Lady Gaïa : quand l’écologie perd les pédales

Le 22 avril dernier, c’était la Journée de la Terre, moment palpitant où les écologistes se lancent dans des manifestations de sensibilisation à l’environnement pour nous faire comprendre que nous allons, forcément, à la catastrophe à force de nous obstiner à vouloir vivre mieux et plus longtemps. Cette année cependant, une étape supplémentaire dans la culpabilisation a été allègrement franchie par l’ONU.

Et même si le mois s’y prête, ceci n’est pas un poisson d’avril : de façon parfaitement sérieuse, les Nations Unies ont donc ouvert un débat pour savoir s’il n’était pas nécessaire de définir des droits fondamentaux pour la Terre-Mère.

Tout part d’une idée remarquablement simple et idiote : pourquoi ne pas donner à la Terre une partie des droits de l’Homme décrits dans la déclaration universelle ? Et effectivement, quand on y pense, quel meilleur moyen d’occuper une bande de diplomates désœuvrés que de les faire travailler sur une question aussi futile alors que, dans le même temps, se déroulent des conflits ouverts, que des dictatures sont toujours en place, que de vrais humains n’ont déjà pas accès aux droits fondamentaux que nos joyeux bricoleurs veulent étendre aux Animaux, à la Terre, l’Espace et les petits cailloux en orbite ?

Ainsi donc, on apprend que la Bolivie a réussi à entraîner avec elle un gang de pays — gentiment socialistes — pour demander officiellement que soit établi un système légal pour réguler les droits humains face aux droits inaliénables de tous les autres membres de la communauté terrestre, à savoir les animaux, les plantes et le terrain lui-même.

nature sense of humour

Oui. Vous avez bien lu : après les droits inaliénables des animaux, celui des plantes et, toujours plus fort, celui des cailloux et des nuages. En effet, la vapeur d’eau, la silice ou l’oxyde de fer ont, eux aussi, des droits fondamentaux, comme celui de se déplacer d’un continent à l’autre, de s’incorporer avec les éléments de leur choix. Voilà voilà. C’est génial.

On entend nettement, à la lecture de ces éléments consternants, les flûtes, les harpes, les fifres et le gazouillis vibrant de centaines de petits oiseaux qui forment une trame sonore capable à elle seule de rendre encore plus dégoulinant une émission des télétubbies ou de déclencher des salves de bisous encore plus gluants chez des Calinours déchaînés.

Vous trouvez que j’exagère un peu ? Je vous encourage à parcourir la déclaration officielle de l’ONU à la suite des débats qui ont eu lieu, puis à vous injecter une bonne giclée de jus de citron dans l’œil pour calmer la douleur : non, il n’y a plus aucune limite à ce que l’argent de millions de contribuables peut produire comme crétineries culpabilisantes, et comme le but ultime de ces foutaises ahurissantes est de soutirer des monceaux d’argent pour financer encore plus de projets ridicules du même tonneau, on comprend qu’une fois la pompe à conneries amorcée, on ne va plus pouvoir l’arrêter.

Ici, on assiste même à un véritable emballement. On lit ainsi que, je cite :

Le représentant de la Bolivie dont le pays est à l’origine de la proclamation du 22 avril comme Journée internationale de la Terre nourricière, s’est dit attristé de constater avec Victor Hugo « que la nature parle et que l’homme n’écoute pas ».

Je ne sais pas si c’est la bêtise qui se dispute ici avec le cynisme, l’ignorance ou le mépris. Il faut être en effet furieusement atteint de cynisme, de bêtise, d’ignorance ou de mépris pour oublier qu’à chaque fois que la Nature chuchote vaguement, non seulement l’Homme est obligé d’écouter, mais il en prend même plein les oreilles.

Le dernier petit rot de la nature, en mars, a fait des milliers de morts au Japon, des centaines de milliers de sans-abris. Les Haïtiens ont encore les tympans qui résonnent des quelques frémissements de la Nature. Une vague hausse de chaleur de quelques degrés au-dessus des moyennes de saison et la France peut s’enorgueillir d’écouter précisément le petit chuintement sinistre de plusieurs dizaine de milliers de ses retraités qui passent l’arme à gauche.

Bref : l’espèce de mythe imbécile qui consiste à croire, encore et encore, que l’Homme représente une menace pour la Nature est à mourir, littéralement, mais pas spécialement de rire. Il participe du même anthropocentrisme ridicule que celui qui place l’Homme au pinacle de la Création, la Terre au centre de l’Univers ou l’intelligence humaine au paroxysme de ce qu’il est possible de faire dans l’univers.

