Les étranges pénuries du Venezuela

Ce n’est pas tous les jours que des expériences en grandeur réelle permettent d’illustrer quelques principes économiques de base de façon éclatante. Actuellement, cependant, plusieurs pays sont bien partis pour explorer à nouveau les voies gluantes du collectivisme échevelé et nous sommes aux premières loges pour analyser ce qui se passe et, peut-être, en tirer quelques leçons.

Je passerai rapidement sur le cas français qui découvre tous les jours que l’effet Laffer n’est pas du tout du pipeau ; il faudra très probablement encore des mois pour que le concept parvienne aux oreilles des pâtisseries tièdes qui nous servent de dirigeants, pour qu’ils en tirent des leçons diamétralement opposées au bon sens et qu’ils agissent alors consciencieusement pour aggraver la situation.

Je pourrai aussi décrire les affres dans lesquels est plongée l’Argentine, depuis l’accession au pouvoir des Kirchner, mari et femme, et qui tente actuellement de nouvelles aventures dans le domaine de l’inflation créative. Mais comme Contrepoints a déjà produit quelques fort bons articles à ce sujet, je vous redirigerai simplement sur ceux-ci.

Parallèlement à ces deux pays (et si l’on exclut d’office les joyeuses dictatures prolétaires cubaines et nord-coréennes qui ne nous apprennent rien de la misère et de la désolation qu’un régime communiste provoque), on trouve le Venezuela, variante colorée et vivante d’un collectivisme légèrement alternatif avec cette spécificité latino-américaine qui apporte tous les jours son lot d’information délicieusement WTF.

Diagramme OMG WTF

En effet, il faut savoir que lorsqu’un pays choisit la route de la servitude pardon la voie joyeuse du collectivisme plus ou moins assumé, il s’ensuit généralement des déboires prévisibles et que l’histoire aura permis d’énumérer. Ce sont par exemple les fermetures des frontières, le contrôle strict des changes et des banques (voire leur disparition complète), la disparition des marchés boursiers, la planification complète de l’économie, la nationalisation à tour de bras, le tout suivi assez rapidement de pénuries sévères en nourriture ou en biens de consommation courante. Là où dans un système capitaliste de base, les pains attendent en ligne le consommateur, dans les systèmes collectivistes, c’est l’inverse : les consommateurs attendent en ligne un peu de pain.

Pour le Venezuela, les années Chavez furent assez éclairantes puisque le bouillant communiste aura rebondi dans le tourbillon de ses pensées brouillonnes de l’interventionnisme étatique tous azimuts vers une collectivisation à base de nationalisations diverses et variées sans pour autant franchement oser la dictature prolétarienne pour laquelle on le sentait intellectuellement mûr. Comme le relatait Contrepoints à la mort du président vénézuélien, Chavez a laissé un pays disposant d’une des plus riches réserves pétrolières du monde au bord de la ruine :

Disparités spectaculaires de revenus, criminalité galopante, le Venezuela est typique de ce gaspillage clientéliste qu’on retrouve chez les États socialistes (…) l’industrie à présent compte deux fois moins d’entreprises qu’il y a quinze ans (…) les raffineries de pétrole du pays ont fermé les unes après les autres, obligeant ce pays, si riche en pétrole, à importer tous ses carburants (…) les coupures d’eau et d’électricité se multiplient et dépassent souvent plusieurs heures par jour.

chavez et le bucheronEt ce mélange de bidouillages sociaux pas toujours heureux et de tripotages économiques catastrophiques aura entraîné les habituels effets de bords des pays sur la voie du collectivisme … À la différence que cette fois-ci, Chavez et son successeur, Nicolas Maduro, auront introduit une bonne dose d’inventivité dans les contrariétés de leur peuple.

Ainsi, l’approvisionnement en papier est devenu particulièrement problématique. Au début du mois de septembre, de nombreuses pénuries ont conduit trois journaux vénézuéliens à fermer purement et simplement, le papier n’étant plus disponible pour leur production. Dans un monde où, pourtant, le papier n’est pas considéré comme une denrée particulièrement rare, et dans un pays où, de surcroît, il ne manque ni de bois, ni vraiment pas d’énergie pour le transformer en papier, on se demande un peu comment on en est arrivé là mais le résultat est sans appel : la presse ne peut plus fonctionner normalement sur place.

Cette pénurie de papier pour les journaux n’est pas la seule puisque — toujours au rayon papeterie — le papier hygiénique vient lui aussi à manquer. C’est assez gênant d’autant que si l’on peut assez facilement se passer de lire la presse, il est toujours plus délicat de se passer de papier hygiénique (même si, je le conçois fort bien, dans bien des pays à commencer par la France, papier hygiénique et papier presse se confondent admirablement bien). Devant cette pénurie, le gouvernement de Maduro, tout aussi calme, pondéré et communiste que son prédécesseur Chavez, a décidé que le Peuple ne pouvait pas se passer de cette denrée rare et a fait intervenir l’armée.

Ce pourrait être rigolo si ces pénuries ne cachaient pas le profond malaise économique du pays. Bien évidemment, la presse française (Le Monde par exemple) relaie cette information avec le mélange indispensable d’humour, de propagande et d’oubli des éléments essentiels de contexte pour que ces pénuries passent pour d’aimables péripéties dans la vie du pays sud-américain :

Pour le gouvernement, les pénuries sont le résultat d’une « guerre économique » menée par le secteur privé. Le président, Nicolas Maduro, dénonce « les accapareurs » et « les spéculateurs » qui se refusent à vendre leur production et jouent la carte du pire pour faire s’effondrer l’économie et le régime.

Ben tiens. On précisera bien qu’il y a un étroit contrôle des changes et que les capitaux sont, pour ainsi dire, gelés, mais on enrobera cette réalité indiscutable par l’utilisation d’une périphrase commode :

Les économistes proches de l’opposition, eux, pointent du doigt le contrôle des changes et des prix en vigueur depuis plus de dix ans

Méchante opposition qui ose attribuer à des actions de Chavez les effets observés aujourd’hui ! Vilains économistes « proches de l’opposition » qui pointent du doigt au lieu de se le fourrer dans l’œil comme il se doit pour toute opposition, forcément bête (puisque c’est l’opposition) ! La petite musique d’un Monde tendrement acquis à la cause chaviste (et qui permet au folliculaire de faire un ahurissant rapport avec les quarante ans du coup d’état contre le président chilien Salvador Allende – WTF ?) permet de glisser sur l’évidente catastrophe que représente le contrôle des changes, des prix et des capitaux.

D’ailleurs, il n’est qu’à regarder l’absence presque parfaite de toute analyse, de tous commentaires concernant la pourtant très emblématique recrudescence des passagers « no show » sur les vols en partance de Caracas pour comprendre l’embarras des thuriféraires du collectivisme à la vénézuélienne : tout juste Libération se contente-t-elle de reprendre une de ces dépêches de l’Agence Fausse Presse où l’on découvre, assez effaré, que certains vols vénézuéliens affichent plus de 30% de places physiquement libres bien que pourtant payées. La raison ? Une loi autorise en effet les Vénézuéliens à obtenir des devises (des dollars américains, en l’espèce), exclusivement pour les voyages à l’étranger. Le citoyen malin achètera donc un billet, et pourra alors échanger ses bolivars contre des dollars au cours officiel (environ 6.3 bolivars pour 1 dollar). Il lui suffira ensuite de revendre les dollars au marché noir, au cours actuel d’environ 40 bolivars par dollar. La culbute est très intéressante et, comme l’expliquent de nombreux pratiquants, permet aussi de refaire le plein en vêtements et autres denrées devenues rares dans un pays qui, je le rappelle, est un très gros exportateur de pétrole.

When in doubt, inflate !

Le plus catastrophique de cette histoire est qu’en surcroît d’avions qui volent au tiers vide, le remboursement des billets non utilisés entraîne des fortes pertes financières pour les compagnies aériennes, d’autant que la loi vénézuélienne leur empêche de pratiquer le surbooking (trop capitaliste, sans doute).

Le Venezuela a choisi, comme d’autres, la voie cotonneuse et joyeuse des nationalisations, du collectivisme et de l’interventionnisme d’État tous azimuts. Le pays se prend donc toutes les tares associées à cette voie : autoritarisme gouvernemental, pénuries multiples, contrôle de la monnaie, inflation. Et comme dans absolument tous les cas où le socialisme a été appliqué, le marché, interdit par la loi ou repoussé par la force, retrouve un chemin vers les citoyens et les consommateurs, par la petite porte, au noir, sans arrêt. Comme dans tous les cas où les constructivistes tentent de déformer la société et la réalité pour la faire rentrer dans leurs moules et leurs préconceptions, cette réalité leur revient au museau dans un bruit sec et puissant.

Tout comme l’Argentine, le Venezuela montre ce qu’il ne faut surtout pas faire, et, sur le chemin que les Français persistent à prendre d’élections en élections, devrait leur apprendre le destin inéluctable qui les attend.

J'accepte les Bitcoins !

1E9o176hzqakvPiKPSEMMdR1CsPhtQ26Fr

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires245

  1. Black Mamba

    « Tout comme l’Argentine, le Venezuela montre ce qu’il ne faut surtout pas faire, et, sur le chemin que les Français persistent à prendre d’élections en élections, devrait leur apprendre le destin inéluctable qui les attend. »
    OH! Mais ce n’est pas pareil ! :shoock:
    Nous sommes plus intelligent que ça ! 🙄
    Nous serons mieux faire, voyons ! 😈

          1. Black Mamba

            Je suis d’humeur très versatil sur mes Avatar , vous n’y êtes pour rien, je vous rassure :mrgreen:
            C’est moins coûteux que de changer de sac à main , le dernier ma coûté 700 € 😳

            1. aristarque

              Malheureux White Panda! On comprend pourquoi il pédale autant dans la cave au point de ne même pas avoir le temps de laisser un commentaire quotidien…

            2. Mainmain

              Quand je lis ça j’ai l’impression d’être un putain de prolo qui bouffe des sandwiches en les payant en tickets restau…
              (bon, ok, j’avoue, c’est ça. Mais ce sont des sandwiches maison et pas ces atrocités Sodébesques !)

              Mes folies montent à 100€ en total mensuel, je suis vraiment qu’un p’tit joueur ^^’ il serait temps que je me rebelle plutôt que de bosser pour 1300€ par mois, même si c’est un poste-passion auquel je consacre plus d’heures que jamais ><

            3. Black Mamba

              Oh! Cela ce n’est rien. 🙄
              La dernière fois que je suis allée à Disney land, j’ai cramé 3 000 € en une journée avec mes enfants 😳
              Depuis la dernière feuille d’ IR nous avons baissé drastiquement nos dépenses .
              Tant pis pour le Léviathan 🙂

            4. Black Mamba

              Mon Dieu , Non!
              Sur eBay , j’aurai l’impression de rien dépenser , et j’aime voir la têtes des caissières qui me snobent parce que je fais « pauvre arabe avec mes moutards » et je sors sans broncher un cil ma carte Gold lorsqu’elles disent la douloureuse addition et que les gosses se ramènent les bras bien chargées de plein d’autres accessoires et me usent avec un large sourir et des yeux de chatons et me disent  » Et ça maman , on peut prendre aussi , s’il te plaît  » et moi je réponds  » Bon d’accord mais c’est tout pour cette fois « . :mrgreen:

            5. Black Mamba

              @ VM
              Entre les grosses peluches, les costumes, les habits , les objets de collections et sachant que j’ai quatre enfants , j’ai cédé à tous leurs caprices et surtout que c’était la sortie spécial Noël et qu’on avait décidé de ne rien mettre au pied du sapin cette année nous avons laisser carte blanche aux enfants pour se faire plaisir !!!

