Si nous vivions tous comme les Américains, il faudrait 4 planètes

Les calculs sont formels : un Américain est un gros porc capitaliste qui bouffe comme quatre. Mais si. C’est comme ça, c’est un calcul diaboliquement précis de la Global Footprint Network dont j’avais déjà parlé. Et comme ce calcul est régulièrement jeté à la face du débatteur et jamais contesté, je pense nécessaire d’y consacrer quelques paragraphe, d’autant qu’il est complètement idiot.

En réalité, l’interlocuteur éco-conscient et parfois dreadlocké au regard légèrement vitreux qui aura lancé l’affirmation péremptoire ne l’aura pas sortie exactement ainsi. C’est évidemment plus subtil que cela, et la notion de gros porc capitaliste n’intervient qu’en seconde salve, une fois que le débat se sera suffisamment enflammé pour quitter de façon définitive le domaine du rationnel (qu’il n’avait du reste probablement qu’effleuré au début). En général, la phrase qui met le feu aux poudres est plutôt sortie ainsi :

Si toute l’humanité devait consommer comme les Américains le font, il faudrait 4 Terres entières pour subvenir à nos besoin.

consommation par habitants de pays donnés, projetée sur toute la populationCette affirmation provient donc de calculs (et d’une infographie ad hoc) menés par le Global Footprint Network (GFN) dont la raison d’être est, justement, de bien faire prendre conscience à tout le monde que le fait de vivre est un fardeau assez scandaleux pour une bio-diversité dont l’humain ne devrait pas faire partie. Le GFN est une organisation non-gouvernementale (ONG) qui ne fait pas dans la demi-mesure, puisque, comme son petit logo l’indique, elle travaille à Faire Avancer la Science de la Durabilité. Encore une fois, un slogan pareil, ça vous pose une ONG dans le domaine du sérieux méticuleusement calculé. Ainsi, la Durabilité est une Science. Et on peut la faire avancer, notamment en expliquant à tout le monde que les Américains sont de gros porcs capitalistes pardon consomment quatre fois plus que les Chinois par exemple.

Au passage, notez que votre interlocuteur ne vous jettera pas au visage la consommation relativement débridée du Népal (« Si toute l’humanité devait consommer comme ces gros richards de Népalais bouffis de suffisance capitalistique, il faudrait presque deux Terres pour subvenir à nos besoins ! »). Il n’ira pas non plus chercher son exemple chez ces nantis sans scrupules de France (2.5) ou chez ces dodus exploiteurs des Emirats Arabes Unis (5.4) qui renvoient les mêmes Français au rang de petits joueurs. C’est normal : l’Américain (évidemment imaginé avec son gros 4×4 qui pollue) est une cible bien plus facile pour ce genre de propos. Et tout le monde sait que l’Américain gaspille et dépense sans compter, voyons.

En général, celui qui reçoit cette « information » dans la figure ne peut guère répondre que de deux façons : l’une consiste à nier le chiffre, le second à acquiescer mollement sur l’air du « oui mais voyons je ne me fais pas l’avocat des dépenses dispendieuses ou du mode de vie américain patati patata ». L’attitude saine consiste pourtant à expliquer clairement que cette affirmation, c’est du caca de taureau. Nain et malade, de surcroît.

Car une question s’impose immédiatement : si la population consomme comme un américain, pouf, comme ça, d’où viennent, justement, les 3 ou 4 autres planètes supplémentaires ? Hum ? Ce sont les extraterrestres qui fournissent ? Non, à l’évidence. En réalité, si la population humaine devait s’aligner sur le mode de vie américain, on comprend que cela ne se passerait pas instantanément. C’est une évidence, mais c’est précisément parce que l’image employée par l’ONG s’affranchit de cette évidence que le résultat est complètement idiot.

D’une part, on comprend que les efforts à faire pour aligner le mode de vie des Helvètes, des Qataris, des Birmans ou des Esquimaux sur le mode de vie américain n’ont rien en commun. Comment peut-on espérer avoir les mêmes coûts d’infrastructure pour amener le niveau de vie d’un Bolivien de La Paz (3600 m d’altitude) et celui d’un Israëlien de Tel-Aviv à celui d’un Américain ? C’est, à proprement parler, ridicule. Pourtant, l’image proposée au départ revient à faire clairement cet amalgame. Mais ce n’est pas le point le plus important.

pollution

D’autre part, si on réintègre la dimension du temps que l’ONG avait subrepticement escamoté dans son calcul, on découvre la supercherie : le temps nécessaire à amener une économie à un niveau de vie donné n’est absolument pas négligeable, puisque c’est pendant ce temps que les équilibres peuvent s’ajuster et faire en sorte que sur une même planète, on puisse justement couvrir les besoins de tous et de chacun. De facto, chaque jour, petit à petit, le niveau de vie des Chinois, des Russes, des Indiens, des Brésiliens, des Estoniens ou des Polonais (et tant d’autres) se rapproche du niveau de vie des Américains. Pourtant, chaque jour, aucune troupe extraterrestre ne vient apporter le delta nécessaire à cette réalisation. Aucun Américain ne se voit dépossédé de ses biens pour aller nourrir un Indien supplémentaire. Chaque jour, le marché adapte en conséquence le coût de l’énergie, de la production de nourriture, d’habitation, de vêtements et de chewing-gums en fonction du nombre de personnes qui peuvent y accéder.

