Wauquiez insiste pour continuer à cramer 120M€ par an

Le Parlement Européen est une institution internationale relativement fascinante : son siège est à Strasbourg, son secrétariat général est à Luxembourg et ses commissions sont à Bruxelles, et ce depuis plus de 50 ans. Cette organisation, ciselée dans la logique et le compromis politique les plus mous, aura permis l’installation d’une routine ahurissante de déplacements de députés, de personnel et de dossiers physiques, ainsi qu’une infrastructure informatique migrainogène que rien ne semblait pouvoir arrêter. Pourtant, petit à petit, des voix se font entendre pour demander l’arrêt de cette conspiration tranquille pour griller des thunes en toute décontraction.

Et c’est ainsi que mercredi, les députés ont voté une modification des séances plénières tenues à Strasbourg, ce qui va leur épargner un aller-retour en France.

Evidemment, ça n’a pas loupé : l’intelligentsia française, outrée et le bourrichon tout remonté contre cette atteinte scandaleuse à la dépense dirigée d’argent gratuit vers une ville de chez nous, s’est immédiatement fendue de communiqués rageurs par la voix de Laurent Wauquiez, le gâte-sauce en charge des affaires européennes dans la grande cuisine gouvernementale française.

Wauquiez, un vrai winner

Rouspétance et ronchonnements, il déclare ainsi :

« On va tout mettre en oeuvre pour protéger le fait que le Parlement européen reste et demeure à Strasbourg. Si jamais on doit saisir la Cour de justice, on saisira la Cour de justice. »

Il manque un petit « non mais enfin quoi bon franchement scrogneugneu« , mais l’idée y est.

En fait, les députés ont utilisé une petite astuce légale pour éviter de se cogner une semaine supplémentaire à Strasbourg.

Outre l’aspect pratique et de pure contingence que cette petite bricole aura permis, il faut noter que ces déplacements sont extrêmement coûteux, puisqu’évalués à 10 millions la séance, soit, cher Laurent Wauquiez, 5000 salaires au SMIC charges incluses, ou, si on veut le prendre autrement, 10 smicards qui travaillent pendant 40 ans et qu’on amène à la retraite tous frais payés. Et ce, chaque semaine de session, à chaque déplacement des 700 parlementaires et de leurs assistants (soit plus de 3000 personnes à transhumer bêtement).

À la fin d’une année, on obtient tout de même plus de 120 millions d’euros, et 150 en tenant compte des frais qu’engendre un secrétariat déporté à Luxembourg et l’infrastructure nécessaire pour gérer trois sites majeurs d’activité au lieu d’un. Si, toujours, on sait compter, cela fait, tous les ans, 150 smicards qu’on pourrait embaucher pendant 40 ans et gentiment amener à la retraite.

Mais non.

Wauquiez, il s’en contrefout complètement de ces sommes dilapidées en voitures avec chauffeurs, trains, avions, camions de documents déplacés entre Bruxelles et Strasbourg et retour. Il s’en tape le cul contre les cocotiers de la banquise de la facture carbone de ce bordel strictement inutile. Il n’en a rien à carrer de ces 150 millions qu’il ne sort pas de sa poche. Il s’en tamponne vigoureusement des milliers d’emplois que ces sommes auraient pu pourvoir, ou, plus exactement, que ces sommes dilapidées détruisent systématiquement, selon le principe imperméable à l’intelligence opaque des politiciens du Ce Qui Se Voit Et Ce Qui Ne Se Voit Pas.

Ce qu’il veut, le Laurent, c’est qu’on continue à pisser du pognon sur les trajets intra-européens pour une clique ultra-privilégiée. Ce qu’il veut, c’est que Strasbourg continue de recevoir les mannes européennes pompées sur les 26 autres pays, parce que :

« Je ne veux pas d’une Europe uniforme, toute concentrée à Bruxelles. Strasbourg, c’est l’endroit où le Parlement européen peut respirer. C’est l’endroit où il est loin des lobbies. »

Eh oui : tout situer à Bruxelles, ce serait trop simple, trop uniforme, il y aurait des méchants lobbies, et le Parlement serait étouffé, à l’étroit. Il a besoin de se dégourdir les jambes, le Parlement, d’aller trottiner dans les vastes prairies européennes, d’aller grignoter de la choucroute payée par les autres !

