Youpi, les tarifs progressifs de l’énergie arrivent !

Franchement, on n’aurait pas rêvé mieux comme timing : le Parlement vient d’adopter la loi pour une progressivité des tarifs énergétiques alors que la moitié de la France patauge dans des centimètres de neige froide et poudreuse, et que le réchauffement climatique vient encore de nous jouer un petit tour par la case « Pas cette fois-ci ».

J’en parlais déjà en septembre de l’année dernière : le parlement a donc adopté la loi visant à instaurer un tarif progressif de l’énergie sur le territoire français. Comme d’habitude, on part d’une idée généreuse de l’argent des autres (« fournir à tous une énergie abordable ») décrivant un problème de façon biaisée (« l’énergie est trop chère ») pour laquelle on va s’échiner à trouver une solution, de préférence complètement bancale (« introduisons des tarifs progressifs ») qui introduira une myriade de problèmes pratiques et des dérives évidentes avant même la mise en place sur le terrain. Ensuite, un petit bataillon de Commissions seront sans doute créées pour résoudre la brochette de problèmes créés par cette nouvelle loi débile. Le peuple, convaincu qu’on s’occupe de lui (comme le cuisinier s’occupe du poulet) trouvera tout ceci normal et applaudira des deux mains, ce qui tombe très bien pour la popularité du Chef de l’État.

Lorsqu’en septembre, j’avais pris connaissance des velléités consternantes de François Brottes, fier député de l’Isère (que vous pouvez injurier contacter sur le mail fbrottes@assemblee-nationale.fr), qui a coordonné les méfaits travaux du groupe socialiste, je m’attendais déjà à un parcours chaotique d’une loi si mal écrite. Cela n’a pas loupé puisqu’en octobre, elle avait été retirée et modifiée (deux fois !), alors même que les factures énergétiques continuaient d’enfler de façon presque grotesque quand on connaît les quantités de gaz et de pétrole sous le sol français dont on s’interdira hermétiquement toute exploitation.

Save the planet !Mais faire passer une loi débile coûte que coûte ne représente un défi que lorsqu’on est consciencieux et attaché à une certaine mission de service public ; pour la majorité des députés et des membres du gouvernement, ce genre d’exercice est au contraire routinier, et ce d’autant plus facilement que finalement, personne ne s’occupe vraiment (à part quelques olibrius comme moi et de rares autres blogueurs) de ce qui se passe dans les Chambres républicaines. Il n’est qu’à lire les déclarations confondantes de stupidité de la minustre en charge de la pompe fécale qu’ils sont en train d’installer pour comprendre que le rouleau compresseur écolâtre est en marche et que rien ne pourra l’arrêter :

« Je suis fière que ce texte étende le bénéfice des tarifs sociaux de l’énergie alors qu’explose dans notre pays le scandale de la précarité énergétique. Cette loi est un signal vertueux pour les consommateurs. »

Eh oui : la frétillante endive frisée est toute fière d’avoir réussi à pousser sa petite crotte dans les innombrables tuyaux législatifs français, et se réjouit d’avance des misères administratives et des débilités kafkaïennes que cette loi va provoquer sur une population qui n’en peut mais. En effet, pour elle, la précarité ne se résout pas par la création de richesse, ne se combat pas en abaissant les prix de l’énergie en augmentant ou optimisant sa production, mais bien par la production de fumier technocratique dont on va épandre généreusement les plates-bandes contribuables en espérant qu’il y pousse autre chose que des taxes. C’est naïf, c’est mignon, c’est socialiste, et c’est évidemment voué à l’échec.

Mais bon. La loi est passée. À quoi pouvons-nous nous attendre ?

Eh bien dans un premier temps, à une bonne petite saisine du Conseil Constitutionnel, pour continuer sur la route caillouteuse et mal dégrossie que nos amis socialistes empruntent avec tant d’obstination. En effet, la loi, toujours aussi mal boutiquée, devra probablement en passer par là avant que le Chef de l’État ne puisse la promulguer, entre deux soupirs d’impuissance molle.

Et cet obstacle est de taille puisque, je vous le rappelle, la progressivité du tarif est obtenue par le truchement de moyens que le pragmatisme et le bon sens obligent à taxer de complètement cons : établir précisément, par exemple, le « volume de consommation » pour un habitat, volume sur lequel est décidé s’il doit y avoir malus ou bonus, nécessite de savoir combien d’habitants sont présents, de quels types (un enfant et un adulte ne consommant pas les mêmes choses, et pas dans les mêmes quantités), quel est le mode de chauffage installé et utilisé, quel est le type d’isolation, quelle est la localisation du logement, etc. Les cas amusants (double résidence lié à des obligations professionnelles par exemple, domiciles alternés pour certains étudiants, les enfants de parents divorcés en garde alternée, …) vont se multiplier et engendrer, soyez en sûr, une bureaucratie à côté de laquelle celle de Brazil aura l’air ancrée dans la réalité et l’empirisme le plus terre-à-terre. Bref, on voit se profiler tout un joli tas de questions pas du tout intrusives, extrêmement simples à collecter sans usage irraisonné de la coercition, avec des Cerfa rigolos par dizaines (écrits tout petit avec des douzaines de champs à remplir par page) et dont on devine déjà que les réponses vont donner lieu à une nouvelle créativité de la part des Français en terme d’approximation avec la réalité.

Si l’on ajoute que tout ceci fleure bon la discrimination un peu arbitraire d’un foyer à l’autre (à la façon dont un pain à tarif progressif serait vendu plus cher à un supposé bourgeois et moins à un supposé nécessiteux), que le Conseil d’État a déjà émis de nombreuses remarques, le tableau brossé est plutôt tristounet : on sent que le Chef de l’État n’aura peut-être même pas à promulguer cette créature législative de Frankenstein, fait de bric et de broc égalitariste, écocompatible et bisou-agressif.

