[Redite] Bonnets Rouges : et la presse prit parti

Billet initialement paru le 13 novembre 2013

Il y a cinq ans tout juste, la colère des Bonnets Rouges agitait la France. On s’en rappelle : l’issue de ce mouvement fut la disparition d’une écotaxe bien poivrée qui menaçait de s’abattre violemment sur les routiers (puis, plus tard, sur les automobilistes) au prétexte déjà fallacieux de lutter contre la pollution, le climat qui change et les écrouelles.

À l’époque, la Presse, aussi neutre que ses subventions étatiques massives le lui permettent, avait fait preuve d’une retenue héroïque en ne qualifiant le mouvement que de poujadiste et à l’évidence fomenté par des individus populistes et démagogiques.

Toute ressemblance avec les Gilets Jaunes de cette année s’arrête là : chacun sait que ces derniers sont, en plus d’être poujadistes, carrément nazifachos en plus d’être d’estrème-drouate populiste et veulent résolument la mort de la planète ainsi que des générations futures en leur proutant du gros diesel au museau.

Ah, qu’il fait bon vivre dans ce pays où les organes d’information font un si remarquable travail !

Tiens, il semblerait qu’enfin, après une analyse aiguisée, précise et pointue, menée en grande partie par les puissant calculateurs Médiavac 2013 et Politron-17.88, l’insupportable mouvement de grogne qui prétend s’étendre en France soit en réalité le résultat d’une énième petite poussée poujadiste de l’une de ces franges nauséabonde de la droite poussiéreuse venue directement d’un siècle passé et qu’on croyait oubliée.

Intéressante succession d’événements. Depuis que certains Bretons se sont achetés des bonnets rouges, la France regarde, de plus en plus surprise de se découvrir une âme rebelle, elle qui a pourtant coupé la tête de ses rois, démis plus d’un politicien et envoyé par dessus bord un nombre considérable (et même, à bien y réfléchir, comique) de constitutions, de systèmes politiques et de dirigeants en l’espace de deux siècles.

Et alors que la France regarde, elle semble vaguement sortir d’une torpeur qui l’aura poussée à accepter un peu tout et n’importe quoi, à commencer par une série de dirigeants de plus en plus consternants à mesure que le temps passait.

hollande 100 pct ridicule

Tout a commencé, on se le rappelle aisément, par le constat de plus en plus inquiétant d’un nombre violemment croissant de faillites dans l’Ouest français. Et avec ces faillites, les esprits locaux se seront rapidement rendus compte que la situation économique, déjà tendue, s’était subitement aggravée avec l’arrivée prochaine de l’écotaxe, qui transformerait de fait certaines exploitations tout juste rentables en gouffres financiers faillitaires. Oui, cet État, alpha et oméga de la vie en France et en Bretagne, allait signer l’arrêt de mort à petit feu et par rage taxatoire à un nombre grandissant d’entreprise. Zut alors.

nono démonte-bourg mittalEt cette région, qui avait assez majoritairement voté pour le candidat pédalo-flambyste, se retrouvait à hurler son désespoir sans recevoir en retour la moindre once d’écoute. Peut-être les Bretons se seraient-ils contentés d’un Montebourg, état neuf, très peu servi ; peut-être le crachin local s’harmonise-t-il mal avec les heures de capilliculture biocosméticienne nécessaires à la vague joyeuse de poils ombrageux qui ornent courageusement le crâne du trop frétillant ministre ; peut-être ce dernier n’a pas eu le temps, entre deux frétillances pour Mittal ou Goodyear, d’aller jeter un œil. Toujours est-il qu’il n’aura pas fait l’effort d’aller voir sur place s’il y était. Ça tombe bien : il n’y était pas, pas plus que tous les autres ministres et élus d’importance. Seul un petit Mélenchon rabougri se sera pointé pour prendre un pot avec ses trois amis locaux, roter un coup et insulter les Bretons.

