On va tous encore plus mourir !

Hier soir, j’ai commis rien moins qu’un crime : j’ai idiotement décidé de faire une salade composée thon / riz / petits légumes croquants. C’est rempli de honte que je vous avoue avoir mangé de bon appétit et avoir même trouvé ça plutôt bon. Je sais à présent que ma faute est immense et ma culpabilité totale. En lisant la presse ce matin, j’ai été frappé par la vérité, chplaf, en pleine tête : ce sont probablement mes derniers morceaux de thon que j’ai mangé ce soir-là !

Thon, luxe des années 2010Ooh, je vois tout de suite que le lecteur narquois, habitué de mes récits, se dit : « Ah, quel exagérateur ce h16 ! » Et je le sens déjà prêt à sourire voire à rire ouvertement dès que j’expliquerai l’angoisse qui m’étreint ! Malheureux que je suis de m’être tant moqué des zécolos et des fiers défenseurs d’une nature toujours plus découpée en pièce par des humains sans scrupules !

Pour tout dire, le constat est sans appel : plus l’homme se civilise, plus l’humanité est sauvage contre la nature, c’est évident ! Il suffit de regarder, les faits sont là, en petits caractères noir sur blanc, arial sans sérif 10 points, dans l’article du Figaro:

Les océans vont mal. Très mal. Réunis mi-mai en congrès à l’université d’Oxford, 27 des plus grands spécialistes de la biodiversité marine de six pays ont même été choqués par l’accumulation de signaux alarmants. En mettant bout à bout leurs observations et leurs analyses, une vérité effrayante a émergé: la vie marine est en péril.

Voilà, c’est dit : les océans se dépeuplent à vitesse grand V, il n’y aura bientôt plus que du sel et de l’eau dans cette mer jadis nourricière que tant de poète, de pêcheurs et de baltringues à micro dans de douteux karaokés auront chanté avec verve.

Le constat est donc indiscutable. Et par cet adjectif, je ne veux pas dire « personne n’en discute », « c’est tabou » et « si tu n’y crois pas, c’est que tu veux la mort de tes enfants et de ceux des autres, et les fours crématoires c’est encore trop bon pour toi » (en gros). Non. Je veux dire « indiscutable » comme dans « une discussion est impossible car les faits s’accumulent tous dans un sens qui ne prête à aucune autre interprétation. », façon Science Is Settled, mais en plus solide, hein, attention, pas de méprise, hein.

Pourquoi ? Mais c’est très simple : l’acidification des océans est constatée comme le nez au milieu du visage, acidification qui entraîne l’hypoxie des petites bestioles qui vivent dans l’eau, et, dans un très court terme, la disparition des poissons, des thons qui font d’excellentes salades, et, par voie de conséquences, des petits zumains qui les mangeaient. Et aussi des zécolos, ce qui est, vous en conviendrez, encore plus triste.

Et la cause de cet horrible phénomène ?

Le soleil, dont l’apport sur la Terre est, il semblerait, pas tout à fait négligeable ?
Un phénomène inconnu qui aurait échappé à la sagacité de tous les millions milliers centaines dizaines de chercheurs qui font le rapport en question ?
Les animaux marins qui font rien qu’à se chamailler dans les tréfonds et remuent la vase au point de faire monter la sauce acide ?
Le CO2 qui se dissoudrait dans l’océan et le rendrait plus acide ou disons, pour être plus exact, moins basique ?

PAaAaf ! C’est forcément la dernière réponse, voyons ! Puisque le CO2 provient forcément de l’homme, et que ce CO2 va forcément se dissoudre dans l’océan, il va forcément le rendre moins basique et forcément, le phytoplancton rigolo et le zooplancton amusant vont disparaître et faire mourir les hippocampes, les méduses, les baleines, les thons, les ours polaires et des hirondelles qui volent trop bas.

Le réchauffement climatique anthropique est donc, encore une fois, responsable de l’extinction massive d’espèces qui se pointe et va nous laisser sur le carreau !

