
          Vu les restrictionnitudes de notre liberté et plus particulièrement celle d’utiliser son argent…
          :mrgreen:

  4. Calvin

    Pratique, cette histoire d’encadrement de loyers pour :
    – masquer le fait que la hausse est surtout le fait de politiques ineptes,
    – opposer locataires et propriétaires (alors que ces derniers ne sont pas forcément rentiers),
    – faire croire que les élus nous aident alors que c’est le contraire…
    Bref, ce sont les politiciens que je ne peux plus encadrer.

  5. Aristarkke

    Monseigneur! Grosse fatigue de fin de semaine des lecteurs. Moins de 25 commentaires à 14H30…. Et pourtant, avec Cosse, il y a bien de la morue au menu de ce vendredi…

    1. Chieur chiant

      En effet, c’est un beau spécimen de morue, mais je pense que beaucoup de monde soit blasé par ce monde politique qui veux trouver des solutions sur des sujets toujours renouvelés, qui ne tarissent jamais, a l’inverse des bancs de morues qui se font rares…

  6. Aristarkke

    Tiens, pour augmenter les commentaires, une tchotte devinette :
    Pourquoi peut-on parier sans risque qu’ Emmanuelle C. ne tournera pas dans un film X???

    (Soluce ce soir si personne ne l’a trouvée entretemps…)

        1. Aristarkke

          Je précise pour les esprits chagrins et/ou mal tournés qui mal y pense(raie)nt que je parle du « à » utilisé pour conjuguer avoir au présent…
          Qu’alliez vous donc imaginer d’ autre de la part d’un vieillard ??? :mrgreen:

            1. Aristarkke

              Bien sûr que je vais continuer à rameuter les troupes pour que le Patron ait mauvaise conscience de tailler dans le nombre des billets! Si le risque avait été de mécontenter de pleins wagons de membres du club au lieu d’avoir l’ impression de ne fermer le robinet du dimanche que pour le plombier des Flandres et deux ou trois protestataires, le Patron aurait hésité et probablement renoncé. Vox populi, vox dei dit-on…
              Et quand le populi vaut moins de cinq, que peut-on attendre de sérieux du panthéon???

              1. Bonsaï

                Je pétitionne avec vous.
                Il n’est pas raisonnable de devoir se présenter tous les matins au garde-à vous à neuf heures, et ne pas recevoir une marque d’estime, sinon de reconnaissance, le dimanche. Car enfin, que serait un blog sans ses fidèles lecteurs ?
                PS. En vérité, je conçois tout de même que l’âge venant viennent aussi les responsabilités familiales et les pannes d’énergie…

                  1. BDC

                    @ Albundy
                    Rien de spécial, juste l’entretien à faire pour ses 6 ans. Son papa a pris sa retraite sur la côte. Et ne me propose pas 450 km de frais de déplacement !

    1. Vodkaman

      « Parce que s’il y a bien un truc qui ne se marie pas avec le boudin, c’est la cervelle » (Desproges). Inutile donc de lui demander cos(x)

  7. jeans82

    Pour être cohérentes, les analyses de l’évolution des loyers 2015/0216 devraient être comparées à celles de 2014/2015. Sans quoi il est impossible de tirer des conclusion le l’effets soit disant bénéfique de l’encadrement des loyers. Il faudrait aussi tenir compte de l’évolution du marché de l’immobilier et des taux d’intérêts qui ont un impact sur le locatif.
    Comme il a été dit plus haut, à quand l’encadrement des taxes foncières et taxes d’habitations, Impôts sur le revenus ?

  8. jeans82

    Ce gouvernement de GAUCHE pourrait créer un observatoire des taxes qui interdirait l’augmentation des impôts et taxe supérieure à l’inflation !
    on peux rêver, on est a bisounours land

    1. albundy17

      dans ce cas ils se mettraient à calculer l’inflation sur les produits de consommation courante, en sortant les produits blancs et technologiques ça donnerait un chiffre plus proche de ce que je constate sur mon budget bouffe

      1. sam player

        En fait je pense que vous avez une mauvaise perception de l’inflation.
        D’une part en donnant plus de valeur à ce que vous achetez chaque jour alors que le montant est peu important et d’autre part en ne raisonnant pas à produit égal que ce soit pour la bouffe ou pour les équipements.

        Pour être plus clair, vous upgradez les produits que vous achetez au fur et à mesure des baisses de prix qui rendent les produits de la gamme au-dessus plus attractifs : vous mangiez des Panzanis et maintenant vous mangez des Barillas et demain ce sera des Barilla au blé complet etc…

        On est carrément en période de déflation et seules les différentes taxes sur l’énergie et les salaires nous empêchent de le voir véritablement.

        1. albundy17

          J’arrive pas à comprendre ou est l’uprgade sur mes tomates, radis, enfin l’ensemble des légumes (à part le chou fleur bien moins rigolo maintenant) ni sur la viande, enfin tout les produits alimentaires de base que j’ai toujours acheté sur les marchés, et l’augmentation n’est pas qu’un sentiment.

