Vous reprendrez bien un peu d’écocide ?

Ce 22 janvier, vous allez sans doute entendre parler d’une initiative écologique, évidemment citoyenne, aux couleurs acidulées et aux slogans racoleurs dont le but est, d’enfin, donner ses lettres de noblesses à la lutte pour un environnement aseptisé de toute présence humaine. Comme on va le découvrir, le but de cette initiative est d’en finir une bonne fois pour toute avec la mollesse et la gentillesse pour faire passer le sort des petits animaux et des petites plantes avant celui des gros humains pollueurs…

Comme vous ne le soupçonnez peut-être pas, il existe une possibilité de pousser une loi sous le nez des parlementaires européens, autrement qu’en allant baveusement les lobbyiser ou distribuer des petits dessous de table discrets : il faut, pour cela, rassembler un million de signatures (électroniques notamment) sur une pétition. Il y a d’autres règles, comme le fait que le million de voix ne doit pas provenir exclusivement d’un seul pays, mais le principe reste qu’avec un grand nombre de citoyens, s’ils se mettent tous ensemble à gribouiller une feuille ou à rassembler des adresses email, on peut arriver à proposer un projet de loi aux députés européens.

Dans le cas qui nous occupe, la superbe et frétillante initiative citoyenne a pour but d’inciter fiévreusement la Commission Européenne à proposer une loi visant à pénaliser ceux qui rentrent dans le cadre d’une définition commodément floue de « crime contre l’environnement », pompeusement appelé écocide par cette tranche d’humanité qui n’en dispose pas d’un gramme et entend bien lui mettre un terme ; ainsi, est écocide tout ce qui est une destruction d’un écosystème, ce qui est particulièrement vaste quand on y réfléchit deux minutes. Heureusement, Valérie Cabanes, la porte-parole de « End Ecocide Europe », nous vient en aide et nous explique un peu ce que son groupe de fanatiques d’écologistes veut obtenir :

« une loi visant à désigner pénalement responsables des personnes physiques qui se rendraient coupables de crimes contre l’environnement et à inciter les dirigeants, les entreprises et les banques à investir dans une transition énergétique qui saura mieux respecter l’Homme et la Nature »

nature is not always perfect

Boudiou, toutes ces petites phrases méritent qu’on regarde ça de plus près : ainsi, pour Cabanes, la loi doit trouver un moyen de cogner sur l’écocide, comme s’il n’existait rien par ailleurs, comme si toute la société n’était pas déjà chauffée à blanc, tous les jours qui passent, contre le méchant capitalisme qui détruit tout, contre la pollution des petites, des moyennes et des grandes particules provoquées par les méchants transports individuels, comme si chaque individu n’était pas constamment rappelé à l’ordre, depuis ses biscottes « bio » du matin jusqu’aux sacs poubelles spécial tri écologique du soir, et surtout comme si toute une imposante batterie de lois n’existait pas déjà, dans absolument tous les domaines imaginables, qui sanctionnent déjà lourdement tout manquement à la religion écologique …

Ainsi, pour Cabanes, la loi doit aussi inciter plein de monde à investir (lire dépenser de l’argent) pour, essentiellement, pomper moins d’énergie, tout en respectant l’Homme et la Nature (mais surtout la Nature, on l’a bien compris), ce qui se traduit très concrètement par une chasse permanente et systématique contre toutes les formes d’énergies qui permettent d’amener l’Humanité à des niveaux d’opulence et de confort inégalés dans toute son histoire. Au passage, on notera, dans l’explication fournie (reprise du site de promotion initial), que les banques ne sont pas des entreprises et méritent d’être mises dans une catégorie à part.

life : nature's way to keep meat freshBref, on comprend donc qu’il s’agit, dans tout ça, de reconnaître à la Grande & Belle Gaïahalléluhia des droits, c’est-à-dire de remettre le couvert pour cette idée assez incroyablement stupide comme je l’écrivais déjà dans ce billet de début 2011 (eh oui, le temps passe mes petits amis, le temps passe et les conneries écololubiques ne changent pas d’un iota, c’est effarant). Tout part de l’initiative de Polly Higgins, avocate anglaise mordue d’environnement et pas scientifique pour un rond de chapeau (ceux qui le sont ou le deviennent abandonnent rapidement ces fadaises). La Polly, c’est une de ces personnes parfaitement synchrone avec son temps et dont les chakras sont cordialement ouverts à toute proposition crédible de retour à l’animalité primale, avec feux de camps sympathiques mais en nombre strictement contrôlé, cueillette et chasse (mais dans des quotas bien délimités) et retour aux vraies valeurs essentielles de la misère, du dénuement et d’une espérance de vie réduite à 30 ans.

