Un petit problème de récupération

Quand il fait beau, qu’on est plein de vitamines parce qu’on mangibouge comme il faut bien dans les Recommandations Officielles de Gouvernemaman, qu’on est plein de peps et qu’on a du temps libre, qu’on est Parisien, jeune et à la page, le samedi, on branche vite vite son iPod, on enfile son jeans Diesel, son t-shirt Abercrombie, ses Crocs et hop, on va … à la TechnoParade se faire dépouiller.

Comment ça, vous n’étiez pas au courant ?

Ah bah oui, c’est normal : la presse mainstream n’en parle pas. Du tout. Nada. Keud. Rien. Il ne s’est absolument rien passé à ce rendez-vous, et il n’y a donc rien à signaler. Libération vous le dit : … ah bah non, ils ne disent rien. Alors Le Monde explique que … Ah, zut, non plus. Heureusement, le Figaro … Et flûte, rien non plus.

Il y a bien un petit entrefilet de l’Agence Fausse Presse, mais c’est surtout pour dire qu’il n’y avait, à 18H, aucun incident à déplorer, ce qui est très optimiste, surtout si l’on tient compte du chiffre de 100.000 personnes présentes. Même pas un petit malaise ou deux : rien.

Pas de doute. Nous avons à faire, ici, à une de ces authentiques …

… dont les médias français ont le secret. On notera que TF1, France2 ou les autres sont aussi festifs et pétillants sur le sujet : cette techno-parade 2009, c’est un succès !

Ah tiens, si, il y a ces quelques lignes, ici, qui disent :

Malheureusement, ce ne fut pas le cas d’Antoine Clamaran et de Joachim Garraud qui n’ont joué que très peu de temps…Pour causes, les émeutes place de la Bastille, qui ont perturbé cette fin journée. La Techno Parade 2009 a dû interrompre ses festivités une heure à l’avance. Seul point négatif à notre connaissance pour le moment.

Mais non mais non. Si le reste de la presse n’en parle pas, c’est que ça n’existe pas, voyons. Mieux, le Ministre de la Culture, cet ultra-libéral acquis à la cause capitaliste qui a rejoint le gouvernement d’un seul bond, jappe joyeusement : « La Techno Parade est un grand moment de gaieté qui permet aux Parisiens de prendre possession de leur ville » . Quant à Jack Lang, ce dangereux financier de la droite mondialisée libéralo-libertarienne et qui a lui aussi décidé de fricoter sans honte avec ce gouvernement de droite fasciste, explique : « A voir la richesse et la diversité des chars cette année, je crois que le mouvement techno est arrivé à une certaine maturité et que son public est toujours plus large et plus varié, ce dont je me réjouis. »

Vous voyez ?

La République, après de nombreuses années de vaches maigres et d’une austérité – notamment budgétaire – où chaque denier était précieusement compté, épargné et comptabilisé scrupuleusement, avait besoin de ce petit relâchement devant la reprise fulgurante et la croissance, la disparition du chômage et la relance de nos industries les plus florissantes ! Il fallait faire une pause dans le sérieux et la rigueur intellectuelle qui ont présidés, ces derniers mois, à chaque déclaration, chaque action pesée et mesurée de notre gouvernement.

Alors paf : champagne, bulles, musique qui pulse, sourires pepsodent et un peu de bling-bling people sous des canons à confettis. Il fallait bien ça pour fêter le renouveau français !




Et ne gâchons pas ce merveilleux moment de détente Citoyenne & Festive par des mensonges et des allégations fantaisistes sur d’éventuelles émeutes, incidents, vols avec violence en réunion, harcèlements, insultes, coups et blessures. Non.

Pourtant, des vidéos existent.

Et là, je suis un peu gêné.

D’une part, parce que cette information n’a pas été traitée du tout par notre presse de génie que le monde nous envie et qui croule sous les subventions. C’est agaçant, cette absence totale d’information sur un phénomène de société qui, s’il n’est pas encore habituel, n’en demeure pas moins de plus en plus répétitif. C’est troublant, de la part de journaux qui ont pourtant très souvent le goût du sensationnalisme facile. C’est inquiétant qu’une telle démonstration de violence ne fasse pas plus de bruit alors qu’elle démontre un réel problème de fond…

D’autre part, si cette information n’a pas été traitée par les journaux mainstream, elle n’en demeure pas moins disponible pour d’autres médias. Et c’est là que se situe le plus grave problème : voilà l’information récupérée immédiatement par ceux qui n’ont jamais hésité à traiter le sujet. Vous l’aurez compris : parce qu’une certaine presse se refuse à traiter un sujet qu’ils qualifieront de « non-sujet » car politiquement incorrect, on le retrouvera géré par … l’extrême-droite qui aurait bien tort de se priver.

Il apparaît pourtant ici manifeste que de la racaille – il n’y a pas d’autres mots – se déplace en bandes massives, arrive dans un emplacement normalement sécurisé et policé, peut y agir de façon relativement importante avec assez peu de réaction, et quand, enfin, les CRS agissent, ces mêmes racailles bénéficient d’une clémence médiatique assez hallucinante : pas un mot.

