Censure : on en remet une couche !

Parfois, il est simplement inutile de trier dans les nombreux sujets que l’actualité nous propose. C’est la déferlante, et on ne peut que livrer, quasiment en vrac, quelques commentaires incrédules sur une situation française de plus en plus consternante.

L’ahurissement est en effet le sentiment le plus fort qui prend la personne normalement constituée lorsqu’elle découvre que, comme pour chaque loi dans le domaine internet, une toute petite poignée de politocards (une trentaine sur 577 théoriques) vient de saboter consciencieusement une liberté fondamentale dans la plus parfaite indifférence des médias mainstream.

Mes lecteurs habituels trouveront que je me répète, mais dès qu’on quitte les médias spécialisés pour rejoindre la presse grand public, c’est la déroute intellectuelle et l’abandon du bon sens ou des priorités essentielles en rase campagne contre une poignée de lentilles subventionnées.

En effet, la plupart des journaux spécialisés (qu’ils le fussent dans le domaine de la photo, de l’informatique ou des voitures tunées) sont animés par des journalistes passionnés par leur matière et dont l’organe vit, très généralement, des seules ventes et abonnements qu’ils réalisent et qui ne sont basés, finalement, que sur la qualité de leur production jugée à l’aune unique de leur lectorat.

C’est donc dans cette presse qu’on peut par exemple prendre connaissance des pilonnages massifs que l’Internet subit actuellement en France. Dans Libé, Le Monde, Le Figaro ou dans les feeds gluants de bien-pensance idiote de l’Agence Fausse Presse, on ne trouve qu’une petite musique de fond, les habituelles resucées de lieux communs qui ne coûtent pas cher, et les indignations en prêt-à-imprimer (collection hiver 2010/2011) qui permettent de continuer à toucher de la subvention sans soucis.

On découvre ainsi que la loi LOPPSI2 a été adoptée (et notamment son article 4), qui permet le déboulonnage de domaines internet entiers sans le passage normalement logique par une autorité de justice. Ceci permet très habilement, en utilisant la menace pédonazie, de faire passer un assouplissement gigantesque de la possibilité de censure active, tout en ne résolvant en rien le problème : le procédé proposé va en effet rendre inaccessible un site illégal (pédophile ou autre) sans en supprimer le contenu. Oui oui, c’est bel et bien du moquage de visage.

Jeune : la loppsi te protège contre les pedonazis

Hier, je notais que la même loi permettait aux autorités compétentes de revendre, en toute discrétion, les données personnelles collectées lors des formalités de carte grise, à qui paierait suffisamment. Certes, cela va enfin me permettre, moyennant quelques centaines d’euros d’achat de listing, de pourrir les boîtes à lettres des possesseurs de Twingo jaune canari (qui sont des scandales ambulants) mais tout de même : jusqu’où iront les besoins de financement d’une administration exsangue ? Pour le moment, les fichiers « carte grise », mais bientôt, pourquoi pas les fichiers « fiscaux », voire, plus rigolo et lucratif, les « dossiers médicaux patients électroniques » ? Non ?

Fini les pedonazis grâce à la loppsi

On pourrait s’arrêter là, mais non, c’est décidé, on ne pourra pas lâcher l’affaire aussi vite puisque l’encre à peine sèche sur les papiers de la LOPPSI, on apprend, là encore pas du tout dans les médias qui devraient pourtant hurler à la censure, que la Haute Autorité Destinée à Observer les Petits Internautes étudie, justement, comment observer ces petits internautes en espionnant le trafic en streaming.

Logo HADOPI : haute autorité destinée à observer les petits internautes

Pendant ce temps là, la presse bruisse (mal : il y a, grâce aux mafieux de la CGT Livre, des grèves chez Presstalis) de palpitantes révélations comme, par exemple, celle que les Français déplorent la dégradation de leur service public, mais – et on est vraiment heureux de l’apprendre, c’était indispensable pendant qu’on nous détricote l’internet en douce – ils sont un sur deux à se dire prêt à payer plus d’impôts pour les améliorer.

Ça tombe à pic, notez bien, parce que les impôts vont justement augmenter sans relâche dans les prochaines années. Et le plus amusant, c’est que les services publics seront quand même de plus en plus pourris.

