Le samedi soir, Jean-Paul prendra les transports !

Avec les régionales, nous allons avoir droit à quelques grands moments de bravoure. Pour la région Île-de-France, c’est Jean-Paul Huchon qui s’y colle. Il nous parle Transports En Commun, et ses visions d’avenir à ce sujet pour sa région. Ça tombe bien : j’adôôôre les transports en commun. Je me suis donc jeté sur l’info. Slurp.

Et je n’ai pas été déçu.

Dès le départ, ça parle grandes idées, projets d’avenir et surtout, révolution !

« Il y a trois ans, en prenant la tête du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (Stif), j’ai engagé une révolution des transports. J’entends la poursuivre »

Effectivement, le bougre n’a pas tort. C’est bien de révolution dont il s’agit ici. Rappelez-vous, c’était il y a … 30 ans, 15 à tout casser : les RER passaient, les gens étaient trimballés (pas très bien, mais tout de même) du point A au point B, dans un temps relativement prévisible et à peu près décent.

Certes, cela puait. C’est une caractéristique du métro et du RER parisiens : ils puent. Ca sent le gaz, le caoutchouc brûlé et le dessous de bras prolétaire, … l’urine et le vomi parfois.

Mais, à ces petits écarts olfactifs, il y a une vingtaine d’années, les transports parisiens étaient pourris mais praticables. Et effectivement, grâce à l’action vigoureuse du Jean-Paul, on est maintenant dans un autre domaine.

Soyons objectifs : ça pue toujours autant. Ce n’est donc pas exactement du côté des fragrances délicates et variées qu’une révolution aura été engagée. Non. C’est sur le reste: les RER tombent de plus en plus souvent en panne, ce qui les empêche d’être encore plus souvent en grève.

Eh oui : le matériel concurrence maintenant directement les forçats du rail parisien dans la course à celui qui en fichera le moins lourd dans une journée complète. Les avaries se suivent, se ressemblent et se répètent donc à un rythme effréné. Notons que les grèves, malgré tout, restent dans la course ; tenez, pas plus tard que demain, paf ! ils remettent ça.

C’est la révolution de Jean-Paul qui va être contente : demain, c’est révolution frénétique d’usagers sur eux-mêmes, petites rotations nerveuses sur des quais venteux histoire de ne pas se refroidir dans les frimas d’un mois de février frisquet. Heureusement, Jean-Paul, les usagers usagés ont probablement déjà payé leur abonnement.

Ici, je fraudez ! n’inciterai pas à la fraude dans les fraudez, bordel ! moyens de transport en commun fraudez, ne payez plus ! de la capitale. Ce n’est pas mon genre fraudez, on vous spolie !, et puis c’est illégal et tout ça.

Jean-Paul reste pourtant droit dans ses bottes et le dit : le réseau de transport francilien est le « réseau le plus efficace du monde« . Sauf « pour le RER A, B, C, et D« .

Soit 50% du trafic passager au moins. Zut. Disons, pour atténuer les choses, que c’est le réseau le plus efficace pour permettre à des trains de bouger. En terme de trafic de passagers, c’est un réseau … mmmhh …. comment dire… en pleine révolution. Oui, voilà. C’est un réseau en pleine révolution.

Et puis bon, efficace, efficace, c’est vite dit. Et c’est même sous-entendu « efficace à la Française » : changement subreptice (ou presque) de chauffeur entre les portions SNCF et les portions RATP. Car pour nos amis qui ne le savent pas, le réseau francilien est découpé en tronçons dont certains sont gérés par la RATP (grèves du mardi au jeudi), et d’autres par la SNCF (grèves le lundi et le vendredi, plus le 1er mercredi du mois sauf en août – relâche le samedi). Les tronçons gérés par la RATP sont réservés à des chauffeurs de la RATP. Les tronçons de la SNCF sont réservés, vous l’aurez compris, à des conducteurs de la SNCF. Certains, rares sans doute, ont la double compétence (grève mardi + lundi, je suppose). Dès lors, ils peuvent enchaîner les mouvements syndicaux et les stations sans s’arrêter.

Vous me suivez ?

Et bing le train !

C’est un peu complexe, mais c’est français. Qualité française. Du solide, du robuste, de l’éprouvé par l’histoire, le temps et par des millions de passagers tous les jours.

Jean-Paul n’est pas dupe, cependant, et il admet, bien aimablement, que « Les contrats entre le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), la RATP et la SNCF ne sont pas exécutés d’une manière totalement satisfaisante » ; c’est le moins qu’on puisse dire. Disons que si un contrat exécuté de façon « totalement satisfaisante » était une pâtisserie, les contrats dont Jean-Paul parle seraient un bout de pneu avec de la chantilly dessus : confort, fréquence, accessibilité : autant de sujets de rigolade.

Et pour l’avenir, il nous prépare quoi, le Jean-Paul ?

Eh bien c’est très simple : comme ce n’est pas avec son argent et que c’est le moutontribuable de Paris (le plus dodu) qui paye, il a ouvert toutes grandes les vannes des finances à bêtises, et il propose donc une « nouvelle tarification: la gratuité pour les jeunes en insertion » ; oh bah voilà qui est original : le thème du Demain On Rase Gratis, en version politique, et décliné saveur Transports.

Hors novlangue, cela veut donc dire que les tarifs vont augmenter, et que le gratuit pour les jeunes en insertion sera payé par tous les autres, qui sont bien entendu heureux de le faire : c’est ça, la vraie joie du partage et de la distribution socialiste. Souriez.

Il est vrai que la mesure est pragmatique : quand un « jeune », de nos jours, est contrôlé et qu’il n’a pas payé, cela fait surtout beaucoup de paperasse. Et la paperasse, ce n’est pas écolo.

