[Redite] Le quinoa de Mélenchon ou la revanche du marché sur les collectivistes

Billet initialement paru le 09.09.2016

Voilà un an, Jean-Luc se lançait dans une présidentielle qui ne ressemblera à aucune autre. Sentant qu’il aurait besoin de toutes ses ressources pour louper la marche présidentielle avec suffisamment de brio, le Lider Marxisto s’était à l’époque lancé dans un nouveau régime-minceur à base de quinoa, sans se rendre compte que, ce faisant, il favorisait l’émergence d’un marché capitaliste en diable qui tire de la pauvreté un nombre croissant de paysans boliviens.

Depuis, cependant, on a eu la confirmation que son régime alimentaire est une démarche de stricte hygiène personnelle, le sort des peuples d’Amérique du Sud lui passant très loin au-dessus de la tête comme en témoigne son déni des exactions scandaleuses auxquelles se livre la dangereuse phalange collectiviste au pouvoir au Venezuela.

Le vendredi, c’est poisson – enfin, pour beaucoup. Pour d’autres, c’est l’occasion de tenter un repas à base de petites plantes vertes, de nouveauté en sachets d’importation bio et de graines à la mode. Ce sera donc sans surprise qu’on découvre que Jean-Luc Mélenchon, frétillant candidat à la présidentielle pour les huit prochains mois, s’est récemment mis à en manger avec délectation.

Au point, d’ailleurs, de susciter la curiosité de quelques journalistes en mal d’article pour leur canard, comme Gala, qui s’empressent donc de le rencontrer chez lui, dans son milieu naturel et cossu, afin d’en apprendre plus. Pensez donc ! La course à la présidentielle nécessite une forme de marathonien et commande l’abandon du bedon électif qui apparaît souvent après l’obtention d’un mandat, pour Jean-Luc comme pour d’autres. Le régime minceur s’impose, et si ce régime peut aussi faire passer un message politique, pourquoi s’en priver ? Il sera bien temps de retrouver l’appétit une fois retourné sous les ors de la République…

mélenchon swag meluche plus

En attendant, le candidat Mélenchon explique très simplement comment il procède et dévoile son secret minceur : avec quelques dés de concombre, de tomate, de verdure diverse et d’avocat, il ajoute une céréale miracle, le quinoa. Oh, il admet sans mal être en retard sur la mode apparue il y a déjà plusieurs années qui incite le rurbain conscientisé et le citadin en syntonisation parfaite avec Gaïa à brouter joyeusement la pseudo-céréale venue des hauts plateaux d’Amérique du Sud, mais après tout, s’il aime ça et qu’en plus, cela lui permet de faire passer quelques messages subconscients en terme d’écologie, de nourriture bio, de respect des petits animaux et de l’agriculture équitable, après tout, pourquoi pas ?

Sur le plan politique, ce petit bout de stratégie alimentaire peut s’avérer payant : le candidat Mélenchon montre ainsi se soucier d’une poignée de ces thèmes chers à une certaine gauche, celle qui pourrait bien quitter les rangs déjà clairsemés du PS traditionnel, voire des Verts en déroute, pour venir grossir ses suffrages. Et gêner le candidat issu de la primaire socialiste, c’est tout ce que demande Jean-Luc pour s’assurer d’un avenir politique plus dodu que son actuelle gamelle.

Cependant, sur d’autres plans que politique, Jean-Luc fait ici une démonstration plutôt ambigüe.

MélenchonDéjà, sur le simple plan nutritionnel, on est dans l’embarras. Le quinoa contient naturellement de fortes doses de saponine qui imposent de le laver très méticuleusement. On peut bien sûr sans mal admettre que ce qu’on trouve dans le commerce a déjà été correctement nettoyé, mais on s’étonnera de constater le détachement qui entoure ces saponines du quinoa d’un côté et de l’autre, l’hystérie qui entoure certaines plantes (OGM, traitées avant ou après la récolte, …) et certains composants (parabènes, typiquement) aux concentrations beaucoup, beaucoup plus faibles, et au suivi industriel autrement plus tatillon : les réactions allergiques aux saponines (et l’inflammation intestinale qui résulte de leur présence dans le bol alimentaire) ne semblent pas inquiéter ceux qui grignotent cette graine. Le principe de précaution, indépassable pour des OGM pourtant inoffensifs depuis des décennies, s’arrête dans l’assiette dès que la plante est estampillée « gentille » par les bonnes associations, je présume.