L’article n’y va d’ailleurs pas avec le dos de la cuillère : le constat est « inquiétant », les résultats observés sont « choquants », les conséquences « bien plus graves » que prévues. Lisez vous-même :

« Tous les indicateurs se dégradent en effet suivant les pires des scénarios envisagés. La fonte des glaces polaires s’accélère, le niveau des mers continue de monter, les dégagements de méthane piégés dans les sols s’accentuent. « 

Aaah mon dieu mon dieu mais c’était qu’une boîte de thon pas très grosse pourtant Ahahaahargh ! J’ai du mal à composer ce billet tant mes yeux sont mouillés de larmes dont la salinité n’est pas sans rappeler cette mer qui baigna jadis le berceau de toutes les civilisations ! Et même si des rapports alarmants nous sont parvenus sur des bateaux coincés dans les glaces de plus en plus étendues, même si le nombre de réfugiés climatiques dus à la hausse des mers est dramatiquement ridicule, même si on susurre de plus en plus que les ours se reproduisent limite un peu trop, le doute n’est pas permis !

Nous allons tous mourir, et cette fois, on va mourir encore plus que les fois précédentes avec la grippe, la bactérie, Fukushima et ce réchauffement qui hésite franchement depuis une dizaine d’année ! Non parce que ça commence à bien faire cette histoire ! Regardez autour de vous, on a beau utiliser des adjectifs de plus en plus *choquants* avec du gras italique et des décorations de *folie* autour, les gens semblent s’en foutre, quoi, merde à la fin ! Comme le dit dans son vibrant article Le Figaro, ce journal d’une droite qu’on peine décidément à classer ailleurs que dans les mollassons socialoïdes,

Une prise de conscience mondiale est nécessaire

Oui ! Minimum ! Avec un truc-machin au niveau mondial qui permettrait enfin de coller une bonne série de lois, d’interdictions, de régulations, de règlements bien clairs, avec des ponctions massive sur les contribuables des pays qui polluent pour trouver l’argent nécessaire afin de faire de bonne grosses campagnes de propagande publicité pour laver les cerveaux sensibiliser les pigeons citoyens au nouveau problème qui se pose à toute l’humanité !

Mais le pire, ce n’est même pas tout ce bazar avec les pets de vache au méthane, les voitures qui rotent du CO2, les centrales nucléaires qui pètent un peu partout en faisant des millions d’irradiés ! Non, le pire, c’est que MÊME LA NATURE S’Y MET POUR S’AUTO-POLLUER !

Pollution par des cochonous

Avec le récent tsunami japonais, les eaux sont maintenant chargées de toutes les cochonneries qui traînaient bêtement sur la terre ferme, comme les voitures, les maisons, les planches pour faire des toits, des pompes à essence, des bouts de route, des niches avec marqué « PLUTO » dessus (en Japonais), des ours en peluche (oui, même des putains d’ours en peluche) et des millions de sac en plastique qui servent à emballer les boîtes de thon qu’on ramène des courses !

On ne s’en sortira pas ! Même si tous les chercheurs qui s’alarment se retiennent de respirer, de péter et de roter pendant les 30 prochains millions d’années, la nature va s’employer dans le même temps à multiplier les méchants raz-de-marée qui viendront la polluer (la conne), à rejeter des kilomètres cubes de particules radioactives dans l’air à chaque éruption volcanique (600 tonnes d’uranium vaporisées par Eyjafjöll, tout de même !), bref, même la nature nous met des bâtons dans nos roues écologiques !

On est foutus !
Ce monde est foutu !

Ce soir, je vais devoir me rabattre sur des raviolis !

Aarrgh.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires42

  1. alex6

    « Ce soir, je vais devoir me rabattre sur des raviolis! »
    Ben voyons, et etre responsable dans la foulee des morts carbonises par le trop de gaz a effet de serre rejete par les boeufs?
    Reste les raviolis au fromage, tres bons aussi.

    Sinon je ne reagis plus aux articles ecolos alarmistes que par le mepris. Et encore, je sens que c’est trop.

    1. Le Gnome

      Tss, tss, des raviolis au fromage, et le fromage, il est fait avec quoi ? Du lait de vache, et les vachent pètent autant que les boeufs.