Et puisque la gronde avait compris, confusément, que certains des dépôts de bilan n’étaient pas dus à autre chose qu’au poids des taxes et autres vexations fiscales parfaitement inouï, il n’était que logique que certains des Bretons fassent un détour champêtre par-ci par-là et détruisent proprement ce que l’envahisseur bobo-parisien écolo-compatible tentait de faire passer pour une mesure idoine afin de réduire la pollution.

La presse, devant un tel spectacle, s’est retrouvée rapidement dépassée. Des ouvriers, des salariés, des employés, des agriculteurs, des gens qui, finalement, ne sont ni des patrons, ni des capitalistes, ni de futurs expatriés fiscaux, qui se plaignent, en territoire français, que les taxes seraient arrivées à un point trop élevé ? Oh oh oh. Qu’allez vous croire-là ?

Pignouferies de presse

Les premiers éditos sont donc hésitants. On détecte un souci : à trop donner la parole à ces agitateurs, certains pourraient comprendre que oui, ces portiques écotaxe ne sont que le début d’une traque permanente des usagers de la route. Certains pourraient comprendre que les camions ne sont que le début de la ponction. Certains pourraient comprendre que, normalement, les impôts locaux, les impôts directs et indirects, les sommes colossales qui sont prélevées partout, tout le temps, par l’État et les collectivités servent déjà, largement, à payer la maintenance de ces infrastructures. Certains pourraient se rappeler qu’en vertu du principe de non affectation comptable de cette taxe, il n’y a en réalité aucune chance qu’elle serve en priorité à la réparation des routes que les méchants camions détruiraient à chaque passage, les vilains.

Certains pourraient alors se rendre compte que l’écotaxe n’est qu’un prétexte pour taxer encore plus. Certains pourraient se rendre compte qu’il ne s’agit que d’une étape pour tabasser encore un peu plus les entreprises, puis les particuliers, en se gargarisant à la fois de remarques moralinées sur la Nature, les petites fleurs, le méchant CO2 qui n’est pas un polluant mais qui est supayr pratique pour faire peur, et sur tous les beaux services publics (que le monde nous envie mais ne nous copie pas) que le pays nous concède dans sa magnanimité moyennant une ponction de 53% de notre richesse.

Bref : à trop donner la parole aux contestataires anti-taxes, on risque, très clairement, de tomber dans le vilain poujadisme, ou, pire encore, à faire plier le gouvernement devant l’hydre ultranéolibérale, celle qui réclame toujours plus d’austérité, de sacrifices d’enfants solidaires dans le sang d’ouvriers éco-conscients.

portique multitaxe Bercy

small double facepalmLa première phase de réplique fut donc, tactiquement, de faire porter le chapeau à la précédente équipe en place. D’une part, c’est connu, les absents ont tort, et d’autre part, une taxe supplémentaire, ça ne peut qu’être de droite (tout le monde sait qu’à gauche, on ne spolie pas les petits, les ouvriers, les faibles). Et ça tombe bien, en plus, la première mouillée dans cette affaire fut NKM, candidate à la mairie de Paris avec son programme kikoolol. Avec une telle cible, la presse se déchaîna.

small facepalmManque de bol : s’il est évident que l’ensemble de l’affaire Ecomouv’ / Ecotaxe a été troussé comme à l’habitude, à la hussarde et dans un champ de foin encore humide, les erreurs et connivences habituelles ne sont malheureusement pas suffisantes pour incriminer plus que ça la droite, l’UMP ou même NKM. Zut alors. Pire encore, enquête menée, on se rend compte que les protagonistes du sulfureux dossier sont encore en poste pour la plupart (comme le directeur de cabinet de Cécile Duflot, une autre belle cible, malheureusement encore dans le gouvernement et officiellement à gauche, donc intouchable). Zut et rezut.

