Borloo et les proogrammes économiques rigoolos de l’UDI

Et pendant que l’inestimable président français se pavane à la télé pour n’y rien dire de nouveau entre deux reflux gastriques, pendant que le pays réel s’enfonce, la vie politique continue, pépère et détachée, son chemin sur ce petit chemin qui sent la noisette et la servitude à plein nez. Ainsi, l’UDI, le parti du centre vague et vaporeux créé il y a huit mois sur une vague monstrueuse qui l’a porté dans toutes les têtes de France et de Navarre, tenait ainsi sa première grande réunion de famille. Émoi, palpitance et socialisme pastel.

Soyons bien clair : l’événement n’a, en lui-même, déclenché aucune espèce de ferveur de la part des foules, des journalistes ou même des politiciens présents sur place. L’UDI qui se rassemble, c’est l’équivalent, en charge émotionnelle, de la rencontre inopinée d’un escargot avec une coccinelle dans un carré de luzerne.

udi : des candidats flous, mous, et sans intérêt

Mais bon, après tout, comme ce parti se veut fédérateur, novateur, et offrir une vraie alternative aux mastodontes de droite et de gauche, et qu’il se paie même le luxe d’une petite opposition frontale avec le Modem, cet autre parti de l’extrême-centre socialiste dont le président, Bayrou, est jugé « tout seul » par un Hervé Morin goguenard, peut-être trouverons-nous quelques éléments intéressants dans les discours qui se sont tenus au CNIT de la Défense, à Paris, à l’occasion de cet événement ?

Borloo ne perd pas l'objectif de vue.
Si l’on s’en tient aux très peu nombreux articles de la presse, il sera difficile de savoir exactement ce qui s’est dit à ce Conseil National. En substance, les deux ou trois pigistes dépêchés sur place entre deux reportages locaux rapportent quelques petites phrases et quelques éléments de programme politique. Ils semblent retenir la petite saillie de Borloo qui estime que cette formation serait la troisième force politique du pays, avec un optimisme qu’on peut difficilement qualifier autrement que médicamenteux : déjà, qu’un tel parti soit une force dans ce pays représente en lui-même un véritable prodige, tant apparaît grande la faiblesse d’avoir des partis tous obstinément socialistes. Mais que l’ancien ministre de Sarkozy prétende occuper la troisième place, cela confine, effectivement, à l’hallucination dont une cause stupéfiante ne pourrait être écartée.

Et lorsque je dis que tous les partis français actuellement visibles dans les médias sont obstinément socialistes, c’est un simple constat. Certes, la dose d’allégeance à un interventionnisme étatique est plus ou moins forte et pas toujours dans les mêmes domaines selon les partis. Mais le constat est bien là : si on trouve quelques propositions vaguement centristes comme la remise à plat d’un paritarisme qui ne veut plus rien dire, plus de soixante années après le Conseil national de la Résistance, si, certes, on trouve bien l’idée générale qui consiste à baisser les charges sociales et à revoir un peu le nombre d’heures travaillées (en repassant à 39h par exemple), tout ceci n’est pas un gage de libéralisme, comme le claironne des pigistes de l’AFP en manque de repère politique évident. Loin s’en faut.

Et je ne parle même pas ici de la taille du râteau que l’Union des Démocrates et des Indépendants compte mettre en place dans les prochaines élections pour attirer le candidat et l’électeur français moyen : Borloo a récemment expliqué vouloir lancer une liste baptisée « Les Européens » (ça roxxe, comme nom, ça !) réunissant tous ceux qui, au centre, au milieu, à droite, à gauche, et chez les écologistes (de droite et de gauche), souhaitent un renouveau de l’Europe. Il ratisse large, le râteau politique, donc. Et on le sent puissant, le râteau électoral qui viendra ensuite…

Car lorsqu’on découvre le programme, économique notamment, intitulé gentiment « Les 10 décisions d’urgence pour combattre la crise », on sent déjà l’odeur du sang. On imagine déjà le vol plané incontrôlé dans un ciel azuréen, et l’éclatement ratiches en premier sur le bitume inélastique de la réalité…

Lisez vous-même, c’est un festival !

jean-louis borlooL’UDI veut ainsi relancer la croissance et l’emploi ; pour cela, il envisage de créer un organisme de centralisation des achats pour acheter plus de « made in France » et de « made in Europe », un autre chargé de la rénovation thermique de bâtiments, plein de relance de grands travaux, de relancer la construction de bâtiments, de s’occuper du code de l’immobilier (pour y ajouter quelques clauses amusantes). Tout ceci n’est ni étatiste, ni keynésien, non non. Et ça ne se rapproche pas de ce que fait actuellement Duflot avec le résultat qu’on connaît. Du reste, le logement prend cher puisque l’UDI veut remettre le couvert des prêts à taux zéro, baisser la TVA … pour 2 ans seulement, et créer un établissement (un autre, en plus des organismes divers déjà cités) pour gérer le foncier national et les veaux sous la vache.

On ne sait pas si le bâtiment sera relancé, mais en tout cas, avec la création de ces organismes multiples, auxquels il faut ajouter la création d’une Agence Nationale de Formation Professionnelle, on sait déjà que la surface de bureaux occupée par des administrations ne va pas diminuer avec ce parti (qui est, je le rappelle, officiellement au centre, et normalement pas socialiste dans l’âme, voire plutôt libéral pour les pisse-copies dont la boussole interne marque toujours l’Est).

Ce n’est pas fini.

L’UDI s’improvise Papa Noël et propose de recruter des dizaines de milliers d’emplois (jeunes) dans la fonction publique (pour changer de la même idée soutenue par le Parti Socialiste – le mot « socialiste » dans ce nom de parti n’est pas un hasard : ils sont effectivement socialistes). Pour faire bonne mesure, l’UDI propose aussi que la BCE puisse prêter directement aux États, ce qui sera accepté par une Allemagne trop contente de renouer avec Weimar. Tout comme sera acceptée par Londres, le Luxembourg ou l’Autriche cette taxe européenne sur les transactions qui fleure bon ATTAC et les sites à gauche de la gauche. Rien de tel qu’instaurer un truc qui a foiré en Suède pour redonner ce côté anarcho-capitaliste à ce parti du centre extrême qui cogne du chaton capitaliste comme pas deux.

Mais l’UDI, ce n’est pas qu’une cataracte d’emplois publics. Ce n’est pas que le parti de la bulle immobilière joyeuse.

L’UDI, c’est aussi ce parti qui prend l’engagement (la promesse électorale, dont on connaît tous la valeur une fois au pouvoir) de geler les prélèvements obligatoires jusqu’en 2017. Ou 2027. Ou 2177. No limit. Ça ne coûte rien, autant y aller de bon cœur. Et surtout, l’UDI, c’est le parti qui a une paire de couilles en béton précontraint recouvert de titane puisqu’il propose, dans un élan qu’héroïque euphémise vraiment trop, de diminuer les effectifs de la fonction publique de 0.2% par an pendant 10 ans.

Putain ! Ça pique les yeux de voir autant de violence dans une aussi petite phrase : 0.2% par an, pendant 10 ans, de réduction d’effectifs. C’est, proprement, de la bombe atomique de psychopathe milliardaire dans sa base lunaire avec des missiles et des lasers. Au minimum. Parce que si on réfléchit bien, 0.2% de réduction d’effectifs sur 10 ans, ça nous fait (à la grosse louche, je vous l’accorde) un 2% de réduction. Je n’ai pas tous les chiffres (l’émotion, la douleur, le choc, que voulez-vous), mais je pense que les simples départs en retraite doivent être largement supérieurs à ça.

Le pays croule sous les fonctionnaires divers et variés, sous les échelons administratifs multiples, sous les organismes, les agences nationales, les commissions et les hautes autorités. Le pays déborde de relances courageuse avec l’argent des autres. Et que propose l’UDI ?

Tout, deux fois, avec beaucoup de sauce !

Pas de doute, lorsqu’on fait le bilan de toutes ces propositions, et notamment de cette dernière, on comprend tout : ce parti n’est décidément pas au centre. Il est à l’ouest. Complètement à l’ouest.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires244

  1. Aristarque

    Rigooloooooooooooooos aurait peut-être mieux convenu puisque la nouveauté de l’ UDI revient à la resucée des topics socialistes avec juste un emballage différent….

    1. duff

      Bleu + Rouge = Violet.

      C’est à dire qu’on prend le meilleur de l’UMPS : Le socialisme conservateur 😉

  2. LeRus

    Ahahaha! Merci beaucoup pour ce billet plein d’humour!

    « Putain ! Ça pique les yeux de voir autant de violence dans une aussi petite phrase : 0.2% par an, pendant 10 ans, de réduction d’effectifs.  » Excellent! Et oui nos politiques ont une vision puissante du futur de la France, ça rassure…

  3. Aristarque

    On sait depuis dix ans au moins ce que veut dire relance par des grands travaux : des ronds-points flambant neuf, en veux tu, en voilà, sur des chaussées flambant vétuste sur des dizaines de kms…

    1. Deres

      Oui, la relance par les infra-structure, cela marche bien quand on n’en a pas chez soi … Dans un pays comme la France, bien équipé en route goudronné, autoroute, voie ferrée y compris à grande vitesse, barrages, centrales nucléaires, ports, transport en commun, … cela n’apporte pas grand chose. Mais dans la vision simplificatrice des économistes politique, ils appliquent un facteur multiplicatif de ces investissements sur la croissance en se basant sur un « new deal » idéalisé des années 30 !

      1. YP

        Infrastructures = rond point. Les ronds points, c’est la croissance.

        Bientôt ne subsisteront dans ce pays que les fonctionnaires, les politocards (qui sont à 90% des fonctionnaires) et les boites de travaux publics.

        Les politiciens décident l’impot qui va être récolté chez le contribuable par des fonctionnaires qui paye des rond points surfacturés par des entreprises de TP dont une partie du règlement est reversé aux politiciens. Exercice : Cherchez le dindon de la farce.

        PS : L’autre mamelle étant l’expropriation des détenteurs légitimes de terrains lors de la création de lotissements. Si, si, même des maires de petits bleds de 800 habitants trempent dans ce genre de combine.

        1. YP

          Précision : C’est évidemment l’impot qui paye les rond point…

          Il faut absolument que je me relise… :s

      2. vengeusemasquée

        Je trouve que c’est un peu limite de dire que la France est bien équipée en termes d’infrastructures. la France a toujours dépensé mais cela n’emporte aucune conséquence sur l’effet final.
        En effet, parisienne qui roule pas mal, je note une constante dégradation de l’état des routes avec, très franchement, des trous partout, et certaines routes, y compris en plein Paris, dont l’état évoque irrésistiblement des bourgades comme Beyrouth ou Bagdad. C’est à se demander si réparer les routes n’est pas devenu illégal.
        De surcroît, étant donné les centaines de kilomètres de bouchons qui agrémentent l’Ile-de-France à l’heure de pointe, càd toute la journée, je doute qu’on puisse estimer ces infrastructures comme adaptées ou, simplement suffisantes.
        Non, le problème, c’est de dépenser n’importe comment, de faire, justement, des rond-points, des pistes cyclables, des voies de bus, des trottoirs façon champs Elysées absolument partout et des échangeurs dont les cahiers des charges prévoyaient déjà la fabrication de bouchons (au hasard, tout ce qui coupe l’A86).
        Non, nous on dépense, on ponctionne, et on fait de la merde. C’est quand même vachement mieux.

        1. hussardbleu

          Je parlais hier avec un chef de chantier d’une importante filiale d’une société nationale de TP : les chantiers se font rares pour l’instant, concernant les réalisations pour le compte des collectivités locales… la Cigale commence peut-être à se rendre compte qu’elle va vite être dépourvue, sans attendre la bise (pas celle des Bisounours, mais le vent du nord)…

        2. Deres

          Je vous engage à aller dans les pays du tiers monde pour constater ce que c’est de manquer d’infrastructure. Cela n’a rien à voir avec des trous dans les routes, mais dans l’absence de ponts, de routes, de goudrons ou d’autoroute. Quand pour faire 100 km à vol d’oiseau, il faut faire 200 km avec les lacets, les contournements de collines, passer dans tous les patelins et partager la route avec les piétons et les animaux, on fait au mieux du 40 km/h. A ce genre de vitesse, il faut une journée de 24h pour faire un Paris-Marseille.