          Mais c’est vrai que nous sommes en déflation sur tout ce qui touche l’electroménager, hifi, et autres produits techno, ce qui n’est pas l’essentiel de mes dépenses.

          autre point, évidement si on calcule l’inflation sans les taxes et impôts, je comprends mieux les chiffres de très faible inflation que l’on nous serine

          1. sam player

            En fait Albundy les produits que tu achètes sur les marchés,excepté ceux du papy qui vient vendre la production de son 1/4 hectare sont exactement les mêmes que ceux vendus dans les grandes surfaces : regarde juste les étiquettes des cageots et les immatriculations des camions ou fourgonnettes.

            Les vendeurs des marchés obtiennent juste de meilleurs prix d’achat car ils achètent ce qu’il y a et donc surtout des excédents qui ne supporteraient pas le passage par une centrale d’achat (trop de temps ouvert). C’est pour cela que les fruits du marché sont souvent mûrs à point mais que souvent tous les vendeurs manquent du même produit. Remarque qu’ils ne supporteront souvent pas le trajet retour non plus, ni la journée du lundi (pas ou peu de marchés) et c’est pourquoi le dimanche à midi 30 tu peux acheter pour 30% du prix affiché.

            Mais bon je suis certain que tu vas me sortir que tu connais un maraîcher local qui vend sur le marché mais en fait c’est idiot, cf la théorie des avantages comparatifs : le dentiste n’a pas intérêt à faire le boulot de sa secrétaire même si il est plus efficace qu’elle.
            En plus s’il est local il n’aura pas de tout ce que les clients veulent.

            Ce sont en fait les gens comme toi qui survalorisent la production des marchés en terme de qualité et justement à cause de ce mûrissement optimum qui n’est pas une cause mais une conséquence.
            Et donc les commerçants sur le marché profitent juste de cette information biaisée : si tu y crois, vaut mieux continuer à te le faire croire,c’est cher mais c’est bon. Les papys jouent sur la même fibre et le bio aussi : imagine du bio moins cher que le classique !

            Un fruit acquiert ses qualités organoleptiques bien avant qu’il ne soit mûr et qu’il finisse de mûrir dans un frigo ou dans un camion c’est pareil.

            Mais bon, parler d’inflation en se basant sur des fruits et légumes c’est idiot vu que leur prix est souvent lié à des considérations autres que le coût de la main d’oeuvre ou des investissements : si d’habitude en tant que producteur je produis 500T à 30 cents le kg ce qui me fait une rentrée d’argent de 150,000€ pour couvrir mes frais, alors le jour où il y a des aleas de production à cause de la météo et que je ne produis que 250T alors mon prix de revient sera de +/- 60 cents le kg : mes frais n’ont pratiquement pas changé excepté les frais de cueillette et de stockage.

            … et les tomates à 1.50€ se retrouveront à +/- 2.50 € mais ce n’est pas de l’inflation, voire un peu plus à cause de la prime due à la rareté. En plus se baser sur des produits périssables et des produits qui sont incomparables incomparables d’un mois à l’autre (ou d’une année à l’autre) n’est pas une bonne idée et c’est une bonne excuse pour dire que les prix augmentent : je peux donner le prix normal d’un kg de farine (0.40-0.50€) mais c’est quoi le prix normal d’un kg de tomates ?

            Pour ce qui est de l’upgrade, regarde aussi ce dont tu disposais comme types de pommes il y a 40 ans (juste des goldens jaunes) et les types de pommes dont tu disposes maintenant(au moins 20 types différents).

            1. Dr Slump

              +1, bravo pour la description complète, tu vas ouvrir ton blog bientôt ?? Il s’appellerait « h17, chroniques d’un comptable en pays désabusé » 😀

              Ajoutons plus prosaïquement que les prix des maraîchers ont bien augmenté cette année, du fait de conditions météo défavorables, et de récoltes médiocres. Les cerises à plus de 5 euros, argh! Pas de cerises cette année… 🙁

            2. albundy17

              « parler d’inflation en se basant sur des fruits et légumes »

              C’est mon principal poste de dépenses, je veux dire la bouffe, les aléas climatiques ne peuvent expliquer tout les ans les augmentations que je constate.

              Les prix sur marchés sont quasi corrélés à ceux des grandes surfaces, un peu plus cher en général mais comme tu le faisais remarquer, pret à consommer. J’y trouve donc cet avantage, ainsi que celui de râler auprès du vendeur la semaine suivante si je n’ai pas mon compte, celui ci me redonne l’équivalent quand ça arrive, et n’oublie pas que je vis dans un tout petit département, je croise très régulièrement ma clientèle quand je sors bobonne, ça crèe du lien. Enfin bref, j’aime bien les marchés, malgré le surcoût vs lidl (ma mère ne jure que par lidl, m’a acheté lors de son récent passage du jambon, c’est immonde je l’ai donné au chien)

              Donc enfin, tu as raison sur toute la ligne, excepté que je n’upgrade pas mes tomates en achetant une nouvelle variété de pomme a dispo, que les conditions climatiques/production n’expliquent pas la hausse tout les ans (ou alors on a bien fait de faire la cop21) et que de ne pratiquement pas inclure ces prix dans le calcul de l’inflation, ou plus exactement les faire disparaître avec les postes de dépenses technologiques dont l’upgrade nous facilite des déflations à deux chiffres, fausse totalement la réalité du terrain.