Et en plus, magie du marché, ces prix s’adaptent … en baissant progressivement ! Au fur et à mesure que plus de personnes sortent de la pauvreté, le coût marginal des productions supplémentaires pour soutenir le niveau de vie de cette personne diminue, ce qui veut dire que le coût environnemental, énergétique, agricole de cette personne diminue, par économies d’échelles (notamment). La réalité est devant nos yeux : il est finalement plus coûteux, en travail humain et en infrastructure, pour une famille de huit personnes au Bengladesh d’entretenir son niveau de vie que pour une famille de trois en Alaska.

Mieux : ce dont l’humanité a le plus besoin, c’est d’énergie. Et cette énergie existe, en quantité infinie au regard de ce dont l’humanité a besoin (que ce soit le charbon, le pétrole, le gaz, le nucléaire, le solaire). Le travail pour aller la chercher, l’exploiter, la rendre utilisable est grand, mais il l’est d’autant moins qu’on sera nombreux pour le faire, intelligemment organisés, et correctement formés. Et les défis futurs sont là, et non dans une hypothèse malthusienne tant de fois démontée.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires77

  1. Aristarque

    « Et tout le monde sait que l’Américain gaspille et dépense sans compter, voyons. »
    En aucun cas cela ne se produit pas en France, encadrée qu’elle est par un taux de fonctionnarisation le plus élevé de tous les pays démocratiques développés.
    Tout le monde s’en doute!

  2. André Bolkonsky

    Mes calculs sont formels : si tous les animaux mangeaient autant que l’éléphant, il faudrait 4 233,5 planètes pour les nourrir !

  3. Aristarque

    Blague à part (en provenance d’un pays bisounoursesque où on doit dépenser une énergie considérable à résister pour survivre aux délices d’une hyper-administration tatillonne qui crée de la complexité à foison rien que pour justifier son parasitisme proliférant), le principal problème est effectivement l’énergie, l’espace disponible pour les cultures et le temps de développement nécessaire.
    Aux biais que tu dénonces à juste titre, il convient d’ajouter ce temps de développement car, enfin, les Etats Unis ne sont pas la puissance dominante depuis 1776 mais seulement depuis la fin de la Première Guerre Mondiale, soit un petit siècle.
    Comme le disait feu JF Revel, ce n’est tout de même pas de la faute des Américains, isolationnistes comme ils étaient à l’époque, si les anciennes puissances européennes ont choisi de s’annihiler en partie par deux guerres mondiales successives qui les ont épuisées humainement et économiquement.
    Les Chinois de maintenant ayant partiellement décidé de suivre leur exemple économique, on voit bien depuis 20 ans, et en temps réel, leur développement tous azimuts dont l’économique, incontestable dont l’Europe, quand elle s’y met, en profite également.
    Quant à la place disponible, on a par exemple toute l’Asie centrale avec ses vastes steppes qui pourraient être mises en valeur pour l’agriculture.

  4. bibi33

    Je me demande combien il fallait de planètes en 1960 pour que l’humanité vive comme un Américain moyen (genre la famille Cunningham dans Happy Days) et combien d’humains en 2012 vivent comme un Américain moyen de 1960?

  5. Pere Collateur

    Mouais, je suis mitigé sur le sujet.

    D’un coté on a la propagande écolo pastèque dont on sait les conséquences délétères.

    De l’autre, mais là c’est un avis personnel, acheter une berline de deux tonnes pour faire un trajet maison-boulot de 10 km et les courses une paire de fois par semaine, ça ne m’a jamais vraiment branché. Je ne trouve pas d’intérêt à gaspiller tant d’argent dans un non investissement, alors qu’un simple pot de yaourt fait très bien l’affaire. Voir parfois, un vélo.

    Idem pour tout le reste. Je tente de garder autant que faire ce peut, tous les biens que j’achète et n’en change que quand il n’y a plus d’autre alternative.

    Évidemment, tenir ce genre de discours dans le coin est pas commun. Cependant, là ou je rejoint la meute, c’est quand j’affirme que oui, même si j’ai pas mal de comportements communs avec ce qu’on entend chez les pastèques,il ne me viendrait cependant pas à l’idée de les imposer aux autres par la force et à coup de taxes!

    Donc oui à une consommation personnelle pragmatique, non au gaspillages et si l’écologie n’était pas politisé elle ne s’en porterait que mieux.

    1. bibi33

      Vous n’avez pas de comportement commun avec les pastèques. Vous avez fait un choix qui consistent à dépenser votre argent pour des besoins qui vous sont propres.

      Personne ici ne défend le gaspillage, et même Marx considérait que le capitalisme était le meilleur moyen de limiter les gaspillages.