          Pour les trous, c’est du manque d’entretien causé par la gabegie des DDE (ceci dit je suis certain que les routes sont bien meilleurs qu’il y a 20 ans dans ce pays, surtout dans els patelins perdus).

          Pour les ronds-ponts, les pistes cyclables et les voies de bus, oui, nos politiques ont tendance à faire du désinvestissement. C’est à dire des investissements qui diminue la productivité en diminuant la vitesse moyenne des français, soit le contraire du but recherché dans le développement des infrastructures …

          1. hussardbleu

            En Namibie, j’ai découvert qu’il était possible de faire des routes non goudronnées, où l’on roule à 100 km/h facilement… si l’on ne craint pas la poussière… et j’ai remarqué à Windhoek des collégiens noirs en uniformes à l’anglaise, parfaitement bien élevés…

            Et j’ai même remarqué, dans le square principal, un monument surmonté de l’aigle allemande, avec la mention « für Kaiser und Vaterland », et un peu plus haut, la statue équestre du général von François, à l’intersection de l’avenue Mandela et du boulevard Mugabé…

            Beau pays, dont j’ai aimé les Afrikaners des campagnes, et du Kalahari… j’aurais 30 ans de moins…..

          2. vengeusemasquée

            Je connais un petit peu les routes du tiers monde, voyez-vous. Ce n’est pas la peine de prendre ce ton condescendant. Il faut comparer ce qui est comparable et prendre un trait d’humour pour ce qu’il est. Cela dit, j’ai roulé sur des routes africaines plus agréables que bien des routes françaises.
            La DDE n’existe plus depuis 2004.

            J’estime que pour leur coût prohibitif, nos sévices publics sont d’un niveau de pays en voie de développement.

          3. Deres

            Les pistes où on roule vite, c’est bien quand il ne pleut pas à la saison sèche. Au Cambodge, par exemple, une grande partie des routes sont fermés la moitié de l’année, seule des camions militaires russes 6×6 pouvant les parcourir, les autres se noyant dans la boue …

            J’avoue que j’en ai un peu marre des râleurs sur l’état de nos routes. Il faut faire preuve d’une peu de jugeote et de réalisme. Notre réseau est en excellent état et est de bon niveau. Sur ces 20 dernières années, il n’y a pas eu que des rond-points de construit ! Beaucoup de routes ont été élargies, des rocades construites pour contourner les patelins, des autoroutes ouvertes, les 3 voies ont été sécurisés, des tourne à gauche ont été installés, …

            Le point important est qu’à l’heure actuel, les nouveaux investissements sur le réseau font gagner (ou perdre) de simples minutes sur les trajets alors qu’autrefois, c’était des heures. Cela ne booste donc aucunement la productivité du pays et n’a pas l’effet multiplicateur revendiqué par les keynésien …

    2. Black Mamba

      Et les kilomètres de pistes cyclables où l’on voit personne et les rares cyclistes du dimanche on se dit qu’ils sont courageux vu le nombre de pilonne défensé ou exploser par les voitures qui dévient.

  4. Kazar

    Marrant, ce « deux fois, avec beaucoup de sauce », me rappelle ce passage de « Deux heures moins le quart avant Jésus Christ » dans lequel le gouverneur de la province romaine indique au peuple qu’il ne peut rien faire pour l’instant, mais que demain il fera le double !!!

    Ces gens croient-ils vraiment à leurs âneries ?

    Merci une fois de plus pour cette tranche de rigolade.

    1. sam00

      +1!!!

      « Je vous ai compris !
      Citoyens, vous voulez que les impôts baissent ?
      Qu’il y ait du travail pour tous ?
      Que l’inflation soit stoppée ?
      Nous ne pouvons rien faire pour le moment… Mais dès que nous le pourrons, nous ferons le double ! »

  5. Le Gnôme

    N’ai je pas lu sur Contrepoints une tribune de libéraux appelant à soutenir ces guignols.

    Soutien, oui, comme la corde soutient le pendu.

    1. Deres

      Sachant que si tu considères que les fonctionnaires travaillent 40 ans (lol !), cela fait en moyenne 2.5% de départ en retraite par an. On est très loin du un sur deux … C’est donc plutôt du un sur 10 !!!

    2. Josselin

      Grosso modo, sur 10 ans ça revient au même, puisqu’au final, si on part avec 1000 fonctionnaires, au bout de 10 ans, on a supprimé … presque 20 postes !
      Réduction complètement fofolle. C’est un ouf Borloo.

    3. JF

      Heu, perso je fais (1-0.998^10)*100, ça fait 1.982 %
      Et oui, 0.2% c’est tellement proche de zéro qu’un développement limité à l’ordre 1 est presque suffisant:(1+x)^a =1+ax avec x=-0.002 et a=10

    4. Grass

      1.9820957 % pour etre précis; dans le cas ou au moins un fonctionnaire se laisse amputer et licencier une partie pour coller exactement a ce chiffre.

  6. Deres

    Ce pays est vraiment foutu : tous les politiques de l’extrême gauche à l’extrême droite préconise en fait exactement la même politique. Seule l’enrobage extérieur change. La politique française est devenue un paquet de Smarties : certains préfère les bleus, d’autres les rouges , mais ils sont tous au chocolat de basse qualité.

    1. bob razovski

      Ces smarties me font penser aux pilules de Matrix.

      D’ailleurs, réaliser Matrix serait bien difficile chez nous :

      Avale la pilule bleu, et l’état s’occupera de toi
      Avale la pilule rouge et… et l’état s’occupera de toi

      Laurence Fishburne, gêné, se retourne alors vers le réalisateur et demande :

      -« Y’a pas un problème avec le texte ? J’ai l’impression de dire deux fois la même chose. »
      – « Non, t’inquiète… C’est bon, c’est pour les français. »

  7. Libertus

    Je suis membre actif du parti libéral démocrate depuis peu, et le pld fait partie de la fédération udi. Si les pontes de l’udi en sont encore avec un logiciel très socialiste, je suis par contre très surpris de l’écoute et du respect envers le pld des cadres intermédiaires. En ce qui concerne les militants de l’udi de manière générale, j’ai par contre été très surpris de l’incohérence totale entre eux (je n’ai réussi à repérer aucun courant d’idées fédérateur).
    En résumé, les hauts gradés sont socialistes parce qu’ils pensent que c’est le seul moyen de gagner le pouvoir, les cadres sont relativement libéraux parce qu’ils ont réfléchi à la situation sans a priori et constatent que l’étatisme ça ne fonctionne pas, et les militants sont venus la parce qu’il y avait de la lumière mais ne savent pas encore le thème de la fête. Il y a donc un réel espoir que les idées libérales fassent une percée au seing de l’udi à travers le pld, rejoignez le combat !

    1. Le Parisien Libéral

      Bien que completement d’accord avec toi, H16, je dois dire que Libertus a raison : les militants UDI sont bien plus libéraux que les dirigeants UDI, et il serait idiot de croire que Borloo a le même discours que Jean-Christophe Fromantin, Christian Saint Etienne, Elisabeth Castel ou Hervé Morin (en privé).
      Faut juste les aider leur donner le coup d’épaule qui fera descendre Borloo de la monture socialiste que tous les partis de France et de Navarre on tendance à enfourcher.

      1. duff

        J’aimerais partager votre optimisme mais dans les faits les 3 derniers présidents se sont vite ramassés dans les enquêtes d’opinion parce que les français avaient le sentiment qu’ils ne faisaient rien de ce qu’ils avaient promis de faire…

        Si on veut voir des mesures libérales appliquées un jour en France il vaudrait mieux en faire la pédagogie avant plutôt que de se planquer derrière un cheval de Troie socialiste!

        1. duff

          Pour compléter ma première phrase : Les français sont moins cons que ne le pensent les politiques et les journalistes!

        2. Tea Party

          De votre avis duff, j’aimerais partager aussi l’optimisme de nos amis Parisien Libéral, Libertus … mais j’ai un très sérieux doute ! Je fais déjà, des efforts surhumains, pour remettre les choses dans leurs contextes, et pour m’efforcer de ne pas comparer, les libéraux américains du Tea Party, et ceux du PLD ?
          Essayons de faire simple : pour être libéral, un vrai, surtout pour être un cadre et un leader, il faut un caractère en acier trempé avec comme le dit notre hôte H16 avoir  » une paire de couilles en béton précontraint recouvert de titane » je me permettrais seulement de rajouter, de préférence aussi grosses que des boules de pétanque.
          Je ne voudrais pas être méchant, mais je pense pas, que Véron, et nombre de cadres du PLD, soit à la hauteur (ou possesseur de la grosseur nécessaire), surtout dans le contexte et l’ambiance , de l’état nounou français et ses habitants qui aiment ce faire torcher pour rester dans le même secteur !

          1. Duff

            @Théo31 : Oui mais si le PLD reste tout seul face à l’UMP et à l’UDI, alors gros gros hiatus.

      2. bob razovski

        J’ai connu des militants ump libéraux. Ils ont voté, et pris un coup de pelle en pleine quiche.
        Il existe certainement des militants udi libéraux. Ils voteront, et prendront un coup de pelle dans la quiche.

        Sans compter que dans ma ville, les ralliés à la bannière udi sont ceux qui y ont installé le socialisme lors des dernières municipales à coup d’alliances toutes moisies.

        Infréquentables !

    2. Héhé

      J’en étais aussi. J’ai constaté un grand écart entre :
      – les brillants intervenants (Agnès Verdier Molinié, Christian St Etienne, représentants de Croissance Plus, des poussins, des moineaux etc.
      – la programmatique au mieux timorée, au pire social étatiste.

      Espérons que le PLD puisse peser à l’avenir.

      1. Guillaume_rc

        Moi je voudrais bien soutenir le PLD dans l’espoir vague que ça puisse changer quelque chose (de toute façon entre l’UMPS et les MelenPEn, il y a de quoi se tirer une balle).
        Mais quand je vois dans les instances de l’UDI des gens aussi foireux que Morin, Yade ou encore Jouanno, ça me coupe l’envie.
        Quant à Borloo… Comme maire de Valenciennes, il a pas mal réussi. Comme ministre, il y aurait beaucoup à redire.

  8. JF

    « L’UDI qui se rassemble, c’est l’équivalent, en charge émotionnelle, de la rencontre inopinée d’un escargot avec une coccinelle dans un carré de luzerne. »
    Vous rigolez, l’escargot et la coccinelle c’est vachement plus émouvant…

  9. Marshaka

    Le problème est que notre système politique nous oblige à voter pour des blaireaux pareils, à quand un vrai parti politique du peuple pour le peuple ?

  10. Deres

    Il est affolant que tous ces politiques soient incapables de préconiser des mesures dans notre situation catastrophique … Une de leurs erreurs est d’ailleurs de se focaliser sur des mesures (de l’ordre du détail) sans savoir vraiment où ils veulent aller (les objectifs). Pour moi, si on veut que le pays aillent mieux, il faut se focaliser sur le vrai besoin, qui est la productivité globale.

    Pas celles des individus ou de groupes d’individus, mais celle du pays dans son ensemble. En effet, la richesse d’un pays est au final la productivité moyenne par le nombre d’habitant. Il est vain de laisser les entreprises augmenter des productivité ciblés si d’un autre côté le gouvernement diminue la productivité d’autres catégories … Après, si on veut une orientation sociale, c’est au gouvernement de trouver les bonnes mesures mais uniquement celles qui vont dans le bon sens.