Dans un second temps, et en imaginant que la loi passe donc les fourches caudines du Conseil Constitutionnel, que Hollande parvienne à rassembler le minimum d’énergie pour la promulguer (il pourra pour l’occasion acheter un peu de coke à son ami Sarkozy), la mise en place de l’usine à gaz promet ensuite des crises de non-rire citoyen particulièrement violentes, surtout que, je le rappelle, le texte entend lutter contre la précarité énergétique, avec des mesures telles que l’extension des tarifs sociaux de l’énergie à 4 millions de foyers parce que, comprenez-vous, c’est ainsi qu’on va aider la France à se sortir de l’ornière : en s’acharnant une fois de plus à camoufler ou réduire les symptômes (l’extension de la précarité) sans vouloir s’attacher à diminuer les causes de ceux-ci (le coût du travail, la déresponsabilisation de tous les individus, la solidarité forcée à grand coût / coups), la loi va simplement ajouter une vague supplémentaire de difficultés bouillonnantes à une population dont on sent maintenant clairement qu’elle n’a déjà plus pieds et boit la tasse à grosses gorgées salées et râpeuses.

Mais, comme je le disais en introduction, le pompon est largement atteint lorsqu’on prend connaissance des commentaires des articles de presse relatant l’affaire : le consommateur lambda, aussi électeur et contribuable soit-il, a très bien compris que tout ça va se terminer de façon fumante pour lui. Rares sont ceux qui applaudissent à l’arrivée d’une loi dont l’invraisemblable complexité promet des crises de nerfs et une multitude de contentieux dont chacun aurait largement pu se passer.

nature always win

L’écologie à la mode socialiste, c’est très rigolo lorsqu’on en a les moyens. C’est en revanche un passe-temps extrêmement coûteux lorsqu’on est en période de disette. C’est même une lubie agaçante lorsqu’il s’agit d’égalitariser au panzer législatif une énergie qu’on pourrait produire à bas coûts si on ne s’acharnait pas sur les mauvais chevaux.

Et quand on se rappelle que tous ces élus votent avec fierté ce genre d’abrutissante connerie en étant tous totalement imbibés de la certitude d’un réchauffement en cours, alors même que plus rien n’est certain, l’écologie à la mode socialiste devient carrément dangereuse. Les pauvres, encore une fois, vont trinquer.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires122

  1. Le Gnôme

    Pff, il va falloir augmenter la prime de chauffage des prolétaires qui bossent au Sénat. Je ne crois pas que le tarif social soit pour eux, mais il serait inconvenant qu’ils pâtissent de cette loi inique.

    1. infraniouzes

      Et qu’est-ce qu’il y a de prévu pour les malheureux, les économiquement faibles, les en-grande-précarité qui bossent à EDF-GDF et qui ont déjà un tarif ultra préférentiel ? Va-t-on leur mitonner un tarif ultra ultra préférentiel, les pauvres ? Il parait que, l’hiver, on voit plein d’oiseaux autours de leurs maisons car ils chauffent les fenêtres ouvertes donc les passereaux ne vont plus dans le sud mais hivernent sur place. Comme quoi les avantages Zakis ont des effets induits insoupçonnés….

      1. aristarque

        Du temps où j’ étais syndic, je devais rédiger des attestations de montant annuel du coût du chauffage collectif rapporté au logement du malheureux salarié d’EDF habitant dans un appartement non chauffé à l’ électricité donc, afin qu’il puisse percevoir la compensation juste de sa perte par rapport au tarif privilégié…

        1. NoName

          « Du temps où j’ étais syndic, je devais rédiger des attestations de montant annuel du coût du chauffage collectif rapporté au logement du malheureux salarié d’EDF habitant dans un appartement non chauffé à l’ électricité donc, afin qu’il puisse percevoir la compensation juste de sa perte par rapport au tarif privilégié… »

          *Avalanche de facepalms*

      2. René de Sévérac

        Oui, il y aura un art d’identifier les nécessiteux ….
        mais, ce qui irrite au plus haut point c’est la technique d’indexation des prix qui garantie les profits de nos fournisseurs d’énergie.
        En particulier Gdf-Suez n’a aucun intérêt à importer du gaz de schiste (GNL) dont le prix s’abaisse tous les jours (tant la production s’accroît) puisqu’un organisme officiel lui permet d’indexer automatiquement ses prix sur la base des cours du pétrole. Dit autrement toute baisse du pétrole conduit à des pertes de rentabilité.
        (Nota : le cours de la thermie d’origine GnL -Gaz naturel liquéfié- est plus de cinq fois moins cher que la thermie d’origine pétrole)

  2. aristarque

    Comme tu le dis, une pareille débilité créera un besoin de fonctionnaires, conciliateurs, bureaux, photocopieuses, petits fours et accortes escort-girls qui créera des occasions supplémentaires de paies mensuelles pour parasites. Du travail et de la production utiles, j’ en ai moins l’ impression… L’ essentiel étant de continuer à entretenir la classe d’ilotes qui vote si bien et avec bel entrain pour son maintien en servitude…

    1. Jesrad

      Dans un pays normal, sur 10 habitants actifs il y en a 7 qui créent de la richesse pour les 10, 1 qui assure qu’ils ne se mettent pas sur la tronche, et on tolère d’engraisser 2 indigents.

      En France, toujours sur 10 habitants actifs, il y en a 3 qui triment pour tous les autres, 1 qui essaie de maintenir l’ordre, et qui en est passablement empêché par les 6 connards qui les tyrannisent tous, chacun à sa façon.

        1. YP

          Normal, il n’y a que les connards qui ne sont pas fonctionnaires dans ce pays. Argument des socialputes : « ben t’avais qu’a passer le concours si tu en avais les capacités » (véridique).

