Le panoptique du 21ème siècle

À moins bien sûr de ne plus lire que ce blog et de le considérer comme une source d’informations fiables (fou que vous êtes !), vous devez déjà avoir entendu parler de PRISM, de surveillance massive, de réseaux sociaux et de la carrière d’Obama qui pourrait rétrécir. Comme nous allons le voir, ça se joue aux USA, mais ça se joue surtout partout dans le monde, ici et maintenant.

Bon, histoire de vous mettre un peu de contexte sur deux ou trois paragraphes, résumons l’affaire qui agite la blogosphère actuellement.

yes we scanEn substance, tout part d’un certain Edward Snowden qui, il y a quelques jours, a permis de montrer, preuves à l’appui, que la NSA et la CIA espionnent directement toutes les sources de données informatiques comme Facebook, Twitter, Google, tous les appels téléphoniques qui passent, sans jamais calmer l’appétit de ces agences de renseignements. Bien évidemment, cette révélation n’étonne pas, à proprement parler : tout le monde se doutait déjà que les divers services d’intelligence des Etats-Unis récupéraient toutes les données qu’ils pouvaient, de toutes les façons possibles, y compris celles dont la légalité est douteuse (voire inexistante). Mais la preuve apportée, voilà un pavé dans la marre d’Obama (dont on se souvient qu’il avait, en son temps de sénateur, vertement tancé Bush pour ses écoutes). Effet secondaire amusant : les obamolâtres, nombreux dans la presse ici et outre-Atlantique, doivent faire face à un nombre assez conséquent de scandales de plus en plus importants qui remettent largement en question le mythe comique de président intègre qu’ils s’étaient employés à construire, par différentiel avec un Bush à la probité elle-même très discutable. Pour le moment, c’est surtout internet qui s’en donne à cœur joie ; on attend les éditoriaux outrés ou larmoyants de ces journalistes qui n’ont toujours pas compris que le président actuel n’a rien à envier aux précédents en terme de mauvaise foi ou de pratiques douteuses.

Pendant ce temps, le fond de l’affaire (l’espionnage industriel d’une grande puissance à des échelles jamais atteintes auparavant), il faudra sans doute des jours, voire des semaines pour que les conséquences et implications soient pleinement comprises. Les spécialistes de la sécurité informatique savaient déjà que les principaux fournisseurs de services américains pouvaient, sur simple demande de leur gouvernement, livrer tout ou partie d’informations confidentielles. Pas étonnant, dès lors, que bien des firmes européennes, chinoises ou japonaises pour ne citer que ces acteurs économiques, aient choisi de ne surtout pas héberger de données dans les magnifiques « clouds » hébergés chez l’Oncle Sam.

Il n’empêche : compte-tenu de l’importance américaine dans le réseau internet, tôt ou tard, des données en transit d’un point à l’autre du globe ont de bonnes chances de passer par les routeurs américains, et par voie de conséquence, d’être interceptées, analysées voire stockées pour le compte de l’une ou l’autre agence de renseignement des États-Unis. À la limite, si la fibre commerciale américaine reprend le dessus, ils pourraient même envisager de commercialiser une telle fonctionnalité. Ça ne rendra pas l’opération plus éthique, mais certainement plus profitable.

NSA backup

Mais plus sérieusement, toute cette affaire permet de montrer deux choses : la première, évidente, est que l’État (qu’il fut américain, français ou autre ne change rien) ne reculera jamais lorsqu’il s’agira d’utiliser les technologies à son profit. Aucune constitution, aucun garde-fou juridique, aucune éthique gouvernementale ne permettra d’assurer un comportement restreint, idoine ou tout simplement moral de sa part. Dès lors qu’il existera la possibilité pour lui d’obtenir un moyen supplémentaire d’asservir sa population, il l’utilisera. Le fait d’être dans une démocratie plutôt qu’une dictature changera marginalement la vitesse à laquelle les services étatiques mettront en place ces moyens. Quant aux raisons invoquées, elles seront toujours, invariablement, les mêmes : échangez-moi un peu de votre liberté (dont vous ne savez que faire, enfants) en l’échange d’un peu plus de sécurité. Et plus l’État s’occupe de sécurité, plus il fait de l’individu un petit animal craintif ayant peur du lendemain, plus il sera facile au plus froid des monstre froid de s’approprier toute la liberté de chacun.

La seconde, c’est que, dans ce tableau assez noir subsiste heureusement quelques zones de lumière. Aussi puissante soit l’organisation qui décide ainsi d’espionner chacun, aussi phénoménaux soient les moyens techniques, humains, financiers dont elle dispose, il se trouvera toujours un ou plusieurs individus pour dire « Stop », pour pointer du doigt les dérives, pour dénoncer les abus, pour révéler les abominations. Tout libéral, bien sûr, comprendra cette dernière remarque, et tout individu, libéral ou non, comprendra aussi ce que de telles dénonciations, que de telles révélations peuvent comporter comme risque sur celui qui les faits. Rien qu’à ce titre, le jeune Snowden mérite le plus grand respect pour le courage dont il a fait preuve, courage qui l’amènera, au mieux, devant les tribunaux de son pays, ou à une vie d’exil et de fuite, ou, pire encore, à une mort louche, suicidé au fin fond d’une forêt avec trois balles dans le buffet. Le terme héros, largement galvaudé de nos jours, n’est probablement pas trop fort pour désigner un type qui aura choisi ainsi de foutre sa vie en l’air, aussi ouvertement, en l’échange d’une révélation ou pour avoir fichu un doigt dans l’œil de Big Brother.

« Je ne peux, en mon âme et conscience, laisser le gouvernement américain détruire la vie privée, la liberté d’Internet et les libertés essentielles pour les gens tout autour du monde au moyen de ce système énorme de surveillance qu’il est en train de bâtir secrètement. »

nsa backup copyAu passage, devant ce constat que l’État s’appropriera toujours les technologies les plus avancées pour son agenda propre, on peut mener deux réflexions : celle de Julian Assange, par exemple, qui consiste à ne voir qu’une issue catastrophique à l’usage de ces technologies, essentiellement résumée par un totalitarisme dont la RDA elle-même n’aurait pu rêver, où tout le monde sera constamment sur écoute, surveillé, suivi par les services de l’État et immanquablement manipulé, qui par l’État lui-même, qui par les grandes corporations commodément acoquinées à ce dernier. À côté, Orwell passe pour un optimiste. Et il y a cette autre réflexion qui consiste à demander un État toujours plus faible, plus modeste, plus petit, et dont la taille réduite assure que les débordements seront plus facilement contenus. Ceux qui comprennent la lourde probabilité de la première vision ne peuvent que réclamer la seconde, sans même parler des aspects purement économiques et sociétaux qu’entraînent un État réduit.

Ce XXIème siècle est, même en 2013, encore jeune. Il n’est en rien écrit que l’Humanité devra en passer par un gouvernement mondial, à l’instar des désirs humides d’Attali. Il n’est pas plus écrit que la technologie sera, immanquablement, un fardeau, une nouvelle forme d’oppression plus ou moins douce, un panoptique moderne et technoboosté. Bien sûr, la récente affaire PRISM, les révélations de Snowden et les réflexions tristounettes d’un Julian Assange en mal de notoriété montrent très bien qu’on a déjà commencé à trotter vigoureusement dans la mauvaise direction. Mais l’analyse permet de comprendre que le mal n’est pas intrinsèquement dans la technologie, mais dans la taille qu’on a accordée aux États, qui, de fait et même avant l’arrivée de cette révolutions numérique, contrôlent maintenant les aspects les plus importants de notre vie : ce que nous mangeons, qui nous soigne, qui nous éduque, qui nous fournit notre monnaie.

Chacun de ces domaines pourrait largement bénéficier d’un retrait de l’État. Et s’il y a bien un message qu’il faut entendre et que ces affaires mettent en exergue, c’est le message libéral.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires216

  1. silent bob

    Thomas Jefferson: « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

    voilà voilà…

        1. silent bob

          oui j’ai réalisé tout de suite après avoir écrit, c’est une énorme bourde! En fait je regardais un site sur Jefferson quand j’ai lu à 9h le post d’h16 d’où la confusion… N’empêche que c’est une de ces bourdes, là j’ai fait fort!

  2. Black Mamba

    Depuis qu’internet existe , le monde est devenu un grand village où tous les ragots vont bon train.
    Cela fait du monde à écouter, à répertorier et enfin à faire mystérieusement disparaître par des aliens.
    Que peut-on y faire à part de s’isoler, et vivre sur une ile déserte sans technologie .
    Les îles se font rares de nos jours et il n’y a pas pour tout le monde.
    🙂

    1. Peste et coryza

      Sans compter que tout est fait pour rendre les gens incapables de riposte :
      – « enseignement » plus que douteux de la loi et de la vie aux futurs citoyens.
      – atomisation des solidarités non étatiques.
      – abrutissement des masses.
      – dépendance à l’aide d’état.
      – matraquage fiscal combinée à propagande morale sur le travail (Qin shi huandji ®)
      – fin de l’ascenseur social, cooptation des raclures…
      – interdiction de tout ce peut rendre les gens autonomes sinon indépendants.

        1. Peste et coryza

          Simple :
          Le contrôle des masses par l’interdiction du savoir et l’abrutissement par le travail.
          Le contrôle démographique aussi, par la construction de la muraille de chine.

          1. Woland

            Le mépris des lettrés par les guerriers n’est pas propre à la Chine de Shi Huangdi (ni à l’empire, souvenons-nous de « la République n’a pas besoin de savants). Je ne pense pas que le savoir ait été bien vu par la plupart des pouvoirs depuis la nuit des temps. Quant à la protection des frontières par la Grande Muraille, elle révèle simplement une certaine mégalomanie. Mais le principe n’a rien d’exceptionnel dans l’histoire antique: les places fortes du limes n’étaient pas mal non plus, y compris le mur d’Hadrien.
            J’ai l’impression que vous prêtez à l’empereur de Qin (en fait de Tchin – à cause des experts albanais en translittération le son chinois Tch s’écrit Q dans l’alphabet latin) la paternité d’une gouvernance banale à ces époques. Ce qui change peut-être, c’est la rigueur impitoyable avec laquelle il l’a appliquée.

          2. Marc Aurèle

            Vous ne trouvez pas que ça ressemble à ce qu’a fait Pol Pot dans son propre pays?

        2. Aloux

          Autant je peux comprendre le rapport avec la recherche de l’abrutissement maximum des masses (même si le vieil empereur légiste aurait sûrement été jusqu’à carrément empêché les gens de savoir lire… non en fait ça va j’ai rien dit), autant le rapport avec le travail me paraît un peu tiré par les cheveux. Dans l’empire Qin, les intellectuels étaient méprisés, tous les hommes travaillaient au champs ou combattaient sur le champ de bataille, ce qui me semble très différent de notre époque, l’âge d’or des demi-intellectuels parasitaires.

          1. Peste et coryza

            Le travail harassant (notamment des prisonniers et autre forçats) faisait aussi partie de la stratégie d’abrutissement des masses : ça occupait leur esprit.

