L’inévitable renationalisation de la dette française

Je l’ai annoncé régulièrement dans ces colonnes : à un moment ou un autre, l’État n’hésitera pas pour rembourser la dette française à aller chercher l’argent directement dans les poches des Français, sans leur demander leur avis. L’idée, déjà lancée en mai 2009 alors que la crise était bien piquante, est revenue dans l’air des deux côtés du spectre politique.

Il ne faut perdre de vue que les premiers bénéficiaires de la dette (et de loin), ce sont les personnes qui vivent au crochet de l’État. Bien sûr, en dernier ressort, il y a les chômeurs, les retraités et les fonctionnaires. Mais avant ceux-là, toujours avant, on trouve bien évidemment les politiciens pour qui une carrière dans le privé serait tout bonnement impensable tant la soupe est bonne dans le giron de l’État.

Et avec la récente dégradation de la note de la dette souveraine française, les fonds vont, mécaniquement, se faire plus difficiles à collecter, surtout que cette dette est détenue à plus de 62% par des étrangers. Si ces derniers devaient restreindre leur appétit pour les gourmandises françaises, les politiciens, leurs émoluments joufflus et la kyrielle d’avantages attachée à leurs fonctions d’apparat viendraient à subir une remise en question sensible. On comprend que cela les rende nerveux.

Et on ne sera donc pas étonné de trouver les mêmes préoccupations tant à « droite » qu’à « gauche » (notez les guillemets : en matière de bien-être financier, le clivage disparaît et ces loustics s’entendent bizarrement comme des larrons en foire).

dette : droite ou gauche, ils prendront dans votre poche

Et pour le Président, cela se traduit de la façon suivante :

« Moi président, j’ai l’idée que l’épargne des Français, qui est à un niveau très élevé – 17% de nos revenus sont épargnés – puisse être mobilisée pour l’industrie, pour le logement et aussi pour la dette. De manière que, plus on empruntera auprès des Français, moins on empruntera auprès des marchés. »

Autrement dit, comme les Français mettent des sous de côté, autant leur demander de mettre ces sous dans les paniers percés emprunts de l’administration et de l’État. Comme un État ne peut pas faire faillite (jamais, impossible !) et que la France est éternelle, c’est — forcément — un bon placement. Et puis, en temps de crise, mieux vaut emprunter à sa population qu’aux méchants marchés qui risqueraient de changer d’avis à la première occasion, hein. Et puis, les investisseurs peuvent aller voir ailleurs, alors que pour les Français, on peut les obliger à rester, éventuellement.

À droite, on trouve exactement le même raisonnement. NKM nous propose ainsi quelques précieuses gouttes de pensée subtile.

« La décision de Moody’s d’abaisser d’un cran la notation française aura probablement peu d’impact, et je le souhaite ardemment. »

On peut le souhaiter, serrer bien fort ses petits poings pendant la course tout en fermant les yeux, mais se prendre la réalité face la première : si la première dégradation était clairement enregistrée dans les cours, et si la seconde ne fera pas violemment bouger le CAC, les mouvements pour réattribuer les fonds vers ceux qui ont conservé le triple-A, et les effets de bords sur le fonds européen de sauvegarde, eux, seront inévitables. Ce qui va se traduire mécaniquement par une hausse des taux, et donc, un renchérissement de notre dette, ce qui là encore provoque des conséquences en terme de coût sur les finances publiques.

Bref : la décision de Moody’s aura sûrement pas mal d’impact.

« Les Français ne détiennent qu’un tiers de la dette française, soit l’un des plus faibles taux de l’OCDE. Au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, c’est plutôt les deux-tiers, et au Japon, plus de 90% ! »

Et on se demande bien pourquoi ! Peut-être les Français soupçonnent-ils que l’honneur de nos gouvernants n’est pas le même que celui des gouvernants japonais ? Peut-être se doutent-ils que si un petit pépin survient, ils vont se retrouver en slip pendant que nos fiers dirigeants seront partis avec la caisse ? Il y a une autre explication possible : peut-être que les Français, perclus d’impôts, constamment cognés par l’État qu’ils soient dans leur voiture, chez eux ou au travail, n’ont aucune envie d’ajouter des moyens supplémentaires, issus directement de leurs poches, à celui qui s’apparente de plus en plus à une marâtre violente…

Ceci dit, moyennant les bonnes campagnes de propagande et avec une bonne couche de moraline bien gluante, on devrait arriver à détourner encore quelques dizaines de milliards des poches des gogos pour continuer à faire tourner la machine à sucrerie. Après tout, même si certains feignent de ne plus croire au Père Noël, cela fait 40 ans qu’ils votent pour toujours plus d’État, hein !

« Notre épargne nationale très abondante est investie massivement en assurance vie. « 

Là encore, c’est parfaitement normal puisque c’est le seul placement qui n’était pas scandaleusement sodomisé par le fisc. Rassurez-vous : ceci va changer très probablement, même si pour le moment, le clown qui sert de ministre de l’Économie a prétendu ne rien vouloir toucher de sa fiscalité. En matière de respect des engagements, le track-record des politiciens, et des socialistes actuellement, laisse même envisager, devant les déclarations lénifiantes de Moscovici, qu’une refonte massive des impôts sur ce véhicule financier est déjà dans les cartons, prête à bondir quand les gens auront l’esprit occupé par une broutille médiatique quelconque.

« profitons de l’accalmie des marchés pour amorcer cette transition, sans attendre d’y être contraint par des taux élevés. »

Sans langue de bois, cela veut dire « Vite, allons piocher dans le bas de laine des Français avant que les investisseurs pas captifs soient partis, eux. » Pragmatiquement, NKM a raison. Ce n’est pas lorsque le vent dans les voiles sera au plus fort qu’il faudra songer à aller chercher l’argent où il se trouve sans déclencher des hurlements. Et effectivement, si l’Etat doit mener un casse gigantesque, la période actuelle est probablement la meilleure. À tout hasard, prenez des options solides sur une hausse de la vaseline.

« renationaliser la dette, c’est donner l’opportunité à chaque Français d’aquérir directement des bons du Trésor »

Et c’est vrai : quel bonheur d’échanger son travail contre un papier sans valeur ! On dirait, on dirait, on dirait une escroquerie, tiens. Parce qu’il ne faut pas perdre de vue deux choses :

A/ L’argent emprunté n’est plus dans la poche du créditeur. Il est dans celui du débiteur, furtivement, avant d’aller bien vite dans la poche de la myriade de bénéficiaires des largesses étatiques, ceux-là même qui ont, précisément, creusé la dette en premier lieu. Demander à l’Etat de rembourser, c’est demander à ces gens-là d’arrêter de biberonner ces largesses. On voit tout de suite la gageure : cela fait 40 ans que personne n’a osé le faire. La probabilité que le remboursement intervienne est donc strictement nulle. Ceux qui prêtent ne font, en réalité, qu’un pari sur le bon versement d’éventuels dividendes ajustés au micromètre pour être amoureusement sabotés par l’inflation…

B/ Pendant ce temps, les banques centrales européenne, américaine, anglaise, suisse et japonaises rivalisent d’inventivité pour sabrer leurs monnaies en imprimant aussi discrètement que possible des montants toujours plus conséquents de papiers rigolos. La course qu’elles se livrent entre elles ne peut pas améliorer la situation. On comprend là encore que l’heureux détenteur de créances étatiques libellées dans une monnaie qui s’effondre verra ses dividendes ridiculisés lorsqu’il faudra, pour ces états, passer à la caisse. À côté, les emprunts russes du début du XXème siècles semblent plus solides.

