TVA Sociale Toute !

Il y avait longtemps ! Cela faisait plusieurs minutes que la France n’avait pas connu cette excitation caractéristique avant l’arrivée d’une nouvelle taxe. Heureusement, Sarkozy a réveillé le pays assoupi au milieu d’un désert fiscal en proposant une nouvelle TVA, qu’il veut, bien évidemment, sociale. Et c’est vrai qu’il s’y connaît, le bougre, en excitation, en social, … et surtout en taxes.

C’est donc au milieu d’un discours que beaucoup ont trouvé méchant, décalé, brodé de poncifs, incantatoire mais impuissant, que notre président a lâché son petit rot festif et républicain sur une nouvelle taxe.

C’était inattendu, vraiment. Alors que son discours roulait, cahin-caha, sur les routes sinueuses des constats d’évidences (« crise inouïe », « souffrance » du peuple français soumis à une politique socialiste depuis plus de trente ans et sans queue ni tête depuis trois ans, etc…), voilà Nicolas qui nous explique qu’il a pris la mesure du bordel dans lequel le pays patauge et qu’il a trouvé quelques recettes bien solides pour tout remettre d’équerre : on va former les chômeurs, on va taxer les transactions financières, et enfin, on va instaurer une Taksantidélocalization, qui ressemble à la TVA sociale dont on avait déjà entendu parler.

Tout ceci est franchement novateur. Un tourbillon d’idées nouvelles !

Ainsi, la formation des chômeurs, c’est du jamais vu, jamais entendu, jamais tenté ! On va, on le sent déjà, découvrir un nouveau mode d’appropriation des périodes de temporisations entre deux activités productrices, à n’en pas douter. Au lieu d’avoir des épaves en souffrances échouées sur les récifs coupants de l’inactivité, on va avoir de frétillants apprenants sur la voie de la reformation !

Youpi.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

On se demande ce que font les formateurs actuellement avec les chômeurs. En tout cas, fini les ateliers poterie & macramé, ou la Photo Pour Les Nuls. Ou je ne sais pas. En tout cas, Nicolas a pris les choses en main et ça va roxxer. Mais si.

Pour la taxe sur les transactions financières, là encore, la surprise est grande puisque cela fait facilement dix ans qu’on en entend parler et que les Français ont été préalablement préparés et délicatement massés pour rentrer leur corps souple dans cette nouvelle boîte fiscale. Evidemment, elle est — comme d’habitude — présentée à la fois comme quasiment indolore et exclusivement portée par les riches. Une fois mise en place, on pourra mesurer avec efficacité le niveau de non-douleur et surtout découvrir que la France compte vraiment beaucoup, beaucoup, beaucoup de riches, notamment chez les petits épargnants qui ne vont pas comprendre ce qui leur arrive (mais fallait pas voter socialiste).

Le pompon de la nouveauté, c’est bien sûr la TVA Sociale, qui est au social ce que les Républiques Démocratiques Populaires furent à la Démocratie et au Peuple.

Quel est son principe qui va enfin éclairer d’un jour nouveau la fiscalité française et permettre de remettre le pays dans le droit chemin vers le mur ?

Dans l’idée de base, c’est très simple : tout d’abord, on augmente le poids de la TVA (Oui, c’est donc une nouvelle hausse de taxe. Fallait pas voter socialiste.) Ensuite, on réaffecte une partie de la TVA collectée à la protection sociale. Vous voyez, c’est vraiment stupéfiant d’innovation.

Dans l’idée telle qu’elle est comprise par les étatistes du clan Ouhempé, la TVA Sociale est rebaptisée « antidélocalisation ». Le détail précis de la mise en place de cette nouvelle usine à gaz taxe a bien vite été repoussé au 18 janvier prochain, date à laquelle un Grenelle du Social En Culotte Courte se tiendra pour déterminer avec précision quelles quéquettes contribuables il faudra griller au laser pour obtenir de l’argent.