Toujours dans les billevesées en une, Libé nous exhorte à penser que l’Euro survivra à la crise, parce que c’est comme ça, et puis bon, voilà : tous ensemble, on peut y arriver, serrons nous les coudes, installons les euro-bonds, pardon, les obligations européennes de José-Manuel, et vous verrez, tout passera comme une lettre à la poste. On trouve des traces de neige un peu partout dans les quotidiens : c’est le frémissement de la panique de découvrir qu’il peut y avoir une nouvelle fois de la neige en décembre. Les Polonais, les Russes, les Canadiens et les ours polaires rigolent.

Enfin. Pas tous les ours polaires. Seulement ceux qui ont eu l’idée de s’accoupler avec des grizzly. On apprend, là encore consterné, que la presse se fait grandement écho d’un article de Nature qui décrit l’apparition d’une hybridation entre les grizzlys et les ours polaires, et qui met bien sûr cette occurrence sur le dos … du réchauffement climatique, c’est troporible.
(note : dans les commentaires, je fournirai un lien sur la dépêche de l'Agence Fausse Presse sur le même sujet, dégoulinante de n'importe quoi réchauffiste, qui vaut à elle seule son pesant de cacahuètes bio-équitables)

Bref : en République Socialiste du Bisou Qui Cogne, la censure n’est définitivement pas un sujet d’importance.

J'accepte les Bitcoins !

15RJyArv96W9qNg6MdMr7HWtMEyomuzH3Z

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires36

  1. Pour le feed de l’agence franchement partisane, c’est ici :
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5in-z5loMYzDQdJHQBdR6zjNbnLtg?docId=CNG.effcfc6e7717a2772084384a18998d1b.291

    et c’est du yaourt avec des morceaux de fruits carbono-centrés dedans :
    « Le recul de la banquise dans l’Arctique, causé par le réchauffement climatique, peut favoriser des croisements entre ours brun grizzly et ours polaire et conduire à l’extinction de ce dernier »

    Ben voyons. Luttons contre la disparition des mammouths !

      1. Epicier vénéneux

        Des putes à ours bruns ?

        Les ours hybrides mourront avant les autres: visibles sur la banquise, ils n’approcheront pas un seul Bibiphoque à moins de 200 mètres; de même dans les forêts: se planquer dans du vert et du marron quand on est blanc à tâches brunes, vous imaginez la galère.

        On n’a pas fini d’entendre parler des Truands de la Congère, de leurs problèmes pour chasser dans le Grand Nord, la faute aux ours blancs tout gras qui, eux, se gavent de Pingu et de Bibiphoque sans partager. Ils se draperont dans leurs fières origines forestières et les baleines, qui n’ont jamais mis les pieds en forêt mais dont le chant est si mélodieux, appelleront à l’intégration en niant l’existence des territoires perdus de la banquise.

        1. philippepsy

          Il parait que certains ours bruns auraient niqué des baleines donnant naissance à des « baleinours », une sorte d’hybride pensant trente tonnes, ayant plus ou moins la forme d’un ours mais avec des fanons plein la gueule à la place des crocs ! Est-ce que tu confirmes l’information H16 ?

  2. Sébastien CERISE

    Bonjour H16,

    L’Internet ne restera pas très longtemps un espace de liberté totale, et c’était prévisible.

    Quand on entend des ministres de la République dire que la transparence, c’est le totalitarisme, de quoi peut-on encore s’étonner…

    Internet est probablement le dernier caillou dans la chaussure de ceux qui pensent que le peuple ne soit pas savoir, pas penser, pas être informé…

    Et ils sont en passe de réussir leur pari…

    Pauvre France et pauvre monde !

        1. Monoi

          C’est bien ca le probleme, la majorite silencieuse (si elle existe, parce qu’il ne faut pas sous estimer la quantite d’abrutis qui pensent que l’etat nous veux du bien et que l’internet, c’est le far west, donc americain, donc mal et plein de pedonazis) est tellement silencieuse qu’on ne l’entend pas.

          De plus, meme lorsque cette majorite dit non (cf. referendums), les politocards s’en foutent et passent outre.