Inflation : the insidious way to increase taxes

Et l’incertitude qui touche l’assurance-vie touche aussi le livret A dont la collecte bat des records : il ne faut pas perdre de vue que c’est toujours l’État qui se porte garant de ces fonds, et avec la belle brochette d’aigrefins aux commandes, on comprend vite que si le pire a pour le moment été évité, c’est plus par pure chance que par réelle compétence.

Je l’ai dit en introduction de ce billet, je le redis ici : dès que l’état en sentira le besoin, les belles idées de NKM et de Hollande seront appliquées, de force, et il nationalisera la dette, sans demander leur avis aux Français. Grâce à l’enfumage monétaire qui se profile, il est même probable qu’il arrive à persuader les Français qu’ils auront gagné quelque chose dans l’opération, à l’exception évidente de ceux qui seront investi en or…

À bon entendeur.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires113

  1. pelx

    On comprend bien, ici, la médiatisation outrancière, la semaine passée, de la soit- disant augmentation des dépôts sur les livrets A ( terme amusant, AAA ). Encore, encore, donnez- nous n’ en, on les croquera!

  2. Higgins

    Rappel salutaire. Je crois, comme toi, que les bons et naïfs petits français vont se faire e…. profondément et rapidement par la clique de clowns (Je sais, ce n’est pas sympa pour les vrais clowns) qui préside aux destinées de ce qui fut, dans le passé, un grand pays. La collusion qui existe entre les politiciens et les argentiers que sont les banques prend ici toute sa saveur. Normal 1er et son grand vizir Ayraugood ont fait leur allégeance, ils sont donc libres dans ce domaine: « Le récent refinancement, ce jour, du Trésor français montre à quel point la finance sait reconnaitre les siens. La France peut continuer à pomper sur les marchés autant qu’elle veut à des taux nuls ou dérisoires. » (http://leblogalupus.com/2012/11/15/politique-friction-du-jeudi-15-novembre-2012-non-hollande-na-pas-change-de-cap-par-bruno-bertez/#more-47104)

    « Les règles du jeu de la compétitivité et même de la compétence ne s’appliquent qu’à moins d’un quart des acteurs de l’économie. Et il faut leur en demander des efforts, à ces quelques pourcents du secteur libre, libre, mais avec des boulets aux pieds, pour qu’ils puissent tirer la charrue du pays.
    Le socialisme n’est ni de la demande ni de l’offre car il est d’ailleurs. Il est dans la prétention de quelques-uns de savoir mieux que les autres, dans tous les domaines, surtout ceux qui leur sont étrangers.
    Le socialisme, c’est cette infatuation qui conduit à croire que parce que l’on est le représentant de la fraction de la population la moins avertie de la chose économique, on est le mieux à même à conduire cette économie.
    Le socialisme, c’est cette aberration qui consiste à croire que parce que l’on nie les inégalités, on accède par l’adoubement miraculeux de l’élection au paradis de la compétence, de l’expérience et du savoir pour tous.
    Le socialisme, il est au cœur du système dans lequel l’individu est, par essence, l’ennemi et la société, elle, est la mesure de toute chose. Le bien incarné.
    C’est pour cela que nous disons que la fausse droite est socialiste, elle croit les mêmes choses, elle pratique le même dirigisme, avec un habillage diffèrent, c’est tout. » (http://leblogalupus.com/2012/11/22/politique-friction-du-jeudi-22-novembre-2012-du-socialisme-de-la-demande-au-socialisme-de-loffre-la-nouvelle-synthese-francaise-par-bruno-bertez/#more-47496)

    1. YP

      Ca me fait mal au coeur pour certaines personnes, mais globalement, si je considère le panel des français aux repas dominicaux ou au boulot, je me dit que s’ils se font réaléser le c…, ce ne sera que justice (et le plus sera le mieux.)

      Cela fait un moment que j’ai perdu tout espoir. Il faut juste s’organiser pour ne pas tout perdre et faire prendre conscience de la situation aux personnes qui ont encore un peu de bon sens. Quand aux autres, les regarder se mordre sur la langue pour ne pas se plaindre est un délice de fin gourmet…

    2. Mominette

      Je l’ai toujours dit, il n’y a pas de droite en France, mais des « gauches spécialisées » 🙂

      Notons avec intérêt que plus les choses vont mal, pous l’électeur se rue à gauche, dans un genre d’aveuglement masochiste.

      Tant que la France récompensera ainsi la très mauvaise gestion,aucune raison que cela change.

      Il serait temps que chacun lise ou relise « les Sophismes » de Bastiat !

      http://bastiat.org/fr/sophismes.html

      Sautes l’intro, et délectezvous à petites doses : c’est si simple que c’en est révolutionnaire 🙂

      1. Tea Party

        D’accord avec vous, car lire par exemple que NKM, est à droite ! Oui, je sais, certains vont rétorquer que Raffarin, Juppé, Fillion, Chirac et quelques autres du même acabit, le sont aussi ! Décidément nous n’avons pas les mêmes valeurs !! que l’ensemble des français.

        Merci de nous avoir mis le lien pour re-re-relire Bastiat, cela nous aère les neurones !

        1. Laurent

          je penses qu’on devrait plutôt classer les poltiques en constructivistes d’un coté et libéraux de l’autre. vu sous cet angle, la droite et la gauche française ne font qu’un. hélas il n’y a personne en face…

  3. Jesrad

    Mon crédit immobilier est adossé à mon assurance-vie. Si mon assurance-vie est pillée par l’état, je ne peux plus rembourser l’emprunt: la banque saisit mon domicile et je me retrouve à nouveau SDF mais cette fois avec femme et nourrisson.

    Je ne suis certainement pas seul dans ce cas.

    1. Li Po

      voilà on y arrive ; bcp de gens sont dans ton cas puisque l’assurance-vie est peu fiscalisée et aussi sûre que Fort Knox, selon ce qu’on nous dit et redit depuis des décennies . Mais perdre son épargne est une chose, le perdre avec un crédit dessus est dramatique . Il est évident que les banques et les politiques responsables ne courent aucun risque, alors que s’ils font sauter le casino en sabrant ce type d’épargne c’est carrément criminel .
      D’ailleurs certaines banques commencent à préparer le terrain, comme la barclays qui inclut des SCPI dans ses assurances-vies ….