C’est exactement la même absence totale d’humilité qu’on retrouve finement brodée dans le canevas de certaines idéologies constructivistes et qui veut qu’on puisse tout à la fois régenter tout un peuple, toute une nation et définir à la tonne près la production céréalière ou de charbon qu’elle devra produire, la quantité de CO2 qu’elle devra rejeter ou le type précis de transport en commun qu’elle devra prendre, … avec les résultats systématiquement catastrophiques qu’on constate tous les jours.

Ça n’empêche pourtant pas nos frétillants diplomates, tout heureux de leur propre importance pour sauver des cailloux, des buissons et des insectes pendant que leurs populations crèvent de faim ou sous les inondations, de proposer quelques droits fondamentaux rigolos dont Gaïa ne peut se passer, comme le « droit à la vie et à l’existence« , le « droit à une eau pure et un air propre« , le « droit de ne pas avoir sa structure cellulaire modifiée ou génétiquement altérée« , le « droit d’évoluer sans intervention humaine« , et d’autres tout aussi affolants.

Les humains qui respirent les effluves délétères de certains marécages naturels apprécieront de n’avoir pas le droit de toucher à quoi que ce soit. Les humains qui ont été sauvés par le génie génétique, chimique ou cellulaire seront heureux d’apprendre qu’ils contreviennent à cette charmante déclaration sclérosante.

Bien évidemment, tout ce fatras d’interdictions lunatiques s’accompagne d’une proposition de création d’un Ministère de la Terre ou équivalent au rang international qui permettrait d’avoir une « gouvernance » supplémentaire à l’échelle planétaire qui assurera qu’encore un peu plus d’argent sera dispersé en foutaises inopérantes.

Le principe est, finalement, toujours le même : les nations occidentales ont eu l’impudence de bénéficier d’une révolution industrielle qui aura sorti leurs populations de la misère noire dans laquelle le reste de l’humanité a continué de se vautrer avec malheur, ce qui vaut à ces nations devenues opulentes une myriade de reproches.

Et bien que les recettes qui firent le succès du monde occidental sont connues, et qu’à peine appliquées, elles permettent à toujours plus de pays de se sortir de l’indigence, on continue à ne voir que les problèmes, de plus en plus faibles, de plus en plus anecdotiques, de plus en plus fantasmés, que ces recettes comportent ou pourraient comporter. On pourra lire avec profit l’article récent de Comte-Sponville à ce sujet.

Il est, en effet, bien plus facile de reprocher des choses et demander réparation à des riches et des biens portants qu’à des pauvres en mauvaise santé ; dès lors, chaque avancée majeure sera comptée au débit et non au crédit de ceux qui auront fait les efforts pour l’obtenir et elle sera considérée obligatoirement comme réalisée au détriment de quelqu’un, même si c’est faux. Surtout si c’est faux.

Les Nations Unies montrent ici l’étendue de leur inutilité. On peut même se demander si, en faisant ainsi le jeu de ces éternels alarmistes et contempteurs du progrès, l’ONU n’est pas carrément nuisible ; les prochaines élections de la Syrie (!) à la présidence de la principale institution de l’ONU pour les droits de l’Homme, et de l’Iran (!!) pour les droits de la Femme, laisse en effet peu de latitude à l’éternelle question de l’homme de bon sens : « Se ficherait-on de moi ? »

J'accepte les Bitcoins !

1LJh58EqrjryBsQEJrbBW8EWNmDG51zfCA

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires51

  1. Tremendo

    Très bon.
    Decidément les écolos fourmillent d’idées. Le ministère de la terre y’a de quoi rire, toujours plus d’idées technocratiques.

  2. scaletrans

    Je n’ai pas ri aujourd’hui. Oh votre article est excellent, les trouvailles de langage qui sont votre marque y sont, mais le sujet, l’insondable bêtise humaine, ne me fait plus rire. Maintenant j’ai peur…

  3. Kuing Yamang

    Si le Machin fait de Gaïa l’heureuse bénéficiaire d’un équivalent des ‘Droits de l’Homme’, est-il prévu en retour des sanctions contre elle en cas d’atteinte aux libertés des autres ?
    Si par exemple Gaïa se lève un jour de mauvais poil avec la gueule de bois et décide de jeter une terrible sècheresse ou un bon cyclone sur une population d’innocents végétaux et animaux ou des laves volcaniques sur de gentilles forêts primaires leur affectueuses peuplades autochtones (sous développées, hein ! sinon les autres, ils méritent !), ira-t-elle en prison ? Si oui, où iront ceux qui sont dessus et qui ne veulent pas aller en prison ? et puis double peine pour les innocents végétaux et animaux ou forêts primaires détruits par la sécheresse et les laves ardentes car ils iront aussi en taule malgré eux..