    1. Marc Aurèle

      @BM
      Et pourtant dans les rangs des « intellectuels français » (je veux dire par là ces types qui ne sont jamais sortis de chez eux mais qui naturellement admirent les socialismes tropicaux) personne ne parle jamais du voisin qui a réussi, je veux dire la Colombie, autrement qu’en mal.

      Et pourtant ce pays, lentement mais sûrement s’est extrait de la crise, alors qu’il est rongé par un cancer (les narco-trafficants farcs ex pseudo combattants marxisant financés par les pays avoisinants) depuis des années. Libre entreprise, facilité d’entreprendre et taxes relativement faibles donnent à espérer à une génération entière de colombiens que leur futur sera meilleur (et pas pire comme au Vénézuela). Medellin par exemple est devenue une métropole très agréable, la température y oscille toute l’année entre 25 et 27°c, pas besoin de chauffage (on est pas à Versailles) et le coût de la vie y est faible. Et les années Escobar sont depuis longtemps révolues. Bogota, autrefois enclavée par la guerilla farc a été libérée et est en train de devenir une vraie capitale économique et culturelle dans la région. Ses universités sont parmi les meilleures en Amérique du Sud.

      Un homme à l’origine de tout cela, le dernier Pdt de la République, le Sr Uribe. Homme à poigne, énergique et éclairé, il est à l’origine de cet essort. Les « forces internationales du progrès » (traduisez Internationale Socialiste) ne s’y sont pas trompé et ruinent sa vie depuis qu’il a pris sa retraite (voir l’odieux traitement qui lui a été réservé par les étudiants socialo-fascisants lorsqu’il essaya d’enseigner à l’Université de Lyon ou à Washington il y a 2 ou 3 ans). Il a donné à la Colombie l’espoir de sortir de la misère, y est parvenu et a même réussi le tour de force à rassurer l’allié US qui maintenant le laisse vivre en paix. Parmi tous les pays d’Amérique du Sud, la Colombie est probablement un de ceux qui possède l’avenir le plus prometteur.

      1. Duff

        On ne parlera surtout pas du Chili marquée au fer rouge de la dictature d’extrême droite conseillée par le nazi Milton Friedman… Très bons articles sur contrepoints aussi à ce sujet.

      2. Black Mamba

        J’ai jeté un œil sur le Web pour avoir une idée sur la sécurité , elle n’est pas fameuse même si les colombiens font le nécessaire pour donner une nouvelle image de la Colombie.
        Cela ne me déplairait pas de retourner en Amérique du Sud mais mon époux ne supporte pas l’humidité tropicale 🙂 , j’avais fait un essaie au Brésil déjà, même si on était dans le cocon familial pour veiller sur nous , il n’a pas apprécié cette insécurité permanente

      3. Calvin

        Je confirme des résultats probants en matière de sécurité, puisque qu’une connaissance a fait un tour du monde en passant par la Colombie et y a senti une nette différence avec d’autres pays sud-américains.
        Elle a aussi confirmé les problèmes de l’Inde où elle a vu qu’il fallait qu’elle soit obligatoirement accompagnée d’un globe-trotter homme.
        Rien de tout cela en Colombie.

        1. channy

          #Elle a aussi confirmé les problèmes de l’Inde où elle a vu qu’il fallait qu’elle soit obligatoirement accompagnée d’un globe-trotter homme.#

          les indiens sont chauds comme la braise, alors les femmes barbara Goulde, en short , sans soutifs sous leurs t- shirts car trop chaud, avec de grand decolletes etc bref qu elles ne s etonnent pas si elles se font harceler..etre accompagnee d un homme permet de reduire les problemes mais n empechera pas de se faire tripoter la nuit dans les trains par exemple.
          Perso j ai connu deux americaines qui pour en finir avaient achetes des burqas …Avec cela plus personne ne les a harceles.
          Sinon question emmerder les voyageuses seules, les indonesiens ne sont pas mal dans le genre..

  2. Calvin

    Merci pour ce tableau prémonitoire.
    Au moins, on sait où on va.
    Ce qui est édifiant, ce sont les journalistes qui balisent ce chemin. Et quand ils n’auront plus de papier, ils ne pourront plus dire qu’ils se sont trompés.

    1. Deres

      Je vous rassure. Tous les journaux ne ferment pas. Dans une tel économie, pour faire face à une pénurie, le gouvernement se charge de gérer la pénurie en distribuant en priorité aux « bons » journaux. Seuls les organes de presse « nuisibles » sont obligés de fermer. Idem pour le papier hygiénique qui ne manque pas pour tous le monde. L’armée se charge de faire une répartition « équitable » comme écrit sur le mur (Cf. ferme de animaux). Il y a peu de chance que la nomenklatura locale soit contrainte de se replier sur les feuilles de bananier comme le bon peuple …

      1. Calvin

        Oui, j’ai vu cela.
        C’était néanmoins de l’humour, car je pense que les journaux n’auront plus de lecteur AVANT la pénurie de papier !!!

      2. channy

        Euh il y a un marche avec les feuilles de bananier, en inde par exemple il est courant de servir les repas sur des feuilles de bananier dans les restos…
        Non, non le bon peuple il se torche le fion avec sa main gauche et il y a toujours un seau d eau a proximite, sachant que l eau du robinet est rarement potable on reste gaia compatible .

  3. Le Gnôme

    Cet article nous montre ce qui nous attend. Des pans entiers s’écroulent sous le poids des charges et des taxes, des cochons qui viennent de Teutonie aux chips qui viendront moins chères de Belgique que de Bretagne à cause d’une taxe pour protéger Gaïa, des petites voitures produites ailleurs qui ne supportent pas de malus au détriment des voitures moyennes ayant un malus et j’en passe et probablement des meilleures.

    L’adage qui dit que si on donne le Sahara à un technocrate dans deux ans il importe du sable se vérifie, que ce soit au Vénézuéla, pays riche en matières premières qui aurait pu s’industrialiser avec cette manne, à la France qui avait d’incontestables atouts et qui a tout gâché par idéologie.

    1. Deres

      Donnez la Bretagne aux socialistes et dans 30 ans on importe du cochon.
      Donnez la Bourgogne aux socialistes et dans 30 ans, on importe du bœuf.
      Donnez le Bordelais aux socialistes et dans 30 ans, on importe du vin.
      Donnez le Toulousain aux socialistes et dans 30 ans, on importe du foie gras.
      Donnez la Provence aux socialistes et dans 30 ans, on importe de l’huile d’olive.

      Les 30 ans ayant commencé en 1981, nous somme en pleine récolte des « avancées » du socialisme.

      1. Naos

        Ha nooooon, pour la Bourgogne, il faudra aussi importer du vin, du cassis, des pieds de vigne, la graine de moutarde, et le pain d’épice… (mince, c’est déjà le cas pour le cassis, le pain d’épice, la graine de moutarde et le boeuf !!!!)

      2. Deres

        Donner EDF aux socialistes et dans 30 ans, on importe du courant.
        Donner l’industrie de la Défense aux socialistes, et dans 30 ans, on achète des drones américains.
        Donner la SNCF aux socialistes et dans 30 ans, le fret ferroviaire aura disparu.
        Donner Paris aux socialistes et dans 30 ans, les touristes auront peur d’y aller.

        1. Higgins

          Tout est vérifié. On parle des succès d’EDF à l’export mais personne ne mentionne l’état du réseau de distribution (les fils électriques) et le trou énergétique que ce pays va connaître à force de repousser la construction de nouvelles centrales nucléaires et de financer des chimères énergétiques style Eolien ou Solaire.

          1. franki

            Non svp; ne défendez pas le nuke!
            Il s’agit d’une technologie qu’on ne maitrise pas, dont personne à ce jour ne sait comment gérer les conséquences de (ou neutraliser) la radio-activité. Après Tchernobyl, après Fukushima , faudrat-il un « Nogent », un « Blaye » ou un « Tricastin » pourqu’on finisse par intégrer la folie de cette fuite en avant ?
            Au fait, il n’y a pas que l’éolien ou le PV comme sources d’énergie « alternatives »; il y a toutes celles dont les Grands Monopoles ne veulent pas entendre parler car leur optimisations se font à petite échelle. Il y en a un paquet! Renseignez vous, creusez!

            1. « une technologie qu’on ne maitrise pas »
              LOL. Faut arrêter de dire des conneries. À cette aune, on ne maîtrise *aucune techno* et dans ce cas, on retourne tous à la caverne.

              Et pour rire, listez donc nous toutes les autres sources d’énergies alternative, plutôt que de nous faire laaaaaaaaanguir.

            2. Lambda Expression

              mon ami Franki, a tout perdre je prefere encore stocker les dechets du nuke et me reserver le droit de les retraiter quand la technologie me le permettra plutot que balancer tout de suite des tonnes de co2 et autres particules de tes centrales a charbon ou au gaz. et ne me parle pas des énergies alternatives stp, le vin etait mauvais hier et je ne suis pas d humeur.

          2. Duff

            Et qu’on s’apprête à prolonger de 10 ans les vieilles centrales nucléaires tandis qu’en campagne on voulait en fermer quelques unes pour faire plaisir à des partenaires électoraux qui pèsent 2.5% 🙂

            1. LeRus

              Il faudrait fermer au moins une centrale nucléaire… et y enfermer tous les élus/ministres EELV.

              Ce serait un bon moyen de luter contre l’augmentation de la connerie dans l’atmosphère.

          1. Duff

            Donnez la Savoie aux socialistes et dans 30 ans, on importera de la neige pour garnir le mont blanc!

            Excellentes remarques Deres, je confirme que dans les restaurants d’entreprises, le porc et le bœuf viennent déjà en grande partie d’Allemagne ou d’Italie…

            Il y a 2 ans je m’étais fait la remarque que c’était curieux d’importer d’Allemagne de la bidoche. En fait avec ce qu’il se passe en Bretagne avec les abattoirs a révélé le pot aux roses.

            Encore un exemple que le socialisme à terme tue un pays, ses particularités, ses points forts, son talent, son histoire. tout.

            1. Paroxystique

              On pourra noter également que plus d’un tiers des abattoirs sont publics, financés par nos impôts avec des productions médiocres comparées aux productions du privé.

              « En 2010 on compte 102 abattoirs publics à comparer aux 184 abattoirs privés. 36 % des abattoirs sont publics. Le tonnage sorti des abattoirs publics s’est effondré passant de 62,5 % en 1980 à 8,8 % seulement en 2009 »

              http://www.gds38.asso.fr/web/gds.nsf/recup/1FAADBAC8F365180C125793C007C3E5A?OpenDocument

              Une question a creuser pour faire la lumière sur les fermetures récentes d’abattoirs.

            2. Exodus 61

              Le cochon c’est plus un problème.
              Toute la bouffe des cantoches est….hallal!
              Et bientôt la filière du vin suivra pour cause de « hallalicité ».