Mais en gros, il s’agira essentiellement de reporter les charges qui pèsent sur les salaires sur la TVA (qui pèse sur la consommation). Autrement dit, le salarié se verra un peu moins ponctionné, mais dépensera en compensation à peu près exactement de ce qu’il aura gagné. Comme l’ensemble de la mécanique bien huilée de l’Etat aura introduit un changement über-complexe dans un ensemble déjà turbo-complexe, il y aura quelques frictions qui seront amoindries par une petite ponction sur les flux, et tout le monde aura la joie de constater que le pouvoir d’achat s’est encore amoindri.

Youpi (derechef).

A présent, on pouffera aussi gentiment sur la réaction forcément ulcérée de la gauche, dans le plus pur style « Oh le vilain il fait du socialisme alors que c’est réservé à nous« , puisque, tout comme la taxe Tobin pardon taxe sur les transactions financières, cette idée de nouvelle sodomie fiscale aussi sociale que festive a régulièrement été reprise aussi bien à droite qu’à gauche (on se souvient par exemple que lors du congrès du Mans en novembre 2005, la motion finale du PS proposait «le transfert d’une partie des cotisations sociales patronales, qui pèsent aujourd’hui sur la seule masse salariale, sur la valeur ajoutée»).

Maintenant, le même Parti Officiellement Socialiste trépigne que Non non non, c’est une très mauvaise idée cette TVA sociale machin truc !

Plus rigolo encore la position du petit Manuel Valls, qui, en août, était chaud bouillant pour une telle filouterie fiscalité créative :


Manuel Valls et la TVA sociale par LaTribuneTV

Evidemment, maintenant que l’idée est propulsée par le socialiste de l’autre bord, la TVA sociale pue du bec.

Notez au passage qu’aucun de ces pénibles bouffons, fussent-ils de droite ou de gauche, ne veulent s’en tenir à l’évidence pourtant massive de la faillite complète du système social français qu’on doit renflouer en récupérant des fonds partout où il en reste encore. Notez qu’il semble naturel à ces tristes pitres de faire intervenir l’état pour modifier sa façon de piquer l’argent soit des salariés, soit des consommateurs, alors qu’il s’agit, in fine, d’offrir une couverture sociale, chômage ou retraite dont seuls les individus directement concernés connaissent la nécessité, et que seuls ces individus sont à même d’apprécier exactement l’importance financière qu’ils peuvent y consacrer.

Mais non : pour tous ces suceurs de prébendes, l’Etat doit, absolument, intervenir quoi qu’il arrive entre le porte monnaie du moutontribuable et les assurances qu’il va obligatoirement souscrire, la menace coercitive sur la tempe lui rappelant qu’il n’a ni le choix du montant, ni celui de la destination de l’argent qu’il a gagné.

Eh bien moi je dis, tant qu’à faire, autant y aller à fond !

La France manque d’argent, autant ajouter à cette TVA Sociale une TVA Citoyenne. Elle consistera en un faible montant (indolore) à payer pour pouvoir voter et, pour qu’il n’y ait pas de rapport avec un cens honni, on affublera le vote à une obligation assorti d’une amende lorsque le citoyen se dérobe. Ainsi, il a le choix : il paye et vote, ou ne vote pas, mais paye pour sa forfaiture.

Mieux : je propose la TVA Festive, dont l’assise portera sur absolument tout ce qui est à la fois festif et scandaleusement individualiste et qui permet de se faire des petits plaisirs solitaires. Il va de soi que tous les sex-toys seront lourdement taxés. Mais on pourra aussi étendre cette TVA Festive sur les eaux pétillantes (qui ne pétillent, après tout, que dans votre palais, ce qui est assez peu solidaire), sur le champagne (pour la même raison), sur la lingerie fine, le chocolat, les bouillottes, et, étape ultime, les dopamines et endorphines produites par votre cerveau lorsque vous en avez besoin ou envie. Faire la fête seul chez soi, pousser des cris de joie devant un match, au téléphone, devant son ordinateur, que sais-je, sera, bien sûr, soumis à redevance, le bonheur devant absolument, par nécessité nationale, être partagé.