    La vie est vraiment inique et sans pitié, ce sont de telles injustices intolérables qui créent autant d’inégalités insupportables dont les victimes souffrent atrocement .

    1. Nord

      Bah la réponse est simple: ces gens parlent de ‘droits’ et escamotent tout naturellement le corollaire ‘devoirs’ … c’est pareil pour le ‘droit de l’enfant’, une gabegie doublée d’une imposture juridique! car une personne (ou Gaïa) qui est incapable au sens juridique ne peut avoir ni droits, ni bien entendu devoirs.

      Donc pour les sclérosés du bulbe qui ont pondu ces énormités au sujet de la terre, il ne peut y avoir aucun ‘devoir’ mais que des ‘droits’ …

  4. Calvin

    Il y a un truc que je ne pige pas.
    Durant des milliards d’années, les bactéries naturelles, les poissons naturels, les dinosaures naturels, les premiers mammifères naturels n’ont pas été fichus de pondre une telle déclaration !
    Alors que les dinosaures auraient du porter plainte contre Mr. Asteroide, le plus grand criminel de l’histoire de la Terre Nourricière.
    En fait, il a fallu attendre l’arrivée de l’homo sapiens sapiens pour voir naitre le droit, et finalement de l’homo sapiens hypocritus pour le dévoyer dans la farce la plus grotesque.
    Mais le pire, c’est que la Terre elle-même sera exempte de toute poursuite : tremblements de terre, éruptions, inversion des pôles ou du sens de rotation…

  5. Dinsdale

    Bon sang ! La déclaration de l’ONU que vous mettez en lien est tout bonnement délirante. Tout y est : culte de Gaïa, rapport d’experts pronant une police holiste de surveillance de la bonne tenue du bonheur humain sur la dite Gaïa avec renforts d’indicateurs « réels » de la bonne façon de vivre et de penser.

    Le mot « sagesse » est galvodé dans une décontraction militaire toute orwélienne pour nous signifier que le débat est clos, les experts l’ont dit et de beaux discours sur la préscience universelle des peuplades des bois qui ont eu la « sagesse » de ne jamais évoluer viennent peinturlurer ce tableau sinistre aux couleurs qui se veulent pourtant chatoyantes.
    Et le comble, les citations successives de margoulins comme Victor Hugo (bon écrivain mais aussi une imbécile girouette) et Albert Einstein (dont le QI n’a jamais influé sur les positions politico philosophique).
    Pour finir, on apprend que ces mesures, dont sont écartées toutes consultations démocratiques, sont faites pour durer au moins mille ans, comme certains régimes finaux qui ont animé le 20ème siècle.

  6. GM

    L’ONU nuisible ? Ce conglomérat de pouvoirs autoritaires avides d’extension illimitée de leurs prérogatives ? Ce service de blanchiment de dictatures sales ? Ce mécanisme de légitimation des rêves de coercition planétaire ? Cette formule chimique de dilution des responsabilités ? Ce rêve humide de technocrate revanchard ? Ce fix de communauté internationale pour bobo caramélisé en manque de drogue collectiviste ? Ce terrain de jeu géant pour lobbyistes constructivistes de tout poil ? Cette émission de divertissement pour rassurer la ménagère de moins de cinquante ans ? Ce veau d’or des cons ? Allons bon, vous n’y pensez pas. Ca fait rêver plein de gens l’ONU.

    De toute façon, personne ne se fout de personne dans le monde des Bisounours. C’est interdit. Ca contrevient à une dizaine de droits différents, comme celui d’évoluer sans intervention humaine et sans discrimination  – l’humour est une forme de discrimination. L’Iran et l’Arabie Saoudite en pointe de la défense des droits de l’homme, c’est délicieusement progressiste. Des lois internationales pour vénérer Gaïa, c’est une nécessité. En attendant les lois mémorielles pour interdire la critique de l’écologie. On peut pas comprendre, avec notre ethnocentrisme impérialiste. Si on ne fait rien, il sera trop tard.

