Et après l’augmentation d’impôts, parlons de l’épargne dodue des Français.

Il y a déjà eu pas mal d’analyse de la pesante intervention du chef de l’État jeudi dernier qui aura laissé de marbre plus des deux tiers des Français : sur le plan de la communication, c’est un échec cuisant. Cependant, pour ce qui est de la stratégie générale qui consiste à prolonger l’augmentation des impôts et accroître les ponctions, c’est une réussite : personne ne semble s’en soucier vraiment.

Décidément, la technique des petites touches successives fonctionne à merveille. Et si elle marche à l’évidence pour les questions sociétales où il s’agit de dégommer du méchant patriarcat, cela marche aussi bien avec les histoires d’argent où il s’agit de dégommer du méchant riche, ou, plus prosaïquement, de renflouer les caisses de l’État afin que, comprenez-vous, la solidarité et la redistribution des richesses puisse continuer comme devant.

hollande humidePour cela, on va procéder comme pour un toucher rectal avec un trépan pétrolier : avec tact et doigté, il s’agira de faire comprendre à tous que, puisqu’aucune piste d’économie sérieuse n’est à l’étude ni même envisagée, les impôts vont augmenter dans des proportions bibliques. Eventuellement, on pourra le faire avec la connivence de la presse ; par exemple, elle pourra titrer quelques heures « Moscovici : Sur l’année 2013, les impôts vont augmenter », et changer ce titre rapidement pour « Moscovici : «La déclaration d’impôts va être simplifiée» » comme en témoigne l’URL de cet article : videos-moscovici-sur-l-annee-2013-les-impots-vont-augmenter-27-03-2013-2674981.php (oui, ça s’est vu)… L’idée est de ne surtout pas effaroucher tout le monde.

Pourtant, le doute n’est absolument pas permis : on peut toujours affirmer que les déclarations fiscales seront simplifiées, les montants, eux, vont augmenter, à raison de 20 milliards d’euros tout de même, c’est-à-dire, selon les petits calculs comiques d’un Moscovici de moins en moins à l’aise, 10 milliards pour les ménages et 10 milliards pour les entreprises, ce qui va se traduire par 20 milliards pour les ménages d’une façon ou d’une autre (eh oui : les entreprises ne paient pas d’impôts : soit ce sont ses consommateurs qui le font pour elle, soit ce sont ses salariés, notamment lorsqu’elle en diminue la quantité).

Et pour les économies ? Rien. Nada. Kedal. À part peut-être les bics et les post-it

moscovici est perdu avec tout ces petits chiffresEnfin, si on s’en tient toujours aux calculs comiques des socialistes de tous crins qui animent la vie politique française depuis 40 ans, le fait de ralentir la hausse des dépenses, c’est équivalent à réaliser des économies. En 2013, il y aurait pour 10 milliards de ralentissement de hausse, pardon, d’économies. On pouffe. Selon les autres mathématiques (celle du reste du monde qui doit payer pour leurs fastes), 10 milliards d’économies, c’est 10 milliards de dépenses annulées. Pas diminuées. Annulées. Mais qu’on se le dise : d’économies (des vraies), il n’y en aura point, Hollande ne voudrait pas condamner l’Europe à l’explosion.

Des impôts qui gonflent, une austérité qui ne veut surtout pas montrer le bout de son nez, des « économies » qui sont, in fine, une petite baisse de régime des sprinklers à pognon … Et on sait déjà que ce ne sera pas suffisant, au rythme où vont les choses : même avec des massages cardiaques vigoureux sur ses statistiques, l’INSEE n’arrive pas à publier autre chose que des résultats déprimants comme une dette qui bat des records, des déficits qui continuent à grimper joyeusement, un pouvoir d’achat qui sombre.

Il va donc falloir préparer tout le petit peuple corvéable à d’autres mesures peu populaires. On ne parlera ici pas du tout de ceux qui ont plus de 100.000 euros sur leurs comptes. Après Chypre (et une petite ponction de 60% !) ce serait indécent, voyons ! Oublions-les.