Et tant pis si, selon une étude de l’université de Zurich, rendue publique début 2011 (et dont on retrouve les chiffres ici), 91% des députés préfèreraient Bruxelles à Strasbourg si un seul site devait être retenu, contre 70% en 2010. Tant pis si seulement 28% des Français choisiraient Strasbourg. Tant pis, en somme, si ça coûte un pont, ça enquiquine tout le monde à commencer par les intéressés !

Il faut que le Parlement reste à Strasbourg parce que … parce que … parce que bon !

Eh bien non, mon cher Laurent.

Même si on peut clairement soupçonner que ce vote cache des manœuvres en coulisses de certains eurosceptiques britanniques, on ne peut pas oublier l’argument principal, le coût faramineux supporté par les contribuables d’une organisation bancale et absurde.

Et on peut même parier, cher Laurent, que si vos finances personnelles étaient liées à la bonne marche du pays ou à la bonne tenue des budgets européens, vous ne laisseriez pas passer ce genre de dilapidation. Si, comme les députés slovaques, à chaque déficit lamentable du budget français, votre salaire était amputé, si, à chaque augmentation des dépenses de l’état, vos indemnités étaient diminuées à proportion, pas de doute : vous seriez immédiatement contre ce genre de procédés absurdes.

Mais rassurez-vous, mon brave Laurent.

En France, si tout se termine parfois par des chansons, cela se finit en tout cas tout le temps par un gros banquet aux frais du contribuable.

Et, j’en suis certain, on vous y trouvera.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires59

  1. Groucho Marx

    L’addiction à l’argent gratuit est comparable à celle liée aux drogues dures.
    Acoutumance rapide, augmentation de la dose quotidienne continue, deconnexion de la réalité, solitude sociale (enfin entr’eux, quoi).
    Et puis tout ça fini par une overdose fatale.
    Du moins, on peux l’espérer

  2. srouc

    Il s’en tape le cul contre les cocotiers de la banquise : j’adore !

    Sinon évidement un article parfait, le non-sens politico-économique en action… à fond dans le mur !

  3. Drake

    10 millions d’euros pour organiser une session, à ce prix là j’espère au moins que sont comptabilisés les putes et le champagne, et au moins du Dom Pérignon 1943 et de la slovaque de 1996 (l’inverse coûtant moins cher et pourrait déjà constituer une première source d’économie).

  4. Serge Cheminade

    Ce n’est qu’une illustration de la fracture étatiste dont je parle à http://www.orvinfait.fr/le_pouvoir_d_achat_existe_t-il.html Les intérêts des étatistes divergent de ceux du peuple. Je pense que nous avons intérêt à lancer un débat sur cette fracture. La fracture sociale a été popularisée par Jacques Chirac et a aboutit à plus de social car les français étaient favorables à cela. Par contre si ces derniers prennent conscience de l’existence de la fracture étatiste je pense qu’ils la détruiront. D’un côté de la fracture il y a ceux qui profitent du travail des autres, de l’autre il y a ceux qui doivent travailler dur pour faire face au parasitisme des premiers.

    ATTENTION : pour le succès de la fracture étatiste, il ne faut pas traiter de parasites, les victimes de celle-ci. Par exemple le SMIC et la fixation arbitraire du temps de travail empêchent certains de travailler. Dire que ceux qui sont au chômage ou vivent du RSA sont des parasites ce serait contredire l’affirmation précédente. Je n’ignore pas que certains n’ont pas envie de travailler mais évitons de mélanger profiteurs du système et victimes.

  5. Winston (l’autre)

    « Il manque un petit « non mais enfin quoi bon franchement scrogneugneu« , mais l’idée y est.  »

    Il manque aussi un tonitruant « c’est de la provocation » comme l’autre insolent cuistre lyonnais.

