Publicité : encore quelques efforts pour fusiller l’automobile

Haut les cœurs, la guerre contre les abominables transports individuels polluants continue et est bientôt en passe d’être gagnée dans les grandes villes ! Les attaques portées physiquement contre les voitures, la circulation et les automobilistes, se doublent de fines attaques psychologiques contre le produit lui-même. Si l’on y ajoute les coups de boutoirs ministériels, on sent bien proche la fin du problème !

Le musée de cire Delanöe progresse donc d’un grand pas : le maire de Paris a dévoilé il y a quelques jours un nouveau plan de lutte acharnée contre la vilaine pollution automobile dans sa ville en proposant l’installation d’une zone démilitarisée avec miradors et mines anti-char pour les véhicules de pauvres, dès septembre 2014.

Certes, ce n’est pas tout à fait comme cela que l’opération est présenté dans une presse délicieusement complaisante pour les saloperies hypocrites que nous prépare le politicien, mais l’analyse du xyloglotte ne laisse aucun doute : entre l’accroissement des zones de vexation automobile où la vitesse est limitée à 30 km/h (parce que 13, c’était visiblement trop ridicule) et l’instauration d’un péage au kilomètre pour les poids lourds sur les autoroutes de la métropole, on comprend que le rêve humide d’une ville tétanisée sous les lois, les limitations et les interdictions est maintenant, enfin, à la portée des abrutis avec chauffeurs, gyrophares, voitures de fonctions, transports en communs gratuits et surtout sans enfants.

L’idée est, pour les frétillantes équipes de nantis socialistes humanistes avec les aisés, c’est de « lutter contre la pollution » en souhaitant « que progressivement nous interdisions les véhicules qui sont les plus nocifs pour la santé », santé que ces cauteleux crétins ont, au passage, bousillé méticuleusement pendant les trente dernières années en favorisant scandaleusement le diesel par une taxation consternante au détriment de l’essence. Du reste, le parc des bus de la RATP roulant à 60% au diesel, on attendrait du maire de Paris qu’il loue une petite paire de couille pour décider courageusement, un beau matin, de passer l’ensemble de la régie à l’électrique (ce qui paralysera le service en dehors des périodes de grève, le rendant ainsi ultimement inutile).

Dans une magnifique illustration de la phrase clairvoyante de Churchill, « Le capitalisme, c’est des voitures pour tous alors que le socialisme, c’est des parkings pour tous ! », Delanöe entend donc terminer la transformation de son musée de cire en parking géant où le moindre déplacement autonome sera lourdement sanctionné (à moins qu’il se fasse en Vélib, seul véhicule autorisé pour lequel le Führerschein, Bitte ! ne sera systématiquement pas demandé).

Pendant qu’est menée cette bataille sur le front d’une ville toujours plus immobile, une autre se déroule, tout aussi importante, pour s’assurer que non seulement, l’automobiliste aura honte d’acheter une voiture, mais qu’en plus, il aura du mal à en apprendre l’existence. Petit à petit, point par point, la publicité des constructeurs est attaquée pour la rendre aussi inefficace que possible. La vitesse ne pouvait déjà plus être un critère pour vanter sa production, il restait la forme ou, pour certains modèles 4×4, les capacités de franchissement par exemple.

Maintenant, il vaut mieux avoir une voiture de forme improbable, de couleur ridicule et aux équipements étiques mais qui rejette peu de CO2, et qui se recycle bien dans un triplet d’année (durée maximum d’utilisation réelle des bouses qu’on s’efforcera de produire), plutôt qu’une voiture qui vous transporte du point A au point B, chose que, de nos jours, seuls les imbéciles pragmatiques s’attendent encore à demander de la part de ces véhicules.

Dernièrement, on apprend — toujours par cette même presse trop avide de cogner gentiment sur le concept même d’automobile — que les publicités de 4×4 en pleine nature sont interdites et seront assidûment poursuivies par l’une ou l’autre horde de Fluffies qui, pareils à de disgracieux comédons sur le nez n’ont qu’un unique but dans la vie : montrer qu’ils existent et faire un maximum de dégâts avant d’être extirpés par une pression populaire mais salvatrice.

Toyota 4x4 dans la nature, le MAL ABSOLU !Horreur, désespoir, 4×4 dans la Nature !

Ici, c’est le porte parole de France Nature Environnement, une énième pompe à fric écologiste subventionné à 43.3% d’argent public (et donc, par des automobilistes, des constructeurs, qu’ils entendent combattre), et un certain Benoît Hartmann, qui s’y collent :

« Nous avons trouvé qu’il était abusif d’inciter les gens à avoir des comportements illégaux, puisqu’il est illégal d’aller rouler en pleine nature sur des voies qui ne soient pas carrossables. »

Sauf qu’un propriétaire terrien, qui aurait benoîtement acheté un 4×4 pour aller inspecter tel ou tel endroit de sa vaste propriété, aurait parfaitement le droit d’effectuer une telle opération. Mais voilà, mardi 23 octobre, par une ordonnance de référé, le tribunal de grande instance de Nanterre a finalement décidé que le public était composé d’amibes et d’hydrocéphales et qu’il était de son devoir de protéger ces amibes débiles de toute croyance erronée, notamment celle, pernicieuse, d’une éventuelle liberté de mouvement : ce serait scandaleux de laisser « croire au public que la possession de ce type de véhicule vaut permis de tout faire dans la nature, la diffusion de ce type de publicité fait, d’évidence, la promotion de comportements contraires à la protection de l’environnement à la préservation des ressources naturelles. »

pub peugeot 205 verboten

Eh oui : le TGI de Nanterre est composé de juges très affûtés sur les questions écologiques (ils savent que celui qui va en 4×4 dans la nature est un bio-bousilleur d’environnement écocoupable) et sociologique (ils savent qu’il faut protéger les gens contre des publicités trop subversives). Bien évidemment, ceci ne vaut pas la petite déclaration supplémentaire de Raymond Léost, le responsable du réseau Juridique de FNE (dont les émoluments sont, je vous le rappelle, payés à 43.3% par vos sous, que vous soyez ou non d’accord avec sa petite vendetta anti-tout). Pour lui,

« Cette décision vient sanctionner une société qui a persisté dans un comportement de communication valorisant la destruction de l’environnement, au mépris de la loi. »

Oui, en effet, Toyota est connue pour valoriser la destruction de l’environnement, et point n’est besoin d’être un bouffon pour le dire (mais ça aide, hein, Raymond).

Tout va bien : moyennant les bons slogans, les bonnes habitudes et les bonnes tartes dans la gueule des impétrants qui imaginent encore avoir une vie normale en dehors des sentiers balisés, goudronnés, légalisés et autorisés par des meutes de momies constipées éco-conscientes, moyennant une bonne dose de petit fascisme vert camouflé des atours délicieux d’un « C’est pour ton bien mon chéri » accouplé de l’inévitable « Ta gueule c’est magique », on va enfin pouvoir imposer l’utilisation des 4×4 exclusivement en ville, pour aller de Fauchon au dernier Bar jazzy à la mode, c’est-à-dire les derniers endroits pour lequel ils ont été conçus.

anti-ecolo 4x4

Non, franchement, il n’y a pas à tortiller : à force de casser du sucre sur le dos du produit « voiture », de museler les publicitaires, de stigmatiser les conducteurs par les taxes, les amendes, les vexations diverses, de bien faire passer dans l’imaginaire collectif que ce mode de transport est une plaie purulente qu’il faut éliminer, petit à petit, le gouvernement, les bobos écolos sont parvenus à leurs fins.

La demande s’effondre, la production ralentit, le secteur rétrécit et l’emploi périclite.

Grâce aux efforts des maires comme Bertrand Delanöe, grâce aux rodomontades de ministres aussi outillés intellectuellement que Montebourg, grâce aux actions aussi décisives que celles de tous les Benoît Harmann d’associations de petits bourgeois socialistes vélocipèdophiles, bientôt, l’industrie automobile française ne sera plus, définitivement enterrée. Des milliers d’emplois polluants seront rayés de ce secteur économique scandaleux, et les hordes de travailleurs sans emplois seront joyeusement gonflées de ces nouveaux chômeurs éco-compatibles sans-voitures.

Ce n’est que du bonheur, vous dis-je !

J'accepte les Bitcoins !

1As2dVDhrpZSDrwMid8NgdYUwU7V2A6xp8

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires172

  1. Yrreiht

    « Sauf qu’un propriétaire terrien, qui aurait benoîtement acheté un 4×4 pour aller inspecter tel ou tel endroit de sa vaste propriété, aurait parfaitement le droit d’effectuer une telle opération. »

    Un propriétaire terrien ? Le Diable en personne, donc. Et vous vous étonnez qu’on légifère contre lui ?

    1. eheime

      Vous avez raison. Je reformule pour H16 :
      « Sauf qu’un pauvre paysan habitant un territoire reculé, éloigné des services publiques (imaginez sa peine, le pauvre homme … ), vivant de la culture harrassante de quelques terres (cultivées sans OGM), qui aurait benoîtement acheté un 4×4 pour aller inspecter tel ou tel endroit de son outil de travail mis en valeur pour l’intérêt de la collectivité de façon citoyenne, aurait parfaitement le droit d’effectuer une telle opération. »

  2. Super0

    Pas vu pas pris : c est la liberté à la Française. Je faisais de l enduro avant…pv pour moto crotte. Quand un tracteur passe dans le meme chemin : rien. Le 4*4 n est plus socialo bisous compatible….de toute façon le vélo sera aussi largement de trop dans la France de demain. Et puis les transports collectifs c est pas tip top non plus. Vivement la legalisation, au moins les Français pourront se transformer en legumes vivants sans aucuns besoins. Sauf celui du socialisme….hum miam !

    1. Josselin

      Le vélo est un moyen de transport individualiste. Comme la voiture. Il faut ordonner la mise en service de tandems ou de triplettes dans les Velibs.