    En pensant de cette manière on réalise les problèmes suivants :
    – une retraite trop tôt
    – des études inutiles ou trop longues
    – la tendance à gêner les déplacements
    – trop de fonctionnaires (qui font de l’administratif et pas de la production de richesse). On parle d' »overhead cost » trop élevé en jargon de management …
    – complexité administrative (feuille de salaire d’une page, d’impôts sur 4 pages pour la versions simplifiée (sic!), …)
    – variabilité permanente des lois

    1. YP

      Toutes les mesures qui permettraient de sortir la tête de l’eau sont des mesures qui vont à l’encontre des intérêts des politiciens.

      Donc, compter sur des politiciens pour résoudre des situations qui leurs sont favorable…

      « Toute procédure est mise en place par ceux qui en tirent bénéfice » : C’est vrai partout, tout le temps…

      1. JS

        « qui vont à l’encontre des intérêts des politiciens »…et donc de leur clientèle électorale 😉

        1. YP

          Les politiciens ne sont que le reflet de leurs électeurs : Ce sont des gens dont la fortune ne dépends que du seul fait de reflèter l’opinion du maximum d’électeur possible…

          La nature est bien faite : on a ce qu’on mérite ! 😉

  11. Kazar

    Le problème n’est pas d’être libéral ou étatiste, mais d’avoir un minimum de bon sens et un maximum de courage.

    J’étais pro-européen, force est de constater que l’Europe a cassé une bonne partie de nos services publics en les soumettant à la concurrence, et à vendu une partie de nos intérêts aux USA( même si j’aime bien ce pays).

    Actuellement, il n’existe aucun parti en France réellement libéral, même le FN s’est mis à prôner la défense des fonctionnaires pour récupérer leurs voix…

    D’un côté, des interventionnistes purs et durs (je lis ce matin que le président du mouvement des jeunes socialistes réclame l’encadrement du salaire des partons du privé, MDR, surtout quand après avoir consulté sa page wikipédia, je constate que son mémoire de fin d’études a été (sans rire) :  » La racialisation des identités Hutu et Tutsi dans la région des Grands Lacs dans les années 1930 « , grande contribution s’il en est au redressment productif de notre pays) et de l’autre des libéraux prétendus qui ne savent même pas ce que ça veut dire.

    Désolé de rejoindre H16 sur son constat : ce pays est foutu.

    1. duff

      « force est de constater que l’Europe a cassé une bonne partie de nos services publics en les soumettant à la concurrence »

      Sans ces mesures vous seriez encore en train de jouer à serpent sur votre Nokia 3210

      1. Before

        Oui, mais on aurait toujours notre superbe Minitel !
        Ahh ! 3615 SNCF ! 3615 Ulla … nostalgie, nostalgie …

    2. Pandora

      Casser les services publics pour les soumettre à la concurrence serait un faute ?

      Déjà, l’expression « services publics » vous place du côté des fonctionnaires qui défendent leur rente de situation sans se remettre en cause. Il n’y a que peu de domaines où l’on peut économiquement justifier qu’une activité soit collectivisée. Relisez Bastiat.

      La concurrence est synonyme de progrès car elle oblige à répondre aux besoins des clients alors que le service public reste bloqué sur ses privilèges et n’a aucun intérêt à remettre en cause sa position.

      1. Kazar

        @duff
        @pandora

        Vous manquez singulièrement de nuance dans vos propos.

        Je ne suis pas fonctionnaire mais avocat, je sais donc ce que signifie la concurrence, ma profession étant entièrement soumise à la concurrence.

        Mais je pense par exemple à La Poste : l’acheminement du courrier (lettres et colis) partout en France me semble être un service public.

        En ce qui concerne les télécommunications, pas de problème.

        1. YP

          Profession protégée : pour un divorce par exemple, le ministère d’avocat est obligatoire. Et très franchement, dans le cas du divorce, il vaudrait souvent mieux se représenter soi-même, si c’était possible…

          1. Kazar

            Réponse ridicule qui témoigne de votre ignorance : une profession protégée le serait par un numérus clausus, ou par l’obligation d’acheter une charge, comme les Huissiers ou les Notaires, pour rester dans le domaine juridique.

            Si le ministère d’un Avocat est obligatoire pour divorcer, vous avez le choix entre plusieurs milliers d’Avocat…

            Suivant votre raisonnement, les assureurs sont protégés (obligation de vous assurer), les banques sont protégées (impossible de vivre sans compte bancaire), etc, etc.

          2. YP

            OK, le terme « protégé » est peut êytre inapproprié.

            Vous pouvez parfaitement vivre sans compte bancaire ou sans assurance, mais vous ne pouvez pas divorcer sans avocat.

          3. YP

            « Toute procédure est mise en place par ceux qui en tirent bénéfice » : C’est vrai partout, tout le temps…

          4. Kazar

            @YP : c’est de la mauvaise foi ou de la bêtise ?

            Vivre sans compte bancaire : oui, si vous vivez en autarcie dans une grotte (vous connaissez beaucoup d’employeurs qui vous payent en liquide) sans travail, sans enfants, et ne payer pas d’impôts.

            Vivre sans assurance : oui, sans voiture, sans mutuelle, sans appartement, etc, etc.

          5. YP

            C’est vous qui avez commencé à parler d’être obligé de vivre avec un compte bancaire ou une assurance.

            Je disais que divorcer sans avocat est simplement impossible, quelle que soit la situation (alors que ce serait parfaitement faisable par le quidam moyen, vous n’êtes pas obligé d’avoir un avocat pour passer devant un tribunal de police, alors pourquoi est nécessaire devant un JAF ?) C’est une rente de situation, comme il en existe dans plein d’autres domaines, mais celle ci est parfaitement choquante. C’est tout ce que je dis.

            Donc, vous parlez de concurrence, tout en sachant fort bien qu’il est difficile de la faire jouer (a moins de payer un avocat qui fait le boulot en plus de celui qui n’apporte pas de valeur ajoutée…)

          6. Blueglasnost

            Sauf erreur de ma part, on ne peut déjà plus payer en liquide quand le salaire à verser excède 1.500 EUR pour l’employeur. Ca limite quand même sacrément la possibilité de vivre sans banque…

        2. duff

          Je ne manque pas de nuance mais si vous en voulez une je peux en apporter une : L’acheminement du courrier pourrait fort bien être privée avec des entreprises qui s’engagent à respecter des règles fixées par l’état comme aller au fin fond de la Lozère en moins de 2 jours.

          C’est exactement sur ce procédé que fonctionnent les opérateurs télécoms au détail près qu’ils paient une licence (droit de cuissage de l’état en réalité).

          Pourquoi croyez-vous que fedex, UPS se sont développés en France?

          Un monopole étatique ouvre toujours la porte ouverte à des malversations et une qualité de service chère et décevante. Je ne vous parlerai pas ici de la sécu, H16 s’en charge très bien.

          Autre détail : Dans les secteurs du logement, de l’éducation, de la santé et d’autres encore on fait coexister du privé et du publique. ça doit être assez français comme bizarrerie… A la fin c’est toujours pareil, ceux qui ont de l’argent fuient le publique condamnant les autres au publique. D’où les scandales qui touchent les personnalités politiques ou non qui vivent le contraire de ce qu’elles prônent. C’est consubstantiel au socialisme.

          1. Kazar

            Sur le courrier, c’est fort simple : si ce n’est pas rentable, l’entreprise privée n’assume pas le service. Ce dont vous parlez, c’est d’un marché public, mais l’expérience prouve que la passation de marchés publics fait primer le moins cher au détriment de la qualité du service, et que l’organisation d’un marché public génère un monstre de complexité administrative…

            Autant avoir un service public non rentable et que cela soit clair et assumé (à condition qu’il ne tombe pas sous la coupe de syndicats n’ayant pour seuls objectifs que la défense de leurs propres intérêts, mais ceci est une autre histoire).

          2. duff

            Attendez, si ce n’est pas rentable, c’est que le prix n’est pas bon…

            Donc il est anormal qu’envoyer une lettre de Paris à sa banlieue coûte le même prix que de Paris à Nice!

            Le collectivisme et son corollaire de monopole étatiste fausse les prix ce qui rend a priori impossible la concurrence.

          3. Kazar

            Navré, je ne trouverais jamais normal qu’un habitant isolé dans le Larzac paye plus cher un timbre qu’un parisien.

            A moins de désertifier complètement certaines partis du pays et de renoncer à toute idée d’aménagement du territoire en entassant les gens dans de grandes agglomérations, avec les résultats qu’on connait.

          4. Libertus

            @Kazar
            Vous ne trouvez pas normal qu’un habitant du Larzac devrait payer plus cher un timbre mais vous trouvez normal qu’il paye moins cher son habitation ? La raisonnement de « même prix pour tous » est le même que « tous égaux », il n’a pas de limite donc conduit au grand n’importe quoi (mon voisin est plus beau que moi, c’est pas égal, je peux lui crever un œil ?).

          5. Théo31

            « la passation de marchés publics fait primer le moins cher »

            Tapez dans un moteur de recherche le mot « surfacturations » histoire de rire un peu en ces temps moroses.

          6. Aristarque

            Cela fait primer celui qui a les surfacturations les plus faibles ou disons, les plus « raisonnables »…

        3. La Poste n’est pas un service public. Plein de pays ont un service postal en concurrence ET de qualitaÿ (l’Allemagne par exemple).

          1. Guillaume_rc

            @ Kazar : Lun marché public, mais l’expérience prouve que la passation de marchés publics fait primer le moins cher au détriment de la qualité du service »
            Juste en passant, c’est le cas pour l’eau courante dans la plupart des communes.
            Et j’ai pas l’impression que l’eau coule mieux ou est de meilleure qualité quand c’est une Régie municipale qui s’en occupe.
            Idem pour la collecte des déchets….

          2. Nocte

            Curieusement, les gens ont peur pour leurs lettres, mais pas pour leurs colis… DHL, UPS, DPD, etc… mais leurs courriers, uniquement par La Poste ? je ne comprendrais jamais ce masochisme pour cet organisme opulent, ventripotent et surtout qui n’en a rien à foutre du client, car par essence,ce dernier est OBLIGE de passer par lui de par son monopole.

            Oui, vivement l’ouverture à la concurrence, vivement.

            1. En France, il y a encore monopole sur la lettre de moins de 50 g il me semble. Cela doit ou aurait dû tomber…

          3. vengeusemasquée

            @Kazar : il existe différents types de marchés publics et délégation et concession peuvent être de bonnes formules si les marchés sont bien rédigés et bien contrôlés.

            Certes le prix du timbre est contestables et envoyer une lettre coûte cher parce que nous payons tous le coût marginal de l’expédition en Lozère (ou autre coin paumé). Je pense que prendre le parti de disposer d’un tarif unique pour tout le territoire pouvait avoir un sens lorsque le courrier postal était le seul moyen de transférer de l’écrit à travers le pays. Il ne faut pas rejeter tout l’héritage.
            Cependant, maintenant que tout le monde utilise internet, franchement, ça n’a plus aucun sens et la libéralisation totale me semble adéquate. De toute façon, les services postaux ne respectent pas leurs engagements puisque beaucoup de colis sont en retard et pas mal de lettres se perdent encore. Du coup, on se fait dédommager mais la poste s’en fout puisque c’est le contribuable qui paye.

        4. bob razovski

          Je vous plains, réellement.

          J’ai entendu dire que tous les politiques, une fois leurs méfaits accomplis, avaient la possibilité de devenir avocat.

          C’est quand même pas gratifiant pour une profession, que de passer pour un déversoir à incompétents. 😉

          1. Kazar

            Vous avez raison, mais cette possibilité vient de disparaître, comme quoi en droit, rien n’est irréversible…

            En revanche, pour faire de la politique pas besoin de diplôme !!!

          2. Théo31

            « pour faire de la politique pas besoin de diplôme »

            C’est vrai : la prostitution s’apprend sur le trottoir, pas à l’école.

