Cinq années de plus pour les rats de laboratoire

Dans quelques heures, quoi qu’il arrive, nous aurons donc une nouvelle dose de socialisme en France. Il sera assumé, joyeux, bondissant, ou au contraire larvé, nationaliste et sécuritaire, mais la liberté reculera encore une fois dans le pays. Parallèlement, la situation économique et financière se fait plus catastrophique à mesure que l’État s’enfonce dans une dette colossale. Mais si les temps s’annoncent difficiles, ils seront aussi remplis de paradoxes. Des paradoxes, un dimanche maussade, des élections pourries ? C’est le moment rêvé pour quelques réflexions décousues et surtout, quelques crêpes au sucre.

Des temps paradoxaux, puisque d’un côté, l’Etat va encore accroître son emprise, mais de l’autre, on ne peut que constater (et je l’ai fait plusieurs fois dans ces colonnes) que le marché et la puissance de la liberté se sont installés d’une autre façon : l’individu prend aujourd’hui le pouvoir chaque jour un peu plus, se détache un peu plus de la mélasse administrative que lui impose l’Etat.

Ainsi :

  • Avec internet, le câble, des flux en podcasting, on peut maintenant se passer complètement de télévision nationale, et obtenir les nouvelles par agrégation de flux RSS. La musique se passe de CD ou des radios, via les flux MP3. La centralisation de l’information n’est plus de mise.
  • L’achat d’un bien n’est plus nécessairement fait dans une boutique physique, mais peut l’être sur Amazon, eBay, dans un pays étranger, et surtout, sans payer de TVA. Les douanes s’exaspèrent, mais il sera bientôt totalement impossible d’empêcher cette réalité. Trop de volume, trop peu de douaniers.
  • On n’a plus besoin de lire les journaux, les informations fournies par Google News, ou les blogs gratuits suffisent, d’autant que les lecteurs deviennent eux-mêmes reporters. La qualité abyssale de la presse française n’est que le distant reflet de cette réalité, coloré des subventions massives qui supportent leurs errances idéologiques mal boutiquées.

CrêpesCes éléments, je les ai déjà développés dans différents billets, qui sont revenus plusieurs fois sur les changements qu’internet introduit dans la politique en particulier et dans la société en général. Ici, je note simplement que dans ce nouveau système, le Léviathan se maintient comme il peut, avec ses outils et sa puissance passée. Et ce dimanche, le balancier, qui passe régulièrement d’une certaine gauche à une certaine droite et inversement, arrive à la prochaine itération. Que le président reste Sarkozy ou devienne Hollande, il semble acquis que, de toute façon, le pays sera gouverné massivement à gauche (soit via les législatives, soit tout simplement parce que la sociale-démocratie ne propose plus que cette voie là). La prochaine période sera probablement la dernière crispation avant un spasme final : plus un système est rigide, plus facilement il éclate en petits morceaux quand il est soumis à trop forte pression.

Et c’est exactement ce à quoi on assiste actuellement : la montée, forte, des pressions des extrêmes et les tentations délétères qui les accompagnent ; un système qui se rigidifie encore un peu plus, par la loi, par un politiquement correct qui étouffe absolument toute pensée alternative plus efficacement qu’une censure centralisée.

Normalement, les individus ont les moyens d’être généreux, ont l’envie et parfois le besoin de participer à la vie de la société de façon désintéressée, comme en témoignent les mouvements open source, les nombreux blogs qui expliquent, instruisent, commentent l’actualité ; les dons après les catastrophes, nombreux et spontanés, montrent là encore qu’il n’existe pas tant cet égoïsme caricatural que décrient régulièrement les parangons de vertus qui veulent ériger la fraternité en obligation légale minutieusement calibrée et répartie précisément dans toutes les strates de la société par une administration pointilleuse et tatillonne.

Cependant, même si ces impulsions généreuses existent, l’étatisation de la redistribution enlève aux individus toute satisfaction d’aider, principale récompense de l’acte généreux. Tous — à l’exception peut-être de ces élites qui, justement, ne sont que très rarement confrontées au monde réel — nous avons le sentiment de nous épuiser pour nourrir un système monstrueux que nous ne comprenons plus, qui est devenu endetté, inefficace, administratif, procédurier, incompréhensible, statique, attardé et qui place la répression et la punition des faibles et des honnêtes bien avant la correction de ses propres erreurs.