Bien évidemment, cette initiative ne serait pas totalement rigolote si elle n’était pas en plus parrainée par les habituelles excuses politiques et autres débris de l’une ou l’autre présidentielle dont l’aura ne doit rien à l’efficacité concrète mais tout à la ferveur compassée de médias gluants d’admiration, comme par exemple Efa Choly. Rien qu’avec ce genre de parrainages, on comprend qu’il s’agit ici de créer une nouvelle coercition, et que sous le prétexte ridicule d’un Droit à la Planète Propre qui ne veut, juridiquement parlant, rien dire sans introduire du collectif à la grosse louche, on va encore taillader un peu plus les libertés individuelles et ce d’autant plus facilement que les appareils qui en seront chargés sont éloignés de l’individu.

Eva Joly, une candidate sympathique & dynamique

Car il faut bien comprendre quelque chose : avoir une loi qui cherche, dans un même mouvement (fébrile), à s’occuper à la fois de la planète (la plus grosse entité dans laquelle l’Humanité a un sens) et de l’individu (la plus petite entité de l’Humanité), mais vise à construire un « monde qui place les gens et la planète en premier », c’est prétendre être capable de faire une loi opérationnelle, concrète et applicable couvrant 100% des activités humaines sur 100% des biotopes qu’il occupe (ou à peu près). C’est prétendre être capable de placer une limite dans ce qui est considéré comme une exploitation raisonnable d’un environnement, et de ce qui ne l’est pas, et ce, en 2013, alors que rien ne permet de déterminer si les définitions choisies d’environnement, d’exploitation ou de raisonnable seront les mêmes dans 10, 20 ou 100 ans.

Pondre une telle loi, c’est aussi donner la possibilité à n’importe qui d’attaquer en justice n’importe qui d’autre, pour à peu près n’importe quelle raison tant on comprend que les termes qui définiront la loi devront être flous sauf à saborder purement et simplement l’initiative, tant la notion même d’écocide est proprement impossible à saisir.

Derrière les meilleures intentions du monde (sauver les gentils bébés phoques, empêcher les méchantes multinationales d’empoisonner du monde parce qu’elles sont très méchantes, et protéger les plantes vertes connues et inconnues parce qu’elles contiennent, certainement, mille et un remèdes pour nous sauver du cancer et de la chaude-pisse), pousser cette loi, c’est clairement faire avancer d’un grand pas la cause de ce collectivisme redoutable qui entend annuler toute prise de risque, et renvoyer l’homme à sa condition animale la plus simple ; derrière ces grandes idées éthérées et ces beaux principes où le new-âge se mêle aux odeurs d’encens bio pour un monde meilleur plein d’enfants qui courent dans la lumière du soleil, on trouve une envie systématique de définir pour les autres ce qui est bon ou pas. Et il n’y aura qu’à éplucher les commentaires des trolls égarés en bas de ce billet pour le voir : l’écologie moderne, ce n’est plus la recherche pour soi du meilleur moyen de cohabiter avec son environnement, mais c’est cette quête pénible imposée à tous de rentrer dans les cadres rigides d’un environnement défini par d’autres et pour d’autres, des idées d’humains dans une idée d’environnement.

Les prochains jours nous diront s’il existe un million de personnes suffisamment naïves ou, pire, suffisamment lucides et totalitaires pour vouloir ainsi directement imposer aux millions d’autres leurs peurs et leurs névroses diverses. Mais vous pouvez tenir pour sûr que ce genre d’initiatives ne sera pas la dernière : chaque fois qu’un groupe motivé pourra grignoter les libertés des autres à agir comme ils l’entendent, il le fera.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires84

  1. Higgins

    Pour info, je n’ai rien à voir avec Poly.

    « Toute loi, prescription ou défense, édictée en vue du soi-disant intérêt de la masse au détriment des individus, est une duperie. Que l’individu se développe au contraire dans la plénitude de sa liberté, et la masse jouira d’un bonheur total fait de tous les bonheurs particuliers. »
    Jules VERNE, Les naufragés du Jonathan, p.174

    1. Elphyr

      « So long, Eric. And tell everyone in the past for us, that no one single answer… is ever the answer. »

      Entre Ecologie et Religion, je pari que la Science aura le dernier mot.

  2. Le Gnôme

    Un million de personnes sur la population de l’UE qui est de 500 millions, c’est jouable. Il y a suffisamment de farfelus, de purs et durs écolos pour atteindre ce chiffre.

    1. Les conditions d’acceptation (sur le nombre de pays et de participants dans chaque pays) rendent ça un peu plus compliqué, cependant.

  3. Pandora

    Ce type de loi sous-entend aussi que la nature est belle et inoffensive quand elle est vierge de tout contact humain (c’est la société qui l’a polluée).

    Les premiers explorateurs qui ont pénétré dans des zones inhabités ne devaient pas être de cet avis : ils ont du affronter des dangers que le travail des hommes a permis de limiter.
    La nature a toujours été domestiquée par les hommes pour qu’elle soit plus « accueillante ».
    Et un terrain abandonné devient vite hostile : oui, la nature est sauvage !!!

