Cryptomonnaies : ce nouveau train que la France va rater

Ce mois de février marque indubitablement une nouvelle étape dans l’histoire de Bitcoin et des cryptomonnaies. Bien sûr, les récents mouvements violents dans les prix des cryptomonnaies suffisent déjà à placer ce mois dans les annales. Cependant, s’arrêter aux seules variations de cours serait un peu court.

Eh oui ! Même si pour l’observateur moyen, la perte de plus de 60% de la valeur de Bitcoin (entre son plus haut de 19.200 USD le 19 décembre dernier et le plus bas récent de 6839 USD du 5 février) représente une catastrophe habomhinable avec mort du petit cheval et sol qui s’ouvre sous ses pieds, pour l’habitué des cryptomonnaies, cette descente brutale n’est qu’une péripétie de plus dans l’histoire de cette nouvelle technologie : ce n’est pas la première fois qu’on assiste à ce genre de mouvements violents et il n’est pas interdit de penser ni que ces mouvements ne sont pas terminés, ni même qu’ils se reproduiront encore plusieurs fois avant que les cryptomonnaies soient parvenues à une pénétration de marché suffisante.

Aussi incroyable cela peut-il paraître, nous ne sommes qu’au début de cette nouvelle ère : le mouvement commence tout juste à prendre son essor et même si certains n’ont pas hésité à comparer la bulle actuelle à celle des « dot-com » des années 2000 qui avait vu des centaines de nouvelles sociétés se lancer sur internet, souvent pour des motifs et avec des objectifs plutôt légers, on est encore loin d’avoir atteint les niveaux d’investissements et de valorisations dont il fut alors question et qui virent les valorisations de sociétés comme Apple, Amazon ou d’autres atteindre des sommets bien vite effacés par le krach monumental qui suivit.

En pratique, et si on oublie un instant les valeurs plus ou moins fantaisistes prises par les cryptomonnaies, on passe tout juste avec ce mois de février et ces derniers rebondissements un premier cap de prise de conscience auprès d’un certain public que cette innovation prend de l’ampleur : si, il y a trois ans, l’objet « bitcoin » faisait parler de lui suite à une brusque poussée de fièvre (le faisant passer de 100 USD à plus de 1200 en quelques mois), il s’était essentiellement agi d’un feu de paille qui s’était bien vite calmé à mesure que la cryptomonnaie redescendait rapidement à des prix bien plus bas. Du côté du grand public, il n’y avait ni découverte de la technologie en question, ni, à plus forte raison, prise de conscience de son existence même.

Il en va différemment à présent.

J’en veux pour preuve les déclarations plus ou moins heureuses de tout un rang de politiciens qui ont commencé à émettre de doctes avis sur la technologie en général et sur Bitcoin en particulier. Certes, la prise de position d’institutions et d’élus n’est pas nouvelle au sujet de la blockchain ou de Bitcoin, mais c’est l’aspect de plus en plus officiel de ces communications et de ces enquêtes qui marque à présent.

Si, jusqu’à présent, les politiciens écoutaient presque poliment et tentaient mollement de comprendre l’intérêt et l’impact de cette nouvelle technologie, s’il avait bien été question, de façon vague, d’envisager une bonne petite régulation des familles, on parle à présent de prendre des mesures concrètes pour entrer dans le vif du sujet. Petit à petit semble s’achever le temps de l’observation et des commentaires plus ou moins éclairés de la part des politiciens. S’ouvre maintenant le temps des actions : dans la boutique de porcelaine, l’éléphant veut se mettre à danser.

Évidemment, cette notion d’action n’a pas du tout le même sens lorsqu’on parle d’un pays comme les États-Unis ou la Corée ou d’un autre comme la France.

Ainsi, aux Etats-Unis, ce début de février aura vu la Commission du Sénat sur les activités bancaire organiser une audition des différents acteurs du domaine. Au cours de cette réunion, Christopher Giancarlo, le patron de la CFTC et Jay Clayton, celui de la SEC, se sont exprimés sur leur vision de la technologie et de Bitcoin. Les opinions exprimées furent étonnamment optimistes et porteuses d’espoir puisqu’il n’a pas été question de tout réguler à qui mieux-mieux mais plutôt d’aider cette innovation à se développer. Tant les sénateurs que les deux officiels ont assez clairement montré vouloir donner sa chance à l’opportunité que représente les blockchains en laissant pour une bonne part le marché décider de son sort.

De la même façon, en Corée du Sud, le ministre des Finances a là encore laissé entendre que lui et le reste du gouvernement sud-coréens étaient largement favorables à cette technologie, allant même jusqu’à reconnaître que si la technologie de la blockchain fonctionne aussi bien, c’est précisément parce qu’elle s’appuie sur ces jetons (bitcoin et autres) dont la valorisation permet une implication directe de ceux qui participent au réseau et y trouvent un intérêt financier. Mieux encore : après avoir rappelé qu’il n’était pas question d’éliminer ou d’interdire les cryptomonnaies, le ministre a recommandé une approche aussi prudente que possible dans la régulation d’une technologie qu’il a qualifié de « quatrième révolution industrielle ».

Autrement dit, tant pour les États-Unis que pour la Corée du Sud, les enjeux derrière ces cryptomonnaies et la technologie de la blockchain semblent avoir été compris : s’il leur semble indispensable de faire en sorte que les activités illicites n’y soient pas plus simples que dans le monde bancaire traditionnel, il n’est pas question de considérer que ces technologies sont a priori néfastes et il est même au contraire indispensable de bien comprendre que leur potentiel est énorme. Elles doivent donc être encouragées.

Le contraste avec les déclarations françaises est, dans ce contexte, particulièrement saisissant.

Parce ce que pendant que les Américains auditionnent et que les Sud-Coréens clarifient leurs positions pour le meilleur, les sénateurs français tentent encore d’y comprendre quelque chose et partent d’emblée sur des a priori négatifs tout à fait rassurants.

