Loi alimentation : on en remet une couche

Magie (calculée ?) de l’actualité : alors que la France découvrait, effarée, qu’on se bat encore dans certaines régions pour se procurer des ressources vitales comme du Nutella à prix discount, le gouvernement dévoilait les grandes lignes de sa nouvelle Loi Alimentation que tout le monde attendait avec une impatience difficilement canalisable.

Oui, vous l’avez bien lu : de nos jours, en France, on se bat pour des pots de pâte à tartiner en promotion. Ce n’est pas rien : ce genre d’événements permet en effet à deux phénomènes de s’exprimer librement dans les médias.

D’une part, ces bousculades nutellisées nous offrent une avalanche d’analyses extrêmement pointues sur la pauvreté en France qui pousserait certaines populations à se ruer pour posséder un produit subitement devenu « de luxe » à la faveur de l’événement. Quand ce n’est pas cette extraordinaire exégèse, c’est celle qui veut que la société ultracapitaliste turbolibérale favorise ces empoignades grotesques. Ou alors, on a droit aux réflexions emphatiques sur l’évidente malbouffe qui envahit nos habitudes et nos placards à force de promotions scandaleusement alléchantes.

Autrement dit, une promo sur le Nutella qui dégénère, et tout ce que le pays compte d’intellectuels se met à pondre des analyses pour occuper le temps de cerveau de ceux qui ont refusé de s’en procurer.

D’autre part et c’est encore plus fameux, cela permet très commodément de pousser l’actuel agenda gouvernemental en matière de lutte contre les méchantes dérives commerciales sur les produits alimentaires. Pour une coïncidence, c’est une coïncidence mais c’est comme les promos Nutella, il serait fort dommage de ne pas en profiter.

C’est donc ainsi que le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a dévoilé les premiers éléments de sa loi Alimentation, qui sera officiellement présentée le 31 janvier en conseil des ministres.

Comme trop souvent en République du Bisounoursland, tout part d’une problème idiot analysé de travers et dont la résolution sera catastrophiquement à côté de la plaque. Cette nouvelle tentative de plonger les filières alimentaires du pays dans le désarroi sera, n’en doutons pas, couronnée de succès : rappelons en effet que les précédentes occurrences avaient par exemple permis à Guillaume Garrot, alors ministre délégué chargé de l’agro-alimentaire, d’exprimer toute l’ampleur de son intelligence en réclamant (je n’invente pas) qu’on puisse enfin payer les yaourts à l’unité (c’est déjà le cas, mais peu importe), qu’on transforme les promotions « Deux achetés, trois vendus » en « Deux achetés, le troisième vendu bien plus tard » ce qui ruine totalement l’idée promotionnelle basée sur un écoulement rapide du stock, ou encore qu’on retire bien avant leurs dates limites les produits en rayon pour redistribuer sous forme d’aide et de dons alimentaires, fusillant ainsi tout l’intérêt de ces dates et détruisant consciencieusement le travail de douzaines d’associations caritatives sur le terrain depuis des années.

Évidemment, à part la production d’enquiquinements administratifs supplémentaires et quelques amusants billets de blog, ces initiatives consternantes n’avaient apporté absolument aucune améliorations palpables des filières concernés, au contraire.

Il était donc relativement inévitable qu’on étale une nouvelle couche d’intervention étatique dans le domaine alimentaire : l’ultralibéralisme de Macron et de son gouvernement frappent donc à nouveau avec ces propositions dont le détail permet de donner une nouvelle dimension au foutage de gueule en technicolor que les Français subissent actuellement.

Eh oui : fini, les promotions excessives. Un acheté, un gratuit, ce ne sera plus possible ! On va limiter la promo à 34% de la valeur, et puis c’est tout !

Et c’est tant mieux : pensez-donc, à ce rythme là, bientôt, les gens auront des placards pleins et des portefeuilles épargnés alors que tout le monde sait qu’il vaut largement mieux des portefeuilles et des placards parfaitement synchrones, c’est-à-dire vides. Réjouissez-vous donc : l’actuel ministre de l’Agriculture Stéphane Travert se bat activement pour empêcher une hausse scandaleuse de votre pouvoir d’achat !

Et qui, mieux que le gouvernement, pour décider à votre place ce que vous devez faire de votre argent, les promotions qui vous sont bonnes et celles qui sont excessives ?

Ce n’est pas tout ! Il faut mettre fin à ces pratiques scandaleuses de ventes à perte qui permettent à trop de Français de faire de bonnes affaires. Sur certaines catégories de produits de grandes marques (comme, coïncidence, le Nutella ou le Coca-Cola), les marges des enseignes sont bien trop petites et la nouvelle loi va enfin les obliger à les augmenter. Autrement dit, c’est ♪ vrément ♫ supayr ♩, notre ministre se bat activement pour que les prix augmentent !

Sans surprise, de la même façon que Garot avait décidé de nous faire rire avec ses idées ridicules en matière de gestion des cantines, Travert propose de nous amuser avec ses propositions sur ces mêmes cantines : d’ici 2022, la moitié des aliments qui y seront servis seront bios (à hauteur de 20%) et locaux (pour les 30% restants). L’augmentation du coût des repas servis sera compensée par de généreuses portions de poudre de licorne dispensée au petit déjeuner ainsi que des chamallows grillés dans un arc-en-ciel.

Enfin, et dans une continuité – qui frise la perfection – des actions du précédent gouvernement socialiste, le ministre entend imposer des audits et des diagnostics des pratiques d’achats des entreprises de restaurations collectives parce qu’il semble évident que ces entreprises n’ont rien à carrer du gaspillage et qu’elles gèrent manifestement leurs achats d’une façon sous-optimale que seul un agent de l’État, son administration, ses procédures et ses petits cerfas en triplicatas serrés sauront redresser.

On le comprend : non seulement, il s’agit d’une nouvelle resucée des précédentes lubies de Garot dont le succès flamboyant permet déjà de se faire une bonne idée de ce qui va nous arriver, mais encore faut-il appuyer sur l’emploi de méthodes toujours aussi stupéfiantes d’innovation et de finesse politique, qui mêlent à la fois une compréhension intime des mécanismes de l’économie de marché et l’analyse en profondeur des problèmes soulevés pour faire une véritable symphonie d’âneries invraisemblables.

Tout ceci est formidable : grâce à l’énergie considérable que vous fournissez à ces histrions de l’emmerdement maximum par le truchement de vos impôts prélevés de plus en plus souvent et de plus en plus profondément, nous arrivons dans cette situation délicieuse où ceux qui sont normalement vos commis font absolument tout pour vous sucrer le peu de pouvoir d’achat qui vous restait une fois leur razzia terminée.

Et mieux que ça : l’abrutissante stupidité des propositions débitées par le ministre, si minutieusement contre-productives, ne semble défriser aucun journaliste, aucun économiste en vue dans les médias, aucun éditorialiste pourtant si prompte à sauter sur les émeutes nutellaires comme la vérole sur le bas clergé. Le peuple, anesthésié par ses intraveineuses de promotions scandaleuses, semble ne plus réagir.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires271

  1. Le Gnôme

    Salauds de pauvres qui essaient de profiter des promotions. Camarades, luttons pour le pouvoir d’achat en limitant les ristournes.

    Mais faut il qu’ils soient c…s.

    1. theo31

      Ces abrutis sont logiques : si tu vends à perte, pas de taxe sur les profits. Si tu vends moins cher, ça fait moins de TVA. Ca fait un mankagagner. CQFD

      En France, quand on est un politicien, pour exister, il faut enculer.