    « une organisation bancale et absurde. »

    Elle ne serait pas aussi un tantinet illégitime ? Le traité de Lisbonne, c’était pas des fois comme un genre de coup d’état ?

  6. Before

    « Il s’en tape le cul contre les cocotiers de la banquise de la facture carbone » : ah ben si vous vous y mettez aussi, à la facture carbone 😀 !!

  7. BA

    Oui, mais l’Europe, c’est bien. C’est même vachement bien.

    – Portugal :

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 6,457 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT2YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,593 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

    – Irlande :

    Irlande : taux des obligations à 2 ans : 8,478 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB2YR:IND

    Irlande : taux des obligations à 10 ans : 9,613 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

    – Grèce :

    Grèce : taux des obligations à 2 ans : 17,025 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 12,783 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

  8. kelevra

    Surnommé « le surdiplômé » à l’UMP en raison de son CV (Ecole Normale Supérieure, agrégation d’histoire, DEA de droit public, IEP de Paris, major de l’ENA), Laurent Wauquiez s’est forgé en Haute-Loire une image de « bon copain ». « Laurent », comme il se fait appeler ici, a le contact direct et le tutoiement facile.

    etre autant diplome et aussi con franchement c est a degoutter de faire des etudes.

    1. Serge Cheminade

      Ce n’est pas lui le con. C’est lui qui peut jeter l’argent des autres par les fenêtres. Ce difficile travail justifie ses bons revenus. Les cons sont ceux qui regardent l’argent tomber des fenêtres et crient « encore, encore » au lieu de se révolter. Ils ne comprennent pas que cet argent n’est qu’une partie du fruit de leur travail qui leur est volé.

  9. Robert Marchenoir

    « Protéger le fait que le Parlement européen reste et demeure à Strasbourg. »

    Même avec le vocabulaire, ils gaspillent. Quelqu’un peut m’expliquer la différence entre rester et demeurer ?

  10. Aurélien

    Le comble c’est que ce même Wauquiez, si on lui proposait d’installer l’Assemblée Nationale à Brest, ses commissions Narbonne et son secrétariat général à Mulhouse, il trouverait ça complètement con.

  11. philippepsy

    Cher et estimé confrère,

    Je suis l’un de vos lecteurs et je m’adresse à vous en ce jour car j’ai besoin de vous.

    Il se trouve que mon cher filleul Lapinou, âgé aujourd’hui de 22 ans, et étudiant dans une sup’de co prestigieuse, tourne mal. Depuis quelques temps, il est devenu ce que l’on pourrait appeler un « fan » de Dominique Strauss-Khan auquel il prêt un talent d’économiste hors pair. J’ai beau eu tenter de lui expliquer que cet homme n’avait rien de providentiel, mon filleul ose me rire au nez. Je le crois atteint d’une socialite aigüe dans la mesure ou il me dit aussi que Keynes est un bon économiste. Vous voyez que le cas est grave.

    J’ai au début imaginé une origine virale ou neurologique pour expliquer une telle aberration. Toutefois, je crois que cette erreur de jugement ne soit due qu’à son jeune âge. Si le moment venu, mon jeune filleul persistait à trouver Dominique formidable, il est certain que j’en appellerai à la faculté de médecine. Peut-être qu’un scanner, un irm voire une simple prise de sang saura alors nous montrer l’origine du mal. La perte du réel aurait pu aussi s’expliquer par une schizophrénie mais les symptômes que l’on aurait du trouver dans ce cas ne sont pas présents.

    Si même la faculté ne pouvait plus rien pour lui, je prendrai contact avec le prêtre exorciste du diocèse afin de vois ce qu’il est possible de faire pour sauver son âme.