    2. dede

      A votre place Jesrad, je commencerais a penser au plan B car, je suis surpris qu’H16 ne l’ai pas souligne mais « Notre épargne nationale très abondante est investie massivement en assurance vie », c’est completement cretin comme argument : l’essentiel des fonds qui sont investis en Assurance-Vie sont reinvestis en emprunts d’etat (reputes sans risques, sic et aarrggll).
      Pour faire court avec votre assurance-vie, vous prenez un risque sur votre assureur (vos sous sont inscrits a son passif, donc si il fait faillite, vous verrez bien ce que vous recevrez) qui lui prend un risque sur l’etat (l’assureur met des OAT a son actif), qui s’il fait defaut, fera faire faillite a votre assureur.
      Personnellement, je n’ai plus d’assurance-vie car, dans ce jeu avec l’assureur, il te dit « pile je gagne, face tu perds »

      1. YP

        Si on ajoute que les assurances vies sont bourrées d’emprunts PIIGS, on peut se dire que les assureurs investissent vos sous pour prendre des emprunts à haut rendements et vous resservir du 3%.

        Personellement, j’ai viré mon assurance vie il y a des années déjà, car je ne voulais plus participer au financement des idées de nos politiens…

        Jesrad, s’agit-il d’un nantissement de ton AV ?

        1. Jesrad

          C’est un contrat multi-support en gestion libre. C’est moi qui choisit les fonds où vont mes sous (parce que, hein, faut pas déconner !), et j’ai pris soin de n’y mettre aucun fonds en Euro, aucune obligation d’état (car c’est immoral) et une bonne part d’or. Quand j’achète des obligations, ce sont des dettes d’entreprises solides et dans des pays de gens lucides et honnêtes (Canada, Australie, Suisse…).

          Maintenant, pour M. Martin et Mme Lambert, français ordinaires de la classe moyenne en voie de disparition, c’est certainement très différent…

        2. Jesrad

          Merci, c’est très intéressant. En effet dans mon cas l’AV sert de nantissement au crédit.

          Après lecture, j’ai confirmation que ma banque seule peut toucher le montant de mon AV jusqu’à l’échéance du crédit, et peut forcer la liquidation du contrat à partir de l’échéance.

          Donc mon AV appartient déjà à la banque, dans les faits. Si l’état la pille, il vole en fin de compte la banque, et la banque se venge ensuite sur moi.

      2. J’ai pour ma part liquidé tous ces genres de contrats il y a quelques temps. L’assureur derrière m’a d’ailleurs bien emmerdé pour que je ne le fasse pas.

        1. dede

          Je le comprend : certains mecanismes s’apparentent a du Ponzi… Les assureurs garantissent un rendement mais ils n’ont pas necessairement le meme sur leurs actifs (comme pour les fonds de pension dont on lit partout qu’ils sont sous-finances malgre les calculs d’actuaires aux hypotheses farfelues – j’ai lu recement que certains fonds « anticipent » un rendement de 8% sur leurs actifs et qu’ils utilisent des taux proches de zero pour calculer le discount sur leurs passifs!).
          La comptabilite artistique permet aux assureurs de continuer mais c’est quand meme mieux pour eux si les assurances-vie ne sont pas fermees et que les sous restent dans leur bilan…

        2. eheime

          ponzi , pas ponzi (c’est un peu le mot à la mode en ce moment et on l’associe parfois un peu vite à tout et n’importe quoi) , en tout cas ce qui est sûr c’est que les AV sont souvent investies en bonds du trésor. Or en Europe des Etats dont on peut être sûrs qu’ils ne feront pas faillite (y compris l’Allemagne) , il n’y en a pas beaucoup.
          Mais faut quand meme pas perdre de vue que la fiscalité des AV n’en fait rien d’autre qu’une grosse niche fiscale dans certains cas. Et c’est idiot pas en profiter. Il faut alors regarder le contenu plutot que le contenant.

          Cela dit je pense que la suite ne va pas se résoudre comme la Grece, c’est à dire la recession . Tout simplement parce que c’est impossible.

          Donc soit les états feront défaut, et là on parle plus de recession mais d’effondrement, soit ils paieront en papier imprimé et là on parle d’inflation carabinée (à mon avis ça a déjà commencé).

          La 2nde solution a qd meme de bonnes chances de se produire à mon avis.

          Il n’y aura donc pas forcément de perte nominale pour les epargnants. Mais reaffecter une petite partie de ses avoirs par sécurité sur du tangible ou hors France ne me parait pas déraisonnable, quitte à perdre un peu en rendement, histoire de ne pas tout perdre en cas de défaut si ça se produit. Paradoxalement, je me dis qu’emprunter sur de l’immo bien négocié, c’est pas forcément une mauvaise opération. Ca constitue une forme d’assurance anti-inflation. Peut etre pas tout de suite, compte tenu du marché, mais dès qu’une baisse effective aura été constatée, histoire de ne pas acheter au plus haut.

        3. YP

          eheime > Oui, c’est d’ailleurs la thèse de Jean Christophe Bataille (http://futures.over-blog.com) qui mise en plus sur un découplage des émergents à l’avenir.

          Cela dit, si c’est pour acheter de l’immo en France et subir une pluie de taxes (l’immo est très pratique pour nos politocards en cela qu’il n’est pas délocalisable…)

          Autre remarque : il me semble bien difficile de déterminer le « sweet point » entre taux bas et prix bas… Surtout que comme dirait Weinstein « le marché peut rester irrationnel bien plus longtemps que vous ne pourrez rester solvable. »

        4. eheime

          Oui, justement je trouve les articles de JC Bataille souvent très bien pensés. Et Weinstein .. qu’en dire sinon qu’il est un régal à lire. Il dit aussi que les phases 2 et les phases 3 peuvent durer plus longtemps que prévu 😉

      1. Alex6

        Ne pas toucher aux fonds investis ou gages sur l’immobilier. Gardez en memoire que si l’endettement public de l’Australie est tres faible relativement, l’endettement prive est parmi les plus eleves au monde.
        Avec la recente chute des mp en nominal, le taux de chomage devrait legerement remonter et surtout, les salaires vont etre mis sous pression a la baisse. Cela signifie qu’une part de la dette devra etre recupere pour les depenses courantes des individus avec un fort risque de voir l’immobilier corriger en proportion.
        En bref, ne pas investir les yeux fermes, sauf s’il s’agit de fond de management place sur la dette souveraine australienne qui rapport effectivement environ 8%/an avant impots en ce moment.

  4. Kuing Yamang

    H16: « comme les Français mettent des sous de côté, autant leur demander de mettre ces sous dans les paniers percés emprunts de l’administration et de l’État. »

    Fernandel doit se retourner dans sa tombe ^^

    1. Porfirio

      Ohohoh j’étais passé à côté de ce film.
      Comme quoi: « nihil novi sub sole »

      Merci, cher professeur 😉

  5. dede

    « Les Français ne détiennent qu’un tiers de la dette française », « Et on se demande bien pourquoi ! ».

    Une des explications, c’est que cela fait 2/3 qui proviennent de l’etranger. Ca compte dans la balance des paiements, ca. Or si nous continuons a avoir une balance commerciale negative, mieux vaut que des sous rentrent pour la financer…

    Le gouvernement n’y touche pas (c’est de la comptabilite nationale, pas de la comptabilite budgetaire) donc ils ont oublie pourquoi c’est comme ca mais si ils veulent remplacer la dette etrangere par de la dette francaise, il va falloir commencer a exporter serieusement!