Outre une méconnaissance assez stupéfiante de nos élus (qui persistent à imaginer que tout se déroule de façon totalement opaque et anonyme lors de l’achat ou la vente de cryptomonnaies contre des monnaies fiat traditionnelles), les témoignages qu’ils ont recueillis n’ont laissé aucun doute sur les biais idéologiques qui animent certains des auditionnés. On s’étonne ainsi de voir que la Banque de France se sera essentiellement contenté de débiner la technologie avec toute la mauvaise foi que sa position d’autorité lui permet : passant rapidement sur les arguments éculés du blanchiment d’argent (que les cryptos seraient censées faciliter, ce qui est une baliverne), l’institution s’est ainsi employée à démontrer que le Bitcoin et la blockchain n’ont pas d’utilité sous-jacente (on se demande bien pourquoi une partie croissante du reste du monde pense exactement le contraire).

De surcroît, dans ce pays où l’environnement est devenu l’alpha et l’oméga de toute politique publique, la Banque de France n’aura pas manqué l’occasion de ressortir le poncif de la consommation énergétique de Bitcoin, argument ridicule qui n’en finit pas de faire le slip des joueurs de pipeau, surtout lorsque la même institution oublie consciencieusement de mettre la performance énergétique de ces cryptomonnaies en face de celle, absolument catastrophique, de la monnaie fiat dont elle a la charge et qui, au plan environnemental et économique, est devenu un véritable gouffre indécent. En somme, voilà la bouteille de Smirnoff qui reproche à la Tourtel son titrage alcoolique.

Dans ce contexte, on ne sera donc pas surpris que l’ACPR, l’organe aussi régulateur que turgescent de la Banque de France, appelle avec gourmandise à une réglementation complète et internationale des cryptomonnaies et des distributions de jetons (ICO), en prétextant obtenir ainsi la sécurité et la protection des clients, une bonne gouvernance et des petits bisous pour tous.

Et c’est aussi sans la moindre surprise que le potentiel de ces cryptomonnaies et la question de la compétitivité des acteurs français sur ce nouveau domaine n’ont pas été évoqués.

Oui, vous l’avez compris : alors qu’une révolution technologique est en train de se jouer sous nos yeux, alors que pour une fois c’est une révolution qui est largement à portée des Français (rappelons que Bitcoin Cash, la quatrième valorisation des cryptomonnaies, est né sous l’impulsion d’un Français, Amaury Séchet), alors que, profitant d’un président de la République jeune et inattendu, tout pourrait être fait politiquement et fiscalement pour que la France devienne une véritable « Crypto-valley » du 21ème siècle, bref, alors qu’il eut été facile de donner au pays une opportunité en or de créer des emplois et de la richesse, tout indique que ses institutions, ses habitudes, ses petites scléroses mentales l’emporteront encore une fois.

Le train des cryptomonnaies passe. La France a choisi de ne pas le prendre.

Ce pays est cryptofoutu.

J'accepte les BCH !

15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires161

  1. Aristarkke

    Monseigneur, nous savons tous que la Grance est toujours équipée au niveau de la guerre précédente, qu’elle soit militaire ou économique…
    Nous viendrons aux crypto-monnaies le jour où nous serons dans la voiture-balai en direction des poubelles de l’histoire…

    1. Val

      @Gnôme pour être tout à fait exact les français sont un peuple tres talentueux , ils créent depuis toujours de nombreux « trains » . Une fois créés l’état leur envoie ses sbires pour éviter que l’on monte dedans.

  2. Aristarkke

    Ce qui ennuie fondamentalement la Grance et ses élites, c’est le fait que ces crypto-monnaies le soient, cachées !
    Elles augurent que cela sera difficile à taxer, ponctionner, bref asservir aux lubies prédatrices de l’Etat et des ses séides.
    Mais si la martingale est trouvée, le changement d’attitude suivra alors tout naturellement

  3. Higgins

    Pour avoir vécu en direct le naufrage de la semaine à Paris (témoignage implacable de l’état profond de déliquescence de ce pays) parce que, zut, il neige en hiver maintenant et pour observer de l’intérieur ce grand machin qu’est l’état grançais, je ne vois pas comment les crânes d’oeufs qui nous dirigent pourraient comprendre le phénomène du bitcoin et affidés. Ils en sont totalement incapables soit par manque d’intelligence, soit par bêtise, soit par opportunisme. Autant essayer de faire admettre à une amibe que l’univers est en expansion. Ça prendrait moins de temps.
    En se referant au mythe de la caverne de Platon, nos dirigeants restent obstinément à l’intérieur de celle-ci, refusant de voir le monde telle qu’il est et s’obstinant avec une rigueur d’une rare imbécilité à le voir tel qu’ils l’imaginent. Ou encore, en référence à un passage de « Terre des hommes » de Saint Exupery, ils sont comme les termites, s’évertuant à fermer les moindres interstices amenant de la lumière dans leur termitière, et oubliant qu’il y a de la vie au dehors.

    1. Pythagore

      « je ne vois pas comment les crânes d’oeufs qui nous dirigent pourraient comprendre le phénomène du bitcoin et affidés. Ils en sont totalement incapables soit par manque d’intelligence, soit par bêtise, soit par opportunisme. »
      Bin ce sont des philosophes, historiens, économistes… etc…. aucune formation scientifique, aucune formation informatique. Comment pourraient-ils comprendre les choses ?

      1. Val

        @Pythagore « ce sont des philosophes, historiens, économistes… » non je ne crois pas que cela vienne de la . Ce sont avant tout des gens fondamentalement imbus d’eux mêmes. Ils sont incapables de se remettre en question. Incapables d’avoir la modestie d’écouter les autres, autres qu’ils jugent comme inférieurs, forcément, stupides, forcément.

        1. Higgins

          Je plussoie largement. J’en ai un sous les yeux en permanence. Narcissique né (cf le billet du Psychothérapeute publié cette semaine), imbus de lui-même, incompétent notoire (il ne maîtrise aucun dossier et ignore à peu près tout de ce qui se passe sous lui), tout son travail consiste à se faire bien voir de ses supérieurs en dénigrant ses subordonnés. Il y en a des floppés dans les cabinets ministériels, responsables de rien mais se croyant con…pétents sur à peu près tout parce qu’ils ont réussi un concours. Si ce pays part à vau l’eau, on peut les en remercier.