Bientôt, ce pays disposera d’une TVA Sociale, une TVA Citoyenne et une TVA Festive. Le but ultime sera atteint !

Youpi (une dernière fois).

J'accepte les Bitcoins !

1J3vACQrU49G4jANSHJkKbjavFMkKroeMz

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires43

  1. Lib

    Ouais.

    Il y a quelques temps, j’aurais été plutôt favorable à la TVA sociale. Mon raisonnement était qu’à niveau de taxation égale, il était abyssalement con de taxer le travail en France et la TVA était sans doute l’impôt le moins pervers.

    Mais je crois de moins en moins au prémisse « à niveau de taxation égale »

    CPEF…

    1. deres

      Oui, chaque fois qu’ils manipulent le système par un micro-réglage avec leur gros doigts boudinés, ils se plantent allègrement. 150 ans après la mort de Bastiat, ils ne tiennent toujours pas compte de « ce qui ne se voit pas » et font des calculs de coins de table au doigts mouillés pour diriger le pays.

      Les bonus/malus équilibrés (sic) qui nous coûtent au final un milliard par an sont des bons exemples des calculs millimétriques de nos élites.

      Les budgets annuels aussi. Que comprendre quand un ministre des finances vous annonce qu’une croissance de 0% ou de 1%, cela rentre « facile » dans la marge d’erreur de ses calculs … Finalement, je pense qu’ils gèrent l’Etat comme de bon père de famille mais qui n’a pas son brevet des collèges …

      Il faut aussi s’attendre à des mesures compensatoires de tous les côtés pour satisfaire les lobbys les plus puissants. Histoire d’être certain que la mesure soit inefficace et complètement invérifiable. Je suis certain que les retraités ne se laisseront pas faire et bénéficieront de largesse compensatoire. Idem, ces hausses de TVA ne seront pas généralisés mais saupoudrés finement histoire de créer encore plus de niches et de taux différents (Normal, réduite, super-réduite, Corse, DOM, …).

      Le but n’est pas de régler les problèmes, mais de faire semblant de maîtriser la situation en occupant l’espace médiatique. Les problèmes sont leur fond de commerce.

    2. Théo31

      « la TVA était sans doute l’impôt le moins pervers. »

      C’est l’inverse. Comme son nom l’indique, la TVA est un impôt sur la création de richesses. Elle pénalise donc le salaire, les intérêts à rembourser et les profits. L’entrepreneur doit alors arbitrer :
      – salaire : peut pas le baisser
      – intérêts : chaud à négocier un rééchelonnement de sa dette
      – profit : sa marge baissera et s’il avait prévu de l’investir, il renoncera ou sera alors obligé d’emprunter, rendant le casse tête insurmontable.
      – les prix : s’il les augmente, il perdra des clients, s’il les baisse, ses marges risquent de baisser
      Bref, la TVA, sociale ou non, c’est l’enfer fiscal en action.

      La TVA sociale consiste uniquement à déplacer le curseur dans le dictionnaire mais au final, ce sont les mêmes qui se feront sodomiser.

      http://www.quebecoislibre.org/04/041215-14.htm

      On est sûr d’une chose : Sarkouille molle est une tête de bite en économie.

  2. DiscoTonio

    Sois un peu subtil h16…

    Le côté anti délocalisation, c’est qu’un petit effet secondaire mis en avant pour empapaouter le peuple des rentiers.