    1. Pandora

      Dans le domaine de la communication, c’est effrayant.

      Dès qu’on sort de ce pays, on retrouve des visages d’enfants non floutés, des images de people (même si ça n’a aucun intérêt), bref, un peu de liberté qui a peu à peu disparût en France, sans que personne n’y trouve rien à redire.

    2. Higgins

      Normal 1er et ses sicaires sont d’une extrême dangerosité pour la Liberté. Franck Boizard le résume parfaitement dans son billet et je partage totalement son point de vue: « …François Hollande m’apparaît comme un dangereux dogmatique…si le comportement brouillon de François Hollande était une ruse pour cacher quelque chose, cela cacherait plutôt la pulsion totalitaire que le libéralisme. Hollande est un aigri et un refoulé comme tous les dictateurs totalitaires, et il a les idées du totalitarisme. » (http://fboizard.blogspot.fr/2012/10/francois-hollande-dogmatique-ou-ruse.html). Le socialisme et son alter-ego, l’écologisme, sont des idéologies liberticides qui n’admettent pas la contradiction (http://fboizard.blogspot.fr/2012/05/en-lisant-psychologie-du-socialisme-g.html).
      Très rapidement, ce sera l’apparence même du 4X4 qui sera combattue et, in fine, interdite au prétexte de sa dangerosité intrinsèque et des idées d’évasion qu’elle peut susciter. CPEF.

      1. pod

        J’en parlais encore ce soir en famille et ne parviens toujours pas à comprendre le but ultime de destruction accélérée de ce {gogo}uvernement… que cherchent-ils instaurer à part une dictature ?

        1. paf

          il ne cherchent rien, je pense qu’ils sont en totale roue libre.Ils essayent de prendre des decisions ‘de gauche’, au mepris de l’economie du pays a laquelle ils ne comprennent rien.L’affaire google illustre leur exploitation d’un des rares creneaux encore disponible au grapillage de pognon gratuit.Toutes les autres problematiques dont sont a l’origine des questions morales comme le decisions sur l’automobile qui confinent a la retardation mentale, et les debats intutiles sur des questions de societe annexes, sont une preuve de tatonnement.

    3. eheime

      @ Stephane

      « La destruction de la liberté en France est vraiment en train de prendre un tour flippant. »

      Vous avez parfaitement raison. Mais ça ne choque vraiment pas grand monde. C’est même la liberté, mal utilisée, qui choque. En tout cas c’est l’impression que j’ai lorsque je parle de liberté autour de moi. Typiquement, vous évoquez la privation d’une liberté, on vous répond sécurité, protection, empêcher les méchants, etc. Ca ne fait pas vraiment débat chez nous.

      1. vengeusemasquée

        Les gens me regardent comme si je venais de Mars lorsque je leur parle de libre arbitre, de décision personnelle, de conséquences, positives ou négatives, individuelles à une décision individuelle… la notion même de décision personnelle disparaît totalement au profit d’application de recommandations par-ci, chartes par-là et autres engagements, Grenelles et tout le toutim.
        Plus personne ne réfléchit par soi-même sur ce que signifie pour soi-même, ce qu’on fait chaque jour. Pourquoi prends-je la décision de travailler ? Pour gagner de l’argent. Qui va répondre sincèrement à une question pareille ?
        Pourquoi est-ce que je prends ma voiture pour aller bosser ? Parce que c’est plus rapide et/ou plus agréable. Ca n’engage que moi et c’est respectable. NON parce que ça contrevient à je ne sais quelle charte etc. etc.
        C’est décourageant.

        1. John Bigballs

          Idem par ici.

          Je rêverais que quelqu’un à Hollywood s’intéresse à la question et sorte un film saisissant et fondateur sur le libéralisme et le grand espoir qu’il porte.

        2. John Bigballs

          Haha !
          et celui ou les bureaucrates politiciens l’ont abandonné dans la jungle pour qu’il y crève, et ou il revient pour bousiller leur salle des machines à la mitrailleuse lourde !

          20 ans plus tard, je suis sûr que quelqu’un là bas pourrait faire un film sensationnel sur étatisme VS liberté.

      2. simple citoyen

        Vous avez raison. Je me suis souvent demandé pourquoi. Je n’ai pu trouver que deux raisons « communes »: la peur et la fuite, qui n’est que son masque. Au final, les français sont parfaitement conscients du problème mais ne savent pas que faire sans s’attirer les foudres de « ceux qui comptent ». La dépendance sociale et la partie congrue de plus en plus dérisoire dont ils disposent de leurs propres revenus les incitent à la prudence. Les socialistes l’ont parfaitement compris et les verts encore mieux.

  3. Elphyr

    Le changement, c’est maintenant. Fini les voitures, bonjour les vélos !
    Parceque, parfois, changement rime avec régression et pas évolution…

    J’aime bien la pancarte derrière le 4×4 suisse. Tellement vrai !

  4. Marco33

    Des taxes et des lois restreignant chaque jour nos libertés.
    Le socialisme en marche quoi!
    ça fonctionnera tant qu’ils pourront ponctionner cette part importante mais en décroissance de moutontribuables qui croient encore que le système est juste, qu’il est le meilleur au monde et qu’il est envié par l’humanité.
    Avec en plus un peu de culpabilité pour sermonner les vils pêcheurs que nous sommes…

    Tant que l’orchestre joue, que les lumières restent allumées, même si le pont penche de plus en plus, ce n’est que quand l’eau glacée fera son apparition que l’illusion tombera.
    Mais il sera trop tard. Je pense même qu’il est déjà trop tard!

    1. eheime

      En même temps il faudra 3 mois à peine pour remettre de l’ordre quand on sera dans la tête dans le mur. Supprimer Paris-Plage, les bobos-cars, les couloirs de bus inutiles (qui disparaissent d’ailleurs parfois sans bruit), mettre fin aux subventions des associations-pompes à fric des copains, peut se faire très vite. Restera les engagements contractuels, type gros chantiers, ou emplois de fonctionnaires, qui poseront problème. Mais faute de sous, ça aussi ça se finit souvent assez rapidement, de façon brutale d’ailleurs.

  5. Josselin

    Ca me fait penser à la pub Leclerc qui incite l’éco-responsabilité. Or la voiture utilisée par la dame, sortant tout droit des années 70, doit polluer au moins autant qu’un 35 tonnes.

  6. tn

    En plus, dans la pub Toyota de l’article en lien, le bidule polluant circule sans immatriculation, ce qui risque d’inciter les gens à faire de même. Que fait la justice ?

    D’ailleurs, il faudrait interdire les « floutage » des plaques dans les reportages télé.

  7. NoName

    Encore un très bon billet.
    Les ravages des escrologistes n’en finissent plus, dans un déluge d’absurdités toujours plus incroyables. Le bon sens en prend un coup dans les pneus, le tout subventionné et supporté par une entreprise éco-consciente qui va bien réussir à nous convaincre un député de nous proposer une petite loi de derrière les fagots. *Oh, wait… Déjà en préparation vous dîtes?…*

    A ce propos, H16, où avez-vous eus les chiffres des subventions de ces frétillantes larves écoparasites ?

    1. Pandora

      Le gouvernement n’a pas prévu une baisse de rentrées fiscales pour la bagnole !
      Budget amendes pour excès de vitesse 2012 : 600 millions (539 en 2011). Pas de baisse.

      L’automobiliste est une vache à lait pour tous les gouvernements.

      1. Josselin

        Sans compter que depuis 2003, 4000 radars automatiques ont été installés. Nombre de radars prévus pour fin 2013 : 6600.

        … Si c’est pas un moyen avéré de détrousser les automobilistes, je ne sais pas ce que c’est…

        1. eheime

          Le fait est que les gens roulent au pas maintenant, même sur l’autoroute. Ca doit pas rentrer tant que ça. La rentabilité est sûrement en chute libre. Et si ça rentre plus dans les caisses, plus de sous pour mettre de nouveaux radars. ON en reparle dans un an. Vous verrez.

        2. M 51

          Il y a encore moult solutions pour traire. Le top c’est le non respect des distances de sécurité détectées à l’aise avec l’hélico éco-conscient.

  8. Pangloss

    Combien de « propriétaires terriens » ayant besoin de « capacités de franchissement » parmi les propriétaires de 4×4?
    Et combien de bobos qui n’utilisent leur tout terrain qu’entre le Marais et Saint-Germain-des-prés » (avec de temps en temps un week-end en Bretagne pour y faire du bateau)? 4×4?, le bateau.
    Mais qui ont un 4×4 pour se donner des airs de baroudeurs, pour être prêts lors de la première guerre civile ou -tout simplement- pour avoir le dessus en cas d’accrochage avec une Clio?

    1. « Combien de « propriétaires terriens » ayant besoin de « capacités de franchissement » parmi les propriétaires de 4×4? »

      Beaucoup plus que ce que vous ne semblez croire. Tous les gens qui habitent en montagne, en pleine campagne, etc… ont eu un jour besoin de ce genre de prouesse.

      1. Nocte

        Conduire des véhicules capables de survivre sur routes enneigées ou verglacées, c’est mal, c’est autant de véhicules qui ne se retrouveront pas à la casse donc autant de véhicules non remplacés, donc une perte sèche pour l’industrie automobile française…
        QUOI ? On ne fait pas le poids face aux allemandes ? vite une commission qui donnera lieu à une réunion qui donnera lieu à un « grenelle » qui donnera lieu à une étude, qui donnera lieu à une commission, qui donnera lieu à une réunion, qui se résumera à une proposition : Loi, taxe ? les deux ?