          1. Stéphane B

            Je renchéris. Je vais vous raconter une petite anecdote. Désolé major mais j’ai réussi un concours externe. Lorsque je suis entré à l’école (j’avais plus de 30 ans), un gars qui avait réussi le concours interne est venu discuter. Au fil de la discussion, il m’a appris que le meilleur moyen pour se faire bien voir était de se balader toute la journée avec un dossier sous le bras et de faire le tour des bureaux.

            Je lui ai précisé que cela était contraire à ma philosophie. Une fois en poste, je me suis vite rendu compte que des péteurs plus haut que leur cul étaient légion et que beaucoup parmi eux faisaient le tour des bureaux un dossier sous le bras.
            Là-dedans, Macaron pourrait faire du tri.

            1. Higgins

              Je n’ai rien contre les concours en ayant moi-même réussi quelques-uns (ce n’est pas facile devenir major!!!). Ce que je dénonce ici c’est le profil que donne chez les personnes narcissiques la réussite à ce genre d’épreuve. Elle ne fait qu’accentuer ou révéler leur narcissisme latent. Comme ils sont généralement intelligents (sinon, comment auraient-ils pu réussir le concours?), cette réussite les rend encore plus infatués et ils en prennent prétexte pour justifier de leur mépris.
              Le coup du dossier est imparable et reste le meilleur moyen de ne pas se faire trop em…. lorsque l’on déplace. J’utilise souvent.

            2. Mildred

              Mais non, mais non ! Il ne faut pas y « faire du tri », juste venir y chercher de temps en temps, un âne supplémentaire pour faire marcher la machine.

          2. theo31

            tout son travail consiste à se faire bien voir de ses supérieurs en dénigrant ses subordonnés.

            Bienvenue dans la nomenklatura socialiste nationale franchouille. Dans son grand livre, Voslenski décrit cette réalité de l’URSS. Si ces tronches de bites pouvaient faire envoyer leurs collègues au Goulag, ils n’hésiteraient pas une seconde

            1. Higgins

              L’armée des Indes, où j’ai l’honneur de servir, n’est pas exempte de ce genre de personnage mais ils sont heureusement minoritaires et il est veillé à ce que leur capacité de nuisance soit limitée (il y a malheureusement parfois des exceptions. Rien n’est parfait).

        2. albundy17

          « Incapables d’avoir la modestie d’écouter les autres, autres qu’ils jugent comme inférieurs, forcément, stupides, forcément. »

          Pire, ça s’étends comme le Blob a toutes les catégories de la population

  4. Bonsaï

    Il faut bien dire qu’aux yeux de l’honnête citoyen ce nouveau jouet n’a rien pour rassurer : volatilité, instabilité, invisibilité. Bref, pour la plupart des gens le bitcoin reste une abstraction et un jouet pour jeunes technocrates…

    1. Higgins

      Le mot technocrate est inapproprié. Les technocrates ne comprennent pas les crypto-monnaies d’où l’offensive actuelle et les délires étatiques sur ce sujet.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Les technocrates ont compris que les crypto-monnaies pouvaient entraver voire faire capoter leurs petits arrangements entre amis.
        Il faut les tuer, donc.

    2. Val

      @Bonsaï tu le vois comme ça car toi aussi d’une certaine manière tu es dans ta tour d’ivoire.
      Tu vis en Suisse, pays neutre depuis 1815, monnaie stable. Parle-en à un venezulelien, pays en en plein chaos : crois moi que le citoyen lambda n’a pas besoin d’avoir fait l EPFL pour saisir tous les mérites des crypto monnaies. Comme souvent, tout est une question de contexte.

      1. Mildred

        Arrêtez avec la « Suisse pays neutre » ! La Suisse est toujours du côté de celui qui tient le manche. Et vous savez bien qui tient le manche en Europe !

      1. Val

        Eh Sam , tu vas être content j’ai chaussé les chaînes ce matin 😉 , no offense 😉
        Ceci dit, si ça se réchauffe encore aussi bien que prévu, l’an prochain tu as raison je chausse les pneus hiver.

        1. samplayers

          L’hiver qui suit El Nino est toujours plus froid et plus humide = neige.
          Je l’avais dit l’an dernier que ça serait pour maintenant.

  5. Dr Slump

    Au moins, cette fois-ci l’Allemagne semble rejoindre la France dans la crypto-bêtise: d’après Verhaegue, Merkel veut mettre les cryptomonnaies sous le boisseau de la régülazion intermondiale. Quand on connaît l’état des banques allemandes, on comprend le but de la manoeuvre, mais quant à réussir à imposer ce projet, je crois que la grosse peut aller retourner faire du nudisme en mer du Nord.

    1. WorldTour73

      Depuis un petit moment, l’Allemagne commence à faire du grand n’importe quoi. On croirait voir la France mais avec des excédents de la balance commerciale.

      1. MCA

        Pour le moment, les excédents.

        Quand les européens clients seront tous ruinés et quand les chinois s’attaqueront sérieusement au haut de gamme, j’en connais une qui risque d’avaler de travers.

    2. Pythagore

      « quant à réussir à imposer ce projet, je crois que la grosse peut aller retourner faire du nudisme »
      Cela suppose qu’elle en ait l’intention. C’est plutôt une façon de se débarrasser du problème, car elle sait bien que la « régülazion intermondiale » n’arrivera jamais à se mettre d’accord.

  6. cherea

    Heureusement, il y a la Suisse et sa crypto-valley, Singapore, sinon, je fais pas mal d’analyse de ICO, en général elles sont domiciliées à Gibraltar, ou en Estonie même pour les projets à forte connotation française…Bon, pour nous l’Estonie sera un refuge et on parle pas mal aussi du Portugal pour, à vérifier, une taxation à 0% sur la plus value…
    Sinon, sur le fond, rien de neuf sous le soleil, ils ont fait le minitel et ont voulu réguler internet…J’ai entendu hier Lemaire sur France Inter, à propos du bitcoin « Mme Monsieur, vous vous rendez compte, le btc a perdu 70% de sa valeur, faut réguler et ça arrive avec le prochain g20… »Catastrophique…

    Un bémol en revanche alors je ne sais pas pourquoi, mais en général dans les ICO, les résidents fiscaux US, de Singapore sont exclus du machin…sans trop que je sache pourquoi, alors les US prennent les ICO pour un danger…

    1. … Parce que le KYC/AML pour les américains est absolument dantesque, et qu’en plus de ça, l’IRS peut quasiment tout faire avec vos comptes bancaires si jamais vous avez des citoyens américains chez vous.