      Et de plus il faut arrêter de croire que sous prétexte que des individus ne consomment pas comme nous ce sont d’immondes gaspilleurs.

      http://www.dailymotion.com/video/x8n2mo_bobo-ecologie-developpement-durable_fun

      1. Mominette

        Ta vidéo oublie que ces sauveurs de planête se rassemblent annuellement à de grands messes aux antipodes, n’hésitant pas à faire 24.000 kms d’avion pour parler gravement du bilan CO2 de l’ananas ivoirien ou de la carotte espagnole 🙂

    2. Mhm sérieusement, vous pensez donc que l’américain moyen est à ce point con qu’il achète un 4×4 pour faire 10 km par jour ? La réalité, c’est que les villes étant très étendues (et ce, d’autant plus que les règles d’urbanismes et plans d’occupation des sols sont strictes et farfelues) avoir une voiture qui peut parcourir de bonnes distances est rapidement indispensable.

      Les Américains, les Népalais ou les Français sont ni plus, ni moins bêtes que vous et ont fait le calcul que vous faites. S’ils obtiennent un résultat différent du vôtre, c’est que les contraintes et variables ne sont pas les mêmes, c’est tout.

      1. Pere Collateur

        Non, en effet, l’Amérique est un pays très très grand, ou les distances imposent un moyen de locomotion fiable.
        D’ailleurs, si on essaye de faire le bilan écolo d’un de leur 4×4 style Dodge, on s’apercevait que tout compris (maintenance, durée de vie etc), c’est bien meilleur que les hybrides qu’on nous vend comme écolo…
        Et oui, y a pas que les rejets de CO2.

        Bref, les US je connais bien, j’y suis déjà allé plusieurs fois pour le boulot et les vacances.
        Mon propos ne visait pas les amerloques, mais était localisé franco français.
        Ou honnêtement, acheter un berline statutaire, j’y vois pas d’intérêt même si on en a les moyens:
        Chiant à garer, cher à l’achat et coûteux en maintenance et pas très discret dans un pays de jaloux maladifs 😉

        1. JS

          D’autant plus que par les temps qui courent si vous acheter une grosse berline dont « vous n’avez pas l’utilité » certains pouvoir avoir l’idée de vous la réquisitionner..

        2. Mominette

          Vitesse limitée, routes toutes droites et quasi désertes, déplacements de plusieurs heures tous les jours, l’américain cherche une voiture ultra confortable, mais la garde souvent 500.000 kms.

          Les « petites bagnoles », c’est la luxe des bobos branchés.

        3. Vengeusemasquée

          Ben c’est-à-dire que c’est aussi une affaire de goût. Ça compte, non ? Certains préfèrent les petites auto pratiques et d’autres les grosses berlines confortables. C’est ainsi.

    3. Tea Party

      ‘’ De l’autre, mais là c’est un avis personnel, acheter une berline de deux tonnes pour faire un trajet maison-boulot de 10 km et les courses une paire de fois par semaine, ça ne m’a jamais vraiment branché’’

      D’une part un pick-up, c’est fichtrement utile, pour des tas de choses, qui impliqueraient de louer un utilitaire, n’oublions jamais le pragmatisme des américains que nous n’avons pas. Une simple sortie en famille avec quatre VVT ! pour ne citer qu’un exemple ! un très mauvais, je suis médaille d’or hors catégorie du ‘’ hamac, cigares, bourbon sans aucune modération’’.

      D’autre part quand on en sort d’un tel véhicule, cela fait hurler, les écolos aigris, ce qui est un plaisir de fin gourmet ! souvent enseignants à qui, s’il font la moindre réflexion, ce qui ne rate pas ! de pourvoir leur rétorquer, qu’ils ont fait un choix de boulot peinard, donc avec des revenus en conséquence, qu’ils assument au moins leur choix ! car nous nous assumons le nôtre !

      Au passage, et le plus important, on se sent en sécurité en cas d’accident, car effectivement en cas de choc ! ce sont les voitures hybrides ( je me marre !) qui se vrillent ! Et çà protéger sa vie, celles des siens, je vous affirme : c’est plus qu’utile ! comme celle d’être armé, pour se protéger, et ne pas être comme en France où seule la racaille l’est, c’est leur outil de travail ! et où, même les forces de l’ordre (défense de rire) n’ont même pas le droit à la légitime défense !! mais c’est un autre sujet…..

      1. eheime

        « Au passage, et le plus important, on se sent en sécurité en cas d’accident »

        > moi aussi je pense comme vous. Je me balade en char Leclerc. Comme ça quand je me prends un gros 4×4 conduit par quelqu’un qui pense protéger sa vie, je me marre …

      2. ras-des villes

         » souvent enseignants à qui, s’il font la moindre réflexion, ce qui ne rate pas ! de pourvoir leur rétorquer, qu’ils ont fait un choix de boulot peinard, donc avec des revenus en conséquence, qu’ils assument au moins leur choix  »

        Vous réglez des comptes avec les enseignants.
        Que vous ont donc t-ils fait subir ?

        1. Tea Party

          Que m’ont-ils fait ? Absolument rien, mais ce sont des burnes, qui n’ont pas assez de salaire pour vivre correctement, vu que mon budget cigares équivaut à un salaire d’agrégé. Pour moi ce sont des fainéants pathologiques avec lesquels je ne m’entendrai jamais, mais ne suis un vrai libéral !