            3. Black Mamba

              Je profite pour faire un coup de gueule rétroactif :mrgreen: , je sais le rétroactif n’a pas bonne presse c’est temps-ci !
              J’avais accouché à l’ Hôpital, il y a 7 ans , que le temps passe , Snif , sous prétexte que mon nom de jeune fille sonnait « arabe » , on me servait uniquement de la nourriture Hallal . Je n’avais pas remarqué cette délicatesse de la part du personnel hospitalier jusqu’au jour en me promenant dans le couloir je vis sur le menue de la semaine apparaitre plusieurs fois « Jambon avec des lentilles . » 🙄 J’attrape une infirmière et je lui demande « pourquoi ne m’a -t-on jamais proposé ce menu » . Elle m’a expliqué que par principe , je n’étais pas sensé accepter ce type d’aliment !
              J’ai fait ma barbare et je lui ai fait comprendre que j’avais le droit de choisir par moi-même et j’exigeais mon Jambon Lentille à tous mes repas …. 😈

            4. BN

              « Donnez la Savoie aux socialistes et dans 30 ans, on importera de la neige pour garnir le mont blanc! »
              Pour le coup, je ne m’inquièterais pas trop pour le Mont Blanc, situé en Haute-Savoie.
              Le nombre de député officiellement socialiste élu dans ce département durant toute la cinquième république est de… un :D. DSK, en 1986, qui a profité de la proportionnelle.

        1. Aloux

          En effet je me souviens avoir lu ça mais là ça me fout le doute. En tout cas même si pour le moment ce n’est pas le cas, ils y viendront bientôt vu la pente qu’ils suivent.

          1. Black Mamba

            Et puis cela
            « De 2000 à 2007, l’essentiel de la croissance des exportations de viandes bovines a été assuré par les pays d’Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Uruguay) qui représentent un quart des ventes sur le marché mondial. Or, depuis 2007, elles sont en très net repli
            (- 50 % pour le Brésil entre 2007 et 2011, – 40 % pour l’Argentine, – 10 % pour l’Uru- guay). La forte hausse du prix du maïs, du soja ou de la canne à sucre sur le marché mondial en 2007 a incité les agriculteurs de cette zone à se tourner vers les productions végétales et à délaisser la production de viandes bovines. La réévaluation du real par rapport au dollar a impacté, de façon significative, la compétitivité de la filière bovine brésilienne (animaux vivants et viandes bovines) par rapport à l’Union européenne. Le gouvernement argentin a privilégié l’approvisionnement du marché national et la maî- trise de la hausse des prix de détail sur son marché intérieur. Seule la forte progression des ventes de l’Inde en 2011 a permis une croissance du commerce mondial. En 2007, le commerce mondial de viandes bovines a-t-il connu une rupture de tendance ? Quelles peuvent en être les conséquences pour les zones importatrices comme l’Union euro- péenne ? «  »
            http://www.franceagrimer.fr/content/download/19293/155257/file/SYN-VRO-commerce+international+viande+bovine-2012.pdf

    2. La Coupe Est Pleine

      Vous ne pensez pas si bien dire pour la véracité de l’adage du Sahara. L’an prochain la législation agricole va brider la production de maïs à 66% de nos capacités habituelles. Nous allons donc passer du statut de pays exportateur, à celui d’importateur net !
      Le pire c’est que Paris est l’unique initiateur de cette « réforme » de sa politique agricole, (comme bien des dernières bourdes qu’il commet en la matière) mais ça ne gène pas nos politiques de fustiger Bruxelles pour « dénoncer le malaise agricole » …. Nos élites politiques sont de vrais parasites, ils vont finir par nous tuer tous !

        1. Peste et coryza

          Le maïs n’a pas la cote, même à l’inra, alors que centre a été à l’origine du développement des hybrides, et du semencier Limagrain.

          Le gros problème du mais est qu’il consomme beaucoup d’eau (en fait, autant que le blé par unité de biomasse, mais comme le mais fait plus de biomasse et a un métabolisme en C4…).

          A une époque, la France était le second exportateur de semences de mais, juste derrière les USA…

          1. Mainmain

            Comment exporter des semences alors qu’elles sont brevetées ? Tout ce qui est agricole c’est bullshit et salaison de plaie pour les producteurs français =/

          2. La Coupe Est Pleine

            « Le gros problème du mais est qu’il consomme beaucoup d’eau »

            Pas vraiment, le maïs a la malchance de pousser en période sèche. si le Blé en faisait autant vous constateriez facilement que le maïs est « économe » face aux autres cultures.

        2. La Coupe Est Pleine

          C’est vrai que tout le monde ne suit pas les atermoiements de la PAC tous les jours …. Faut être maso ou agri pour s’y tenir !
          En fait notre minustre de l’agri(-environnement) ne peut plus pifrer la monoculture. C’est pas écolo, en plus c’est un concept productiviste. Pensez donc qu’il était urgent de légiférer contre une telle hérésie !

          De ce fait dès l’an prochain on introduit une nouvelle composante : « La diversité de cultures obligatoire. »
          http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/ANALYSE_CEP_51_La_diversification_des_assolements_en_France_cle8d171c.pdf

          Les cartes pages 2 résument bien la situation, entre 1970 et 2000 certains territoires se sont spécialisés. Notamment le sud-ouest et ses rotations de maïs/maïs/maïs/maïs/maïs/maïs/maïs/ ….
          Pourquoi ? parce que l’on dispose de deux ports Bayonne et Bordeaux, de l’Espagne toute proche et ses gros besoins de céréales, qu’elle ne pourrait produire du fait de son climat trop sec.
          Par contre, de notre côté, le climat chaud et humide convient parfaitement au maïs. Et on a beau tourner les chiffres dans tous les sens, le maïs reste la culture la plus rentable. De plus c’est une plante qui supporte bien la chaleur et augmente le taux de matière organique du sol …. J’ai des parcelles en maïs depuis plus de 45 ans et quoi qu’en disent les Escrolos politiques, je produit 10 fois plus par hectare que ne le faisait mon grand-père.
          Mais quoi qu’il en soit même si la monoculture de maïs ne cause aucun grief particulier à GAÏA, que le marché est plutôt porteur, les clients à moins de 3 heures de camion …. Il va falloir produire autre chose, parce que Mr Le Foll nous le demande.
          Donc du fait de la diversification obligatoire l’an prochain ce sera 66 % de surface maxi en maïs et 5% mini pour les 2 autre cultures.
          Seulement chez nous le blé n’aime pas nos printemps humides. Et le colza n’a pas le même usage que le maïs … donc les Espagnols qui achètent quand même 90% de notre maïs vont aller chercher la différence ailleurs …. Autant dire que même si l’on fait machine arrière dans 5 ans, quelqu’un aura pris notre marché.
          De plus nous consommons aussi du maïs et autant dire que si le premier producteur européen réduit son volume d’un tiers. Effet King oblige, imaginez la répercussion sur le marché …. Ambiance chez les amidonniers !
          Merci les socialistes « assumés », les Brésiliens vous enverrons surement une bouteille en remerciements !

          1. André Rosa

            Merci pour ces informations très claires. Le blog d’H16 vaut aussi par toutes ces compétences qui participent.
            Bon courage à vous!

          2. LeRus

            Merci pour ces détails utiles pour comprendre. Dites-moi, que se passera-t-il si vous décidez quand même de cultiver 100% de Maïs sur vos terres?

            1. La Coupe Est Pleine

              C’est là que ça devient comique en effet. Si on ne respecte pas la mesure de « diversification » on sera pénalisés sur les versements PAC.
              Mais comme l’idée globale de la réforme est de réduire les versements aux céréaliers de façon progressive sur les 5 années à venir. Dans 5 ans les pénalités de PAC seront probablement inférieures aux manques à gagner de ne pas faire de maïs.
              ça par contre le pouvoir politique l’a très bien compris, c’est pourquoi ils réfléchissent à une réversion progressive en cas de respect complet des mesures de « verdissement » …. Comme toujours nos élites sont bien moins idiots que leurs directives, lorsque leurs intérêts sont en jeux …. Parce qu’il faut rajouter que les « modulations » des primes des céréales, sont appliquées en théorie pour verser « plus » à l’élevage. Mais en réalité le transfert est loin d’être intégral ! Il s’agit bien de réduire l’enveloppe globale sous couvert « d’égalité » …

    3. aristarque

      Grance, pays d’ élevage de cheptels bovins et ovins, réussit le tour de force d’importer en (très grandes quantités) des viandes de Teutonie, comme dit plus haut, mais aussi du Danemark ou de contrées aussi exotiques que la NZ.. Or ces viandes sont achetées moins cher en dépit du transport et dans des pays où les paies ne sont pas réputées pour être particulièrement faibles par rapport aux autres… Quant à l’ effondrement des entreprises, il a été annoncé récemment que le 3T a été le pire en ce terme depuis des lustres alors que le dernier record avait été enregistré fin 2008… Nous sommes effectivement en bonne voie pour la servitude, version sans pétrole… Dernier point, il est tout de même piquant d’ apprendre qu’il n’y a plus de raffineries pour traiter le pétrole. Que penserait-on d’ un pays forestier où ne se trouverait pas la moindre scierie ?…

        1. douar

          C’est d’autant plus crétin de la part des manifestants que ce projet ne ferait que permettre aux outils industriels laitiers de pouvoir continuer à travailler. En effet, le nombre de vaches laitières diminue dans la région, les éleveurs préférant se consacrer aux cultures. Quant les industries de transformation fermeront, faute de matière première, qui accusera t on?
          Je propose aux syndicats de ces industries de rencontrer les opposants. Je ne pense pas que ce serait bisous bisous.
          Pour info, c’est une des raisons (pas la seule, loin de là) des difficultés des abattoirs bretons: le baisse de l’offre d’animaux, faute en partie à l’acharnement administratif à l’encontre des producteurs.

        2. Peste et coryza

          A un tel cheptel, on ne parle pas de ferme mais d’usine à lait ou à viande.
          La version extrême y étant les projets de gratte ciels à cochons de Hollande.

          Éléments d’explications :
          1 : pour les écolos, les usines à lait ou à viande sont pas glop du tout. Le bien être animal y est inexistant (je ne vous parlerai même pas de ce qu’il faut faire pour éviter que les porcs se cannibalisent tellement il y a trop d’animaux par unité de surface)
          2 : pour les agriculteurs français (surtout la vieille génération), c’est entre l’hérésie et l’impossibilité, notamment pour des raisons de crédit et de retour sur investissement). Surtout qu’ils n’ont aucune chance de trouver du job là dedans (aux USA, c’est plutôt des profils Business schools ou ingé qui sont recherchés pour les cadres, et pour les ouvriers agricoles, des mecs pas chers).
          3 : les fermes allemandes embauchent un max de mecs de l’est, payés 500 roros le mois. En Espagne, c’est pareil : des gitans, des roumaines et des marocaines. Ici, la main d’œuvre coute nettement plus cher.
          4 : le cout de la terre est plus bas, les taxes souvent plus basses aussi. J’ai un pote maraicher qui a déplacé son exploitation de France vers la Slovaquie : il a divisé ses frais par deux. En NZ, acheter de la terre pour élever du mouton ne coute rien. Ici, ça coute une blinde.
          5 : les éleveurs français se font massacrer entre prix de vente bloqués, charges en hausse, et réglementation débiles à gogo (à tel point que la viande vendue au black rapporte bien plus que la viande « officielle »).
          6 : ça exige des cadres avec de grosses compétences : des informaticiens (gestion automatisée du troupeau, avec suivi personnalisé des vaches), des logisticiens, des ingénieurs en digestibilité animale, des vétos… bref, pas à la portée du paysan lambda.
          7 : et puis, il y a la nourriture du bétail. Pour que les vaches fassent du lait, il n’y a pas trente six solutions : soja, maïs, luzerne, en gros. En intensif, c’est surtout soja et maïs grain ou ensilage. Les deux sont souvent OGM sur ce marché. Pas glop pour les écolos.

