Bruno Le Maire, le running gag gouvernemental

Ballotté d’une grève à un mouvement social, de la grogne des uns aux revendications des autres, d’une situation internationale tendue à des événements nationaux effervescents, le gouvernement n’est pas toujours dans une situation agréable. Heureusement, pour lui donner du tonus et amuser la galerie, il peut compter sur Bruno Le Maire qui, de semaine en semaine, n’en loupe pas une.

Même lorsque les insultes envers le Président de la République fusent, de plus en plus violentes, Bruno ne se laisse pas démonter : prenant son courage à deux mains, il n’hésitera pas à prendre sur lui pour nous offrir un sketch truculent plein de rebondissements en plusieurs actes qui donnent tout son sel à la performance comique du ministre de ce qui reste d’économie dans ce pauvre pays.

C’est ainsi que notre homme n’a pas hésité à participer à un palpitant entretien le 20 janvier dernier dans la matinale de LCI, alors qu’allait s’ouvrir un sommet économique organisé à Versailles dans lequel le président Macron entendait vanter devant un parterre de patrons internationaux les délices d’un investissement en France.

Dans cet entretien, le brave Bruno déplore que les Français ne parviennent pas à se rendre compte du « succès économique » que traverse le pays (les guillemets sont obligatoires, ici). Apparemment, plutôt que de mordre à pleines dents dans les fruits économiques dodus que ce succès engendre, ces Français ont bêtement choisi de faire des grèves, de bloquer des parties de l’activité économique et sociale du pays, éventuellement de casser des trucs et des machins, d’épuiser les forces de l’ordre.

Au passage, on ne peut que se féliciter que le « succès économique » traverse le pays malgré ces différents mouvements sociaux, arrêts de travail, incidents divers et variés et cela indique que, sans ces derniers, le pays péterait la forme comme probablement jamais auparavant dans son histoire. D’ailleurs, c’est bien simple, comme le dit Bruno, avant son intervention et celle du gouvernement impulsé par ce brave Emmanuel Macron, le pays était en « pleine débâcle industrielle » alors qu’il remonterait la pente actuellement, bénéficiant du Brexit selon les dires du ministre, ce qui lui permettrait, zip zoup tour de passe-passe et prestidigitation de folie, de devenir « pays le plus attractif pour les investissements industriels ».

Autant d’éléments qui annoncent une véritable « reconquête industrielle » fanfaronnée par le ministre qui n’hésitera pas plus, lors du même entretien, à prédire des investissements de ces chefs d’entreprises étrangers à hauteur de 8 milliards d’euros. Youpi !

Un gag est bon lorsqu’il y a une bonne chute. Cependant, prétendre que la France redeviendrait super-attractive pour les investisseurs étrangers n’est pas à proprement parler une bonne chute : c’est un trait d’humour connu et on peut quasiment entendre les rires enregistrés dès qu’on la sort.

En revanche, la réaction naturelle des investisseurs présents à Davos, la même semaine que d’autres à Versailles, permet de donner un peu plus de substance à ce qui devient maintenant un running gag : lorsqu’il ne s’agit plus de parler mais de mettre l’argent sur la table, les choses deviennent plus compliquées et ceux qui pourraient venir en France y réfléchissent à deux fois.

« Il y a trop de grèves, et ce n’est pas aussi stable que d’autres pays pour le business. (…) les taxes sont trop élevées. (…) il y a beaucoup de troubles en France comme on l’a vu avec les émeutes (…) il y a toujours beaucoup de résistance en France pour atteindre la productivité nécessaire. Tout ça n’aide pas à y investir à nouveau. »

Mais puisque Bruno vous dit que la débâcle industrielle est finie et que ça va roxxer, enfin ! Revenez, vous allez voir, ça va pulser comme jamais !

D’ailleurs, les articles consacrés à la question ne manquent absolument pas d’insister sur le fait qu’en 2018, la France a attiré 31% d’investisseurs étrangers de plus que l’année précédente, ce qui est mieux que l’Allemagne, cocorico et tout ça, n’est-ce pas… On se bouscule même dans la presse pour relayer les informations habilement distillées par les cellules de communication de l’Elysée ou de Matignon pour bien insister sur le paradoxe français : malgré les manifs, malgré les grèves, les investisseurs étrangers se bousculent au portillon. Si si !