      1. cherea

        Oui, ce sont pour des raisons fiscales, juste à lire le Legal des white paper, c’est un enfer pour les US citizen, ce que je veux dire c’est, peut-être par inertie, de fait les US empêchent leurs citoyens de monter dans le train des ICO…alors qu’en France, on peut, mais ça ne saurait durer…et pareil pour les citoyens de Singapore et canadiens…impossible pour eux de participer

        1. Résistant Valaisan

          Pas « US Citizen » mais « US Person ».

          Donc aussi, si vous êtes détenteur d’ une Green Card, si vous avez un business aux US, etc etc….

  7. Jacques Huse de Royaumont

    Le « problème » des crypto-monnaies, c’est qu’elles enfoncent un coin (!) dans la logique de tripatouillage (de régulation, devrait-je dire) des banques centrales sur les taux. Leur valorisation est un excellent indicateur de la défiance envers les politiques publiques. C’est leur intérêt et leur faiblesse : il faut s’attendre à des réactions violentes des autorités face à ce genre d’empêcheurs d’escroquer en rond. Il semble d’ailleurs que plus les politiques monétaires sont vicieuses, plus les réaction sont hostiles.

    Pour l’instant, la bulle dégonfle, on compare le bitcoin aux tulipes. N’oublions pas que si les bulbes de tulipes ont provoqué un krack historique, leur culture existe toujours 400 ans plus tard, florissante au point de constituer un des symboles de la Hollande.

      1. channy

        en 97 je crois , j’avais un reportage sur DSK visitant la silicon valley avec sa cohorte d’experts fossilisés, lors d’une réception un patron d’une start up, se fit aborder par un fossile qui lui dit : »Allez, vous pouvez me l’avouer internet c’est juste une mode »
        C’est sur qu’avec de tels experts la Grance part avec un lourd handicap

        1. samplayers

          Gérard Théry, le père du Minitel (comme on dit, mère sûre, père peut-être) a dit dans un rapport au gouvernement en 1994 à propos d’internet (Rapport Théry) :

          « Son mode de fonctionnement coopératif n’est pas conçu pour offrir des services commerciaux. »

          Bon, en 2012, lors de l’arrêt définitif du Minitel, il a aussi dit :
          « Steve JOBS s’est inspiré du Minitel ! »

          Euh, là, il est pas encore mort, mais ça devrait pas tarder…

  8. Nicolas

    Si vous souhaitez 2h50 de cinéma comique, allez visionner le replay de la commission du Sénat où sa cause des cryptos. (lien dans le texte de H16).

    Vous y re-constaterez l’incompétence illimitée des politiciens. L’unique question qu’ils se posent en filigrane est : Comment ̶p̶r̶o̶t̶é̶g̶e̶r̶ ̶r̶é̶g̶u̶l̶e̶r̶ contrôler pour mieux taxer ? Il faut cependant saluer Gérard Longuet qui sauve en partie l’honneur. Son début de lucidité est appréciable et son attaque sur les banques est un régal !

    La madame de la Banque de France semble incompétente mais j’en doute fortement. Sa mauvaise foi évidente montre qu’elle a parfaitement compris le danger qui pèse sur sa boutique. Son agressivité (qu’elle arrive encore à contenir) confirme que le système en place fera tout pour durement lutter.

    Sur le prochain G20, où ça parlera possiblement des cryptos et de la blockchain, il y a fort à parier que le communiqué final sera, comme d’habitude, hautement consensuel et diplomatique. En clair « On a bien bavardé des grands problèmes du monde et on est d’accord pour en reparler l’année prochaine. On a super bien bouffé ».

    1. Val

      @Nicolas le truc, c’est que nos politiciens sont à peu près nul sur tous les sujets. On a un pote qui briefe ces charmants nullos à l’occasion en finance. A l’époque de Hollande il parait qu’on a touché le fond, même en simplifiant au maximum ils ne captaient rien

      1. MCA

        « ils ne captaient rien »

        Il manque une brique à l’édifice : depuis quand est-il nécessaire de comprendre une loi pour la voter?

        Par ailleurs, ils sont là pour capter leurs indemnités et toucher les fonds et ils y parviennent très bien.

  9. Pere Collateur

    Je ne pense pas que le fait de louper le train des technos blockchain soit vraiment un problème.

    Attention, comme vous je trouve ca lamentable de ne pas monter dans le train immédiatement, mais on a aussi loupé le train d’internet à une époque, à cause du minitel notamment, et je trouve que le rattrapage a été rapide et sans presque trop de dommages.

    J’aurais presque tendance à dire qu’il est urgent d’attendre que ca se decante un peu. On a de toute facon pas mal de gens qui bidouillent ca dans leur coin depuis 2009, et qui se feront fort de sortir du bois quand les plâtres serons secs.

    Ca me fait un peu penser à notre dame des landes. Pour une fois j’étais d’accord avec les étudiants ecolos qui sentent des pieds, dans le sens ou ce projet, moi aussi, je voulais que ca capote. Je ne suis pourtant pas une pastèque, loin de là, car je ne sent pas des pieds ^^

    1. Le Marsouin

      Ouais enfin « sans trop de dommages »… L’internet Français est quasiment totalement géré par des compagnies américaines.

        1. Dr Slump

          mdr
          Les espèces inadaptées ou en voie de disparition ne peuvent causer aucun dommage… Même chose pour l’espèce dite « homo Franci » !

      1. Pere Collateur

        Ca a toujours été le cas, et dès le début d’internet, vu que c’est les amerloques qui l’ont concu. L’ICANN c’est bien américan non?

        Et si on regarde autour de nous, qu’on soit chinois, russes, japonais ou ouzbeck, c’est le même topo. Même la corée du nord n’y echappe pas.

        Bref, ce que je voulais dire, c’est qu’on se connecte au net pour pas cher, avec des débits comparables à ailleurs et qu’on est pas à la rammasse totale comme sur tant d’autres sujets.