      1. channy

        sauf que la donne a changé :
        -reste bien 6 ploucs pour faire chier le monde
        Mais sur les 3 qui triment:
        -1 se barre( ou va partir prochainement) à l’étranger
        -1 autre renonce et comme le dit Aristarque se sent » fatigué »
        -1 autre continue la tête dans le guidon

  3. aristarque

    Plus quelques commissions dont notre bonne fille de république égalitaire a l’ engendrement facile pour veiller à ceci ou cela de tel ou tel tuyau de l’
    usine. Par exemple, de vérifier officiellement si la commission des tourne-à-droite cyclistes a bien été consultée avant de signer le bail de l’ immeuble de bureaux à parking extérieur…

  4. Istvan

    La redistribution comme source de richesse… Comment peut-on manquer à ce point de logique ?

    J’ai eu l’occasion de discuter dans un contexte amical avec un des membres du cabinet de la F*lle du Poitou lorsqu’elle était encore bankable au PS et ce qui m’a vraiment frappé, c’est qu’il ne comprenait sincèrement pas que la répartition ne changeant RIEN à la richesse générale.
    Il ne comprenait pas non plus que prendre de l’argent aux « riches » pour le donner aux pauvre ne revenait pas à augmenter la richesse générale mais seulement à la déplacer (ne parlons même pas de lui faire accepter l’idée que cela revienne à l’allouer de façon sous-optimale).

    Le pire c’est qu’il était sincère ! Il ne comprenait VRAIMENT PAS ce que je lui disais.

    1. Daniel

      Non seulement la répartition n’accroit pas la richesse globale, mais en plus elle la diminue, car ceux qui payent pour les autres sont soit découragés et bossent moins, soit passent du temps à trouver comment éviter qu’on leur en prenne toujours plus pour le gaspiller.

  5. Sisyphe

    Dites donc, H16, faudrait peut-être voir à changer votre sous-titre.
    Vous trouvez vraiment qu’elle est « lente » la décomposition ?
    Pfff ! encore de la désinformation !

  6. Josselin

    Si on met cette loi en relation avec deux autres faits récents, on a du soucis à se faire :

    1. L’interdiction des feux de cheminées en 2015 qui sont un moyen de chauffage complémentaire pour une bonne partie des ménages. Ceux-ci devront donc consommer plus d’électricité ou de gaz pour se chauffer, donc se taperont un malus en prime. Double pénétration par un seul orifice, effet garanti.

    2. Le souhait de Mollande de légiférer par ordonnances permettra à cette loi de passer au plus vite, sans forcément attendre du Conseil Constitionnel qui ne pourra se prononcer à postériori.

    1. Nocte

      Ouep, tout se met en place, j’ai beau me dire que je verse dans la théorie du complot, je trouve quand même que nombre de Lois s’intercalent de façon un peu trop huilée pour que ça ne soit pas calculé.

      On relève le plafond du livret A, tout ce qui est au-dessus de l’ancien plafond va se faire taxer… bizarre
      On nous annonce que pour notre petite santé, les cheminées sans insert ne pourront plus être utilisées et là, débarque une loi sur la progressivité des tarifs, avec cette dose si subtile d’Etatisme qui se met à estimer que tel ou tel domicile DOIT consommer tant de gaz et tant d’électricité s’il consomme moins, il sera récompensé, s’il consomme plus : sanction !

      J’ai envie de bouffer de la pastèque…

      1. BucheronAuvergnat

        Sans oublier la RT2012 (réglementation thermique 2012) pour les nouvelles constructions… Qui vous impose de l’energie renouvelable, impose 17% de surface vitrée. L’etat va bientôt construire notre maison a notre place!

    2. Deres

      Surtout le passage par ordonnance fera que ce genre de loi qui, rappelons le, écrite à la va-vite par des amateurs, a été rejetée par 2 fois car pleines d’erreurs, d’approximations et oubliant la moitié des cas possibles, sera adoptée sans aucune modification et regard critique. Il faut s’attendre donc à de jolis epic fail pour la fin de l’année avec des créations par inadvertance de niches fiscales pour éléphants ou des normes revenant à interdire la construction dans certaines communes …

      1. Nocte

        Sisi, à partir de 2015 pour les foyers ouverts. (mais je ne doute pas une seule seconde qu’en 2016, toutes les cheminées seront visées, car Insert ou foyer ouvert, un feu de cheminée génère des particules fines; particules qui sont le nouveau cheval de bataille des escrologistes, car le CO2 n’a plus trop la cote au GIEC)

  7. aristarque

    Et je ne te dis pas les futures crises dans les bureaux des syndics et les AG de copropriété quand il leur faudra justifier les pénalités… Car, n’en doutons pas une minute, un tel système est conçu pour engendrer un max de pénalités juteuses et dégoulinantes plutôt que de secs bonus… Neuf consommateurs verront leur note s’alourdir pour un qui la verra baisser, le différenciel étant capté par les gentils organismes évoqués ci dessus… Cela me remet en mémoire un immeuble en copro à chauffage collectif doté de compteurs thermiques à intégration coûtant presque 1.200 F de location annuelle contractuelle (un décompteur d’eau valait moins de 200F annuels de location) pour que les »bénéficiaires » dudit système économisent au mieux 5 à 600F de chauffage sur la même période… (c’était il y a presque 20 ans déjà pour les chiffres…)
    En fait, même ceux censés bénéficier du bazar seront pénalisés indirectement car ils en supporteront tous les coûts induits mais par d’autres voies de pompage…

  8. Josselin

    Et pour payer moins cher son pain, il suffira, comme Laszlo Carreidas dans Vol 714 pour Sydney de se présenter chez le boulanger mal fringué et bénéficier des tarifs réduits. Le capitaine Haddock l’a appris à ses dépens, ça fonctionne.