      1. Bonsaï

        Aux dernières nouvelles, il semble avéré que la respiration d’air pur présente nettement moins de dangers pour le cerveau que les émanations du diesel, carburant fortement privilégié en France pour son prix attractif !

        1. Pheldge

          qu’a-t-on besoin de portes, quand on vit au grand air ? qui plus est, nourri de bananes, de cocos, et d’autres fruits exotiques, et des fruits de la mer ?

    1. Jacques Huse de Royaumont

      « Où donc est passé le génie français ». Nous réussissons à survivre et à ne pas être encore un pays du tiers monde malgré des dirigeants qui dépassent de beaucoup les limites de la bêtise autorisée. Ce n’est pas un exploit, ça ?

      1. Aristarkke

        Vous n’évoquez guère les importations trans-méditerranéennes. Pèseraient-elles donc si peu dans la dévalorisation de ce pays ???

        1. Jacques Huse de Royaumont

          La complaisance de nos élites pour ces importations fait partie du problème.
          Protéger le territoire national de populations non désirées est une de leurs missions principales et ils la méprisent. Et qu’on ne dise pas que c’est impossible, c’est faux. Ça demande de la volonté et des moyens, mais les frontières, surtout les frontières maritimes, sont contrôlables. Il y aura certes toujours des violations de frontières résiduelles, mais le flux peut être réduit de 95 %, c’est une question de courage et de persévérance.

  2. Infraniouzes

    En tout cas, cette rocambolesque affaire Nutella aura mis en lumière quelque chose de désagréable pour tous ceux qui dirigent nos vie, savent où est le bien et le mal, connaissent tout du bon et du mauvais: les Français, malgré toutes les mises en garde contre la malbouffe, adorent le Nutella et toutes les pâtes à tartiner. Ils sont même prêts à s’entretuer pour quelques pots de cette pâte venue d’Italie et non de France. Flute, flute et re-flute, c’est raté. Il va falloir subir ces stupides campagnes d’éducation au goût, à la recherche du produit délicieux mais pas cher, au produit roboratif qui ne fait pas grossir, aux diététiciens qui ne veulent que notre bien… On est pas sorti.

    1. kekoresin

      Oui, quand la carotte bio ne fonctionne pas, on y va à coups de bâton dans le fion! Ceci a pour avantage de préparer le passage à toutes les autres sucreries gouvernementales, qui trouveront ainsi un tunnel assez large pour y fourrer les 400.000 normes qui enrichissent la flore intestinale des français.

      1. channy

        Ferrero est aussi un des très rare fabricant à reprendre ses chocolats invendus pour les faire refondre..un vrai bonheur pour les distributeurs..pas besoin de solder

  3. Pheldge

    Pour les ceusses qui l’auraient manqué, re-voici mon remarquable commentaire posté sur le pénultième billet :
    Vous n’avez rien compris ! Heureusement que Natacha Polony stripteaseuse venue de l’Est érigée Grande Prêtresse du libéralisme avec l’autre idiot utile de Gaspard Koenig, est là pour noud expiquer : « Il serait simpliste de chanter le droit des peuples à se gaver de Nutella sans s’intéresser au système qui permet à une multinationale de vendre des millions de tonnes d’un produit qui concentre essentiellement du gras et du sucre bas de gamme pour maximiser ses profits. » ! c’est la faute aux entreprises multinationales avides de profit et qui obligent pour maximiser leurs gains, leurs pauvres clients accros, à acheter de la m3rd3 !
    lefigaro.fr/vox/societe/2018/01/26/31003-20180126ARTFIG00339-natacha-polony-la-republique-de-la-malbouffe.php

    1. Bonsaï

      Pour redresser d’un seul coup ce portrait à charge faussement documenté, il suffira de dire que Madame Polony est l’épouse du célèbre critique gastronomique français Perico Legàs !

          1. Pheldge

            « esprit frondeur » pour un « chroniqueur gastronomique », c’est quoi ? c’est de manger avec les doigts pour prouver un certain anticonformisme ?

            1. MCA

              @Pheldge 29 janvier 2018, 12 h 02 min

              Tout de suite les extrêmes…

              Voici un Périco tel Donquichotte qui se lance à l’assaut de la malbouffe avec des mots crus qui n’acceptent pas le détour.

              Quand c’est de la M c’est de la M et il le dit.

              Il défend contre vents et marées et réglementations asphyxiantes les petits producteurs qui arrivent encore à nous faire des produits du terroir extraordinaires et il a bien raison.

              Par contre quand il nous raconte qu’il honore l’animal en mangeant en fin gourmet une côte extraordinaire issue d’une bestiole élevée dans des conditions naturelles donc qui a été nourrie de ̶b̶a̶n̶a̶n̶e̶s̶ ̶e̶t̶ ̶n̶o̶i̶x̶ ̶d̶e̶ ̶c̶o̶c̶o̶ herbe fraîche au milieu du pré, il oublie un détail, c’est de demander au boeuf son avis.

              Il me fait un peu penser au chasseur, le meilleur protecteur de la faune.

              Hein? c’est bien connu, le meilleur moyen de protéger les animaux est de leur mettre un coup de fusil !

              Et là… mdr, je sens que je vais encore me faire des amis… :o))))

              1. Pheldge

                Je ne le connais que de nom et il est sur le même créneau que JP Coffe, la tarlouzerie et le comique en moins …
                Après, il est toujours facile de montrer du doigt la méchante industrie agro-alimentaire, et de vanter le petit éleveur Bio.
                Il n’empêche que l’industrie suit les goûts et les tendances de la clientèle, qui que je sache n’achète pas des « produits de m3rde » avec un flingue sur la tempe. Cette même clientèle exigeant des prix bas …

                1. MCA

                  Une chose est certaine : bien manger et de qualité coûte cher.

                  Pour avoir des produits de qualité à petit prix, il faut les produire soi-même.

                  Ensuite vient l’allocation des revenus aux dépenses et les arbitrages qui vont avec.

                  Quand tu dis « Il n’empêche que l’industrie suit les goûts et les tendances de la clientèle », n’oublie pas aussi de rajouter aussi « les moyens ».

                  Et les moyens réduits pour la nourriture, j’y vois deux causes possibles :

                  Certaines gens gagnent peu et donc ne peuvent que peu dépenser

                  Certaines gens affectent une bonne part de ce qu’il gagnent à autre chose et il ne leur reste que peu pour la nourriture.

                  1. sam player

                    @ MCA 14 h 41
                    « Une chose est certaine : bien manger et de qualité coûte cher. »
                    Encore une idiotie, et la répéter 10 fois n’en fera pas une vérité.
                    La qualité est une notion subjective, surtout que dans ton propos tu mélanges certainement et allègrement le gustatif, le nutritif, le plaisir… et pourquoi pas aussi le durable pendant qu’on y est.
                    Et je te rappelle que le prix est un élément de la qualité, et que donc en disant que la qualité coûte cher tu donnes dans le raisonnement récursif.
                    On peut être très pauvre et manger sainement : il n’y a absolument aucun lien.
                    Ceux qui disent que telle nourriture c’est de la merde… c’est simplement qu’il ne l’aiment pas et qu’ils veulent édicter ce que doivent manger les autres !

              2. Vassinhac

                Comme l’Etat veille sur ses sujets (et veille à ce qu’ils se multiplient) pour pouvoir le taxer et comme l’éleveur veille sur son troupeau pour pouvoir en abattre quelques uns, le chasseur veilleur sur son écosystème et sur ses populations d’animaux sauvages. Pas de contradiction en cela. C’est d’ailleurs la meilleure façon de protéger une population sauvage (comme en Afrique) : faire en sorte que des gens aient un intérêt à ce que la population (une forme de capital) ne disparaisse pas.