    Pour le moment, je m’en remets juste à vos lumières. Ainsi pourriez vous publier un article sur DSK expliquant en quoi ce n’est pas l’homme qu’il nous faut ? Et le cas échéant, vous ou vos fidèles lecteurs pouvez aussi écrire à mon filleul à l’adresse suivante que j’ai ouverte spécialement pour lui et dont je lui ai donné le code d’accès :

    Lapinou37000@yahoo.com

    Comptant sur vos lumières et votre aide afin de ramener mon pauvre filleul à la raison,

    Veuillez recevoir l’assurance de mes salutations distinguées

    Philippe le Psy

    1. Mateo

      « Toutefois, je crois que cette erreur de jugement ne soit due qu’à son jeune âge. »

      Le temps ne fait rien à l’affaire… 😀

      Plus sérieusement, il suffit de lire Bastiat (pour sa pertinence et sa simplicité d’accès), Hayek ou encore Rothbard.

      Y’a aussi cet excellentissime « rap »: Keynes vs Hayek: http://econstories.tv/2010/06/22/fear-the-boom-and-bust/

      Une excellente suite d’articles sur le père Keynes:
      http://minarchiste.wordpress.com/2009/11/05/dossier-john-maynard-keynes-partie-1-les-taux-dinteret/
      http://minarchiste.wordpress.com/2009/11/09/dossier-john-maynard-keynes-partie-2-lepargne/
      http://minarchiste.wordpress.com/2009/11/13/dossier-john-maynard-keynes-partie-3-la-bourse-et-linvestissement/
      http://minarchiste.wordpress.com/2009/11/18/dossier-john-maynard-keynes-partie-4-les-recessions/
      http://minarchiste.wordpress.com/2009/11/23/dossier-john-maynard-keynes-partie-5-les-implications/

      Plus généralement le blog du minarchiste est une mine d’or, en voici « l’essentiel »: http://minarchiste.wordpress.com/lessentiel

      Après j’aime beaucoup cette video qui explique la théorie autrichienne des cycles économiques et qui réfute au passage quelques principes keynésiens: http://www.youtube.com/watch?v=jFqtTj7TeO0
      Ça a l’air un peu technique comme ça mais c’est en fait très simple à comprendre pour qui s’en donne la peine.

    2. Cher et estimé confrère,

      Je regarde le cas proposé aussitôt que possible.

      Veuillez croire en l’assurance de mes salutations distinguées et papouilles révérencieuses 🙂
      h16

  12. Lapinou

    Bonjour cher H16 (que je lis tous les jours avec admiration), Cher Parrain,

    Je suis effectivement un grand fan de DSK car je suis persuadé qu’il peut remettre la France sur le chemin de travail, bien qu’il soit du « parti officiellement socialiste ».
    Il aura en outre le pouvoir de réduire notre dette, car je le crois plus capable que les autres de ne pas vouloir/devoir dépenser sans compter l’argent des braves contribuables que nous sommes.

    Notre pays est foutu…si nous continuons dans la même voie. Mais nous pouvons aussi nous en sortir !

    Lapinou

    1. Non, DSK fera comme le peuple lui dit de faire (à savoir à peu près rien), quand on lui dit de faire (et encore, s’il se présente) et là où on lui dit de faire.
      Il sera donc parfaitement neutre, incolore, inodore et sans saveur comme président. Et comme économiste, c’est un keynésien pur fruit, pur sucre, ce qui veut dire qu’il fait partie de la fine équipe de comiques qui nous a mis dans la panade.

      Demander au saboteur ses méthodes pour réparer, c’est grotesque.

      1. Tomate masquée

        A mon avis, si DSK n’est pas libéral, il sera en tout cas le seul à avoir la flexibilité idéologique de prendre les mesures qui s’imposeront très, très, vite.et puis, comme le vote blanc n’est pas compté, autant voter pour le moins con.

        1. Même pas. Comme il aura la flexibilité de ceux du peuple qui gueulent les plus fort (indice : ce ne sont pas les libéraux), il faut bien imaginer que les mesures qu’il imposera vite, très vite, n’auront rien de libéral.

        2. Tomate masquée

          Au contraire, je vois un méchant tournant « à la 82-83 » se profiler (pas le même hein, juste le même type de changement). Et je pense qu’il est légèrement moins enfermé dans le socialisme borné. Et puis, il a une très, très vague compréhension des mécanismes du marché. Enfin, il sera élu de toute façon, donc c’est un faux débat.