    1. Jaedena

      La raison est qu’avec l’euro, les banques de toute la zone euro investissent dans toute la zone euro, alors que pour les autres pays, ce sont leurs banques qui investissent dans leur etat. D’ou une dilution dans la zone euro.

  6. Elphyr

    Moscovici était épique hier sur BFM TV (l’infâme chaîne ultragigamega libérale c’est bien connu).
    Selon lui parler économie et fiscalité c’est « trop technique » et donc c’était mieux de parler de sa note sur le Financial Times, de la difficulté de son boulot, de son amour pour la social-démocratie et de « sa révolution ». Parceque, première nouvelle, l’UMP et le PS ont une vue différente de l’économie et des recettes fiscale.

    Je ne parle même pas de Mélenchon chez Ruquier… à pleurer de rire.

  7. Dubitatif

    Et surtout pas l’ombre d’un soupçon d’économie chez nos illustres dirigeants. A croire que claquer moins de fric c’est le mal absolu, enfin pour eux, parce que pour moi c’est devenu un art de vivre ….

  8. Marco33

    L’électorat majoritaire de Mister Hollande n’est pas -et de loin- celui des créateurs de richesses.
    Tant qu’il pourra emprunter à des taux ridicules, il le fera.
    On aura peut-être même droit à une « cagnotte fiscale » puisqu’ayant moins d’intérêts que prévus à devoir, nos brillants gouvernants vont transformer cela en « richesse » providentielle signe d’une bonne gestion…
    Leur raisonnement est donc le suivant :

    1) la reprise éco vient des US (car cela a toujours été le cas dans le passé).

    2) Elle donne des signes de redémarrage.

    3) Il faut gagner du temps, pour que nous puissions en bénéficier.

    4) Les taux bas, permettent de ne tondre que ceux qui de toute façon ne votent pas pour « nous ».

    Pour être sûr de passer ce laps de temps sans trop grand risques, les placements des français deviennent de plus en plus des actifs de la France (avec le relèvement du Livret A et du LDD, puisque 65% partent à la CDC pour acheter des OAT).
    Au passage, un petit coup de pousse pour aider au respect de Bâle III pour les banques.

  9. Pere Collateur

    « à l’exception évidente de ceux qui seront investi en or… »

    Même pas sur. Un état peu très bien confisquer l’or de ses concitoyens.
    Ca c’est déjà vu, notamment aux US pendant la crise de 29.

    D’ailleurs je me demande à lépoque quel genre de couillon a bien pu aller de lui même remettre son Or au fisc US…

    1. YP

      Il y avait la peine de mort pour ceux qui n’avaient pas donné leur or. Donc, les mecs pouvaient effectivement garder discrêtement leur or… Mais ils ne pouvaient rien en faire, puisque s’en servir revenait à prnedre le risque de se faire dénoncer !

      1. Pascale

        Ca aurait permis la création d’un circuit totalement hors de contrôle de l’état. Comme la drogue aujourd’hui.

    2. Oui et non. Il peut, sur le papier, confisquer. Mais aller chercher l’or chez les particuliers, c’est mal vu. Très très mal vu. Le Front Populaire a tenté ça en France (interdiction du commerce de l’or) et est bien vite revenu dessus devant la grogne bien plus populaire que lui.

      1. Sébastien R.

        Si c’est de l’or physique, gardé à l’étranger, avec des ordres passés sur internet… je ne vois pas ce qu’ils peuvent faire. Peut-être suis-je naif ?

        1. Nocte

          The Great French Firewall…

          Une petite liste blanche (les sites des banques Françaises, et éventuellement les établissements financiers qui paieront leur dîme à l’Etat et donneront les noms de leurs clients Français) fournie à ton FAI, et ton pognon à l’étranger devient inaccessible…

          Bon OK, vu les capacités de nos dirigeants à comprendre Internet, le temps qu’ils captent que les VPNs, ça ne sert pas qu’à pirater (ou à lire des théories particulièrement subversives comme le libéralisme), mais surtout à dépasser les filtrages, on aura vu fleurir une offre pléthorique qu’ils ne pourront jamais combattre.

        2. Sanksion

          Les étrangers peuvent te le prendre et tu ne peux rien contre ça. Je garde mon or chez moi, si quelqu’un le veut, j’ai aussi du 22 pour lui.

      2. Pere Collateur

        On est plus à l’époque du front populaire. Actuellement, les cons volent en escadrie et osent tout.
        Faut donc s’attendre à tout et n’importe quoi. Surtout n’importe quoi d’ailleurs…

        Néanmoins, ces derniers temps, je concède que l’or commence à être un bon choix, quelque soit son prix.

        En effet, jusqu’il y a peu, j’avais de gros doutes: Le prix probablement en bulle, et le fait que je comprenais bien quand en acheter, mais ne voyais pas quand le vendre me faisait exclure ce genre d’investissement.
        Sans compter que avoir ce genre de truc à la maison entraine pas mal de sueurs froides…

        Mais, actuellement, la bourse est à oublier: Taxes débiles, imposition délirante et effondrement jamais vu tres probable.
        Les assurances vie: A ejecter. Dettes d’états moisis dont même les meilleurs signatures ne pourront jamais rembourser les everest de dettes qu’ils ont chié.

        Livret A, LDD etc… : On ne sait pas ou vont les sous exactement, mais y a de la dette d’état dedans, donc idem que les assurances vie.

        Reste des livrets bancaire sur fiscalisés, et des trucs genre PEL/CEL et comptes à termes, pas tres liquides et pas tres rémunérés.

        Il n’y a plus de placement pas ou peu risqués.

        Donc je pense qu’on est arrivé à un moment charnière ou il devient judicieux de se positionner sur l’or physique… Et sur le plomb aussi.

        1. YP

          Assurance vie, PEL : niveau de liquidité quasi-nul (argent disponible au mieux sous quinzaine – voir plus d’un mois pour les primes.) La défiscalisation au prix de la séquestration : A fuir ! Ce ne sont pas des placement, mais des pièges.

          Livret A, LDD, CEL : niveau de liquidité équivalent à celui des comptes épargnes (acceptable pour le moment.)

        2. Ninobello

          Oui, le plomb, aussi ! Pere Collateur. Va y’en avoir besoin… En fait, pour chaque kilo d’or acheté, pensez à, également, faire l’acquisition d’une kelach et de ses munitions.

  10. infraniouzes

    « Votre argent m’intéresse »… Vieux slogan de la BNP des années 60′. On prend les mêmes et on recommence…

  11. Porfirio

    Quelle blague cette histoire de renationalisation.
    Ca fait quand même depuis le début de la crise que ça revient régulièrement sur le tapis, et lors de mes différents sondages sur le sujet (même si je reconnais le biais d’approche), j’ai toujours entendu qu’il en était hors de question (pas à moins de 5 voire 10% pour certains).
    Enfin, s’il se trouve d’aimables piyons, les risques devraient être expliqués dans les belles pages de certifications AMF des futurs produits.