      3. Pierre

        > Au passage, et le plus important, on se sent en
        > sécurité en cas d’accident

        C’est purement subjectif, les berlines sont beaucoup plus sûres. Un pickup est irremplaçable pour transporter du matos, mais ça se conduit comme un camion, pas comme une voiture, et celui qui l’oublie :

    4. dede

      Mouais… Si vous roulez en pot de yaourt, je suppose que c’est parce que vous n’avez pas de chauffeur. S’il est vrai qu’au volant, la difference est mineure, la berline reste bien plus confortable lorsque l’on voyage sur la banquette arriere!

  6. Porfirio

    Outre le caractère « délateur », ça peut effectivement renvoyer une certaine information (mais souvent biaisée compte tenu de son mode de calcul). En général, ça en dit davantage sur l’utilisateur de l’info et de son approche que sur l’info elle-même :P.

    Soit dit en passant, l’exercice de le faire à diverses époques auraient-ils pu donner des résultats si différents?
    exemple: « projection des besoins d’une population mondiale vivant comme la Rome du 1er siècle ».
    Ou alors même biologique tiens: « projection des besoins sanguins du corps sur la base local d’un coït » (amha pas le plus dense mais bon c’est pour l’exemple)

    De toutes manières, prendre une concentration locale et l’exacerber sur le global n’est a priori justifiable sur aucun plan scientifique, mais bon, c’est que de la gueule, et c’est ça qui cause (mal).

    1. Aristarque

      Compte tenu des rendements agricoles de l’époque et le fait que Rome avec sa politique de panem et circenses à très bas prix pour ne pas dire gratuits, attirait (déjà) des foules d’immigrés en provenance de son empire, il lui fallait sans cesse s’assurer de nouveaux territoires agricoles pour obtenir davantage de blé et autres aliments à distribuer.
      L’inconvénient d’une politique sociale de redistribution intensive vers des populations ainsi subventionnées est que l’arrêter ou même simplement la ralentir de façon perceptible, devient très dangereux par les troubles sociaux qui s’ensuivent très vite.
      Les Romains de souche ou ceux de ce qui correspond à l’Italie d’aujourd’hui se rendaient bien compte qu’ils n’étaient plus assez nombreux pour faire face à des révoltes d’autant que le souvenir de Spartacus n’était pas si lointain…
      Donc l’exemple de Rome ne pouvait pas être étendu à tout son empire puisque l’espace agricole nécessaire aurait alors « manqué ».
      Il y a donc aussi une très nette différence entre une croissance résultant de mises en valeur suivies de ventes à un prix de marché normal d’une croissance entretenue par de l’argent gratuit à gogo (mal) redistribué en faveur de rentiers gratuits d’un système.

        1. Porfirio

          Oups, je commençais une autre phrase pour finalement me reprendre et écrire : »Merci pour cette illustration approfondie ».
          Sincèrement désolé de cette confusion.

  7. Momo

    Effectivement, cette ONG qui si le reste du monde consomme comme un américain, le reste du monde à alors probablement… la productivité d’un américain. Productivité agricole, energétique, etc… Bref, loads of bullshit.

    Si le reste du monde consommait comme les US, on aurait toujours besoin que d’une planète, et il y aurait moins de gens qui meurent de faim…

    1. Pascale

      Et de toute façon, si tout le monde vivait sur le tarin de vie des Américains, la population serait moins nombreuse, pour la seule et unique raison que dès que le niveau de vie augmente, le taux de natalité baisse radicalement.
      La nature (le marché ?) s’équilibrerait toute seule.

  8. Tea Party

    Et si nous posions la question qui tue ? Jusqu’à quel nombre d’habitants la terre pourra-t-elle encore survivre, ne pas être saturée, pouvoir laisser boire, manger, voire respirer, vivre dans le confort, ses habitants ?

    Personne n’ose pas aborder le sujet, ce n’est pas la gauche et leurs clones escrologistes, qui va le faire, car les réponses leurs seraient fatales, douloureuses, et annihileraient une majeure partie de leur dogme.

    Déjà, en France, comme dans notre salle à manger, nous avons forcément un nombre limité de gens que nous pouvons ‘’ convier ‘’, au-delà duquel, cela devient invivable ou tout simplement impossible, ce n’est pas à l’échelle du monde qu’ils vont se poser la question ! Pourtant ? !

    1. Mominette

      Tu enfourches mon dada !

      On voit par exemple des oasis qui convenaient parfaitement à 130 personnes et leurs troupeaux. Quand elles passent à 5.000 habitants, c’est le « drame humanitaire ».

      Tout éleveur sait, en fonction de sa terre et du climat, combien il peut avoir de vaches à l’Ha de prairie : c’est exactement pareil pour les humains, notamment en fonction de l’eau. La démographie galopante assèche les campagnes, et provoque d’abominables exodes vers les villes, avec les problèmes ingérables que cela pose.

      En outre, par tradition, les peuples très pauvres ont toujours fait beaucoup d’enfants, en tenant compte de l’importante mortalité infantile, et dans l’espoir d’avoir encore assez d’enfants pour assurer leurs vieux jours. Les mentalités n’ont guère changé (c’est toujours long), les gosses ne meurent plus grâce à nos vaccins et nos soins (tant mieux), mais nous avons tout à fait « oublié » de coupler ce progrès avec des campagnes de contrôle des naissances.