      Seul le ravioli au fromage de chèvre est écologiquement acceptable. Au fromage de brebis aussi, mais des raviolis au roquefort, c’est sans moi.

      1. vener

        Ah tient, et les chèvres ça ne pète pas et ça ne rote pas non plus !?

        Vu qu’une chèvre produit moins de lait qu’une vache — 4l/jours contre 45l/jours, comment comparer leurs émissions de méthane vu qu’il va falloir plus de 10 chèvres pour remplacer une vache et ainsi pouvoir espérer faire des raviolis en quantité suffisante pour qu’au moins une part des mangeurs de raviolis au fromage puisse continuer d’en manger ?

        1. Le Gnome

          Bien sûr, mais la chèvre est écolo-compatible et pousse généreusement sur le Larzac alors que la vache est peu représentée dans la région.

          Et la chèvre sait faire la cuisine.

        2. monoi

          Je pense qu’il vous faudrait reviser cette opinion, la chevre est parait il un desastre car elle bouffe tout jusqu’aux racines, et la ou elle passe, rien ne repousse.

          C’est l’attila moderne en somme.

  2. RDaneelHolivaw

    Avec un peu de chance c’était pas du Thon mais du Dauphin… On culpabilise moins vue que la mode est à la sauvegarde de l’Albacore (le Thon hein, pas le corsaire de l’espace), le dauphin on s’en tape un peu !

  3. Lib

    Salaud d’Eyjafjöll.

    T’façon, les Islandais sont des socio-traitres fortement soupçonnés de libéralisme : ils ont refusé de renflouer leurs banques avec les impôts du peuple.

  4. Rom1 Nz

    Pour ce qui est des animaux qui polluent, l’Australie et la Nouvelle Zélande ont trouvé deux solutions.

    Les premiers organisent un massacre des chameaux pour racheter des crédits carbonnes – article vu sur contrepoints :
    http://www.contrepoints.org/2011/06/16/30155-tuer-un-dromadaire-un-acte-eco-conscient
    http://wattsupwiththat.com/2011/06/11/craziest-carbon-credit-scheme-yet-shooting-camels-in-australia/

    Les seconds (vous allez rire) ont créé une « taxe carbone » pour les fermiers pour chaque tête de bétail qu’ils possèdent, ces saletés de bête émettant des flatulences irrespectueuses de l’environnement. Awesome, isn’t it ?

  5. Bof

    J’avais lu sur Skyfall.fr que les 27 soi-disant « plus grands spécialistes de la biodiversité marine  » sont en fait, et pour au moins la moitié d’entre eux, des responsables d’organisations écolos, voire des experts en…communication.

    Bref, argument d’autorité bidon + catastrophisme des faits et des termes + incompétence (ou corruption mentale) totale du journaliste = pignoufferie de presse de premier ordre. Mais là encore, plusc ‘est gros, plus ça passe dans une rpesse française décidement merdique.

    1. Théo31

      Faudrait supprimer les subventions à ces putes pour qu’elles ferment leur claque merde.

  6. Sprit3d

    Ca y est, vous m’avez fait pleurer.

    De rire bien sûr!

    Mince, j’ai dépassé mon quota de CO2, je vais devoir retenir ma respiration…

  7. simple citoyen

    Salut H,
    Tu oublies de préciser que le titre de l’article quand on ouvre l’onglet « environnement » est deux fois plus grand que tous les autres… juste au cas où « Une grand pertie de la vie marine pourrait disparaître » n’est pas assez parlant!
    Et la photo! LA PHOTO! Des poissons tout morts, le ventre à l’air dans une soupe glauque toute épaisse. Bon pour être honnête la légende précise bien que les sardines sont prises en photo au large de la Californie dans le reflet d’un bateau des gardes côtes. Mais enfin l’effet est saisissant. Bon, le côté négatif c’est que les sardines ne sont pas du tout mortes pour aucune des raisons qui poussent ces scientifiques à leurs déclarations alarmistes. Le phénomène est purement naturel: http://www.youtube.com/watch?v=SFybsCCt3z4