    1. aristarque

      Et de faire tourner Photoshop pour avoir un « bon » avertissement d’IR qui deviendra bientôt aussi obligatoire à promener que sa carte d’identité…

  9. mominette

    Comme me disait Marie-Chantal, c’est « top », cette loi, je vais payer très peu.

    Comme elle passe l’hiver sur son yacht aux Antilles, le printemps à Ibizza, l’été à St Trop et qu’elle chasse en Sologne à l’automne, elle va se ranger dans les tous petits consommateurs ultra protégés …

    Moi, j’ai déjà mis mes comppteurs au nom de mon larbin (que je maintiens en situation d’économiquement faible), et un couple d’amis qui vivent dans un château à deux viennent d’offrir les lieux comme domicile fictif à quelques enfants d’une famille nombreuse 🙂

    Bien entendu, il faudra une bonne dizaine de milliers de fonctionnaires en plus, pour constater que le chômeur au moment du recensement bisounours est devenu PDG d’un grand groupe 15 jours après …

    En fait, la diminution aurait été générale et considérable, si les pastèques ne nous imposaient pas leurs moulins à vent ruineux et contreproductifs, et leurs plaques photovoltaïques subsidiées qui ne sont que des miroirs à alouettes !

      1. gem

        je me demande si ce n’est pas l’inverse. Belges (wallons) et français on eu la bonne idée de s’exporter mutuellement leurs pires cons ; pas de bol, ils sont devenus ministres socialistes dans leur pays d’adoption

        1. Célestin

          Ah ! Mais en République Socialiste de Wallonie, le ministricule qui a plus ou moins copié cette brillante idée française est une pastèque écolo tout ce qu’il y a de plus indigène. Ce ministricule nommé Nollet s’est fait étriller au parlement wallon, certes par l’opposition libérale, mais cela démontre cependant qu’il existe encore quelques personnes attentives et de bon sens dans dans ladite assemblée.

          1. Istvan

            « par l’opposition libérale » => les Belges ont de la chance, en France il n’y a plus d’opposition libérale. De Poutou à Le Pen ils sont tous étatistes et socialistes à des degrés divers sur le plan économique.

  10. dede

    « Les pauvres, encore une fois, vont trinquer »

    Salauds de pauvres : a force de picoler, ils tombent malades et creusent le trou de la Secu!

  11. Fwh

    Entre autres aberrations, signalons les faits suivants :

    -La taille du logement n’est pas prise en compte pour définir ce qu’on a le droit de consommer, seulement le nombre de personnes composant le foyer. Ce qui revient à définir la taille de logement acceptable. Quantité qu’on a le droit de consommer avant amende, taille de logement acceptable : bienvenue en URSS.
    -Le coefficient applicable en fonction de la localisation varie entre 0,8 et 1,5, soit un rapport de 1,875. Autrement dit, un habitant du Cantal ou d’un sommet des Alpes n’aura le droit de consommer que 1,875 fois plus qu’un habitant de Corse.
    -Ceux qui bénéficieront du tarif social pourront, eux, abuser sans aucun problème.

    Et on se demande comment tout ça va être contrôlé… Par des inspecteurs du tarif progressif de l’énergie, qui auront le droit de rentrer chez vous et de vérifier tout ce que vous déclarez ?

    À quand le tarif progressif de l’essence ? De la nourriture ?

    Quant à celle qui nous sort qu’elle est contente car beaucoup plus de gens vont bénéficier du tarif social, deux tartes dans la gueule. Je serai content quand plus personne ne pourra bénéficier du tarif social (ce qui n’arrivera jamais).

      1. zecrocwhite

        Ah, mais non. C’est fait pour les non-diplômés. Et pour faire ces contrôles, il faut BAC+5 en compréhension du gloubi-boulga administratif.

    1. bob razovski

      « À quand le tarif progressif de l’essence ? De la nourriture ? »

      C’est certainement dans les cartons. Vu que le smic pour tous sera difficile à atteindre, le prix du produit indexé sur la richesse de l’acheteur est en bonne voie.

  12. Grosben

    Les vendeurs de gazinière et de chauffage d’appoint au pétrole vont se frotter les mains…
    Le plus fou c’est qu’ils comptent aussi étendre la loi aux autres énergies dont le chauffage au bois, mais comment vont-ils faire pour contrôler la consommation ? Va-t-on voir le retour des tickets de rationnement ?

    1. aristarque

      Comme pour la redevance télé: le vendeur devra envoyer aux bureaux du capitaine ad hoc copie des factures d’achat obligatoires. Avec du pot, cela se fera peut-être par télé-traitement…

      1. Deres

        Les mafias et les petits débrouillard se frottent les mains. Il va être possible de faire de la contrebande de bois et de gasoil comme jamais ! Un nouveau marché noir est annoncé pour 2016 sur les matériaux de chauffage …

        1. Grosben

          Moi je me tâte de plus en plus sérieusement à revendre mon entreprise (si tant est que je puisse trouver un volontaire pour s’y coller) puis acheter une ferme dans un coin perdu et placer mes économies restantes chez des proches ou en pièces d’or.
          Ensuite, inscription au RSA et à la CMU, potager et poulailler pour la bouffe, bois de récup’ pour le chauffage et du black pour s’occuper les reste du temps. Sans oublier le calibre 12 pour le fonctionnaire qui voudra contrôler le cul de mes poules. AMHA ça va être la seule alternative pour vivre correctement dans les années à venir sans devoir s’expatrier.

          1. Peste et coryza

            Ce genre de plans est de plus en plus en vogue, et pas que chez les pauvres…
            Beaucoup de diplômés s’y mettent aussi. Rien que dans mon labo, 2 thésards ont choisi cette voie après leur thèse.
            L’un devenu maraicher/éleveur de poules, l’autre se débrouille avec du débardage et de la cueillette d’espèces rares pour les labos et les restaus.