          1. La Coupe Est Pleine

            Un autre facteur est souvent laissé à l’écart : l’age de exploitants agricoles …. La pénurie alimentaire nous guette sérieusement ! Lorsque les derniers vieux seront partis à l’age de 75 ans et plus (67 ans de maille actuelle dans certains départements), il ne restera que les banques pour racheter le foncier. Mais qui pour l’exploiter ?
            D’autant plus que le foncier agricole fond comme neige au soleil. L’Amérique du sud n’a pas fini de nous charger des paquebots d’OGM pour nous alimenter. Aux US les fonds d’investissements sont déjà tournés bers le Congo, ce sera semble-t-il le prochain eldorado agricole …

            1. Peste et coryza

              Normal.
              Le congo a des terres immenses, une main d’œuvre quasi gratuite, et n’a rien à fo*tre de sa population.
              Les paysans congolais, en général, ont le choix entre toucher une indemnité misérable et aller vivre dans un bidonville en ville, dégager à grands coups de pompe dans le train, ou être tués…
              Il y a les chinois sur le coup également.
              Le rwanda est une exception notable.

            2. Peste et coryza

              Pas étonnant.
              Entre des frais énormes, des revenus de misère, la réglementation folle, une retraite misérable (mon grand père avait 600 euros de retraite, dont 400 en tant qu’ancien combattant), la déconsidération des pouvoirs publiques, et récemment les hordes de pillards, il y a de quoi devenir fou…
              Heureusement qu’il avait la casse auto pour vivre…

              Le pire est, selon une de mes collègues, dont le père bosse à la ChA, pour les vachers qui font de la viande… le mouton néozélandais fait également très mal.

            3. Théo31

              « le mouton néozélandais fait également très mal. »

              Moins que la politique agricole communiste en place depuis plus de 50 ans. On voit les agriculteurs régulièrement gueuler pour avoir des subventions, jamais pour dénoncer le numerus clausus imposé au secteur par les préfectures. mais je les comprends, la concurrence çaylemal : pourquoi se sortir le doigt du cul alors qu’il suffit de faire un lacher de tracteurs sur le périph pour faire bouillir la marmitte ?

        3. gem

          En fait ce n’est pas une ferme de 1000 vaches, c’est une usine de production de fumier pour sa transformation en biogaz subventionné
          Et le plus drôle, c’est l’écolo à l’origine de cette aberration économique qui la dénonce 🙂
          J’adore aussi le
          «Comme il y a eu un moratoire sur le gaz de schiste pour la santé, un moratoire sur les OGM à cause de la santé, on demande un moratoire sur l’élevage industriel en France».
          Il dit moratoire, mais il faut comprendre « mort à toi ». logique, de la part des nécrologistes.

  4. Bugbreeder

    Je crois bien qu’en ex-URSS la Pravda se vendait très bien à la plus grande joie du parti, sauf qu’en réalité ce journal était utilisé comme PQ car ses feuilles épaisses et son encre qui tenait bien au papier le rendait parfait pour ce rôle, alors qu’évidemment le vrai PQ était pourrave comme la plupart des produits de consommation courante.
    Naturellement ce n’était surtout pas pour le lire…

    1. Peste et coryza

      Exact. Pour nourrir les animaux de trait aussi. Le papier de la pravda était reconnue pour la qualité exceptionnelle de sa cellulose, pas pour ce qui était écrit dedans.

  5. kloupa

    Rappelons que le (pas) très regretté Allende avait amené son pays, le Chili, à la guerre civile, avec un début de partition. Dans ces conditions, l’armée Chilienne a eu d’amples bonnes raisons pour le renverser…Alors, quand on voit que de nombreuses municipalités en France ont créé des rues et autres voies ou équipements au nom d’ « Allende », est-ce vraiment l’avenir de guerre civile que les Français souhaitent dans notre pays?
    Le chemin que prend la France, avec l’homme nouveau de Monsieur Peillon, ou avec la loi pénale Taubira, suit l’évolution de ce Vénézuela que vous décrivez, avec répression fiscale, pénuries, terrorisme dogmatique, et surtout l’insécurité; car rappelons aussi que le Vénézuela est l’un des pays les plus dangereux du monde, c’est bien connu pour sa capitale Caracas, où on ne peut quasiment plus se promener, sauf avec gardes du corps!

    1. Marc Aurèle

      @Kloupa
      Vous seriez surpris (peut-être le savez vous déjà) par l’admiration que porte en secret une majorité de gens à Pinochet, au Chili. En France, sa réputation de démon malfaisant n’est plus à faire, à tel point que personne ne se pose plus la question de ce qui s’est réellement passé. Au Chili, beaucoup le considèrent cependant à voix basse comme le sauveur du pays et le comparent parfois à Franco qui bouta les communistes hors d’Espagne. Et de comparer le sort économique enviable du Chili avec l’Argentine socialiste ex-pays riche qui n’en finit pas de s’enfoncer dans une crise devenue depuis longtemps systémique. Sans prendre nullement parti, la réputation de Pinochet est comparable à celle de Franco, tous deux maudits à jamais par les forces du « progrés »…

      1. kloupa

        Je vous suis, même si Pinochet n’était pas un saint, il a été un mal nécessaire pour éviter au Chili un mal et un asservissement encore plus grands qu’une dictature militaire. D’ailleurs, Pinochet a gouverné et a eu le soutien constant de toute l’armée Chilienne, qui a, avant tout, voulu éviter au pays la guerre civile, bien pire qu’un épisode passager de pouvoir militaire. Les militaires Chiliens sont en majorité issus des classes populaires, et très nationalistes, aimant leur pays.

  6. zecrocwhite

    Mais pour produire du papier, il faut des arbres !
    Une pénurie de PQ, c’est autant d’arbres sauvés de la déforestation, et ça c’est Gaïa compatible :D.

    Je crois que le pire, c’est que les journaleux et leurs lecteurs (voire plus ces derniers que les journalistes eux-même) ne se rendent pas compte que le Venezuela est un laboratoire presque parfait des effets désastreux du collectivisme.

  7. Black Mamba

    En ouvrant le courrier ce matin , j’ai déjà un premier exemple de pénurie qui se met tout doucement en place
    ********************************************
    Madame, Monsieur,
    Confrontés à la baisse des effectifs suivis dans le canton de A**** , à la diminution constante de la ressource médicale et dans le souci de vous apporter la meilleure prestation possible , nous avons redéployé ce secteur en réaffectant ses effectifs selon le cas sur nos centres médicaux de B***, C*** ou D****.

    Concernant votre entreprise, vos salariés sont maintenant suivis au centre médical C***
    (***************************)
    Conscients des difficultés que cette décision peut impliquer dans votre organisation, nous mettons tout en œuvre pour faciliter celle-ci.

    Bien Cordialement

    😯 C’était un courrier de la Médecine du travail 🙄

    1. aristarque

      Les lecteurs gérant des salariés avaient compris avant d’aller à la conclusion : il va falloir se dem…. avec un salarié auquel la visite nécessitera une demie-journée au lieu d’ une à deux heures… Pas grave ! Ce sont les patrons qui paient….

      1. Black Mamba

        Nous payons les cotisations pour la médecine du travail depuis pas mal de temps mais nous recevons aucune demande de visite obligatoire .
        C’est encore du fric jeté par la fenêtre 😕

        1. Flo

          Quand j’étais salarié mes patrons successifs payaient pour ce qu’ils appelaient un racket (montant exorbitant pour une visite médicale (et quelle visite!) par an).
          « Patron », je paie pour un salarié un montant identique (en proportion de son revenu) le même montant (+ inflation) pour une visite…tous les deux ans!

          1. vengeusemasquée

            Encore une obligation dont l’administration s’affranchit gaiement. On oblige les entreprises à payer cette visite à la con et les fonctionnaires n’y vont jamais.

      2. Nocte

        Cher Aristarque,

        Même sans être patron, je savais de quoi cela traitait ! (et dieu sait que je la trouve débile)

        Vla la tête de mon premier patron quand il m’a annoncé que je devais me rendre à la visite médicale, et que je lui ai dit de me placer le rdv sur mon jour de congé en semaine (j’avais un jour de congé en semaine, parce que je bossais en décalé) car j’estimais que ni le client, ni ma boîte n’avaient à subir une perte (de service pour le premier, argent et temps pour l’autre) pour des conneries.

  8. Higgins

    Un membre de ma famille reçoit depuis quelques mois en séjour longue durée une jeune vénézuélienne d’une quinzaine d’année envoyée en France par ses parents (origine classe moyenne) compte tenu de la situation dans son pays natal. Sa sœur ainée séjourne, elle, en Allemagne. A moins de ne pas pouvoir prolonger les titres de séjour, il est hors de question pour les parents de faire revenir leurs enfants au sein de l’Eden chaveziste. J’ai cru comprendre que les parents faisaient des pieds et des mains pour pouvoir quitte le paradis pour l’enfer.
    J’ai éclaté de rire en lisant les propos du Monde. Fallait oser. Ils ont osé (cf Audiart). Je sais que les habitués de ce blog sont convaincus de l’abyssale médiocrité et l’absolue nullité des médias généralistes d’information nationaux (sur Contrepoints, il y a également un beau papier qui illustre cet aspect mais c’est sur un autre sujet: http://www.contrepoints.org/2013/10/18/143048-une-amende-de-10-sur-le-salaire-des-journalistes. J’applaudis au passage la mesure préconisée) mais il faut lire le papier que le site « Pensée unique » consacre au dernier rapport du GIEC. Moins que les commentaires, c’est le passage consacré au traitement de cette information (le nouveau rapport du GIEC) par les presses occidentales qui est emblématique mais je vous laisse seul juge (http://www.pensee-unique.fr/news.html#ar5).

  9. infraniouzes

    « Le président, Nicolas Maduro, dénonce « les accapareurs » et « les spéculateurs » qui se refusent à vendre leur production » écrit le Monde et ses super journalistes super intelligents. On croit rêver… Mais pauvres fous c’est le contraire. Le capitalisme est comme la bicyclette. Il a besoin de vendre et que les affaires roulent et le vélo a besoin de rouler pour ne pas tomber. Dans les deux cas faire du sur place ne rime à rien… Et les faibles cerveaux de nos jeunes (qui n’ont jamais travaillés) vont gober ça. On marche sur la tête…. Mais je compatis à la pénurie de PQ. Vu que les gouvernements de gauche font deux fois plus ch… que ceux de droite on comprend leur désespoir…

    1. Higgins

      Notre seul espoir est que la capacité de nuisance de nos politiques soit enfin pris en compte pour le calcul de la pénibilité dans le cadre de la réforme des retraites. Si ce point est acquis, on devrait pouvoir envisager un départ d’activité vers 30-35 ans!!!

