La transparence et les manœuvres

Bon, ça y est, c’est dit : Internet, c’est LE mal. Forcément. Et c’est même un ponte de cette nouvelle technologie qui en parle ainsi : le docteur en (télé-)communication Guaino. Il est même suivi dans son opinion par le célèbre hacker Jeff Copay. On se rappelle que ce dernier s’était rendu célèbre par ses intrusions répétées dans les ordinateurs de la Défense, de l’Hexagone, de l’Assemblée Nationale et qu’il avait notamment honteusement caviardé le site web de Ségolène, ce qu’on pourra observer sur Désir d’Infographie dont la réalisation, on peut le constater ci-dessous, est un véritable hommage aux années 90.

tisnofake(Après la bravitude, la pourritude)

En substance, quelle est la position de nos vibrants abrutis professionnels du webernet ?

Si l’on en croit le troll officiel de l’UMP (son pseudo de gangsta virtuel est probablement F_L3F3BVR3 sur Fo-Po), l’interweb serait un gros problème, parce que :

«dans la société de l’immédiateté et de l’instantané où Internet est roi, il ne doit pas y avoir de moments de relâchement ou de moments d’humour qui peuvent être ensuite interprétés»

Et c’est vrai que question relâchement, ouverture de sphincters et prouts en coulisse, on sent l’animal parfaitement au courant des méthodes qui fonctionnent.

Pour le Dr Guaino, de l’ICANN – Interweb Confusion for Administratives Nuts and Nitwit – le réseau des réseaux est un vaste problème qui mérite d’être traité rapidement, surtout que :

Pour l’instant, nous n’avons pas tout à fait appris collectivement à nous servir des nouvelles techniques de communication (…)

Bah oui : Henri, avec son mulot et son téléphone portable, il est très vite perdu. Pour lui, communiquer, c’est prendre un papier, format A4, petits carreaux et marge à gauche, et son gros Mont-Blanc qui lui permet de faire courir sur le velin ses pensées les plus profondes, ce qui donne une idée de la quantité de papier qu’on peut gâcher à l’Elysée.

Et parler, tapoter sur un clavier, regarder un écran lumineux sur lequel des petits caractères étranges viennent se bousculer, c’est … heu… disons qu’il faut apprendre collectivement à tout bien faire comme il faut. Il va même plus loin puisqu’il nous dit qu’en fait :

Internet ne peut pas être la seule zone de non-droit, la seule zone de non-morale de la société, la seule zone où aucune des valeurs habituelles qui permettent aux gens de vivre ensemble ne soit acceptée.

Car en effet, sur internet, on égorge, on viole et on étripe à tour de bras des bébés avant de les manger en salade. Pour se taper ensuite un rail de coke en regardant un film pédonazi. A lire Papy Henri, en tout cas, c’est nettement l’impression que ça donne.

Certes, il y a bien un blogue ou deux qui sont gentils et bien tenus (mais pas celui-ci, par exemple, puisque, rappelons-le, je fais dans le pédophile nazi partouzeur de gauche – je suis comme ça, moi) mais globalement, l’interweb est un repaire de voyous !

De voyous vous dis-je ! Il n’y a qu’à voir ces sites de mécréants gochisses et autres, aux opinions tranchées et trop bien renseignées, pour comprendre pourquoi l’interweb doit être régulé, à coup de pied et de matraques s’il le faut : en France, on a le droit de ne pas être d’accord, tant que c’est dans le silence feutré de corridors discrets.

Car a contrario, des gens qui parlent, comme ça, qui échangent des points de vue, sans aucune retenue, des expressions qui s’expressionnent librement dans la plus parfaite liberté d’expression libre, c’est, c’est… c’est totalitaire, mes enfants, c’est tout à fait totalitaire.

C’est le Dr Guaino de l’ICANN qui le dit !

Ce serait comme, soyons fous, si on laissait le marché gérer librement mettons, les télécommunications ! En effet, d’après le président de tous (et donc de l’interweb),

« Je suis assez sceptique et réservé sur le choix d’un quatrième opérateur de téléphonie mobile. Car le prix le plus bas n’est pas forcément le meilleur »

… ce qui revient à dire qu’offrir une baisse de prix et casser un oligopôle que l’état aura tout fait pour instaurer, ce serait gênant pour le pouvoir d’achat. Le sien, sans doute.

