La sortie de crise, c’est vraiment maintenant ?

C’est dans un entretien à plusieurs journaux ce mercredi que François Hollande, que plusieurs chefs d’état européens soupçonnent d’être l’actuel président de la République Française, a déclaré estimer que la sortie de crise était toute proche. Selon lui, grâce aux habiles décisions qui furent prises fin juin, la situation économique européenne va se normaliser dans un grand échange de bisous internationaux…

En effet, pour François, pas de doute, les 28 et 29 juin derniers, on a réglé définitivement la situation de la Grèce. Définitivement comme dans « son compte est bon » ou « le sujet est clos », cela restera à déterminer, d’autant que les mouvements sociaux grecs s’entêtent et ne semblent pas avoir bien compris que les conditions générales annonçaient une sortie de crise.

Et puis, avec la belle union bancaire que toute l’Europe s’attache à mettre en place, les dettes souveraines se sont évaporées : grâce à ce magnifique traité que, pour rappel, il s’était engagé à renégocier et qu’il n’a pas modifié d’une virgule, il semble évident que les subtils mécanismes en cours de mise en place seront à la fois efficaces et pertinents pour transformer le papier de la BCE en richesses palpables et mesurables par le citoyen.

Mais pendant que François touille l’air tiède qui sort de sa bouche sept fois avec sa langue à grand renforts de « heu… » poussifs, le reste du monde continue à tourner. Et par tourner, je veux dire « tourner comme une imprimerie », par exemple : le QE3 (Quantitative Easing n°3) vient d’être récemment lancé par Bernanke, à raison de 40 milliards de dollars par mois depuis mi-septembre.

Immédiatement, les effets positifs se sont fait sentir à gros bouillon : paf, le marché a repris du poil de la bête, deux fois des nouilles et montré ce qu’il vaut à qui le demande et … Ah non. Le marché de l’emploi américain est resté à peu près atone (ce qui est enquiquinant en ces périodes d’élections). Comme on peut le voir sur les petits graphiques de la Fed elle-même, les effets bénéfiques des politiques de QE sont particulièrement difficiles à distinguer :

Effet des QE de la Fed sur l'emploi

Avec tout ce pognon injecté, le taux de chômage est resté globalement coincé en 2009. Pas très fameux. En terme d’inflation, l’effet est là encore pas franchement mirobolant. Le cours du pétrole en once d’or, comparé avec le même cours en dollars, laisse peu de doute sur la valuation réelle du dollar qui, comme toute monnaie papier, tend vers zéro.

cours du pétrole en or et en dollar

La valeur réelle de l’inflation sera donc laissée complètement à l’appréciation du lecteur sachant qu’il y a des phénomènes opposés qui jouent ici : d’un côté, l’énergie tend à devenir plus chère, et avec, certaines matières premières avec une érosion conséquente de la monnaie papier, et de l’autre, les forces déflationnistes sont extrêmement puissantes avec un refus obstiné des populations de s’endetter ou de relancer le crédit. Et la dépréciation du dollar, visible pour le pétrole, l’est aussi sur d’autres matières premières, comme le blé :

Nb de mesure de grains par once d'or

Bref, en un mot comme en cent, le Quantitative Easing, ça ne marche pas.

keynesians demotivator

Plus intéressant au milieu de ce triste tableau, ce qui est en train de se passer actuellement au Royaume-Uni mérite qu’on s’attarde un peu sur la question. Pendant que les Américains continuent de tester leurs capacités en matière de reprographie, les Anglais, eux, encaissent une solide récession (-0.7%, à près de 4% de baisse depuis le haut de 2007) et… des indices de production industrielle (10% du PIB) qui augmentent de 4 points sur les deux dernières années, avec une hausse annuelle de 3.2% en Juillet. Du côté du chômage, on note aussi (tiens ?) que près de 700.000 emplois ont été créés depuis 2010 sachant que dans la même période, 660.000 employés du secteur public ont été licenciés dans le cadre de la politique de consolidation budgétaire et de la restructuration de l’Etat lancée par Cameron. Le taux d’emploi de la population active a aussi augmenté de 4 points par rapport à 2008 et est à son plus haut niveau jamais atteint.

Apparemment, cette croissance est inégale puisque l’Angleterre connaît un véritable essor dans les services et les productions industrielles de haute technologie. Dans le même temps, on observe aussi une contraction des autres activités (la partie financière, notamment) avec une augmentation de la durée de chômage de certaines catégories de personnes, celles dont la formation ne correspond pas à ces sociétés de service ou de hautes technologies. Il est frappant de constater que l’industrie anglaise est tirée par les entreprises hitech, très spécialisées, et une perte complète de vitesse d’autres domaines, quasi-sinistrés.

Les bénéfices de ces sociétés croissaient ainsi de 23.7% en 2011 et la valeur des actions correspondantes surperformaient le reste de l’indice industriel (FTSE) de 334%, alors que 92% des ventes sont réalisées hors du Royaume-Uni et 65% dans les pays émergents. On découvre ainsi que les exportations hors d’Europe ont atteint un niveau record en Juillet et le déficit commercial est tombé à son plus bas niveau en 17 mois.

Le paradoxe britannique se résume à ceci : la part de l’industrie dans le PIB est de 10%, mais sa contribution à la croissance est de 20% depuis 2007, et cet écart a tendance à augmenter. Pendant que la France s’enfonce et que les Etats-Unis impriment à tout va, Londres devient tranquillement un substitut de la Silicon Valley : 1 milliard de dollars y ont été investis dans les six premiers mois de l’année 2012.