  8. Li Po

    le seul truc indiscutable au niveau de la pollution, c’est que l’océan est plein de saloperies en plastique balancées en mer ou à terre par des connards, de gauche ou de droite .
    Ecolo ou pas, qqun qui est bien élevé, qui croit en la responsabilité individuelle, et qui même s’il bouffe du thon ( rouge comme les enfants communistes en voie de disparition aussi )et ne peut s’empêcher de facepalmer en pensant aux zécologistes, et bien il balancera pas ses merdes dans la mer comme un gros sagouin . Au lieu de grenelliser et de subventionner des moulins, les politiques devraient vraiment faire casquer les pollueurs, armateurs pros du dégazage et compagnie,gestionnaires de décharges qui s’écroulent dans la mer … ça serait plus efficace et plus juste, eux qui aiment tant la justice .

      1. Li Po

        je suis pas certain que les entreprises ou les particuliers qui polluent accidentellement ou volontairement payent réellement à hauteur de ce qu’ils dégradent, ni en France ni ailleurs, encore moins dans les eaux internationales . C’est souvent l’Etat, les fonds de prévoyance et les collectivités qui casquent, c’est à dire les contribuables . La collectivisation des coûts, la corruption ou la subventionnite ne sont pas des facteurs améliorant la réelle responsabilité . Je ne parle pas des uzines à gaz type taxes pour les industries lourdes, taxes carbone et autres pignoleries coûteuses et inutiles, mais du mec qui dégaze en mer ou rejette des effluents toxiques dans un cours d’eau quand ses cuves sont pleines . Il sait très bien que quand il se fait gauler il risque une procédure judiciaire qui va durer ans, pendant que le contribuable aura payé le nettoyage, que s’il est condamné il aura le temps d’être insolvable, racheté, en faillite …

  9. Henry le Barde

    En voyant la première illustration, j’ai cru un instant que c’était un hommage à l’affiche féministe qui a encore causé une énième polémiquette.

  10. Marc-Brandon Pichon-Lévy

    En plus de skyfall cité plus haut (http://www.skyfall.fr/?p=763#comment-74098) commentaire 1430 de Marot, on peut lire un lien récent sur climat de terreur : http://climatdeterreur.info/la-mer/un-mauvaise-raison-davoir-peur-lacidification-de-locean
    Et un lien plus ancien de Papyjacko :
    http://www.lepost.fr/article/2009/12/02/1820060_les-langoustes-adorent-le-co2.html

    La bonne nouvelle, c’est que l’acidification des océans est un signe de plus que le réchauffement climatique anthropique (RCA) est fini. Les « preuves » du RCA tombent une à une et les explications naturelles du réchauffement récent se renforcent, alors il faut bien trouver autre chose pour faire peur et en tirer les bénéfices subséquents! Le RCA est mort, vive l’acidification des océans !

    Bien entendu, les médias préfèrent embrayer sur ce sujet ou sur la diminution de la biodiversité, qui ne sont que des escroqueries pseudo-scientifiques de plus, plutôt que de faire un scoop sur le thème « en fait, on vous bourre le mou avec le réchauffement climatique depuis plus de 15 ans », c’était des c…eries !

    Désolé, aujourd’hui, j’ai plus envie de casser du journaliste ou de l’ écolo que d’en rire.

    En tout cas, merci à H16, Skyfall, Papyjacko, Objectif liberté, Contrepoints et autres Pierre-Ernest d’exister.

    1. AidoHwedo

      A moins que vous ne souffriez d’étroitesse d’esprit, j’étendrais votre maxime de « Petites chroniques désabusées d’un pays en lente décomposition » à « Petites chroniques désabusées d’une planète en lente décomposition ». A moins que vous trouviez l’association planète et décomposition inaproprié et catastrophiste.

