Grâce à Yuka, paniquez devant vos corn-flakes

C’est une règle : il faut toujours faire attention à son environnement, on ne sait jamais d’où le danger peut venir. Et de nos jours, il peut même se nicher dans les rayonnages des supermarchés, prêt à bondir et déclencher allergies, maladies cardiovasculaires et autres cancers. Heureusement, l’État a longuement travaillé pour vous !

Grâce à des décennies de lavage de cerveau préparation des esprits, il a réussi à instaurer quelques règles simplistes voire dangereuses dans les esprits de la plupart. Avec du temps et suffisamment de répétitions, on fait croire à des populations entières au Père Noël aux bienfaits du socialisme, que le contrat social et le bien commun existent pour de vrai sans rire, que les taxes ne sont pas du vol caractérisé ou que la démocratie est l’ultime réponse politique à tous les problèmes.

Moyennant quelques campagnes bien ciblées, on peut même bâtir sur du vent des recommandations sanitaires farfelues et les faire gober à des dizaines de millions d’individus qui, années après années, ne comprendront pas pourquoi leur santé se détraque mais y contribueront avec une ferveur frisant la pathologie lourde. Un exemple frappant serait la pyramide alimentaire, introduite dans les années 80 et dont l’application a permis une joyeuse explosion des cas de diabète, de maladies cardio-vasculaires et neurodégénératives ou de cancers.

La nouvelle pyramide alimentaire – Cliquez pour agrandir

C’est donc sans surprise qu’on découvre avec un plaisir gourmand (mais pas trop sucré, ni trop salé, ni trop gras) au milieu de notre portion quotidienne de cinq fruits et de cinq légumes qu’une aimable brochette de citoyens éco-conscientisés s’est lancée dans la réalisation d’une magnifique application, Yuka, qui entend informer le consommateur sur les dangers qui rôdent perversement à chaque rayon de supérette. En effet, Yuka permet de scanner les codes-barre des aliments et d’en découvrir ainsi leurs qualités et leurs défauts, directement fonction de ces fines recommandations gouvernementales en matière d’alimentation, de santé et de bien-être (qui n’ont pas du tout amené la France a être de loin le pays où l’on grignote le plus d’anxiolytiques).

À en croire l’article du Parisien, c’est un véritable succès des applications numériques pour piloter son alimentation qui, comme Tintin et le Monopoly, séduit les jeunes de 7 à 77 ans ou quasiment puisque, grâce au « même algorithme que le logo nutritionnel du ministère de la Santé Nutriscore », Yuka donne une note permettant d’orienter son choix vers les produits les plus sains.

Comme le Nutriscore, cet étalon de scientificité aux huiles essentielles de Digitus Humidis, le savant calcul de Yuka utilise les quantités de nutriments de chaque produit (graisses, sel, sucre, alcool, fibres, …). Cependant, Yuka va plus loin puisqu’il tient aussi compte des additifs et grâce à la précision diabolique de conditionnels et de soupçons dosés scientifiquement, fournit une note générale ainsi qu’une explication détaillée au consommateur qui pourra alors choisir d’abandonner le produit dans le rayon ou, au contraire, persister dans sa démarche folle de s’empoisonner avec la cochonnerie industrielle ainsi identifiée.

Peu importe ici que ces additifs soient autorisés : dès lors qu’ils sont « soupçonnés » (pas de place au non-doute), surtout si c’est « de favoriser les pathologies neurodégénératives », paf, une petite « alerte Yuka » se déclenche. Quelques mg de nitrites dans un aliment ? Bim, la note s’effondre !

Heureusement, si l’aliment n’a pas ces additifs soupçonnables, il peut voir sa note frôler le petit rond vert, badge officiel de la meilleure comestibilité : sur 100 points, 60 points sont en effet dévolus à l’analyse des nutriments (le fumfameux Nutriscore), 30 points sont donnés en fonction de la présence ou plutôt de l’absence de ces Additifs du Diable, et enfin 10 points sont accordés si le produit a aussi obtenu le label Bio, quand bien même ce dernier label n’apporte aucune garantie supplémentaire (à l’exception, souvent, d’un coût plus élevé).

En somme, sur 100 points, 60 sont attribués en fonction de recommandations alimentaires datant de plusieurs décennies qui ont prouvé leur aspect néfaste (la présence d’hydrates de carbones en base de la pyramide commence maintenant à être reconnu comme une imbécillité carrément dangereuse, quant à la guerre aux graisses saturées, c’est une véritable bourde) et qui, avec le recul, sont directement la cause des épidémies de diabète, d’obésité et j’en passe.

30 autres points permettent de stigmatiser tout un rang d’additifs malgré leurs proportions extrêmement faibles comparées à d’autres éléments, effectivement dangereux (alcool, sucres de toutes sorte, par exemple) ; le fait de barbouiller de conditionnels les remarques faites à leur sujet n’enlève rien au caractère complètement pifométrique de leur mise en exergue. Depuis le glutamate jusqu’au sel en passant par les nitrites, la prudence vaudrait de ne pas écrire « additif douteux » qui ne veut strictement rien dire si ce n’est pour agiter des spectres de maladies diverses d’autant plus ridicules lorsqu’on voit les risques effectifs associés. Le sel, par exemple, est régulièrement mis en avant comme cause de maladies cardiaques alors que des études sérieuses, de plus en plus nombreuses, remettent largement en cause la doxa ressassée partout.

Quant aux 10 derniers points, on est dans le pur affichage de façade tant le bio n’a jamais réussi à démontrer ni absence de pesticides (et pour cause !), ni qualités gustative et nutritionnelle supérieures au conventionnel.

En pratique, la somme de ces éléments montre bien plus efficacement la parfaite adéquation de l’application en question avec les normes en vigueur. Cependant, une note donnée n’indique finalement rien de la qualité réelle, scientifiquement testée, du produit considéré. Pire : en suivant ces normes dont une bonne part est composée de carabistouille approximative et une autre part de conseils carrément délétères, elle pousse potentiellement les consommateurs vers des solutions qui n’en sont pas.

Néanmoins, réjouissons-nous : si elle suit les déplorables recommandations gouvernementales, cette application n’a cependant pas été développée avec l’argent du contribuable. Parions dès lors qu’au contraire des usines à gaz informatiques improbables pondues par une administration étatique sous méthamphétamines, lorsque les recommandations s’adapteront peut-être enfin aux dernières découvertes scientifiques solides, cette application suivra rapidement et fournira alors un excellent moyen au consommateur, définitivement perdu par des années de n’importe quoi étatique concentré, de s’y retrouver enfin.

Commentaires207

  1. Le Gnôme

    Les modes médicinales sont à géométrie variable. Il y a 20 ou 30 ans, le beurre était mauvais, maintenant il est bon. Le sel était à bannir, une étude parue cette semaine vient semer le doute.

    Bref, bouffez ce que vous avez envie, ça ne vous empêchera pas de mourir un jour.

      1. albundy17

        aparté, je suis tombé ce week end sur Dr Good, le magazine de michel cimès, ben ça vaut son pesant de cacahuètes bio, un ramassis d’âneries de ponceuses, il aurait dû rester dans son domaine, les blague graveleuses.

        Y’aurait presque de quoi porter plinthe pour mise en danger de la vie des amibes qui vont le lire et suivre ses recommandations diététiques

    1. Tututut.
      Les recommandations émises sur les 40 dernières années sont, en gros, à peu près n’importe quoi. On commence tout juste à y voir clair, et ce n’est pas une question de mode (mais plutôt de big data, en fait).

