Vive la République. Vive le savon.

Soyons honnête, l’actuel quinquennat n’aura pas été spécialement simple : pour quelqu’un qui est passé d’inconnu à challenger et qui est parvenu à se faire élire Président de la République, cela n’a pas empêché Macron de se cogner les gilets jaunes, une pandémie et, très probablement, une récession d’ici la fin de cette année. Et on n’est qu’en mars.

Et avec cette crise du coronavirus, le président de la République se devait de nous pondre un discours indispensable à requinquer les énergies vives de la Nation, à la motiver pour le combat qui l’attend, et à lui donner des perspectives pour un futur qu’on comprend déjà rocailleux alors que les mauvaises nouvelles s’amoncellent.

Ce qui a donné un discours lunaire où se sont mélangés quelques indispensables mesures de bon sens, malheureusement fort tardives, avec une panoplie de bricolages invraisemblables et un incroyable sens du grandiloquent où le président a clairement pété les élastiques dans une décontraction calculée.

Sans s’attarder trop sur les passages vaguement insultants à l’intelligence de l’électeur moyen où notre président nous a félicité de bien nous laver les mains – et a même expliqué comment procéder (avec du savon, hein, les amis, avec du savon !), notons que pour les mesures de bon sens, outre l’encouragement et l’accompagnement des recherches médicales sur les traitements à apporter contre le coronavirus, il y a bien sûr la fermeture de l’ensemble des établissements scolaires, depuis les crèches jusqu’aux universités. C’était indispensable et nécessaire.

À ce sujet, je ne peux que vous encourager à prendre connaissance de cette étude sur l’impact de ce genre de mesures (et des mesures de fermeture plus larges encore comme les cinémas, les spectacles, les congrégations, offices religieux, administrations etc.) pendant la pandémie de grippe espagnole de 1918 dont on estime qu’elle fit alors 50 millions de morts et qui constitue un excellent point de repère ce qu’on peut envisager de faire pour contrer l’actuelle.

Les conclusions de cette étude sont limpides : le fait de fermer tous les lieux publics aura permis de réduire très significativement le nombre de personnes infectées et le nombre de morts.

Autrement dit, la situation est grave mais seulement à partir de lundi.

Bref, de nombreux jours ont été perdus en France (et dans d’autres pays européens) pendant lesquels le virus a continué à se répandre partout, d’écolier en écolier, d’enfant à parent, d’étudiant en étudiant ! Combien, au bout de ces infections, de personnes se retrouveront intubées entre la vie et la mort (même quelques pour-cents, sur des dizaines de milliers d’individus, cela finit par faire un paquet de lits occupés, mine de rien) ? Combien de personnes âgées seront condamnés par manque de matériel précisément parce qu’on préférera l’utiliser pour une personne plus jeune qui n’aurait pas été infectée si les établissements avaient été fermés plus tôt ?

Ici, l’attente, l’indécision, la mollesse se traduisent par des morts (des dizaines, des centaines de morts).

C’est exactement la même chose avec les transports en commun qui sont de véritables incubateurs pour ces virus et dont l’usage prolongé va permettre aux rares personnes qui n’étaient pas déjà contaminées de l’être enfin.

Nous avons eu droit à ces passages étranges, oscillant entre le réalisme salutaire en ces temps de pandémie où le chef de l’État a enjoint les personnes âgées à se calfeutrer chez elles pour se protéger, et l’idée paradoxale où il s’est félicité de voir des médecins retraités (donc plutôt âgés) sortir et courir au devant des malades infectieux pour aider le corps médical déjà épuisé, tout en conservant le scrutin de dimanche prochain (!) qui, par nature, attire plutôt les personnes âgées qui auront tout le loisir de se partager leurs miasmes autour d’une urne citoyenne. Pardonnez moi l’expression mais c’est complètement con.