D’ailleurs, un petit graphique, issu de ce PDF, illustre de façon intéressante cette tendance :

cout salarial horaire dans le secteur manufacturier

Le coût de la main-d’œuvre anglaise diminue doucement, pendant que celui du reste de la zone euro explose.

montebourg rouvre les minesPendant ce temps, en France, Arnaud Montebourg, avec sa lucidité et son entregent habituel, nous propose de rouvrir les mines en France, avec ce petit parfum de malaise supplémentaire concernant les gaz de schistes dont on ne sait plus exactement si le gouvernement est ouvertement pour (ne pas y toucher) ou fermement contre (toute idée d’abandonner le débat). Avec la même verve et le même génie créatif, Le Foll, le ministre de l’agriculture, propose discrètement de créer des stocks stratégiques de céréales, ce qui, au moment où le prix du blé est au plus haut, est assez finaud puisqu’on va se retrouver avec des stocks dont la valeur va, inévitablement, s’amoindrir (du reste, ce n’est pas comme si l’Etat avait jamais été un excellent gestionnaire de fonds, hein). Si l’on ajoute les idées lumineuses du gouvernement en matière de taxations diverses (bière, boissons énergisantes, immobilier, j’en passe et de bonnes) on comprend que tout ce petit monde travaille d’arrache-pied à bien mettre en place les conditions d’une réussite flamboyante.

Entre ces différents éléments (où l’on voit que le gouvernement fait à peu près l’opposé de ce qu’il faut pour relever le pays) et l’optimisme béat affiché par Hollande devant les journalistes et à la suite de sa rencontre avec Merkel, on ne peut aboutir qu’à une unique conclusion : la sortie de crise, ce n’est vraiment pas maintenant. Pire, ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1HsRZDXjHiZXjgN8zZcyhYaunRrJKertiX

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires123

  1. gem

    Des stocks stratégique de céréales … sachant qu’on en produit des masses et qu’on en exporte… Mais quel con. On fait des stock stratégiques de choses dont on en a un besoin vital ET dont risque de manquer parce qu’on est à la merci d’un fournisseur pas fiable. Est-ce que PSA fait des stocks stratégique de voitures ?

    Et puis c’est pas comme si on n’avait pas déjà jouer au stockage public de céréales, de beurre, de poudre de lait, etc. hein ?

      1. volna

        En 2012 , la production totale de céréales tourne autour de 68 millions de tonnes et les exportations sont prévues à 22 ou 23 millions de tonnes soit un tiers de la production , ce qui est très important ( tonne de céréales exportée à 250 € la tonne en moyenne ) !!!

        1. douar

          Quelle production? pour info, la production céréalière mondiale 2011/2012 est de 2286 MT pour un volume échangé de 290 MT (commerce international). Source FAO

      2. Pod

        Donc acheter au plus haut et vendre au plus bas dixit la doxa socialisse dont l’objectif est de yamatiser tout ce méchant marché de vils spéculateurs (les deux derniers termes restent valables car ce capitalisme de connivence appliqué à la bouffe et au renforcement des pénuries est fort peu recommandable).

    1. douar

      S.Le Foll a balancé ça lors d’une réunion internationale: ça ne mange pas de pain, ça n’engage à rien. Quand il parle de recréer des stocks stratégiques de céréales, c’est au niveau mondial. Après, pour les modalités pratiques de mise en œuvre, il n’y a strictement rien de concret.

        1. alpharuper

          De tte façon, les ricains ont dit « no way, absolutely no way » en citant l’exemple de l’Inde et de ses stocks stratégique qui a produit pleins de rats obèses, donc les gesticulations de la France et de Le Foll, c’est juste pour rafraichir l’atmosphère romaine…

      1. gem

        Ça je sais pourquoi. Le monde fonctionne avec un stock de nourriture d’avance d’à peine quelques semaines. C’est peu. Ça fait peur. De là à proposer un stockage de précaution (public, forcément public, nespa, dans l’esprit des politiciens), il y a un pas vite franchi par nos zélés zélus.

        Stocker de l’or et du plomb, je comprends, mais ça ne se bouffe pas, ces trucs, et en cas de problème le supermarché du coin sera vide. Prévoir aussi de quoi bouffer. Un bon gros jambon, un sac de riz, de la poudre de lait, ou n’importe quoi à ton gout, et de quoi désinfecter l’eau (pilules ou filtre genre « lifesaver »). C’est pas cher et ça peut éviter de gros ennuis

        1. CryCry

          ui mais pour que ce soit super bisous, il faut faire une loi qui rende le stock de nourriture obligatoire pour chaque ménage, avec controle de cave par des fonctionnaires fraichement embauchés.

        2. Raynote

          Et en plus, pour ceux qui ont un jardin, transformer leur pelouse inutile en jardin potager, afin de l’ensemencer au printemps prochain et d’en récolter les fruits (enfin plutôt les légumes ;)) à la belle saison et ainsi devenir partiellement autonome alimentairement parlant. L’autonomie énergétique même partielle serait aussi souhaitable, mais beaucoup plus difficile à mettre en œuvre.

  2. kelevra

    http://www.lefigaro.fr/impots/2012/10/17/05003-20121017ARTFIG00714-budget-l-entreprise-de-nouveau-penalisee.php

    le budget 2013 est fantastique, on le savait, mais quand meme il y a des pepites. au dessus de 3 millions d euros par an, les charges financieres ne seront deductibles qu’a 85% puis 75%!!! le plus amusants est que les loyers de bureaux ou de materiels seront aussi consideres comme charges financieres.

    ce n est plus racler plus les fonds de tiroir, on s attaque au bois.