Non, décidément, on ne peut pas laisser communiquer les gens comme ils le veulent. On ne doit surtout pas laisser non plus les entreprises offrir des solutions pour ce faire à moindre prix. La concurrence, la liberté d’expression, tout ça, c’est mal. Comme internet.

Le plus rigolo, c’est qu’ensuite, certains clowns au front très bas viennent nous seriner que Sarko et sa clique seraient (ultra)libéraux !

On comprendra qu’avec des libéraux comme ceux-là, la France n’a pas besoin de socialistes.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires10

  1. Higgins

    « On comprendra qu’avec des libéraux comme ceux-là, la France n’a pas besoin de socialistes. » Entièrement d’accord. Je viens de relire le post du 9 juin 2008, visiblement, la liberté (la vraie pas l’ersatz) fait peur au PS de droite comme à l’UMP de gauche. A titre personnel, même si j’apprécie qu’on se soucie de moi au point de m’expliquer quoi manger, quoi penser et comment bouger, je préfère de loin qu’on en reste à des relations, que je souhaite des plus courtoises, (très) rares et éloignées. Pauvre France (à prendre danS tous les sens du mot).)

  2. Criticus

    offrir une baisse de prix et casser un oligopôle que l’état aura tout fait pour instaurer

    Cela dit, même avec un quatrième opérateur, cela resterait un oligopole. Le problème, dans ces cas-là, c’est qu’un surcroît de concurrence dépend du bon plaisir du « prince » (Élysée ou Commission européenne). Donc trois ou quatre, c’est kif-kif…

    1. @criticus : oui, il est probable qu’un nouvel oligopole s’installerait. Encore que… Free a déjà prouvé par le passé son caractère trublion. On ne peut pas totalement parier dessus dans ce cas, les enjeux étant assez gros, mais, néanmoins, on peut penser qu’une concurrence, pour Free, aurait du bon… En tout cas, ça ne pourrait pas empirer la situation actuelle.

  3. Evan

    Ce dossier de la quatrième licence mobile vaut son pesant de cacahuètes. Le lobbying du triumvirat en place est simplement faramineux, à TOUS les niveaux des relations avec l’Etat. Sarko n’a à peu près aucune connaissance réelle du dossier, il ne fait que répéter des conclusions soufflées à ses conseillers par Didier Lombard et ses petits copains, qui s’y entendent à ce jeu-là, au propre comme au figuré.

    Il faut savoir entre autres joyeusetés que les opérateurs sont actuellement dans une logique de réduction de l’activité boutique au profit de l’activité Internet, bien plus rentable. Le prétexte parfait pour brandir l’arme absolue : le spectre de licenciements massifs, en accélérant le processus, si les prix sur le marché venaient à chuter.

    Un exemple assez révélateur de ce marécage, ce sont les « raisons de santé » qui ont poussé le précédent patron de l’ARCEP, en charge de cet épineux dossier de la quatrième licence mobile, à démissionner au bout de moins de cinq mois. Des raisons pas dénuées de lien avec l’incroyable pression que tentent de mettre ces types rendus un peu fous par les milliards que génère cette poule aux oeufs d’or-là.

  4. Mow

    Si Sarko dit :
    « Je suis assez sceptique et réservé sur le choix d’un quatrième opérateur de téléphonie mobile. Car le prix le plus bas n’est pas forcément le meilleur », c’est qu’il pense que Free sera en mesure de faire baisser les tarifs, tout simplement.

    En parlant de la démission du patron de l’ARCEP ; le fondateur d’Iliad/Free, Xavier Niel, dénonce des pressions : « Si je me suicide, ou si je meurs dans un accident de voiture dans les trois prochains mois, vous comprendrez que les menaces étaient sérieuses, parce que je ne me sens pas du tout suicidaire et je conduis très lentement. »

    Internet oui, mais uniquement en mode minitel !

  5. lolik

    Free avait quand même promis de faire baisser la facture de 1000 euros par an par foyer de 3 abonnés. Il y a largement de quoi faire trembler les 3 piliers de la téléphonie mobile.

  6. Hoho

    > c’est qu’il pense que Free sera en mesure de faire baisser les tarifs, tout simplement.

    C’est surtout qu’il pense, comme d’habitude, que les gens sont incapables de faire des choix.

Laisser un commentaire