        3. Théo31

          « autant voter pour le moins con »

          Mauvais choix : c’est comme si on vous proposait de mourir du sida, de la peste ou du cancer généralisé.

      1. Oui, mais il est rigolo, d’une part, et d’autre part, il tape souvent fort juste. En plus, il m’aime bien, ce qui lui vaut plusieurs galons.
        Voilà. C’est comme ça.

    1. C’est aussi l’une des marques de fabrique de la gauche, soit dit en passant.

      En fait, c’est le modus operandi des socialistes. Et le socialisme, ça marche jusqu’à épuisement de l’argent des autres. Après, c’est la mrd.

  13. Paulo

    Ce que vous nous apprenez là cher H16 est stupéfiant.
    Quoi, à l’heure de l’Internet partout, des délocalisations compétitives, de l’éclatement de la chaîne de valeur (pour économiser), on n’est pas foutu de faire fonctionner une institution multilocalisée à coûts constants, voire inférieurs (eu égards aux surcoûts engendrés par la concentration) ? Tout ce qu’on enseigne, notamment ici, sur les vertus des technologies de l’information, devrait donc être mis en doute ?

    1. Là, il ne s’agit pas de vidéoconférences, de transferts d’information, etc… mais bel et bien de déplacer physiquement des bonshommes, des machines et des dossiers. Et ça, révolution numérique ou pas, ça coûte très cher.

      Sinon, effectivement, si les eurodéputés restaient dans leurs circonscriptions et entraient en session via vidéoconférence, ça reviendrait moins cher.

  14. BA

    Mardi 11 janvier 2011 :

    Le Japon va acheter des obligations européennes pour soutenir la zone euro.

    Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, a annoncé mardi que son gouvernement prévoyait d’acheter des obligations du Fonds européen de stabilité financière (EFSF) afin d’aider à stabiliser la zone euro, ont rapporté des médias.

    « Il est approprié que le Japon, un pays important, achète une certaine proportion » des obligations que l’EFSF s’apprête à émettre, a expliqué M. Noda lors d’un point presse, selon l’agence Jiji, ajoutant que cet achat nippon allait renforcer « la crédibilité » des titres européens.

    Interrogé sur le montant que Tokyo était prêt à mettre sur la table, M. Noda a évoqué « environ 20 % » des fonds que les Européens vont lever, a ajouté le quotidien économique Nikkei.

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/le-japon-va-acheter-des-obligations-europeennes-pour-soutenir-la-zone-euro-medias-11-01-2011-1222455.php

    Le Japon va-t-il réussir à sauver les cinq Etats européens en faillite ?

    Le Japon va-t-il réussir à stabiliser la zone euro ?

    Le suspens est insoutenable.

    1. Au passage, on se demande pourquoi le Japon ne fait pas autre chose avec son argent actuellement. Il a d’autres chats à fouetter. Et comme d’un autre côté, si l’Europe s’effondre, le Japon ne sera pas loin derrière… on peut en déduire que tout ce petit monde se tient par la barbichette dans une farandole endiablée qui va se terminer sur les rotules.

    2. Stéphane

      « Le Japon va-t-il réussir à sauver les cinq Etats européens en faillite ?

      Le Japon va-t-il réussir à stabiliser la zone euro ?

      Le suspens est insoutenable. »

      Un tremblement de terre plus tard, la réponse est NON.

  15. Cassendra

    L’Europe est d’abord nee de la volonte de deux pays : France et Allemagne. Dans ce sens, Strasbourg m’a toujours semble etre le choix logique, surtout que la ville a largement les infrastructures d’accueil necessaires…

    Avec une Belgique qui n’arrive pas a trouver son propre gouvernement depuis des mois, et un Luxembourg qui est plus une capitale financiere que politique, il est clair qu’il faudra un jour trancher parce qu’effectivement, pour le contribuable Europeen, c’est du gaspillage.