Consternation, un partout, la balle au centre, ça n’ira pas, d’autant que la contestation continue de monter, tient bon et s’envenime. Il faut faire quelque chose, mes petits amis, cela ne peut plus durer. Regardez : non seulement, ils brûlent les portiques écotaxe, mais de mystérieux citoyens contribuables automobilistes casseurs extrémistes s’en prennent rapidement aux autres dispositifs automatiques de taxation : les radars commencent à prendre cher.

Oh. Triple zut, cela ne sent pas bon. D’autant qu’à bien y réfléchir, enfiler deux ou trois pneus sur un radar, l’arroser d’essence et l’enflammer, ça ne prend guère qu’une ou deux minutes et qu’en un temps aussi court, il devient difficile de choper les vilains tortionnaires de gendarmes électroniques.

La presse, devant le désastre qui s’annonce (pour les finances de la République) passe la multipliée : rapidement se succèdent les reportages sur le coût des radars (un radar qui brûle, c’est 8000 chatons qui ne trouveront pas refuge dans un lieu payé par l’État cet hiver – pensez-y !), le détail des dépenses engagées pour démonter, nettoyer, réparer ou reconstruire un magnifique portique (un portique qui tombe, c’est trente espèces d’animaux qui vivaient en symbiose qui sont décimées, c’est vingt fonctionnaires qu’on ne pourra pas augmenter cette année !) ; il ne nous sera bien évidemment pas épargné l’indispensable reportage sur les salariés de la boîte Ecomouv’ qui se retrouvent fort peinés par ces péripéties qui vont remettre en cause leur job à eux.

(Personne pour noter que sans cette taxe, l’argent ne sera pas ponctionné, restera dans des mains qui iront le dépenser en choses certainement plus utiles pour l’humanité qu’un portique hideux au milieu d’une route ; et je ne suis pas sûr que le sort des mâtons intéresse les prisonniers lorsque la prison ferme.)

detruire un radar tuer un chaton

Mieux encore, alors que brûlent les radars routiers, cette presse servile ne peut s’empêcher d’aller interroger les thuriféraires du Tout À l’État qui se réjouissaient qu’un maillage assez fin soit mis en place pour choper de l’automobiliste, aussi inoffensif soit-il. Oh que c’est triste, ces radars qui brûlent : c’est une sécurité de moins sur les routes, voyons, mes enfants que faites-vous là ? Vous vous trompez de cible ! Ben voyons. On réconciliera aussi très bien ces remarques avec l’absence de radars dans beaucoup d’autres pays européens, avec pourtant des mortalités aussi en chute (et plus basses qu’en France, comme en Allemagne où certaines portions sont mêmes sans limitations de vitesse du tout).

Après l’Ecotax qui lutte contre la pollution, les radars qui luttent pour la sécurité, il fallait terminer le spectacle avec quelque chose de grandiose : par exemple, en amalgamant joyeusement les Bonnets-Rouges à des casseurs, certes, mais surtout, d’extrême-droite. Facile : pensez-donc, siffler Hollande, un 11 novembre, ne peut être que l’œuvre de fascistes extrémistes, de réactionnaires rétrogrades, de conservateurs cul-serrés incapables de comprendre l’absolue nécessité d’une bonne taxe routière et d’une ponction anti-vitesse aussi aléatoire que subtile. Et puis, des salariés qui voient crever leur entreprise et au lieu de se taire, s’en prennent aux impôts, cela ne peut pas être de bons Français, voyons !

La suite, on la devine sans mal : les sondages se multiplieront dans lesquels on découvrira cette partie étonnante du peuple français qui aime tendrement les radars et la fausse sécurité routière qui vient avec, cette partie du peuple qui a bien compris comment, avec des portiques, on allait lutter contre le CO2, les algues vertes et les typhons aux Philippines, cette partie du peuple, la plus veule, la plus molle, la plus couarde, qui préfèrera toujours qu’on taxe (les autres), qu’on se taxe tous jusqu’à la croissance et jusqu’au paradis, parce que, comprenez-vous, les autorités ont dit que c’était comme ça que ça marcherait.