        5. Tea Party

          Un peu de sérieux Maître ; s’il est un  »service public » , qui n’a rien de public, et surtout qui ne connait pas la signification du mot service,( sauf pour  »justifier » leurs éternelles gréves corporatistes ) qui se moquent outrageusement de leurs  » clients », c’est bien la Poste ! Sur quelle planète habitez vous ? Vous n’avez jamais eut, un récépissé de colis, (de recommandé), dans votre boite à lettres,  » pour absence  » or, que vous aviez pris votre portable avec vous, pour travailler chez vous, être impérativement là, et recevoir ce colis, (ce pli), indispensable et urgent ! pour votre job ? Sur votre planète, les heures d’ouvertures pour récupérer ce fameux recommandé, sont différents de celles du commun du mortel, pas sur la notre ! donc les rares guichets ouverts disposent de file d’attente interminables.

          Vous critiquez, quelque peu les USA, vous ne les connaissez pas, vous ne connaissez pas toutes les sociétés qui distribuent, les colis, le courrier, (avec le sourire, gratuit!) sinon libéral ou pas, vous n’auriez pas osé dire de telles énormités, en louant les bienfaits de la Poste française !!

    3. Pandora

      Autre point : arrêtez de dénoncer l’Europe comme n’importe quel politicard qui souhaite faire passer une loi impopulaire tout en se dédouanant des conséquences néfastes sur son électorat.

      L’Europe est un projet politique pour empêcher tous les pays de se faire la guerre. Et elle réussit pas mal de se côté là.

      1. gem

        La paix est une condition de l’UE, elle n’en est pas la conséquence. Quand ça déconne grave, (Yougoslavie), l’Europe est incapable d’empêcher la guerre même chez elle. Elle est même capable de faire remonter des vieilles haines qui avaient disparues (sentiment anti-allemand en Grèce, conséquence directe de la gestion européenne de la crise).
        L’Europe est un projet politique pour centraliser encore plus, comme remède aux échecs de la centralisation nationale. En attendant la centralisation mondiale puisque la sphère politique n’est jamais assez étendue pour un politicien.

        1. Aristarque

          Le sentiment anti-allemand est réapparu parce que l’Allemagne passe (à tort ou à raison) pour le grand méchant loup qui a sifflé la fin de récréation de la gabegie et de la dolce vita en ne voulant pas remettre au bassinet.
          Ayant parcouru la Grèce dans tous les sens en « deux pattes » (Citroën), il y a 34 ans (on est pas raisonnable à vingt ans) il n’était pas difficile alors de se faire comprendre par n’importe quel commerçant grec qui affichait fièrement son Man spricht deutsch.
          C’était déjà moins évident pour l’anglais mais alors en français, cela tenait du coup de chance. A l’époque, les Grecs ne se souvenaient apparemment pas de l’occupation allemande pourtant nettement moins éloignée temporellement ou alors leur mémoire se shuntait de Mai à Octobre…

        2. Pandora

          C’est bien une mentalité de français : la centralisation n’est pas une solution aux problèmes politiques. La plupart des pays européens n’envisagent pas l’Europe qu’avec la diversité de ses opinions.

      2. Kazar

        Ben voyons, vive l’Europe !!!

        D’ailleurs, certains voudraient que la Turquie, vous savez ce pays modèle de démocratie, en fasse partie (USA au hasard)…

        L’Europe est déjà ingérable à 27, alors avec en plus un pays musulman qui ne sera jamais d’accord avec nous…

        1. bob razovski

          Question de temps.

          La france va devenir tout doucement une république islamiste modérée. Les turcs n’ont qu’à bien se tenir !

        2. Black Mamba

          +1
          En effet l’Europe sera forcer de faire de la discrimination positive pour faire plaisir à la Turquie sinon le monde arabe leur déclarera la guerre

          1. Kazar

            @ black mamba : que le monde arabe déclare la guerre à l’Europe, je voudrais bien voir ça 🙂

            Ceci dit, on sent poindre une confrontation largement plus importante : occident vs orient.

            @bob razovski : la France une république islamique modérée ? Désolé, ce sera plutôt la guerre civile.

          2. hussardbleu

            Marseille est mort, Carcassonne vient de quitter cette vallée de larmes, et Bruel pleure sur l’épaule de Cahuzac à défaut de celle de DSK….

            Marseille, Carcassonne : bientôt Lyon-Caen ?

            Nan, je rigole…

          3. hussardbleu

            N’allez pas voir Noemie Lenoir

            (non pas que, mais bon…. on peut d’ailleurs comparer avec un photo de Mme Ice-T dans le diaporama… cuestion de estetica, n’est-ce pas ?)

            remontez simplement la flèche des 36 photos…

    4. Mateo

      « J’étais pro-européen, force est de constater que l’Europe a cassé une bonne partie de nos services publics en les soumettant à la concurrence »

      Merci! Encore encore j’ai tellement ri!

      1. Kazar

        Ça vous fait aussi rire de savoir que la réglementation européenne a permis aux industriels de remplacer en partie le cacao dans le chocolat par des matières grasses végétales, et que la complexité de cette même réglementation impose d’importer du sanglier américain à certains restaurants de province plutôt que de cuisiner du sanglier français (lu dans L’expansion) ?

        Deux exemples parmi tant d’autres, de dévoiement de ce que devait être l’Europe maintenant aux mains de technocrates, comme en France.

        1. bibi33

          Et qu’est-ce qui peut bien obliger l’état français à respecter les directives européennes?
          La France reste un état souverain et je vois mal comment les technocrates de Bruxelles peuvent bien obliger l’état français à faire quoi que ce soit qu’il ne désire pas.

          1. Kazar

            La réponse est dans votre question : le droit communautaire prime sur le droit français, et ce dans presque tous les domaines.
            Et si la France ne transpose pas les directives, elle est passible d’amende (et oui, comme les autres pays européens), via une procédure de manquement.
            Donc pour la souveraineté, je crois que c’est fini.

            Pour rappel, le peuple avait désavoué le projet de constitution pour l’Europe : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_fran%C3%A7ais_sur_le_trait%C3%A9_%C3%A9tablissant_une_Constitution_pour_l%27Europe

            Cela n’a pas empêché nos politiciens de nous l’imposer, sans vaseline.

          2. duff

            Ne pas respecter les directives ce serait de la part de la France la remise en question de l’UE dans son ensemble, ce qu’aucun politicard ne veut assumer.

            C’est comme l’euro, tout le monde se regarde en se demandant lequel sort le premier et quand est-ce qu’on met fin à cette folie mais personne ne veut assumer le prix politique.

          3. bibi33

            Vous confirmez exactement ce que je dis, rien n’impose à l’état français de transposer les directives européennes, car aucune institution européenne n’a les moyens de coercition nécessaire pour faire respecter le droit communautaire en France.

            Il y a juste une bande de sans couilles qui trouvent bien pratique cette situation ou l’on peut rejeter la faute sur cette Europe soit disant « méga ultra turbo libérale » sans jamais la désavouer.

          4. hussardbleu

            Il y avait jadis, avant qu’il ne soit assez commodément « oublié » le principe de subsidiarité….

            « J’ai toujours trouvé le mot d’Europe dans la bouche des politiciens qui demandaient des autres puissances ce qu’ils n’osaient exiger au nom de leur pays »
            Bismarck

          5. Kazar

            @bibi33

            Soit on sort de l’Europe, soit on y reste mais on en respecte les règles, il n’y a pas de demi-mesure.

          6. bibi33

            Et respecter les règles c’est ce que font peu ou prou nos dirigeants, avalisant ainsi son fonctionnement dans les faits mais le désavouant en parole.

            Et donc dire à longueur de temps que c’est la faute à Bruxelles n’a aucun sens.

          7. Black Mamba

            Soit on sort de l’Europe, soit on y reste mais on en respecte les règles, il n’y a pas de demi-mesure.
            Oui, pas demi mesure mais l’Etat français ne fait qu’à sa tête, comme ça l’enchante car pour le monopole de la Secu pas question de céder.
            Non d’une pipe !

          8. vengeusemasquée

            C’est plus compliqué. La législation européenne est essentiellement de deux types : les règlements et les directives. Les règlements s’appliquent en l’état, sans transposition nécessaire dans le droit local. En revanche, les directives nécessitent d’être adaptées au droit de chaque Etat membre.
            Pour autant, dans la hiérarchie des normes, le droit européen prime en effet sur le droit national, même si entre le droit à valeur constitutionnelle et le droit européen, la primauté de l’un sur l’autre est sujette à des débats à n’en plus finir.
            De fait, la primauté du droit européen est absolue (arrêt CJCE Costa contre Enel 1964). Même non transposée, une directive européenne est applicable en droit national. Il faut juste avoir le courage d’aller jusqu’à la CJCE, laquelle peut également condamner la France si la transposition des directives prend des délais déraisonnables (cf. directive OGM en 2008).
            Eh oui.

          9. Aristarque

            A Kazar
            J’apprécie vos commentaires et leur logique juridique, mais détendez-vous et gardez votre calme et sérénité.
            La France transpose mais en traînant plus que tranquillement les pieds, toute la législation qui vient de l’Europe.
            De toutes façons, elle s’en moque puisqu’elle ne respecte que ce qu’elle veut bien et encore, les bons jours (§ l’aphorisme de Sir Winston C.)
            Théoriquement, avec la transposition effective de la réglementation européenne, et pour ne citer que celui là, hélas loin d’être orphelin, vous avez libre choix de l’assurance maladie et, apparemment, de celle retraite.

            Dans les faits, URSSAF, RSI, et autres plébo-têteurs font comme si toute cette belle littérature juridique n’existait pas.

            Mais leurs argumentaires sont systématiquement suivis par les tribunaux français, jusqu’à maintenant.

            Moi, naïvement, je croyais à force de l’avoir étudié en son temps, que les juges ne pouvaient former et fonder leur jugement qu’en l’argumentant sur la base des lois en vigueur…

            Force est de constater que nous en sommes loin ! (une fois qu’on quitte les hauteurs stratosphériques pour l’altitude triviale du plancher des vaches et de la traduction concrète de tous ces beaux textes, rutilants comme l’antique…)

            Et encore, nous avons de la chance, il paraît que nous sommes dans un état de droit, voui monsieur, comme il nous est seriné aux oreilles à la moindre occasion…

          10. YP

            Aristarque > Il y a des lois dans tous les sens dans ce pays, mais au final on applique à la tête du client.

    5. jc

      La France doit bien être le seul pays où les socialistes qui ne sont pas totalement marxistes pensent être des libéraux.
      « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois » comme disait l’autre!

      1. hussardbleu

        « La France doit bien être le seul pays où les socialistes qui ne sont pas totalement marxistes pensent être des libéraux »

        Très jolie formule ! de vous ?

        1. jc

          Oui, je l’ai trouvée dans ma tête, merci pour le compliment; mais pour être honnête, je serais pas étonné si l’on venait m’accuser de plagiat (involontaire, il va sans dire).

          1. hussardbleu

            Bravo alors ! la formule a au reste une fort jolie profondeur : on imagine le socialiste timidement et secrètement « réformiste » se rongeant les sangs à la pensée que, peut-être, un procureur – comme la Gauche sait si bien en susciter – risque de découvrir qu’il possède les premiers linéaments du « libéralisme »…

            Un vrai cauchemar… et pas d’auto-critique libératrice possible… car pareille imputation une fois caractérisée, on est défintivement rejeté dans les Ténèbres extérieures, là où il n’y a plus que les pleurs et les grincements de dents…

        2. hussardbleu

          Tartare ? on disait jadis le « Noir Tartare », mais le politiquement correct a dû s’insérer dans la culture classique… de quoi être à cran…

    6. Deres

      Nos services publiques ne sont que très mollement soumis à la concurrence. Pour le transport ferré, la SNCF a toujours le monopole. Pour EDF, niet. Pour la téléphonie, FT a toujours le monopole des lignes fixes. Aucune privatisation des hopitaux publiques n’a eu lieu. La Poste distribue toujours le courrier.