              N’y a pas t il eu récemment quelques journaleux qui, même eux, évoquaient l’augmentation conséquente des produits maraicher ?? On n’évoquera pas le cas des cerises, nous connaissons le conpapble

  9. jeans82

    Et que dire de la Loi Pinel qui devait permettre d’offrir des loyer accessible au classes inférieure et réduire le montant des loyer en plafonnant leur montant et en augmentant l’offre.
    En fait le plafond de loyer est proche du loyer mendiant, le plafond de revenus pour les locataire est élevé et ne s »adresse pas au classes inférieure. Enfin le coût de la défiscalisation est proche de l’aide publiques affectées à la production d’un logement social.
    Pinel c’est juste fait pour enrichir les riche ! Il faut payer plus de 6000 € d’impôts pour que la défiscalisation soit au max.
    Alors que des aides directes dans le logement social ou l »accès a la propriété serait plus efficace. Avec un accès facilité a la propriété je pense que cela concurrencerait le locatif et permettrait une baisse des loyers.

    1. sam player

      Oui pour le coût équivalent à du social mais ça dépend quand même des paramètres (taux d’imposition, valeur, durée etc…) donc le problème c’est quoi ? L’important c’est bien le résultat : un logement en plus.

      Sinon le but du Pinel c’est du locatif car le besoin c’est du locatif, pas de l’accession à la propriété.

      Mais bon globalement faut arrêter avec les aides, ça fait monter les prix pour les classes moyennes et ça solvabilise provisoirement des gens insolvables.

      1. jeans82

        Oui c’est merveilleux.
        Grace a PINEL vous pouvez devenir propriétaire d’un appartement locatif sans que cela ne vous coûte rien. La réduction d’impôt compensant l’impôts sur les loyer perçus et vu la faiblesse des taux d’intérêts qui sont de toutes façon déductibles du revenus issus de la location.
        Par contre le locataire, n’as qu’a rester en location vu qu’avec les loyers versés cela lui laisse peu de chance de se faire un capital d’apport pour acheter ou alors il lui faut juste s’endetter sur 25 ans. Donc sans accident de la vie il pourra espérer finir de payer à la retraite. L’avantage c’est que l’age de la retraite reculant, il peut même se faire un prêt sur 30 ans maintenant. Que du bonheur !
        Dans les zones ou les prix de l’immobilier grippe plus vite que les salaires, on devrait faire des prêts spéciaux pour smicards de 40 ou 50 ans. Ils seraient d’office transmissible aux enfants.
        Par contre on ne touche pas aux défiscalisations pour les foyer aux revenus confortable, ça non !

        1. sam player

          « Grace a PINEL vous pouvez devenir propriétaire d’un appartement locatif sans que cela ne vous coûte rien. »

          Allez-y ! Achetez !
          __________
          Mais bon, vous aussi vous considérez qu’une ristourne de 53KE en 12 ans sur des impôts c’est une subvention ?

          « Par exemple, une personne seule au revenu déclaré de 77 000 euros par an et investissant dans un Pinel à hauteur du plafond (300 000 euros) pour une durée de 12 ans, serait amenée à déduire de ses impôts plus de 53 000 euros. » (source OFCE)

          Une personne seule avec un tel revenu aurait payé près de 300,000 euros d’impôts sur le revenu en 12 ans. Mazette on lui a fait « cadeau » de 53,000 € !

          « Grace a PINEL vous pouvez devenir propriétaire d’un appartement locatif sans que cela ne vous coûte rien. »

          Une réduc de 53KE sur un logement de 300KE, vous trouvez que 300-53=zéro la tête à Toto ? Retournez à l’école !
          __________
          Vous oubliez que pour les pauvres il y a le PTZ qui commence à être remboursé qu’à l’échéance du prêt prncipal.

          Vous oubliez aussi que solvabiliser un « pauvre » pour qu’il se fixe en achetant un logement n’est pas une bonne solution car vous diminuer sa mobilité. Hors : pauvre = peu de qualification = risque de chômage élevé et de longue durée (45 fois plus qu’un diplômé) = nécessité de mobilité

          1. jeans82

            J ‘ai dit que le gain d’impôts compensait l’impôt sur les loyers. Les loyer payent le bien.
            Donc,si je comprend bien. Smicards = pauvre = mains d’oeuvre sous qualifier susceptible de perdre son emplois et de devoir déménager. Donc il vaut mieux qu’il ne soit jamais propriétaires. Avec votre résonnement, a-t’il droit de faire des gosses ? Car ses rejetons sous qualifiés eux mêmes risques de faire de futurs chômeurs ?
            J’aime votre visions du monde égalitaire. L’élite d’un coté, vous a l’occurrence, et le bas peuples, les autres.

            1. jeans82

              Mais qui donc a eu la mauvaise idée d’autoriser les gueux a avoir un droit a la propriété. Une écuelle et une paillasse sont déjà bien payé pour 12h de servitude. de quoi donc peuvent ils avoir besoins ?
              Il faut que le prince Sam remette de l’ordre dans tout cela..