Mais concrètement, ils sont où ces Français qui aiment les radars routiers ? Ils sont où, tous ces Français qui aiment voir se multiplier les gendarmes automatiques qui flashent les pères de famille dans les lignes droites d’autoroutes vides ? Ils sont où, ces Français si naïfs pour ne pas comprendre que l’écotaxe n’est qu’un petit début, que les camions sont les têtes de convois et qu’ils y passeront ensuite ? Ils sont où, ces Français qui se sentent à l’aise lorsqu’ils paieront, au 1er janvier, 20% de TVA ? Ils sont où, ces Français qui sont heureux de voir leurs heures supplémentaires leur rapporter des clopinettes (surtaxées) ? Ils sont où ceux qui sont heureux de leurs hausses d’impôts, et des cotisations qui font fermer les entreprises ?

Mais surtout, elle est où, la presse qui devrait évaluer le ras-le-bol qui continue de monter, inexorable, qui touche maintenant toutes les professions, toutes les catégories socio-professionnelles, tous les salariés ? Elle est où, cette presse qui devrait remonter ce cri, pourtant clair, que trop, c’est décidément trop, et que non, plus d’impôts et de taxes ne sauveront pas le pays ? Elle est où, la presse, pour remonter le sentiment que le peuple en a très clairement assez de la bande de clowns qui le gouverne ?

… Elle est à l’Élysée ou Matignon, sans doute. Pour prendre des notes ?

radar et missile

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires80

  1. Calvin

    Franchement, il suffit de changer quelques noms, une couleur, deux-trois mots-clefs et le billet devient plus que d’actualité.
    La politique française, une routine en mode circulaire qui ressasse les mêmes idées pourries.

  2. Le Gnôme

    Cétropafreux, les gilets jaunes ont ravagé Paris pire que les black blocs entend t-on en boucle sur les radios matinales. C’est dire si ces gens sont des barbares ne reculant devant rien pour saccager la lumière du monde.

    Bref, demain, les pignouferies vont être maousses. Le croquant se révolte au lieu de sauver Gaïa. Il va falloir ouvrir un bagne en Terre Adélie.

    1. albundy17

      « pire que les black blocs entend t-on en boucle sur les radios matinales. »

      Faut avouer que les ultra droites ont fait très fort, même à taguer les sigles anti fa un peu partout, je trouve ça fort pernicieux !

      1. Citoyen

        Ah, c’est intéressant. Et en plus, les anti-fa sont assez abrutis pour signer leurs forfaits ! Finalement, vu le profil, rien d’étonnant …

  3. Stéphane B

    J’ai adoré ce matin lire sur le fig l’étonnement de macaron et ses remèdes. Au niveau ridicule, je trouve que mollande est un petit joueur. Déjà, car il reste sur les impôts et taxes qui ne bougeront pas (écho es t là ? Non je suis au bistrot en train de me torcher la gueule avant que ce ne soit le cul) et en plus, il annonce une nouvelle commission composée d’experts pour réfléchir sur le climat (je ne sais pas ce qu’elle met dans sa tisane sa retraitée, mais ça a l’air d’être du lourd !)

    1. Stéphane B

      allez pour rire, un petit retour en arrière concernant la campagne de macaron et le tout accompagné en musique (PS: ne buvez pas en écoutant)

  4. hub

    je suis passé hier à proximité des barrages CRS sur les Champs et alentour, quadrillant, bouclant le périmètre de l’Elysée. Putain, y avait du monde chez les bleus… ON doit avoir une sacrée pétoche « en haut lieu »…

    1. albundy17

      « y avait du monde chez les bleus…  »

      Rappeler sans cesse les qualités de nos footbalistiques à pied-bot ne fait pas avancer le débat, hein.

      1. Pythagore

        Macron, depuis au moins sa 17ème année, a été choyé, entouré, protégé. Il n’a jamais eu de mandat local, il n’a jamais rencontré les gens qui vivent avec des salaires de misère. Il n’a juste absolument aucune connaissance de terrain. Comment pourrait-il les comprendre ?