          2. Aloux

            Certes, mais ce que je veux dire c’est que nos sociétés socialistes ne me semblent pas du tout, mais alors pas du tout correspondre à ça, enfin sauf si on considère le cas de certaines catégories professionnelles en France qui doivent effectivement bosser comme des brutes pour compenser la sodomie non-consentie du fisc, mais ça me semble un peu tiré par les cheveux.
            Par contre l’abrutissement en encourageant les gens à ne SURTOUT rien faire marche à fond, mais c’est pas très légiste ça.

          3. Peste et coryza

            @Aloux
            +1
            Une autre époque, d’autres méthodes, les mêmes résultats.

            Qin shi huandji n’a certes pas la paternité de ce système (les rois sumériens avaient réservé l’écriture à leurs scribes), mais il l’a poussé à un paroxysme, avec ses légistes.

          4. hussardbleu

            Arma togae cedant…. c’est tout à fait cela…
            et pour Lavoisier, c’est bien fait, l’avait qu’à pas être Fermier Général ….

          5. Peste et coryza

            Lavoisier… quelle perte pour la chimie !

            Néanmoins , les fermiers généraux avaient une réputation non usurpée de grands voleurs.
            Lavoisier ne pouvait pas savoir qu’il y aurait la révolution : il était trop loin des cercles parisiens.

            Et voici ce que le tribunal révolutionnaire lui avait répondu alors qu’il demandait un sursis pour un expérience.
            « La République n’a pas besoin de savants ni de chimistes ; le cours de la justice ne peut être suspendu. »

    2. Deres

      Avec des sites comme Linkedin et Viadeo, vous pouvez connaitre le travail, la société et la position hiérarchique des gens. C’est un moyen aisé de filtrer pour faire de l’espionnage industriel.

    3. raimverd

      T’énerve pas BM. Soit un peu parano optimiste.

      h16 a raison.
      Le pb de fond est de limiter le Pouvoir quel qu’il soit. Pour le bien de ceux qui détiennent le pouvoir car « le Pouvoir rend fou ».

      A part ça.
      Ce n’est que la suite du réseau/programme/système Echelon qui existe depuis longtemps.
      Pour l’individu, rien n’a changé depuis que nos ancêtres étaient dans la jungle ou la savane. Attention aux serpents, aux tigres, aux léopards, aux pieds des éléphants, aux insectes … Le Pouvoir a toujours pu écraser n’importe quel quidam lambda, plutôt par erreur ou par bêtise.

      Du point de vue du contribuable:
      – ce programme est un gaspillage de ressources.
      – L’information énorme systématique asphyxie les services ad hoc
      – Elle ne sera pratiquement jamais exploitée. « Cela fait du monde à écouter, à répertorier » comme tu dis, trop même
      – Elle sert d’alibi interne pour la paresse et l’ineptie (oui ça arrive partout) qui rôde dans les services : « regardez tout ce que l’on fait, on est occupés, utiles, dévoués »
      – Continue la liste. Tu as plus d’imagination que moi.

      1. Aristarque

        L’ essentiel est que le système soit en place, rôdé et en fonctionnement. En temps de paix, cela peut paraître inutile d’ être éventuellement noyé sous un déluge d’ informations. En temps de fortes tensions ou de guerre, l’ appréciation est différente et il est alors difficile de bâtir un zinzin ex nihilo.

          1. Ben c’est clair que si l’espionnage étatique fonctionnait pour amener la sécurité, ça se saurait, depuis le temps.
            En revanche pour assurer le maintien du pouvoir, là, ça fonctionne très bien.

  3. Peste et coryza

    @H16

    L’état ET les corporations privées (+le para public, etc…).
    Le pouvoir est à la fois privé et public, mais clairement oligarchique.

    Obama n’est, en définitive, qu’un serviteur. Il suffit de remonter ses soutiens (y compris financiers) pour trouver ses maitres…

    1. Elphyr

      Mais qui, au final, à le pouvoir ?

      Les hommes de l’ombre, figure imagée pour signifier tous ceux qui ne travaillent pas à la lumière des caméras et qui financent, dictent les ordres et élisent leur héraut en secret ; ou l’homme de lumière, élu démocratique, aimé du peuple ?

      Le second a un avantage certain : le nombre. L’argent et les « mains longues » des premiers ne valent strictement rien s’ils n’ont personne qui veuille bien les écouter : ce sont des hommes, mortels et fragiles. Vous pensez bien que le jour où Obama (ou n’importe quel dirigeant n’importe où) n’a plus besoin de ces alliés de l’ombre, leur disparition ne choquera personne voir comblera le peuple (en faisant d’eux quelconques boucs émissaires).

      Notez-le bien : l’argent ne donne pas le pouvoir absolu. Si un dirigeant veut faire cavalier seul et se débarrasser de ses lobbies et/ou de ses créanciers, il lui restera toujours une armée et un peuple. C’est ça qui rend le pouvoir politique si attrayant ; et oui, le président des États-Unis (#1 armée) est bien l’homme le plus puissant au monde.

      1. Peste et coryza

        @Elplyr

        1 : L’armée, etc… va se battre pour qui ?
        Pour un armée de professionnels (aka : mercenaires), c’est simple : pour ceux qui la paye.
        2 : des dirigeants qui ont tenté de faire cavalier seul, il y en a eu. Demandez à Kennedy ce qu’il en pense… La seule méthode qui vaut dans ce cas, est la vieille méthode, expliquée par Machiavel et appliquée entre autres par Staline : élimination de tous les autres dirigeants ou adversaires potentiels + nomination d’hommes de mains/larbins brutaux et loyaux.

        1. Elphyr

          L’armée ne se battra pas pour une quelconque agence obscure dirigée par des inconnus pour d’étranges motifs.

          Le plus de « servir » un homme politique, c’est qu’on sait (ou croit savoir) où il va et ce qu’il compte faire. Ne pas oublier que dans les armées ce sont des humains qui se battent ; et beaucoup sont prêt à se battre pour ce qu’ils trouvent juste (et celui qui a le plus de manœuvre pour décider pour les autres ce qui est juste c’est justement l’homme sous les projecteurs).

          Et oui, la méthode Staline est encore la plus efficace.

      2. Eole

        @Elphyr: qui a le pouvoir? Certainement pas Obama ou quelqu’autre président US. Le pouvoir se trouve à Wall Street, sa cohorte de banques, GoldmanSachs pour ne pas l’oublier, et autres financiers, les frères Koch et autres Murdoch, plus de puissantes entreprises accoquinées à des membres du Congrès, et l’Armée évidemment. Les présidents ne sont que des marionnettes dans leurs mains.

        1. Elphyr

          J’y crois pas une seule seconde.

          Les financiers meurent. Les banques meurent. Les soldats meurent. Les présidents meurent.

          L’idéologie, elle, est incroyablement dure à crever. La plus belle des preuve reste la cohorte de communistes oldschool qu’on se traine encore en France…

          Et à cette idéologie s’agrippe des gens qui y trouvent leur compte et qui, je vous l’accorde, deviennent plus ou moins influents et finissent par dicter leurs volontés au peuple par certains moyens. Au socialisme (ou affilié), ce sont à ses créanciers qu’il va chercher conseils (ce dont vous parlez).

          Ce que je veux dire c’est que si, aujourd’hui, quelqu’un veut changer l’idéologie et/ou imprimer la sienne, il sera un homme politique. Un homme de front, qui doit avoir le talent et le charisme pour rassembler les foules.

          Et si les foules décident de faire tomber vos Murdoch, vos Koch ou vos GoldmanSachs, ce ne sont pas leurs montagnes de pognon qui vont les sauver (ni rien d’autre) 🙂

          1. JS

            Oui mais sans argent l’influence est proche de zero.

            Regardez la reprise en main de musulmans Europeens depuis 15 ans par les pays du Golfe, sans torrents d’argent je ne suis pas certain que leur manip aurait eu le moindre succes..

          2. Elphyr

            Au-delà du torrent d’argent y’a le mot « musulman » qui joue beaucoup ; la (supposée) culture qu’ils ont en commun (ou plutôt l’ennemi commun) favorise le penchant des musulmans d’Europe vers les pays du Golfe.

            Aux US y’a beaucoup de musulmans et beaucoup d’argent aussi :p

    2. Marc Aurèle

      Je me tue à le dire, dans nos « démocrassies » modernes, peu importe le dirigeant. Nous en avons un bel exemple avec le notre.

      Obama est, à mon avis un pur concept, issu d’un gambit couillu et fabriqué par ses maîtres (à Chicago): parfait inconnu il y a peu, sans aucune expérience du pouvoir, muni d’un certificat de naissance très probablement truqué, il s’est retrouvé Pdt des USA en quelques semaines. Vu la précipitation, cela aurait pu être pire. L’individu, messianique dans son essence est visiblement doué d’une intelligence brillante. Il est dommage que ses origines l’aient cantoné à une théorie qui sous le pretexte de lendemains flamboyants, s’ecrime à détruire, pierre par pierre, l’ensemble des piliers de notre civilisation.

      Le pouvoir est ailleurs. Il suffit de bien chercher.

  4. Nocte

    Et ce qui m’éclate, c’est de voir :

    « ne faites pas appel aux sociétés US, pour vos données, préférez les sociétés Européennes, et, notamment pour le cloud, les clouds souverains comme les clouds FR »

    Et là, systématiquement, je ris… je ris parce que les gens regarde à travers un prisme (justement) : ils y voient l’asservissement des grandes entreprises US à l’Etat US, et donc, gniagniagnia, pas bien les sociétés capitalistes US… (je pense que les sociétés en question se passeraient volontiers du Patriot Act…)
    C’est vrai qu’Amesys et Bull sont des sociétés US qui ont servi des solutions de « sécurité » clé en main à de gentils despotes…
    C’est tout aussi vrai que Mitterand n’a jamais mis sur écoute des gens…

    Bref, gros +1 avec l’article, les gens doivent se rendre compte que le problème, ça n’est pas le web, ça n’est pas la technologie, ça n’est pas le capitalisme US : C’est l’Etat et sa volonté de contrôle des masses (pour ma part, j’aurais une confiance toute relative dans l’Europe, si cela sert ses intérêts, alors notre vie, elle s’en contrefout… si quelqu’un en doute, qu’il se rappelle de Chypre du braquage à main armée légal et gigantesque)

    1. LaM

      Plusieurs societés sont en train de développer des solutions pour pouvoir échanger des données en privé. Vraiment en privé.
      Vaultive fait ça en cryptant toutes les données qui partent sur le cloud.
      Je sais plus quelle compagnie prépare un système avec des messages qui s’autodétruisent après avoir été lus.

      Bref, le gouvernement a crée de l’emploi, pour de vrai. Champagne!

      1. Peste et coryza

        C’est de l’enfumage si vous voulez mon avis :
        – vos clés, vous les achetez quelque part, non ? genre, une société répondant à la loi des « tiers de confiance » de l’état…
        – en France, toute clé dépassant 128 bits, doit être déposée chez un « tiers de confiance » assermenté par… l’état.
        – une clé inférieure à 128 bits, c’est de la m*rde.

        Bref, à moins que l’entreprise en question travaille illégalement, l’état pourra toujours lire par dessus votre épaule.

        1. LaM

          J’avoue ne pas assez bien connaitre les arcanes du cryptage pour répondre à cette objection.
          Je ne sais pas comment Vaultive gère son cryptage, je ne connais pas la procédure pour les tiers de confiance avec les clés publiques, clés privées.
          Ya nié znayou.