    2. Le Gnôme

      C’est marrant, spéculateurs, accaparareurs, ce sont les mêmes termes employés durant notre belle Révolution (que le monde entier nous envie), quand le gouvernement voulait payer les grains avec des assignats ne valant que leur poids de papier.

      Le langage révotionnaire est donc toujours le même.

      1. wapi

        C’es curieux mais je ne pense pas que le monde nous envie la Révolution Française. C’est la propagande faite dans les écoles françaises qui a dépeint cela comme un progrès, et Napoléon comme un homme éclairé.Ce sont les historiens influencés par Marx et les socialistes, Jaurès en tête, qui nous ont livré cette interprétation. ( http://chrhc.revues.org/239)
        Vu de l’extérieur de nos frontières ce fut l’horreur et la consternation.
        Les massacres des vendéens, la Terreur, les tribunaux populaires, les milices, puis la dictature de Napoléon qui a mis l’Europe à feu et à sang..pendant 20 ans…

        1. Théo31

          2 millions de morts et l’Etat en faillite en 1797, vous devriez vour réjouir : le socialisme a éliminé ses ennemis et mis genoux les zhorribles capitalistes qui voulaient pas des assignats. 😀

        2. wapi

          Relire Edmund Burke, critique féroce mais visionaire aussi de la Révolution Française. Et que dire de l’opinion d’Hyppolyte Taine? « Pour Taine, le principal défaut du système politique et administratif français était la centralisation excessive du pouvoir. De son point de vue, au lieu de faire progresser le contrôle démocratique des institutions, la Révolution française n’avait fait que transférer le pouvoir d’une aristocratie à une élite qui se voulait éclairée, et se révéla en fait encore moins démocratique », sinon que rien n’a changé.

          1. hussardbleu

            Burke, certainement, mais il s’est inspiré de Rivarol, celui du Journal Politique National, et autres écrits…
            Petit extrait sur l’état du pays, que l’on peut facilement transposer :
            «  Chabot : jeune héros qui a immolé à la patrie son nom, son état, sa fortune et même sa gloire, s’il en existait une avant la garde nationale. Si toute la noblesse eût imité ce grand exemple, le militaire français était perdu à jamais, et l’aristocratie était sans ressources. Nous n’aurions plus à craindre que quelques armées étrangères ; encore notre situation nous rassurerait-elle. En effet, est-il aujourd’hui une puissance qui, en contemplant bien la France, puisse être tentée de la conquérir ? »

    3. aristarque

      Il est omis de dire que le refus de vente provient vraisemblablement d’ un prix maximal imposé trop faible pour payer les coûts. C’est une grande habitude clientéliste socialiste que de mettre en place un contrôle des prix orienté vers la baisse autoritaire. Toujours le mythe de la gratuité ou du coût insignifiant… L’ URSS, en ses débuts, avait aussi essayé d’ instaurer le pain gratuit en volant purement et simplement les récoltes des paysans…

      1. LeRus

        C’est une très bonne technique mais qui a un seul petit défaut: lorsque trop de paysans sont morts de faim, il n’y a plus assez de blé de récolté pour fabriquer le pain des ouvriers… qui meurent de faim. C’est ballot.

        Lénine a donc mis en place la NEP, que Staline s’est dépêché d’arrêter. Une belle équipe de vainqueurs, y-a pas à dire.

            1. Aristarque

              Mais, honorable bretteur, ce n’est pas parce qu’ à l’ occasion, nous nous accordons quelques assauts à fleuret moucheté pour désengourdir de barbons en devenir, nos muscles que pour autant, nous n’ avons pas les mêmes opinions globales. Les libéraux pluriels existent forcément par bonne logique… 😉

  10. val

    Eh oui , des cousins ont émigré la bas au XIX e , ils y ont fait fortune . Ils assistent attristés à la lente dégringolade du pays qui est devenu le leur .
    Les vieux sont restés au pays , les jeunes sont depuis longtemps aux Etats Unis . Cela fait longtemps qu’ils ont vu sur quel chemin est la France , ils en connaissent tous les détours et les balises ….

  11. aristarque

    HS. J’écoute en parallèle les Experts. Il Cador Berruyer émet des pensées profondes : il y a des chômeurs parce qu’il n’y a pas assez d’offres d’emploi… Créons des offres d’emploi! Bon, je le coupe car c’est insupportable… 😐
    Ah oui, il dit aussi qu’ on laisse créer des écarts de richesse parce que la redistribution n’ est pas assez vigoureuse…

    1. Deres

      Il est bon pour les statistiques qui sont son métier, mais pour les analyses, il remet ses œillères … D’ailleurs, de très nombreux tableaux très intéressant ne sont volontairement surtout pas remis à jour depuis l’arrivée de Hollande probablement (dépenses et recettes de l’état, …) car cela mettrait en valeur la catastrophe actuelle …

  12. douar

    Oui, mais quand même, le Venezuela est le pays d’Amérique du Sud où les inégalités se sont le moins creusées durant les 15 dernières années . J’ai entendu ça de la bouche d’un journaliste d’Alter Eco.
    Fallait oser.

    1. Deres

      Les avantages des apparatchiks, tout comme en France, ne sont pas dans des comptes d’épargne. Les statistiques ne les voient donc pas du tout. L’exemple du contrôle des prix et de la pénurie est caractéristique. Une personne normale avec une même somme n’a rien d’intéressant à acheter alors que quelqu’un ayant les bons réseau pourra accéder aux produits à bas coût.

    2. Théo31

      J’imagine que ce commentaire ne concernait pas le bouseux Chavez devenu multi-milliardaire.

      On rappellera que la mère Kirchner, sachant que le peso argentin allait être dévalué, s’était empressée d’acheter des gros paquets de dollars.

      Le socialisme, c’est bon ceux qui doivent le subir, pas pour ceux qui le pratiquent.

    3. LeRus

      C’est curieux cette nouvelle lubie des socialistes de parler à tout bout de champ des écarts de richesse.

      Si l’Index GINI est intéressant pour faire des comparaisons entre pays, il l’est beaucoup moins si on essaye d’y justifier une certaine morale (grand écart de richesse, c’est mal).

      On a certains pays avec des grands écarts, d’autre moins grands. Mais je ne connais pas de cas de figure où l’écart de richesse s’est réduit ET où la situation de la population s’est améliorée au moins de pérenniser le système. En général l’écart se resserre puisque tout le monde devient pauvre.

      Par contre, il existe un paquet de pays où l’écart augmente, et la population en redemande! Tous ces pauvres qui veulent devenir riches, quels salauds…

  13. Raoul

    Ce que je trouve terrible dans ces histoires de pays sud américains, c’est que malgré tout, ça continue et les socialistes restent au pouvoir… Ca donne quand même le sentiment que la France n’est finalement qu’au début de l’ère socialiste et que cela peut se prolonger même après quelques cataclysmes.

    1. GM

      Mais c’est très probable.

      Je me dois, ici, de faire appel à l’une des plus importantes leçons de Maître Bastiat, qui comme souvent avait pointé le phénomène avant tout le monde :

      « Pour qu’un peuple soit heureux, il est indispensable que les individus qui le composent aient de la prévoyance, de la prudence, et de cette confiance les uns dans les autres qui naît de la sûreté.

      Or, il ne peut guère acquérir ces choses que par l’expérience. Il devient prévoyant quand il a souffert pour n’avoir pas prévu; prudent, quand sa témérité a été souvent punie, etc.

      Il résulte de là que la liberté commence toujours par être accompagnée des maux qui suivent l’usage inconsidéré qu’on en fait.

      À ce spectacle, des hommes se lèvent qui demandent que la liberté soit proscrite.

      « Que l’État, disent-ils, soit prévoyant et prudent pour tout le monde. »

      Sur quoi, je pose ces questions:

      1° Cela est-il possible? Peut-il sortir un État expérimenté d’une nation inexpérimentée?

      2° En tout cas, n’est pas étouffer l’expérience dans son germe?

      Si le pouvoir impose les actes individuels, comment l’individu s’instruira-t-il par les conséquences de ses actes? Il sera donc en tutelle à perpétuité?

      Et l’État ayant tout ordonné sera responsable de tout.

      Il y a là un foyer de révolutions, et de révolutions sans issue, puisqu’elles seront faites par un peuple auquel, en interdisant l’expérience, on a interdit le progrès. »

    2. Marc Aurèle

      Le socialisme existe et perdure, car il donne au faible, au démuni et au gémissant, l’espoir un jour de devenir riche, ou du moins que s’il n’y parvient pas, son voisin, riche lui, deviendra à son tour pauvre.

      Ce voeux d’égalité morbide est le moteur de la masse frumentaire et les quelques malins qui ont compris le mécanisme deviennent leurs chefs.

  14. Yrreiht

    Nous sommes bien d’accord, c’est le socialisme étatique qui donne les résultats que l’on sait au Venezuela. Et en France.

    Sans vouloir défendre l’indéfendable, il faut tout de même admettre que de grandes puissances, USA en tête, pour des raisons politiques combattent secrètement le régime, son économie et sa monnaie.

    1. Deres

      Pourquoi ne font-ils rien pour nous ?

      Oui, mais concrètement, ils les combattent uniquement quand ils ont franchis les lignes rouges car ils veulent éviter que ceux-ci s’attaquent à leurs intérêts et propagent leurs pratiques. Avant cela, cela les arrange que les pays s’affaiblissent. Pour le moment, que la France devienne de plus en plus faible arrange tout le monde, car cela fait un nouveau marché pour l’industrie des autres.

    2. GameOver

      « … de grandes puissances, USA en tête, pour des raisons politiques combattent secrètement le régime, son économie et sa monnaie. »

      Ah… le complot !

  15. NP

    Pour rappel, les pénuries sont un moyen pour le pouvoir totalitaire de distraire la population par des préoccupations terre à terre. En l’occurrence, trouver de quoi se torcher.

    Dans 1984, les pénuries sont tournantes mais l’exemple qui persiste dans le livre concerne les lames de rasoir.

  16. Pierre

    La France, c’est comme l Algerie au milieu des annees 60… Le socialisme va la tuer, et les pauvres gens qui seront restes dans ce gentil paradis socialiste vont avoir droit a : 1 – Effondrement de leur niveau de vie, 2 – Taxes insupportables et incontrolables, 3 – Blocages et menaces bureaucratiques de toutes sortes, 4 – Emigration massive des gens competents (La France en est actuellement a ce stade), 5 – Repressions et vols de la bureaucratie + insecurite (Ca a deja commence…), 6 – Revoltes, insoumissions de toutes sortes, non consentement et non payement de l’impot… (Ca aussi ca a commence…), 7 – Degringolade financiere des finances du Moloch conduisant a une perte de confiance de ceux qui financent (Les marches), 8 – Repression financiere accrue (Oui, oui, ca va venir, ce n’est que le debut…), 9 – Revoltes massives, regions entiere exigeant leur autonomie, 10 – Reactions violentes du Moloch ne subissant plus les contestations, jugements arbitraires, confiscation de biens prives sans aucun respect ni des lois ni des institutions, 11 – GUERRE CIVILE, centaines de milliers de morts, 12 – Exodes massifs, penuries et famines…… Les Francais votent massivement pour ceux qui tiennent des discours socialistes, ils aiment le socialisme, ils auront donc un destin lie a cette ideologie mortifere.