Au-delà de ces considérations bêtement chimiques, on s’amusera de l’étonnante leçon que le marché administre à Jean-Luc, pourtant peu susceptible de le vouer à autre chose qu’aux gémonies. Le quinoa est en effet une plante dont la consommation mondiale n’a cessé d’augmenter, à mesure qu’ont grandi sa notoriété et son succès notamment auprès des occidentaux financièrement à l’aise. Jean-Luc rentre ici tout à fait dans le cadre du sexagénaire à la fois soucieux de sa ligne et de l’image qu’il renvoie auprès de son entourage, et qui dispose tout de même de solides moyens pour une alimentation millimétrée.

Et ce faisant, il favorise directement l’émergence d’un marché mondial du Quinoa… Qui voit la Bolivie exporter plus de la moitié de sa production, ce qui se traduit directement par une hausse des prix du produit, y compris sur le marché national qui devient progressivement inaccessible pour les populations les plus pauvres auxquelles le quinoa s’adressait pourtant.

Pour un chantre des petites gens et de la classe ouvrière laborieuse qui a du mal à joindre les deux bouts, voilà qui est ballot. D’un autre côté, difficile de ne pas voir que cette augmentation du prix du quinoa provoquée par ceux qui en ingurgitent goulûment bénéficie directement à ceux qui, à l’autre bout de la chaîne, en produisent : on peut même s’autoriser à penser que ces producteurs, en Bolivie ou au Pérou, sont en train de sortir de la misère précisément parce que des millions de Jean-Luc conscientisés se sont mis à en acheter.

melenchon corporatisme crony capitalismOn se devra donc de noter ironiquement que dans l’histoire, Jean-Luc, probablement sans le savoir, aura démontré par l’exemple pourquoi la mondialisation permet effectivement l’enrichissement des peuples et pourquoi le capitalisme, en permettant l’émergence de ces comportements, est un véritable bienfait pour l’Humanité, en parfaite contradiction des thèses qu’il soutient avec véhémence à qui veut l’entendre. Mieux : Jean-Luc permet ainsi à ces pays d’Amérique du Sud de s’extirper doucement de ces fièvres collectivistes qui les mettent systématiquement à genoux : sans s’en rendre compte, chaque bouchée de quinoa d’un Jean-Luc pourtant remonté comme un coucou contre le méchant marché, c’est un clou de plus dans le cercueil marxiste que ces pays se construisent régulièrement, à l’instar de la Bolivie de Morales (qui se fait dézinguer un ministre un peu trop interventionniste par la cheville ouvrière minière mécontente qu’on vienne empêcher son taf) ou du Venezuela de Maduro (chez qui le papier hygiénique compte plus que les billets de sa banque centrale).

Au passage, on ne s’étonnera même pas de cette incohérence qui vient simplement s’ajouter à celle, encore plus flagrante, qui veut qu’on doive consommer localement, tant pour contrer la méchante mondialisation (ultra-turbo-capitatruc) que pour favoriser nos petits artisans, nos petites entreprises et nos petits paysans locaux. Le candidat Mélenchon a très légitimement choisi de brouter du quinoa plutôt que de s’enfiler de la Charolaise, ce qui aurait pourtant contribué à soutenir une filière de viande française en difficulté à cause de la mondialisation / le mauvais soutien de l’État à la filière / les méchants groupe agro-industriels sans foi ni loi / le capitalisme apatride / le cheval roumain / biffez les mentions inutiles, panachage possible.

C’est un peu le souci avec ces idéologies mal boutiquées : qu’on choisisse local ou non, qu’on consomme quinoa ou pas, quoi qu’on fasse, on finit toujours par être incohérent, et, mieux encore, on aboutit à favoriser capitalisme et mondialisation qu’on entendait pourtant combattre fermement.