    1. Aristarque

      Parti en vrille comme c’est, cela finira par une proposition de taxer à l’I.S. la marge brute de la société….
      Tout bénéf, avec ce calcul ultra simple….
      CPETF

  3. Higgins

    Le point de vue de Natixis (dont l’excellence de la gestion permet à Jean-Pierre Chevallier d’écrire de beaux billets comme celui-ci: http://chevallier.biz/2012/08/bpce-et-natixis-2%C2%B0-trimestre-2012/) est très loin de l’optimisme affiché par Normal 1er: « En 2013 vont en effet se cumuler les effets :
    – de la faiblesse du reste de l’Europe et du commerce mondial, de la poursuite du recul des parts de marché de la France ;
    – de la politique budgétaire restrictive ;
    – du freinage des salaires et des destructions d’emploi, de la poursuite
    du désendettement des ménages (d’où, probablement, l’absence de baisse de leur taux d’épargne) et du recul de l’investissement en logements ;
    – de la fragilité financière des entreprises et de l’incertitude, qui devraient fortement affecter l’investissement des entreprises.
    Ceci conduit en réalité à une perspective de croissance négative en 2013 en France, de l’ordre de -1,2%, dans un scénario qui n’est pas volontairement provoquant. »
    (http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=66460)

    Le document est assez intéressant. Je me pose la question de savoir si, compte tenu du taux d’endettement du pays artificiellement contenu vu les taux très bas auxquels le pays emprunte actuellement (http://www.contrepoints.org/2012/10/17/100996-dette-la-france-emprunte-a-22-cest-une-mauvaise-nouvelle), ce dernier n’a pas définitivement basculé dans une situation irrattrapable au point de vue financier, la moindre variation à la hausse des taux condamnant irrémédiablement toute politique économique ne s’appuyant pas sur une baisse drastique des dépenses de l’Etat.

  4. Pandora

    Le précédent président aussi s’était auto-persuadé que la crise grecque était finie en janvier 2012…
    Mais elle n’est toujours pas réglée 10 mois après.

    L’auto persuasion, ça ne fait pas de mal.

    1. Guillaume

      On a même les moyens de pense que s’il dit ça, c’est qu’elle va s’aggraver bientot… En tout cas, hier, aux infos de l’ortf, tout avait l’air de s’améliorer.

        1. eheime

          « ça fait longtemps que je ne regarde plus ces chaînes même si l’État me prélève la redevance. »

          > ça fait longtemps que je ne regarde quasiment plus la télé tout court. Le peu que je regarde (des redifs sur internet en general), je remarque que ce sont souvent des reportages de chaines publiques. Les trucs TF1 ou Canal+ , de type « sensationnels », sont tellement affligeants qu’ils sont souvent irregardables.

        2. dede

          Y-a-t-il des gens qui regardent encore la tele? Ca fait vraiment XXeme siecle, non?
          Il m’arrive d’y jeter un oeil lorsque je me morfonds dans un hotel mais a chaque fois, cela me donne le bourdon : il n’y a que les reportages animaliers qui m’accrochent et je me dis que , tout de meme, j’aime mieux regarder les filles qui marchent sur la plage…

        3. Sansintérêt

          Je regarde certaines émissions en famille, il m’arrive de bloquer devant les Simpson ou autre, ou encore de chercher désespérément une émission intelligente (qu’il m’arrive encore de trouver), et j’en sui pa honteu.

  5. BA

    Mercredi 17 octobre 2012 :

    Les banques genevoises ont reçu de l’argent venant d’Espagne.

    « Les banques et gérants de fortune genevois ont reçu depuis le début de l’année de l’argent venant d’Espagne, transféré par des clients inquiets de l’état du système bancaire espagnol », a indiqué mercredi le président de la Fondation Genève Place financière, Bernard Droux, au cours d’une conférence de presse.

    « C’est de l’argent fiscalisé, ces clients ont choisi délibérément de placer leur argent en Suisse car ils n’ont plus confiance dans les banques espagnoles », a indiqué M. Droux, en ajoutant que les banques anglo-saxonnes observent le même phénomène d’arrivée de capitaux espagnols.

    (©AFP / 17 octobre 2012 13h49)

    Mardi 9 octobre 2012 :

    La crise de la zone euro, commencée il y a près de trois ans avec la Grèce, s’analyse comme une vaste fuite de capitaux privés auxquels les institutions européennes, BCE en tête, ont dû se substituer, souligne le FMI. Les banques privées ont ainsi diminué de moitié leurs engagements sur les cinq pays de la périphérie, les ramenant à environ 750 milliards.

    Les mouvements sont devenus gigantesques. Entre juin 2011 et juin 2012, l’Italie et l’Espagne ont enregistré des sorties atteignant 235 milliards et 296 milliards d’euros respectivement (soit 15% et 27% de leur PIB). Ces chiffres recouvrent à la fois les désengagements des investisseurs non résidents, qui ont vendu leurs titres d’État, mais également des sorties de capitaux de la part des épargnants.

    En revanche, les établissements du «cœur de la zone euro», autrement dit l’Autriche, la Finlande, l’Allemagne et les Pays-Bas, selon le classement du FMI, ont vu leurs dépôts s’envoler, de l’ordre de 350 milliards d’euros depuis l’été 2011. Ces mouvements de capitaux qui divisent la zone euro expriment les craintes d’une «redénomination de la monnaie» (sic), en clair un retour aux devises nationales. «La fuite des capitaux et la fragmentation du marché (interbancaire) qui en ont résulté ont fragilisé les fondements mêmes de l’Union, à savoir des marchés intégrés et une politique monétaire commune effective», avertissent les experts de Washington.

    http://plus.lefigaro.fr/article/le-sauvetage-de-leuro-a-deja-coute-1100milliards-20121009-1277579/commentaires/12508769

    1. paf

      impossible que les politiques voient pas cela…je me demande si tout le monde dans ces milieux joue a ‘je joue avec le groupe’ et continue les politiques socialistes comme si de rien n’etait pendant qu’ils rangent leurs capitaux prives a l’etranger.

      1. paf

        apres tout pourquoi s’emmerder a mecontenter une population qui reclame plus d’impots et plus d’emplois publics, descend dans la rue a la moindre reduction des depenses, et les a elus au depart?