        2. BN

          De quoi est-ce que vous parlez ?

          – Les clés de chiffrement sont généralement générées aléatoirement sur le PC où sont les données. Ou générées à partir du mot de passe, librement choisi par l’utilisateur.
          – L’utilisation de cryptographie est libre depuis 2004 (http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffrement#En_France)
          – une clé de 128 bits (ou 127 si la loi interdit les clés de 128 bits ou plus), en chiffrement symétrique, est parfaitement invulnérable au bruteforce. Un calcul rapide permet de montrer que, à raison de 100e12 clés testées par secondes (puissance totale du réseau bitcoin), il faudrait environ… 15 million de fois l’age de l’univers pour essayer toutes les combinaisons possibles.

          Le risque réel, c’est que l’état fasse pression sur l’éditeur du logiciel pour qu’il introduise une porte dérobée. Ce qui est considérablement plus difficile à faire avec de l’open source.

          Aujourd’hui, des solutions comme GPG ou TrueCrypt peuvent être considérés comme étant à l’épreuve de la NSA. Bien sûr, si la NSA/CIA/DRCI veulent vraiment vos infos, elles les auront (piratage « personnalisé » du PC, voir « evil maid attack » ou bonne vieille clé à molette dans une salle d’interogatoire), mais cela interdit toute surveillance de masse.

          1. Peste et coryza

            point 1 : votre algo pour construire votre clé, vous l’obtenez où ? avec un programme, développé par un éditeur
            point 2 : pour les particuliers, certainement. Pas pour les entreprises d’après le lien posté plus haut, mais il date…
            point 3 : cela dépend de l’algo, de la méthode utilisée, etc… par exemple :
            http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/informatique-electronique-telecoms-thematique_193/l-inria-et-ses-partenaires-cassent-une-cle-rsa-de-768-bits-article_6559/
            C’est pas à la portée du premier venu, certes…
            point 4 : comme vous dites, si l’état veut nos infos, il les aura…
            point 5 : la surveillance de masse est possible justement parce que la masse n’est pas au courant des possibilités technologiques, n’en voit pas l’utilité ou ne sait pas les utiliser.

          2. YP

            RSA est une clef asymétrique. Ca n’a rien a voir avec une clef symétrique, tant en termes de protection qu’en termes d’utilisations.

            La longueur de clef ne veut strictement rien dire. Tout est question d’implémentation, de moyens mis en oeuvre pour le casser ou du temps jugé acceptable avant que l’information ne soit considéré comme obsolète.

            Ensuite, un bon algo ne peut être qu’open-source, et il y a plein de bons algorithmes documentés, ne serait-ce que les finalistes du concours AES (en particulier serpent et twofish)…

        3. YP

          Tout dépends de l’algorithme. Déjà, BigBrother dispose de puces spécialisées pour DES, 3DES, AES et quelques autres, mais seulement d’une machine puissante pour d’autres algos (et parmis eux, des trucs pas mal foutus : essaie voir de casser un idea ou un même un ghost, même avec une clef de 128 bits, juste pour voir…)

          Ensuite, il y a la technique du surchiffrement ; la clef déposée va te servir à encoder un message préalablement encodé avec un algo un peu robuste. Big brother choppe la clef chez ton tiers de confiance, déchiffre ton message et se retrouve une bouillie inexploitable.

          Si BigBro t’attaque en justice, il devra expliquer pourquoi il a écouté tes communications. Quand à toi, tu pourras toujours te défendre en prétextant te savoir espionné et avoir encrypté un fichier généré aléatoirement pour emmerder le lurker…

          1. Fll

            Arrêtez de vous masturber l’esprit. C’est pas en piratant une communication TCP qu’ils chopent les infos, même non crypté, c’est déjà très complexe (du au fonctionnement même de TCP) c’est directement les infos stockées sur les serveurs !
            Demain, la DGSE (ou autre organisme d’état) avec une commission (va savoir toi si c’est une vraie ou pas) te demande l’accès aux serveurs, bin tu dis, oui monsieur. Pis c’est tout.
            C’est justement de se focaliser sur le transfert en pensant que le risque est là, que les boites se font estropier. Alors qu’il est tellement plus simple d’aller directement sur le serveur physique. Et là, que ce soit du linux, du mac, du Windows, tu me laisse 5 minutes, et tu as le contenu complet du serveur. Et si moi je sais le faire, t’imagine bien que y’a des mecs HACHEMENT (à la Coluche) plus balèze que moi.

          2. Bn

            Sauf que justement, on ne parle pas de chiffrer la transmission, mais les données.

            Cas d’école : j’utilise dropbox, c’est pratique. Mais je ne veux pas que mes données soient lisible par la NSA => je place une version chiffrée de mes données sur dropbox, et la NSA (et dropbox, ou tout autre personne qui accède à leurs serveurs) ne voit qu’une bouillie de bits inutilisable. Avec le bon logiciel, ça se fait de manière totalement transparente, sans perte de qualité de service au quotidien (encfs sous linux, je suppose qu’il existe le même genre de choses sous Windows).

            Pour les mails, GPG offre le même service : chiffrement des mails, qui ne sont décodés que sur le PC du destinataire (mais c’est malheureusement peu utilisé, faute d’intérêt du grand public et de solutions fournies clé en main).

            1. Le problème est que si on veut vous espionner, on se placera à la source des données, lorsqu’elles sont encore en clair (on ne parle plus de surveillance généralisée, ici, notez bien).

          3. YP

            Quand tu renforces un maillon, c’est un autre maillon qui devient le point faible. Comme dans tout, tout n’est qu’une affaire de compromis…

            Une remarque au sujet du trajet « sûr » : http://en.wikipedia.org/wiki/SORM
            Sans aller jusqu’au dispositif SORM2, un simple accès physique à un routeur permet de monitorer tout ce qui passe par lui. Il se pourrait bien que le cryptage des communications deviennent assez rapidement une nécessité pour ceux qui tiennent à leur vie privée.

            Concernant les données sur les clouds, si on y laisse des données chiffrées par un algo robuste (et donc ouvert) , réaliser une attaque cryptographique en ayant que les données cryptées – et même en connaissant le logiciel utilisé, ben c’est pas franchement pareil que dans « les experts »…

          4. Fll

            Sauf qu’un routeur ne prendra pas 100% du traffic, ou rarement. C’est les lois du BGP4 qui priment.
            Donc je persiste et signe, c’est pas tant les trames qui posent problème, mais l’accés au stockage.
            Si on prend le P2P, c’est pas les fichiers qui sont en cause, mais les IP qui se connectent sur le fichiers qu’on traque.
            Faut pas se gourrer de cible.
            Le principe de tunnel, est justement de changer l’ip pour passer à travers un serveur et remonter sur son pc. (je schématise hein 🙂 ) Parce que le traffic, lui, on peut le suivre, mais pour reconstituer le fichier complet avec juste les trames qui passent par-ci, par-là, bon courage.
            Donc le but, c’est d’avoir une IP qui est dans un endroit ou la loi permet le P2P, soit dans un autre pays.
            De plus, nous avons un dicton bien à nous : ce qui est fait par informatique est dé-faisable par informatique.
            Donc à chaque fois, il y aura une solution de contournement, seulement, l’état tombera de plus en plus sur les « petit » et les gros passerons à coté.

  5. Jesrad

    Nous avons trop peu d’Edward Snowden dans ce monde.

    Si plus de sbires avaient des élans moraux, le monde serait infiniment plus vivable.

    1. La bonne nouvelle, c’est qu’il suffit d’un petit nombre de Snowden pour enquiquiner fermement les états et leur mettre des bâtons dans les roues.

  6. Simong

    Vous vous trompez, cher H16, lorsque vous écrivez:
    Edward Snowden qui, il y a quelques jours, a permis de montrer, preuves à l’appui…

    C’est Le Point qui nous dit la triste vérité:

    États-Unis – Surveillance : Edward Snowden aurait abusé de ses droits
    Le Point.fr – Publié le 12/06/2013 à 07:53 – Modifié le 12/06/2013 à 08:41
    Les autorités américaines tentent de comprendre comment cet ancien consultant du renseignement a pu mettre la main sur des documents top secret.

    Voila, c’est tout. Un le sous-traitant lambda en informatique a abusé de ses droits. Où allons nous?.

    1. Aloux

      Amusant cette propension des journalistes à prendre le parti de l’Etat dans ce genre d’affaire (cf Assange). J’ai infiniment plus de respect pour les vrais prostitués que pour les journalistes.

  7. Caton

    Il faut et il suffit que ces informations ainsi recueillies soient utilisées *une fois* pour coller en prison nos politiques (si possible dans la une cellule d’un body-builder noir de 2 mètres prénommé Bubba…) pour que ces conneries s’arrêtent.

      1. Black Mamba

        La prison est pour ceux qui portent un tee shirt inapproprié.
        Deux adultes tenant la main à deux nains par exemple 🙁

  8. val

    C est bien entendu tres inquiétant. Mais à la fois nous étions déjà la cible d’écoutes et d’ouvertures de courriers intempestives dès notre tête dépassait du lot, ne nous leurrons donc pas. Je suppose que nous avons tous des dossiers bien étoffés dans les « services ». L’adaptation des écoutes avec l’effet de levier de la techno à internet était franchement prévisible et inévitable. A nous d’être vigilants . Et puis de nouvelles technos surgiront qui nous donneront de nouveau espaces de libertés … temporaires .

  9. LaM

    Tout NSA qu’ils soient je leur souhaite bien du plaisir à analyser cette masse inimaginable de données et d’en tirer quelque chose de pertinent.

    Il suffit qu’on lance une action « raise some red flags » et que tout le web se mette ponctuellement à googler:
    -how to create a bomb
    -I want to shoot the president
    -how to join Al Quaida

    pour foutre en l’air leurs algrorithmes.

    Un seul tweet canular peut faire plonger la bourse, imaginez des actions concertées qui échappent à la « logique » algorithmique.
    Je ne m’inquiète pas, on a encore de quoi les faire bien chier, on a même pas encore essayé.

    1. Je crois que vous n’avez pas trop idée de ce qu’on est capable de faire en analyse statistique sur les masses de données, et la précision obtenue justement lorsque la masse est énorme.
      Ce qui foutrait en l’air le système, ce serait d’avoir, au minimum, des millions de gens qui font effectivement, tous les jours, des messages qui contiennent plus que des mots « triggers ».
      Des millions de gens qui ont un comportement cohérent et qui déclenche les alertes.
      Des millions de gens qui discutent à leur famille, leurs amis, leurs collègues, avec les mots déclencheurs.
      Des millions de gens qui achètent, qui vendent, des éléments déclencheurs.

      Et là, on commencerait à flooder.
      Quelques google bombing ne feront pas l’affaire.

      1. LaM

        Evidemment, je n’appelais pas à un soulèvement de la communauté hashtable.
        Mais plutôt que de descendre dans la rue pour brailler devant des gardiens de la paix, autant se concerter et faire un truc utile.
        C’est le genre d’action qui coute pas grand chose à faire, qui peut avoir un bon gros impact bien vénère et qui protège les libertés in fine.

        Si le mot est passé, m’est avis qu’on va atteindre un niveau de « viralité » qui fera mouiller plus d’un marketeur.