    A la lecture première du blog de la Borgia,renvoyé par un aimable commentateur d’ici, j’avais tiqué sur cette phrase:
    « Notre épargne nationale très abondante est investie massivement en assurance vie. En la libérant d’une partie du portage de la dette publique, nous pourrions dégager des marges de manoeuvre considérables pour investir à long terme dans nos entreprises. »

    Ca me paraît très abstrus à la lecture, et j’ignore si en fait (probablement à tort parce que c’est vraiment pas clair) elle ne propose pas clairement d’offrir un nouveau véhicule de placement en concurrence avec les assurances-vies pour caser de l’emprunt d’entreprise, adossé à celui de l’état, à bon marché pour ces dernières (il me semble que Total ou BNP empruntent sur 10 ans à des taux supérieurs à ceux de la France, c’est vous dire pour les autres).

    J’ai l’esprit chagrin ou alors c’est une belle annonce de subvention déguisée?

  12. peste et coryza

    Superbe.
    Je n’ai plus qu’à chercher comment sauver ma petite épargne durement accumulée…

    Assurance vie ? surtout pas. Les actions ? le marché est truqué. Le livret A ? il y a intérêt à faire le vide au plus vite. L’or ? faut bien le cacher, et miner le terrain. Les armes ? confiscables…

    1. Yrreiht

      Bin il reste si ce n’est pas déjà fait votre maison + jardin potager, et puis quand c’est à vous, à partir d’un mètre de profondeur même un détecteur de métaux performant ne détecte plus les petites pièces de 20F.

      Comme au bon vieux temps.

      1. peste et coryza

        Je ne peut pas : je suis trop pauvre pour m’acheter une maison avec un potager.
        CDD mal payé oblige. Je ne pourrai améliorer ma situation que par l’expatriation après avoir passé ma thèse.

        Il ne me reste que l’or et le plomb.
        Mon idée en K2KK est d’investir dans un terrain et une caravane/mobilhome en montagne, et de farcir tout ça de pièges vicelards.

        1. deres

          Attention aux pièges, barbelés et autres bouts de verre sur les murs …
          Vous êtes juridiquement responsables des blessures vicieuses infligés avec cruauté aux gentils cambrioleurs. Ceux-ci sont de gentilles victimes de la société ou des ostracisés par le méchant gouvernement roumains je vous le rappelle. La possession d’un terrain et la présence de piège signale au monde que vous êtes un immonde fachiste non partageur.

    2. YP

      Les armes à poudre noire sont en 8ème catégorie (c’est à dire, détention libre et non soumise à déclaration.)

    3. Sanksion

      Il y a trop de .22, de .222, et de calibre 12 (les calibres de chasse) pour qu’une confiscation se passe sans résistance.

    4. Sanksion

      Le pire dans les armes, c’est l’auto confiscation. Ex : je ne vais pas en acheter car je pourrai me la faire confisquer. On s’auto-confisque surement pour une éventuelle confiscation.

      Alors qu’au contraire, plus on est nombreux à en avoir, moins il y a de chances pour une confiscation.

      Le mec qui veut interdire les calibres de chasse en France (22, 222, 12), il n’est pas sorti de l’auberge. lol

  13. pseudodopode

    Cet article semble faire aussi le triste écho de Gros Balourd… pardon je veux dire Montebourde qui « ne veut plus de Mittal en France »… Et dire que Breton le soutien :

    http://www.boursier.com/actions/actualites/news/nationalisation-de-florange-quand-thierry-breton-rejoint-montebourg-508240.html?sitemap

    D’après cet article de wikipédia (je ne peux hélas dire ce qu’il vaut à l’heure actuelle) :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Arcelor-Mittal

    le gouvernement aurait allégrement jeté des milliards dans le panier percé du secteur sidérurgique en France avant de le céder pour pas grand-chose à ces « méchants industriels privés honnis et détestés à la solde du grand capital ».

    « Chaque salarié de la sidérurgie licencié aura coûté à l’État français plus d’un million de francs. »

    On dirait que malgré la crise ce soit reparti pour un tour… Sniff

    1. eheime

      Ce Montebourg, toute les gaffes à pas faire, il les fait une à une. Il est écervelé.
      Au lieu de d’écraser Mittal avec le sourire et sans bruit. Lui il fait ça avec fracas.
      Je ne comprends pas que les autres ne lui mette pas le baillon.

      1. YP

        Ils essayent, mais alors il va ouvrir sa gueule à l’étranger (comme en Algérie : si vous ne trouvez pas d’articles dans la presse française, c’est normal…)

        1. YP

          Merci pour le lien ! C’est cet article que j’avais vu, mais impossible de remettre la main dessus (Alzheimer, quand tu nous tiens…)

    2. Alex6

      Vous ne comprenez rien.
      Il est au contraire fondamental que l’etat, omniscient comme chacun sait, prenne enfin le controle de cette industrie d’avenir qu’est l’acierie. Le moment est tres strategiquement choisi, jugez plutot: le marche de l’automobile se contracte fortement en Europe mais est en expansion en asie, il est donc parfaitement logique de produire en… Europe bien sur!
      La bulle immo chinoise a commence a se degonfler et la demande en acier de construction a deja fortement chute, forcant les producteurs de fer a reduire la voilure. Il est donc parfaitement logique de mettre les bouchees doubles pour importer du fer et du charbon en France pour produire de l’acier dont personne ne veut.
      La direction de Mittal est debile, en plus ils sont etrangers (les indiens sont nombreux et sales, chacun le sait) et ne meritent donc pas de conserver ce dans quoi ils ont eu la betise d’investir.
      Il ne manquerait plus que le droit de propriete soit respecte en France et que l’etat se mette a investir dans des industries non-obsoletes. On est en France, merde!

  14. MarcusVinicius

    Mais il y a assurances-vie et assurances-vie. C’est sûr que si vous êtes investi sur les fonds en euros d’une assurance-vie banale, vous êtes sûr de participer au financement de la dette française, pour un rendement ridicule en plus, mais il existe de bons contrats, eclusivement en unités de compte (= actions), hors Europe, qui ont de bons rendements, et qui ne participent pas à la gabégie des etats providence. Je suis d’ailleurs étonné que les socialauds n’aient pas encore eu l’idée de taxer férocement les assurances-vie de ce type. Ca ne saurait tarder je pense.

    1. Aristarque

      Eh Oh !
      Et leurs petites économies à eux ?
      Il faut bien qu’ils les mettent quelque part, en dehors de France puisque le vent peut tourner brutalement…
      Souvenons nous que ce « pauvre » couple d’énarques dont une moitié nous dirige n’avait que les moyens de se payer un petit appartement tout neuf pour abriter la petite famille, vers 1990, dans une commune prolétaire et pour la modique somme de 3.500.000 F à l’époque puis ensuite une maison de vacances dans un lotissement fermé pour la modeste somme déclarée à l’ISF de 220.000 euros vers 2006, montant qui faisait se tordre de rire les agents immobiliers du cru qui disaient, à l’unisson, qu’ils la rachetaient immédiatement à ce prix sans même la moindre ombre d’une négociation sur les pépétes…

  15. Lib

    La véritable perversité du truc, c’est que ces crapules s’appuient sur la bienveillance des gens (ici leur patriotisme) pour les baiser. La fabrique de la défiance tourne à plein régime : quand le bousin s’effondrera les victimes ne seront pas près de faire confiance à nouveau.