    La TVA sociale, c’est surtout un transfert de pouvoir d’achat de tous ceux qui ont des revenus non liés au travail concurrentiel à ceux qui ont un travail dans le privé concurrentiel…

    1. Pere Collateur

      En théorie seulement.
      Depuis le temps qu’on fait ce genre de manipe en France, on sait bien que tout ce qui est supposé être des jeux à somme nulle finnissent toujours en négatif pour l’individu à cause des pertes et autres ponctions des différentes usines à gaz mises en place pour gérer le bordel.

      Dans le cas de cette TVA sociale (lol le social ^^), il va y avoir des masses d’effets de bords:
      Tout d’abord, ca aura un impact sur le taux d’inflations. Et donc tout ce qui est callé sur l’inflation ca augmenter.
      Par exemple les taux des livrets A et consors.
      Les retraites et autres revenus « sociaux ».
      Ensuite des effets d’aubaines. Par exemple, les frontaliers pourront aller echapper à la taxe en faisant leur courses chez le voisin Allemand par exemple, qui bien qu’ayant une TVA superieur à la France, propose des prix nettement plus compétitifs.
      Les commercants Alsaciens et Lorrains risquent de la sentir passer cette TVA « sociale ». Le résultat sera certainement tout sauf « social »…

      Il n’y a aucune chance que ce truc fonctionne. Comme d’hab.
      Et en plus, comme on change encore un fois les règles du jeu, ca introduit encore une fois de l’incertitude. Et comme tout le monde le sait, l’économie adorre ca. La preuve en France, ou les résultats économiques sont là pour prouver que changer les règles tous les 4 matins ca aide vraiment…

      Le seul service que peut rendre ces politocards à la nation, c’est de ne plus toucher à rien et de dégager de nos vie.

    2. Sanksion

      Le transfert est plus simple que ça. Au lieu de commander sur amazon.fr, on le fera sur amazon.co.uk.

      C’est un transfert des grenouilles vers les rosbeefs.

      Pas de quoi nous embrouiller avec des histoires de secteur concurrentiel.

  3. Li Po

    Bonne idée de taxer les revenus non liés au travail, comme le foncier par exemple, car c’est un secteur qui ne l’est pas assez ! il y a quand même des propriétaires qui arrivent encore à dégager des bénéfices ! les ordures !

    1. eheime

      Parfois je me demande si c’est vraiment rentable. On parle souvent de 4-5%. Mais si on va dans le détail, il y a souvent des frais de renovations importants et periodiques, des charges de copro propriétaires lourdes, des vacations, impots locaux, sur le revenu, etc …

      Tout compris , je me demande si ça rapporte quelque chose.
      Le seul intérêt c’est de pouvoir emprunter (quoiqu’on dise c’est un des rares invstissement où les banques accordent un tel levier sans garanties externes) et de profiter d’une plus value potentielle.

      Mais questions emmerdes, je sais pas s’il y a pire (où alors on se garantie et on confie la gestion, mais ça baisse drastiquement la rentabilité).

      Evidemment je parle pas des Scelliers/Robiens qui ont existé justement parce que la location n’est pas un bon investissement sinon.

  4. Calvin

    Bon, résumons… On taxe moins les salariés… On taxe plus la consommation… Donc les chômeurs, les RSAistes, les retraités vont être lésés.
    Donc, il va falloir aussi augmenter les minimas sociaux, les pensions…

    Sacré usine à gaz en perspective, avec des boutons partout, des molettes en tout genre, des dizaines de curseurs à caresser avec frénésie, des centaines de tuyaux communicants avec des vases, et, surtout, une alimentation directe du déficit public !!
    Le plus rigolo, c’est que le Sarko va faire l’unanimité contre lui, mais que le président Hollande ne reviendra pas sur la TVA sociale…

    Bon, j’ai décidé de ne pas voter socialiste, cette année.
    J’ai décidé de ne pas voter cette année.