        1. Aristarkke

          IL s’est déjà vanté d’avoir eu, comme argent de poche, ce que gagne un(e) salarié(e) au bas de l’échelle des rémunérations…

          1. albundy17

            Je ne voulais pas envenimer, c’est avec la source de bibi (insee) sur laquelle tu vois aussi les dépenses de l’état baisser 🙄

            Ce doit être dû au désendettement massif ^^

            1. Aristarkke

              Meuh non !
              C’est une courbe basée sur l’évolution des dépenses et recettes en pourcentages du PIB.
              C’est pour cela que les dépenses de l’Etat continuent d’augmenter (mais pour le moment) à peu près au même rythme que la croissance du PIB.

            2. Stéphane B

              C’est comme une autre plouc sur je ne sais quelle chaîne, je crois que c’est un direct du fig, qui disait que le pouvoir d’achat avait augmenté. C’est sûr qu’en rentrant dedans comme indicateur tout ce qui est énergie (ben ouai, c’est évident, on en consomme pour le plaisir, surtout l’hiver) le pouvoir d’achat augmente,

              1. Aristarkke

                C’est juste une façon biaisée de présenter les choses. Depuis les suppressions de certaines cotisations sociales et pour ceux qui ont eu une réduction de TH, leur revenu disponible a facialement augmenté. Mais comme il faut éponger des hausses de ceci ou de cela sur des éléments obligatoires de vie très difficiles à comprimer et encore davantage à supprimer, la plupart des gens ne voient rien de concret et de palpable en hausse pour ce qui est moins indispensable, classable dans les « plaisirs »

  5. goufio

    Le chef de l’État doit annoncer mardi 27 novembre la création d’un Haut conseil pour le climat afin de « susciter moins de crispations » sur la « politique énergétique et ses conséquences fiscales ».
    Voila ce qui va regarnir les portes monnaies des gilets jaunes

    1. MCA

      Toujours la vieille ficelle qui marche toujours aussi bien :

      Celui qui donne l’ordre n’est pas celui qui fusille et celui qui fusille ne fait qu’obéit à l’ordre.
      En dissociant les deux on dilue la responsabilité.

      Ce « Haut conseil pour le climat » lui permettra donc de se retrancher derrière des rapports taillés sur mesure, le dédouanant de la responsabilité des mesures qu’il prendra pour continuer à nous pourrir la vie.

    2. Dr Slump

      Et pendant ce temps, Dharmanain qualifie les gilets jaunes de « peste brune » (rien que ça, c’est Mussolini qui revient d’entre les morts!), le gouverne-ment persistant à les présenter comme des extrémistes danger pour la république. En fait, il n’a pas tort: c’est un danger pour leur république.

      1. albundy17

        Oui, c’est marrant, pour drapdesatin, le jaune est SA socialo, pour castagnette, c’est de l’utlra droite bleu marine, faudrait qu’ils accordent leurs penses bête, ça fait désordre.

        Y’a eu un autre truc drôle hier, la hilda dingue a lancé un tweet invitant les gens afin der visiter les illuminations de noel sur les champs élysée ^^

        J’ai aussi appris ce jour qu’il existe sur paris, 15 fontaines d’eau gazeuse en libre service, c’est gratos, ils vont en installer davantage à l’avenir (à coté des pissotières ???)

        1. Dr Slump

          Des fontaines d’eau gazeuse? Sans déconner? A quand la distribution de bonbons gratuits, de cachets d’ecstasy, pour que tout le monde soit peace & love dans les rues? Sérieusement, la connerie atteint le niveau gazeux là!

  6. Le Gnôme

    Youpi, encore un comité Théodule, ça manquait. Micron annonce la création d’un « Haut conseil pour le climat ». Avec pleins d’experts dedans.

    Je parie qu’ils vont trouver que l’essence n’est pas assez chère.