    Mais le « bon coté » des choses (en un sens vraiment tordu), c’est que, comme ils vont rembourser les prêteurs avec de la fausse monnaie, finalement tout le monde sera baisé, même ceux qui n’auront pas souscrit aux bons du trésor.

  16. raimverd

    Le raisonnement complet de la renationalisation de la dette est le suivant :

    1 – début par NKM OK
    2 – « La dette n’a aucune importance nous nous la devons à nous mêmes »
    3 – « Chaque génération passe à la suivante à la fois les dettes et les créances »
    4 – « Si à l’intérieur du pays les créanciers ne coïncident pas avec les débiteurs, ce n’est pas un problème non plus. C’est une simple question de redistribution. »

    2, 3, 4, viennent directement de la bouche des chevaux qui sont d’éminents économistes. (Par exemple JP Fitoussi en son temps. Mais il ne faisait que répéter ce que d’autres avaient dit avant lui.)

    1. Aristarque

      Quel dommage que la réalité ne soit pas exactement comme ce beau paysage économique….
      Le monde est vraiment impitoyable…
      Vite, une dose de bisounousisme renforcé !

  17. Pascale

    Le mal est incurable.
    En effet, j’ai lu ou entendu, je ne sais plus, sur quelque média gauchiste, que les profits faits par les entreprises, ne sont constitués que de l’argent « extorqué » au consommateur.
    Où l’on voit l’abyssale c……e de celui qui sort un pareil « raisonnement », abyssale à tous points de vue : économique, moral et émotionnel (la haine pour l’entrepreneur qui offre des services ou des produits manufacturés)

      1. YP

        Quel rapport avec la choucroute ? Tu te ballades tout(e) nu(e) ? Tu est poilu(e) ? Dans quel magasin tu achètes tes fringues, ô grand(e) savant(e) de la solidarité éco-consciente et équitable ? Par quelle logique tordue arrives-tu à faire le rapprochement entre une personne en France et un incendie au Bengladesh ?

        Bon. Pascale, tu n’est qu’une horrible pyromane. Met le feu immédiatement à toute ta garde robe afin d’absoudre tes péchés d’irrécupérable consommatrice. Et tu est en plus privée de croquer des petits bébés communistes au petit dej’. Et ce, pendant deux mois. Non mais ! Sans quoi on t’envoie Arnaud Montebourg pour te redresser les idées (méfie toi, il est célibataire.)

  18. Pascale

    «  » »Ceux qui prêtent ne font, en réalité, qu’un pari sur le bon versement d’éventuels dividendes ajustés au micromètre pour être amoureusement sabotés par l’inflation… » » »

    Et bien entendu, ces « actionnaires » de l’état, qui ont acheté des « actions » d’état plutôt que des actions d’entreprises, ne seront pas médiatiquement cloués au pilori, eux les héros qui « investissent » dans l’idole adulée qu’est l’état, plutôt que d’acheter des actions de ces grands groupes capitalistes-apatrides-profiteurs-criminels etc, etc, (vous connaissez la rengaine)

  19. Pascale

    Je ne sais aps si on peut conseiller qui que ce soit sur des placements à effectuer en France. Même dans l’immobilier. Quand on voit que les Français applaudissent ce genre de pratique : http://banlieue.blog.lemonde.fr/2012/11/23/la-legion-dhonneur-pour-la-preemption-immobiliere-a-saint-ouen/

    Je n’ai pas pu m’empêcher de reposter ce lien, tant il fait dresser les cheveux sur la tête pour deux raisons : 1/ l’évènement en lui-même, et surtout 2/ les Français sont des victimes consentantes (surtout quand ils croient que ça touche uniquement les autres, et qu’eux sont bien « protégés » par l’état « redistributeur »)

      1. eheime

        Non, je ne pense pas que les gens comprennent bien où mène le communisme.
        Même les gens pourtant bien protégés au sein des partis communistes Chinois, Russes, Roumains, à un moment donné, tous ont souhaité y mettre fin. Le reste de la population, inutile d’en parler.
        La France devient se soviétise sous nos yeux.
        Une étape supplémentaire est franchie : spolier les mechants investisseurs étrangers, comme au bon vieux temps des emprunts russes.

      2. YP

        La majorité électorale est composée d’envieux inassumés, qui ne vont se retrouver « déçus » que par le fait qu’ils seront rattrapés par les mesures qu’ils préconisent (pour les autres) : Ils savent très bien ce qu’ils veulent et ce que cela implique (pour les autres.)

        1. PAF

          moi je crois que la plupart des gens, et surtout a gauche, ne font pas le rapport entre le niveau de taxation et le marasme economique.

        2. Pascale

          C’est à se demander si, une fois le communisme complètement installé en France, les Français ne seront pas heureux de vivre ainsi, du moment qu’il n’y aura plus de méchants capitalistes apatrides et que tout le monde sera prisonnier de l’enfer fiscal.
          Parce que l’on nous parle du Mur qui est tombé il y a quelques décennies, mais les Français sont en train de se faire enfermer insidieusement dans leurs frontières avec punitions financières ou administratives (perte de la nationalité française éventuelle évoquée par l’autre socialiste Sarko)en cas de désobéissance au maître.

        3. Nocte

          Dixit une institutrice dans l’école de mon fils : « j’ai voté Hollande, je n’aurai pas du… il favorise les pauvres avec mon argent »

          « Welcome in The Real World, Neo. »

        4. Théo31

          « il favorise les pauvres avec mon argent »

          Magnifique déclaration socialiste qui rappelle pour pour les degôches, les pauvres sont, dans l’ordre, des merdes, des pigeons, des électeurs et enfin des enculés au sable chaud.

        5. Nocte

          Tabasser les mieux lotis, ça lui allait bien (« faut voir ce qui leur reste après impôts ! »), mais à partir du moment où on lui prend son pognon à elle, la solidarité, elle lui chie dessus…

    1. Flo

      En regardant la vidéo que des commentateurs de cet article ont mis en ligne on se rend compte que cette femme représente un très grand danger pour la société.
      Sa place est en prison ou dans un asile.
      (Regardez l’expression de son visage quand le reporter la coince, ça fait vraiment peur…).
      Penser qu’elle excerce des responsabilités publiques fait froid dans le dos. Et l’autre imbé..le qui lui décerne une décoration!

  20. Fergunil

    Je suis retombé par hasard sur ce test :
    http://www.anesi.com/fscale.htm
    C’est un outil d’il y a 50 ans et qui mesure la réceptivité aux idées fascistes.
    Il serait intéressant d’avoir le résultat de ce test pour nos moutons de compatriotes et nos abrutis de berger. Je pense que beaucoup de choses s’éclaireraient.