      C’est notre charité aveugle et notre impéritie qui sont le problème mondial principal.

  9. labolisbiotifool

    J’en profite pour vous signaler ce bloggeur dont j’apprécie l’humour cinglant. Qui est Hashtable ? Nul ne sait, mais il me donne envie d’aller pointer mes naseaux en Belgique.

    Bravo hachesaize : vous avez séduit Valérie Pineau-Valenciennes ! Belle fille , pas bête, et qui appartient
    au beau monde …

    « J’en profite pour vous signaler ce bloggeur dont j’apprécie l’humour cinglant. Qui est Hashtable ? Nul ne sait, mais il me donne envie d’aller pointer mes naseaux en Belgique.  »

    http://valeriepineau-valencienne.typepad.fr/mon_weblog/2012/11/quand-le-gouvernement-soutient-limproductif.html

    Par contre :si la population consomme comme un américain, pouf, comme ça, d’où vient, justement, les 3 ou 4 autres planètes supplémentaires ? Hum ?

    D’ ou vient les trois planètes ? Hmmm ? Hier vous étiez
    limite radin pour un pauvre S, mais là, c ‘ est plus pire !

    Mais quel beau billet !

    Pour l’ avis de Valérie, scroller jusqu’ après la photo
    des panneaux voltaïques ( sisi … ) lorrains 🙂 🙂

    1. Anankè

      Est-ce que le masque à gaz est à la mode? Ou alors faut-il en conclure que le lien ci-dessous répond, au moins en partie, à votre interrogation?

      http://www.contrepoints.org/2012/11/19/104894-fadaises-de-gauche-et-pantalon-sur-les-chevilles

      Quant au panneaux photovoltaïques en Lorraine les bras m’en tombent. La différence d’ensoleillement avec le sud-est est plus que significative: http://www.hespul.org/Le-rayonnement-solaire.html
      Faut-il en conclure que d’autres paramètres sont entrés en jeu pour le choix de cette implantation (à qui profite le crime?).

    2. Pere Collateur

      Oh punaise, ça aussi c’est beau!

      Donc d’après cet article, on a une méga centrale solaire en Lorraine. Joli!

      Je sais pas si quelqu’un ici connaît bien cette région, alors je vais vous faire l’article.

      C’est une jolie région et l’une des plus grande par sa superficie et l’une aussi des moins peuplée.
      Autre point remarquable, il flotte souvent, y a pas mal de nuages toutes l’année, et ces 15 dernières années, les été sont carrément exécrables (sauf 2003) avec un ensoleillement pitoyable.
      Et même en 2003, année de la fameuse canicule qui nous vaut de devoir donner une journée de travail complète à l’état (servage inside), les mois de juillet et juin étaient pas top top coté soleil…

      Tout ça pour dire, que le choix de cette région pour une centrale solaire… Ça doit avoir bien fait rigoler les locaux… Jusqu’à ce qu’on leur présente la douloureuse.

      Quand au rendements supposé boosté par des panneaux solaires adapté à la lumière diffuse… Genre en hivers, il fait noir à 16h/17h et ça dure 3 mois comme ça, avec du brouillard toute la journée.
      Suis pas sur que ça change vraiment grand chose.

  10. labolisbiotifool

    Désolé pour le doublon, je fatigue : j’ ai pas encore mangé !
    Et vu le morceau de cochon qui m’ attend, ça me remue
    les intérieurs … 🙂

  11. Acrithène

    Hello h16,

    Article intéressant, mais je pense que vous êtes passer à côté de la plus grosse anarque du : « si nous vivions tous comme des américains, il faudrait 4 planètes »

    La vérité est que si nous vivions tous comme des américains, la population mondiale serait 4 fois moindre, et alors une planète suffirait.

    le « si nous vivions » est une arnaque vu qu’il prend en compte la manière de consommer en négligeant la natalité, autre élément essentiel du mode de vie.

  12. eheime

    On peut prendre le message de l’ONG au pied de la lettre et effectivement c’est débile. Mais derriere ca, puisque selon H16, il ne faut pas prendre l’américain pour un idiot (ce qui est vrai), il ne faut prendre tous les écolos pour des idiots non plus. Et il y a un message que H16 occulte. Voilà comment je comprend le message écolo (parmi ceux qui sont rationnels) : les ressources naturelles constituent un stock naturel qui se renouvelle lentement, bien plus lentement que la vie d’un homme sur terre. Si on tape trop dans le stock, on finit par n’avoir plus rien. Si on tape dans le stock autant que ce qu’on peut produire (à peu près), on est bon, pas de soucis. Il ne s’agit pas alors de tout interdire, mais juste de réflechir avant de se retrouver démuni. Quand je prends ma voiture, je regarde la gauge avant de partir. Pas parce que je suis écolo, mais parce que je ne veux pas me retrouver à cours d’essence au milieu du trajet…
    Bah je crois que l’idée est la même, mais à l’echelle de l’humanité.