  7. MCA

    Je me demande jusqu’à quel point nous interdire de rouler à l’essence et au diesel sous prétexte écologique n’a pas pour finalité de leur réserver le reste de carburant pour leur permettre de continuer à rouler en berline et prendre l’avion.

    Pendant ce temps là, nous en serons réduits à monter la côte en patinette.

    1. Aristarkke

      Allons, MCA : tout de suite les grands mots pour les grands maux !
      Ils ne nous interdisent pas de rouler. Ils nous limitent seulement et c’est pour notre bien, naturellement!
      Le Gnôme qui évoque que ce comité d’experts trouve les carburants bon marché n’est pas une impossibilité…
      Regarde comme ce bon Staline quand il a fait creuser le canal de la Mer Blanche à la pioche, se comportait déjà comme un écolo confirmé…

      1. MCA

        « Ils nous limitent seulement et c’est pour notre bien, naturellement! »

        Hé bien j’espère pour toi que tu as de bons mollets car quand ils t’auront réformé tous tes DOBLOS pour non respect de la dernière norme antitoucequetuveux, le triporteur avec tes 400 kg d’outillage, il va falloir te le monter en haut de la côte!

        Un bon conseil,
        prépare l’avenir, investi dès à présent dans des chiens de traîneau !

        1. Aristarkke

          Crois-tu que le traîneau soit approprié avec tout ce réchauffement climatique qui nous guette ?
          Rassure-toi, je finirai bien par me mettre en retraite…

        2. Aristarkke

          Heureusement qu’il n’y a en fait que dans les 350 kg de matos dans la soute! T’imagine si cela atteignait les 400 kg, je ne pourrais jamais envisager le triporteur… 😥

          1. MCA

            Raaaaaaaaah!

            Pourquoi faire une interprétation restrictive de l’utilisation des chiens de traîneaux?

            Les mêmes bestioles peuvent très bien t’aider à tracter ton ̶r̶i̶c̶k̶s̶h̶a̶w̶ triporteur pourvu que la récompense soit à la clef (à molette).

            Bon, d’accord! gérer la meute risque d’être rockn’n roll’ sur les Champs Zel’ au beau milieu de la manif GJ…

              1. MCA

                Hé hop! on réhabilite les moto-crottes pour créer moult emplois et on taxe les clébars pour financer tout ça.

                je me souviens avoir lu qu’en Allemagne la possession d’un chien donnait droit (on ne refuse pas son droit, hein?) à la perception d’une taxe….

  8. Citoyen

    Attention H16, ce n’est plus politiquement correct !
    Cela dit, c’est hallucinant.
    Presque pile poil, cinq ans après, les mêmes raisons, produisant les mes effets … Ils suffirait de changer quelque détails, pour croire que c’est aujourd’hui. La ressemblance est frappante.
    Ce qu’il est facile d’en déduire, c’est que cinq ans de gouvernance supplémentaire ne leur a rien appris …
    Surtout pour les conneries, l’histoire se répète à l’infini.

      1. Stéphane B

        Je n’ai choisi que cette séquence à cause de la conclusion de PDV. Il dit clairement que Bruxelles n’a aucun pouvoir, celui-ci étant dans les mains des grosses entreprises.

        1. MarieA

          « celui-ci étant dans les mains des grosses entreprises.celui-ci étant dans les mains des grosses entreprises. »
          Oui, je connais quelqu’un dont c’est le travail. Cette personne travaille de façon non-officielle pour les GAFAM en France.
          Beaucoup de grandes entreprises américaines ont également une part non négligeable d’anciens de la NSA qui sont recyclés chez eux à des postes haut placés (dans le domaine de l’informatique). Cela leur permet de tout savoir des entreprises étrangères qui utilisent leurs produits.