      2. Deres

        A mon avis, cela devrait être une bonne part d’une cellule de cyber-guerre nationale. En plus d’essayer de fournir des services nationaux afin de protéger au moins nos entreprises, une telle cellule devrait faire du flooding intelligent des moyens de surveillances étrangers en particulier avec de fausses informations sur les négociations commerciales. Ils devraient aussi mettre en place de nombreux « pots de miel » afin de gaspiller leurs efforts. Après, pour la défense individuel contre son propre Etat, c’est aussi un peu à chacun de se protéger. Si on veut pas que ses voisins vous voient, il faut mettre des rideaux …

  10. Mominette

    .H-16 va encore râler de ma réaction, mais tant pis 🙂

    La Sûreté de l’Etat n’a pas pour mission d’attendre de voir passer un bandit masqué devant son bureau pour l’arrêter. Et elle doit au contraire chercher certains types de délinquance partout où elle se trouve.

    Savez-vous que, depuis la guerre, TOUTES les communications téléphoniques internationales sont enregistrées ? Tous les manifestants filmés et identifiés si possible ? Toutes les radios les plus improbables écoutées ? C’est le travail de la Sûreté des Etats, et bien entendu ils ne gardent de cette collecte que certaines cibles pré-déterminées, et éventuellement certains mots clés pour vérification. Pourquoi faudrait-il qu’Internet échappe à cette vigilance ?

    Tout ce travail est béni par les Parlements, et ne serait pernicieux que s’il tombait dans le domaine public.

    On peut se demander, avec ce petit émoi de foire, s’il s’agit d’une distraction médiatique offerte au citoyen repu, ou si pour certains joue l’adage « qui se sent rogneux se gratte ».

    1. « La Sûreté de l’Etat n’a pas pour mission d’attendre de voir passer un bandit masqué devant son bureau pour l’arrêter. Et elle doit au contraire chercher certains types de délinquance partout où elle se trouve. »
      Non.

      Ça, c’est n’importe quoi.
      L’État n’a pas à prévenir le crime. L’état doit le punir. La prévention du crime est du seul, exclusif et strict domaine de la société, et plus précisément des individus. SURTOUT PAS de l’État.
      Et c’est ce genre de confusions que vous soutenez qui fait précisément le jeu de l’État. Et le fait que ce soit fait actuellement n’est absolument pas, jamais, surtout pas une raison pour que ça continue. C’est même l’excellent argument pour dire qu’il faut que ça s’arrête.

      La sûreté de l’État n’a JAMAIS été synonyme de la sûreté de ses citoyens. C’est même, par définition, son antonyme.

        1. Peste et coryza

          C’est pour cela que police (au sens : police municipale/milice) et armée ont été séparées :
          – la police protège le peuple
          – l’armée combat les ennemis de l’état.

          Or l’état peut très bien désigner comme ennemi son propre peuple.

      1. P

        « L’État n’a pas à prévenir le crime. L’état doit le punir.  »

        Exactement ! Prière aux sceptiques de revisionner Minority report

        Bientôt des emplois d’avenir du côté des Precog ?

      2. Tea Party

        Pas d’accord, H 16 : d’abord ce sont les sociétés commerciales qui nous fliquent le plus, pour connaître tous nos centres d’intérêts, afin de nous faire des propositions commerciales plus ciblées. Ce n’est pas méchant, voire intelligent quand on connaît les chiffres de réussite, d’un mailing à l’aveugle.

        Par contre on ne parle jamais sur ce site du danger de l’islam envahissant et conquérant qui ne veut pas franchement du bien aux croisés, que nous sommes, comme il disent.

        Depuis, le 10 septembre, Ben Laden, nous a déclaré en nous le prouvant de triste manière une guerre ouverte totale et jusqu’au-boutiste, tentaculaire.

        Comme tous les gens nuisibles, ils utilisent magnifiquement les failles de notre démocratie. Impossible d’arrêter des gens avant qu’ils n’aient commis quelques choses de répréhensible. Tout le monde s’accorde, pour dire que même en France, les services  » concernés » ont arrête, nombre d’attentats en préparation, il faut bien les  » tracer » avant d’une manière ou d’une autre. Il n’y a que la gauche pour croire, que des gens qui partent faire des stages dans certains pays, c’est pour après ouvrir un club de tricot pour poupées et oursons !
        Quand on pense, qu’en Europe, certains ont des irruptions de boutons, et plaignent les  » pauvres victimes  » enfermés à Guantánamo, heureusement que les états, eux les protègent, contre leurs propres bêtises crasses.

        1. « Pas d’accord, H 16 : d’abord ce sont les sociétés commerciales qui nous fliquent le plus,  »
          Non.
          Vous vous trompez d’au moins 1 ordre de grandeur (si ce n’est pas 3 ou 4). Les sociétés commerciales sont à la ramasse de ce que les militaires et les services de renseignement font effectivement de façon routinière. Et les moyens mis en oeuvre d’un côté et de l’autre n’ont pas du tout les mêmes portées. D’un côté, chaque $ investi doit rapporter, sinon l’actionnaire grogne. De l’autre, c’est $$$ non-stop, tant qu’on en veut. Et il n’y a aucun résultat attendu, juste une possibilité qu’on puisse s’en servir.

          Pour le reste, il faudra simplement mettre en rapport ces moyens et ces ordres de grandeur avec la propagande publique habituelle, et montrer en face ce que le terrorisme coûte vraiment. On comprend pourquoi les États adorent les terroristes (le parfum à la mode, « islamiste », est juste ça : une mode).

          1. Tea Party

            Ce n’est pas moi qui vais défendre Hussein Obama ! Ce n’est pas parce qu’il est démocrate (je me marre) noir, vu que les mots métis, ou mulâtre n’existe pas en langue anglaise, qu’il a toute les qualités.
            Nous avons l’éternel décalage, ou en vivant au USA, on reste avec des réactions beaucoup plus épidermiques, (avec un peu plus de mémoire) envers l’islam, qu’en Europe.
            Et si les gens commençaient par le commencement ?
            Sûrement problème de génération, je ne vois pas du tout l’utilité d’avoir un compte Twitter ? Pourquoi annoncer au monde entier, qui je suis, ce que je fais, ce que j’aime, ou déteste, mes idées politique ? Ma vie ne regarde que moi !
            Je n’ai même pas de smartphone ! Autre système magnifique, suivant les applications mises, pour se faire  »tracer ». Et pourtant ! Je suis plus souvent dans un avion, que dans mon lit ! Et comme on trouve de la wifi, partout, cela ne me pose aucun problème pour travailler avec efficience, à part pour mon associé, qui meurt de honte, ( car bien sur j’ai choisis la sonnerie, la plus ringarde) car je suis le seul, a ne pas être  » in  », en clientèle, dans les aéroports, les salons d’attente Air France, où même les, l’immigrés qui nettoient le sol, arborent fièrement le dernier Apple, qui leur coûtent un bras.
            J’ai des sites professionnels, mon nom ne figure nulle part, et quand je tape sur Google, je ne trouve que des homonymes, et je ne risque pas d’être sur Wikipédia, qui n’est pas une fin en soit.
            Pour le reste ? Je ne fais rien de répréhensible, donc je dors tranquille.
            Le plus drôle, et le plus paradoxal, dans notre désaccord, c’est que je suis parmi les posteurs de votre site, un des plus libéral, un des plus orthodoxe, voire limite extrémiste.

          2. Nocte

            Je ne sais pas vous, mais j’aime le FUD. C’est pratique le FUD : on désigne des cibles, on divise les gens, et pendant ce temps-là, pour « lutter » contre le sujet du FUD, on légifère pour la sacro-sainte sécurité et on découpe les libertés en petits morceaux, avec la bénédiction de la population.

            Définitivement, j’aime bien le FUD.

          3. Tea Party

            @ Nocte: Allez manger ostensiblement un bon sandwich jambon beurre, en plein ramadan, dans n’importe qu’elle banlieue française. Aprés, s’il vous plait vous me reparlerez du, Fear, uncertainty and doubt. Si vous êtes plus suicidaire, critiquez, même mollement, mais ouvertement la RAPT. (Religion d’amour de Paix et de tolérance), dans un article, sur une radio, ou mieux faite un livre comme Salman Rushdie ou Robert Redeker, que nous rigolions ensemble….. Personne ici, ne pourra dire que je ne suis pas un amoureux fou de la liberté, mais ceux qui veulent nous la supprimer officiellement, qui le prouvent tous les jours que Dieu fait, à travers le monde, ce n’est pas en priorité la gauche, même si elle est pas mal du tout dans le domaine. Comme par hasard, que plus de 80% des musulmans ont voté Hollande. Si vous n’avez pas vu tous les drapeaux issus du pays du Maghreb le soir de l’élection de ce dernier, je suis confus, je ne pourrais pas vous écrire ce post en braille.

          4. Nocte

            J’ai vécu en banlieue, je connais du monde qui y vit encore, et j’ai pas très loin de chez moi des cités.
            Je vois les banlieues avec mes yeux, pas à travers les photos reprises en boucle dans les medias.
            Il existe des cités inaccessibles, c’est un fait, mais ça n’est pas la totalité des banlieues Françaises; seulement, le tour de magie de la Pravda, c’est toujours de parler « des banlieues » quand une cité s’enflamme, avec de belles images floutées qui ne font que renforcer l’idée qu’on protège les immigrés au mépris des Français « de souche ».

            C’est pratique, ça donne l’impression d’un mouvement de fond, d’une vague scélérate qui va balayer les Français sur son passage, on ajoute à ça des petites photos bien senties, on donne toujours un nom générique comme jeunes, chances pour la France, banlieues, etc… alors le Français, il a tendance à ruminer, il se met à voter FN, à généraliser, à tout mettre dans le même sac.
            Ainsi, la Nomenklatura en place désigne le Français comme détestant l’étranger surtout s’il est musulman et/ou arabe, après avoir désigné à ces mêmes Français une lame de fond inexistante, comme ça, c’est bien, on fait le jeu des constructivistes, on se regarde en chien de faïence, on craint l’autre, et le système se nourrit de lui-même, et on se focalise pas sur le véritable adversaire : l’Etat.

            Ne vous trompez pas de cible, c’est tout.

            Des extrémistes, il y en a partout, mais c’est à eux, que les medias donnent la parole, pas à la masse silencieuse qui assiste au spectacle, anesthésiée, apathique, elle comprend vaguement qu’il y a un problème qu’on distord la réalité, mais elle n’arrive pas à s’exprimer (ou on l’en empêche).

            S’il existe une mouvance islamiste en France ? oui, et ça fait des lustres, c’est juste qu’on préfère lui donner aujourd’hui beaucoup d’importance ces temps derniers.

            Néanmoins, je ne suis pas complètement bisounours, je m’interroge et je me méfie des investissements du Quatar en France, ou de l’arrivée des Frères Musulmans. Tout comme je ne nie pas l’existence du racisme anti-blanc.
            J’essaie juste de séparer le bon grain de l’ivraie avec les infos que j’ai et qui sont des observations de terrain, pas un article dans l’abérration ou l’immonde.