        Les crypto monnaies, je regarde ca depuis le début. Je vois bien le potentiel, très bien expliqué par notre hôte dans un billet mémorable qui vulgarisait bien les choses.
        Cependant, c’est pas accessible à ma courageuse génitrice, ni à mon voisin retraité et encore moins à tata huguette qui fait de si bonne confitures. Et vu que ca part dans tous les sens, un peu comme internet jusqu’au milieu des années 2000, il est probable qu’avant que tonton Raymond s’en serve, il se passe encore 5 à 10 ans.

        1. samplayers

          Et pourtant tata huguette se sert de l’énergie nucléaire sans être physicienne. Tu fais le même mélange avec Internet (matériel d’infrastructures et fournisseurs de services).

    2. Vodkaman

      @ pere

      « Je ne pense pas que le fait de louper le train des technos blockchain soit vraiment un problème »

      Au contraire, c’est louper l’occasion de se libérer de ‘services’ actuellement centralisés (banques, Etat …) pour des questions d’opposabilité aux tiers

      Demain, pourquoi ne pas envisager un service gérant les cessions immobilières via blockchain. Fini les frais de notaires sur les ventes immo (dont une grande partie revient en fait à l’état).
      Idem pour la cession des véhicules.

      Vous pouvez lister ici tous les monopôles d’état … ou concédés à des amis….

  10. Le Marsouin

    Tant que le bitcoin n’a pas une valeur à peu près stable il ne peut pas être utilisé comme monnaie de tout les jours. Qu’ils soient valorisés haut ou bas ne me semble pas le plus important.

  11. Basile

    Bonjour H16,

    Je suis vos chroniques avec beaucoup d’intérêt mais, sur ce coup-ci, je pense que vous êtes plutôt mal informé sur la réalité de l’attitude des autorités françaises (au niveau non politique) concernant les cryptos et les ITOs.

    Au-delà des « vrais » acteurs chez les régulateurs, à ce jour, la France est le premier pays à avoir admis véritablement la DLT dans l’architecture juridique globale des titres financiers (cf. ordonnance minibons et ordonnance DLT). Cela conduit des acteurs solides étrangers à s’intéresser à la France, nonobstant sa fiscalité etc…

    En outre, la qualification juridique et analytique de ces nouveaux produits est à mon sens prise avec beaucoup de sérieux (même si l’analyse cryptos vs. Fiat par l’ACPR est discutable). La volonté de réglementer n’est absolument pas telle que vous la décrivez (je trouve cela d’ailleurs presque surprenant si je n’avais pas constaté une véritable évolution dans la démarche des régulateurs). Ainsi, la France a été un des premiers acteurs en matière de gestion d’actifs à accepter un fonds d’investissement en cryptos.

    S’agissant de la question de réglementer ou pas, beaucoup d’acteurs demandent une réglementation (paradigme: la mauvaise monnaie chasse la bonne. Idem pour les ITOs). Je suis personnellement favorable à ce que le niveau d’information communiquée, quel que soit le type de tokens, permette une décision éclairée.

    S’agissant de l’argument sur le LAB (lutte anti-blanchiment), je ne partage pas non plus votre analyse dans la mesure où l’accès au Fiat est rendu plus facile à partir de plateforme laxistes sur les KYC. En pratique à nouveau, les acteurs un peu sérieux qui n’ont pas d’idées libertariennes (sans jugement de valeur sur ce dernier qualificatif) souhaite généralement être conseillé pour ne pas participer à des opérations avec un risque LAB

    Pour conclure, si j’ai personnellement une raison de me réjouir actuellement (dans ce pays en lente décomposition 😉 ), c’est l’attitude des acteurs français, ce compris la majeure partie des acteurs chez les régulateurs, sur ces nouveaux objets.

    Merci encore par ailleurs de la qualité de vos analyses.

    1. « même si l’analyse cryptos vs. Fiat par l’ACPR est discutable »
      Juste un peu, hein. Elle est tellement caricaturale qu’elle en est même un cas d’école.

      beaucoup d’acteurs demandent une réglementation
      Justement. Il y a un vrai gros biais dans la façon dont ça se passe, lié à une mentalité franco-française dont il est très difficile de s’extraire. C’est typique et pour qui a vécu la montée en puissance d’internet, on y retrouve les mêmes schémas avec cette envie de cronyisme particulièrement forte. C’est si visible, si évident qu’expliquer tout ça prendrait plusieurs billets.

      S’agissant de l’argument sur le LAB
      Même chose que ci-dessus.

      En pratique, c’est l’inversion complète de ce qu’on devrait avoir : les « acteurs » se bousculent pour avoir de la réglementation pour bien montrer à quel point ils sont bien soumis à l’Etat et ses sbires, alors qu’il devrait y avoir le mouvement exactement inverse. La notion de KYC a été introduite de force par les Américains il y a quelques années et tout le monde a trouvé ça très bien, a suivi et en a rajouté pour bien jouer le jeu, alors qu’il est parfaitement indécent de partir du principe que a/ vous ne savez pas ce que vous faites de votre pognon, b/ si vous en avez, c’est que vous êtes un terroriste/pédophile/trafiquant divers, c/ quoi que vous fassiez avec, l’Etat DOIT ABSOLUMENT le savoir. Il ne s’agit pas de libertarianisme ou même de libéralisme, mais de simple liberté de base, l’une des plus essentielle qui va avec la notion de propriété et de responsabilité.

      Le constat que vous faites repose sur le prédicat que les gouvernants ont le droit de demander de la régulation et que tout ceci serait même légitime pour éviter les méchants débordements alors que par définition même, le gouvernement et les états devraient même avoir peur d’imaginer fliquer ainsi leurs citoyens. En pratique, tout le monde a si peur des gouvernements (au lieu de l’inverse) que les caniches se bousculent pour montrer leur respect et leur bonne conformité à ce qui est attendu d’eux.