  5. DiscoTonio

    La vraie question c’est de savoir si la hausse des prix qu’engendrera cette mesure sera prise en compte dans le calcul de l’inflation pour l’indexation des retraites, du SMIC, et de tout ce qui est indexé sur l’inflation…

    Dans ce cas là, cette mesure est une escroquerie…

  6. kelevra

    une hausse de 1% de la tva represente une baisse de 0.1 a 0.2% des charges sociales, en gros si la tva augmente de 3% la baisse des charges sociales sera de 0.5%. derisoire.

    1. Calvin

      Ce qui est encore plus « génial », c’est que si la TVA augmente de 3%, dans le même temps, les consommateurs se restreindront sur certains postes moins essentiels, et donc la rentrée sociale, pardon fiscale, diminuera.
      En revanche, la baisse des charges sociales ridicule de 0.5% demeurera. Ou pas.

  7. Guillaume

    C’est en fait une simple augmentation de la TVA.Rien de bien compliqué. Le mot social n’étant là que pour faire passer la pilule.

    Un bel exemple de Novlangue bien maline : Celui qui serait contre cette augmentation serait donc contre le social, et serait mal vu en cette période de fin d’année.

  8. scaletrans

    Et vous avez vu? Non vous n’avez rien vu, puisqu’on en parle pas. De quoi? De diminuer les dépenses de l’État. Augmenter les impôts il paraît que c’est faire des économies… La liberté c’est l’esclavage, la guerre c’est la paix. Orwell avait imaginé la doublepensée, la République festive l’a fait!
    Sinon, je décèle des influences diverses dans votre prose: il y a du Greg (Achille Talon) et du Gotlieb (La Rubrique à Brac), il y a pire :)

    1. eheime

      Orwell s’est gourré dans la date, clairement. Mais pour le reste, c’est le sans faute. Et quand j’entends le gros Ours Attali nous parler de « gouvernance mondiale », alors là j’ai des nausées.

  9. deres

    Le pire dans tout cela, c’est que nos politiciens se trompent complètement sur les français. Ils s’évertuent à leur raconter des fadaises et à les caresser dans le sens du poil car ils ont une peur panique des élections. Au contraire, on constate que quand Sarko à augmenter les impôts, c’est à dire agit réellement même de façon impopulaire, sa côte a augmenté dans les sondages … Les français ne sont pas si cons malgré les apparences. Sarkosy soufre surtout du fait que les français n’ont jamais vu les réformes promises. Combien de fois j’ai entendu qu’il n’avait rien foutu en 5 ans … Le peu qui a été réalisé l’a été très lentement, avec moult précautions oratoires et mesures compensatoires. Si un homme politique avait les couilles de vraiment réformer l’Etat en diminuant réellement les dépenses publiques et simplifier le système, sa popularité exploserait. C’est dans ce cas là qu’il faudrait craindre une dictature … Avec les bouffons actuelles, aucun risque …

    1. eheime

      Le probleme c’est que les français attendent un de Gaulle alors qu’il leur faut un Thatcher. Et ils n’ont ni l’un l’autre.

  10. Before

    « Autrement dit, le salarié se verra un peu moins ponctionné, mais dépensera en compensation à peu près exactement de ce qu’il aura gagné »

    Ben même pas sûr : il y a fort à parier que le salaire net ne bougera pas d’un iota.

  11. Tremendo

    J’aimerai savoir si concrètement la baisse des charges sociales sera sur la part salariale ou la part patronale.
    Sur la part patronale, au final le salarié sera payé pareil mais se prendra une augmentation de TVA dans la gueule, donc baisse du pouvoir d’achat.
    Quant aux entreprises, dans l’hypothèse de vases communicants parfaits, ce qu’elles économiseraient en charges sociales sera perdu en hausse de TVA. Donc au mieux, il ne se passera rien pour la compétitivité de la France, elle restera au plus bas.

    Concernant la concurrence étrangère, certe les produits français redeviendraient plus compétitifs (une goutte d’eau), à condition que ces produits étrangers soient vendus sur le sol français et non directement depuis l’étranger. Or actuellement il est très facile de commander sur internet directement à l’étranger.