  2. bibi

    Que le glutamate soit toxique ça serait grandement gênant vu que ce n’est ni plus ni moins que la forme déprotonée de l’acide glutamique qui est l’un des 22 acides aminés naturels et que son abondance dans les protéines est juste de 6.32%.

    1. Calvin

      Le problème est que le glutamate industriel semble causer des intolérances, peut-être par
      association avec d’autres substances.
      Intolérance ne veut pas dire toxique.

  3. Aristarkke

    Si jamais il s’avère que vous avez omis de suivre la recommandation de Yuka et que le remords vous étreint, il reste la pilule du lendemain dragée Fuca…

  4. Bonsaï

    Finalement, c’est à chacun d’effectuer ses choix en fonction de ses préférences et de ses moyens. Le bio étant lui aussi devenu un business comme les autres, il s’agit de ne pas être naïf et de ne pas se laisser influencer par la présentation appétissante de ces produits. D’ailleurs leur surcoût par rapport aux produits standard devrait déjà en rebuter certains…

    1. Calvin

      Oui, j’ai banni le label bio de mes choix alimentaires.
      Pas meilleur ni plus sain mais bien plus cher.

      J’aime, par contre, les produits des potagers de mes amis ou famille, ceux-là sont généralement plus sains.

    2. Higgins

      J’aime les bons produits et je fais attention à ce que j’achète. Le bio, tel qu’il est devenu, est avant tout une formidable et lucrative opération marketing. Chapeau bas aux concepteurs et initiateurs de la manip. Il faut vraiment être c… comme un escrologiste pour en être un thuriféraire.
      Pas plus tard que la semaine dernière, au marché, une personne se plaignait en achetant des abricots que les derniers fruits acquis dans un magasin bio, des pêches, avaient pourri rapidement. Et de lui expliquer que le bio avait quand même qulques défauts (en dehors du prix) et de lui rappeler qu’en Allemagne, il y a quelques années, du soja bio avait tué une quarantaine de personnes (contamination par une bactérie je crois). Et puis, sans vouloir défendre outre-mesure l’agriculture intensive, comment fournir du bio « authentique » aux millions de consommateurs enflux tendu comme par exemple, des fraises pour les yaourts? Entre le trop et le rien, il y a encore de la place pour la raison.
      Quant au circuit court (comprendre le producteur à proximité), il atteint rapidement ses limites quand les producteurs ne sont pas à la hauteur des exigences du consommateur (prix, qualité). J’ai posé une fois la question à un fleuriste (étal remplis de fleurs plus belles les unes que les autres), à savoir avait-il des producteurs et fournisseurs nationaux (pas même locaux). Que nenni, quasiment impossible à trouver en Grance (suite aux intelligentes politiques économiques suivies et en cours), les produits dont il avait besoin. Il avait essayé une fois mais ça avait été un échec. Toutes les fleurs (belles, je précise, donc vendables, le tout à des prix abordables) viennent de Hollande qui est le marché central pour l’Europe (les roses viennent souvent du Pérou par avion).

        1. Adolfo Ramírez Jr

          Elles viennent d’Équateur principalement, même si le Pérou et la Colombie ont aussi une production. Le Kenya est aussi un acteur important.
          En gros tous les pays tropicaux avec des terrains en altitude, dont le climat ressemble à un été tempéré de 12 mois.
          Impossible à produire localement. Que les locavores arrêtent immédiatement le café, le thé, les bananes et tous les fruits tropicaux

            1. Aristarkke

              IL y a quarante ans, le Parti communiste était violemment contre l’importation de travailleurs étrangers qui venaient manger le pain des Grançais travailleurs.
              Au point de détruire direct un foyer à Vitry sur Seine…
              Mais maintenant, que des migrants viennent sans contrepartie quelconque ne gêne plus guère le kamdubien

                  1. albundy17

                    Ceux qui ont le vote cœur à gauche, faut pas trop non plus que ça empiète leur pré carré, ça veux du migrant, mais qui n’a pas le droit de travailler (du coup ben ça vole, n’est ce pas) pis tant qu’à faire, c’est très bien de les loger chez les bouseux, z’ont encore une assiette creuse de prête des fois que le curé passe

  5. Calvin

    Si l’application s’était contentée de seulement indiquer nos intolérances, allergènes et éléments personnels choisis…

    Il faudrait supprimer la notion de qualité, et de pouvoir définir soi-même les éléments que l’on souhaite éviter.

    Là, ce serait génial.

      1. Calvin

        Pas d’accord.
        – « Epices » sans détailler est insuffisant.
        – certaines listes d’ingredients sont écrites en police 3 ou 4…

        1. sam player

          « …certaines listes d’ingredients sont écrites en police 3 ou 4… »

          Bah, change de produits… et consomme les produits d’un fournisseur qui t’informe dans la forme et le fonds de ce que tu as envie de savoir…
          Perso je m’en…. :mrgreen:

  6. Raoul Kermes

    A propos de cette fameuse pyramide, le bouquin de Gary Taubes est une révélation, un trésor, un classique.

    Pour tous ceux qui en bons premiers de la classe auraient observé toutes les recommandations venues d’en haut + 5 séances de torture par semaine, mais se retrouveraient curieusement de plus en plus endomorphes, flasques et sans énergie.

    Enfin juste les mécréants effrontés qui auraient l’outrecuidance de ne pas mettre leur résultats négatifs sur le compte de la génétique de l’âge et du pas de chance..

    1. jdb

      Je l’ai lu il y a peu. Quel bonheur. Un livre a offrir a tous les complexés (culpabilises ou non…) qui pourront profiter à nouveau de la vie et manger ce qu’ils veulent et aiment !

  7. bibi

    Vous imaginez ce que serait le pays de Jaimadire si il était gouverné par le Grand Yuka?
    L’arbre à croissant aurait été abattu et Titus notre petit lion serait dépressif.

    1. MCA

      @Pythagore 15 août 2018, 11 h 18 min

      Oui,
      nier que nous sommes mortels au point se repousser les projets sympathiques à plus tard et découvrir un jour mais trop tard que la fin est pour demain.

        1. MCA

          @theo31 15 août 2018, 16 h 03 min

          Révélation du jour : Il y passera comme les autres.

          Mais vu la haute considération qu’il porte à sa personne, ça ne m’étonnerait pas qu’il soit intuitivement persuadé du contraire.

          1. Higgins

            Oui. Une étude récente (dont je ne retrouve hélas plus la trace. Il faut consulter le rubrique santé de G… actualités qui fourmille d’études de ce genre: chaque jour une découverte) montre que 100% des humains vont mourrir! Ce que c’est quand même les études scientifiques. On vit vraiment une époque moderne et formidable.

            1. Aristarkke

              Mon épouse a chopé un article d’une revue professionnelle dans lequel l’auteur s’interrogeait lucidement sur le rêve d’une prolongation de la vie quant à l’âge moyen atteint. La conclusion était que c’était alléchant sur le papier mais qu’il ne fallait pas imaginer que statistiquement, ce serait autre chose que la prolongation de la période déglingue mobilisatrice de soins médicaux à haute dose…
              Bref c’était l’espérance de vie de malade permanent qui allait augmenter…
              Alors la SS, dans ce cas-là, qu’en dire de sa préservation sauf avec des cotisations hors de prix pour le commun des mortels…

              1. « c’était l’espérance de vie de malade permanent qui allait augmenter »
                Dans 10 ou 20 ans peut-être, mais au-delà, non, ce sera même le contraire, ça me paraît assez évident. Le vieillissement est essentiellement un problème calculatoire, l’humanité en viendra donc à bout rapidement et définitivement.