Oh, gageons qu’il se trouvera toujours une belle âme pour défendre l’absence totale d’entrefilet narrant ce qui a bien pu se passer ce soir-là par un « Oui, mais on ne veut pas attiser les comportements (sécuritaires / xénophobes / racistes / trouvez ici un adjectif politiquement correct qui ne vous choque pas) » : ce sont, à les croire, des actes isolés, qui ne font pas partie d’un groupe d’actes pourtant fort ressemblants les uns des autres et qui vont tous dans la même direction : un délitement de plus en plus important de la société française, qui érige de véritable clans (ici, les racailles de banlieue d’un côté, de l’autre, les bobos parisiens, pour faire simple), dont les comportements deviennent de plus en plus prévisibles et caricaturaux, et clans dans lesquels il est très difficile de voir cette « mixité sociale » dans laquelle se roulent avec bonheur nos deux petits bisounours Frédéric et Jack.

Cependant, quelques points positifs ressortent de ce magma politiquement incorrect :

  • Internet montre encore une fois qu’on peut obtenir des informations précises, circonstanciées et bien différentes des informations « officielles » ou des canaux habituels. Il faut s’armer de prudence, Internet offrant le meilleur et le pire. Justement : ça fait marcher son esprit critique. C’est bon pour les neurones.
  • Basiquement, les actes pratiqués dans ce cadre montrent que le racisme fonctionne dans les deux sens, contrairement au matraquage culpabilisant seriné par les lobbies étatistes subventionnés et par les cuistres vivant de la calomnie. Sauf à vivre à Bisounoursland comme nos deux remuantes endives enculturées, il y a bien un problème de racisme en France, et principalement dans le fait que plus personne n’ose en parler.
  • Cette « légère fausse » note arrive à point pour montrer que cette mixité artificielle, plus décrétée que réelle, est une vaste blague organisée pour des bobos festifs avant tout pour faire parader des politiciens nauséabonds.

Accessoirement, on notera que des racailles viennent troubler cette fête monstrueuse payée aux frais des contribuables. C’est presque comique de savoir que nos impôts subventionnent à la fois la fête qui pulse et les personnes qui vont la bousiller.

Vu de loin, ce pays qui pulse au son de David Guetta est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires47

  1. Criticus

    Je les ai vues en vrai, ces émeutes : je rentrais chez moi par Bastille quand je me suis pris un nuage de lacrymo dans le nez et la gorge. En ouvrant un peu les yeux, j’ai vu (à peu près la même chose que sur cette vidéo). J’ai hésité à en faire un billet, puis je me suis dit : attends d’en savoir plus par les médias, tu n’as qu’un point de vue subjectif, etc. Et voilà…

    1. @Criticus : le problème étant que si on n’en parle pas, on fait le jeu de l’extrême-droite par sa récupération, et si on en parle, on se retrouve avec les bisounours en meute sur le dos qui eux, continueront de ne surtout pas voir un problème dans la belle société qu’ils se sont construite dans leur tête.

      1. Tiens, un petit lien intéressant … On y lit :

        Je me rappelle qu’une de mes premières notes, où j’indiquais naïvement l’origine de ces jeunes, m’a été retournée par le cabinet avec le mot entouré. On m’avait alors expliqué qu’il fallait dire les choses autrement, parce que sinon cela risquait de renvoyer une image raciste de la police. La maladie du politiquement correct a rendu le phénomène ethnique tabou.

        Sans blague…

  2. Emma

    « Vu de loin, ce pays qui pulse au son de David Guetta est foutu. »
    Vu de près aussi, h16, les bobos festifs n’y changeront rien.

    Contente de vous retrouver après cet intermède peu amène de Free qui n’accepte pas le comptage, dites-vous, savez-vous pourquoi ?

    Il s’agit d’un pur problème de qualité de service, compréhensible par ailleurs : stocker la fréquentation en base, c’est s’exposer à des tables de dizaines puis rapidement centaines de Mo qui grossissent et prennent de plus en plus de place et de bande passante. Comme l’hébergement est gratuit, ils imposent cette restriction, qui ne me paraît pas aberrante.

  3. Criticus

    si on en parle, on se retrouve avec les bisounours en meute sur le dos qui eux

    C’est ce qui s’est passé pour l’agression du Noctilien, ou encore la blague d’Hortefeux : si on parle de l’agression, ou si on refuse d’accabler Hortefeux, on dit la même chose que Fdesouche, et donc… on est d’« esstrêmedrouâte ». Je rétorque à chaque fois que si Le Pen disait aimer la tarte Tatin (mon dessert préféré), je continuerai d’en manger…

    Eh bien, certains sont assez cons pour cesser d’en manger…

  4. jaar

    La différence de traitement avec l’affaire Hortefeux est pour le moins…intéressante. Les différents médias citoyens vigilants ont l’indignation très sélective.

  5. Chitah

    Désormais, il faut rapporter tout fait divers, j’y crois pas.

    En 2005 et 2006, mes amis aux USA avaient l’impression, compte tenu des images diffusées dans ce pays en provenance des media français, qu’une guerre civile au centre de Paris s’était déclenchée, que l’Elysée était sous protection de l’armée, etc.

    Si on appelle cela « cacher des choses à la population », je crois qu’il va falloir que je révise mon vocabulaire, moi. Je ne comprends plus les mots.

    Dans cette vidéo de la Technoparade, on voit quoi? Une bande de voyous en train de foutre la merde. Soit. Genre, le truc qui n’est jamais arrivé depuis la naissance de la France par le sacre de Clovis. C’est le premier acte de violence de tous les temps?

    Faudrait vraiment que quelqu’un comme Harald donne son point de vue sur le sujet.