  6. max

    Dans les coûts manufacturiers, il y a aussi le coût des services externes associés à prendre en compte et qui sont plutôt élevés en France.

    Sinon, les mines c’est une bonne idée, embaucher pour faire des trous, puis embaucher pour les reboucher, ça crée de l’emploi.

    1. Aristarque

      Et Descenbourg ira manier le pic et soulever des sacs de charbon comme Kouschner des sacs de riz (quand les télés sont là, of course) ????????

  7. Boum

    « a déclaré estimer que la sortie de crise était toute proche“

    C’est certainement la première fois qu’il dit quelques choses !

    Comprenons h16 ?

    Par n’importe quelles issues, politiques, économiques, financières, voire sociales, que nous observons l’évolution de la Zone EU, nous sommes dans un stade de décomposition avancée qui marque un tournant décisif dans la construction monétaire.

    Il est donc acquis, que les dettes seront restructurées, que les pertes seront pour le contribuable et qu’il n’y a pas d’autres solutions que de revenir aux monnaies par États ou d’accepter la gérance allemande.

    Donc, le fromage à fondu comme prévu, il suffit de l’étaler sur la tartine et de déguster le tout avec le potage, comme il se doit.

    L’Euro est allemand ou il n’existe plus. Vous avez droit de cracher dans la soupe, de toute façon vous l’avalerez.

    1. eheime

      Il reste un moyen de rembourser les dettes qui, actuellement ne le sont pas. Y compris en Allemagne, parée de toutes les vertues sans que je comprenne parfaitement pourquoi. Ou plus exactement deux moyens. Le premier c’est une inflation mesurée. Mais on sait que c’est difficile à mettre en place (ex : Japon), et surtout que ça peut vite dérapper. L’autre moyen c’est d’imprimer, ni plus, ni moins. Quand on voit l’état d’endettement généralisé de l’Europe, et notamment de l’Allemagne, les discours que même l’Allemagne tient officiellement, et la durée de la crise qui se profile, on va se retrouver coincés, c’est sûr. Et probablement tous ensemble au même moment. Dès lors, je vois se profiler la tentation de rembourser les dettes en papier monnaie. Je sais, ce n’est pas possible pour le moment .. Mais les lois c’est facile à changer quand « l’urgence l’impose ». En plus les américains le font déjà quasi officiellement puisque leur FED à eux n’a vraiment aucun compte à rendre à personne. La voie est toute tracée.

    2. eheime

      Quand on écoute les discours ambiants, j’ai même l’impression qu’on nous conditionne pour nous y préparer. Car si il y a un truc qui semble bien certain, c’est que les preteurs/investisseurs imprudents ne prendront pas leur pertes ! Toutes les instances européennes et américaines y veillent scrupuleusement. Qu’on se le dise !

      1. Boum

        Non.

        L’EU , même fédérale et avec tous les artifices que vous soulevez, ne fera face à l’étendu des dégâts.

        Les déséquilibres sont trop profonds.

        La croissance ne reviendra pas de sitôt.

        Nous n’avons rien fait d’autres de reculer les échéances depuis plus de 4 ans, il va falloir faire rouler les trillons.

        Dettes privées et publiques s’entremêlent faussant le débat.

        Le virtuel ne résout pas le problème.

        Notre balance commerciale est négative depuis trop longtemps.

        La fuite des capitaux est une réalité.

        Nos importations vont nous coûter la peau des fesses.

        Le chômage comme ajustement n’est pas tenable.

        La démographie achèvera son travail de sape.

        Ls artifices comptables que vous évoquez n’y suffiront pas, la BCE fait défaut, car sa recapitalisation n’est pas dans nos moyens.

        Le maintien de cette situation coûte bien plus à tout point de vues que le retour aux monnaies par États.

        C’est la seule solution pour maintenir la paix dans la zone EU.

        Si nous préférons la guerre, ne changeons rien.

        C’est plus clair ?

  8. politoblog

    « La sortie de crise, ce n’est vraiment pas maintenant ». Si on sait lorsque nous allons sortir de la crise. En concertation avec la direction du Trésor (le véritable Gouvernement français) pour le conseil d’orientation des retraites nous avons avancé une prévision réaliste de sortie de la Crise économique. Elle est celle-ci. Sur le scénario actuel la France et l’Europe devraient connaitre un ratio de croissance faible de l’ordre de 0% à 2% de croissance jusqu’en 2060.
    Analyse sérieuse.

        1. Ah non. En général, je la reconnais à ce qu’elle est énoncée de façon claire avec des suites logiques. Là, c’est un salmigondis de trucs et de machins. Une grosse salade avec un peu de tout et quelques insectes.

    1. politoblog

      Oui. C’est vrai que lorsque vous conseillez l’entreprise de Mme Michu il vaut mieux lui mettre un beau graphique excel avec une belle présentation, bourrée de chiffres pour avoir l’air crédible et être certain qu’elle comprenne tout ! Elle est un peu concon Mme Michu.

    1. Théo31

      S’ils ne le croient pas, Mollande a la deuxième formule : « ta gueule, c’est magique ». Les socialistes franchouilles sont tellement débiles qu’ils seraient capables d’interdire la crise avec une loi.

  9. politoblog

    Autre chose. Le retour britannique dont vous semblez vous réjouir est totalement illusoire. A moyen et long terme le Royaume Uni est une économie morte ! Le faible retour d’une industrie à forte valeur ajoutée dont vous parlez est aux mains d’un actionnariat étranger, l’endettement public et privé sont parmi les plus élevé au monde. Le système éducatif est le plus défaillant de l’OCDE. L’économie est trop dépendante de niche : 10 % du pib provient des services financiers et environ 10 autres % des richesses gazière et pétrolière de la mer du Nord. « Londres devient tranquillement un substitut de la Silicon Valley : 1 milliard de dollars y ont été investis dans les six premiers mois de l’année 2012″. = que dalle !