Parlons plutôt des classes moyennes. Pardon, des riches, ceux qui ont encore un bas de laine, dans lequel ils puisent d’ailleurs goulûment pour arriver à maintenir leur niveau de vie, les petits fripons. Expliquons sans attendre à ces classes dont l’opulence est jetée à la face des plus pauvres pourquoi la gauche doit se sentir détendue de la matraque fiscale. On pourra leur dire par exemple qu’augmenter les impôts, c’est non seulement nécessaire, c’est même carrément bien ; de toute façon, « soyons réalistes : la majorité précédente a gouverné dix ans et a déjà fait une grande partie des économies possibles ». Oui, soyons réaliste, ça se voit très bien toutes ces économies, regardez d’ailleurs les petits graphiques (dont les données proviennent d’Eurostat) : le premier montre qu’en pourcentage du PIB, l’État (central, régional, local et toutes administrations confondues) fait des efforts. N’est-ce pas ?

dépenses de l'état en pct pib

Et sur le second, où l’on raisonne maintenant en vrais euros qui sortent de votre poche, c’est encore plus flagrant, ces économies et ces grosses baisses des dép… Ah bah non, ça ne se voit pas du tout. Zut.

dépenses de l'état en milliards d'euros

Ok bon, ce n’est pas limpide limpide, mais l’important est que le message principal, « la gauche peut et doit augmenter les impôts » trouve un écho favorable dans les médias et auprès d’un nombre important de décideurs politiques (notez qu’auprès des Français, l’idée commence à agacer de plus en plus – Eux qui voulaient du changement, allez comprendre !)

Et en parallèle à ces généreuses augmentations d’impôts pour que la République puisse continuer à se montrer bonne fille avec tous (enfin, tous, façon de parler, hein), une autre idée émerge gentiment. Pour le moment murmuré par d’obscurs conseillers et chuchoté par ceux qui cherchent frénétiquement à trouver des thunes pour que le bastringue français ne s’arrête pas brutalement un petit soir de mai ou de juin prochain, le concept d’une ponction sur l’épargne des Français, largement reconnue comme bien dodue, fait son chemin.

Technique des petites touches discrètes et successives oblige, on commence doucement, dans la presse, à montrer que, finalement, la situation française n’est pas comme (au hasard) la situation grecque ou chypriote : eux, ils sont du Sud et de gros dépensiers fraudeurs, nous, nous sommes riches et de vraies fourmis, et on a un gros bas-de-laine ; la France est un champion de l’épargne mes petits amis. Rassurant, non ?

En novembre 2012, je faisais un petit billet pour rappeler qu’à un moment ou un autre, la fine équipe de Hollande allait se réveiller et choisir une méthode ou l’autre pour renationaliser la dette française, probablement en tapant dans les assurances-vie ou, directement, dans l’épargne courante des Français. Bien sûr, à l’époque, cette manœuvre semblait n’être envisageable que pour un gouvernement désespéré et un Etat complètement lessivé, avec une probabilité d’occurrence faible. Depuis, les événements de Chypre donnent une idée de la façon dont cela pourrait se produire : un vendredi soir, les banques ferment et ne rouvrent plus pour une, deux, trois semaines, le temps de régler « quelques détails » … (ou plus du tout, si cela ne se passe pas bien du tout).

Bien sûr, cela ne pourra arriver en France. Impossible.

Plus de dettes, moins de liberté.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires68

  1. Woodi

    L’avantage collatéral de cette folie taxatoire, c’est la position embarassée du sinistre Mélenchon (et des autres) qui se retrouve herbe coupée sous les pieds alors que même pas encore posés sur le tapis d’un chef d’opposition. Eh oui, face aux clowns aux commandes, quelque parti de gauche que ce soit n’a plus ni argument, ni position à confronter. Leurs programmes, dans toutes ses « nuances » sont appliquées.
    D’ailleurs, l’interview du Mélenchon par Bourdin ce matin était fort drôle. Rien à proposer, répétant inlassablement son expression taillée dans le bois le plus rigide : « nous ne sommes pas dans l’opposition, mais EN opposition » GLOUPS !

  2. Josselin

    Encore une légère mésentente entre un Normal et son Premier :

    Le premier :
    « Comme on vit plus longtemps, il va falloir des durées de cotisations plus longues » (lien)

    Le Premier :
    « Nous ne toucherons pas à l’âge légal de la retraite » (lien)

    le fait de ralentir la hausse des dépenses, c’est équivalent à réaliser des économies

    Les socialistes en économie, c’est comme une femme qui fait du shopping :
    « Chéri, j’ai fait une sacrée économie aujourd’hui !  »

    Sinon, il y a un petit problème dans le lien « c’est non seulement nécessaire, c’est même carrément bien ».