    1. Le problème n’est pas seulement qu’on n’en parle pas, mais qu’on ne parle que d’un seul côté, ce qui aggrave la situation ou, à tout le moins, crée des tensions.

      On va faire tout un foin des propos d’Hortefeux, et rien de ceci. En toute bonne logique, il aurait aussi fallu faire preuve de retenue pour Hortefeux.

      On va aussi pudiquement cacher l’existence de problèmes graves (ici, c’est certes un fait divers, mais après de nombreux autres, similaires, répétés).

      Et puis bon, il s’agit de quelques incidents, mais si c’est relativement sans gravité, pourquoi la presse n’a même pas jugé bon de faire un entrefilet ? Parce que bon, là, il ne s’agit pas d’une minimisation de faits, mais d’une absolue et totale omission de cet élément dans l’événement. Quand je dis qu’il n’y a rien dans la presse, c’est rien de rien du tout. Même pas un « On peut déplorer quelques incidents en fin de manifestation » ou un truc dans ce style. Rien.

      Pêcher par excès ou par omission, c’est toujours pêcher.

  6. Chitah

    Il n’y a aucun lien, si ce n’est dans la tête des membres du MRAP, entre les propos de Hortefeux (qui relèvent de la blague à la con) et des violences sur les personnes.

    J’avais écrit jadis un billet sur Mondo Dingo pour parler d’un fait : au XIXème siècle, il est arrivé que les préfets fassent donner la troupe dans des endroits comme le lycée Louis-le-Grand. On parle même pas du quartier des Halles à l’époque, de Montmartre, ou bien à l’heure actuelle de La Courneuve ou Villiers-le-Bel.
    On parle du lycée Louis-le-Grand!

    Et d’ailleurs, dans ce billet, cher H16, sache que je te cite : http://mondodingo.blogspot.com/2009/05/un-debat-bidon-de-plus-la-violence.html .

    Je te cite :
    « Maintenant, éloignons-nous un peu du porridge institutionnel qu’on nous livre ici prédigéré. On peut alors se poser la question de savoir ce qu’il y a de si fondamentalement différent entre, mettons, les années 1970 et maintenant, qui fait qu’à l’époque, les problèmes de sécurité n’étaient pas aussi grave et qu’ils le sont à présent ? Et peut-être (supposition audacieuse) ce problème ainsi posé, trouverons-nous qu’il ne ressemble pas à un clou, et peut-être trouverons-nous une réponse qui ressemblera à autre chose qu’à un n-ième marteau ? »

    Si j’étais taquin… 😉

    Ps : note que c’est vraiment pour faire progresser la discussion que j’écris tout cela, ce n’est pas comme sur d’autres supports où mon deuxième ou troisième but est de faire tourner en bourrique les tenanciers. 😀

    1. Oui, eh bien justement, dans les années 70 (cf le lien commentaire 11h13) , la violence était très différente : même niveau, mais il n’y avait pas les mêmes problématiques. Et ce qui m’intéresse, ici, n’est pas en soi la différence de problématiques (s’agit-il d’un problème ethnique, social, etc…) mais la différence de traitement médiatique qu’il y a entre les propos d’Hortefeux (ou, disons, n’importe quel acte claironné comme raciste justement par le MRAP & cie) et ces événements là : pourquoi et comment en sommes-nous arrivés à surréagir aux premiers et sous-réagir aux seconds ? C’est ça, le sujet de l’article (d’où le classement en Pignouferie de la Presse, hein). Différence de traitement qui aboutit à une récupération.

      C’est plus clair, là ?

  7. Flak

    « Il n’y a aucun lien, si ce n’est dans la tête des membres du MRAP, entre les propos de Hortefeux (qui relèvent de la blague à la con) et des violences sur les personnes. »

    il y a un lien tres net entre des evenements graves non couverts et le remplissage des medias par des evenements sans importance matraqués a lenvi.

  8. alex6

    La reaction de Chitah est celle de nombreux Francais, habitues a ce type de delits devenus banals.
    J’etais moi-meme franchement de cet avis avant de quitter la France et de decouvrir ce que vivre en securite signifie. Par securite cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de danger mais que l’atmosphere n’est pas a la mefiance permanente, bref que le risque d’agression est percu comme accidentel et non pas comme ayant une forte probabilite de se realiser n’importe ou n’importe quand.
    Le maintien de la securite devrait etre le principal objectif de l’etat puisque c’est ce qui permet uniquement de justifier l’impot (pas 50-60% bien sur) et le moindre delit devrait etre puni. Je ne comprends toujours pas comment nous avons pu en arriver a tolerer des zones dites de non-droits, c’est proprement effarant.

  9. Hoho

    Le politiquement correct.
    Sans nier qu’il puisse y avoir un caractère ethnique ou raciste chez ces bandes, je ne pense pas qu’il s’agisse de la cause profonde de ces violences ; c’en est juste une manifestation. Car en Angleterre (ainsi qu’en Irlande) il y a le même genre de racailles, mais ce sont généralement des irlandais ou des anglais de souche.