    1. Morsay

      « Le faible retour d’une industrie à forte valeur ajoutée dont vous parlez est aux mains d’un actionnariat étranger »

      et alors ? C’était aussi le cas aux States et ça a pas trop mal marché.

      « L’économie est trop dépendante de niche »

      pareil que ci-dessus.

      1. politoblog

        De moi ! Source très très fiable …
        Les moteurs de la construction économique anglaise actuelle ne sont que l’attelage de la construction économique de la dépense publique Brown et du restockage des entreprises.
        Comme la France la Grande Bretagne doit subir la baisse de ses dépenses publiques, mais en plus de l’hexagone elle va subir l’effet du désendettement des ménages. Seule solution alors les exportations. Seulement 60% vont en direction de l’Europe en crise et 15 % vers une Amérique dans l’expectative. Moi je ne mets pas un penny en Grande Bretagne.

          1. Ceci montre à quel point vous n’y connaissez absolument rien. 1 milliards d’investissement dans des startups, c’est très très significatif.

  10. Super0

    Super, merci pour cet article.
    Comment font ces hommes politiques ? C est dur d etre con et intelligent à la fois…non ?
    Sauf si cela est interressant d etre con. Si la politique n est plus compatible avec l economie pourquoi on ne decide pas de virer ces guignoles ?
    Comment peut on faire….attaquer en justice pour incompetences ?

    1. politoblog

      Que ferez vous si demain François Hollande vous dit « Désormais je ne peux vous promettre qu’une chose : demain vous vivrez moins bien qu’hier et ceci sur tous les plans ». Vous ferez tout pour le virer et en élire un autre qui vous fera d’encore plus belle promesses. Ca fait 30 ans que l’on fonctionne comme cela. En tant que citoyen électeur vous êtes aussi responsable !

      1. Elphyr

        Et ceux qui ne votent ni pour le capitaine de pédalo ni le cocaïnomane surexcité, ils sont obligés de subir. Et ils râlent et s’expriment comme y peuvent. Et puisque les médias sont déjà tous vendus à divers partis…

        Et non, ca ne fait pas « que » 30 ans que ca fonctionne comme ca. Mitterand n’a pas inventé le sophisme et le fait que la politique soit un spectacle est le principal argument contre la démocratie.
        Sans aller si loin, demander des politiques responsables est un devoir de citoyen.

        Et honnêtement, je préfère entendre un croque-mort @Fillion qui dit que tout va mal (au moins il a conscience) qu’un guignol qui réfute le mot austérité et qui s’enfonce dans ses mensonges !

        1. politoblog

          L’élément le plus important en économie c’est la notion de « confiance ». Un Président qui vous expliquerait que demain tout ira plus mal, trahie cette exigence et serait totalement en dehors de son rôle. De plus la promesse de François Hollande est partiellement vraie si l’on considère que passer d’un état récessif à une croissance d’un demi point constitue une sortie de la crise économique.

          1. Un président qui dirait la vérité serait un président qui serait lucide. Il aurait aussi un certain nombre de solutions pragmatiques (dont les baisses drastiques de dépenses de l’état).
            On n’est pas dans ce cas là. Churchill n’a pas promis des lendemains qui chantent, mais du sang et des larmes. Il savait qu’il ne serait pas réélu et effectivement, il y a eu du sang et des larmes. Churchill a fait l’Histoire. Hollande, il ne fera même pas la blague.

            Mais au fait, ta thèse, c’est quoi ? Que Hollandouille est plutôt pas mal ? Qu’il est même pimpant comme président ?

        2. Nocte

          Je plussoie aussi, et comme H16, je préfère un dirigeant lucide avouant la vérité, qui lancerait une batterie de « solutions » réalistes, un homme d’Etat en somme…

          D’ailleurs quelle confiance avoir quand d’un côté on annonce « la France est dans un état de faillite aggravée », et que de l’autre, on a Hollande qui est confiant sur la sortie de la crise ?

        3. ph11

          @politoblog

          Comment peut-il y avoir de la confiance dans le mensonge et le dénis ?
          Si vous aviez raison, l’URSS serait championne économique de la confiance et le mur ne serait pas tombé.

          Si l’économie n’a pas de base saine, vous pourrez faire n’importe quoi comme politique, ça ne fonctionnera pas.

      2. Super0

        Polito, je m’en fou je n’habite pas en France….mais en tant que Français je me sens solidaire de cette mascarade, et je trouve que l’histoire a trop durée !

        1. politoblog

          Hollande est un petit promettant. Le Traité Européen révisé à la marge. La baisse des carburants de 2 centimes seulement. La réforme de la réforme des retraites, touchée très partiellement. Il avait fait de grandes promesses durant l’élection qui se sont en fait traduites par de petits effets. Je préfère ça.
          Quant à Sarkozy. A peine arrivé au pouvoir avec son logiciel politique sociaux libéral et voilà que le modèle qu’il prônait était entrain de s’effondrer avec la crise. Si être un grand homme d’Etat c’est être visionnaire Nicolas Sarkozy était une taupe.

          1. Bon. C’est n’importe quoi de chez n’importe quoi. « logiciel politique sociaux libéral » ne veut absolument rien dire.
            Troll mou.

  11. Elphyr

    Les 30 Glorieuses, c’est maintenant.

    Ce président est awesome. Peut être meilleur que Sarkozy !
    Autant un politique qui ment, c’est « normal » (ha-ah), autant en général ils ont la décence d’y ajouter des arguments magouillés par-ci par-là… Hollande lui, ce héros républicain nouveau, n’en a même pas besoin !
    « Tout » nous dit le contraire. Qu’il soit confiant, bon, c’est logique (vaut mieux qu’il soit confiant que déprimé face caméra), qu’il clamme haut et fort sa victoire contre la crise, c’est de l’Art.