      Ces services publiques perdent surtout pied car malgré leurs avantages intrinsèques, ils n’arrivent pas à concurrencer les entrants privés dans les nouveaux secteurs …

      Si dans le fret, la SNCF na plus le monopole. Résultat : désastre et perte progressive de tous les clients.

      1. Aloux

        Je me souviens il y a quelques temps qu’un train de voyageurs non-SNCF avait fait un Venise-Paris, mais évidemment à l’arrivée en gare de Lyon il y avait un comité d’accueil CGT… Je me souviens avoir été particulièrement choqué que personne dans la presse n’y trouve rien à redire, alors que c’était une manifestation évidente du côté le plus mafieux de la CGT. Depuis je sais pas si il y a d’autres trains « privés » qui roulent, j’imagine que les camarades veillent au grain pour leur passer l’envie de le faire.

        1. Deres

          A peu près tous les trains étrangers qui circulent en France le font en partage entre les 2 compagnies. En contrepartie, des trains SNCF font donc le même trajet chez eux, et les prix sont similaires. Ce n’est pas vraiment ce que l’on appelle de la concurrence …

  12. Deres

    Pour moi, un autre problème est la vision booléenne de nombreuses lois. Souvent, un seuil brutal définit un changement de régime complet. Quand il le constate, les hommes politiques mettent parfois juste un petit lissage linéaire entre les 2 ou des tranches comme pour l’IR. Mais cela ne change pas le fond du problème. Au final, les français ont l’impression que gagner plus peut leur faire perdre brutalement des ressources, ce qui n’incite pas à travailler plus …

    Cela marche également pour les retraites, le chômage et la sécu … Avoir des seuils fixes de départ à al retraite fait que personne n’est incité à travailler au delà, la pension maximum étant déjà atteinte. Idem pour le chômage où quand on sait que l’on a 2 ans devant soi avec un revenu garanti, on est moins motivé pour chercher du travail par soi même … Il n’y a rien de dégressif non plus dans la sécu ce qui fait que rien n’empêche les abuseurs d’être sanctionné. Les politiques préfèrent des potards multiples a régler en permanence et la répression des abus avec 5 années de retard alors que le meilleur système est basé sur des rétro-actions positives et automatiques vertueuses.

    1. Kazar

      Le problème des seuils est une chose, mais il est insignifiant au regard du problème général de la place de la loi et de la justice au sein de notre société : aujourd’hui, tout est réglementé et souvent en dépit du bon sens.

      Pire : la justice se délite, au profit du droit. Je m’explique sur ce dernier point : hier soir, reportage sur les problèmes liés à la chirurgie esthétique, un médecin condamné à de multiples reprises, plus de 17 procédures, mais il continue à exercer !!!

      Donc, la loi est appliquée mais elle est si complexe et si mal faite qu’elle ne remplit pas son rôle de jsutice et de protection du citoyen etd es intérêts de l’état qui serait de mettre ce nuisibvle hors d’éta

      1. Deres

        Pour moi, l’absence de progressivité est lié à la déresponsabilisation. Par exemple, rendre certaine chose gratuite à partir d’un certain seuil mène nécessairement à des abus.

        Un autre point est le fait de donner de l’argent sans contrepartie aucune ni justification de bonne utilisation. Un bon exemple est le fait que aux USA, le gouvernement distribue surtout des « food stamp » et autres aides ciblés aux pauvres. Cela limite les fraudes. Dans le cas d’un polygame avec une dizaine d’enfants, en France, il touche une rente pécuniaire importante. Aux Etats-Unis, il récolterait seulement de la nourriture … Le débat sur la prime de rentrée scolaire dépensé en nouvelle télévision est caractéristique !

      1. Fwh

        Ah, la touche TAB 🙂

        Sinon, entièrement d’accord. L’inefficacité de la justice en France fait peur.

      2. Black Mamba

        Oui, en France c’est le conseil de l’ordre qui a le pouvour de radier un praticien.
        D’ailleurs il est préférable de ne jamais contester l’ordre sinon la foudre s’abat aussitôt .
        Je pense que c’est pareil pour les avocats.

        1. Kazar

          Oui, conseil de l’ordre avec une différence de taille par rapport au médecin visé : nous ne tuons pas nos clients…

          1. Black Mamba

            Je ne pense pas que ce soit un choix délibéré que certains médecins « tuent » leur patient.
            Le risque ZERO n’existe pas sauf dans le monde utopique des politiciens.
            Si c’était le cas personne ne confirait sa vie à un médecin.
            Bon je sais que certains profs de Fac de médecine m’ont avoué qu’à certains de leurs étudiants ils n’oseraient même pas confier leur petit doigt.
            🙂

  13. LCH

    Merci beaucoup pour ce billet plein d’humour!

    Il est affolant que tous ces politiques soient incapables de préconiser des mesures dans notre situation catastrophique

    1. Black Mamba

      Ils manquent de courage.
      Lors de la conférence pour la Faustérité il y avait plein de bonnes idées mais aucune ne sera appliqué sans un bon coup de pied dans la Fourmilière Politique Française.

  14. AlainLib

    @ Libertus : C’est tout le mal que je souhaite au PLD… Ceci dit, heu… Visiblement, là, on n’y est pas encore, hein ?

  15. Pere Collateur

    Mouais, on voit aussi dans leur papelard des resucées de trucs déjà fait, style les heures sups défiscalisées.

    D’ailleurs il n’y a que des trucs qui ont déjà été proposé, voir mis en place et étrangement rien, mais absolument rien de neuf. Ça c’est à mon sens le point important à relever.
    Aucune innovation. Aucune idée neuve. Que de la référence au passé, parfois jusqu’au CNR, conduisant tous ces tocard à proposer des solutions de 1946 aux problèmes de 2013.

    Il y a eu une fenêtre de tir en 2007 pour un parti centriste. A l’époque c’était le modem qui s’y était collé et planté de peu.
    Cependant, de nos jours, la fenêtre est condamné, et ce, pour plusieurs décennies au profit du FN et peut être d’autres forces politiques à naître, et dont les programmes seront assurément tous socialistes mais avec des composantes qui risquent de faire passer certaines parties de notre histoire douloureuse pour de gentillettes fêtes de villages un peu trop arrosé.

    Bref, vous avez perdu quelques instants de votre précieuse vie à contempler le néant. J’espère que ça vous a fait du bien.

      1. Kazar

        Ne rien est faire est encore plus inutile.

        Cela signifie que vous comptez sur les autres pour agir à votre place, au lieu de créer votre mouvement ou au moins de militer pour vos idées en écrivant sur un blog par exemple…

          1. Kazar

            Au moins, votre égoïsme est clairement affiché.

            On peut pourtant être libéral et vouloir sauver son pays et ses compatriotes (par contre eux-mêmes, je suis d’accord).

          2. YP

            Qui êtes vous pour me traiter d’égoiste ? Vous ne connaissez rien de moi…

            Ca en dit long…

          3. gem

            Eh bien , il faut reconnaitre quand même qu’affirmer que la SEULE chose à faire c’est de SE SAUVER SOI-MÊME, ça ressemble à de l’égoïsme à s’y méprendre, non ? Si on vous connaissait on pourrait relativiser, mais à défaut de vous connaitre, justement…

          4. Aloux

            Peut-être est-ce un tort, mais je ne partage pas non plus votre optimisme Kazar, d’après ma (certes maigre) expérience, il y a encore trop de gens qui trouvent leur compte (ou pensent le trouver) dans le système actuel, les choses ne bougeront pas tant que les Français n’auront pas expérimenté le socialisme avec ses vraies conséquences, c’est-à-dire sans endetter les enfants pour maintenir l’illusion de son train de vie.

            On en reparlera quand ils l’auront bu jusqu’à la lie, moi en attendant je me casse.

          5. YP

            gem > Vous ne changerez pas les opinions des gens. Vous pourrez faire le poirier, 90% des personnes iront dans votre sens en face de vous, mais iront toujours vers la personne qui présente le moins de risque pour leurs intérêts. C’est comme ça. Il faut l’accepter.

            Et lorsque la majorité a mis en place un système et que ce système ne vous convient pas pour diverses raisons, le problème ce n’est pas « les autres » – c’est soi-même. Et ça, il vaut mieux le comprendre tout de suite, ça évite de perdre des décennies.

            Si cela fait de moi un égoiste, va pour égoiste…

          6. gem

            @YP
            OK, mais ce n’est pas le sujet. Voir la réalité en face n’est pas un défaut, et penser à soi non plus (c’est même un préalable pour agir dans la durée). Ne penser qu’à sa pomme, par contre, c’est parfaitement inefficace : si les gens vont « vers leurs intérêts », et bien il est important de tenir compte de leurs intérêts.

          7. YP

            gem > Tenir compte des intérêts des autres, très bien. Mais qu’on n’écrase pas systématiquement les miens. Dans ce domaine là, j’ai vraiment l’impression dévoir mis plus que de l’eau dans mon vin ; d’ailleurs « mon vin » n’a plus du tout le gout du vin.

        1. JS

          Argumenter serait trop long, chacun agi en fonction de son expérience personnelle et de ses sensibilités. J’ais eu la malchance de fréquenter des politiques et des collectivités locales, cela m’a complétement dégouté d’aller mettre un bulletin dans l’urne. Sans parler du fait qu’ayant vécu à l’étranger (et pourtant pas dans des pays de cocagne) le retour en France a été une claque !

          Perso dorénavant j’agi dans mon entourage.

          Je m’occupe de mes proches, m’assure que les plus jeunes auront un avenir et ne serviront pas de chair à pâté à ce système qui fini par manger ses propres enfants..j’essaie d’ouvrir les yeux des adultes, pas facile..

          Cdlt

          1. Kazar

            Les deux ne sont pas incompatibles : j’essaie d’assurer l’avenir de mes enfants ET de faire bouger les choses. Si ça foire, au moins j’aurai tenté, et je pense que j’aurai le temps de décamper avant la chute finale.

          2. vengeusemasquée

            @JS : j’approuve totalement. Au bout d’un certain temps, on arrête d’espérer autre chose que de s’en tirer.

        2. Kazar

          @Aloux : pour l’endettement de nos enfants, c’est effectivement déjà fait, et je commence à dire aux miens qu’ils devront partir travailler à l’étranger si rien ne change.
          Pour ce qui est de quitter ce pays, j’y songe comme beaucoup, mais partir serait une forme de capitulation, je préfère mettre à l’abri ce que je peux et me préparer à livre bataille, avec une porte de sortie au cas où.

          1. YP

            Donc vous voulez bien vous sauver vous même ou vos proches, mais les autres qui feraient de même ne sont que de sales égoistes…

          2. Kazar

            @YP : discussion stérile, vous ne prenez dans les commentaires que » ce qui vous intéresse pour les déformer, j’ai l’impression de lire un gauchiste sur un forum de Libé…

          3. Sansintérêt

            1) L’Abstention est décomptée, c’est donc une expression, un vote, bien plus informatif qu’un vote « utile », contestataire et de toute façon socialiste. Plus de 50% d’abstention à la prochaine présidentielle n’engagerait que la responsabilité de ceux qui tiennent le système, quant les électeurs de Hollande en partagent nécessairement une part. Le Pen finira par avoir le pouvoir, c’était écrit et aucun autre vote n’aurait pu l’empêcher !
            2) Agir dans son intérêt sans nuire à personne, c’est neutre, pas mal. A moins que nous ne soyons tous coupables de tous les malheurs de l’humanité que nous aurions pu éviter en étant totalement altruiste.
            3) Juger les gens ou leurs actes à l’emporte-pièce, sans plus de donnée, c’est ce que font justement nos politiques depuis trop longtemps.