          2. Aristarkke

            Le site Les Observateurs. Ch lui a souhaité un bon anniversaire (pour ses 75 ans, tout de même – cinq ans de rab sur son délai) en avril dernier. En filigrane, c’était : quand appliqueras-tu tes grands principes pour les Autres à ta petite personne?

  8. dov kravi דוב קרבי

    Pratiquement tout ce que l’on apprenait en matière de nutrition en fac de médecine au début des années 70 s’est peu à peu révélé infondé.
    La bouffe est un terrain idéal pour les obsessionnels qui ont besoin de leurs rites pour s’imaginer garder un contrôle total et ainsi faire diminuer leur angoisse : quantité et qualité de lipides, glucides, protides, sels minéraux, vitamines, additifs… Tout cela à combiner ensemble ainsi qu’avec d’autres paramètres tels que environnement, climat, complexion du sujet, etc.

    1. Bartleby

      Le plus grave dans cette histoire est que les médecins (généralistes) de notre pays ne mettent pas à jour leurs connaissances, ne suivent pas l’évolution de la recherche, et sont complètement dépassés, surtout concernant l’alimentation qui est impliquée dans 80 % de maladies courantes.

      1. albundy17

        les médecins sont des fonctionnaires prescripteurs, faut pas rêver, les sacerdoces sont terminés, aubry y a mis un terme en enfonçant le clou rouillé des 35 heures

          1. Bartleby

            Les médecins exerçant en libéral restent nombreux, quoiqu’en diminution, mais ils exercent comme des fonctionnaires, et pratiquent selon des méthodes et des dogmes bien souvent dépassés.

            1. dpz

              Je suis MG liberal. Venez faire mes 35 heures de fonctionnaire au lieu de disserter sur votre clavier.J’ai 53 ans et je fais des semaines de 60 heures AU Minimum et je suis installé en Région parisienne dans une banlieue où il y a de moins en moins d’argent.
              Vous avez échoué dans votre 1ere année .Vous êtes Jaloux?
              Pour Albundy, Je lis votre remarque régulièrement sur les sites dès que l’on parle médecin.
              Que faites vous pour modifier le système de sécu?
              Je suis payé par les patients qui sont remboursés par la sécu et de moins en moins bien malgré des hausses de cotisations.
              25 EUROS une consultation. Le prix le plus bas d’Europe.
              Vous allez évoquer le déconventionnement.
              J’y pense et ce n’est pas aussi simple que vous le croyez.
              Comme toute activité, vous devez apporter une valeur ajoutée à ce que vous faites pour sortir du lot.
              J’ai crée ma patientèle en travaillant énormément avec gardes et travaille tous les jours samedi et parfois dimanche ET vous?
              J’ai un cabinet avec un associé.Nous avons 2 secrétaires et une femme de ménage.Faites le calcul du cout.
              Je me forme sur mon temps de repos .
              Et vous ?

              1. albundy17

                Relisez mieux, je n’ai jamais écrit que les MG font 35 heures, cette loi les a par contre rendu vindicatifs sur leurs horaires, leurs vacances, leur lieu d’exercices.

                Je ne fais rien pour modifier le système de sécu, je n’en vis pas et n’ai aucun pouvoir, contrairement à vous, Docteur, qui entretenez ne serait ce que le numerus clausus via votre corporation, entraînant pénurie de médecin, et vos horribles horaires, tout ça pour garder votre clientèle, qui même désargenté vous rempli bien les poches sur le dos de la sécu.

                Les gens faisant 60 heures par semaines sont légion, mais dans les autres activité il n’y a pas de conventionnement, il y a comme vous l’évoquiez, la valeur ajoutée pour sortir du lot. Peu de ceux ci arrivent à vos niveaux financiers, que vous soyez bon ou mauvais, aucune caste nous garanti l’emploi par manque de prescripteur de doliprane.

                Vous pensez être le seul à avoir bossé pour créer une patientèle captive, c’est faire peu de cas des 12 % de la population vivant au sein de l’artisanat et devant elle, se battre chaque jour et à chaque intervention pour conserver sa CLIENTELE, le samedi, le dimanche, ainsi que les jours fériés, vu que les artisans n’ont pas de services d’urgences prenant le relais.

                Votre remarque sur un échec ds les études est exactement du même acabit que les ponx rétorquant inlassablement devant la critique de leurs avantages indus que nous n’avions qu’à passer des concours.

                Ne pas oublier que premièrement, la voie médicale ou tamponneur de cerfa n’est pas forcément la panacée pour toutes et tous, et oui, y’en a des qui préfèrent autre chose, secondo, faire MG ne nécessite pas d’intelligence particulière, ce n’est que de l’apprentissage par coeur patho –> molécule, il y en a un paquet qui feraient bien de redescendre de leur piédestal et dégonfler têtes comme chevilles.

                Les 25 euros dont vous vous plaignez est le résultat de votre choix du fonctionnariat.

                Déconventionnez vous afin de retrouver votre liberté

              2. Opale

                Cher monsieur, venez donc vous installer dans le Lot, région bien plus paisible que la région parisienne. La patientèle n’attend que vous. Fixez votre consultation à 35 €, vous aurez toujours du monde, vu qu’il n’y a pas de médecin à 30 kms à la ronde. Vous ne serez pas obligé de vous taper les 60 h/semaine, 40 suffiront et votre qualité de vie s’en ressentira grandement.

              3. Bartleby

                Quand je disais que les MG exercent comme des fonctionnaires, je ne parlais pas précisément de leurs horaires, mais de leur manière d’exercer: n’écoutent pas ce que leur expriment leurs clients, ne cherchent pas à élargir leur point de vue face à des pathologies ou des symptômes qui échappent à leurs connaissances dépassées, ne suivent pas l’évolution de la recherche, et travaillent, vraiment, comme des fonctionnaires bornés, formatés, appliquant aveuglément les dogmes assénés par l’état et l’ordre des médecins.

                1. albundy17

                  « n’écoutent pas ce que leur expriment leurs clients,  »

                  Heuu, non, leurs très patients !

                  Mais ceux ci sont trop incultes.

                  « ne cherchent pas à élargir leur point de vue »

                  Rhooo, y’en a tout de même abonnés à Prescrire !

              4. Calvin

                @dpz

                Dr, je pense qu’il y a méprise.

                Ce n’est pas ici que vous verrez des gens critiquer les médecins libéraux.

                Quand certains parlent de la fonctionnarisation des médecins, ils évoquent :
                – le tiers payant imposé par les politiciens,
                – le numerus clausus imposé par les politiciens et syndicats de médecins (ces derniers peut-être la mort dans l’âme),
                – les contrôles, limitations du CA des médecins par la Sécu, donc voulu par les politiciens (Loi de Finances),
                – etc.

                Personne ne peut changer cela car :
                – le consentement est paraît-il total et irrévocable,
                – aucun candidat ne veut changer cela donc le vote est inutile,
                – reste le déconventionnement, .. illusoire car les impôts appauvrissent les Français et leur pouvoir d’achat est insuffisant.