    1. Josselin

      Arg, validé trop vite :

      Les socialistes en économie, c’est comme une femme qui fait du shopping :
      « Chéri, j’ai fait une sacrée économie aujourd’hui ! Pour l’achat de deux robes à 300 euros, la deuxième était 10% moins chère ! »

      1. Before

        Houla ! C’est sexiste ça !
        Attention, c’est pas le facteur qui frappe à votre porte… C’est la Police de la Pensée.

          1. Josselin

            @Before : En fait mon tout premier commentaire est en attente de validation, ce qui foire l’imbrication des autres posts.

        1. bibi33

          Attention si c’est Besancenot qui frappe c’est peut être aussi pour vous délivrer votre courrier, avec une citation à comparaître.

          1. aristarque

            Je crois surtout que ce sont les comptes en banque, comptes titres, livrets d’ épargne et autres qui vont bientôt devoir comparaître au tribunal de la pesée.

    2. aristarque

      J’ ai eu le même tour il y a une semaine.
      Si tu mets deux liens en même temps, ton commentaire est mis automatiquement en attente de validation, il n’ apparaît pas pour les autres lecteurs et tu dépends de la vitesse de réaction d’ H16 (qui se secoue pas les puces que c’ en est un skandaaaale 🙂 )

    3. Nocte

      La grande force d’avoir un âge légal et une durée de cotisation, c’est qu’on peut enfumer les gens qui ne réfléchissent pas…
      On peut dire : augmentation de la durée de cotisation (soit le nombre de trimestre) puis deux ou trois jours plus tard, dire : on ne touchera pas à l’âge légal… ainsi, les gens se disent : cool, on pourra partir à la retraite à 60 ans ! oui, mais à 75 ou 80% …

      Putain, ils sont trop forts.

      Quand j’y pense, c’est la même chose : il n’y aura pas d’augmentation des impôts. Ça veut dire qu’ils n’augmenterons pas les impôts existants, en revanche, il n’y a pas la moindre trace d’engagement sur l’absence de création d’impôts…

      1. Aristarque

        OU l’inverse : on ne créera pas de nouveaux impôts mais on ne parle pas de ceux des impôts déjà existants : je suis oiseau, voyez mes ailes (…) je suis souris, vivent les rats.

  3. NoName

    Excellent billet H16.

    Je me demande si ce n’est pas souhaitable, au final, une ponction sur l’épargne avec blocage des banques et tous le bazar, pendant un bon mois, pour nous faire descendre à la Bastille et l’Elysée.
    Histoire de leur apporter des lendemains qui déchantent.

    1. Pas touche

      Je serai présent à la bastille s’ils viennent me taxer mes (très) maigres économies, récompense de 5 ans à me pourrir la santé dans une start-up et déjà taxées à 30 % lors de l’acquisition (stock options). S’ils y touchent je brûle l’ENA et l’Elysée…

    2. JS

      Ne vous faites pas trop d’illusions si on en arrive là : ceux qui ont un entrainement à toutes épreuves en France pour la prise de pouvoir par la force est l’extrême gauche…

  4. mominette

    Mis à part une hausse brutale des dépenses de l’Etat en 2009, il faut tout de même constater que ce gros coup de frais passé, la rédution du Budget de l’Etat marchait fort honorablement, lorsque les français ont voulu « le changement », un mot qui fait toujours recette comme si leur situation était une torture permanente.

    Pour éviter un nid de poule, ils se sont jettés dans le ravin.

    Un électorat aussi caractériel et stupide ne pouvait évidemment que générer un gouvernement à la hauteur.

    Seule leur dans ce mega cafouillage, l’UE qui en est chaque jour plus marre des crétins pittorsques, et va probablement cadrer sec !

    En Belgique, dont le déficit sera de deux décimales supérieur au plan de route, le choix a été simple : une énorme amende, ou plus d’un milliard d’économies structurelles.Inutile de dire que le pays a choisi la seconde option, et avec un dosage d’une grande finesse ne bousillant rien du pouvoir d’achat des gens, ni des perspectives économiques.

    A mon avis, même si on n’en parle pas dans la presse à la botte, la sagesse viendra d’un même ultimatum en France.