Encore une fois, ce sont les bobos qui se déplacent en Vélib sur les 2 km qui séparent leur foyer de leur travail qui seront très heureux de cette mesure. Les abonnés des cartes oranges 5 zones, qui paieront la facture (pour des trains qui ne passent pas, au demeurant) apprécieront le ferroutage de leur portefeuille vers ces jeunes avec beaucoup d’enthousiasme. Puisqu’on vous le dit !

Question renouvellement de matériel, Jean-Paul a aussi tout prévu : « En 2015, il n’y aura pas un train SNCF de plus de dix ans, contre trente-cinq en moyenne aujourd’hui ». On appréciera le « en moyenne », qui laisse ce petit parfum de doute et d’imprécision propre aux grands ensembles étatiques. Et donc, en 2015 (soit à la fin du prochain mandat, bien sûr), les trains auront tous été achetés après 2005. Ce qui est hautement improbable.

Mais bon soit : il y aura donc des trains quasi-neufs qui circuleront partout où il n’y a pas grève et lorsque les interconnexions se déroulent bien.

Au passage, pourquoi diable le renouvellement des trains ne s’est pas fait plus tôt ? En gros, qu’est-ce qui a justifié d’attendre le prochain mandat pour avoir de jolis trains tous neufs et pas seulement repeints ? Mmmh ?

Bref : les vannes du crédit sont toutes grandes ouvertes, vous dis-je. Tant et si bien que Jean-Paul nous le déclare : « Nous souhaitons étendre l’offre du samedi soir – idéalement toute la nuit –, sur tout ou partie du RER et sur certains métros. »

J’ai comme une idée que ça ne va pas bien se passer… Voyons. Des rames, pas très pleines. En pleine nuit. A Paris. Miam. Et puis avec les contrôleurs ou conducteurs agressés le soir, il y a grève le lendemain matin. C’est mécaniquement intéressant, tiens. Une expérience sociale, en quelque sorte : avec le transport gratuit des djeunzs (qu’on ne pouvait pas contrôler de toute façon sous peine de déclencher une émeute ou une forte déception) et les transports de nuit, on va pouvoir tester le meilleur de ce qui se pratiquait à New-York fin des années 80 / début 90 dans les métros. Chouette.

Et puis tiens, si l’on écarte la raison réelle purement électorale qui pousse Jean-Paul à tenter de nouvelles expériences sociologiques, quelle est donc la raison officielle affichée par notre sémillant volatile pour claquer toutes ces thunes ? (remarque orthographique : notez l’importance du démonstratif ces dans la phrase précédente – il s’agit bien de ces thunes là, et non ses thunes à lui – car, à n’en pas douter, Jean-Paul y ferait sans doute bien plus attention !)

Oui, donc, pourquoi diable ? Par verdisme, pardi !

« J’ai la conviction que des transports collectifs modernes et réguliers sillonnant l’Ile-de-France sont le meilleur moyen de lutter contre le réchauffement climatique »

Voilà, c’est dit.

Si Jean-Paul va donner à toute une faune l’occasion d’exprimer sa créativité en pleine nuit, s’il va faire payer les uns pour donner « gratuitement » aux autres, s’il va continuer à révolutionner les transports en Île-de-France avec la maestria qu’on lui connaît, c’est parce que – ne regardez pas ailleurs – la Terre se réchauffe et tout ça. Si si.

Sacré Jean-Paul.

La soupe est bonne, hein ?

J'accepte les Bitcoins !

1N2ryQ1jD58TnV9fDqPfZHJUBiB5oVZFCS

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires11

  1. Erzatz

     » c’est le moutontribuable de Paris (le plus dodu) qui paye »

    TARATATA… c’est le contribuable français et non uniquement le francilien qui rince la RATP….En bon Lyonnais, je subventionne allègrement vos chères (très chères) déplacements…

  2. Higgins

    C’est dans ces moments-là, les grèves à la SNCF, que le sens du mot « ponctualité » prend toute sa signification. Aussi régulier que la succession des jours et des nuits, scrupuleusement à l’heure (de 20h00 à 8h00), le déroulement et le cérémonial de ces grèves symbolisent à eux seuls toute la rigueur propre au célèbre esprit cheminot. Dans une entreprise en faillite virtuelle (sans les généreuses subventions allouées par les pouvoirs publics), je crois sincèrement qu’il y a des combats plus importants.

  3. Valuebreak

    Alors comme ça mon cher Jean Paul, « les moyens de transport sont la meilleure façon de lutter contre le (jamais prouvé scientifiquement et prétexte bien commode pour le ver des taxes de toutes natures) réchauffement climatique » …

    Y a plus simple, tu sais, Jean Paul …

    Supprimer toutes tes taxes et contributions pour permettre enfin à des entrepreneurs locaux d’embaucher et de former des travailleurs locaux logés localement … c’est encore plus efficace pour lutter contre le vilain réchauffement climatique tu sais, Jean Paul …

  4. Sanksion

    Mais comment faîtes vous pour être toujours aussi drôle coup sur coup ? Aucun loupé. Quel talent. Quelle pertinence. Je vous demanderais en mariage si je ne préférais pas les femmes. ^^

    cya++

  5. alex6

    Prendre le rer apres 22h, ca ressemble a un des tours operator a la Houellebecq.
    Grace aux transports parisiens, j’ai ete en retard a un entretien et ai failli rater un avion (qui heureusement etait aussi en retard), le tout en un peu moins d’un an et en utilisant tres rarement les dits « transports ».

    Une veritable revolution consisterait a eradiquer ces vermines communistes syndicales et a les mettre au boulot. Quant aux jeunes dynamiques, ils ne payent de toutes manieres pas leurs titres donc franchement…

Laisser un commentaire