    1. Tremendo

      Au final, les exportations seront toujours au même niveau, puisque le prix de vente restera le même. Pour les ventes sur le marché domestique, l’effet sera minime.

    2. ANT1

      Finaux comme ils sont, je pense qu’ils vont la jouer en plusieurs temps, dans le style du bonus / malus ecologique.
      Avant l’élection la hausse de TVA sera modérée, et puis au fur et à mesure que viendront les rappels a l’ordre et les plans de rigueurs, la TVA va monter, et ils reviendront sur les allegements… (droite ou gauche, ca sera kif kif)

  12. Toni

    H16 a écrit : « Mieux : je propose la TVA Festive, dont l’assise portera sur absolu …devant absolument, par nécessité nationale, être partagé. »

    Et l’étape suivante sera de regarder la couleur des chaussettes que j’enfile le matin. Le dieu état … les gens seraient perdus sans lui.
    Mon petit doigt me dit que l’on va passer pour des cons face aux pays comme L’inde, la Chine et le Brésil. J’ai déjà rencontré des gens venant de ces pays, ils me paraissent avoir plus de bon sens que certains de mes concitoyens Français.

    1. channy

      Je suis a 200pour cent d accord avec vous mon cher Toni…Pour vivre en ce moment en asie du Sud est..je vous le confirme les francais passent deja pour de gros beaufs arrogants..et les fuir quand vous vivez sur place est une question de survie…
      Et pourtant en asie les politocards ne sont pas tristes dans leur genre

  13. Aurélien

    En tout début de quinqunnat Sarkozien, quand Borloo avait lancé l’idée de la TVA sociale, c’était la bourde de l’année pour l’UMP qui ne put jouir du raz de marée annoncé aux législatives.

    Aujourd’hui c’est LA mesure qu’on doit prendre là tout de suite pour sauver la France et donc l’Europe et donc le Monde tant que Nico a encore les clés du camion…

    Va comprendre…

    Retour vers le futur: http://www.liberation.fr/evenement/0101105446-haro-sur-borloo-et-la-tva-sociale

  14. fred2vienne

    moi j’ai pas encore d’avis tranché sur cette tva sociale.
    d’un coté on entend: « un patron paie l’équivalent du salaire d’un employé(à peu près) en charges. »
    Donc admettons: je gagne 2000€, mon patron paie donc 2000€ de charges pour ma pomme.
    Mais suis-je sur qu’avec cette tva sociale, mon patron va me lacher comme ça 4000 roros au lieu de 2000?? Hein

    Non parce que si c’est assuré, comme le sont les charges patronales ok, moi ça me va.

    Mais si on transfert l’équivalent des recettes des charges patronales en taux de tva sociale équivalente, et qu’au passage les patrons te file que 2500 voire 3000 roros:
    Comment tu fais pour compenser le reste de la hausse? hum??

    et cela veut dire aussi, que les gens qui travaillent pas, paieront plein pot?

    Bref, je suis pas sur que ce soit une bonne idée, je préfère le cadre actuel.

    1. eheime

      Tout dépend de l’execution, comme toujours. Sur le fond la TVA est un impot simple, facile à collecter et a controler. Mais c’est le mot « social » qui fait craindre le pire. Parce qu’il n’y a rien de social dans l’augmentation des prix. Et parce que ça promet (comme toujours avec Sarko) d’être une usine à gaz, que meme un soviet russe en s’y mettant à 30 sur toute la durée d’un plan quiquénal n’aura pas su faire aussi compliqué.