              3. Bisphenol

                Autant Perico est drôle à écouter quand on est torché, autant c’est un gros con lorsque l’on reprend ses esprits. Son vomi permanent sur « l’industrie agro-alimentaire » est ne fait plus recette ne convainc que ceux qui ont les moyens d’acheter bio, local, fait à la main ou les pieds, etc…
                Je suis souvent interloqué lorsque l’on me balance que les fermes de « mille » vaches, veaux, cochons, (rayer la mention inutile) sont l’anti-chambre de l’agro-industrie, de la dépersonnalisation de l’agriculture, et la négation du bien être animal… Va donc demander aux vaches en étables entravées… (oui, celles du Beaufort ou du Comté, qui restent, pour certaines, 5 mois en ne pouvant juste se lever et se coucher; mais j’oubliais, c’est bucolique car c’est de taille « humaine » hein…).
                c’est de la digression mais quand je vois ce type, j’ai des envies de baston.

              4. Nemrod

                Oui comme le dis Vassinhac le meilleur moyen de protéger les animaux est de mettre un coup de fusil à des animaux au bon moment et au bon endroit.
                C’est peut être difficile à comprendre par celui qui laisse l’émotion guider son raisonnement …je le conçois.
                Dans les pays ou la chasse est interdite…il n y a plus d’animaux hormis dans quelques parcs.

                Au delà, je pratique cette activité sans ressentir le besoin de me justifier.
                Je suis né Chasseur, explique t’on pourquoi un papillon vole ?

                Je tue un animal convoité, je le respecte et l’estime plus certains de mes semblables.
                Je le dépouille, plonge mes mains dans ses entrailles fumantes, traite sa viande et la consomme.
                Je côtoie la mort même si c’est celle d’un animal puisque c’est moi qui lui donne, cette mort si indispensable à la vie que l’on voudrait occulter.
                Je suis chasseur, activité obsolète pour certains mais qui a construit l’Homme .

                Je pense que l’Homme tel qu’il existe, disparaîtra en même temps que la Chasse.
                Ce n’est pas un hasard.

                1. Taisson

                  @Nemrod 29 janvier 2018, 16 h 40 min

                  Bien dit…
                  « je pense que l’Homme tel qu’il existe, disparaîtra en même temps que la Chasse »

                  C’est bien pour faire disparaître l’homme tel qu’il existe que le conglomérat d’ahuris socio bobos milite…
                  Le remplacer par un androgyne lobotomisé, coupé de cette vulgaire réalité qu’ils détestent tant !
                  Refuser la mort de l’animal à la chasse, seuls les végétariens sont légitimes pour en discuter.
                  Les misères animales de l’élevage à abattoir , ou une mort rapide en pleine liberté? Si les animaux pouvaient choisir, il n’y à pas de doute sur leur choix !!

                  Quand aux anti chasse non végétariens, quasiment tous gauchos et pro islam, qu’ils commencent à s’occuper des tortures de l’abattage rituel islamiste avant d’em****der les chasseurs !!
                  jusqu’à 15 minutes pour la perte de connaissance d’une vache par perte de sang, c’est cool !!

                  C’est vrai que poignarder, c’est pas grave. Aujourd’hui, on apprend que l’on risque moins de 5ans pour avoir tenté de tuer un type que l’on ne connait pas, sans raison particulière !
                  Le simple fait de l’avoir fait en criant Allah akbar permet, en plus, d’être libéré !!

                  Les ordures collabos ont choisi leur camp… et il n’y aura surement jamais d’épuration!!

                  Remplacer le bon sens par des lois débiles, remplacer le travail manuel par de la saisie sur clavier, remplacer la nourriture « industrielle » abondante et abordable par une bouffe rare, pas forcément meilleure mais réservée par son prix à une « élite dont ils croient faire partie…
                  Remplacer les moyens de transport individuels par des vélos…
                  (fabriqués ou ? Puisqu’il ne faut plus d’industries!)
                  Rationner l’énergie pour ne pas réchauffer la planète..
                  Vouloir faire disparaitre sa propre civilisation…

                  Et pendant ce temps la, le reste du monde « non imbibé » de cet « humanisme » dévoyé progresse en se moquant bien de ces âneries !!

                  C’est sur que ce n’est pas un hasard !!
                  .

                2. René-Pierre Samary

                  « activité obsolète pour certains mais qui a construit l’Homme ». La chasse et la guerre seraient à l’origine du développement de l’intelligence humaine, selon D.T. Campbell et J.H. Fremlin entre autres. L’imagination appuie cette théorie, quand on se représente, pendant des millions d’années, les pré-hominiens s’organisant pour traquer l’animal (ou l’ennemi), échangeant des signaux, coordonnant leur attaque, etc. L’idée de confiance et du sacrifice de soi n’est pas étrangère à ces activités. Donald Campbell envisage « l’hypothèse d’une sélection au cours de l’évolution de l’espèce humaine en faveur des groupes les plus batailleurs aux dépens des poltrons ». (« L’Heure de la Sociobiologie », Yves Christen). Selon Jerison et Monod, les génocides entre groupes ont pu jouer un rôle pour l’acquisition du cerveau le plus volumineux.
                  Pour ma part, je pense que les femmes ne participant sans doute pas à ces activités, cela expliquerait (entre autres) une infériorité moyenne dans les capacités intellectuelles. Faut-il mettre MOYENNE en cap pour faire comprendre que cette infériorité supposée ne concerne absolument pas les individus, et que les hommes ne peuvent évidemment se prévaloir d’une telle supériorité d’ordre statistique.

                  1. En moyenne, il n’y a pas de différence significative de QI entre hommes et femmes. Le mot important ici est « significative ».

                    En revanche, la caractéristique des hommes est d’avoir une gaussienne moins haute, plus aplatie, au contraire des femmes où leur gaussienne est plus étroite et centrée. Autrement dit, il y a proportionnellement plus de génies et d’idiots chez les hommes que chez les femmes.

                    1. René-Pierre Samary

                      D’accord avec ce que vous dites à propos de la forme de la répartition. Mais quant à la moyenne, je maintiens qu’il existe une différence de quelques 5 points (sources nombreuses) en faveur du masculin.
                      Ces 5 points se constatent sur les tests spatiaux et de logique. En revanche, les tests verbaux montrent une supériorité féminine du même ordre. Ce qui permet, en mixant les deux résultats, d’affirmer une égalité entre les deux sexes.
                      Je soutiens personnellement que seuls les tests spatiaux reflètent l’intelligence à travers les mesures du QI… et cela explique beaucoup de choses, comme par exemple une certaine incapacité créative chez le « genre 1 ».