    Je ne sais pas ce qui est le pire. Le déni de réalité de nos politiques ou leur complaisance dans la situation actuelle. Parceque bon, entre-nous, y en profitent bien pour multiplier taxes et lourdeurs fiscales…

    1. Flo

      Il me semble bien que le pire est la complaisance (volontaire ou forcée?) des médias vis à vis de ce pouvoir.
      Je ne sais pas s’il y a eu une reprise en mains musclée il y a quelques jours mais on dirait quand même qu’en haut lieu on a sifflé (discrètement) la fin de la récréation, car comme le fait remarquer Guillaume un peu plus haut :
      « En tout cas, hier, aux infos de l’ortf, tout avait l’air de s’améliorer. »
      J’ajouterais : « pas seeulement à l’ORTF ».
      Je n’y mettrais pas ma main à couper mais le début du retournement vers des commenatires plus favorables pourrait coincider avec la campagne de com d’une certaine Dame qui voudrait absolument qu’on l’aime…

  12. Nocte

    « En tant que citoyen électeur vous êtes aussi responsable ! »

    Ben voyons…

    On fait quoi ? on égorge toute la classe politique française pour ne plus avoir des clones avec un discours différent ? ou alors on vote pour des Mélenchon, des Besancenot, ou des Le Pen, qui nous permettront de voir arriver le mur encore plus vite parce qu’ils auront trouvé la sixième vitesse ?

    Soyons sérieux, chaque élection, on navigue entre la Peste et le Choléra.

  13. raimverd

    Merci h16 pour ces infos sur la restructuration UK en cours. C’est évidemment incompréhensibles pour nos esprits rationnels étatiques.
    Quant aux stocks de bouffe, il y en a plein dans les poubelles des super marchés où selon Mihel Edouard Leclerc on jette pour respecter la réglementation plein de produits qui ont entre quelques et quinze jours de durée de vie en bon état, hygiéniques, nourrissants et tout.

  14. Calvin

    Personne ne s’est rendu compte ici, que « la sortie de crise, c’est maintenant », arrive juste après la nième bourde de Najat qui avait déclaré que la France était en état de faillite aggravée ??
    Cette formule permet de « laver » cet incident verbal, et de détourner l’attention pour indiquer qu’il y a quand même des sujets autrement plus importants :
    – faut-il euthanasier les espagnols qui le souhaitent,
    – un allemand peut-il se marier avec un grec et avoir une progéniture,
    – faut-il que les hollandais installent des coffee-shops en France,
    – faut-il taxer la bière ou le cidre dasn les pubs anglais de France, etc etc.

    1. tn

      Ça, c’est pas vraiment des problèmes:

      « faut-il euthanasier les espagnols qui le souhaitent » Si ils vivent en France, oui. Ça fera moins de retraites à payer. Et je ne vois pas ce que leur souhait vient faire là dedans.

      « un allemand peut-il se marier avec un grec et avoir une progéniture » Si ils vivent en France, non. Cela coûtera trop cher à l’EDNAT

       » faut-il que les hollandais installent des coffee-shops en France » Non, l’état fera très bien ça lui même. Et ça rapportera plus.

       » faut-il taxer la bière ou le cidre dans les pubs anglais de France » FAUT IL TAXER? C’est vraiment une question idiote.

  15. Calvin

    @politoblog : « L’élément le plus important en économie c’est la notion de « confiance ». »
    Attention, la confiance en économie de marché est effectivement le rouage le plus important. Mais cette confiance ne se décrète pas ni se décide, elle s’éprouve, elle se mesure, elle se construit.
    La confiance (comme dans « ayant confiance, dormez tranquille ») est effectivement un puissant levier en politique, car ceux qui sont élus sont toujours ceux qui donnent confiance ou assez de promesses de confiance.
    Mais cela n’est pas de l’économie.
    Que Hollande ait joué la carte de la confiance pour être élu, soit, c’est habile.
    Mais dire qu’en tenant des mensonges pour instaurer une confiance, celle-ci arrivera est une grave erreur.

  16. Vincent Wolf

    Léger trompe l’oeil dans ton comparatif du coût du travail :
    – Le Royaume-Uni est le seul pays de ton échantillon à ne pas avoir l’Euro comme monnaie.
    – Le coût du travail ne fait pas que baisser au Royaume-Uni. Il baisse de 2000 à 2008, puis repart à la hausse jusqu’à aujourd’hui. C’est marrant, c’est EXACTEMENT ce qui est arrivé au taux de change GBP/EUR.

    ==> sans analyse poussée, ça montre donc plutôt une stagnation du coût du travail au UK, dans sa monnaie. On pourrait conclure à un effet d’aubaine pour les investisseurs disposant d’euros : sans rien faire, c’est de moins en moins cher d’embaucher au UK, en déversant des euros. Néanmoins, l’avantage concurrentiel demeure (puisque le coût du travail augmente en euro dans les autres pays) et ta démonstration reste juste, mais elle doit être relativisée.

    Bisous festifs.

      1. Vincent Wolf

        Vivivi, c’est ce que je dis. « L’avantage concurrentiel demeure ». C’est le différentiel qui compte. Ce qu’oublient souvent nos amis les hommes politiques.

        Je me souviens d’un bon moment où François Lenglet expliquait à François Fillon que c’était très bien que tel indicateur sur la compétitivité française ait évolué positivement (je ne sais plus lequel, mais il était super fier, tambour et trompette, dans Des Paroles et des Actes…), mais que comme les autres pays européens avaient encore mieux évolué (en particulier l’Allemagne), on n’avait juste réussi à creuser encore un peu plus l’écart. Et bonne journée surtout, Monsieur le Premier Ministre. ^^

  17. tn

    Bof, pour le coup, je trouve que Hollande fait preuve de beaucoup de lucidité. c’est vrai que la crise touche à sa fin.