    Il est donc extrêmement urgent de créer tout un arsenal de nouveaux droits qui en annihileront plein d’autres pour galoper à bride abattue vers un monde merveilleux où les éco-consommateurs citoyens interchangeables mâchonneront leurs barres de soja certifié bio en louant la beauté post-industrielle intouchable de Gaïa-la-Nourricière depuis leurs capsules éco-conscientes. Je suis comme Scaletrans, ça ne me fait plus rire du tout.

  7. Duke Nukem

    Mère Nature va donc devoir négocier un accord. Comment les lichens et les algues monocellulaires vont-ils faire pour élire un délégué ? Une idée?

  8. do

    sinon, on a aussi l’éducation nationale avec une super longue conférence de l’  » Université de la Terre  » qui commence en gros par : « quels enfants allons nous laisser à notre terre?! »
    http://bit.ly/gfC6nv
    et ça allie Montessori, Freinet et (aïe!) Steiner !
    …on est pas rendus.

  9. do

    « il a attiré l’attention sur le fait que, dans son pays, les forêts qui subsistent sont essentiellement des lieux sacrés. « Elles sont les lieux de résidence des divinités et des ancêtres auxquels les populations assignent un rôle protecteur de leur communauté » : ça, c’est le représentant du Bénin!

    est-ce que c’est bien laïcito-compatible cette affaire..

    et si moi, je trouve qu’il y a pas d’esprits dans les forêts, ou que ces esprits sont des esprits mauvais, est-ce que j’ai le droit d’aller y faire pipi quand même?

  10. Tassin

    « des droits fondamentaux pour la Terre-Mère. »

    On a bien transféré les droits des personnes physiques aux personnes morales pourtant non?

        1. Nord

          Ce n’est pas un transfert de droits: « transfert de droits » signifie « reporter d’un support (ou substrat) à un autre », comme par exemple le transfert des droits de pension vers une structure privée.

          Rien à voir avec les droits de propriété …

        2. Ce n’est pas un transfert. C’est une transposition. Et de surcroît, toute entité morale est représentée devant la justice par une entité physique, une personne. Accessoirement, une entité morale peut être mise à mort arbitrairement. Ce n’est pas le cas pour une entité physique. C’est du droit de base.

        3. gem

          à la réflexion, c’est une bonne question. Un « peuple », c’est une entité « morale », non ? et pourtant, « ils » ont déjà inventé le « génocide », crime de mettre à mort un peuple (en distinguant ça du crime de mettre à mort les individus composant un peuple). De là aux droits de gaïa, il n’y avait qu’un pas…

  11. sqoia

    Je suis absolument contre le culte de Gaïa et autres niaiseries superstitieuses ou religieuses. Terre Mère, etc.

    Cela dit je ne vois qu’une différence de degré entre les espèces animales humain compris, et je pense qu’un bon nombre d’animaux devraient avoir le « droit qu’on ne les fasse pas chier juste pour le plaisir ».

    Par plaisir j’entends tout ce qui peut être évité par des alternatives simples et raisonnables. Viande, fourrure, cuir, cirque, etc. sont pratiqués dans nos sociétés uniquement pour le plaisir.

    Ce n’est pas un droit au sens juridique si vous voulez puisqu’il n’y a pas de devoir en contre partie.

    Il existe déjà des lois contre la maltraitance des animaux domestiques type chat/chiens, je ne vois vraiment pas ce qui les différencie des cochons, vaches, poules qu’on cultive par centaines de millions dans des conditions atroces avant de les envoyer sur la chaîne d’abattage industrielle.

    Non au culte de la Terre Mère, et non au culte de l’Humain en tant qu’Être supérieur aux autres.

    1. Nord

      « bon nombre d’animaux devraient avoir le « droit qu’on ne les fasse pas chier juste pour le plaisir ». » … vous déraisonnez, ça n’a ni queue ni tête (sans jeu de mots!)

      Un animal est une chose, juridiquement, et ne peut donc avoir de droits, sauf dans l’esprit malade d’ignorants ou, pire: de juristes parfaitement complices des susnommés ignorants.

      Que les hommes aient des obligations envers les animaux, soit! c’est d’ailleurs ce que vous essayez d’exprimer, il me semble.

      Que les animaux aient des droits est révulsant.