                    2. René-Pierre Samary

                      J’ajoute ces quelques notes, que vous lirez si vous en avez le loisir, patron.
                      « C’est bien embarrassant, l’inégalité. Surtout quand il s’agit de l’intelligence, autrement dit des facultés cognitives, dont l’homme s’enorgueillit. Les hommes admettent volontiers les différence des performances physiques, mesurables. Puisque les écarts d’intelligence sont également mesurables grâce aux tests de QI, les égalitaristes contestent les instruments de mesure. Ou mieux, qu’on ne peut pas définir l’intelligence, donc…
                      Toutes sortes de définitions peuvent être données, mais peu importe. Ce que l’on peut affirmer de cette faculté, c’est qu’il y en a plus ou moins.
                      Une poule dans une cage, la sortie d’un côté, de la nourriture de l’autre, derrière la grille. La poule essaie obstinément d’atteindre la nourriture hors de portée en passant son cou à travers le grillage. Un rat, placé dans la même situation, explore, et finit par trouver le chemin en faisant marche arrière. Le rat est PLUS intelligent que la poule. La poule utilise la « Méthode Françoise », ou la « Méthode socialiste » : refaire toujours la même chose en espérant que ça finira par marcher. Mais foin de l’ironie.
                      Pour comprendre ce qu’est l’intelligence, éventuellement la définir, il faut l’observer à l’état brut, dans ses ébauches. Une expérience célèbre illustre l’aube de l’intelligence chez un orang-outang. Des bananes sont suspendues à hauteur telle qu’il ne peut les atteindre en sautant. Dans un coin de la cage est mise une caisse. L’orang-outang regarde la caisse, puis les bananes, puis la caisse, il se gratte la tête, il regarde l’emplacement sous les bananes, puis de nouveau la caisse… Il ne fait rien d’autre, ne procède pas par essais et erreurs. Soudain, il pousse un cri de joie, et sans aucune hésitation, va chercher la caisse et la met sous les bananes. Il a transporté mentalement la caisse, déplaçant un objet virtuel dans l’espace. C’est ça, le commencement de la pensée. « 

                    3. Aristarkke

                      « Une expérience célèbre illustre l’aube de l’intelligence chez un orang-outang. »
                      Tu devrais la filmer parce qu’au train où disparaissent les pauvres singes à cause que des prolos mal éduqués font rien que de se sustenter à base de malbouffe farci d’huile de palme qui flingue un de ces singes par pot de Nu….a confectionné ou pas loin…

                    1. MCA

                      Ce qui est très amusant sur ce site, c’est de trouver des sujets qui déclenchent des torrents de commentaires plus passionnés les uns que les autres.

                      Manifestement, la chasse en est un.

                3. albundy17

                   » activité obsolète »

                  Ce n’est pas l’avis des céréaliers qui voient leurs plantations ravagées par une population de sangliers multipliée par 4 en 20 ans.

                  Ils rentrent maintenant ds les villes !

                  On va bientôt payer des fonctionnaires pour aller chasser…

                  1. Vassinhac

                    Et par les cerfs qui broutent les prairies, les maïs en lait, et les plants forestiers, sans compter tous les arbres écorcés qui perdent toute valeur économique.

                    1. albundy17

                      Sans compter les traversées inopinées des routes, failli taper un chevreuil il y a peu.

                      Et avec la flotte qui est tombée c’est la merde, les accas annulent les battues, terrains impraticables, alors que je n’ai jamais vu autant de sangliers que cette année

                    2. sam player

                      @ Al
                      Un chevreuil en plein hiver ? Moi qui baissais la vigilance à cette époque de l’année en me disant qu’il n’y avait pratiquement pas de risques en traversant les sous-bois… arghhhh !

                    3. sam player

                      Bah j’suis pas du tout un spécialiste des zanimos… j’ai déjà bien à faire avec les gens et les watures… pi on peut pas être bon dans tout… 😀

              5. Vodkaman

                « Hein? c’est bien connu, le meilleur moyen de protéger les animaux est de leur mettre un coup de fusil ! »

                Ayant regardé beaucoup de westerns étant petit, j’ai tendance à croire que dans certaines situations et en en dehors de toute nécessité vitale pour le tireur, cela peut se justifier.

                Après, si les militants de L214 sont prêts à payer de leur personne pour tester les médicaments qui pourraient éventuellement sauver des vies à la place des singes et autres cobayes… moi, ça me va.

      1. Pheldge

        Et, dame Bonzaille, le mari pourrait être pédégé que ça ne changerait rien à l’affaire : Polony raconte des c.nneries la plupart du temps !

        1. MCA

          C’est dingue ce qu’on peut avoir comme courage à 9300 km de distance…

          Et bien moi, je voudrais bien assister à un échange en tête à tête Pheldge / Natacha Polony histoire de compter les points.

          1. Pheldge

            sérieusement ? tu lis de temps en temps ses articles dans le Figaro ? Et c’est ça qu’on nous présente comme une égérie du libéralisme ? non, pitié, MCA reprends-toi …

    2. Stéphane B

      Mais c’est comme pour tout. un exemple HS sur la forme, mais pas tant sur le fond est celui de l’usine Bosch de Rodez. Si elle est en sursis, c’est de la faute aux vilains méchants actionnaires qui veulent se gaver de plus de pognon. Par contre, parler du fait que c’est la résultante des choix gouvernementaux, surtout pas brave homme. Les commentaires sont édifiants.
      https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/27/2729894-des-investissements-contre-une-baisse-de-salaire.html

          1. Stéphane B

            Ni le Jeannot Lassalle. C’est votre enfoiré de serviteur qui fait de la pub pour le taulier. Seulement, vu mon (ex) taff, j’ai préféré les emm..er avec ce pseudo quand ils me gonflent en étant contre les ours.
            Avec cet animal, les gens de mon coin sont comme les commentateurs coco de Bosch. C’est moins j’en fous, mieux je me porte et surtout je n’assume pas mes choix

      1. Stéphane B

        Le nœud que les deux gugusses essayent de nous faire au cerveau pour nous essayer de nous fouetter avec un nœud de bœuf pour mieux nous la foutre dedans

  4. Bonsaï

    Bon en même temps, qu’on soit Ratatouille ou Gargantua, le principal est quand même de se faire plaisir en mangeant. Même si le Français cède parfois à la tentation de gamineries bien sucrées et redoutables adversaires de l’émail dentaire, il n’en reste pas moins le roi de la gastronomie européenne…

    1. kekoresin

      Le français est plus doué pour la cuisine gastronomique que pour la tambouille politique. Tous les cinq ans il se fait séduire puis enculer sans préavis d’introduction dès le 11 mai. Avant, il passait pour un con et perdait toute dignité tous les 7 ans mais c’est comme le reste, plus on avance en âge et plus le coït est rapide et dépassionné!

      1. René-Pierre Samary

        « plus on avance en âge et plus le coït est rapide et dépassionné »
        Ah ! Non, je m’inscris en faux. Dépassionné, peut-être, mais rapide ? Comme le dit Frédéric, « une libido déclinante facilite grandement l’aptitude à « se retenir », pour le plus grand bonheur des dames. Nous, Keko, dont les tempes grisonnent, crédite-nous au moins de cet atout…

        1. kekoresin

          Libido déclinante donc dépassionnée et puis arrive un moment où les préliminaires c’est aussi bandant que les primaires! Mais le plus pénible vient après, quand madame s’engage dans une conversation quand tu ne penses qu’à t’envoyer un p’tit verre avec une clope pour fêter la libération de la pression testiculaire. Comme le dit si bien Kekoresine, je suis un incorrigible romantique

          1. cyprus ill

            Je suppose que tu connais la règle « MMS » :
            – À 20 ans : matin midi et soir
            – À 40 ans : mardi mercredi et samedi
            – À 60 ans : mars mai et septembre
            – À 80 ans : mes meilleurs souvenirs

        2. MCA

          En vérité, plus l’âge avance et plus les pendules ralentissent, ce qui explique pourquoi un temps supplémentaire est nécessaire.

          Une sorte de « relativité » liée à l’âge…

          Et tout ça me rappelle la parole grand d’un sage aujourd’hui disparu qui me disait :

          « A 20 ans Madame n’avait pas le temps d’enlever ses bas; à présent elle aurait le temps d’en tricoter une paire! »

          A méditer… :o)))

              1. Pheldge

                je ne parlais pas pour moi, vieux jalmince, je rappelais juste quelques effets de la relativité, puisque le terme était mentionné par MCA (Mon Chibre Abattu ? 😉 )
                Quand m’arrivera à mon tour, tu seras recyclé en SG depuis longtemps !