    1. Nocte

      J’enverrais bien un bataillon de ce type de tarés faire un stage de 6 mois en antarctique (pas en terre adélie, hein, mais à 300 km des côtes ou alors au point de départ de l’expédition australienne du début du 20ème siècle, j’ai oublié son petit nom, désolé)

  4. Piglet

    On pourrait peut-être arriver à trouver un million de signatures pour un projet de loi en faveur des libertés. La loi européenne étant juridiquement au-dessus des lois nationales, cela pourrait fournir un outil pour lutter contre les lois liberticides ou néfastes dans notre pays. Par exemple :
    – les droits naturels (propriété, etc.) sont inaliénables
    – l’imposition ne doit pas dépasser un niveau confiscatoire de XX%
    – la liberté d’expression totale et entière doit être respectée
    – liberté de choix des assurances santé (y compris pour les régimes légaux)
    – un seuil légal d’endettement (défini de manière précise) ne doit pas être dépassé dans chaque Etat membre

    1. DocteurNapalm

      C’est vrai! Avec les nombreux visiteurs de contrepoint notamment il y aurait déjà une bonne base. Ajoutons à cela les libéraux hors du monde francophone qui sont bien plus nombreux que chez nous et le compte devrait y être… Il faudrait lancer l’initiative et faire face à la diabolisation des médias ce qui est pas gagné malheureusement.

      1. Emmanuel Brunet Bommert

        L’Empereur-Dieu Leto II risque de s’y opposer… Cette constitution était trop favorable aux grandes maisons nobles du Landsraad.

    2. Aristarque

      Tout cela est déjà dans la Constitution française actuelle qui pose en principe de s’inspirer du meilleur de celles qui l’ont précédées…
      Rappelons, avec le regretté J.F. Revel que sur le papier, la constitution de l’URSS était parmi les plus libérales du monde.
      J’ai dit : sur le papier.
      En travaux pratiques, c’était autre chose…

    3. Sylvain JUTTEAU

      @ Piglet : bravo, entièrement d’accord. Je vous propose de transformer ces principes généraux en mise en oeuvre pratique à l’échelle française :

      http://sylvainjutteau.blogspot.fr/2013/01/douze-referendums-pour-rehabiliter-la.html

      Cet article a été vu par H16 dans une forme antérieure. H16 a fait d’utiles remarques(merci!).

      Je travaille demain avec un juriste (de grand talent) pour améliorer les formulations et la lisibilité.

      Je suis aussi en contact avec le spécialiste français de la démocratie directe, Yvan Blot,qui m’a promis de me donner aussi son avis.

      Pour votre part, qu’en pensez-vous? Votre avis, même très succint, est utile. Quand on lance une flèche, le moment de lâcher la flèche a son importance…Vous pouvez répondre ici, si H16 accepte de faire pépinière d’entreprise de contre-propagande, et aussi me contacter sur mon courriel sylvain . jutteau arobase hotmail . fr

      Une fois le texte retravaillé, amendé,rendu inattaquable, il sera bien temps d’aller à la chasse aux soutiens, et de faire tache d’huile au niveau Européen.

      Je vais aussi transformer ces questions référendaires en textes de loi et décrets d’application. J’ai le temps et l’argent nécessaires pour travailler avec les bons interlocuteurs.

      Notre échange peut être le début de la lente agonie de la sangsue collectiviste. Toutes les grandes épopées ont commencé par un premier pas.

      Grosses bises.

      1. vengeusemasquée

        En tant que fonctionnaire de collectivité territoriale, j’avoue avoir particulièrement apprécié certaines de vos propositions de référendums directement en lien avec ce que je constate tous les jours dans mon environnement de travail :

        – Rétablir le droit de contrôler l’impôt : personne n’a conscience de l’utilisation qui est faite par les collectivités territoriales de l’impôt prélevé sur les citoyens. C’est particulièrement opaque puisque les comptes administratifs ne sont pas publiés,

        – Rétablir le droit d’entreprendre : chaque année, des montagnes de subventions sont accordées à des entreprises sur des critères complètement opaques et en défiant au quotidien l’égalité devant le service public. Cela doit cesser pour que l’impôt serve à un réel service public,

        – Responsabiliser les hauts fonctionnaires sur la gestion de la dette : je pense qu’il faut, dans le cas des collectivités, y inclure les élus locaux auxquels sont attachés les hauts fonctionnaires sur des postes fonctionnels. Je pense vraiment ici qu’il faut embrasser toutes les responsabilités.

        Sur le reste, je suis évidemment d’accord.
        Cordialement

        1. Sylvain JUTTEAU

          Merci vengeuse masquée. Au jour où nous ferons la lumière sur ces Tartufes, votre sens de la justice et votre force de conviction seraient bienvenus.