                1. albundy17

                  « et syndicats de médecins (ces derniers peut-être la mort dans l’âme), »

                  mdr, chasse gardée, oui, cul et chemise également

                  1. Aristarkke

                    Mais ils sont tellement allés loin que maintenant plus aucun jeune médecin en installation spécialiste n’accepte de payer quelque chose « pour la patientèle » au vieux qui comptait dessus pour arrondir sa retraite.
                    Un mien grand-cousin, ophtalmo dinch’nord, a pris sa retraite (en continuant à assurer une journée/semaine) sans réussir à trouver autre chose et après beaucoup de patience qu’ une repreneuse (en l’occurrence) qui soit intéressée par autre chose que l’adresse (pour le montant du loyer très ancien), le numéro de téléphone et le matos qui était très récent (coûteux pour un ophtalmo). Quant à sa clientèle, installé de 73 à 2013 quasiment à la même adresse, aucun des candidats à la reprise n’a daigné la prendre en considération au motif (résumé) : pourquoi voulez-vous qu’on vous paye un droit d’entrée alors que n’importe quel ophtalmo travaille en moins d’un an avec un carnet de RDV rempli à donf, plusieurs semaines à l’avance…

              5. sam player

                @dpz

                « Vous allez évoquer le déconventionnement.
                J’y pense et ce n’est pas aussi simple que vous le croyez. »

                Donc en fait, être artisan c’est pas simple !
                Bah oui faut prendre des risques…

                « Je suis payé par les patients qui sont remboursés par la sécu… »

                Ne vous voilez pas la face, vous êtes payés par la sécu et donc fonctionnarisés.

                « J’ai un cabinet avec un associé.Nous avons 2 secrétaires et une femme de ménage.Faites le calcul du cout. »

                C’est votre choix, pourquoi pas aussi un responsable objets connectés et un coach fitness.
                ——-

                Ça ne court pas les rues les médecins libres (déconventionnés), preuve que la gamelle étatique est bien meilleure, quoi qu’ils en disent.
                Dieu se rit blablabla…

          2. MCA

            @dov kravi דוב קרבי 15 août 2018, 12 h 27 min

            Pour les très bons je plussoie pour les autres, sauf clientèle captive par manque d’offre, je demande à voir.

    2. Raoul Kermes

      >La bouffe est un terrain idéal pour les obsessionnels qui ont besoin de leurs rites pour s’imaginer garder un contrôle total et ainsi faire diminuer leur angoisse : quantité et qualité de lipides, glucides, protides, sels minéraux, vitamines, additifs… Tout cela à combiner ensemble ainsi qu’avec d’autres paramètres tels que environnement, climat, complexion du sujet, etc.

      C’est comme être cocu, on a comme un malaise dans les tripes, on le ressent mais on ne comprend pas d’ou ça vient. Alors on va chercher des raisons et peut être qu’en bouffant plus de soja et moins de viande en étant un parfait petit citoyen vivrensembleu respectueu de tous et de toutes etc…. et plus ça va moins on trouve plus on creuse sa tombe de cocu. 60 millions de cocus !

        1. Pheldge

          al, quand tu dis « 60 millions de cocus, je n’ai pas aidé au nombre » on comprend « j’ai pas été cocu » ! donc si c’est effectivement le cas, c’est Peggy que tu dois remercier !

              1. albundy17

                Ben ça doit être du vécu également, comment pourrais je savoir si j’ai été dans le camp des cornus ? Ou prétendre le contraire en cas de flagrance ?

            1. Pheldge

              non, j’explicite juste ton propos, pourquoi veux-tu me mettre dans cette histoire ? c’est ton affirmation, tu l’as mal présentée, et tu vois que je ne suis pas le seul à la comprendre de cette façon …

              1. albundy17

                Ben pheldge, c’est ton interprétation, tu n’est pas le seul, un deuxième s’est présenté ainsi, coup de bol, pas les autres….

                C’est gentil d’expliquer mes propos à ta sauce, mais comme tu n’a pas compris, je le répète, je n’ai pas pour habitude d’affirmer ce que les gens ont fait, ou pas, de leur vie, y compris ma femme, mon affirmation ne concerne donc que ma conduite de vie, pas celle de la peg.

                Bon sang, t’as des hémorroïdes en ce moment ?

                1. Pheldge

                  je te dis que tu n’étais pas clair dans ton propos, point. Tu n’es pas d’accord, c’est ton problème. Accepte de reconnaître que ton commentaire était ambigu, juste pour toi, je ne te demande rien, si ça peut t’aider à mieux t’exprimer la prochaine fois .

                  1. sam player

                    Aucune ambiguïté dans ce qu’a dit Al,.. et Harry l’a saisi de suite…
                    C’est d’ailleurs assez marrant et symptomatique Pheldge que tu insistes à ce point !… y a pas qu’avec moi je vois… hi hi tu lui demandes même de reconnaître que son commentaire était ambigu… tout le monde ne pense pas comme toi (schéma de pensée), reconnais aux autres le droit d’avoir un schéma de pensée différent, ce sera un grand pas… mais surtout que ton schéma à toi est très particulier (au niveau logique).

                    1. Pheldge

                      Il y a deux façons de lire son commentaire, une innocente et naïve, et la mienne, un peu plus réaliste … Il n’en demeure pas moins que de cette double lecture, découle une ambiguïté, même involontaire 😉

                    2. sam player

                      Pheldge, bah justement, si tu es réaliste, tu es sûr de ce que toi tu as fait… mais pas du tout de ce qu’a fait ta partenaire.
                      Pour ce qui est d’Elle, si tu en es sûr, tu rêves…

                      (c’était la Minute Nécessaire pour l’explication de texte)

                    3. albundy17

                      Aucune ambiguïté, je parle de moi, pas de ce qu’a pu faire quelqu’un d’autre en me plaçant dans sa tête et a faire des suppositions affirmatives, ce qui est dans ce cas totalement idiot

                    4. Pheldge

                      Pfffff… vous êtes relou, alors on va reprendre calmement : suivez bien avec le doigt :
                      albundy17 15 août 2018, 13 h 15 min
                      « 60 millions de cocus ! »,malheureusement, je n’ai pas aidé au nombre. lors je sais bien que vous aimez me taquiner, mais ici, c’est Al qui dit « je » … moi, j’ai rien à voir dans ce coup là, merci de me laisser en dehors !

                    5. albundy17

                      tu fais vraiment un blocage pheldge, relis, mais essaie de comprendre les mots « je » et « malheureusement », donc d’après ta lecture tordue je suis attristé que peg ne m’aie pas cocufié, bavala, c’est ta logique, alors que bien sûr, ce serait une affirmation totalement péremptoire, en aucun cas je ne peux affirmer qu’elle n’aie pas entaillé le contrat

                    6. Pheldge

                      bon, les enfants, on va arrêter, c’est pas la peine d’insister ! tâchez de soigner votre expression à l’avenir ! allez jouer aux billes, en attendant de mûrir ! 😉

                    7. sam player

                      Pheldge, je comprends mieux pourquoi tu te sens obligé de mettre de l’emphase dans tes com’… les îles toussa…

  9. Mildred

    « Paniquez devant vos corn-flakes » ou comme le suggère Pierre Rabhi, paysan-philosophe : « Si avant un repas, au lieu de se dire : « Bon appétit ! » on se disait plutôt : « Bonne chance ! » ?

        1. dov kravi דוב קרבי

          A ce propos, intéressant de constater que ceux qui ont le plus peur des médicaments — mettre en relation avec l’utilisation des charlataneries comme l’homéopathie et autres huiles essentielles — sont aussi les mêmes qui refusent la vaccination (la France est championne en ce domaine d’ignorance et de stupidité).