          5. Tea Party

            Vous êtes plus sage, ou plus aveugle que moi, l’avenir déterminera. Une petite expérience quand même, en 1981, l’arrivée de Mitterrand me fit froid dans le dos. J’ai décidé, à ce moment de quitter la Fraônce, (je n’ai pu le faire que six ans plus tard), mais si vous saviez le nombre de gens qui me prenaient soit pour un fou furieux, un pessimiste maladif, j’en passe et des meilleures. Les mêmes qui maintenant m’envient ! Et qui, in fine, ont passé une vie de merde, pourtant ils n’en ont qu’une et elle passe très vite, dans la peur, pour eux, leurs proches, assassinés d’impôts, avec un baillon sur la bouche ( loi Pleven et Gayssot) , avec leurs enfants déjà endettés, détenteurs de diplômes de pacotille, ou avec lesquels ils iront fièrement chez Paul Emploi. J’en ai même et parmi des très proches, qui me traitaient d’assassins en puissance, car ils savaient que j’étais armé légalement… Certains m’ont avoué, qu’ils venaient de faire le nécessaire, la roue tourne ….

          6. Nocte

            Je conserve l’idée que je peux me planter lourdement, mais quand je vois la différence d’attitude entre une cité à forte population magrébine quand je passe au travers avec mon SUV, et les cas sociaux de mon patelin qui sont on ne peut plus français bien blancs, je me méfie bien plus des cas sociaux que des magrébins.
            Il en allait de même quand je bossais en région parisienne, sapé comme il se doit pour un presta en informatique. L’envie était bien plus palpable chez les Français « de souche » à la ramasse que parmi les populations d’immigrés (oui, je devais parfois traverser certaines cités/banlieues, Nanterre université/pref, Créteil, Montreuil, Courbevoie, Asnière, etc…), limite j’étais invisible, il y a bien eu quelques types pour me proposer de la cocaïne, mais jamais de regards de travers.

            Maintenant, je n’ai pas une foi absolue en quiconque, et je me méfie. L’avenir de la France est sombre, partir est une option qui n’est pas partagée par ma femme, alors dans l’éventualité où elle continuerait sur cette lancée, je me suis préparé à la défense.

          1. hussardbleu

            @ Tea Party : que penses-tu de « mulatto » ou « half-breed » voire « half-blood » ?

        2. Alex6

          Entierement en accord avec tout ca.
          Le flicage sur internet provient principalement des donnees que les gens mettent VOLONTAIREMENT dessus. Il faut se mettre ca dans la tete: tout ce qui est sur internet peut potentiellement etre divulgue. Je n’ai pas de compte Facebook, ni Twitter mais quand je vois tout ce que les gens ecrivent a propos de leur vie sur ces supports, je me dis que le probleme se situe surtout au niveau des personnes.
          Pour ce qui est de la prevention, tout a fait en accord pour que l’etat fasse de la prevention pour dejouer les attentats par exemple. La punition des coupables ensuite, ca fait une belle jambe si vous avez perdu quelqu’un de cher.

          1. « tout a fait en accord pour que l’etat fasse de la prevention »
            Non.
            La prévention, c’est papa ou maman. C’est le copain. C’est la société. L’etat, c’est pas ton copain, ton papa ou ta maman. L’état ne veut pas ton bien (au contraire du père ou de la mère), il veut ta liberté.

      3. Mominette

        Cher H-16, gouverner c’est prévoir.

        C’est même ce qui distingue l’homme de l’animal : ne pas attendre d’être confronté au danger, mais l’anticiper. Elever des digues avant les inondations et pas lorsqu’elles se produisent. Placer des bastingages sur le pont des bateaux plutôt que de tenter de repêcher des cadavres.

        La Sureté de l’Etat participe de cette nécessaire anticipation, par délégation des citoyens qui en seraient bien incapables tout seuls.

        On dramatise le manque de pro-activité dans l’affaire Mérah, alors que la Sureté de l’Etat l’avait détecté, mais on oublie tout ce qui n’a pas lieu grâce à ce même service.

        La sanction ne peut venir que lorsque le mal est fait, et est donc un constat d’échec.

        Toute la différence entre la vaccination et les soins intensifs 🙂

        1. Nocte

          Ca n’est pas prévoir que font les législateurs, c’est contrôler, c’est tout. Chaque morceau de liberté annihilé au profit de la sécurité n’amène ni à l’un, ni l’autre, mais bien plus à la servitude d’un état totalitaire.

          Aujourd’hui, c’est pour une question de terrorisme. Et demain, si le gouvernement décidait de chasser du libéral ? avec les mêmes méthodes, en annonçant que c’est pour la sécurité des concitoyens car le libéralisme c’est le mal ?

          Aller, un autre exemple ? des villes ont installé un réseau de caméras impressionnant « pour notre sécurité », maintenant, ce même réseau de caméra est pressenti pour servir à verbaliser à tout crin…

        2. Non et non.
          Vous persistez, malgré mon rappel, à confondre état et société, participant en cela de la confusion mentale instillée par les socialistes pour leur avantage.
          Et le coup des drapeaux anti-girafe, c’est justement l’appeau idéal à tous les totalitaires.

        3. soldat d’infanterie de marine

          En effet, commander c’est prévoir. Dans l’armée, après avoir reçu tels ou tels ordres, souvent on pouvait entendre: « toujours baisés, jamais surpris! ».
          Quand à la vaccination, il est des maladies dont le traitement intensif rapporte plus de verts dollars (ou gros neuros) qu’une prophylaxie adaptée et raisonnée.

          1. Nocte

            A moins d’être dans un Etat totalitaire, gouverner est différent de commander. Il n’a pas vocation à dire à ses citoyens comment agir ni quoi penser, qu’un cadre soit fixé, oui mais pas n’importe comment (cf. article 2 et 4 de la DDHC de 1789)

        4. Cubitus

          Et donc, puisque la conscience de soi (préalable indispensable à la propriété de soi) permet de se projeter dans des situations potentielles, par expérience de pensée…

          … selon toute logique, vous devriez anticiper le danger que représente un état si puissant qu’il condamne pour des crimes sans la moindre victime (en clair, pour les raisons les plus farfelues qui soient, au gré de ce qui l’arrange, lui, et lui seul).

          Sans quoi, en effet : vous n’êtes que son bétail, content de l’avoine gratuite, et béatement ignorant de l’abattoir qui vous attend au tournant. Car comme vous le dites, ce qui sépare l’homme de l’animal…

      4. hussardbleu

        Le Comité de Sûreté fut beaucoup plus efficace que la Comité de Salut Public, et nettement plus corrompu…

    2. Nocte

      J’ai l’impression que vous applaudiriez un système à la Minority Report : potentiel passage à l’acte criminel détecté par des préscients > en taule.

      Hum…

  11. Black Mamba

    À moins bien sûr de ne plus lire que ce blog et de le considérer comme une source d’informations fiables (fou que vous êtes !)
    Oui, j’avoue, je lie essentiellement du H16 mais c’est pour le moral.
    J’ai fait un effort immense sur mes principes:
    Ne pas me faire enfumer par les communications véhiculés sur le WEB ni par la télévision.
    Je ne stocke aucune info sur Cloud ou Google, ni sur Dropbox.
    Je scanne des documents que je garde sur mon ordi mais tout les trucs importants sont sur papier.
    Je sais ça fait rétro mais c’est comme ça, je suis trop Parano pour tout mettre sur un serveur.
    🙂

    1. Elphyr

      Non mais faut rester rationnel : aujourd’hui (c’est le mot important), vos photos de vacances aux Seychelles (à moins que vous partiez avec un dignitaire d’Islamabad) n’intéressent pas la NSA.

      Que l’oncle Jacky ait de nouvelles lunettes roses flashy n’intéresse pas la NSA 🙂

      Les clouds pour les particuliers restent très pratiques, et si votre ordinateur n’a aucun moyen de se connecter à internet il ne partagera rien avec personne (pratique pour stocker des choses que le papier ne peut pas).

      1. Black Mamba

        Je suis une sauvage je ne partage pas mes photos.
        Toute personne qui désire voir mes photos doit se trouver dans la même pièce que moi.
        Différents membres de ma famille sont sur Facebook, ils m’invitent régulièrement, je leur envoie régulièrement un SMS pour dire NIET!

    2. Fll

      C’est plus sur pour un français lambda de déposer des pov’fichiers sur un serveur comme dropbox que sur un cloud français. Pourquoi ? parce que les ricains en ont rien à scouer des fichiers de trou de balles comme nous, de nos factures stockées et des photos de tata Henriette qui se bouffe une pomme ! de plus, ca leurs demanderait de traduire. On est pas des locaux.
      Alors qu’en France, tes fichiers, c’est tes habitudes, ca permet de monter et connaitre tes habitudes.

      Et pour tes sauvegardes, pas besoin de papier. Un disque dur autonome dans un coin que tu branches une fois par mois, ainsi qu’un autre en copie intégrale, que tu colles dans ta société ou dans à la maison de campagne ou n’importe ou mais pas chez toi. Et la, c’est sécurisé.
      Demain, si ca brule chez toi, tu as tout perdu. Alors que le HD à l’extérieur de permettra de en rien perdre ou presque.

      1. Black Mamba

        Oui, et de temps en temps on ne sait pas pourquoi , le disque dure à rendu l’âme.

        1. Fll

          D’où le deuxième comme écrit en copie du premier … 😉
          Ceci dit, un disque de 2 To ca vaut 150 euros. Ca fait beaucoup pour sécuriser des photos et documents textes. Deux de 500 Go, ca fait 100 Euros. En comparaison avec le temps et les pertes, ca va quoi 🙂

          1. Black Mamba

            D’accord sur le principe mais voyez vous je collectionne les disques dures cramés.
            Au bout d’un moment raz le bol
            😕

        2. Fll

          Allez hop, un conseil « GRATUIT » Black Mamba : ne prenez pas de disque dur 2.5″ pour faire vos sauvegardes. Vous prenez des bons vieux disque interne 3.5″ (grosbill, RDC, etc …) avec un dockstation. Prix ? 30 € pour la dockstation et vous coller le disque dedans pour copier vos données.
          Les disques 3.5 sont beaucoup plus robuste que les petits 2.5. Et comme c’est pour de la sauvegarde, on s’en fout qu’il n’y ai pas de boitier autour et qu’il faille les mettre dans la dock pour l’utiliser.
          J’ai des disques de backups comme ca, qui datent de 97. Je les remplace, car les interfaces sont toujours en IDE, ce qui commencent à être problématique. 40€ le disque dur … pour 16 ans en backup, rentable non ?

  12. Deres

    Il est assez croustillant de constater que l’on subit en permanence des plaintes américaines sur les méchants chinois qui font du cyber-espionnage alors que ce sont eux les leaders du mouvement. J’ajoute que le débat aux USA est surtout centré sur le fait de surveiller des américains et dans quel conditions. Toutes les informations des clients non américains sont donc pillés sans aucune protection. On se demande après pourquoi les chinois se sont débrouillés pour avoir des leaders internet chinois chez eux … Ils se gardent précieusement le droit d’espionner leur citoyen et ne le laisse pas aux autres … Nous, les européens, sommes les grands oubliés dans tout cela. Nos entreprises aussi qui doivent subir une concurrence accrue de concurrents américains quand les commerciaux sont trop prolixes dans leurs mails.