          2. Nocte

            On finirait par avoir une taxalakon sur le produit de son propre jardin, voire une interdiction d’utiliser un jardin privé comme potager (absence de contrôle sur les produits utilisés, comme les herbicides ou les engrais, etc…)… en revanche, si vraiment tu veux jardiner, paiement d’une redevance pour accéder à des jardins collectifs populaires…

            Au passage, petite blague, j’ai demandé hier à un pote comment ça s’était passé son évolution routière entre son domicile et Montreuil : Dominique Voynet ne sale pas car ça pollue…

          3. aristarque

            Delanoë, non plus à voir l’état de l’avenue d’Italie hier matin vers 10H45 (ou de la rue d’Ulm, pas prioritaire visiblement en dépit de l’ Institut Curie, minable hôpital de droit privé, bien sûr…
            Il est vrai que sa dénomination réelle est pompeuse par rapport à sa largeur et son utilité urbaine… Quant aux trottoirs, aucun problème pour les utiliser (avec des raquettes de neige).
            Mais bon, el lider maximo de Delanopolis est « fier » du travail de ses 1,400 agents de voirie (sur 50.000 employés municipaux)…

          4. parisien9999

            C’est très intéressant ce que vous dites (et Peste & Coryza). Je sens moi aussi cette montée des thèmes survivalistes et anti-système. Il suffit de voir le carton du livre de Piero San Giorgio « Survivre à l’effondrement économique » sur Amazon, qui, un an et demi après sa sortie, a ce classement des ventes de livres en français sur amazon.fr :

            n°1 dans Livres > Études supérieures > Université > Administration économique et sociale
            n°1 dans Livres > Entreprise et Bourse > Économie > Essais et documents
            n°1 dans Livres > Entreprise et Bourse > Économie > Ouvrages de référence > Livres universitaires > Livres de référence

            Je crois qu’on peut dire qu’il y a là une tendance de fond…

        1. NoName

          Si il y’a véritablement une interdiction du chauffage au bois, prêt, pas prêt, argent, pas argent, études finies ou pas, je me casse. Idem pour les taxes sur le gras ou l’interdiction du porno (parce qu’il vont bien être capable de réessayer).
          Avant je m’en rendais pas compte, mais c’est incroyable à quel point ils essayent tout le temps de tous contrôler de nos vies.

          1. Istvan

            Ce qui est dur c’est qu’une fois qu’on a ouvert les yeux et qu’on s’est dans une certaine mesure libéré l’esprit, la pression ressentie est décuplée.
            Je préfère savoir mais ce n’est pas le cas de mon entourage dont certains m’ont dit (véridique) : « arrête de me parler de ce genre de choses, je sais que tu as raison mais c’est tellement déprimant que je préfère ne pas savoir ».

      1. gem

        non, papier (recyclé, oeuf corse), le ticket de rationnement : pour une carte à puce il faut de l’électricité, produit du diable productiviste non écolo-compatible.

        1. Z’inquiétez pas : ce sera la cartapuss, parce que ce sera justement plus vert (moins de papier, tout électronique, tout vérifiable et traçable à distance, etc…)

          1. Nocte

            « Cartapus a accepté la mission que lui a confiée Bonusmalus et se contente de la remplir, sans penser à autre chose. Il est assez craintif, se demandant ce qui va lui arriver chez les Gaulois, et craignant que Latraviata se fasse démasquer en exagérant son rôle »

            Ca n’est pas un taxateur, juste un fonctionnaire 😀

          2. zecrocwhite

            Non, il existe 2 Cartapus :
            – Chantal Lauby dans Astérix Mission Cléopâtre, où elle joue une espionne au service de César
            – Un centurion dans Astérix et Latraviata, envoyé par Pompée rechercher les armes de César, planquées chez Astérix 🙂

          3. lille est très

            votre histoire d’Astérix et compagnie;
            me fait penser…
            Croyez pas qu’il serait temps de leur faire le coup des casques à tous ces pantins?

          4. aristarque

            J’ ai du confondre avec Garataipus ou Onc’Picpus…

            Spartacus, lui, m’évoque un tout autre personnage…

            Je me demande bien pourquoi?..

          5. aristarque

            Ce n’ est pas à celui-là que je pensais mais au premier qui est apparu dans l’ Histoire et qui a tenté de mettre fin à son esclavage…

  13. JS

    Et dire que qq années en arriere je ne comprennais pas pourquoi les russes me sortaient tout le temps que « l’administration francaise etait la soeur de l’administration sovietique »…

    En lisant ce blog j’ais parfois l’impression de lire des sujets imaginaires..

  14. Guillaume

    A mon avis, cette loi va finir par disparaitre

    Elle a été votée pour que personne ne perde la face, mais tout va être fait pour qu’elle disparaisse…

    1. Deres

      Il est certain que voter une loi début 2013 qui dit en elle-même qu’elle ne sera applicable qu’en 2016, c’est louche. Mais c’est aussi car cette loi nécessitera une armée de fonctionnaire et que les budgets d’embauche n’existent pas actuellement … Comme en 2016, l’opulence sera de retour … Si Si, c’est Mollande Ier qui le dit …

    2. gem

      optimiste. C’est vrai que souvent les lois n’ont jamais les décrets d’applications qui le rende opérationnelle (et il va en falloir un paquet, de décrets d’application, pour cette loi débile). Mais là c’est une loi trop tendance pour qu’il lâche l’affaire.