      Je comprends de ce fait très bien pourquoi vous trouvez que ça ne se passe pas si mal en France et même mieux que prévu. Je vous l’écris ici, et on pourra y revenir dans quelques années si vous voulez : la France va sur-réguler ce domaine, doucement, gentiment, sans que ça soit trop visible, et à la fin cela va être un bain de sang technocratique consternant, le pays va très consciencieusement fusiller complètement les espoirs d’avoir des entreprises françaises majeures dans ce domaine. Tout, absolument tout est réuni pour qu’il en soit ainsi : il se passera la même chose que la régulation bien conne d’internet en France (le crowdfunding est à peu près mort dans ce pays), l’intervention des pouvoirs publics dans les jeux vidéos (là aussi, à peu près mort), les plateformes collaboratives (airbnb, uber – qui sont en train de s’exfiltrer doucement), etc.

      1. Tarmineldur

        Pour info, la fiscalité sur le jeux vidéo s’est faite un peu moins pesante et Ubisoft en a profité pour ouvrir un nouveau Studio a Bordeaux. La dernière ouverture de studio datait d’il y a 30 ans… bref, on peut penser que le secteur reprends du poil de la bête.

        1. WorldTour73

          Moins pesante aujourd’hui mais peut être plus pesante demain. Avec l’insécurité fiscale qu’il y’a cours en France, je n’aurais pas ouvert un nouveau studio.

          1. kekoresin

            Insécurité fiscale ET réglementaire! Les gouvernements français ont sabordés des pans entiers de l’industrie avec une politique interventionniste poussée jusqu’à la nausée.

            Sous Louis XIV, l,industrie navale était en difficulté. Le roi a demandé aux représentants des chantiers navals ce que l’État pouvait faire pour les aider. La réponse a été « surtout n’en faites rien sire! ».

          2. Aristarkke

            S’ils l’ ont ouvert, c’est qu’ il y ont trouvé un avantage mais peut être pas strictement monétaire. Notons qu’ils l’ ont ouvert à Bordeaux et non en IDF. Maintenant, comme Ubisoft est déjà internationalisé, ils n’auront aucun mal à le refermer, le jour où cet avantage aura diminué ou disparu.

  12. cyprus ill

    Comme d’hab, la France à la ramasse, rien de nouveau sous le soleil. Et oui, c’est très très dommage.
    Ce qui est terrible, c’est que malgré ça il existe des entrepreneurs français dans le domaine, à gros succès (notamment des créateurs d’un ledger-wallet dont j’ai oublié le nom et ayant levé plus de 50M€). Ils se désolent de voir fuir tous ceux qui ont des crypto car si vous restez en France et osez matérialiser une PV, vos taxes peuvent grimper à plus de 60%. Qui peut accepter ça ?
    C’est encore une fois très triste, d’autant que comme le souligne notre hôte, tout aurait pu laisser penser que ce train là, la France pourrait monter dedans. C’est crypto-raté, et nous sommes effectivement crypto-niqués.
    Dommage

    1. theo31

      C’est normal, dans un pays communiste, innover, c’est sortir du lot. Pour une petite merde de technocrate/fonctionnaire/politicien qui a dû sucer (sa seule compétence) pendant des années pour se faire une place au soleil, c’est insupportable.

      1. kekoresin

        c’est surtout que la création de richesse ou du moins la possibilité de s’enrichir en dehors des jupons sales de maman état est considéré comme trivial. Les moutons qui blanchissent le paysage franchouillard bêlent à tue-tête quand il s’agit d’investissement privé mais offrent leur meilleures laine pour les partenariats public-privé qui sont quasiment tous des fails retentissants!

        Après des décennies de lavage cérébral socialiste, nos irresponsables politiques voient enfin se profiler les résultats: une France en voie de sous développement économique et surtout intellectuel, où le risque et l’innovation sont synonyme de changements dramatiques. Nul doute qu’avec ces crétins en charges d’un troupeau d’imbéciles, le moteur à explosion n’aurait jamais vu le jour pour sauvegarder les emplois de maréchaux ferrant et de journaliers moissonneurs. On se retrouvera sous peu dans la position du laboureur derrière son bœuf, espérant concurrencer le voisin équipé d’un tracteur 1000CV climatisé!

        1. channy

          @ nos irresponsables politiques voient enfin se profiler les résultats: une France en voie de sous développement économique et surtout intellectuel »
          Mais non Kekoresin vous avez toujours un politocard ,un pseudo expert ou un troll pour venir vous expliquer que tout cela c’est dans votre tête, car la Grance est la 5 ème puissance mondiale, chiffres à l’appui, que vous êtes un maso, un frustré etc etc
          Qu’ailleurs c’est pire et que vous devriez être super content d’être citoyen Grançais.
          Oui ce pays est définitivement foutu, nous avons pris l’accès rapide aux poubelles de l’histoire

  13. lxy

    Je profite des deux jours de carême pour livrer une réflexion hors piste inspirée par le dernier ouvrage de Rémi Brague « Sur la religion ».
    Contrairement à l’opinion commune en France les religions dans le monde ne disparaissent pas , bien au contraire.
    Aux Usa on continue à construire des églises et ailleurs des mosquées. Presque partout les religions progressent. Sauf apparemment en France et en Scandinavie, pour faire court.
    Mais dans ces pays et notamment en France nos religions traditionnelles sont remplacées une nouvelle, celle du » politiquement correct » qui en a toutes les caractéristiques : ses croyants, ses grand’messes, ses évangiles, ses prescriptions, son clergé, sa presse, ses fatwas, ses prédicateurs, ses grands prêtres répandant partout  » des idées chrétiennes devenues folles » (Chesterton).
    Les élections présidentielles américaines ont bien marqué la guerre de religion qui règne la-bas avec d’un côté les chrétiens de toute obédience et en face les adptes du « correctness ».

    1. samplayers

      Pour ceux qui n’en sont pas convaincus, ça devrait faire prendre conscience du ridicule de la situation.
      Et quant à ceux qui parlent de gaspillage alimentaire : il y en a eu plus sur cette dernière semaine dans les camions réfrigérés en panne que le gaspillage de toute une année.