          Pour l’heure, votre analyse est utile pour faire mûrir la réflexion. Je note que dans les mecanismes de décision locale, la FPT a moins la main qu’ au niveau étatique. C’est précieux. J’amende le projet en ce sens, moyennant 24 heures de réflexion au calme.

          Mes hommages.

          ( @ H16 : je confesse un HS, et un piratage de zone de coms, et en plus je solliciterai à nouveau votre avis, …voire votre soutien. Vous êtes tellement chouette que Je compte bien vous casser encore un peu les noix )

  5. jo moreau

    Lutter contre les coûts exorbitants des énergies vertes, ou contre la pensée unique de l’origine anthropique des changements climatiques, sera-t-il un acte considéré comme « crime contre l’environnement » ?

    1. mlallier

      On pourrait attaquer les promoteurs/propriétaires des éoliennes terrestres pour éco-meurtres des chauves-souris et des oiseaux, des p/p des panneaux solaires pour l’éco-meurtres des lichens qui ne peuvent plus pousser sur les toits, des p/p des éoliennes offshore pour éco-mise en danger de la faune et flore sous marine – j’en oàublie sûrement.

      Chic alors !

      1. Stéphane

        Mais non. Les soldats de l’Armée du Bien s’auto-exonèreront par avance de tout dommage qu’ils pourraient commettre, car ce serait de façon forcément accidentelle, et eux oeuvrent pour le Bien et l’Intérêt Général (vous suivez?).

        Les éoliennes tueuses d’oiseau par exemple, c’est pas très bisou, mais c’est pour l’intérêt général et un avenir plus vert, alors c’est ok.

        L’industriel dont les quais de chargement de camion ne permettent plus la migration des charançons pénulviens à poil raz, lui, sera un infect auteur d’écocide méritant un passage en camp (Bio) de redressement ou, au pire, une très très forte amende.

        Evidemment (je vous connais les p’tit loups) il y en aura pour dire « eh, on n’a qu’à dire tous qu’on oeuvre pour le bien commun! » mais ne vous inquiétez pas, on mettra vite en place quelques escouades de Kapos pour vérifier scrupuleusement que tous ceux qui agissent au nom du bien commun et de la nature sont sincères. Sans omettre aucun détail.

    1. Ron Paul

      Eva Joly et nombre d’écolos peuvent se laisser pousser les poils pubiens, voire ne pas retirer leurs toiles d’araignées qui pullulent à cet endroit.

      Vous croyez franchement que ces gens, s’ils étaient bien dans leur peau avec une activité sexuelle normale, seraient aussi aigris, adeptes de lois répressives, confiscatoires, parfaitement idiotes ?

      Pour sans arrêt aller revendiquer, râler, défiler, partout, tout le temps, vous ne croyez pas que ces pauvres hères, s’ils le pouvaient, ne préféreraient pas rester chez eux, et faire un câlin avec leur moitié ! il faut bien qu’ils s’occupent.

      Non, franchement, il faut les plaindre sincèrement, être écolos est une tare, ne l’oublions jamais.

      1. Marc Aurèle

        @Ron Paul,

        C’est ici exactement le fonds de la question. Il s’agit du point absolument essentiel de la nature profonde de la personne et de sa vie en société.

        Ayn Rand avait bien montré qu’à la base de tout collectiviste se cachait un petit individu plus ou moins malade dont le but plus ou moins inconscient était dans sa vie, de projeter sa maladie sur les autres, via la force (les fameux « looters ») ou via les gémissements (les « moochers »). Tous deux partagent les mêmes caractéristiques de vie et d’expression: colère, envie, jalousie. Bref ça suinte la haine.

        Marx fut un « looters » parmi les plus connus (sa revanche sur ses bourgeois de parents théorisée et diffusée est célèbre et a changée la face du monde avec les effets que nous connaissons). Freud en est un autre (il a quand même enseveli l’Homme dans une fosse septique, non?), sinistre (rien de noble, de supérieur dans sa pensée devenue dogmatique – et de manière intéressante, attractive pour la gauche en général. Heureusement elle s’est vue bien discréditée depuis ).

        Joly et sa cohorte d’infortunés n’échappent pas à la règle. Pour notre plus grande misère, ils ont eu l’intelligence de se constituer (via l’entrisme notamment) en force politique.

        Ce mouvement, bac à sable des prochains totalitarismes, est à prendre avec très grand sérieux.

  6. Kassad

    Dans l’insoutenable légèreté de l’être Kundera avait cette définition saisissante du kitsch :

    « le kitsch, par essence, est la négation absolue de la merde ; au sens littéral comme au sens figuré : le kitsch exclut de son champ de vision tout ce que l’existence humaine a d’essentiellement inacceptable »

    Le kitsch totalitaire écologiste a pris le pouvoir dans les esprits c’est un peu comme une épidémie de zombies.