  15. scaletrans

    extrait de ma lettre au porteur de cette nouvelle pignouferie:

    Je viens de constater sur ma dernière facture annuelle que le montant de la CSPE frôle les 9% de ma facture. Cela a le don de me mettre en colère, car je sais que cette contribution ne sert qu’à financer des énergies soi-disant renouvelables, mais qui ne sont qu’intermittentes, ce qui est un moyen d’augmenter le prix de l’énergie sans diminuer les émissions de gaz soi-disant à effet de serre (effet qui n’a aucune existence au plan des lois fondamentales de la physique). Je dis « sans diminuer » ces émissions, mais au contraire en les augmentant car ces énergies éoliennes ou photovoltaïques nécessitent les trois quart du temps d’être relayées par des centrales thermiques à démarrage rapide.
    Voilà que vous voulez instaurer une nouvelle « usine à gaz » tendant à établir un tarif progressif applicable aux gaspilleurs. Au lieu d’instaurer ce genre de choses, il serait préférable de faire en sorte d’éliminer ce qui ne sert qu’à augmenter artificiellement le prix d’une énergie dont le coût, inférieur à celui de la plupart des pays voisins reste un des derniers atouts de notre pauvre pays en pleine déconfiture par la faute de gouvernants aussi incompétents à droite qu’à gauche.

  16. mlallier

    La loi Krottes a un autre pendant – si j’ose dire – qui permet de retirer du circuit (démocratique) de décision les maires et les associations en ce qui concerne l’installation de centrales à énergie renouvelable, éoliennes et panneaux solaires par exemple.

    De cette manière, les promoteurs dicteront directement aux préfets les emplacements des futures centrales sans que quiconque puisse s’y opposer.

    Plus tard, rien n’empêche de penser que cette gâterie pourra être étendue aux lignes électriques, aux stations d’épuration ou de traitements de déchets, aux aéroports (hi hi !), aux prisons (il va en falloir, avec toutes ces lois), aux industries polluantes, aux boites de nuit et à toute une série de machins citoyen-compatibles et bien krotteux.

  17. Marianne

    H16, je vois que vous revendiquez la qualité d’olibrius ; depuis la visite présidentielle à Dijon c’est en effet un titre honorable ! 😉
    Peut-être le nom d’un nouveau mouvement, citoyen mais non festif et non bisous ?

  18. hussardbleu

    Encore un petit Mencken ?

    In the present case it is a little inaccurate to say I hate everything. I am strongly in favor of common sense, common honesty and common decency. This makes me forever ineligible to any public office of trust or profit in the Republic. But I do not repine, for I am a subject of it only by force of arms.

  19. Mominette

    Le ministre britannique de l’énergie, John Hayes, vient de dresser en une phrase le bilan de l’éolien : « Les énergies renouvelables doivent prouver à la fois leur insertion environnementale et leur performance économique.Les éoliennes ne franchissent aucune de ces deux conditions. »

    France : http://www.ventdecolere.org/ (une association qui manque en Belgique !)

  20. max

    Dans le genre idiot, il y a aussi que pas mal d’émissions TV de chaines publiques françaises ne sont pas accessibles de l’étranger sur le net pour cause de propriété intellectuelle. Et dire qu’on crame des bennes de pognontribuable, de champagne et petits fours pour faire la promotion de la Grande Culture et de la Langue Française via les services culturels des ambassades, mais on interdit la diffusion d’émissions françaises hors des frontières. Ce pays est dirigé par une belle bande de nazes, CPEDPUBBN, comme en CCCP.

    1. Peste et coryza

      Ben oui.
      Réseau et grands écoles.
      Et tout ceux qui sortent des rails, ne sont pas dans la norme, ou qui ont connu la galère… sont éjectés.

  21. Nord

    Boarf ces sombres guignols n’ont même rien inventé: les bolcheviques avaient établi de semblables méthodes de rationnement (pour la nourriture, mais le principe est le même) lors de la guerre civile qui a suivi leur brillante et festive révolution populaire. Et, oui, les pauvres vont trinquer mais pas seulement: ceux qui seront assez ingénieux ou disposeront des moyens pourront tourner cette loi à leur avantage comme avec toute loi mal ficelée mais la grande majorité – on parie? – va se faire gentiment spolier ne fois de plus. Mais au fond, je m’en fous: CPEF, comme la plupart des pays d’Europe …

  22. Eole

    « La frétillante endive frisée… » j’adore!!! Vous vous surpassez H16. A part cela que je suis contente de ne pas habiter ce pays gouverné par des crétins 🙂

  23. Peste et coryza

    Hollande semble avoir une dent contre les policiers (on le savait déjà), les gueux, les expats, mais aussi contre les militaires, pourtant un gros pourvoyeur d’emplois non qualifiés.

    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/exclusif-vers-une-apocalypse-budgetaire-pour-les-armees-13-03-2013-1639658_53.php

    L’hypothèse à bisous ?
    45000 postes supprimés, une boite fermée, et plus de capacités de projection
    Et la noire qui cogne ?
    50000 postes supprimés, 1/3 du budget sabré, la mise en cale ou la vente du Charles de Gaulle.

    1er avantage : les militaires ne font pas grève.
    2eme avantage : pas de putch à craindre de la part des officiers. En fait, c’est comme les guerres en Afrique : le pouvoir veut continuer juste le temps de s’en mettre plein les fouilles et de voguer vers d’autres cieux, et les rebelles ne sont pas sur de vouloir l’emporter sinon ils auraient à diriger ce m*rdier.

    1. Grosben

      Attention quand même à ne pas écarter trop vite le risque de putsch militaire. Bien sûr, le putsch n’est pas une tradition en France mais à ma connaissance on avait jamais autant tapé sur l’armée… Qui peut vraiment prévoir la réaction de gens au bout du rouleau et par définition prêts à mourir pour leur pays ?