    Pour résumer, je pense que le message des ultra-écolos est stupide car il consiste à dire : « les humains sont des mechants pollueurs, retournons à l’état sauvage et tuons les mechants pollueurs ».
    Le message « anti-ecolo » (je n’ai volontairement pas dit libéral) l’est tout autant car il consiste à dire : « ne reflechissons à rien, ne prevoyons rien, car l’economie de marché fait tout, tout seul. Or, si le marché est une « huile » economique fantastique, elle ne résoud tout de meme pas tout par elle-même. Ces ONG décriées, peuvent permettre de faire en sorte qu’on se penche sur des solutions avant la pénurie, solutions qui s’integreront dans le marché tranquillement, plutot que d’attendre que le marché ne rectifie violemment. Concretement ces ONG jouent un rôle dans le marché. Meme si elles exagèrent tout, il faut lire entre les lignes.

    Plus simplement, penser que l’américain est bete parce qu’il est americain est stupide. Penser que l’écolo est bete parce qu’il est écolo l’est tout autant. Essayons de regarder un peu plus loin que le message délivré par les plus extremistes et aigris des écolos.

    1. Penser que l’écolo est stupide (ou fait tel) parce qu’il est massivement subventionné par des états, ce n’est pas stupide, c’est salvateur.

      1. eheime

        C’est là où je coince …
        Vous regardez la forme et pas le fond.
        Pour moi peu importe l’origine, c’est le propos que je regarde. Je constate que quand c’est subventionné, c’est souvent stupide. Mais je ne ferai jamais le raccouris que comme c’est subventionné donc c’est stupide.

        1. Malheureusement, si si, quand c’est subventionné, c’est stupide. Si ce n’est pas stupide, il n’y a pas besoin de le subventionner.
          (oh, il doit bien y avoir une exception qui confirme la règle, mais je n’en suis même pas sûr)

        2. janus

          Quand ce n’est pas stupide, ça le devient très vite par l’effet « opportunité » ou d’éviction de la subvention. Personne, à ma connaissance, n’a jamais établi l’efficacité de la CECA (Communauté européenne du Charbon et de l’acier)de manière scientifique. Or c’est l’expérience fondatrice de l’Europe et c’est une catastrophe selon moi. Si quelqu’un parmi les lecteurs de ce blog a une Etude économique sérieuse sur les miracles planniques de la CECA, je suis preneur (Plus de sidérurgie en France, des tombereaux de pognon claqués aux 4 vents et des allemands goguenards qui gagnent sans chars leclerc la troisième (mais ils ont le léopard et une grande expérience dans ce genre de matériels).

        3. eheime

          @Janus

          L’idée de la CECA était de réconcilier Allemagne et France, pour des raisons historiques.
          Il faut retourner dans le passé :
          Napoléon envahit ce qui deviendra l’Allemagne. Désir de revanches teutonnes.
          L’Allemagne envahit la France en 1870. L’Allemagne fait payer cher sa victoire. Désir de revanche française.
          L’Allemagne envahit la France en 1914. La France fait payer cher sa victoire.
          L’Allemagne envahit la France en 1940. Les deux pays se disent qu’il faut peut-être trouver une solution ..
          Pour l’instant on se bat .. avec des mots.
          L’idée part d’un constat que l’Allemagne se redressait plus vite que la France et qu’elle devenaitune menace potentielle…
          L’idée était de réconcilier les deux peuples en faisant des affaires communes car historiquement le commerce a toujours pacifié les peuples, et l’isolement favorisé les guerres.
          Enfin l’URSS devenait elle-aussi bien forte face à une Europe divisée et ne pouvant compter que sur l’ami américain .. bien distant.
          Je sais pas si c’est une pleine réussite. Mais en tout cas c’est pas un échec.
          Il n’y a pas eu de guerre franco-allemande.
          L’URSS n’a pas poussé plus loin que la RDA.
          Il arrive que la France et l’Allemagne coopèrent : armée, economie, politique.

        4. eheime

          Ensuite il faut voir l’hitoire de la Suisse , comparable à mon sens à celle de l’Europe. Car c’est à l’origine une Confédération (comme l’Europe aujourd’hui) devenue une fédération (ce que tend à être l’Europe) avec les memes problemes et interets.
          Problemes : langues, mentalités, interets differents (initialement guerriers pour certains, economiques pour d’autres)
          Interets : defense, economie, rationalité de l’Etat (force est de constater que la Suisse a un état moins stupide que beaucoup de ses voisins – à mon avis en raison de la fédéralité)

      2. eheime

        @H16

        Là où je vous rejoins, c’est qu’on a pas besoin de subventionner des gens pour que certains s’alarment et dénoncent les problèmes soulevés par ces ONG. Ca ok. Mais ça n’est pas parce que ce sont des ONG que ce qu’elles disent est en-soi stupide. Enfin c’est mon avis.

    2. Porfirio

      Personnellement, je prends pas les écolos, ni même les sujets apportés par cette ONG à la légère, mais je ne manque pas de m’étouffer quand j’entends des reprises benoîtes par des militants de base.

      Là où je coince un peu dans leur approche pédagogique, c’est que j’ai l’impression qu’il leur arrive très souvent de pratiquer pas mal l’hyperbole ou le raccourci (même au sein de conférences). Et sans être chagrin, chez moi, ça coince, même si je prends assez sérieusement leurs interventions prophétiques sans pour autant accorder ma crédulité.
      Ceci dit, ils ont pas inventé la poudre, le monde agri/sylvi/pisci-cole est bien au fait de l’importance du renouvellement et des temps de jachère et ne les a pas attendu, ni même les grandes régulations étatiques. Ce qui m’a toujours laissé penser que le rôle de l’écologie était d’ordre consultatif voire une question de prospective, mais pas vraiment comme étant un axe directeur dans une modélisation de société libre.