    « Avant d’être oubliés, nous serons changés en kitsch. Le kitsch, c’est la station de correspondance entre l’être et l’oubli. »

    1. Emmanuel Brunet Bommert

      C’est bien justement ça qui est drôle, l’écologisme (qu’on nomme plus souvent *environnementalisme*, en fait, dans sa forme politique), se base sur l’idée typiquement socialiste d’un monde parfait et éternel… Alors même que ni la perfection ni l’éternité ne sont naturelles.

      La vie, c’est le cycle de la mort et des renaissances perpétuelles : la vie c’est l’oubli et l’extermination perpétuelle. La vie est remplie de poubelles de l’Histoire. Mais après tout, tout ce qui vit est appelé à être réduit en cendre et transformé en quelque chose de nouveau et de différent.

      Le libéralisme est une pensée fort simple et limpide : un libéral se contente de reconnaître que nous, humains, ne sommes pas supérieurs à la nature et que nous sommes tous nés avec des limitations claires et précises qu’on ne peut enfreindre que sous peine de mort. Que, pour être plus précis, *nous sommes la vie*. Y a t-il plus écologiste sur terre que celui qui connait et accepte sa place dans l’univers ? (Pour ensuite tenter de la transcender ce qui est, là aussi, une démarche tout à fait naturelle.)

  7. Nord

    ‘sont vraiment pas gènés: « Legal definition: Ecocide is the extensive damage to, destruction of or loss of ecosystem(s) of a given territory, whether by human agency or by other causes, to such an extent that peaceful enjoyment by the inhabitants of that territory has been or will be severely diminished. »

    Donc ils affirment d’emblée qu’il existe une définition *légale* de cette aberration! Bah mon colon …

    Ceci dit, comme le disaient si bien le regretté Dr. Goebbels et le grand philosophe Rocco Siffredi: « plus c’est gros, mieux ça passe »

    1. Before

      Le premier crétin d’australopithèque qui a découvert le feu, l’a utilisé pour se chauffer et pour cuire ses aliments, et dans un même mouvement a foutu le feu à la forêt autour de lui parce qu’il ne faut pas oublier que c’est un gros con d’être humain; cet australopithèque, donc, serait coupable d’ecocide.
      Qu’un de ces gros cons de soi-disant écolos réponde à ça, trouve une justification du genre « non mais c’est pas pareil-yeu » et on pourra avancer…

    2. Fwh

      Ce qui me frappe c’est le « whether by human agency or by other causes », et plutôt le « other causes ».

      Vous vous souvenez des otaries qui bouffent des manchots pygmées en Australie ? http://h16free.com/2012/09/06/16852-non-la-nature-ne-doit-pas-avoir-le-dernier-mot

      Donc ça veut dire que l’ingérence de l’Homme avec la nature est acceptable quand cette nature elle-même fait des choses qu’une catégorie d’idiots trouvent inacceptable ?

      Parce que des « écocides » qui n’ont rien à voir avec l’homme, il s’en passe plein, tout le temps, partout.

      1. hermes21

        Diantre, vous oubliez que l’l’EGALITE doit règner partout ! Donc même s’il faut contraindre la nature, ils feront tout pour essayer d’y arriver 😉 Toujours penser que pour un socialiste le réel ne prime jamais sur l’idéologie.

    1. Aristarque

      Et à ceux qui ont subi l’ablation de l’appendice qui serait, à en juger par les dernières découvertes, une sorte de réservoir vivrier pour y loger les souches de bactéries intestinales ?
      On va les punir pour avoir injustement décimé ces pauvres petites bêtes?…

      1. raimverd

        et pendant ce temps les vrais propriétaires de la planète rigolent.

        Ils n’ont pas eu besoin de se modifier radicalement et sont toujours là depuis des milliards d’années.

        on peut supposer que pour leur confort personnel les éco… sont fervents pour essayer – en vain – de les cider (tru.)

        il s’agit des algues bleues et vertes, des champignons (micro), des bactéries et bien sûr de ces champions de la vie empruntée : les virus.

        1. Emmanuel Brunet Bommert

          Néanmoins, pour ce dernier cas de figure, les virus ne sont pas tout à fait des êtres vivants, ce sont des organismes biologiques. Au moins dans ce cas de figure, leur théorie à la con ne s’applique pas mais en fait, c’est ça qui est intéressant : leur théorie ne s’applique pas aux virus or on dit que les loups ne se dévorent pas entre eux…

  8. Woodi

    Si encore ils se contentaient de e-petitions, ça irait. Mais il a émergé une toute nouvelle espèce d’écolobaba : l’Ecologicus randonnarius. Il marche beaucoup, avec un bâton, et organise… des marches de sensibilisation à la nature. Il entre aussi dans les écoles (toujours avec son bâton, hum) et parle aux enfants tel un prophète, sous les yeux admirateurs des institutrices.
    J’ai déjà prévenu : le premier qui ose profaner l’école de mes gosses, je lui pulvérise du pesticide à la face !