            2. albundy17

              « votre résonnement, »

              :mrgreen: Il n’a pas été dégrossi ^^

              Vous prenez le truc à l’envers, je suis pauvre, mais moins qu’au début, et si il y a un truc qui m’a sauvé, c’est la mobilité. Sinon j’aurais pû acheter mon logement, roubaix, quartier de l’alma, c’est devenu très festif

          2. Gossein

            Un pauvre dont donc subir et le rester ? Un pauvre doit donc continuer de dépendre de l’allocation logement plutôt que de s’affranchir de sa dépendance envers le travail d’autrui. Un pauvre doit donc rester délocalisable pour pouvoir être employé à une activité que son absence de qualification ne lui permet d’obtenir.

            Et de quelle mobilité a besoin ce pauvre, puisque l’on en trouve partout dans sa situation !

            La dépendance aux aides est pourtant l’essence même du socialisme, qui structure la société à cette fin, et ainsi aux siennes et à celles de ses apparatchiks.

            Alors, curieux et étriqué raisonnement que voilà … Celui que l’on tient généralement quand on est au dessus de la mêlée.

            1. gameover

              Vous aussi vous êtes un pote à Jean ?
              Parce que vous faites le même genre de sophisme : vous tirez des conclusions que je n’ai pas faites (un pauvre doit donc…).

              « Ce n’est pas parce qu’on met « donc » dans une phrase qu’on a effectué un raisonnement. » (Copyright h16)

              Chacun a pu aller à l’école et s’est choisi une voie suivant ses moyens intellectuels, manuels ou financiers ET sa motivation.

              Mon frère a fait un CAP de plombier-chauffagiste (il ne supportait pas l’école) et moi une école d’ingénieur.

              Mon père a fini cadre dans l’industrie de l’armement (avec à l’origine juste un CAP d’ajusteur et de maçon 😀 ) et ma mère a commencé comme simple employée (standardiste puis secrétaire) et est à terme devenue – à force de cours du soir et d’une formation de 2 ans durant un congé sabbatique – Responsable des essais de missiles. Du bol certainement ?

              Mon frère (parti avec un CAP) a actuellement une entreprise d’une dizaine de personnes (plomberie-chauffage-clim) et fait un CA de presque 1M€ déclaré 😀 et il s’est créé à coté petit à petit un patrimoine immo en faisant retaper des logements qu’il met en location… et il est plus riche que moi… salaud de riche !

              Il est donc au-dessus de la mêlée suivant votre expression.
              ___________

              La maison que j’occupe actuellement était à un couple qui avait construit sur un terrain familial. Le mari avait perdu son emploi d’ouvrier emballeur (qualif sur le tas) et ils étaient dans de sales draps car ayant encore gros à rembourser ; lui ne recherchait un emploi que localement (à cause de la maison), sa femme travaillait dans la grande distribution pour une enseigne nationale.

              En désespoir de cause ils avaient mis la maison en vente mais comme ils demandaient un prix ahurissant ça faisait 2 ans que ça traînait et que ça ne s’arrangeait pas. Ils envisageaient une location d’appartement après la vente.

              Lors de ma visite de la maison j’ai juste indiqué à sa femme qu’il devrait poser sa candidature dans une boîte de Dijon que je connaissais juste de nom mais sans fournir de contact, ni de piston.

              Quelques semaines après, affaire dans le sac, j’ai acheté la maison et ils ont déménagé sur Dijon et elle-même a pu être muté facilement dans un bouclard de la même enseigne avec en plus une promo : dans la grande distribution il faut bouger pour évoluer.
              Bouger, c’est général dans les entreprises à établissement multiples. La raison étant que vous n’aurez aucune autorité hiérarchique sur des employés qui étaient vos potes à la cantine, dans les allées du magasin et de vos soirées bourrées.
              _________
              Devenir propriétaire à 20 ans il n’y a que les fonctionnaires qui font ça. Sinon c’est se tirer une balle dans le slip.

              1. Gossein

                @ gameover :- Vous m’adressez  »vous tirez des conclusions que je n’ai pas faites » MDR : Comment pourrais-je vous répondre le 18 à 20h12 sur votre post du 19 à 01h53 ?

                – Je réponds à sam dans l’échange jean/sam. Je le fais sur les  »pauvres » dont il est question. À nouveau, en quoi vous sentez-vous concerné ?

                – Je réponds de  »vous oubliez » à  »mobilité », rien d’autre. L’usage de  »donc » prolonge la curieuse thèse de sam, ce que vous éludez.

                – En quoi est-ce que cela vous permet de me faire endosser l’opinion de jean ? Vos certitudes ? Le fait que des membres de votre famille ne sont pas restés les mains dans les poches ; et alors ?

                – Vous me semblez plus réactif que réfléchi. Car que connaissez-vous de la vie de vos interlocuteurs anonymes pour réagir comme cela ?

                1. sam player

                  PTDR
                  gameover sam player shoot again !
                  C’est un souci avec tous les blogs wordpress qui conservent le pseudo du dernier blog visité et commenté. Les habitués du blog le savent… sorry !