27b-6Demandez autour de vous ; peu importe la personne qui se trouve en face, chauffeur de taxi, notaire, médecin, chômeur, ouvrier, quelle que soit son orientation politique, le sentiment est le même : plus personne ne comprend la logique de la machine que nous avons érigée, et chacun, dans son coin, a ce sentiment diffus de s’épuiser dans des tâches dont une partie est absolument inutile. Et c’est d’autant plus vrai qu’on est proche du Moloch : rares sont les fonctionnaires, perdus au sein d’administrations paperassières gigantesques, qui peuvent décemment justifier exactement pourquoi il faut ce fichu formulaire 27B-6 pour obtenir des agrafes.

La conséquence est évidente : privés de liberté d’action, comme les rats de Laborit, on déprime et/ou on attaque. C’est évidemment d’autant plus facile que cette attaque sera supportée par un nombre croissant de personnes, qu’on retrouvera au début dans les partis extrêmes. D’années en années, les crispations se faisant plus fortes, les absences de solutions toujours plus criantes, l’extrémisme de ces partis n’est plus un problème, d’autant qu’ils rassemblent progressivement plus de monde. Adoubés du soutien de la masse, certains attaquent les étrangers, les patrons, les riches, le « système », l’autre … À mesure que la société se « brazilifie », les raisons d’exploser s’intensifient.

Les années qui viennent seront décisives : d’un côté, la technologie continuera à fournir à tous et chacun des moyens de se passer de l’État. De l’autre, chacun choisira en son âme et conscience, notamment en France, s’il veut plus ou moins d’État, s’il veut plus ou moins de redistribution, plus ou moins de solidarité forcée, obligatoire, calibrée. Chacun, par ses actes, ses votes, ses opinions, dirigera la partie de la société dans laquelle il agit vers encore un peu plus de cette sordide expérience sociale sous contraintes, ou, au contraire, l’aidera à se libérer.

Et comme le marché et la réalité finissent toujours par avoir le dernier mot, soyez assurés d’une chose : attachez vos ceintures, il va y avoir du spectacle.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires39

  1. Pascale

    Il paraîtrait que les deux candidats se soient penchés sur le « problème » (qui ne devrait pas en être un dans une société libre) du travail le dimanche. Je ne sais pas si c’est vrai, mais je ne les ai pas entendus pour la bonne raison que je ne les ai pas écoutés.
    Où l’on voit la parfaite illustration du pouvoir des lobbies :
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/05/05/97002-20120505FILWWW00337-bricolage-pas-d-ouverture-le-dimanche.php
    http://www.lefigaro.fr/conso/2012/02/17/05007-20120217ARTFIG00449-le-travail-dominical-revient-dans-le-debat-presidentiel.php

    «  » »Premier syndicat à réagir, la CFTC a regretté le «choix de société» privilégié par Nicolas Sarkozy qui, selon le syndicat, ouvrirait encore davantage la voie à l’ «hyperconsumérisme». » » »

    Ce terme « choix de société » est révulsant. La société construite par les socialistes selon leurs dogmes à eux. Et si on laissait les Homme libres tout simplement ? Au lieu de vouloir leur construire une société fantasmée ?

    1. Paf

      l’hyperconsumérisme, c’est le neo-consumerisme? encore un mot invente a la con, preuve des la base la ‘critique’ du pretendu consumerisme n’est qu’une posture a la con.

    2. Théo31

      Toujours cette prétention inouïe des socialistes à savoir ce qui est bon pour les autres, à vouloir régenter leur existence alors qu’ils sont incapables de diriger la leur.

      Tant qu’on y est, pourquoi ne pas interdire tout travail le dimanche ? Eglises fermées, stades de sport fermés, cinémas fermés, bistrots fermés, urgences fermées, et la cerise sur le gâteau : les mairies fermées, comme ça plus d’élections à la con.

      1. channy

        oui, oui, et le travail de nuit aussi..on est en Fraonce, monsieur, chez nous la nuit, on dort ou bien on fait l’amour c est tout!

    3. Deres

      Sujet hypocrite par excellence ! Dans mon coin, tous les magasins du centre-ville sont ouverts le dimanche en même temps que le marché. Une bonne partie les magasins de la zone commerciale sont ouverts également tous les dimanches (ameublement et bricolage). Un peu plus loin, un centre commercial complet est ouvert tous les dimanche. Il est donc urgent de continuer à interdire une pratique déjà généralisée …

      1. Paf

        on notera que quand il y a une loi inique a contourner, seules les grosses compagnies de distribution ont le moindre espoir.C’est injuste, c’est l’exact inverse de ce que les bonnes intentions pseudo-anticonsumerisme defendent: c’est du capitalisme de connivence, merci l’etat.