Décidément, le marché est plus fort que Jean-Luc.

enjoy-capitalism-1301

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires109

  1. Le Gnôme

    Aargh, nous proposer du quinoa un dimanche, alors que je me prépare à cuisiner des côtes de veau à la normande, flambées au calva avec des girolles qui vont bien. C’est quand même meilleur que du quinoa, que je laisse volontiers aux populations d’Amérique du sud qui n’ont pas de girolles, et pas de calva.

      1. Pheldge

        exactement ! Et si par malheur après le repas tu joues à la belote, la fracture de l’ami aux cartes te guette ! Il ne te restera plus qu’à invoquer le dieu des goguenots : Allah vécé, pour éviter de faire une attaque ! 😉

            1. MichelC

              Ja, c’est le choix que nous fesimes, por nous ne connaissons pas d’amies aux cardement.

              On nous a trop amyelez
              Soubz couleur de bonne esperance.

    1. BLACK MAMBA

      Le dimanche en général, je mange des sushis.
      On partage en famille mais là, la maison est quasi vide, il ne reste que la petite dernière, le chat, le chien et les 4 poules.

      Je dois avoir du quinoa dans mes placards. Je vais y réfléchir.

  2. Bonsaï

    Curieuse redite hors du temps et des circonstances actuelles, l’ordre du jour en Macronie n’étant ni à Mélenchon, ni à ses habituelles incantations et encore moins au quinoa, lequel ne fascine guère les foules sous nos latitudes.
    Admettons donc que Mélenchon, soit l’indispensable agitateur qui sème un peu la pagaille juste pour rire et qui fait figure de Joker dans les bons jeux de cartes…

    1. Black Mamba

      L’ordre du jour est l’essai nucléaire en Corée du Nord.
      Curieusement White Panda était connecté à l’événement, il en a rêvé. C’était si réel d’après lui. Les peuples du monde souterrain n’ont pas apprécié
      .

    2. sam player

      « … et encore moins au quinoa, lequel ne fascine guère les foules sous nos latitudes. »

      France 2ème importateur mondial depuis 2016…
      Suisse : importations multipliées par 13.5 entre 2009 et 2014, à tel point que les agriculteurs suisses s’y sont mis.

      Bonsaï, hors du temps.
      Tu me rappelles un de mes salariés qui écoutait de la musique import mais qui jetait les disques dès que les groupes avaient un succès commercial, c’était incompatible.

        1. Bonsaï

          Par ailleurs et sans avoir le temps ni l’envie d’entreprendre une recherche à ce sujet, j’émets l’hypothèse selon laquelle le quinoa est principalement importé par l’industrie alimentaire pour des usages de transformation variée et n’est consommé tel quel que par une infime minorité de la population.

          1. sam player

            « le quinoa est principalement importé par l’industrie alimentaire… »

            Oui, par l’industrie automobile ça serait étonnant…

            « …pour des usages de transformation variée… »

            Oui, mélangé avec du boulgourh

            « …et n’est consommé tel quel que par une infime minorité de la population. »

            Oui, en général il est au moins cuit ! 😀 😀 😀
            __________
            Autrement dit, tu as tes idées, rien ne vient les étayer, au contraire, mais doit y avoir une raison… une piste : ça absorbe bien le vomi ?

      1. BDC

        T’es sûr qu’elle n’est déjà pas en train de passer, la mode du quinoa ? Dans ma cantine de bobos, le plat de quinoa boulettes de pois chiches a fait un flop, idem pour le steak hâché frais d’Aubrac. Le SMIC chez nous c’est 2500€ net et les gens préfèrent payer un euro de moins et avaler de la laitière. Et ça vote quand même Merluche pour forcer tout le monde à manger bio. Consternant.
        Et vous les amis, quelle race de bidoche préférez-vous ? Je ne suis pas connaisseuse ma région d’origine n’est pas bonne du tout. J’aime bien la tendreté de la Blonde d’Aquitaine (Albundy17, t’as de la chance !), moins la Limousine qui la remplace chez mon boucher, du coup je suis allée voir son concurrent, et sa Parthenaise n’est pas mal du tout !