  16. gem

    2% des effectifs c’est à peu près le nombre de départ en retraite chaque année. Avec les démissions, décès etc. la fonction publique perd chaque année au minimum 3% de ses effectifs permanents (je ne parle bien sûr pas des vacataires, stagiaires, remplaçant etc. qui eux giclent sur un rythme annuel)

    1. JS

      Et pour ceux qui connaissent des fonctionnaires, entendre toutes les semaines « on s’ennuie au taf il n’y a pas assez de boulot pour tout le monde », comment dire, ca enerve..

      1. Shandra

        Oui, entendre des gens dire ce genre de chose « ça énerve », mais ce n’est pas l’apanage des seul fonctionnaires.
        Tous les agents de la fonction publique ne sont pas des glandeurs syndiqués planqués.
        Quel dommage de voir ce genre de commentaire, particulièrement insultants, qui n’élèvent absolument pas le débat sur un site comme celui là.

        1. Blueglasnost

          Comment expliquez-vous, alors, que la plupart des autres pays européens arrivent à survivre avec des effectifs de la fonction publique considérablement plus bas ? L’Allemagne est-elle sous-administrée (50 fonctionnaires pour 1000 habitants contre 90 en France, sachant que ce chiffre est sous-estimé, puisque 22% de la population active est fonctionnaire), pas vraiment pour quiconque a eu l’opportunité d’y passer un peu de temps ? Autrement dit, on pourrait déjà réduire de moitié sans trop de mal. Conseils généraux, conseils régionaux, intercommunalités, agences d’Etat (50 mds EUR), « compétences » se chevauchant sur plusieurs échelons, etc. Rien que pour ces chevauchements, il y aurait 60 mds EUR d’économies PAR AN à trouver pour Agnès Verdier-Molinié (cf. son livre). Arrêtons un peu, tout le monde sait très bien que l’écrasante majorité des fonctionnaires ne font pas leurs 35 heures et n’ont pas assez de travail. Rien qu’en les passant tous à 40 heures, on pourrait probablement déjà éliminer une bonne proportion des effectifs. Oui, je ne vais pas me cacher de penser cela comme la plupart des Français qui voient que c’est la réalité de leurs amis fonctionnaires. Et j’en ai vu des vertes et des pas mûres, surtout en discutant avec des clients (fonctionnaires qui profitent des tarifs du cinéma le lundi matin pour y aller). Alors quand on travaille comme moi a minima 50 heures / semaine, on commence à être légèrement énervé quand les impôts arrivent ou que l’on regarde sa feuille de paie et le racket auquel nous sommes mensuellement soumis pour entretenir au bas mot 5,5 millions de fonctionnaires dont ne voit pas l’utilité et qui, pire que de ne rien produire, passent leur temps à mettre des obstacles sur la route de ceux qui sont productifs et créent de la valeur.

          1. Shandra

            « Comment d’autres pays font-il pour survivre avec moins de fonctionnaire ? »
            Ils sont tout simplement mieux organisés (administrativement et territorialement).
            « Une écrasante majorité de fonctionnaires ne font pas leurs 35 h ? »
            Vous avez raison, beaucoup en font plus, sans aucune compensation. Votre argument étant à base de « tout le monde le sait », je pense que le dialogue ne sera pas possible. Je me permettrais cependant de glisser que les mêmes situations existent dans le secteur privé.
            Les gens dont je parle et que amalgamez avec d’autres ne sont pas ceux qui sont visibles, ni ceux qui défilent dans la rue avec leurs horribles drapeaux rouges. Vous ne les entendrez jamais, leur travail doit avancer.
            Comme vous, je suis pour une révision et une mise à plat de l’ensemble de la fonction publique, avec un nettoyage des organismes inutiles (mais c’est bien plus simple à dire que d’avoir le courage de le faire). Comme beaucoup d’autres je suis prête à ne plus avoir de compensation pour les 40h par semaine (voire plus) que je fais, si cela peu contribuer à améliorer le système.
            Comme vous, j’ai une larme à l’œil quand je vois ma fiche d’imposition et toutes les taxes honteuses auxquelles je suis soumise. Comme d’autres, je suis en colère lorsque des entreprises privées gonflent leur prix pour augmenter les factures de l’administration («c’est de l’argent publique on s’en fou ! »), sans rien pouvoir y faire.
            Comme vous, quand je vois le ridicule programme de l’UDI j’en reste bouche bée et me demande qui pourrait bien adhérer à un programme aussi navrant.
            Mais cela ne m’empêche pas de garder une certaine réserve quand je parle de ce que je ne connais pas ou peu. En réalité, je crois que vous confondez fonction publique et décision politique. La fonction publique n’a pas pour vocation de créer de la richesse mais de la faciliter. Quant aux décisions politiques actuelles, elles contribuent effectivement à mettre des obstacles sur la route de « ceux qui sont productifs et créent de la valeur » autant que pour ceux qui n’en créent pas mais souhaitent tout de même apporter leur contribution au système.

          2. YP

            Shandra> « La fonction publique n’a pas pour vocation de créer de la richesse mais de la faciliter.  »

            +1
            Comment tout résumer en une seule phrase.

            Et je confirme (si besoin était) que les mêmes situations existent dans les entreprises privées. Cependant, je me permet d’ajouter qu’une entreprise privée est soumise à des impératifs de rentabilité (ce qui n’empêche pas des gabegies , qui restent en principe localisées.)

          3. gem

            @shandra
            « les mêmes situations existent dans le secteur privé. » … mais on s’en branle ; la différence c’est que le public c’est NOTRE pognon qu’ils crament. Ce que font les autres dans leurs organisations privées ça ne regarde qu’eux.

        2. JS

          @ Shandra

          Ou avez-vous lu que je mettais tous les fonctionnaires et assimilés dans le même panier ?

          Plusieurs membres de ma famille en sont et je respecte leur engagement et leur professionnalisme.

          Seulement le type de propos que je rapporte est une REALITE..les abus dans la fonction publique sont juste hallucinant pour quiconque vient du privé.

          J’ais des tonnes d’exemples avérés que je ne posterais pas ici à la vue de tous.

          Virer tous ces canards boiteux de la fonction publique sera bénéfique à tout le monde, et en premier lieu aux fonctionnaires qui font leur boulot consciencieusement !

          1. vengeusemasquée

            Le propos de JS n’est pas insultant. Il reflète la réalité. Pensez simplement à ceux d’entre nous qui se débattent chaque jour pour faire avancer la machine publique, pour bosser pour ceux qui ne foutent rien… Et qui finissent par se décourager.

            Petite annonce : fonctionnaire territoriale expérimentée cherche reconversion aussi vite que possible !!!

        3. Nocte

          Euh… elle est où l’insulte là ? Nan parce que je veux bien avoir une vue défaillante, mais, j’ai relu au moins 3 fois le commentaire de JS, et… rien, que dalle, nada, hormis un constat fait par des fonctionnaires eux-mêmes… chaud d’y voir une insulte tout de même.

          1. Shandra

            « Si ce n’est lui, c’est donc son frère… »
            Toutes mes excuses à JS. Effectivement, il n’y avait pas d’insulte. Malheureusement, en cette triste période, on fait d’un cas une généralité. C’est fatiguant à la fin. Le fonctionnaire n’est peut être pas le bon bouc émissaire.
            Notre administration est une vieille dame ridée et obèse qui se nourrit de normes et de textes législatifs. Les seuls médecins capables de la lifter et la faire maigrir son nos élus. Malheureusement, ils sont aussi vieux et ridés (dans leur idées) qu’elle…en témoigne le fabuleux programme de l’UDI.

          2. Black Mamba

            @ Shandra
            On vous pardonne
            Mais nos élus sont comme les petits vieux que je fréquente, ils sont vifs d’esprit mais dès qu’on leur dit « Qu’il faut payer, qu’ il faut passer à la caisse ça fait tant… »
            Ils deviennent soudainement sourds et séniles.
            « Ah! Qu’est-ce que vous dites!
            J’ai rien compris! Ah!…

      2. duff

        Voilà qui prouve qu’en un seul mandat mais avec un plan pour exécuter la restructuration de la fonction publique, on peut faire beaucoup de chose.

        C’est à la fois rageant du fait d’incroyable immobilisme des politiques mais c’est aussi encourageant.

  17. eiram

    J’aime bien la 1ère photo ! On dirait Sonotone, Déambulateur et Viagra.
    Encore des hommes politiques qui ont leur avenir derrière eux. Quand laissera-t-on la place aux jeunes qui ont des idées de jeunes ? Quand ils seront vieux ?

    1. Black Mamba

      Il faudra voter une loi, oui, encore une, mais cette fois sur une date de péremption .
      Se présenter deux fois grand maximum, en suite, il doivent retourner ou entrer dans le privé.

  18. Sandra

    Chaque jour, je lis vos billets avec délectation. Mais, chaque jour, je me dis: « bon, ok, ils ont épuisé la liste des taxes et joyeuses idées de relance, là (ahem). » Mais non. Chaque jour, vous mettez en lumière la folie taxatoire, l’étatisation galopante, les privations de liberté. La démence de l’Etat français atteint de tels sommets que ça frise la science-fiction.

  19. tn

    « Parce que si on réfléchit bien, 0.2% de diminution de réduction d’effectifs sur 10 ans, ça nous fait (à la grosse louche, je vous l’accorde) un 2% de réduction. »

    diminution de réduction, ça fait une augmentation, non ? Ou à tout le moins une diminution moins importante que l’actuelle.

  20. Kazar

    Et pour ceux qui croient encore que l’inflation des lois fait le bonheur des avocats, ils se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’au coude !!

    La règlementation ne fait le bonheur que ce deux chargés de l’appliquer, à savoir les fonctionnaires.

    En revanche, elle complique sans cesse la tache des diverses professions juridiques qui doivent passer leur temps à vérifier que ce qui était valable hier l’est encore aujourd’hui, et paralyse l’activité de leurs clients, entrainant une multiplication des contentieux, activité bien moins rentable pour l’Avocat que le conseil.

    En plus, ces lois sont liberticides (cf la Duflot qui veut carrément interdire à des gens qualifiés de marchand de sommeil d’acheter un bien immobilier) et stupides (cf l’annonce d’un projet de loi visant à « sécuriser » les prêts toxiques des collectivités locales alors que la loi n’est pas rétroactive et n’aura donc aucun effet sur les contentieux déjà engagés avant son vote en automne, son annonce ayant donc pour seul effet d’inciter un maximum de collectivités à engager de nouvelles procédures avant cette loi…).

    Donc je suis libéral, mais sans excès.

    1. « je suis libéral, mais sans excès »

      Extremism in the defense of liberty is no vice. And moderation in the pursuit of justice is no virtue.

    2. gem

      sachant que si jamais, par extraordinaire, un gars se retrouve, au bout de 10 ans de procédure, interdit d’achat de bien immobilier, et bien il fera acheter à sa femme, ou une société, ou un prête-nom quelconque insolvable ne causant même pas français qui servira de paratonnerre aux foudres administratives.
      On même il achètera quand même, relançant une nouvelle procédure qui au terme de 10 ans lui donnera ( peut-être !) tort.

      Le genre d’interdit stupide

      les marchand

      1. hussardbleu

        The government consists of a gang of men exactly like you and me. They have, taking one with another, no special talent for the business of government; they have only a talent for getting and holding office. Their principal device to that end is to search out groups who pant and pine for something they can’t get and to promise to give it to them. Nine times out of ten that promise is worth nothing. The tenth time is made good by looting A to satisfy B. In other words, government is a broker in pillage, and every election is sort of an advance auction sale of stolen goods.

        Mencken

    3. Tea Party

      Borloo, aussi est de droite avec des idées libérales, mais sans excès ! aucun excès !!!! Relisez l’article pour voir la finalité !

  21. Yrreiht

    Très cher et inestimable h16,

    Veuillez nous faire savoir votre opinion sur le parti UPR d’Asselineau.

    Merci d’avance !