    Je cherche un point commun, qui n’est donc ni l’ethnie ni la religion, ni le passé colonial, et qui n’est pas non plus le niveau de pauvreté, puisqu’il y a des populations bien plus pauvres qui ne souffrent pas de ces phénomènes de bandes délinquantes. Jusqu’à présent le seul point commun que j’ai trouvé… les logements sociaux et l’assistanat. Vous avez dit politiquement incorrect ? 🙂

    1. Il apparaît certain qu’en favorisant la mise sous biberonnage des gens, on accroît leur dépendance et leur incapacité à s’en sortir (i.e. il y en a toujours qui arrivent à s’extraire de la misère dans laquelle l’État les maintient, mais ils sont de moins en moins nombreux et c’est de plus en plus dur). C’est en cela, très probablement, que la nature de la violence a changé – même si effectivement, sa quantité, elle, n’a probablement pas évolué des masses : non, la société n’est pas plus violente, elle est violente différemment avec des personnes différentes pour des raisons différentes.

  10. Bitchy

    Tu te bases sur des vidéos sur lesquelles on ne comprend pas réellement ce qui se passe, la 2e est claire mais ça n’est vraiment qu’un petit groupe de personne…
    Y a-t-il réellement des événements notables ?

    De plus, les deux vidéos montrent effectivement des « émeutes » à Bastille, incidents dont la presse parle, tu le cites toi-même :
    « Malheureusement, ce ne fut pas le cas d’Antoine Clamaran et de Joachim Garraud qui n’ont joué que très peu de temps…Pour causes, les émeutes place de la Bastille, qui ont perturbé cette fin journée. La Techno Parade 2009 a dû interrompre ses festivités une heure à l’avance. Seul point négatif à notre connaissance pour le moment. »

    Si il faut des émeutes pour faire taire Clamaran ou Garraud, je suis pour.

    1. @Bitchy : « la presse » c’est 1 (un) article dans un site spécialisé électro. Absolument rien ailleurs. Mieux : trouve moi un article sur un média mainstream genre Figaro, Libé, Le Monde, parlant de la fin poisseuse de cette Technofarce. J’aimerai bien, je n’en ai pas trouvé du tout.

      Il existe quelques autres vidéos beaucoup plus claires, sur différents sites. Il y a aussi des témoignages directs de personnes que je connais qui ont vécu les événéments et il ne s’agissait pas d’un nouveau move de dance.

      Pour finir, oui, ce qui est dommage, c’est que Clamaran et Garraud se soient arrêtés faute de public éparpillé par les CRS et les racailles. C’eut été plus rigolo s’ils avaient eux-mêmes été victimes, là, je suis d’accord avec toi.

  11. Arkh

    @Bitchy
    « Y a-t-il réellement des événements notables ? »
    C’est vrai qu’une petite baston générale au milieu d’une fiesta est une chose normale.
    De même que le fait qu’ils ne vaut mieux pas se promener dans certains quartiers. Et puis, une petite agression dans les transports en commun, ce n’est que 5mn à passer.

  12. Robert Marchenoir

    « C’est là que se situe le plus grave problème : voilà l’information récupérée immédiatement par… l’extrême-droite. » (H 16)

    Voudriez-vous bien me dire en quoi ce serait un problème ?

    C’est tout de même du plus haut comique, cet argument qu’on retrouve partout. Personne ne parle de ces agressions, et vous pensez (à juste titre) que ce silence constitue un problème.

    Personne n’en parle, sauf… l’esstrêmdrouate (Fdesouche, en l’occurrence). Et là, soudain, ça devient le contraire : c’est le fait d’en parler qui constitue le problème !

    La dissonance cognitive (en bon français : incapacité à se dépêtrer d’un siècle et demi de propagande gauchiste) est quand même hallucinante.

    Vous évacuez d’avance la seule conclusion évidente de vos propres constatations : c’est l’extrême-droite qui a raison.

    1. @Marchenoir : bah non, ce n’est pas le fait d’en parler qui constitue un problème (puisque je le fais). C’est le fait que seule l’extrême droite en parle, ce qui en fait un problème strictement raciste dans l’oeil des socialauds alors qu’il s’agit d’un problème plus vaste. Quant à « l’extrême-drouate qui a raison », elle a effectivement raison de constater qu’il y a un problème, mais je ne la suivrai pas dans ses conclusions sur les méthodes à adopter.

  13. Robert Marchenoir

    H 16 : qu’entendez-vous par « un problème strictement raciste », et plus précisément, par le mot « raciste » dans cete expression ?

    1. Je dis que dès lors que l’extrême-droite parle du problème (et peu importe ce qu’elle en dit réellement), les socialistes estiment qu’elle en fait un problème raciste, i.e. que la situation provient d’une différence fondamentale de race. En clair, dans l’oeil du gauchiste de base politiquement correct, l’extrême-droite transforme tout problème en problème de race dès qu’elle s’en occupe.

      Et le fond de l’article pour moi réside dans cet aspect des choses qui aboutit à occulter l’évidence : a/ des noirs attaquent des blancs en France, b/ aucun média généraliste n’en parle.