Bon évidemment, lorsqu’on va un peu plus loin que les communiqués de presse officiels, lorsqu’on épluche un peu les chiffres et qu’on va regarder les statistiques officielles, le bilan est… plus contrasté pour le dire pudiquement : malgré cette attractivité pour les investisseurs étrangers, les français, eux, fuient notre pays, à hauteur de 102 milliards d’euros de flux sortants en 2018, plus du double de 2017. Nous sommes même le deuxième pays au monde pour l’hémorragie des capitaux après le Japon.

La Banque de France (dont Bruno Le Maire a dû occasionnellement entendre parler, je présume) confirme ce mauvais bilan 2018 en calculant 51 milliards d’excédents de flux sortants (102 sortants contre 51 entrants).

Mais Bruno ne s’en laissera pas compter. D’autant que sa mission de clown ne peut se permettre le moindre relâchement : s’il n’enchaîne pas, la morosité progressera, l’abattement gagnera et la tristesse remplira les coeurs et ça, Bruno ne peut se le permettre.

C’est probablement pour cela qu’il n’a pas hésité à remonter au créneau en cours de semaine pour essayer d’arrêter la progression du sentiment de défaite ou de reculade qui a accompagné l’annonce d’une suspension de la taxe GAFA, qu’il avait lui-même réclamé à grands cris.

Pour rappel, Bruno Le Maire – accompagné d’une solide brochette d’incultes en économie – ont régulièrement réclamé la mise en place d’une taxe spécifique pour les géants du numériques afin (croient-ils) de faire payer des impôts à ces entreprises. Quelques minutes de réflexion auraient suffi pour leur rappeler que les taxes, peu importe leur nom ou leur nature, sont finalement toujours payées par le consommateur (les Français, en l’occurrence) et qu’elles n’auraient à peu près rien changé dans la domination numérique de ces entreprises ciblées. La jalousie et l’avidité, principaux moteurs derrière cette taxe, sont de bien mauvaises conseillères mais nos clowns habituels ont compris tout l’intérêt strictement électoral de s’en remettre à elles.

Néanmoins, les entreprise visées étant essentiellement américaines, l’administration Trump n’entendait pas se laisser ainsi marcher dessus. De façon assez peu surprenante, le président américain a rapidement menacé de mettre en place des mesures de rétorsion douanières sur les produits français, ce qui a nettement calmé les ardeurs macronesques.

Rassurez-vous cependant : Bruno n’entend pas laisser tomber l’affaire aussi rapidement et a donc clairement fait savoir que non, scrogneugneu, « nous ne cèderons rien » : il faut absolument que ces méchantes entreprises payent 25% d’impôts et non 3%, car tout le monde sait qu’un monde où l’entreprise est tabassée d’impôts et de taxes est un monde plus juste et plus fonctionnel.

D’ailleurs, regardez ce qui se passe en France : plus on augmente les taxes, les impôts et les ponctions, plus les citoyens sont heureux, les mouvements sociaux disparaissent, les grèves se raréfient et la croissance augmente !

Ah, sacré Bruno ! Non, décidément, il n’en loupe pas une !

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires163

    1. Dr Slump

      Nope, concernant ces messieurs, c’est jour du putois. Je milite pour que Bruno le Merde soit reconnu comme le Pepe le Pew de l’économie: il se croit irrésistible, mais il est tellement puant de connerie qu’il fait fuir tout le monde! C’est exactement la marionnette bébête show qu’il faudrait lui faire.

  1. Aristarkke

    Les zinvestisseurs étrangers étant frustrés de dépenses stériles dans leurs pays d’origine s’empressent de venir payer les charges et impôts grançais. Je ne vois que cela pour expliquer ce mouvement brownien…

    1. Calvin

      La France dispose encore un peu d’un bon maillage d’infrastructures et d’un niveau général scolaire assez bon pour un pays en voie de sous-développement.
      Certes, Hollande a tout faut pour massacrer les entreprises françaises, le niveau scolaire (sans doute sa plus grande réussite fut d’annihiler le BTS, vieille gloire du pays), mais la productivité dans le secteur privé corrélée à des salaires modérés (35h oblige) en font une destination judicieuse pour des investisseurs à court terme.