    1. Jesrad

      Et quid des populations sauvages d’ovins qui jadis désertifièrent les plateaux espagnols ? Faut-il les équarrir en punition ?

      D’ailleurs il paraît dernièrement que les fortes chaleurs australiennes ont décimé les populations de certaines tiques. J’attends encore que les éscrolos montent au créneau pour défendre les sympathiques parasites (qui peuvent causer des paralysies avec leurs enzymes neurotoxiques).

    1. Aristarque

      Soyons courtois, comme l’amour : elle a (très) mal vieilli et elle en rajoute dans l’horreur…
      Ses photos de jeunesse sont nettement plus agréables…

  9. Aristarque

    Autrefois, en France et sous les abominables rois qui la dirigeaient, tout se terminait en chansons, disait-on…
    Maintenant, tout se termine en taxations…

      1. Ron Paul

        En plus s’ils étaient logiques, mais à l’impossible nul n’est tenu, ils pourraient reconnaître qu’en roulant dans de très gros véhicules, ceux qui, justement les ulcèrent, on est beaucoup plus en sécurité, que dans leurs pots de yaourts hybrides machin chose, vraiment pas beaux à voir, lors d’une simple collision même à vitesse réduite !! ( Il y a peu, je l’ai testé bien involontairement pour vous ! je me bénis entre autre pour cela de ne pas être escrologiste)

  10. John Bigballs

    Si l’écologie peut s’imposer autant sans qu’on ne puisse rien lui refuser, c’est aussi parce qu’elle fournit un kit existentiel, un « noble combat » à ceux très nombreux qui s’emmerdent et cherchent un sens à leur vie. On a tous besoin d’un noble combat, d’un enemi commun, d’un but commun. (Et de nos jours certains se contentent de peu !)

    L’écologie, (et le socialisme) c’est comme une photo de petit chat : likeable, facile digeste clair simple, flatteur pour celui s’affiche avec, procurant une satisfaction immédiate, des repaires, une identité cool, socialement acceptable, et « il faut vraiment être un monstre pour s’y opposer ».

    L’écologie, c’est le lolcat de la politique. Le « noble combat » du pauvre, le sens de la vie pour les nuls, une philosophie fast food, virale.

    Ici on a tous compris que le totalitarisme a gagné pignon sur rue en se déguisant en bisounours.
    Un bon vieux cheval de Troie non ?

    La idées libérales ne pourraient elles pas faire de même ?
    Un mouvement qui laisserait tomber liberalisme, dette, pib, revenu et autres godwineries pour parler simplement de liberté, droit des hommes, menace totalitaire ?

    1. Before

      Malheureusement, la liberté et les droits de l’homme, j’ai un peu l’impression que « les gens » s’en tamponnent le coquillard, tant ils sont persuadés qu’ils sont libres, et ont tous les droits (surtout les « droits à »); et s’ils se rendent compte qu’ils ont moins de libertés (école, santé, chômage, propriétés, …), ils sont persuadés que c’est pour le bien commun. Quant à la menace totalitaire, ils n’y croient tout simplement pas.

      1. Ron Paul

        J’ai bien peur que vous ayez raison. Les lois Gayssot, Pleven, obligent depuis longtemps, les français, sous menace réelle de la justice partiale, de moult associations nous détestant, ayant droit d’ester, à les obliger à bien parler, bien penser. Cela gêne qui ? Quand Zemmour, c’est fait condamner pour des paroles relatant des faits, que tout le monde savaient réels, et exacts qui à réagit par exemple ?
        Je ne vais pas critiquer notre fête nationale célébrant la révolution, mais qui dit ouvertement que la France a remplacé l’entretien des nobles, du clergé, par des myriades de fonctionnaires, de comités Théodule et autres, tout aussi ‘’ suceurs de sang ’’, nombreux et souvent tout aussi inutiles ou pour le moins pouvant être remplacés avantageusement par le privé ?

        A part sur le présent site, je me suis fait ‘’ modérer ’’ à chaque fois même là ou soit disant la liberté d’expression est reine, en écrivant que j’ai assisté à des réunions champêtre du Tea Party, où il y avait des gens ouvertement du K.K.K, ou des bikers avec tatouages et insignes nazis. (en plus horreur absolue, beaucoup d’entre nous, étaient armés légalement)

        Qui va croire que le français moyen ait envie de la vraie liberté, même celle de voir autrui d’adhérer à des options nauséeuses ? Il n’a déjà plus le droit officiellement de critiquer quelqu’un d’une autre couleur, d’une autre religion, sans même réfléchir, que des lois n’élimineront jamais la connerie humaine. On lui serine sans arrêt ‘’ droits de l’homme’’ sans s’apercevoir que ces droits ne s’adressent qu’aux hommes de gauche ou d’extrême. Les français sont le joug d’une vraie dictature stalinienne : qui le voit, qui est vraiment gêné ? Je ne sais pas s’ils ont peur d’une menace totalitaire, car ils sont dedans s’en ne rien dire et votant à gauche pour rajouter des couches supplémentaires.