    2. taisson

      Bien sur que peu de 4X4 correspondent à un réel besoin !!
      On à pas besoin non plus de montre à 100000€, mais la publicité n’en est pas encore réglementée sous prétexte qu’une à 5€ donne la même heure!!
      Les bobos parisiens à gros pouvoir d’achat, qui sont par ailleurs de gros diffuseurs des idées bisous compatibles, ont aussi le droit d’acheter ce qu’ils veulent !
      L’idée du produit autorisé en fonction des seuls besoins est parfaitement soviétique.
      Mais la haine des « gros 4×4″ n’est qu’un argument tellement facile pour amener à haîr tout véhicule individuel privé quel qu’il soit. Et ça marche ! La rumeur a aussi été tentée pour faire détester les monospaces! Avec un peu moins de succés pour l’instant… Au lieu de rejoindre la masse bêlante on peut réfléchir face à un gouvernement qui déclare vouloir aider l’automobile tout en rendant son usage de plus en plus contraignant, voire impossible…
      L’assassinat prémédité des emplois cette industrie me paraît bien irréversible, en attendant les autres…

    3. PAF

      « Mais qui ont un 4×4 pour se donner des airs de baroudeurs, »

      ah oui alors, se donner des airs, c’est pas bien ca, hein? il faut vite vite legiferer contre les ‘airs’.D’ailleurs les gens qui ont des lunettes ont l’air intello, je trouve ca un peu abusatoire, je propose d’interdire les publicites pour lunettes.
      La france est un repaire de petits parangons de morale, c’est bien de ca qu’il s’agit ici.

      1. vengeusemasquée

        Exactement. Personne n’a à juger qui a besoin de quoi. C’est dingue cette manière intrusive de juger ce que font les autres en permanence. Je n’ai pas envie qu’on vienne me faire chier sur mon utilisation du chauffage, ma consommation de carburant, les produits de luxe inutiles donc indispensables que j’achète tout le temps… ça ne regarde que moi ! et si j’ai envie d’avoir 3 bagnoles dont je n’ai pas besoin, hein ? Bah fuck!

      2. garogary

        « La france on l’aime ou on la quitte ! » Allez donc voir ailleurs si celle-ci ne vous convient pas. Sans doute étiez-vous d’accord avec cette affirmation il y a quelques années…

        1. DoM P

          T’inquiète, ça marche, ton truc. Nous sommes tous en train de fuir et de vous laisser entre vous.
          Quand vous aurez fini de vous taxer les uns les autres et de brider vos propres libertés pour le plaisir de le faire, que vous serez tous sans emploi, tendant la main dans l’espoir improbable que quelqu’un y mette quelque chose, nous reviendrons peut-être, pour reconstruire cette France que vous aurez achevé de détruire par la haine de l’autre.

    4. Baichette

      Oui et si des gens veulent s’acheter un gros 4×4 et bien qu’ils le fassent, si ça leur fait plaisir. Où est le problème. Je pense que même l’état y a un intérêt: il y a plus de TVA qui rentre sur un 4×4 à 80000€ que sur une Dacia à 8000€.
      Même ça ils ont du mal à calculer….

    5. Alex6

      La question est surtout, qu’est ce que ca peut bien vous foutre! Continuez a pedaler ou a rouler dans une voiture de merde et laisser les autres en paix.

  9. Pandora

    Officiellement, FNE affiche 43% de subventions publiques mais dans la catégories « partenariat », il y a vraisemblablement d’autres entreprises publiques ou para-publiques (il n’y en a pas beaucoup en France) et le total est certainement beaucoup plus élevé.

    Calcul : 74% en 2008 (les rubriques étaient moins compactées, plus transparentes, quoi…).

    Et oui, nous finançons tous ces Khmers Verts.

  10. vengeusemasquée

    Ce matin, je me suis fait un petit 120 sur le périph. Bah les aminches, c’était bon. J’avais désactivé le GPL de mon auto parce que je voulais avoir toute la puissance (pas énorme, ça reste une Peugeot, mais quand même), ce qui permettait également d’émettre un max de CO2. Miam !
    J’habite la banlieue parisienne. Je ne franchis quasiment plus le périph. J’ai compris, on ne veut pas de moi.

      1. vengeusemasquée

        Et 130 sur l’A3 aussi… :lol:
        Bah je connais tous les emplacements de radars et les outils communautaires permettent d’éviter ceux qui se planquent derrière les fougères. Au bout d’un moment, on ne vit plus que dans et pour la transgression qui donne enfin le sentiment d’exister malgré l’oppression permanente.

        1. eheime

          Le probleme est qu’on finit par regarder plus les bords de la route et autre engins electroniques que la route elle-même. Sans compter que comme tout le monde se traine, en ne se rabattant jamais, on est obligé de slalomer de façon dangereuse si l’on veut avancer à allure normale.
          A la fin ça gonfle. Du coup les (rares) fois où il m’arrive de conduire, je me met tout à droite (il n’y a jamais personne donc c’est peu fatiguant) et je roule au pas à l’américaine en pensant à autre chose (discussions, radio, ..) et j’attends que ça passe. Sur petites routes, quand ça tourne, là je roule normalement car zéro flicaille car pas rentable, et bonnes sensations de conduite.

        1. Super0

          Moi je peux faire 75….cl de pinard avec moi meme et conduire une moto crotte sans me taper un arbre ! Mais je ne peux pas conduire une voiture avec plus d un verre dans le nez ! C est drole non ?

  11. Pere Collateur

    J’avais vu passer ces news sur Paris et les actions consternantes de son maire.

    Parallèlement à ça, j’ai également vu passer une semaine avant un sondage qui disait en substance qu’une majorité de Parisiens (bizarrement essentiellement les actifs du privé) ne rêvent que de foutre le camp de la ville lumière en citant principalement comme problème le logement et les transports (ainsi que la sécurité du à une certaine faune, mais ça c’est tabou, on en viendra tous à bout).
    Quelques chiffres étaient également donné, sur l’émigration de Parisiens qui tournaient autour d’un bon million ces dernières années…

    Du coup je me dis qu’il va être très intéressant de suivre l’évolution de Paris, qui actuellement concentre énormément de sièges sociaux d’entreprises ainsi que de pas mal de centres de décisions et autres écoles prestigieuses.

    Si il devient impossible à l’écrasante majorité de la classe moyenne de s’y loger et d’y vivre, il est logique de penser que la ville se videra forcément à moyen / long terme de tous ces petites choses qui font l’ossature d’une citée.

    Entre les décisions politiques qui font fuir entreprises, riches et investisseurs, entre la volonté éco machin de pourrir les classes moyennes, je ne vois pas vraiment l’intérêt de résider sur Paris.

    Mon pronostique: Paris est non seulement foutu, mais est aussi un laboratoire avancé concentrant tout ce qu’il ne faut pas faire.

    Est ce que ça va profiter aux capitales de province, moins pénibles? Allez savoir.
    J’ai néanmoins quelques exemples, mais qui ne sont pas généralité, ou des cadres et employés suivent leur entreprise qui déménage de Paris vers des capitales régionales comme Bordeaux, Toulouse, Strasbourg et Rennes.
    J’ai également nettement plus d’exemples de gens brillants qui foutent le camp à l’étranger avec leur boite.

    Bref ce pays et foutu, et pendant que ça plonge, on pourra au moins observer le devenir de Paris en vase clos, ou l’on y trouvera des musées, des touristes, des bobos et leur plèbe d’importation. Tu parles d’une ville lumière!

    1. Elphyr

      Déjà, pour tout ce qui est technologique/science, Paris est fuit comme la peste depuis toujours.

      J’ai la chance d’habiter près de Sofia-Antipolis dans le sud-est où beaucoup d’entreprises se sont installés dans un cadre calme, naturel (parceque très bien entretenu) et ensoleillé (crise oblige, beaucoup d’entreprises sont aussi sur le départ…).
      Bref, tout ca piur dire que le sud-est c’est awesome, venez-y !
      En plus, y’a Marineland.

      Quant à Paris, je doute que la cité tombe un jour. La France a tellement concentré toute sa valeur dans cette ville immonde depuis des siècles qu’il faudra beaucoup plus de temps et de révolutions pour enfin évoluer vers un système moins centralisé.
      Et oui, ville immonde parce que, même si je ne connais vraiment que St Cloud (les voisins de gauche s’appelaient Le Pen), rien n’est rattrapable, que ce soit le parisien hautain (le maire est #1 dans ce domaine) ou l’ambiance morose (sérieusement, comment vous vivez avec si peu de Soleil ?).

    2. Robert Marchenoir

      Pronostic pour Paris :

      - Y habiteront et travailleront sur place les hommes politiques et les hauts fonctionnaires. C’est bien normal : ce sont eux qui tracent son avenir.

      - On y trouvera aussi des cadres supérieurs de grandes entreprises, qui auront les moyens d’habiter sur place.

      - Le demi-monde de la « culture », des « arts » et des médias restera sur place, car il travaille à Paris, et vu ses nombreuses connexions politiques, il arrivera par un moyen ou par un autre à s’y loger (dans une certaine mesure).

      - Une minorité significative de riches étrangers mondialisés jouira de pieds-à-terre à Paris (chefs d’entreprise, financiers, émirs qataris, people…).

      - Une forte minorité d’immigrés arabes et africains habitera à Paris intra-muros, grâce à la bienfaisante politique de mixité raciale sociale de nos bons maîtres. Avec toutes les conséquences attendues sur la paix publique et le vivre-ensemble.

      - SDF, Roms et autres punks à chien agrémenteront les trottoirs, accompagnés par les « maraudes » des ONG qui vont bien, car une ville sans mendiants est une ville triste.

      - Un fort flot de touristes continuera malgré tout de séjourner brièvement dans la capitale, essayant de passer entre les crachats des racailles, les étrons des SDF et les coups de couteau.

      - Du coup, Paris deviendra le Washington de l’Europe, avec un peu plus de vieilles pierres, tout de même.

      - Les gens normaux habiteront ailleurs.

      1. Josselin

        Faux ! SDF, Roms et autres punks à chien vivront dans des 115m² flambants neufs, signalés comme logements vacants et réquisitionnés à cet effet, vu qu’il ne restera plus qu’eux.