          1. BDC

            Chez HS les nanas mangent souvent de la salade de quinoa. C’est un ingrédient connu testé et ré-testé ici, ça m’étonnerait que le marché croisse encore beaucoup chez les bobos. Mais j’ai peut-être un biais d’analyse, ne fréquentant pas les blogs culinaires/minceur.

          1. BDC

            J’y ai goûté, pour voir. C’est pas gras, la sauce tomate fait passer le tout mais qu’est-ce que c’est fadasse ! Une fois par an quand on a faim, mais pas plus souvent.

        1. Pheldge

          quelle race de bidoche préférez-vous ? Dois-je vraiment répondre, ô Très indiscrète ? après avoir goûté un peu à toutes les races, j’ai trouvé mon bonheur avec de la rousse de Bourbon 😉

        2. albundy17

          La blonde d’Aquitaine a ma préférence, bien grasse en général, suffit d’ailleurs de regarder les bêtes, en proportion on croirait la limousine élevée en inde…

  3. Aristarkke

    Psttt Mélusine. Petite entorse à la trêve dominicale:
    (…) auxquelles se livRE la dangereuse phalange (…)

    😥 for Argentina Venezuela

  4. bibi

    Mr 16 concernant les exactions au Venezuela vous conviendrez, que si là bas comme dans tout bon pays capitaliste, on tabasse du chaton mignon on le fait pour une bonne raison, avoir un peu de viande pour accompagner le quinoa que ne peuvent s’offrir les masses laborieuses exploitées par la finance apatride.

    1. kekoresin

      On ne met par de « r » à Monsieur. Ça donne donc M16, un outil fort utile pour répandre du capitalisme sur la planète.

      A l’inverse, le cousin d’AristarKKe qui vit dans le Lot et Garonne, se présente comme AK47, outil fort utile pour la distribution de pruneaux aux mécréants et aux allergiques du col Mao.

            1. sam player

              En général je me goure quand il y a le verbe faire dans les parages ou quand l’auxiliaire est éloigné… mais j’essaie de m’améliorer. Pardon.

              1. albundy17

                « quand il y a le verbe faire dans les parages »

                Ha ben Gaston Lagaffe avait le même problème, son allergie étant avec le mot effort.

          1. Aristarkke

            L’AK 47 est plus rustique et davantage utilisable dans des conditions plus sévères que le M16.
            Mais ces deux armes sont très encombrantes.
            Un Uzi est beaucoup plus appréciable, surtout qu’il existe en version « mini ».
            [Ce doit être son origine juive qui empêche tous ces valeureux combattants islamistes de l’utiliser…]

            1. MichelC

              Valeureux ❓ Rhétorique pour de la chair à canon décervelée ❓
              Pas mauvais comme engrais dans le désert, c’est leur principale valeur 😉

                1. MichelC

                  Faizant était excellent. Mais les DAECHiens et consorts ont atteint une dimension inatteignable, ce qu’il n’avait pu imaginer à l’époque. Et comment représenter l’immondice ❓

            2. kekoresin

              La famille des Uzi est composée de pistolets mitrailleurs efficaces à courte distance, souvent calibrés en 9mm. Les AK sont des carabines automatiques (ou semi) bien plus efficientes à moyenne distance, tout comme les M16 et ses nombreux rejetons…

            1. MichelC

              Faute d’essence, ils filent la proye dans des bouteilles qu’ils envoient sur les forces de l’ordre. Forces, enfin des matons.
              Rien ne se perd : c’est très écologique…

  5. René-Pierre Samary

    Je ne veux pas savoir avec quoi se nourrit Mélanchon, ni ce que contient son bol alimentaire. Je sais seulement qu’il se nourrit d’idées fausses. Pas de bol pour son électorat, ramassis d’imbéciles qui lui remplit le ventre.