  17. Marc Aurèle

    @h16
    Vous n’avez pas cité cette loi qui force les propriétaires immobiliers (c’est à dire de leur propre logement) à accueillir chez eux, dans leur propre maison, des familles, en vertu de la loi qu’un couple sans enfant n’a besoin que de 40m², avec un enfant 48m² etc. Si vous vivez en couple, dans une maison disons de 100m², vous serez obligés d’accueillir sous votre toit une ou deux familles de nécessiteux, qui ne paieront évidemment aucun loyer. C’était la meilleure idée qu’avait trouvé Chavez pour lutter contre la pénurie de logement (après avoir dépecé cette industrie au Vénézuéla). Il est à noter que cette règle existait aussi en URSS.

    Voici une histoire peu connue: lorsque cette loi fut mise en vigueur il y a quelques années, les voisins colombiens virent un afflux de forces militaires vénézuéliennes se diriger vers leur frontière commune. Alarmés, ils se dirent alors que la guerre avec le Vénézuela était imminente et envoyèrent leurs propres troupes protéger leur frontière. En fait, que nenni, ces troupes vénézuéliennes n’avaient été dépéchées vers la frontière avec la Colombie que dans un seul but: empêcher les vénézuéliens dépossédés et désespérés de passer la frontière et d’aller vivre en Colombie qui leur tendait les bras.

    Le gouvernement vénézuélien, non content d’avoir dépossédé ses quelques centaines de milliers de propriétaires, leur a interdit de quitter le pays. J’ignore le sort qui advint à ceux qui se firent « pincer » par les troupes alors qu’ils essayaient de passer la frontière avec la Colombie. Ceci est une parfaite image de la culture de destruction et de mort que portent socialisme et communisme.

    Evidemment, en France, l’aveuglement de la presse dû à la profonde admiration vis à vis du duce, euh, non, du conducator, euh bref, de Chavez n’a jamais permis à ce genre d’histoire de faire la une.

    1. Black Mamba

       » ces troupes vénézuéliennes n’avaient été dépêchées vers la frontière avec la Colombie que dans un seul but: empêcher les vénézuéliens dépossédés et désespérés de passer la frontière et d’aller vivre en Colombie qui leur tendait les bras. »
      😕 Bigre! C’est effrayant tout cela, ils ont été doublement puni

      On a plus envie de travailler après cela, tant de tracas pour être dépossédés , ne plus profiter du fruit de son labeur.
      On comprend mieux qu’il est préférable d’être un parasite en Socialie que de contribuer à la richesse du pays

      1. Higgins

        Soyez rassurée sur la présence de militaires aux frontières. Avec ce qu’est devenue l’armée de la France après 30 ans de socialitude, les risques sont limités.

    2. GM

      Voilà une mesure qui mérite d’être diffusée et appliquée d’urgence par nozélites. De préférence à peu près en même temps que la ponction de 10% sur les comptes bancaires. Vous souvenez-vous en quelle année cette noble idée fut appliquée?

      1. Marc Aurèle

        Je pense que c’était en fin 2010 ou début 2012. J’ignore quelle fut l’ampleur de sa mise en force efective dans la réalité. Par contre le vent de panique qu’elle créa chez les gens qui possédaient encore quelque chose fut bien réel. De nombreux vénézuéliens vivent aujourd’hui à Bogota et parlent tout bas de leur rêve de voir ce cauchemar marxiste se terminer afin de rentrer dans leur pays. Ils me font un peu penser à ces Cubains qui vivent à Miami dans le même espoir de reconquérir Cuba.

        1. GM

          C’est donc suffisamment récent pour passer pour une idée d’avant-garde et susciter des vocations. Pas mal de pays d’AmSud sont dans une situation compliquée mais décidément celle des Vénézuéliens se distingue particulièrement. Merci à vous!

    3. Bugbreeder

      C’est bien pour ça qu’il ne faut surtout pas attendre le dernier moment pour se barrer.
      Je viens juste de me faire accorder la carte verte aux USA 🙂 .

      1. Kazar

        C’est dingue, même mon coiffeur parle de partir aux USA !! Son fils vient juste de le faire avec femme et enfant, et il va faire des repérages pour le reste de la famille…
        Il va falloir que j’y pense, mais compliqué à mettre en oeuvre avec mon métier(avocat), trop de différences entre les deux systèmes juridiques !

      1. La Coupe Est Pleine

        Ouais !!!!
        J’ai de grandes surfaces de vieilles granges, comme à l’époque de journaliers je pourrais en entasser toute une armée de « miséreux » …. Puis les faire bosser au black ….

  18. max

    Le capitalisme ce sont des magasins avec des rayons viande, poissons…
    Le collectivisme ce sont des magasins avec des rayons sans-viande, sans-poisson…

      1. Exodus 61

        Et ce brave Winston disait que le premier socialiste avait été christophe colomb: il ne savait pas ou il allait, il ne savait pas ou il était et il le faisait avec l’argent des autres!!!

    1. gem

      l’air, peut-être, mais la réalité ? La milice est dans la rue, les opposants sont bâillonnés ou pire, le clientélisme à base de pétro-dollar est massif, la fraude est avérée, etc.

  19. douar

    HS:
    La fronde bretonne contre l’écotaxe donne lieu à des propos inimaginables dans la bouche de responsables économiques, il y a encore 6 mois:
    « Le 16 octobre les Bretons ont commencé à se retrouver autrement que dans les mailles d’un état obèse et centralisateur, autrement que dans les corporatismes castrateurs.
    Nous nous sommes retrouvés tels que nous-mêmes, en notre territoire. »
    et:
    « Nous n’intervenons pas dans la sphère du régalien, encore que le temps n’est pas si loin où le citoyen devra devenir acteur de la tranquillité du territoire. »
    Ce ne sont pas des illuminés qui écrivent ça, ce sont des chefs d’entreprises et ils ne lâcheront rien.
    C’est une vraie révolte, suivez ça de près!

  20. NOURATIN

    On est frappé de l’extraordinaire sympathie que le régime de Chavez et de son successeur inspire à nos bons folliculaires franchouilles.
    Et après ça, on ose nous faire gober que nos journalistes font de l’information, comme si la propagande pouvait aussi s’appeler ainsi.

    1. Wapi

      « Ce qui est en jeu, aujourd’hui, c’est la reconquête de la démocratie contre la technocratie : il faut en finir avec la tyrannie des « experts », style Banque mondiale ou F.M.I., qui imposent sans discussion les verdicts du nouveau Léviathan (les « marchés financiers », et qui n’entendent pas négocier mais « expliquer » ; il faut rompre avec la nouvelle foi en l’inévitabilité historique que professent les théoriciens du libéralisme ; il faut inventer les nouvelles formes d’un travail politique collectif capable de prendre acte des nécessités, économiques notamment (ce peut être la tache des experts , mais pour les combattre et, le cas échéant, les neutraliser. »
      Pierre Bourdieu – 1930-2002 – Discours aux cheminots grévistes, Paris, Gare de Lyon, 12 décembre 1995

      Bourdieu est le gourou de nos elites, journalistes, profs, philosophes, une influence á tous les niveaux. Ses enfants sont Duflot, Taubira, Cantat (Xavier). Pour comprendre ce qui se passe il suffit de le relire. Effrayant.

    1. vengeusemasquée

      De toute façon, il y aura un prélèvement, d’une manière ou d’une autre. Il est illusoire de s’imaginer que nos abrutis de gouvernants trouveront une autre « solution ». La seule question est relative à la méthode. Autant vider ses comptes, et vite.

      1. Nocte

        Je soupçonne surtout nos gouvernants de continuer en espérant de le débarquement du FMI, et ils pourront dire, plein de morgue : Je ne peux pas faire autrement, c’est le FMI qui l’exige, sinon, nous avons pas l’argent pour redresser le pays.

        Certes, ça fait parano et théorie du complot, mais ça leur laisse un boulevard pour hurler sur l’ultralibéralisme, le turbolibéralisme, le néolibéralisme, le capitalisme, etc… et repartir pour un tour.

        1. channy

          #Je ne peux pas faire autrement, c’est le FMI qui l’exige, sinon, nous avons pas l’argent pour redresser le pays#
          Oh la doucement, la crise asiatique de 1997 a montre que des pays pouvaient tres bien se passer des potions ameres du FMI..
          M.Mahatirpremier ministre de Malaisie n avait pas hesite a envoyer paitre le fmi..bien sur le reste du monde l a traite de fou, d etre un danger pour son pays..mais au final le pays est sorti de la crise tout aussi bien que ceux qui etaient passes sous les fourches caudines du fmi et bizarement mahatir s etait inspire de des methodes de notre bon vieux Tonton Francois apres qu il se soit rendu compte que c etait ou le fmi ou arreter les conneries de son programme

          1. Nocte

            Ah mais un être intelligent et véritablement engagé pour la nation qu’il représente n’aurait pas cédé aux sirènes du socialisme.
            Ici, nous avons des maîtres du « cépamafotecécelledelotre ».

            Malgré une présence au pouvoir depuis 18 mois, les mecs arrivent à sortir : « c’est pas nous, c’est sarko »
            on a aussi le droit à :
            c’est à cause de l’europe
            c’est à cause de l’allemagne
            c’est à cause de la mondialisation
            c’est à cause du capitalisme
            c’est à cause du néo/turbo/ultra libéralisme
            c’est à cause de la fraude fiscale
            c’est à cause des traîtres qui fuient la France
            c’est à cause de… euh… de la vitesse sur la route !
            c’est à cause de… (mettre n’importe quoi, tant que ça n’est pas nous)

            1. Black Mamba

              Ce n’est pas la faute au système, 😉 Allez @Nocte , il est temps de prendre vos médicaments , vos nerfs sont à vif .
              Un petit roupillon après cela tout ira mieux , c’est un vilain cauchemar que vous faites tout éveillé . :mrgreen:

      2. hussardbleu

        Magnifique, mirifique idée… il est clair que Wall Street et ses banksters veulent leur « livre de chair », et nos élites auto-proclamées se ruent dans l’oppression fiscale de leurs concitoyens pour y satisfaire.

        Wall Street… dans la vieille Nieuw Amsterdam, le « mur » (wall) avait été édifié pour empêcher les porcs errants d’entrer dans la ville (explication toponymique fort éclairante, trouvée dans The whole hog de Lyall Watson)… on peut regretter que cette volonté n’ait pas perduré…

        Cette excellente Mme Lagarde, donneuse de leçons d’orthodoxie budgétaire, et facilitatrice sarkozienne des petites escroqueries de Bernard Tapie… elle ne fut pas, au demeurant, seule à la manœuvre, car aidée d’un brillant trio composé :
        1/ d’un avocat académicien – devenu, depuis, sénile, ce qui est bien commode, comme Chirac ne le démentira pas… fameux condés, ces naufrages de la vieillesse…
        2/ d’un ancien Président du Conseil Constitutionnel, sorte de Tartuffe alpiniste, juriste d’une si haute élévation morale que les himalayens honoraires de l’arbitrage lui en paraissent éminemment justifiés…(fort riche, naturellement, mais se proclamant volontiers « anarchiste », par coquetterie), et
        3/ d’un haut magistrat, aussi retraité que corrompu, si l’on en croit une étonnante dédicace trouvée dans sa bibliothèque…

        Aaah ! les braves gens… prêts à tout risquer – aux dépens des contribuables – pour être agréables à leurs maîtres, et conserver, voire accroître encore, leurs petites prébendes et leurs gras privilèges…

        Cette Lagarde, d’une édifiante servilité – quoi qu’elle en dise – et d’une souplesse d’échine professionnelle, accompagnée d’un admirable sens de la flagornerie, comme le prouve sa célèbre lettre à Sarko…

          1. hussardbleu

            Ballon d’essai ? tester la révolte et estimer les dégâts prévisibles ? le simple fait de l’évoquer, cette ponction, semble révélateur, derrière le brouillard des considérants….