Bien sûr, on comprend que l’idée est à la fois de protéger les uns et utiliser les forces encore disponibles des autres, mais conserver les élections de ce dimanche est parfaitement homicide : c’est l’exemple type d’événement où les gens s’assemblent, se retrouvent, discutent même, manipulent papiers, stylos, enveloppes, dans un endroit clos qui contiendra donc des aérosols humides remplis de virus.

Là encore, cette non-décision de report, ce manque de courage et de fermeté va se traduire, très directement, par à la fois une abstention élevée et malgré tout de nouveaux décès.

Enfin, il sera difficile de passer au bleu les mesures économiques que Macron entend prendre pour accompagner les entreprises qui devront affronter les longues semaines prochaines alors que le commerce mondial s’effondre et que les familles feront absolument tout pour ne surtout pas entrer en relation avec les autres. Pour cela, Macron a été très clair : aucune limite ne sera imposée pour que l’Etat vienne en aide à toutezétousses. Par exemple, l’État prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints à rester chez eux, les ponctions de l’Occupant intérieur seront gracieusement temporisées, et, on s’en doute, de nouvelles injections monétaires, subventions et autres tubulures financières seront trouvées dont le diamètre ne saura souffrir d’aucune limite…

Ainsi, si le virus vous épargne, il est probable que la tempête fiscale qui suivra dans les mois prochains vous achèvera. Si ce n’est pas vous, ce sera votre entreprise et si ce n’est pas votre entreprise, ce sera votre banque puisque pour le chef de l’État, rien ne sera trop beau pour sauver les meubles. Et si tout ça ne suffit pas, les idées macronesques en matière de gouvernance française, européenne puis mondiale suffiront à vous réjouir puisqu’une grosse dose de socialisme supplémentaire est déjà prête à sortir du carton

Il y a une semaine, Macron nous expliquait alors qu’il fallait continuer de vivre comme d’habitude. Une semaine, 1900 cas avérés et 45 morts de plus, il commence à comprendre que ce qui s’est passé en Chine et s’est passé en Italie va, incroyablement (surprise !), se passer aussi en France ! Oh !

Mais heureusement, nous avons du savon.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires292

  1. kekoresin

    Ma fille cadette, 17 ans en première année d’école d’infirmière, a reçu une alerte hier pour être réquisitionnée. Sur mes conseils, elle s’est barrée de Nantes pour venir nous rejoindre à la campagne, d’autant que les magasins commencent à se vider et que la faune locale montre des signes d’excitation.

      1. Dr Slump

        et je crois qu’il y a des raisons de craindre le double-effet kiss-cool: frissons grippaux en cours, puis fièvre financière à suivre, probabilité de bank run. D’ailleurs je me demande si je ne devrais pas retirer tout mon cash, pour ne laisser que le strict nécessaire sur mon compte. Bref, ça pue!

    1. Theo31

      Cette faune est composée de debiles plus que profonds. Ce matin, un de ces specimens avait acheté au moins dix kg de sucre. Et ce sont ces gens là qui ont voté pour l’actuel proxénète de l’Elysee.

      1. Opale

        Je reviens du supermarché, le sucre et la farine sont sur des énormes palettes dans l’entrée du magasin… *facepalm*
        Les denrées les plus pillées sont les tomates en conserve (lol), les conserves, les nouilles instantanées, les croquettes pour chiens et les surgelés. Pâtes et riz, pas trop. En revanche, étonnamment les légumes sont intacts, et les produits frais oubliés. Tant mieux c’en faisait plus pour moi.

      2. paf

        ce n’est pas debile, c’est un truc connu, le sucre pemet de survivre en l’absence complete de bouffe.C’est plus une connaissance d’echappe du goulag/ migrant que de survivaliste.

        1. Landeric

          Non, c’est débile. Le sucre n’est pas un aliment de survie. Plutôt se fournir en huile d’olive dans cette optique. Avec du pain, c’est très nutritif.