      1. Aristarkke

        Hier et au moins dans mon secteur Sud IDF, le déneigeage des voiries a été très bien fait. Mais il faut dire que cette neige a eu le très bon goût de ne tomber qu’ entre 9H30 et 15H30, c.a.d. durant les heures ouvrables. Comme quoi réclamer permet d’obtenir du service…

        1. René-Pierre Samary

          Cela me fait penser à un épisode de « La Mouche » (on n’est jamais si bien cité que par soi-même).
          « Victoria exigeait des explications, des excuses. On n’avait pas idée de réveiller les gens à trois heures du matin. Elle avait vérifié. Françoise lui expliqua que l’ancre avait glissé, et qu’il avait fallu la remettre à un autre endroit.
          – Et il ne pouvait pas attendre le matin ? contra l’anarchiste de gauche.
          Frédéric intervint, tout en enfilant un short.
          – Écoute Victoria. Ici, nous sommes sur un bateau. Un bateau qui est sur l’eau. Les coups de vent ne se produisent pas forcément aux heures syndicales. On n’est pas dans le monde des fonctionnaires. Les horaires réguliers, les ponts, les récupérations, les congés maladie, les grèves, tout ça, ici, on ne connaît pas. « 

        2. Higgins

          Cepapareil. Ils étaient prévenus alors que pour mardi, ils ont été surpris tout simplement.
          Il me plait à penser que si le Général était encore au pouvoir et au vu de la situation régnant sur la capitale cette semaine, le tableau d’avancement des incapables connaîtrait une bouffée d’oxygène salutaire.

  14. kekoresin

    Comme dab, on prend les même incompétents et on continue vers l’infinie connerie et au delà. Mais la facilité d’interprétation à la résistance aux nouveautés technologiques consiste à penser que c’est pas ignorance crasse. Nos politiciens et tous les cancrelats qui gravitent et se goinfrent des restes de victimes de Léviathan, passent leur temps à faire des barrages de sable contre la marée pour profiter le plus longtemps possible de leur carré de sable sec.

    A ce petit jeu, on invoque tous les totems qui font frémir le citoyen Bataclan sensible et hurler de jalousie envers celui qui triche au détriment de la solidarité nationale qui provoque des mankdemoyens insupportables. In fine, le but est simple et non exclusif aux cryptos. Il faut absolument empêcher le bovidé votant de disposer des miettes survivantes des ponctions étatiques en les cantonnant dans des endroits accessibles aux doigts collants de Bercy en cas de besoin, ou plutôt quand il y en aura besoin, pour que la fête dure plus longtemps (cf Tourtel).

    En France il est donc largement préférable de passer pour un crétin que pour un ambitieux avide de pouvoir. Les rares visionnaires qu’a compté la France n’ont pas fait long feu. L’avenir de la nation est systématiquement synonyme de mort politique, c’est bien pour ça que les médiocres survivent si bien dans les hémicycles!

    1. samplayers

      « …hurler de jalousie envers celui qui triche au détriment de la solidarité nationale qui provoque des mankdemoyens insupportables. »

      Quand je vois le paquet de gens qui profitent de l’économie partagée ou collaborative (Amazon, eBay, blablacar, Allovoisins, les débrouilleurs etc…) et tous ces gens qui paient des services de proximité en s’affranchissant des cotisations y afférant, ces gens qui achètent des produits en ligne tout en étant conscients que ça détruit l’emploi local arghhhh… mais que ça leur fait faire de sacrées économies… je me demande qui a vraiment cette posture dans la réalité.
      Même les politiques ne déclarent pas leur femme de ménage.

      1. samplayers

        On en revient à l’allégorie de la caverne :
        (wiki)
        L’allégorie de la caverne

        Schéma du concept de l’allégorie de la caverne
        Dans une demeure souterraine, en forme de caverne, des hommes sont enchaînés. Ils n’ont jamais vu directement la lumière du jour, dont ils ne connaissent que le faible rayonnement qui parvient à pénétrer jusqu’à eux. Des choses et d’eux-mêmes, ils ne connaissent que les ombres projetées sur les murs de leur caverne par un feu allumé derrière eux. Des sons, ils ne connaissent que les échos. « Pourtant, ils nous ressemblent »1.

        Que l’un d’entre eux soit libéré de ses chaînes et accompagné de force vers la sortie, il sera d’abord cruellement ébloui par une lumière qu’il n’a pas l’habitude de supporter. Il souffrira de tous les changements. Il résistera et ne parviendra pas à percevoir ce que l’on veut lui montrer. Alors, Ne voudra-t-il pas revenir à sa situation antérieure ? S’il persiste, il s’accoutumera. Il pourra voir le monde dans sa réalité. Prenant conscience de sa condition antérieure, ce n’est qu’en se faisant violence qu’il retournera auprès de ses semblables. Mais ceux-ci, incapables d’imaginer ce qui lui est arrivé, le recevront très mal et refuseront de le croire : « Ne le tueront-ils pas ? »

  15. albundy17

    Rhooo, je regarde les ferry pour la corse, ben y en a des qui ont repris la SNCM, bizarrement ils pratiquent des tarifs pas loin du double des autres ^^

    Encore une affaire qui va bien marcher :mrgreen:

      1. albundy17

        Sur sa fiche wiki, j’apprends qu’ils n’ont pas repris que les navires, mais aussi une groosse partie du personnel ^^ (sans doute exemptés de charges…)

        Ils vont pouvoir ré-achalander leurs paillotes avec les frigos de la compagnie :mrgreen:

        1. Aristarkke

          La variante était qu’il se vendait davantage de bouteilles à bord que le nombre officiel desdites dans les rôles d’ embarquement…

        2. Aristarkke

          La reprise du personnel, malgré sa piètre qualité générale, devait être la contrepartie des subventions. Achat de paix sociale, comme ils disent…

          1. lxy

            C’est plus simple…tout le personnel marseillais a été viré, ce qui n’est pas une grosse perte, remplacé par des corses bien somme il faut(syndiqués STC, nationalistes). Beaucoup de marins corses ont profité des générosités du régime spécial des Inscrits maritimes (instauté par Colbert) qui leur donne droit de partir en retraite à 50 ans. Elle est pas bella la vita ?

            1. Higgins

              C’est un gage de bonne volonté donné aux nationalistes par l’Etat. La revendication est ancienne. Les mêmes causes (clientélisme, incompétence, malversations, etc,…) produisant les mêmes maux, le naturel ne devrait pas tarder à reprendre le dessus. In fine, c’est le contribuable qui paiera.