    Il a du comprendre que le système allait bardafer solide. Une fois tout le bordel par terre, on ne peut plus vraiment parler de crise…

  18. Pascale

    « c’est le moment où jamais de rouvrir les mines françaises ».

    Ça fleure bon un petit parfum de désuétude tout à fait dans l’air du temps.

        1. TN

          Elève H16, pour la peine, vous serez en retenue ce samedi.
          Vous me ferez un billet traitant du système banquaire au travers de l’oeuvre de Greg, L’archipel des Sanzuron.
          Na.

  19. peste et corriza

    C’est possible, il y a une boite canadienne qui fabrique des munitions bio. Ainsi, tu peux tuer sans polluer.

    Bien sur que Hollande est un petit prometteur, et bien sur que s’il disait « du sang et des larmes », il sera remplacé de suite par un autre oligarque distributeur de bisounours.

    Pourquoi ? parce que la majorité des électeurs et des militants sont des insiders, et profitent du système. Ils veulent des bisounours.
    Je n’en suis pas uniquement parce que je suis un prolo cognitif, à la fois aigri et guéri de sa naïveté par la vie, qui ne correspond pas du tout à la soupe servie par les profs de fac (oui, même en science, on a des gauchos). Rétrospectivement, c’est la seule raison qui ne me fait pas ressembler à mes collègues du labo ou à mes anciens potes de fac, tous de bons UMPSistes et européistes, quand ils sont pas devenus bobos de la gourde des flots. Je suis plus proche en terme de mentalité de mes potes ouvriers.

    De tous temps, que ce soit un Cyrus ou un Churchill, il faut des circonstances exceptionnelles pour qu’il puisse accéder au pouvoir. Genre une bonne guerre…
    Et puis nous ne sommes plus dans le début du siècle. La déchéance à frappé depuis un certain mai 1968…

  20. Higgins

    Bientôt, l’arrivée du GOUM à la mode soviet (http://fr.wikipedia.org/wiki/Goum)en France:
    – Créer des rayons dédiés au Made in France dans les supermarchés
    – Autoriser la mention Made in France sur les emballages
    – Limiter les importations de smartphones chinois
    (http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20121018trib000725702/les-3-propositions-de-montebourg-pour-soutenir-la-production-francaise.html)

    Sur sa douce (et insupportable) mie: http://www.enquete-debat.fr/archives/audrey-pulvar-les-pauvres-et-largent-85019

    1. channy

      Moi je propose que Monsieur Montebourg ne parle plus que dans des gros micros mous made in France, ainsi nous aurions de la bonne deconade 100% française!

    2. Stéphane

      Le mieux serait que le gouvernement utilise exclusivement la technologie française: les microprocesseurs français, les smartphones français, les systèmes d’exploitation français, les logiciels français, les caméras françaises et les tables de montage françaises pour leur communication.

      Comme y’en a plus, on serait débarrassé de leurs pépiements.

  21. Alex6

    Ce qui est marrant avec la declaration sur les mines, c’est que l’on dirait qu’il suffit de l’annoncer pour que pouf, les mines jaillissent de terre!
    Ce mec est completement fou. Une etude de faisabilite miniere, c’est minimum 2 ans avant d’obtenir l’aval du gouvernement local et du departement financier interne au groupe minier.
    Maintenant je ne sais pas si Montebourg est au courant mais en ce moment, le flux des capitaux vers les nouvelles mines sont gelees, meme dans les pays ou l’environnement fiscal n’est pas communiste comme en France. C’est juste le pire moment pour ouvrir de nouvelles mines puisque le gros des investissements est deja dans les tuyaux (pas en France bien sur) et que les acteurs du marche sont en mode observation.
    Il n’y a strictement aucune chance qu’un grand groupe minier se lance dans une etude de faisabilite (qui coute tres cher mais l’ami Arnaud n’en a probablement jamais entendu parle…) en France, et ensuite, je suis absolument certain que les perspectives de rentabilite ne passeraient pas le filtre des financiers.

    Maintenant si Normal 1er veut y aller avec ses petites mains, aucun probleme.

    1. channy

      un petit complement sur ce qui se passe en Afrique du Sud pour le secteur minier
       »

      C’est peut être ce qui frappe le plus quand on évoque la crise que traversent les mines d’or et de platine en Afrique du Sud : le nombre d’employés. Plus de 50 000 pour Anglo American Platine, le numéro 1 mondial du secteur, 28 000 pour Lonmin, numéro 3 mondial, qui exploite le platine notamment dans sa mine de Marikana, près de Rustenburg (là où en août dernier, un violent conflit social a fait 46 morts, dont 34 tués par la police) et 26 000 employés enfin pour Goldfields, qui exploite des mines d’or dans les provinces du Gauteng et du Free State.

      Des dizaines et des dizaines de milliers de personnes qui travaillent dans des conditions très éprouvantes, alors qu’au Canada et en Australie par exemple, les mines sont très largement mécanisées.

      Plusieurs raisons expliquent le recours à une main d’œuvre importante en Afrique du Sud. La géologie d’abord. Les filons d’or et de platine sont pris dans des roches très dures, à de grandes profondeurs, et sont surtout très étroits. Il est assez difficile pour des machines d’y accéder. Et même avec des machines, il faut des ouvriers qualifiés pour les entretenir et les faire fonctionner ce qui n’est pas facile à trouver dans le pays. Alors qu’avec un taux de chômage officiel à 25%, la main d’œuvre bon marché abonde en Afrique du Sud.