      3. kekoresin

        La faune qui se précipite sur le sucre c’est pas un problème. Celle qui cherche de la viande fraîche est un peu plus préoccupante…

      1. kekoresin

        Oui et ce n’est que le début de la fête.

        Pour l’instant les politiques distribuent de la louange à pas cher aux personnels de santé. A la fin, quand on balayera les confettis, des médailles en chocolat sont prévues pour les sans grades qui serpillent les glaires, des promos et primes de risque pour tous ces courageux astiqueurs de manettes et autres distributeurs de yakafocon par téléconférences. On peut dire que le gouvernement a bien de la chance de pouvoir compter sur autant d’esclaves dévoués à la cause.

        Pour ma part hors de question que ma fille mineure soit réquisitionnée, car il s’agit bien d’une réquisition, pour jouer les torches caca avec des protections de seconde zone. Puis après 48 heures de garde se faire agresser sur le chemin de son studio vide de provision…

  2. Elie

    Bon ben, je vais me dépêcher de faire pareil alors… Ah mais non ! J’avais oublié ! Il n’y a déjà quasiment plus rien sur mon compte. Je n’ai donc aucun souci à me faire 🙂

  3. Aristarkke

    Entre parenthèses, Flop Joene à promis de venir au secours des salariés mais nada pour les indépendants. C’est le moment de tester nos convictions profondes. Mais je ne doute pas que n’ayant rien reçu, les TI n’en seront pas moins conviés aux festivités fiscales conséquentes.

    1. Higgins

      Oui. Ce matin, sur le marché, modérément fréquenté, j’ai croisé quelques maraîchers qui laissaient trahir quelques inquiétudes. L’un d’entre eux doit embaucher une personne pour un ou deux mois, à raison de 4h00 par jour, pour ramasser les fraises. Charybde : il ne trouvera personne et sa récolte sera perdue. Scylla : il a sa récolte mais il ne vend rien. Quid des banques, de l’URSAFF et du fisc!!! Le Léviathan aura toujours faim.

      1. theo31

        Hier j’entendais une femme se plaindre d’avoir à embaucher une nounou. Comment fera-t-elle si les nounous refusent de s’occuper d’enfants porteurs de la maladie et qu’il est déconseillé aux grands parents de s’occuper de leurs petits enfants ? Chacun sa merde, non ?

        Certains risquent d’avoir des étincelles dans les neurones quand ils vont voir ce qu’est la fameuse solidarité en France.

        Ces gens-là ont voté pour les baltringues aux commandes. C’est bien fait.

  4. Tatouzou

    Avec moins de 1% de la population infectée, l’épidémie n’en est qu’au tout début, aussi bien en France qu’en Italie ou même en Chine.
    Il convient donc de mettre en oeuvre des mesures soutenables pendant plusieurs mois.
    La stratégie de confinement généralisé et d’arrêt total des activités comme en Italie ne me semble pas tenable plus de quelques semaines.
    Lorsque l’Italie allégera son dispositif, l’épidémie reprendra, tout comme elle commence à reprendre à Wu Han.

    1. Léo C

      Je me souviens, lors de la première guerre du Golfe, lorsque l’offensive avait débuté en janvier 91, les super et hypermarchés étaient dévalisés et en pénurie de sucre, farine et pâtes.

      Et ça se situait au Koweït. Je m’étais, à l’époque, dit que nous étions des veaux et repensais à juin 40.

      La moindre crise un peu prononcée et durable est capable de balayer ce pays. Les belles fraternité et solidarité du Lider Minimo, on se les mettra sous le bras.

      Avec un pouvoir régalien en berne, une clique de brêles patentées dépassée et quelques banlieues émotives, qui n’attendent qu’une occasion, je tente néanmoins de me rassurer.

      N’oubliez pas de vous laver les mains avant d’aller voter. Ils se passera de ma voix mon édile, qui a tourné casaque.