      1. La planète va bien. L’humanité moins (et encore), c’est tout ce qu’on peut constater.

  11. wijngaards

    la solution pour éviter le bain d’acide que j’avais envisagé il y a dix ans

    Puits de carbone

    Dans ce temps d’élection présidentielle tout le monde va au charbon, qui est du carbone fossilisé. Il y a ceux qui cherchent la place dans la fonction suprême et d’autres qui ont tout intérêt de la conserver sinon en sortant du bois il sera canardé malgré le fait qu’il est mis en place par un groupe élu, non pas du peuple mais de Dieu. Pour être clair ceux qui occupent les rouages essentiels de notre pays et dont la télévision est une pièce maîtresse. Le vrai peuple qui lui a élu notre président a choisi un guignol de l’info. Chirac en est un digne représentant et vu ses grandes qualités de repentante au nom du peuple français pour toutes les misères que ces voyous d’ancêtre ont pu faire depuis au moins 2000 ans et en particulier pendant la dernière guerre il a de forte chance d’être réélu avec magistrat.
    Malgré tous ces atouts notre actuel président ne peut pas dormir sur ses lauriers et sera obligé de grappiller quelques électeurs écologistes crédules qui écouteront les inéluctables promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, comme dit souvent son ami concurrent candidat Pasquoil.
    Actuellement les écologistes sont très sensibles, quiconque concerne le réchauffement du climat et les preuves en sont données chaque jour.
    Que la température moyenne de la terre soit quelque 0.1 degrés plus élevés n’est pas contestable ! Le thermomètre est un instrument fiable et tant que nous ne l’avons pas cassée nous sommes contraints d’accepter son verdict.
    Un malade qui a de la température est une chose facile à constater, je dirais même sans consulter le mercure ou plutôt des ersatz parce que ce poison est prohibé depuis peu pour les instruments de mesures, écologie obligée.
    Mais pourquoi a-t-il de la fièvre ? C’est là qu’on constat que sa fille est muette et nos écologistes bavards.

    Le réchauffement de notre planète est actuellement dû à plusieurs phénomènes.
    1. Nous sommes en plein période de grande activité solaire mesurable par les taches que laissent les éruptions comme traces visible. Cette activité est cyclique sur 11 ans, la prochaine période de froid est vers 2008 !
    2. L’activité volcanique est minimale, pas de mont St Helena ou Pinatubo ou autre Krakatau. Ces grandes éruptions causent un mini refroidissement sur une période de 5 à 10 ans !
    3. Nous sommes dans une région interstellaire avec notre système solaire qui favorise un bon ensoleillement de notre terre, comme disent les Angel-Saxes «peu de star dust ».

    Ce dernier point est comme le premier, également cyclique. La prochaine période glacière sera dans quelques
    millénaires que nous savons depuis les travaux sur la période dite Würm par Milankovitch et nous serions bien content d’avoir quelques calories supplémentaires grâce à l’excédent de CO2.
    Vouloir intervenir sur la température et climat de la terre est une blague ! La simple expérience à échelle très réduite dans une serre immense appelé « Biosphère II » avec une équipe de chercheurs enfermé durant plusieurs mois nous a appris que Dieu sait beaucoup mieux gérer tout ça.
    En attendant je ne peux pas donner entièrement tort aux écologistes. Nous sommes des hôtes de ce paradis déchu et ne sommes que passagère autrement dit nous devrons laisser l’endroit aussi propre (et je dirais même plus propre) qu’avant notre venu, d’autre en plus que nous la laissons à nos enfants.
    Il est donc légitime de vouloir supprimer le CO2que nous avons émis.
    La méthode préconisée par nos «verts » est bien sûr créer des forêts qu’ils appellent puits de carbone.
    Ceci est bien plus agréable que de voir la terre se transformer en un grand bloc de béton.
    Tant que nous construisons des forêts le taux de CO2 ne peut que diminuer, mais nous ne pouvons pas transformer la terre entière en verdure et puis une fois les arbres morts, elle restitue le CO2 dans leur quasi-totalité ou il faut fabriquer du charbon de bois et le stocker ou transformer en fibre de carbone par exemple.
    Si ces puits sont agréables, ils ne sont pas les seuls puits et en ce temps de Noël et fête de fin d’année il existe d’autres moyens de stocker du carbone.
    Depuis des millions d’années la terre cumule du charbon soit dans des forets et marécages qui se transforment en tourbe puis se sont enfoui sous terre pour que nous en puissions faire des mines. Les 75 autres % sont absorbés par les mers qui doit à son tour trouver un moyen de le stocker également sinon les océans deviendront un grand bain d’acide.
    Poséidon s’en débarrasse en le cumulant dans la craie sous forme d’un carbonate de calcium en se faisant aider par ses amies les mollusques autres coquillages et plancton.
    Je suggère donc de manger des huîtres qui eux fixent définitivement ce méchant CO2que seul une comète ou
    météore géant peut libérer à nouveau. Le Dieu qui interdit de manger ces créatures parce qu’impure ne peut pas
    être un Dieu écologiste et n’a pas non plus ma sympathie.