      1. P&C

        Apparemment, il a monté avec son assos « les amis de la terre » (ceux là, je rappelle, vois premier lien) une sorte d’éco village pour survivre à la fin du monde.
        https://jardinons.wordpress.com/2012/10/24/terre-et-humanisme-un-contre-point-critique/
        http://www.forumphyto.fr/2014/09/04/pierre-rabhi-decroissant-gourou-et-homme-daffaires/

        Pablo Servigne (auteur de « comment tout peut s’effondrer ») y vit, moyennant un prix d’entrée fort peu modique.

        1. MarieA

          J’ai lu le compte-rendu d’agriculteurs qui s’y sont rendus. Apparemment, on peut visiter. D’après eux, c’est une totale arnaque. Ils ne produisent quasiment rien et finissent même par le reconnaître si on les titille un peu. Leurs fruits et légumes sont infestés d’insectes, ont une sale gueule, etc…
          Bref, leur pseudo réussite n’existe pas, tout ça est une arnaque, mais où est la surprise? Qui peut vraiment croire que les agriculteurs de la terre entière s’emmerdent à utiliser des insecticides, désherbants et compagnie uniquement pour enrichir les sociétés qui les produisent?!?

          1. P&C

            Parce que ce sont de méchants productivistes, ou des ignorants manipulés par le grand capital ? Fuyez pauvres fous !

            Pr Bruno Parmentier (voir lien Thinkerview) mentionne les pertes agricoles dans les pays en voie de dev : l’absence de traitements et d’infrastructures cause entre 25% et 50% de pertes récolte et post récolte, à cause des maladies, pestes et autres rongeurs.
            https://thinkerview.com/bruno-parmentier-nourrir-lhumanite/

            L’autre question est celle de la main d’œuvre. Le mas de T&H tourne aux stagiaires, comme la ferme du bec Hellouin (sur laquelle l’INRA s’est basée pour voir si la permaculture pouvait nourrir le monde). Les méthodes qu’ils utilisent sont gourmandes en ouvriers agricoles ; comment s’en sortiraient ils s’ils devaient les payer, ne serait-ce qu’au SMIC ?

            1. Vassinhac

              Le Bec Hellouin a le mérite d’être techniquement plus intéressant, même si le rapport économique est limité. Les méthodes sont au moins employables par des particuliers (qui ne comptent donc pas dessus pour vivre) pour faire leur jardin, ce qui est un passe-temps comme un autre.

            2. douar

              Bruno Parmentier n’est pas « Pr », ni même économiste comme on le nomme parfois dans les médias.
              Pour l’avoir vu à l’oeuvre, je dirais qu’il séduit au loin, il irrite au près pour reprendre Raffarin au sujet de Ségo.

          2. Bonsaï

            Il y a une différence aujourd’hui reconnue entre engrais-pesticide commun et bio. Le premier ne cible que le but escompté sans considération des éventuelles conséquences alors que le second se préoccupe aussi de la préservation de l’environnement.

            1. albundy17

              Bonsaï, il y a des produits nomenclaturés bio et cependant des catastrophes écologiques, par exemple le sulfate de cuivre…

            2. Bartleby

              Veuillez m’en excuser, mais vous avez tout faux, c’est même tout l’inverse. Pour mettre à jour vos informations sur ce sujet, je vous recommande aimablement de regarder la vidéo de l’article, très bien faite.

            3. sam player

              @ l’arbre
              Symptomatique de qqune qui ne lit jamais les liens mis dans les articles… 

              « …une différence reconnue… »
              Par qui ? Toi ?

          1. albundy17

            J’avais lu cet article il y a un bon moment, je l’ai relu, et j’ai repassé un bon moment de rigolade.

            A mon avis, ces gens devraient s’associer avec le Herrou passeur, ça ferait des bénévoles mais subventionnés.

            je retombe sur leur chiffres, 200 m² de terrain nourrissent 4 personnes.

            Ha !

            En patates de conservation, histoire de pas mourrrir quand la bise elle est venue, la culture intensive avec les produits pas bien pour gaïa donnent 500 grammes par jour et tête de pipe, ou 70 grammes de blé, pour les gourmets.

            Je ne mange pas beaucoup, mais tout de m^me ^^

            1. Bonsaï

              Je renonce à argumenter face à des irréductibles et vous laisse libres de vous empoisonner avec des aliments dénaturés et trafiqués par l’industrie agro-chimique…

              1. P&C

                Disons qu’entre Monsanto et les illuminés du Mas de T&H, il y a sans doute un juste milieu…
                Travaillant dans l’agro, je suis moi même dégouté par les méthodes utilisés, mais elles sont une conséquence de l’exigence de productivité, de prix bas, d’exigences consommateurs (calibres, forme, esthétique), de normes parfois ubuesques, et du tabassage fiscal.

                La question de la main d’œuvre est essentielle : nos ancêtres utilisaient des systèmes en co culture pour doper les rendements et lutter contre les parasites (par exemple, le fameux système aztèque Mais+haricot+courge), mais c’est tellement gourmand en main d’œuvre que les fermes étaient soit toutes petites (et les paysans n’en tiraient pas beaucoup de revenus) soit immenses et travaillées par des esclaves.

                On oublie souvent la nourriture des esclaves mécaniques et organiques.
                Les esclaves mécaniques (oui, car robota en tchèque signifie esclave) mangent du sous sol (des minerais et du distillat de pétrole), et logent dans une grange. Bref, ils nous laissent presque tout le sol.
                Ce n’est pas le cas des esclaves organiques (chevaux de trait et autres bovins flatulents) : un animal au travail mange des céréales (et ça mange bien plus que 2000 calories par jour). Il faut donc, à la surface agricole, ajouter de la surface pour cultiver les plantes qui vont servir à nourrir les animaux de trait.

                Pas pour rien que le minimum forestier en France est atteint en 1830 : en mettant des machines à la place des bœufs, on a pu remettre de la foret.

                1. simple-touriste

                  « d’exigences consommateurs (calibres, forme, esthétique), »

                  Consommateur ou grande distribution?

                  Quel consommateur « exige » cela?

              2. MCA

                Bravo petit arbre, bien envoyé! :o))))

                @l’al

                200 m2 pour faire vivre 4 personnes, oui, c’est possible mais sur 5 étages .

                Mon côté survivaliste s’est longtemps posé la question de la surface nécessaire pour faire vivre deux personnes et j’en suis arrivé à 500 m2 et un sacré travail pour arriver à quelque chose car la nature est impitoyable.

                Et je ne parle que de fruits et légumes, pas de viande.

                Alors 200 m2 par personne, m’est avis que les bénéficiaires n’iront pas consulter pour obésité…..

                1. albundy17

                  « 200 m2 pour faire vivre 4 personnes, oui, c’est possible mais sur 5 étages . »

                  ^^

                  oui, en hydroponique, il y a une formidable usine à salade, japon il me semble, zero pesticides (tout est fermé), je ne me rappelle plus les chiffres de production, mais c’est hallucinant

                  1. bibi

                    Vous imaginez ce qu’il adviendrait si l’idée prenait aux japonais de faire pareil avec les bonsaïs?
                    Un fléau pire que Godzilla s’abattrait sur nous!

                    1. albundy17

                      Si j’avais de la thune, je ferais construire direct ce genre de bâtiment.