                  Donc ce qui vous importe c’est qui vous parle et non le contenu ?

                  Quelle est cette curieuse thèse de Sam, de moi ?

                  « Le fait que des membres de votre famille ne sont pas restés les mains dans les poches ; et alors ? »

                  Bah ça vient juste contredire votre commentaire : pauvre n’est pas un statut, c’est une situation à l’instant t.
                  Je ne vois pas en quoi devenir propriétaire fait sortir du statut de pauvre : il faut rembourser le prêt pour être vraiment propriétaire. Etre non mobile obère la capacité à rembourser, d’où la balle dans le slip.

                  Je connais de mes interlocuteurs ce qu’ils disent ici et en l’espèce c’était bien suffisant pour comprendre que vous parlez de droit à la propriété mais les « droits à… » ça n’existe pas.

                  Mais bon toute cette discussion a dévié sur les pauvres QUI N’ETAIENT PAS LE SUJET, astuce facile, alors que d’origine la question soulevée était que rendre 53KE à quelqu’un qui a payé 300KE ne peut pas sérieusement être considéré comme une aide.

                  Encore une fois, mais c’est une habitude, vous et Jean vous vous attaquez à la conséquence au lieu de la cause.
                  Essayez de comprendre déjà pourquoi les loyers sont élevés alors qu’historiquement les gens ne se posaient pas cette question de devenir propriétaire pour économiser le loyer : il fallait de 50 ans à 100 ans de loyer pour équivaloir le capital : maintenant 20 ans suffisent.

                  Et je persiste, vos « donc » ne sont pas des déductions de raisonnement mais des sophismes style :

                  La boulangerie est fermé ce lundi donc je vais être obligé de manger du pain dur.

                  1. Gossein

                    sam, Je vais vous répondre par un cas pratique : pauvre, impossible d’obtenir un prêt pour acquérir un bien immobilier, donc assurance de rester pauvre en mettant 40 % du salaire de base dans un loyer. Pas moyen d’être  »délocalisé » avec cette charge avec un salaire minimal, sinon pour retrouver une situation équivalente (+ 200 € et des frais supplémentaires, quel intérêt ?).
                    Ça c’est la réalité pour une part importante des salariés. Sans même parler de la situation familiale et de ses contraintes.
                    Évidemment, c’est tellement plus simple de répondre, de façon quasi-dogmatique,  »mais, bougez-vous ! », à ceux qui n’en peuvent.

                    Il n’en va plus de même à qui possède un bien immobilier payé, à situation sociale égale, puisque le « reste à vivre » est alors égal à un loyer. Louer devient possible et c’est ce qui ouvre aux faibles revenus la possibilité de se  »délocaliser ».
                    Mais pas encore de vendre pour racheter ailleurs, étant l’importance des frais de mutation (ce que souligne Aristarkke ci-dessous). Sinon l’avantage salarial apparent est croqué par ces frais, puis fiscalement.

                    Une condition supplémentaire conditionne encore la possible mouvance géographique : qualification, aide familiale, emploi garanti, etc., sans laquelle l’avantage escompté n’en vaut pas la prise de risque.

                    Comprenez-vous cela ? Ne voyez-vous pas que tout le monde ne dispose pas de la situation initiale de votre famille, ce qui a permis à ses membres de bien évoluer ?

                    Alors inutile de faire un dessin, ce que je soutiens ici bat en brèche vos incitations à un véritable  »suicide social », par vos appels à la  »délocalisation » de gens qui ne sont pas en situation de la faire …

                    1. sam player

                      Mais, vous vous relisez parfois :

                      1-« pauvre, impossible d’obtenir un prêt pour acquérir un bien immobilier, donc assurance de rester pauvre… »

                      Et hop, encore un « donc ». Vous êtes à péter de rire.

                      Manifestement et comme je disais, pauvre est un statut pour vous, on n’en sort pas. Donc vous nous parlez de quelqu’un qui n’a rien fait, à qui l’école n’a servi à rien, qui n’a pas fait d’apprentissage : le monde est vraiment trop injuste 😥 une victime de la société ? Il est né sans bras, sans jambe, sans cerveau ? Vous nous parlez d’un légume ?

                      Des gens ayant tout raté à l’école arrivent à s’en sortir en faisant quelque chose de leur dix doigts dans quelque chose qui leur plaît… un coup de bol ?
                      Vous êtes vous dit une fois que des gens travaillent dur pour réussir et sans papa ni maman derrière et sans des capacités intellectuelles exceptionnelles, juste savoir que 2 et 2 font quatre.
                      Pourquoi d’après vous les portugais montent souvent leur boîte rapidement ? Ils ont un gène en plus ?

                      Bien souvent les personnes sans qualif sont des fumeurs. Avez-vous fait le calcul de ce qu’ils ont dépensé en cigarettes, en alcool, au bar, en PMU, en loto, en boîte de nuit ? souvent il y a de quoi acheter une baraque et une belle !
                      En fait les gens font des choix et ils en supportent juste la responsabilité, vous aussi.