    2. gem

      Technique classique du fonctionnaire à qui on demande des coupes : proposer les plus débiles, les plus inacceptables, celles qui vont provoquer un max de hurlements.
      Des fermetures de classes dans le département du président, des arrêts de commandes à des usines dans le fief du ministre du budget, la fin de missions emblématiques et populaires …
      Attendre et voir.

    3. Deres

      Ça a déjà commencé.
      Les 2 frégates en location pour la Grèceont été clairement décrites comme prise sur les commandes de la Marine.
      Les 18 premiers Rafale du contrats indiens construits en France se feront en soustraction des 11 commandés par an pour l’aviation. Il est possible que ce soit plus.

      Il faut bien comprendre que sur le budget 2013, la défense encaisse 40% des « économies » (2 milliards de fonctionnement et 2 milliards de report de commandes prévues) et 60% des baisses d’effectifs (7000 sur 12000). Or avec 1.5% du PIB environ, la Défense est très loin de faire 40% du budget de l’Etat …

        1. NoName

          Le plus drôle dans l’histoire, quand je parle politique avec des gens de gôche, c’est que quand je leur dit de baisser les dépenses, on me parle souvent de couper dans la défense et l’intérieur, et notamment dans le statut des militaires et flics qu’ils considèrent comme des castes de privilégiés qui pompe tout le fric de la nation.

  24. Daniel

    Il y a fort à parier que cette loi ne sera jamais appliquée car inapplicable , le parlement légifère tout azimuts pour donner du grain à moudre à ses amis de la presse

  25. pierre

    Un tarif progressif sur bien de consommations est une reconnaissance officielle de l’absurdité de notre usine à gaz fiscale.
    Comme d’habitude on choisie la pire des solutions, une autre usine à gaz sur les tarifs progressifs.

  26. leevoncleef

    # » à une bonne petite saisie du Conseil Constitutionnel »

    Si je peux juste me permettre, pour une juridiction on parle de « saisine » et non de « saisie ».

    Sinon toujours aussi bien !

  27. NEV

    Il faudrait que vous nous offriez sur une page toutes les images utilisées dans vos articles, je dois refaire ma garde robe et certaines d’entres elles seraient parfaites sur mes nouveau T-Shirts…

    1. max

      Des slips seraient les bienvenus avec Bisouland sur la partie postérieure, pour le jour prochain où les français seront tous en slip.

        1. vengeusemasquée

          Serait-il envisageable de proposer des autocollants ? J’aimerais effectivement en coller un sur mon auto polluante en apportant une petite contribution financière. 🙂
          Cela dit, je vais éviter d’en coller un sur la porte de mon bureau parce que les dégâts pourraient être monumentaux.

          1. aristarque

            Ta porte de bureau ne résistera pas au poids de l’ autocollant ?
            Ou tu redoutes par avance l’ agressivité de la colle sur le matériel de l’ administration???

          2. vengeusemasquée

            J’ai peur de redouter franchement le prochain tract de SUD et la prochaine sanction pour « manquement au devoir de réserve et manque de conscience professionnelle ». Attention, c’est du vécu.

  28. vengeusemasquée

    la frétillante endive frisée est toute fière d’avoir réussi à pousser sa petite crotte dans les innombrables tuyaux législatifs français

    Priceless 😆

    Sinon, je pense que « saisine » est le terme qui convient pour le conseil constitutionnel et je me permets timidement de te suggérer de supprimer l’accent dans « le Conseil d’État à déjà émis ».

    Cette affaire me semble merveilleuse et je sens que le défi des prochains mois va être de dénicher tous les cas particuliers qui amuseront les ponctionnaires en charge de l’application de cette réglementation. Ainsi, je me demande comment ils comptent gérer les couples non mariés qui vivent un peu chez l’un, un peu chez l’autre, de façon irrégulière.
    De même, qu’en sera-t-il des foyers ayant plusieurs résidences principales du fait de l’éloignement géographique du travail de l’un ou l’autre des membres de la famille ?
    Très rigolo aussi, comment faire la part des choses pour les citoyens suicidaires qui ont un business qu’ils font tourner de chez eux ?

    J’en rigole d’avance.

  29. Higgins

    « la frétillante endive frisée »: j’aime bien l’endive en règle générale (par exemple, la faire braiser doucement avec un peu de matière grasse avant d’incorporer le jus délicatement caramélisé à la sauce Mornay qui l’accompagne avec sa tranche de jambon) mais celle-ci, vu son amertume délétère, c’est direct à la poubelle sans passer par la case trie des déchets. J’en voudrai surtout pas comme engrais pour mon jardin, serait bien capable de faire crever les autres plantes.
    Nous n’avons plus qu’à espérer que ce texte à la con ne soit jamais promulgué mais vu l’enthousiasme mis par ses concepteurs à creuser le puits de la bêtise, j’avoue être inquiet. En attendant, une nouvelle brèche vient de se réouvrir dans la coque du bateau Fraônce: http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250264961853&cid=1250264957036. Les clowns continuent donc à jouer mais ils ne font plus rire personne.

    1. max

      Je conseille du fromage râpé sur l’endive au jambon avant la cuisson du légume, ça fait des frisettes. Sinon une endive bio ça devrait être comestible, donc enfin utile, et puis ça nous débarrasserait.

  30. Higgins

    A propos d’endive, voici ce qu’en disait feu Desproges (c’est totalement d’actualité. J’ai rajouté quelques commentaires): « L’endive est fade jusqu’à l’exubérance. En tant que vivante apologie herbacée de la fadeur, elle est l’ennemie de l’homme qu’elle maintient au rang du quelconque, avec des frénésies mitigées, des rêves éteints sitôt rêvés et même des pinces à vélo. L’homme qui s’adonne à l’endive est aisément reconnaissable : sa démarche est moyenne (je dirai normale), la fièvre n’est pas dans ses yeux, il n’a pas de colère et sourit (bêtement) au guichet des Assedic (à la télé). Il lit Télé 7 jours. Il aime tendrement la banalité. Aux beaux jours, il vote (fait voter), légèrement (intimement) persuadé que cela (va lui procurer un destin) sert à quelque chose. »

  31. Fwh

    Et pendant ce temps, Sapin annonce que « Les partenaires sociaux viennent de sauver le système des retraites complémentaires ».

