Le référendum qui n’aura jamais lieu

Et voilà qu’à présent, Sarkozy aime les référendums ! Tellement, qu’il en propose deux dont les sujets laissent un vague goût de plastique dans la bouche, comme si on avait avalé le cubitainer avec le mauvais vin qu’il veut nous faire boire. On se souvient que le chef de l’Etat avait conservé un souvenir pour le moins mitigé des référendums qui avaient été mis en place lorsqu’il était ministre et qui lui avaient valu de belles défaites. Mais le désamour pour cette méthode bien gaullienne est oublié.

Le premier référendum proposé porterait ainsi sur le droit des étrangers sur le sol français, qui serait alors confié au seul juge administratif et permettrait de simplifier les expulsions.

Le second référendum, quant à lui, poserait la question de savoir si les chômeurs ont le droit de refuser une formation ou un emploi.

Avec de tels énoncés, on se doute que les réactions ont été immédiates.

Les diverses associations d’aide aux sans-papiers ont immédiatement flairé les visées de Sarkozy sur l’électorat du Front National — du reste, ce n’est pas idiot : si tout est fait, comme le clame Marine, pour que la candidate frontiste n’ait pas ses signatures, il est nécessaire pour Sarkozy de faire quelques judicieux appels du pied à un électorat qui pourrait se retrouver tout désemparé, les petits yeux plein de larmes, sans candidat…

Quant à l’autre référendum, les syndicats n’ont pas mis bien longtemps à hurler à l’abomination (aux relents ultra-turbo-libéraux, sans doute) et les autres candidats à l’élection présidentielle y sont allés de leurs petits mots assassins devant l’éventualité qu’on puisse sérieusement poser la question aux Français (et pire surtout, qu’ils y répondent un truc pas bisou du tout).

Tout ceci est bel et bien bon, mais on ne peut s’empêcher de trouver cette nouvelle lubie présidentielle parfaitement ridicule.

D’une part, le timing particulièrement indigent montre sans ambiguïté que le président sortant a repris ses bonnes habitudes de gesticulation pour faire croire à de l’action. Encore une fois, une volée de claques vigoureuses se perdent, ce qui est très dommage pour un produit frais qui doit se manger très vite. Proposer ainsi un (et à plus forte raison, deux) référendum à quelques mois d’une élection pour tenter de faire croire à une nouvelle façon de faire de la politique a même un petit côté pathétique, à l’instar d’un vilain de série américaine, accroché du bout des doigts sur la façade à pic d’un haut building, et qui plaiderait pour qu’on le remonte vite fait tout en fomentant un retournement de situation aussi fourbe que téléphoné. On n’a qu’une envie : lui écraser les doigts et le laisser tomber.

tornade de facepalmsD’autre part, les sujets choisis déclenchent, en eux-mêmes, une tornade de facepalms assez violente. Le chef de l’État envisage donc sans rire de mobiliser tout l’appareil électoral français pour leur poser deux questions très techniques, sur des sujets extrêmement polémiques, dont l’objet concerne une minorité (eh oui : les étrangers et les chômeurs sont, pour le moment, en minorité sur le territoire) et pour lequel l’impact final des réponses fournies, dussent-elles être positives, sera au mieux limité au pire inexistant.

Bref : cette histoire de référendums arrive comme un cheveu sur la soupe, ce qui est finalement assez typique de la Méthode Sarkozy, celle qui aura permis au pays de se focaliser sur des broutilles et des bidouilles d’apparat et d’éviter toute réforme structurelle profonde.

Attention cependant : je ne suis pas en train de dire que le principe même du référendum est à jeter aux orties. En réalité, c’est même une excellente idée de base pour faire avancer certains dossiers. Bien évidemment, le sujet doit être d’importance (le menu des repas du mercredi à l’Elysée ne se qualifient donc pas), concerner les piliers de notre démocratie, sa constitution.

Par exemple, on découvre sur le site Web de l’Assemblée Nationale que tout plein de projets de lois sont actuellement en cours de discussion, comme celui-ci, sur le MES. C’est le Mécanisme Européen de Stabilité, grand frère du Fonds Européen de Soutien Financier créé pour continuer la tradition de stabilité légendaire de la monnaie européenne, ahem broumf bref hmm.