                      J’ai (re)jeté un oeil, la première usine à salade (2013), c’était 21.000 salades/jour, a moyen terme la boite prévoit 500.000 laitues par jours ! zéro pesticide, de quoi inonder Paris bobo et Bonsaï !

                  2. Aristarkke

                    « Si j’avais de la thune, je ferais construire direct ce genre de bâtiment. »
                    Avec une bonne desserte en électricité aussi car tout y pousse en lumière artificielle dosée en permanence pour la gestion des maturités échelonnées des plantes…

                    1. Pheldge

                      t’inquiète, il mettra une éolienne, et des panneaux solaires, pas tant pour le rendement que pour la subvention !

                2. Gosseyn

                  MCA, si vous étiez en  »période survivaliste », vous disposeriez de beaucoup plus de 5 ares à cultiver ! Parce qu’il faut rester logique jusqu’au bout : si des événement tendant à susciter cette disposition, en tant que nécessité, surgissaient, il y aurait déjà beaucoup moins de bouches à nourrir … surtout dans les villes.

                    1. MCA

                      @Aristarkke 16 août 2018, 16 h 55 min

                      Sans aucun doute.

                      En ville je n’ai pas de terrain donc pas de possibilité, à la campagne environ 500 m2 cultivables dont seulement 200m2 cultivés pour l’agrément et 8 arbres fruitiers.

                      Quand je disais « un sacré travail » je sous entendais que si on doit se remuer les 200 m2 à la bêche, on consomme certainement plus de calories à le faire que de calories récupérées dans les aliments produits, ce qui pose problème.

                      D’autre part rien ne pousse sans rien; les végétaux il faut les nourrir.
                      Soit avec des engrais chimiques, soit avec de engrais naturels qu’il faut se procurer, transporter et étendre.

                      Autre problème majeur, l’eau. Sans eau pas de légumes, aussi j’ai veillé à avoir un puits sur cette propriété.

                      Un ordre d’idée, en 4 mois de printemps+été, pour 200m2 j’ai consommé 25 m3 d’eau; ce qui n’est pas rien. J’attends début octobre pour faire le bilan mais ça devrait avoisiner les 35m3 pour la saison… 35 tonnes d’eau!

                      @Gosseyn 16 août 2018, 14 h 58 min

                      « vous disposeriez de beaucoup plus de 5 ares à cultiver ! »

                      Le cultiver comme je viens de l’exposer est difficile d’autant que le résultat n’est pas garanti alors que le besoin de manger est impératif , mais garder sa récolte pour soi est tout autant difficile.
                      Un îlot de prospérité dans un océan de misère doit être très délicat à gérer.

                      Par contre résidant près de la mer, pour qui sait pêcher et ramasser les fruits de mer, les protéines sont garanties, ce qui est un gros plus.

                    2. albundy17

                      « on consomme certainement plus de calories à le faire que de calories récupérées dans les aliments produits, »

                      On va dire 400 calories de l’heure pour le bêchage, c’est un croissant au beurre… Ce doit être forcément rentable sinon nous n’existerions pas…

                      Nourrir les végétaux, tu veux dire, comme les forêts qui survivent grâce à l’azote que l’on épand ? 😀

                      Pis tu peux faire pipi (bourré d’azote, ma pelouse pousse grave la ou je pisse en général) et popo, ça fait parti du cycle.

                      La flotte reste la seule inconnue, nous en sommes à 572 mm de précipitations cette année sur les 800 que le ciel nous délivre annuellement, on va sans doute dépasser les standarts

              3. bibi

                Nous nous empoissonnons tellement avec les produits de l’industrie agro-chimique que l’espérance de vie continue à progresser, ils doivent pas être très efficaces leurs poisons par contre dame nature en produit de très efficaces.

                1. MCA

                  @l’al

                  « Nourrir les végétaux, tu veux dire, comme les forêts qui survivent grâce à l’azote que l’on épand ? »

                  Te voilà xylophage à présent?

                    1. MCA

                      @albundy17 16 août 2018, 19 h 16 min

                      J’ai surtout compris que l’agriculture conventionnelle (qui me nourrit je précise) utilise moult engrais et certainement pas pour uniquement engraisser les chimistes, mais plutôt les légumes des étals.

                      J’ai fait l’expérience et voici ce que ça donne :

                      Si tu prends une terre laissée en friche et que tu la cultives; la première année tu obtiens de bons résultats, mais les végétaux cultivés captent les éléments nourrissants et donc épuisent la terre.
                      La seconde année si ne compenses pas par un apport les pertes de l’année précédente, tu te retrouveras avec des légumes rachitiques de peu d’intérêt; d’où la nécessité absolue d’engraisser cette terre.

                      Pour cela il existe différentes méthodes d’où ma remarque.

                      Pour résumer, dans la culture des végétaux si tu ne mets rien, tu n’obtiens rien.

                      Avec ma potion magique j’ai obtenu cette année des tomates dont l’une d’elles faisait 640 grammes, les autres tournaient aux alentours de 400 grammes pièce.

                      ________________________________
                      D’autre part en ce qui concerne l’urine, certes elle contient de l’azote mais surtout du phosphore, élément indispensable à tout cycle vivant.

                      J’avais vu un reportage concernant l’Inde où certains villages collectaient l’urine humaine et après traitement chimique en extrayaient les composés phosphorés sous forme d’une poudre blanchâtre recyclée ensuite dans la culture des légumes.

                    2. albundy17

                      « La seconde année si ne compenses pas  »

                      MCA, tu viens de réinventer la rotation des cultures, avec la quatrième année le fourrage, mais bon, sur nos maigres parcelles…

                      Et tout cela ne donnera que la tomate d’agrément, c’est un boulot à plein temps que d’observer les légumes et fruits pousser, en fait je me demande même comment nous avons passé le néolithique, sans doute lassé de cueillir et de chasser, avons délégué une partie du taff au genre 1, flotte et ceuillettes

                2. BDC

                  Les agriculteurs ont une meilleure espérance de vie que la moyenne française, malgré les suicides. La MSA et le crédit agricole tuent bien plus sûrement que les pesticides.

                  1. Pheldge

                    Et je le dis ici, haut et fort, ne compte pas sur moi, ô végétale Helvète, pour en débattre avec toi ! Je ne me laisserai ni intimider, ni manœuvrer !

                1. Bonsaï

                  Entre le régime carnivore et le régime végétarien, il y a toute la distance entre le stade primitif, voire préhistorique, et le stade civilisé. Vous n’avez que l’embarras du choix…

                  1. sam player

                    Wah je suis un homme préhistorique suivant les critères de l’arbre nain…
                    J’attends quelques années pour voir la dégénérescence des végétariens… Il y a quelques signes déjà ici…

              1. albundy17

                Umpfff, je n’ai pas lu jusqu’au bout, je n’ai pas pu.

                « Il en ressort que ces peuples ont beaucoup de temps pour les loisirs, dorment pas mal, et travaillent bien moins que leurs voisins agriculteurs. »

                C’est très vrai !

                bon, les loisirs c’est curage de nez et trouver des feuilles pas trop urticantes pour se torcher, mais bon, pourquoi pas.

                Chasseur cueilleur pour 7 milliards d’individus, j’ai comme un doute…

          2. Higgins

            Idem. J’aime bien les vibrations cosmiques ou équivalent qui devraient faire pousser les légumes tout seul. Comme on dit en Provence: « Ils sont gentils, on les aime bien au village! ».
            Plus sérieusement, qu’ils débloquent graves dans leur coin ne me gêne aucunement. Par contre, quand ce genre d’individus obtient
            pignon sur rue au plan politique m’inquiète un tantinet. Ils devraient vraiment aller faire un tour dans l’Afrique profonde pour comprendre.