    1. aristarque

      Pfuuuu. Des besogneux, ces Belges, que c’ est pas possible, ma mère!
      Et, en moins, ils nous piquent nos Riches! Fastoche d’ équilibrer un budget après cela! Et puis, d’ abord la France donne des leçons à l’ Humanité parce que tel est notre destin depuis 1789. Alors, en recevoir de ce Lilliput accroché à notre frontière nord, baste!
      🙂 😉

  5. Peste et coryza

    Ce genre de femmes incite au célibat…
    Ou alors, à épouser une ladre. En espérant qu’elle ne soit pas comme Machiavel (celui ci avait une doctrine pour un état : être très radin avec son pognon, et très généreux avec celui des autres).

    Avec l’augmentation des impôts, le fossé fiscal français deviendra de plus un gouffre béant. Il vaudra mieux être chômeur que gagner entre 1300 et 2000 euros…

  6. MXI

    J’aime beaucoup le graphe (j’aime beaucoup les graphiques en géneral :o)).

    J’ai essayé de voir si je pouvais facilement trouver la série sur le site de l’INSEE (pour pallier l’argument « propagande libérale, chiffres trafiqués »), mais sans succès (ceci : http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/tableau.asp?sous_theme=3.2&xml=t_3203, ne colle pas du tout).

    J’imagine qu’Etat inclue (à raison) toutes les collectivités locales ?

    Serait-il possible d’avoir la source ?

    1. C’est sur Eurostat : le PIB en € d’un côté, la dépense publique en % du PIB (le rapport permet d’avoir la dépense en €), pour la ligne France, de 2003 à 2011.

      Et il s’agit de *toute* la dépense publique (locale et nationale, donc).

      1. Josselin

        Sait-on si le graphique est en euros courant ou constant ? Dans le premier cas, la courbe ne serait pas aussi pentue en constant.

        1. Ce sont les chiffres fournis par Eurostat. Le PIB est en euro courant, il me semble. La pente de la courbe serait modérément changée (inflation faible).

  7. Brice

    Depuis l’intervention de Hollande jeudi soir, j’ai perdu tout espoir de sursaut de la part du gouvernement. Avant je me disais que bon, il y avait le rapport Gallois un peu suivi, le fameux accord entre les « partenaires sociaux », et que finalement, ils suffisaient qu’ils mettent un bon coup d’accélérateur. Mais là, depuis le ridicule de la « boîte à outils », je dois dire que je suis sûr que tout cela va finir dans un chaos indescriptible. Contrairement à l’adage, cette fois-ci, le pire est sûr. En conséquence, je commence à vider mon livret A et me renforce sérieusement dans mes investissements en métaux précieux.

    Je suis des vôtres : CPEF.

    1. Pas touche

      Est-il vraiment prudent d’investir dans l’or ? je me tâte, l’augmentation importante ces dernières années ne va-t-elle pas prendre une sévère correction un de ces 4 ??

      1. Si vous investissez dans l’or pour faire une plus value, ce n’est pas comme acheter de l’or par sécurité. Dans le premier cas, vous attendez qu’il monte, dans le second cas, peu importe…

        1. Pas touche

          non non pas de plus value, je veux juste ne pas perdre d’argent, soit en cas de taxe d’épargne à la chypriote ou si tout ce casse la gueule…

          1. Si vous achetez 1 once d’or, le monde peut bien s’écrouler, à la fin de l’écroulement, vous aurez toujours 1 once d’or.

      2. Brice

        En partant du principe que les dépôts bancaires seront massacrés (par inflation, par faillite des banques ou par confiscation à la chypriote), la question est de savoir quelles sont les meilleures alternatives. L’immobilier est à la merci de l’État, les actions il faut bien s’y connaître pour pas se tromper (la restructuration de l’économie pourrait faire s’effondrer les cours). Les métaux précieux ont conservé à peu près leur valeur dans les derniers millénaires, c’est donc probablement le moins mauvais choix. Sinon, il y a le Bitcoin, pour les plus audacieux.

        Bonne chance, camarade.

  8. DiasW

    La distinction Etat/Collectivités Locales est une marotte bien utile pour les gauchistes, bien que les libéraux savent de quoi il en retourne.
    Idem pour la distinction Etat/Gouvernement.
    A force de tortiller du cul, ils finiront bien par chier droit un jour…

    1. vengeusemasquée

      Cet argument a été pris et repris dans tous les sens au sujet des effectifs de la fonction publique. On a répété pendant des années qu’on ne remplaçait qu’un fonctionnaire sur 2 sauf que cela ne concernait que la fonction publique centrale en période de transfert de compétence vers les collectivités dont les effectifs ont explosé sur la même période. Désinformation quand tu nous tiens…

  9. Peste et coryza

    Ne vous en faites pas : ce sera comme en Grèce.