      1. P&C

        Voyons… une formation courte qui permet de former des techniciens efficaces en 2 ans ? Mais c’est de la m*rde voyons !
        Tout le monde au master… même si 50% se planter dès la L1.

        Remarque, il reste les IUT…

      2. bob razovski

        Surtout que l’état, dans son grand paradoxe, va bien offrir moult exonérations diverses zé variées durant les 3 premières années…
        …Puis s’étonner que les investisseurs se tirent à l’aube de la quatrième année.

  2. Aristarkke

    Patron, remarquez que la Grance investit ailleurs, par exemple au Sénégal, pour offrir un métropolitain tout beau, tout neuf…

  3. Le Gnôme

    Safran a eu tellement de difficultés administratives pour construire une usine en France qu’elle a failli le faire à l’étranger où l’administration est moins tatillonne.

    Le Cerfa est il un atout de choix pour l’attractivité du pays.?

    1. Calvin

      Le cerfa est une redoutable ennemie des PME et une faucheuse de TPE et d’artisans.
      Mais pour des multinationales ou des opportunistes, c’est de la gnognotte.

      1. Aristarkke

        Quand l’entreprise a les moyens d’entretenir un service juridique, c’est au contraire pain bénit dans la justification de l’utilité dudit service.

    2. Pythagore

      C’est aussi le mille-et-une-feuilles étatique, je crois, qui a presque eu raison de Safran. Lorsqu’il faut que la mairie, la communauté de commune, le préfet, le département, la région, l’état, les associations de riverains, la CGT,…. se mettent d’accord, ca peut durer un petit moment, pour ne pas dire annihiler ttes les énergies même les plus volontaires.

  4. Calvin

    Ah, Bruno, la caution de « droite » du gouvernement, vous savez, la Droite, ce truc pas humain, sans cœur, faire-valoir de la belle Gauche, mais qui a une réputation de comprendre l’économie… ah ah ah
    Il est à l’image de l’image que se font les Français de l’économie justement. Bien dans son époque, bien dans ses bottes au milieu de l’anti-capitalisme ambiant.
    Bon, il a quand même un faible pour la connivence du moment que c’est l’État qui pilote.

              1. Dr Slump

                Ou sinon, en mode Keko: Et ma gauche, tu veux la voir de plus près ma gauche? Ou alors c’est ma droite que tu préfères tester?

    1. JMD

      En même temps (TM Macron) quand vous donnez des Nathalie Arthaud comme professeurs d’économie à des enfants, faut pas les voir faire des étincelles dans ce domaine ensuite …

    2. WorldTour73

      En même temps, pour se mettre en avant et pour se faire passer pr un genie(je parle de macron), il faut bien des débiles autour de soi.

  5. Murps

    C’est vrai qu’il y a un petit côté dissonance cognitive chez BLM.
    Ca doit être ce qui fait son charme auprès de la classe politique LREM.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      BLM a été recruté sur un malentendu.
      Macron cherchait quelqu’un capable de raisonner, BLM, lui, résonne, en bonne cloche.

  6. Pythagore

    « le président Macron entendait vanter devant un parterre de patrons internationaux les délices d’un investissement en France. »
    C’est quoi l’expression déjà ? Les cons, ca ose tout ?
    Quoique en investissant en France et en facturant au Luxembourg, c’est un modèle qui a montré son potentiel.

    1. Citoyen

      Ils osent tout, … en effet !
      Le micron invite de potentiels investisseurs internationaux, pour leur faire l’article, leur vanter les mérites de l’investissement dans ce pays, … jeune, dynamique, en devenir, résolument tourné vers l’avenir, … tout en espérant leur soutirer du fric …
      Et pour ce faire, les reçoit à Versailles … Un symbole de la France … Si, si !… Un musée !!…

  7. Infraniouzes

    A mon avis, qui n’engage que moi, quand on cite quelques grands ministres des finances français tels René Monory, Jacques Delors, DSK, Michel Sapin ou Emmanuel Macron ou la coqueluche des médias Thomas Piketti, nous n’avons affaire qu’à des collecteurs d’impôts ou, en ce qui concerne le dernier, un théoricien auto-proclamé le meilleur de… ce que voudrez.
    La compétence en économie n’est absolument pas exigée pour remplir cette fonction ministérielle. Il faut, en revanche, savoir naviguer constamment entre le donneur d’ordre, le président et les techniciens de Bercy, seuls capables de dire ce qu’on peut encore ponctionner aux Français à l’instant T et à l’heure H. Un état dépensier jusqu’à l’ivresse ne saura que passer par la case « prélèvements » pour donner l’illusion de gérer la France.
    Ah ! que Louis de Funès avait raison quand il disait dans « La folie des grandeurs »: « Je suis ministre, je ne sais rien faire ».