  14. Bitchy

    Le réel problème est dans ta dernière phrase h16 :
    « a/ des noirs attaquent des blancs en France, b/ aucun média généraliste n’en parle. »

    Des noirs ? C’est une énorme généralité, honteuse qui plus est je trouve, bien sûr des blacks faisaient partis des « gangs » mais il y avait sûrement leurs collègues de type caucasiens et de types maghrébins…

    Honteuse ? Tiens donc et pourquoi ? J’aurai dû dire « Des Schtroumpf attaquent des blancs » ? Et inversement, quand deux blancs attaquent un noir, je dois dire que deux blancs attaquent un schtroumpf, ou dois-je pousser en disant que deux schtroumpfs attaquent un noir ? Je serai curieux d’en savoir plus, tiens, à ce sujet …

    De plus, leurs actes n’ont rien à voir avec leur type physionomique mais plutôt avec leur environnement, leur éducation…

    Bourdieuseries. Je connais des noirs, des maghrébins et des caucasiens qui viennent du même environnement, ont subi la même éducation (nationale), et… ne détroussent pas le bobo frétillant. Soit tu considères ceux qui s’en sortent comme des sur-êtres, soit tu regardes les choses en face et tu vois que ceux qui foutent la merde ont manifestement choisi ce comportement. C’est bien beau de rejeter la responsabilité de ces racailles sur « leur environnement, leur éducation », mais on voit ce que ça donne sur le long terme. Bravo.

    Je trouve que ce que tu disais jusqu’alors était plutôt cohérent mais là tu te décrédibilises totalement et rentres dans la pensée extrême droite : se sont les noirs qui foutent la merde, viront les noirs, il n’y aura plus de merde…

    Je te mets au défi de me citer là où j’ai écrit « viront les noirs ». Homme de paille ridicule.

    Comme si la violence urbaine était arrivée en France en même temps que les débuts de l’immigration, ridicule.

    Je n’ai jamais émis cette hypothèse. Encore un autre homme de paille. En général, quand on en arrive là, c’est qu’on s’éparpille dans le politiquement correct à deux francs.

    Pour Arkh : je disais que si les événements se limitaient à ce qu’on voyait sur les 2 vidéos présentées, non je ne trouve pas que ce soient des événements notables… Tout comme la fameuse agression dans un bus de nuit, ce sont des choses qui arrivent,

    Et on doit donc les trouver normales. C’est parfaitement normal. Circulez, y’a rien à voir, rien à dire, rien à faire. Position courageuse, intelligente et qui résout instantanément le problème. Bravo.

    si l’on devait tout répertorier tous les jours, la presse ne serait plus qu’un ramassis de faits divers…

    Ah parce que ça n’est pas le cas ? Parce que parler des bavouseries ridicules d’Hortefeux et des calembredaines de Sarko ou de Villepin, c’est mieux ? T’es un drôle, toi.

    De plus, avec le jeu du « qui est la cité la plus dangereuse », tout répertorier ne ferait que maximiser tous ces actes et on reviendrait à une compétition nationale de cramage de voiture entre cité…

    Oui. N’en parlons pas. On a réussi à ne pas en parler sur les 30 dernières années, on doit pouvoir tenir encore quelques décennies de plus. Et puis, les problèmes, c’est bien connu, ça se résout tout seul moyennant quelques milliards à des associations de quartier.

    Bouffon.

  15. Hank

    « on dit la même chose que Fdesouche »

    Les gars de Fdesouche ne « disent » pas grand chose, pourtant. C’est là à la fois leur force et leur faiblesse. Des faits, seulement des faits. Mais pas, ou peu d’analyses.

    L’avantage, c’est que l’information étant livrée brute (articles tirés de la presse classique, vidéos, etc), nul ne peut les accuser de faux, ou de manipulation. À chacun de se faire son opinion.

    L’inconvénient, c’est que sans analyse, sans développement un minimum intellectualisé, le niveau a beaucoup de mal à s’élever… Sans même compter qu’au fond, exactement à la manière d’un journal télévisé classique, la revue de presse type Fdesouche participe, d’une certaine façon, à sidérer le jugement. À cause de la rafale d’informations.

  16. Hoho

    Je lis de temps en temps fdesouche.com, on y trouve parfois des choses intéressantes (le truc c’est d’éviter de lire les commentaires…)

    Pour répondre à Bitchy, je vais citer Finkielkraut : « Quand un fasciste fait quelque chose de pas bien, on va pas lui chercher une enfance malheureuse »

    Rien n’excuse de tels comportements. Cela n’empêche pas de reconnaître le rôle clairement néfaste joué par l’Etat français : planification urbaine désastreuse, clientélisme, chômage de masse, assistanat, fonctions régaliennes (sécurité/justice) complètement défaillantes, prohibition, échec de l’éducation nationale, etc.

  17. Robert Marchenoir

    « Je dis que dès lors que l’extrême-droite parle du problème (et peu importe ce qu’elle en dit réellement), les socialistes estiment qu’elle en fait un problème raciste, i.e. que la situation provient d’une différence fondamentale de race. En clair, dans l’oeil du gauchiste de base politiquement correct, l’extrême-droite transforme tout problème en problème de race dès qu’elle s’en occupe. » (H 16)

    Jusque-là, nous sommes d’accord. Mais en quoi cela conduirait-il à regretter que l’extrême-droite parle du problème ? Parce que dans ce cas, il faudrait faire taire tous ceux qui irritent la gauche… C’est absurde !

    Mais diable voyez-vous que je regrette ça ? Je regrette que personne d’autre n’en parle. C’est quoi, au juste, que vous ne comprenez pas dans ce qui est en gras ?

    A moins que vous ne pensiez, vous, que la situation n’ait rien à voir avec la race, qu’il se trouve qu’il y avait beaucoup de Noirs parmi les agresseurs, mais qu’il y avait peut-être aussi des plombiers ou des bouddhistes parmi eux, qu’il y a des cons partout, et que cette présence massive de Noirs cogneurs n’a pas plus de signification que le fait que tel agresseur ait eu un furoncle sur le nez, ou un autre une carie aux molaires.