      1. eheime

        @ Porfirio
        « de l’ordre du consultatif » > entierement d’accord

        J’ai cru bon de faire cet post, malgré le fait que je partage en général les idées de H16, et que je trouve que les écolos souvent « alter-comprenants » également, je trouve qu’il simplifie un peu trop.

  13. Curieux

    H 16 n’y aurait il pas un moyen plus simple de « bullshiter » cette daube :
    Vu les consommations du Népal ou de l’Ouganda il apparaît presque certain que si l’on additionne les « équivalants » Terre de TOUT les pays à ce jour on doit déjà être à plusieurs Terre.
    Au secour, les Martiens sont déjà là !

    1. bibi33

      Et comme ça vous aurez démontré que les humains vivent au dessus des moyens de Gaïa. Et que donc l’espèce humaine si elle ne doit pas être éradiquée devra subir les affres du malthusianisme.

      Et n’oubliez pas que ceux qui préoccupent les écolos ce sont les générations futures comme en témoigne leur volonté de réduire le déficit public et la dette.

      1. janus

        Ca a commencé discrètement : Normalement, si tout se passe comme le veulent les écolo, il n’y aura plus de TOULOUSE LAUTREC, de PETRUCIANNI, de S. HAWKINS etc : Ce sont les merveilles de l’eugénisme, méthode de nettoyage mis en vogue par les nazis.
        Qui a dit « Qui veut faire l’Ange, fait la Bête » ?

  14. Pere Collateur

    Rien à voir avec le billet du jours, mais si vous manquez de matière (peu probable vu la masse de couillons qui sévissent en France), il semble bien qu’avec le futur aéroport de notre dame des landes dont les médias font le buzz, soit un dossier bien farcis de connivence état / Boites du CAC comme on sait si bien le faire dans notre beau pays.

    Je vous mets un article bien complet que j’ai trouvé sur le twitter:

    http://www.pierrederuelle.com/notre-dame-des-landes-un-projet-de-1967-pour-repondre-aux-defis-de-notre-temps/

    Un peu long à lire, mais y tous les ingrédients qu’on aime:

    Des décisions foireuses, des copain de copains à qui on veux faire plaisir, de l’amour, de l’émotion, du suspens et tout ça mâtiné de crypto écolo anarchistes qui sentent des pieds.

    Une belle histoire en somme. Ça vaut pas Don Camillo, mais que voulez vous, c’est la crise!

    1. Aristarque

      A Montpellier et encore en ayant économisé sur le nombre de WC et autres utilités du même tonneau, on a construit dernièrement un hôtel de ville signé par une star de l’architecture (selon ceux qui aiment la banalité des lignes et oublient que les concours d’architecture se gagnent davantage par les relations que par les coups de crayon).
      pour y loger 1.000 agents municipaux dont le maire, tout de même, et occasionnellement des « foules » lors des mariages, la facture était de 107 m€ en 2011…
      Là pour construire un aéroport de dimensions internationales encore plus vaste que celui de Roissy CDG, devant accueillir au moins 4 M de passagers (personne ne travaille à demeure sur les aéroports, il n’y a donc pas besoin de bureaux et autres WC),le devis ne serait que de 561 M€ ? ? ? Même pas le double d’un stade de 57.000 places situé dans la proximité d’une élue charismatique du Nord ???
      Dans un pays où le moindre rond-point routier atteint désormais le million et demi d’euros comme pour rire????
      C’est le miracle permanent dans ce pays…

      1. hussardbleu

        @Aristarque : dans son « De Architectura », Vitruve, se fondant sur une loi d’Ephèse, proposait que dès que le coût d’un ouvrage excédait de 25% le devis, ce soit l’architecte qui en supporte la charge…

        J’ignore si Rome appliqua la recommandation – j’en doute – mais il me semble qu’elle serait susceptible de donner quelques résultats encourageants dans notre beau pays, si on la naturalisait….

        Après tout, Xenophon proposait bien de livrer le port du Pirée aux métèques riches ! la Grèce moderne semble avoir suivi l’idée…

    2. YP

      A noter que tous les intervenants cités dans l’article, de l’ex-préfet au patron de vinci, en passant par sa femme (de l’ex-préfet) et qu’à l’excusion de Sarko et du Air-Hot sont des énarques…

      La soupe énarchique est bonne !

  15. etienne

    Si tous les habitants de la planète consommaient autant d’énergie que Arthus Bertrand ou Nicolas Hulot (qui passent leur temps dans des aéroplanes fort peu éco-responsables), selon mes calculs il faudrait 48,5 planètes. Ce sont vraiment de méchantes personnes.

  16. Bruno Liautaud

    « L’effet papillon » je vais l’appeler comme çà celui là. Pas le billet de H16, non, seulement ma logorrhée suivante.