                      2-« Il n’en va plus de même à qui possède un bien immobilier payé,… »

                      C’est tombé du ciel ? Le mec est né avec un logement payé ?

                      « Louer devient possible et c’est ce qui ouvre aux faibles revenus la possibilité de se »délocaliser » »

                      Non la majeure partie de ces personnes à faible revenu qui ont fini de payer leur premier logement après un prêt de 20 ans et qui se relocalisent ailleurs ne louent pas leur précédent logement (trop d’impôts), ils le vendent.

                      Vous prenez vraiment le problème à l’envers et du coup vous faites des frais de notaire une cause alors que c’est une conséquence de l’absence de mobilité.

                      3-« … l’avantage escompté n’en vaut pas la prise de risque.
                      Merci. Voilà exactement le noeud du problème : celui qui ne prend jamais de risque considère toujours la situation des autres à l’instant t sans se rendre compte qu’ils ont pris des risques. 100% de ceux qui ont gagné ont pris un risque à un moment ou à un autre : les classes aisées, moyennes ou pauvres.
                      Vous croyez quoi ? Que ça tombe tout cuit ?
                      Une étude US montrait que 40% de ceux qui étaient dans les 2 premiers déciles de revenu n’y restaient que 2-3 ans (census.gov)

                      Quand je suis parti d’Areva (Framatome à l’époque) après 6 mois pour aller dans une entreprise d’à peine 50 salariés, ma famille, mes amis, mes collègues m’ont traité de fou. J’avais une place en or.

                      Mon fils a passé un CAP de couvreur (comme mon frère il était allergique à l’école) mais il s’est rapidement rendu compte que son salaire allait stagner peu au-dessus du SMIC. Il a démissionné et est entré en alternance en migrant à Aix-en-Provence en gagnant même moins qu’avant mais pour devenir conducteur de travaux : 2 ans à se faire chier avec moins de revenus mais pour gagner 2 fois plus après.

                      4-« Ne voyez-vous pas que tout le monde ne dispose pas de la situation initiale de votre famille… »

                      Vous êtes sûr d’avoir bien lu ? Vous considérez que démarrez avec un CAP dans la vie (père) et avec rien (mère) c’est une situation initiale privilégiée ?

                      5-« ce que je soutiens ici bat en brèche vos incitations à un véritable »suicide social », par vos appels à la »délocalisation » de gens qui ne sont pas en situation de la faire… »

                      Non, que dalle. Regardez les taux de chômage de différentes régions, villes… il y a des villes avec des taux de 4-5% (c’est très tendu) et d’autres avec 16-20% voire plus.
                      En fait beaucoup sont vissés sur leur territoire parce que maman et papa et les 3 générations précédentes ont vécu là.
                      De la connerie en barre.

                      Il faut aller là où est le travail.
                      Ma fille est sortie de sa formation il y a tout juste 2 ans et elle va attaquer sa 3ème mutation : 1ère année Cote d’or, 2ème année Vosges, 3ème année Meurthe et Moselle : vous croyez que ça l’amuse ?

          3. Aristarkke

            Ce qui diminue la mobilité, c’est plutôt la lourdeur grançaise des droits de mutation + les délais administratifs que la propriété en elle-même.

            1. Gossein

              Sam, vous faites les questions, les réponses et choisissez les affirmations et les situations qui vous arrangent, tout en disant que c’est moi qui devrait me relire … Vous donnez dans la suffisance. Or, les conditions sociales sont un fait que vous tenez manifestement à ignorer par pure idéologie. Ensuite, et dans le même ordre d’idée, prendre son cas pour une généralité n’est pas faire preuve d’une grande conscience des réalités. J’espère au moins que vous vous rendez compte de la somme de contradictions présentes dans vos écrits. En somme, vous avez le travers de l’ingénieur pour lequel les autres sont du vulgus pecum. Rien de nouveau sous le soleil. Bonne soirée.

              1. sam player

                Aucun argument juste du blabla.
                Je vous avais mis des n° pour que ce soit plus facile de répondre.
                Je vous avais mis des exemples à l’appui du raisonnement sur certains points.

                Espérant que ça vous donnera matière à réfléchir mais j’ai un gros doute, vous n’êtes peut-être pas équipé pour.

                1. Gossein

                  Sam, vous persistez dans vos travers. Pour qui vous prenez-vous pour vouloir m’imposer de rentrer dans une polémique stérile  »numérotée » ? Et vous persistez à prendre votre situation pour une généralité. Alors, vous êtes bien mal venu pour évoquer l’équipement nécessaire à la réflexion. La vôtre évoluera lorsque vous vous serez débarrassé de vos filtres personnels et idéologiques. Affaire close, merci.

    2. René-Pierre Samary

      Le loyer mendiant, c’est ce qui nous attend, vu le nombre de roms qui le pratiquent, avec un succès, il faut le dire, peu convaincant. Mais la mère Hidalgo va nous arranger ça vite fait. En hiver, Paris Plages pourrait bien se transformer en Paris sauvage, avec tentes à la place des bagnoles. C’est en tout cas ce que je lui suggère.