    Mais ce n’est pas l’impression que j’ai retiré de votre billet. D’où ma question.

    Tout le billet tourne non pas sur la couleur des agresseurs mais sur l’absence de médiatisation. La couleur ne sert ici que de prétexte aux médias pour ne pas parler du problème. Ensuite, des individus se focalisent sur ce point et reviennent plusieurs fois à la charge pour tortiller le billet dans tous les sens. C’est pénible.

  18. Robert Marchenoir

    Sinon, quand même, sur les assertions de Bitchy… Je ne veux pas taper un type à terre comme nos amis de la Diversité, mais on lit de ces trucs…

    « Comme si la violence urbaine était arrivée en France en même temps que les débuts de l’immigration, ridicule. »

    Ah bon ? Avant l’immigration afro-musulmane, la police se prenait des pierres, des machines à laver et des coups de fusil sur la gueule, dans les quartiers de HLM ? Des enfants de 16 ans répondaient à un flic « Fais pas chier, c’est ramadan » ? Ils leur donnaient de violents coups de poing dans la figure ? Ils s’attaquaient aux pompiers ? Ils mettaient le feu aux voitures ? Ils jetaient des cocktails Molotov fabriqués en série ? Et cela, de manière identique et suivant les mêmes tactiques à travers toute l’Europe ?

    « Tout comme la fameuse agression dans un bus de nuit, ce sont des choses qui arrivent. »

    Ce sont des choses qui arrivent maintenant. Avant, elles n’arrivaient pas. Et il faudrait trouver cela normal, que ces choses arrivent ? Il faudrait s’y résigner ?

    Bah, ouais, on est en train de violer ta femme et de te taillader la gueule à coups de cutter, mais fais pas chier avec ça, hein, c’est des choses qui arrivent…

  19. Hoho

    > Et cela, de manière identique et suivant les mêmes tactiques à travers toute l’Europe ?

    En Angleterre, les racailles (« chavs ») sont en majorité des anglais de souche, et en ce qui concerne la violence gratuite ils n’ont strictement rien à envier aux racailles françaises. Et s’ils ne lyncheront pas quelqu’un aux cris de « sale blanc », ce sera généralement aux cris de « salé pédé ».

    Ce n’est pas du tout nier le fait que les racailles françaises puissent être racistes. Mais je ne pense pas que ce soit la cause du problème ; c’en est plus vraisemblablement une conséquence.

    Pour prendre un autre exemple, en Irlande il y a également ce que l’on appelle en France des gens du voyage. Sauf que ce sont des irlandais de souche (avec des noms bien irlandais), et qu’on les appelle les « irish travellers ». Mais la population déplore également de leur part des actes d’incivilités, de délinquance, de criminalité, etc. C’est donc pour moi plutôt ce mode de vie nomade qui est en cause, plus que l’origine de ceux-ci.

    1. Ce n’est pas du tout nier le fait que les racailles françaises puissent être racistes. Mais je ne pense pas que ce soit la cause du problème ; c’en est plus vraisemblablement une conséquence. (HoHo)

      Voilà.

  20. Chitah

    @H16 : j’aimerai savoir ce qui te permet de dire que, parce que les « agresseurs » sont noirs, les media ont décidé de ne pas en parler. Juste un élément, une preuve.
    A l’inverse, moi ce que je soutiens c’est que c’est un évènement négligeable, et qu’il est donc inutile d’en parler : un rassemblement comme la Techno Parade, comme une manif, ça se termine toujours plus ou moins par des échauffourés. Et, tiens-toi bien, c’est justement pour cela que les flics sont là!

    Enfin dernier point : tu devrais arrêter d’employer le terme « politiquement correct », c’est un concept totalement bidon. Pour le PCF et la LCR, nous sommes toi et moi des tenants du politiquement correct libéral, et de la pensée unique libérale alors…. http://mondodingo.blogspot.com/2009/02/les-expressions-creuses-de-la-politique.html

    Amicalement,

    Chitah

    1. Montrer que les médias n’en ont pas parlé, c’est assez simple : 0 article (ou plutôt, c’est très dur d’exhiber un article de presse). Que c’est parce que ce sont des noirs, on n’en saura jamais rien et c’est improuvable, tu le sais bien : si c’est le cas, les journalistes concernés s’en défendront avec vigueur. Accessoirement, ce n’est pas (toujours pas) le sujet de l’article – d’ailleurs, le mot « noir » n’y apparaît pas. Que c’est un événement négligeable, peut-être, mais les paroles d’Hortefeux le sont aussi et pourtant… Quant à « Ca se termine toujours comme ça », c’est très mauvais, comme argument. C’est exactement comme dire « Ca ne sert à rien de parler de la malaria, parce que tu comprends, c’est toujours comme ça que ça se passe ».

      Au fait, ton lien donne des informations intéressantes sur la pensée unique. Je parlais de politiquement correct. C’est connexe mais pas semblable.

  21. Bitchy

    Je trouvais juste honteux que tu dises que ce sont des noirs, sur les vidéos on peut très bien voir qu’il y n’y a pas que des noirs.

    Et je n’ai pas dit non plus qu’il n’y avait que des noirs.

    Alors arrête avec toutes tes conneries s’il te plaît.
    Ton langage pompeux ne cache pas le vide de ta pensée.