    La causalité, mettre une chose avant une autre, le jugement quoi ! Même un borné comme Descarte reconnaissait que si le bon sens est également réparti dans les hommes, le jugement lui, n’était pour le moins pas bien semé.

    Pour illustrer, une scène très réussie de « amélie poulain ». Mais oui! Qu’est que qui a bien pu retarder ou accélérer la voiture, et avant elle ses conducteurs, ses parents, ses ascendant peut-être, avant qu’elle ne vous écrase.

    La battement de l’aile d’un papillon.

    Au moins, on n’a pas perdu le sens de la poésie, ce qui est probablement le plus important.

    La moralité.

    Evidemment, cette poésie, qui est indubitablement là, est néanmoins révélatrice.

    La question que tout le monde se pose aujourd’hui, c’est : pourquoi ce putain de papillon a battu de l’aile ? Le putain d’enculé de merde de lépidoptères de sa race (ou de son espèce, en fonction) !

    Botton/up ? ou top/down ?

    Top down aujourd’hui, le coupable c’est un des milliard de papillons qui a battu de l’aile de travers, voilà pourquoi on est dans le caca jusqu’au coup.

    Je vais vous dire un truc; le papillon a battu de l’aile uniquement pour lui et de manière nécessaire en chacun de ses battement d’aile, le tout dans sa condition de papillon, qui dans son cas suppose une esthétique. Car oui, le papillon est beau, nécessairement beau même.

    Cela vaut pour nos élus et pour les autres.

    Je déplore le premier la situation; mais les systèmes ne tombent pas du ciel, ni de Dieu, ils sont crées par les hommes.

    Par des battements d’aile nécessaire auquel on ne pourra rien reprocher, mais dont le manque d’esthétisme est consternant.

    Même la grenouille fait une belle danse de l’amour.

    Des animaux malades, c’est ce que nous sommes.

    1. Alex6

      On comprend rien a ce que tu ecris, il faut te le dire dans quelle langue?!!! Inutile de repandre de la pseudo-complexite pour faire croire que tu es tres intelligent non plus, ca ne prend pas (et d’autres ont deja essaye avant toi)
      Alter-conprenant de la langue francaise, qu’est-ce que c’est penible.

  17. Théo31

    Obama a réussi à créer quelques 18-20 millions de chômeurs en un seul mandat. La question est : combien de planètes faudra-t-il pour que les Américains vivent comme des Maliens ?

    1. eheime

      LOL. Bush, Clinton et Greenspan avaient tout fait merveilleusement. Et poum Obama arrive et vlan tout va mal.

      Vous êtes naïf ou .. Enfin vous m’avez compris.

  18. etienne

    Là où les écologistes ont franchement raison, c’est que ça serait sympa de coloniser d’autres planètes pour massacrer des martiens et s’approprier leurs ressources naturelles

  19. etienne

    Dire « Si tout le monde vivait comme les Américains il faudrait 4 fois la Terre » est strictement la même chose que de dire « Si tout le monde faisait autant d’enfants que les Maliens, etc… ». En fait les vrais coupables c’est les pauvres de tous les pays qui continuent d’enfanter à tour de bras dans un réflexe puéril de survie.

  20. gidmoz

    La question posée sur la consommation excessive est moins le risque d’un manque de ressource, mais plutôt le risque d’une hypothétique « surpopulation » de la Terre.

    Chaque parent procrée un enfant car il a confiance de disposer de ressources suffisantes pour l’élever et l’éduquer. Si le parent se trompe dans sa prévision, son enfant sera mal éduqué, voire mourra de faim ou de maladie.

    Le problème de la prétendue surpopulation n’existe pas. Il existe seulement une question que se pose chaque parent sur l’avenir de son enfant.

  21. Nour

    Et les Français alors c’est quoi ?
    Des gros critiqueurs qui n’avance – snip ! –

    Tu as lu le billet que tu commentes ? Je ne pense pas.

  22. edmee

    Gidmoz a bien raison chaque jours est différent ,dans 100 ans il en faudra peut être 2 .Comme on peut pas lutter contre le courant ,on ne métrise pas tout . Le plus important c’est le respect .
    Qd la terre ne sera plus viable on ira pourrir une autre et ainsi de suite .Auriez vous prèféré vivre ds une caverne , moyenne d’age 30 ans.
    Nous devrons nous rendre a l’évidence que cette société est vouée a disparaitre .
    Nous vivons le début de la prise de conscience ,il semblerait que cela va prendre bcp de temps !
    Et ce n’est pas les lémuriens invertébrés qui gèrent leurs fortunes en Milliard de Dollars qui vont faire changer les choses .
    De plus il serait intéressant de comparer les différentes manières et façons de polluer selon les classes sociales.Chaque initiative est bonne j’en profite pour souhaitez bonne chance a ocean cleaner !

  23. BRS

    Pourquoi avez-vous écrit « extra-terrestre » ?, ce mot n’a jamais pris de trait d’union et au vu de la réforme de l’orthographe, n’en prendra jamais §

    1. Aristarkke

      Extra-terrestre avant 1990 puis transformé en extraterrestre depuis la réforme de 1990.
      Il y a (eu) des débats pour considérer que extraterrestre devait être employé comme adjectif alors qu’extra-terrestre devait servir en substantif comme sujet de verbe…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.