La fée Fafa

Au chevet de la Contrée des Milles Promesses, les Fées Collectivistes de Gochie et les Fées Collectivistes de Droatie se sont penchées…

La Contrée des Milles Promesses est en ébullition : les petits lutins s’agitent et devront bientôt désigner, parmis tous les elfes, qui sera bientôt leur prochain chef. En pratique, l’ébullition ne gagne tout au plus que deux cantons de la Contrée : le canton de la Gochie, et le canton de la Droatie. Les autres cantons, eux, se tapent bien le grelot de savoir si le prochain Elfe sera d’un canton ou de l’autre, c’est pas ça qui les fera manger…

Mais ce beau pays est un peu particulier : tout ce qui s’y passe est comme décalé dans le temps. Certains disent que les idées qui germent existent en fait depuis des décennies dans les autres contrées (et qu’à ce titre, elles sentent un peu le moisi, mais nous leur laisserons leur appréciation personnelle). D’autres prétendent que cette impression de décalage est liée au fait que les deux cantons de Gochie et de Droatie sont tellement à leurs petites affaires qu’ils en oublient complètement ce qui se passe ailleurs. Et comme tous les autres habitants de La Contrée sont persuadés que les deux cantons décident vraiment de leur sort, ils sont pendus aux nouvelles des événements et des péripéties qui agitent les lutins de Gochie et de Droatie. Progressivement, leur rythme cardiaque se ralentit et ils en viennent à vivre comme en hibernation en attendant, résignés, qu’un chef leur soit désigné.

Dernièrement, c’était le canton de Droatie qui faisait la une des discussions de tavernes. Il semblerait que deux Elfes Enharks se disputent comme des chiffoniers pour savoir lequel des deux a le plus gros zizi. Pour le moment, aucun des deux n’a emporté le point décisif. Le combat reste ouvert, d’autant que pour le moment, la seule chose certaine est que si leur zizi est aussi gros que leurs gonades, on n’est pas prêt d’avoir un gagnant.

Aujourd’hui, c’est le canton de Gochie qui alimente les palabres de coin de table. En effet, ce canton est très malade : quand on pose des questions à leurs habitants, la moitié répond systématiquement oui, l’autre systématiquement non, et les deux moitiés se chamaillent alors vigoureusement pour savoir qui criera oui ou non le plus fort. Ce canton a donc besoin d’un chef. Et plusieurs fées se sont penchées sur les petits lutins pour leur proposer leur aide. Mais la plus forte d’entre elle, c’est la Fée Fafa. On l’appelle comme ça, car elle est fafabuleuse : elle sait, sans tomber, se tenir debout puis pencher complètement sur la gauche au point de quasiment toucher le sol, et, comme un Culbuto, revenir à une position médiane rapidement, quand les éléments extérieurs le demandent. Elle peut même, affabulent certains mal intentionnés, empoisonner le sang de centaines de lutins sans en subir aucune conséquence ; elle a le don d’être responsable, mais pas coupable …

La Fée Fafa n’est pas très gentille.

En effet, cette fois-ci, la Fée Fafa a proposé quelque chose de bizarre : qu’on amène le salaire minimum à 1500 pistulons. En effet, à 1000 pistulons, les petits lutins qui n’étaient pas assez bons pour valoir ce salaire ne pouvaient pas bosser et restaient en marge de la société. La Fée Fafa n’aime pas les petits lutins. Elle demande alors d’augmenter le salaire miminum. Ainsi, un petit lutin qui est tout à fait rentable à 1000 pistulons doit être payé 1500. Mais à ce prix, il n’est peut-être plus rentable. Alors il perd son emploi. Et comme il ne trouvera plus d’emploi pour 1000 pistulons et qu’il ne vaut pas 1500, il reste sans emploi.

Sacré Fée Fafa.

J'accepte les Bitcoins !

1NTicLAaRj5jxMTVhmTZNkFq5LGAybEiTP

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)