  9. Aristarkke

    Et alors que la France regarde, elle semble vaguement sortir d’une torpeur qui l’aura poussée à accepter un peu tout et n’importe quoi, à commencer par une série de dirigeants de plus en plus consternants à mesure que le temps passait.
    Visiblement, ce n’est pas 2017 qui a mis fin à cette série (noire?)…

    C’est le côté consternant de ce blog : vérifier dans le texte et après une période de temps non négligeable (un lustre!!!) que rien ne change, sauf le niveau des impôts, taxes, brimades, reculs de la liberté e tant de petits détails qui nous pourrissent la vie.

    1. Pheldge

      ah, au passage on dit je m’en souviens, et je me le rappelle, et pas l’inverse.

      Zut je croyais que le ancêtre, il faisait encore son correcteur syntaxique … bon, bin dommage 😉

  10. Aristarkke

    Oh que c’est triste, ces radars qui brûlent : c’est une sécurité de moins sur les routes,

    MCA pleurait-il déjà à chaudes larmes devant ce désastre ???

  11. Calvin

    Si on met en parallèle les deux séquences 2013/ecotax et 2018/hausse de la taxe, on constate :
    – FH préférait attaquer les entreprises et les camions, avec la passivité du peuple, avant de s’attaquer au peuple,
    – EM préfére attaquer les classes moyennes et populaires, avec la passivité des entreprises, avant de s’attaquer aux professionels.

    Ce qui change n’est pas la cible finale (tous taxés) mais le premier baiser (oui, faute d’accord volontaire ! )

  12. lxy

    Depuis quelque temps Macron s’est mis à séparer les populations françaises et européennes en deux catégories : le bon grain (les modernistes) et l’ivraie (les conservateurs mais dans son esprit il faut comprendre : pétainistes, rétrogrades, fossiles, passéistes, nostalgiques, nationalistes. Heureusement qu’il est arrivé à temps pour mettre en garde l’Europe contre la nouvelle peste brune.qui la menace.

    Et comme par hasard, seulement quelques jours plus tard il est confronté à une jacquerie qui confirme ses craintes et ses avertissements. Pou lui évidemment le mouvement des GJ, est conforme à ses prévisions auto-réalisatrices, jaune au dehors mais brun au-dedans. On le verrait mal se trahir en négociant quoi que ce soit.. Il est dans l’esprit d’un chef de guerre, pas d’un négociateur de quoique ce soit

    C’est intéressant de voir comment il calque la trame idéologique totalitaire avec ses en 3 temps 1-la survie d’un « brave » peuple X est menacèe par un 2- méchant peuple Y qui l’asservit sans scrupule et sans pitié . Mais 3- un « sauveur » advient par miracle , qui va réussir avec ses ses petits poings vengeurs à libérer son peuple des griffes du grand méchant.Remplacer X,Y,Z par tous les exemples d’idéologies totalitaires.que vous connaissez.

    Par exemple X=l’Humanité Y=les méchants automobilistes français, utilisateurs de diesl Z = Zorro-Macron

  13. Le Gnôme

    LREM peut se targuer d’un beau succès, elle a un député élu avec 59 % des voix, mais avec 82 % d’abstention. Il est tout à fait légitime pour voter des lois, nous fera la morale et tout ce genre de chose.

    1. Sémaphore

      La participation est restée la même pour les deux tours…
      Quel enthousiasme!
      C’est le maire d’ Evry, successeur de Manu V. qui s’est dévoué…

    2. Aristarkke

      Pour rire (ou pleurer), le slogan de la campagne de Manu V. l’ année dernière était: « Toujours avec vous »…
      On voit ce que vaut la parole d’un polytocard chevronné…

      1. MCA

        A présent ce serait plutôt « ce n’est qu’un au revoir mon frèèèèèèère » d’après l’accueil enthousiaste qui lui a été réservé outre Pyrénées.

        Les gens sont ingrats…

        1. albundy17

          Il va se prendre une belle branlée chez les ibériques d’après ce qui ne reste que des sondages. Après il reviendra pantoufler, quoique il ne soit pas en odeur de sainteté avec son potos à grosse tête élyséenne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.