    1. Fll

      Pour mémoire, il y a qq années, les américains et les anglais se sont fait conspuer pour une écoutes des lignes téléphoniques GSM en Europe, tous les pays avaient rallés pour ce fait. blablabla …
      Tous sauf UN ! la France, qui à l’époque faisait profile bas, car en matière d’écoute, on était déjà très loin.
      Pour rappel, le système US & UK était sur des bases fixes à terre en Angleterre. Nous, français, c’est sur des bateaux qui naviguent tout le temps et qui sont hérissés de radars et capteurs. Je n’arrive pas à remettre la main sur la photo, mais c’est un navire militaire avec des tas de montgolfières dessus. Je dis un, mais on ne sait pas combien y’en a.
      Sinon y’a aussi ceux-là :
      http://www.bruxelles2.eu/wp-content/uploads/2012/12/dupuy-de-lome@Def.jpg
      Et je rappel que les piques que l’on voit sur le haut, ne sont pas pour mettre des merguez à cuire ! 🙂
      Donc comme d’hab, paille, poutre tout ca quoi.
      Simplement une chose que j’ai remarqué. Si notre état ne braille pas avec tous les autres, c’est qu’il fait la même chose ou pire. D’où ma recherche à l’époque sur les écoutes 🙂

  13. babarabobo

    Le problème n’est pas la vie privé, cela fait belle lurette qu’au nom de la sureté, les Etats s’en tamponnent. Le problème est l’espionnage économique et industriel:
    Imaginons que je sois un entrepreneur Québecois, qui bosse dans le nucléaires sur un domaine stratégique: l’énergie. Puis-je travailler via le Net?
    Certes les USA sont en théorie un pays allié mais si les dirigeant de ce pays allié ( l’Etat…) décide demain que ma technologie serait mieux aux main de LEURS industriels? ( logique de toutes oligarchies)…

    1. max

      Encore faut il que l’état espionneur sache repérer les technos valables, ce qui est loin d’être prouvé, voir l’exemple de l’avion renifleur, le gouffre à pognon ITER et bien d’autres exemples. Suffit d’avoir des kilotonnes d’infos, il faut savoir faire le tri.

      1. gem

        quand tu sais qui produit le truc, et ce qu’il a fait par ailleurs, faire le tri c’est déjà plus facile. Le procédés n’est pas parfait, il ne permet pas de trouver la pépite dans les papiers d’un inconnu comme Einstein en 1904, mais par contre si tu peux fouiller les papier de Von Braun ou de Tesla tu peux certainement y trouver du miel.

        1. max

          Même en faisant la promotion de ses idées, Tesla s’est résigné à partir :

          En 1882, il séjourne à Paris où il travaille pour la société Continental Edison à l’amélioration des équipements venant de la société mère. D’après son autobiographie, il achève la mise au point du premier moteur à induction à courant alternatif. Il développe plusieurs instruments utilisant les champs magnétiques rotatifs et obtient un brevet en 1888. Personne en Europe ne s’intéressant à sa technologie, il accepte l’offre de Thomas Edison de venir travailler aux États-Unis.

  14. babarabobo

    D’ailleurs au niveau vie privé, les extraordinaires résultats dans la lutte contre la pédophilie sur le nets démontre s’il le fallait combien l’Etat s’intéresse à la protection de ses citoyens… il s’occupe d’abord de sa propre sureté.

    1. YP

      C’est juste que lorsque la cellule anti-cyberpédophilie commencé à enquêter là dessus, c’est des noms de ministres sont sortis. Ensuite, ils ont fermé le service.

      1. Peste et coryza

        Encore un certain Jack.L ?
        A peine arrivé à l’institut du monde arabe qu’il s’est déjà fait du beurre ?

  15. calc80

    Rien à voir : Après la mouche dans le potage (qui ne marche plus), les socialos ont trouvé une nouvelle technique pour quitter le resto sans payer, de préférence en étant nombreux (tant qu’à faire) :
    http://www.lepoint.fr/societe/marseille-marie-arlette-carlotti-part-sans-payer-l-addition-11-06-2013-1679820_23.php
    Y parait que c’est « un complot, on en veut à mon porte monnaie, non mais quand même, pourquoi y faudrait que je paye en plus, je suis minustre de la ripiblique quoi ! Et d’abord, le taulier, y m’aime pas, raison de plus. Attention, je vais vous mettre sur écoute et l’dire à pépère »…

    1. Black Mamba

      Quelle misère!
      II aurait du demander des acomptes, on ne peut faire confiance à qui que ce soit…
      😕

      1. calc80

        C’est le restaurateur qu’il faut plaindre, il va se retrouver avec un contrôleur de l’hygiène chaque jour, le fisc sur le dos, et une justice aux ordres, peu soucieuse de sa plainte… Les oligarques ont les moyens de vous faire rendre gorge… A moins qu’il ne fasse appel au milieu local pour défendre ses droits…

        1. JS

          +1

          « ministre chargée de la Lutte contre l’exclusion »

          « candidate préférée de l’Élysée à la mairie de Marseille »

          « ancienne porte-parole de Jean-Noël Guérini »

          et elle va manger dans le resto « Don Corleone »

          que dire…

    2. gem

      « deux militants socialistes aux conceptions opposées en sont venus aux mains. […] les deux convives ont fini par se traiter mutuellement de réac et de facho. »
      MdR. De fait, y’a pas plus réac et facho qu’un militant PS 🙂

      1. Nocte

        Et puis venir dire qu’on est contre les petits arrangements et le clientélisme, et refuser de payer parce qu’on serait invité par le restaurateur, il y a comme une pointe de moquage de visage de très, très haute volée…

    3. LM

      Je confirme : payer pour un socialiste c’est une hérésie. L’argent des autres, c’est fait pour ca !

    4. mlallier

      Mauroy faisait cela très bien, et sans bombe lacrymogène. Autres temps, autres mœurs, même gent corrompue.

      1. hussardbleu

        Concernant Mauroy, à l’origine Professeur Technique (je n’ai rien contre, ce fut la profession de mon père), il serait intéressant de dresser inventaire de la succession qu’il laisse : j’ai souvenir de quelques photos d’un hôtel particulier à Lille, me semble-t-il…. Transparence….

        Et l’on sait depuis longtemps que la « puissante » Fédération Socialiste du Nord – faiseuse de rois avec celle de Marseille, dont la probité des élus est légendaire – n’avait avec la comptabilité de l’honnêteté que des rapports assez distants… Je ne pense pas que MM. Dallongeville ou Kucheida puissent me contredire…

        Il est vrai que pour reprendre la jolie formule de JF Revel « les Socialistes ont une idée si haute de leur supériorité morale qu’ils croient rendre la corruption honnête lorsqu’ils la pratiquent »…

        Mais ce dont je garde mémoire le plus intensément, c’est cette émission de TV – je la regardais encore à cette époque – vers 1982 ou juste après, où Mauroy énonçait benoîtement que « tous les clignotants de l’économie française se remettaient tranquillement au vert », et ce à la veille de la dévaluation et du « tournant de la rigueur »…

        Ce Rougeaud de Lille avait la sottise sincère….

        Un « Géant de la Gauche »… et sur la photo dans la cour des Invalides, devant le catafalque, Pépère le Pingouin a encore le pantalon qui tirebouchonne… Fatalitas….

        1. Nemrod

          Je me perd en conjectures sur le pantalon de Hollandouille tirebouchonnant.
          Après recherches approfondies ( si, si !) c’est une photo de lui jouant au foot qui m’a éclairée.
          Je vous la conseille car il ne fait jamais perdre une occasion de rire ( taper « hollande qui joue au foot » sur google)
          Plus mal foutu que lui c’est vraiment rare ; il est replet avec des petites pattes .

          La ceinture lui est définitivement interdite et son salut résiderait dans les bretelles…mais si nous sommes justes il faut reconnaître que l’on se fouterait encore plus de sa gueule.

  16. LeRus

    Mon problème n’est pas que mes données personnelles soient soient stockées par un tiers. La vraie question est la confiance que j’ai (ou pas) envers ce tiers.

    Mon docteur a mon dossier médical, ça ne ma gène pas tant que j’ai confiance qu’il ne va pas transmettre des détails à une assurance ou une banque qui pourrait s’en servir contre moi.

    Que la NSA ait toutes mes communication, je m’en fiche (nous sommes peu de chose sur cette Terre), mais ce qu’elle peut en faire me pose problème par ce que je n’ai pas du tout confiance en ces margoulins.

    La meilleure arme est la confiance (cf vos billets sur l’or). Si vous faites confiance et les autres vous font confiance vous diminuez la bureaucratie et ce type de problèmes. Mais la confiance passe par la compétence et quand je regarde autour de moi je m’aperçois que ce n’est pas gagné.

    1. Black Mamba

      +1
      Surtout que maintenant le secret médical est tombé.
      On peut obliger le médecin à donner toutes les informations qu’il a sur vous.

  17. Black Mamba

    +1
    Surtout que maintenant le secret médical est tombé.
    On peut obliger le médecin à donner toutes les informations qu’il a sur vous.
    😕

  18. Christophe

    Le débat est somme tout vieux comme le monde : l’Etat est fondamentalement l’ennemi du peuple, il finit toujours par le devenir : abus de pouvoirs.

    Ce qui change c’est le périmètre, et les moyens. Quand la Stasi devait embaucher laborieusement des dizaines de milliers d’espions pour écouter les Allemands… les technologies numériques servent de levier proprement ahurissant. De gros ordinateurs et logiciels ad hoc abattent des millions de fois plus de travail.

    En outre, ces gros ordinateurs peuvent être physiquement contrôlés par une poignée d’individus, leur donnant un pouvoir démiurgique, alors que la Stasi devait utiliser une pyramide de chefs et sous chefs, beaucoup plus lourd, avec déperdition etc.

    Donc, le débat est vieux, mais le problème -lui- s’accroît de façon exponentielle.

    Les Pères fondateurs avaient parfaitement compris le débat et avait trouvé des solutions rationnelles :
    -séparation des pouvoirs
    -mise en concurrence des pouvoirs
    -réduction du périmètre de l’état : les fonctions régaliennes
    -strict contrôle du budget… l’argent servant de levier à l’état. Contrôler ses ressources revient à contrôler son pouvoir de nuisance

    etc. etc.

    Dans le cas des USA d’aujourd’hui, si la NSA ne disposait pas de budgets énormes, elle n’aurait pas pu mettre au point ce système d’espionnage à grande échelle.

    Il faut revenir à cette épure.

    La thune. Il faut affamer la Bête, lui couper les vivres.

    (cela règlera du même coup de très nombreux autres problèmes).

    Pour autant, attention aux illusions. Les technologies numériques forment un tel levier qu’il est impossible de résoudre le problème de la vie privée.

    Au mieux on pourra réduire les risques, contenir l’énormité.

  19. jc

    Juste un petit intermède HS dans cette discussion passionnante:
    http://tinyurl.com/krkrdba
    Encadrement des frais des agences immo en perspective. Je me demande pourquoi Duflot n’a pas plutôt demandé la nationalisation pure et simple du secteur. Petits bras?

      1. gem

        Plus exactement : ce sont MES vaches, à moi Cécile Duflot, et je ne tolère pas la concurrence

        1. Nocte

          Du problème de ne pas rafraîchir la page avant de poster : je me serais contenter d’un +1 😉

    1. JS

      Tiens justement je me posais la question d’acheter un appart pour le mettre en location…bah donc ca ne sera pas en France..