  3. Higgins

    Si on était sûr que ça s’accompagne de la disparition des c…. Pour paraphraser le grand Sacha Guitry, l’union du PS de droite et de l’UMP de gauche aboutit au plus glauque des croisements. Malheureusement, l’inverse est également vrai. On va bientôt pouvoir supprimer le mot Liberté des frontons des mairies et le remplacer par c….erie.
    J’ai trouvé sur un blog, une bonne définition du travail des journaleux français: « On lèche, on lâche, on lynche. »

  4. Before

    Il y a longtemps que notre devise « Liberté, Egalité, Fraternité » me fait rire jaune…

    Liberté : no comment, « liberté individuelle » est un concept élastique en France. LOPPSI est un coup de rabot de plus…
    Egalité : devant la loi en France ? Ah bon (codes du travail, régimes de retraites, pas de class action, etc …).
    Fraternité : remplacé par assistanat généralisé obligatoire.

    Pfff

  5. Libertas

    Triste journée pour la liberté et le droit en France. Où est la séparation des pouvoirs ? Que dit le ministre de la justice à ce sujet ? Les sénateurs ont supprimé les termes « après accord de l’autorité judiciaire » qui avaient été ajoutés grâce à un amendement de Lionel Tardy en première lecture à l’Assemblée nationale. Il ne reste plus que le Conseil constitutionnel pour mettre un frein à la censure administrative (dans sa jurisprudence Hadopi, il avait exigé l’intervention du juge) : intervention d’un juge, et au minimum possibilité de contrôler la liste des sites censurés. Les gouvernements ne sont pas des anges, et abusent de ce type de pouvoir, comme cela a été démontré en Australie : http://www.smh.com.au/articles/2009/03/19/1237054961100.html Quis custodiet ipsos custodes ? Soutenez la Quadrature du Net !

  6. Flak

    le blog de jean quatremer est a se pisser dessus de rire.
    J’aime particulierement quand il dit que les ‘MarCheS FiNanCier Attaquent l’eUro » , c’est altercomprenant hardcore.

  7. omer

    « …c’est le frémissement de la panique de découvrir qu’il peut y avoir une nouvelle fois de la neige en décembre. Les Polonais, les Russes, les Canadiens et les ours polaires rigolent… »

    En effet, j’imagine la tête des Russes pendant que le pauvre Fillon pinaillait sur les 3 cms selon la police ou les 10 cms selon les automobilistes…
    Il doit en falloir plus que ça et plus longtemps à Moscou pour créer la pagaille !

    1. D.E man

      y-a plus qu’a espérer que tous ceci s’arrêtera quand la France fera faillite. (le pire c’est qu’ils pourraient tenir absolument à ce genre de choses idiotes!)

  8. Kelevra

    malgre leurs efforts desesperes pour controler internet, jamais ils ne pourront, tout simplement parce que l information c est comme l eau, rien ne peut l arreter.
    HADOPI devait faire disparaitre d un coup de baguette magique tous les pirates, quelle rigolade!!! toujours autant de monde qui echange sur les reseaux P2P.
    la prochaine etape, c est controler les DPI, bien beau mais quand l information est cryptee, on ne peut rien controler du tout, et qui va crypter ses donnees : mafia, pedonazi mangeur d enfant etc etc
    l informatique progresse tellement vite, qu a peine ils ont pondu une loi qu elle est inapliquable.

      1. Epicier vénéneux

        Les parents ont toujours le pouvoir de balancer télés et ordinateurs, ainsi que de résilier l’abonnement Internet pour s’assurer que les petits branleurs n’aient pas accès au porno.

        C’est un vrai pouvoir.

        Si l’État décide de couper les fils de cuivre, les fibres optiques, de se réserver les réseaux hertziens et satellites, de surveiller les Postes, vous chiffrerez des données que vous ne pourrez partager.

  9. david h

    Et qui se souvient de l’affaire de censure en 2008 du livre de jeff jarvis, What would google do, qui explique comment Google a inventé une nouvelle recette du succès, et comment nous pouvons l’appliquer à bien des choses?

    Ce bouquin a été censuré en France, parce que Lagardère et Vivendi, proche du gouvernement, font une vendetta à Google.

    Le net fait débat depuis qu’il a le vent en poupe. Le mot d’ordre, c’est diabolisons l’internet, c’est un no man land juridique!

    La vérité, c’est que le gouvernement enrage de ne pas pouvoir exercer la censure sur le net comme il peut le faire sur les médias traditionnels!