      Lonmin, justement, avait décidé de mécaniser deux de ses 11 mines en 2004. Mais en 2008, le groupe a décidé de faire machine arrière. La productivité n’était pas au rendez vous. Il a donc fallu réinvestir environ 120 millions d’euros pour transformer les mines ultra modernes en puits plus classiques : reconstruire la plupart des passages souterrains et remplacer les tapis roulants par des rails pour faire circuler des wagons.

      Les compagnies minières hésitent donc à mécaniser leurs mines en Afrique du Sud, pour des raisons sociales et techniques.

      Aujourd’hui alors que les cours du platine sont à la baisse, les compagnies minières pour augmenter leurs marges sont tentées d’agir sur le coût du travail, c’est-à-dire d’avoir recours notamment aux licenciements. »
      en audio ici:
      http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/201210/CHRO_MAT_PREM_MECANISATION_DES_MINES_AFRIQUE_DU_SUD.mp3

  22. Le désabusé

    Hollande l’a joué finement : il a fait ce qu’il faut pour se faire élire. il a promis monts et merveille à un éléctorat qui ne vit que des prébendes publiques. ils l’ont mis au pouvoir et là comme il s’est cogné la réalité il a fait des mesurettes à la marge evc un gros coup de com derrière pour faire mousser la moindre mesure de manière à la rendre aussi grande qu’un boeuf… Mais au fond rien n’a changé on est passé de charybde en scylla

    Sarkozy a été idiot : il a été élu en 2007 sur la base d’un discours plutôt musclé. Je ms souviens qu’à l’époque même les secrétaires qui émargent à 1500-1600 euros nets/par mois avaient voté pour lui. il y avait une volonté d’en finir avec l’assitanat par tous ceux qui travaillaient. Las une fois élu il a courtisé les hommes et femmes politiques de gauche et les a fait rentrer au gouvernement il a adouci son discours et oublié ses promesses alors que la france attendait de lui une action Tatchérienne. Résultat : il a perdu car une bonne partie (et moi le 1er) de ceux qui avaient placé leur espoir en lui ne sont pas aller voter

  23. Le désabusé

    Si on considère la politique pour ce qu’elle est réellement de nos jours et à mon grand désespoir d’ailleurs càd un métier comme un autre ; les politiciens ne sont que des commerçants qui vendent leur produit et une éléction se résume uniquement à ça : combien d’acheteurs ai je réussi à convaincre pour qu’ils me payent un mandat au frais de la république.

    Une fois au pouvoir l’homme ou la femme politique qu’elle soit de droite ou de gauche se borne à faire des petites retouches du système en déshabillant Pierre pour habiller Paul dans un domaine et l’inverse dans un autre. ça permet de diviser l’éléctorat pour mieux régner. la ficelle est aussi grosse que le monde est vieux mais les français sont des nigauds qui se laissent encore attrapper. Après tout on a les politiques qu’on mérite…

    On peut admirer l’habileté politique d’un personnage qui réussi à vendre ses salades à des millions de personnes au même titre qu’on admire un bon vendeur. ça n’en fait pas un homme d’état loin de là c’est même l’inverse vu qu’un homme de cet acabit est dénué de toute morale. D’ailleurs je me demande si un pays qui ronronne doucement depuis une cinquantaien d’années est encore capable de sortir un homme d’état de l’acabit de Churchill. J’en doute vu la médiocrité actuelle. j’en arrive à la conclusion que les grands hommes n’apparaissent qu’en période de guerre….

    Je suis d’ailleurs très surpris que les gens fréquentant ce blog croient encore à la possibilité de l’émergence du sauveur. il y a longtemps que jene crois plus au père Noël

  24. Flo

    Tiens, la copine du type en marinière a encore fait des siennes.
    L’édito, du prémaché de Méluche sans la verve, est sans intérêt, mais les commentaires des lecteurs eux…

    On peut dire qu’elle a fait carton plein sur ce coup là! Chapeau l’artiste.
    (C’est pas possible H16 c’est vous qui les avez tous écrits en rajoutant des fautes ici ou là pour brouiller les pistes ou quoi?)

    http://www.lesinrocks.com/2012/10/16/actualite/ledito-daudrey-pulvar-pigeonvole-11313905/

    1. Elphyr

      Pauvre Pulvar, après avoir lu -en diagonale- les commentaires, y’a vraiment rien pour la soutenir. Pire encore, sur contrepoints.org on a même droit à la réponse d’un des « accusés » de l’article.

      J’ai hâte de lire ce que les leftblogs diront là-dessus, la mauvaise foi est toujours instuctrice !

    2. Aristarque

      On peut comprendre le bla-bla d’Audrey sur la taxation prévaricatrice des entrepreneurs comme un adoucissement de la peine des salariés de Peugeot, Doux, etc…
      Puisque les chirugiens doivent amputer certains malades, coupons le bras aux autres pour que les premiers se sentent mieux….
      Drôle de bisounourserie!…

  25. peste et corriza

    Allez aux infos du nain, et lisez le démontage du discours de Normal 1er. Par Bertez.
    Tout est dit.

    Autre chose :
    – pour la comparaison taux de chômage anglais/français, utiliser les chiffres officiels n’est pas rigoureux. Les deux sont maquillés comme des putains du bois de Boulogne, comme dans quasiment tous les pays.

  26. BA

    Vendredi 19 octobre 2012 :

    Sortie nette de capitaux en août dans la zone euro.

    La zone euro a connu une sortie nette de capitaux de 3,4 milliards d’euros en août, après une entrée nette de 18,2 milliards en juillet, suivant les chiffres publiés vendredi par la Banque centrale européenne.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00471729-sortie-nette-de-capitaux-en-aout-dans-la-zone-euro-502195.php

    C’est logique.

    C’est normal.

    Quand le navire coule, les rats quittent le navire.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)