        1. Paf

          j’ai une detestation toute particuliere pour tous les arguments anticonsumeristes de mes couilles: argument moral tres en vogue, l’anticonsumerisme ne veut rien dire d’autre que ‘la facon dont les beaufs pas comme moi consomment’, se rencontre presque autant chez les liberaux que dans le reste de la population francaise, et est l’essence meme dans la culture francaise appliquee a l’economie: il y a moi, l’homme cultive, qui consomme peu et avec sagesse, en opposition avec les incultes vulgaires et bas du front, qui se ruent betement dans des supercentres pour acheter leur mou pas cher, en troupeaux, grognant et ralant dans une foule plebeienne immonde qui sans s’en soucier supporte les grandes enseignes de la distribution apatride qui souhaite faire de mon corps une marchandise.
          L’intello anticonsumeriste fait de beaux discours a table sans jamais se demander si le pauvre, abject et veule, n’est pas lui aussi equipe d’un cerveau pour n’acheter que ce dont il a besoin.L’anticonsumerisme, c’est le conformisme tartuffe pour les gens qui s’imaginent qu’avoir l’air intello et cultive servira a leur statut social aussi bien qu’un smartphone, une grosse tele ou une grosse voiture: si mes amis detestent les consommateurs, ils m’aimeront, moi qui ne consomme rien.Ca tourne en boucle avec l’ecologisme latent qui sevit dans les memes milieux.
          Pourtant il faut bien avouer qu’une fois sorti des teles et des telephones, les gens achetent ce dont ils ont strictement besoin, et les intellos se retrouvent avec la plebe au rayon yaourts de 3km de long, indepassable horizon de la vie francaise.
          Les plus intenses critiques du consumerisme sont la plupart du temps soit des blaireaux qui oublient bien vite qu’ils ont du acheter ces outils qui leur servent a faire ce qu’ils n’achetent pas, soit (et c’est le cas le plus commun) des gros glandeurs qui n’ont pas la moindre idee de comment on change un pneu et font tout faire par les autres pendant qu’ils finissent le dernier Hessel.

        2. something

          J’ai une pensée émue pour les drède-loqueux qui niquent la société en fumant des joints dans du papier OCB. L’héritier Bolloré doit se marrer quand il fait le plein de mazout de son yacht avant de le prêter à Sarkozy.

    4. gnarf

      C’est assez croustillant, puisque c’est le keynesianisme de nos joyeux socialistes qui demande justement toujours plus de consommation forcee pour rembourser les dettes.

      L’economie de Hayek c’est l’epargne et l’investissement, la consommation libre. L’economie de Keynes c’est la cavale de l’endettement et de la consommation forcee.

  2. abrasif

    A priori vous n’avez tjrs pas compris que:

    1) c la commission europeenne qui commande partout.

    Lol. Si c’était vrai, la France serait nettement plus libérale. Même socialisante, la Commission est nettement plus à droite que la droite française.

    2) c l’idéologie protestante (président DE pasteur protestant, jacobins en FR enfants des jansénistes) qui est le petit livre rouge européen.

    Lol derechef. L’Europe s’est tissée sur la sociale démocratie, avec tout ce que ça peut comporter de mollesse, de socialite aigüe. Le jacobinisme est typiquement franchouille, pas européen.

    3) Le modéle de société protestant c celui des US, 50 millions de survivants et 100 millions de miséreux, tout l’argent a la guerre.
    C cela ke nous avons.

    Lol ter. Encore un qui parle bien de ce qu’il a vu sur place. Je ris.

    4) Comme par hasard les pays plaçés sous protectorat sont non-protestants. Ils le deviennent ou les populations seront exterminées (c en cours en GR et IT ou les gens meurent de faim en ce moment)

    Oh oh oh. Et les boat-peoples d’italiens qui viennent à nos frontières ? Et les réfugiés grecs ? Vous n’en parlez pas ! Suppôt du capitalizme, va !

    La lutte des peuples ne fait ke commencer. ça va mal finir.

    Non. Ils n’ont pas assez faim et sont trop vieux.