                1. MCA

                  Hé oui!
                  la théorie du bon vieux Albert s’applique avec bonheur à des domaines insoupçonnés; la preuve.

                  Ravi d’avoir apporté ma pierre au progrès de la science.

  5. Nemrod

    La malbouffe opposé à la bonne bouffe d’antan…qui a certainement existé mais à petite échelle.
    Le commun des mortels se contentait de saumures diverses pour les proteines…bonjour cancer de l’estomac, légumes bio après passage des limaces et autres fléaux, c’était le bon temps, tiens !

    1. Le Gnôme

      Bah, à la fin du XIXe siècle, les conserves de haricots verts et les cornichons étaient assaisonnés au vert de gris pour avoir une belle couleur verte.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      S’il nous faillait manger les repas du XVIIIème siècle, sans aller plus loin, la moitié d’entre nous serait intoxiquée en moins d’une semaine. L’autre moité aurait préféré jeûner plutôt qu’avaler ce qu’on lui sert.
      Viande avariée, bas morceaux, asticots un peu partout, lait qui sent l’étable et plein de mouches, fruits pourris, surcharge de sel, d’épice ou de graisses, produits oubliés (à raison…), vin aigre ou cidre non filtré, voilà la réalité de l’époque.

      A tout prendre, je préfère le surimi.

      1. Le Gnôme

        La vente de viande de boucherie était fort réglementée, la viande abattue devait être vendue dans la journée l’été, dans les deux jours l’hiver. Il y avait des ébauches de contrôles sanitaires comme la noble profession de langueyeur de porcs. Les normes étaient évidemment moins développées en campagne, mais celles des villes ont commencées au XIVe siècle.

        Les gens ne mangeaient pas de viandes rôties, mais bouillies, donc les bas morceaux étaient privilégiés. Seuls le noble et le bourgeois mangeaient des viandes rôties. Quant au paysan, c’était plus souvent du porc salé que de la viande fraîche.

        1. baretous

          «  »Quant au paysan, c’était plus souvent du porc salé que de la viande fraîche. » » »

          c’est toujours le cas: 2 jours au sel par kg de viande de porc( jambons ventreches…)

  6. hub

    Merci H16 : encore un article qui prouve l’étrange collusion entre médias et politiques.
    Il faudra un jour brûler les journaux…. et les politiques?

    1. kekoresin

      Hop hop hop, halte là vilain! Avec quoi je vais allumer la cheminée après. Je ne dis pas que j’achète le journal mais d’autres le font et me le donne une fois lus l’horoscope, la rubrique nécro et le bilan des victimes de la route.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      De nos jours, les médias appartiennent soit à l’Etat, soit à des conglomérats qui vivent de leur connivence avec lui. Aucune indépendance n’est à attendre de leur part.

  7. UnLorrain

    Idée alakon pour le gouvernemanmaman : puisque la cuisson détruit une partie des nutriments il faut manger cru,ainsi plus de gaspillage de ces delicieux nutriments !
    Des pâtes forcement al dente,un délice,un autre sera la tranche de foie..visqueuse au palais,pleinement nutritive!

    1. Aristarkke

      Excellent pour le bilan carbone, aussi!
      Que des avantages en apparence! Comment peut -il se faire que personne n’y ait pensé depuis les millénaires écoulés???

      1. Pheldge

        Le cannibalisme contient également la surpopulation ! nous autres, doux sauvages des isles tropicales, conscients des enjeux, sommes prêts à reprendre les coutumes ancestrales pour sauver la Terre ! 😉

  8. René-Pierre Samary

    J’essaie de voir le bon côté des choses. Ce type, Travers, complètement inutile, a quand même l’honnêteté de faire quelque chose, même si c’est n’importe quoi. Comme quoi les politiques ne sont pas tous des fainéants et des crapules. Il y a aussi de braves imbéciles.

    1. kekoresin

      Pour faire quelque chose, il fait quelque chose. Bon, c’est pas une référence, Hitler aussi était assez actif et peu avare de propositions pour améliorer le quotidien de ses compatriotes, enfin pour ceux qui ne jouaient pas au shérif ou avec une guitare dans une roulotte.

  9. casuffit

    Débile le ministre? Peut être pas tant que cela.
    Perso, j’ y verrais plus un capitalisme de connivence du style crapuleux avec les géants de l’agro-alimentaire. Un ascenseur qui vous assure plus de marge, cela se renvoie…..

    1. douar

      Surement que rajouter des normes alakon, ça va favoriser les « géants de l’agro-alimentaires », forcément.
      C’est bien connu, les « géants de l’agro-alimentaires », y sont là que pour nous faire la peau.

      1. Aristarkke

        Vous faites erreur. Les gros mastodontes de l’ agroalimentaire ont des équipages dans les soutes pour gérer ces errements étatiques. Danone, Nestlé, Lactalis ou Coca Cola ne seront que très peu impactés et ont les moyens de lobbying nécessaires pour le retour au calme des fonctionnaires déjantés. Ceux qui morfleront seront évidemment les fournisseurs de petite taille, comme d’hab…

        1. casuffit

          Aristarkke, vous avez raison. On a déjà vu mainte fois l’équivalent de la manoeuvre. Par exemple, interdiction au labo pharmaceutique de distribuer gratis le moindre échantillon aux médecins afin qu’ils ne soient pas achetés par ces labos (sic).
          Tout le monde sait que les médecins préfèrent grignoter les pillules et gellules colorées plutôt que des MMS devant la télé ou un bouquin le soir.
          Résultats, plus possible de dépanner gratos des patients tard le soir ou le dimanche. A eux de courir la nuit après la pharmacie de garde après être passés par la case police.
          Pour les labos, les bénéfices ne s’arrêtaient pas là, suppression des services échantillons, des coûts d’envoi de ceux-ci, vente au prix fort ceux utilisés pour leur trousses d’urgence, examens et pratique diagnostic.
          Laissons douar penser que l’état et les lobiistes qui les talonnent, rarement les poches vides, prennent ce type de décisions dans son intérêt.

  10. Mildred

    Ne pas minimiser le fait que les « empoignades grotesques », quel que soit le produit concerné – alimentaire, vestimentaire ou autre – bénéficie en premier lieu au commerçant qui souvent les a lui-même organisées.

  11. kekoresin

    Le Boss attaque la semaine très très fort, une pure jubilation avec des noisettes dedans (mais sans l’épaisse huile qui tue les orangs-outans en les faisant glisser des arbres).

    Chambord-ci, hoooo oui! Enfin une loi qui guide le caddie de l’indigent dans les allées froides et pleines de pièges à gogos, à qui l’éducation nationale n’a pas su apprendre la différence entre des plus, des moins, des pourcentages, des prix au kg ou encore des règles de 3 pour connaître le prix du yoplait aux fraises du boipatou à l’unité.

  12. kekoresin

    Je me suis fait une réflexion en voyant tous ces débiles se friter pour du Nutella. Qu’arriverait-il en cas de pénurie alimentaire avec un rationnement? Un putain de chaos indescriptible où on finirait par voir tous ces connards qui philosophent sur les plateaux de TV, bien à l’abri d’un salaire confortable qui fatigue pas trop, se ruer sur les gueux pour un truc qui se mange et qu’ils pourront chier 2 jours après.

    Vu les émeutes chocolatées nul doute que ces abrutis tueraient leur prochain sans hésiter, y compris ces belles âmes qui portent un jugement définitif sur leurs ancêtres si passifs avec l’occupant Teuton.

