La santé au quotidien

Comme me le disait récemment M’ame Michu, une voisine à la philosophie populaire bien trempée, la société, de nos jours, évolue de plus en plus vite. On n’a même plus le temps de s’habituer aux nouvelles technologies qu’il en survient de nouvelles. De même, les normes, les obligations et les habitudes changent avec d’autant plus de célérité que l’Etat, grand pourvoyeur de règlements nouveaux, s’ingénue à flanquer par terre la plupart des rites, valeurs et comportements de bon sens que l’histoire humaine a forgé au cours du temps…

Une des méthodes pour amoindrir le poids des traditions consiste pour le Léviathan à diffuser subrepticement des petits messages culpabilisants à chaque endroit, chaque moment de notre vie. Reprenant les idées marketing d’agroalimentaires affûtés qui consiste à mettre des morceaux de fruits dans les yahourts pour mieux vendre leurs préparations laitières, les gens de l’Etat s’évertuent à proposer des lois, des décrêts, des règlements « avec des morceaux de solidarité citoyenne et festive dedans ».

Procédé habile s’il en est puisqu’il arrive à faire passer n’importe quelle mesure insupportablement liberticide pour une opération nécessaire et bénigne, limite rigolote :

  • se faire arracher la moitié des fruits de son travail devient ainsi le passage obligé pour que la Solidarité de tous puisse s’appliquer. Cette solidarité peut même être officiellement citoyenne si elle s’exprime par delà les frontières, comme le propose dans un bolchevisme décontracté le candidat de secours du PS, Strauss-Kahn.
  • l’envoi de troupes dans un pays étranger, pour y défendre des principes dont les habitants n’ont que faire, ou, alternativement, aider des dictateurs à accéder au pouvoir ou à rester en place sera joyeusement appelé « Rayonnement de la Fraônce dans le Monde ».
  • la grève systématique et bi-annuelle d’une certaine catégorie coutumière de travailleurs fonctionnaires devient un point de passage normal pour qui veut défendre ses « acquis sociaux » que le « grand patronnat » et le « gouvernement ultra-libéral » entendent détricoter ; et dans l’optique du yahourt « avec des morceaux de fruits dedans », les joyeux citoyens festifs qui sont d’accord et encouragent le mouvement social, se mettent, comme les champignons aux premières pluies de septembre, à pousser par paquets sur les trottoirs où des cohortes de cueilleurs-journalistes viendront les interroger pour découvrir, ô surprise ! , que la rue est massivement d’accord avec le mouvement…

Ce ne sont bien sûr que des exemples, mais on peut noter que la technique d’insertion de messages subliminables marche si bien qu’à présent, plus personne ne remarque guère les incroyables mentions légales toutes plus aggressivement idiotes les unes que les autres. Il n’y a dès lors plus rien d’étonnant au silence compact qui a accompagné l’obligation de messages sanitaires pour l’industrie agroalimentaire.

Bientôt donc, en achetant un bon burger ou en tentant, honteusement, de s’enfiler un cassoulet en boîte, on va devoir se taper des Messages Sanitaires Intelligents Qui Veulent Notre Bien :
-Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour
-Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière
-Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré ou trop salé
-Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas

Progressivement, les industriels proposeront leurs barres chocolatées, visiblement gavées de sucre et de graisses, ou leurs petites spécialités fromagères, manifestement intentatoires à la bonne santé publique, dans des lieux spécialisés. Des ghettos se formeront, des établissements spécialisés en FatFood ouvriront, probablement à côté des sex-shops et dans les rues interlopes des villes françaises. Dans quelques années, à ce rythme, engloutir une choucroute pasteurisée ne pourra s’envisager qu’entre deux bars à hôtesses. Peut-être les péripatéticiennes proposeront-elles à leurs clients les plus fortunés un extra comme un Bounty, ou, pour les escort-girls les plus huppées, après un rail de coke, un Twix et/ou un Mars…

En attendant, on se prépare aux prochains messages (moins hypocrites) apposés sur le produit qu’on va ingérer :
-Pour votre santé, ne me mangez pas : je suis très gras, très sucré et parfaitement inutile.
-Pour votre santé, jetez-moi le plus loin possible à de multiples reprises, en courant.
-Pour votre santé, ne mangez ni trop ni trop peu. Respirez régulièrement. Pas plus d’une relation sexuelle par mois. Oubliez-moi, je rends impuissant.
-Pour votre santé, ne me mangez pas entre les repas, ni au repas, ni la nuit, jamais. Laissez-moi me dessécher.
-Pour votre santé, savez-vous que des cobayes sont mort en ne se nourrissant que de moi pendant toute leur existence ?
-Pour votre santé, apprenez que 12 tonnes de CO2 ont été relâchées dans l’atmosphère pour m’acheminer, et que ma production menace directement ou indirectement 124 espèces végétales et animales. Bon appétit. Salaud.

Mais, comme M’ame Michu me l’évoquait, la société évolue si vite qu’il est fort probable que ces messages, s’ils doivent s’adapter, n’iront pas en se déshypocrisant. On peut plutôt s’attendre, compte-tenu de l’arrivée dans la vie active d’une population à l’orthographe … alternative, à des inscriptions plus intuitives :
-Pr vot sanT, évité de manG tro gra, tro sucré ou tro salé
-Pr vot sanT, évité de manG entr les repa
-Pr vot sanT, manG au moin sink fruit et légume /jour, mais pas en mm tan
-Pr vot sanT, pratiké une activité fizik régulR de footbal,

La diffusion de ces messages y gagnera ce que la franchise y perdra.

Ainsi va la vie !

J'accepte les Bitcoins !

16UgSg9ExCCYrGc1pmRcxz8VZ3hBvTbujU

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)