      1. Higgins

        Cinq ou six fois dont une fois trois ans. J’aurai tendance à la qualifier comme Napoléon a parlé de Talleyrand. Mais comme Talleyrand, elle vaut bien mieux que ce qu’elle montre dans l’actualité.

      1. Aristarkke

        Méfie-toi! J’ai comme idée que dans ce cas là, déjà cette villa doit être gardée aux frais de la princesse ripoublique et que, quand bien même tu t’y installerais en t’y faisant livrer des pizzas, la loi n’ aurait pas la même compréhension par les pandores…
        Rappelle-toi que dans l’égalité, il y en a toujours qui sont plus égaux que les autres…

          1. MCA

            Je la connais sous tous les angles sauf le Cap Corse,

            Sartène est excellent pour son rosé mais pour la plage… c’est la montagne !… :o))))

            par contre va faire un tour du côté de Figari, les plages ressemblent à des lagons polynésiens, et que dire des calanches de Piana et le reste….

            Ca y est ça me reprend, le bateau est à quelle heure que je dise à Madame de faire les valises? :o))))

              1. MCA

                Un bon conseil, attention aux orages en haute montagne.

                En Corse, il y a déjà eu des morts emportés en rivière par une vague soudaine issue de pluies lointaines en haute montagne.

                Depuis que j’ai appris ça, fini les baignades en rivières corses.

                1. samplayers

                  Un bon conseil, attention aux accidents sur les routes.

                  En france, il y a déjà eu des morts (on parle de plus de 3,000) causés par des véhicules venant d’autres régions.

                  Depuis que j’ai appris ça, je ne sors plus, je reste chez moi.
                  ——–
                  Quoique, les accidents domestiques c’est près de 20,000 morts par an.

                  Je ne sais plus quoi faire… Space X ?
                  (désolé)

                  1. albundy17

                    On ne mesure pas tout ces dangers, par exemple, nous étions tranquilou à nous vautrer ds une de ces piscines naturelle au fond d’une gorge, et vla t y pas que l’on se fait arroser de cendres, on remonte vie fait, ça cramait de partout !

                    La prudence voudrait que nous n’allions plus là ou il y a des trucs qui crament, à rester dans le canapé !

                    (Bien qu’il parait que le canapé et juste derrière le lit concernant les taux de mortalités)

                    (désolé aussi :mrgreen:

                    (PS: pour la plage, se méfier des tsunamis, y’en a qui ont essayé, z’ont eu des problèmes)

                  2. MCA

                    @samplayers 11 février 2018, 9 h 44 min

                    Ah! enfin du grand Sam, j’adore, et j’en redemanderais presque par gourmandise!

                    Dis moi Sam,

                    (je te tutoie car chez moi c’est spontané quand les gens me paraissent sympathiques)

                    Tu nous as confié un jour qu’un de tes anciens patrons était un psychopathe,

                    Très intéressant !

                    Mais pour ceux qui s’intéressent comme moi de près à la psychologie humaine, ça donne une combinatoire dont la rareté lui confère le plus haut intérêt :

                    Un pervers narcissique drivé par un psychopathe.

                    Alors une question me taraude, ça devient insoutenable et je te supplie à genoux de mette fin à ce supplice :

                    Ta startup? ça ne serait pas un asile par hasard?

                    PS : Si tu as besoin de réviser ce qu’est un pervers narcissique, ne te gène surtout pas, google est fait pour ça et si tu as besoin de soulager tes pulsions incontrôlées, demande à Al, il t’a déjà délicatement expliqué comment il fallait faire, ça te rappellera ta jeunesse et si tu as oublié, en lui demandant gentiment, je suis certain qu’il se fera un plaisir de t’expliquer de nouveau.

                    Bonne journée Sam !

                    ET surtout…. n’oublie pas de lever le doute….j’en ai perdu le sommeil !

    1. Pheldge

      Je ne connais pas la Corse, mais on m’a dit que l’indigène y est encore plus accueillant que le Gwadloupéyen qui reste la référence, tant par sa gentillesse que par sa chaleur humaine envers le « pinzu » … 😉

      1. René-Pierre Samary

        Partout l’indigène est accueillant, à condition qu’il ne se sente pas envahi… notion évidemment subjective.
        Certains (enfin, ceux qui restent) se la mordent d’avoir bien accueilli de pauvres navigateurs crevant de faim, de leur avoir offert une dinde ou deux (l’histoire ne le dit pas)…
        Je ne sais si le Thanksgiving est fêté par les autochtones, aux Etats-Unis, mais je suis porté à en douter.

        1. samplayers

          Faut arrêter de regarder les westerns… il n’ y a pas eu plus de 15,000 morts dans les batailles rangées entre l’armée et les indiens.
          Ceux qui ne sont pas morts dans ces conditions sont morts de la vérole ou de batailles entre indiens ou dans des rixes entre colons et indiens.
          Il n’y a pas eu de génocide.

          1. René-Pierre Samary

            Génocide… Je n’emploie pas ce mot. J’évoque un remplacement de population, suite au bon accueil fait aux nouveaux arrivants. Je ne polémique pas sur la question, me contente de constater le phénomène, assez courant, et peut-être nous touchant de près.

      2. albundy17

        « y est encore plus accueillant que le Gwadloupéyen »

        Ben non, les Corses sont très sympas, suffit de pas chier ds leurs bottes, les emmerdeurs là bas sont pieds noir ou italien. (et allemand, mais ça c’est partout)

        D’un autre coté, je me rappelle de tout ces gens terrorisés par les plasticages et qui ne voulaient pas risquer leur peau en passant des vacances là bas, ds mon for intérieur se glissait un certain tant mieux.

        RPS: »Certains (enfin, ceux qui restent) se la mordent d’avoir bien accueilli de pauvres navigateurs crevant de faim »

        C’est plutôt ceux qui peuvent ^^

        Rhooo, saloperie de colonisateurs qu’ont tout piqués et répandu la chaude pisse

  16. sam player

    HS
    Faut que je change mon can clip qu’est plus à jour. Y a quelqu’un ici bas qui a acheté la version 168 ou 170 et où? Je demande ça ici car y a trop de vendeurs qui se font passer pour des utilisateurs lambda sur les forums.
    Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.