    1. Bonsaï

      C’est ce qui arrive aux sociétés hautement civilisées quand elles dépérissent dans la léthargie du succès. « Nutella les a tués » dira-t-on plus tard pour expliquer comment de brillants cerveaux passaient le plus clair de leur temps à batifoler sur un site glauque, orné de masques à gaz, tout en dégustant des tartines au Nutella…

    2. Pheldge

      dans un pays socialiste, la Nomenklatura a ses magasins à part, keko … pas de risque que tu voies un jour un ministre ou un élu se bagarrer pour de la bouffe !
      Regarde le Venezuela …

          1. Aristarkke

            Philou, tu sais bien qu’à chaque fois que le communisme foire, c’est parce que c’était pas le bon qui était mis en oeuvre. Deux vieux comme nous savons bien que le Venezuela n’ est que la énième répétition de cette mauvaise pièce. Mais tes jeunots de neveux, nés avec le millénaire ont besoin que des hérauts leur apprennent tout cela…
            Parce que si nous comptons sur l’ Ednat, nous serons immanquablement déçus!!! 😕

    3. Nofreedom

      Les prudents stockent nourriture ET munitions. Car en effet, si c’est l’empoigne pour du Nutella à 1,40€, ce sera la guerre du feu si les allocs ne rentrent plus…

  13. Citoyen

     » …alors que tout le monde sait qu’il vaut largement mieux des portefeuilles et des placards parfaitement synchrones, c’est-à-dire vides »
    Ben, c’est toujours comme ça que se termine le communisme, non ?
    Ce n’est peut être pas un hasard,s’ils mettent autant d’application dans leur délires …

    « Enfin, et dans une continuité – qui frise la perfection – des actions du précédent gouvernement socialiste » …
    Entre la Socialie d’Amiens et la Socialie de Tulle, les différences, quand il y en a, ne se voient qu’à la marge …

  14. Jacques Huse de Royaumont

    Dans le registre de l’intelligence au pouvoir pour l’alimentation, on voit se multiplier les initiatives pour les « circuits courts ». Ses adeptes se sont même trouvé un nom : les locavores. A quand une loi ?
    En fait, on en revient à la logique de marchés locaux, comme sous l’ancien régime, période bénie des famines, des produits agricoles chers et de piètre qualité qui nécessitent une main d’oeuvre pléthorique et miséreuse. C’est idéal pour décourager l’investissement et maintenir un outil de production sous-efficace. Idéal aussi pour grever le pouvoir d’achat et réduire les ressources disponibles pour autre chose.
    Une idée aussi géniale ne peut germer que dans les cerveaux supérieurs des intellectuels français.

    1. kekoresin

      Je me souviens m’être pris la tête avec un producteur bio local, dreadlocks et poncho en laine de mérinos, parce qu’il vendait des légumes 2 fois + cher que sur le marché, sans coût de transport et sans produits phytosanitaires. Le plus fun, c’était de voir la réaction des bobos qui faisaient la queue avec leurs petits paniers en osier. Ces adeptes de la merde dans la sciure m’ont fait l’immense honneur de me traiter de réac en me prédisant un cancer sous peu à cause des pesticides!

        1. kekoresin

          Quand je dis prise de tête, c’est plutôt mon esprit taquin qui m’a pousser à la rigolade. Le marché a déjà tranché, Poussemoussu à disparu des radars, certainement à cause des bobos qui ne payaient pas encore assez cher pour sauver Gaïa.

          1. BDC

            Alors que pour éviter les pesticides, suffit de prendre les légumes les plus moches du marché (mais frais hein), et on les paye deux fois moins cher, 😀 .

              1. Pheldge

                Ouais, ouais …. on te croit : plutôt lire « je suis sam player, et je fais d’une pierre deux coups : je drague la fermière, et je contrarie le plombard des Charentes ! » 😉

        1. BDC

          6€ les 6 œufs, je ne vois pas comment ça peut être rentable leur affaire s’il faut nourrir les poules à rien pendant des années. Et les poussins mâles ? Faut y penser aussi, et le transport des poules en maison de retraite ? J’imagine les risques sanitaires avec les populations grandissantes…

          1. Aristarkke

            C’est pas exactement les nourrir à rien.
            C’est financer le fait de leur moindre productivité en oeufs / mois quand elles commencent à vieillir.

            Il est passé minuit, je peux y aller :

            Ne fait-on pas la même chose avec ces dames, une fois qu’elles ont fini d’enfanter, surtout qu’il n’y a pas à simplement les nourrir et que cela coûte???

            1. Pheldge

              si on te suit, t’es en train de suggérer calmement, qu’il faudrait, passée la ménopause, les envoyer à l’abattoir pour consommation en viande ? 😉

            2. BDC

              Namého ! On vous nourrit, blanchit, on assure le devoir conjugal, l’élevage de votre descendance, la bonne tenue de la maison, et… la paperasse administrative ! Que Franck Boizard il a dit que les sdf étaient surtout des hommes suite à un divorce, incapables de s’assumer sans la grossépouse qui faisait tout pour eux. Ce qui ne veut pas dire que tous les hommes finiraient sdf mais qu’ils ont une fâcheuse tendance à perdre en autonomie. HS d’ailleurs s’en est aperçu et il râle parce qu’à force de goûter ma cuisine il est devenu dépendant de moi vu que je l’ai dégoûté de tout aliment industriel, tout, sauf du Nutella ! Preuve que c’est pas si chimique que ça.

              1. MCA

                @ BDC 30 janvier 2018, 8 h 24 min

                « On vous nourrit, blanchit, on assure le devoir conjugal, l’élevage de votre descendance, la bonne tenue de la maison, et… la paperasse administrative ! »

                Ca alors!
                Comment avez vous pu deviner ce que tous les hommes de ce blog assument quotidiennement sans broncher?

                1. BDC

                  Sam, tu crois pas que j’ai assez de boulot comme ça avec ma PME ? J’ai déjà nounou, femme de ménage et baby-sitter, pour le devoir conjugal … tu veux bien faire le jardinier, et j’ai tout l’étage à rénover 😀 …

                    1. Bonsaï

                      Avec ton légendaire manque de feeling, je ne sais s’il est bien raisonnable d’envisager de faire le jardinier. A voir la façon discourtoise dont tu traites parfois les bonsaï, on peut émettre quelques doutes…

        2. sam player

          P’tain les cons !
          Pheldge, j’espère que tu vas faire pareil pour tes poules petites protégées : mettre la passe rencontre plus chère pour payer leur retraite à 25 ans…

          1. Pheldge

            sam, t’es presque vexant, de me confondre avec un proxo, un « julot casse-croûte » ! Moi je donne dans le conseil et la formation pour travailleuses indépendantes, et donc je leur ai conseillé de me confier leurs économies, que je les fasse fructifier pour leurs vieux jours 😉

    2. channy

      @ les locavores
      j’ai bossé chez un » locavore » qui faisait des produits régionaux..porc d ‘Espagne( mais l’étiquette est française et indique viande française), les boyaux venaient d’amerique du Sud, Chine, les épices pas française.;seul la barquette en plastique était fabriquée en france.
      Locavore quelle foutage de gueule!!

  15. Aristarkke

    Ces scènes de quasi-émeute devant un empilage de pots sont effectivement du dernier grotesque. On n’en voyait jamais dans les vrais pays communistes ou assimilables.
    On n’y gaspillait rien puisqu’il ne s’y trouvait jamais rien en trop par rapport à la demande, très congrue par éducation de terrain…
    C’est là qu’on mesure tout le chemin encore à parcourir en Grance pour arriver à ce nirvana….