    3. berdol

      Allez voir sur ce site, la vision du futur proche de Paris :
      http://www.marchandmeffre.com/detroit/index.html

      Les photographes sont français : Peut-être ont-ilms exposé à la mairie de Paris ?
      1,9 Millions d’habitants à DETROIT avant la fin des années 70, 900 000 Aujourd’hui ==> regardez ce que cela donne ! Et ce n’est pas un film de science fiction , mais la réalité

      1. Robert Marchenoir

        Non, là vous vous trompez, Berdol. Detroit est ruiné parce qu’il est principalement peuplé de Noirs, et qu’il n’y avait plus personne pour faire tenir la ville debout : l’industrie automobile est partie, Detroit n’est pas un centre politique.

        Paris « sera toujours Paris » en ce sens que cela restera le siège du pouvoir politique (et, probablement, médiatique, « culturel », financier…).

        Sans compter que Paris est une ville-musée, une étape importante sur la carte du tourisme mondial.

        Donc, les zélits ne laisseront jamais Paris devenir Detroit. Elle pourra se dégrader de nombreuses manières, mais elle ne sera jamais abandonnée.

    1. Super0

      ouah, la baffe ! C’est du orange mécanique revisité par les Français. C’est pas du beau, c’est « masterpiece ». Mais c’est une poubelle cette bagnole (désolé) !

  12. John Bigballs

    On s’en rapproche on s’en rapproche … de l’obligation de faire monter dans la voiture toute personne qui lève le pouce munie de sa carte écovoiturage, sous peine de dénonciation.

    Histoire de faire débander irreversiblement les derniers enthousiastes, et aussi pour le symbole de liberté solidaire et écoresponsable !

    Ce jour là faudra mieux ne pas avoir d’options trop ostentatoires sous peine de se faire lacérer citoyennement les sièges… le must ça sera la Dacia.

    1. Stéphane

      Heu! Ca fait longtemps déjà que j’entends des propriétaires de gros véhicules se plaindre de se faire rayer leur carrosserie, dans plusieurs grandes villes de France.

      Ils ne jurent plus que par les parkings privés, et se forcent descendre aux plus bas niveaux (désert) pour échapper à la vilenie de certains de leurs concitoyens. En tous cas, ils essayent.

      Ca fait longtemps que la jalousie du Français moyen s’exprime au-delà des urnes. La plupart des contrôles fiscaux ne sont-ils pas déclenchés sur dénonciation, d’ailleurs?

      1. John Bigballs

        Ha le français moyen jaloux, cet ennemi potentiel dans chaque voisin !
        Vivant à l’étranger, il me manque pas !

        D’ailleurs on devrait faire une enquête sur qui est cette personne.
        Qui sait ça permettrait peut être de remplacer cette expression par « le socialo-communiste moyen ».

    2. douar

      Dacia-Logan: d’ailleurs près de chez moi, les opposants à l’aéroport de ND des Landes (près de nantes) sont souvent en Dacia ou véhicules hors d’âge. On les reconnait de loin avec leur petit autocollant « non à l’aéroport ». En fait, ces individus voudraient que tout le monde soit comme eux, dans la décroissance à fond la caisse. Ils ne peuvent ou ne veulent pas comprendre que pour se développer, faut aller hors nos frontières et prendre l’avion, d’où leur opposition à cet aéroport.

      1. Oui mais non pour cet aéroport, en l’occurrence, c’est une autre magnifique connerie. Rennes a du mal a être rentable, Nantes marche moyen, la première urgence est de fermer Rennes et développer Nantes et arrêter les frais avec ND des Landes.

        1. douar

          Fermer Rennes ET Nantes Atlantique en même temps, c’est ce qui est prévu pour ce dernier: trop prêt de l’agglomération et d’un accès limité aux heures de pointe, c’est à dire souvent à Nantes…

        2. Higgins

          Je reste partagé. L’aéroport de Nantes partage avec celui de Rennes le fait de s’être fait rattrapé par l’évolution de la ville. Ils étaient sagement à la campagne il y a encore une trentaine d’années, ils sont maintenant circonscrits par de chouettes pavillons et plein de gens qui n’aime pas le bruit. Par ailleurs, pour celui de Nantes, les trajectoires de départ et d’arrivée passent soit au-dessus de la ville, soit au-dessus du lac de Grand Lieu ce qui n’est pas sans poser de problème en terme de sécurité (statistiquement parlant, un avion finira sa course sur la ville un jour!).
          Pour autant, il y a longtemps que les pouvoirs publics n’ont plus de vision à long terme mais savent adopter, quand des intérêts supérieurs le commandent, des attitudes surprenantes. Je suis quand même surpris de voir comment les pouvoirs, qui se succèdent à la tête de ce pays, défendent becs et ongles ce projet (il est vrai que l’actuel grand vizir a été maire de la ville de Nantes). La mariée est décidément un peu trop belle. Je ne serai pas surpris qu’il y est anguille sous roche (et pas belle à voir et à sentir, l’anguille).

          1. Il y a. Cela s’appelle passations de marchés publics, et les entreprises de BTP locales se frottent les mains. Les retours d’ascenseur avec la mairie nantaise sont attendus avec les babines qui en salivent déjà.

        3. Higgins

          Bien que tu aies probablement raison, je crois que tu t’arrêtes à l’écume des choses. Je pense que la nature du problème se situe à un niveau nettement plus élevé.

    3. vengeusemasquée

      Je me suis pris une rayure de toute la longueur de la voiture l’année dernière. Pourtant, je n’ai ni 4×4 ni Supercar ultra polluante, juste une berline française un peu plus grosse et plus luxueuse que les 107 de merde et autres smart bonnes à jeter que tout le monde a. J’étais garée sur un emplacement parfaitement réglementaire, je ne dérangeais personne et je ne suis pas restée trop longtemps.
      Quand je vais au supermarché, je me gare le plus loin possible des entrées et sorties pour éviter autant que possible le contact avec « les autres ».

  13. Le Gnome

    Paris sera de plus en plus une ville musée, où seuls les touristes et les magasins leur permettant d’acheter des fanfreluches seront admis. Déjà de nombreuses entreprises ont délocalisé leurs sièges en proche banlieue, que ce soit à Ivry, La Plaine Saint-Denis, voire même Montreuil pour éviter l’enfer parisien. Avec la fermeture des voies sur berge, les horodateurs et la suppression des parkings, le manque chronique de taxis au nom d’un malthusianisme d’un autre âge, la vie ordinaire d’une ville s’est retirée de la capitale. Quelle différence avec Londres ou Berlin.

    1. Robert Marchenoir

      « La Plaine Saint-Denis, voire même Montreuil »

      Où les salariés des entreprises nouvellement installées se font agresser tellement souvent par les racailles locales, que les directions diffusent des consignes de prudence, raccompagnent leurs employés en navette jusqu’au métro pour leur éviter de marcher dans la rue, etc.

        1. vengeusemasquée

          Bah non, c’est la diversité locale, c’est tout. Les entreprises doivent aller au contact de la vraie vie, c’est tout. Au final, payer le taxi à tous les salariés qui restent après 21h revient moins cher que d’avoir des bureaux dans Paris donc on peut les comprendre… au moins y’a de la place pour stationner à St-Denis. C’est moins vrai à Montreuil mais ça dépend où. Fontenay-sous-Bois, c’est aussi un bon exemple.

  14. harrisburg

    Faut quand même être raisonnable
    jetez un coup d’oeil sur la fiche technique d’un de ces vehicules
    http://www.larevueautomobile.com/fiche-technique/Land-Rover_Freelander_9240

    Poids à vide :1,7 tonne

    Je ne vois pas l’intèrêt de laisser circuler ces vehicules en ville. D’abord il faudrait revoir toute la solidité de l’infrastructure routière .
    où est la liberté là-dedans ?
    Bon on va encore me dire que je suis un aigri , envieux des proprios de ces vehicules . Même pas.

    1. « je ne vois pas l’intérêt de laisser circuler… où est la liberté là-dedans ? »
      Vous n’êtes pas aigri, vous êtes juste un petit facho tout à fait banal : je ne comprends pas l’intérêt donc je trouve chouette d’interdire.

    2. John Bigballs

      « Poids à vide :1,7 tonne
      Je ne vois pas l’intèrêt de laisser circuler ces vehicules en ville. D’abord il faudrait revoir toute la solidité de l’infrastructure routière . »

      d’abord Interdire aux bus de circuler alors, eux qui pèsent encore bien plus lourd…
      Et que n’importe quelle compacte récente atteint facilement la tonne et demi aujourd’hui (golf vi )

    3. gnarf

      >>D’abord il faudrait revoir toute la solidité de l’infrastructure routière .
      où est la liberté là-dedans ?

      Vous savez que la moitie des voitures fait plus de 1200kgs?
      Une Citroen C6 avec un gros moteur c’est 1800kgs.

      1. eheime

        Mais même, le problème n’est pas là. Chacun fait ce qu’il veut. Si un mec veut se balader avec un 4×4 de 15 tonnes, il se balade avec un 15 tonnes. Point. Tant qu’il respecte la loi qui est normallement là pour le punir en cas d’utilisation abusive, il n’y a pas à le juger. Sinon on peut arrêter n’importe qui pour n’importe quoi sous pretexte qu’il n’y a « pas d’intèrêt  » particulièrement en France où 99% des gens sont incohérents et font donc des choses « sans intérêt », ce qui au passage est une notion 100% subjective, donc 0% impartiale.

        1. eheime

          @ before

          Ouais sauf que c’est tellement subjectif qu’ils arrivent à pondre le texte. C’est quoi un 4×4 ? Un 4 roues motrice ? Et si on débraye le pont ? Un truc avec une grosse carosserie, des gros pneus ? Mais alors on supprime tous les camions de livraison. La pollution ? Pas de bol certains polluent moins que des vielles berlines. Etc .
          En réalité ils arrivent meme pas à déterminer de façon précise ce qu’ils dénoncent. Parce qu’en fait ils dénoncent rien du tout à part des fantasmes.