    1. Blondin

      J’entendais hier Marc Simoncini (fondateur de Meetic et business angel) raconter hier à la radio son entrevue avec Michel Sapin.
      « Je rentre dans son bureau et cet énarque aux chaussettes en soie rose m’accueille avec ces paroles  » ah un riche ! ». J’ai pensé très fort « ah un con » mais je n’ai pas osé le dire ».
      Edifiant non ?

      1. Dr Slump

        Réplique culte! C’est digne d’un film à la Audiard, mais c’est malheureusement la réalité, qui dépasse la fiction. La France est vraiment une exception: le seul pays communiste au monde qui arrive à rester à peu près prospère, ce qui souligne les capacités exceptionnelles de son peuple!

        1. Blondin

          Mon père me disait toujours
          « nous sommes le pays le plus créatif et le plus performant du monde. Aucun autre pays ne ferait aussi bien tout en ayant la CGT »

        2. P&C

          +1
          On en revient à un fil de commentaires d’il y a quelques mois… les français, malgré leur coté râleur, ingérable, coco refoulé, etc… ont d’indéniables qualités. L’histoire du pays le montre (et aussi le fait que ça tienne encore malgré tout le merdier).
          Pareil pour les italiens : ils ont un pays de m*rde, mais ils ont tout le temps été à la pointe.

          Et ça remonte à vieux. Par exemple, pendant la 1ere croisade… pour diriger la foule de pèlerins remuants (des croyants, certes, mais aussi des femmes, des mômes, des brigands, le tout plus ou moins fanatisé et intéressé…), il y a plusieurs lascars, qui se tirent tout le temps la bourre. Heureusement que le pape a nommé pour diriger ce petit monde le légat Adémard de Monteil, un cureton certes, mais surtout ancien chevalier, solidement burné, et respecté de tous.

          Le problème des élites françaises est qu’elles sont trop nulles au regard de leur peuple, qu’elles ne connaissent pas.
          D’où leur admiration pour les allemands ; de leur point de vue, les travailleurs boches ferment leurs gueules et obéissent à la schlague.

          1. Pythagore

            « D’où leur admiration pour les allemands ; »
            Les travailleurs boches ne ferment pas particulièrement leurs gueules, Il y a aussi eu des grèves assez retentissantes ces dernières années. Mais d’abord les négociations patrons-syndicats ne sont pas complètement verrouillées par la loi. Ensuite les syndicats ne sont pas jusqu’aux boutistes et n’ont pas une haine viscérale du patronat. Enfin, il y a une certaine écoute des 2 côtés et que les plans à la Macron du genre tu prends ou tu crèves et de tte facon, t’es trop con pour comprendre, cela ne se fait pas en Allemagne.
            .
            ET enfin, Macron ne peut pas à la fois faire de la redistribution massive et se plaindre parce que certains veulent conserver leur part du gâteau. Si il diminuait la redistribution pour tous, personne ne pourrait se plaindre que l’autre en reçoit plus (e.g. sujet de retraites).

              1. Pythagore

                Sarkozy avait lancé l’euro-méditerranée, cela aurait été l’occasion pour la France de créer des liens plus serrés avec les pays du nord de l’Afrique et de faire ce que l’Allemagne a fait avec les pays de l’est.
                Quand est-il advenu ?
                Cela aurait eu aussi le charme de créer des postes sur le sol africain.
                Mais bon pour ca faudrait avoir une once de stratégie. par ailleurs, comme la France n’a quasiment plus d’industrie, ca ne changerait peut-être pas grd chose.
                Par contre, apparemment, il y a des hot lines de boites françaises qui ont atterries en Afrique du Nord.