    1. Nocte

      Clairement, oui, c’est un laboratoire européen.

      On a nous a préparé à une ponction à hauteur de 60% des dépôts de 100 000€ et plus (et comme ce sont les « riches » qui ont pris… oué trop bien !)
      Là, les loyers (encore que, à mes yeux, la France est sur un scénario similaire mais qui refuse de dire son nom : on fixe les loyers, on chie des lois pour la rénovation hors de prix des biens immo pour être gaïa compatible, on augmente les diverses taxes (voire on en crée, pour l’assurance obligatoire des impayés qui représente une ponction sur les revenus des loyers); donc d’un certain point de vue, certes les loyers n’ont pas baissé, mais le rendement étant réduit, l’effet est le même pour les propriétaires qui vont soit revendre, soit ne plus louer, quant aux locataires… ils l’ont dans l’os… d’un côté moins de biens sur le marché, de l’autre, qualité des biens dispo en baisse, le coût d’entretien devenant trop élevé pour le propriétaire…)

      1. Nyamba

        Ben, si j’ai bien compris, que les logements soient laissés vacants, ça arrange les affaires des Bisounours, qui peuvent y caser des familles – méritantes et nécessiteusesn bien entendu – à titre gracieux… non ?

        1. Nocte

          Sauf que ça, c’est sur le papier. Dans la réalité, c’est un poil moins facile que prévu.
          D’autre part, c’est encore un coût qui va nécessiter soit une augmentation des impôts (nouvelle taxe aussi, pourquoi pas), soit un emprunt, soit les deux. Et l’Etat étant bon payeur comme toute personne l’ayant eu pour client le sait, cela équivaudra à une absence de loyer ou un loyer trop faible, donc l’objectif est atteint : une baisse des loyers qui ne dit pas son nom.
          Les proprios l’ont dans l’os et ceux qui ont les moyens de payer un loyer pour un logement décent, verront les prix s’envoler mécaniquement par la baisse de l’offre et l’augmentation de la demande pour des biens dont la qualité aura baissée.

  21. bretzel liquide

    Affreuse déception: quand j’ai lu que l’armée vénézuélienne intervenait dans la crise du papier Q, j’ai imaginé tout plein de gentils petits soldats venant torcher les citoyens désemparés..Quelle belle leçon ce convivialité cela aurait produit…Blague à part, j’ai connu les pays dit « de l’Est » avant la chute du mur et, c’est vrai, le régime ne tenait que par un empilement de petites combines et passe-droits qui permettaient de se procurer des dollars ou des marks pour acheter dans les magasins « à devises » ce que les officiels n’avaient pas, c’est à dire presque tout.

    En revanche, à l’inverse de joyeux pays dits émergents où la foule crève la faim et où les illettrés sont majoritaires, ces pays produisa

  22. bretzel liquide

    aïe, la suite: produisaient une éducation de premier plan et c’est intéressant à rapprocher de ce que O.Todd prétend, à savoir que l’éducation est le plus sur moyen de mener à la démocratie…

  23. Olivier Vitri

    Comme toujours chez nos amis cocos, le vrivrensemble ressemble fort à un danger permanent : il suffit de lire quelques lignes des conseils aux voyageurs sur le site de la duplomatie FR : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/venezuela-12312/

    Agresion, vol à main armée, crimes en tous genres, enlèvements et guérilas rouges sont au menu du pays, du nord au sud et de l’est à l’ouest.

    Comme toujours la belle promesse du Socialisme sifflotant, avec miradors, para-militaires et extorsions naturelles ici pratiquées par le quidam sur n’importe qui, surtout si étranger et (forcément) moins pauvre.

    Les tordus de la plume ici en France devraient y être envoyés pour un stage ‘self-defense’ afin de fricotter un poil avec leurs congénères du Grand Soir caraïbéen, tout comme cette gauche bien-pesante ici-bas qui devrait sponsoriser l’hébergement et l’entretien des minorités qu’elle défend si mal.

    Un contact business rencontré à Paris au Salon du Bourget en juin dernier me confiait, une fois rentré au Vénézuela : « j’ai toujours du mal à retrouver un pays du tiers-monde à mon retour »…

    Et moi de lui répondre : « en espérant que vous ne retrouviez pas la même chose à votre retour en France d’ici quelques années »

    1. bugbreeder

      Très vrai, le programme économique du FDG est équivalent à celui du FN actuel et le discours sur l’immigration du FN est équivalent à celui que tenait Georges Marchais secrétaire général du PCF dans les années 70.
      Le FN actuel c’est le PC des années 70 avec le nationalisme en plus (national-socialisme 🙁 ?).

    1. Aristarque

      Mais c’est davantage pour faire la nique aux Gringos que par amour démesuré de la transparence devant seoir à une démocratie autre que de simple nom…

  24. Pierre

    de toute facon il n’y a plus de parti de droite en France. Les socialo-demago de l’EN et des merdia ont bien fait leur travail. Il n’y a plus que des partis de gauche. Les socialo, l’ump et Borloo&cie, c’est du socialisme annees 70 et Marine, c’est du communisme annees 50. Il n’y a aucune veritable alternative conservatrice ou liberale en France. Toutes les tentatives d’en creer une ont ete etouffees et marginalisees rapidement par l’enarchie et sa caste de ponctionnaires.

    1. bugbreeder

      Exact, l’académicien Maurice Druon disait déjà il y a longtemps « en France il y a 2 grands partis de gauche dont un s’appelle la droite ».
      CPETF

  25. Mainmain

    #grosseFatigue j’ai lu brevets de trottoirs…
    Quoiqu’ouvrir des maisons closes publiques ça pourrait faire du chiffre. Avant les premières MST…

    1. Le Gnôme

      Au moment où les clients des péripatéticiennes vont être sanctionnés avec amendes, stages de citoyenneté et tou et tout ? Non, même ces gens là, on les envoie engraisser les Eros center allemands. J’ouvrirais bien un claque à Kehl, il y a des affaires (légales) à faire.

    1. LeRus

      Le problème n’est pas seulement quantitatif mais surtout qualitatif. Si en plus on met en face de ceux qui partent le profil des arrivants, c’est flippant.

      Il y a une étude là dessus, qui analyse le profil des arrivants dans les grands pays accueillants: alors que le Canada ou l’Australie se retrouvent avec un bon nombre de diplômés spécialisés, la France était en bas du tableau…

      1. wapi

        http://www.mfe.org/
        [ ENQUETE ] Enquête sur l’expatriation 2013

        la voici; en effet il est saisissant de voir le brain drain… mais cela ne m’étonne plus. Par contre dans leurs tableaux concernant les indices de satisfaction des expatriés par rapport à leur situation ils mettent sur le même plan les pays d’Afrique et les USA Canada et autres… cela lisse complètement les résultats dont les chercheurs disent quand même bien qu’ils sont aux antipodes selon le continent…La malhonnêteté intellectuelle habituelle.

  26. pi31416

    Il y a plus simple.

    Le seul coût du raffinage d’un litre d’essence va de 10 à 20 cents selon le brut. Et le brut vénézuélien est des plus coûteux à raffiner. La dernière fois que j’ai vérifié le prix de l’essence au Vénézuela elle était d’un peu plus de 2 cents le litre.

    Le Vénézuéla vend donc 2 cents le litre ce qui lui coûte… n’oublions pas les autres frais de production et de distribution… sans doute aux alentours de 30 cents le litre, strict minimum.

    Je vais me payer une Ford Falcon GTHO. Au diable l’avarice, le plein (140 litres) ne me coûtera que trois dollars au lieu de deux cents, ¡Viva Chávez! Eat your heart out, Mad Max, here I come!

  27. Théo31

    « qui se refusent à vendre leur production »

    Enorme cette saillie. Faudra qu’un de ces chiasseux drôlatiques de l’Immonde me trouve un entrepreneur qui refuse d’avoir des clients, juste pour rire un bon coup.

  28. channy

    Sinon sans suivre aucunement la voie du socialisme, l Indonesie apres la chute se Suharto est elle aussi devenue producteur/importateur de petrole..
    En effet apres la chute de Suharto et de son fils aka monsieur 10 o/o les investisseurs se sont tenus a l ecart de tout investissement dans ce domaine..les differents clown a roulettes qui ont tenu le pays se sont reveles incapables de rassurer les investisseurs..consequences fautes de maintenance, investissements..la production a declinee et le pays est devenu importateur .
    certes l indonesie ne possedait pas des clowns a roulettes comme Chavez mais cela fut assez pour la aussi creer une situation catastrophique..l etat en est reduit a subventionnee massivement l essence ce qui lui coute un bras chaque annee.

  29. La Coupe Est Pleine

    Tiré des commentaires du Figaro.tv
    Quand Dieu créa le monde, Il décida de créer les peuples, assisté du bon saint-Pierre. Il se mit au travail et leur attribua des qualités. Les suisses: économes et financiers, les canadiens : résistants et bons vivants, les allemands : rigoureux et bon techniciens, puis vient le tour des Français, il restait à Dieu 3 qualités : Intelligence, honnêteté et socialisme et il décida de les leur donner. Hé là dit Saint Pierre, c’est injuste, vous donnez 3 qualités aux français au lieu de 2 ! Mais non répond Dieu, les Français en veulent toujours plus, donc je leur donne 3 qualités mais il ne pourront en avoir que 2 à la fois. En effet, si on est intelligent et honnête, on n’est pas socialiste, si on est intelligent et socialiste, on n’est pas honnête, et si on est honnête et socialiste, on n’est pas intelligent !

  30. BA

    Vendredi 18 octobre 2013 :

    Etats-Unis : la dette publique a dépassé son précédent plafond : 17 027 milliards de dollars.

    La dette publique des Etats-Unis a dépassé l’ancien plafond légal que le Congrès a accepté de suspendre mercredi au terme d’une intense crise politique, selon des données publiées vendredi par le Trésor américain.

    La dette accumulée par l’Etat fédéral américain atteignait jeudi 17.027 milliards de dollars, alors que la limite légale était précédemment fixée à près de 16.700 milliards de dollars, selon le dernier décompte publié sur le site du ministère.

    http://www.boursorama.com/actualites/etats-unis-la-dette-publique-a-depasse-son-precedent-plafond-fb3f9bfa14906b96da907c0a8d569259

    Le FMI vient de donner ses prévisions pour l’année 2014. Nous pouvons voir quels sont les dix premiers Etats qui vont se déclarer en défaut de paiement :

    1- Japon : dette publique de 242,3 % du PIB.

    2- Grèce : dette publique de 174 % du PIB.

    3- Italie : dette publique de 133,1 % du PIB.

    4- Portugal : dette publique de 125,3 % du PIB.

    5- Irlande : dette publique de 121 % du PIB.

    6- Etats-Unis : 107,3 % du PIB.

    7- Espagne : 99,1 % du PIB.