    1. Asselineau est un mélange de quelques bonnes analyses et de n’importe quoi habituel en France. Je ne vois pas comment un libéral pourrait partager ses thèses économiques. Il évoque sans arrêt la loi de 1973, seule responsable selon lui de l’endettement de notre pays. On sait ce qu’il en est (lol). Il rejette le libre-échange, souhaite sortir de l’UE pour mettre en place des mesures protectionnistes, combinées à une politique de relance keynésienne. C’est un forcené de l’interventionnisme étatique qui est convaincu que le redressement de l’économie passe par une augmentation massive de la dépense publique…

    2. yoyo6963

      Asselineau, c’est visiblement une grande culture géopolitique, une analyse plausible des rapports de forces et des raisons véritables de la construction Européenne, malheureusement suivies de – très – mauvaises recettes monétaires, protectionnistes et monétaires…
      Il semble dans son cas que faire une carrière entière dans l’administration laisse des traces indélébiles quant à la capacité de remise en cause intellectuelle sur la place de l’état dans la société.

        1. duff

          Merci pour le lien, il était énorme ce type. Mine de rien il décrit méticuleusement tous les ressorts d’une bonne politique social-clientéliste!

    3. Li Po

      Il est obsédé par la nationalisation de TF1, j’ai eu des échanges très rigolos avec lui à ce sujet . On pouvait se foutre de Cheminade, mais sur certains points on en est pas loin . Un mix entre Dupont-Gnangnan et les raeliens ….

  22. Mominette

    La politique, en France, consiste à acheter un kit chez Ikéa.

    On le déballe, et on trouve de jolies petites pièces coloriées. Un coup d’oeil à la notice : la pièce 3, c’est « solidarité ». La pièce 27 « relance ».
    D’autres sont baptisées « protectionnisme », « emplois subsidiés », « nouvelles règles impérieuses » et pour faire tenir le tout ensemble, un gros sac plein de petites pièces dites « taxes et prélèvement ».

    L’originalité consiste à ce que chacun agence ces pièces pour construire une « oeuvre » sans le moindre usage pratique, mais drôlement fun.

    Les amateurs d’art n’ont plus qu’à voter pour l’oeuvre qu’ils préfèrent : la plus haute, la plus large, la plus biscornue, mais bien entendu, tout créateur qui aurait introduit dans son montage une pièce prise hors de l’assortiment serait immédiatement disqualifié.

    Ces jeux de construction fascinent des millions de gens : c’est ce qu’on appelle « l’exception culturelle française » 🙂

    1. hussardbleu

      Mais elle est pire que la Bête du Gévaudan, la Belge ! après avoir démoli la Grande Cuisine Française, voilà qu’elle agresse le Design Suédois ?

      Dis Mominette, si tu allais casser un peu du Flamand, de temps en temps ?

      Nan, je rigole… bien sûr !

    2. LeRus

      Le pire, c’est que parfois on perd des pièces! Des trucs bizarre comme « Liberté », « Responsabilité », « Libre arbitre ».

      Par contre, je trouve souvent des doublons de « Solidarité », à force, j’en ai une caisse pleine…

  23. Martin T

    Réunion de l’UDI: « les gars, on va se regarder dans les yeux , et on verra bien si on a des couilles ! »
    source les perles du Rugby – http://potesaufeu.free.fr/pperles.htm

    0.2% par an, pendant 10 ans, de réduction d’effectifs…

    Ben en fait, non…

    La politique, un sport d’équipe…

    La politique française en ce moment, c’est un peu comme le 15 de France en tournée australe, 0-30 chez les blacks…et ça fait un baille qu’on cherche un vrai numéro 10…j’dis ça, j’dis rien…

    1. duff

      Pour revenir dans la norme européenne de dépenses publiques de % du PIB (48% je crois) on doit chercher 10 points = 200 milliards.

      Autant dire qu’Hollande avec et ses 60 milliards est loin du compte. Surtout qu’il lui reste 4 ans pour les trouver, j’ai pas vu un centime pour le moment.

  24. Peste et coryza

    Bon, l’UDI est une farce, comme le reste…
    Et ses militants des truffes…

    Rappelons les problèmes principaux (monde et France en particulier) :
    – parasitisme oligarchique.
    – clientélisme électoral.
    – élites dépassés et parfois nullissimes.
    – blocages de partout.
    – énergie, bouffe… qui flagadouillent.
    – croissance démo démentielle.
    – immigration non contrôlée
    – plus de croissance réelle (cause énergie qui flagadouille), donc bulles pour compenser.
    – robotisation, donc éviction de la main d’œuvre.
    – sociétés désagrégées type « estomac/sexe/ipod ».

    Vous voyez vraiment un avocat pochtron et sa bande de potes de bistro répondre à cela ?
    Même si Brezinski et Attali font partie des pires salop*rds qui soient, je préfère nettement la franchise de leurs réponses :
    – appauvrir la masse et l’abrutir pour maintenir le paradigme actuel, et réserver celui ci à un plus petit nombre de personnes.
    – appauvrir la masse (infra nomades=pascal la dalle), mettre l’élite hors sol (super nomades), et au milieu une classe moyenne contrôlée par la peu de rejoindre les hordes de crève la faim.

  25. Christophe

    Rien à attendre d’un alcoolo copain de Tapie.

    Farce. Et encore le mot est faible.

    Je dirais plutôt : « boursouflure », voire « tumeur ».

    Anyway. Souvenez-vous de l’autre quiche Bayrou…à chaque élection on le sort de sa bouteille de soupline, et les médias claquent dans les mains.
    Et la tarte se prend une tôle. Et ce à chaque élection.

    Mais c’est pas grave : on le ressort quand même.

    Pourquoi ? Ca ne fait pas vendre des journaux. Donc c’est un mystère.

    Boiredeleau c’est exactement la même chose. Souvenez vous à quel point il était ridicule, insignifiant avec son sketch (ses 15 minutes de gloire)… « la quenelle de l’environnement » !

    C’était fameux ça.

    Boiredeleau, Bailleauroux… la même engeance. La même inutilité ontologique. Le même vide (?)

    Le néant.

  26. LibDem09

    Dommage que vous n’ayez pas cité le programme économique de l’UDI, mais les propositions qui avaient été faites dans le cadre d’un projet d’union nationale (bien en amont, bien avant ce CN).
    Il y a eu un revirement sur la ligne économique du parti, voyez plutôt :
    Le vrai programme économique de l’UDI est visible ici, j’attend votre avis dessus : https://skydrive.live.com/view.aspx?resid=9C0E69C4E7D87059!5167&cid=9c0e69c4e7d87059&app=WordPdf&authkey=!AGwl6QjC53tVyLY
    Cela sera beaucoup plus constructif, surtout que j’ai grande estime pour vous.

    1. Bon. J’épluche.

      – inscrire dans la constitution un taux plafond de prélèvements obligatoires : très bien. 60%. Moins bien. Pourquoi pas plutôt 50% ? Larguer la moitié de son revenu à l’état (*la*moitié*) cela veut dire qu’on n’est qu’à moitié esclave. Au-delà, cela veut surtout dire qu’on est plus esclave qu’homme libre. C’est triste.
      – pacte de stabilité juridique et fiscale : on édicte en début de législature et on ne touche plus ensuite. Très bien. Totalement pas crédible (que feront les deux chambres pendant les 4.5 années suivant les nouvelles lois de début de législature ? Se tourner les pouces ? Qui peut y croire ?)
      – exonération des charges sociales des jeunes pendant la 1ere année : très bien. Insuffisant, mais très bien.
      – encadrer les stages : très mal. Il faut totalement déréglementer le stage. Revenir au stagiaire d’il y a 20 ans. Et revenir au code du travail d’il y a 20 ans. Big Win.
      – revenir à 39h légales : mouais. C’est mieux que 35h. Mais faire sauter la notion de nombre d’heures imposé, c’est nettement mieux. Et adaptable en temps de crise. Manque de bol : pas proposé.
      – resucée de tva sociale : bof. On peut tenter, mais c’est juste un déport d’une charge d’un consommateur à un autre. Impact très très modéré.
      – baisse des cotisations (famille, retraite) : bien. Je pense que la retraite par répartition explosera, donc la perte entraînée par cette baisse ne fera qu’accélérer marginalement la vitesse d’explosion.
      – contrat de travail unique : j’imagine le pire pour la mise en musique. Globalement, l’Etat n’a pas à fourrer son nez dans un contrat entre deux adultes responsables. C’est voué à la bidouille, le contournement, les emmerdements, et l’aggravation de l’obésité morbide du code du travail. Mais bon, je reconnais que l’évolution souhaitée dans le texte va dans le bon sens.
      – baisse du taux d’IS à 15% : bien.
      – création d’une agence nationale bidule truc : gross katastrof. La France croule sous ce genre de merdasse. À virer.
      – déport des fonds de la formation professionnelle aux régions : par ici le cake. La formation professionnelle doit être totalement désétatisée, et arrêtée purement et simplement. L’impact sera nul en terme de formation (elle ne sert à peu près à rien en France), et elle dégagera des milliards de tréso aux entreprises qui doivent payer pour rien. Les arrosages aux régions, comme proposés, seront directement détournés pour des stages poterie macramé au bénéfice de l’élu local. Poubelle.

      (Je ne vois pas la suppression de Pôle Emploi. C’est dommage. Vu les perfs, Addeco, Manpower et autres font mieux et ne coûtent rien aux contribuables.)

      – tout le chapitre sur la croissance verte : Borloo s’est masturbé très fort et l’éjaculat est hideux. Tout ça doit virer. Keynésianisme, relances et étatisme. Une horreur. Pouah.
      – rationalisation des dépenses de l’état : pourquoi pas. Je vois d’ici le constat d’échec en rase campagne 5 ans après par une Cour des Comptes désabusée, mais ça ne coûte pas grand chose de l’écrire. On notera qu’il n’y a rien de concret dans la proposition. Rationaliser, c’est joli, mais pas concret.
      – Pas concret non plus, la « remise à plat des politiques publiques ». Alors que « Suppression des politiques publiques », là, on voit tout de suite de quoi ça cause et comment faire.
      – vente massive du parc de l’accession sociale : bien.
      – non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite : pourquoi pas 2 sur 3 ou 3 sur 4 ?
      – diminuer le nombre de députés et de sénateurs : bien. Effort cependant insuffisant. Avec 150 députés et 70 sénateurs, la France marcherait aussi bien.
      – diminution du nombre d’agences : bonne idée. Pas chiffrée, cependant. Dommage.
      – passer à un seul régime de retraite : bien.
      – on parle d’étudier le remplacement du bordel d’aides sociales par une seule aide unique. C’est bien. Mais c’est pas « étudier » qu’il faut, c’est « faire directement ».
      – bouclier sanitaire : affreux bricolage socialiste.
      – jours de carence : on veut l’égalité, mais on n’en propose qu’un pour la fonction publique. Foutage de gueule.
      – regrouper les communes, diminuer la dotation globale : amusant. Bricolage. Un truc pas bricolage : supprimer les départements ou les régions. Préférablement les départements. Manque de bol : pas proposé.
      – déplafonner le budget européen : wtf ? On dépense pas déjà assez ?
      – gouvernance économique européenne : blabla de politicien. Rien derrière.

      Et elle est où la diminution un peu musclée du nombre de fonctionnaires (état, hôpital, territorial) ? A 0.2% par an, c’était ridicule, mais là, pouf, on est à … 0.

      « La France ne peut plus se contenter de demi-mesures ». Malheureusement, ces propositions sont un véritable festival de demi-mesures. Et certaines sont même bancales.

      1. Libation.

        Bon. Je commente ton épluchure.