    Ouf, on aura tous nos retraites. Mais si voyons, c’est Sapin qui le dit.

    On va prendre un peu plus à ceux qui sont en bas de la pyramide, et réduire l’augmentation de ce qu’on donne à ceux qui sont en haut de la pyramide (et non pas leur donner moins), donc on est sauvés.

    Ou alors, peut-être que ceux qui ne sont pas très loin du haut de la pyramide vont pouvoir toucher un peu d’argent avant que le système s’effondre.

    Mais je suis pessimiste, oui c’est sûr, le système peut perdurer éternellement maintenant.

    Le lecteur attentif aura noté qu’ironiquement, les déboires des régimes complémentaires ont été accélérés par le retour de l’âge de la retraite à 60 ans pour environ 100000 personnes par an, une mesure prise par Mollande, bien sûr !

  32. Peste et coryza

    De toute façon rares sont les actifs aujourd’hui a atteindre 35 ans de carrière.
    Parfois même, c’est 30 ans…
    La règle des 42 puis 45 annuités ne sert justement qu’à ça : amputer les pensions.
    Dans pas mal de pays, c’est 65 voire 70 ans, mais 35 ou 30 annuités. Cela me semble beaucoup plus juste, que ce soit pour ceux ayant sacrifié leur jeunesse à étudier, tout comme piour ceux qui ont connu des accidents d

    On n’est plus en 1960 où on pouvait trouver un bon taf en étant bac-2. Aujourd’hui, il faut trimer pour montrer qu’on en veut (pas encore comme les coréens ou les japonais, mais ça viendra peut être) donc faire des études ET avoir le réseau qui va bien.

  33. Peste et coryza

    De toute façon rares sont les actifs aujourd’hui a atteindre 40 ans de carrière. La plupart font 35. Parfois même, c’est 30 ans…
    La règle des 42 puis 45 annuités ne sert justement qu’à ça : amputer les pensions.
    Dans pas mal de pays, c’est 65 voire 70 ans, mais 35 voire 30 annuités. Cela me semble beaucoup plus juste, que ce soit pour ceux ayant sacrifié leur jeunesse à étudier, tout comme pour ceux qui ont connu des accidents dans leur carrière professionnelle.
    Avec une pension maximale versée par le gvt , et le reste à faire soi même.

    On n’est plus en 1960 où on pouvait trouver un bon taf en étant bac-2. Aujourd’hui, il faut trimer pour montrer qu’on en veut (pas encore comme les coréens ou les japonais, mais ça viendra peut être) donc faire des études ET avoir le réseau qui va bien.

  34. Cyrille

    Et la prochaine étape, c’est quoi? La nourriture?
    On calculera les prix en fonction de l’âge, de l’indice de masse corporel, de la profession, du lieux d’habitation, de la pratique du sport, etc…
    Ce pourrait être pas mal aussi comme usine à gaz.
    Je me demande s’ils n’y ont pas déjà pensé.

  35. Jopechacabri

    Evidemment contre les tarifs progressifs quelqu’en soient leur complexité d’ailleurs…
    j’aime à rappeler quel est le coût réel de l’énergie électrique (puisque c’est bien celle qui compte le plus pour les transformations de toutes sortes industrielles ou domestiques).
    Un kW.h vendu quelques centimes par notre si chère EdF c’est =>
    l’énergie nécessaire pour un homme pour éxecuter le travail suivant : prendre une altère de 98 kg, la soulever d’un mètre au dessus du sol, reprendre une altère de 98 kg, et la soulever d’un mètre au dessus du sol,… et refaire ceci chaque seconde et durant une heure.
    C’est ça le coût du kW.h
    Alors qu’on le prenne par le bout qu’on veut, que l’on estime la perrenité de nos ressources en decennies ou en plusieurs sciècles (qui d’ailleurs serait l’estimation que l’on fait de l’avenir de l’humanité) alors effectivement quelque soient les hypothèses : l’énergie n’est pas au prix du travail. Qu’on se le dise. (avec ou sans CO2 c’est pareil)

  36. la blague

    1 kWh =1000 w/h
    rapporté à la seconde, ça donne 0.277w
    alors si on arrive à soulever 98kg à 1 mètre avec 0.3 w, moi, je suis preneur.
    peu importe le tarif…

    1. BN

      Non, 1kWh n’est pas 1000W par heure, mais 1000W pendant 1h. Soit 3.6 mega-joules. Soit 1000 joules par seconde. Soit bel et bien l’énergie nécessaire pour soulever 100kg de 1m chaque seconde.

      Et sinon, vous pouvez soulever 100kg de 1m avec 0.3W (en théorie). Cela prendra juste… 10 heures.

  37. tintin

    Et labourer un champ au tracteur, ça équivaut au travail de combien de boeufs à la seconde ? Et le travail d’un boeuf, à celui de combien d’hommes ?

  38. JLD

    Ce qui est dingue c’est l’absence de logique interne de cette loi. Le gouvernement veut réduire les émissions de CO2 en tapant au portefeuille pour limiter la consommation d’électricité et de gaz (peu importe que cela ait un impact ou non, c’est juste pour illustrer la débilité du raisonnement). Cela va bien entendu encourager le retour des poeles à bois et feux de cheminées (ben oui, l’hiver il fait froid) et produire le résultat inverse – même si j’ai cru comprendre que ca aussi ca serait bientot interdit.

Laisser un commentaire