      2. scaletrans

        Une Chevrolet Bel Air 56′ avec un V8 de 200 chevaux pesait 1350 kg: vive le progrès hein ? Je m’en souviens très bien car mon père en avait une à l’époque, et c’est même la première voiture dont j’aie pris le volant, assis sur un coussin.

    4. taisson

      Perméabilité à la propagande ou incompétence technique, ou les deux? Les véhicules incriminés sont conçus pour ciculer sur des terrains divers, et particulierement des surfaces non travaillées et molles (terre et herbes) sans s’enfoncer. Ils usent donc moins les « infrastructures » que des véhicules réputés plus legers, équipés de pneus de moindre surface. Il faut aussi se rapeller que les progrès en matière de sécurité passive on augmenté le poids de toutes les autos de prés de 300kg depuis les années 70. Les berlines ordinaires de plus de 1500kg ne sont pas rares.

      Mais peu importe: la liberté de déplacement devrait être totale pour tout véhicule puisqu’en france une homologation préalable très tatillonne garantit sa compatibilité (gabarit, poids, etc) dans sa catégorie et avec le reste du parc.
      Les restrictions et interdictions diverses envisagées sont uniquement des brimades démagogiques dont font partie ces nouvelles règles publicitaires.
      « Quand on veux tuer son chien on dit qu’il à la rage »….

      1. Pascale

        C’est surtout le fait que certaines personnes peuvent et osent se payer un 4X4 quand d’autres prennent les transports en communs qui les défrise. Tous les prétextes, même les plus fallacieux, sont donc bons pour ramener tout le monde dans le droit chemin du collectivisme.

      1. vengeusemasquée

        Mais non, non, non…. c’est pas possible de raconter des conneries pareilles. Mais quand on ne sait rien, on ferme sa grande g…. Il préfère peut-être une caisse à savon comme la 205 ? Bah à 800kg, évidemment, ça n’abîme pas la route. Bon, au-dessus de 80cv, le risque de prendre un arbre devient considérable mais c’est vrai que c’est un détail.
        Une berline moyenne pèse 1,5 tonne. C’est vrai que la nuance est énorme avec 1,7t.
        Puis bon, faudrait aussi interdire les poids lourds parce que faut pas déconner, c’est pas pratique de les croiser quand on circule à vélo. Et ça, je l’ai entendu dans la bouche d’un mien pote parisien bobo. Ce n’est pas de la caricature.

  15. Pascale

    Toutes ces brimades envers les automobilistes ont pour but d’amener de gré ou de force les Français a utiliser les transports collectifs. Il n’y a que ça de vrai le collectif …

    La dernière lubie de Delanoë c’est les boulevards extérieurs à 30km/h. Ce type est un danger public, mais, bon, les Parisiens votent pour lui !

    Ceci dit, je suis ravie d’avoir quitté Paris depuis 8 ans. Mes amis qui y sont encore avouent vivre réellement en Enfer alors que nous y avons passé nos jeunesses ensemble et que nous y étions au Paradis.

    1. Josselin

      Le problème c’est que les transports publics sont déjà à la limite de l’acceptable au niveau fréquentation. Vouloir engranger plus de monde sans augmenter l’infrastructure, c’est tout simplement se tirer une balle dans la tête.

      1. Jesrad

        Ce matin dans l’une des deux gares que je fréquente quotidiennement, un TER était annulé faute de matériel roulant disponible.

        J’ai aussi le souvenir de la canicule d’il y a quelques années, où pour l’occasion ressortirent de leur gangue de naphtaline certains trains des années 50 (cubiques, en tôle peinte en orange et jaune, avec sièges en bois, si vous en avez déjà vu).

    2. Higgins

      Sans parler de ce qui se trame ou est en train d’être installé dans ces belles villes de province où les maires, souvent socialistes mais pas tous, crament joyeusement l’argent public dans des projets pharaonesques visant à imposer les transports soviétiques au détriment des options individuelles (à l’exception du vélo).

    3. eheime

      @ Pascale

      Mais à la rigueur, pourquoi pas. Faut pas être contre tout tout le temps. Mais si on veut substituer un mode de fonctionnement à un autre, alors il faut être cohérent.
      Si on impose le collectif, il faut que le collectif fontionne, or il ne fonctionne pas.
      Les métros sont pleins à craquer, sont souvent en grève, ne relient que Paris de façon efficace mais pas les banlieues même proches, sont peu surs dans les quartiers dits « sensibles », ne transportent pas les gros paquets ni les enfants en bas ages, ni les poucettes etc..
      S’ils marchaient bien et étaient bien conçus .. les gens les utiliseraient sans chercher à prendre leur voiture envers et contre tout pour se taper 3 heures de bouchons.

      1. Pascale

        Le gouvernement peut, en effet, inciter à faire telle ou telle chose. Mais cela ne doit être en aucun cas aux détriments de la liberté individuelle.

      2. vengeusemasquée

        Mais les transport en commun, moi je dis oui. Pas les wagons à bestiaux ! c’est ce qu’on a à Paris à l’heure de pointe, et bien pire en banlieue. Faudrait tout casser et tout reprendre tellement les routes et les transports en commun sont merdeux en région parisienne. Plus le temps passe et plus j’ai envie de me casser de cette ville à la con que pourtant j’adore.

        1. Nocte

          Le plus gros problème des transports parisiens (et les autres villes aussi ?) reste les syndicats… si l’un des chefs de file est mal luné, les usagers vont souffrir (14 ans d’expérience en région parisienne)

        2. eheime

          @ vengeuse

          Ce n’est pas vrai.
          Les transpors en communs ne sont pas « merdeux » en région Parisienne. Prenez le metro à Londres ou à New York et vous verrez qu’à Paris les transports ne sont pas trop chers et pas trop mal fichus. MAIS ils ne répondent pas à tous les besoins. Si certains font 3 heures de bouchons par jour, ce n’est pas parce qu’ils aiment polluer ou qu’ils sont antisociaux. C’est juste que c’est le seul moyen qu’ils ont pour aller travailler. Quand un bonhommme qui habite à deux patés de maisons de son lieu de travail et qui prétend etre de gauche dans sa tour d’ivoire (delanoé pour ceux qui n’ont pas compris) décide du jour au lendemain que décidemment les conducteurs de voitures sont vraiment des gros méchants et qu’il faut les punir, je trouve ça juste insultant pour toute une catégorie de personnes qui de surcroit, est surement le coeur de l’électorat de gauche, mais qui n’a peut etre meme pas conscience que le chatelain se fiche de sa tronche.

          1. Le principal souci des transports en commun parisiens n’est pas la modernité ou pas des rames ou bus, mais le fait qu’ils arrivent à des horaires farfelus, qu’ils sont régulièrement en grève ou en panne, que la communication vers la clientèle est catastrophique, etc… Et si justement on compare ces aspects à Londres et NYC, y’a pas photo.

        3. eheime

          Mais c’est ça qui me surprendra toujours avec l’electorat de gauche : ils sont les premiers à subir les conséquence de ce pour quoi ils votent, et ils en redemandent, encore et encore. Il y en a bien qui profite à fond du systeme et qui grace à la gauche augmentent réellemnet leur niveau de vie, mais ça représente 10% de l’electorat à tout casser. Les 90% autres sont des pigeons.

        4. vengeusemasquée

          @Eheime : les transports en commun ne sont pratiques que dans Paris intra-muros. Autrement, c’est infréquentable. Je suis sur le RER A, qui devrait m’amener dans le centre de Paris en 10 minutes. Ca n’arrive jamais. Il y a toujours un problème X ou Y, technique ou humain. Donc pour moi c’est merdeux. Et je me fiche pas mal de savoir comment c’est ailleurs, en fait. Ici, ça coûte très cher et ça ne fonctionne pas assez bien. Et lorsque je parle du prix, je parle du coût global, pas du ticket de métro qui ne couvre qu’une part symbolique de l’ensemble du coût.
          J’habite une banlieue et je dois aller tranvailler dans une autre, située à 15 km à vol d’oiseau. C’est inenvisageable par les transports. Et vu la gueule de la banlieue où je bosse, il n’est pas question que je m’en rapproche.
          Effectivement, les gens qui se farcissent 3h de bouchons par jour ne le font pas pour le plaisir.

    4. hussardbleu

      Je vis dans une ville de 15 000 habitants en Bourgogne : la qualité de la vie y est incomparable… je rentre de la chasse à la bécasse, invité par un ami qui habite un village de 800 habitants, à une petite dizaine de lieues de chez moi, au calme, au grand air, sans racailles… Nous avons tué chacun notre bécasse, et passé une matinée délicieuse, très très loin de Paris… J’avais laissé mon Audi Quattro dans le chemin, et personne ne l’a rayée…

      1. trabuc

        @hussardbleu

        j’aurai aimé être chasseur mais n’ai jamais osé à cause du bannissement post-soixante-huitard et de la haine d’une certaine frange de la population contre cette activité de loisirs.
        le lynchage verbal des ecolos traitant les chasseurs de « viandards » , relayés par toute une faune de babas et d’intellos lisant libé ou charlie hebdo, a achevé de decourager ceux qui voulait en faire un hobby.

        1. hussardbleu

          La chasse n’est pas vraiment un loisir, c’est une passion atavique… Je lisais que 98% de la population mâle ayant existé depuis l’origine a chassé pour nourrir le clan… On l’a dans les gênes, ou pas…
          Évidemment, maintenant, on l’assaisonne d’un esthétisme qui fait préférer tel petit calibre plutôt qu’un autre, et on se donne les gants de tuer peu, puisque la famine ne guette plus la famille (du moins pour l’instant)… Comme disait Pascal, qui pourtant ne connaissait rien à la chasse, ce n’est pas la capture qui compte, c’est la poursuite…
          La bécasse est pour moi la plus belle des chasses, avec un gibier d’une intelligence souvent diabolique…

          Exemple :

          Samedi 3 novembre 2012

          Hier, journée « bécasse » chez Frank L. à ….. Il m’avait déjà invité l’année dernière, en fin de saison, mais je n’avais pas donné suite, ne me sentant pas dans l’esprit… petite dépression cynégétique, assez navrante, fréquente chez moi…

          Cette année, derechef invitation, alors qu’il n’avait pas encore aperçu la fuyante mordorée dans ses traques au gros gibier : toutefois, les bécasses sont arrivées en Côte d’Or, puisque vues par des beaters et des guns, dimanche dernier. On pouvait donc espérer une avant-garde en Nièvre la semaine suivante.