      1. Nemrod

        T’es pas fou, non ?
        Peux pas te laisser faire ça : ce serait  » non assistance à personne en danger »

        1. JS

          Oui en fait j’avais deja de gros doutes, mais avec ce gouvernement mes doutes sont devenus des certitudes disont..

    2. LaM

      Il est où le problème ?
      Les syndic et les agences profitent de leur position dominante pour facturer des « services » par péletées. Des services dont la valeur ajoutée (autre que: c’est comme épicétou) reste bien souvent à démontrer, tiens comme dans le public.

      1. Fll

        Oui mais non la ! nous on a basculé en syndic autonome, et on a baissé nos charges de 18000 € / an à 6000 € (pour la copro, 4 apparts)
        Donc si on n’est pas content du syndic, on le vire.
        On l’a fait, on bosse à sa place et nous n’avons pas envie de voir cette grosse escrologiste nous casser les noix ! (pis en plus, une escrologiste qui pollue à mort avec sa vieille poubelle)

        1. LaM

          Va faire voter ça quand t’es dans une résidence de petits vieux qui vote dépense inutile sur dépense inutile depuis 15 ans 🙁
          Vivement que Free entre sur le marché des syndics.

          1. Fll

            Il suffit de présenter les nouveaux comptes. Si tu as une différence de facteur 4. Je pense qu’ils savent aussi bien, sinon mieux que nous.

          2. bob razovski

            C’est bien le problème général en france.

            J’ai moi aussi lâché depuis longtemps les AG de copro.
            1- y’a 2 cons sur 100 qui lisent le rapport du syndic avant de venir
            2- ils ne comprennent rien aux votes demandés
            3- les questions sensibles (financièrement parlant) sont rejetées en fin de séance. Et là, ils votent oui à la majorité parce qu’il se fait tard
            4- le lendemain de l’AG ils gueulent parce qu’ils se sont fait avoir
            5- et ça s’arrête là, jusqu’à l’année prochaine

            Toute ressemblance avec la façon dont les gens votent aux éléctions municipales, régionales, nationales etc etc…

      2. gem

        J’ai fait le syndic bénévole, c’était l’enfer. Les cons du 4ieme qui gueulent pour 40 € sur la facture d’eau que soi-disant il faudrait répartir autrement, je connais. En fait, il faut imaginer le fameux sketch de Muriel Robin sur la facture au restau, avec des convives qui déjà au départ ne s’aiment pas vraiment, voire se détestent (cordialement ou pas).
        Alors bonjour le syndic pro.
        Maintenant les cons payent 5 fois plus. Mais ils ne mouftent plus, sans doute de peur que ça coute encore plus cher.
        Moi aussi je paye nettement plus, mais je suis peinard et ça vaut largement le coup.

      1. Aristarque

        Voilà qui va améliorer l’image projetée de la France et de Paris, partout dans le monde… 🙁

      2. Aloux

        Ca lui apprendra à ce Lasa Georgas à vouloir investir en République socialiste soviétique. On n’aime pas trop les investisseurs par ici…

        1. Aloux

          Avec ça j’ai failli oublier le passage le plus lol de l’article : « Jean-Yves Mano, the Paris deputy mayor in charge of housing, said City Hall made a « symbolic » gesture to buy the building. He declined to say how much it had offered […] He says City Hall uses its pre-emption right on up to 30 buildings a year and has no qualms about bidding low. « After all, we are responsible for looking after the money of the people of Paris, » he told Reuters at his office. »
          Un élu parisien qui se soucie de l’argent du contribuable, on aura tout vu ! Mais seulement quand il s’agit d’entuber un con d’investisseur trop honnête hein.
          Ces gens ne valent même pas le prix de la corde avec laquelle on devrait les pendre…

          1. Nocte

            Bah, c’est pour ça qu’une balle aux frais de la famille…(ah merde… c’est encore de l’argent public ! ils sont très forts…:D)

  20. duff

    Pendant ce temps là « offshore leaks » n’est qu’un vulgaire pétard mouillé. Comme quoi les révélations chocs ne viennent jamais du travail des journalistes qui au mieux se contentent de lire leur courrier comme M. Plenel…

    Au fait il en est où celui qui a « révélé » le mur des cons? Débarqué de France 3 ou pas encore tout à fait?

    1. mlallier

      Une semaine sans solde. Chance pour lui, l’affaire était trop connue. Sinon, un petit accident de voiture, ou un suicide par inadvertance.

        1. pm

          On n’assassine pas brutalement les opposants de nos jours. Une balle, c’est trop voyant.
          On les met hors d’état de nuire par étouffement discret :
          – Inoculer le sida+H1N1+cancer*… = certitude de faire mourir à moyenne échéance et d’être de toute façon trop faible pour agir.
          – Lancer des procédures chronophages : procès, contrôle fiscal, voisin procédurier… Absorbe 200% de l’énergie de la cible.
          – Détournement de militantisme : bombarder la cible d’incitations à se focaliser sur une cause perdue. Le complotisme 9/11 par exemple est un chef d’oeuvre d’annihilation, pendant que les militants se paluchent là-dessus les vrais sujets sont oubliés.
          – Au « pire » on l’invite une semaine au Club Med de Tahiti, en espérant qu’il (elle) tombe amoureux(se) et se détourne de son activisme.

          *Il y a eu récemment des cas suspects de prisonnier(e) ayant opportunément chopé le cancer en détention.

          1. Duff

            Arrêtez-tous avec le mythe du serbo-kosovar dans un parking passé minuit : Aujourd’hui on dispose d’un moyen plus propre et efficace qui s’appelle la presse à la botte…

            Il y a moins de 15 ans on me disait que le journal de référence français lu et considéré à l’étranger c’est « Le monde »… Comme mon dernier prof d’histoire le soulignait, c’est devenu un torche cul mal écrit avec PLAIN de fôtes d’orthographe et de GRAMAIRE.

            Ce Chevenèmentiste qui se félicitait de la reprise des essais nucléaire sous Chirac en 1995 (débat lancé lors du premier cours d’histoire à la rentrée!) n’a pas compris l’avènement des pigistes sous-payés par une presse discréditée et artificiellement gardée en vie par des subventions plus que généreuses…

            Je pense que bon nombre de mes anciens camarades qui l’années suivante ont participé à des grèves étudiantes pour réclamer des ronds de serviette en argent à la cantine en 96 n’avaient pas pigé et ne pigent toujours pas que ce prof dit de « gauche » était en fait sur la droite ligne d’Eric Zemmour mais passons…

            Sarkozy sucre les avantages acquis de la profession de journaliste, il est immédiatement traîné dans la boue par ces mêmes diseurs de vérité. Hollande s’est évidemment empressé de rétablir l’avantage acquis…

            En fait, comme toujours, Sarkozy s’est arrêté en route : Ce sont les aides à la presse qu’il fallait couper aussi. Comment sinon expliquer la présence à la TV et à la radio d’éditorialistes de canards complètement en faillite sauvés par nos impôts qui se permettent de donner des leçons?

            A mon humble avis, avant toute réforme structurelles engageant des dizaines de milliards d’euros, il faut commencer à couper les vivres scandaleuses de la presse. ça évitera les débats aussi stériles que politisés qui se tiennent actuellement au sujet de la TV publique grecque…

            Comme je l’ai écrit sur youtube aujourd’hui : Comment oser justifier que soient publiques, France 2, France 3, France 4, France 5, France 24, France O, les radios publiques avec France Info, France Inter, France info, France Culture (?),France mes fesses et j’en oublies! Qu’est-ce qui justifie cette gabegie, cette inflation de médias publiques???

          2. YP

            Duff > +1

            Je n’ai d’ailleurs pas souvenir d’une réforme menée à son terme par Sarko… Ce mec était vraiment l’as des moulinets avec les bras.

            Quand à la presse « privée » mais massivement subventionnée, la presse publique pléthorique et les avantages fiscaux journalistiques… Je ne vois pas d’autre explication qu’une rétribution des politiques à la profession qui leur permet d’accéder et de se maintenir au pouvoir.

            Avant hier je me suis posé devant la télé, sur F2. J’ai pas été déçu ; le point ou je me suis senti le plus en décalage avec leur monde, c’est que pour illustrer leurs propos (méchants traders turbo libéraux qui deviennent méchants), ils ont sorti cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=ZzR6ara8NTU

            Véridique, dans reportage qui se veut sérieux sur la fraude fiscale… Je savais que les arguments seraient tout sauf rationnels, que F2 et F3 sont des repères communistes, mais en fait c’est juste de la bêtise concentrée qui montre bien à quel point cette caste de p***s prends ses auditeurs pour des gogols. Je ne suis pas prêt de comprendre qu’on puisse regarder la télé.

      1. Aristarque

        Un accident de Vélib comme Edern Hallier qui annonçait un peu trop bruyamment son intention de rencarder sur Mazarine…
        Compte tenu de son ascendance, je la trouve étonnamment discrète, celle-là.
        François dit le Normal ou Lui-président n’a pas un petit bureau de tabac à lui obtenir ?

  21. Enoch

    Très bon article. J’ajouterais une remarque, on peut s’opposer au fait que le pouvoir de l’état va croissant et esperer que le message liberal soit entendu par le plus grand nombre sans pour autant se laisser faire. La cryptographie est aujourd’hui plus accessible que jamais. Il y aurait matière à faire un post sur des projets comme TOR, GnuPG, les VPNs et SSL Everywhere par exemple.

  22. gem

    On parle souvent d’or et de plomb ici.
    Le plomb c’est pas inutile, mais ça ne sert à rien contre l’état, qui en a bien plus que vous de toute façon. Contre lui il vous faut d’autres armes.
    * cryptage
    * piratebox
    * identités alternatives (une par activité, au moins ; sur internet on ne vous demande pas encore de pièce justificative).
    * furtivité (n’oubliez pas de continuer à faire, sur des sujet sans importance, le benêt comme un kikoulol standard)
    et last but not least
    * méfiance totale. only paranoids will survive. Par exemple :
    Pensez que la Piratebox voisine peut-être un hook pour une attaque sur vos fichiers. Que même h16 peut être un étatiste infiltré en mission « pot de miel » pour attirer les déviants. etc.
    Tout cela vous coutera nettement moins cher qu’un crache plomb typique, et vous sera nettement plus utile. Et comme les crache plombs vous aurez besoin d’un minimum de formation pour vous en servir efficacement. Ça fait partie du prix à payer.

    1. val

      Ah Ah : « h16 peut être un étatiste infiltré en mission « pot de miel » » j’y ai pensé aussi , mes longs séjours en europe de l’est m’ont rendu/e un peu parano mais je me soigne 😉 .

      1. hussardbleu

        I wish I was a little grub,
        With whiskers round my tummy,
        I’d climb into the honeyjar,
        And make my tummy gummy.

      2. mlallier

        Hmmm… vous pourriez avoir raison. D’autant plus que c’est la même IP que le ministère de l’intérieur…

  23. Sanksion

    Le plus marrant, c’est la première fois que j’ai parlé des serveurs géants de la NSA, les gens me regardaient avec des yeux de poissons, comme si je sortais de St Anne, de la division parano & conspi.