    Si ma pensée est vide, la tienne est très très convenue et tes procédés rhétoriques grossiers, et je ne vois même pas pourquoi tu perds ton temps à venir discuter ici. Je ne t’ai pas forcé. On note cependant que tu aimes bien prêter beaucoup de pensées (de préférences nauséabondes) à tes interlocuteurs. On continue les hommes de paille. Dommage, ça se voit.

    Je ne disais pas que tu disais que virer les noirs résoudrait un problème, mais que ta pensée est similaire au début du schéma raciste, càd que ce sont les noirs qui foutent la merde.

    Bah non, et c’est précisément parce que tu as bien du mal à comprendre ce que je dis que tu en arrives à ce genre de conclusions. Pour toi, évoquer un problème dans les médias, trouver qu’ils font une discrimination étrange de l’actualité, c’est se comporter en raciste. L’art du raccourci à la portée des caniches.

    Je ne t’ai pas traité de bouffon donc ne m’insulte pas, individu insipide.

    Tu manques singulièrement de classe. Bouffon t’allait très bien concernant ta dernière tirade. Là, tu ne comprends pas pourquoi le discours « faut pas en parler » agace prodigieusement celui qui se fend d’un article pour justement expliquer pourquoi il faudrait plutôt en parler ou traiter le problème. C’est un peu pathétique ou ça dénote d’un manque d’effort flagrant.

  22. Bitchy

    Je me retire de ce débat, tu ne cherches pas à comprendre ce que te disent les autres, reste comme tu es surtout.

    C’est ce qui arrive quand le rapport signal/bruit est médiocre.

    1. Tiens, Le Mâonde se réveille enfin… une semaine après les faits :
      http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/25/des-bandes-organisees-de-jeunes-ont-violemment-perturbe-la-techno-parade_1245106_3224.html#xtor=RSS-3208

      Ooooh comme c’est étrange… A noter, on attend encore un petit article pour le train mis à sac :
      http://www.nicematin.com/ra/cotedazur/212670/cannes-le-train-mis-a-sac-entre-saint-raphael-et-mandelieu

      Evidemment, on est toujours dans le fait divers sans intérêt en soi (c’est l’accumulation qui donne un sens à l’histoire). On se demande pourquoi, alors, tous les journaux ont relayé la palpitante information suivante (qui, elle, ne peut mener à accumulation) :

      http://www.leparisien.fr/faits-divers/marseille-un-homme-abattu-en-pleine-rue-19-09-2009-644954.php

      Tous les faits divers ne se valent pas…

  23. El Gringo

    Dans notre douce France, tout le monde sait bien que les agressions sont le fait de certains individus et que nomadisme va de pair avec cambriolages.
    Ces individus sont facilement reconnaissables:

    – Ils sont jeunes
    – Ils vivent en « tribus »
    – Ils ont leur propre code vestimentaire
    – Ils ont leur propre musique
    – Ils ont leur propre langage
    – Ils sont marqués par une religion
    – Ils appartiennent à la même ethnie
    – Ils ont des « chefs » et des « soldats »
    – Ils sont nomades
    – Ils s’entrainent à des activités « physiques »
    – Ils sont… différents

    Alors cessons cette hypocrisie, ces individus si facilement identifiables, ces individus que tout le monde sait reconnaitre, ce sont…

    … les Boy-scouts!

  24. Chitah

    Ils sont surtout un autre point commun ces jeunes noirs, ces jeunes arabes, ces jeunes musulmans, etc. En plus de leurs signes distinctifs (vêtements, langage, etc.) ils ont en commun ce qui me paraît tout à fait fondamental. Et même deux peut-être.

    Le premier, de loin le plus important, ils sont en situation d’échec scolaire.
    Le second, et ce n’est peut-être pas qu’une boutade, ils ont des relations charnelles extrêmement rarement (leur profil fait que la femelle n’est pas très attirée).

    Je ne comprends pas pourquoi je suis le seul à dire un fait indubitable, que ce phénomène de violence de bandes de jeunes gens est tout sauf récent. Il doit dater de l’urbanisation, de l’exode rural, ou que sais-je encore.
    Mais les Apaches, les Blousons Noirs, ça doit quand même dire quelquechose à quelqu’un non?
    http://ww2.editionsladecouverte.fr/webcc/sog_dec/notice_reference.html?F_ean13=9782707153456

    Les violences de ce type, c’est comme les cambriolages : il y en aura tout le temps, jusqu’à la fin des temps, au moins x par an.

    La réaction face à ce genre de faits divers est simple : police, justice, prison le cas échéant, mise à l’épreuve, puis re-police, re-justice, etc.

    A plus les jeunes!

  25. Chitah

    Juste pour préciser mes deux points communs :
    – il ne doit pas y avoir beaucoup de polytechniciens dans ces bandes de jeunes gens, ni même de simple Bac+1 à la fac.
    – quand on a une copine, on ne s’amuse pas à passer son samedi après-midi à faire le débile avec ses potes. Surtout que ça doit pas leur arriver souvent d’en avoir une d’ailleurs.

    1. Je suis en réalité d’accord avec ton constat et je vais même plus loin en remarquant que le ratio de Mesquida est très défavorable dans les cités. En tout cas, même si cette violence existe sous d’autres formes depuis un moment, elle montre surtout un échec cuisant des politiques sécuritaires, sociales et d’intégration.