          Donc… me voilà à une dizaine de lieues de chez moi, par les routes sinueuses après Luzy, découvrant sous le soleil d’automne les beaux paysages du bas Morvan, direction Bourbonnais. Les feuillages roussissent nettement, et les arbres commencent à défeuiller après les quelques nuits de gel de la semaine écoulée.

          Petit café et pain au chocolat à l’arrivée, après avoir salué V…, l’épouse de Frank, et nous voilà partis vers les bois nivernais, qui sont à 2 km de la maison de mon ami, à peine franchie la sortie du bourg.

          Je laisse la A3 en bordure de l’antique chemin de débardage, voie romaine oubliée des guides : les bois sont clairs, et il va falloir marcher un peu pour trouver un biotope susceptible de plaire à Scolopax. Les ronciers où me conduit Frank d’abord ne me paraissent guère favorables, et j’exprime mes vues, selon lesquelles les zones de fougères et de repousses de feuillus sont bien préférables.

          Pas un miroir, pas un gratté… les bécasses sont absentes… ou d’une discrétion rare…

          Mais nous trouvons une lisière de grands bois bordant des gaulis en bordure desquels les fougères se sont donné carrière : Cara, qui s’ennuyait depuis le départ commence à montrer un intérêt grandissant pour cette bordure, et soudain une bécasse jaillit des fougères, et sort côté grands bois par mon travers. J’attends qu’elle apparaisse entre deux troncs, et mon 28 aboie séchement, quasi instinctivement dans le swing.

          L’oiseau fait un panache virevoltant sur l’aile, et tombe dans les feuilles mortes qui jonchent le sol : j’appelle Cara pour la rechercher, mais la setter fait la sourde oreille et continue sa quête, sans doute pour trouver la place chaude.

          Bon, je ne vais pas me fâcher pour cette première sortie, et je retrouve moi-même l’oiseau. Frank me rejoint et nous nous débattons avec le carnet de prélèvement pour baguer ma victime : je sors mon couteau de bundhosen pour poinçonner la date, je colle la bague sur une patte, et je mets l’oiseau dans mon carnier.

          Je reprends mon petit Franchi, remets une cartouche, déplorant de ne plus avoir ces superbes Rottweil, bourre grasse en grenaille de 9 : je viens de tirer la dernière, et je n’ai plus que ces 18 grammes en plomb de 7, pour lesquelles j’éprouve des sentiments assez mitigés.

          Et tandis que je me lamente in petto, la deuxième bécasse d’un inattendu pairon bute sur Cara, et jaillit à son tour, mais côté gaulis : je l’aperçois un instant au dessus des branches sommitales et je tire… Je crois bien qu’elle bascule sur le côté, mais elle disparaît à ma vue : recherche infructueuse, j’ai dû la manquer…

          Nous poursuivons pourtant dans les gaulis, et nous trouvons à l’extrémité une charrière bordée de fougères, et, derrière, une sorte de friche riche en fougères et repousses adventices diverses. Cara souhaite d’y entrer, mais un ursus l’en empêche, et naturellement, une autre bécasse part côté gaulis : je l’entends mais ne la vois pas, et Frank épaule, trop tard…

          Trois levées en 5 mn… quoique la dernière soit peut-être la même que la deuxième… Nous décidons de faire la friche, où j’entre avec la setter, tandis que Frank se place dans l’angle le plus opposé…et bien sûr, deux chevreuils se lèvent, et partent au petit galop : Cara s’y intéresse de trop près, mais je la maintiens grâce au collier à impulsions, qui l’incite à la sagesse…

          La mer de fougères est longue à traverser, parsemée d’épines noires, et sillonnée de coulées de chevreuils. J’arrive à l’angle et je vois un chevreuil qui part en retour : la chienne semble prendre le pied et je la laisse partir un peu, car je ne suis pas certain qu’elle ne quête pas … les fougères et les repousses sont serrées, et une bécasse, là, pourquoi pas… et de fait, j’entends Frank qui pousse un « bécasse ! » de l’autre côté de la haie et j’entends le claquement de son 12… et un petit cri de victoire… joli tir, au milieu du pré car l’oiseau déboisait franchement, et elle est tombée de l’autre côté d’une haie…

          J’appelle Cara, partie sur le chevreuil, et mon sifflet reste sans effet… Enfin, au bout de 5 longues minutes, elle est de retour, mais Frank a déjà retrouvé son oiseau.

          Nous repartons pour d’autres zones où fougères, bruyères et repousses se mêlent… mais ces bécasses sont très légères et ne se laissent pas arrêter… elles piètent et s’envolent en bout de traque… rats…

          Je commence à fatiguer, car à mon âge, lever la jambe pour entrer dans les broussailles, en se battant contre les ronces et les branches… En revenant vers le chemin qui ramène à la voiture, un joli biotope nous attire, mais Cara ne sent rien. Je remonte vers la partie haute, séparé de Frank par une cinquantaine de mètres de fouillis végétal, avec quelques vieux chablis.

          Ah ! un miroir… mais il n’est pas tout frais, et j’ai la paresse d’entrer dans les branches… et naturellement, à peine ai-je passé la brèche dans les feuillages, j’entends le claquement des ailes d’une bécasse, que j’aurais pu tirer, si j’étais entré ne serait-ce que de deux ou trois pas dans la coulée… Cara arrive, et s’énerve autour de la remise abandonnée : hé, oui, elle était bien là, la maline… sous une grosse branche cassée, protégée par des feuilles et des branches, mais voyant tout, et surtout moi passant sur la sente… elle a juste attendu que j’aie le dos tourné…

          Ma fatigue s’envole, car l’endroit est manifestement favorable, et nous poursuivons dans les chablis. De l’autre côté d’un fourré, Frank m’indique que Cara est à l’arrêt, et à peine a-t-il parlé, que la bécasse part comme une flèche de mon côté, mais à moins de deux mètres de haut, au milieu des branches et des feuilles…

          Je tire, je pense que je suis « dedans », ayant vu des feuilles sauter autour de l’oiseau, qui disparaît à ma vue au moment où je veux doubler : enrayage…. Je vais sur place, avec Cara, mais l’oiseau est introuvable… rats, foiled again… j’incrimine – naturellement – mes cartouches…

          Bilan : entre sept et neuf levées en trois heures, et deux oiseaux prélevés. Une excellente matinée…

          Nous rentrons… je suis assez fatigué, mais Frank, plus léger de quelques kg et de 20 ans de moins, reste flambard… Où sont mes 40 ans ?

          Un plat de spaghetti bolognese, cuisiné par Frank, et arrosé d’un Morgon de bonne provenance, me redonne bon moral, d’autant que la pluie aura attendu notre fin de chasse pour se mettre à tomber : good girl !

        1. Super0

          Si un con arrive en enduro dans ce paradis : ça fait quoi ?
          Comme quoi le bonheur est relatif. Ceci dit au niveau du bruit et des residus de plomb on est à egalité.

        2. Super0

          Car j’aime bien les bêtes, bien sur !
          J’ai arrété l’enduro de toute façon (à cause du bruit et de l’odeur). Mais ça soulève une question : la liberté. Où commence t’elle et ou s’arrête t’elle. Cela est valable pour les véhicules et les gens. Pourquoi un fusil serait il mieux qu’un 4*4 ou qu’une moto !? Non je n’aime pas la chasse, car j’y allais avec mon père (en alsace) et j’avais froid dans mes bottes en plastoques. Pendant que mon père se bourrait la gueule avec ses potes. Pour moi j’ai gardé ce souvenir de boyaux puants degoulinant au milieu du froid de la foret. Et les pleurs des biches touchées par des « mauvais » tireurs, c’est horrible. L’humain a toujours chassé, certes, mais maintenant il est obligé pour réguler le bordel qu’il a foutu dans l’écosystème. On en revient à l’économie : interventionisme. La chasse correspond donc a une forme de socialisme….

  16. Pascale

    Je ne sais pas où je vais pouvoir utiliser ma voiture. En effet, c’est une vieille voiture qui ne dépasse pas le 120 km et qui est très pratique pour ne pas se faire flasher par les radars. Très difficile de rouler vite avec cette voiture et cela m’a évité bien des amendes et bien des confiscations de points de permis. Alors, maintenant si elle est interdite dans Paris …

    Parce que les transports en communs parisiens ! Je mets au défi Delanoë de prendre un bus dont les fenêtres ne s’ouvrent pas et qui n’a pas de clim par un jour de canicule. Les passager y cuisent aux petits oignons dans une température qui doit avoisiner les 45°. Je le sais, j’ai déjà tenté l’exploit … et je me suis promis de ne jamais recommencer !

    1. vengeusemasquée

      C’est clairement au-dessus de mes forces. L’été, si je ne peux pas me promener à pied ou en voiture climatisée, je n’entre pas dans Paris. Point.

  17. peste et corriza

    Il est possible de rendre les 4*4 très écolos, n’en déplaise à Delanausée

    1 : acheter un 4*4
    2 : le remplir à la ras la gueule de passagers. Sur le toit, dans le coffre, partout. On peut en caser 15.
    3 : faire payer une participation aux frais, genre tickets.
    4 : rouler à 50 km max, parce que c’est dangereux de rouler vite avec autant de passagers.

    Les mexicains ont fait beaucoup de recherches dans ce domaine, avec succès.