  6. kekoresin

    Le bon gouvernement qui veille jour et nuit à notre bien être, surveille de près le stock de PQ, utile pour pour s’essuyer la boite à Toblerone mais également adapté aux coulures de Rimmel provoquées par une politique chargée d’émotions positives. Quant aux p’tits gars des Andes, on pourrait leur renvoyer de la viande d’insoumis nourris grâce à leurs efforts en altitude. Pour les bobos du 11ème, on les garde pour faire tourner les épiceries bio…

  7. Aristarkke

    HS : une info du journal Challenges nous apprend que Ouibus, la filiale SNCF des cars Macron subit une perte de 45,7 m€ en 2016 pour un CA quasi identique…
    En cumulé depuis son lancement en 2014, la perte atteint 130M€…

    Quoique fasse le socialisme, c’est toujours avec l’argent des autres…

    C’est pas demain qu’on va arrêter de renflouer perpétuellement la SNCF…

    1. Black Mamba Warrior

      A propos de renflouer, hier WP a rencontré un jeune qui s’occupait de vendre sur les marchés anglais la fameuse CADEF. Le tonneau des danaïdes tient le coup, la liquidité est encore disponible mais encore pour combien de temps.

                    1. sam player

                      Voui, quand on aime on compte pas, mais y a des limites 😀
                      … et n’oublions pas que « on » est un c**

                    2. BDC

                      « Aussi grand que Tyrion », il a dit que l’arbre devait faire 1,90 m pour le dominer, donc il fait 1,8m, enfin … mesuré à l’armée, il y a donc 40 ans, hi hi hi … Aujourd’hui il doit faire 1,7m. Je prends les paris !

                    3. sam player

                      Entre 50 et 60 ans… tout le monde a gagné

                      @BDC 1.70m… perdu

                      On n’est pas sur Meetic là, je vois pas trop l’intérêt de raconter des conneries… Ca me rappelle que celles que j’ai rencontrées sur Meetic, testé(es) il y a quelques années, étaient étonnées que les tailles et poids étaient justes… faut être vraiment con pour se rajouter des cm et s’enlever des kg…

                    4. Pheldge

                      @ sam player 20 h 12 : « faut être vraiment con pour se rajouter des cm et s’enlever des kg… » oui, mais ceux qui font ça, essaient de donner l’image idéalisée qu’ils ont d’eux-mêmes.
                      Et un grand classique c’est le selfie pris avec la canne ad-hoc en vue plongeante, qui permet de dissimuler le imperfections du visage …

                    5. BDC

                      Saaaam ! Espèce de tricheur ! Je te dis 1,7m, pas 1,70m !!!! Si tu es obligé de rajouter une précision d’une décimale pour me donner tort, c’est bien que tu mesures entre 1,7499 et 1,6501. Et comme tu te piques de rajouter ton âge, tranche sur laquelle on n’avait aucun doute, c’est que ça t’avantage, donc tu as 60 ou 59 ans.
                      BDC/Clarice

                    1. Black Mamba Warrior

                      @Bonzaî, il a tout de même plus de 50 ans,
                      ma mère étant plus jeune que vous, estime qu’elle a douze ans d’âge mental, c’est ce qui lui permet d’être encore vive d’esprit et d’être très joviale. La maturité n’est pas un critère d’excellence.

                1. René-Pierre Samary

                  « Tandis qu’il affronte bravement les quarante heures de car climatisé qui le séparent de sa dulcinée, le chevalier salvateur a tout le temps de la visualiser, debout devant sa ferme rustique, l’accueillant d’un sourire timide, ses longs cheveux noirs agités par le vent descendu des cimes. Quelques brebis meublent le décor alpestre.
                  Nous sommes convenus de nous retrouver à la gare routière.
                  Je pouvais sagement anticiper une légère déception, surtout après deux mille kilomètres de routes vénézuéliennes. Lorsque je réalise qu’en place de la svelte montagnarde que je cherche dans la foule, celle qui m’accueille est cette cinquantenaire boulotte, qui me fait des signes joyeux de sa main grassouillette, un sentiment d’incrédulité fait place à la sensation amère de m’être fait rouler. »

                  1. Pheldge

                    ça sent le vécu ça, RPS ! la coup de la photo datant de 10 ou 15 ans est un grand classique du beau sexe 😉

                    Mais je suppose vu ton âge plus que vénérable, tu as des anecdotes croustillantes à partager, sur tes aventures via les petites annonces des journaux gratuits et autres bulletins municipaux 😀

                    1. BDC

                      Elles vous font ça souvent : ma mère sort toujours l’argument « À 20 ans je pesais 50kg ». Faut bien le prouver ! Je n’ose pas lui répondre : pourquoi tu en pèses 25 (voire +) de plus maintenant ? T’as pas d’excuses !