Eh bien ce projet de loi, qui est un amendement assez massif du traité européen actuellement en vigueur, ne sera pas discuté au travers d’un référendum. Et c’est bien dommage, finalement.

Parce que lorsqu’on épluche un peu les textes, comme l’on fait certains journalistes (allemands, je vous rassure – en France, ce genre de travail n’est plus du ressort des journalistes mais de quelques blogueurs consciencieux) on se rend compte que tout ce fatras législatif est une couche supplémentaire de détournement massif de fonds de la poche des moutontribuables vers une élite évidemment bienveillante mais qui s’enrichit à vue d’oeil alors que la base, elle, envisage sérieusement de planter des légumes dans de petits lopins de terre pour tenir leurs fins de mois.

Le traité (lisible en Français ici) institue ainsi un fonds de 700 milliards d’euros. C’est fastoche à trouver : il suffit de demander à Mario Draghi, le patron de la BCE, de lancer les rotatives un peu plus vite. Lorsque le MES fait un appel de fonds pour aider la monnaie européenne, les membres du MES s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à verser sur demande les fonds demandés dans les sept jours suivant la réception de la demande (article 9.3, p 24). Ce qui est très rassurant, vous en conviendrez. Et on devine, à lire la suite, que les 700 milliards ne sont qu’un début. Miam. Là aussi, c’est très rassurant. Je recommande la lecture de l’article 35 (p. 48), croustillant.

Bref.

À la lecture des prérogatives de ce MES, on comprend très bien que les modifications apportées au traité de base ont été présentées comme minimales afin, justement, d’éviter tout référendum : celui-ci aurait plus que probablement renvoyé aux calendes forcément grecques ce magnifique procédé d’aspiration de la richesse de beaucoup vers les poches de certains.

Eh oui : le référendum, dans les mains de nos politiciens, est une arme magnifique pour poser une question sans importance à un peuple qui ne demande qu’à croire qu’il dirige.

Et ça tombe bien : c’est exactement comme ça que Sarkozy et tous ses collègues veulent s’en servir.

J'accepte les Bitcoins !

17fx3B5HLeqiyN3CniRxacUhbGRZ7u2cni

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires35

  1. style

    Dans la possibilité ou Sarkozi serait réélu et qu’il propose ces deux référendums idiots.

    Quel est le meilleur façon de se payer sa tête allez et votez contre ou s’abstenir ?

    1. Paf

      pas mal le pseudo ‘style’ quand on utilise des points a la place des virgules et des secondes personnes du pluriel a la place d’infinitifs.

  2. Yrreiht

    Tout est de plus en plus grosier en politique, et c’est probablement parce que le peuple est de plus en plus abruti.

    C’est pathétique pour ceux qui ont gardé leur sens critique, c’est à dire pour une minorité, la majorité quant à elle se dira « ha oui le président se préocupe de l’avis des français, ha oui c’est bien, c’est la démocratie ».

  3. Pere Collateur

    En effet, le but de ces deux référendums sont tellement grossiers que ca en devient pathétique.
    Surtout que compter sur la non présence de la mère Le Pen, c’est un calcul foireux, car les socialistes se feront une joie de lui fournir quelques paraphes pour qu’elle y soit et donne quelques cheveux gris à ce bon vieux Sarkozy…

    Sinon, l’image avec les facepalm tirés de différentes animes est bien trop petite pour qu’on puisse voir correctement ce qu’elle est supposé illuster.
    On ne peut même pas jouer à reconnaitre les animes d’ou les facepalm proviennent. Petit jeu très ludique et utile surtout lorsque l’on s’ennuit durant un discours socialiste ^^
    Et puis le facepalm, y a que le commandant Picard qui le fait bien…

  4. Deres

    C’est critiquable voire risible, mais il faut bien avouer qu’il est très fort au point de vue politique. Alors de Hollande cherche à nous vendre toujours les mêmes lunes, il a réussi à trouver un nouvel os, le référendum, qui ne figurait pas dans la pensée unique du moment. En plus, il faut bien noter qu’au passage cela lui permet de se dédouaner de ses propres échecs. L’explication de fond est de dire qu’il a été incapable de réformer le pays car il est impossible d’avoir assez de poids politique face au système et que le référendum est le seul moyen de détruire les barrières aux réformes. Au passage, je constate que ce problème est constamment souligné dans les commentaires de ce blog, mais que personne y compris moi n’avait imaginé de solution possible …