    1. Before

      Par politesse envers les lecteurs de ce blog, les autres commentateurs et notre hôte (qui me corrigera s’il le juge nécessaire), veuillez écrire en français « normal » et non pas en langage SMS, votre intervention attirera d’autant plus l’attention, merci.

    2. BugBreeder

      Cher Abrasif,

      Il serait très utile que vous nous indiquiez quelles sources vous ont fourni vos informations sur les USA, parce que j’y vis depuis 5 ans et je peux vous garantir que vos arguments sont d’une débilité consternante (les arguments, pas vous).
      En URSS les dictionnaires (conçus et imprimés par l’état) disaient que le communisme était le meilleur système du monde et que le capitalisme allait disparaitre de lui même très vite, on a vu ce que ça a donné. J’ai fortement l’impression que vous disposez du même type de source sur les USA, alors quelles sont vos sources, histoire qu’on puisse vous orienter sur les bonnes ?

      @+

  3. Epicier vénéneux

    Moi, vous savez, je me contente de peu. Comme par exemple si Hollande est élu, la tronche de Royal quand elle va s’apercevoir qu’elle a raté l’Élysée en tant que Président puis en tant que Première Dame, ce qui, je pense, constituerait une sorte de record.

  4. Morsay

    langgage SMS + délires socialo-marxistes = c’est bon, vous êtes bien un produit de l’éducation nationale française

  5. T-Buster

    je m’en fout, j’ai glissé un bout de papier toilette à la place de mon bulletin de vote….
    déjà qu’à 14h selon les marchés genevois le kilo de flan est à 52.5….

    1. scaletrans

      Même pour mettre du papier toilette, je ne me serais pas dérangé…
      Ceci étant, nous allons savoir ds quelques heures si l’agonie va être courte ou prolongée

      1. Paf

        elle sera prolongee dans tous les cas vu l’absence de couilles du fromage blanc en approche…

  6. Vurluk

    je me pose une question rigolotte d’un coup:
    et la prochaine presidentielle?

    -qui seront les candidats de la prochaine election presidentielle?
    -quels seront les programmes?
    -aura t-on gauche vs droite, ou gauche vs extreme-gauche?

    1. BugBreeder

      On aura un gestionnaire imposé par le FMI, ce n’est pas un président qu’il faut pour gérer une faillite, et ça devrait se produire dès 2013 vu qui vient d’être élu.

    1. Toni

      Bigre, autant manger gras salé sucré le plus possible …
      Moi le type je lui aurais dit que dans le passé je mangeais un kebab par semaine plus les appéritifs.

  7. Toni

    h16 a écrit : « Et comme le marché et la réalité finissent toujours par avoir le dernier mot, soyez assurés d’une chose : attachez vos ceintures, il va y avoir du spectacle. »

    Concrètement, il va se passer quoi. Je dois m’inquiéter pour ma baraque si je possède simplement quelques volailles et un potager … Voir arriver une foule d’aigris qui se mettront en tête de tout em voler.

  8. Calvin

    Excellent article.
    En vivant en France, je sais que je m’attends à des turbulences (oui, je suis un partisan de l’euphémisme).
    J’ai même peur de devoir m’entraîner au survivalisme.
    On est reparti pour 5 ans de dilapidation du travail de ceux qui en ont encore un.
    C’est vrai que je rêve d’une cohabitation, avec un gouvernement sous la pression d’un président du bord opposé, mais je crois qu’on s’en éloigne.

    1. Vicarious

      5 ans c’est bien optimiste… Je ne vois pas Flamby tenir 5 ans, même si il utilise des expédients comme le détournement de l’épargne ou la pression sur les go-banks Française pour qu’elles achètent des mauvais bonds Français (si elles ne sautent pas d’ici là…).
      En fait je verrais bien une démission de son gouvernement d’ici 2/3 ans max et l’instauration d’un gouvernement à la Monti, faut avouer que ça serait assez rigolo 🙂

      1. Calvin

        L’hypothèse « à la Monti » serait séduisante, puisque rien de bon ne peut venir de l’intérieur des appareils politiques Français.

    1. Vicarious

      Oui le Flamby va rapidement se retrouver submergé par une gigantesque vague de m*rde liquide issue des deux côtés de la Méditerranée (Espagne à 2 doigts du dépôt de bilan + Grèce au fond du trou).

Les commentaires sont fermés.