    Sinon je reste sur mon idée que le socialisme a surement raison, c’est cette petite &é »é& de réalité qui a tord, c’est bien connu 🙂

      1. Peste et corriza

        Faut voir…

        J’obtiens « discipliné mais tolérant »…

        Alors que tous mes collègues titulaires pensent que je lève le bras dans des caves le soir…

        1. hussardbleu

          amusant… et prévisible… sacrés Yanks… pas tellement changé depuis le « Fragebogen » de Von Salomon… il y a… hmmm! 30 ans et plus… le Nouvel Obs, que je lisais parfois pour m’amuser, avait sorti un test de ce genre : j’avais obtenu comme diagnostic « extrême droite rationaliste à la Michel Poniatowski »… moi qui me voyais en « extrême droite romantique »… encore une désillusion…

    1. gem

      très intéressant ce site. mon F-score est 2,933… = « You are a liberal airhead. » (pour ce que ça vaut)

      http://www.anesi.com/Fascism-TheUltimateDefinition.htm
      « The point here is this: if you think you are better than a fascist because you are passing laws to control people’s behavior in trivial and oppressive ways, instead of beating people up, well, you are wrong. The fascists did exactly the same thing. In fact, you are worse than a fascist, because you are too cowardly to do the dirty work yourself, and want to leave it to the police and the courts.  »

      Ça semble écrit pour nos politiciens, quasiment tous, et aussi les Trolls anti-libéraux qui passent.

  21. Regisseur

    Merci pour ce billet.

    Il est très probable ce billet devra être souvent exhumé, puisque c’est un quasi-consensus dans la classe politique française, si on ne tient pas compte de ceux qui jugent la dette illégitime et veulent la répudier…

    Cet article illustre bien ce que je pense être le plus grand intérêt de votre réflexion. En dehors d’être instructif et distrayant – votre blog met parfaitement en lumière la grande mascarade que constitue l »alternance » depuis 30 ans.

    La « gauche » et « la droite » se succèdent en menant des politiques économiques (budgétaires ou monétaires) totalement similaires – en dehors de quelques marqueurs symboliques – qui nous mènent droit à la catastrophe.

    Il est très probable que la nationalisation de la dette sera la dernière étape lorsque les marchés renâcleront. L’exil des riches – les pauvres étant toujours obligé de rester – sera alors massif et généralisé, et la crise, la vraie, nous frappera violemment.

    Je souhaitais vous soumettre une autre idée d’article. Il me semble que le niveau de taxation très élevée que nous subissons ne peut pas continuer à grimper sans provoquer un effet « courbe de Laffer », où la manne récoltée – en proportion du PIB – deviendra plus faible, alors que les taux marginaux augmentent pour cause de réduction de l’assiette. Je connais mal les chiffres de la fiscalité et je ne suis pas sur que nous en soyons déjà là.
    Mais existe t’il des chiffres qui puissent montrer ce phénomène (sur certaines taxes ou certains secteurs)? ou y a t’il des signes avant coureurs?
    Je sais par exemple que l’institut montaigne – oui, oui les mêmes qui parlent de renationaliser la dette – ont montré que l’ISF est contreproductif : outre les effets de signal, le fruit de l’ISF est inférieur aux retombées (IR, IS, TVA, taxe sur le capital) pour les plus riches.

    1. YP

      Je vois surtout que ce sont des énarques à tous les étages(hormis Ayrault et Sarko) qui se refilent des postes contre de petits arrangements entre amis.

    2. Le trafic actuel de Nantes Atlantique et de Rennes (tous les deux sous-utilisés) et le fait même que Ayrault (magouilleur devant l’éternel) propulse NDDL montre de façon limpide que ce projet est une farce économique.

      1. Tea Party

        Je suis atterré sur un site libéral!!! de lire des messages de posteurs qui se demandent, si les escrologistes-fonctionnaires-enseignants-barbus-ultra gauchos-obtus-contre ce qui est pour, pour ce qui est contre, qui ne respectent pas la loi, quel que soit leurs opinions sur le sujet, ont tort ou pas ? !

        En oubliant que la loi, c’est la loi, et que l’intérêt général doit primer sur les intérêts particuliers. Je vais retourner jeter un œil, sur les sites de gauches, ou de l’UMP, pour y lire la même chose !!

        Pour info, j’ai assisté à nombres de réunions champêtres du Tea Party, dont je suis adhérent, où il y avait des gens ouvertement du K.K.K, des bickers avec tatouages, insignes nazis sur les blousons, c’est cela la liberté !! la vraie, l’authentique, le vrai libéralisme, celui où, il est même parfaitement autorisé d’être idiots et d’être adeptes d’idées nauséeuses.

        Comme je n’ai pas envie de vous plaire, je suis contre le RMI, toutes les aides au chômage, la CMU, l’ AME, la sécurité sociale, sans parler de toutes ses associations anti françaises, anti-blancs, que les français payent via les impôts, avec leur grand accord, comme ils ont accepté sans sourciller l’arrêt de la peine de mort, la loi Gayssot, Pléven, qui les musèlent, qui les obligent à savoir comment penser, comment parler, ce qui ne les dérangent pas le moins du monde, mais qui, sur les posts veulent faire la révolution : pauvres burnes ! et encore je suis poli.

        Non messieurs vous n’ êtes absolument pas de vrais libéraux sinon à la mode de Caen, de la pale imitation française comme d’habitude.

        Comme c’est la dernière fois que je poste, et que j’ai assez perdu de temps. Autant dire ce que je pense vraiment, des libéraux de votre acabit j’en fais tous les jours aux WC, et je tire la chasse d’eau dessus.

        1. Alex6

          Pardon mais vous vous rendez compte que votre argumentation vous fait vous faire prendre les pieds dans le tapis de maniere magistrale?
          Si comme vous le dites le vrai liberalisme est celui ou l’on peut etre idiot, les socialistes y ont bien toute leur place, au moins au meme titre que les nazis (qui sont des socialistes, cela dit au passage)
          Peut-etre que Florian s’interroge un peu trop mais il n’empeche que ca ne fait pas de mal de temperer un peu ses opinions de temps a autres.
          Et puis de toute facon, etre liberal en France ca n’est qu’un exercice de style. Que ceux qui croient encore qu’ils vont pouvoir changer la mentalite francaise en y injectant du liberalisme abandonnent vite leur illusion et se concentrent sur eux-memes. Les Francais ne meritent pas que l’on perde son temps a les eduquer.

        2. « ’intérêt général doit primer sur les intérêts particuliers »
          L’intérêt général, ça n’existe pas.

          « je suis contre le RMI, toutes les aides au chômage, la CMU, l’ AME, la sécurité sociale »
          Ben comme beaucoup ici, à commencer par moi. Rien d’original.

          « vous n’ êtes absolument pas de vrais libéraux sinon à la mode de Caen »
          T’es qui, toi, pour distribuer des diplômes de libéralisme ?

          Accessoirement, personne n’a dit que ce que faisaient les bobos enkystés sur NDDL était légal. La question est de savoir si l’aéroport NDDL est viable et économiquement sensé ou pas. Pour moi, la réponse est non, indépendamment des conneries gauchistes qu’on peut observer. Tu résonnes au lieu de raisonner.