    Pour rigoler (et tendre le bras accessoirement, pour attraper sa mousse hein)
    Comparez ce qui se fait en France en terme de pub avec celles d’outre-Rhin.
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=GMQnPWjK5pE

    Spoil :
    Un type qui a tout de l’aryen, une serveuse à la Heidi, de la bonne bouffe dans une gargote sympathique de Bavière, un passage devant la porte de Brandebourg, et un arrêt devant le stade Adolf Hitler. Le tout sur la plus célèbre œuvre de Wagner.

      1. vengeusemasquée

        Les sites de covoiturage, ça marche super bien. J’ai essayé. Je suis sûre que quand l’Etat viendra mettre ses sales pattes grasses là-dedans, ça ne fonctionnera plus.

  18. Super0

    Ou le velo….mais perso si j avais les moyens : un xc70 4*4 avec boite auto…et là c est top la classe! Ah et puis on est con, on avait qu à faire l ena et president de la foutaise Française.

    1. eheime

      la 2 CV est bien la voiture qui a fait venir le MAL. Elle a mis le mal dans les mains du plus grand nombre. Avant elle le paysan ne quittait pas son village et l’ouvrier restait proche de l’usine pendant les vacances.

      1. Super0

        Le bien/le mal; mon ancien voisin policier qui faisait 3 nuits par semaine de ronde en voiture avait le temps de réparer de la doche. Et il se faisait plein de thune ce con. Comme fonctionnaire il avait une petite paye mais il se gavait sur le reste…comme quoi la vie est bien faite !

  19. NOURATIN

    De toute façon, les collectivistes ne peuvent que favoriser le transport collectif, enfin, c’est logique. Ce qui ne les
    empêche pas d’engueuler Peugeot parce qu’ils ne vendent plus de bagnoles.
    Cependant, les 4/4, nous on n’en fabrique pas, alors on s’en fout, c’est pas comme la 2CV, celle là, on n’aurait jamais dû
    arrêter d’en faire, on en vendrait des tas, surtout si on lui
    ajoutait des pédales comme dirait M. le Maire de Paris.

    1. Ernesto

      Si, nous fabriquons des 4×4 : Dacia Duster, Peugeot 4008, Renault Koleos.
      Commercialement parlant, le Duster est un véritable carton.
      D’ailleurs la nouvelle version du malus écologique s’occupe bien de son cas.

      Alors, ces écolos de m**de font interdire/taxer à mort les 4×4 et privent au passage Renault d’une part de revenus substantielle et ensuite on fait quoi ? On subventionne pour « redresser » les comptes ?

      Puis ensuite, on peut suivre le même schéma pour tout le reste, on n’a qu’à interdire les limousines (pouaaaah, le luxe bourgeois), les coupés (idem), les GT (t’as qu’à prendre le TGV) et on finira tous en Trabant… et au chômage.

  20. francoise

    Ce matin, je suis allée faire une petite virée à Vincennes récupérer des pièces dans un SAV, lequel SAV était, bien sûr, fermé (accessoire !). Non accessoire, j’ai eu la surprise de découvrir dans cette ville éminemment sympathique des rues appelées « zones apaisées » où les cyclistes avaient même le droit de circuler dans les deux sens. Cela signifie-t-il que les zones « non apaisées » sont des zones en guerre ? Mais quel est l’abruti qui a pu imaginer une dénomination pareille pour certaines artères et faire comprendre ainsi que l’automobile ne peut engendrer que des maux ?

    1. eco-tom

      Les cyclistes ont effectivement le droit (depuis que des nouvelles dispositions du code la route ont été prises) de circuler dans les deux sens, dans certaines rues où seul le sens unique est permis pour les vehicules à moteur
      C’est une nouveauté
      Mais qui risque d’accroitre la dangerosité pour eux
      Il est possible que si des accidents graves se produisent cette disposition sera remise en cause

  21. Franck Boizard

    Je suis déjà préparé, quasiment apte à vivre dans le nouveau Paris : il y a quelques années, j’ai fait 200 km en huit heures avec 29 personnes à bord dans un pick-up. C’était au Cambodge.

    Trêve de plaisanterie. J’ai vécu à Paris, c’était une ville que j’adorais. Mais je n’y vivrai plus, même millionnaire : connaître l’histoire de Paris, y avoir vécu quand il était encore vivant, et voir le musée grotesque qu’il est en train de devenir, ça fait mal au coeur.

    1. Pascale

      Je suis née à Paris et j’y ai vécu plusieurs décennies. Je n’aurais pas pu vivre ailleurs tellement je me sentais bien dans cette ville. Maintenant je suis partie, j’habite sur la côte atlantique et j’observe de loin et avec tristesse ce qu’est en train de devenir ce Paris dont j’étais réellement amoureuse.

      1. simple citoyen

        Vous n’êtes pas les seuls. Cette ville était la vie même. Elle est devenue bizarre. Comme une caricature d’elle-même où tout sonnerait creux.

    2. Elphyr

      Le sud-est, y’a que ca de vrai.
      Nice est cent fois plus agréable que Paris. Quitte à avoir des maires incompétents, optez pour l’incompétence au Soleil !

  22. Martin-Lothar

    Dites-moi H16, c’est un fake ce jugement en référé du TGI de Nanterre ?
    Allez, avouez, vous avez inventé ça pour vous faire mousser hein !
    Bon sinon, si ce machin n’est pas une farce, il faut vite comprendre la déprime des magistrats d’une ville où même les espaces verts — coincés enfumés entre la place Lénine et l’avenue Staline — sont plus mortifères que tout le reste de cette « cité » qui est sans doute la plus sinistre et la plus laide du monde et qui n’a de subsides que des sièges sociaux de multinationales mangeuses de bébés citoyens.
    Nanterre fut pourtant un jour, le plus grand centre commercial et artisanal de la Gaule (chevelue ou pas), mais c’était quelques années avant la naissance de Marx, au paléolithique.
    Cela étant, l’avocat de Toyota doit être vachement content : l’appel sera du billard et il pourra demander encore plus d’honoraires à son client Nippon (qui comme chacun le sait dans le 9-2, n’emploie guère plus de dix personnes en France)
    Remarquez, la motivation du jugement étant aussi débile que la demande, on oserait espérer avant de se suicider, que nos bons magistrats gardent un tant soit peu le sens de l’humour.
    Non seulement tous ces cons foutent ce pays en l’air, mais en plus, ils mettent la honte à ses habitants en les ridiculisant même aux yeux des Martiens ; c’est vous dire.
    Oui, Sade était bien français de souche.
    Bien à vous.

    1. Super0

      Nul n est sensé ignorer la loi. Avec plus de 10 kg de droit sur la table et plus de 10 000 pages de droit debile : je peux dire que j aime mon inculture et que le droit Français prouve une seule chose : il n est pas applicable. Donc suis je un anarchiste ?

  23. Machin

    Je crois que je préfère en rire. Si je ne m’abuse, les 4×4 (dans le sens grosse tuture avec grosses rouroues) étaient conçus à l’origine pour le tout-terrain et on critiquait ceux qui en avaient une utilisation uniquement urbaine, et maintenant on interdit de les montrer dans la nature. J’imagine qu’on n’est plus à un paradoxe près…

  24. fred972

    Étant donné que je ne retire pas la moindre virgule à ceci : http://www.twitlonger.com/show/joea98 , je le copie-colle ici :

    «  »@Contrepoints @cleamounette http://bit.ly/RU0WQn « 30 km/h en ville, pourquoi ça énerve »

    Quatre remarques à l’arrache, faute d’avoir lu tous les commentaires.

    Il faudra expliquer à la mère de famille (ou au père, voire au « parent n°x » , par les temps qui courent ça ne fait aucune différence pour ce qui suit) a fortiori célibataire trimballant ses deux gosses et vingt kilos de courses en essayant de ne se faire ni voler ni violer ni autre chose, le tout en l’absence de voiture donc de carrosserie et portes donc de verrouillage centralisé, que « la voiture n’est pas un moyen de transport efficace en centre-ville. »

    Quitte à rouler à 30 dans le centre sachant que le périph’ est limité à 70, le quadricycle léger (« voiturette sans permis ») consommant autour de 3L et obligatoirement (car légalement) doté d’une transmission automatique devient carrément intéressant pour peu qu’il n’y ait qu’un bébé à transporter, toute femme vous confirmera que l’adulte de sexe masculin entre dans cette catégorie mais c’est un autre débat. Manque de bol, son moteur Diesel (oui c’est un nom propre bien que le moteur ne le soit pas) en est encore aux préchambres, alors le FAP…
    Cela dit l’interdiction du Diesel en ville étant probablement sur les rails vu les 6 à 7 mois d’espérance de vie perdus par les habitants des grandes villes il faudra peut-être se rabattre sur les quadricycles LOURDS identiques au moteur essence près (non catalysé à ma connaissance) , dont la puissance (inférieure à celle d’une bonne moto en 250cc) permet d’accrocher la vitesse légale sur le périph’ et, luxe suprême, dont certains modèles permettent de transporter QUATRE personnes (sisi!) dans une carrosserie en plastoc’ passant le crash-test avec DEUX personnes à ma connaissance.