    8- Royaume-Uni : 95,3 % du PIB.

    9- France : 94,8 % du PIB.

    Le FMI ne parle pas de la Belgique. En mars 2013, la dette publique de la Belgique était de 104,5 % du PIB.

    1. pi31416

      Je l’ai déjà écrit, je ne sais plus où (ici peut-être): ayant cherché la liste des pays endettés, et de combien, je l’ai trouvée. Cent quatre-vingts et quelques endettés parmi lesquels… l’Arabie Séoudite.

      Ne manquaient à l’appel quasiment que le Saint-Marin, Andorre, et la Principauté de Hutt River.

      Quand on découvre quelques petits milliers de milliards de dettes, c’est qu’il doit y avoir quelque part ailleurs autant de petits milliers de milliards de créances. Qui en sont les détenteurs? Le Duché du Grand Fenwick peut-être?

      De deux choses l’une, soit ces messieurs… oup… pardon, j’allais oublier les dames, mes excuses, Cri-Cri, soi ces messieurs-dames se foutent de nos gueules dans les grandes largeurs, soit ils sont tellement cons qu’ils ne se rendent même pas compte des conneries qu’ils nous racontent.

      Ce qui est sûr, c’est que leurs bilans c’est de la merde d’artiste. Demandez « merde d’artiste » à mamzelle Wikipédia. Si un charlatan (Piero Manzoni) a trouvé des cons pour acheter sa merde en boîte au prix de l’or, le monde ne doit pas manquer d’abrutis pour croire qu’on peut avoir pour des quintillions de dette sans le début de la queue d’un microliard de créance pour compenser

      Alors quand boursorama ou piponews me parle de googolplexillions de dette publique je réponds « tirez sur l’autre jambe, vieux garçon, il y a des clochettes dessus. »

      1. Mario

        Ce ne sont pas forcément des Etats qui sont détenteurs de créances sur d’ autres États, du moins en possession directe ? Caisses de retraite, fonds d’investissement? Dans ce cas, la relation bivalente est convenable ?

  31. vengeusemasquée

    HS mais à savoir : le SGMAP est venu faire un petit ménage sur les meilleures contributions au site faire-simple.gouv.fr et la suppression du permis de construire ainsi que la simplification du système fiscal (j’évais proposé une flat tax à 15%) ont été supprimés. C’est beau la démocratie. 🙄

    1. aristarque

      Malheureuse ! Comme vous y allez aussi pour les propositions! Supprimer le permis de construire ! Une telle source de dons aux bonnes oeuvres! Une telle prérogative de concussion potentielle! Non seulement, cela ne se supprime pas mais, au contraire, cela mérite d’être entretenu voire renforcé! Et je n’ évoque que pour simple mémoire le nombre peu commensurable de fonctionnaires que cela rendrait encore plus inutiles! C’est donc à bon escient que le SGMAP fait oeuvre prophylactique! 😐

    2. Black Mamba

      On devrait pouvoir dénoncer ces pratiques abusives, on nous propose un site pour que chaque citoyen puisse apporter sa pierre d’idée pour mieux consolider l’édifice de notre belle démocratie et voilà que nos petites contributions sont éliminées qui ne leur plaisent pas car trop ambitieuses , c’est de la DISCRIMINATION . :mrgreen:

        1. Aristarque

          Une phrase se compose idéalement de sujet, verbe, complement(s). Le minimum pour les derniers doit être un optimum pour le rédacteur. Plus facile à dire qu’ à faire, y compris par Bibi. Serviteur.

        1. Black Mamba

          Chouette !
          On nous dit comme nous sommes dans un pays libre , mais la liberté d’expression est censurée dans ce site prévu pour le citoyen lambda , c’est nous prendre pour des CONS –

  32. Pascale

    «  » »C’est assez gênant d’autant que si l’on peut assez facilement se passer de lire la presse, il est toujours plus délicat de se passer de papier hygiénique (même si, je le conçois fort bien, dans bien des pays à commencer par la France, papier hygiénique et papier presse se confondent admirablement bien). » » »

    Ceci dit, cher H16, étant née au début des 50s’, je vous assure que le papier hygiénique est une invention très récente. Il me souvient qu’à l’époque, dans les campagnes françaises (et même souvent en ville) on utilisait du papier journal en lieu et place de notre PQ d’aujourd’hui

      1. Pascale

        J’en ai un souvenir très net surtout quand j’allais dans ma famille en Vendée, qu’il n’y avait pas de sanitaires (ni sdb ni WC, on se lavait dans une bassine) et que l’on allait au fond du jardin dans une cabane en bois …. Même jusqu’au début des 60s’.

        1. Black Mamba

          J’ai connu la même chose que vous mais au Brésil dans le Nord Est à Macapa, nous habitions alors dans des cabanes sur pilotis et la saison des pluies lessivait tout à son passage.
          Et les enfants se baladaient tout nu et faisaient leur besoin là où ils pouvaient :mrgreen:
          Je reviens de loin 😛

          1. mario

            Cela se voit. On comprend mieux pourquoi vous n’ avez pas grand’chose à mettre sur votre avatar… Même si pour certains, il doit encore y en avoir trop…

            1. Black Mamba

              Petite note tout de même, c’est que lorsque tu es un gamin ou une gamine pour mon cas, c’est insupportable de porter par la suite des vêtements pour aller à l’école.
              Il m’a fallu des années pour m’y faire . Ma grand mère s’arrachait les cheveux pour me faire porter au moins une culotte et un tee-shirt à la maison et cette bataille a persisté jusqu’à mes 14 ans au moins.
              Une vraie sauvageonne :mrgreen:

            2. LeRus

              @ BM: On comprends mieux les avatars à présent!

              Mais alors, vous devriez être très à l’aise dans un pays socialiste! Vous savez, là où tout le monde est à poil, où il n’y a qu’une pomme à manger pour tous, et où les habitants croient habiter dans le paradis! 😉

            3. Black Mamba

              Oui!
              J’ai appris à vivre avec presque rien!
              Enfant, je ne mangeais pas tous les jours à ma faim!
              Petite anecdote au passage :
              Un jour chez une tante, il y avait sur une toute petite assiette des « bonbons » de couleur rouge, jaune et vert. Ils étaient tous brillant et visuellement fort appétissant ! 😈
              Je tendais les doigts pour en saisir un quand ma tante pénétra dans la pièce où je me trouvais et là , elle a lancé un « NON ! NE TOUCHE PAS.  » Et , moi, bourrique que j’étais , j’ai attrapé tous les bonbons à la vitesse d’un éclair et j’ai mis tout dans ma bouche et j’ai mastiqué avec avidité ….
              C’était du « piment » 😳

            4. Mario

              Votre gravatar ne correspond plus beaucoup à votre pseudo. Je suggère Daily Dark Buttocks (or Bottom) pour recoller à la bonne logique. Ou, en raccourci, DDB, ce qui vous fera une pub d’ anthologie auprès des distingués membres de ce blog. 🙂

            5. Black Mamba

              Le problème avec les minuscules avatar , on ne peut pas tout mettre, je suis un personnage fort complexe, j’adore la culture nippone et les Katana , si je devais être un personnage je serais une Kunoichi, et une qualité des ninja c’est la perpétuel transformation , se fendre avec les objets , les gens , le paysage qui les entourent.
              Je suis loin d’être discrète non plus !
              Je suis du genre à me faire remarquer pour troubler l’adversaire ….
              Et je n’aime pas la routine donc je me fais plaisir avec mes avatars …

        2. pi31416

          C’est l’Australie que j’ai connue en 1970. Je créchais à Bon Beach, dans la banlieue éloignée de Melbourne. La maison que je partageais avec un autochtone franc-maçon qui exerçait le métier de croque-mort (ce n’est pas une blague), avait cuisine, salle de bain et tout le confort… mais pas de WC! Les WC c’était une cabane en bois au fond du jardin. Pas le pied quand il pleut.

          Quelques années plus tard je me suis retrouvé dans un trou perdu des îles Salomon. Pas de WC bien entendu. Mais des chiottes communes consistant en une petite cabane sur pilotis au milieu d’un marécage de merde. Des marches grossièrement taillées dans un tronc de cocotier permettaient d’accéder aux WC à trois bons mètres du sol. J’ai fait mes besoins comme les indigènes, sur la plage, pas envie de me casser la gueule dans un étang de merde. Je ne sais pas qui avait eu la brilliante idée de construire ces chiottes lacustres inutilisables sauf par un singe. Un missionnaire anglican, je soupçonne.

        3. hussardbleu

          « Les WC dans la maison, c’est le Progrès… Dans le jardin, c’est la Civilisation »… Pagnol…

          et pour le papier journal utilisé à des fins dernières, si j’ose dire, on peut se rappeler le mot de Jeanson à propos d’un article qu’il n’avait pas apprécié : « je l’ai lu d’un derrière distrait »….

            1. hussardbleu

              Si l’on veut rester sur le sujet, je lisais dans une biographie de Misia Godebska, que l’un de ses maris, Alfred Edwards tycoon de la presse de la Belle Epoque, n’avait pas d’utilité pour le papier toilette…. Cette Epoque point ne fut toujours Belle…

            2. pi31416

              « n’avait pas d’utilité pour le papier toilette »

              Je le comprends. Quand on est un gros plein de sous, fi du PQ! car on peut se payer un élevage d’oisons duveteux, qui vous font au fondement une volupté bien grande.

  33. Breizh06

    Le parallèle entre cette histoire vénézuelienne et le roman d’anticipation d’Ayn Rand « Atlas Shrugged » est saisissant !
    Tout le monde ici se doit de lire la version française d’Alain Laurent « La Grève ».

    1. vengeusemasquée

      C’est ce qu’on se dit tous les jours dans ce pays. Je crois qu’ils n’ont pas compris que ni Atlas Shrugged ni 1984 n’étaient des modes d’emploi à suivre…

  34. Aristarque

    « Devant cette pénurie, le gouvernement de Maduro, tout aussi calme, pondéré et communiste que son prédécesseur Chavez, a décidé que le Peuple ne pouvait pas se passer de cette denrée rare et a fait intervenir l’armée. »

    Il a même décidé, tout démocratique populaire qu’il soit, qu’il fallait lui permettre de ne plus être gêné par ces habitudes bourgeoises de devoir en passer, au moins pour la forme, par des assemblées représentatives : il lui faut-les-pouvoirs-spéciaux…

    http://www.lepoint.fr/monde/venezuela-bilan-desastreux-apres-six-mois-de-presidence-maduro-18-10-2013-1745549_24.php

    Si après cela, la production de PQ n’explose pas tous les records…

    Au fait, notre cher Normal 1er ne laissait-il pas entendre il y a quelques semaines que les ordonnances (démocratiques, cela va sans dire) seraient finalement très bien pour que les dossiers avancent, comme si le Parlement était un frein aux conneries…

  35. Aristarque

    Actuellement, je relis »la connaissance inutile » de notre regretté JFRevel. Il y a un quart de siècle, il y dénonçait déjà les étranges narrations du quotidien vespéral du soir quant aux actualités des pays progressistes d’ Afrique ou d’ Amérique du sud et des pays régressistes des mêmes continents.
    , De façon ahurissante et totalement inattendue par rapport au dogme scientifique du socialisme, les seconds offraient systématiquement de meilleures conditions de vie à leurs ressortissants…

Laisser un commentaire