      1. sam player

        Loyer mendiant, je n’irais pas jusque là : en fait ce système rattrape les conneries générées par les décisions prises sur l’immo jusque là et c’est là le problème : l’état résout ds conséquences au lieu d’éliminer les causes.

        Une connaissance a trouvé hier dans Nancy un appartement en Pinel de 60-70m² avec un loyer hors charge entre 500 et 600€ ce qui est correct, ni plus ni moins, le problème étant juste qu’il a fallu subventionner fiscalement le proprio après l’avoir tabassé !

        Concernant le plafond de ressources (revenu fiscal de référence) il paraît effectivement élevé vu de loin mais quand dans un couple les 2 travaillent il est assez vite atteint.

  10. jeans82

    Ca sent le SAPIN !
    Assurance vie : le gouvernement pourra suspendre, retarder ou limiter les rachats, arbitrages, ou avances grâce à la loi SAPIN 2 en cas de risque de faillite des banques.
    De là à ce que les banques se renflouent sur les assurances vies !
    Le gouvernement anticipe t’il la prochaine crise boursière du surendettement des banques et de la faillite de la banque centrale européenne qui ne sera plus en mesure de payer et d’alimenter le marché.

    1. Dr Slump

      Oui oui, le gouvernement assure ses arrières. La république s’est toujours bien défendue, et elle s’emploie à prévenir sa chute plutôt que guérir les maux qu’elle engendre. Ce n’est plus une image, c’est une réalité: l’état est devenu un parasite boursouflé, et tuera l’hôte plutôt que l’abandonner.

          1. Bonsaï

            @ René-Pierre
            Tout docteur qu’il est, Dr Slump semble néanmoins trop jeune pour connaître cet autre docteur qui se faisait volontiers photographier avec un canard sur la tête…

            1. Dr Slump

              Avant de m’affubler du titre de docteur (que je n’ai jamais revendiqué), il faudrait déjà s’informer sur la nature du personnage de Dr Slump. L’hilarité qu’il peut provoquer vous épargne le besoin de se coiffer d’un canard.

  11. Pheldge

    Bon, quelqu’un a-t-il suivi les péripatéticiennes périphéries péripéties de France-Pravda-Info Télé ? parce que moi non, et je découvre ceci :

    lepoint.fr/medias/deja-l-ecran-noir-pour-franceinfo-16-09-2016-2069011_260.php

    bicauze que « une décision du tribunal de grande instance de Paris, saisi par le SNJ et la CFDT. Le TGI a interdit aux journalistes de la chaîne de réaliser le montage de leurs sujets et aux monteurs d’effectuer des tâches éditoriales » …
    C’est beau le syndicalisme à l’œuvre ! 😉

    1. sam player

      « Notre objectif n’est absolument pas de torpiller cette chaîne. »

      Ces gens-là auraient dû vivre à une autre époque avec des standardistes, des secrétaires, des gens qui distribuent le courrier, des portiers, des garçons d’étage etc… époque révolue

      Je sens que ça nous ferait un beau billet de h16 sur les ceusses qui s’arcboutent sur des principes pire que leurs avantages à qui.

      1. Pheldge

        Il me semble qu’à Radio Pravda & satellites, en régie, les techniciens continuent à travailler en binôme, comme à l’époque où il fallait parfois réparer les bobinos …

    2. Aristarkke

      C’est l’ application concrète de la saynète des Chevaliers du Fiel basée sur les employés municipaux des parcs et jardins. Par exemple, par le biais d’une de mes relations qui vit en bordure d’un parc/espace de détente végétalisé, les gars viennent à quatre : deux employés, le chef d’équipe (évidemment) et le chauffeur qui reste assis dans la camionnette tout le temps que les autres opèrent… Y a pas de raison que ce qui existe dans les espaces verts ne soit pas transposé…

      1. Higgins

        D’où l’histoire suivante:
        Un type depuis sa maison voit arriver un camion des services municipaux avec des poteaux de bois sur le plateau arrière. Deux employés en descendent et se mettent au travail. L’un se met à creuser des trous avec une pelle, trou que son collègue s’empresse aussitôt de reboucher. Au bout de deux heures, intrigué de ce manège, il sort de chez lui et va leur demander ce qu’ils font:
        – Ben, ça se voit. On plante des poteaux.
        – ?
        – Ah, je comprends. Non mais normalement, on est trois et c’est le troisième qui met le poteau dans le trou mais aujourd’hui, il est en RTT.

        1. albundy17

          Il y a aussi, toujours avec les chevaliers du fiel, employés municipaux:

          – Machin, j’ai une bonne nouvelle pour toi ! (il sort le pastagua)
          – Tu es titularisé !

          l’autre n’en peut plus de bonheur :

          — Rhaaa, depuis le temps que j’attendais ! Bon aller, faut que j’aille bosser.

          – Mais t’es con ou quoi ! Je viens de te dire que tu es TI TU LA RI SE !