    Cependant j’ imagine volontiers que cette admirable retenue des ces populations comme actuellement la vénézuélienne, serait mise à mal gravement devant des conteneurs de papier hygiénique ou de lait en boite apparaissant sur les étals…

    1. René-Pierre Samary

      L’armée, à peu près bien nourrie, n’est pas pour rien dans « l’admirable retenue » que manifesterait la population vénézuélienne.
      Cette population gronde, mais sans plus. C’est ici le moment de se demander à partir de quel niveau de dénuement les masses deviennent inoffensives, chacun étant uniquement préoccupé de sa propre survie. N’espérons pas trop, comme on le fait parfois ici, d’une révolte qui naîtrait d’une baisse drastique du niveau de vie. Dans des conditions de survie, la mère dévorerait ses propres enfants, mais ne contesterait pas le dictateur.

      1. Adolfo Ramirez Jr

        Au Vénézuela l’armée aussi a faim et ne fait plus 3 repas par jour. Ça commence à couiner aux entournures.
        Mais c’est là la géniale perversité du truc: le régime distribue des sacs de nourriture standard aux détenteurs d’un ‘carnet de la patrie’, qu’il suffit de retirer aux opposants… de même il n’y a plus d’accès possible aux hopitaux ou aux universités.
        Cerise sur le gateau, ces sacs alimentaires sont achetés au Mexique et revendus à l’état vénézuelien avec une très forte marge par une entreprise appartenant… à Maduro!

        1. René-Pierre Samary

          Quand je séjournais au Venez, on m’expliquait également qu’il y a l’armée, plus ou moins fiable, mais aussi les corps d’élite, sur qui le pouvoir peut se reposer. Même système dans toutes les dictatures, avec des cercles concentriques de mieux en mieux soignés et bichonnés à mesure qu’ils sont proches du sommet. Mais cette proximité étant aussi une facilité pour trahir, le dictateur est fort occupé à maintenir autour de lui un subtil équilibre, avec pour première qualité recherchée la confiance…. au prix de la sottise. Ne cherchons pas plus loin le portrait du franc-maçon Gérard Collomb.

          1. Adolfo Ramirez Jr

            Oui, l’armée grogne mais comme vous dites il y a des cercles concentriques… reste la garde nationale bolivarienne et le SEBIN, le service bolivarien d’intelligence. Et les dizaines de bandes de délinquants que le pouvoir utilise…

      2. MCA

        @René-Pierre Samary 29 janvier 2018, 14 h 13 min

        « N’espérons pas trop, comme on le fait parfois ici, d’une révolte qui naîtrait d’une baisse drastique du niveau de vie.  »

        Oui, on peut le constater en Grèce,

        mais comme tout cela est relayé par les médias (en lesquels nous avons pleinement confiance à en croire les derniers sondages), sauf aller voir sur place et faire une enquête, je ne vois pas comment avoir un jugement fiable sur ce qui s’y passe.

        « C’est ici le moment de se demander à partir de quel niveau de dénuement les masses deviennent inoffensives, chacun étant uniquement préoccupé de sa propre survie. »

        Pas sûr, qu’elles deviennent « inoffensives », il se pourrait bien qu’elles deviennent « offensives » à en juger par ce qui s’est passé en Egypte suite à la hausse vertigineuse du prix du pain, il y a eu une réelle révolte.

        Il semblerait que c’est quand les habitants d’un pays ne parviennent plus à nourrir leur famille que la situation devient explosive,

        Ici, il y a encore de la marge…

        1. Pheldge

          Oui, « la hausse vertigineuse du prix du pain » , il y a des symboles comme ça, de même que la hausse vertigineuse du prix du carburant produirait un très fort mécontentement …
          Mais tant que ça se fait par à-coups, ça passe !

  16. kekoresin

    Le résultat devrait effectifs être à la hauteur, comme pour le bâtiment qui commence à ressentir les effets rafraîchissants des réglages aux petits oignons réalisés avec passion par la dernière équipe de bouffons qui nous veulent du bien!

  17. cyprus ill

    À propos de malbouffe / bonnebouffe, je suis évidemment effaré de ces bousculades pour gratter 3€ d’économie.
    Mais que penser de la nouvelle mode californienne prisée par les zecolobobos du cru consistant à s’abreuver de « raw water » ? Ce n’est pas du tout une blague : de l’eau non filtrée, non stérilisée, non traitée vendue 15$ le gallon ! C’est pas splendide ça ? Et la chiasse qui s’ensuit, elle est bien écolo non ? Keko, un pti commentaire salace ?
    http://www.esquire.com/food-drink/a14531828/raw-water-unhealthy-dangerous/

    1. Le Gnôme

      Je vais monter une start-up pour exporter chez ces zinzins une « eau de Paris » tirée directement de la Seine. Y’a du pognon à se faire.

    2. Pheldge

      d’autant qu’après des décennies de boissons traitées et d’eau filtrées, leurs organismes ne sont plus capables de résister au moindre microbe … sur que ça va doper les ventes d’Immodium ! Tiens, si ça se trouve, c’est un complot des « lobbies pharmaceutiques » … 😉

    3. douar

      Ceci étant, c’est un marronnier de dire que la Seine (ainsi que tous les autres fleuves de l’hexagone) sont pollués, que c’était mieux avant.
      Or, c’est faux, la qualité de l’eau s’améliore sans cesse, la preuve avec le retour des saumons.
      http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Biologie-animale/Toutes-les-actualites/70-ans-le-retour-du-saumon-dans-la-Seine

      Par contre, se baigner à Paris, ça va être compliqué considérant la configuration des égouts: en cas d’orage, de montée rapide des eaux pluviales, celles ci se déversent dans le réseau des eaux usées, d’où largage de coliformes dans la Seine. Pas terrible au niveau sanitaire.

  18. Adolfo Ramirez Jr

    Les gens parlent de malbouffe alors qu’ il s’agit sirtout de pauvreté. Même le mcdo est un produit de luxe pour beaucoup de familles.
    Nous sommes en voie de tiers-mondialisation.

    1. Le Gnôme

      D’un autre côté, les ingrédients de plats de pauvres dont nos ancêtres se régalaient ne se trouvent plus. Le mou, même pour le chat, a disparu, les pieds de moutons sont introuvables, tout comme la fraise de veau, et se régaler d’une bonne tranche de coeur est devenu difficile. Il n’y a pas que le filet de boeuf dans la vie.

    2. Gosseyn

      De quelle pauvreté parlez-vous ? Il y a des milliers d’hectares de jardins en friches et de vergers à l’abandon, en France. C’est devenu trop difficile pour certains ?

          1. MadeInCH

            « les autres », c’est à dire ceux qui qui s’y seront mis avant les autres.
            Y’a pas à dire, la logique survivaliste n’est pas tendre même avec les « preppers »…

            1. MCA

              Remember St Martin,

              ça m’étonnerait que ceux qui se sont fait dépouiller étaient tous des preppers qui s’y étaient mis avant les autres.

              Par contre en Suisse vous avez tout ce qu’il faut pour organiser un comité d’accueil grâce aux cours à domicile de San Giorgio .

      1. albundy17

        « Il y a des milliers d’hectares de jardins en friches et de vergers à l’abandon, »

        Ceux exploitant un peu de terre à titre personnel ont ils une idée du nombre de kilos de bouffe au m² qu’ils produisent, ainsi que grosso modo le temps pris par ce même m² ?

        1. Nemrod

          Oubliez la rentabilité.
          C’est un loisir mais il faut du temps et oublier les rendements surtout sans produits phyto.
          Pour un jardin de 100 m2 prévoir une heure de boulot par jour et plus le week-end.
          Le bobo pense que ça pousse tout seul une fois planté et semé ce qui est une grosse connerie.
          Il faut
          – préparer le terrain : gros boulot
          – l’amender
          – desherber
          – arroser
          – traiter
          Tout ça avant de
          – récolter
          – stocker

          Il faut des outils, acheter les plants…

          Donc ce n’est pas rentable comme tout loisir.