      PS: ne pas manger du tout de protéines animales est, justement, mauvais pour la santé, mais passons …

    2. douar

      « je ne vois vraiment pas ce qui les différencie des cochons, vaches, poules qu’on cultive par centaines de millions dans des conditions atroces avant de les envoyer sur la chaîne d’abattage industrielle. »
      aïe, je sens poindre un fluffy qui s’ignore. C’est vrai qu’un abattage rituel et traditionnel, c’est plus festif. Bref, tuer un animal pour le consommer, je peux comprendre que ça choque, mais par pitié, merci de ne pas nous imposer des salades et radis toute l’année. Si on le fait, faudra également interdire la viande aux gentils lions et tigres, qu’on leur apprenne à apprécier les gratins de courgettes. Mais c’est pas gagné.

    3. nordyck

      Surtout qu’avec ce programme, les végétaliens et autres vont avoir un gros problème puisque les végétaux vont avoir des droits, et vont pouvoir se défendre contre ceux qui les utilisent pour leurs plaisirs, de façon sadique puisque ne pouvant rien dire, et, par conséquent,ne pouvoir se plaindre. Que faire: transgresser ou disparaître ?
      Ce délire onusien à peut-être quelque chose de bon,finalement.Non?

    4. Nicolas

      « Cela dit je ne vois qu’une différence de degré entre les espèces animales humain compris, et je pense qu’un bon nombre d’animaux devraient avoir le « droit qu’on ne les fasse pas chier juste pour le plaisir ». »

      Hitler pensait la même chose. Résultat : pourquoi se faire chier à respecter plus les hommes que les animaux ?

      Le socialisme est non seulement un nihilisme, comme tous les progressismes, mais cherche aussi à animaliser l’homme de façon sordide.. Et tout ca, au bout du compte, pour justifier « La Solidarité » !!!

  12. Nord

    L’université de la Terre … bien, alors j’ai j’ai été voir (http://www.universitedelaterre.com/conf_video.php?quel=18&edition=2011) – comment dire? je suis sans voix, hébété même après avoir écouté ces gens.

    Détail piquant: j’avais interviewé Marc Lyucks quand il était à la tête de cette Cellule de prospective, alors que je rédigeais une thèse universitaire sur l’Europe (forcément) et le voir là, dans cette vidéo, débitant un incroyable chapelet d’inepties (en franglais œuf corse!) … quelle tristesse.

  13. Ieremenko

    C’est fascinant comme les institutions étatiques finissent par partir systématiquement en couille.

    La gouvernance mondiale, ça fait envie.

  14. nordyck

    Le chocolat a des vertus thérapeutiques certaines!
    Merci H16 pour vos deux derniers articles qui signent de façon tonitruante la fin de votre courte escapade pascale .
    Je vais pouvoir reprendre ma dose de H16 quotidienne!!
    Quand à l’ONU , cette tare génétiquement modifiée,n’y a t-il personne pour faire sauter ce bâtiment un jour de session plénière?
    Parce qu’à part le foutage de gueule,et le pompage de fric pour ses honorables membres,elle n’a jamais servie à rien . Ah oui:foutre un peu plus la m… dans les conflits existants !
    Et ce n’est pas fini…

      1. nordyck

        Oui,mais j’ai bien peur qu’elle en prenne le chemin. Le parlement européen est un peu plus jeune, mais semble rattraper son retard en prenant de la « taille ».Mais j’espère me tromper,c’est déjà assez pesant en l’état .Je parle de l’institution européenne , à travers son « parlement » , et du fait que , comme l’ONU , il n’y ait pas de véritables responsables . Que des fonctionnaires qui font carrière …
        Merci à vous de m’avoir répondu.