    Et inévitablement, la théorie de la conspi est devenu un fait. Et pourtant, toujours pas de rage. Toujours pas de révolte. Toujours l’apathie.

    1. Enoch

      « Et pourtant, toujours pas de rage. Toujours pas de révolte. Toujours l’apathie. »
      l’apathie ou l’acquiescement:
      http://www.people-press.org/2013/06/10/majority-views-nsa-phone-tracking-as-acceptable-anti-terror-tactic/
      « A majority of Americans – 56% – say the National Security Agency’s (NSA) program tracking the telephone records of millions of Americans is an acceptable way for the government to investigate terrorism, though a substantial minority – 41% – say it is unacceptable »

    2. Peste et coryza

      Normal :
      1 : La grenouille dans la cocotte…
      2 : tout va bien dans leurs vies, non ?

    3. Marc Aurèle

      @Sanksion
      « Toujours pas de révolte. Toujours l’apathie. »

      Il n’y aura pas de révolte tant que les estomacs seront remplis, qu’il y aura du foot à la télé, qu’on aura toujours 5€ pour jouer au loto et qu’on pourra partir en vacances (grace à la mairie). Pourquoi mordre la main nourricière, la soupe est bonne non?

      Les quelques esprits éclairés du blog de H16 ne sont, à mon avis, qu’une minorité réduite. Et le fait que nous continuions à être indignés ne changera guerre la donne. Faire la révolution? pas le temps, je bosse. C’est bien bête.

      1. bob razovski

        Pour ça, j’attends mon cancer et la retraite (plutôt, la fin de ma possibilité de travailler).

        Une fois atteint des deux, plus rien à perdre. La guérilla commencera. Ne serait-ce que pour pouvoir bouffer en attendant la mort 😉

        Ce qui suit est peut-être une légende, mais c’est de là que me vient l’idée : Le terroriste Carlos avait bien compris la situation. Son armée de renseignement était composée de vieux. Apparence piteuse et inoffensive pour les plus démunis, mais rien à perdre et donc, pas peur d’aller au bout.

  24. Houblon

    il y a du monde ! H16 devient incontournable pour des bonnes infos croustillantes. J’ai ça comme illustration : http://en.wikipedia.org/wiki/Telecomix. Il y a les anonymous et plein d’autres. Internet est complexe et rigolo : on peut aussi faire passer de fausses informations ! Je pense que la théorie de l’élastique va bientôt être vérifié. On ne peut plus continuer dans ce sens, donc on va changer…logique. En attendant merci à H16 et que la force reste avec vous !

  25. Flo

    Il convient d’être vigilent mais pas de panique quand même :

    http://www.lefigaro.fr/international/2013/06/12/01003-20130612ARTFIG00367-edward-snowden-les-mysteres-du-lanceur-d-alerte.php

    Sont tellement occupés à espionner des quantités massives de données des autres qu’ils en oublient de protéger les leurs!
    Et même quand ils ont la chance d’en voir de vrais de vrais en tête à tête et en chaire et en os (à briser) ils les laissent filer (cf. Merah, Boston etc etc…).

    1. Flo

      En relisant la fin de ce que j’ai écrit je me demande s’il ne faudrait pas plutôt paniquer finalement.

    1. Nocte

      Ca doit trotter dans la tête de pas mal de monde depuis longtemps, il fallait juste attendre que quelqu’un ouvre la boite de Pandore.

  26. simple citoyen

    J’ai trouvé intéressant la manière dont étaient présentés les résultats de l’enquête Pew. Si on en croit Rue89, comme La Tribune: 62% des américains approuvent les méthodes de la NSA ou d’être espionnés par elle… Ce qui fait froid dans le dos, mais accrédite l’idée (que défend Obama, son administration et le glacis du bien) qu’en fait c’est une tempête dans un verre d’eau, puisqu’il n’y a non seulement rien à voir (comme « il n’y a rien à craindre de cette surveillance si on n’a rien à se reprocher »), mais qu’en plus tout le monde s’en fout!
    Sauf… sauf que c’est faux.
    Le sondage PEW ne dit absolument pas ça. Il pose la question suivante: « Qu’est-ce qui est le plus important? » Avec deux réponses possibles uniquement: « Enquêter sur les menaces terroristes » (62%) et « Ne pas porter atteinte à la vie privée » (34%)… On comprend mieux.
    Il est d’ailleurs intéressant de faire un tour sur les articles qui parlent de ce scandale, et de voir comment sont orientés certains commentaires, à se demander s’il ne s’agit pas de réponses « professionnelles ».
    Dernier point: les politiques allemands n’y sont pas allés eux par quatre chemins, puisque par exemple plusieurs ministres et la porte parole d’Angela Merkel on rué dans les brancards. Un officiel aurait même fait la comparaison avec la Stasi… Ambiance à moins d’une semaine de la visite officielle d’Obama, ça fait désordre. Bon évidemment, pas un mot ici.
    http://www.people-press.org/2013/06/10/majority-views-nsa-phone-tracking-as-acceptable-anti-terror-tactic/
    http://www.reuters.com/article/2013/06/11/us-usa-security-germany-idUSBRE95A0T820130611

    1. bob razovski

      Evidence évidente 😉

      Pour obtenir la réponse que l’on souhaite entendre, il suffit de poser la bonne question. Et si, quoi qu’on fasse, la réponse n’est pas bonne, on en invente une.

      D’un point de vu purement économique, il est plus rentable de sauter la première étape.

  27. hipparchia

    http://imgur.com/dtk9C6L

    Il y a quelque chose d’indéfinissable dans cette photographie. Réclamer la liberté parce que l’on ferme des télévisions d’Etat publiques montre le grand décalage entre la réalité et l’endoctrinement.

    Cela ne m’empêche pas, cela dit, de penser que ce n’est pas la seule fin des télévisions d’Etat qui va garantir une suppression des monopoles.

    1. Nocte

      Bah, c’est comme voir, Chavez et Liberté liés de façon positive… (voir le hall de la honte des déclarations de politocards français sur le décès de Chavez, merci au collectif antigone d’avoir sauvegardé cela.)

  28. max

    je m’étonne de la surprise des gens
    peut être mon coté parano m’avait mené vers ces deux trois mots clé que sont echelon et stellar wind

    Notre Sale Agence ( qui avait encore il y a quelques années le plus gros parc de super ordinateur au monde ( surement pour résoudre des sudoku géant ))à toujours eu comme but ouvertement d’assurer la suprématie militaire et économique des usa
    à priori pas en offrant des bisounours a tout le monde

    1. JS

      « à priori pas en offrant des bisounours a tout le monde » oui c’est bien pour ca que ce sont les mechants !

  29. NeverMore

    Juste pour essai, en Post Scriptum, une petite liste de mots clés (ébauche bien trop succincte, à compléter), pour dérouiller un peu les machines, et réveiler les machinistes.

    PS : AK47, S300, Rafale, Munitions, Explosifs, Obama, Obama-gate, Benghazi, Wikileaks, Snowden, Assange, Ron paul, Manning, Ahmadinejad, Poutine, Lavrov, Assad, Jones, Antiwar, ZeroHedge, Guardian, RT, Russia Today, Uranium; Plutonium, Hydrogène, Atomic, Bomb, Centrifugeuse, Syrie, Iran, Afghanistan, Pakistan, Russie, Chine, Qatar, Arabie, Israel, Liban, Ormuz, Renseignement, Espionnage, Microfilm, Document, Secret, Defense, Industrie, Armement, Sous-marin Attentat, Explosion, Riot, Tower, White House, NSA, PRISM, Echelon, STASI, Hollande, Cahuzac, Mariage gay, Démission.

  30. Deres

    Au fait, je suis un peu étonné de ne pas voir une réaction à l’hommage national avec honneur militaire dédié à Mauroy par Hollande. C’est inédit pour un premier ministre. Sachant que de grands résistants sont morts ces dernières années dans l’indifférence général, cela fait réfléchir …

    1. Aloux

      Oui moi aussi je suis un peu étonné que personne ne réagisse, même mollement. Enfin bon un signe de plus que les socialistes tendent à se confondre avec la république toute entière (d’ailleurs je sais plus quel ministre avait récemment dit « la gauche, c’est la République »). Bref cette affaire n’est qu’un symptôme mineur de cette espèce de totalitarisme softcore qui a complètement pourri la vie politique française.

  31. Djedje

    Bonjour,

    Je n’ ai pas lu ni le texte en entier (hou..) ni les commentaires dans leur ensemble (pas bien).
    Où est le problème concernant la partie espionnage industriel?
    A l’inverse du cas français (du moins d’ après l’ auteur local) l’état états-unien est au service des entreprises sises sur son territoire et en échange de menu impôts (en $$ en plus) l’ état est capable de leur fournir des tonnes d’ informations très utile tout en jouant le rôle de paravent (doté de l’ arme nucléaire plus quelques babioles).
    Quelle magnifique entrisme de la part des entreprises au sain de l’appareil d’ état, inversement complet de la relation par rapport à d’ autre contrées du temps de Josef S.
    A plus

    1. Vous constatez le capitalisme de connivence ? Rien de nouveau.
      Quand les sociétés s’espionnent entre elles, c’est de bonne guerre.
      C’est plus gênant lorsqu’elles utilisent les deniers publics, surtout vu l’utilisation qui en est fait.

  32. Anastasia

    Ouais, bof. Tout ce que ça démontre paradoxalement et de façon flagrante c’est que c’est complètement inutile : espionner des gigas et des gigas octets de données pour au final avoir aussi peu de maîtrise de ce qui se passe, ce n’est pas très glorieux. Pourquoi tous ces timbrés qui font leurs petites tueries notamment aux states ne sont pas détectés avant leur forfait ? Ils doivent pourtant être bien douteux sur le net ou au téléphone. Bref, tout ça, pour ça. C’est quand même le signe d’un monde en bout de course.

  33. Fausto Consolo

    OUI : on dirait que la défiance des appareils d’Etats envers les citoyens ne fait que croitre.

    Croit elle avec les nouvelles technologies qui mesurent en teraflops les capacités inimaginables de traitement d’informations ?

    Les citoyens sont ils TOUS devenus l’ennemi qu’ils faillent tous les surveiller ?
    Ou bien, ce que je pense, le groupe dominant a toujours du se défier de ses dominés.
    La nature même du pouvoir est dominer et veiller coûte que coûte à sa pérennité.
    Ca ne me semble même pas surprenant a vrai dire.
    QUOI ? nous serions DOMINES ? Serions nous des sodomines ? (désolé)

    Maais oui, et par le plus doux le plus tendre des servages, la Socialie et son Intérêt Général.

    Comme chez les petits fourmis ou les abeilles. C’est meugnon. C’est Bisou.

    Pas de bol, on est pas en Angleterre ni aux US.
    Malgré la triste actualité je persiste à penser que l’Anglo-Saxon, cet enfoiré, est plus respecté par son Seigneur et jouit d’une plus grande liberté dans son pays.

    Vu de France qu’en pensez vous ? Et ceux qui vivent aux US et autres Commonwealth, un témoignage ?

    Faudrait juste qu’ils respectent leurs traditions et cessent de déconner sinon OU va t on demander l’asile politique ?

Les commentaires sont fermés.