            1. albundy17

               » qui devraient faire pousser les légumes tout seul. »

              Il doit cependant exister un fond de culotte vérité, j’entendais régulièrement, lorsque j’étais au cp, que les tomates rougissaient à la vue de la lune 🙄

              HB pourrait sans doute nous éclairer, non avec son postérieur, mais de ses éventuelles constatations de semis en fonction de la lunaison.

              L’astre nous influence, en tout cas ma femme et les loups garou, blés et topinambours doivent y être vraisemblablement sujet également, non ?

            2. MCA

              @Higgins 16 août 2018, 17 h 04 min

              Rhabbi a conseillé et dirigé des expériences de cultures en Afrique profonde pour rendre les villageois à peu près auto-suffisants et d’après ses dires avec succès.

              Cela dit, je ne suis pas allé vérifier ni n’ai suivi l’affaire…

              1. Pheldge

                le succès a dû être retentissant, qu’on n’en ait jamais entendu parler dans nos médias, pourtant à l’affût de ce genre de nouvelles ! Et bien sûr un pareil succès a apporté à son inspirateur fortune et gloire, pour avoir fait faire un grand pas aux pays africains concernés par les expériences, qui sont maintenant, non seulement auto-suffisants mais aussi exportateurs ! finies les famines en Afrique ! que n’est-il nobélisé ?

                1. MCA

                  « qu’on n’en ait jamais entendu parler dans nos médias »

                  Normal, tu fais partie de la France, pas de l’Afrique! :o))))

              2. Higgins

                J’ai lu les articles mis en lien sur ce sujet. Mis à part que le journaleux déclare que c’est génial, on n’a rien d’autres. Les africains sont très pragmatiques. Si c’était si génial, ça aurait essaimé et il n’y aurait plus de malnutrition en Afrique.

              3. Calvin

                @MCA et Flaghenheimer

                Pierre Rabhi a eu les « honneurs » (ironie puissance mille) de faire la Une du Monde Diplomatique, pourtant si bobo et ecoconscient.
                Au final, une vraie arnaque.

                À lire le résumé ici :
                blogs.mediapart.fr/brigitte-pascall/blog/300718/larnaque-pierre-rabhi

    1. bibi

      C’est vrai qu’il en faut de la chance dans ce pays aujourd’hui avant de passer à table, avec 0.65 décès par an pour 100`000 hab suite à une intoxication alimentaire, c’est juste 33% de moins que le taux d’homicide volontaire qui lui est de 1 par an pour 100`000 hab.

      1. Mildred

        Vous m’excuserez auprès de votre belle-soeur pour avoir créé tout ce ramdam sur ce monsieur que, finalement, je ne connais ni des lèvres ne des dents !

  10. calal

    j’ai bien ri avec ce truc de notation quand j’ai vu un pot de miel recevoir une mauvaise note parce que y avait trop de glucide dans l’aliment…

    1. Bartleby

      Le saviez-vous?
      Pour respecter la recommandation de ne pas manger trop salé, des marques se mettent à vendre du sel allégé en sodium. Pour compenser, ces sels de table « allégés » contiennent du sucre…
      Etonnant non?

  11. n

    Tant que toute cette cohorte de pastèques névrosées donne des recommandations et des conseils…ça va encore.
    Ceux qui se coltinent le réel se débrouilleront toujours pour avoir de la marchandise en dessous des coûts de productions.
    De toutes façons cette bande de connards est incapable de mettre en pratiques ses princeps de culture car la terre est trop basse et la boue salissante.

    Ou ça va devenir coton est qu’ils ont tout infiltré et commencent a vraiment peser sur le législatif … ils ont le temps, n’ont pas de vrais activités utiles à la société donc trustent tous les postes associatifs et politiques, ces cancrelats.

    Il n’est pas invraisemblable de penser qu’ils arrivent à faire chuter les rendement agricoles dans un monde en croissance démographique et ainsi prouver par l’absurde l’absurdité de ce qu’ils racontent.

    1. douar

      « qu’ils ont tout infiltré et commencent a vraiment peser sur le législatif »
      exact; une de mes connaissances, prof en lycée agricole , me faisait part de son agacement devant les nouveautés (pas techniques), usines à gaz devant être mises en place par les agriculteurs pour bénéficier de labels environnementaux, usines à gaz vite abandonnées tant la mise en oeuvre est complexe. Cependant, les élèves du lycée doivent être au courant car aux examens, ces sujets tombent à tous les coups, histoire de bien montrer que c’est l’administration qui décide.

  12. UnLorrain

    @ MCA

    Voyez  » Geispe ou monotarcie  » dans Google ( je ne visite plus ses blogs je manque de temps )
    Je me souviens y avoir lu qu’il dit être autonome alimentairement a 100 % et il n’affabule pas a mon avis..il est logiquement végétalien et ne fait que des essais de culture céréales, ne mange pas de pain entre autre produit issu de céréales. ..

  13. taisson

    En supposant l’autarcie alimentaire possible, elle ne repose que sur la propriété privée et garantie d’une surface minimum par individu, dans une zone climatique favorable…
    Imaginez vous un petit milliard de gens affamés débarquant dans vos potagers !!
    Bien sur, plus d’armes pour les dissuader,, puisque la propriété, ou même la jouissance privée c’est mal… plus de chiens méchants, juste des loups gentils et quelques ours!
    Face à la croissance de population, c’est vraiment le moment d’étudier les moyens de revenir aux rendements du moyen age !
    Une seule réflexion à vous faire me vient…Bandes de crétins !!!
    La nourriture de luxe, soit disant de qualité, pour les nouveaux aristos, et la bouffe  » repas complet » dument estampillée bio et autre, en tube pour la plèbe !
    Et tous ces cons se disent humanistes, et partageurs….
    Mrd !!

    1. Nemrod

      Ce ramassis de pédagos à la noix qui constituait les gros bataillons socialos et qui sont maintenant passé LREM sont en passe de pouvoir faire appliquer leurs préceptes.
      Préparez vous au pire ; il n y a rien a attendre de positif de ces connards.

  14. albundy17

    Rhooo, Ari, de quoi laisser songeur, la SEC suis de près le Musk (essentiellement pour des défauts d’informations) et parmi les interrogations figure un vol de 37 millions de us$ de cuivre.

    T’étais où en début d’années, hein ????

    1. Aristarkke

      Sur le strict plan boursier, Tesla est une gigantesque bulle spéculative car il n’y a aucune logique financière à ce qu’une boite automobile (sans profits honteux ou non) vaille en capitalisation boursière 52 Md$, davantage que Ford : 38 Md$, par exemple, alors que la seconde aligne un CA 2017 de 145 Md$ et un résultat net de 7,6 Md$ contre un CA 2017 de 11,8 Md$ et un RN négatif de presque 2 Md$.
      Le PER est de seulement 6,57 pour Ford contre un tendant vers l’infini pour Tesla.
      Comme en plus ses ennuis industriels sont sur la place publique depuis des mois, il faut vraiment y croire pour rester investi dans Tesla et espérer une plus-value quelconque à moins d’avoir été un actionnaire de la toute première heure.