    Après, effectivement, si référendum il y a, j’aurais attendu mieux. Su l’alignement du statut de la fonction publique sur celui de privé par exemple … mais cela aurait été purement suicidaire …

  5. kelevra

    le coup du référendum est pitoyable, du sarkozy, les francais auront ils la memoire si courte apres maastricht. la majorite a vote contre mais sarko est passe en force avec le traite de lisbonne. s il devait etre elu, il referrait le meme coup.

    dans le figaro de ce matin, le maire UMP de nogent sur marne veut faire eriger une statue de carlita dans sa ville….

  6. daredevil2007

    Comme toujours, vous faites mouche, Hash ;)

    Petite correction : »pour que la candidate frontiste n’aie pas ses signatures = pour que la candidate frontiste n’ait pas ses signatures »

    1. Melkion

      Bois mes paroles et prends en de la bouteille (c) Svinkels.

      Ou bien, ce qu’on boit et ce qu’on ne boit pas, comme l’ont judicieusement fait remarquer certains.

  7. something

    Pourtant sur le thème de l’immigration légale et clandestine Sarkozy pourrait aisément gagner des voix et de la crédibilité : suppression des lois mémorielles et des subventions aux zentils racistes, moratoire sur le droit du sol pour fermer les vannes, notamment à Mayotte, puis référendum. Il faut croire que les politiques ne comprennent plus rien au bordel qu’ils ont eux-mêmes créé.

  8. Pascale

    C’est peut être pitoyable mais c’est quand même très fort stratégiquement parlant. Je l’ai toujours dit : Sarko est une « bête de scène » en ce qui concerne les élections. Dès qu’il va annoncer officiellement sa candidature et dès qu’il nous aura sorti des grosses ficelles comme celles-là, il va décoller dans les sondages.

    1. Yrreiht

      Heu Higgins, cette analyse technique ne me convainc pas, mais alors pas du tout…

      Le raisonnement est parfaitement juste d’un point de vue mathématique, mais les hypothèses de départ sont complètement bidon. Par exemple, Marine Le Pen n’est pas d’extrême droite au sens ou elle n’est pas, et ses électeurs encore moins, extrêmement dans le sens de l’idéologie UMP.
      A partir de là tout le raisonnement est bâti sur du vent.

      1. C’est un raisonnement purement mathématique, avec une observation des reports de voix. Il vaut ce qu’il vaut, mais je ne le pense pas nul. On verra ce que ça donnera, mais une victoire de Sarkozy n’est absolument pas impossible.

        1. Higgins

          Pertinent n’indique pas que j’approuve la conclusion de l’étude mais j’aime bien ce type d’approche. Pour avoir un peu manipulé le type de logiciel probablement utilisé (à savoir SPSS http://fr.wikipedia.org/wiki/SPSS), j’ai tendance à croire que nos marges de manœuvres, notre liberté d’agir qui nous est si chère, sont bien plus faibles que ce qu’on pense. Maintenant, vu de mon petit niveau, je constate au quotidien le rejet grandissant du monarque et de sa cour. Mais les lois mathématiques sont cruelles et le dit monarque particulièrement habile et malin.

        1. something

          La déconfiture de Hollande, si elle a lieu, sera le seul intérêt de cette élection. Je savoure déjà les petits couinements plaintifs et offusqués de tous ceux qui s’y voyaient déjà. Sweet sweet music…

  9. Aloux

    Concernant le MES, j’ai cru comprendre que nos chers représentants doivent le voter le 21, y a-t-il des pétitions, envois collectifs de lettres d’injures ou attentats à la bombe prévus ? En 2s sur Google j’ai trouvé ça :

    http://www.wikistrike.com/article-voici-le-mes-qui-ne-sera-pas-soumis-a-referendum-99140367.html

    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/02/12/192-referendum-sur-le-pacte-budgetaire-et-mes-petitions-et-informations

    Mais bon c’est bien peu…

    1. Je crois que c’est en train de passer discrètement sous le radar. Les gens se mobilisent un peu contre ACTA (c’est bien) mais vraiment pas du tout contre le MES… Ils veulent bien qu’on leur pique leurs sous tant qu’ils peuvent continuer à râler et à faire de la copie numérique, quoi.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)