          En cas de gros problème, le seul truc envisageable est de retourner son terrain pour récolter des patates.
          Monoculture du légume primordial.

          1. albundy17

            Ce n’était pas vraiment ma question, il est évidement impossible d’être rentable vs une exploitation.

            Pis du bio chez le particulier, ça me fait marrer, il leur faudrait des balances au microgrammes alors qu’ils le font à la louche aristarquienne.

            Les patates c’est cool, t’en plante une fois, tu récoltes pendant trois ans 😀

    3. Jules

      Il s’agit avant tout d’incivilité. Nombre de pauvres se seraient comportés dignement pour profiter de cette promotion.
      De plus, si j’en crois le témoignage d’un twittos, il y avait des promotions aussi intéressantes aux rayons poissonnerie et fruits et légumes … étrangement pas de bousculade là-bas :-O

      1. cyprus ill

        Point très intéressant, qui démontre que ce n’est pas tant la promotion seule qui explique le comportement de la masse, mais la promotion associée à la marque « Nutella ». Pour le poisscaille, ça ne fonctionne pas. Mais tentez le même coup avec Nike, coca cola, et vous aurez certainement le même résultat. Le marketing donne le sentiment de valeur, et la promo celui de faire l’affaire du siècle. C’est beau…

      2. kekoresin

        Oui, le pauvre est digne même face au Nutella! Pour les rayons légumes et poisson, c’est compliqué, faut cuisiner. Moi je pense qu’il n’y avait que des pauvres dans la mêlée, des pauvres cons! Pas de blessé grave, dommage…

          1. cyprus ill

            Julien Dray ne se mêlerait pas au peuple. Il organiserait plutôt une vente privée à l’assemblée (flûte, on me dit qu’il n’est plus député).

  19. kekoresin

    J’ai bossé dans mon jeune temps comme chef de rayon textile. Durant cette période, j’ai pu voir des gens rouler sous le rideau qui s’ouvre sur les soldes. De tout, du vieux, du jeune, du en djellaba, du voilé…

    Y’a même eu des émeutes autour d’un bac à chaussettes avec une ELS qui a gagner un œil au beurre noir en s’interposant, comptant sur la part d’humanité qu’elle croyait déceler dans cette foule avide de chaussettes taille 39-45! Le plus top, c’est que c’était un pugilat de gonzesses et que moi je regardais ce spectacle gratos. C’est con, elles auraient du passer au rayon lingerie avant 🙂

    1. BDC

      Ah oui le fameux raisonnement : plus je dépense et plus je fais des économies ! Faut voir les gens sortir de Pr.mark avec des cabas pleins de vêtements qui ne seront jamais portés ou presque, pas bon pour Gaïa … Vivement les magasins d’État !

      1. kekoresin

        J’ai souvenir en Finlande avec les magasins d’État pour la vente de picole. Fermé le we donc le vendredi soir, c’est la ruée avec des caddies pleins à craquer de bouteilles. Encore une fois, on peut apercevoir les effets bénéfiques de la régulation.

  20. MadeInCH

    Concernant ces « émeutes Nutella (C)(R) », mon avi perso:
    Il ne s’agit PAS de gens qui se battent par besoin.
    C’est uniquement par orgueil. « Je voulais ce pot-ci et toi tu forces en te mettant devant moi! » « Fa te faire voir! J’étais là avant! », et aucun refusant de « perdre la face » à attendre son tour.
    Et escalade pour du rien.
    Ce qui me fait penser à une scène du film « Happy Feet2 » (J’ai les références que je peux…) ou deux gros phoques s’affrontent et aucun des deux ne veux reculer parce que, ben, il ne vaut pas, c’est tout…

  21. Le Gnôme

    Après le Nutelle, des gens en sont venus aux mains pour des paquets de couches en promo à l’Intermarché de Metz.

    Stultorum infinitus est numerus comme dit l’adage latin.

        1. BDC

          Albundy, je me fais livrer et j’ai aussi les promos de déstockage sur les couches pleines de méchants pesticides d’après les études des marques bios et crème antimycoses scientifiques.

      1. albundy17

        Non, ds les EHPADs ils ne change plus les couches.

        c’est à se demander comment c’est géré, la moyenne des loyers de ce type d’établissements approche les 2.000 euros, et j’en entends qui disent que c’est pas 100 millions mais 8 milliards qu’il faudrait pour l’instant…

        Pour actuellement moins de 600.000 vioques, rien que les loyers représentent 14 milliards !

        1. MCA

          @L’al 30 janvier 2018, 20 h 14 min

          Tu es loin du compte :

          3500E /mois il y a 6 ans en banlieue parisienne (membre de ma famille)

          4000E/mois à Paris il y a 2 ans (père d’une amie)

          3500E/mois à St Georges de Didonne en ce moment.

            1. sam player

              Merci pour le lien Al… Mais ce ne sont pas les medians des prix réels payés, mais le median de prix de la prestation minimale… c’est virtuel.
              Ca doit ressembler au tarif « boisson pilote » des années 70 : le truc que personne ne prend, le sirop d’orgeat, certainement parce qu’ici c’est en quantité limitée… il n’y a qu’une chambre qui répond à ce tarif… elle existe et elle se libérera dans 20 ans…

              1. sam player

                J’y pense : c’est assez rigolo cette obligation d’affichage des prix, qui plus est quand ils sont encadrés : c’est aussi le cas ici puisque les départements fixent les prix des hébergements qui donnent droit à l’aide sociale : c’est assez tordu car le tarif est hors aide sociale mais donnant droit à l’aide sociale (c’est dans le lien de Al).
                Ça me rappelle quand le tarif de certains pains était encadré : à 11h00 du mat’ il n’y avait plus de pains mais que des baguettes

              2. albundy17

                Ha oui, ça ne tient en effet pas compte des demandes supplémentaires individuelle que les gens s’offrent comme double ration de frites, vue sur la tour Eiffel et autres.

                Maintenant, s’il faut prendre en remboursement les options que les résidents souhaitent, tout le monde en 5 étoiles dès demain et Bocuse à tout les repas donc.

          1. kekoresin

            Le Danemark plafonne le coût des maisons de retraite à 1800€ quelques soient les moyens des pensionnaires, pour un service au top.

            Encore une fois, pour un niveau de prélèvement sensiblement égal à notre pétaudière tricolore, l’utilisation du pognon public et l’efficacité sont au rdv. Chez nous, dans notre petit marigot en surpopulation de fonctionnaires coassants, on préfère investir dans la multiplication des strates administratives et les comités qui réfléchissent à réfléchir.

  22. albundy17

    Le rapport de 14 pages à 230.000 euros pour les solutions propreté de Paris:

    “la perception de la propreté à Paris se fonde en négatif sur des constats relatifs à la malpropreté”

    Donc le mieux est de changer la perception en positif ???

    1. MCA

      @albundy17 31 janvier 2018, 8 h 19 min

      Propreté de Paris?

      Aux dernières nouvelles ils attendent que la Seine déborde pour assurer le nettoyage.

      Comme ça arrive en moyenne un fois par siècle, Paris devrait être propre d’ici peu.

      Au sujet des rats, j’étais la semaine dernière à Paris Montp, pas vu de rats! ou alors ils avaient tous pris le TGV.

      Conclusion :
      ce site n’est que médisances et calomnies, Paris est une ville bien tenue et propre une fois par siècle!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.