  10. Higgins

    « …L’élu, qui fait partie des quatre députés socialistes présents lors du vote » ( http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/le-gouvernement-pourra-filtrer-internet-16-12-2010-1275995_47.php )

    C’est normal, il ne s’agit que d’un texte qui touche aux libertés.

    « Un politicien honnête est celui qui, une fois acheté, demeure acheté. » Robert A. Heinlein in « Sixième colonne » (éditions Terre de Brume, 2006, page 111). Vive l’honnêteté.

  11. adnstep

    La censure de certains domaines d’internet est une bénédiction. Elle permet un foisonnement intellectuel qui va permettre de relancer la recherche de nouvelles solutions à la diffusion tous azimut, et le plus rapidement possible, d’une quantité encore plus importante de données, sans possibilité d’interruption.

  12. Cultilandes

    « les Français déplorent la dégradation de leur service public, mais [...] ils sont un sur deux à se dire prêt à payer plus d’impôts pour les améliorer. »
    La moitié des français ne paient pas l’impôt sur le revenu. Seraient-ce les mêmes qui souhaitent payer plus?

      1. Cultilandes

        Il doit y avoir des personnes imposées à l’IRPP qui sont tellement enthousiastes, croyantes, même, qu’elles souhaitent payer plus.
        Sinon, il existe la solution de la flat tax, ou de l’augmentation de la TVA, ou du paiement direct des « services publics » par les usagers inconditionnels!
        Si ces gens veulent payer davantage d’impôts pour les « services publics » qu’ils utilisent, qu’on leur fasse payer les universités, les spectacles, les transports, les services sociaux, etc. au prix coûtant!

        1. Higgins

          « Si ces gens veulent payer davantage d’impôts pour les « services publics » qu’ils utilisent, qu’on leur fasse payer les universités, les spectacles, les transports, les services sociaux, etc. au prix coûtant! » Ça parait évident.
          J’ai eu une réflexion identique récemment en observant une personne qui payait ses achats dans un hypermarché avec des tickets restaurants. Ces derniers ne sont finalement que des salaires différés payés par l’entreprise. Au début, ils ont été mis en place pour faciliter les repas des salariés. Soit. Depuis, ils ont profondément évolué et servent à payer beaucoup de choses. Ne serait-ce pas plus simple au final de laisser cet argent à son destinataire et de laisser tomber cette usine à gaz? On peut faire un raisonnement identique avec les chèques vacances.

    1. Monoi

      Ce qui m’etonne toujours, c’est que cette moitie de francais a parfaitement le droit de faire des dons spontanes au tresor public.

      Je me demande si c’est un droit qu’ils exercent souvent…

  13. Cambronne

    Paru discrètement au Journal Officiel du 17 décembre dernier, un arrêté signé de la main du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, fixe le montant des indemnités des membres de l’Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des oeuvres de la protection des droits sur internet).

    Après avoir appris la rémunération, en juillet dernier, du secrétaire général d’Hadopi, Eric Welter, ancien monsieur TIC de Nicolas Sarkozy, pour un montant annuel brut plafonné de 180.000 euros par mois.

    par an, plutôt ;)

    Un décret paru discrètement le 17 décembre dernier au J.O. (Journal Officiel) par le ministère de la Culture prévoit de fixer le montant des indemnités des membres de cette même Haute autorité pour la lutte de la protection des droits sur internet.

    Il est accordé par séance plénière « aux membres présents du collège de la Hadopi » 250 euros brut par séance, révèle le magazine PC INpact, un montant plafonné à 6.250 euros brut annuel.

    Charges de personnel : 2 millions d’euros

    Concernant la commission de protection des droits, la même somme de 250 euros brut est accordé aux membres pour chacune des séances, une commission qui se réunit très souvent, notamment « pour valider l’envoi des mails », le plafond annuel est lui supérieur aux membres du collège, il s’élève à 26.000 euros brut par an pour chaque membre.

    Un montant qui ne couvre pas toute la rémunération, puisque lors du vote du budget de la Hadopi, en novembre dernier, la ligne « charges de personnel » s’élève à plus de 2 millions d’euros sans compter les 190.000 euros pour les « indemnités de présence » sur un budget total de 12 millions d’euros par an.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)