          Et il sert le ricard :mrgreen:

          Cependant, la réalité dépasse souvent, dans ce domaine, toutes les fictions imaginables. Et pas que dans l’administration, Un chantier Eiffage durant cet été, refection de toute la voirie d’un lotissement, je suis toujours surpris par le nombre de cadre appuyés sur leur pelle

          1. bibi

            Vous savez ce que vous devez faire si vous trouvez un cantonnier mort au bord de la route?
            Vous le relevez et vous l’appuyez sur une pelle pour faire croire à un accident du travail.

  12. kekoresin

    Si vous voulez vomir un bon coup accompagnés par une belle musique, le PS résumé en 30 ans c’est par là: https://www.youtube.com/watch?v=FGchi7alEM8

    Sinon, j’ai vu à la TV d’état une pub sur le bilan du presque quinquennat de Zizi Rider, une ode à la propagande digne d’un Poutine d’opérette. Je n’arrive pas à mettre la main dessus mais ça valait son pesant de gaz hilarant!

    Pour les loyers encadrés par nos têtes de fions au sortir d’une selle abondante, chez nous cela a fait grimper les loyers. En plus de l’effet inversement proportionnel à l’intelligence de cette loi, plein d’investisseurs se sont lancés dans la loi Pinel. Bon, le nom déjà était suspect. Ils ont vraiment du mal à louer parce que la plupart des locataires ont trop de ressources. Du coup, les locataires ont du mal à se loger et mécaniquement ce qui sort du Pinel se loue très cher. Encore une belle réussite des bricoleurs de marchés et des tordeurs de réalité. La grosse Cosse n’est pas capable de sortir autre chose que des fayots de sa tête de cul, ce qui entraîne des flatulences citoyennes et une production accrue de gaz à effet de rire dans l’atmosphère.

    Autre dossier parallèle à cette folie complète de régulation des lois de l’univers, loi Alur. Je viens de vendre un appartement de 30,44m². Le dossier fait 284 pages recto verso avec les annexes! Sachant qu’il y a 4 vendeurs (succession) et deux acquéreurs, je suis censé faire un exemplaire original pour chacune des parties + 1 pour le notaire rédacteur, soit 7X284=1988 pages!!! Presque 4 ramettes!!! Super écolo en effet (agents blanchissants du papier + encre chimique), merci Duflot, merci Cosse, merci les verts. Je ne sais pas si ces abrutis sont recyclables, mais je les planterais bien la tête en bas dans du terreau pour en faire des vases à chardons.

    Bon dimanche à tous et attention de ne pas abuser de la liberté d’expression vous pourriez vous retrouver à faire du tennis et du cheval avec des GD (gentils déradicalisateurs)

  13. Dr Slump

    « Je ne sais pas si ces abrutis sont recyclables, mais je les planterais bien la tête en bas dans du terreau pour en faire des vases à chardons. »

    You made my day 😀

    « vous pourriez vous retrouver à faire du tennis et du cheval avec des GD » Argh, le film d’épouvante, du tennis et du… du… du « cheval » !

  14. JiJiBé

    HS si je puis me permettre en…encadré :

    Le prix « Homme d’État de l’année » remis lundi à Hollande.

    Le prix Homme des tas remis à Hollande ? Normal pour un gros tas de Président normal qui a jonché son quinquennat de plein de petits tas de sable balayés au gré des marées.

    Il a d’ailleurs confirmé, regardez moi les tas c’est moi !

  15. albundy17

    Rhooo, à Nice, un couple à collé un drapeau tricolore pendant le foot, et ont oublié de l’enlever, ils sont sommé de le faire rapidos, pour « éviter les débordements »

    p’tin, ça devient grave les gens

    1. bibi

      On rappellera que c’est le chef de l’Etat qui invita les Français à accrocher un drapeau bleu-blanc-rouge à leurs fenêtres, vendredi, pour rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, et qu’étonnamment la gauche est bien silencieuse sur cette histoire.

  16. jeans82

    Mollande a décider d’améliorer le réseau d’autoroute pour un montant prévu de 1 petit milliard.
    Et hop, qui dit nouvelles dépenses, dit nouvelles ponctions. Donc, il y aura un augmentation du tarif des péages, comprise entre 0,3% et 0,4%.
    Il n’y a rien qu’un nouvel impots ne saurait résoudre !
    Et pour le complément, les collectivités locale seront misent a contribution.
    Pour le secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies, la baisse des dotations aux collectivités locales n’est pas un problème. Il dit aurait déclarer «Ce ne sont pas des investissements disproportionnés, dans une période où les conditions d’emprunt sont bonnes avec des taux très bas».
    En gros, elles n’ont qu’a s’endetter, c ‘est pas comme s’il fallait rembourser un jour.
    Tant qu’on ne touche pas aux profits des sociétés autoroutières, tout va bien !

  17. MCA

    Allez, ce sera ma modeste contribution à l’animation du week end en l’absence du Boss.

    Il s’agit de la comparaison des impôts payés au moyen âge vs notre époque.

    Surprenant, mais pas dans le sens que l’on croirait.

  18. Pheldge

    Sam, si ta fille souhaite découvrir une « formation approfondie » dans un paradis tropical, je suis prêt à étudier sa candidature, avec un soin tout particulier … 😉
    Dis-lui d’envoyer CV avec photos au facteur-Patron !

Laisser un commentaire