      1. sam player

        Harry, sur Tesla :
        En 2000 tu disais certainement la même chose de Google et plus récemment d’Apple (certains l’ont enterré il y a 2-3 ans quand Samsung est arrivé sur le marché), où Amazon ou FB qui était survalorisé lors de son introduction il y a 5-6 ans à $38… et qui a fait 4 fois là…
        Ce genre d’investissement ne se fait pas en bon père de famille après étude des ratios mais en mettant une même somme sur une dizaine d’entreprises et en se disant qu’au pire une seule qui réussit remboursera 10 fois les autres.

        1. Aristarkke

          En 2004, quand Google s’est fait coter en bourse, elle existait depuis six ans mais réalisait déjà un CA de 850 M$:trimestre soit 3,4 Md$ /an avec une capitalisation initiale de 19 Md$ à son entrée en Bourse.
          Mais elle avait déjà 3.000 employés et une notoriété fantastique dès avant.
          Bref, le business tournait à plein déjà (voir l’histoire de la société dispo sur Wikipedia).

            1. Aristarkke

              « Notoriété fantastique ? »
              Google en français est disponible depuis 2000.
              En 2004, il est aussi disponible en un peu plus de cent langues…
              A part cela, il sert à plus de 90% des internautes de ce pays…
              Je te remets en mémoire que j’opère avec Bing, ce qui m’a déjà valu de la commisération de ta part d’être aussi décalé par rapport au cas général (le tien?), pour le dire aimablement…
              Malheureusement, je n’opère pas sur le Nasdaq ou le Nyse parce que les courtiers grançais prennent tous (alors qu’ils sont filiales de banques oeuvrant aux USA) des commissions fixe+ pourcentage+frais de change (ou gestion d’un compte espèces en $) beaucoup trop lourdes pour les ordres < 5 à 7500€ (selon les contrats).
              Tu as un néerlandais D. G… au nom italien qui propose des commissions alléchantes mais qui reste peu clair sur l'entité qui détient les titres électroniques boursiers, les actions étant dématérialisées.

              1. sam player

                Rhooo t’as pas pu investir alors… dans une entreprise à la notoriété fantastique et ce sont les frais qui t’ont arrêté alors que l’action a fait fois 15…

                1. Aristarkke

                  Je mettais à l’époque moins d’argent que maintenant because j’avais ma part du crédit de la maison à assumer surtout qu’à l’époque les frais de commission sur mouvement achat ou vente en base étaient déjà de l’ordre de 5 à 6% minimum sur Paris.
                  Ils sont actuellement de moins de 2% en moyenne avec des droits de garde, de compte titres, etc… plus élevés aussi.

        2. Aristarkke

          Tesla, en opposé, c’est du conte de fées (et probablement des comptes de fées mais pas du logis).
          Elle produit des voitures depuis 2008 mais la sortie de niche se fait à partir de 2012 avec son modèle S, produit à 200 k exemplaires en six ans… pour le monde entier…
          Depuis 2015, cette entreprise part dans tous les sens et devient incompréhensible quant à la stratégie suivie :
          En 2015, elle se lance dans des batteries fixes pour habitations dites Powerwall
          En 2016, elle annonce un nouveau modèle plus économique, « le modèle 3 » qui lui vaudrait plus de 370 k commandes. Mais il lui faut un an pour commencer à concrétiser la production et honorer les premières commandes.
          En 2016, Tesla acquiert Solar City, ce qui ne démontre pas un esprit aigu avec flair avéré alors que les producteurs non chinois de matériels photo-voltaïques sont déjà en train de péricliter, pas encore suivis pas les chinois mais qui y viennent depuis aussi.
          Au printemps 2018, Tesla annonce les énièmes pertes trimestrielles et annonce également virer près de 10% du personnel. Cela fait un peu désordre, non, alors qu’il est juré de partout que Tesla va mieux que bien, comme disait l’autre, sachant comment cela s’est terminé…
          Il a fallu attendre juin 2018 pour atteindre l’objectif initial des 5.000 Model 3 / semaine.
          Espérons que la qualité d’assemblage n’a pas souffert des multiples remaniements intervenus sur la chaîne de production dont une moindre autonomisation et la mise en place (en catastrophe) d’une chaîne auxiliaire.
          Par ailleurs, il se trouve des infos selon lesquelles Musk rêve à des camions électriques et des usines géantes à droite et à gauche dans le monde (cinq au total dont deux existantes aux USA mais la seconde non terminée bien qu’utilisée, une en gestation finale en Chine et deux autres « ailleurs »).

          1. sam player

            Merci, c’est caissekejdi… tu viens de décrire comment procède le bon père de famille…
            Maintenant tu peux relire mon commentaire…

        3. Aristarkke

          Avec Tesla, je n’appelle pas cela un investissement mais une mise de casino.
          Effectivement quand tu tombes sur le bon numéro, cela paie très bien.
          Yapuka…
          Mais si c’est juste pour te rembourser des autres pertes sans plus… Bof! 😕

          Je me permets de te rappeler que Warren B., avec sa vue basse, sa dégaine de savant Cosinus et ses principes (que certains dans les années 2000 trouvaient alakon), arrive fort bien à faire progresser ses petites affaires au ravissement de sa clientèle sans être le moins du monde un spéculateur aimant le risque déraisonnable. Bien au contraire.

          Il n’investit dans Apple que depuis deux ans tout au plus mais en a déjà 5% (il en a les moyens, disposant actuellement d’une trésorerie à investir dans les 120 Md$.

          Il détient donc actuellement une participation de 50 Md$ qu’il aurait acquise pour 31/32 Md$

          1. sam player

            « Mais si c’est juste pour te rembourser des autres pertes sans plus… Bof! « 

            Un problème de lecture Harry ?

            « une seule qui réussit remboursera 10 fois les autres »

            1. Aristarkke

              Yapuka ne pas se tromper sur la totalité de ses choix, n’est-ce-pas???
              Y avoir notamment inclus la pépite dont personne ne voulait à l’origine et éventuellement avoir la patience de la laisser aboutir.
              Un quart de siècle de patience avec Amazon en n’oubliant pas qu’il y a eu du retard (et pas qu’un peu) à l’allumage des boosters…

              C’est effectivement une stratégie patrimoniale comme une autre mais ce n’est pas la mienne. Je suis besogneux et prudent, trop pour toi, probablement.

              1. sam player

                Nb, je te faisais juste part du fait qu’il y a d’autres méthodes d’investissement… je ne juge pas (sinon dis moi où stp)

                  1. Pheldge

                    Justement, ça tombe bien, sam va nous raconter comment il a fait fortune par ses placements judicieux, avec une grosse prise de risque et donc un gros rapport … euh, de temps en temps ! 😉

  15. Aristarkke

    Aulnas chez Contrepoints : la Grance hurlerait à la disparition de la SS… Dix millions de personnes dans la rue, etc… (Et les 55 autres millions, cela compte pour du beurre, surtout au prix qu’il est ???)

    Il n’y aurait donc absolument aucune alternative à ce monstre, selon ce « libéral » qu’il ne faille surtout pas le remettre en question et envisager de le remplacer par une véritable assurance-maladie et une véritable assurance retraite et non un outil de redistribution new-look.

    Quand je pense que j’ai eu des commentaires flingués chez eux pour bien moins heurtant de la doxa (du moins celle qui est pensée comme étant en vigueur chez eux)
    [mon commentaire reprenant l’article est au purgatoire, vu la dangerosité connue du site 😉 ]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.