    De la a faire du populisme en se basant sur le SMIG, c’est oublie qu’il faudrait decouper l’argent recupere en autant de pays, pour etre juste. Et oui, la france n’est pas le nombril de l’Europe et encore moins du monde…

    1. PaAaAArDon ?

      En gros, les cocos, socialauds, boboïdes et autres mous auraient le droit de balancer des comparaisons idiotes entre le salaire d’un patron de multinationale (qui ne coûte rien aux contribuables) en disant des trucs du style « regardez le vilain patron qui gagne X fois le SMIC c’est scandaleux », mais quand on fait la même chose pour quelque chose qui importe vraiment et qui coûte à tous les contribuables, ce serait du populisme ?

      Non mais c’est quoi cette blague ?

  16. BA

    DSK loin devant, Marine Le Pen au second tour, Sarkozy éliminé.

    Notre sondage CSA place Strauss-Kahn largement en tête du premier tour de la présidentielle. Mais Marine Le Pen fait un score de 22 % en moyenne quels que soient ses adversaires.

    Quant à Nicolas Sarkozy, il serait éliminé du deuxième tour s’il était opposé à DSK.

    Voilà un sondage qui réjouira le PS, et principalement Dominique Strauss-Kahn. Selon l’enquête de l’institut CSA, le directeur général du FMI arriverait largement en tête du premier tour de la présidentielle avec 30 %, loin devant Marine Le Pen (21 %), et surtout Nicolas Sarkozy qui ne serait pas qualifié pour le second tour avec 19 %.

    Une sorte de 21 avril à l’envers. Un scénario cauchemar que certains redoutent à droite. « La rupture est totale entre Sarko et les Français », commente un responsable de la majorité.

    Pourtant, le Président continue à affirmer à ses visiteurs qu’il « est le meilleur rempart contre l’extrême-droite ». Notre sondage a tendance à prouver l’inverse.

    http://www.ladepeche.fr/article/2011/03/12/1033449-DSK-loin-devant-Sarkozy-elimine.html

  17. channy

    « Strasbourg, c’est l’endroit où le Parlement européen peut respirer. C’est l’endroit où il est loin des lobbies. »

    Ah bon? pourtant notre Rachida Dati se plaignait de ne plus en pouvoir au parlement de Strasbourg, et d’annoncer un drame prochain avant la fin de son mandat…offrons lui un peu de vacances, et puis si les lobby sont Dior,Rolex,Porsche …la bas elle s’ennuiera peut être moins;
    Ou alors Monsieur Wauquiez aurait rusé et serait en fait un grand défenseur du contribuable, car souvenez vous Rachida ajoutait « je suis obligée d’y être car on sait qui vote ou pas » alors Bruxelles serait la planque idéale pour buller tout frais payés

    1. Nord

       » C’est l’endroit où il est loin des lobbies.  » Je me marre! … j’ai été lobbyiste pendant 11 ans, jamais raté une plénière à Strasbourg quand un sujet relevait de mon portefeuille … tous les lobbyistes faisaient, font et feront toujours pareil, c’est un peu le principe du job 🙂 et tous se retrouvent le soir dans les bonnes tavernes de la brave ville, après avoir dépensé (beaucoup) dans les restos (faisant ainsi fonctionner l’économie locale).

      Alors si on ajoute le coût de ces déplacements-là (allez zou! soyons fous: tentons de faire un bilan-carbone … oups, pardon, ça m’a échappé) le rire éclatant de mon inestimable personne vaut bien plus qu’un steak!

       » C’est l’endroit où il est loin des lobbies.  » … rarement lu plus con, à part peut-être un article signé Méluche!

      1. Théo31

        » C’est l’endroit où il est loin des lobbies. »

        Bah oui, Strasbourg, c’est le trou du cul du monde : pas de routes, gare, aéroport, internet, …

        1. Nord

          On parle bien du même patelin ??? 🙂 Tu sais: celui où il ne se passe rien à part les semaines de plénière au PE …

          OK, je sors, je sors …

    2. flak

      preuve s’il en etait besoin que ces politocards se foutent bien de notre gueule, et aussi que les journalistes qui reportent sur eux ne meriteraient meme pas qu’on se torche avec leurs papiers.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.