  15. simple citoyen

    Ce qui est dérangeant, c’est qu’aucun de nos grands médias, hormis vous mêmes ;-), n’ai jugé bon de mentionner ces débats et leur conclusion.
    Or que croyez vous qu’il se passera.
    L’ONU va affecter des fonds, nommer des « people » emblématiques pour faire passer le message. On concluera des accords avec l’Education Nationale et on fournira aux enseignants une petite vidéo en support.
    Puis un jour, un homme ou une femme célèbre produira un film décoiffant et effrayant, qui annoncera la fin du monde si on ne créé pas de certificats Gaïa, destinés à sauver des pans entiers du monde de la rapacité de l’homme.
    On parlera urgence, irreversibilité, responsabilité de la race humaine. On répondra taxes, permis, fin des permis de construire hors conurbanisation de plus d’un million de personnes et bientôt relocalisation forcée des récalcitrants.
    Rassurez-vous ça existe déjà. Si vous voulez en avoir la ceritude, regardez une carte des US avec les zones protégées, celles qui sont propriété de l’état fédéral ou d’ONG dédiées. Voir cet article dans ce qui fut un grand journal scientifique: http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=staving-off-global-warming-land-conservation
    Maintenant si vous voulez vous faire vraiment peur regardez cette carte de simulation de l’emprise des différents projets d’appropriation en cours: http://arcanumdeepsecrets.files.wordpress.com/2010/07/un_simulationmap2.jpg ne vous arrêtez pas à la nature du site. L’agenda 21 auquel il est fait allusion existe bel et bien. Faites une recherche sur google avec simplement agenda 21, il vous proposera naturellement les initiatives près de chez vous.
    J’ai l’impression en lisant les documents présentés sur cet agenda, de revoir les envahisseurs de mon enfance. « Ils sont déjà arrivés. Ils sont près de chez vous. Maintenant ils vous ressemblent »!

      1. Before

        J’espère que ce n’est qu’une pub virale, ou un gros délire…
        Mais dans le doute, j’ai quand même confessé un grave pêché : « Je suis né ».

  16. Nicolas

    « Le 22 avril dernier, c’était la Journée de la Terre, »

    On remarque du reste que cette idée vient directement des conneries révolutionnaires, « Journée de la Brouette » & Co…

  17. Nicolas

    La bêtise de la populace est tout de même incroyable..

    Le pire, c’est que ces gens là sont « sincères ».. Mais sont incapables de défendre rationnellement leur idée (évidement ! On est dans le domaine de la vérité révélé : d’où leur agressivité et leur volonté de faire taire, d’imposer par la violence, la contrainte et le fait accompli..)

    Dans les même genre, j’ai échangé environ 100 post avec un gauchiste sur l’immigration. Il me donnait un argument, à la con, et je le réfutais, et il m’en sortait un autre, sans rapporte ou totalement contradictoire avec ceux déjà avancé. Il a même soutenue que l’immigration était nécessaire pour « régénérer la race française » (?!), victime de consanguinité (!?).

    Finalement, il m’a traité de raciste, nazi et j’ai été viré du site.

    La conclusion : ces gens veulent une chose, fanatiquement, mais ne savent pas du tout pourquoi – et se foutent totalement des conséquences pratiques tant actuelles que futurs de leur idées.. Etrange.

  18. adnstep

    Ça me rappelle « Terre et Fondation ». Il ne reste plus qu’à trouver le Daneel qui a manigancé tout ça et lui demander gentiment d’arrêter.

  19. simple citoyen

    Suis tombé par hazard sur ce nouveau développement de l’Agenda 21 au niveau des océans.
    C’est en anglais, mais c’est à lire pour comprendre ce qu’ils nous prépare. C’est simplement édifiant.

  20. Crucol

    « Le dernier petit rot de la nature, en mars, à fait des milliers de morts au Japon »

    à faire ou a fait… désolé, mais ça m’arrache les yeux, et je n’ai plus de jus de citron…^^

  21. blablabla

    Quand on explique avec des grands airs que le réchauffement clmatique ne se sent pas trop… alord qu’on est en plein hiver, je trouve pas étonnant qu’on perde son énergie à se noyer dans un verre d’eau dès qu’on en a l’occasion (By the way, ce printemps est le plus chaud depuis un siècle).
    Libre à vous de vous intéresser aux noatradamus d’internet, aux associations associatives militanto-activistes de bolivie ou d’ailleurs.

    Ou de limiter votre (non-)intérêt aux études scientifiques objectives de climatologues neutres (quitte à s’y intéresser OU NON d’ailleurs). Peut-être aussi que dans ce cas ça devient compliqué et que ça nous dépasse un peu, et quand on a pas un brin d’humilité pour l’accepter on colporte les théories du complot. Allez donc expliquer aux éleveurs actuellement, qu’il y a aucun problème si ce n’est un complot gouvernementalo-climato-scientifico-mafiochino-géhuito-bisounoursien.

    On est pas obligés dans un excès ni dans un sens ni dans l’autre. Ni de prédire la fin du monde pour demain, ni de snober le moindre problème sous prétexte de soupçonner l’écologie de s’en emparer. Il y en aura toujours pour justifier leurs excès par les excès des autres, à vouloir ç tout prix amener le débat sur les choses qui ont le moins d’intéret. Dans ces cas là je pense à une chanson bien connue de Brassens.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)