                    2. René-Pierre Samary

                      C’est du vécu romancé. Frédéric a réussi finalement à se tirer de ce chausse-trape, si ça peut te rassurer (et comme le montre la suite de ses aventures).
                      Les quelques expériences vécues avec Meetic (rebaptisé OnlyYou) rendent imperméable à ce style de rencontre, mais sont l’occasion de franches rigolades…

      1. sam player

        Bonne question !
        Mais bon, avant de mettre ce lien, j’ai lu les articles US sur le sujet, et les rayons avaient été dévalisés avant l’épisode tempétueux… et là, ce que recherchent les Houstoniens ce sont du pain et des produits frais…

  8. sam player

    Un article assez rigolo où le rédacteur se tire une balle dans le slip sans s’en rendre compte : ceci montre qu’en fait les magasins margent moins en % sur le bio que sur le conventionnel, mais le rédacteur qui n’a jamais dû travailler de sa vie regarde la marge en euro… indépendamment du prix de vente, comme si le budget des clients était extensible en fonction des prix de vente… ou comme si les invendus étaient indépendants du prix d’achat…

    mrmondialisation.org/voici-pourquoi-le-bio-est-si-cher-dans-la-grande-distribution/

    1. Aristarkke

      La photo d’illustration ne proviendrait elle pas du Japon ??? (§ la tête des deux femmes asiatiques visibles suffisamment ainsi que les prix dont l’unité n’est pas l’euro mais, amha, le yen).
      Ces prix paraissent élevés.
      Or, il est dans la culture de ce pays de rechercher des fruits et légumes absolument exempts de défauts au point évidemment qu’ils sont très coûteux, vu le taux de recalés…
      La photo est légendée comme venant du Huffpost Canada mais elle peut avoir été prise en Asie. La recherche sur Goolag de la photo d’origine montre que celle-ci est beaucoup plus large en champ que celle illustrant l’article qui a été rognée latéralement.

    2. Aristarkke

      Quelqu’un parmi les guignols de QC a-t-il relu cet article avant parution???

      Parce que si on le suit bêtement avec un oeil libéral de Candide néo-ultra-vendu aux Puissances Financières Occultes, il nous montre que sorti des producteurs concernés AVANT marge de distrib’, le panier bio vaut déjà 3,2 fois le prix du même en conventionnel.

      En plus, Larry Theumétik est massacré comme jamais : 100 + 169 + 19 = 288 au lieu de 368 €… (enfin, c’était comme cela, avant…)

      En abaissant la marge à l’identique des deux côtés, il faut alors comparer 321 + 169 + 19 (*) = 509 €

      A la louche aristarkkienne près, nous sommes dans du 45% de plus en considérant que c’est 368 € qui doit être retenu…

      (*) je ne crois pas que les taxes soient exactement pareilles en ce cas mais cela ne change rien de bien important à ma conclusion.

      1. sam player

        Oui, si le prix du panier bio est 3.2 fois à l’entrée, mais seulement 2.29 fois à l’étal (après ta rectif) c’est bien que la marge a été abaissée…

        Pourquoi veux-tu ajouter une marge en euros (169) au coût du bio pour faire la comparaison ?… et faire comme l’auteur de cet article ?

        Parmi les nombreuses raisons, en plus de celles citées ci-avant, qui font que la marge du bio devrait être même plus élevée (en %) il y a aussi qu’un même linéaire dégage beaucoup plus de chiffre (CA) que le même linéaire en bio.

        Quand je vois tous les efforts déployés par les grandes surfaces pour promouvoir le bio, je me pose des questions : le greenwashing a ses limites.
        Assez drôle : les premières pages des catalogues de promo sont celles du bio… donnant ainsi une bonne image des produits suivants…

        1. Aristarkke

          Pourquoi veux-tu ajouter une marge en euros (169) au coût du bio pour faire la comparaison ?…

          Juste pour montrer que même en suivant le raisonnement du « journaliste » et donc « à marge égale », le bio coûtera 45 à 60% plus cher, ce qui a un impact non négligeable sur le budget courant, vu le salaire médian grançais, que beaucoup ne pourront pas se permettre à l’année.