                1. durru

                  Les Allemands se sont fait avoir avec les physiciens et médecins Syriens ou Afghans (merci Mutti), mais pas avec les Est-Européens.
                  Les Français ont *choisi* d’importer la crème de la crème inemployable. Les Maghrébins qui valent quelque chose ne viennent pas en France, Euro-Méditerranée ou pas. Ils ont la même vision que les jeunes Français. Ils cherchent donc ailleurs.

                    1. Aristarkke

                      Il n’y avait plus que ceux-là de disponibles pour les Tudesques, tellement que la Grance avait piqué les avocats et les ingénieurs…

                    2. durru

                      Et voilà les comptables :
                      https: / /www.ladepeche.fr/article/2015/09/13/2176237-refugies-parfois-bardes-diplomes-nouvelle-lutte-vie-meilleure-europe.html

                    1. durru

                      En Allemagne, 78% des Syriens arrivés dans le pays entre janvier 2013 et septembre 2014 étaient issus « des classes moyennes voire supérieures », avec un solide bagage éducatif, selon l’Office fédéral de l’immigration et des réfugiés.
                      Ces chiffres, « supérieurs à ceux des autres pays », constituent « une bonne précondition pour (leur) intégration », même s’il reste à franchir la double barrière de la langue et de la reconnaissance des diplômes, estime-t-il.

                    2. MarieA

                      @ durru 30 janvier 2020, 17 h 05 min :

                      « avec un solide bagage éducatif »

                      Se laver les mains après s’être torché le cul?

                      Vite, vite, l’Europe en a BESOIN!

                    3. P&C

                      @Durru

                      C’est étrange, mais leurs actions montrent le contraire… à contrario des syriens qui sont allés s’établir à Singapour.

                      Il y a eu le même cas en Uruguay (oui, des syriens se sont retrouvés réfugiés en Uruguay).
                      – dotés de logements modernes, gratos pour 2 ans
                      – cours d’espagnol, comptes bancaires, assurance médicale
                      – aide à l’emploi…
                      En dépit de l’instance des services d’immigrations, police, voisins, ils ont refusé d’envoyer leurs filles à l’école…

                      En Août 2015, y en a qui ont voulu aller en Europe, mais ils ont été renvoyés en Uruguay.
                      Les uruguayens leur ont dit qu’ils étaient libres de partir, mais sans garantir que l’Europe allait les prendre, puisqu’ils n’ont plus le statut de réfugié.
                      Ils ont adressé un certain nombre de reproches aux uruguayens : ils les ont trompé. Coût de la vie caché, impossible d’élever 10 ou 15 enfants, le salaire moyen n’est que de 550 dollars par mois au lieu des 2500 espérés, pas de logement gratuit à vie, les allocs familiales ont un plafond maximum de 1000 dollars qui ne suffit pas…

                    4. MCA

                      @durru 30 janvier 2020, 16 h 25 min

                      « seuls 17% disent avoir fréquenté un établissement supérieur. »

                      Reste encore à définir ce qu’on entend par « avoir fréquenté ».

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Parmi les ministres des finances, tu oublies deux stars, que dis-je, des modèles, des archétypes, des références ultimes : Baroin et Montebourg.

      1. Calvin

        Petit joueur.
        L’ultime, c’est Sapin.
        Incompétent, insincère, imbu, incapable.
        A part y mettre Mélenchon, on ne pourra pas jamais faire pire.

          1. Theo31

            Melenchiasse et Segolhaine ont collaboré avec Chirac. Ils n’auront aucune honte à proposer leurs services à Le Pen si elle est élue.

  8. Blondin

    Il n’y a pas que BLM
    Il y a aussi Agnès Pannier-Runacher
    Interviouvée ce matin, elle n’en finissait plus de nous dire que le chômage était en baisse youpi youpi et que les Français ne réalisaient pas à quel point le bilan de l’équipe actuelle était mirifique.
    eh oui !
    Il faut dire que la dernière fois que j’ai entendu parler d’elle, elle se félicitait d’avoir mis sur pied une commission pour s’assurer que les jouets de Noël ne seraient pas trop « genrés ». Si, s c’est vrai.
    C’est vous dire son sens des priorités !