  15. something

    HS mais collector (et rigoureusement authentique). Ces histoires d’assurances maladie ça me rappelle un tract FO que j’ai vu passer dans une entreprise et où il était question de la mutuelle. Ca discutait âprement sur la question de savoir si elle devait être obligatoire ou non et le tract disait : « il vaut mieux être obligé de payer moins cher que libre de payer plus. »

  16. eheime

    Quant aux taxes sur les transaciton financières, à force d’en parler, ça va bien finir par arriver. Ca aussi ça sent la grosse usine à gaz. Ca va etre encore un vrai succes …

    1. eheime

      Si c’est pas Sarko, ce sera Hollande. Faut dire que le pauvre vieux, il a décidement plus grand chose à se mettre sous la dent ! Sarko a déjà appliqué l’intégralité de son programme politique alors qu’il n’a même pas encore fini de le rédiger !

  17. Pascale

    De toute façon, quelle que soit la manière dont cette taxe sera appliquée et quelle que soit son assiette, nous aurons la démonstration en live, de la validité de la courbe de Lafer : les rentrées fiscales vont diminuer.

  18. Patron Méchant

    Aucun politique n’a repris mon idée: faire des économies sociales, solidaires, joyeuses et lesbiennes pour ne plus avoir à taxer.

  19. FrédéricLN

    Sur la formation des chômeurs, il y avait une subtilité dans les voeux présidentiels : il annonçait *l’obligation* pour les chômeurs d’accepter la formation proposée par Pôle emploi.

    En d’autres termes, même à l’Elysée, on a compris que cette formation des chômeurs à quelques euros de l’heure, c’était en grande partie du pipeau. Et on s’est dit : au moins, si on les parque dans des salles de formation, on sera sûr qu’ils ne travaillent pas au black dans leur maison ou le petit commerce du cousin.

    Avec ça, la France est définitivement tirée de la crise, moi je vous dis.

  20. channy

    Nicolas qui nous explique qu’il a pris la mesure du bordel dans lequel le pays patauge et qu’il a trouvé quelques recettes bien solides pour tout remettre d’équerre#

    Comme les mesures exemplaires et futuristes qu il a pris pour reguler l internet..je sens qu on va encore se poiler au pays des grincheux

    #je propose la TVA Festive#
    Oui, oui mais faut oublier non plus la taxe sur cahouetes, pistaches, biscuit belin(les biscuits qui parlent)..et important une nouvelle taxe sur les bouchons

    #En tout cas, fini les ateliers poterie & macramé, ou la Photo Pour Les Nuls#
    oui place aux ateliers recoltes des fruits et legumes, nettoyage d une surface pour les nuls, transport des cafes de la machine aux bureaux sans en reverser une goutte( reserve uniquement aux allocataires beneficiant du rsa)
    oui ce pays est definitivement foutu

  21. channy

    #Mais on pourra aussi étendre cette TVA Festive sur les eaux pétillantes #

    PFFF… H16 vous etes en retard d une taxe, comment pouvez vous douter de la faculte de nos politocards a ne pas creer des taxes
    donc desole de parler
    taxe de 3.50 francs( soit 0.65 centimes d euros ) par hectolitre sur eau minérale ou artificielle.
    Et pour ne pas oublier nos politiciens locaux tres festif eux aussi, quoi que pas tres buveur d eau d apres ce que j ai pu voir durant mes annees francaises
    #taxe sur les eaux minérales : les communes sur le territoire desquelles sont situées des sources d’eau minérale ont la faculté de percevoir une surtaxe dans la limite de 0.23 francs par litre.#
    Sans alcool a fete et plus folle pas vrai

  22. Coquine

    Fallait bien qu’il augmente la tva « sociale » ça coute chère de faire rapatrier son fils en avion de guerre pour une gastro :/, trêve de plaisanterie, payer pour sauver le pays, ça ne me gêne pas, mais payer pour que les personnes qui sont au pouvoir en profite plus que moi, non merci ! l’injustice elle est la, moi je paye la tva, des impôts comme tout le monde, et si j’ai une gastro à l’étranger, on me rira au nez, et on me dira d’attendre que ça passe…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)