    Concernant la vitesse moyenne, en revanche, je crois qu’elle pourrait bien augmenter, pour deux raisons. En premier lieu, le trafic sera plus régulier car chacun s’approchera de cette fameuse vitesse moyenne maximale, de l’ordre de 20Km/h. En second lieu il sera plus fluide car au lieu d’utiliser leur voiture en centre-ville, les gens sains d’esprit risquent fort de l’utiliser pour se barrer vers des cieux plus cléments envers les automobilistes qui sont généralement des électeurs, ce qui nous mène à la fin de ce commentaire :

    Depuis quand une mesure aussi rationnelle soit-elle, ce qui reste à prouver, mais se foutant ouvertement et explicitement de la volonté de la population, peut-elle être qualifiée de démocratique?
    «  »

    ET je rappelle que ces sombres crétins sont allés tellement loin dans l’absurde que même LADA, oui, vous avez bien lu, la marque pas frnachement typée « premium » dont l’essentiel des problèmes se résumait aux quatre lettres U.R.S.S. fort heureusement disparues sinon des mémoires socialistes, désormais propriété de Renault, même cette marque plus que discrète sur le marché français, mais bien plus visible dans les campagnes populaires qu’ailleurs, a fini par prendre la parole contre le gouvernement actuel :

    http://ladainfo.skyrock.com/3118993053-LADA-France-SAS-invite-le-Gouvernement-Francais-a-revoir-son-systeme.html

    Et constatant que la lettre est désormais introuvable sur le site français de la marque, je copie-colle ici la version du blog dans un souci de préservation-on-sait-jamais-des-fois-que… Principe de précaution, si vous préférez :

    « Fomenté dans la précipitation et le plus grand secret, sans la moindre consultation préalable du secteur automobile, la réforme du barème de bonus/malus récemment annoncée par le Gouvernement Français dans le cadre du projet de loi de finances pour 2013 suscite une levée de boucliers unanime contre elle, tant de la part des automobilistes que des constructeurs et importateurs. Il faut dire qu’en proposant de faire débuter le malus à 135 g de CO2/km dès le 1er janvier prochain (contre 140 g actuellement) et surtout d’en augmenter les montants forfaitaires jusqu’à 6000 euros (!) pour les véhicules émettant plus de 200 g, les troupes de François Hollande n’y sont pas allées par quatre chemins dans leur rage taxatoire ! Entre deux volées de bois vert pas forcément constructives des uns, d’autres osent la discussion et n’hésitent pas à avancer leurs contre-propositions. C’est notamment le cas de LADA France SAS qui suggère par la voix de son dynamique Directeur Commercial & Marketing, Lucien Lacroix, de supprimer purement et simplement le système de bonus/malus pour le remplacer par un nouvel impôt sur le litre de carburant, selon le principe du « pollueur-payeur ». Tout en préservant le bonus pour les véhicules « propres » ou pré- tendus comme tels, ce système alternatif présenterait l’immense avantage d’être proportionnel au niveau de consommation réel du véhicule, sur base de son utilisation, et non plus extrapolé au départ de valeurs purement théoriques, qui plus est dépourvues de tout fondement scientifique. Si nous ne reviendrons pas ici sur le rôle joué par le dioxyde de carbone (CO2) dans le réchauffement climatique, il convient en effet de rappeler que ce gaz sur lequel toute la loi de bonus/malus repose n’est en aucun cas un élément chimique polluant directement nocif pour l’Homme; au contraire par exemple des particules fines rejetées en masse par les moteurs diesel, qu’ils soient ou non équipés de filtres sensés en atténuer les effets, clas- sées parmi les substances les plus hautement cancérigènes par un rapport accablant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Sans pour autant aller jusqu’à caricaturer, comme certains le font un peu vite, que « rouler au diesel est criminel », LADA France SAS en appelle donc à l’établissement d’un autre barème basé sur des critères objectifs de pollution. Lucien Lacroix : « Une taxe sur le litre de carburant représen- terait un effort écologique plus équitable, plus juste, plus responsable, mieux compris et donc plus facilement accepté. Si le projet du Gouvernement est voté, il ne fera que tarir la source des recettes et déséquilibrera encore plus ce dispositif. C’est un mécanisme autodestructeur qui à terme impactera l’emploi dans l’industrie automobile et dans ses réseaux de distribution. Si on observe le parc automobile roulant en France, il est certes constitué en partie de véhicules modernes et catalogués comme propres, mais il est aussi constitué de véhicules de plus de huit ans ayant échappé à l’écotaxe et de véhicules encore plus anciens et non catalysés. Est-il normal que des millions d’utilisateurs puissent rouler avec leurs véhicules polluants et généreux en rejets de CO2 en toute impunité et laisser aux seuls acheteurs de véhicules neufs, faisant fonctionner les usines et permettant de sauvegarder les emplois, l’effort financier devant soi-disant protéger la planète ? ». Poser la question équivaut sans doute à y répondre… De son côté, l’Automobile Club Association (ACA) monte lui aussi au créneau et estime par l’intermédiaire de son Président Didier Bollecker que « cette mesure du Gouvernement est surtout motivée par la préoccupation de préserver l’équilibre budgétaire précaire du dispositif bonus/malus qui, pour la première fois en 2012, est bénéficiaire après quatre années de déficit ininterrompu ». Selon lui, la nouvelle écotaxe « pourrait concerner plus de 20% du parc des véhicules neufs et pénaliserait ainsi près d’un automobiliste sur cinq en France ». Et cela de façon totalement aberrante puisque, avec des émissions de CO2 de 225 g/km, une LADA 4×4 « quatre places » essence verrait son prix de base grimper de 50% à 17.990 € après application du nouveau malus, là où un gros Mercedes-Benz G65 AMG libérant 397 g (!) augmenterait à peine de 2,2%, passant de 266.500 € hors options à 272.500 € « seulement » !!! Vous avez dit absurde ? Le mot est faible… »

    Pour finir, un lien en anglais pour la survie duquel j’ai moins de craintes, précisément du fait de son origine, à propos d’hybrides d’une marque aux modèles naguère encore intéressants pour qui avait les moyens, désormais capables de prendre feu même sous l’eau!

    http://www.zerohedge.com/news/2012-11-01/fisker-karma-first-car-burn-underwater

  25. Super0

    Voila ce que je trouve sur larousse :
    Conception politique et sociale qui se fonde sur le rejet de toute tutelle gouvernementale, administrative, religieuse et qui privilégie la liberté et l’initiative individuelles.

  26. gnarf

    A propos de la reduction de l’esperance de vie en Ville. Les gens qui ont quitte les campagnes pour la ville vivent largement plus longtemps que ceux qui sont restes a la ferme.
    La consommation reguliere de charcuterie artisanale tout le long de votre vie reduit l’esperance de vie de plusieurs annees. A quand l’interdiction?

    1. Pascale

      La Commission européenne est en train de sortir une nouvelle réglementation pour les parfums, réglementation qui interdirait certains composants allergènes dans la composition et qui mettrait en péril toute la parfumerie.
      Avez-vous déjà entendu d’allergies à grande échelle (sur une grande part de la population) nécessitant une interdiction de certains produits ?
      Par mesure de « précautions » tout le monde va être touché par cette nouvelle réglementation et en particulier de grandes maisons comme Guerlain (bon ,c’est vrai qu’ils sont racistes, donc c’est bien fait pour eux) Cartier ou Dior, fleurons de l’industrie du luxe français.
      Et nos libertés vont encore se retrouver amputées …

        1. Aristarque

          Il y est déjà partiellement puisqu’il y domicilie toutes ses opérations financières personnelles dans ce riant pays.
          Il pense à la nationalité belge parce que les successions n’y sont que très faiblement taxées contre 45% en France dans son cas…

    2. John Bigballs

      Ben non ça c’est déjà à cause de « pas assez d’hôpitaux ».

      Remarque construire des hôpitaux n’empêche pas d’interdire la charcuterie artisanale.

      Ils me semble qu’on s’est déjà attaqué au fromage et à d’autres secteurs avec des normes…

    1. Aristarque

      Une bizarrerie belge, une fois :
      Pas besoin du moindre permis pour conduire un attelage hippomobile, bovinomobile ou asinomobile mais uniquement posséder  » les connaissances, l’habileté et la maîtrise nécessaire sans que soit précisé la manière dont il les acquière ni la procédure d’évaluation éventuelle. »
      Mais si on possédait le permis de conduire automobile et qu’il vous a été retiré, il y a interdiction de conduire un attelage…
      ;-)

    2. Aristarque

      Blague à part, il me semble que la seule obligation est qu’un animal de trait ou un cheval doit obligatoirement avoir un conducteur pour être légalement admis sur la voirie publique communale.
      Comme Paris ne comporte pas sur ses panneaux de commune le panneau rond ourlé de rouge avec un dessin de cheval attelé, cela doit être possible.
      Après tout, la Garde Républicaine a des cavaliers qui y circulent bien dans Paris.
      Mais je ne sais pas si les Verts seraient vraiment ravis de (re)voir des carrioles attelées sous leurs fenêtres, production de crottin comprise…

    1. Aristarque

      Désolé mais c’est Strasbourg qui a raison contre les cyclistes de les verbaliser pour les manquements graves au Code de la Route.
      Le Code de la Route n’est pas là pour brimer les gens mais pour organiser le bordel sur les voies de communication que deviendrait immanquablement la circulation des hommes s’il n’y avait pas de règles…
      Oublier les priorités à droite pour traverser les carrefours, griller les feux rouges « cramoisis » idem, devient un sport pratiqué par un bon nombre appréciable de cyclistes.
      Quid, si vous en retrouvez un en travers de votre capot alors que vous étiez « dans votre droit ».
      Ce sera peut-être bien l’automobiliste qui aura tort…

      1. Higgins

        Tort, je ne sais pas mais responsable sûrement en vertu d’un texte dit « loi Badinter » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Badinter_du_5_juillet_1985) qui renvoie sur l’assurance de l’automobiliste les coûts afférents à un accident. Là où j’habite, les cyclistes se croient exonérés de toutes obligations et n’ont pas attendu la modification du code de la route pour remonter les sens interdits. L’autre jour, je l’ai vu faire devant des inutiles municipaux, pardons des agents de la police municipale chargés de verbaliser les automobilistes mal garés sans que cela suscite chez eux la moindre réaction. Il y a intérêt à faire gaffe dans les carrefours sans visibilité.

  27. free human

    les socialos ecolos haissent la voiture car elle représente la liberté de l’individu ; le contraire du collectivisme dictatorial dans lequel ils veulent nous plonger. La dictature est en marche , il va falloir nous rebeller pour la stopper

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)