  5. glot

    Suite aux directives du ministère de l’Ednat c’est-à dire écoles fermées aux élèves lundi mais enseignants présents dans les établissements, un syndicaliste de l’Ednat est venu se plaindre sur LCI de cette directive incomprise par eux..
    Les syndicats veulent que les enseignants restent chez eux car en venant dans leur établissement….. il y a accroissement du risque de propagation du virus.
    Tourtes les possibilités offertes aux feignasses vont servir de pretexte..

  6. Elie

    Sans être une feignasse, j’ai du mal à comprendre moi aussi la cohérence de cette mesure alors qu’on encourage le télétravail pour les salariés du privé ! Mais bon, on me convoque, j’y vais.

  7. MichelC

    12% des soignants italiens seraient contaminés. Une hécatombe à prévoir.
    Une cinquantaine à Bergame, 76 employés d’un hôpital de San Giovanni Rotondo ont été mis en quarantaine, … … …
    Tout va très bien madame la Marquise. C’est certain.
    Bon l’achat des pelleteuses, c’est pour quand ? Parce la location, faudra pas y compter, de nos jours, il n’y a plus de forçats. Enfin presque pas…

      1. MichelC

        J’ai vu cela rapidement, je ne sais plus ou. Je cherche.
        Six ont dû être hospitalisés dont un en réanimation à San Giovanni Rotondo.

        Dans la libre.be du 9 mars : « du personnel soignant infecté (au nord, jusqu’à 10% de l’ensemble des malades en font partie) »

        Si les soignants ne sont pas testés systématiquement et régulièrement, comment arrêter cette hécatombe?

        Il va falloir acheter des pelleteuses 🙁

        1. MichelC

          Pelleteuses, fabricants de cercueils, de bonnes pistes pour investir 😉
          C’est un peu le style Hara Kiri, mais cela me semble vrai, hélas.

      1. durru

        Protéger les soignants. Ne pas garder les équipements de protection sous clé, « pour plus tard », ni les envoyer en Chine, ni les mettre sur le marché noir. C’est à dire, exactement le contraire de ce qui est fait actuellement en France (et en Italie aussi, vu les résultats).

        1. MichelC

          Les masques sont utilisés par les poly-tocards, tout comme le gel.
          Du coup, les médecins n’en ont pas assez.
          Cela montre ou est la priorité.
          La santé des autres, les tocards s’en torchent.

  8. Higgins

    Nous sommes désormais au niveau 3. Les aumôniers de l’armée des Indes prennent les confessions par téléphone crypté.

  9. Panchovilla

    Donc tous les pays ferment leurs frontières aux italiens. Et les italiens contrôlent les gens qui viennent de France.
    Donc aussi le seul point de passage frontalier absolument sans contrôle c’est la frontière franco italienne dans le sens Italie vers France.
    Et enfin on apprend que les migrons qui sont en Italie fuient le pays.
    Devinez où ils vont aller…
    Et demandez vous si ce qui précède n’est pas fait exprès….

  10. MichelC

    Est-ce un match de basket?
    France 91 – Allemagne 9

    Quelle est la raison de cet écart? Triche? équipe médicale plus forte, mieux équipée? Autre?

    1. kekoresin

      Et un connard de plus, un ! Il me semble que le réchauffement fait proliférer la connerie, ça doit venir des moustiques…

      1. Aristarkke

        Rédacteur en chef de « Alternatives Économiques », nous savons de suite que c’est mal barré à tous les étages pour la logique et la compréhension.
        Je reste étonné que Trump ne soit pas une composante de la cause. Soit c’est sous entendu soit c’est pour un prochain développement. 🙄

  11. Laurent

    Le premier tour des élections est maintenu : le code électoral prévoit que, si le second tour devait être repoussé, il faudrait alors tout recommencer : le premier et le second tour. Ce serait dommage de ne pas en profiter. Si les résultats sont bons, on maintiendra aussi le second tour. S’ils sont mauvais… on ne saurait jouer avec la santé des gens n’est ce pas?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.