  12. do

    bon, mais c’est quoi, le problème si la planète elle meurt?
    on va bien tous mourir, non?
    alors pourquoi pas elle, zut.
    en plus, quand on sera tous décimés par la pollution, qu’on pourra plus nourrir nos enfants, on polluera plus, la planète, elle aura qu’à se reposer à ce moment là, à la fin. Comment je fais, moi? Elle nous les brise, la mère Gaïa. si on peut plus vivre dessus, ben on vivra moins, ou plus, et ça se régulera bien tout seul. non mais de quoi ils se mêlent, ces chercheurs? ils feraient mieux d’aller bosser..

  13. Marot

    Ouahh, deux fois cité chez H16, la gloire !
    C’est vrai, sur les « 27 des plus grands spécialistes de la biodiversité marine », il y a 13 apparatchiks d’ong.
    Leur liste est page 10 et suivantes ici :
    http://www.stateoftheocean.org/pdfs/1906_IPSO-LONG.pdf

    Le bidule organisateur est pompeusement nommé International programme on the state of oceans pour laisser croire à un peu d’ONU derrière.
    http://www.stateoftheocean.org/

    Son objectif, accrochez-vous est de «sauver la Terre et toute la vie qui est sur elle».

    En bref, pour nous, une association loi de 1901 pour ratisser des fonds.

    1. « «sauver la Terre et toute la vie qui est sur elle» »
      Presque « toute la vie ». Celle des hommes, elle s’en fiche un peu, je pense.

      1. Marot

        Je ne crois pas qu’ils penchent vers un radicalisme.

        Le truc de l’IPSO c’est plutôt «Moi y en a vouloir des sous».

  14. Orangemax

    Comme souvent c’est un article amusant à lire, à la forme bien trouvée.
    Mais dans le fond c’est pas ça, nier l’influence des hommes sur l’environnement et les effets négatifs qu’elle peut engendrer ne les rend pas moins réel.
    Même en se moquant sur 50 lignes des termes employés.

    1. Nord

      Sauf quand les effets négatifs, comme vous dites, sont moindres que les effets positifs.

      Enfin c’est vous qui voyez.

      1. Théo31

        On attend toujours que la Terre porte plainte pour toutes ces agressions dont elle serait victime.

    2. C’est bien joli de battre sa coulpe sans arrêt, mais ce n’est pas en répétant des âneries qu’elles deviennent vraies. Non, l’impact de l’homme sur l’environnement *n’est pas* déterminant, non, la société actuelle ne pollue pas plus qu’avant (plutôt de moins en moins, contrairement à toutes les abrutissantes bêtises qui sont dites), non le capitalisme ne détruit pas l’environnement, et enfin, non, l’homme n’est pas un parasite.

  15. Arnaud

    Ceci étant dit, on peut aussi se dire qu’effectivement, les actions anodines et banales de milliards de personnes ne cherchant pas à faire de mal à leur planète, puissent produire des conséquences catastrophiques.

    Et finalement, l’idée que ces actions et comportements anodins soient à l’origine des problèmes actuels, est peut être plus effrayante que celle d’une tendance maladive à la destruction.

    D’où le scepticisme concernant les informations que livrent les scientifiques, car que pouvons nous y faire ? On peut raisonnablement considérer son mode de vie comme raisonnable et pour autant conclure que ce même mode de vie partagé par des milliards et problématique.

Les commentaires sont fermés.