    Les missions régaliennes ne seront plus assurées, mais les tamponne papiers seront conservés.

    1. Nemrod

      Tout à fait.
      Certaines réserves de graisse bien incrustée ( la cellulite par exemple ), sont très lentement mobilisable et il faut des états de famine extrèmes pour que le corps arrive à les éliminer.
      Il est à noter qu’à ce stade la fonte musculaire est déjà énorme.

      Pour nôtre pauvre corps social, ce sera la même chose.
      Sa cellulite à lui ne fondra que quand tout le muscle aura disparu et qu’il n’aura de ce fait plus le moindre ressort pour rebondir.
      CPEF.

      1. gem

        D’où l’intérêt d’une liposuccion. Ça ne sert à rien tout seul, mais en complément d’un bon changement de régime ça fait du bien.

        1. Le Gnôme

          Bah, le latin n’est pas mal non plus où impôt se dit exactio, dont la langue française a fait exaction.

          Bon, il va falloir être liquide pour que les fous furieux ne râtissent pas tout.

          Et bonne nouvelle, Cahusac a décidé de participer au comblement du trou. Il s’est rappelé que tout compte fait, il avait bien un compte en Suisse à l’insu de son plein gré, mais il l’avait oublié dans un coin. Dédormais, son prénom est Aloïs, comme Alzheimer.

  10. johnny_rotten

    Alors qu’on parle de tailler dans les dépenses publiques , s’ouvre cette semaine à Paris (au centre des expos de la Porte de Versailles) le salon des métiers de la fonction publique.
    Maintenir l’existence d’un tel salon en 2013, est une véritable provocation socialaud contre le contribuable.

    1. sarah

      ils cherchent à faire quoi ??? du recrutement (encore), de la promotion de cette admnis qui marche trop bien, qui est trop efficace, qui est trop au service de tous, qui nous ait enviée de tous :))) Je pense d’ailleurs que cette formule a certainement été inventée par les anglo-saxons pour se foutre de nous….

  11. Buchanan

    Le cas de Chypre montre aussi qu’il n’y a pas ( plus) de solidarité en Europe. Diesel Boum a bien martelé le nouveau message : pays pauvre citoyens riches (lire comptes en banques dodus) , on va se servir directement à la source. (Prendre l’argent là où il est, comme dirait le Chavez sans pétrole).
    Pays pauvre , citoyens riches : France, Espagne, Italie.
    Pays riche, citoyens pauvres : Allemagne, Autriche.
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202659625566-les-menages-francais-plus-riches-que-les-foyers-allemands-552097.php

    1. gem

      Attention, cela est faussé par la proportion de propriétaires. Les espagnols semblent riches parce qu’ils possèdent leur logement… mais leur production et donc leurs revenus sont bas. En Allemagne c’est le contraire : ils produisent beaucoup, ont d’excellent revenus, et par ailleurs se loger n’y coute pas cher, le prix des logements n’y sont pas gonflés par une bulle, et relativement peu d’allemands sont propriétaires ; par rapport aux français, tout cela baisse de façon importante le poids de l’immobilier dans leur « richesse », mais favorise un niveau de vie réel supérieur.

      1. Buchanan

        C’est tout à fait vrai, c’est l’immobilier (et aussi l’économie parallèle) qui fait ça mais ce que je voulais dire c’est que personne en Europe ne viendra à notre secours. Et la seule option, si on veut rester dans l’euro, c’est la ponction sur l’épargne. (L’autre option qui est de sortir de l’euro et dévaluer n’est pour l’instant pas d’actualité , mais on y viendra). Ce que les gens ne voient pas (parce que chez nous c’est différent, il n’y a pas de mafieux russes) c’est que Chypre est le nouveau modèle et une avant-première de ce qui va nous arriver. Confiscation des dépôts, mise en place de contrôle des capitaux, etc… etc…
        La confiscation des dépôts est la conséquence de ne pas pouvoir dévaluer notre monnaie. Cela porte le joli nom de bail-in. En fait, confiscation ou dévaluation puis inflation c’est la même chose, l’épargne est ponctionnée. Sauf que les populations supportent mieux l’inflation, le phénomène est dilué dans le temps et moins visible. La confiscation c’est comme un viol, le coup est beaucoup plus rude et ça peut dégénérer très vite.