    1. bibi

      Une comparaison rapide permet de vérifier cela, vu que le chômage baisse partout plus vite qu’en France et cela même dans des pays qui était déjà au plein emploi au T2 2017.

      data.oecd.org/chart/5Pqz

      1. sam player

        Étant donné le taux d’assistanat qui crée une inertie, notre pays ne sent pratiquement pas les crises… mais pas plus les embellies. en fait on s’enfonce doucement : chaque fois on s’enfonce un peu et on se relève un peu moins.
        Accessoirement ça participe à soutenir des entreprises moribondes qui auraient dû calancher depuis des lustres. Le ménage n’est pas fait.

        1. bibi

          Ce qui contribue à l’inertie plus que l’assistanat qui n’est qu’une conséquence, c’est que depuis 1974 à chaque crise la dépense publique augmente fortement et ne reflue jamais pendant les embellies.

    2. Aristarkke

      Ne pas oublier qu’il y a une campagne électorale en cours où LaRem veut faire croire qu’il est le seul à pouvoir relever la Grance. Reste à être cru…

        1. Calvin

          Pour les nouveaux sur ce blog, l’aspirine, en politique française, est le nom de l’acide Acékilfoprendronanti. Tous les remèdes français sont une posologie croissante d’aspirine.

    1. durru

      Ils sont quand même venus à 40 😉
      A remarquer qu’il y a encore une enquête, en cours, pour « traite d’êtres humains ». J’attends les assoces lucratives sans but se lever contre cette discrimination raciste à l’encontre des pauvres trafiquants, très probablement des Roms, qui oeuvrent pour le bien de leur communauté.

  9. Pierre 82

    Mais le drame avec ces comiques, c’est que lorsqu’ils ne parviennent plus à ponctionner les électeurs (la crise des gilets jaunes les a rendu méfiants, quoi qu’on en pense), ils se contentent d’emprunter l’argent aux banques centrales. Avec les taux zéros, c’est la fête. Jadis, quand on gouvernement jouait trop avec sa banque centrale, sa monnaie baissait, voire s’effondrait. Maintenant, fini, ils peuvent y aller, le bol de punch est gratuit… il est urgent de conserver son humour, et rendons grâce à BLM sur ce point: au moins, ils nous fait marrer. Du moins jusqu’au collapse.

        1. MCA

          Une voiture de fonction?

          2 bagnoles électriques et… une à moteur thermique (on ne sait jamais).

          Pour les taxis, c’est le choix de l’embarras.

    1. Higgins

      J’approuve ce choix. Jamais Paris n’a été aussi propre (je le constate tous les jours) et la délinquance a disparu. Il est temps de passer aux choses sérieuses.

  10. Higgins

    J’aime beaucoup l’analyse faite par Charles Gave dans ce billet et je la partage totalement : https://institutdeslibertes.org/eh-oui-je-suis-un-financier/

    « …. Un état en déficit détruit structurellement du capital, et donc dans ce pays, le niveau de vie ne peut que baisser…..Ce que je dis ici est très simple : L’état est par nature destructeur net de capital et donc, plus son poids dans l’économie augmente, plus les déficits budgétaires sont élevés et moins il y a de capital disponible pour le secteur privé et du coup la croissance économique ne peut que baisser et le chômage monter… »

    1. Pythagore

      C’est bien l’objectif, de détruire le capital, ou plutôt d’installer un capital de connivence qui profite à ceux ds le système.
      https: //www.youtube.com/watch?v=HzRF2622m9A

  11. sam player

    HS
    César : « On ne respecte pas les femmes », s’indigne Schiappa après les nominations du film de Polanski (lefigaro.fr)

    P’tain elle en rate pas une !
    ——-
    Picasso soupçonné de pedophilie. Christie’s retire des tableaux de la vente après l’adjudication de « la femme qui pleure » pour 10€.

      1. Pheldge

        Pardon, les femmes n’ont rien demandé ! On a sorti la Marlène d’une pochette surprise et hop, la voilà qui parle « au nom des femmes »
        C’est encore le Giscard qui a inventé cette aberration, reprise par les suivants !