          D’autre part, moi qui fait du vrai bio de chez bio avec un pommier, deux cerisiers, un noyer et un noisetier qui ne reçoivent strictement aucun traitement, je suis incapable d’obtenir plus d’une pomme sur quatre à cinq qui soit exempte d’un ver (parti quand elle est mûre mais il a laissé un tunnel) ou moins d’une cerise sur cinq ou six, garnie d’une ver type asticot…
          Les pommes bio sont impeccables sous ce rapport mais je ne pense pas que la filière travaille à 70/80 % de rebut…

          1. sam player

            Ok, mais ce raisonnement est quand même fallacieux

            Imaginons que le budget d’une famille soit de 2880€ pour 10 semaines soit un panier moyen conventionnel par semaine. En 10 semaines elle rapporte 10×169€ soit 1690€ en marge au magasin.

            Cette même famille se met au bio avec un panier qui rapporte la même marge en € (169€) au magasin soit un panier de 321+169=490€ :
            1) elle ne peut bouffer que 2880/490= 6 semaines
            2) elle ne bouffe donc rien pendant 4 semaines
            3) le magasin n’ouvre que 6 semaines sur 10

        2. Aristarkke

          Quand je vois tous les efforts déployés par les grandes surfaces pour promouvoir le bio

          Les « communicants » doivent estimer que c’est « porteur »…

  9. Aristarkke

    Nouvelles de la nouvelle braderie de Lille pour laquelle je ne suis pas reparti cet après midi (3 demi-journées dans les bottes):
    Temps moyen mais qui reste sec.
    Hélicoptère en stand by (en vol) qui finit par peser sur le système nerveux quand il est trop près ou trop bas.
    Des emplacements pro qui sont restés inoccupés dès hier. La VDN faisait état d’un défaut total de 15% du nombre offert, restés vacants.
    Par ci par là, des affiches « Merci Martine!!!…. »
    Bien moins de monde même si la restriction du périmètre fait que l’impression de foule dense subsiste : le stationnement des voitures des visiteurs s’étend bien moins profondément dans la toute proche banlieue (la maison de ma mère est à 1.500 m du début de l’Esplanade et à 3.500 m de la Place Ch de Gaulle (Grand Place) de Lille que lors des sessions précédentes. Elle est très loin d’avoir été atteinte par le flux.
    Très peu d’Anglais, Belges et Bataves dans la foule (ou alors, ils restaient très silencieux).
    Concurrence du village d’antiquaires de St André (commune collée à Lille) qui offre son parking privé aux brocanteurs « exclus » comme l’année dernière et qui a fait une grande campagne locale de pub sur le sujet avec pour résultat « du monde » d’autant que les prix demandés y étaient raisonnables ET discutables…
    Mauvaise humeur de commerçants pro échangeant entre eux qu’ils ne reviendraient pas l’année prochaine entre ceux qui en sont carrément de leur poche ou ceux qui ont fait des clopinettes, une fois déduits emplacement et frais de transport A/R (je ne sais pas s’ils en rajoutaient mais c’est crédible).
    Quant aux particuliers concentrés autour du quai de Wault et du square du P’tit Quinquin, ils étaient à la fois très visibles de par leur concentration et très peu nombreux en réalité…

    1. albundy17

      Tout se déroule comme prévu.

      De toute façon, ça fait un paquet d’années que cette braderie est dénaturée, depuis que les commerçants on viré les puceux

  10. Dr Slump

    Une petite perle dénichée sur Facebook, sujet du débat: la débâcle au Vénézuela, attribuée comme d’habitude à la CIA, à l’embargo américain imaginaire, toussa:

    « Oussama Abderrahmane: Palmyra tu es une missionnaire de la CIA sur Facebook,tu es payé pour ça comme Guillaume,vous faites la manipulation pour l’impérialisme américain »

    Putain qu’est-ce que j’aimerais être payé pour faire ça! MDR!

Laisser un commentaire