        Si le français aimait la liberté, pour ne citer qu’un autre exemple, nous aurions nous libéraux, de nombreux électeurs, au moins un parti prônant nos idées. ( Comme je suis sympa avec vous, merci de ne pas m’énerver tout plein, en me citant Voiron et sa bande de baltringues, autant libéraux que nous sommes curés de campagne)

        1. Nemrod

          Et ben voilà, tout est dit.
          Le français moyen a la gueule pleine de liberté ( un peu ) et d’égalité ( beaucoup) sans voir qu’il n’aura bientôt que la deuxième : tous pauvres.
          Sauf ceux qui nous feront surveiller pour nôtre bien evidemment.
          Ils rêvent du jardin d’eden et vont se retrouver en RDA.

          Bien fait pour leur gueule !
          Z’ont qu’à être moins con.

        2. Nocte

          En effet, parfaitement résumé. Je passe pour un fou quand je pointe du doigt les dérives totalitaires de la France et la réponse la plus courante c’est  » c’est pas possible nous sommes en France pas dans un pays de l’est »…

        3. John Bigballs

          Le français moyen, le français moyen…
          Les étatistes monopolisent les ondes, et ça les arrange bien que vous pensiez que leur camp est une majorité absolue invincible aussi .

          Et tous ces gens, travailleurs du privé, entrepreneurs, retraités qui en ont gros sur la patate, se sentent désabusés, écoeurés, résignés, vous disent tristement qu’ils ne votent plus, ou alors votent socialiste de droite plus par rejet viscéral du socialocommunisme que par conviction ?

          Quand je discute avec une de ces personnes parfois je me dis qu’au fond on partage les mêmes valeurs mais qu »elle a juste un peu perdu le nord, à trouver des fautifs, immigration corruption ENA syndicats mais jamais rien sur la taille de l’Etat. Je me dis qu’il lui manquerait pas grand chose pour se découvrir une passion pour la liberté et débloquer ça.

          M’enfin c’est peut être moi qui m’emballe oui !

      2. GM

        C’est probablement vous en effet. Comme l’explique fort justement Walter Block dans l’article ci-dessous, on ne s’en rend pas toujours compte quand on a intégré la logique de la liberté, mais le libéralisme c’est assez radical, comme philosophie. Sans aller jusqu’à supposer, comme lui, que la nature humaine est incompatible avec la philosophie libérale, il faut reconnaître que la comprendre nécessite plus d’éducation qu’adhérer aux grands discours fumeux du socialisme. Par défaut, quelqu’un qui n’a pas rencontré la pensée libérale est politiquement un étatiste.

        http://lewrockwell.com/block/block215.html

        Le socialisme gagne parce qu’il est plus accessible aux gens, et qu’il intègre la vieille antienne religieuse du pouvoir dispensateur, que le libéralisme tend à repousser en rappelant l’individu à ses responsabilités.

        Dit autrement, dans les pays qui ont une tradition de culte du pouvoir central comme la France, le travail est assez titanesque. Avec du recul, les US tels qu’ils ont été conçus initialement, ça tient presque du miracle.

        1. Ron Paul

          @ John Bigballs : S’ils cherchent un socialiste de droite, par rejet du socialiocommunisme ?? Là ! effectivement, ils sont définitivement et irrémédiablement perdus, avec une analyse politique quelque peu bancale!! Ils ont surement donc déjà cru que de Gaulle, Chirac, Sarkozy, étaient de droite, la vraie !! Que le festival continue, et que les femmes dansent nues sur la table pour que l’orgie commence ! Moi aussi je cherche des brancardiers manchots, cela me faisait déjà rire en maternelle, mais je crois être resté jeune, malgré l’âge de mes artères.

  11. mominette

    Quand on dit l’Afrique aux africains, ou le Chili aux chiliens, tout le monde applaudit.Mais si je dis la France aux français, je me retrouve mis en examen » (Coluche)

  12. Flo

    Chez ces escrolos l’hypocrisie ne cède rien ni à l’orgueil, ni à l’incoséquence.

    Sinon, l’art de la prédiction reste difficile même pour H16 :-):

    « Et il n’y aura qu’à éplucher les commentaires des trolls égarés en bas de ce billet pour le voir »

    Toujours pas la moindre trace dans les commentaires ci-dessus…

  13. jacques henry julliard

    J’ai laissé mon point de vue sur la grand-messe qui se prépare en France sur la transition énergétique dans mon blog ce matin. D’ailleurs que veut dire « transition énergétique » ? On va s’éclairer avec des bougies et se déplacer en pédalo ?
    jacqueshenry.wordpress.com

  14. Napoli

    Cette chère Valérie Cabanes oublie une chose, c’est qu’il existe déjà un empilement monstrueux de lois qui punissent sévèrement toutes formes d’atteintes aux animaux, comme à l’environnement en général fusse t’il urbain (ce qui est du reste logique).