  26. Chitah

    Exact, c’est grâce à Gadrel devenu Punu que j’ai découvert cet intéressant indicateur, dont le calcul exact dans ces fameuses cités à problèmes serait extrêmement intéressant..;)

  27. maurice b.

    > elle montre surtout un échec cuisant des politiques sécuritaires.

    Plutôt un retard accumulé, d’années en années, par rapport à d’autres pays, en raison des politiques menées par les socialistes.

    Aujourd’hui, le gouvernement fait face.
    ———————–
    L’installation de caméras de vidéosurveillance va être facilitée par une loi qui sera prochainement débattue au Parlement et l’Etat va aider les communes exploitant ce type de systèmes à hauteur de 20 millions d’euros, soit le double de l’an passé, a déclaré le Premier ministre François Fillon qui présentait vendredi (02/10) en banlieue parisienne le plan national de prévention de la délinquance
    http://fr.news.yahoo.com/3/20091002/tfr-securite-videosurveillance-fillon-71c19f3.htm

    1. Mon pov’momo, mais si les caméras servaient à quelque chose, ça se saurait !

      http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2008/05/06/004-cameras_uk.shtml?ref=rss

      Selon l’inspecteur de police Mike Neville, responsable du Bureau des images, identifications et détections visuelles (Viido) de la police de Londres, l’utilisation de cette technologie est jusqu’ici un « véritable fiasco ».

      (notez la date de l’article : 2008. La France est encore en retard d’un ou deux trains)

      Alors, momo, on fait comment, maintenant, pour ne pas claquer 20.000.000€ en pure perte ?

  28. maurice b.

    > Alors, momo, on fait comment, maintenant, pour ne pas >claquer 20.000.000€ en pure perte

    Un récent sondage réalisé par « Le Figaro » montre que plus de 80% des personnes interrogées sont très favorables à des investissements dans les systèmes de video-protection et approuveront la décision annoncée par le Premier Ministre.

    Plein de récents sondages montrent que les Français rêvent de devenir fonctionnaire. C’est sûr que c’est une voie d’avenir. Gouverner, c’est, dit-on, prévoir, pas sonder et aller dans le sens du courant. Surtout si ce dernier se jette finalement d’une haut d’une falaise.

  29. Harald

    Chitah,

    Tu poses certains problèmes, seulement tu ne vas pas jusqu’au bout. Bien sûr les zyvas sont en échec scolaire, mais il est essentiellement de leur fait. Personne ne les a obligés à foutre le souk en cours, personne ne les a poussés à sécher comme personne ne les a poussé à préférer l’activité délictueuse voire criminelle pour certains, rares heureusement, à la vie rangée d’un honnête citoyen. Je connais, tu connais des jeunes qui sont nés dans le même contexte et qui ont fait des choix différents et qui aujourd’hui ont réussi à se faire une place. Seulement ceux-là ne chantaient pas l’air de la pauvre victime du racisme de la société blanche, ils se sont retroussés les manches.

    Sur la non nouveauté de ce type de délinquance, je suis d’accord avec toi lorsque tu cites les apaches. C’est en partie à cause de la montée inquiétante de leurs actes de violence que Clémenceau a créé les fameuses brigades du tigre. Les blousons noirs, ce fut anecdotique, peu violent en définitive et les quelques bandes axées sur la délinquance furent rapidement éliminées. En revanche, ce qui m’inquiète, c’est de voir depuis quelques années ces bandes sortir de plus en plus de leurs « territoires » pour venir de manière plus ou moins organisée, ce qui montre qu’une sorte de lien informel est en train de se tisser, se servir sur la capitale, par exemple. Ce qui est nouveau également, c’est une plus grande homogénéité ethnique, surtout chez les blacks. Cela dénote une radicalisation montante, un net refus des toutes les valeurs dans lesquelles nous croyons.

    Quant à vous Momo, ce n’est pas parce que 2 ou 10 millions de cons demandent quelque chose, que c’est intelligent. La vidéo surveillance, c’est inefficace. Ca repousse la délinquance vers les villes, quartiers qui ne sont pas équipés et qui comme par hasard ne sont pas des villes de rupins comme Levallois-Perret ou Neuilly sur Seine. En fait, ça ne dissuade que le brelot moyen, pas malin, pas équipé intellectuellement pour bosser intelligemment. Je puis vous assurer que bon nombre de truands savent fort bien se débrouiller malgré la présence des caméras. Vous voulez vraiment faire baisser la délinquance ? Vous voulez vraiment que le simple citoyen soit réellement protégé ? Si la réponse est oui, elle ne sera pas policière, à moins de mettre un flic dans chaque rue. Rendez aux citoyens la capacité de pouvoir se défendre. Lorsque le possible gain d’une agression sera contrebalancé par le risque d’y laisser des plumes, vous verrez la tendance s’inverser. Pour l’heure, le citoyen est un agneau livré pieds et poings liés à la racaille et lorsqu’il fait mine de vouloir défendre son bien ou les siens la rigueur de la justice s’abat plus férocement sur lui que sur la gouape qui l’a aggressé.

  30. maurice b.

    > Quant à vous Momo, ce n’est pas parce que 2 ou 10 >millions de cons demandent quelque chose, que c’est >intelligent.

    Lorsque 2 à 10 millions de personnes demandent quelque chose, à l’UMP nous sommes à leur écoute.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.