      2. Florian

        « Le trafic actuel de Nantes Atlantique et de Rennes (tous les deux sous-utilisés) et le fait même que Ayrault (magouilleur devant l’éternel) propulse NDDL montre de façon limpide que ce projet est une farce économique. »

        Je suis d’Accord. Je le savais déjà.
        Mais à moins d’avoir mal lu, l’auteur du lien posté est contre cet aéroport et propose d’autres alternatives.
        Ce que je cherche à savoir, ce n’Est pas si ce projet d’aéroport est bien. On le sait que ce n’est pas viable.
        Mais quoi faire pour le problème des Aéroports Nantes-Rennes ? Quelles solutions ?

        Merci pour les réponses.
        Et j’ai découvert le libéralisme (le vrai) depuis peu. Mon expertise sur les sujets économico-politique n’est pas encore au point 🙂
        On apprend tous les jours comme on dis.

  22. Morsay

    quand on parle des assistés (comme en début d’article) il ne faut surtout pas oublier les grandes entreprises qui touchent du pognon de l’état français : subventions, aides diverses…

    ce sont eux les vrais assistés bien pire que les RSA et chômeurs, qui bien souvent n’ont que ça pour vivre et cherchent à se sortir de l’assistanat au contraire des grands groupes

    1. Mominette

      Ne confond pas. L’Etat français se vide de ses capitaux aussi sûrement qu’une baignoire sans bouchon. Ce que tu imagines être des « aides » aux grandes entreprises est un vague correctif ciblé pour atténuer l’absence de charme du substrat français pour le monde entrepreneurial. Même si ces entreprises rapportent un peu moins qu’espérer, elles n’en sont pas moins la ressource essentielle de la France.
      Tandis qu’une entreprise qui ferme ou s’en va, c’est … plus rien, pas même d’emplois.

      Par contre, un socio-rentier qui s’en va, c’est pur bonheur pour les finances publiques.

      Tu vois la différence ?

    2. Alex6

      Oui enfin « cherchent à se sortir de l’assistanat », surement pas tous.
      Avec les guignols qui restent au chomage le plus longtemps possible, enchainent les conges maladies et n’en foutent pas une au boulot afin de se faire virer et pouvoir retourner le plus vite possible a la maison pour jouer a des jeux videos, il y a une sacre tripote de glandeurs qui profitent bien du systeme sans avoir aucune intention d’en sortir.
      J’en ai connu plusieurs et j’en connais qui continuent a le faire en toute decontraction. Ils ne se genaient pas non plus pour me dire d’aller me faire fou*** quand je me plaignais de payer un mois de salaire brut d’impots par an. S’il y en a qui lise ca, je leurs transmets mes plus sinceres souhaits de fin d’allocation. De toutes facons, ca n’est plus moi qui regale.

      1. peste et coryza

        Mouais, faut voir.

        Personnellement j’avais le RSA socle pour m’en sortir quand j’étais au chômage. Pas d’APL, ni d’autres allocs, car je n’ai pas jamais compris comment le système marché. Et aussi parce que je préférai chercher un job que me reconvertir en escroc.
        Il m’a fallu près de 800 CV pour retrouver un job.

        Ceux que j’ai vu glander au chomdu ont souvent le même profil : chance importée ou cas social, macqué avec une pondeuse.

  23. Oni

    « Bref : la décision de Moody’s aura sûrement pas mal d’impact. »

    Il ne me semble pas que le spread OAT / DBR ait augmenté de manière significative depuis la dégradation de Moody’s…

    (Cela dit, ça ne m’empêche pas d’être d’accord avec le reste de l’article et la majorité des commentaires).

    1. Le spread ne va pas augmenter d’un coup, tout de suite. Les réallocations de fonds ne se font pas en 2 jours.

      1. Oni

        Les réallocations ?

        Avant cette dégradation la France était notée Aaa / AA+ / AAA.
        Si une société regarde le plus mauvais rating, alors elle considère l’OAT comme AA+ et donc aucun changement.
        Si elle regarde le second meilleur rating, comme c’est le cas dans Solvency 2, alors elle considère l’OAT comme AA+, donc aucun changement.
        Si elle se soucis du meilleur rating, alors l’OAT est toujours AAA, et donc aucun changement.

        Bon évidemment, je pars de l’hypothèse qu’on ne regarde que SP/Moodys/Fitch, mais c’est assez courant…
        Au pire (ou mieux), la société regarde ses analyses internes, auquel cas, elle n’a pas attendu la décision de Moody’s pour alléger ou renforcer ses positions.

        j’ai du mal à voir un écartement de spread dans les semaines / mois à venir A CAUSE de cette dégradation.

        Ci joint l’évolution du spread sur une quinzaine de jours : http://up.sur-la-toile.com/i179P

        1. Non, je parle des fonds qui ont obligation légale de n’avoir que du AAA et de la note qu’aura le fonds de soutien monétaire européen à la suite de la dégradation. Il faut s’attendre, dans le futur, à des mouvements qui se feront de toute façon lentement (liquider de grosses positions en dette française en quelques heures ou quelques jours n’a pas de sens).

          De toute façon, on verra bien.

        2. Oni

          Justement, c’est ce que j’essaye d’expliquer. S’ils ont obligation de ne détenir que du AAA, soit pour eux ça ne change rien car la France n’était plus considérée comme AAA à cause de S&P en janvier, soit elle est toujours considérée comme AAA grâce à Fitch.
          Cela dit, j’me trompe peut être, en fait.

          Ok pour la note du fonds de soutien. Ok pour la stupidité de liquider des grosses positions en un minimum de temps.

          1. Ok, je n’avais pas compris la première remarque. Oui, effectivement, mais on peut aussi imaginer une position intermédiaire : la France avait 2 notes AAA sur 3, on n’a donc rien fait. On n’en a plus qu’une maintenant, on liquide…

  24. channy

    #j’ai l’idée que l’épargne des Français, qui est à un niveau très élevé – 17% de nos revenus sont épargnés puisse être mobilisée pour l’industrie, pour le logement et aussi pour la dette#
    Pour memoire en 1997, la Thailande avait coule avec un taux d epargne de 22o/o
    De toutes facons comme l avait dit H16 l effondrement sera lent et tres douloureux, les Francais pleurnichards ne sont absolument pas prepare a ce qu il vont se prendre dans la tronche.

  25. Mominette

    Il ne faut pas avoir fait l’ENA pour comprendre que l’avantge d’une dette intérieure, c’est que ses intérêts restent en France, egt participent à la consommation.

    Mais l’Etat propose, et l’investisseur dispose. Vu les taux d’emprunts quasi gratuits actuellement, un « grand emprunt intérieur » ne proposerait pas plus que 1 % brut.

    C’est d’ailleurs ce qu’on vient de voir en Belgique : l’an dernier, l’emprunt (assez confortable)a été souscrit en à peine quelques heures, par plus de 300.000 épargnants.

    Aujourd’hui, avec le taux ridicule prévu, ils sont … 700 nases à avoir cru faire l’affaire du jour !

    J’imagine que même Normal Ir et sa Croisière qui s’Amuse sont informés du formidable succès belge, et que cela va les calmer.

Les commentaires sont fermés.