    Ce qui doit retenir l’attention dans ce galimatias, c’est cette petite douceur : « qui se rendraient coupables de crimes contre l’environnement ».
    Le terme étant suffisamment vague pour inclure à peu près tout mais surtout les vilains méchants qui rejettent du carbone.

    Jetez les par la porte, ils reviennent par l’égout.

  15. Sylvain JUTTEAU

    Wahou, d’la balle !

    En lisant les articles de H16, je vérifie et paufine les « axiomes du socialiste ». Dans l’article d’aujourd’hui, les axiomes 4,5, et 6 sont appliqués.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

    AXIOMES DU SOCIALISTE
    …ici dénommé « sangsue collectiviste ».

    Axiome n°1 : La sangsue collectiviste nourrit sa clientèle électorale au détriment des vrais pauvres.

    Axiome n°2 : La sangsue collectiviste préfère la contrainte fiscale au contrat.

    Axiome n°3 : La sangsue collectiviste méprise le producteur de valeur dont elle se repaît.

    —> Axiome n°4 : La sangsue collectiviste déteste la pluralité d’opinions car elle croit incarner une vérité transcendante.

    —> Axiome n°5 : La sangsue collectiviste prétend créer un Homme Nouveau.

    —> Axiome n°6 : La sangsue collectiviste fait primer la séduction sur le réel.

    Axiome n°7 : La sangsue collectiviste appelle les hauts fonctionnaires « serviteurs de l’Etat » plutôt que « fonctionnaire au service des citoyens ».

    Axiome n°8 : La sangsue collectiviste est généreuse avec l’argent des autres.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

    Et dans la mise en oeuvre pratique, les axiomes 2 et 3 ont toutes leurs chances.

    Grosses bises.

    1. Alex6

      N’importe quoi, c’est se brosser les dents qui est un truc de capitaliste apatride. la preuve, les traders que l’on voit a la tele sont toujours bien habilles et ont l’haleine fraiche.
      Un bon ecolo (« est un ecolo mort », qui a repondu ca??) se doit d’avoir du poil sous les bras et de puer du bec. C’est ca aussi le progres et le respect de la nature qui nous a fait avec des poils et des dents non-brossees.

  16. Théo31

    L’article 58 du code pénal soviétique est remis à l’honneur : on remplace « l’ennemi du peuple » par « l’ennemi de l’environnement » avec tous l’arbitraire que revêt l’expression. Et ensuite on vient nous bassiner que l’Europe est ultragigaturbolibérale.

  17. Jack

    Ca me rappelle furieusement la vidéo où un prof demandait à ses éleves qui avait fait un geste pour l’environnement le matin. Quelques-uns ne lèvent pas la main, le prof dit « c’est pas grave » et se retourne… et boum! Les récalcitrants explosent, avec de belles éclaboussures d’hémoglobine partout. Je ne me souviens plus précisément de l’origine de cette vidéo, quelqu’un peut-il me rafraîchir la mémoire?

    La vidéo était censée être humoristique, mais on voit bien que ce n’est pas le cas. Ils le pensent réellement: si tu ne respecte pas les préceptes de la Foi, on t’explose la tronche. Pour de vrai.

      1. Porfirio

        Wow!
        Hallucinant.
        J’étais passé complètement à côté de cette horreur. Je n’arrive même pas à imaginer une once de ce qui a pu leur laisser croire que c’était un bon projet à un quelconque moment.

  18. Ron Paul

    16 députés, 12 sénateurs, 15 députés européens, 2 ministres et quels ministres ! hors qu’ Eva Joly, comme son nom ne l’indique pas, à obtenu 2.31 %, lors de l’élection présidentielle autant dire peanuts . Après certains essayent de nous faire croire que nous sommes en démocratie ! mais il y a pire.

    Regardez malgré tout, comment ce groupuscule extrémiste de gauche, pas plus écologistes que quiconque quel que soit ses idées politique arrivent à nous polluer la vie ? Faire régresser notre pauvre pays ?

    C’est affolant, parmi le plus grand parti de France : les abstentionnistes, je suis certain que les vrais libéraux sont beaucoup plus nombreux, d’autant que s’ils ne vont pas voter ou vote blanc c’est qu’ils ne peuvent pas accorder leurs voix à tous les pignoufs hautement incapables, qui se sont déjà succédés depuis le début de la Cinquième République.

    H 16, il y a un boulevard ……

  19. jmhigtlittle

    En effet, il faut sévir surtout contre ceux qui ont envie d’encu…. les mouches, surtout les mouches vertes et celà de toute urgence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.