  12. johnny_rotten

    Je pense que c’est la globalité de l’Allemagne (incluant toute l’ancienne Allemagne de l’Est) qui fait tomber ses stats de richesses moyenne par foyers. Car ça saute aux yeux d’un voyageur, lorsqu’on passe de l’ancienne Allemagne fédérale à un de nos départements frontaliers ; on ressent une ambiance de pauvreté en arrivant en France.
    L’impression réside aussi de l’observation des véhicules. En Allemagne on voit beaucoup de grosses berlines à 25 000 euros et presque pas de poubelles à 4 roues à moitié rafistolées sur les routes et les parkings.
    Je suis très étonné, en revanche, du niveau de richesse patrimoniale des Espagnols .

    1. mlallier

      « lorsqu’on passe de l’ancienne Allemagne fédérale à un de nos départements frontaliers ; on ressent une ambiance de pauvreté en arrivant en France. »

      Si vous voulez vous amuser encore plus, allez de Luxembourg à Longwy.

    1. Robert Marchenoir

      Non. Lisez les forums d’utilisateurs normaux de Paypal, c’est à dire de gens qui vendent des produits ou des prestations. Ils sont pleins d’histoires d’horreur de clients qui n’arrivent pas à récupérer leur argent, qui sont en litige, qui se heurtent à un mur, qui se voient fermer leur compte d’autorité, etc. Les décisions de Paypal sont arbitraires, il n’y a pas d’adresse, pas de numéro de téléphone…

      C’est déjà passablement dangereux à utiliser pour l’usage pour lequel c’est conçu : un moyen de paiement (et non une banque), un lieu où des gains (en général modestes) transitent pour passer sur votre compte en banque.

      Envisager de s’en servir comme un coffre-fort, c’est de la folie. Paypal n’est pas une banque, et n’est donc pas régulé en conséquence. Les libéraux ont beau se gausser de la régulation des banques, quand elle n’existe pas du tout…

      1. Mais il n’y a aucun besoin de réguler : ce que vous dites, ici, suffit effectivement.
        Personne de sensé n’ira se servir de paypal comme banque parce qu’on ne peut en avoir confiance. Et comme il est facile de trouver des dizaines de témoignages en ce sens et aucun dans le sens inverse, 0 régulation, et tout le monde est content.

        C’est comme ça que doit fonctionner une banque : sur la confiance. Pas de confiance, pas de client/pas de banque.
        Paypal, c’est du transfert, pas du stockage.

        1. Robert Marchenoir

          Oui, ça se défend, mais je vais le dire autrement : je serais vendeur de services ou de produits, j’aurais les mickettes de confier mes recettes et mon image de marque à Paypal, qui est tout de même incontournable vu sa position de monopole.

          Et en cas de litige, j’aimerais bien avoir un recours qui ne soit pas seulement de fumasser sur un forum, ou de porter plainte (hahaha… Madame Michu contre Microsoft, Microsoft condamné).

          1. vengeusemasquée

            Aie aie aie attention avec Paypal. A utiliser avec parcimonie et ne surtout pas laissez de fonds dessus. C’est hyper dangereux. J’utilise abondamment pour des transaction tant d’achat que de vente mais je ne laisse jamais un sous sur mon compte parce que j’ai eu tous les ennuis de la terre avec eux. Ils bloquent les comptes, prélèvent les sous pour régler des litiges, comme s’ils avaient l’injonction d’un tribunal et leurs frais sont astronomiques.
            ATTENTION !

      2. Alex6

        Le coup du forum avec des histoires affreuses d’utilisateurs, j’adore! Paypal est un intermediaire pour payer plus rapidement, point. Jamais Paypal n’a eu vocation a etre une banque.
        Quand a votre regulation bancaire, regardez le resultat, c’est du joli non?

      3. gem

        techniquement paypal est un « établissement de crédit » : ils ont été obligés pour diverses raisons légales (régulation !). La différence avec une banque est … Je ne sais pas trop.

  13. aristarque

    Heureusement que Cahuzac, détenteurs de comptes dans tous les paradis fiscaux et pour des mignonettes (seulement 600.000€ en Suisse depuis 20 ans, une paille que tout un chacun peut détenir à l’ aise, Singapour, on ne sait pas -encore-) n’ est plus présentable pour nous faire la limposuccion.

  14. channy

    « la France est un champion de l’épargne mes petits amis. Rassurant, non ? »
    Au début de la crise Asiatique en 1997, la Thaïlande avait un taux d’épargne de 25% cela n’a pas empêché le pays de couler ..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.