          1. Pheldge

            La « logique féminine », c’est d’abord et surtout, féminin … logique, euh, enfin … mais ça donne des résultats, comment dire, inattendus et surprenants ! 😀

            1. Jacques Huse de Royaumont

              La donna è mobile
              Qual piuma al vento
              Muta d’accento
              E di pensiero
              Sempre un amabile
              Leggiadro viso
              In pianto o in riso
              È mensognero

  12. glot

    Bruno Le Maire et Gérald Darmanin forment le plus emblématique duo de comiques troupiers que le pouvoir n’a pas connu depuis longtemps.
    Ce qui pourrait être drôle, c’est un éventuel retour aux affaires de la droite classique (LR) car ceux qui n’ont pas adhéré au macronisme, veulent leur faire payer très cher leur trahison.

  13. glot

    Macron ridiculise la fonction présidentielle , ce jour, à Angoulême en se faisant démagogiquement photographier avec le T-shirt d’un contestataire qui dénonce ……. les violences des flics.
    on touche le fond !
    CPEF

        1. Pheldge

          elle a mangé son chapeau depuis :
          lefigaro.fr/politique/affaire-mila-nicole-belloubet-admet-son-erreur-et-defend-le-droit-de-blaspheme-20200130

          1. sam player

            « La seconde enquête à l’encontre de la jeune Mila a finalement été classée sans suite, a annoncé jeudi matin le parquet de Vienne dans un communiqué. »

            Voilà, on sait, et avant on ne savait rien.

              1. sam player

                En fait les gens ont commencé à s’exprimer dès l’ouverture de l’enquête… juste parce qu’il y avait une enquête sur les agissements de Mila et pourtant il faut bien faire une enquête pour recoller ce qu’elle a dit… et décider s’il y a matière pour poursuivre ou pas…

                D’où mon maintenant on sait qu’il n’y a pas de poursuite d’engagée…
                (bon ça peut changer)

                Vérité ? Vous avez vraiment un problème avec ca, faut consulter

              2. durru

                Mais non, la Vérité, la seule et unique, est proclamée par les tribunaux médiatiques et populaires.
                Les Parquets sont là seulement pour combattre les plus récalcitrants et les ramener sur le droit chemin.

  14. MCA

    Hs mais je viens de tomber sur cela, c’est assez ahurissant :

    https:/ /olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/01/29/macron-votre-probleme-cest-que-vous-croyez-quun-pere-est-forcement-un-male/#more-66376

    Dont la remarque de Micron :

    « Votre problème, c’est que vous croyez qu’un père est forcément un mâle ».

    Et mieux encore:

    Jusqu’à présent, le ministre Agnès Buzyn avait été la seule à déclarer de façon assez stupéfiante qu’un père pouvait être une grand-mère.

    A ce stade de délire ce sont les fous qui gardent l’asile,

    J’en ai les bras qui tombent… et vous?

    1. Aristarkke

      Je n’ai plus de bras depuis longtemps devant ce déferlement incessant de k…. ries toutes plus délirantes les unes que les autres.

      1. Pierre 82

        Et dire qu’il y en a qui se foutent de la gueule des Byzantins qui discutaient du sexe des anges alors que les Ottomans étaient aux portes de la ville. Désolé, mais discuter du sexe des anges, ça avait quand même plus de classe…

    2. pl00tarke

      @ MCA

      Cette « saillie » de Macron avait aussi été remarqué par Valeurs Actuelle. Se faire donner des leçons en paternité par un inverti notoire, probablement nécrophile et qui n’a pas d’enfants… Voilà, quoi.

      Entre ça et la mère Belloubet qui réhabilite le crime de Blasphème…

      Contrairement à certains ici même, je ne crois guère à la bêtise étant donné le niveau intellectuel et d’éducation des coupables : Macron, Belloubet, savent ce qu’ils ont dit, et pourquoi ils l’ont dit.

      1. Aristarkke

        Campagne électorale en cours avec appel au « bon vote » pour les muzz???
        Avec les listes communautaristes qui apparaissent à droite et à gauche dans les banlieues, m’est avis que ce n’est pas un franc succès.

      2. Jacques Huse de Royaumont

        Macron est énarque, il a donc appris à n’avoir surtout aucune pensée personnelle, qui pourrait nuire à sa carrière. De ce fait, il est « progressiste », c’est à dire soumis à la dictature de l’air du temps.

      3. Jacques Huse de Royaumont

        Nécrophile, n’exagère pas ! Sa rombière est encore vivante ; en tout cas, elle donne encore des preuves de vie : demande au comptable de LVMH.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.