        – inscrire dans la constitution un taux plafond de prélèvements obligatoires :
        Je rappelle qu’une réforme constitutionnelle emporte nécessairement les 3/5 du parlement. Cela veut dire : des voix socialistes. 60% c’est certes au dessus de 50%, mais c’est un compromis nécessaire si l’on veut voir cette protection du citoyen inscrite dans la constitution, je le crains. C’est réaliste, en tout cas.
        – pacte de stabilité juridique et fiscale : Ça me semble réalisable. Tu sais, elles sauront déjà s’occuper à créer de nouvelles règlementations. Leur imagination est sans fin, et au moins, elles ne toucheront plus à celles en place.
        – exonération des charges sociales des jeunes pendant la 1ere année : Tout à fait d’accord avec toi, c’est insuffisant, et très bien.
        – encadrer les stages : Je ne suis pas d’accord avec toi. J’en ai fais des stages, et j’ai fini nègre de l’entreprise trop souvent. Il y a des abus, c’est limite parfois de l’esclavagisme ! HUMAN RIGHTS PROTECTION !
        – revenir à 39h légales : On est d’accord, supprimer la durée légale, c’est mieux. Mais faire avaler aux français qu’ils vont déjà travailler 4h de plus, je crois que c’est déjà très difficile… Surtout aux fonctionnaires.
        – resucée de tva sociale : On peut tenter oui, ça me semble en tout cas mieux que la situation actuelle.
        – baisse des cotisations (famille, retraite) : Je doute que ce soit la raison de cette baisse… ;-). Mais cotiser moins, on peut le saluer.
        – contrat de travail unique : Sur le plan idéologique, d’accord avec toi. Que l’état ne se mêle pas des contrats privés. Mais en étant pragmatique, effectivement, c’est une évolution souhaitable. ça marche au Canada entre autre, il faut s’en inspirer.
        – baisse du taux d’IS à 15% : Toute baisse est tjrs saluable.
        – création d’une agence nationale bidule truc : disons que ça peut favoriser l’investissement. Sur le principe je suis contre. Sur l’application, pq pas. Si l’investissement est stratège, et qu’il génère des bénéfices.
        – déport des fonds de la formation professionnelle aux régions : supprimer la formation professionnelle ? Mais tu es fou ? Comment nos élus feront croire qu’ils agissent contre le chômage ?
        – tout le chapitre sur la croissance verte : C’est moins dégueulasse que d’habitude, qd même. Tu pourrais le souligner.
        – rationalisation des dépenses de l’état : on demande à voir.
        – « remise à plat des politiques publiques ». on demande à voir.
        – vente massive du parc de l’accession sociale : bien au carré.
        – non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite : pas assez ambitieux, mais l’UDI aimerait probablement avoir des voix aux élections, accéder au pouvoir, tout ça………………………………….
        – diminuer le nombre de députés et de sénateurs : on est sureprésente politiquement en France. Mais c’est une goutte d’eau dans les dépenses de l’état, c’est de la poudre aux yeux.
        – diminution du nombre d’agences : d’accord avec toi.
        – passer à un seul régime de retraite : d’accord avec toi.
        – on parle d’étudier le remplacement du bordel d’aides sociales par une seule aide unique. -> On ne peut que le saluer. Ce sera courageux, si c’est mis en place. S’attaquer au système opaque de la redistribution, j’en frissonne.
        – bouclier sanitaire : Socialiste, oui. Mais bon, une politique sanitaire est nécessaire, quand même. Tout le monde doit pouvoir se soigner pour être un homme libre.
        – jours de carence : Rajouter un jour, et je vois déjà la grève. En rajouter trois c’est courageux et juste, mais la c’est l’émeute (et avant ça, la non élection).
        – supprimer les départements est intrinsèquement proposé : ils veulent 12 collectivités de taille européenne. pour ce qui est du regroupement des communs, détrompes toi, il est très important. La France, c’est 40% des communes européennes à elles seules. Rationalisons.
        – déplafonner le budget européen : Tout dépend de ta conception européenne. Cela dit, on donne pas grand chose.
        – gouvernance économique européenne : on sait effectivement pas ce que ça veut dire.
        – diminution un peu musclée du nombre de fonctionnaires (état, hôpital, territorial) ? Elle est dans le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Faut pas pousser, voyons……………….

        Ton commentaire est pas si mauvais. En tout cas, c’est qd même autre chose que les dix mesures pourraves. On voit que les premières ont été écrites par Borloo et Lagarde, et les deuxièmes par Morin et Arthuis. #justsaying.

        1. Le pacte de stabilité : ça n’existe nulle part (ni en France ni ailleurs) et ça n’a jamais été mis en place dans l’Histoire. On ne parle pas de chimie ou de physique, hein, ici c’est du politique, du truc basé sur les humains dont le principe général de fonctionnement n’a pas varié d’un pouce depuis 10.000 ans. Ma conclusion : marchera pas. Et j’ai expliqué pourquoi. Tout ceux qui pouvaient voter pour Mitterrand en 81 comprendront ce que je veux dire, par exemple.

          Pour les stages, si tu en avais fait il y a 20 ou 30 ans, tu comprendrais aussi d’où vient le problème. Et tu comprendrais qu’on ne résout pas la maladie en soignant les symptômes. Tout, dans ce programme, n’est qu’une longue succession de cautères sur des jambes de bois, de camouflage des symptômes.

          Pour le reste : soit vous faites des programmes pour être élu, et dans ce cas, ils ne valent pas tripette (et je crois que c’est clair).
          Soit vous faites des programmes cohérents qui présentent une vraie solution. Et vous vous y tenez. Et vous changerez la politique, serez peut-être élu ou pas, mais on vous écoutera, on sera obligé de tenir compte de votre avis.

          Tant qu’on aura, en France, des vendeurs de soupes et de tapis, ça donnera ça.

          1. Deres

            Un programme avec 50% de bons, sachant que seulement 50% des promesses sont tenus à 50%, cela fait 0.5*0.5*0.5=12.5% de bonnes promesses vraiment tenus …

            Sachant que les mauvaises promesses sont généralement tenues à 100% et que la plupart des mesures improvisés un fois au pouvoir sont mauvaises car destinés à satisfaire à court terme ou résoudre des conséquences à court terme sans s’attaquer aux causes, cela ferait un ratio bonne mesure sur mauvaise mesure très faible. Ceci dit, au point où on en est, ce serait toujours mieux qu’avec Flamby …

      2. Guillaume

        « – diminuer le nombre de députés et de sénateurs : bien. Effort cependant insuffisant. Avec 150 députés et 70 sénateurs, la France marcherait aussi bien. »
        À mon avis, elle marcherait encore mieux sans sénateurs. Mis à part ralentir le schmilblick, je vois pas trop leur utilité (officielle, s’entend, officieusement, on sait à quoi sert le Sénat…)

  27. Riguite

    Merci pour la bouille de Borloo sur le premier cliché… En plus de la lecture de l’article, j’ai bien ri.

    1. YP

      Ce monsieur à été élu député le 25 juin 2012. Il se fait peut être bizuter et doit remplir les fonctions de ses collègues godillots. 🙂

      Je note qu’il est aussi maire de Moult (1800 hab)… Il ne doit pas y avoir beaucoup de mariages là bas en ce moment…

      1. Duff

        Épreuve du bac 2013 en pipolosophie et piponomistes d’alternatives économiques :

        Vous avez 4h.

        Quelle différence faites-vous entre les radicaux de droite et les radicaux de gauche.

        Attention coefficient 0.

        Cdlt

        1. gem

          le radical de droite est un méchant, un affreux, fasciste, raciste, affairiste et corrompu, qui fait semblant de conspuer le FN mais s’allie secrètement avec lui.
          le radical de gauche est un gentil, bon, antifasciste, antiraciste, vertueux et républicain. Il dialogue avec tout le monde, bien sûr, mais ne cède jamais sur les principes sacrés de la République, pour la justice et la solidarité.

          24/20 dans l’académie d’Orléans-Tours ; et les autres académies aussi, c’est juste qu’on ne l’a pas dit.

        2. Sansintérêt

          Les radicaux de droite ont raison d’avoir honte d’être de droite alors que les radicaux de gauche ont tort d’être fier d’être de gauche.

          0/20 pour cause de fascisme latent.

  28. Peste et coryza

    Mouais, un programme d’alcoolo…

    – inscrire dans la constitution un taux plafond de prélèvements obligatoires.
    ça n’engage à rien…. surtout depuis que Nabot 1er nous a pondu la modif de constitution en un tour de bras…
    – pacte de stabilité juridique et fiscale : Totalement pas crédible.

    – encadrer les stages : le problème des stages c’est ;: trop d’étudiants + employeurs indélicats.
    Au lieu de règlementer, il faut carrément faire tout sauter, et ré-aplanir le système de l’enseignement supérieur fac/école d’ingé.

    – revenir à 39h légales : nul.
    Le problème que l’on rencontre c’est l’éviction de la main d’œuvre. Faut d’abord former et trouver de quoi occuper les gens. Les entreprises ont déjà trouvé le moyen de contourner le système : accorder le statut de cadre à leurs larbins…

    – resucée de tva sociale : une taxe de plus…

    – baisse des cotisations (famille, retraite). Le système va exploser de toute façon. La seule question est : quelle génération va se retrouver en slip.

    – contrat de travail unique. ça sent l’arnaque. Jamais le cœur électoral, en CDI ou fonctio, voudra renoncer à ses protections.

    – baisse du taux d’IS à 15%…. faut voir ce qu’il y a derrière. Les communes se financent comment ? impots locaux ?

    – création d’une agence nationale bidule truc : idée de naze.

    – déport des fonds de la formation professionnelle aux régions :
    Le système entier est à revoir entièrement. Ce genre de mesures ne sert à rien.

    (soit dit en passant, j’ai testé, et vous certifie que Addeco, Manpower et autres, c’est de la merde en barre)

    – tout le chapitre sur la croissance verte. Naze. Croissance réelle = f(énergie).
    La seule chose qu’on sait faire, c’est faire des bulles financières.
    Bref, là aussi, faut tout revoir.

    – rationalisation des dépenses de l’état : encore une promesse…

    – Pas concret non plus, la « remise à plat des politiques publiques ».
    idem.

    – vente massive du parc de l’accession sociale. Nul
    Crever la bulle immo, c’est mieux.

    – non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite : bidon. De toute façon , les 50 ans et plus ont baissé le nombre de postes et durci les concours. Le non remplacement se fait de lui même.

    – diminuer le nombre de députés et de sénateurs : Vous voyez cette horde de parasites renoncer à leurs rentes ?

    – diminution du nombre d’agences : bonne idée.

    – passer à un seul régime de retraite : faudrait déjà corriger l’actuel.
    et arrêter l’enfumage « espérance de vie/années cotis, etc…)

    – on parle d’étudier le remplacement du bordel d’aides sociales par une seule aide unique. C’est bien.

    – bouclier sanitaire : naze. Faire dégager les roms et les CPF permettra de réduire la prévalence de la tuberculose et de la drépanocytose.

    – jours de carence : Foutage de gueule.

    – regrouper les communes, diminuer la dotation globale : amusant.
    ça sent le vert de gris allemand…

    – déplafonner le budget européen : wtf ?
    Faut envoyer ce machin à la poubelle : c’est sa vraie place.

    – gouvernance économique européenne :
    idem : à la poubelle, avec toute la horde parasites greffée dessus.

    Bref, un programme de m*rde, comme le reste.

  29. NoName

    « [L’UDI qui se rassemble,] c’est l’équivalent, en charge émotionnelle, de la rencontre inopinée d’un escargot avec une coccinelle dans un carré de luzerne. »

    Tiens, c’est pas du Achille Talon ça ?

  30. Antoine

    Bonjour, voilà qui devrait vous plaire Mr H16 sur la transparence patrimoine des élus et les propositions de gens comme Borloo ou Balkany:

    https://www.box.com/s/l0mm5fawxknjloofeyp1

    Publié dans le canard enchainé, donc Balkany propose que le député soit informé du nom prénom adresse de qui consulte, et Borloo que ce soit le député lui même qui dicte l’amende en cas de divulgation du patrimoine.

Les commentaires sont fermés.